Navigation – Plan du site
Le luxe et les lois somptuaires dans la Rome antique

Sur le luxe dans la Chine des Han. Règles structurelles, critiques, et mesures conjoncturelles

Michèle Pirazzoli-t’Serstevens

Résumés

La littérature Han reste peu loquace sur le luxe. Sans l’apport de l’archéologie, il serait difficile de saisir une évolution des pratiques et des sanctions sur les quatre siècles de la dynastie (206 av.-220 ap. J.-C.). Il serait également impossible d’entrevoir la réaction des élites aux critiques et aux prescriptions. Ce sont les vestiges matériels que les élites nous ont laissés qui, en quelque sorte, parlent pour elles. Cette présentation aborde d’abord les règles somptuaires structurelles qui constituent l’arrière-plan sur lequel peuvent se comprendre les jugements de valeur et les prescriptions plus conjoncturelles. Elle tente d’envisager celles-ci dans leur évolution historique. Elle reprend ensuite les manifestations du luxe sur lesquelles portèrent les critiques, en insistant sur les enterrements dispendieux, qui constituèrent un phénomène majeur et un objet de débats tout au long de la dynastie. Enfin, elle évoque en conclusion l’inefficacité des critiques et des mesures prises. Il n’y eut ni véritable législation somptuaire ni consensus politique sur la répression du luxe dans la Chine des Han.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Par exemple, un grand marchand qui adopte le luxe d’un aristocrate ou, plus généralement, tout hom (...)

1Le déploiement de richesses dans la Chine des Han (206 av.-220 ap. J.-C.) est intimement lié au système social et ne se comprend qu’à travers lui. En effet, le luxe permettait l’affirmation d’un statut privilégié ou affichait un changement de statut, en quelque sorte une transgression des usages et de l’étiquette (li 禮)1. Cette relation peut paraître évidente mais me semble en Chine beaucoup plus marquée qu’ailleurs.

2La société chinoise étant très fortement hiérarchisée, j’aborderai d’abord les règles somptuaires structurelles qui constituent l’arrière-plan sur lequel peuvent se comprendre les jugements de valeur et les prescriptions plus conjoncturelles. Je tenterai d’envisager celles-ci dans leur évolution historique, leur dimension économique et morale.

3Je reprendrai ensuite les manifestations du luxe sur lesquelles portèrent les critiques Han, en insistant sur les enterrements dispendieux, qui constituèrent un phénomène social majeur et un objet de débats tout au long de la dynastie. Enfin, j’évoquerai en conclusion l’inefficacité des critiques et des mesures prises.

Les différenciations hiérarchiques

  • 2 Falkenhausen 2006, p. 12. Voir aussi Falkenhausen 2010.
  • 3 Legge 1895, p. 178 ; Wang 1986.
  • 4 Sur ces problèmes, voir les analyses de Falkenhausen 2006.
  • 5 Lian 2008, p. 725.

4Dans la Chine antique, les distinctions de rang marquent tous les aspects de la vie sociale de l’élite et, en particulier, les pratiques rituelles que requiert le culte des ancêtres. Le lien direct entre le statut social et les privilèges rituels constitue la base même de la culture chinoise ancienne2. Ce lien régit les cérémonies, mais aussi l’emplacement, la taille, la forme de la tombe, le nombre et l’apparence des cercueils, le mobilier funéraire, la présence de chars attelés de chevaux, le nombre de victimes sacrifiées, et naturellement les ensembles de vases rituels déposés avec le défunt3. Ces différences hiérarchiques sont très complexes ; elles discriminent non seulement les lignages entre eux, mais aussi les branches d’un même lignage4 ; de même, elles varient, du moins à l’époque des Zhou Orientaux (771-256 av. J.-C.), en fonction des États5. À partir du Ve siècle avant notre ère cependant, les privilèges religieux et le rang dans la généalogie, qui jusque là structuraient la société noble, cèdent de plus en plus la place à des critères de mérite et de richesse économique, critères dont héritera l’élite Han. Ainsi l’époque des Royaumes Combattants (481-221 av. J.-C.) voit une nouvelle élite se substituer de plus en plus à l’aristocratie héréditaire et ce changement s’accompagne d’une beaucoup plus grande mobilité sociale.

  • 6 Ban Gu, Hanshu, ch. 91, éd. Zhonghua shuju, vol. 11, p. 3679.
  • 7 Ban Gu, Hanshu, ch. 5, éd. Zhonghua shuju, vol. 1, p. 149 ; Dubs 1938, p. 324-325 ; Fan Ye, Hou Ha (...)
  • 8 Fan Ye, Hou Hanshu, id. p. 3652.

5Malgré tout et en théorie au moins, les différenciations hiérarchiques continuent à régir toute la société, depuis les titres, les émoluments, les palais, les vêtements, ces mesures visant à ce que les petits ne s’arrogent pas les privilèges et les modes des grands, que chacun reste à sa place et qu’ainsi l’ordre règne. Ces règles sont réaffirmées dans les textes Han6, même si on peut se demander jusqu’à quel point elles étaient strictement appliquées. Un seul exemple, pour les Han, le type de voiture autorisé varie selon le rang social du propriétaire, noble ou fonctionnaire7. Il en est de même, de la suite de cavaliers à laquelle un propriétaire de voiture a droit lors de ses déplacements8.

  • 9 Levi 2009.
  • 10 Yantielun II.3, La dispute sur le sel et le fer, Yantielun, éd. Belles Lettres, p. 14.
  • 11 Ban Gu, Hanshu, ch. 24 xia, éd. Zhonghua shuju, vol. 4, p. 1153.

6La population non noble est par ailleurs répartie, dès avant les Han, selon une échelle de valeurs qui place au sommet la paysannerie, puis les artisans et enfin les commerçants. La distinction est ici entre activités fondamentales (ben 本, à savoir l’agriculture et la sériciculture) et activités secondaires ou non essentielles (mo 末, à savoir l’extraction minière, l’artisanat, le commerce). Il n’est pas exclu, comme le souligne Jean Levi9, que la paysannerie soit valorisée par le pouvoir également parce qu’elle est plus aisément contrôlable et donc assujettie. Toujours est-il que cette distinction entre paysannerie d’un côté, artisans et commerçants de l’autre va façonner la société Han, du moins le discours de ses lettrés et de certains de ses décideurs, pour lesquels « le commerce développe la duperie ; l’artisanat, l’artifice »10. La discrimination la plus forte touche les marchands qui n’ont en principe pas le droit, sous les Han, de se vêtir de soie, de posséder de la terre, de devenir fonctionnaire, de circuler en voitures tirées par des chevaux11. Ces interdits n’ont pas été appliqués de façon constante et systématique, nombre de riches propriétaires terriens étant en même temps de grands marchands. Ils expriment malgré tout les peurs et les menaces que les fortunes marchandes font peser à la fois sur le petit exploitant et sur les fonctionnaires. Le premier se fait gruger lorsqu’il vend le produit de sa terre, achète cher les biens essentiels comme le sel ou l’outillage en fer, s’endette, jusqu’à ce qu’une catastrophe l’oblige à vendre sa terre et à devenir métayer de ses créanciers. Les seconds, qui tentent dès cette époque de s’arroger le monopole des terres affermées et de la fonction publique, voient d’un mauvais œil des concurrents dynamiques.

Frugalité contre luxe

  • 12 Swann 1950, p. 13, 14, 24.
  • 13 Loewe 1974.

7En fait, la position du gouvernement vis-à-vis des activités « non essentielles » –industrielles, artisanales et commerciales – a fluctué en fonction de la conjoncture économique. À l’avènement des Han, après des décennies de guerres et de tribulations pour la population, le gouvernement promut la frugalité et l’agriculture, combattit l’enrichissement des marchands et des artisans (édits de 199 av. J.-C.). Mais, dès que la prospérité revint, on relâcha les mesures contre l’industrie et le commerce ; les gens dès lors se tournèrent vers ces activités qui étaient plus rémunératrices que l’agriculture. La tendance au laxisme domina entre 175 et 154 av. J.-C. et entre 136 et 90. On peut même dire qu’entre 120 et 90 av. J.-C., sous le règne de l’empereur Wu (141-87), la politique impériale fut façonnée par de riches industriels et marchands12. Disons que c’est alors, pour reprendre les termes de Michael Loewe, la politique « moderniste » qui domina13. Par contre, sous les règnes des successeurs de l’empereur Wu, sous l’empereur Xuan (r. 74-48) déjà, et plus encore sous les empereurs Yuan (r. 48-33) et Cheng (r. 33-7), avec les « réformistes » prenant peu à peu les commandes, on revint à des mesures d’économies. Ces mesures étaient destinées à corriger les abus sociaux de l’époque, à soulager la population, par un retour aux vertus de simplicité d’un passé lointain que l’on imaginait comme un âge d’or.

  • 14 Loewe 1974, ch. 3 ; Gale 1931 (trad. anglaise des ch. 1-19) ; Gale 1934, p. 73-110 (trad. ch. 20-2 (...)

8L’opposition entre « modernistes » et « réformistes » se concrétisa lors d’un débat à la cour en 81 av. J.-C. au cours duquel le Grand Secrétaire Sang Hongyang桑弘羊(152-80 av. J.-C.), partisan d’une politique pragmatique inspirée des légistes, dut affronter soixante lettrés confucéens, le clan des « réformistes ». L’esprit des discussions nous a été conservé sous forme de dialogue dans le Yantielun 鹽鐡論 (Dispute sur le fer et le sel) compilé par Huan Kuan 桓寬, un partisan des « réformistes », sous le règne de l’empereur Xuan14. Les lettrés réformistes prônaient la frugalité, un retour à une économie agricole de caractère autarcique, tandis que Sang Hongyang pour les modernistes répondait que la société contemporaine dépendait aussi de l’artisanat et du commerce, que la dépense et le luxe stimulaient l’économie et enrichissaient la population en lui donnant du travail (gongzhen 工賑). Les réformistes critiquaient la politique d’expansion vers l’ouest qui avait favorisé le commerce, disant que l’hémorragie de soie chinoise hors du pays et les importations en retour ne profitaient qu’au luxe de la cour. Ils préconisaient par là-même une politique de paix et d’isolationnisme qui permettrait à l’empire de rétablir sa prospérité.

  • 15 Ban Gu, Hanshu, ch. 73, éd. Zhonghua shuju, vol. 10, p. 3116 ; Dubs 1938, vol. 2, p. 289-90.
  • 16 Ban Gu, Hanshu, ch. 9, éd. Zhonghua shuju, vol. 1, p. 281, 284-5 ; Dubs 1938, vol. 2, p. 306, 312, (...)

9Sous les règnes des empereurs Yuan et Cheng, la politique réformiste aboutit à des réductions de dépenses qui touchèrent la vie de cour, les temples ancestraux et les sacrifices de la religion impériale. Le culte des ancêtres de la dynastie, par exemple, engageait, à la capitale et dans les provinces, des dépenses énormes ; avant les réductions opérées vers 40 av. J.-C., près de 25.000 repas sacrificiels étaient offerts annuellement ; les sites étaient gardés par plus de 45.000 hommes ; officiants, cuisiniers et musiciens atteignaient plus de 12.000 personnes, sans compter les hommes chargés des animaux de sacrifice15. Les mesures d’économie touchèrent également le Bureau de la musique (Yuefu), qui présidait à la musique de cour, tant officielle que d’agrément ; ses effectifs furent réduits (en 70, puis en 48) et le Bureau lui-même fut finalement supprimé en 7 avant notre ère. D’autres mesures furent prises pour lutter contre l’extravagance des dépenses de la cour : on suspendit l’activité d’ateliers impériaux qui fournissaient le palais en textiles, limita le faste des banquets, le nombre des chevaux dans les écuries impériales, on ferma certains parcs et résidences de plaisance, renvoya nombre de femmes et d’esclaves servant au palais16.

  • 17 Pirazzoli-t’Serstevens 1982, p. 138, 149-51.

10Les mesures mises en œuvre furent, semble-t-il, mollement suivies dans les cours princières et n’entamèrent pas la domination économique que la classe dirigeante (nobles et fonctionnaires) faisait peser sur la paysannerie. L’accaparement des terres par les familles riches ne fit que s’accentuer au Ier siècle av. J.-C. et aucun édit n’arrêta l’extension des latifundia et la constitution d’énormes fortunes au cours des deux siècles qui suivirent17.

  • 18 Sur ces trois philosophes, voir Balazs 1968. Sur le chapitre « Du luxe excessif » du Qianfulun (Cr (...)

11La nouvelle classe dominante qui se forma ainsi au début des Han postérieurs (23-220) comprenait à la fois les membres du clan impérial, ceux des familles des impératrices, les eunuques, mais aussi les hauts fonctionnaires, potentats et notables locaux. Les appels à l’économie naturelle et à la modération des moralistes du IIe siècle de notre ère, Wang Fu 王符 (vers 90-165), Cui Shi 崔寔(vers 110-170) et Zhongchang Tong 仲長统 (180-220), pour ne citer qu’eux, ne furent pas écoutés18. Les grandes familles qui accaparaient les richesses sont aussi celles qui, nous le verrons, ont mis en œuvre des enterrements dispendieux.

Les critiques

12Les classes sociales, qui jouissaient d’un train de vie luxueux et ont été critiquées, sont donc la famille impériale et la haute aristocratie, mais aussi, et surtout à partir de la fin du Ier siècle avant notre ère, les hauts fonctionnaires et les grands propriétaires terriens, de plus en plus engagés également dans des opérations commerciales.

  • 19 Hervouet 1964 ; Hervouet 1972.
  • 20 Knechtges 1976.
  • 21 Ban Gu, Hanshu ch. 65, éd. Zhonghua shuju, vol. 9, p. 2849-50 ; voir la traduction de la biographi (...)

13Si le luxe de la cour impériale (et des princes) a été critiqué par des hommes politiques (à leurs risques et périls), il l’a été aussi, de façon cette fois voilée, par les poètes de cour contemporains, dans leurs récitatifs (fu), genre qui fut, pendant la plus grande partie des Han, la forme littéraire dominante. Le Shanglin fu que Sima Xiangru (vers 179-117 av. J.-C.) consacra au Shanglin, le parc de chasse de l’empereur Wu, chante la supériorité du monarque décidant, au plus fort de son plaisir, de renoncer à ces extravagances, d’ouvrir le Shanglin aux gens du peuple, de se consacrer aux affaires de l’État et de faire rayonner sa vertu sur le monde. Le Shanglin fu est donc un remarquable exercice de rhétorique ; le poète tente de convaincre l’empereur d’abandonner la chasse comme passe-temps en lui attribuant tous les arguments en faveur de cette décision. En même temps, le poète enveloppe son propos dans une forme panégyrique ; toute la description du parc, destinée à glorifier la majesté impériale, est une savante accumulation d’hyperboles, une énumération d’arbres, de fleurs, d’animaux, une avalanche d’impressifs dont l’association doit évoquer la magnificence Han19. La technique de la critique indirecte (feng 諷) était héritée des rhéteurs de l’Antiquité ; elle fut reprise par d’autres poètes de cour, comme Yang Xiong (53 av.-18 ap. J.-C.) sous le règne de l’empereur Cheng, sur le thème du luxe des palais, de la vie de plaisirs qu’on y menait, et sur celui de la grande chasse impériale, mais là encore sans que le message moral ait un impact réel20. Les critiques de Dongfang Shuo, le « fou du roi », lors du projet d’agrandissement du parc Shanglin sous l’empereur Wu n’avaient pas eu plus d’effet. Dongfang y disait que la terre qui allait être enlevée à la population était fertile et bien exploitée, riche aussi en matières premières utiles à l’artisanat ; il disait encore que cette dépossession ne pouvait qu’entraîner ressentiment et douleur dans le peuple21.

  • 22 Sima Qian, Shiji ch. 10, éd. Zhonghua shuju, vol. 2, p. 433 ; Chavannes 1897, tome 2, p. 485-86 ; (...)
  • 23 Fan Ye, Hou Hanshu, ch. 1, xia, éd. Zhonghua shuju, vol. 1, p. 77-78.
  • 24 Fan Ye, Hou Hanshu, ch. 2, éd. Zhonghua shuju, vol. 1, p. 123 ; Loewe 1986, p. 295.
  • 25 Loewe 1986, p. 301.

14Quelques souverains tentèrent d’épargner leur peuple. Le plus célèbre exemple est l’empereur Wen (Wendi r. 179-157 av. J.-C.) qui refusa les embellissements pour ses palais et une sépulture grandiose22. Le fondateur des Han postérieurs, l’empereur Guangwu (r. 25-57), lui aussi ordonna que sa tombe soit construite sur une échelle modeste23. De même, l’empereur Ming (r. 58-75), dans un édit posthume, laissa des instructions qui pourraient avoir été inspirées par l’exemple de Wendi24. Plus tard, vers la fin du règne de l’empereur He (88-106), des initiatives furent tentées pour réduire les dépenses de luxe du palais et soulager par là-même les épreuves que traversait la population. Le monarque suspendit l’envoi par courriers spéciaux de fruits frais en provenance des provinces méridionales ; on réduisit les mets exotiques servis lors des banquets impériaux et on suspendit certains divertissements25.

  • 26 À savoir des cloches et des tambours.
  • 27 Ban Gu, Hanshu, ch. 10, éd. Zhonghua shuju, vol. 1, p. 324-25.

15Hors du palais et de la famille impériale, un luxe extravagant pouvait être également le fait des classes riches. Hauts fonctionnaires mais aussi grands entrepreneurs – sauniers ou maîtres de forges – et marchands, comme les familles célèbres pour leurs fonderies de fer, les Zhuo et les Cheng, de Linqiong au Sichuan pour le IIe siècle avant notre ère, étaient critiqués, cette fois ouvertement par le gouvernement et les lettrés réformistes, ces « amoureux de l’antiquité » (haogu 好古), qui l’inspiraient. Les édits promulgués visaient l’accaparement de terres arables que ces riches pratiquaient, leurs réserves de chasse, leurs étangs pour la pêche, le nombre de leurs esclaves, de leurs voitures, de leurs chevaux, le style de leurs résidences, le fait qu’ils s’habillaient de soie, se nourrissaient exclusivement de viande, possédaient des instruments de musique26, entretenaient des chanteuses et des danseuses, se faisaient enterrer de façon somptueuse. Souvent les critiques ajoutaient « outrepassant en cela les règlements somptuaires » (guo zhi過 制)27.

16Des plaintes pouvaient aussi émaner de la population, le plus souvent sans effet, comme celles qui s’élevèrent en 89 de notre ère sur la façon dont des travailleurs avaient été employés, dans le cadre de la corvée, pour construire des résidences imposantes pour des membres de la famille Dou 竇, la famille de l’impératrice de Zhangdi (r. 76-88).

Manifestations du luxe et enterrements somptueux

  • 28 L’usage du cheval et de la voiture attelée, héritière du char antique, restait socialement très va (...)
  • 29 Voir, par exemple, le chapitre 29 (Sanbuzu) du Yantielun, traduction Levi, p. 158-173.

17Nous venons de le voir, le train de vie et donc le statut social, à l’époque Han, se mesuraient au nombre de pièces de la demeure, aux parcs de plaisance ou de chasse dépendant de la résidence, aux voitures utilisées28, au nombre des métayers, des concubines et des esclaves possédés, des musiciens et danseuses qui se produisaient lors des banquets, à la splendeur de ceux-ci, enfin, à l’époque des Han postérieurs, à la « clientèle » de la famille. La préciosité des matières, surtout le jade, la soie, l’or, l’argent et les incrustations, utilisées pour l’habillement, la décoration ou les objets de la vie quotidienne, constituaient aussi un critère de luxe souvent évoqué dans les textes29 et confirmé par l’archéologie. Quant aux pratiques funéraires ostentatoires (houzang 厚葬), sur lesquelles les témoignages abondent, elles jouèrent un rôle social de premier plan et on peut dire que, tout au long de la dynastie, elles suscitèrent des appels à la retenue qui restèrent pratiquement sans effet.

  • 30 Sur les cimetières des dirigeants de Qin, par exemple, voir Falkenhausen 2006, p. 328-29. Un seul (...)
  • 31 Il est ironique de constater que beaucoup plus tard, sous les Song (960-1279), certains lettrés co (...)
  • 32 Le “Jiesang 莭喪 » (« Soyez modérés dans l’enterrement ») et le « Ansi 安死 » (« Laissez les morts en (...)

18La coutume remonte à la période pré-impériale. Les sépultures royales étaient, dès les Shang (1500-1050 av. J.-C.), monumentales et richement fournies, creusées par la population réquisitionnée et donc aux frais de l’État. Les enterrements somptueux devinrent de plus en plus répandus au sein de l’élite à l’époque des Royaumes Combattants, avec une architecture souterraine complexe, un mobilier très riche, un parc funéraire autour de la tombe et la construction d’un tumulus imposant au-dessus de celle-ci, les dirigeants se distinguant naturellement par le gigantisme de leurs complexes funéraires30. À la fin de la période, les débats se multiplièrent entre tenants du luxe des sépultures et tenants des enterrements modestes (bozang 薄葬). Les premiers, essentiellement les penseurs confucéens, prônaient les enterrements somptueux comme étant l’expression de la piété filiale et un moyen, pour les vivants, de se prémunir contre la vengeance des défunts mécontents de la tombe qu’on leur avait préparée31. Les seconds, bien représentés par les traités du Lüshi chunqiu, compilés vers 239 avant notre ère32, demandaient que cesse cette pratique des enterrements extravagants par lesquels les survivants veulent étaler leur richesse. Pour eux, la modération bénéficie aux morts qu’elle protège des pilleurs de tombes et auxquels elle apporte la paix en les mettant en harmonie avec le paysage naturel.

  • 33 Pour une synthèse récente en français sur le mausolée de Qin Shihuangdi et son armée, voir Leddero (...)
  • 34 Pour les travaux archéologiques au Yangling, le mausolée de l’empereur Jing (r.157-141 av. J.-C.), (...)

19Cet appel à la modération resta sans effet. Le mausolée que Qin Shihuangdi (r. 246-210 av. J.-C.), le Premier Empereur des Qin, se fit construire le prouve par sa mégalomanie33. Les mausolées des empereurs des Han Occidentaux, dont les abords sont désormais mieux connus grâce à l’archéologie, s’ils versent moins dans la démesure, restent des témoignages impressionnants de l’extravagance impériale en matière de sépultures34. Il en est de même des tombes princières des IIe et Ier siècles avant notre ère, fouillées récemment et qui, du fait de leur richesse, constituent une documentation inestimable sur le luxe des cours dans la première partie de la dynastie.

  • 35 Par exemple, Wang Fu dans son Qianfulun 潜夫論, 12 Fouchi, éd. Peng Duo, p. 137.

20Les funérailles grandioses se maintinrent à l’époque des Han postérieurs, au nom de la vertu et des devoirs dus aux chers disparus. Certains penseurs35 continuèrent à fulminer, en vain. Les autorités elles-mêmes tentèrent d’en restreindre l’usage ; un décret de l’empereur Guangwu de 31 de notre ère est explicite :

  • 36 Fan Ye, Hou Hanshu, ch. 1 xia, éd. Zhonghua shuju, vol. 1, p. 51.

Les gens considèrent les enterrements dispendieux comme [un signe de] vertu et les enterrements modestes comme mesquins, si bien que les riches rivalisent d’extravagance et que les pauvres y laissent tout ce qu’ils ont. Les lois ont été sans effet pour interdire [ce phénomène] et les convenances n’ont pas réussi à le stopper. Je proclame donc que tous les fonctionnaires loyaux, les fils pieux et les frères aimant adoptent la pratique des enterrements sobres pour accompagner [leurs défunts] à leur dernière demeure36.

  • 37 Sur le cimetière de la famille Cao dans le district de Bo, dans l’Anhui, voir Li 1978, et Tian 197 (...)
  • 38 La tombe 1 de Dahuting, district de Mixian, au Henan. Sur cette tombe, cf. Pirazzoli-t’Serstevens (...)
  • 39 Thompson 1998, p. 118-119. Information corrigée pour les titres et salaire à partir de Crespigny 2 (...)
  • 40 Fan Ye, Hou Hanshu, ch. 62, éd. Zhonghua shuju, vol. 7, p. 2065-2067 ; Powers 1984, p. 144. Sur Ch (...)
  • 41 Pirazzoli-t’Serstevens 2009, p. 352.
  • 42 Le plus souvent, les exemples de fuzeng mentionnés dans les textes Han concernent des dons de la c (...)

21Ce décret fut suivi d’autres, surtout dans les périodes de troubles sociaux ou de désastres naturels, qui n’eurent pas plus d’effet. Les familles riches, et plus seulement la noblesse, rivalisaient pour faire construire des hypogées en brique ou en pierre, comprenant plusieurs chambres et annexes, dont les principales étaient décorées de peintures ou de gravures. On peut dire que la frénésie de se survivre, d’étaler son train de vie et son rang social, de s’entourer dans la tombe d’objets familiers ou précieux, de substituts destinés à servir le défunt dans l’au-delà, se généralisa aux alentours de notre ère et concerna désormais aussi la classe moyenne. La littérature Han ne permet pas de discerner cette évolution mais l’archéologie, par le très grand nombre de tombes fouillées depuis une cinquantaine d’années et donc par les séries qu’elle apporte sur la longue durée, permet de retracer une évolution dans la pratique des enterrements somptueux. Ceux-ci semblent, à l’époque des Han Occidentaux, surtout le fait de la famille impériale, de la haute aristocratie et des familles nobles dans l’entourage des princes, tant à la cour de Chang’an que dans les royaumes en province. L’extension et la complexité de véritables palais souterrains s’accompagnent d’un mobilier précieux. Par contre, à l’époque des Han postérieurs, les tombes très riches sont plutôt le fait de clans familiaux, hauts fonctionnaires, propriétaires terriens des régions prospères (sud Shandong et nord Jiangsu, Henan, Bassin rouge au Sichuan). C’est désormais le décor pariétal et la quantité d’objets funéraires déposés auprès du mort qui priment. Le rang à la cour ou les connections avec celle-ci ne semblent plus être le critère déterminant pour la taille ou la structure de la tombe. Comme le fait remarquer Lydia Thompson, la tombe de l’eunuque Cao Teng 曹騰, anobli après l’accession au trône de l’empereur Huan (r. 146-167 ap. J.-C.), et Chef de la Maison de l’impératrice (da changqiu 大長秋), une position à 2000 boisseaux, était plus petite37 et moins richement décorée que celle38 de son contemporain le gouverneur Zhang, d’un statut inférieur, même s’il bénéficiait également d’un salaire de 2000 boisseaux39. Comptaient donc aussi et surtout la richesse en terres et en biens, la renommée locale, la clientèle. Le phénomène, dans son ampleur, s’explique certainement par la valorisation des rituels confucéens – réels ou imaginés – et par l’institutionnalisation de vertus comme la piété filiale. Dans une société régie par la recommandation, les descendants se servaient en effet des monuments ainsi érigés pour se faire distinguer des autorités et acquérir une renommée présente et à venir. Ils s’en servaient enfin pour resserrer des liens politiques. Des foules considérables assistaient aux funérailles d’hommes politiques ou de grands lettrés : plus de 30 000 personnes assistèrent à celles de Chen Shi 陳寔 (104-187), un lettré et fonctionnaire intègre, épris de justice et admiré à travers tout l’empire40. Ceux qui venaient participer aux funérailles grandioses d’un homme politique important ou d’un potentat local et contribuaient par des dons, soit à l’érection de la stèle portant l’éloge du défunt, soit en offrant des objets destinés à l’équipement de la tombe, renouvelaient de la sorte leur alliance ou leur allégeance à la famille du défunt41. Ces dons étaient l’une des expressions de la sociabilité propre à l’élite. Sur le plan politique ils participaient également de la très ancienne pratique du fuzeng 賻贈, qui remonte à l’Antiquité et a été institutionnalisée sous les Han42. Le fuzeng consistait en une aide matérielle aux parents d’un défunt pour les funérailles. L’empereur par ces présents – en argent et en objets – pouvait ainsi honorer un serviteur de l’État ou se concilier un clan puissant. Un seul exemple : en 141, à la mort de Liang Shang 梁商, un membre influent de la famille de l’impératrice et très proche du trône, qui avait souhaité d’ailleurs un enterrement sobre,

  • 43 Le Dongyuan 東園 désigne un atelier du palais dépendant du Trésor de la Maison impériale (Shaofu ou (...)
  • 44 Fan Ye, Hou Hanshu, ch. 34, éd. Zhonghua shuju, vol. 5, p. 1177, cité par Poo 1990, p. 44.

la cour, contrairement à son vœu, offrit un cercueil extérieur, un cercueil intérieur laqué rouge et rehaussé de motifs d’argent, un linceul de jade [tout cela sortant des ateliers] du Dongyuan43, au total vingt huit sortes d’objets, deux millions de pièces de monnaie, trois mille rouleaux de tissu, à quoi s’ajouta, de la part de l’impératrice, cinq millions de pièces de monnaie et dix mille rouleaux de tissu44.

22L’essor du fuzeng à l’époque des Han postérieurs est à mettre en relation avec les enterrements somptueux, avec l’importance prise par le confucianisme et la montée en puissance des grandes familles.

  • 45 Poo 1990, p. 43.

23Il n’est pas étonnant, dans cette surenchère, que certains conseillers des empereurs à l’époque des Han postérieurs aient considéré l’étalage de richesses lors des enterrements comme une violation des règles prescrites et une atteinte à l’ordre social qui se veut établi à partir du statut politique et non de la richesse matérielle. Les décrets visant à corriger ces excès, tout en manifestant un souci pour les souffrances qui en résultaient pour le peuple, se préoccupaient aussi, et peut-être avant tout, de ce qui pouvait être considéré comme une attaque de l’autorité impériale45.

Conclusion : entre système idéal et pratique réelle

24Le rapide survol que nous avons présenté appelle quelques remarques. Sur nos sources d’abord. La littérature Han reste peu loquace sur le sujet. Ce sont les mêmes critiques autour des mêmes thèmes qui se déroulent au fil des textes ; elles sont assez rarement mises en relation avec un personnage ou un événement précis, rarement le fait de la population concernée, mais restent plutôt dans l’intemporel du prescriptif, du schéma idéal ou de la semonce morale. Sans l’apport de l’archéologie, il serait donc difficile de saisir une évolution des pratiques et des sanctions sur les quatre siècles de la dynastie. Il serait également impossible d’entrevoir la réaction des élites aux critiques et aux prescriptions. Ce sont les vestiges matériels que les élites nous ont laissés qui, en quelque sorte, parlent pour elles.

25Il apparaît donc clairement, à lire la littérature Han et à la croiser avec l’apport de l’archéologie, qu’il y avait loin du discours à la réalité. Le discours idéal consigné dans les textes prescriptifs n’était le plus souvent pas suivi dans la pratique ; par ailleurs, les critiques émises ou les décrets promulgués restaient sans effet. Leurs auteurs eux-mêmes s’en plaignent et les découvertes archéologiques le confirment.

26On ne trouve pas de véritable législation somptuaire dans la Chine des Han. De même, il n’y a pas eu de consensus politique sur la répression du luxe. Comment expliquer cette double absence ? La Chine des Han n’a pas été, comme Rome, menacée économiquement par les importations de produits de luxe. Ses importations de matières précieuses (corail, jade, perles, cornes de rhinocéros, ivoire, fourrures) ou de produits manufacturés (tapis de laine, orfèvrerie) étaient réduites et ne constituaient en aucun cas une menace. Seules les importations de chevaux pouvaient être considérées comme vitales. D’autres facteurs ont joué : le cadre conceptuel et moral suffisait à imposer une observance assez stricte des rapports sociaux et de ce qui est approprié, tout en laissant s’exprimer la diversité des positions idéologiques tant que celles-ci ne menaçaient pas de front l’autorité impériale. L’affaiblissement du gouvernement central face à la puissance des potentats locaux au Ier et surtout au IIe siècle de notre ère constitua une menace infiniment plus directe.

  • 46 Xin 1999.
  • 47 Yamashita 1993/4, p. 84.

27Ces constatations amènent à réviser l’opinion selon laquelle le gouvernement Han fut une autocratie sans faille. Certains aspects du champ social pouvaient échapper au contrôle ou aux dictats du pouvoir central ; le luxe ou l’aspiration à un statut plus élevé, surtout loin de la cour, semblent bien en avoir fait partie. Un seul exemple : dans les tombes de la fin du Ier et du IIe siècle de notre ère, l’un des thèmes les plus fréquemment représentés est la procession de voitures. Quand elle décore les parois, elle évoque en général la vie du défunt ; au-dessus des portes, elle peut symboliser le voyage du défunt allant recevoir l’hommage et les offrandes de ses descendants46. Or, dans les tombes assez modestes du nord Shaanxi et du Shanxi, tombes de fonctionnaires locaux ou de propriétaires terriens de richesse moyenne, le nombre de voitures et de cavaliers accompagnant la voiture du défunt est en général exagéré par rapport aux prescriptions des textes ; il adopte des normes de rang au-dessus de celles autorisées pour un gouverneur de commanderie. Il y a donc hyperbole ou vantardise47. Il serait intéressant de confirmer la validité de cette observation par des études statistiques sur d’autres régions. Il faudrait également vérifier si la représentation dans un cadre funéraire ne bénéficiait pas d’une liberté particulière face à la norme rituelle.

Haut de page

Bibliographie

Éditions et traductions de sources

Ban Gu, Hanshu, éd. Zhonghua shuju, Pékin, 1962.

Chavannes 1897 = E. Chavannes, Les Mémoires historiques de Se-ma Ts’ien, Paris, 1897.

Dubs 1938 = H.H. Dubs, The History of the Former Han Dynasty by Pan Ku, Londres, 1938.

Fan Ye, Hou Hanshu, éd. Zhonghua shuju, Pékin, 1965.

Gale 1931 = E. M. Gale, Discourses on Salt and Iron, series Sinica Leidensia, vol. II, Leiden, 1931.

Gale 1934 = E. M. Gale, with P. A. Boodberg and T.C. Lin, Discourses on Salt and Iron, in Journal of the North China Branch of the Royal Asiatic Society, vol. LXV, 1934.

Lüshi chunqiu, édition Lüshi chunqiu jiaoshi (annoté par Chen Qiyou), Shanghai 1984.

Sima Qian, Shiji, éd. Zhonghua shuju, Pékin 1959.

Wang Fu, Qianfulun 潜夫論, éd. Peng Duo, Qianfulun jian jiaozheng, Pékin, 1985.

Yantielun, texte présenté, traduit et annoté par J. Levi, Paris, 2010.

Bibliographie

Balazs 1968 = E. Balazs, La crise sociale et la philosophie politique à la fin des Han, dans Id., La Bureaucratie céleste, Paris, 1968, p. 71-107.

Crespigny 2007 = R. de Crespigny, A Biographical Dictionary of Later Han to the Three Kingdoms (23-220 AD), Leiden-Boston, 2007.

Falkenhausen 2006 = L. von Falkenhausen, Chinese Society in the Age of Confucius (1000-250 BC) : The Archaeological Evidence, Los Angeles, 2006.

Falkenhausen 2010 = L. von Falkenhausen, Antiquarianism in Eastern Zhou Bronzes and its Significance, dans Wu Hung (dir.), Reinventing the Past, Chicago, 2010, p. 77-102.

Han Yangling 2001 = Han Yangling, Chongqing, 2001.

Hervouet 1964 = Y. Hervouet, Un poète de cour sous les Han, Sseu-ma Siang-jou, Paris, 1964. 

Hervouet 1972 = Y. Hervouet, Le chapitre 117 du Che-ki (Biographie de Sseu-ma Siang-jou), Paris, 1972.

Knechtges 1976 = D. R. Knechtges, The Han Rhapsody, A Study of the Fu of Yang Hsiung (53 BC-AD 18), Cambridge, 1976.

Ledderose 2008 = L. Ledderose, Une armée magique pour l’empereur, dans A. Thote, et L. von Falkenhausen (dir.), Les soldats de l’éternité, Paris, 2008, p. 251-269.

Legge 1895 = J. Legge, The Chinese Classics, vol. II, The Works of Mencius, Oxford, 1895 (réimpression Pékin 1939).

Levi 2009 = J. Levi, compte rendu de l’ouvrage de Yuri Pines, Envisioning Eternal Empire, dans T’oung Pao, 95, 2009, p. 422.

Li 1978 = Li Can, Bo xian Cao Cao zongzu muzang, dans Wenwu, 8, 1978, p. 32-45.

Lian 2008 = A. Lian, The shesheng Adjustments to the Rites in Early China , dans Journal of the American Oriental Society, vol. 128/4, oct.-déc. 2008, p. 723-735.

Loewe 1974 = M. Loewe, Crisis and Conflict in Han China 104 BC to AD 9, Londres, 1974.

Loewe 1986 = M. Loewe, The conduct of government and the issues at stake A.D. 57-167, dans D. Twitchett and M. Loewe, The Cambridge History of China, vol. I The Ch’in and Han Empires, 221 BC-AD 220, Cambridge, 1986, p. 291-316.

Loewe 1999 a = M. Loewe, The Imperial Way of Death in Han China, dans J.P. McDermott (dir.), State and Court Ritual in China, Cambridge, 1999, p. 81-111.

Loewe 1999 b = M. Loewe, State Funerals of the Han Empire, dans Bulletin of the Museum of Far Eastern Antiquities, 71, 1999, p. 5-72.

Loewe 2010 = M. Loewe, Imperial Tombs, dans M. Nylan and M. Loewe (dir.), China’s Early Empires. A Re-appraisal, Cambridge, 2010, p. 213-231.

Pirazzoli-t’Serstevens 1982 = M. Pirazzoli-t’Serstevens, La Chine des Han, Fribourg, 1982,

Pirazzoli-t’Serstevens 2009 = M. Pirazzoli-t’Serstevens, Autour de la mort et des morts. Pratiques et images à l’époque des Qin et des Han, dans J. Lagerwey (dir.), Religion et société en Chine ancienne et médiévale, Paris, 2009, p. 339-393.

Pirazzoli-t’Serstevens 2010 = M. Pirazzoli-t’Serstevens, Two Eastern Han Sites : Dahuting and Houshiguo, dans M. Nylan, M. Loewe (dir.), China’s Early Empires. A Re-appraisal, Cambridge, 2010, p. 83-113.

Poo 1990 = Poo Mu-Chou, Ideas concerning Death and Burial in Pre-Han and Han China, dans Asia Major, 3rd series, vol. III, part 2, 1990, p. 25-62.

Powers 1984 = M. J. Powers, Pictorial Art and its Public in Early Imperial China, dans Art History, vol. 7 n° 2, June 1984, p. 135-163.

Riegel 1995 = J. Riegel, Do not serve the Dead as You Serve the Living : The Lüshi chunqiu Treatises on Moderation in Burial, dans Early China, 20, 1995, p. 301-329.

Saeki 1979 = Saeki Tomi, Kandai no fuzo ni tsuite , dans Shirin, 62/5, 1979, p. 1-12.

Swann 1950 = N. L. Swann, Food and Money in Ancient China, Princeton, 1950.

Thompson 1998 = L. duPont Thompson, The Yi’nan Tomb : Narrative and Ritual in Pictorial Art of the Eastern Han (25-220 C.E.), PhD. Dissertation, Institute of Fine Arts, New York University, 1998.

Tian 1978 = Tian Changwu, Du Cao Cao zongzu mu zhuan ke ci, dans Wenwu, 8, 1978, p. 46-50.

Wang 1986 = Wang Shimin, Guanyu Xi Zhou Chunqiu gaoji guizu liqi zhidu de yi xie kanfa, dans Wenwu yu kaogu lunji, Beijing, 1986, p. 158-66.

Watson 1974 = B. Watson, Courtier and Commoner in Ancient China, New York-Londres, 1974.

Wu 2010 = Wu Hung, The Art of the Yellow Springs : Understanding Chinese Tombs, Londres, 2010.

Xin 1999 = Xin Lixiang, Handai huaxiang zhong de chema chuxing tu kao, dans Dongnan wenhua, 1999/1, p. 47-63.

Yamashita 1993/4 = Yamashita Shio, Huaxiangshi mu yu Dong Han shidai de shehui, dans Zhongyuan wenwu, 1993/4, p. 79-88.

Haut de page

Notes

1 Par exemple, un grand marchand qui adopte le luxe d’un aristocrate ou, plus généralement, tout homme usurpant des modes de vie ou de représentation réservés à un statut social et politique supérieur au sien.

2 Falkenhausen 2006, p. 12. Voir aussi Falkenhausen 2010.

3 Legge 1895, p. 178 ; Wang 1986.

4 Sur ces problèmes, voir les analyses de Falkenhausen 2006.

5 Lian 2008, p. 725.

6 Ban Gu, Hanshu, ch. 91, éd. Zhonghua shuju, vol. 11, p. 3679.

7 Ban Gu, Hanshu, ch. 5, éd. Zhonghua shuju, vol. 1, p. 149 ; Dubs 1938, p. 324-325 ; Fan Ye, Hou Hanshu, ch. 29 « Yufuzhi » (« Traité sur les voitures et les robes »), shang, éd. Zhonghua shuju, vol. 12, p. 3639-53.

8 Fan Ye, Hou Hanshu, id. p. 3652.

9 Levi 2009.

10 Yantielun II.3, La dispute sur le sel et le fer, Yantielun, éd. Belles Lettres, p. 14.

11 Ban Gu, Hanshu, ch. 24 xia, éd. Zhonghua shuju, vol. 4, p. 1153.

12 Swann 1950, p. 13, 14, 24.

13 Loewe 1974.

14 Loewe 1974, ch. 3 ; Gale 1931 (trad. anglaise des ch. 1-19) ; Gale 1934, p. 73-110 (trad. ch. 20-28) ; Yantielun, La dispute sur le sel et le fer, éd. Belles Lettres.

15 Ban Gu, Hanshu, ch. 73, éd. Zhonghua shuju, vol. 10, p. 3116 ; Dubs 1938, vol. 2, p. 289-90.

16 Ban Gu, Hanshu, ch. 9, éd. Zhonghua shuju, vol. 1, p. 281, 284-5 ; Dubs 1938, vol. 2, p. 306, 312, 314.

17 Pirazzoli-t’Serstevens 1982, p. 138, 149-51.

18 Sur ces trois philosophes, voir Balazs 1968. Sur le chapitre « Du luxe excessif » du Qianfulun (Critique d’un homme caché) de Wang Fu, en particulier, voir id. p. 84-86.

19 Hervouet 1964 ; Hervouet 1972.

20 Knechtges 1976.

21 Ban Gu, Hanshu ch. 65, éd. Zhonghua shuju, vol. 9, p. 2849-50 ; voir la traduction de la biographie de Dongfang Shuo dans le ch. 65 du Hanshu dans Watson 1974, p. 79-106.

22 Sima Qian, Shiji ch. 10, éd. Zhonghua shuju, vol. 2, p. 433 ; Chavannes 1897, tome 2, p. 485-86 ; Ban Gu, Hanshu ch. 4, éd. Zhonghua shuju, vol. 1, p. 134-35.

23 Fan Ye, Hou Hanshu, ch. 1, xia, éd. Zhonghua shuju, vol. 1, p. 77-78.

24 Fan Ye, Hou Hanshu, ch. 2, éd. Zhonghua shuju, vol. 1, p. 123 ; Loewe 1986, p. 295.

25 Loewe 1986, p. 301.

26 À savoir des cloches et des tambours.

27 Ban Gu, Hanshu, ch. 10, éd. Zhonghua shuju, vol. 1, p. 324-25.

28 L’usage du cheval et de la voiture attelée, héritière du char antique, restait socialement très valorisé et un symbole d’appartenance à l’élite.

29 Voir, par exemple, le chapitre 29 (Sanbuzu) du Yantielun, traduction Levi, p. 158-173.

30 Sur les cimetières des dirigeants de Qin, par exemple, voir Falkenhausen 2006, p. 328-29. Un seul exemple : la tombe qui est considérée comme celle du duc Jing (r. 577-537 av. J.-C.) de Qin, à Fengxiang au Shaanxi, mesure 300 mètres de long pour une profondeur de 24 mètres. Cent quatre-vingt deux victimes humaines sacrifiées y avaient été déposées.

31 Il est ironique de constater que beaucoup plus tard, sous les Song (960-1279), certains lettrés confucéens influents, Sima Guang (1019-1086) et Zhu Xi (1130-1200) pour ne citer qu’eux, prônèrent les enterrements sobres comme seuls orthodoxes et dignes de lettrés, stigmatisant comme vulgaires les tombes décorées de peintures et richement fournies que se faisaient préparer les propriétaires terriens et les marchands. Cf. Wu 2010, p. 80-83.

32 Le “Jiesang 莭喪 » (« Soyez modérés dans l’enterrement ») et le « Ansi 安死 » (« Laissez les morts en paix »), cf. Lüshi chunqiu, ch. 10, édition Lüshi chunqiu jiaoshi, vol. 2, p. 524-26 ; 535-37. Pour la traduction de ces traités et les controverses sur le sujet à l’époque des Royaumes Combattants, voir Riegel 1995.

33 Pour une synthèse récente en français sur le mausolée de Qin Shihuangdi et son armée, voir Ledderose 2008.

34 Pour les travaux archéologiques au Yangling, le mausolée de l’empereur Jing (r.157-141 av. J.-C.), dont le tumulus en forme de pyramide mesure 168 mètres de côté, voir Han Yangling 2001. Sur les funérailles impériales, voir Loewe 1999 a ; Loewe 1999 b ; et Loewe 2010.

35 Par exemple, Wang Fu dans son Qianfulun 潜夫論, 12 Fouchi, éd. Peng Duo, p. 137.

36 Fan Ye, Hou Hanshu, ch. 1 xia, éd. Zhonghua shuju, vol. 1, p. 51.

37 Sur le cimetière de la famille Cao dans le district de Bo, dans l’Anhui, voir Li 1978, et Tian 1978.

38 La tombe 1 de Dahuting, district de Mixian, au Henan. Sur cette tombe, cf. Pirazzoli-t’Serstevens 2010.

39 Thompson 1998, p. 118-119. Information corrigée pour les titres et salaire à partir de Crespigny 2007.

40 Fan Ye, Hou Hanshu, ch. 62, éd. Zhonghua shuju, vol. 7, p. 2065-2067 ; Powers 1984, p. 144. Sur Chen Shi, voir Crespigny 2007, p. 77-78.

41 Pirazzoli-t’Serstevens 2009, p. 352.

42 Le plus souvent, les exemples de fuzeng mentionnés dans les textes Han concernent des dons de la cour à la famille d’un homme politique ou d’un haut personnage pour ses funérailles, mais la famille d’un simple fonctionnaire pouvait également recevoir des dons en argent du gouvernement et le terme désigne aussi les contributions que parents, collègues et amis apportent lors des funérailles. Sur le sujet, voir Saeki 1979.

43 Le Dongyuan 東園 désigne un atelier du palais dépendant du Trésor de la Maison impériale (Shaofu ou Petit Trésor) et chargé de la fabrication de tout ce qui constituait l’équipement des tombes impériales, depuis les cercueils jusqu’aux statuettes funéraires, en passant par les linceuls de jade, vêtements, etc.

44 Fan Ye, Hou Hanshu, ch. 34, éd. Zhonghua shuju, vol. 5, p. 1177, cité par Poo 1990, p. 44.

45 Poo 1990, p. 43.

46 Xin 1999.

47 Yamashita 1993/4, p. 84.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michèle Pirazzoli-t’Serstevens, « Sur le luxe dans la Chine des Han. Règles structurelles, critiques, et mesures conjoncturelles », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 128-1 | 2016, mis en ligne le 25 février 2016, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/mefra/3291 ; DOI : 10.4000/mefra.3291

Haut de page

Auteur

Michèle Pirazzoli-t’Serstevens

EPHE, Paris - micheleps@noos.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals