Navigation – Plan du site
Regards croisés : Antiquité et Moyen Âge dans les historiographies française et italienne

César et les « Romains » (1900-1950) : une histoire impossible

Caesar and the “Romans” (1900-1950): an impossible history
Sarah Rey
p. 383-394

Résumés

À l’École française de Rome, César demeura longtemps un objet historiographique non identifié, pour plusieurs raisons (hostilité au genre biographique, hantise de l’appropriation bonapartiste). Trois anciens « Romains » se sont néanmoins attachés à la figure césarienne : Gustave Bloch, Léopold Constans, Jérôme Carcopino. Dans La Gaule indépendante et la Gaule romaine(1900) de Bloch, la figure de César compte moins que l’accès des Gaulois à la civilisation par l’intermédiaire de Rome. Dans sa traduction du Bellum gallicum, Constans pèse le pour et le contre, mais finit par adhérer aux reconstructions césariennes. Quant au César (1935) de Carcopino, il a surplombé toute la bibliographie française en la matière. Cet ouvrage conclut le triptyque entamé par Autour des Gracques et Sylla ou la monarchie manquée. Ici, le dictateur est un grand homme, au-dessus de son époque et Cicéron sert de contre-modèle absolu.

Haut de page

Texte intégral

1Les membres de l’École française de Rome ont longtemps contourné César. Pour trouver la mention du grand homme dans leurs bibliographies, il faut se tenir hors de leurs années romaines, et même hors de leurs thèses. Il est donc impossible de retracer l’histoire de César comme objet historiographique pris en main – depuis Rome – par les « Romains ». L’histoire des dernières décades de la République a, semble-t-il, posé problème aux jeunes savants du Palais Farnèse, qui ont préféré les travaux couvrant de plus longues périodes et permettant de prouver la variété de leurs compétences techniques dans les sciences « auxiliaires ».

2Ces membres de l’EFR ayant séjourné en Italie, l’espace de deux ou trois ans, ont eu beaucoup de poids dans la définition de l’Altertumswissenschaft à la française. Des points communs les unissent : leur formation – ils sont en grand nombre normaliens et agrégés – et l’évolution de leur carrière, souvent réussie (Sorbonne, Collège de France, Académie des Inscriptions). La qualité de « Romain » les suit, voire les caractérise, durant toute leur vie scientifique. Pourtant, leurs œuvres ne sont pas celles d’une école historique clairement définie, malgré leur adhésion au credo positiviste. Observer le sort qu’ils ont réservé à César, dans la première moitié du xxe siècle, c’est cerner l’unité et les dissemblances de ce « groupe » farnésien.

  • 1 D’abord annexe romaine de l’École d’Athènes, l’École française de Rome est définitivement fondée en (...)
  • 2 En 1873-1874, Gustave Bloch (1848-1923) est membre de la « succursale » romaine de l’École d’Athène (...)
  • 3 Camille Jullian (1859-1933) rejoint l’École française de Rome en 1880-1882. Cas rare, sa thèse sur (...)
  • 4 De 1886 à 1890, Stéphane Gsell (1864-1932) est membre de l’École. Il rédige alors une thèse sur Dom (...)
  • 5 Après un mémoire intitulé « Les cultes étrangers sur l’Aventin à l’époque républicaine », Alfred Me (...)
  • 6 Le mémoire envoyé à l’Institut par Daniel Serruys, alors qu’il est membre de l’EFR, est dédié aux m (...)
  • 7 Maurice Pernot (1875-1948, EFR 1899-1901) rédige du temps de Rome un mémoire qui porte sur cette qu (...)

3En 1900, l’École française de Rome a vingt-cinq ans1, les Mélanges d’archéologie et d’histoire existent depuis 1881, Mgr Duchesne est alors le directeur de l’institution. De futurs historiens reconnus ont déjà accompli leur séjour romain : Gustave Bloch2, Camille Jullian3, Stéphane Gsell4. Les membres antiquisants de la promotion 1900-1901, comme leurs prédécesseurs et comme beaucoup de leurs successeurs, ne centrent pas leurs recherches sur la crise du ier siècle avant J.-C. : Alfred Merlin se consacre à l’Aventin5, Daniel Serruys aux manuscrits italiens de Thucydide6, et Maurice Pernot au colonat partiaire7.

  • 8 À l’École normale supérieure, il est l’élève de Fustel de Cou-langes, pour qui « La Gaule [...] n’a (...)

4De tous les jeunes historiens et philologues qui sont passés par Rome dans la première partie du xxe siècle, Jérôme Carcopino est en fait celui qui s’est le plus attelé à reconstruire les étapes de la trajectoire césarienne. Élève de l’École de Rome entre 1904 et 1907, il trouve dans le vainqueur des Gaules le héros de toute son œuvre. Outre ce César-là, il y a bien sûr d’autres « César ». Et certains « Romains » disposent même de plusieurs « César », leur point de vue sur cette figure évoluant peu à peu : il en est ainsi de Camille Jullian, qui change son regard sur la conquête romaine en Gaule au cours de son itinéraire intellectuel8.

  • 9 Cf. J. Toutain, Les cités romaines de la Tunisie (Paris, 1896, 411 p.). Jules Toutain (1865-1961) e (...)
  • 10 Fouilleur de Volubilis, longtemps attaché au Service des Antiquités du Maroc, Raymond Thouvenot (18 (...)
  • 11 Jean Gagé (1902-1986, EFR 1925-1928) se voue à l’Apollon romain. Cf. J. Gagé, Apollon romain. Essai (...)
  • 12 À Rome de 1935 à 1937, Pierre Grimal (1912-1996) publie pendant la guerre sa thèse sur Les jardins (...)
  • 13 Robert Schilling (1913-2004, EFR 1939-1940) s’intéresse, quant à lui, au culte de Vénus (La religio (...)

5À l’EFR, César est rarement étudié « frontalement », ne faisant pas, à lui seul, l’objet d’un livre ou d’une étude. L’homme d’État apparaît souvent au détour d’un chapitre, dans tel ou tel ouvrage d’histoire régionale, institutionnelle, religieuse ; ou dans une large synthèse d’histoire romaine. À ce titre, Gustave Bloch, Camille Jullian, Stéphane Gsell, Jules Toutain9, mais aussi leurs cadets du xxe siècle – Raymond Thouvenot10, Jean Gagé11, Pierre Grimal12, Robert Schilling13– ont eu affaire à César.

  • 14 G. Bloch, Les origines, la Gaule indépendante et la Gaule romaine, dans E. Lavisse (dir.), Histoire (...)
  • 15 J. Carcopino, César, in Histoire générale publiée sous la direction de G. Glotz. Histoire ancienne, (...)

6Pour comprendre comment ce personnage est étudié par l’EFR de la première moitié du xxe siècle, deux titres peuvent servir à circonscrire l’analyse : en amont, le volume donné en 1900 par Gustave Bloch à l’Histoire de France d’Ernest Lavisse, La Gaule indépendante et la Gaule romaine14 ; en aval, le César (1936)15de Carcopino, qui s’inscrit aussi dans une Histoire générale, l’Histoire Glotz.

7Entre ces deux œuvres, un parcours en trois temps se dessine : le sujet « César » est d’abord esquivé ; puis il est remis dans le contexte des guerres civiles romaines et ramené à de justes proportions ; il peut enfin être exalté.

Les raisons d’un contournement

  • 16 Napoléon III, Histoire de Jules César, Paris, 1865-1866, 415 p. et 583 p., réédité en 2001 (Paris), (...)
  • 17 Cf. Chr. Goudineau, « Camille Jullian et l’Histoire de la Gaule », in C. Jullian, Histoire de la Ga (...)

8Sous la IIIe République, César rappelle le Second Empire et l’Histoire de Napoléon III16. Le nouveau régime préfère célébrer les Gaulois, qui ont pris, en historiographie, quelque consistance dès avant Sedan17. Or l’École française de Rome est une institution républicaine, née de la défaite de 1870 et fondée pour assurer la présence scientifique de la France dans la jeune capitale italienne, après la disparition du caractère international de l’Instituto di corrispondenza archeologica.

  • 18 St. Gsell, Fouilles dans la nécropole de Vulci, Paris, 1892, 576 p.

9Les savants français ont cherché à rattraper leurs pairs allemands sur le sol italien : en Étrurie, par exemple, lorsque Stéphane Gsell obtient de fouiller la nécropole de Vulci18. Mais cette rivalité, ou cette émulation, entre Français et Allemands ne s’est pas manifestée sur le « terrain » césarien : pour la nouvelle École de Rome, l’important était d’avoir tout à la fois un recrutement très sélectif (les meilleurs agrégés de Lettres et d’Histoire de l’École Normale Supérieure, et quelques élèves de l’École Pratique des Hautes Études), un rythme honorable de publications et des chantiers archéologiques en Italie et en Afrique du Nord.

  • 19 Cf. surtout L. Duchesne, Histoire ancienne de l’Église, Paris, 3 vol. , 1907-1933, 578 p., 671 p. e (...)
  • 20 Voir notamment É. Mâle, L’art religieux du xiiie siècle : étude sur l’iconographie du Moyen Âge et (...)
  • 21 Sa correspondance passive, conservée à la Bibliothèque de l’Institut (Mss 7 133-7 171, 7 678), mont (...)

10Le rôle joué par les directeurs du Palais Farnèse justifie de même cet oubli de César. Ils donnent leurs avis sur les travaux des savants en formation qu’ils accueillent, et tant Mgr Duchesne (directeur de 1895 à 1922), attaché aux premiers temps de l’Église19, qu’Émile Mâle (directeur de 1923 à 1937), historien de l’art médiéval20, n’ont aucune prédilection pour les dernières décennies de la République romaine. Quant à Jérôme Carcopino, qui dirige l’École de 1937 à 1940, sans dire qu’il s’est « réservé » César, on peut penser qu’il avait conscience des dangers – en termes d’années de travail et de parti pris interprétatifs – qui pouvaient se présenter aux jeunes historiens. Carcopino a préféré orienter les « Romains » vers des thèmes aux bornes claires21.

  • 22 Cf. C. Bonnet, Le ‘Grand Atelier de la Science’. Franz Cumont et l’Altertumswissenschaft. Héritages (...)
  • 23 Voir D. Palombi, ‘Titus’. Thomas Ashby, scrittore contemporaneo di cose romane, dans Archeologia cl (...)

11Aux côtés des directeurs, l’École du premier xxe siècle a connu d’autres maîtres et d’autres guides : Gianbattista De Rossi et Franz Cumont par-dessus tout22. Ces tuteurs ne se préoccupent pas au premier chef d’histoire politique : Cumont aide certains philologues et tous ceux qui ont une vocation d’historien de la religion. Ceux qui, comme Marcel Durry, sont intéressés par la topographie consultent, pour leur part, Thomas Ashby23, à la tête de l’École britannique.

  • 24 Dans l’entretien qu’il a accordé à Emil Ludwig, publié en 1932, Mussolini a donné son avis sur Césa (...)
  • 25 Voir encore A. Giardina et A. Vauchez, Il mito di Roma, cit. et plus spécialement le chapitre IV «  (...)

12Le moment du séjour romain peut également expliquer cette mise à distance du dictateur. On sait que les fascistes ont fait de la romanité l’un des piliers de leur mythologie politique. Le Duce a instrumentalisé César – conquérant, dictateur, grand chef d’État –, lui préférant cependant Auguste24, dont les deux mille ans sont fêtés solennellement, en 1937-193825.

  • 26 Henri-Irénée Marrou ne demeure pas indifférent à l’actualité politique et, dans ses années italienn (...)

13De surcroît, les membres de l’École française ont peut-être intentionnellement échappé à César parce que sa trajectoire est trop délicate à restituer : il vit dans une période de transition et son action est protéiforme ; en somme, tout ce qui est césarien se prête aux prises de position. Et rares sont les « Romains » d’avant 1940 qui aiment sortir, dans leurs thèses, de la neutralité la plus stricte. Certes, Henri-Irénée Marrou (1904-1977, membre EFR 1930-1932) et Jean Bérard (1908-1957, membre EFR 1933-1936 et 1939-1940) prennent leur plume pour dénoncer le pouvoir de Mussolini26, mais ces textes paraissent sous un pseudonyme, et toujours en dehors des travaux proprement historiques.

  • 27 Aux biographies, Mommsen préfère les études régionales : « Il y a longtemps que Mommsen déclarait q (...)
  • 28 G. Lacour-Gayet, Essai sur le règne d’Antonin le Pieux, Paris, 1988, 499 p.
  • 29 St. Gsell, Essai sur le règne de l’empereur Domitien, Paris, 391 p.
  • 30 L. Homo, Essai sur le règne de l’empereur Aurélien. 270-275, Paris, 1904, 390 p.
  • 31 M. Besnier, L’île Tibérine dans l’antiquité, Paris, 1902, 357 p.
  • 32 E. Fernique, Étude sur Préneste, ville du Latium, Paris, 1880, 222 p.
  • 33 M.-R. de la Blanchère, Terracine. Essai d’histoire locale, Paris, 1884, 218 p.
  • 34 Ch. Dubois, Pouzzoles antique. Histoire et topographie, Paris, 1907, 452 p.
  • 35 A. Grenier, Bologne villanovienne et étrusque. viiie-ive siècles, Paris, 1912, 540 p.
  • 36 P. Wuilleumier, Tarente, des origines à la conquête romaine, Paris, 1939, 2 vol. , 540 p. et un vol (...)
  • 37 J. Toutain, Les cités romaines de la Tunisie, Paris, 1896, 411 p.

14Autre motif d’évitement de l’objet « César » : le problème que pose le genre biographique, dont la scientificité a pu être mise en question. Modèle et rival suprême des antiquisants français, Mommsen compte parmi les détracteurs des Vies27. Il y a, il est vrai, au début de l’histoire de l’École de Rome, une « tradition » de monographies d’empereurs. Ces monographies reçoivent le titre – ou le sous-titre – modeste d’«  Essai » : Antonin le Pieux et son règne. Essai sur l’histoire de l’Empire romain au milieu du iie siècle (1888) de Georges Lacour-Gayet28, Essai sur le règne de l’empereur Domitien (1894) de Stéphane Gsell29, Essai sur le règne de l’empereur Aurélien (270-275) (1904) de Léon Homo30. Mais, aux grands politiques, des lieux sont préférés : l’île Tibérine31, Préneste32, Terracine33, Pouzzoles34, Bologne35, Tarente36, les cités de Tunisie37.

15Que César soit quasiment absent des bibliographies des « Romains » s’explique donc sans mal. Mais certains ont tout de même étudié avec attention la figure du dictateur. Il existe alors deux manières de procéder : ou bien César passe pour un personnage parmi d’autres, objet d’appréciations contradictoires, ou bien c’est le grand homme par excellence.

16De Bloch à Constans, le rôle tenu par César est déterminé en pesant le pour et le contre, avec des nuances dans le césarisme et des variations dans l’anti-césarisme. Et personne n’est plus césarien que Carcopino.

Cesar parmi d’autres

17Gustave Bloch ne se laisse aller à aucune admiration : le volume de l’Histoire de Lavisse dont il est l’auteur ne sera ni une ode aux Gaulois ni un plaidoyer en faveur de la conquête césarienne. S’il faut désigner une héroïne dans le récit, c’est la civilisation, que les Romains apportent à la nation française en gestation.

  • 38 G. Bloch, Les origines, la Gaule indépendante et la Gaule romaine, cit., p. 37.
  • 39 Ibid., p. 36.

18Bloch n’est pas ému par les premiers temps de l’histoire gauloise : les sites ne l’attendrissent pas. Quand il évoque le Mont Beuvray, où des fouilles sont menées depuis 1867, il s’accorde avec Cicéron (De provinciis consularibus, 12) qui se demande ce qu’il y a de plus laid que les oppida gaulois38, et déclare que « Bibracte était [...], en même temps qu’un réduit fortifié, une sorte de ville industrielle. Triste ville, de misérable apparence, et comme perdue dans un large espace dépeuplé »39.

  • 40 Ibid., p. 47.

19Les Gaulois n’acquièrent pas avec lui de singularité. Son avis sur la religion celte le montre assez : « César, écrit-il, nous dépeint les Gaulois comme éminemment superstitieux, ce qui ne veut pas dire qu’ils le fussent plus que les Grecs ou les Romains. Leur polythéisme, très riche, très touffu, ressemblait sur le fond à celui des autres nations »40.

  • 41 « Les Romains ont tracé des Gaulois un portrait qui n’est pas flatté, mais où nous aurions mauvaise (...)

20Tout en établissant la filiation Gaulois-Français41, il refuse de décrier l’autorité romaine au fur et à mesure de son affirmation :

  • 42 Ibid., p. 86.

La conquête de César fut une œuvre d’[...]ambition personnelle, mais aussi un acte de sage politique, et, sinon pour Rome, du moins pour les possessions romaines en Gaule, une mesure de préservation et de salut. L’invasion germanique, un instant enrayée par la défaite des Cimbres et des Teutons, avait repris son cours. Les nations celtiques, paralysées par leurs dissensions, se montraient impuissantes à lutter contre ce torrent. Il menaçait, après les avoir submergées, de les emporter à leur tour pour les jeter, pêle-mêle avec leurs vainqueurs, sur les frontières de la Province. Une intervention s’imposait42.

  • 43 Ibid., p. 101.
  • 44 Ibid., p. 34.
  • 45 La main coupée des derniers combattants d’Uxellodunum est une « mesure abominable » (Ibid., p. 100)

21Principal agent de cette intervention, César « avait tous les dons qui peuvent entraîner un peuple brillant et léger, la bonne grâce, le charme personnel, le prestige du génie et de la gloire »43. Les écrits du conquérant sont donc suivis sans méfiance : Bloch lui passe ses exagérations, par exemple dans l’estimation de la population gauloise : « Les chiffres que donne César sont suspects. Il avait intérêt à grossir le nombre de ses adversaires et ne s’en privait pas, en quoi il ne faisait que se conformer à toutes les traditions de l’historiographie romaine »44. Et les horreurs de la guerre ne font qu’à l’occasion réagir l’observateur45.

  • 46 Dans la nécrologie écrite pour l’Annuaire de l’ENS, Jérôme Carcopino a dit tout ce que Bloch devait (...)
  • 47 G. Bloch, Les origines, la Gaule indépendante et la Gaule romaine, cit., p. 104.

22En somme, plus que la personnalité de César, c’est le résultat de ses victoires qui compte, le produit des batailles césariennes, la suite de l’histoire. Ici, plutôt que de donner à entendre sa propre voix d’historien, Bloch rejoint son maître Fustel de Coulanges46, en le citant en conclusion : « Les Gaulois [...] eurent assez d’intelligence pour comprendre que la civilisation valait mieux que la barbarie. Ce fut moins Rome que la civilisation elle-même qui les gagna à elle. Être Romain, à leurs yeux, ce n’était pas obéir à un maître étranger, c’était partager les mœurs, les études, les plaisirs de ce qu’on connaissait de plus cultivé et de plus noble dans l’humanité »47.

  • 48 Voir N.-D. Fustel de Coulanges, Histoire des institutions de l’ancienne France. I. L’Empire romain, (...)

23Comme Camille Jullian, Gustave Bloch reçoit l’influence de Fustel, leur maître à l’École Normale. Bloch a lu et médité les Institutions de l’ancienne France, dont le premier volume tend à prouver que, dès l’Antiquité, la France n’a rien retiré de l’héritage germanique48. À l’inverse, Rome et la romanité ont orienté pour le meilleur le développement du pays. Suivant cette conception, César revêt pour la Gaule un rôle très profitable comme vecteur de la romanité.

24Bloch montre donc, dans son Histoire et dans l’image qu’il donne de César, une fidélité à ses années de formation. L’inverse peut être dit de Camille Jullian, qui – pro-romain au début de sa carrière – modifie, chemin faisant, le cap de son historiographie ; César en fait les frais, sous une forme paradoxale : pour que Vercingétorix soit fort, César ne peut sembler faible. Jullian part du principe que le De Bello Gallico ne magnifie pas délibérément le résistant gaulois. Toutefois, César perd, au fil du temps, ce que l’auteur lui gardait d’estime.

  • 49 C. Jullian, Vercingétorix, Paris, 1901, p. 54-55.
  • 50 Avant ce Vercingétorix, Jullian a déjà publié Fréjus romain (1886) et les Inscriptions romaines de (...)
  • 51 C. Jullian, Vercingétorix, cit., p. 58-59.

25Dans l’ouvrage de 1901 consacré à Vercingétorix, César reçoit encore quelques beaux compliments, peut-être parce que ce livre est le récit d’un duel, et que les deux parties doivent faire jeu égal : « Jamais proconsul de Rome ne sut plus exactement, dès le jour de son entrée en charge, jusqu’où il souhaitait aller. L’ambition de César, en Gaule et ailleurs, eut en même temps un caractère et une allure impériale, elle fut précise et prestigieuse »49. Déjà voué aux Antiquités nationales50, mais toujours fervent lecteur des Commentaires, Jullian rajoute : « cette Gaule, qui était la plus inquiète des nations, qui avait un si long passé d’indépendance et de gloire, qui était alors, l’Égypte exceptée, la chose la plus vivante du monde, César, sans rien dire, lui confisque la liberté. Ce fut, dans la vie du proconsul, un nouveau miracle d’audace heureux et tranquille »51.

  • 52 Par exemple sur la voie de pénétration de Vercingétorix en pays biturige. Sur le peu d’archéologie (...)

26Dans ce Vercingétorix, les textes de César forment la référence absolue, mais les travaux de Stoffel à Alésia sont tus, l’archéologie n’est presque pas utilisée, même si des hypothèses topographiques sont formulées52.

  • 53 C. Jullian, Histoire de la Gaule. III. La conquête romaine et les premières invasions germaniques, (...)

27À peine huit ans plus tard, dans le troisième tome de l’Histoire de la Gaule (1909)53, César ne bénéficie plus d’aucune indulgence. À la suite de Suétone et Plutarque, Jullian dresse un portrait sévère :

  • 54 Ibid., p. 167-168.

Si, comme consul, il s’était révélé novateur hardi et administrateur habile, bien d’autres avant lui méritèrent pareil éloge ; et si, en Espagne, il avait vaincu des peuples lointains et montré ses vaisseaux à l’Océan de Galice, il n’avait rien fait que suivre les traces de Junius Brutus, de Scipion Émilien et de Pompée. Quant au reste de sa vie, il ne valait pas la peine d’en parler : quelques coups d’audace à l’Alcibiade, pour que la foule s’occupât de lui (Suétone, César, II et Plutarque, César, 1, 5, 6), des rapports suspects avec Catilina, Clodius et les pires des démagogues, une entente mystérieuse avec Pompée et Crassus, des accointances successives avec les hommes des différents partis, pour mettre à profit n’importe quelle révolution, des dettes énormes, d’étranges débauches (Suét., César 2, 49), un bon talent d’avocat et d’écrivain : en tout cela César ressemblait à la plupart des ambitieux qui pullulaient à Rome54.

28Dans une réflexion sur les vertus comparées des grands hommes, à la façon plutarquéenne, César est encore mis à bas :

  • 55 Ibid., p. 172.

L’âme de César [...] ne méritait ni admiration profonde ni affectueuse sympathie. Ce serait outrager la justice et la vertu que de la comparer à celle de Caton, enfermée dans le culte de tous les devoirs. Mais elle ne valait même pas celle de Pompée, que de généreux scrupules, le besoin d’être loué et le respect de soi-même préservèrent des ambitions les plus coupables, et que ses amis ont aimé jusqu’à l’adoration. César était un mélange de dons séduisants et de vices insupportables55.

  • 56 Ibid., p. 173.
  • 57 « À la différence de Flamininus, César donna à ses légions l’ordre de rester. Il les installa en Fr (...)
  • 58 « Ce fut pour [César] l’humiliation de la surprise : il ne put donner les ordres les plus utiles, e (...)
  • 59 Ibid., p. 326.
  • 60 Ibid., p. 408-409.
  • 61 Ibid., p. 512.
  • 62 Ibid., p. 532-533.
  • 63 Ibid., p. 569.

29L’historien prédit même ce que le dictateur aurait pu devenir : « Si les circonstances l’avaient laissé à Rome, il eût ressemblé plus à Catilina qu’aux Gracques »56. Qu’il ait, à l’hiver 58/57, laissé ses troupes derrière lui pour regagner sa province de Cisalpine ulcère Jullian57. Sa victoire sur la Sambre est honteuse58. L’opération menée contre les Usipètes et les Tenctères paraît « la plus lâche de ses actions »59. Après la révolte d’Ambiorix et des Éburons, il a le tort de ne pas savoir pardonner60. Son génie militaire est inexistant : sa part est mince dans la réussite du siège d’Alésia61. La reddition de Vercingétorix en silence est « une suprême victoire sur César »62. Le bilan de son action en Gaule devient une accusation éternelle, une liste infâmante d’actes ignobles63.

  • 64 Le dernier chapitre, le chapitre XV, est intitulé « La chute de Marseille » et Jullian ne se prive (...)

30César est ainsi réduit à néant. Jullian n’a rien contre les grands hommes (Pompée, Sertorius sont « sauvés ») mais pose que le Romain n’en est pas un. C’est à d’autres que l’historien fait sa révérence : aux Gaulois, aux soldats romains inconnus, à la terre gauloise, à Marseille, sa ville natale, par l’évocation de laquelle il termine ce troisième tome de l’Histoire de la Gaule64et, enfin, à une fustélienne « civilisation ».

31Camille Jullian est le plus anticésarien des « Romains » (comme Carcopino est le plus césarien). Après lui, la plupart des historiens français issus de l’École de Rome viennent à César par des chemins de traverse. Ils ne reprennent pas le ton virulent de Jullian et balancent entre critique pondérée et indulgence complice : ce sont les cas de Jules Toutain, Léopold Constans et Stéphane Gsell. Toutain, polémiste et nationaliste par temps de guerre, défend ainsi César sous le double prétexte qu’il fait connaître, par ses Commentaires, la grandeur des Gaulois et qu’il a combattu le « péril » germanique. Gsell, de son côté, dit à demi-voix qu’il préfère Caton, mort en terre africaine, mais ne noircit nullement le portrait de César. Constans, enfin, propose une vision sans emphase de l’auteur qu’il traduit.

  • 65 J. Toutain, Héros et bandits. Vercingétorix et Arminius, Paris, 1916, p. 5. Toutain exprime à plusi (...)
  • 66 Dans la traduction de la Römische Geschichte de Mommsen par C. A. Alexandre (rééditée en « Bouquins (...)
  • 67 J. Toutain, Héros et bandits, cit., p. 7.
  • 68 Ibid., p. 7.

32Dans une brochure écrite au cœur de la première guerre mondiale65, Toutain a l’idée de montrer qu’il ne faut rien attendre, sinon le pire, d’un peuple (les Allemands ou les Germains, c’est tout comme) qui glorifie Arminius, l’image même du « bandit » opposé à Vercingétorix, tout d’honnêteté, qui porte déjà en lui les qualités des Français. Toutain a traduit, en collaboration avec René Cagnat, le dernier livre de l’Histoire romaine de Theodor Mommsen. Il connaît à coup sûr le portrait de Vercingétorix laissé par le savant allemand dans l’avant-dernier livre, et ne lui pardonne pas sa sentence : « tout est dit sur la nation celte, quand on dit que son plus grand homme n’est qu’un chevalier » (Römische Geschichte, V)66. César, lui, peut être admiré, car il « rend hommage à la loyauté des Gaulois, à leur fidélité envers leurs chefs »67 ; et « César ne peut s’empêcher de [...] témoigner son estime [à Vercingétorix], tenant à ses compagnons d’armes un langage énergique et grave »68.

  • 69 St. Gsell, Histoire ancienne de l’Afrique du Nord. Tome VIII. Jules César et l’Afrique. Fin des roy (...)
  • 70 Ibid., p. 49.
  • 71 Ibid., p. 62
  • 72 Ibid., p. 132.
  • 73 Ibid., p. 133.
  • 74 Gsell écrit : « Volonté réfléchie, et non entièrement bornée aux passions aveugles : Caton prouva s (...)
  • 75 Ibid., p. 146-147.
  • 76 Ibid., p. 154.

33Chez Jules Toutain, César, pris comme simple informateur, se tient donc en retrait. Avec Gsell, c’est un protagoniste mis aussi au second plan, dans le tome VIII de l’Histoire ancienne de l’Afrique du Nord69. La sobriété caractérise Gsell, qui jamais ne porte aux nues, ni ne démolit l’œuvre césarienne : l’éloge est toujours minimal. Au mieux, il est dit de César que « l’âge n’avait affaibli ni son endurance physique, ni la vigueur, la lucidité, la souplesse de son intelligence, ni son activité prodigieuse »70. Le débarquement raté du général romain en Africa est rapporté selon les mots mêmes des sources (Dion Cassius, XLII, 58, 2-3 et Suétone, César, 59), sans glose : « il perdit l’équilibre et tomba : présage funeste, dont ses soldats s’effrayèrent. Comme s’il avait fait exprès de se jeter à terre, il étendit la main sur le sol, le baisa et s’écria : ‘Je te tiens, Afrique !’«71. À l’heure de la bataille de Thapsus, Gsell commence son récit par une longue description topographique, car telle semble être la grande marque distinctive de toute son Histoire, puis il dément rapidement Plutarque (César, 53, 5) et la possibilité d’une attaque d’épilepsie subie par le Romain72, avant de tirer une morale, fort sèche, de la bataille : « La victoire de César fut donc très rapide et elle lui coûta fort peu »73. Et alors même que Gsell s’est autorisé à exprimer, au début de ce volume, le grand bien qu’il pense de Caton74, son suicide est raconté sous forme télégraphique, et non sans ironie : « Cette mort valut à Utique plus de renommée qu’un passé historique de dix siècles »75. En définitive, dans son Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, Gsell semble surtout du côté de la foule qui se voile la face lors du triomphe africain de César, lequel « montra [...] des tableaux représentant la mort de Scipion, celle de Petreius, celle de Caton » : « beaucoup de spectateurs pensèrent qu’il eût mieux valu ne pas rappeler ces tristes épisodes d’une guerre fratricide » (Dion, XLIII)76.

  • 77 César, Guerre des Gaules, Tome I (Livres I-IV), texte établi et traduit par L.-A. Constans, Paris, (...)
  • 78 Ibid., p. XVI.
  • 79 Ibid., n. 2, p. 4.
  • 80 César, I, X : « On rapporte à César que les Helvètes se proposent de gagner, par les territoires de (...)
  • 81 Ibid., n.1 p.17.
  • 82 Ibid., n.2 p.66.
  • 83 Ibid., n.1 p.78.
  • 84 Ibid., n.1 p.83.
  • 85 Ibid., n. 2 p. 183 (tome II).
  • 86 Ibid., n. 1 p. 270.
  • 87 Ibid., n. 2 p. 313 (suite de la n. 2 p. 312).

34Léopold Constans ressent le même désir de distance critique. Face à la Guerre des Gaules, il est partagé : tantôt le traducteur fait savoir qu’il n’est pas dupe des reconstructions de l’auteur, tantôt il accompagne volontiers la geste césarienne. À lire l’introduction générale et les notes de bas de pages des deux tomes de cette édition, il ressort que Constans aime de plus en plus son personnage principal, au fil de sa traduction. Dans un premier temps, César est dénoncé comme « maître dans l’art des omissions opportunes »77, qui décrit parfois les horreurs de la conquête avec une « franchise, qui est d’ailleurs sans mérite »78. L’exposition césarienne, en I, 2-3, des plans de l’helvète Orgétorix, qui s’unit au séquane Casticos et à l’éduen Dumnorix, fait s’interroger Constans : « Ces trois personnages ne poursuivaient-ils que des fins personnelles ? N’avaient-ils pas l’ambition plus noble d’assurer, en face de la double menace germaine et romaine, l’indépendance nationale d’une Gaule unifiée ? »79. Constans remarque l’évaluation ambiguë de la distance entre Saintes et Toulouse80. Et quand César (I, 14), parle au nom de tous les Romains, le philologue réagit encore : « César s’efface derrière le peuple romain, qu’il représente. C’est une habileté : il tient à représenter les opérations contre les Helvètes, début d’une guerre qui devait durer huit ans, comme imposées par l’honneur national et par l’intérêt de Rome ; il veut écarter l’idée qu’il ait pu obéir à des calculs d’ambition ». Toujours au nom des Romains, César, plus tard, pardonne à Diviciacos, frère de Dumnorix, et Constans de remarquer : « La mansuétude de César n’eut-elle pas d’autres motifs ? Il a dû obéir au moins autant à des raisons d’ordre politique qu’à des considérations de sentiment : il s’agissait de ne pas s’aliéner une fraction importante du peuple héduen, et de ménager l’opinion gauloise »81. Puis c’est l’héroïsme des Nerviens, pendant la bataille de la Sambre (II, 27) qui est mis en doute : « Un pareil éloge de l’ennemi est rare chez César. Il fait honneur à son impartialité. Mais aussi doit-on observer qu’en insistant sur l’extraordinaire valeur des Nerviens, César invite le lecteur à expliquer par là qu’il ait pu se trouver un moment dans une situation si critique et détourne sa pensée des imprudences par lui commises »82. Du récit de l’échec de Galba dans les Alpes, Constans dévoile ensuite la subjectivité : « C’est un échec. César essaie de l’atténuer, mais il le fait un peu lourdement, en insistant trop »83. La victoire navale sur les Vénètes, relatée au livre III, est un des événements que le traducteur commente sans acrimonie : « Il y avait d’ailleurs lieu d’être fier d’avoir conduit si rapidement et avec un tel succès une guerre d’un caractère entièrement nouveau pour les Romains »84 ; cependant, au second passage du Rhin, l’excursus ethnologique n’est pas pardonné : « Il semble bien que César introduise ici cette digression pour masquer l’insignifiance de sa campagne »85. Peu à peu, tout se passe comme si Constans adoptait les vues de César, sous le prétexte de la Realpolitik : sa dureté à l’égard des Mandubiens est excusée86(VII, 78) : « On a beaucoup reproché à César l’inhumanité de son attitude. Mais, en accueillant ses malheureux, il risquait d’affamer ses troupes ; en les renvoyant, il pouvait espérer qu’on leur rouvrirait les portes de la ville, et que leur présence hâterait l’heure de la reddition ». Quant à la violence d’Uxellodunum (VII, 4, 10), elle est gommée : « Si la conquête des Gaules est pleine de traits de cruauté qui nous révoltent [...], il faut en accuser les habitudes de guerre des Romains plus que César. En ce qui concerne le traitement des prisonniers d’Uxellodunum, il convient d’observer qu’il était assez approprié aux mœurs des Gaulois : les procédés de terreur employés par César rappellent ceux dont usa Vercingétorix au début de la révolte »87.

35Au bout du compte, avant Carcopino, aucun membre de l’EFR ne place César sur un piédestal. Avec le César de 1936, la donne change.

Tout rendre a cesar : le cesar de Jérôme Carcopino

  • 88 La première portait le titre : Des Gracques à Sulla (en collaboration avec Gustave Bloch), in Histo (...)
  • 89 Id., Sur la date de naissance de César, dans Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belle (...)
  • 90 Id., Sur l’épilepsie de Jules César et l’identité de morbus sacer et de morbus divinus, dans Bullet (...)
  • 91 Id., La royauté de César, dans Institut de France. Académie des Inscriptions et Belles Lettres, Séa (...)

36Jérôme Carcopino a longtemps prémédité sa biographie. Autour des Gracques (1928) et Sylla ou la monarchie manquée (1931) ont été considérés comme les premiers temps d’un triptyque, s’achevant sur César, sa seconde contribution à l’Histoire Glotz88. En préparation de ce grand opus, il a déjà multiplié les études de détail : la date de naissance de César est révisée89, tout comme l’idée d’un César épileptique90 ; son aspiration à la royauté est confirmée91.

  • 92 Ed. Meyer, Caesars Monarchie und das Principat des Pompejius, innere Geschichte Roms von 66 bis 44 (...)

37À l’orée du César, Carcopino se réclame d’Eduard Meyer92 :

  • 93 J. Carcopino, César, cit., n. 1 p. 591.

Un grand livre a [...] renouvelé la compréhension de cette époque, celui d’Ed. Meyer, Caesars Monarchie und das Principat des Pompeius (Stuttgart-Berlin, 1918) [...] Mal composé, mal écrit, contestable en ce qu’il prête à Pompée un système que celui-ci n’a jamais eu, et à César, une conception orientalisante exagérée, l’ouvrage d’Ed. Meyer, tout éclairé d’une magnifique intelligence, est celui envers lequel je me sens le plus d’obligations93.

  • 94 Claude Nicolet l’a déjà remarqué, dans La fabrique d’une nation. La France entre Rome et les Germai (...)
  • 95 Carcopino vante « le livre palpitant de vie et d’éloquence que forme le tome III de l’Histoire de l (...)
  • 96 Ibid., p. 591 : E. Ciaceri (Cicerone e suoi tempi, Milan-Rome-Naples, 1926-1930, 304 p. et 311 p.) (...)
  • 97 Syme est à peine cité dans les éditions postérieures à 1939.

38Dans les faits, le César carcopinien tient davantage de Theodor Mommsen que d’Eduard Meyer94 : le héros a presque tous les mérites, et le rôle du repoussoir est joué par Cicéron, comme dans la Römische Geschichte. Au rang des références paradoxales, Jullian est cité lui aussi, sans que Carcopino ne critique l’anticésarisme de l’Histoire de la Gaule95. L’historiographie italienne – on peut voir là un héritage des années romaines de Carcopino – paraît bien connue96, la britannique beaucoup moins97.

  • 98 Ibid., p. 489.

39Carcopino écrit, comme Mommsen, une Histoire romaine, mais là où l’Allemand fixait son attention sur l’affirmation graduée d’une nation en construction (l’Italie antique), le Français suit une infime minorité d’hommes, héros ou antihéros, censés animer tout le récit. L’ouverture du César marque le passage d’une grande figure à l’autre, de Sylla à César. « L’abdication de Sulla avait délivré les Patres de leurs entraves » est la première phrase de l’ouvrage98.

  • 99 Ibid., p. 591.
  • 100 Ibid., p. 601. Du début à la fin du livre, le mot est récurrent.

40Un déroulement chronologique est suivi, en six chapitres, qui courent de 78 (mort de Sylla) à 44 avant J.-C. C’est tout à la fois un manuel qui respecte son programme et le roman de César. Bien vite, l’ensemble de l’histoire romaine paraît liée à la volonté césarienne : « Désormais, qu’il s’avance sur la scène, ou se retire dans la coulisse, c’est lui qui tient les fils et conduira le drame jus-qu’au dénouement »99, et la première mention de son « génie » est faite sans délai100.

  • 101 Ibid., p. 503.
  • 102 Ibid., p. 511.
  • 103 Ibid., p. 589.
  • 104 Ibid., p. 553.
  • 105 Dès la page 532, Carcopino attaque Cicéron, par Verrès, dont il s’autorise à parler en connaisseur (...)
  • 106 Ibid., p. 596 : « le vertueux Cicéron, qui fulmine en public contre [l’] impudence [de Catilina, Cl (...)
  • 107 Dans la panique de la conspiration ourdie par Catilina, « le cran lui manqua » (Ibid., p. 640).
  • 108 Ibid., p. 903.
  • 109 Ibid., p. 1006.

41La vie de César croise d’autres vies d’hommes illustres : Carcopino les étudie longuement et savamment, tout en faisant comprendre au lecteur que celle qui compte le plus commence en 101 et s’achève aux ides de mars 44. Les autres grands Romains présentent toujours une tare, un vice caché. Par l’artifice de la biche blanche (Plutarque, Sertorius, XI), Sertorius recourt à des « supercheries de charlatan »101 : « génie dévoyé »102, c’est l’étiquette définitive qui lui est apposée. Au moyen de l’ancienne physiognomonie, le buste de Pompée que conserve le Ny-Carlsberg, semble, quant à lui, pouvoir résumer l’homme d’État romain : « fin jusqu’à la subtilité, rusé jusqu’à la perfidie, mais sans profondeur, bonhomme et fat, avec plus de vanité que d’ambition »103. Lucullus est, lui, « un des plus grands capitaines de la Rome sénatoriale, qui avait mené [des campagnes] pour une gloire aussitôt fanée qu’épanouie »104. Cicéron est abhorré105 : il est licencieux106 et lâche107 ; tous les événements de sa carrière sont interprétés en sa défaveur. En dépit d’une « grandeur farouche », Caton est la victime de son propre « aveuglement doctrinaire »108. Brutus, enfin, a une « conscience bourrelée de scrupules »109.

  • 110 Dans le portrait de Vercingétorix, Carcopino s’en donne à cœur joie : il a toute latitude pour sond (...)
  • 111 La répression menée contre les Usipètes et les Tenctères est tout à la fois d’une « abominable crua (...)
  • 112 En 55, César ne va pas en Bretagne pour des motifs strictement utilitaires : l’argument des perles, (...)
  • 113 Son César ne s’égare – au propre comme au figuré – jamais : Suétone, César, XXXI qui montre un héro (...)
  • 114 Voir Jérôme Carcopino, César, cit., n. 2 p. 697 : « On trouvera une analyse de cette théologie de l (...)

42César est seul en majesté, et ses conquêtes sont justifiées. En Gaule, il sait où il va, et l’historien n’a cure des défaites gauloises : Alésia est une victoire romaine110, et peu importe le malheur des vaincus111. D’année en année, les succès césariens s’enchaînent112, parce qu’il ne peut en être autrement, les errements sont inconcevables113, et les dieux ne servent pas d’indispensables auxiliaires : l’analyse du César religieux est laissé à d’autres, en particulier à son élève Jean Gagé114, tandis que le Religion und Kultus der Römer (2e éd. 1912) de Georg Wissowa n’apparaît dans aucune note.

  • 115 La démonstration de cette aspiration monarchique est fondée, comme le reste, sur du « psychologisme (...)
  • 116 Suétone (César, XXII, 4) est démenti : au moment de l’octroi des provinces des Gaules et de l’Illyr (...)
  • 117 Selon Lucain (X), César se serait « résigné à la honte de se cacher » dans le Palais d’Alexandrie. (...)
  • 118 Ibid., n. 189, p. 879.
  • 119 « On a tenté d’en retrouver le prototype dans une série d’exemplaires, apparentés les uns aux autre (...)

43La monarchie s’établit logiquement115, et c’est une révolution. Cette monarchie est romaine, César n’ayant subi aucune fascination orientale. Le parallèle plaisant avec Sémiramis n’est pas répété116 ; en Égypte, César ne faiblit pas (Lucain a tort)117, Césarion n’est pas son fils118 ; et la Vénus qu’il se choisit – la Venus genitrix – ne peut pas avoir, sur le Forum qu’il bâtit, de représentation aguicheuse119.

44César permet l’accélération de l’histoire romaine en même temps qu’il lui donne la seule orientation imaginable. Dans l’ouvrage de Carcopino, sa mort est idéale : aucun mot sur le billet d’Artémidore et rien non plus sur le corps laissé à l’abandon, sur les habits exposés...

  • 120 Une première fois en 1938, avec des addenda, puis en 1940, en 1950, en 1968 (revue et augmentée ave (...)
  • 121 J. Carcopino, César et Cléopâtre dans Études d’archéologie romaine. Hommage d’admiration, de gratit (...)
  • 122 Id., Le nez de Cléopâtre. Si Brutus n’avait pas osé..., dans Les Annales, n° 78, avril 1957, p. 5-2 (...)
  • 123 Id., Alésia et les ruses de César, Paris, 1958, 221 p.
  • 124 Id., Passions et politiques chez les Césars, Paris, 1958, 348 p.
  • 125 Id., Ambitions et amours de Cléopâtre, dans Historia, n° 149, avril 1959, p. 398-405.
  • 126 Id., Profils de conquérants. I. Pyrrhus, conquérant ou aventurier ? II. Grandeur et faiblesse d’Han (...)
  • 127 Id., « Le mystère d’Alésia enfin éclairci », Historama, n° 233, avril 1971, p. 97-108.

45Après 1936, César ne quitte plus la bibliographie de Jérôme Carcopino : le volume de la collection dirigée par Glotz est réédité120 ; Carcopino revient souvent au grand homme, dans des travaux qui font la part de plus en plus belle à la rhétorique. Les titres sont éloquents : dans une publication contemporaine du César, une courte étude est encore sobrement intitulée « César et Cléopâtre »121 ; mais après guerre, la retenue est moindre : « Le nez de Cléopâtre. Si Brutus n’avait pas osé »122, Alésia et les ruses de César (1958)123, Passion et politique chez les Césars (1958)124, « Ambitions et amours de Cléopâtre » (1959)125, Profils de conquérants (1961)126, « Le mystère d’Alésia enfin éclairci » (1971)127.

  • 128 Dans son Ère des Césars (1850), François-Auguste Romieu, acquis à Louis-Napoléon Bonaparte, aurait (...)
  • 129 Cette filiation, Carcopino l’aurait apprise en 1930. Cf. P. Grimal, Cl. Carcopino, P. Ourliac, Jérô (...)
  • 130 Cf. St. Corcy-Debray, Jérôme Carcopino, un historien à Vichy, Paris, 2001, 530 p.
  • 131 Momigliano dresse ce constat dès la sortie en librairie du César : « Nessun libro come questo del C (...)
  • 132 Dans l’étude de l’hellénisation de la figure même de César, Michel Rambaud franchit un pas inconcev (...)

46Dans l’historiographie française, le César de 1936 fait date. Une époque est révolue : l’accusation de césarisme128héritée du Second Empire (et de sa chute) n’effraie plus personne, surtout pas Jérôme Carcopino, qui s’amuse à révéler qu’il est apparenté aux Bonaparte129et qui ne redoute pas la montée des régimes autoritaires : c’est un ministre du gouvernement de Vichy130. Après Carcopino, César changera de visage131 : en France, il sera, après guerre, davantage replacé dans son époque, dans la culture gréco-romaine132, et moins au-dessus de la mêlée.

Conclusion

47Que reste-t-il donc des Césars du Palais Farnèse et quel air de famille les unit ? Les membres de l’École de Rome, devenus professeurs d’Université, ont souvent produit de vastes synthèses – notamment des Histoires de Rome ou de la Gaule. Dès lors, le dictateur est un personnage qu’ils ont été amenés à rencontrer, en l’abordant dans leur maturité, et non dans leur jeunesse italienne.

  • 133 R. Syme, The Roman Revolution, Oxford, 1939, 568 p.
  • 134 M. Gelzer, Caesar, der Politiker und Staatsman, Munich, 1941, 356 p. (2e éd.). Cf. K. Christ, Zum d (...)

48D’un César à l’autre, le spectre des interprétations est parcouru – de la répulsion de Jullian à l’exaltation de Carcopino. Toutefois, quel que soit l’auteur, la manière d’écrire l’histoire reste au fond toujours la même : très narrative et d’une solide érudition, mais sans rupture épistémologique. D’Angleterre avec Ronald Syme133, d’Italie avec les critiques précocement formulées par Arnaldo Momigliano, d’Allemagne avec Matthias Gelzer134, les travaux novateurs viennent d’ailleurs, et, en comparaison, les Histoires des « Romains » perdent de leur valeur : elles deviennent impossibles.

Haut de page

Notes

1 D’abord annexe romaine de l’École d’Athènes, l’École française de Rome est définitivement fondée en 1875. Cf. Archives de France, L’École française de Rome, 1875-1975. Exposition organisée à l’occasion de son centenaire, préfaces de J. Favier et de G. Vallet, Paris-Rome, 1975, 133 p. et Ph. Boutry, L’École française de Rome et l’histoire moderne et contemporaine de l’Italie, dans Atti della ‘Natio Francorum’, Bologne, 1993, p. 403-414 (l’analyse est attentive à la définition initiale des objectifs de l’École). Cf. de même Ch. Pietri, Ph. Boutry, Fr.-Ch. Uginet, La Scuola francese di Roma, dans P. Vian (dir.), Speculum mundi. Roma, centro internazionale di ricerche umanistiche, Rome, 1993, p. 215-237. Cf. enfin È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne. 1798-1945, Paris, 1998, p. 209-210.

2 En 1873-1874, Gustave Bloch (1848-1923) est membre de la « succursale » romaine de l’École d’Athènes, avant de gagner la Grèce. Par goût personnel, il se consacre finalement à l’histoire romaine, sa thèse s’intéresse aux origines du Sénat romain. Dès 1876, il écrit à Auguste Geffroy, désormais directeur de l’EFR : « tout Athénien que je suis devenu, je n’en reste pas moins un très chaud et très fidèle Romain ». Cf. Bibliothèque Nationale de France, Papiers Geffroy, lettre de G. Bloch à A. Geffroy, 9 mars 1876.

3 Camille Jullian (1859-1933) rejoint l’École française de Rome en 1880-1882. Cas rare, sa thèse sur Les transformations politiques de l’Italie sous les empereurs romains (43 av. J.-C.-330 ap. J.-C.) (Paris, 1884, 216 p.) est achevée au cours du séjour romain.

4 De 1886 à 1890, Stéphane Gsell (1864-1932) est membre de l’École. Il rédige alors une thèse sur Domitien. Sa thèse latine est déjà africaine (De Tipasa Mauretaniae Caesariensis urbe, Alger, 1894).

5 Après un mémoire intitulé « Les cultes étrangers sur l’Aventin à l’époque républicaine », Alfred Merlin (1876-1965, membre EFR 1900-1903) écrit une thèse sur L’Aventin dans l’Antiquité (Paris, 1906, 476 p.).

6 Le mémoire envoyé à l’Institut par Daniel Serruys, alors qu’il est membre de l’EFR, est dédié aux manuscrits de Thucydide en Italie. Serruys a aussi établi un catalogue des manuscrits grecs conservés à Constantinople, au Mont Athos et au Gymnase grec de Salonique (cf. Mélanges d’archéologie et d’histoire, 1902, p. 157-207). Par la suite, il ne soutient pas de thèse et suit une carrière de haut fonctionnaire.

7 Maurice Pernot (1875-1948, EFR 1899-1901) rédige du temps de Rome un mémoire qui porte sur cette question-là. Mais, comme Serruys, il n’écrira jamais aucune thèse.

8 À l’École normale supérieure, il est l’élève de Fustel de Cou-langes, pour qui « La Gaule [...] n’avait jamais été opprimée ni malheureuse sous la domination romaine » (G. Monod, M. Fustel de Coulanges, dans Revue Historique, t. 41, 1889, p. 282). Cité par O. Motte, Camille Jullian. Les années de formation, Paris-Rome, 1990, p. 33.

9 Cf. J. Toutain, Les cités romaines de la Tunisie (Paris, 1896, 411 p.). Jules Toutain (1865-1961) est à Rome de 1890 à 1892.

10 Fouilleur de Volubilis, longtemps attaché au Service des Antiquités du Maroc, Raymond Thouvenot (1896-1981, EFR 1919-1920) est l’auteur d’une thèse sur la Bétique (Essai sur la province romaine de Bétique, Paris, 1940, 748 p.).

11 Jean Gagé (1902-1986, EFR 1925-1928) se voue à l’Apollon romain. Cf. J. Gagé, Apollon romain. Essai sur le culte d’Apollon et le ritus graecus à Rome, des origines à l’époque d’Auguste, Paris, 1955, 741 p.

12 À Rome de 1935 à 1937, Pierre Grimal (1912-1996) publie pendant la guerre sa thèse sur Les jardins romains à la fin de la République et aux deux premiers siècles de l’Empire. Essai sur le naturalisme romain, Paris, 1943, 557 p.

13 Robert Schilling (1913-2004, EFR 1939-1940) s’intéresse, quant à lui, au culte de Vénus (La religion romaine de Vénus, depuis les origines jusqu’au temps d’Auguste, Paris, 1954, 442 p.).

14 G. Bloch, Les origines, la Gaule indépendante et la Gaule romaine, dans E. Lavisse (dir.), Histoire de France depuis les Origines jusqu’à la Révolution, tome II, Paris, 1900, 455 p.

15 J. Carcopino, César, in Histoire générale publiée sous la direction de G. Glotz. Histoire ancienne, 3e partie. Histoire romaine, t. II. 2, Paris, 1936, p. 489-1 059.

16 Napoléon III, Histoire de Jules César, Paris, 1865-1866, 415 p. et 583 p., réédité en 2001 (Paris), avec le Précis des guerres de Jules César par Napoléon Ier.

17 Cf. Chr. Goudineau, « Camille Jullian et l’Histoire de la Gaule », in C. Jullian, Histoire de la Gaule, Paris, 1993, p. IXXIV.

18 St. Gsell, Fouilles dans la nécropole de Vulci, Paris, 1892, 576 p.

19 Cf. surtout L. Duchesne, Histoire ancienne de l’Église, Paris, 3 vol. , 1907-1933, 578 p., 671 p. et 687 p.

20 Voir notamment É. Mâle, L’art religieux du xiiie siècle : étude sur l’iconographie du Moyen Âge et sur ses sources d’inspiration, Paris, 1898, 534 p. Cf. en outre Émile Mâle. 1862-1954 : la construction d’une œuvre : Rome et l’Italie. Actes de la Table ronde tenue à l’École française de Rome (17-18 juin 2002), Paris-Rome, 2005, 360 p.

21 Sa correspondance passive, conservée à la Bibliothèque de l’Institut (Mss 7 133-7 171, 7 678), montre comment il restreint et dirige les recherches de ses anciens étudiants parisiens partis à Rome.

22 Cf. C. Bonnet, Le ‘Grand Atelier de la Science’. Franz Cumont et l’Altertumswissenschaft. Héritages et émancipations. Des études universitaires à la fin de la Première Guerre mondiale (1888-1923), Bruxelles-Rome, 2005, I-II, 419 p. et 295 p. Pierre Boudreaux (1882-1914, EFR 1905-1907) est un des « Romains » les plus proches de Cumont. Ils publient ensemble une partie du Catalogue des astrologues grecs. Pour leur part, Jean Bayet (1892-1969, EFR 1917-1920) et Pierre Wuilleumier (1904-1979, EFR 1926-1929) consultent Cumont, qui leur inspire des sujets d’articles.

23 Voir D. Palombi, ‘Titus’. Thomas Ashby, scrittore contemporaneo di cose romane, dans Archeologia classica, LIII, 2002, p. 257-285.

24 Dans l’entretien qu’il a accordé à Emil Ludwig, publié en 1932, Mussolini a donné son avis sur César : « Io amo Cesare. Egli solo riuniva in sé la volontà del guerriero con l’ingegno del saggio. In fondo era un filosofo, che contemplava tutto sub specie aeternitatis. », cité par A. Giardina et A. Vauchez, Il mito di Roma. Da Carlo Magno a Mussolini, Rome-Bari, 2000, p. 247.

25 Voir encore A. Giardina et A. Vauchez, Il mito di Roma, cit. et plus spécialement le chapitre IV « Ritorno al futuro : la romanità fascista ». Durant la très fasciste Mostra augustea della romanità (1937-1938), une salle est dédiée à Jules César : « La grande sala dedicata a Cesare vuol essere una severa e solenne esaltazione del Dittatore, la cui figura resta isolata senza confronti nella storia romana ». Cf. Catalogo. Mostra Augustea della Romanità, Rome, 1937, p. 76. Cf. aussi L. Polverini, L’impero romano – antico e moderno, dans B. Näf (dir.), Antike und Altertumswissenschaft in der Zeit von Fascismus und Nationalsozialismus. Kolloquium Universität Zürich. 14-17 Oktober 1998, Cambridge, 2001, p. 145-163.

26 Henri-Irénée Marrou ne demeure pas indifférent à l’actualité politique et, dans ses années italiennes, envoie à Esprit – sous le pseudonyme de H. Davenson – des articles sur L’Italie prolétaire et fasciste (décembre 1935) et Le fascisme italien et la femme (juin 1936). Cf. P. Riché, Henri-Irénée Marrou, un historien engagé, Paris, 2003, p. 50 et p. 54. Anonymement, Jean Bérard écrit, pour sa part, un livre sur le fascisme italien. Hors Italie, Raymond Thouvenot se démarque par le choix de la dédicace de sa thèse aux « Espagnols de toutes les classes » (cf. Essai sur la province romaine de Bétique, Paris, 1940, p. 3). Déjà, pendant la guerre civile, dans un compte rendu, le même exprime des préoccupations très contemporaines : « des érudits espagnols que nous avions coutume de rencontrer dans [les] vastes salles [du Musée archéologique de Madrid] si accueillantes au travailleur comme au touriste, combien survivent maintenant ? Et que reste-t-il du musée lui-même » (R. Thouvenot, Compte rendu de Pierre Paris, Le Musée archéologique national de Madrid, Paris, 1936, dans Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 1938, p. 133).

27 Aux biographies, Mommsen préfère les études régionales : « Il y a longtemps que Mommsen déclarait qu’une bonne étude de l’Empire romain ne serait possible que lorsque auraient vu le jour des monographies de ses différents provinces » (R. Thouvenot, Essai sur la province de Bétique, p. 1).

28 G. Lacour-Gayet, Essai sur le règne d’Antonin le Pieux, Paris, 1988, 499 p.

29 St. Gsell, Essai sur le règne de l’empereur Domitien, Paris, 391 p.

30 L. Homo, Essai sur le règne de l’empereur Aurélien. 270-275, Paris, 1904, 390 p.

31 M. Besnier, L’île Tibérine dans l’antiquité, Paris, 1902, 357 p.

32 E. Fernique, Étude sur Préneste, ville du Latium, Paris, 1880, 222 p.

33 M.-R. de la Blanchère, Terracine. Essai d’histoire locale, Paris, 1884, 218 p.

34 Ch. Dubois, Pouzzoles antique. Histoire et topographie, Paris, 1907, 452 p.

35 A. Grenier, Bologne villanovienne et étrusque. viiie-ive siècles, Paris, 1912, 540 p.

36 P. Wuilleumier, Tarente, des origines à la conquête romaine, Paris, 1939, 2 vol. , 540 p. et un volume de planches (50 fol.).

37 J. Toutain, Les cités romaines de la Tunisie, Paris, 1896, 411 p.

38 G. Bloch, Les origines, la Gaule indépendante et la Gaule romaine, cit., p. 37.

39 Ibid., p. 36.

40 Ibid., p. 47.

41 « Les Romains ont tracé des Gaulois un portrait qui n’est pas flatté, mais où nous aurions mauvaise grâce à méconnaître quelques-uns des traits qui caractérisent notre tempérament national. Une bravoure poussée jusqu’à la témérité, une intelligence ouverte, l’humeur sociable, communicative, le goût et le talent même de la parole, voilà pour les qualités. Avec cela une fougue aveugle, une jactance insupportable, peu de suite dans les desseins, peu de fermeté dans les entreprises, peu de constance dans les revers, une mobilité extrême, nul sentiment de la règle et de la discipline » (Ibid., p. 61).

42 Ibid., p. 86.

43 Ibid., p. 101.

44 Ibid., p. 34.

45 La main coupée des derniers combattants d’Uxellodunum est une « mesure abominable » (Ibid., p. 100).

46 Dans la nécrologie écrite pour l’Annuaire de l’ENS, Jérôme Carcopino a dit tout ce que Bloch devait à Fustel : l’histoire-problème (p. 95) et l’envie d’élargir La Gaule romaine (1891) de son maître (p. 101). Carcopino ajoute que Gustave Bloch « a moins rédigé le précis de l’histoire de la Gaule qu’on attendait de lui qu’un précis de l’histoire romaine en Gaule » (p. 103). Cf. Annuaire de l’Association amicale des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1925, p. 86-109. Voir aussi N.-D. Fustel de Coulanges, La Gaule romaine, Paris, 1994 (1ère éd. : 1875), 316 p., avec une riche introduction d’Henri Lavagne.

47 G. Bloch, Les origines, la Gaule indépendante et la Gaule romaine, cit., p. 104.

48 Voir N.-D. Fustel de Coulanges, Histoire des institutions de l’ancienne France. I. L’Empire romain, les Germains, la royauté mérovingienne, Paris, 1875.

49 C. Jullian, Vercingétorix, Paris, 1901, p. 54-55.

50 Avant ce Vercingétorix, Jullian a déjà publié Fréjus romain (1886) et les Inscriptions romaines de Bordeaux (1887-1890). Cf. A. Grenier, Camille Jullian. Un demi-siècle de science historique et de progrès français. 1880-1930, Paris, 1944, p. 154.

51 C. Jullian, Vercingétorix, cit., p. 58-59.

52 Par exemple sur la voie de pénétration de Vercingétorix en pays biturige. Sur le peu d’archéologie que contient le Vercingétorix de Jullian, voir Chr. Goudineau, Le dossier Vercingétorix, Paris, 2001, 345 p. et, en particulier, p. 147-152.

53 C. Jullian, Histoire de la Gaule. III. La conquête romaine et les premières invasions germaniques, Paris, 1909.

54 Ibid., p. 167-168.

55 Ibid., p. 172.

56 Ibid., p. 173.

57 « À la différence de Flamininus, César donna à ses légions l’ordre de rester. Il les installa en Franche-Comté pour leur campement d’hiver. Le quartier général fut sans doute à Besançon ; Labiénus reçut le commandement suprême. Ces mesures prises, le proconsul repassa les Alpes et se rendit dans sa province italienne. Ce fut là le premier et le grand scandale de sa politique gauloise. Ni Marius ou Sylla, ni Lucullus ou Pompée n’avaient jamais agi, à l’endroit des alliés et des voisins de l’empire, avec une aussi imprudente désinvolture ; aucun d’eux non plus n’avait pris aussi peu de souci de la volonté et de la dignité du peuple romain. Cet ordre d’hivernage en pays ami était un double coup d’État, et contre la liberté de la Gaule et contre l’autorité du Sénat » (Ibid., p. 243).

58 « Ce fut pour [César] l’humiliation de la surprise : il ne put donner les ordres les plus utiles, et les légats des légions, chacun de son côté, durent prendre les mesures nécessaires [...] ce désordre d’une armée romaine, habituée aux belles ordonnances de combat, fut une nouvelle honte pour César » (Ibid., p. 264).

59 Ibid., p. 326.

60 Ibid., p. 408-409.

61 Ibid., p. 512.

62 Ibid., p. 532-533.

63 Ibid., p. 569.

64 Le dernier chapitre, le chapitre XV, est intitulé « La chute de Marseille » et Jullian ne se prive pas de grandir « sa » ville natale : « La ville grecque, après la victoire de Brutus, continuait la résistance avec un sang-froid merveilleux. On eût dit qu’elle se sentait à peine atteinte par la défaite » (p. 591).

65 J. Toutain, Héros et bandits. Vercingétorix et Arminius, Paris, 1916, p. 5. Toutain exprime à plusieurs reprises ses opinions sur l’actualité : actualité de la colonisation (cf. préface des Cités romaines de Tunisie, Paris, 1896) ou actualité des conflits mondiaux. Voir, outre Héros et bandits, le texte de sa conférence faite à Argenteuil le 1er décembre 1940, « Les redressements de la France à travers l’Histoire ».

66 Dans la traduction de la Römische Geschichte de Mommsen par C. A. Alexandre (rééditée en « Bouquins », chez Robert Laffont, 1985, tome II), la phrase de Mommsen devient : « n’est-ce point là le trait caractéristique de la nation celte ? son plus grand homme ne fut qu’un preux » (p. 207).

67 J. Toutain, Héros et bandits, cit., p. 7.

68 Ibid., p. 7.

69 St. Gsell, Histoire ancienne de l’Afrique du Nord. Tome VIII. Jules César et l’Afrique. Fin des royaumes indigènes, Paris, 1928.

70 Ibid., p. 49.

71 Ibid., p. 62

72 Ibid., p. 132.

73 Ibid., p. 133.

74 Gsell écrit : « Volonté réfléchie, et non entièrement bornée aux passions aveugles : Caton prouva souvent qu’il ne perdait pas le sentiment du réel et du possible. Il connaissait la faiblesse des hommes et ne prétendait pas les contraindre à l’héroïsme. Il lui suffisait d’être un modèle de désintéressement et d’énergie. On pouvait s’offenser de sa franchise, trouver sa raideur pleine d’orgueil et non exempte de ridicule, mais on le respectait et on était rassuré sur la justice d’une cause qu’un si honnête homme soutenait avec une telle noblesse. Ceux qui n’avaient pas abandonné tout espoir de vaincre, ceux qui n’attendaient de César aucun pardon, reconnurent en Caton leur chef » (Ibid., p. 29).

75 Ibid., p. 146-147.

76 Ibid., p. 154.

77 César, Guerre des Gaules, Tome I (Livres I-IV), texte établi et traduit par L.-A. Constans, Paris, 1926, p. XV.

78 Ibid., p. XVI.

79 Ibid., n. 2, p. 4.

80 César, I, X : « On rapporte à César que les Helvètes se proposent de gagner, par les territoires des Séquanes et des Héduens, celui des Santons, qui n’est pas loin de la cité des Tolosates, laquelle fait partie de la province romaine. Il se rend compte que si les choses se passent ainsi, ce sera un grand danger pour la province que d’avoir, sur la frontière d’un pays sans défenses naturelles et très riches en blé, un peuple belliqueux, hostile aux Romains ». Réaction de Constans, en note (n. 1, p. 8) : « La distance est, en réalité, d’environ 200 kilomètres. Le motif invoqué par César a bien l’air de n’être qu’un prétexte ».

81 Ibid., n.1 p.17.

82 Ibid., n.2 p.66.

83 Ibid., n.1 p.78.

84 Ibid., n.1 p.83.

85 Ibid., n. 2 p. 183 (tome II).

86 Ibid., n. 1 p. 270.

87 Ibid., n. 2 p. 313 (suite de la n. 2 p. 312).

88 La première portait le titre : Des Gracques à Sulla (en collaboration avec Gustave Bloch), in Histoire générale publiée sous la direction de Gustave Glotz. Histoire ancienne, 3e partie. Histoire Romaine, t. II. 1. La république romaine de 133 avant J.-C. à la mort de César, Paris, 1932, 488 p.

89 Id., Sur la date de naissance de César, dans Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 1933, p. 377-378 et La naissance de Jules César, dans Mélanges Joseph Bidez, Annuaire de l’Institut de Philologie et d’Histoire orientales, Bruxelles, t. II, fasc. 1, 1934, p. 35-69.

90 Id., Sur l’épilepsie de Jules César et l’identité de morbus sacer et de morbus divinus, dans Bulletin de la Société nationale des Antiquaires de France, 1934, p. 102. C’est une note rapide, d’une seule page.

91 Id., La royauté de César, dans Institut de France. Académie des Inscriptions et Belles Lettres, Séance publique annuelle du vendredi 24 novembre 1933, p. 3-44.

92 Ed. Meyer, Caesars Monarchie und das Principat des Pompejius, innere Geschichte Roms von 66 bis 44 v. Chr., Stuttgart-Berlin, 1918, 627 p.

93 J. Carcopino, César, cit., n. 1 p. 591.

94 Claude Nicolet l’a déjà remarqué, dans La fabrique d’une nation. La France entre Rome et les Germains, Paris, 2003, p. 204.

95 Carcopino vante « le livre palpitant de vie et d’éloquence que forme le tome III de l’Histoire de la Gaule de Camille Jullian, et qui dispense de presque toute autre lecture » (Bibliographie, I. Guerre des Gaules. B. Ouvrages de seconde main, p. 694).

96 Ibid., p. 591 : E. Ciaceri (Cicerone e suoi tempi, Milan-Rome-Naples, 1926-1930, 304 p. et 311 p.) est évidemment jugé trop cicéronien.

97 Syme est à peine cité dans les éditions postérieures à 1939.

98 Ibid., p. 489.

99 Ibid., p. 591.

100 Ibid., p. 601. Du début à la fin du livre, le mot est récurrent.

101 Ibid., p. 503.

102 Ibid., p. 511.

103 Ibid., p. 589.

104 Ibid., p. 553.

105 Dès la page 532, Carcopino attaque Cicéron, par Verrès, dont il s’autorise à parler en connaisseur de la vie économique sicilienne et du texte cicéronien (cf. J. Carcopino, La loi de Hiéron et les Romains, Paris, 1914, 307 p.) : « Les Verrines l’ont pour toujours cloué au pilori, comme une sorte de monstre [...] À tout prendre, Verrès n’était qu’un exemplaire entre plusieurs, de ce type romain [...] de l’aristocrate politicien ». Les Verrines mises à bas, le Pro Fonteio n’est pas plus épargné : « c’est un piètre plaidoyer » (Ibid., p. 539). La charge contre Cicéron se poursuit avec Les Secrets de la correspondance de Cicéron, Paris, 1947, 2 vol. 

106 Ibid., p. 596 : « le vertueux Cicéron, qui fulmine en public contre [l’] impudence [de Catilina, Clodius, Marc Antoine], ne dédaigne pas, dans le privé, de souper joyeusement avec leurs maîtresses ».

107 Dans la panique de la conspiration ourdie par Catilina, « le cran lui manqua » (Ibid., p. 640).

108 Ibid., p. 903.

109 Ibid., p. 1006.

110 Dans le portrait de Vercingétorix, Carcopino s’en donne à cœur joie : il a toute latitude pour sonder une âme (p. 772).

111 La répression menée contre les Usipètes et les Tenctères est tout à la fois d’une « abominable cruauté » et un « coup de maître » ( !) (p. 751).

112 En 55, César ne va pas en Bretagne pour des motifs strictement utilitaires : l’argument des perles, cher à Gibbon (d’après Suétone, César, 47), est démenti par Carcopino, qui évoque « des expéditions éphémères et éclatantes » (p. 752) ; voir E. Gibbon, Histoire du déclin et de la chute de l’Empire romain, Paris, 1991, t. 1, p. 3 (1ère éd. : 1776-1788) et L. Can-fora, Cesare. Il dittatore democratico, Bari-Rome, 1999, p. 34. En juillet 48, à Dyrrachium, ce qui pourrait apparaître comme un blocus manqué, n’est qu’un choix de commandement : « Il lâche Dyrrachium » (Carcopino, p. 861). À Munda, la tentation du découragement (Florus, II, 13, 77) n’est pas évoquée par le savant français.

113 Son César ne s’égare – au propre comme au figuré – jamais : Suétone, César, XXXI qui montre un héros se perdant aux abords du Rubicon, n’est pas cité.

114 Voir Jérôme Carcopino, César, cit., n. 2 p. 697 : « On trouvera une analyse de cette théologie de la Victoire dans le mémoire d’une rare pénétration que M. Jean Gagé a publié dans la Revue historique, 1933, t. CLXXI, p. 1-43 ». Dans ce César, soit les prodiges ne sont pas rapportés (ni celui d’Antioche, ni celui de Ptolémaïs, ni ceux qui seraient survenus en Asie, ni le palmier de Munda), soit ils sont pris comme des manipulations de César. Les derniers rêves et visions (le toit de Calpurnia) n’attirent pas plus l’attention de l’histoire. Dans cette relative négligence des faits religieux, Jérôme Carcopino et Ronald Syme se rejoignent. Voir J. Scheid, Ronald Syme et la religion des Romains, dans les Entretiens sur l’Antiquité classique de la fondation Hardt (tome XIVI), La Révolution romaine après Ronald Syme. Bilans et perspectives, Vandœuvres-Genève, Fondation Hardt, 2000, p. 39-72. Mais cette vision laïcisée de l’histoire est loin d’être une constante chez Carcopino (voir La Basilique pythagoricienne de la Porte Majeure, Paris, 1926, 414 p. et Virgile ou le mystère de la IVe Églogue, Paris, 1930, 220 p.) Les silences du César en matière religieuse sont comblés par le long compte rendu (ou l’hommage) de Jean Gagé (De César à Auguste. Où en est le problème des origines du Principat ?, dans Revue historique, 1936, p. 279-342) : ici, le défaut d’arguments religieux est attribué à Mommsen, non au maître Carcopino.

115 La démonstration de cette aspiration monarchique est fondée, comme le reste, sur du « psychologisme » : « Brutus ne fût jamais passé à l’acte sans le choc psychologique dû à l’annonce de la suprême usurpation de César » (p. 1 006). Que les états d’âme soient scrutés chaque fois que l’historien le peut, Arnaldo Momigliano l’a remarqué dès la parution de la première édition du César, dans un compte rendu qu’il écrit pour la Rivista storica italiana, (49, 1937, p. 79-84) : « Il Carcopino fa dello psicologismo perché le forze morali, economiche, religiose dell’epoca, dal punto di vista da cui egli guarda, non potevano che restare fuori » (Quinto Contributo alla storia degli studi classici, II, Rome, 1975, p. 982).

116 Suétone (César, XXII, 4) est démenti : au moment de l’octroi des provinces des Gaules et de l’Illyricum, le futur proconsul « aurait [...] ajouté qu’il pouvait ‘marcher sur leurs têtes à tous’ [...] [et] quelqu’un aurait répliqué à César que ce ne serait pas facile à une femme, il répondit, en ayant l’air de plaisanter : ‘que déjà Sémiramis avait régné en Syrie et que les Amazones avaient dominé jadis une grande partie de l’Asie » (Suétone, Vies des Douze Césars, traduction H. Ailloud, Paris, tome I, 1931). La phrase de Suétone devient chez Carcopino : « Ainsi qu’il l’avait proclamé sans ambages au lendemain du vote de la loi Vatinia, il avait saisi, par elle, le levier qui l’élèverait si haut qu’il lui serait possible de sauter sur toutes les têtes » (p. 693).

117 Selon Lucain (X), César se serait « résigné à la honte de se cacher » dans le Palais d’Alexandrie. Les faits sont tout autres dans le César de 1936 : « assiégé dans le Palais », César « dont le ravitaillement était assuré par la mer, n’avait plus qu’à tenir jusqu’à l’arrivée des soldats qu’il appelait un peu partout à son secours » (p. 873).

118 Ibid., n. 189, p. 879.

119 « On a tenté d’en retrouver le prototype dans une série d’exemplaires, apparentés les uns aux autres, où Vénus, mollement détendue, son chiton découvrant le sein gauche, porte Cupidon juché sur son épaule [...] j’aime mieux m’imaginer la Mère du peuple romain, sous [un] aspect important et [...] amplement drapé » (Ibid., p. 972).

120 Une première fois en 1938, avec des addenda, puis en 1940, en 1950, en 1968 (revue et augmentée avec la collaboration de Pierre Grimal) et en 1970 (republication de l’édition de 1968).

121 J. Carcopino, César et Cléopâtre dans Études d’archéologie romaine. Hommage d’admiration, de gratitude et d’amitié à Joseph Bidez et Franz Cumont, Annales de l’École des Hautes-Études de Gand, t. I, 1937, p. 35-78.

122 Id., Le nez de Cléopâtre. Si Brutus n’avait pas osé..., dans Les Annales, n° 78, avril 1957, p. 5-22.

123 Id., Alésia et les ruses de César, Paris, 1958, 221 p.

124 Id., Passions et politiques chez les Césars, Paris, 1958, 348 p.

125 Id., Ambitions et amours de Cléopâtre, dans Historia, n° 149, avril 1959, p. 398-405.

126 Id., Profils de conquérants. I. Pyrrhus, conquérant ou aventurier ? II. Grandeur et faiblesse d’Hannibal. III. Autour de César. IV. Genséric et les vandales de l’Afrique, Paris, 1961.

127 Id., « Le mystère d’Alésia enfin éclairci », Historama, n° 233, avril 1971, p. 97-108.

128 Dans son Ère des Césars (1850), François-Auguste Romieu, acquis à Louis-Napoléon Bonaparte, aurait été le premier à établir un parallèle entre bonapartisme et césarisme politique. Cf. Z. Yavetz, César et son image : des limites du charisme en politique, Paris, 1990, p. 18. Voir aussi A. Momigliano, Per un riesame della storia dell’idea di cesarismo, dans Rivista storica italiana, LXVIII, 1956, p. 220-229.

129 Cette filiation, Carcopino l’aurait apprise en 1930. Cf. P. Grimal, Cl. Carcopino, P. Ourliac, Jérôme Carcopino. Un historien au service de l’humanisme, Paris, 1981, p. 17.

130 Cf. St. Corcy-Debray, Jérôme Carcopino, un historien à Vichy, Paris, 2001, 530 p.

131 Momigliano dresse ce constat dès la sortie en librairie du César : « Nessun libro come questo del Carcopino, per la stessa finezza con cui è condotto, può dimostrare meglio che una storia di Roma repubblicana, concepita come semplice storia dei partiti politici romani, è ormai impossibile » (Quinto Contributo alla storia degli studi classici, II, cit., p. 985). Dès les années 1930, Léon Homo, autre « Romain » (1897-1900), se fait une spécialité des biographies de grands hommes. Il signe un Auguste, 63 av. J.-C . 14 ap. J.-C., Paris, 1935, 330 p. ; plus tard, un Alexandre le Grand, Paris, 1951, 392 p. ; et, enfin, un Périclès, Paris, 1954, 352 p.

132 Dans l’étude de l’hellénisation de la figure même de César, Michel Rambaud franchit un pas inconcevable pour Carcopino, en donnant de l’imperator la définition suivante : « César, descendant d’Énée, fils d’Aphrodite, n’est plus un Romain, mais un Grec, Alexandre et Alcibiade mêlés » (César, Paris, 1963, p. 19).

133 R. Syme, The Roman Revolution, Oxford, 1939, 568 p.

134 M. Gelzer, Caesar, der Politiker und Staatsman, Munich, 1941, 356 p. (2e éd.). Cf. K. Christ, Zum deutschen Caesarbild des 20. Jahrhunderts, dans K. Christ und E. Gabba (Hrsgg.), Caesar und Augustus. Römische Geschichte und Zeitgeschichte in der deutschen und italienischen Altertumswissenschaft während des 19. und 20. Jahrhunderts, Côme, 1989, p. 23-47.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sarah Rey, « César et les « Romains » (1900-1950) : une histoire impossible », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 123-2 | 2011, 383-394.

Référence électronique

Sarah Rey, « César et les « Romains » (1900-1950) : une histoire impossible », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 123-2 | 2011, mis en ligne le 19 février 2013, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/mefra/428 ; DOI : 10.4000/mefra.428

Haut de page

Auteur

Sarah Rey

Westfälische Wilhelms-Universität Münster, sarah-rey@hotmail.fr.

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals