Navigation – Plan du site
Chronique
Activités archéologiques de l’École française de Rome

Les sites de hauteur des Vestins : Étude de l’organisation territoriale d’un peuple de l’Italie préromaine

Stéphane Bourdin et Antonella Natali
p. 251-256

Texte intégral

  • 1 Les étudiants qui ont participé à cette campagne 2009 provenaient des Universités Lumière Lyon 2, L (...)

1La 4e campagne d’étude des sites fortifiés et de l’organisation territoriale des Vestins Cismontani et des Péligniens Superaequani s’est déroulée du 5 au 31 juillet 2009, en collaboration avec Vincenzo d’Ercole (Soprintendenza per i Beni archeologici dell’Abruzzo). Comme les années précédentes, nous avons profité d’une précieuse contribution matérielle de la Comunità Montana Amiternina, dirigée par Giacomo Di Marco. Malgré les circonstances difficiles et la situation d’urgence créée par le séisme du 6 avril 2009, nous avons bénéficié d’un accueil chaleureux de la part de la population du village de Fossa, dont nous avons partagé le quotidien à la tendopoli. Une quinzaine d’étudiants, provenant de diverses Universités françaises et italiennes, a participé à cette campagne1.

2À l’issue des trois précédentes campagnes, 36 sites fortifiés ont déjà été étudiés et nous avons dans un premier temps complété nos observations en examinant les quelques centres fortifiés signalés qui n’avaient pas encore été vus. Nous avons également conduit des prospections dans plusieurs secteurs : le massif du Monte Sirente, les versants méridional et septentrional de la plaine de L’Aquila et le pourtour de la vallée de Capestrano, avec une attention particulière pour le territoire de Villa Santa Lucia degli Abruzzi. Nous possédons désormais une carte archéologique à jour, documentant l’occupation des sommets de la région de l’Âge du Bronze final à l’époque médiévale. Enfin, nous avons complété nos observations en réalisant une série de sondages sur le Monte di Cerro (communes de Sant’Eusanio Forconese et Fossa), aussi bien à l’intérieur de la surface enclose que dans le secteur de la porte orientale et de sa rampe d’accès.

Les opérations de prospection

3Nous avons poursuivi l’étude du versant septentrional du massif du Monte Sirente, le long duquel on peut supposer l’existence d’un itinéraire antique reliant le territoire des Èques à ceux des Péligniens et des Marses et passant par le haut-plateau des Rocche, les Prati del Sirente, avant de longer le flanc du Monte Sirente et du Monte San Nicola, pour déboucher sur le Piano di Baullo et la Forca Caruso. Pour documenter la dernière portion de cet itinéraire, nous avons exploré le secteur du Pianoro di Canale jusqu’à Cerreta (commune de Gagliano Aterno). Après avoir passé le Pianoro dell’Acqua (1337 m), dont le fond est occupé par une petite cuvette qui sert d’abreuvoir pour les troupeaux, en parcourant tout le chaînon calcaire qui domine la conque de Castelvecchio Subequo, nous avons découvert un site sur le sommet du Capo della Piaia (1410 m). Au SE, ce sommet est protégé par un fossé, dont la largeur varie de 5,90 à 7,60 m et que l’on peut sur 44 m de longueur. Au-delà, la cime forme une espèce de «motte» de forme ovale, en surplomb d’environ 8 m par rapport au reste du terrain. Cette «motte» s’étend sur environ 2773 m2 et présente du matériel en surface (67 artéfacts, soit une densité de 0,024 objets / m2) renvoyant à l’époque romaine (céramique à vernis noir et sigillée) et peut-être médiévale. Il semble donc s’agir d’un point d’observation fortifié, occupé à l’époque romaine, en liaison avec l’élevage transhumant et avec l’itinéraire reliant le Pianoro di Canale au col de la Forca Caruso, emprunté par la uia Valeria (fig. 31).

4Plus au sud, sur le plateau de Cerreta à 1155 m d’altitude, se trouve une enceinte formée d’une simple accumulation de blocs, dont la largeur varie de 3 à 3,55 m, sur les côtés ouest, sud et est. Le versant nord est simplement défendu par l’à-pic de la falaise. L’enceinte, longue de 239 m, ferme une surface de 3733 m2; dans la partie orientale, un mur long de 44 m, assez labile, qui plie à angle droit, délimite une surface de 731 m2, distinguant peut-être la partie réservée à l’habitat et celle qui sert à la stabulation. La situation topographique (site appuyé à la falaise), le type de construction de l’enceinte, la présence d’une subdivision interne etc. rappellent fortement la situation des Colli et de Costa Carbone. Il pourrait alors s’agir d’un ensemble de sites destinés à protéger les troupeaux dans le cadre de l’élevage transhumant. Dans la surface enclose et dans les alentours immédiats de la fortification, on a découvert une faible quantité de matériel en surface (céramique d’impasto et à argile dépurée).

5Nous avons également complété les prospections dans la plaine de L’Aquila, en nous concentrant sur les alentours du Monte di Cerro et sur l’ubac boisé qui domine le cours de l’Aterno. Ainsi, au-dessus du bourg de Casentino (commune de Sant’Eusanio Forconese), sur un petit sommet (773 m) prolongé par un plateau à 748 m d’altitude, on a découvert de la céramique à argile dépurée ainsi que des tessons à surface peignée ou portant des traces de glaçure plombifère, qui font penser à un habitat médiéval, peut-être fortifié, dans la mesure où des traces de fossé sont visibles en contrebas. Tout le secteur a été en grande partie épierré, avec la mise en culture de champs clos, la réalisation des maceri caractéristiques de la région et la construction de cabanes et de terrasses de culture en pierres sèches. Toutes les structures médiévales correspondant au matériel de surface ont semble-t-il été systématiquement démontées.

Fig. 31 – Les sites de hauteur des Vestins. Capo della Piaia, vu du Castiglione (cliché S. Bourdin).

6Nous avons également exploré l’autre versant de la plaine de L’Aquila, dans les environs du bourg de Pescomaggiore. Dans l’ensemble, nous n’avons noté que quelques traces de fréquentation pastorale : un tesson médiéval sur la pente du Monte La Fronte, un peu de matériel à la cote 1251 et sur le versant oriental du Colle Perno, ainsi que des traces d’activités plus récentes (champ de tir de l’artillerie italienne). Sur l’ensellement entre le Monte La Fronte et le Monte del Prato (1291 m), on a repéré plusieurs tumuli, dont le principal (pillé) a un diamètre de 29,5 m pour une hauteur conservée de 1,65 m. La présence de nécropoles sur des cols est bien documentée dans ce massif et l’on retrouve plus à l’est la nécropole tumulaire de Vallicella, signalée l’année précédente. Trois autres tumuli intacts ont été découverts vers la cote 1361 m, sur le versant occidental du Colle Oragno. Ils sont constitués d’une accumulation de pierres sèches, conservée sur 0,50 à 0,78 m de hauteur, pour un périmètre allant de 19 à 31 m. Cette nécropole se situe encore une fois en position de col et la proximité de l’enceinte de la Croce di Picenze nous conduit à considérer qu’elle en constitue le cimetière.

7Enfin, nous avons poursuivi l’enquête entreprise l’année précédente, visant à contrôler tous les sommets bordant la vallée de Capestrano, avec une attention particulière pour le territoire de Villa Santa Lucia degli Abruzzi, commune perchée sur un plateau dont le rebord est formé d’un chaînon calcaire à une altitude moyenne de 800 m et qui domine la nécropole de Capo d’Acqua (Capestrano). Ce plateau remonte en pente douce à ses deux extrémités et permet de passer au NO sur le territoire de Castel del Monte et de là au Campo Imperatore; au SE, on parvient à un col à 1335 m, situé entre le Monte Cappucciata (1801 m) et le Monte Scarafano (1432 m), qui permet de rejoindre le versant adriatique via Brittoli. Cet itinéraire est donc une bonne 253 alternative à la route de la Forca di Penne et un des rares sentiers permettant de traverser le massif du Gran Sasso dans ce secteur. Au NO du village, sur le chaînon du Colle della Guardia (1017 à 1060 m), on ne voit que des traces d’aménagements agricoles (terrasses, enclos en pierres sèches, pierriers) et du matériel qui renvoie essentiellement au Moyen Âge et à l’époque moderne. Au SE, nous avons inspecté toute la ligne de crête depuis le Colle della Madonna jusqu’au Monte Scarafano. La plupart de ces sommets ont fait l’objet d’aménagements agricoles et sur la cime inférieure du Colle della Madonna (1005 m) notamment, on voit un certain nombre de tas d’épierrement et surtout un imposant ensemble de terrasses. Le sommet de la colline lui-même est couronné par un mur en pierres sèches, à double parement, dont la hauteur conservée atteint par endroits 2,40 m pour une largeur de 2 m. Ce mur de belle facture, long de 196 m, ferme une surface de 2591 m2; il s’ouvre à l’est par une interruption et un décrochement. À l’intérieur de la surface enclose, on ne voit que des traces d’épierrement et la végétation dense n’a permis de découvrir aucun matériel. Il est malheureusement impossible en l’état d’en dire davantage sur cette structure ou sur sa datation. Dans le vallon situé entre le Colle della Madonna (1036 m) et le Colle San Nicola (1056 m), on a découvert du matériel en abondance (céramique, fragments de tuiles), appartenant probablement à l’époque médiévale. On retrouve le même type de matériel au sommet du Colle San Nicola lui-même. À l’est du sommet, on voit un gros pierrier au sein duquel a été aménagée une cabane à tholos, avec une banquette interne. Ces structures sont en général datées de la fin xviiie ou du xixe siècle. Mis à part cette occupation médiévale et ces traces d’exploitation agricole postérieure, aucun témoignage d’occupation protohistorique ou antique n’a pour l’instant été relevé dans ce secteur.

L’étude du Monte di Cerro

8Depuis 2006, l’enceinte du Monte di Cerro a été étudiée en détail et les prospections réalisées à l’intérieur de la surface enclose ainsi que dans les environs immédiats du site ont permis de documenter une fréquentation allant de l’Âge du Bronze final jusqu’au Moyen Âge, avec une concentration particulière pour le 1er Âge du Fer. Les témoignages des clandestins signalent en outre la découverte de monnaies et de balles de fronde datant de la fin de la période républicaine. Durant la campagne 2009, nous avons d’une part nettoyé plusieurs portions de l’enceinte et d’autre part réalisé des sondages sur le secteur de la porte, mais également à l’intérieur du site, notamment sur le versant septentrional et dans le secteur sommital. D’une façon générale, les sondages conduits à l’intérieur de la surface enclose (sondages ε, η, θ, ζ) n’ont pas livré de séquence stratigraphique significative, mais simplement une couche d’humus posant directement sur la roche naturelle. Les sondages α, γ et δ ont livré des séquences simples, documentant la construction de la fortification ou les divers aménagements et seuls les sondages β et F ont fourni une séquence stratigraphique en place, correspondant à l’aménagement, à l’utilisation et à diverses recharges dans le corridor d’accès de la porte orientale.

9L’enceinte du Monte di Cerro se présente actuellement sous la forme d’un ovale, ouvert à l’est par la porte orientale, qui est formée du chevauchement du circuit méridional et du circuit septentrional. La muraille, qui conserve au maximum deux ou trois assises superposées, est constituée d’un double parement, avec un remplissage (emplekton) de petits moellons et de terre. Au NO, l’enceinte est doublée d’un fossé, que l’on peut suivre sur une longueur de 86 m. L’accès oriental se présente comme une porte à baïonnette : le mur septentrional se termine par un bastion quadrangulaire, marqué par un léger décrochement à l’ouest. En contrebas de ce mur septentrional, on trouve la rampe d’accès, que l’on suit sur une longueur de 28 m, qui est formée d’une assise de blocs et qui débouche sur un 2e bastion carré, marquant le début du mur méridional de la fortification. Entre les deux bastions, un corridor biais large de 3,5 m permet de pénétrer sur le circuit annulaire et donne accès au site. Cette structure est désormais réduite à une seule assise, mais la présence de nombreux blocs en position de chute, aussi bien à l’extérieur de l’enceinte, que dans le corridor d’accès ou dans le remplissage entre les deux parements, permet de supposer qu’elle était à l’origine formée de trois ou quatre assises superposées au moins, et probablement renforcée par une palissade de bois.

10Les deux murs se terminent chacun par un bastion carré, qui apparaissent nettement quand on ôte les blocs chutés. Le bastion du mur nord mesure environ 4 × 4 m et celui du mur sud 3,70 × 3,70 m environ. La largeur du mur lui-même, entre les deux parements, est variable, de 2,90 m au SE à 4,50 m à l’est. Elle est toutefois le plus souvent comprise entre 3 et 3,5 m. Entre les deux parements se trouve un emplekton de moellons de calcaire et de terre. Le sondage γ, implanté dans l’emplekton du mur nord nous a permis de le vérifier : après le dégagement de la couche superficielle, on a pu démonter un niveau homogène de moellons et de terre brune (US 1024), profond de 0,77 m, qui repose directement sur la roche naturelle. À l’exception d’un tesson de céramique à argile dépurée, le matériel contenu dans ce remplissage est constitué exclusivement de céramique d’impasto, dont un fragment de petite olla à corps globulaire ovoïdal et un fragment de paroi d’olla à cordon horizontal lisse, qui renvoient au premier Âge du Fer, ainsi que quelques fragments d’ossements animaux. Ce matériel ne peut bien entendu fournir qu’un TPQ pour la construction de l’enceinte : l’emplekton a été réalisé en compactant des terres de remblai contenant ce matériel proto-historique.

11L’accès à la porte orientale se faisait par une rampe large de 6,40 m, soutenue par un mur en pierres sèches, qui utilise le même module et la même technique polygonale irrégulière que les deux parements de l’enceinte. Ce mur est désormais réduit à une seule assise, qui est à la même cote que la première assise du parement externe du mur méridional, mais on peut estimer sa hauteur initiale à quatre assises, soit environ 1,20- 1,30 m. Un sondage (δ) a été implanté le long de cette première assise de la rampe, et a révélé la présence d’un remplissage identique à celui de l’emplekton, ce qui laisse supposer que l’ensemble a fait l’objet d’une réalisation unitaire. On a donc dans un premier temps élevé le mur de soutènement en pierres sèches et comblé ensuite la rampe avec de la pierraille jusqu’à atteindre la hauteur nécessaire pour obtenir un niveau de circulation régulier (fig. 32 et 33).

Fig. 32 – Les sites de hauteur des Vestins. Coupe au niveau de la porte orientale et de la rampe (à gauche), avec les deux parements du mur septentrional sur la droite et la localisation des sondages β et γ (relevé L. Ferreri, M. Davide, X.A. Magli).

Fig. 33 – Les sites de hauteur des Vestins. La rampe conduisant à la porte orientale (cliché S. Bourdin).

12Deux autres sondages documentent la construction et le fonctionnement de ce corridor de la porte orientale, le sondage β implanté le long du parement externe du mur nord, au contact de celui-ci, dans un espace qui constitue la partie supérieure de la rampe d’accès, et le sondage F légèrement plus à l’ouest, au contact du parement interne du mur sud, longitudinalement à l’axe du passage. Dans le sondage β, on a atteint la roche naturelle après le démontage de plusieurs niveaux, correspondants aux remblais et recharges (US 1026, 1031, 1032 et 1040) supportant le radier de fondation (US 1023) de la route elle-même (les niveaux de circulation ont disparu). Parmi les couches de remblai, les US 1031 et 1032 se distinguent par la présence de fragments de bois carbonisé, dont des traces de plusieurs planches et des clous de fer. Ce niveau charbonneux, dont on retrouve des traces dans le sondage F, provient peut-être d’un premier système de fermeture (portes en bois), détruit, enfoui sur place et remplacé dans une 2e phase. Dans le sondage F, la situation est sensiblement la même, mais en raison du pendage, la roche naturelle affleure à une cote inférieure, ce qui a nécessité des niveaux de remblai plus importants. On retrouve sous la couche d’humus des portions d’un radier (US 1021), qui devait porter le niveau de circulation antique disparu. Lors de son démontage, on a récupéré notamment un tesson de céramique à vernis noir, un anneau de plomb et des fragments de tuiles. Ce hérisson résiduel s’appuie sur une couche de préparation (US 1020), pauvre en mobilier, qui recouvre une couche de terre jaunâtre (US 1025), comprenant une grande quantité de tessons de céramique d’impasto ou d’argile dépurée, des pointes de clous en fer et des fragments de bronze. Au-dessous, on rencontre plusieurs niveaux de remblai, riches de matériel provenant des structures démontées à l’intérieur de la surface enclose, parmi lesquelles un fragment de tasse à petit col et un fragment de paroi décorée d’un cordon digité, qui datent de l’Âge du Bronze final-début du 1er Âge du Fer. Cette séquence stratigraphique correspond donc à plusieurs niveaux de remblai, de préparation et éventuellement de recharge, pour poser le radier et le niveau de circulation (disparu et remplacé par une légère couche d’humus) (fig. 34).

Fig. 34 – Les sites de hauteur des Vestins. Le sondage F en cours de fouille, avec les lambeaux du hérisson de la route (US 1021) (cliché S. Bourdin).

13Le matériel découvert dans ces différents niveaux de remblai fournit donc un TPQ pour la construction de l’enceinte, ou plutôt pour sa réfection. En effet, il semble peu probable que l’habitat du Monte di Cerro n’ait pas été fortifié à l’Âge du Fer. On doit donc supposer qu’aux xe-vie s., on trouvait sur le Monte di Cerro un habitat fortifié, composé de cabanes et d’une fortification de type «circuit annulaire», posant sur une seule assise retenant un agger (comme on le voit encore dans le quadrant NO du site), peut-être doublé d’un fossé. Dans un second temps, un système plus complexe est mis en place, dont le Monte di Cerro représente le seul exemple connu pour la région. On construit un mur en appareil irrégulier, composé de deux parements et d’un emplekton et on aménage à l’est une porte à recouvrement, prolongée par une rampe d’accès. En arrière du mur, et le long de la rampe, on obtient un niveau régulier en remblayant avec de la terre provenant des habitations détruites à l’intérieur du site. Le matériel contenu dans ces niveaux de remblai nous amène jusqu’à une date postérieure au Ve, voire au ive s. On pourrait alors supposer que l’enceinte a été reconstruite à l’époque hellénistique, peut-être dans le cadre des guerres contre Rome, ce qui expliquerait la présence de balles de fronde découvertes en prospection ou prélevées par les clandestins.

14Plusieurs sondages ont été implantés à l’intérieur de la surface enclose (α, η, ζ, ε, θ). D’une manière générale, à cause de l’érosion ainsi que des divers prélèvements effectués pour construire l’emplekton et la rampe d’accès, les niveaux d’occupation n’ont pas été conservés. On rencontre partout une couche d’humus, riche en matériel, qui recouvre directement la roche naturelle. Le matériel résiduel correspond à l’occupation du site au Bronze final et au premier Âge du Fer, déjà bien documentée par les prospections de surface réalisées les années précédentes. Ainsi, parmi le matériel découvert dans le sondage η, on note la présence d’un fragment d’ollette à corps globulaire ovoïdal, bord évasé et épaule décorée d’un cordon digité, qui rappelle un exemplaire de Poggio Sommavilla, un fragment d’écuelle carénée à paroi rentrante qui renvoie à un exemplaire de Luco-strada 45 et un fragment de vase à col cylindrique qui rappelle un exemplaire de Celano Paludi.

15Le seul aménagement visible à l’intérieur de la surface enclose est une cuvette, qui s’étend sur 200 m2 environ, sur le versant nord. Un sondage a été implanté sur le rebord de cette structure. Il a révélé la présence d’une couche compacte de terre argileuse, mêlée de moellons de calcaire, contenant un riche matériel (236 artéfacts) datant du Bronze final (deux fragments de couvercle rappelant un exemplaire d’Ortucchio-strada 28) ou du premier Âge du Fer (fragments d’écuelle tronconique à calotte, d’olla à profil continu et corps cylindrique, d’olla à petit col et corps ovoïde). Il s’agit clairement d’une couche de remblai, mais la signification et l’utilisation de cette petite dépression du terrain demeurent encore, en l’état de la recherche, inexpliquées.

16Les prospections conduites cette année nous ont permis de découvrir deux nécropoles tumulaires proto-historiques, d’identifier un site d’époque romaine (Capo La Piaia) et plusieurs secteurs d’occupation médiévale (Cote 773, Colle della Madonna, Colle San Nicola). Nous avons désormais, à l'issue de ces quatre campagnes (2006-2009), une vue assez claire de tous les massifs qui entourent la plaine de L'Aquila, le haut-plateau de Navelli, la vallée de Capestrano et la conque de Castelvecchio Subequo, ainsi qu'une vue partielle des massifs du Sirente et des abords du haut plateau des Rocche. Une quarantaine de sites fortifiés ont été contrôlés et décrits au cours de ces quatre campagnes. Plusieurs sites fortifiés inédits ont été découverts (I Colli, Costa Carbone, Cote 1052), ainsi que de nombreuses zones d'épandage de matériel d'époque proto-historique (Monte Cogozza), romaine (San Pio...), médiévale (La Corcumella, Cote 773 etc.) et plusieurs nécropoles tumulaires (Vallicella, Croce di Picenze). Nous avons documenté sur la plupart des sites pris en examen les différentes techniques utilisées pour la construction des enceintes, qui correspondent à deux types principaux : une simple accumulation de blocs de pierre, servant probablement d'appui à une palissade (Serra di Navelli, Monte Mattone, Monte delle Croci, I Colli, Cerreta etc.) ou un mur, en général réduit à une ou deux assises, qui retient une accumulation de terre aplatie pour former un chemin de ronde (Croce di Picenze, Collemaggiore, Monte Cafanello, Monte Urano etc.). L'enceinte du Monte di Cerro, étudiée cette année, représente un modèle plus abouti, et pour l'instant unique dans la région, qui combine un mur à double parement, probablement surmonté d'une élévation en matériaux périssables (brique crue ou palissade de bois), en arrière duquel se trouve un circuit annulaire aplati, formant un chemin de ronde. Cette enceinte s'ouvre par une porte à recouvrement élaborée, prolongée par une rampe d'accès, posant sur des niveaux de remblai qui contiennent du matériel récupéré sur l'habitat et font pencher pour une datation basse de l'ensemble.

17L'analyse complète du matériel, en particulier de la céramique découverte sur l'ensemble de ces sites, permettra de proposer une datation précise de la fréquentation de chacun d'entre eux et de sortir d'une vision réductrice qui tend à considérer tous ces centres fortifiés comme contemporains. Nous pourrons ainsi mieux cerner, au travers des époques successives, les différentes dynamiques du peuplement du territoire des Vestins Cismontani et des Péligniens Superaequani.

Haut de page

Notes

1 Les étudiants qui ont participé à cette campagne 2009 provenaient des Universités Lumière Lyon 2, Lille 3-Charles-de-Gaulle, Picardie-Jules Verne, Provence, G. D’Annunzio Chieti, Roma 1-La Sapienza, Marc Bloch-Strasbourg, ainsi que de l’École normale supérieure.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 31 – Les sites de hauteur des Vestins. Capo della Piaia, vu du Castiglione (cliché S. Bourdin).
Légende Fig. 32 – Les sites de hauteur des Vestins. Coupe au niveau de la porte orientale et de la rampe (à gauche), avec les deux parements du mur septentrional sur la droite et la localisation des sondages β et γ (relevé L. Ferreri, M. Davide, X.A. Magli).
Légende Fig. 33 – Les sites de hauteur des Vestins. La rampe conduisant à la porte orientale (cliché S. Bourdin).
Légende Fig. 34 – Les sites de hauteur des Vestins. Le sondage F en cours de fouille, avec les lambeaux du hérisson de la route (US 1021) (cliché S. Bourdin).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Bourdin et Antonella Natali, « Les sites de hauteur des Vestins : Étude de l’organisation territoriale d’un peuple de l’Italie préromaine », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 122-1 | 2010, 251-256.

Référence électronique

Stéphane Bourdin et Antonella Natali, « Les sites de hauteur des Vestins : Étude de l’organisation territoriale d’un peuple de l’Italie préromaine », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 122-1 | 2010, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/mefra/460

Haut de page

Auteurs

Stéphane Bourdin

Articles du même auteur

Antonella Natali

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals