Navigation – Plan du site
Chronique
Activités archéologiques de l’École française de Rome

Jebel Oust (Tunisie)

Solange Biagi, Fabrice Bessière, John Scheid, Raphaël Macario, Stéphane Abellon, Henri Broise, Aïcha Ben Abed, Ben Khader, Nathalie André, Catherine Balmelle, Raphaël Durost, Raphaël Golosetti, Nicolas Monteix et Chiraz Guellela
p. 283-291

Texte intégral

Activités de fouilles soutenues par :
Institut national du patrimoine (Tunis), École française de Rome, Collège de France, Ministère des Affaires étrangères (Paris)

La fouille de la pente menant au sanctuaire

1La campagne de 2009 devait éclairer le problème de la liaison entre le secteur du temple et celui du portique des thermes, situé au bas de la pente, à l’est (fig. 71). Jusqu’à présent il était admis qu’il s’agissait d’une voie qui reliait les deux secteurs. Après plusieurs sondages, qui révélaient l’existence de constructions sur la pente, et d’un grand escalier, nous avons décidé en 2008 d’ouvrir l’ensemble de la pente pour être capables de décrire et de dater les structures partiellement dégagées jusqu’alors. Le campagne de 2008, qui partait d’un décapage général de la pente, a permis d’identifier un édifice construit vers la fin du ier s. de n. è. sur la partie supérieure de la pente, avec des mosaïques en noir et blanc, ainsi que des restes d’une autre salle à la hauteur du bassin S21. Nous avions alors conclu que vraisemblablement il s’agissait d’une phase de constructions liée à la première phase du secteur du temple. L’édifice S25-26, qui était soit un local de réunion, soit l’entrée vers les premiers thermes du site, fut détruit à partir du milieu du iie siècle, date qui correspond à celle de la construction du deuxième temple, des portiques et des thermes. Des couches et des aménagements tardifs furent identifiés dans tous ces édifices. Dans la partie orientale de la pente, les restes d’une maison tardive, dont l’axe n’est pas le même que celui du clivus des siècles précédents, furent découverts, ainsi qu’une partie d’un bassin (S37).

Sondages sur la pente menant au sanctuaire

2Dans le secteur de la pente, notre travail a consisté cette année en deux sondages au nord de S25 et S26, fouillés déjà en 2008, et dans la fin de la fouille en S24, dont les couches superficielles ont été dégagées par C. et F. Bessière en avril 2008.

3En effet, tandis qu’à l’ouest de la pièce S24, la fouille d’avril 2008 s’était poursuivie jusqu’à la roche en place, à l’est, il restait une bande de terrain le long du mur MR 2581, large d’environ 2 m dont seules les couches supérieures avaient été enlevées en avril 2008. Or, nous avions constaté un alignement de traces de blocs suspect au sol et nous voulions vérifier s’il s’agissait d’un mur. Nous avons retrouvé, lors de la fouille, le mur MR 2470 apparu l’an dernier, qui fermait au sud la salle de la mosaïque aux hexagones. Il se poursuit vers l’ouest et fait apparemment retour avec le mur MR 2575, de direction nord-sud, découvert cette année et confirmant les traces vues l’an passé. Au nord du mur MR 2470, nous avons retrouvé la mosaïque aux hexagones UF 2472, sur laquelle est posé le mur MR 2581. Conservée sur environ un mètre à l’ouest du mur, elle a disparu vers l’ouest et aucune trace jusqu’au mur MR 2295 n’est visible, sauf peut-être sous la forme d’une fine pellicule de mortier qui serait le résidu du support de la mosaïque. Au sud du mur MR 2470, les lambeaux d’une nouvelle mosaïque UF 2724 ont été dégagés. Elle correspond au niveau de la pièce du bâtiment aux mosaïques à l’ouest de S26.

4Au nord du mur MR 690, la fouille d’une deuxième zone a permis de préciser au nord l’extension du bâtiment aux mosaïques. En effet, dans une zone qui semble avoir été partiellement fouillée par Fendri, sous des remblais qui pourraient provenir de ses fouilles, nous avons pu dégager la suite de la mosaïque aux hexagones UF 2472, sur laquelle est fondé à cet endroit le MR 690. La limite nord de cette mosaïque nous est donnée par la présence de la bande de raccord avec un mur qui est totalement arasé, MR 2698. Au nord de ce mur, le lambeau d’une nouvelle mosaïque, UF 2693, est apparu : il s’agit d’une nouvelle pièce du bâtiment aux mosaïques vers le nord. Il semblerait que le mur MR 2581 ait coupé en deux cette nouvelle pièce, comme il coupe la pièce à la mosaïque aux hexagones.

5Nous serons ainsi à même de proposer un plan de ce bâtiment aux mosaïques qui ne sera toutefois pas complet : désormais en effet, nous pouvons encore repousser son extension vers le nord, même si la limite de la nouvelle pièce au nord reste à déterminer, de même que le mur qui ferme cette pièce à l’ouest. Enfin, à l’est, il est peu probable que nous puissions définir la limite de la pièce, de même que la limite de celle à la mosaïque aux hexagones. En effet, un mur MR 2694 vient s’appuyer sur le parement nord de MR 690 et condamne les pièces du bâtiment aux mosaïques. On note qu’aucune tranchée de fondation n’a été repérée le long du parement ouest de ce mur.

Fig. 71 – Jebel Oust. Plan d’ensemble des structures mises au jour sur la pente, éch. 1/200.

Sondage dans le secteur S36

6Le secteur S36, exploré pour la première fois en 2008 est situé à l’extérieur du mur sud du clivus. Le sondage pratiqué dans ce secteur, d’une largeur de 3 m sur 10 m de long, avait pour mission de reconnaître la zone au contact d’une pièce interprétée comme un grand bassin (S21).

7L’hypothèse d’une ou plusieurs salles thermales en S36 et dans les secteurs environnants a conduit à entreprendre un sondage exploratoire dans cette zone afin de repérer d’éventuelles structures en relation avec des aménagements précoces liés à la source et au premier état du sanctuaire. Cette opération était également l’occasion de documenter un secteur « hors clivus » qui, mis à part le bassin S21, semble avoir été relativement épargné par les fouilles de M. Fendri.

8À l’ouest du mur 2586 (fig. 72), au contact direct du sol géologique une fine couche de terre sablonneuse (US 2634) a mis au jour le sol géologique sur l’ensemble de la surface fouillée à l’ouest du mur 2586. Dans la moitié nord du sondage le substrat rocheux a été profondément entaillé de rigoles. Deux creusements principaux (tranchées 1 et 2) orientés ouest-est sont parfaitement parallèles et leur parcours, tout d’abord rectiligne, oblique légèrement vers le sud. Des rigoles secondaires (tranchées 3, 4 et 5), orientées nord-sud, recoupent à intervalles réguliers l’espace entre les deux entailles principales définissant trois blocs subrectangulaires de dimensions sensiblement égales. Cet aménagement, qui se situe parfaitement dans l’axe de la canalisation provenant du sanctuaire, passe sous les murs 2760 et 2586. On peut interpréter ces creusements comme des entailles de carrière destinée au débitage par arrachage des blocs définis par les rigoles. Ce travail est d’ailleurs visible sur le bloc oriental dont le retrait avait déjà commencé avant d’être abandonné.

Fig. 72 – Jebel Oust. Plan schématique du sondage dans le secteur S36.

9Immédiatement au sud et parallèle à l’aménagement précédent un profond creusement (Tranchée 6) est parallèle à la tranchée 2. Dans ce cas, peut-être s’agit-il d’un canal. Enfin, un canal creusé en palier orienté nord/ouest-sud/est recoupe le creusement précédent. Il ne semble pas avoir été achevé non plus. Nous l’avons reconnu sur un mètre environ, mais il est difficile d’en comprendre l’utilité.

10Ces creusements sont comblés par un sédiment terreux recouvrant des fragments de sol géologique de couleur rouge.

11À l’est du mur 2586, après le fouille de la séquence de strates qui dans la moitié sud du sondage la recouvre, une couche 2592 (non fouillée) présente une légère pente vers le sud. L’extrémité sud de cette couche comporte des plaques de terre-cuite posées à plat et quelques pierres qui forment certainement un niveau de sol. Le retrait de 2588 a également permis de mettre au jour l’arasement d’un mur orienté ouest-est (MR 2590) qui semble séparer cet espace sud d’une petite pièce au nord du sondage. Dans la moitié nord du sondage, une petite pièce carrée d’environ 2,20 m de côté a été dégagée. Elle est délimitée par les murs 2586 (à l’ouest), 2590 (au sud), le mur sud du clivus (au nord) et peut-être un autre mur très arasé, que l’on devine dans la berme est. Le sol de cette petite pièce (US 2591), légèrement en pente vers le sud-est, est constitué d’un agencement soigné de tegulae et de plaques de terre-cuite posés bords à bords sur 4 rangées successives. Sur le côté est de la pièce sont disposés des fragments de tegulae et de terre cuite, afin de combler les lacunes le long des murs. S’il est peu probable qu’il s’agisse d’un niveau de circulation puisque les tuiles sont disposées rebords en haut, la fonction de ce niveau de tuiles demeure difficile à interpréter.

12Le mur 2590 qui ferme au sud la pièce présente une harpe en place, en fait un seuil réemployé. À l’est de cette harpe, l’arasement du mur est couvert de 3 plaques de terre-cuite et une autre, conservée sur une hauteur d’environ 40 cm, est dressée sur le parement sud du mur, de façon à former une sorte de caisson dans l’épaisseur mur, ouvrant dans la pièce S37. Derrière cet aménagement, un blocage de pierre (ou un mur 3163 ?) semble avoir été posé.

Secteur S37

13La campagne 2008 avait mis au jour du côté nord du clivus, sur le flanc de la salle S31, un bassin taillé dans la roche en place. La campagne 2009 dans ce secteur devait permettre de fouiller le bassin dans son intégralité afin d’en comprendre l’architecture et d’en préciser le phasage et l’implantation dans cette partie du clivus située au-delà du mur nord (MR 690).

14Pour répondre aux problématiques fixées cette année nous avons ouvert en deux étapes un sondage relativement large au nord de la partie déjà fouillée du bassin : 3,40 m en direction du nord sur 4,90 m dans le sens est-ouest. Cette fenêtre de fouille devait nous permettre de distinguer le bassin dans son intégralité ainsi que son environnement immédiat.

15Comme pour tous les autres sondages menés dans cette portion du clivus, la première étape de la fouille a été le retrait des couches de remblais tardifs. Sous la fine couche de terre végétale qui recouvrait l’ensemble du sondage, deux couches successives de remblais de destruction/abandon ont été mises au jour (UF 2636 et 2637). L’UF 2636 est composée d’une terre brun clair mêlée à de très nombreuses pierres et moellons ainsi qu’à divers fragments de matériaux de construction. Elle recouvre l’UF 2637 qui est constituée de la même terre brune, légèrement plus sombre, avec là encore de très nombreux blocs et moellons ainsi que plusieurs harpes de murs. Cette UF est de plus caractérisée par la présence de poches de mortier rose friable. Du côté est ces deux couches prennent appui sur un mur (MR 2701), en partie détruit. Un second mur, grossièrement parallèle au premier (MR 2702) prend place du côté ouest sous l’UF 2637. Les nombreuses pierres et moellons retrouvés dans le remplissage des couches 2636 et 2637 proviennent sûrement, au moins en partie, de la destruction et de l’arasement de ces deux murs.

16Le sommet du bassin est arasé sur les côtés nord, est et sud. On peut voir sur ces trois côtés les deux couches d’enduits hydrauliques successifs. Le bassin mesure environ 2,50 m dans le sens est-ouest sur 2,75 m dans le sens nord-sud. Les parois du bassin sont couvertes de deux enduits successifs (UF 2705 et 2709). Le premier enduit (UF 2705) est un mortier hydraulique de couleur rouge sombre. Il est de bonne facture, solide et il prend place directement sur la roche en place. Le second enduit (UF 2709) est beaucoup plus dégradé : enduit fin, à la chaux de couleur blanchâtre, il s’effrite facilement. À noter que le premier enduit bouche déjà la canalisation qui touche le bassin sur le côté sud (UF 2291). La fonction de cette canalisation reste pour l’instant indéterminée (adduction, évacuation ?). Du côté ouest le second enduit, bien lissé, épouse la forme légèrement bombée de la paroi et ne laisse pas voir le premier état.

17C’est en observant le fond du bassin que les observations les plus intéressantes ont pu être effectuées. Deux niveaux se succèdent en correspondance avec les deux enduits successifs observés sur les parois. Le niveau le plus tardif est formé d’un solide béton de tuileau soutenant un opus signinum formé avec des bris d’amphores (UF 2710). Il est cohérent avec le second enduit des parois (UF 2709) qui le recouvre en partie ainsi qu’avec un boudin d’étanchéité qui court le long des parois (UF 2838). Enfin, sous ce sol on trouve un niveau mosaïqué qui constitue le premier état du bassin (UF 2708). La mosaïque court le long des parois du bassin. Dans l’angle sud-ouest du bassin la bande de mosaïque conservée délimite l’emprise d’une marche d’angle rectangulaire. La présence de cette marche d’angle pourrait expliquer l’existence de la fosse présente dans cet angle du bassin (UF 2835). Cette fosse, qui coupe également le dernier état du bassin intervient donc à la fin de l’utilisation du bassin et aurait pour cause la récupération des blocs constituant l’emmarchement.

18Pour conclure, la mise au jour de ce bassin comportant une première phase mosaïquée, invite à reconsidérer cette partie du clivus. Équipé d’une marche, au moins, ce bassin qui s’appuie sur le mur Nord du clivus, suppose l’existence d’un balnéaire à cet emplacement dont l’organisation globale et la datation précise restent encore à déterminer.

Les thermes

19Dans les thermes la fouille de l’espace T10B a été achevée. En revanche, le sondage projeté en T10C s’est avéré impossible à pratiquer, l’ensemble de l’espace étant recouvert d’un puissant radier de blocage reposant sur un remplissage de pierres d’une épaisseur de plus de 2 m, visible en contrebas dans une brèche à la base du mur de soutènement qui contenait le tout vers l’est. Les six petits locaux T5A-F fouillés par M. Fendri ont été nettoyés et étudiés, mettant ainsi en évidence une symétrie sinon formelle, tout au moins fonctionnelle ; les deux exèdres centrales sont occupées par des bassins tièdes encadrés par des locaux dont la fonction nous échappe tandis que celles situées aux deux extrémités abritent des pédiluves.

20L’étude du bassin T5J a révélé une évolution complexe de son mode d’alimentation et de fonctionnement liée à l’encroûtement progressif de la canalisation qui l’alimentait. Ce bassin semi-circulaire (fig. 73) qui s’ouvre sur T5 et fait saillie dans l’espace de service T10 a été construit dans la phase III des thermes, après ouverture d’une brèche à l’extrémité est de la paroi nord de T5. L’accès au bassin, pourvu d’une marche margelle, s’ouvre au droit de sa paroi ouest mais est limité à l’est par l’angle de la salle T5. En revanche, les deux degrés ayant fonction de siège, situés en contrebas, se développent sur toute la largeur de l’abside. Le sol du bassin est recouvert d’une mosaïque inclinée vers le tuyau de vidange en terre cuite situé dans sa partie orientale. L’approvisionnement hydrique de ce bassin profond de 1,20 m a connu au moins trois états correspondant chacun à un rehaussement du niveau d’arrivée d’eau thermale dans la canalisation d’adduction qui longe la paroi externe de l’abside. Le premier état correspond à un bain chaud par immersion dont le tuyau d’alimentation sera rehaussé d’une vingtaine de centimètres dans l’état suivant. Lors du troisième état l’arrivée d’eau est démultipliée et encore rehaussée, de 30 cm environ. Désormais l’ensemble fonctionne en tant que douche avec quatre arrivées d’eau, espacées de 65 cm et débouchant à 1,60 m au-dessus du sol du bassin.

21Nos recherches ont concerné aussi les autres espaces avoisinant l’angle nord-est du portique de la salle T5. L’analyse et le relevé des structures en T10C, T5I et T26 ont révélé une situation extrêmement complexe si bien que, dans ce secteur, de nombreux problèmes restent encore en suspens quant aux phases antérieures au vie siècle. En revanche, suite à cette campagne, il est désormais possible de proposer une restitution précise des deux derniers états de la phase IV, ceux qui précèdent l’abandon définitif de l’édifice thermal en tant que tel.

Fig. 73 – Jebel Oust. Le bassin T5J (phase III) : A et B, arrivées d’eau respectives des états 1 et 2. D, E, F, et G arrivées d’eau des douches de l’état 3 (vue prise vers le nord).

Fig. 74 – Jebel Oust. Plan des thermes dans le dernier état de la phase IV, avant leur abandon : A, bain de la villa ; B bain public (1/400. Le nord est à droite) (fond de plan T. Triki).

22Le dernier état de la phase IV correspond à la mise en place d’un petit bain public à l’est de l’édifice (fig. 74). On y accédait par l’impasse qui, ouvrant vers le sud, longe la façade est des thermes. Ce bain comprenait un vestiaire (R9) ayant aussi fonction de tepidarium (MEFRA 120-1, 2008, p. 267-268), une étuve T26 dont l’hypocauste était chauffée par un four s’ouvrant dans l’espace de service R13 et un caldarium T5I pourvu d’un unique bassin pouvant accueillir au maximum deux personnes.

23La construction de ce bain eut pour conséquence directe de couper la canalisation d’eau thermale qui après refroidissement à l’intérieur de la rotonde T9 alimentait le bassin tiède T15 du bain privé de la villa. C’est pour remédier à la suppression de ce bassin tiède qu’une canalisation sommaire faite d’imbrices (UF 297) (MEFRA 116-1, 2004, p. 704 et fig. 68) fut alors mise en place au nord-ouest de l’édifice pour acheminer l’eau thermale vers le bassin triconque dans lequel eau chaude et eau froide pouvaient être directement mélangées.

24L’édification de ce bain public, très probablement à l’initiative du propriétaire de la villa, prouve, s’il en était besoin, qu’au vie siècle le site était aussi occupé par une population ne dépendant pas directement de la villa, ce dont témoignent les structures de l’Antiquité tardive mises au jour sur la pente et celles fouillées par M. Fendri au nord-ouest des thermes.

Le secteur dit de la résidence

25Lors de la campagne 2009, les efforts ont porté en priorité sur le secteur nord, en vue de préciser l’emprise des constructions de l’état final, d’où la nécessité d’une fouille en aire ouverte. En outre, plusieurs sondages ont été entrepris dans ce secteur ainsi qu’au sud de la résidence, dans le but de recueillir des données chronologiques. Parallèlement les relevés d’architecture au 1/50e ont été complétés.

Secteur nord

26Suite au décapage mécanique d’une surface d’environ 200 m2, dans le prolongement des espaces étudiés en 2008, il a été possible de préciser l’aménagement de l’aile de bâtiments qui borde au nord le jardin et de poursuivre les investigations vers le nord.

L’aile de bâtiments au nord-ouest du jardin (d’ouest en est R67, 72, 73, 68, 74, cf. fig. 75)

27Quelques structures liées à un premier état ont été reconnues : ainsi en R67, deux murs chaînés antérieurs au mur est de la galerie R14. Toutefois, le principal apport des recherches concerne l’état final des cinq espaces précités qui forment, au nord-ouest du jardin, une aile large de 4,20 m et longue d’environ 17,50 m. Le mur qui les limite au nord (UF 2316) est dans le prolongement du mur du jardin identifié lors de la campagne 2007 (MEFRA 120-1, 2008, fig. 66, p. 266 et p. 268).

28D’inégales dimensions, mais toujours réduites, sans ouverture sur le jardin, ces pièces dépourvues de sol décoré semblent correspondre à des espaces de service. Plusieurs communiquent entre elles et en R73, au niveau de la limite nord, la présence d’un seuil vers R64 a été observée dans la stratigraphie.

29La pièce la mieux conservée, R68, a pu être fouillée entièrement (2008-2009) ; communiquant avec R73 et R74, elle présentait un niveau de sol rubéfié et induré (UF 2432) correspondant au dernier niveau d’occupation pour lequel l’étude céramologique a fourni un terminus post quem à la fin du ve siècle.

Les espaces R64 et R69 (fig. 75 et 76)

30Au nord de l’aile de bâtiments précitée, deux grands espaces R64 et R69 ont été explorés partiellement.

31R64 a livré des vestiges d’une division antérieure (murs UF 2878 et 2864, fig. 76), mais là encore c’est l’état architectural final qu’on discerne le mieux. Formant alors un espace en L orienté nord-sud, délimité à l’est par les murs UF 2370, 2661 et 2662, R64 était relié à R69 par une large ouverture de 2,40 m (UF 2433). À l’ouest, il introduisait au petit espace dallé menant aux galeries mosaïquées R14 et R15 (fig. 75) et s’appuyait probablement aux murs est des pièces R37 et R44 de la résidence. Des lambeaux d’un sol maçonné en connexion avec les murs UF 2661 et 2662 ont été retrouvés dans la partie nord de l’espace.

32R69 se moule à l’ouest contre les murs de R64. Ses autres limites restent en dehors de la fouille, hormis une petite section de son mur est, UF 2671, qui s’appuie à angle droit au mur du jardin UF 2316, puis disparaît sous la berme au bout de 70 cm.

33Dans la partie sud de R 64, une fosse circulaire (UF 2740) au remplissage moderne a fourni une colonne stratigraphique intégrale avec huit niveaux conservés sur 2 m au-dessus de la roche en place. Enfin, la stratigraphie observée en R64 et R69 a permis d’établir un phasage des structures. La phase 4 qui voit l’organisation architecturale finale est de loin la mieux connue.

34Dans cet état, R64 semble bien faire la transition entre l’espace purement résidentiel fouillé par M. Fendri et les nouvelles pièces, probablement de service, découvertes au nord du jardin. Quant à R69, il serait tentant d’y voir une cour.

Les espaces dallés au nord et à l’ouest

35Le réexamen des espaces dallés qui ceinturent l’angle nord-ouest de la résidence, sans communiquer avec les salles mosaïquées, dans l’état final, suggère un caractère de service pour ce secteur et il serait vraisemblable de supposer que ces espaces aient été en relation avec R64. Quoi qu’il en soit, le mur nord du couloir R60 qui est en connexion avec le dallage paraît bien marquer la limite septentrionale de l’édifice résidentiel aux sols mosaïqués de l’état final.

Secteur sud

36Au cours de la campagne 2009, un sondage a été entrepris dans l’exèdre sud (R18) de la salle principale à abside et une fouille en extension a été menée en R3 dans la continuité des nettoyages effectués en 2008.

Sondage en R18

37Grâce à la dépose d’une bande de mosaïque, un sondage, long de 2 m et large de 1,80 m, en correspondance d’une harpe dans le mur sud de la pièce, a été ouvert au sud-est de R18. Lors de la fouille, trois phases principales ont été observées, la première d’entre elles comportant deux états.

Fig. 75 – Jebel Oust. Secteur de la résidence. R 69 au premier plan et R64 ouvrant vers la galerie R14.

Fig. 76 – Jebel Oust. Plan du sondage au nord-est de la résidence.

38Un mur sensiblement orienté nord-sud (UF 2614) correspond à la première trace d’occupation. La seconde phase est constituée par l’érection d’un mur orienté est-ouest (UF 2655) qui s’appuie sur le mur précédent sans l’araser. C’est seulement au cours de la troisième – et dernière – phase que R18 prend l’aspect encore observable en élévation. Deux opérations conjointes transforment considérablement la physionomie de l’espace : la construction d’un mur au sud-est (UF 2656) et l’arasement du mur antérieur (UF 2614). Après cet arasement, un pilier de fondation est creusé très profondément, destiné à former la base des deux piliers méridionaux séparant l’exèdre de l’espace central de la pièce. Un remblai (UF 2612), constitué d’argile jaune, est mis en place pour niveler. Par-dessus celui-ci, est finalement apposé le mortier de la mosaïque constituant le décor de l’ensemble de la pièce.

Recherches en R3

39La remarquable préservation d’une séquence stratigraphique presque complète a permis de suivre l’évolution de cette pièce sur un temps relativement long. Lors d’une ultime transformation, R3 est dotée d’un tour de potier et s’étend au sud par la création d’un four à sole suspendue.

40Grâce aux données recueillies dans cet espace R3 et grâce à une étude des murs entourant R3 et les espaces environnants, une première esquisse de restitution de développement pour l’ensemble du secteur méridional de la « résidence » a pu être proposée.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 71 – Jebel Oust. Plan d’ensemble des structures mises au jour sur la pente, éch. 1/200.
Légende Fig. 72 – Jebel Oust. Plan schématique du sondage dans le secteur S36.
Légende Fig. 73 – Jebel Oust. Le bassin T5J (phase III) : A et B, arrivées d’eau respectives des états 1 et 2. D, E, F, et G arrivées d’eau des douches de l’état 3 (vue prise vers le nord).
Légende Fig. 74 – Jebel Oust. Plan des thermes dans le dernier état de la phase IV, avant leur abandon : A, bain de la villa ; B bain public (1/400. Le nord est à droite) (fond de plan T. Triki).
Légende Fig. 75 – Jebel Oust. Secteur de la résidence. R 69 au premier plan et R64 ouvrant vers la galerie R14.
Légende Fig. 76 – Jebel Oust. Plan du sondage au nord-est de la résidence.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Solange Biagi, Fabrice Bessière, John Scheid, Raphaël Macario, Stéphane Abellon, Henri Broise, Aïcha Ben Abed, Ben Khader, Nathalie André, Catherine Balmelle, Raphaël Durost, Raphaël Golosetti, Nicolas Monteix et Chiraz Guellela, « Jebel Oust (Tunisie) », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 122-1 | 2010, 283-291.

Référence électronique

Solange Biagi, Fabrice Bessière, John Scheid, Raphaël Macario, Stéphane Abellon, Henri Broise, Aïcha Ben Abed, Ben Khader, Nathalie André, Catherine Balmelle, Raphaël Durost, Raphaël Golosetti, Nicolas Monteix et Chiraz Guellela, « Jebel Oust (Tunisie) », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 122-1 | 2010, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/mefra/466

Haut de page

Auteurs

Solange Biagi

Articles du même auteur

Fabrice Bessière

John Scheid

Articles du même auteur

Raphaël Macario

Stéphane Abellon

Henri Broise

Articles du même auteur

Aïcha Ben Abed

Articles du même auteur

Ben Khader

Nathalie André

Articles du même auteur

Catherine Balmelle

Articles du même auteur

Raphaël Durost

Articles du même auteur

Raphaël Golosetti

Nicolas Monteix

Articles du même auteur

Chiraz Guellela

Étudiante en architecture (Tunis)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals