Navigation – Plan du site
Chronique
Activités archéologiques de l'École française de Rome

Monterenzio (prov. de Bologne). La nécropole celto-étrusque de Monterenzio Vecchia : les tombes féminines

Philippe Charlier, Nicola Bianca Fàbry, Thierry Lejars, Venturino Naldi et Daniele Vitali
p. 262-276

Texte intégral

Activités de fouilles soutenues par :
Université de Bologne, École normale supérieure (Ulm)-UMR 8546 du CNRS et École française de Rome

1Le complexe archéologique de Monterenzio Vecchia, situé sur le tracé de la Flaminia minor, une des principales voies de communication antiques reliant la région padane à l’Étrurie interne, domine les vallées de l’Idice à l’ouest et du Sillaro à l’est. Il fait face à l’ensemble voisin du Monte Bibele, également connu pour son habitat et son importante nécropole celto-étrusque. Installée sur le flanc sud-occidental de la colline, la nécropole de Monterenzio jouxte un habitat étrusque plus ancien dont on commence à deviner l’importance. Pour une présentation détaillée du site et un aperçu de ces principales caractéristiques, on se reportera aux précédents comptes-rendus. Nous rappelons pour mémoire que ce cimetière daté de la fin du ive s. et début iiie s. av. J.-C. mêle des enfants, en particuliers des enfants morts en bas-âge, aux adultes des deux sexes. Il faut aussi insister sur l’importance de la composante guerrière (près de la moitié des adultes) et la prépondérance dans le domaine très particulier de la guerre de l’élément nord-alpin. Pour le reste, la référence est presque exclusivement étrusque et italique, comme nous nous proposons de le montrer avec le costume et les attributs féminins.

2Sur la quarantaine de tombes fouillées entre 2000 et 2005, auxquelles il faut ajouter les restes plus ou moins bien conservés d’une petite dizaine de sépultures supplémentaires récupérés en 1988, les femmes représentent moins du tiers de l’effectif total. L’étude anthropologique a permis de dénombrer dix femmes sur les 28 individus identifiables, âgés de plus de 16 ans. L’analyse des mobiliers archéologiques permet quant elle d’attribuer treize dépôts funéraires à la sphère féminine, neuf adultes et quatre enfants, âgés de trois à onze ans. Comme à Monte Bibele, les femmes sont toutes inhumées, l’incinération, très minoritaire, étant réservée à certains guerriers (tombes 16, 28 et 32).

3La population féminine se compose majoritairement de femmes adultes matures (plus de 45 ans, tombes 4, 7, 20, 21 et 31) et âgés (plus de 65 ans, tombes 9 et 14). Une seule femme est âgée de moins de 45 ans (tombe 2). À Monterenzio Vecchia, la plupart de femmes disparaît à un âge adulte mature (après 45 ans) alors que les hommes meurent majoritairement à un âge adulte jeune (16-45 ans). Une telle distribution s’explique classiquement en anthropologie funéraire par des faits de guerre qui fauchent la vie des hommes jeunes, les décès féminins avant 45 ans étant principalement dus aux complications des grossesses. Il existe un cas d’ambiguïté sexuelle, c’est-à-dire de dissociation entre le sexe déterminé par les méthodes anthropologiques et le sexe indiqué par le mobilier funéraire (sexe archéologique). Il s’agit de la tombe 19, féminine du point de vue anthropologique mais masculine quant au mobilier archéologique. Les analyses biomoléculaires pratiquées par le laboratoire de Médecine légale du CHRU de Strasbourg (par le Professeur Bertrand Ludes et le Docteur Christine Keyser) n’ont pas permis d’extraire l’ADN nécessaire à la détermination du sexe génétique, en raison du mauvais état de conservation des squelettes, ainsi que de l’extrême percolation des ossements.

4Dans la nécropole de Monterenzio Vecchia, les tombes féminines, ou supposées comme telles, se mêlent aux ensembles masculins sans qu’il soit possible pour le moment d’établir d’éventuels regroupements. Il est également difficile d’établir un lien entre elles et les tombes d’enfants ou de nouveaux nés (fig. 35). Les datations obtenues à partir du mobilier (céramique et métallique) indiquent pour les ensevellissements une chronologie analogue à celle des ensembles masculins, correspondant aux dernières décennies du ive s. av. J.-C. et au début du iiie s.

5Les assemblages féminins se distinguent par la présence d’objets significatifs quant au sexe et au statut des défunts. Figurent en premier lieu les accessoires du costume et les parures, mais aussi certains objets caractéristiques liés au travail de la laine, et plus rarement des ustensiles associés aux soins corporels ou à la toilette, ou encore certains vases. Les fibules, en quantité variable, sont présentes dans huit ensembles, dont une tombe d’enfant. Elles sont de type «La Tène» ou «Certosa», parfois en fer, le plus souvent en bronze ou en argent. Si les fibules de type «La Tène» se rencontrent aussi dans les assemblages masculins, les «Certosa» en sont absentes. À cela s’ajoutent des appliques de coiffes (elles sont situées pour la plupart près du crâne) en forme d’oméga, le plus souvent en argent, parfois en fer. Il ne subsiste rien en revanche du ceinturon ou de ses constituants. Parmi les accessoires vestimentaires on peut mentionner certains groupes composés de petites fibules en bronze de type «Certosa» et de pendeloques, réunies par des chaînettes également en bronze. Nous reviendrons plus avant sur ces ornements de poitrine.

6La parure, relativement sobres, se compose pour l’essentiel de colliers de perles, en ambre, ou en ambre et verre. Dans certains cas, lorsque le nombre de perles est réduit, on peut supposer l’utilisation conjointe d’éléments en matériaux organiques (bois, etc.) qui ne se sont pas conservées. Des anneaux digitaux en bronze ou en argent, passés à la main droite ou à la gauche et dans certains cas aux deux, complétaient les assemblages (tombes A, 9, 14 et 20). Les bracelets, brassards et anneaux de chevilles, bien connus par ailleurs (à Casalecchio di Reno notamment), ne font pas parti du trousseau féminin des ensembles de Monterenzio Vecchia ou de Monte Bibele. Les bijoux en or dont se parent les femmes des nécropoles sénonnes (Montefortino) en sont également absents.

7Il faut ajouter à cela quelques objets plus insolites comme le scarabée en ambre de la tombe 7 (Fábry 2009). Il est orné d’une figure féminine ailée incisée à la base (fig. 36). Le caractère exceptionnel de la pièce est dû à l’emploi inhabituel de l’ambre pour la réalisation de gemmes. L’objet a été trouvé à proximité immédiat de la main droite avec des petites perles de verres placées de chaque côté. Il a pu être utilisé comme anneau digital, mais il n’en subsiste aucune armature métallique, ou comme ornement de bracelet ou peut-être même comme aes rude (ces derniers prennent habituellement la forme d’un fragment de métal).

8Le nécessaire de toilette se limite le plus souvent au miroir et à de petits récipients probablement destinés aux parfums et aux onguents. Les miroirs en bronze sont présents dans trois des neuf tombes d’adultes (tombes 2, 7 et 20). Ces objets caractéristiques de la fin du ive s.-début du iiie s. av. J.-C. sont généralement ornés (un simple liseré d’ocelle sur le miroir de la tombe 2, un couple de personnages féminins ailés sur l’exemplaire de la tombe 7, et un unique personnage féminin ailé sur celui de la tombe 20) et équipés d’un manche tronconique en os (Penzo 2006; Fábry 2010). L’exemplaire de la tombe 20 présente des traces de réparation. Il avait été placé au sud des vases, entre la jambe droite et les quenouilles. Le miroir de la tombe 7 avait été déposé sous les genoux avec une coupelle. Celui de la tombe 2 couvrait un petit vase en céramique déposé à part, près de la tête. Un lécythe et une embouchure en bronze de vase à onguent complétait l’attirail. L’étude des embouchures métalliques de récipients en peau (a gabbia) de la nécropole de Monte Bibele a permis d’établir une distinction par la taille : les diamètres les plus grands sont présents dans les ensembles masculins tandis que les plus petits seraient caractéristiques des contextes liés à la sphère féminine.

Fig. 35 – Monterenzio Vecchia. Répartition des tombes féminines.

Fig. 36 – Monterenzio Vecchia. Scarabée en ambre de la tombe 7.

9Le statut féminin de l’inhumée est aussi signifié par des objets emblématiques liés au tissage ou plus généralement au travail de la laine suivant en cela un usage profondément ancré dans la tradition étrusco-italique. Cette référence à l’art du filage est une constante des assemblages féminins. Il s’agit de fusaïoles en terre-cuite et d’éléments osseux interprétés comme des garnitures de quenouilles (cabochons et tubes cylindriques à embouchure droite ou dentelée). Un vase leur est parfois associé. Ces ustensiles avec éléments osseux, également présents à Monte Bibele, sont documentés depuis l’époque étrusque, dans les nécropoles de Bologne (Certosa, tombe 300) et Spina (Vitali 2008). Le nombre de ces objets varie indépendamment de l’âge des défuntes. La paire de fusaïoles déposée aux pieds de l’enfant de la tombe 33, âgé de 4/5 ans, la signale comme une enfant et la situe d’ores et déjà dans le domaine féminin. Dans les tombes 4, 14, 21 et 33, seules les fusaïoles sont documentées. L’association fusaïole-quenouille n’est attestée que cinq fois (tombes A, 2, 7, 9 et 20). L’absence de garnitures osseuses ne peut être toutefois tenue pour significative dans le mesure où l’on ne peut exclure l’utilisation de quenouilles entièrement organique. L’absence de fusaïole dans la tombe 31 étonne davantage étant donné la fréquence habituelle de ces objets. L’association fusaïoles-quenouilles-vase représente donc la forme la plus complète d’un service qui signale la femme, telle Pénélope, comme productrice de tissu ou maître d’œuvre des productions de la maisonnée.

10Les tombes féminines disposent d’un service de table sensiblement équivalent à celui des hommes, à l’exclusion des ustensiles en bronze. Le nombre de vases varie de neuf à vingt pièces pour les tombes d’adultes contre deux à onze pour les ensembles attribuées à des enfants de sexe féminin. Si la typologie des formes est également semblable, on remarque la présence de vases uniques et sexuellement discriminants. C’est le cas en particulier des skyphoi (pâte dépurée ou à vernis noir avec décor surpeint), par opposition à la kylix qui demeure un des principaux marqueurs masculins avec le mortier. C’est aussi la présence de skyphoi dans les tombes d’enfants 24 et 25 qui permet de les assigner à l’univers féminin. Pour les femmes adultes, on note une seule exception avec le dépôt d’un kylix à la place du skyphos (tombe 21). De façon générale, les cas d’inversion sont rares. Outre l’ensemble mentionné, il faut signaler la tombe de guerrier 22 où, cette fois, la kylix est remplacée par un skyphos. Il n’est pas inopportun de souligner dans ce cas la proximité des deux tombes et la faiblesse numérique de leur vaisselier, onze et neuf vases; du point de vue quantitatif, le service de table de ces sépultures est plus conforme à celui des tombes d’enfants. À Monte Bibele, le skyphos est associé aux femmes dans seulement 15 cas sur 28 (Vitali 2008). Cette différence avec Monterenzio Vecchia s’explique en partie par l’histoire longue de la nécropole de Monte Bibele et une plus grande rareté des skyphoi dans les phases plus anciennes (ve s. et première moitié du ive s. av. J.-C.). Dans les tombes postérieures, le skyphos est présent dans 11 contextes sur 15 (fig. 37); sur les quatre exclus trois sont privés de mobilier céramique. Rappelons que la phase ancienne de Monte Bibele n’est pas documentée à Monterenzio Vecchia.

Fig. 37 – Monte Bibele. Histogramme des tombes féminines avec skyphos.

Fig. 38 – Monterenzio Vecchia. Tableau synoptique des parures et attributs féminins.

Fig. 39 – Tableau synoptique des mobiliers féminins des ensembles de Monterenzio Vecchia et Monte Bibele (adultes et enfants de sexe féminin

Fig. 40 – Monterenzio Vecchia. Marqueur féminins de la tombe 20 : toilette (miroir) et filage de la laine (fusaïoles et garnitures de quenouilles).

Fig. 41 – Monterenzio Vecchia. Parures de la tombe 20 : chaînettes-fibules-pendeloques, fibules, bague et perles de verre.

11Ce rapide aperçu de la documentation funéraire féminine, qu’il s’agisse de la parure et des accessoires vestimentaires, ou encore des objets liés au statut des individus (fig. 38) montre une grande ressemblance avec la situation rencontrée à Monte Bibele (Challet 2008; Vitali 2008) (fig. 39). Pour illustrer la similitude des mobiliers et des usages funéraires de ces deux comunautés voisines, nous pouvons évoquer, pour conclure, le cas de la tombe 20 de Monterenzio Vecchia. La femme mature inhumée dans cette tombe se signale par un mobilier relativement complet comprenant un service d’une quinzaine de vases dont un skyphos, un miroir, un assortiment de trois quenouilles en os avec fusaïoles en terre-cuite (fig. 40), des perles en verre placées sur la poitrine (collier?) et une bague en argent à la main gauche. Elle portait en outre sur chaque épaule une chaînette en bronze ornée de pendeloques en goutte et de petites fibules de type Certosa, ainsi qu’une fibule en fer de type La Tène (fig. 41). Ce type de parure trouve des parallèles exactes dans quatre tombes de Monte Bibele (tombes 27, 49, 77 et 95) datées de La Tène B2 (fin ive-début iiie s. av. J.-C.) et relativement distantes les unes des autres. La tombe 27, qui a livré ce type de chaînettes avec des fibules en fer de type Certosa et La Tène, assurément la plus ancienne, permet de situer l’apparition de cette mode dans la vallée de l’Idice vers le milieu du ive s. av. J.-C. Toutefois, c’est la tombe 77 qui offre la meilleure comparaison avec le groupe chaînettes-fibules-pendeloques de la tombe 20, bienqu’il ne s’agit plus cette fois d’une femme d’âge mûr mais d’une enfant de 6/8 ans.

12À travers ces marqueurs du statut du défunt nous voyons non seulement qu’il est possible de distinguer les ensembles masculins et féminins mais aussi qu’il existe une forte corrélation entre les pratiques funéraires des deux nécropoles de la vallée de l’Idice. À l’homogénéité des parures et des attributs s’ajoute la volonté d’inscrire dans le domaine des femmes certains enfants décédés prématurément. Comme pour le service de table et les accessoires du banquet, les marqueurs féminins relèvent presque entièrement de la tradition étrusco-italique. La référence au monde celtique se limite à la présence de quelques rares fibules laténiennes.

Haut de page

Bibliographie

Challet 2008 = V. Challet, Les bijoux de la nécropole de Monte Bibele (Monterenzio, BO), dans D. Vitali et S. Verger (dir.), Tra mondo celtico e mondo italico. La necropoli di Monte Bibele, Bologne, 2008, p. 61-76.

Fábry 2009 = N. B. Fábry, Lo scarabeo della tomba 7 di Monterenzio Vecchio e le parures d’ambra delle necropoli etrusco-celtiche della valle dell’Idice, dans Ocnus, 17, 2009, p. 23 – 27.

Fábry 2010 = N. B. Fábry, Uno specchio con «Lasa» alata dalla necropoli di Monterenzio Vecchio nell’Appenino bolognese, dans Acta Archaeologica Academiae Scientiarum Hung., 2010, p. 97-104.

Penzo 2006 = A. Penzo, Specchi di bronzo, dans D. Vitali (dir.), I bronzi degli Etruschi e dei Celti nella Valle dell’Idice [catalogo della mostra], dans Quaderni del Museo Archeologico «Luigi Fantini», 3, 2006, p. 14-16.

Vitali 2008 = D. Vitali, La nécropole de Monte Bibele : préliminaires pour une analyse spatiale et chronologique, dans D. Vitali et S. Verger (dir.), Tra mondo celtico e mondo italico. La necropoli di Monte Bibele, Bologne, 2008, p. 9-52.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 35 – Monterenzio Vecchia. Répartition des tombes féminines.
Légende Fig. 36 – Monterenzio Vecchia. Scarabée en ambre de la tombe 7.
Légende Fig. 37 – Monte Bibele. Histogramme des tombes féminines avec skyphos.
Légende Fig. 38 – Monterenzio Vecchia. Tableau synoptique des parures et attributs féminins.
Légende Fig. 39 – Tableau synoptique des mobiliers féminins des ensembles de Monterenzio Vecchia et Monte Bibele (adultes et enfants de sexe féminin
Légende Fig. 40 – Monterenzio Vecchia. Marqueur féminins de la tombe 20 : toilette (miroir) et filage de la laine (fusaïoles et garnitures de quenouilles).
Légende Fig. 41 – Monterenzio Vecchia. Parures de la tombe 20 : chaînettes-fibules-pendeloques, fibules, bague et perles de verre.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Charlier, Nicola Bianca Fàbry, Thierry Lejars, Venturino Naldi et Daniele Vitali, « Monterenzio (prov. de Bologne). La nécropole celto-étrusque de Monterenzio Vecchia : les tombes féminines », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 123-1 | 2011, 262-276.

Référence électronique

Philippe Charlier, Nicola Bianca Fàbry, Thierry Lejars, Venturino Naldi et Daniele Vitali, « Monterenzio (prov. de Bologne). La nécropole celto-étrusque de Monterenzio Vecchia : les tombes féminines », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 123-1 | 2011, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/mefra/506

Haut de page

Auteurs

Philippe Charlier

CHU Raymond Poincaré, Garches/Laboratoire d’éthique médicale et de médecine légale, Université de Paris 5

Nicola Bianca Fàbry

Université de Bologne

Thierry Lejars

CNRS-UMR 8546, ENS-Paris

Articles du même auteur

Venturino Naldi

Musée archéologique de Monterenzio

Articles du même auteur

Daniele Vitali

Université de Dijon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals