Navigation – Plan du site
Chronique
Activités archéologiques de l'École française de Rome

Cumes

Emmanuel Botte, Jean-Pierre Brun, Laëtitia Cavassa, Gianluca D’avino, Nicola Meluziis, Priscilla Munzi, Guilhem Chapelin, Anselme Cormier, Milena Costagliola, Serena D’onofrio, Frédéric Girot, Aline Lacombe, Stéphanie Le Berre, Laure Métais, Ophélie Vauxion et Sophie Girardot
p. 294-303

Texte intégral

Activités de fouilles soutenues par :
Centre Jean Bérard (USR 3133 CNRS-EFR), Soprintendenza archeologica di Napoli e Pompei et Ministère des Affaires étrangères et européennes (Paris).

1En 2010, les recherches sur des monuments funéraires de la nécropole de Cumes ont été poursuivies grâce aux crédits octroyés par le Ministère des Affaires étrangères et européennes. L’intervention a porté principalement sur trois zones :

  • un groupe de tombes à chambre des IIe et Ier siècles avant J.-C. (D25 et D33) et de tombes à incinération sous cippes de tuf de la même époque,

  • le grand mausolée augustéo-tibérien A63 qui a livré une inscription essentielle faisant référence à un préteur de la ville de Cumes,

  • le mausolée A68 d’époque tibéro-claudienne.

Les tombes à chambres de la zone D et les cippes funéraires (fig. 74)

2La zone fouillée en 2010 dans le secteur D est située sur le bord est de l’axe routier D qui, sortant de la porte nord, se dirigeait vers Capoue (fig. 75). La tombe la plus ancienne qu’il a été possible de fouiller avant d’atteindre le niveau de la nappe phréatique est la SP29050 qui appartient à un type défini par E. Gabrici comme « a parallelepidi con stele superiore » (Gabrici 1913, p. 731734). La sépulture comprend trois blocs de tuf jaune. Les deux blocs inférieurs (0,43 m de hauteur par 0,83 de largeur), posés sur un niveau situé à 3,50 m sous le sol actuel, présentent un logement hémisphérique contenant une cruche en céramique commune qui contenait les cendres du défunt et du mobilier en bronze (bracelet ?) (fig. 76). Le bloc supérieur qui a une base de 0,83 × 0,39 m et une hauteur dépassant un mètre se présente couché à l’horizontale, à cause de la construction, nettement postérieure de la façade arrière du grand tombeau D32. Originellement, il était posé verticalement et devait constituer la stèle. Il n’a pas été possible, pour des raisons de sécurité, de dégager la face inférieure qu’on peut imaginer ornée d’une décoration architecturale : Gabrici écrit que les stèles des sépultures les plus riches de cette époque ont des « pretese architettoniche » et font leur apparition avec l’octroi du municipium à Cumes vers la fin du iiie siècle. Elles sont particulièrement nombreuses au iie siècle (Gabribi 1913, p. 731).

Fig. 74 – Cumes. Vue aérienne de la zone D de la nécropole (cliché J.-P. Brun CJB-CNRS/EFR).

Fig. 75 – Cumes. Plan de la zone D de la nécropole.

3D’une époque de peu postérieure est la tombe à chambre D25 qui a été découverte éventrée (fig. 77). Ce grand tombeau est constitué de blocs de tuf équarris, assemblés sans liant. Ces blocs sont de dimensions variables, allant de 0,35 à 1,12 m de longueur pour une largeur constante de 0,44 à 0,45 m. La façade du monument, haute de 2,20 et large de 2,53 m, devait être visible depuis la voie ; elle était couverte d’un enduit blanc peut-être décoré. L’intérieur présente un plan rectangulaire, la chambre étant couverte par une voûte en berceau selon un schéma largement diffusé en Campanie (fig. 78). La chambre est occupée par deux lits funéraires et une tombe en coffrage (sur le côté sud). Les lits sont construits en dalles de tuf recouvertes d’une fine couche d’enduit blanc. Sur le côté occidental, une ouverture à sommet semi-circulaire est fermée par une dalle de tuf. Cette porte mettait en communication la chambre avec la voie, probablement par l’intermédiaire d’un escalier, par la suite remblayé et recouvert par le monument D32. Au-dessus des lits, au niveau des reins de la voûte, court une corniche saillante en tuf dont la moulure est très simple. Toutes les parois sont recouvertes d’un enduit blanc.

4Le monument D25 correspond à la tombe fouillée et décrite par le chanoine Andrea de Jorio dans son volume Metodo per rinvenire e frugare i sepolcri degli antichi publié en 1824. L’auteur le décrit comme un « sepolcro misto » et raconte l’avoir fouillé en 1819 en présence de l’empereur et de l’impératrice d’Autriche, du prince de Salerno D. Leopoldo et de la suite royale. Il en fournit un plan et une vue de l’intérieur (de Jorio 1824, p. 179). Le mobilier trouvé à cette occasion est perdu et il n’a subsisté après la fouille d’A. de Jorio que des fragments d’unguentaria en céramique et des éléments en bronze (d’une boîte en bois ?). De Jorio mentionne parmi les objets retrouvés un plat en verre « nell’interno del quale si ammirava un paessaggio dipinto » (de Jorio 1824, p. 179).

Fig. 76 – Cumes. Vue de la sépulture SP 29050 (cliché J.-P. Brun CJB-CNRS/EFR).

5Dans le courant de la première moitié du ier siècle, au sud de la tombe D25, deux sépultures à incinération surmontées de cippes sont mises en place SP29008 et SP29009. Elles se composent d’un cippe rectangulaire en tuf portant une inscription et sous lequel se trouve l’urne contenant les ossements du défunt. L’inscription mentionne le nom et la filiation de la personne incinérée. La tombe SP29009, un peu en retrait, est dotée d’un cippe mesurant 1,06 m de haut et 0,64 m de large, portant un nom de famille bien connue à Cumes : Heia.

6Vers le milieu du ier siècle, prend place, au sud de cette zone, la tombe à chambre D33 (fig. 79). Elle est postérieure à la D25 et aux SP29008 et SP29009, comme le montrent à la fois la technique de construction (opus incertum) et la stratigraphie. La porte du monument est fermée par le mur d’enclos du monument D26 datable du ier ou du iie siècle de notre ère. À l’extérieur, la partie visible, haute de 0,80 m, est enduite d’une couche de mortier blanc. La couverture, mesurant 3,70 m par 3,45 m, est assurée par une épaisse couche de mortier de tuileau (20 cm env.) reposant sur une corniche saillante en blocs de tuf. Un orifice a été percé à son sommet anciennement (0,82 × 0,44 m) lors de fouilles clandestines. L’intérieur de la chambre mesure 2,65 × 2,35 m ; il est recouvert par une voûte en berceau haute de 2,56 m. La voûte repose sur une corniche saillante (fig. 80). Trois lits funéraires sont construits le long des parois nord, est et sud. L’intérieur est revêtu d’enduit blanc. Deux lits avaient été en partie détruits par des fouilles clandestines. Seul le lit est, intact, présente un mur périmétral en maçonnerie et l’intérieur est remblayé avec de la terre et des pierres. Les faces de lits sont recouvertes d’un enduit blanc et leur partie supérieure d’un enduit rose. La porte, sur le côté ouest, est fermée par un monolithe de tuf mesurant 1,53 × 0,57 m. Le pavement est en mortier de tuileau, mesure 2,40 m de long par 0,74 m de largeur entre les lits. Aucun objet appartenant au mobilier funéraire n’a été trouvé.

Fig. 77 – Cumes. La tombe à chambre D25 (cliché J.-P. Brun CJB-CNRS/EFR).

Fig. 78 – Cumes. Intérieur de la tombe à chambre D25 (cliché J.-P. Brun CJB-CNRS/EFR).

Fig. 79 – Cumes. La tombe à chambre D33 (cliché J.-P. Brun CJB-CNRS/EFR).

Fig. 80 – Cumes. Intérieur de la tombe à chambre D33 (cliché J.-P. Brun CJB-CNRS/EFR).

Fig. 81 – Cumes. Les tombes à incinération SP 29006 et 29007 (cliché J.-P. Brun CJB-CNRS/EFR).

7À une phase de peu postérieure appartiennent deux tombes à incinération voisines, les SP29006 et SP29007 dotées d’urnes en céramique commune et d’offrandes d’unguentaria (fig. 81).

Le mausolée A63 (fig. 82)

8La campagne de fouille visait à éclaircir plusieurs points concernant l’histoire du monument funéraire A63, en grande partie fouillé en 2006, mais dont tout le secteur occidental était resté inexploré. C’est cette zone qui a fait l’objet des investigations, principalement destinées à comprendre l’évolution du monument et des structures voisines au cours de l’Antiquité. Le monument est construit sur des sédiments archéologiques d’une profondeur certainement importante mais il a été impossible de les fouiller du fait de l’affleurement de la nappe phréatique. La connaissance de l’architecture du monument a été précisée par le dégagement du sommet de l’escalier d’accès à la chambre funéraire et de l’abside du mur ouest de l’enclos en opus reticulatum. Désormais on sait que le monument, malgré ses irrégularités, a été construit d’un seul jet (Brun et alii 2009, p. 635-717). Les autres structures appartiennent à des aménagements soit extérieurs au monument A63, soit postérieurs à son utilisation en tant que monument funéraire, les deux cas étant parfois combinés. À l’issue de cette campagne, l’évolution du monument peut être scandée en sept états.

Fig. 82 – Cumes. Le mausolée A63, la voie domitienne et le mausolée A68 (cliché J.-P. Brun CJB-CNRS/EFR).

État 1 (fig. 83)

9Au sud d’un axe qui contourne par le sud la lagune de Licola, un grand monument funéraire est installé. Un enclos (17,60 m de long sur 14,40 m de large) fait de murs en opus reticulatum couronnés par une file de chaperons en tuf jaune délimite sur trois côtés l’enceinte de l’édifice, tandis qu’en façade est édifié un mur de blocs de tuf gris dont certains portent des décorations. Deux exèdres de forme semi-circulaire ont été ménagées dans les murs ouest et est de l’enclos (respectivement 3,40 m et 3 m de diamètre). La façade a fait l’objet d’un programme décoratif élaboré comportant deux scholae (diamètre : 1,85 m) avec banquettes destinées à accueillir les passants, et des sculptures exécutées en bas-relief, conservées dans la partie occidentale. Elles représentent une porte à deux battants et une sphinge assise, tenant entre ses pattes antérieures un crâne.

10Au centre du mur de façade, une fontaine est implantée. Plusieurs vestiges sont encore conservés : un tuyau en plomb, par endroits encore en place, et dont l’empreinte a pu être suivie sur la partie interne nord-ouest du mur de façade. L’ouverture du système d’arrivée d’eau dans la fontaine se trouvait sous une dalle de tuf jaune. La fontaine était alimentée par un grand réservoir construit contre le mur sud de l’enclos.

11Approximativement au centre de l’enclos se trouve le monument funéraire. Le mausolée comporte une partie en élévation et une partie hypogée. L’élévation consiste en un massif de maçonnerie mesurant 7,80 sur 5,70 m, plaqué d’un revêtement en grand appareil de calcaire blanc et de marbre qui devait provoquer un contraste saisissant avec la couleur gris-noir de la façade de l’enclos. Du décor de l’élévation, nous ne savons presque rien puisque presque tous les locs de l’élévation ont été récupérés à l’époque byzantine pour en faire de la chaux. Seul un bloc de marbre sculpté de frise d’armes (casque, bouclier), découvert dans la couche de destruction, devait lui appartenir. Sous le massif maçonné, se trouve une chambre funéraire à laquelle on accédait par un escalier situé dans la partie sud-ouest de l’enclos. L’escalier menait à un vestibule qui permettait d’accéder à la chambre, aujourd’hui noyée dans la nappe phréatique. Celle-ci était fermée par une porte en bois qui était encore conservée sur une dizaine de centimètres de haut. Cette porte a été murée après la dernière utilisation de la chambre.

Fig. 83 – Cumes. Hypothèse de restitution du mausolée A63 (dessin S. Girardot, architecte DPLG).

12La chambre mesure 2,95 m de long sur 3,51 m de large. Son sol est un béton de tuileau comportant des incrustations de marbres colorés d’origines diverses. La chambre, haute de 2,50 m, possède une voûte en plein cintre dans laquelle deux puits de lumière cylindriques sont percés (diamètre de 0,20 m). À l’intérieur de la chambre, deux lits maçonnés ont été construits, sur les côtés ouest et est de la pièce. Le lit ouest était vide et seule une mince planche de bois a été découverte posée sur le fond. Le lit oriental est lié à une banquette maçonnée sur laquelle des objets appartenant ou offerts au défunt ont été disposés : deux strigiles en bronze et un vase à paroi fine assimilable à la forme Mayet IX. Un corps a été placé sur un lit de sable recouvert d’une natte, comme semblent l’indiquer les restes ligneux découverts sous le corps et sous le balsamaire en verre (forme Scatozza Höricht 49) déposé sur son côté oriental.

13Le reste du mobilier découvert dans la chambre funéraire est composé d’une ampoule en verre transparent (forme Isings 6), d’un balsamaire en verre coloré (forme Scatozza Höricht 49), d’un vase en bronze muni d’une anse, d’une chaîne en bronze et enfin d’une serrure, également en bronze, d’un coffret certainement destiné à contenir des rouleaux de papyrus. La plupart de ces objets avaient glissé de leur emplacement originel pour se retrouver piégés entre la porte en bois de la chambre et le mur de bouchage construit contre celle-ci, mais il est probable qu’ils appartenaient tous à un même lot disposé sur la banquette au sud du défunt inhumé.

14Sur la paroi nord de la chambre, un banc en maçonnerie a été édifié, dans lequel deux emplacements ont été aménagés pour recevoir des vasques de marbre blanc, de forme semi-cylindrique, pourvues d’amorces de pieds, de même facture. Elles contenaient toutes deux les restes d’un bûcher funéraire. Les analyses anthropologiques pratiquées par Henri Duday indiquent qu’il s’agit de deux individus distincts. Dans l’une étaient disposés les restes d’une femme assez âgée (signes d’arthrose cervicale modérée). L’autre contenait les restes d’un jeune homme de corpulence robuste, vraisemblablement âgé entre 16 et 25 ans.

15Ces deux vasques sont des sortes de lènoi et il faut probablement voir dans cette utilisation inhabituelle la marque de bacchants qui auraient aussi projeté de se faire enterrer dans une salle de banquet. En effet, les trois banquettes forment un triclinium au centre duquel se trouve une table cylindrique en maçonnerie.

16L’inscription découverte cette année en remploi dans la construction du puits de l’état 4 est probablement à rattacher au mausolée A63. Elle mesure 78 cm de long sur 66 cm de large (fig. 84). L’inscription nous apprend qu’un certain C(aius) Gavius Garra Cavonius, nommé préteur de Cumes à l’âge de 16 ans, décédé 5 ans plus tard, a reçu, après senatus consulte de Cumes et décret du municipe, des funérailles et une sépulture publiques ; l’inscription a été récemment présentée par Mireille Cébeillac-Gervasoni (« Publice, ex senatu consultu municipiq(ue) iussu... : nouveau témoignage sur les pratiques du gouvernement municipal dans une inscription inédite de Cumes ») dans le cadre des xviie Rencontres franco-italienne d’épigraphie du monde romain (Udine, Italia, 14-16 octobre 2010).

17Il est probable que ce texte donne le nom de la famille propriétaire du mausolée A63. Même si une certaine prudence doit être conservée car la pierre inscrite, en remploi, peut donc provenir d’un autre monument, deux éléments plaident en faveur de son attribution à ce monument.

18L’une des vasques trouvée dans la chambre funéraire a livré les ossements brûlés d’un individu mâle d’un âge compris entre 16 et 25 ans qui pourrait correspondre à C. Gavius Carra Cavonius.

19L’inscription a été remployée dans un puits creusé après que le monument ait été abandonné. Or nous savons qu’il était abandonné en 95 de notre ère et partiellement détruit puisqu’un élément sculpté de la façade a été trouvé dans le remblai de la voie domitienne et puisque ce même remblai, notamment les accumulations d’amphores complètes, ennoie la partie basse de la façade. Après l’abandon, l’enclos funéraire a été divisé en deux parties inégales. La plus grande, à l’est, a conservé une fonction funéraire : des tombes à inhumations à bauletto y sont construites en remployant des blocs de la façade. À la même époque, à l’ouest du mur MR 63006, s’installe une officine artisanale qui utilise des bassins et un puits. Il paraît donc logique que c’est en récupérant des blocs dans la façade ruinée que les artisans ont utilisé l’inscription. Cette hypothèse a pour corollaire que l’inscription en question était insérée dans la façade en tuf gris et que, probablement, le mausolée lui-même était encore intact.

Fig. 84 – Cumes. Inscription funéraire de C. Gavius Garra Cavonius (cliché J.-P. Brun CJB-CNRS/EFR).

20Les seuls éléments matériels datant le monument funéraire sont le mobilier découvert dans la chambre funéraire, et celui mis au jour dans les remblais. L’analyse des deux, encore en cours, indique une datation à la fin du règne d’Auguste ou sous Tibère.

État 2

21Les aménagements qui interviennent durant la seconde phase sont probablement dus à un phénomène naturel ayant impliqué un rehaussement général des niveaux de circulation survenu quelques années après la construction du monument. En relation avec celui-ci, l’escalier d’accès à la chambre funéraire est lui aussi rehaussé, par l’ajout d’une marche.

État 3

22L’état 3 caractérise une série de travaux réalisés pour l’aménagement de l’accès à la cité. La voie est rehaussée et dotée d’un pavement en basalte par ordre de Domitien. Devant l’enclos, la construction de la voie Domitienne implique le remblaiement de la voie précédente – alors en terre battue – sur une forte épaisseur (environ 1 m). Pour gagner en volume, de nombreuses amphores entières sont disposées debout entre les piliers installés devant la façade, tandis que d’autres sont jetées dans le comblement. La partie supérieure du comblement, remplie d’éclats de basalte, atteste que ce remblai est effectué pour la construction de la voie.

23La datation de la construction de la voie Domitienne est assurée par un passage des Silves de Stace, qui permet de situer les travaux durant la période 94-95 de notre ère. Du côté du mobilier, la datation des céramiques découvertes – sigillée sud-gauloise, amphores de la péninsule Ibérique (Beltran II, Dressel 14) et de Crète – confirme la datation flavienne de ces aménagements.

État 4 (fig. 85)

24L’état 4 correspond à des travaux de réaménagement de l’espace à l’intérieur et à l’extérieur de l’enclos funéraire du mausolée A63. Les travaux réalisés pour la construction de la voie Domitienne marquent également la fin de l’utilisation de la chambre funéraire du mausolée MSL 63024. Des réaménagements sont réalisés pour la création d’un espace artisanal à l’ouest tandis que la partie orientale de l’enclos conserve une vocation funéraire.

Fig. 85 – Cumes. Le puits et les bassins de l’état 4 du mausolée A63.

25Dans la partie occidentale est construit un bassin en béton de tuileau, alimenté en eau par un tuyau en plomb relié à la citerne. À l’ouest du mur d’enclos, un puits et plusieurs bassins en béton de tuileau sont aménagés, témoignant de la transformation de cette zone en espace artisanal.

26La zone orientale de l’enclos reste dédiée à un usage funéraire. Trois tombes en bâtière sous massif de maçonnerie sont aménagées. Des fragments de la façade en tuf gris du monument ont été utilisés dans la maçonnerie de ces sépultures. La spoliation du monument indique qu’à cette période, la famille propriétaire de l’édifice original devait avoir disparu.

27Les aménagements initiaux de l’état 4 sont datables du début du iie siècle de notre ère, en correspondance ou peu après la construction de la voie Domitienne. L’atelier a eu une durée de vie relativement longue, jusqu’au iiie siècle. En effet, le mobilier découvert dans la couche d’utilisation du puits appartient à un répertoire daté du iiie siècle. Dans le domaine funéraire, les sépultures aménagées dans la partie orientale de l’enclos sont des constructions caractéristiques des iie et iiie siècles.

État 5

28L’état 5 correspond à la destruction de l’ensemble du secteur par un séisme. Ce tremblement de terre a provoqué l’effondrement des toitures de l’aile ouest de l’enclos et de l’espace artisanal. Les murs des absides et des bassins se sont tous affaissés vers l’ouest.

29La datation de cette destruction peut être approximativement déterminée grâce à la découverte d’un lot de 51 monnaies dans les niveaux de destruction causés par le tremblement de terre. Ce trésor – qui nous fournit un terminus post-quem – comportait des monnaies de Gallien et Claude II. Il est probable que ce lot a été enfoui dans la couche de destruction. Ainsi on peut établir que le tremblement de terre s’est produit antérieurement au dernier quart du iiie siècle.

État 6

30Durant cette dernière phase d’occupation du secteur, la destination funéraire se perpétue dans la partie orientale de l’enclos du monument A63. Trois sépultures utilisent des amphores et trois autres sont creusées contre le mur oriental de l’enclos funéraire dans le courant des ive et ve siècles.

État 7

31Dans la partie occidentale de l’enclos originel, des constructions d’époque tardive sont construites sur les niveaux de destruction de la phase 5. L’identification du type d’installation est difficile à établir car les niveaux d’occupation étaient détruits car proches du niveau de la surface actuelle, et seule la fondation de murs et une à deux assises au maximum étaient conservées. L’appareil des murs à petits blocs carrés, typique de la période byzantine et l’altitude à laquelle ont été construits ces murs, incite à les situer autour des vi-viie siècle de notre ère. Il est possible que cette construction, peut-être à usage agricole, soit en rapport avec le puits qui est creusé à cette époque dans la chambre funéraire du mausolée A49 de l’autre côté de la voie Domitienne. L’abondant mobilier trouvé dans son comblement en date l’utilisation du viie siècle.

Le mausolée A68 (fig. 86)

32Face au monument A63 au nord de la voie et à l’ouest du mausolée A49 se trouve un massif maçonné qui n’avait pas été dégagé jusqu’à présent. Il appartient à un monument funéraire à chambre hypogée plusieurs fois pillée. De son architecture externe, seule une file de grands blocs en calcaire est conservée en partie basse, appartenant à la fondation (8,60 m de longueur par 0,90 m de largeur).

33La chambre funéraire est un espace quadrangulaire au sol en béton, doté d’une voûte en plein cintre, revêtu d’enduit blanc et doté sur trois de ses côtés d’une console pour la disposition d’objets (fig. 87). L’accès à la chambre se faisait grâce à une porte disposée sur le côté nord, encore en place. À l’intérieur de la chambre, comblée jusqu’au sommet de pierres, sable, terre et mobilier de toutes époques, a été découvert dans l’angle sud-est un sarcophage en marbre blanc au fond duquel un coussin était ménagé dans la pierre (fig. 88). Le sarcophage était doté d’un couvercle dont ne subsiste que l’empreinte dans le mur, tandis que le corps qui y était déposé à été retrouvé éparpillé par les pilleurs en plusieurs endroits de la chambre.

Fig. 86 – Cumes. Le mausolée A68.

Fig. 87 – Cumes. Plan et coupe du mausolée A68 (dessin S. Girardot, architecte DPLG).

34Le mobilier découvert dans la chambre ne permet aucunement d’établir une datation car il s’agit d’un lot très hétérogène, qui s’est constitué suite aux divers pillages qu’a subis la chambre funéraire. Un sondage sous le trottoir de la voie Domitienne et dans les niveaux de voie antérieurs situés le long de la façade sud du monument a mis au jour les strates de construction de l’édifice contenant des blocs de grand appareil seulement dégrossis, abandonnés sur le chantier. Ils étaient accompagnés d’une monnaie frappée sous Tibère et de céramique sigillée italique qui donnent un terminus post quem vers 15 de notre ère.

Fig. 88 – Cumes. Intérieur du mausolée A68 avec sarcophage de marbre.

35Cette nouvelle campagne a ainsi permis de progresser dans la compréhension des dynamiques de la nécropole. Certes, la présence de la nappe phréatique a empêché de fouiller en dessous du niveau des tombes du iie siècle avant J.-C., alors que la stratigraphie se poursuit encore sur plusieurs mètres recouvrant les tombes des époques classique et archaïque et de l’âge du Fer. Mais à partir de la période samnite, le fil de l’histoire est continu. Au-dessus d’un niveau caractérisé par une tombe à chambre du ive siècle ornée de peintures, prennent place, aux iiie et iie siècles avant notre ère, des tombes à incinération dans des cippes de tuf anépigraphes mais parfois décorés de motifs architecturaux. C’est à cette phase qu’appartient la tombe SP 29050 fouillée cette année. Lui succède la tombe à chambre D25 déjà fouillée par le Chanoine de Jorio en 1819 mais qu’il a été possible de nettoyer et de relever avec un scanner tridimentionnel. Un demi-siècle après est édifié la tombe à chambre D33 à laquelle sont accolées quatre tombes sous cippes en tuf portant des épitaphes ; elles sont datables du milieu du ier siècle avant notre ère.

36Dans la seconde moitié du ier siècle avant notre ère et au début du ier siècle de notre ère, la typologie des tombes aristocratiques change : aux hypogées succèdent les mausolées présentant des élévations importantes, tels que le mausolée cylindrique A2, le mausolée surmonté d’un édicule pour statues D34 et le mausolée A63. En mode mineur, les tombes à cippes de la période précédente sont remplacées par de petits monuments à fronton (Brun et Munzi 2009).

37Au début de l’Empire, la voie est-ouest qui sort de la porte médiane pour se diriger vers la mer se couvre progressivement de monuments parmi lesquels ceux qui ont fait l’objet de recherches cette année, A63 et A68. Leur succèdent des columbaria comme A8, D31, E39. La voie est presque totalement bordée de mausolées lorsqu’on construit au-dessus d’elle la voie dallée (95 de notre ère). À partir de ce moment, certains mausolées sont désaffectés, et, dans le mausolée A63, toute la partie ouest est détachée de la parcelle funéraire pour construire un atelier qui semble fonctionner jusqu’au milieu du iiie siècle au moins. Entre temps, les mausolées A41 et A62 sont construits et décorés de peintures ; ils seront utilisés largement au cours des deux siècles suivant pour installer des tombes en coffre ou sous tuiles qui, par ailleurs, se répandent un peu partout dans la nécropole jusqu’au vie siècle.

Haut de page

Bibliographie

Brun et alii 2009 = J.-P. Brun et Pr. Munzi (avec la collaboration de S. Abellon, M.-P. Amarger, E. Botte, G. Brkojewitsch, L. Cavassa, S. Girardot et N. Meluziis), La necropoli monumentale di età romana a nord della città di Cuma, dans Cuma, Atti del 48o Convegno di Taranto 2008, Tarante, 2009 (Istituto per la storia e l’archeologia della Magna Grecia).

Brun-Munzi 2009 = J.-P. Brun et Pr. Munzi, Cuma : un gruppo di monumenti funerari dalla necropoli romana della Porta mediana, dans C. Gasparri et G. Greco, Atti della Giornata di studi Indagini archeologiche e nuove scoperte a Cuma (Napoli 12 dicembre 2007). Naples, 2009.

De Jorio 1824 = A. de Jorio, Metodo per rinvenire e frugare i sepolcri degli antichi, Naples, 1824.

Gabrici 1913 = E. Gabrici, Cuma, Monumenti antichi, XXII, Milan, 1913.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 74 – Cumes. Vue aérienne de la zone D de la nécropole (cliché J.-P. Brun CJB-CNRS/EFR).
Légende Fig. 75 – Cumes. Plan de la zone D de la nécropole.
Légende Fig. 76 – Cumes. Vue de la sépulture SP 29050 (cliché J.-P. Brun CJB-CNRS/EFR).
Légende Fig. 77 – Cumes. La tombe à chambre D25 (cliché J.-P. Brun CJB-CNRS/EFR).
Légende Fig. 78 – Cumes. Intérieur de la tombe à chambre D25 (cliché J.-P. Brun CJB-CNRS/EFR).
Légende Fig. 79 – Cumes. La tombe à chambre D33 (cliché J.-P. Brun CJB-CNRS/EFR).
Légende Fig. 80 – Cumes. Intérieur de la tombe à chambre D33 (cliché J.-P. Brun CJB-CNRS/EFR).
Légende Fig. 81 – Cumes. Les tombes à incinération SP 29006 et 29007 (cliché J.-P. Brun CJB-CNRS/EFR).
Légende Fig. 82 – Cumes. Le mausolée A63, la voie domitienne et le mausolée A68 (cliché J.-P. Brun CJB-CNRS/EFR).
Légende Fig. 83 – Cumes. Hypothèse de restitution du mausolée A63 (dessin S. Girardot, architecte DPLG).
Légende Fig. 84 – Cumes. Inscription funéraire de C. Gavius Garra Cavonius (cliché J.-P. Brun CJB-CNRS/EFR).
Légende Fig. 85 – Cumes. Le puits et les bassins de l’état 4 du mausolée A63.
Légende Fig. 86 – Cumes. Le mausolée A68.
Légende Fig. 87 – Cumes. Plan et coupe du mausolée A68 (dessin S. Girardot, architecte DPLG).
Légende Fig. 88 – Cumes. Intérieur du mausolée A68 avec sarcophage de marbre.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Botte, Jean-Pierre Brun, Laëtitia Cavassa, Gianluca D’avino, Nicola Meluziis, Priscilla Munzi, Guilhem Chapelin, Anselme Cormier, Milena Costagliola, Serena D’onofrio, Frédéric Girot, Aline Lacombe, Stéphanie Le Berre, Laure Métais, Ophélie Vauxion et Sophie Girardot, « Cumes », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 123-1 | 2011, 294-303.

Référence électronique

Emmanuel Botte, Jean-Pierre Brun, Laëtitia Cavassa, Gianluca D’avino, Nicola Meluziis, Priscilla Munzi, Guilhem Chapelin, Anselme Cormier, Milena Costagliola, Serena D’onofrio, Frédéric Girot, Aline Lacombe, Stéphanie Le Berre, Laure Métais, Ophélie Vauxion et Sophie Girardot, « Cumes », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 123-1 | 2011, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/mefra/515

Haut de page

Auteurs

Emmanuel Botte

Articles du même auteur

Jean-Pierre Brun

Articles du même auteur

Laëtitia Cavassa

Articles du même auteur

Gianluca D’avino

Nicola Meluziis

Articles du même auteur

  • Cumes [Texte intégral]
    Paru dans Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 122-1 | 2010

Priscilla Munzi

Articles du même auteur

Guilhem Chapelin

Articles du même auteur

Anselme Cormier

Milena Costagliola

Serena D’onofrio

Frédéric Girot

Aline Lacombe

Articles du même auteur

  • Pompéi [Texte intégral]
    Paru dans Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 123-1 | 2011

Stéphanie Le Berre

Laure Métais

Ophélie Vauxion

Articles du même auteur

  • Pompéi [Texte intégral]
    Paru dans Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 123-1 | 2011

Sophie Girardot

Architecte

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals