Navigation – Plan du site
Chronique
Activités archéologiques de l'École française de Rome

Les Sites de hauteur des Vestins : Étude De L’organisation territoriale d’un peuple de l’Italie Préromaine

Stéphane Bourdin
p. 269-276

Texte intégral

Activités de fouilles soutenues par :
École française de Rome, Soprintendenza per i beni archeologici dell’Abruzzo, Université de Picardie-Jules Verne, CNRS et Université de Bourgogne

1De 2006 à 2009, quatre campagnes de prospections, d’étude et de sondages ont été conduites sur le territoire des Vestins Cismontani et des Péligniens Superaequani, dans le but de mieux dater les enceintes perchées qui y sont signalées, mais également de mieux comprendre dans la longue durée l’organisation territoriale de cette région montagneuse. Ces opérations nous ont permis de découvrir et de documenter 9 habitats d’époque protohistorique (dont 3 probablement fortifiés), 2 nécropoles tumulaires protohistoriques, 3 sites enclos d’époque romaine, 5 gisements ouverts d’époque romaine et 6 sites d’époque médiévale, soit un total de 25 nouveaux gisements archéologiques. Un premier bilan de ce programme a été présenté lors de journées d’études, qui se sont déroulées à l’École française de Rome les 12 et 13 février 2010 et qui ont consenti également de dresser un panorama complet des recherches dans la région, de la Protohistoire à l’époque médiévale. Les actes sont en cours de publication.

2À l’issue de ces campagnes de terrain, la 5e campagne a donc eu lieu du 15 au 30 juillet 2010 et a été consacrée d’une part au relevé topographique de trois sites fortifiés inédits, découverts en 2007 et 2008, et d’autre part à l’étude du matériel récolté lors des campagnes 2008 et 2009 et déposé à l’antenne archéologique du château de Capestrano. Nous avons enfin complété nos observations précédentes en réalisant deux sondages le long du circuit méridional de l’enceinte du Monte di Cerro.

L’étude du Monte di Cerro

3Le Monte di Cerro est un dôme de calcaire, qui culmine à 754 m d’altitude, à cheval sur les communes de Sant’Eusanio Forconese et Fossa. À son sommet se trouve une enceinte de forme ovale, longue de 1020 m. Nous avons, en 2006 et 2007 notamment, effectué des prospections dans la surface enclose (4,65 ha) et dans les alentours immédiats du site et en 2009 ont été réalisés plusieurs sondages, sur le circuit méridional (z), dans le secteur de la porte orientale (b, g, d, P), ainsi qu’à l’intérieur de l’habitat (a, e, h, u). Afin de mieux documenter la construction de l’enceinte elle-même, nous avons cette année prolongé le sondage z jusqu’au parement interne et ouvert un autre sondage (i), en correspondance du précédent, le long du parement externe.

Fig. 42 – Les sites de hauteur des Vestins. Le Monte di Cerro (relevé L. eyer).

4Le sondage ζ, implanté en arrière du mur, sur le circuit méridional, a montré en 2009 que le circuit annulaire est constitué d’une couche homogène de terre brune mêlée de moellons de calcaire, contenant un peu de matériel (US 1048), essentiellement de la céramique d’impasto, visant à régulariser le pendage naturel, afin d’obtenir un chemin de ronde plan au revers de la fortification. Le sondage a été prolongé cette année, jusqu’au parement interne. La roche naturelle, qui affleure à 15 cm de profondeur au nord du sondage, s’incline en pente douce pour atteindre 90 cm de profondeur au niveau du parement. Cette différence de cote est donc comblée par une succession de niveaux de remblai, dont l’US 1050, formée de gros moellons de calcaire mêlés à de la terre et à de la céramique provenant de l’intérieur de l’habitat, et au-dessous l’US 1051, plus argileuse et riche en matériel archéologique (essentiellement de la céramique d’impasto protohistorique). Ce remblai sert à régulariser le terrain et à fournir un lit d’attente pour le parement du mur. Ce dernier est en effet formé de gros blocs de calcaire (environ 50 cm de côté), posés sur de petits blocs de calage, qui reposent eux-mêmes sur ces couches de remblai.

5Le sondage 1, situé dans l’axe du précédent, mais le long du parement externe du mur, a révélé une situation comparable. Sous la couche superficielle (US 1052), on rencontre une couche de terre argileuse, mêlée de petits blocs, de fragments de tuiles et de céramique (US 1053), qui recouvre la roche naturelle. Le parement comprend deux assises superposées, avec de petits blocs de calage, et repose par endroit sur les affleurements de la roche naturelle et par endroit sur le lit d’attente formé par la couche 1053 qui, là encore, sert à régulariser la roche naturelle.

Le relevé topographique des enceintes inédites

6Parmi tous les sites découverts lors des campagnes 2006-2009, nous pouvons distinguer plusieurs centres fortifiés, dont deux qui se trouvent sur le rebord septentrional du haut-plateau des Rocche, I Colli (commune de Rocca di Cambio) et Costa Carbone (commune de Rocca di Mezzo), mais également d’une enceinte située sur un sommet mineur du massif du Monte Ceraso, à la cote 1052, sur la commune de Prata d’Ansidonia. Ces trois sites ont fait l’objet d’un relevé topographique lors de cette campagne 2010.

Fig. 43 – Les sites de hauteur des Vestins. Coupe stratigraphique de la paroi sud du sondage ζ prolongé.

7L’enceinte des Colli occupe un des sommets du chaînon calcaire qui délimite la doline septentrionale du haut-plateau des Rocche et se trouve légèrement en retrait par rapport à la falaise qui surplombe le hameau de Fonteavignone. L’enclos lui-même mesure 76 m de longueur, pour une largeur variant de 2,65 m à 3,88 m. Il est de forme semi-circulaire et appuyé à la falaise au nord, sans que l’on ait ressenti le besoin de le fortifier de ce côté. Ce mur est formé d’une accumulation de blocs, qui correspond en réalité à l’écroulement d’un mur parementé, comme on peut le voir encore en certains points du circuit interne, à l’est. On aurait donc à l’origine un mur à double parement, posé sur un léger épaulement. En revanche, aucun accès n’a été encore mis en évidence, mais il n’est pas exclu que la porte se trouve dans une portion fortement embroussaillée et qu’elle demeure, pour l’instant, invisible. Le matériel présent à l’intérieur de la surface enclose (principalement de la céramique à argile dépurée) témoigne d’une occupation à l’époque romaine.

8À 1300 m à vol d’oiseau de l’enceinte des Colli se trouve celle de Costa Carbone. Il s’agit encore une fois d’un enclos appuyé à la falaise au nord, qui est donc fortifié uniquement sur le côté sud. Le site se présente comme un triple enclos semi-circulaire concentrique. En réalité, sur le côté ouest, l’enceinte ne rejoint pas directement la falaise, mais s’interrompt en partie sur un affleurement rocheux. On peut donc distinguer l’enceinte supérieure semi-circulaire et un vaste ensemble clos dans la partie inférieure. Ces deux ensembles sont reliés par un mur uniquement dans la partie orientale, tandis que la partie occidentale n’est défendue que par cet affleurement. Lors des opérations de relevé, nous avons pu repérer deux accès, qui nous avaient échappé précédemment. Le premier s’ouvre dans le circuit supérieur et mesure 1,70 m de largeur. Le second, d’une largeur identique, s’ouvre dans le circuit intermédiaire, face au précédent. Il est marqué par deux piédroits bien individualisés et donne accès à la surface enclose entre le circuit inférieur et le circuit intermédiaire. Le matériel découvert dans la surface enclose supérieure, et dans une moindre mesure dans l’enclos intermédiaire, permet de dater l’occupation du site de l’époque romaine, comme dans le cas des Colli.

9Le centre fortifié de la Cote 1052, découvert en 2007, a livré quant à lui du matériel allant du premier Âge du Fer jusqu’à l’époque républicaine tardive. Le site est bordé au sud par une falaise à laquelle s’appuie une enceinte parfaitement rectangulaire (356 × 146 m),formée d’un talus, avec de rares traces de blocs en place. Lors de sa découverte en 2007, nous n’avions repéré que le circuit supérieur, mais l’enceinte est constituée en réalité d’un double rectangle et ferme donc deux surfaces de 32.179 m2 pour la surface supérieure et 18.617 m2 pour la surface inférieure, soit un total d’environ 5 ha, qui fait de la Cote 1052 un des principaux sites fortifiés de la région, avec le Colle Separa (7,25 ha) et le Monte di Cerro (4,65 ha). On relève dans la partie inférieure la présence de matériel en surface, en particulier de la céramique d’impasto, mais dans des proportions moindres que dans la partie supérieure. On y trouve au moins deux puits, d’un diamètre de 110 cm et probablement une ou deux structures enterrées, consistant en l’aménagement de cavités karstiques. Le mur inférieur, constitué également d’un talus, est détruit en plusieurs endroits par des épierrements réalisés au xixe siècle. Le plan géométrique de cette fortification est un unicum dans la région. Son interprétation pose problème, mais en tout état de cause, cette structure est antérieure aux aménagements agricoles d’époque moderne, qui la détruisent en partie, et doit être mise en relation avec le matériel, qui n’est présent qu’à l’intérieur de l’espace délimité par ce double talus (céramique d’impasto, fragments de dolia, céramique à vernis noir, clous de fer, balles de fronde de plomb etc.).

Fig. 44 – Les sites de hauteur des Vestins. Le mur d’enceinte des Colli (cliché S. Bourdin).

Fig. 45 – Les sites de hauteur des Vestins. L’enceinte de Costa Carbone (relevé L. Meyer).

Fig. 46 – Les sites de hauteur des Vestins. L’enceinte de la Quote 1052 (relevé L. Meyer).

L’étude du matériel

10Durant la campagne 2010, l’étude du matériel des campagnes 2008-2009, déposé au Château de Capestrano a été réalisée, sous la direction d’Antonella Natali. L’étude a comporté notamment le dessin des éléments diagnostiques et la révision complète des inventaires. Le matériel récolté lors des campagnes 2006-2007 est déposé, quant à lui, au Museo Nazionale di Preistoria dell’Abruzzo de Celano-Paludi, et il est pour l’instant difficilement accessible en raison de la réorganisation du musée, qui a été transformé en dépôt pour accueillir les collections des musées de L’Aquila après le séisme du 6 avril 2009. Nous espérons néanmoins pouvoir entreprendre son étude en 2011. Nous disposons donc pour l’instant d’un vue assez précise et complète des différentes phases d’occupation pour une trentaine de sites.

11Dans l’ensemble, les centres fortifiés connus dans la région sont occupés au 1er Âge du Fer, même si l’on rencontre pour certains d’entre eux une occupation antérieure (parfois dès le Bronze moyen, mais le plus souvent au Bronze final) et des témoignages de réoccupation ou de fréquentation à l’époque romaine et durant le Moyen Âge. Un certain nombre de ces centres fortifiés semblent en revanche être occupés principalement à l’époque hellénistique, voire à l’époque romaine, probablement en relation avec la pratique de l’élevage transhumant. Il faudra toutefois attendre l’analyse du matériel déposé à Celano, avec en particulier une partie du matériel des sites les plus importants (Monte di Cerro, Colle Separa, Colle Cipolla, Colle Santa Rosa, Monte Boria, Colle Rischia) pour disposer d’un point de vue global sur l’évolution du peuplement de la région.

Un patrimoine menacé

12Bien que ne subissant pas une pression édilitaire comparable aux zones littorales, l’intérieur montagneux des Abruzzes est touché par des aménagements, qui ne bénéficient pas toujours d’un contrôle archéologique préventif. Ainsi, dans l’urgence de la construction de nouveaux logements après le séisme du 6 avril 2009, certaines structures ont parfois été endommagées, comme le site de Colle Restoppia, fréquenté du Néolithique à l’époque romaine, dont une petite partie a été défoncée pour laisser la place au nouveau village de Fossa. Pour les sites fortifiés de hauteur, ce sont toutefois les parcs d’éoliennes et les antennes de téléphonie mobile qui représentent actuellement le principal danger.

13En 2007, nous avons eu l’occasion d’étudier l’enceinte située sur le sommet du Colle del Rascito (1187 m), près de la Forca Caruso, sur la commune de Pescina (voir MEFRA, 120, 1, 2008, p. 208-210). Ce site, signalé de façon erronée par G. Grossi comme « La Giurlanda », a fait l’objet d’un relevé, ainsi que de prospections qui ont intéressé aussi bien la surface enclose que les alentours immédiats et l’ensemble du chaînon. Or, nous avons constaté que cette enceinte, pourtant bien connue et bien signalée, a été en grande partie détruite par l’extension récente d’un parc d’éoliennes.

14L’enceinte, de forme ovale, est formée d’une accumulation de blocs, large de 7,20 m au NNE à 9,40 m à l’ONO. Elle est doublée d’un chemin de ronde sur le versant oriental, dont la largeur oscille entre 5,70 m au NO et 7,90 m au SE. Le périmètre mesure 667,25 m, soit une surface de 2,1 ha. Au nord, l’enceinte est prolongée par un appendice, long de 195,40 m et large de 3,40 à 6,90 m. La présence de l’enceinte apparaît clairement à l’œil nu, dans la mesure où elle a été colonisée par des noisetiers, dont le vert sombre se détache nettement sur l’herbe jaunie des alpages. Malgré cela, le site a été endommagé auparavant par le passage d’un gazoduc, qui a comporté l’ouverture d’une tranchée large de 11 m, qui traverse de part en part l’enceinte, en deux points, ainsi qu’une partie de la surface interne.

Fig. 47 – Les sites de hauteur des Vestins. Les éoliennes sur l’enceinte de la Forca Caruso (cliché S. Bourdin).

Fig. 48 – Les sites de hauteur des Vestins. Les éoliennes sur l’enceinte de la Forca Caruso, vues du Monte Ventrino (cliché S. Bourdin).

15Cette situation a depuis été inexorablement compromise par l’érection de deux éoliennes, au nord et au sud du centre fortifié, dans le cadre de l’extension du Parco eolico Colle Rascito e Colle della Forchetta, promue par la région des Abruzzes et la commune de Pescina et confiée à la société Pescina Wind S.r.l. Les dégâts occasionnés sont très importants. Au nord, l’éolienne est implantée légèrement en dehors de l’enceinte, mais la construction d’une route d’accès a provoqué la destruction de l’enceinte sur 47 m de long, ainsi que celle d’une partie de l’appendice septentrional. Au sud, la fortification a été détruite sur une longueur de 53 m à cause de l’implantation d’une seconde éolienne. La surface interne, en particulier près du sommet, a été complètement bouleversée par la construction des deux plate-formes et de la route d’accès, qui a entraîné la disparition des niveaux archéologiques. Ces plate-formes, en outre, sont réalisées au moyen du compactage de terre prélevée dans la vallée, ce que confirment aussi bien la couleur de la terre que la végétation exogène (céréales) qui a repoussé par-dessus. La situation stratigraphique est donc irrémédiablement perturbée. Nous ne pouvons que regretter que, malgré les signalements répétés, les entreprises de travaux publics n’hésitent pas à détruire des vestiges archéologiques clairement visibles et nous espérons que la plainte déposée auprès de la Surintendance permettra d’éviter à l’avenir de telles destructions.

16La campagne 2010 nous a donc permis d’effectuer le relevé topographique des sites fortifiés inédits découverts les années précédentes, de compléter les sondages sur le Monte di Cerro et d’exercer un contrôle de la documentation, qui n’empêche malheureusement pas les destructions de sites ou leur déprédation méthodique par les clandestins. Nous avons également étudié environ la moitié du matériel récolté lors des prospections précédentes, ce qui nous permet d’envisager désormais une publication dans des délais assez proches.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 42 – Les sites de hauteur des Vestins. Le Monte di Cerro (relevé L. eyer).
Légende Fig. 43 – Les sites de hauteur des Vestins. Coupe stratigraphique de la paroi sud du sondage ζ prolongé.
Légende Fig. 44 – Les sites de hauteur des Vestins. Le mur d’enceinte des Colli (cliché S. Bourdin).
Légende Fig. 45 – Les sites de hauteur des Vestins. L’enceinte de Costa Carbone (relevé L. Meyer).
Légende Fig. 46 – Les sites de hauteur des Vestins. L’enceinte de la Quote 1052 (relevé L. Meyer).
Légende Fig. 47 – Les sites de hauteur des Vestins. Les éoliennes sur l’enceinte de la Forca Caruso (cliché S. Bourdin).
Légende Fig. 48 – Les sites de hauteur des Vestins. Les éoliennes sur l’enceinte de la Forca Caruso, vues du Monte Ventrino (cliché S. Bourdin).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Bourdin, « Les Sites de hauteur des Vestins : Étude De L’organisation territoriale d’un peuple de l’Italie Préromaine », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 123-1 | 2011, 269-276.

Référence électronique

Stéphane Bourdin, « Les Sites de hauteur des Vestins : Étude De L’organisation territoriale d’un peuple de l’Italie Préromaine », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 123-1 | 2011, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/mefra/536

Haut de page

Auteur

Stéphane Bourdin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals