Navigation – Plan du site
Chronique
Activités archéologiques de l'École française de Rome

Levanzo (Calabre). Recherches sur l’artisanat de transformation du poisson en Sicile antique

Emmanuel Botte, Sandrine Ardisson, Laëtitia Cavassa, Pierre Excoffon et Yvon Lemoine
p. 321-325

Texte intégral

Activités de fouilles soutenues par :
École française de Rome, Centre Jean Bérard (USR 3133 CNRS-EFR), Soprintendenza archeologica di Trapani, Ministère des Affaires étrangères et européennes (Paris) et Agence nationale de la recherche (projet Artifex)

1Du 18 au 23 juin s’est déroulée une opération de nettoyage et de relevé de l’installation antique de salaison de poissons située sur l’île de Levanzo, au lieu-dit Cala Minnola, dans la Province de Trapani (fig. 105). Autorisée par le Servizio per i beni archeologici de la Soprintendenza per i beni culturali di Trapani – et à ce titre je tiens à remercier le Surintendant G. Gini et la Dott.ssa R. Giglio de la Surintendance pour m’avoir permis de mener cette opération dans les meilleures conditions possibles – et financée par le Centre Jean Bérard de Naples sur des fonds du ministère des Affaires étrangères et européennes, cette mission avait pour but de mesurer l’ampleur géographique du site antique et d’évaluer l’importance de l’atelier d’après son organisation.

Fig. 105 – Levanzo. Carte de l’île (d’après Bergonzoni 1977, p. 26).

2Le site antique de salaison de poissons est installé sur l’avancée de Punta Altarella, dans une bande de terre émergeant entre les affleurements rocheux. L’orientation du site est approximativement ouest-est; ce sont les dimensions et l’agencement de la bande de terre qui ont surtout guidé l’orientation de l’installation.

Historique de la découverte du site

3Le site a été découvert en 1976 par un touriste de passage sur l’île, F. Bergonzoni, qui décida de publier sa trouvaille dans la revue Antiqua (Bergonzoni 1977). Remarquant au sol plusieurs tessons de céramique et des fragments de béton de tuileau, F. Bergonzoni s’aperçut qu’une série de bassins alignés était implantée sur la bande rocheuse de Punta Altarella. Armé d’une pelle et d’une pioche, il entreprit avec deux autres personnes de vider les bassins. Le bassin B fut ainsi totalement dégagé. On ne peut déterminer la nature des tessons découverts par F. Bergonzoni car une seule photo a été publiée et il indique dans son article qu’une partie des tessons découverts ont disparu immédiatement, emportés par d’autres touristes attirés par l’événement.

4Dans son article, F. Bergonzoni publie un plan et une coupe relativement sommaires de l’atelier, mais qui s’avèrent surtout incomplets (fig. 106).

Fig. 106 – Levanzo. Plan et section de l’atelier de Cala Minnola effectués par F. Bergonzoni (d’après Bergonzoni 1977, p. 27).

Résultats de la mission

5Les objectifs de la mission étaient, dans un premier temps, d’effectuer un nettoyage général de la zone abritant les bassins de salaison et, dans une seconde phase, de relever l’ensemble des structures visibles liées à cet atelier. Ce travail devait permettre d’observer l’étendue des vestiges dans le secteur de Cala Minnola. En ce qui concerne l’atelier de salaison à proprement parler, le but était d’analyser son organisation générale ainsi que l’agencement des bassins, et enfin de déterminer les dimensions de l’ensemble des structures visibles.

6Les objectifs de la mission tels qu’ils ont été décrits précédemment ont été atteints. Le travail réalisé sur place a mis au jour un site d’une ampleur inattendue et qui pourrait se révéler d’une importance capitale dans la compréhension de l’histoire de cet artisanat dans la Sicile antique.

7Le site est en effet composé, dans son état actuel, d’un atelier comportant au minimum dix-huit bassins quadrangulaires revêtus d’un enduit de béton de tuileau (fig. 107), tandis qu’à une quarantaine de mètres à l’ouest de ce premier ensemble se trouve un autre bassin, également revêtu de béton de tuileau. Il faut également considérer le fait que sous un arbuste laissé sur le site se trouvent au moins un à trois bassins supplémentaires. L’emprise de l’atelier forme un espace rectangulaire de 27,70 sur 6,80 m. Les dimensions des bassins sont variables et certaines peuvent atteindre des valeurs importantes. Le plus petit (bassin no 11) mesure ainsi 1,48 sur 2,10 m tandis que le plus grand (bassin no 18) a des dimensions de 5,04 sur 2,15 m.

8Les observations effectuées durant le nettoyage de l’atelier indiquent que les bassins ne sont pas creusés dans le rocher comme on le voit sur d’autres sites en Sicile (Vendicari notamment : voir Basile 1992), mais dans une bande de terre située au centre de l’avancée rocheuse de Punta Altarella. Il semble que l’on ait d’abord installé le sol du bassin puis que les parois des cuves aient été plaquées directement contre le creusement. Le fait qu’on ne voit pas de murs séparant les bassins constitue un élément qui semble confirmer ce type de construction.

9Sans réalisation de fouille ou de sondage de vérification, il est aujourd’hui trop tôt pour proposer une restitution des différentes phases de construction de l’atelier, si elles existent. Les seules observations concernent les dimensions des bassins et la composition des enduits.

Fig. 107 – Levanzo. Plan de l’atelier de salaison relevé en 2010 (1/200o) (E. Botte).

10Pour les premières, il est clair que le groupe des cuves 5 à 16 forme un ensemble homogène, mais ce fait ne constitue pas pour autant la preuve d’une construction antérieure ou postérieure aux autres bassins. Elle peut être simplement liée à la nature des produits fabriqués, qui restent à identifier. Pour la seconde, l’analyse de la construction des bassins fait apparaître certaines nuances entre eux (proportion et densité des sables dans les mortiers, profils des joints entre fond et paroi), ce qui peut révéler une chronologie de construction diversifiée mais qui ne peut être mesurée avec la seule opération réalisée. En revanche, l’observation de rechapages et de réparations sur certaines cuves indique que l’atelier a eu une durée de vie suffisamment longue pour nécessiter ce type d’interventions.

Le mobilier céramique

11La céramique fine, peu nombreuse, n’a pas livré de forme identifiable mais uniquement des catégories. On note principalement, à côté de la céramique commune, deux fragments de céramique campanienne A et un de sigillée italique, ce qui offre un arc chronologique intégré à celui, plus large, fourni par les amphores.

12Le mobilier amphorique souligne la longue occupation de ce secteur de l’île. Les éléments les plus anciens appartiennent à des amphores puniques, notamment un fragment qui semble correspondre à une Maña B, production attestée dès le ive siècle avant notre ère. Viennent ensuite des Maña C ainsi que des types moins fréquents, notamment le type Ramon 7.6.2.1, produit à la fin du iie et durant la première moitié du ier siècle avant notre ère (Ramon Torres 1995, p. 218-219 et fig. 92 p. 444). Parmi les productions italiques, on note une Dressel 1 de production vésuvienne ainsi qu’une anse appartenant à une amphore gréco-italique ou à une Dressel 1A.

13Quelques fragments d’amphores d’époque impériale ont également été mis au jour, notamment une Dressel 2-4 de production vésuvienne, ainsi qu’une amphore orientale appartenant au type Schoene XIII (Agora G198).

14D’autres fragments attestent une fréquentation du site au Bas-Empire et durant l’Antiquité tardive. Il y a notamment une anse d’amphore Agora M254, dont la production est attestée en Sicile à cette époque (voir la bonne synthèse de G. Rizzo 2003, p. 157-158, et fig. 17). Enfin, il y a un fragment mal conservé d’une amphore qui pourrait être une Late Roman 1, qui fournirait une date d’ultime fréquentation durant l’Antiquité tardive.

Observations conclusives

15Construit selon un plan rectangulaire qui respecte l’agencement naturel du terrain, l’atelier comporte une série d’une vingtaine de bassins agencés de manière régulière (fig. 108 et 109). Par ses dimensions et le nombre de bassins qui le composent, l’atelier de Cala Minnola est le troisième dans l’ordre des plus grands sites artisanaux d’Italie dédiés à la transformation du poisson, après ceux de Portopalo (Prov. de Syracuse) et ses 55 bassins et Vendicari (Prov. de Syracuse) avec 25 bassins (voir Botte 2009, p. 83-88).

16L’agencement des bassins, disposés en série, semble être une des caractéristiques des ateliers de Sicile, mais qui suit peut-être simplement les exigences du terrain naturel. On retrouve cette organisation dans les ateliers de Portopalo, Vendicari dans le sud-est de l’île, mais également plus près, dans l’atelier de San Vito lo Capo (Prov. de Trapani) ou celui de l’Isola delle Femmine (Prov. de Palerme) (Botte 2009, chapitre 3, p. 71-104).

17L’ampleur de l’atelier et les dimensions des bassins qui le composent permettent de le confronter avec les plus grands ateliers de Méditerranée, parmi lesquels Bélo et Almuñecar (Espagne), Troia (Portugal) et ceux d’Afrique du Nord. Le plan de l’atelier de Levanzo ne correspond pas à celui qui constitue l’exemple le plus fréquent dans la péninsule Ibérique et en Afrique, à savoir le plan en U. Cependant, l’organisation planimétrique de l’atelier de Levanzo présente des similitudes avec des sites de ces régions, notamment à Almuñecar (Espagne) et Lixus (Maroc). À Almuñecar, dans le sud de l’Espagne, les ateliers sont organisés en unités de bassins alignés (fig. 110). On peut voir que les bassins de petites dimensions sont disposés en grappe, à proximité de bassins plus grands, comme nous avons pu le constater à Levanzo. À Lixus, sur la côte occidentale du Maroc, on peut observer de grandes unités de production, elles aussi composées de groupes de bassins.

Fig. 108 – Levanzo. Vue d’ensemble de l’atelier, prise depuis le Nord. (cliché E. Botte).

Fig. 109 – Levanzo. Vue d’ensemble des bassins 1 à 4, prise depuis l’Est. (cliché E. Botte).

18Il est trop tôt pour évoquer la nature des produits fabriqués dans l’atelier de Levanzo. La forme des bassins et leur agencement ne constituent pas des éléments déterminants pour cette distinction. Si l’on veut savoir si l’installation servait à produire des salaisons et des sauces, ou si elle était spécialisée dans la production de l’une des deux, seule une fouille minutieuse des bassins permettra éventuellement de fournir des éléments de réponse.

19Un autre point réside dans l’approvisionnement de l’atelier en sel, matière première indispensable à la préparation des produits de l’officine. Il est envisageable que les salines de Trapani, dont l’importance est connue depuis l’époque médiévale, existaient déjà durant l’Antiquité. Cependant aucun témoignage, qu’il soit littéraire, épigraphique ou archéologique, n’a été découvert à ce jour.

Fig. 110 – Vue générale des ateliers de salaison de poissons d’Almuñecar (Espagne). On aperçoit au centre la juxtaposition de grands et petits bassins. (cliché E. Botte).

Haut de page

Bibliographie

Basile 1992 = B. Basile, Stabilimenti per la lavorazione del pesce lungo le coste siracusane : Vendicari et Portopalo, dans Va Rassegna di archeologia subacquea, Giardini Naxos, 19-21 ottobre 1990, Messine, 1992, p. 55-86.

Bergonzoni 1977 = F. Bergonzoni, Una industria romana nelle isole Egadi, dans Antiqua, 7, 1977, p. 26-31.

Botte 2009 = E. Botte, Salaisons et sauces de poissons en Italie du sud et en Sicile durant l’Antiquité, Naples (Collection du Centre Jean Bérard, 31), 2009.

Ramon Torres 1995 = J. Ramon Torres, Las anforas fenicio-punicas del Mediterraneo central y occidental, Barcelone (Col.leccio Instrumenta, 2), 1995.

Rizzo 2003 = G. Rizzo, Instrumenta Urbis, I, Ceramiche fini da mensa, lucerne ed anfore a Roma nei primi due secoli dell’Impero, Rome (Collection de l’École française de Rome, 307), 2003.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 105 – Levanzo. Carte de l’île (d’après Bergonzoni 1977, p. 26).
Légende Fig. 106 – Levanzo. Plan et section de l’atelier de Cala Minnola effectués par F. Bergonzoni (d’après Bergonzoni 1977, p. 27).
Légende Fig. 107 – Levanzo. Plan de l’atelier de salaison relevé en 2010 (1/200o) (E. Botte).
Légende Fig. 108 – Levanzo. Vue d’ensemble de l’atelier, prise depuis le Nord. (cliché E. Botte).
Légende Fig. 109 – Levanzo. Vue d’ensemble des bassins 1 à 4, prise depuis l’Est. (cliché E. Botte).
Légende Fig. 110 – Vue générale des ateliers de salaison de poissons d’Almuñecar (Espagne). On aperçoit au centre la juxtaposition de grands et petits bassins. (cliché E. Botte).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Botte, Sandrine Ardisson, Laëtitia Cavassa, Pierre Excoffon et Yvon Lemoine, « Levanzo (Calabre). Recherches sur l’artisanat de transformation du poisson en Sicile antique », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 123-1 | 2011, 321-325.

Référence électronique

Emmanuel Botte, Sandrine Ardisson, Laëtitia Cavassa, Pierre Excoffon et Yvon Lemoine, « Levanzo (Calabre). Recherches sur l’artisanat de transformation du poisson en Sicile antique », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 123-1 | 2011, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/mefra/554

Haut de page

Auteurs

Emmanuel Botte

École française de Rome-Centre Jean Bérard

Articles du même auteur

Sandrine Ardisson

Univ. Nice

Laëtitia Cavassa

Centre Jean Bérard, CNRS, Naples

Articles du même auteur

Pierre Excoffon

Serv. Archéologique Ville de Fréjus

Yvon Lemoine

Conseil général du Var

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals