Navigation – Plan du site
Chronique
Activités archéologiques de l'École française de Rome

Mégara hyblaea (Sicile)

Henri Tréziny, Dirk Steuernagel et Annette Haug
p. 325-328

Texte intégral

Activités de fouilles soutenues par :
École française de Rome, Centre Camille Jullian (UMR 6573, CNRS-Université de Provence), Soprintendenza per i beni culturali ed ambientali (Siracuse) et Université de Ratisbonne

1Dans une précédente chronique (MEFRA 120, 1, 2008, p. 256-260), j’avais présenté les résultats des fouilles menées par la Surintendance de Syracuse et l’École française de Rome sur la porte archaïque Ouest de Mégara Hyblaea dans le cadre du programme européen POR Sicilia 2000-2006. Depuis cette date, si les fouilles n’ont pu être reprises en l’absence d’un nouveau financement, nous avons poursuivi le travail d’inventaire des dépôts et de choix du matériel pour le nouveau Musée en cours d’aménagement. Plusieurs objets ont été restaurés par les soins d’A. Oboussier, restauratrice au Centre Camille Jullian. Le réexamen des données d’archives a permis d’identifier une nouvelle plate forme circulaire archaïque du même type que celles qui ont été publiées dans Mégara Hyblaea 5 (2004, p. 512-519). L. Claquin (CCJ) a travaillé dans le cadre de sa thèse sur les céramiques archaïques de cuisine.

Fig. 111 – Mégara Hyblaea. Carte de résistivité électrique (Géocarta).

2En 2008 et 2009 a été réalisée par la société Géocarta un premier essai de prospection géophysique dans le secteur Nord-Ouest de la ville archaïque. Les résultats on été très encourageants (fig. 111) et la prospection géophysique de l’espace urbain et périurbain devrait être l’un des points forts d’un programme franco-allemand « Megarika » (ANR/DFG) proposé en 2011 pour 2012-2014 par l’École française de Rome et l’Institut archéologique allemand sur Mégara Hyblaea et Sélinonte. Fr. Fouilland (EFR) a complété le travail de regroupement des archives topographiques (cartes et photographies aériennes anciennes).

3Les principales activités ont porté cependant sur la publication des fouilles anciennes. avec la préparation du volume sur la nécropole archaïque méridionale (fouilles Cébeillac-Gras, 1972-1974). H. Duday (CNRS, Bordeaux) a poursuivi l’étude anthropologique, mais aussi celle de la céramique et des sarcophages. Le plus gros effort a porté sur la préparation de la publication des fouilles de G. Vallet et Fr. Villard sur la ville hellénistique (1949-1975), avec l’établissement d’un nouveau plan informatisé, minutieusement contrôlé sur le terrain. En l’absence de données stratigraphiques fiables, on a procédé à l’étude des structures encore en place et des données d’archives. Fr. Mège (CCJ) a consacré son Master (2010) à l’étude des seuils et des sols construits des maisons hellénistiques et romaines. St. Wyler, R. Orgeolet et B. Girard ont procédé à un nettoyage et à quelques contrôles stratigraphiques sur le bâtiment 41,6 de l’agora, interprété par les fouilleurs comme un sanctuaire, mais dans lequel il faut voir aujourd’hui un atelier métallurgique. J.-P. Brun (Centre Jean Bérard) a expertisé plusieurs structures artisanales et Ph. Lanos (CNRS, IRAMAT, Rennes) a fait des prélèvements sur des fours hellénistiques pour datation archéomagnétique. C. Cenzon-Salvayre (CCJ) a étudié les céramiques du ve siècle (époque à laquelle le site est théoriquement abandonné) et M. Bonifay (CCJ) et G. Cacciaguerra (Catane) les céramiques romaines et tardives des fouilles anciennes.

4Enfin, une équipe allemande dirigée par D. Steuernagel et A. Haug a refait en 2010 un relevé complet de la maison hellénistique à péristyle 49,19. On trouvera cidessous leurs premières conclusions.

Fig. 112 – Mégara Hyblaea. Vue d’ensemble de la maison 49, 19 depuis le sud (cl. D. Steuernagel).

Fig. 113 – Mégara Hyblaea. Plan d’ensemble de la maison 49, 19 (C. Brückener).

Mégara Hyblaea 2010 : Maison 49,19

5Le projet financé par la Fritz-Thyssen-Stiftung (Cologne) et dirigé par Annette Haug (Université de Leipzig, à présent à Munich) et Dirk Steuernagel (Université de Ratisbonne) a été consacré à l’exploration et à la documentation d’une maison importante de la ville hellénistique : la maison à péristyle (49,19, fig. 112). L’analyse architecturale de cette maison fouillée initialement en 1964 (MEFRA 77, 1965, p. 303-314, en particulier p. 306 ; Mégara Hyblaea 3, 1983, p. 45-47) s’est déroulée en septembre 2010. Elle a été coordonnée par Corinna Brückener (École polytechnique d’Aix-la-Chapelle) avec le support de Bonarina Pusole, Michael Salberg et Roman Wössner.

6L’objectif de la campagne était d’élaborer un relevé planimétrique précis et détaillé des structures visibles. À cet effet, un réseau de mesure locale a été créé à la base d’un tracé polygonal librement construit. Ce réseau de mesures se réfère à un point de repère altimétrique préexistant à proximité de la porte occidentale de la cité hellénistique. Partant des points fixes nouvellement définis à l’intérieur et à l’extérieur de la surface de la maison, une grande quantité des points de mesure ont été pris sur les structures visibles. Ces points de mesure ont servi de base pour la documentation graphique à l’échelle 1 : 50. Ainsi a été élaboré le plan de la maison 49,19 et de quelques structures qui jouxtent au sud (fig. 113). De plus, une section longitudinale et transversale ainsi que les élévations des façades de la maison ont été dessinées. Cette documentation graphique a été accompagnée par une description réalisée sur des fiches normalisées et une documentation photographique de toutes les structures murales, des pavements et des installations. Toutes les informations – plans, descriptions et photos – ont été intégrées dans une base de données afin de permettre de reconstruire l’histoire de la maison 49,19.

7Les données relevées peuvent éclairer la forme et la fonction de chaque salle dans les différentes phases du complexe. Un autre aspect important concerne la compréhension des diverses phases de construction dans l’îlot défini par les rues D1 et D4. L’objectif sera de clarifier la relation de la maison à péristyle avec les maisons qui la jouxtent au sud. Au stade actuel des recherches, il semble que la maison 49,19 ait été élargie sur le terrain des maisons adjacentes à un moment relativement tardif. Au centre de la maison, il est possible de distinguer plusieurs phases de construction et d’utilisation en observant les relations des murs et les niveaux de marche (indiqués par des seuils et des pavements in situ). Un premier résultat important concerne les deux cours dans la partie sud et nord de la maison. Contrairement à l’hypothèse des fouilleurs (Vallet-Martin, Storia della Sicilia, 1980, p. 344), elles semblent avoir été construites simultanément. L’évaluation ultérieure fournira certainement davantage d’informations sur l’importance de la maison 49,19 dans la ville hellénistique de Mégara Hyblaea et sur sa place dans l’étude de l’architecture privée en Sicile.

Haut de page

Bibliographie

Boissinot 2009 = Ph. Boissinot, Les vignobles des environs de Mégara Hyblaea et les traces de la viticulture italienne durant l’Antiquité, dans MEFRA, 121, 1, 2009, p. 83-132.

Gras-Tréziny 2009 = M. Gras et H. Tréziny, L’artisanat à Mégara Hyblaea, dans J.-P. Brun (dir.), Artisanats antiques d’Italie et de Gaule. Mélanges offerts à Maria Francesca Buonaiuto, Naples, 2009 (Collection du Centre Jean Bérard, 32), p. 87-98.

Guzzardi-Germanà-Mondo = L. Guzzardi, G. Germanà et A. Mondo, Rinvenimenti nel Santuario sul porto di Megara Hyblaea, dans S. Fortunelli et C. Masseria (dir.), Ceramica attica da santuari della Grecia, della Ionia e dell’Italia (Atti convegno internazionale Perugia 14-17 marzo 2007), Venosa, 2009, p. 693-702.

Mégara Hyblaea 3 = G. Vallet, F. Villard et P. Auberson, Mégara Hyblaea 3, Rome, 1983.

Nicolet-Pierre 2009 = H. Nicolet-Pierre, Monnaies d’argent d’époque hellénistique en Sicile sud-orientale. Le trésor de Mégara Hyblaea 1966 (IGCH 2180), dans MEFRA 121, 1, 2009, p. 21-81.

Tréziny 2010 = H. Tréziny, De Mégara Hyblaea à Sélinonte, de Syracuse à Camarine : le paysage urbain des colonies et de leurs sous-colonies, dans M. Lombardo et F. Frisone (dir.), Colonie di colonie. Le fondazioni subcoloniali greche tra colonizzazione e colonialismo, Atti del convegno di Lecce, 2006, Galatina, 2010, p. 162-180.

Tréziny sous presse = H. Tréziny, Aux origines de Mégara Hyblaea, dans A. Mazarakis-Ainian (dir.), The « Dark Ages » revisited, Actes du colloque international de Volos, 14-17 juin 2007, sous presse.

Tréziny sous presse = H. Tréziny, L’Agora de Mégara Hyblaea, dans Atti del seminario di studi « Agorai di Sicilia, agorai d’Occidente », Scuola Normale Superiore, Pisa 2008, à paraître dans les Actes du colloque d’Erice, 2009.

Tréziny sous presse = H. Tréziny, À propos d’une inscription funéraire paléochrétienne de Mégara Hyblaea, dans Mél. J. Guyon, sous presse dans Provence historique, 2011.

Tréziny sous presse = H. Tréziny, Grecs et indigènes à Mégara Hyblaea à l’époque archaïque, sous presse dans MDAI (R), 2011.

Vallet-Martin 1980 = G. Vallet et R. Martin, L’architettura domestica, dans E. Gabba (dir.), La Sicilia antica 1, 2, 1980.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 111 – Mégara Hyblaea. Carte de résistivité électrique (Géocarta).
Légende Fig. 112 – Mégara Hyblaea. Vue d’ensemble de la maison 49, 19 depuis le sud (cl. D. Steuernagel).
Légende Fig. 113 – Mégara Hyblaea. Plan d’ensemble de la maison 49, 19 (C. Brückener).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Tréziny, Dirk Steuernagel et Annette Haug, « Mégara hyblaea (Sicile) », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 123-1 | 2011, 325-328.

Référence électronique

Henri Tréziny, Dirk Steuernagel et Annette Haug, « Mégara hyblaea (Sicile) », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 123-1 | 2011, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/mefra/558

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals