Navigation – Plan du site
Chronique
Activités archéologiques françaises en Italie

Nouveaux témoignages du kerameikos de l’Incoronata depuis la huitième campagne de fouille

Mario Denti
p. 366-373

Texte intégral

Activités de fouilles soutenues par :
Université de Haute-Bretagne Rennes 2, Laboratoire LAHM, UMR 6566 CReAAH, Soprintendenza per i beni archeologici della Basilicata

1La huitième campagne de fouille de la mission archéologique de l’Université de Rennes 2 à l’Incoronata, sous la direction de Mario Denti, s’est déroulée cette année en deux phases : du 20 juin au 9 juillet et du 30 août au 15 septembre 2010.

2L’exploration archéologique a été portée entièrement sur la zone nord-occidentale de la colline, où le « Secteur 1 » (fig. 155), situé tout au long de ses marges méridionales, a été agrandi dans l’objectif d’approfondir la compréhension de deux évidences principales : a) le grand pavement qui s’étend en sens est-ouest sur une vingtaine de mètres (US 38, fig. 155 et 167), s’appuyant sur une strate de consolidation datable de la deuxième moitié du viiie siècle avant J.-C. (US 45) ; b) la présence d’une série d’éléments appartenant à un espace artisanal (carrière d’argile ; de très nombreuses parties de fours ; des rejets de cuisson), qui a dû vraisemblablement fonctionner pendant la première moitié du viie siècle avant J.-C.

Fig. 155 – Incoronata. Planimétrie du Secteur 1 (DAO F. Meadeb).

3Une ample extension vers l’ouest (« Zone B », m 3,5 × 5, fig. 155) a amené à l’enlèvement de la grande strate de terre grisâtre d’aplatissement-oblitération (US 8) laquelle, réalisée à partir de la moitié du viie siècle, a complètement recouvert toute structure précédente (en rendant en même temps possible sa concrète conservation). La terre employée pour la réalisation de cette énorme strate de nivellement contient de très nombreux tessons appartenant aux différentes phases d’occupation précédentes. Entre autres découvertes de cette année, on attirera l’attention sur un peson pour métier à tisser, dont la décoration qui en recouvre la surface (fig. 156) nous renvoie à des destinations d’utilisation d’un certain niveau, évoquant un prestige qui pourrait en exclure une utilisation dans la sphère quotidienne.

Fig. 156 – Incoronata. Secteur 1B, US 8. Peson décoré (cliché M. Denti).

4Cette strate se caractérise, dans sa partie inférieure, par une importante concentration de cailloux fluviaux (US 23) qui s’appuient directement sur le pavement US 38 (fig. 166). Les recherches de cette année ont ultérieurement confirmé l’important rôle de ce comblement de terre : une sorte de véritable « couverture » volontaire et systématique du pavement par une strate qui, en l’oblitérant, semble à la fois avoir joué un rôle de « conservation » de cette structure (pour un premier approfondissement de sa problématique fonction, voir MEFRA 122, 1, 2010, p. 310-320 ; p. 315-316, fig. 103).

5L’extension en direction nord-est (« Zone C », m 4 × 8, fig. 155 et 157) a nécessité un travail extrêmement long et délicat puisque, dans cette zone, une série très articulée de strates d’occupation, s’étalant chronologiquement sur au moins un siècle, se concentre matériellement dans une quarantaine de centimètres de stratigraphie. Dans la partie la plus septentrionale de l’extension, en dessous de l’humus, nous avons mis au jour une grande strate de terre argileuse et très compacte (US 82, fig. 157, 158 et 161), caractérisée par la présence de nombreuses pierres, dont une bonne partie retrouvée à plat. Dans le côté oriental du sondage, il a été possible de reconnaître un alignement de pierres formant un angle, qui pourrait représenter une éventuelle structure (US 147, fig. 157 et 158, en premier plan, et 161).

Fig. 157 – Incoronata. Planimétrie détaillée de la zone orientale du Secteur 1 (DAO F. Meadeb).

6La présence de quatre grands conteneurs a impasto, dont les fragments apparaissaient constamment concentrés, se joignant parfaitement entre eux et gisant à plat, nous indique une possible disposition in situ de ces vases (fig. 157 et 158, en premier plan). Il s’agit de deux ou trois situles et d’une chytra, cette dernière en bon état de conservation (fig. 159), avec de nombreuses traces d’exposition au feu sur la surface ; elle appartient à une typologie souvent témoignée dans les fouilles (anciennes et récentes) des dépôts qui caractérisent la dernière phase d’occupation de ce côté de la colline (troisième quart du viie siècle). La récurrence de la disposition à plat des vases et des pierres, aussi bien que la vraisemblable attestation d’une structure bâtie, nous suggèrent l’existence d’un niveau d’utilisation de cette strate, autrement difficilement perceptible sur la base de la seule nature du terrain. Des explications concernant l’extension et la destination de cet aménagement seront certainement données suite à l’extension de la zone de fouille prévue pour la prochaine campagne. L’association des conteneurs a impasto avec de la céramique figuline grecque de production locale confirme la datation de cette strate – et de cette (éventuelle) structure – aux phases les plus récentes de l’occupation de ce côté de la colline (viie siècle avancé).

Fig. 158 – Incoronata, Secteur 1C. La strate US 82 avec l’alignement des pierres et, en premier plan, la concentration des tessons d’une des situles a impasto (cliché M. Denti).

Fig. 159 – Incoronata, Secteur 1C. La chytra, de l’US 82 (cliché M. Denti).

7Des nouveaux et importants niveaux appartenant à une phase précédente ont été mis au jour au sud de cette situation. Ils comptent en premier lieu un plan de terre argileuse de couleur rouge vif, dont la surface a été exposée pendant très longtemps à l’action directe du feu : elle présente dans plusieurs endroits des traces de cuisson en ambiance tellement dépourvue d’oxygène, que la surface a viré au noir tendant au bleu (US 130, fig. 160). Cette aire de combustion, dont l’épaisseur de la partie rubéfiée n’est pas plus haute que 1-2 cm, se caractérise par un profil circulaire tout au long de sa partie méridionale (celle au nord n’a pas encore été mise au jour), qui permettrait d’en imaginer un diamètre approximatif de m 3 (fig. 157 et 161). Elle peut aisément se qualifier comme le fond d’un (ou de plusieurs ?) four destiné à la production de céramique, puisque la documentation archéologique associée ne nous laisse aucun doute à ce propos : des restes de la sole du four, d’importants rejets de cuisson appartenant à des vases œnôtres monochromes et à de la céramique achrome (fig. 162 et 163) gisaient sur ce plan. Une concentration particulièrement importante de tessons, parfois mal cuits, parfois collés à des portions de four (US 145, fig. 164) a été découverte tout au long de l’un des (probables) bords encore conservés de la structure, réalisé en argile (fig. 165). Vers nord-ouest, ce plan est également entouré, et partiellement recouvert, par des différentes strates informes d’argile rubéfiée et charbonneuse (US 136 et 142, fig. 157 et 161), dont la destination est difficile à interpréter : des éléments d’une structure qui se sont effondrés ? Des lambeaux d’argile prêts à être employés ? Seulement une extension ultérieure de la zone de fouille, prévue pour la prochaine campagne, permettra de mieux comprendre leur signification.

Fig. 160 – Incoronata, Secteur 1C. Le fond de l’aire de combustion (US 130), détail (cliché M. Denti).

8Dans l’ensemble, nous nous trouvons face à une structure qui donne finalement raison à la découverte, à quelque mètres de distance, juste au sud du pavement US 38 (campagne 2006), de très nombreuses parties de four (parois, sole) mélangées, dans une épaisse strate de cendre, à des rejets de cuisson (US 37, fig. 157 et 166) : les unes et les autres ont révélé un état de conservation et un horizon typologique pratiquement identiques à la documentation associée au plan du four mis au jour cette année. Il semble donc assez probable que, au moment de l’abandon de l’espace artisanal, les aires de cuisson se trouvant au nord du pavement ont été littéralement « balayées », en rejetant les restes dans la zone creuse au sud du pavement, tandis que quelques tessons et quelques rejets de cuisson se sont conservés encore sur la surface du four, en restant concentrés, pas au hasard, contre ses parois. La seule différence que l’on peut enregistrer entre les deux horizons archéologiques réside dans le fait que la céramique grecque (de production locale et d’importation, même si en faible pourcentage) qui caractérisait la strate de rejet au sud du pavement (Denti 2008) est à l’heure actuelle encore absente sur le plan du four ; nous y avons en effet trouvé exclusivement de la céramique peinte monochrome du Géométrique Tardif, diffusée dans le territoire du Bradano et dans le Salento (fig. 163), laquelle permet d’ailleurs de confirmer notre datation de la zone artisanale entre la fin du viiie siècle et la première moitié du viie.

Fig. 161 – Incoronata, Secteur 1C. Au milieu, le plan de l’aire de combustion du four (des fours ?) US 130 ; en premier plan, les deux trous de poteau et, sur le fond de l’image, la strate US 82 avec l’alignement des pierres, datant de la deuxième moitié du viie siècle (cliché M. Denti).

Fig. 162 – Incoronata, Secteur 1C. Les rejets de cuissons et un fragment de la sole, associés au plan du fond du four (cliché M. Denti).

Fig. 163 – Incoronata, Secteur 1C. La céramique associée au plan du fond du four (cliché M. Denti).

Fig. 164 – Incoronata, Secteur 1C. Les rejets de cuissons et les tessons collés entre eux et avec un morceau de four, retrouvés concentrés contre le (possible) bord du four (US 145) (cliché M. Denti).

Fig. 165 – Incoronata, Secteur 1C. La concentration de tessons, rejets de cuissons et portions de four (US 145) contre la probable limite orientale du plan de combustion (cliché M. Denti).

9Cette situation de « nettoyage » de la structure productive évoque, du reste, une situation que nous avons pu observer presque à l’identique dans la zone située plus au nord (« Secteur 4 »). Ici, de nombreuses fosses de forme circulaire – que nous avons pu identifier, grâce à l’argile encore conservée sur leur fond, comme des bassins pour la décantation de l’argile (voir MEFRA 121, 1, 2009, p. 350-357, fig. 93, et MEFRA 122, 1, 2010, fig. 106 et 107) – au moment de leur oblitération ont été remplies par les restes des structures artisanales environnantes : restes de fours, rejets de cuissons, scories, cendre, charbons.

Fig. 166 – Incoronata, Secteur 1A (2006). Les rejets des restes de fours, mélangés à de la céramique, dans la strate de terre cendreuse US 37, au sud du pavement US 38. On peut voir ce dernier encore partiellement recouvert, au nord, par la strate de cailloux US 23 (cliché M. Denti).

10L’importante découverte de la campagne de cette année nous a permis ainsi de progresser dans le processus de la compréhension du fonctionnement de l’espace artisanal qui a caractérisé l’occupation de l’Incoronata dans une phase actuellement datable grosso modo dans la première moitié du viie siècle avant J.-C. De ce complexe nous connaissions déjà : la grande carrière d’argile excavée à quelque mètres vers l’ouest (dans laquelle nous avons réalisé en 2003 un grand sondage, fig. 155) ; des nombreux bassins de forme circulaire pour la décantation de l’argile et de forme quadrangulaire pour sa transformation et/ou le stockage ( ?) ; des restes des fours retrouvés rejetés dans les susdits bassins, aussi bien qu’au sud du pavement US 38 ; des nombreux rejets de cuisson et des scories (nous avons récemment donné une description plus détaillée de ce riche horizon archéologique dans Denti sous presse). Toutefois, un four conservé encore in situ n’avait pas encore été découvert : son identification permet maintenant de commencer à reconnaître avec plus de précision l’emplacement topographique des différentes composantes fonctionnelles de cet espace artisanal, lequel semble – à l’état actuel de nos connaissances, et sur la base de la typologie des rejets de cuisson jusqu’à maintenant découverts – avoir été destiné à la production de céramique œnôtre. Il ne faut pas en tout cas oublier qu’un certain nombre de vases grecs de production locale, présents dans les grands dépôts datables de la dernière phase d’occupation de ce côté de la colline, en raison de la forte déformation de leurs parois, peuvent être interprétés comme des ratés de cuisson (parmi eux, nous citerons des oinochoai et une grande marmite peinte à bandes ondulées).

11La progressive découverte des différentes composantes de ce complexe artisanal, que nous pouvons désormais légitimement identifier comme le kerameikos de l’Incoronata, permet d’ouvrir de nouvelles perspectives de recherche pour l’étude du fonctionnement des lieux de production de céramique datables d’une phase chronologique si haute, à cheval entre expériences technologiques grecques et indigènes (une recherche doctorale sur cette thématique est actuellement en cours par Mathilde Villette). À la fois, elle est en mesure de mettre à disposition des spécialistes de la céramique de l’âge du Fer de la Siritide et du Métapontin une grille chronologique aujourd’hui ancrée à une précise séquence stratigraphique, au sein d’un cadre archéologique caractérisé par une utilisation primaire des données.

12Du point de vue des relations stratigraphiques et fonctionnelles avec les autres US caractérisant ce secteur de la fouille, il faut observer que le fond de la zone de combustion se révèle finalement être une simple portion rubéfiée de l’US 45 : une surface de forme apparemment circulaire (US 130), sans solution de continuité avec la surface (US 106) de la grande strate de terre fine et argileuse (US 45) (fig. 157 et 167) que nous avions interceptée à plusieurs reprises dans les campagnes précédentes, ayant servi de terrassement de toute cette zone correspondant aux limites méridionales du plateau ouest de la colline. Cette importante strate – un véritable « pivot » pour la compréhension des différentes phases d’occupation de l’Incoronata – est bien datable de la deuxième moitié du viiie siècle, en raison de la typologie de la céramique œnôtre qu’elle contient et également d’une double circonstance : d’un côté, elle repose directement sur un sol en galets plus ancien, datant de la première moitié du même siècle (US 70) ; de l’autre, aucun tesson de céramique grecque de production locale (laquelle se manifeste, à Incoronata, au début du viie siècle) a été trouvé à son intérieur. Cette strate a été utilisée pour différentes opérations : pour la mise en place du grand pavement US 38, qui repose directement sur sa surface et, un peu plus au nord, comme le fond de l’aire de combustion que nous avons découvert cette année.

Fig. 167 – Incoronata, Secteur 1C. Les deux sillons parallèles qui taillent en sens nord-ouest / sud-est le plan du four US 130, la surface US 106 de la strate US 45, et encore le pavement US 38 (cliché M. Denti).

13Mais l’US 45 a également fait l’objet d’autres interventions. D’un côté, elle a subi l’implantation de deux grands trous de poteau (fig. 157 et 161), installés entre la limite nord du pavement US 38 et le bord sud-occidental du plan du four (un troisième trou de poteau se trouve sur le pavement US 38, fig. 157) ; malheureusement nous ne connaissons pas, à l’heure actuelle, leur relation stratigraphique et fonctionnelle avec les structures environnantes. Il semble intéressant de noter qu’ils se trouvent juste à côté de la limite sud-occidentale de l’aire de chauffe. D’un autre côté, l’US 45 a fait l’objet du creusement de deux longs sillons presque parallèles (ils tendent à diverger légèrement vers nord-ouest) qui traversent en sens nord-ouest – sud-est cette aire, en coupant à la fois le pavement US 38, la surface de l’US 45 (US 106) et le plan du four US 130 (fig. 157, 161 et 167). La distance entre les deux sillons varie entre m 1,30 et 1,50 ; leur longueur est de 3 m (sud) et 3,5 m (nord) ; leur épaisseur de 15 cm environs. Nous sommes sûrs qu’il ne s’agit pas de traces du labourage d’une charrue moderne, d’abord puisqu’ils n’étaient pas perceptibles dans la strate de comblement supérieure (US 8, où ils auraient été facilement détectables) ; et aussi parce que nous avons eu la confirmation (par la personne qui y avait longtemps réalisé des travaux agricoles avant la destination domaniale de la colline, Mr. Peppino Viggiano, que nous voulons encore une fois remercier) de la non compatibilité de ces sillons avec une opération menée par une charrue moderne.

14Leur compréhension se révèle assez difficile. Si nous voulons les interpréter comme des cavités témoignant en négatif de l’existence de structures bâties, ils devraient alors appartenir chronologiquement à une phase qui pourrait avoir suivi la réalisation du pavement US 38, aussi bien que (probablement) l’utilisation du four. Mais aucun reste de matériel décomposé n’a été trouvé à leur intérieur. D’autre part, le plan de ce four présente d’autres cavités de forme irrégulière en plusieurs points de sa surface (fig. 160 et 161). Différemment, l’hypothèse d’y voir des éléments fonctionnant avec le four pourrait être à la fois facilement écartée pour des raisons pragmatiques, en considérant l’incompatibilité entre un élément construit en matériel périssable – une éventuelle paroi en bois (bâtie, en plus, asymétriquement sur un seul côté de la structure) – et le fait de le retrouver à l’intérieur d’un espace de cuisson.

15Il est évident que nous sommes, à l’heure actuelle, bien loin de saisir la logique de la présence de ces deux sillons, et c’est seulement une nouvelle extension de cette zone de fouille qui permettra de nous orienter dans cette direction. Leur disposition, la modalité de réalisation et encore les dimensions, peuvent également évoquer une analogue situation découverte à Véies (Piazza d’Armi), où deux sillons parallèles ont été creusés dans le sol à un moment pratiquement contemporain au nôtre (deuxième-troisième quart du viie siècle avant J.-C.). Les fouilleurs en ont déduit une possible connexion avec le rite de fondation du plus ancien espace de l’habitat (Bartoloni et alii 2006, p. 51, fig. 6.5-7).

16La campagne de fouille et de recherche à L’Incoronata a enregistré cette année l’activité de deux équipes qui participent à la publication finale de la fouille (actuellement en cours de préparation). Nous rappelons que les résultats des analyses archéomagnétiques conduites par l’équipe du Groupe d’Archéomagnétisme-Rennes (UMR 5060, dirigée par Philippe Lanos) sur les nombreuses briques retrouvées remployées dans les couches les plus récentes de l’occupation de la colline, ont été publiés dans Denti-Lanos 2007 et Hill et alii 2008. Dans ces ouvrages l’on trouvera également les résultats des analyses C14 menées par le Centre de datation par le radiocarbone de Lyon sur les charbons de bois contenus dans les couches de remplissage de la carrière.

17Des analyses chimiques sur le contenu d’un échantillon de formes céramiques destinées à contenir des liquides, présentes dans le dépôt US 2 du Secteur 4, ont été menées par l’équipe ANR PERHAMO (« Parfums et Résidus Huileux de la Méditerranée Occidentale », dirigée par Dominique Frère, Université de Bretagne Sud), dans l’objectif d’approfondir la compréhension de la nature des matériaux conservés et la destination des vases. Une analyse approfondie des restes osseux a été entamée, et est actuellement en cours, par l’équipe d’Archéozoologie du Museum of London Archeology, dirigée par James Morris, dans le but d’intégrer les résultats des analyses précédemment présentées dans les publications de l’Université de Milan, à la lumière des nouvelles perspectives heuristiques issues de l’étude approfondie des contextes de découverte menée par notre équipe.

18L’attention que nous avons en effet essayé de réserver de façon majeure à l’analyse minutieuse des contextes de fouille, et plus particulièrement aux modalités de la déposition des objets au sein des grands dépôts réalisés dans ce secteur de la colline au troisième quart du viie siècle, a progressivement canalisé nos intérêts et permis d’approfondir nos réflexions sur la méthodologie de l’approche actuelle à l’étude et à la fouille de ces contextes archéologiques. Dans cette perspective, nous avons organisé à l’Université de Rennes 2 (UMR 6566) une Table ronde, intitulée La céramique dans les contextes rituels. Fouiller et comprendre les gestes des Anciens (juin 2010, sous la direction de M. Denti et de M. Tuffreau-Libre, avec les conclusions de J.-P. Morel), dans l’objectif d’ouvrir une discussion et de nous confronter avec des spécialistes de différentes phases chronologiques autour de cette problématique. Les actes sont actuellement en cours de préparation.

Haut de page

Bibliographie

Bartoloni et alii 2006 = G. Bartoloni et alii, Veio : l’abitato di Piazza d’Armi. Le terrecotte architettoniche, dans I. Edlund-Berry, G. Greco et J. Kenfiels (dir.), Deliciae Fictiles III. Architerctural Terracottas in Ancient Italy: New Discoveries and Interpretations, Oxford, 2006, p. 50-76.

Denti 2008 = M. Denti, Un contesto produttivo enotrio della prima metà del VII secolo a.C. all’Incoronata, dans M. Bettelli, C. De Faveri et M. Osanna (dir.), Prima delle colonie. Organizzazione territoriale e produzioni ceramiche specializzate in Basilicata e in Calabria settentrionale ionica nella prima età del ferro, Venosa, 2008, p. 111-138.

Denti sous presse = M. Denti, Un espace artisanal grécooenôtre du viie siècle avant J.-C. à l’Incoronata, dans A. Esposito et G. Sanidas (dir.), La concentration spatiale des activités et la question des quartiers spécialisés, Symposium international, Lille, décembre 2009, sous presse.

Denti-Lanos 2007 = M. Denti et Ph. Lanos, Rouges, non rougis. Les briques de l’Incoronata et le problème de l’interprétation des dépôts de céramique, dans MEFRA 119, 2, 2007, p. 445-481.

Hill et alii 2008= M.J. Hill, Ph. Lanos, M. Denti et Ph. Dufresne, Archaeomagnetic investigation of bricks from the viiith-viith century BC Greek – indigenous site of Incoronata (Metaponto, Italy), dans Physics and Chemistry of the Earth 33, 2008, p. 523-533.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 155 – Incoronata. Planimétrie du Secteur 1 (DAO F. Meadeb).
Légende Fig. 156 – Incoronata. Secteur 1B, US 8. Peson décoré (cliché M. Denti).
Légende Fig. 157 – Incoronata. Planimétrie détaillée de la zone orientale du Secteur 1 (DAO F. Meadeb).
Légende Fig. 158 – Incoronata, Secteur 1C. La strate US 82 avec l’alignement des pierres et, en premier plan, la concentration des tessons d’une des situles a impasto (cliché M. Denti).
Légende Fig. 159 – Incoronata, Secteur 1C. La chytra, de l’US 82 (cliché M. Denti).
Légende Fig. 160 – Incoronata, Secteur 1C. Le fond de l’aire de combustion (US 130), détail (cliché M. Denti).
Légende Fig. 161 – Incoronata, Secteur 1C. Au milieu, le plan de l’aire de combustion du four (des fours ?) US 130 ; en premier plan, les deux trous de poteau et, sur le fond de l’image, la strate US 82 avec l’alignement des pierres, datant de la deuxième moitié du viie siècle (cliché M. Denti).
Légende Fig. 162 – Incoronata, Secteur 1C. Les rejets de cuissons et un fragment de la sole, associés au plan du fond du four (cliché M. Denti).
Légende Fig. 163 – Incoronata, Secteur 1C. La céramique associée au plan du fond du four (cliché M. Denti).
Légende Fig. 164 – Incoronata, Secteur 1C. Les rejets de cuissons et les tessons collés entre eux et avec un morceau de four, retrouvés concentrés contre le (possible) bord du four (US 145) (cliché M. Denti).
Légende Fig. 165 – Incoronata, Secteur 1C. La concentration de tessons, rejets de cuissons et portions de four (US 145) contre la probable limite orientale du plan de combustion (cliché M. Denti).
Légende Fig. 166 – Incoronata, Secteur 1A (2006). Les rejets des restes de fours, mélangés à de la céramique, dans la strate de terre cendreuse US 37, au sud du pavement US 38. On peut voir ce dernier encore partiellement recouvert, au nord, par la strate de cailloux US 23 (cliché M. Denti).
Légende Fig. 167 – Incoronata, Secteur 1C. Les deux sillons parallèles qui taillent en sens nord-ouest / sud-est le plan du four US 130, la surface US 106 de la strate US 45, et encore le pavement US 38 (cliché M. Denti).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mario Denti, « Nouveaux témoignages du kerameikos de l’Incoronata depuis la huitième campagne de fouille », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 123-1 | 2011, 366-373.

Référence électronique

Mario Denti, « Nouveaux témoignages du kerameikos de l’Incoronata depuis la huitième campagne de fouille », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 123-1 | 2011, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/mefra/590

Haut de page

Auteur

Mario Denti

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals