Navigation – Plan du site
Le palais Farnèse

Les objets d’art du studiolo Farnèse d’après ses premiers inventaires

The works of art from the Farnese studio according to the first inventories
Bertrand Jestaz
p. 253-296

Résumés

L’auteur recherche les objets d’art – bronzes et gemmes antiques essentiellement – cités dans les deux premiers inventaires connus du cabinet d’antiques ou studiolo du cardinal Alessandro (Naples, Archivio di Stato). Le premier, daté de juillet 1566, qui n’était connu que par une édition imparfaite, est publié intégralement. Du suivant, non daté mais déjà reconnu comme celui envoyé par Fulvio Orsini en 1588, il n’a pas retenu la description des médailles, trop sommaire, mais édité tout le reste. Les deux textes, précisement indexés, permettent d’identifier un certain nombre d’objets et d’apprécier l’évolution de la collection réunie par le cardinal avec l’aide d’Orsini. Une table de concordance avec l’inventaire général de 1644 et avec ceux des musées actuels fait le point des données ainsi établies.

Haut de page

Notes de la rédaction

Abréviations :

Arti decorative : La Collezione Farnese. Le arti decorative, Naples, 1996.

Gemme Farnese : C. Gasparri (éd.), Le Gemme Farnese, Naples, 1994, réimpr. 2006.

Pannuti : U. Pannuti, Museo Archeologico Nazionale di Napoli. La collezione glittica, I, Rome, 1983, et II, Rome, 1994.

Riebesell : C. Riebesell, Die Sammlung des Kardinal Alessandro Farnese. Ein «studio» für Künstler und Gelehrte, Weinheim, 1989.

Robertson : C. Robertson, Il «Gran Cardinale» Alessandro Farnese, Patron of the Arts, New Haven-Londres, 1992.

Ruesch : A. Ruesch, Guida illustrata del Museo Nazionale di Napoli. I, Antichità, 2e éd., Naples, s.d. [1911].

Texte intégral

  • 1 Sur les anciens inventaires, conservés ou non, voir mon introduction à L’inventaire du palais et de (...)
  • 2 L’inventaire de 1566 a été publié par Philippe Sénéchal, Le premier inventaire des antiques du pala (...)
  • 3 Robertson, p. 299-299, no 48 de ses documents.
  • 4 Robertson, p. 315-316, no 139.

1La connaissance des collections Farnèse à la Renaissance est limitée par les lacunes de la documentation. Les premiers inventaires généraux qui soient conservés ne datent que du milieu du xviie siècle1, en un temps où déjà leur disposition avait été altérée, leur contenu même, amoindri. Le xvie siècle nous a seulement laissé des inventaires particuliers des sculptures, de 1566 et 1568, déjà bien connus2, et d’autres des menus objets d’art pour lesquels fut fabriqué en 1578 le grand cabinet de noyer ou studiolo conservé aujourd’hui au Musée national de la Renaissance à Écouen, qui le sont moins. Le plus ancien, qui date de 1566, a fait l’objet d’une édition imparfaite, dépourvue de numérotation et donc d’index, ce qui la rend peu utile3. Le suivant, qu’on dira de 1588 puisqu’il fut arrêté à cette date, n’a été publié que pour une petite partie et avec les mêmes défauts4. Il m’est donc apparu nécessaire d’en donner une nouvelle édition plus exacte et plus pratique, en dotant chacun d’une numérotation qui permette d’établir les instruments nécessaires à la recherche, c’est-à-dire des index et une table de concordance. Mais avant d’en commenter l’intérêt, il convient d’abord de dire un mot des deux documents et du parti éditorial qui a été ici adopté.

  • 5 Riebesell, p. 135-137.
  • 6 Il s’agit d’une fleur de lis dans un cercle, filigrane trop banal pour permettre une identification (...)

2Ces inventaires, à l’origine indépendants, ont été reliés, dans l’ordre où ils devaient jadis se trouver empilés, c’est-à-dire le plus récent en tête, en un volume qui constitue aujourd’hui le registre 1853/II, fasc. VII, de l’Archivio Farnesiano de Naples, qu’un archiviste a intitulé sommairement sur la page de garde «Inventario [c’est le pluriel qui s’imposerait] delle medaglie lassate dall’Ill.mi et R.mi cardinali Farnesi S. Angelo et Alessandro nelli (sic) studio et suoi cassettini». Le plus ancien donc, intitulé «Inventario de le medaglie et altre antichità di Monsignore Ill.mo Padrone fatto in Caprarola a 28 di luglio 1[566]», en occupe les folios 81 à 84 verso. Il passait pour avoir été rédigé par Annibale Caro, secrétaire du cardinal Alessandro, mais Christina Riebesell a fait justice de cette tradition en faisant observer qu’à cette date, Caro n’était plus à son service et que le document n’était pas de sa main5. Elle a observé aussi que la collection, alors conservée à Caprarola, devait être en instance de transfert à Rome et au palais Farnèse, lequel se trouvait à la disposition du cardinal Alessandro depuis la mort de son frère, le cardinal Ranuccio, en octobre de l’année précédente; ainsi le document refléterait l’état de la collection telle que l’avait en effet laissée Annibale Caro; plus que sommaire en ce qui concerne le médaillier, il serait un inventaire de prise en charge, sans aucune prétention à la description savante – mais à vrai dire, c’est le cas de tous les inventaires anciens. Elle a donc supposé qu’il aurait été rédigé par le nouveau responsable, Fulvio Orsini, dont on sait qu’il se trouvait à Caprarola au cours de cet été 1566. Le fait que le papier porte le même filigrane6qu’un brouillon d’Orsini annexé à l’inventaire suivant, comme on verra, semble venir à l’appui de cette interprétation. Elle se heurte pourtant à ce qu’on pourrait appeler une naïveté de l’auteur, qui, comme on verra, n’a pas reconnu dans un camée le sujet du Taureau Farnese, ce qui paraît impossible de la part d’un savant comme Orsini. Mais peut-être faut-il y voir seulement un effet de la hâte avec laquelle il aurait rédigé cet inventaire, en reprenant suivant l’usage les données d’une liste précédente sans en vérifier la pertinence sur les œuvres mêmes et en se satisfaisant souvent de dénombrements. Inutilisable pour l’étude des monnaies pour cette dernière raison, le document décrit les gemmes et les bronzes par articles sommaires, mais assez précis parfois pour permettre des identifications. Au vu de sa brièveté, j’ai choisi d’en donner la publication intégrale.

  • 7 J’ai révélé ce dessin en même temps que le studiolo (alors conservé dans les réserves du château de (...)
  • 8 Cette première insertion d’objets, qui représente les no 1 à 271 de la présente édition, a échappé (...)
  • 9 Sont restés blancs les fol. 3 verso-4, 15-19, 29 bis, 31 verso (où le titre cassettino E est resté (...)
  • 10 Voir la reproduction de la première page dans Riebesell, p. 306, fig. 103.
  • 11 Les filigranes semblent le confirmer : on trouve couramment, sur vingt-quatre feuillets (page de ti (...)
  • 12 Voir la reproduction du folio 76 dans Riebesell, p. 306, fig. 104.
  • 13 Voir ci-dessus note 6. Ils ne peuvent pourtant dater aussi de 1566, puisqu’ils mentionnent des dess (...)
  • 14 «Secundo l’ordine datomi da V. S. Ill.ma ho riveduto diligentemente tutti li cassettini delle medag (...)
  • 15 Pour une vue générale de la documentation concernant les médailles, voir R. Cantilena et E. Pozzi, (...)

3L’inventaire suivant, placé en tête du registre, est un document plus complexe. Il présente comme en frontispice un dessin de studiolo qui diffère de celui d’Écouen par les licornes du piétement et par l’absence des avant-corps de colonnes en façade, mais qui doit en avoir été le premier projet et qui aurait été inséré ici pour servir à la compréhension de ses divisions en tiroirs et compartiments7. Comme annoncé, il commence par recenser les médailles, c’est-à-dire les monnaies antiques, du fol. 1 verso jusqu’au fol. 29 verso, mais il enchaîne au fol. 30 sur des objets, interrompus par deux pages blanches (fol. 31 verso-32) et poursuivis ensuite du fol. 32 verso au fol. 368; il reprend ensuite la description des médailles (fol. 36 verso-75 bis verso), puis revient sur deux pages (fol. 75 ter) à des objets auxquels s’ajoutent des manuscrits de Pirro Ligorio. La composition est donc discontinue, et le parti en était délibéré, car la rédaction est régulièrement interrompue par des pages blanches qui semblent avoir été ménagées en prévision d’insertions éventuelles9. L’écriture en est généralement soignée, jalonnée de titres en capitales10, mais deux passages (fol. 11-14 et 39-47) sont rédigés en écriture cursive, comme s’ils n’étaient que des brouillons qu’on aurait insérés dans l’inventaire sans prendre la peine de les mettre au net11. En dépit de sa présentation initiale, le document possède donc un caractère assez empirique. Celui-ci se confirme avec un supplément rédigé en écriture cursive12qui décrit successivement des manuscrits et dessins (fol. 76), des objets (fol. 77), des médailles encore (fol. 77 verso-78), enfin, d’une autre écriture (fol. 78 verso), des manuscrits de Ligorio à nouveau et quelques objets qui semblent figurer déjà presque tous dans le dernier cassettino décrit à la fin de la première section (fol. 75 ter). Le fait que le fol. 78 porte le même filigrane que l’inventaire de 156613confirme que ces feuillets sont d’une autre origine. Leur présence et leur contenu s’expliquent en fait par ce que nous savons de la rédaction de l’inventaire : Christina Riebesell en effet l’a judicieusement mis en relation avec une lettre de Fulvio Orsini du 18 août 1588 dans laquelle il annonçait au cardinal Alessandro qu’il avait soigneusement revu le contenu des tiroirs du cabinet, les avait fait sceller et lui en envoyait l’inventaire original, en partie recopié de sa main, le reste étant son propre brouillon, encore à mettre au net14. Il est évident que c’est bien cet inventaire qui nous est conservé, reconnaissable à son caractère provisoire et à la présence de ce brouillon final qu’Orsini, comme lassé de recopier les articles qui s’y trouvaient décrits, avait délibérément annexé à son travail au mépris de certaines répétitions. On peut imaginer qu’il en avait entrepris la rédaction lorsque la collection fut installée dans le studiolo achevé en 1579, mais il faut lui assigner la date de 1588 comme celle où il fut officiellement arrêté par son auteur. Même s’il se répète à la fin, il serait malséant de reprocher à un inventaire d’être trop riche de données. Tout au contraire, c’est sa concision qu’il faut déplorer, en particulier dans le domaine des monnaies. Curieusement en effet, au mépris de la passion qu’il éprouvait pour les médailles, Fulvio Orsini s’est contenté de dresser un état numérique de chaque tiroir ou tablette, sans détailler les pièces. Ainsi son inventaire en ce qui les concerne ne peut servir tout au plus qu’à un propos statistique et est inutilisable pour l’identification des types, au grand dam des numis mates15. Aussi imparfait qu’il soit, l’inventaire de 1644 que j’ai déjà publié est infiniment plus riche de données et reste le premier instrument utile pour la connaissance de la collection numismatique. J’ai donc par force renoncé à publier les passages de l’inventaire de 1588 qui concernent les monnaies. J’en ai limité l’édition aux articles concernant les objets d’art, que j’ai tous numérotés à partir du premier, qui apparaît au fol. 30, et en sautant par dessus les fol. 36 verso-75 bis verso pour continuer la même numérotation du fol. 75 ter au 84 verso. La publication n’est donc pas un reflet exact du document mais en fournit, à mon sens, la partie utile.

  • 16 En témoigne la lettre que lui écrivait l’antiquaire Girolamo Garimberto le 9 août 1566 dans laquell (...)
  • 17 Il existe une Cléopâtre en or à Munich, mais on ne connaît le Cicéron, au mieux, qu’en argent, à Mu (...)
  • 18 Arti decorative, p. 88, no 2-103 (inv. 10615), repr. en couleurs p. 47, ici reproduit, et no 2-104 (...)

4L’inventaire de 1566 (ci-dessous, appendice I) entend nous donner le contenu de la collection du cardinal Alessandro telle qu’elle était alors conservée à Caprarola. Rien ne nous dit qu’il y avait réuni tous les objets rares qu’il possédait, il est probable qu’il en conservait aussi dans un cabinet de son palais de Rome, qui était encore la Chancellerie à cette date16, mais le nombre et la qualité des pièces décrites, qui représentent une belle part de la collection définitive si l’on se rapporte aux inventaires ultérieurs, incitent à penser que l’essentiel se trouvait bien à Caprarola. En dehors des médailles, les objets d’art appartenaient à deux grandes catégories : les gemmes d’une part, c’est-à-dire les camées et les intailles, outre quelques objets de pierre dure, et les bronzes d’autre part, statuettes ou objets réputés antiques. Le document a l’originalité de décrire déjà certaines pièces qu’on ne distingue pas dans l’inventaire de 1588 mais qui se retrouveront dans celui de 1644, comme quelques monnaies antiques (n° 1-6 = n° 5971, 6299, 5670, 5654, 5656, 5497 ou autre en 1644), des cuillers de pierre dure (n° 23 et 24 = n° 59 et 60 en 1644), une tête de Vénus avec l’Amour en calcédoine (n° 51 = n° 5293) ou encore un anneau avec une pierre gravée d’une Louve romaine (n° 82 = n° 5258). Plus intéressantes encore sont les mentions d’ouvrages qui n’apparaissent plus ni en 1588 ni en 1644, soit qu’ils soient sortis précocement de la collection, soit plutôt qu’ils aient échappé à l’attention des responsables ultérieurs. Ainsi deux médailles d’or imitées de l’antique qui sont nommément désignées comme des ouvrages de Valerio Belli (n°10) et qu’on peut facilement évoquer par des spécimens conservés17; une tête de Socrate en aigue-marine (n°28), une autre de Méduse en prime d’émeraude (n° 35), une tête de Soleil en aigue-marine avec une tortue au revers (n° 47), une autre de Mars casqué en calcédoine (n° 50), quatre autres reliefs en aiguemarine encore (n° 52-54 et 57), toutes pièces décrites assez précisément par le matériau et par le sujet pour qu’on puisse espérer les identifier un jour. Il peut arriver aussi qu’un article corresponde à un objet connu dans les collections napolitaines qu’il est tentant de reconnaître même si des inventaires intermédiaires n’en apportent pas la confirmation : c’est ainsi que la mention d’une statuette de bronze décrite comme «una figura nuda in attitudine di sonare» (n° 126) a de bonnes chances de désigner un Faune jouant de la flûte double créé au xve siècle, connu dans les collections médicéennes comme «l’ignudo della paura», dont le musée de Capodimonte conserve deux exemplaires (fig. 1)18.

Fig. 1 – Faune jouant de la flûte double, bronze. Naples, Capodimonte.

  • 19 Inv. 25941, Gemme Farnese, no 64.
  • 20 O. Neverov, Antique Cameos in the Hermitage Collection, Leningrad, 1971, no 33, inv. K 251, repr. ( (...)
  • 21 C’est une expression courante, par exemple, chez Gaspare Celio (Memorie delli nomi dell’artefici de (...)
  • 22 Inv. 10590, Arti decorative, no 2-23.
  • 23 Inv. 5050 (ancien numéro peint 327, et restes d’une ancienne étiquette du musée de Portici), inédit (...)

5Un autre mérite de ce document est de donner parfois des descriptions plus précises que les suivants, qui permettent éventuellement une identification. Trois reliefs de verre qui sont sommairement mentionnés en 1588 (n° 219) sont ici (n° 32-34) désignés par leur sujet, de sorte qu’il est déjà possible de reconnaître l’Harpocrate (n° 32) dans une pièce du Musée national de Naples19(fig. 2). La mention de «un cameo con due figurine et un cavallo» (n° 65), qui sera confirmée en 1588 (n° 139), éclaire singulièrement celle de l’inventaire de 1644, «un cameo biancho con fondo nero con un cavallo e due figurine di basso rilievo in vasetto nero», qui m’avait fait croire à deux ouvrages distincts (n° 5251 et 5252) : la conjonction de ces données invite à en rechercher un seul qui serait le fragment d’un vase de sardoine décoré en relief de ce sujet. Un autre camée est décrit comme «un Amorino che tiene in mano una maschera» (n° 69), précision qui permet d’éliminer les représentations de l’Amour masqué; mais il faut sans doute le reconnaître en 1644 (n° 5206) dans un «Amorino con una maschera rotta (sic)», autre précision qui oblige à éliminer aussi celui du Musée de l’Ermitage qui montre bien l’Amour tenant un masque à la main mais qui est parfaitement intact20, car c’est souvent de la confrontation de plusieurs inventaires que peut se dégager une certitude. Le n° 84 décrit un anneau d’or enrichi d’une intaille en prime d’émeraude qu’on peut ensuite reconnaître en 1588 (n° 148) et en 1644 (n° 5256), mais il a le mérite d’en donner le sujet, «Pallade», ce qui devrait permettre de l’identifier un jour. Le saphir d’un anneau d’or mentionné en 1588 (n° 146) semble être celui décrit en 1566 comme «un Salvatore col petto in zaffiro, antico moderno» (n° 87) – jugement d’autant plus intéressant qu’il est le seul de tout le document et qu’il reprend une formule usuelle chez les amateurs de peinture pour désigner un ouvrage ancien, c’est-à-dire antérieur à la Renaissance, mais non antique21. La «lucerna tenuta da una sphinge» (n° 97) désigne assez clairement un bronze de modèle padouan pour lequel on peut hésiter entre deux mentions de l’inventaire de 1588 (n° 66 ou 265?), qu’on retrouvera en 1644 (n° 5327) et qu’on identifie aisément dans les collections de Capodimonte22(fig. 3). Plus utile encore est la précision donnée pour le bronze n° 121, «un Giove a sedere col fulmine», qu’on dit seulement assis en 1588 (n° 79) et en 1644 (n° 5424), car la mention du foudre vient à l’appui de l’identification que j’avais déjà envisagée avec une statuette du Musée national de Naples23.

Fig. 2 – Harpocrate, verre. Naples, Musée national

Fig. 3 – Lampe en forme de sphynge, bronze. Naples, Capodimonte.

  • 24 Plutôt qu’une statuette (inv. 7505) portant une patine verte de fouille, j’envisagerais volontiers (...)
  • 25 Elle est reproduite dans Real Museo Borbonico, XIII, 1843, pl. LV à droite, avec une notice signée (...)
  • 26 Inv. 10662, Arti decorative, p. 89, no 2-107, repr.
  • 27 Naples, Bibl. Naz., ms XIII-B-3, fol. 120, cité par Anna Schreurs, Antikenbild und Kunstanschauunge (...)
  • 28 R. Lanciani, Storia degli scavi di Roma, Rome, 1902-1913, II, p. 162-163, qui dit l’acquisition fai (...)

6Enfin il est précieux de trouver dans la collection dès 1566 nombre de pièces d’une qualité notable, même si elles figurent ensuite dans des inventaires postérieurs. Il faut d’ores et déjà souligner sa richesse en bronzes, même si leur identification est toujours difficile, puisque vingt-quatre statuettes sont décrites. Outre les pièces déjà citées, relevons deux figures de «Sacerdote con la patera et la testa velata» (n° 104 et 114), qu’on retrouvera en 1588 (n° 34 et 275) et qui sont probablement conservées parmi plusieurs statuettes de ce sujet au Musée national24. Un Mercure portant la bourse et le caducée (n° 102), qu’on retrouve aussi en 1588 (n° 280), doit s’être conservé dans le même musée, car une statuette correspondant à cette description – au vrai fort courante – a été publiée dans le Museo Borbonico (fig. 4) sans qu’on la dise provenir de Pompei ni d’Herculanum, ce qui implique qu’elle devait appartenir au fonds Farnèse25. L’inventaire cite en outre «un Hercole piccolo nudo» (n° 101), une mention apparemment banale mais dont il faut retenir le moindre mot – petit, nu – et les données négatives, c’est-à-dire qu’il ne portait probablement ni la massue ni la leontè. Le musée de Capodimonte conserve une statuette d’Hercule mingens, haute de 6 cm26 (fig. 5), qui pourrait répondre à cette description. Or Pirro Ligorio a mentionné dans ses écrits la représentation en bronze de «Hercole urinante in piedi... come in quella picciola imagine si vide nelle belle cose antiche che sono del signor Alexandro Corvino...»27. On sait que le cardinal Ranuccio avait acquis la collection de ce Corvino en 156228, de sorte qu’il faut s’attendre à trouver cette statuette dans le studiolo – où le seul autre Hercule mentionné (n° 112) ne peut convenir puisqu’il est dit porter «la pelle di leone in testa». Comme l’inventaire de 1588 mentionne à son tour «un Hercole ebrio di bronzo» (n° 63), ce qui peut être une manière pudique d’évoquer son attitude, je n’hésite pas à reconnaître la statuette de Capodimonte dans ces trois mentions. Les autres sujets cités dans les bronzes, Jupiter ou Vénus par exemple, sont malheureusement trop répandus pour qu’il soit possible de tenter une identification sans autre précision. Le goût de l’antique ne se limitait pas aux statuettes de bronze : le studiolo contenait aussi des objets ordinaires, simples vestiges, comme une clef (n° 128) ou un sceau gravé d’un nom (n° 96), et les «due lucerne in un piede di bronzo» (n° 127) n’étaient probablement que des lampes de terre cuite suspendues à un pied de bronze (probablement moderne), comme le suggère la mention en 1644 de «due piedi di lucerna di bronzo in forma di zampa con una lucerna di terra» (n° 5340).

Fig. 4 – Mercure, d’après le Museo Borbonico, 1843.

Fig. 5 – Hercule, bronze. Naples, Capodimonte.

  • 29 Inv. 27548, Gemme Farnese, p. 148, no 476, repr. p. 42, fig. 50.
  • 30 Neverov, op. cit. note 20, no 70, repr. (inv. K 361, h. 5,5 cm); il fut dessiné par Peiresc (mort e (...)
  • 31 H. P. Bühler, Antike Gefässe aus Edelsteinen, Mayence, 1973, no 67, 68, 72, 74.
  • 32 Antikenmuseum Berlin. Die ausgestellte Werke, Berlin, 1988, p. 373, no 2.

7La recherche des gemmes donne plus de satisfactions, car elle révèle des pièces particulièrement importantes. On y trouve notamment plusieurs figures de ronde bosse, comme un buste de Jupiter en calcédoine (n° 36) qui fut encore inventorié en 1588 (n° 205) et en 1644 (n° 5289) et qui devrait se retrouver un jour, et un aigle aussi (n° 37, puis 217 en 1588, 5303 en 1644) qui est une pièce maîtresse de la collection de Naples29(fig. 6). Plus rare encore devait être l’objet décrit sous le n° 71 comme «un vasetto d’agatha lavorato tutto intorno di figure di mezzo relevo», qui sera plus sommairement décrit en 1588 comme «un lacrimatore in forma di vaso figurato d’agatha» (n° 97) et dit en 1644 «instoriato di diverse instorie» (n° 5194) : on devine un amphoriskos, petit vase à parfum décoré tout autour de figures de relief, un type si rare et si précieux qu’on serait tenté d’y reconnaître le plus parfait des quelques exemplaires connus, celui de l’Ermitage, couvert de figures illustrant le pouvoir de l’amour, si l’on ne savait que celui-ci se trouvait en France dès la première moitié du xviie siècle30; curieusement, aucun autre ne semble pouvoir répondre à ces mentions, car si l’on en juge par le recensement de Bühler31, des quatre candidats possibles, celui de Brunswick doit être exclu puisqu’il se trouvait dans la collection Gonzague, les deux de Vienne aussi puisque l’un est seulement décoré de deux bustes et de monstres marins, l’autre d’une cyste mystique d’un seul côté (ce qui ne constitue jamais une «histoire»), celui de Berlin enfin, qui est vraiment couvert de figures illustrant une scène de lustratio, a le pied et le col cassés, ce qui aurait été mentionné dans les inventaires, et il proviendrait d’un monastère de la région de Münster32. On a peine à croire qu’un ouvrage aussi précieux puisse avoir disparu sans laisser d’autre trace ou qu’il n’ait été qu’une imitation moderne, il reste donc à espérer qu’il attend encore dans l’ombre d’être redécouvert.

Fig. 6 – Aigle de calcédoine. Naples, Musée national.

  • 33 Inv. 25979, Gemme Farnese, p. 139, no 10, repr. p. 50-51, fig. 67 et 68.
  • 34 Inv. 25897, Pannuti, no 186 (qui le dit encore de provenance inconnue); Gemme Farnese, p. 143, no 1 (...)
  • 35 Inv. 25943, Gemme Farnese, p. 144, no 203, repr. p. 46, fig. 61.
  • 36 Inv. 25913, Gemme Farnese, p. 144, no 202, repr. p. 120, fig. 179.
  • 37 Inv. 26843 ou 26807, Gemme Farnese, p. 147, no 402 et 403 (mais non le no 401 s’il s’agit de la têt (...)
  • 38 Inv. 26800, Gemme Farnese, p. 147, n° 404, repr. p. 54, fig. 70-71.
  • 39 Inv. 27005, Pannuti, II, p. 344, no 307, repr. p. 345, où elle est supposée provenir d’Orsini.

8Les camées déjà constituaient manifestement un point fort de la collection. L’inventaire de 1566 cite assez maladroitement, «au revers» d’une tablette, une tête d’Antonin en calcédoine (n° 60), une mention qui devient seulement compréhensible à la lecture de celui de 1588, qui décrit «una tavoletta d’argento con cinque camei et dietro un Antonino intagliato in calcedonio» (n° 198) et mieux encore de celui de 1644, «una figura di Galatea, nel riverso della Galatea un intaglio d’Antonino» (n° 5280). On comprend que cette tête gravée au revers d’un camée était seulement visible en retournant toute la tablette, et on reconnaît alors une des belles pièces de la collection de Naples, le camée gravé d’une Néréide sur un cheval marin au revers duquel est entaillée la tête d’Antonin, qui a appartenu au xve siècle au pape Paul II33(fig. 7 et 8). Tout aussi objectivement, le document décrit «un cameo con l’Hercole che tiene il toro per il corno... fragmentato» (n° 63), dans lequel on doit identifier un camée mutilé conservé à Naples qui montre un homme saisissant la tête d’un taureau contre lequel une main retient un buste de femme, c’est-à-dire un Supplice de Dircé, variante du Taureau Farnèse34(fig. 9); il est surprenant qu’un tel sujet ait échappé au rédacteur, alors qu’il fut reconnu en 1588 (n° 115) puis en 1644 (n° 5202), et c’est une des raisons qui me font douter que l’inventaire de 1566 ait pu être l’œuvre de Fulvio Orsini. Le camée du Char de Cybèle35(fig. 10), mentionné en 1588 (n° 178) et en 1644 (n° 5240), figure déjà, lui aussi, dans l’inventaire de 1566 (n° 67). Celui qui est joliment décrit comme «un Satiro che scherza con una nimpha» (n° 68) et se dissimule peut-être dans une mention mutilée de l’inventaire de 1588 (n° 116) est probablement le camée de Naples représentant une femme assise qui semble repousser en riant les avances d’un satyre qu’elle tient par la barbe36(fig. 11). «La testa d’un Moro» (n° 75), réinventoriée en 1588 (n° 161) sans qu’on y mentionne un revers, pourrait être un des deux camées de Naples décorés de ce sujet37. Mais il est tentant de la retrouver dans celui qui est décrit en 1644 comme comportant aussi «un’altra testa di Mora di roverso» (n° 7189), auquel cas il s’agit d’un autre exemplaire ainsi gravé sur ses deux faces38(fig. 12). Outre ces beaux ouvrages de la glyptique antique, il se trouvait au moins une pièce d’intérêt purement archéologique, cette amulette d’agate (n° 66) gravée d’une inscription grecque, EYTYXI / EYCTORΓI, qui a été relevée presque exactement, ce qui permet de l’identifier au musée de Naples39(fig. 13).

Fig. 7 – Néréide, camée. Naples, Musée national.

Fig. 8 – Antonin, intaille au revers du camée précédent. Naples, Musée national.

Fig. 9 – Supplice de Dircé, camée. Naples, Musée national.

Fig. 10 – Char de Cybèle, camée. Naples, Musée national.

Fig. 11 – Ménade repoussant Pan, camée. Naples, Musée national.

Fig. 12 – Tête de nègre, camée. Naples, Musée national.

Fig. 13 – Amulette d’agate. Naples, Musée national.

  • 40 Le mot berettino, usuel en Italie du Nord, désigne un gris cendré, qui peut être légèrement bleuté. (...)
  • 41 Inv. 10110, Arti decorative, p. 206, no 6-146, repr.

9Ce serait pourtant une erreur de croire que le studiolo ne renfermait que des ouvrages antiques (ou réputés tels). L’esprit de collection ne pouvait ignorer la notion de curiosité, et on en trouve au moins deux exemples avérés. L’inventaire mentionne «due figure indiane in pietra berettina» (n° 131) qu’on est bien en peine de définir, d’autant moins qu’elles ne sont pas identifiables dans les inventaires ultérieurs qui auraient pu en préciser le sujet ou le matériau. Cette pierre grise40devait être inconnue puisqu’on n’a pas su la définir autrement que par sa couleur, et si le qualificatif d’indien n’est pas une garantie d’origine, il ne peut faire de doute qu’il s’agissait d’ouvrages exotiques. Une preuve plus sûre de ce goût pour l’exotisme est donnée par la mention d’une grenouille qui est dite alors de «pietra cotta» (n° 135), mais en 1588 de «pietra turchina» (n° 236), et qui a été identifiée dans les collections de Capodimonte41 : il s’agit en fait d’une statuette d’obsidienne, d’origine aztèque (fig. 14), qui nous rappelle que les americana firent très tôt leur entrée dans les cabinets de curiosités. La tortue qui l’accompagnait (n° 136), qui sera dite de «pietra bianca» en 1588 (n° 237), pouvait avoir la même origine.

10L’inventaire arrêté par Fulvio Orsini en 1588 (ci-dessous, appendice II) nous donne l’image d’une collection d’objets d’art sensiblement plus développée. J’ai donné au précédent 136 numéros, dont il faut encore soustraire 25 concernant des médailles, soit en fait 111 articles représentant 32 bronzes et le reste de gemmes; même si un seul article peut regrouper plusieurs pièces, le n° 59 allant jusqu’à réunir sept tablettes contenant 41 gemmes, leur nombre total peut être évalué à environ 150. Le nouvel inventaire a reçu 387 numéros, dont on peut retirer ceux du terzo vano final qui font double emploi, soit donc 364, et si l’on en retire sept articles de médailles, encore 357, qui représentent 9 livres reliés, 12 manuscrits de Ligorio, 19 articles de dessins ou peintures, 115 bronzes, le reste de gemmes, qu’on peut évaluer à près de 260 pièces. On voit que dans les vingt-deux années qui séparent les deux documents, les acquisitions avaient été nombreuses, et il n’y a pas lieu de s’en étonner quand on sait quel zèle Fulvio Orsini pouvait apporter à l’enrichissement des collections de son patron.

Fig. 14 – Grenouille aztèque d’obsidienne. Naples, Capodimonte.

  • 42 L’inventaire de cette collection a été édité par Pierre de Nolhac, Les collections d’antiquités de (...)
  • 43 Riebesell, p. 117.

11Ce rôle toutefois ne laisse pas de susciter quelque perplexité. Il s’avère en effet qu’un certain nombre d’œuvres et surtout de gemmes ici décrites se retrouvent comme identiques dans l’inventaire de la collection personnelle d’Orsini, léguée par lui en 1599 au cardinal Odoardo42 : il est vrai que des doubles sont toujours possibles lorsqu’il s’agit de sujets répandus comme la tête de Tibère (n° 105) ou de la Méduse (n° 181) et qu’Orsini a pu posséder un même type que son patron – il existe en effet à Naples deux exemplaires de «Philemone comico» (n° 157) –, mais le doute n’est plus permis lorsqu’on cite des sujets aussi particuliers que le taureau qui boit (n° 134) ou le combat des Horaces et des Curiaces (n° 135). Chr. Riebesell, qui avait déjà observé ces coïncidences troublantes, en a retiré le soupçon qu’Orsini, après la mort du cardinal Alessandro, aurait repris pour lui certaines pièces qu’il lui avait fait acheter43. L’idée est déplaisante, car elle met en cause la probité d’un savant que toutes les sources nous font connaître comme un honnête homme dans tous les sens du terme. Est-il possible de la sauver en imaginant que l’érudit à l’affût des occasions du marché et soucieux de ne les pas laisser filer faisait souvent les acquisitions pour son patron sur sa propre bourse, et que le cardinal aurait omis parfois de l’en rembourser, de sorte qu’Orsini sur le tard se serait considéré le légitime propriétaire de ces pièces qu’il avait à la fois découvertes et payées de ses deniers? C’est ce qu’on aimerait à croire. Au demeurant, le fait qu’il ait finalement légué toutes ses collections au cardinal Odoardo efface le caractère un peu troublant de son procédé.

  • 44 Inv. 10625, Arti decorative, p. 41, no 2-12, repr., h. 18 cm; l’inventaire de 1805 (cité ibidem) la (...)
  • 45 Naples, Bibl. Naz., ms XIII-B-7, fol. 26, repr. E. Mandowsky et Ch. Mitchell, Pirro Ligorio’s Roman (...)
  • 46 Inv. 10741 (ici reproduit) et 10740 pour le premier modèle; Arti decorative, p. 52, no 2-27, repr. (...)
  • 47 Inv. 5126, Ruesch, no 1604.
  • 48 Inv. 15516, h. 15 cm; elle n’a pas dû quitter les réserves, car elle ne figure pas dans le catalogu (...)
  • 49 Inv. 72202, Ruesch, p. 368, no 1619.
  • 50 Inv. 10548, h. 8,5 cm, Arti decorative, p. 56, no 2-41, repr. p. 57.
  • 51 Inv. 10739, h. 12,5 cm, Arti decorative, p. 95, no 2-121, non repr.
  • 52 Inv. 10531, h. 35 cm, Arti decorative, p. 72, no 2-78, repr. p. 278, et inv. 10566, cité dans la mê (...)
  • 53 Inv. 5119; Museo Borbonico, XIII, 1843, pl. LV à gauche, avec notice par Raffaele Liberatore; Ruesc (...)

12Si l’inventaire de 1588 révèle un accroissement notable des œuvres, leur identification reste difficile, en particulier dans le domaine des bronzes, faute des précisions nécessaires. Parmi les statuettes, on peut raisonnablement reconnaître la «figura coronata con la patera di bronzo» (n° 12) dans une fausse antique du musée de Capodimonte qui reste en effet difficile à désigner mais qui représente un homme nu et couronné qui élève de la main droite une patère en partie disparue aujourd’hui mais clairement mentionnée encore dans un inventaire de 1805 (fig. 15)44. Le sujet d’Harpocrate, représenté en trois exemplaires (n° 41, 42, 44), correspond à une typologie trop constante pour permettre d’en désigner un; l’un d’eux devait provenir de la collection Corvino et a été dessiné par Ligorio45, mais dans un groupe de six qui tous ont le doigt sur la bouche et portent une corne d’abondance sur l’épaule, et sans être parmi eux désigné, de sorte qu’il faudrait une autre donnée pour pouvoir le définir. Les deux chèvres citées (n° 56 et 57), s’il ne s’agit pas d’une répétition abusive, pourraient être deux exemplaires d’un modèle padouan très répandu, jadis attribué à Riccio, qui subsistent à Capodimonte (fig. 16), ou encore l’un d’eux et une statuette de la même collection, beaucoup plus rare, représentant une chèvre en train de se coucher46. L’Esculape (n° 65) ne peut être la statuette de ce sujet conservée au Musée national de Naples, laquelle proviendrait de Pompei selon Ruesch47, mais pourrait être celle que j’ai vue jadis dans les réserves de Capodimonte représentant le dieu penché en avant et accompagné d’un enfant48. Le Mithra cité sans autre précision formelle (n° 71) est peut-être la pièce du Musée national que Ruesch a décrite comme un support de lampe avec la représentation de Mithra et qui ne proviendrait ni de Pompei ni d’Herculanum49. La «Harpia» (n° 267) doit probablement se confondre avec la «arpia alata sopra un fogliame» décrite en 1644 (n° 5329), laquelle a déjà été reconnue comme un faux assez laid conservé à Capodimonte50. Il existe aussi dans le même musée une statuette de lion au revers aplati, montée sur une base en demi-lune, très médiocre51, qui pourrait être le lion cité sous le n° 270 – mais sa présence dans cette collection est le seul argument pour l’envisager plutôt qu’un autre modèle. L’inventaire comporte aussi deux figures similaires d’un «Gladiatore» (n° 281 et 282), sujet qui suggère un homme armé dans l’attitude du combattant; or le musée de Capodimonte conserve deux exemplaires d’un modèle de guerrier cuirassé et casqué, tenant l’épée et levant le bouclier de la main gauche52, qu’il serait tentant de rapprocher de ces mentions s’il ne s’agissait d’un modèle vénitien bien tardif, qu’on pourrait même croire du début du xviie siècle, et d’un style si étranger à l’antique qu’on a peine à croire qu’il ait pu figurer dans un studiolo, même en un temps où la critique d’authenticité était encore très laxiste. En revanche la mention d’une Pallas (n° 289), pour sommaire qu’elle soit, trouve une identification assez convaincante dans une statuette du Musée national que je ne connais que par la gravure publiée dans le Museo Borbonico (fig. 17) et qui ne provient ni de Pompei, ni d’Herculanum, ce qui est une bonne présomption en faveur d’une origine Farnèse53.

Fig. 15 – Figure couronnée tenant une patère, bronze. Naples, Capodimonte.

Fig. 16 – Bouc, bronze. Naples, Capodimonte

  • 54 Sur ce personnage illustre de la Renaissance (1470-1547), voir le Dizionario biografico degli Itali (...)
  • 55 «Siate contento di donarla a me, che la terrò carissima nel mio camerino tra il Giove et il Mercuri (...)
  • 56 Les notes de Michiel ont été éditées pour la première fois par Morelli, op. cit. note 55, p. 53 pou (...)
  • 57 Lettre à Flaminio Tomarozzo, de Rome, 23 août 1542 : «Io non posso più oltre portare il desiderio c (...)
  • 58 S. Eiche, On the dispersal of cardinal Bembo’s collections, dans Mitteilungen des Kunsthistorischen (...)
  • 59 P. de Nolhac, La bibliothèque de Fulvio Orsini, Paris, 1887 (Bibliothèque de l’École des hautes étu (...)
  • 60 «Un Mercurio nudo di metallo di un palmo con un cornu-copia senza un braccio» (inventaire cité note (...)
  • 61 Bernard de Montfaucon, L’antiquité expliquée..., Paris, 1719, I, p. 127 et suiv.

13Mais l’article qui pique particulièrement notre curiosité est ce «Mercure de bronze qui a été autrefois au cardinal Bembo» (n° 259), car une référence à un propriétaire non seulement est unique dans cet inventaire et exceptionnelle dans tous ceux de cette époque, mais encore elle évoque une personnalité fameuse dans le domaine des lettres et de la collection54 : elle laisse à croire aussi qu’il s’agissait d’une pièce renommée – à la fois par sa qualité et par cette provenance. Il y a donc tout lieu de penser qu’il s’agissait de cette statuette que Bembo tenait déjà dans son camerino à Padoue en 1516, date à laquelle il écrivait au cardinal Bibbiena pour essayer d’obtenir de lui sa Vénus de marbre, qu’il rêvait de placer «entre le Jupiter et le Mercure, son père et son frère»55 : les deux bronzes, avec une Diane en char, furent justement notés comme des pièces exceptionnelles par Marcantonio Michiel lorsqu’il visita la collection de Bembo à Padoue vers 1529-1530 : «Il Giove piccolo di bronzo che siede è opera anticha – Il Mercurio picolo in bronzo è opera anticha che senta sopra el monte cun la testudine a piede – La Luna picola di bronzo che stava sopra el carro è opera anticha»56. On devine que les deux figures d’homme assises se faisaient pendant sur une étagère du cabinet de l’écrivain, avec la Diane au milieu. Bembo était tellement attaché à ses chères collections d’antiques que lorsque sa nomination au cardinalat (1539) l’eut appelé à résider à Rome, il se languit tant d’elles qu’il finit par demander à un de ses familiers en 1542 de lui apporter à la première occasion le meilleur de ses médailles et ces trois statuettes57. Ainsi le Mercure avait dû parvenir à Rome, dans sa résidence du palais Baldassini, au cours de cette année 1542. Bembo y était mort en janvier 1547, laissant toutes ses collections à son fils Torquato sous la condition expresse de n’en rien pouvoir aliéner, mais celui-ci, en dépit de son intérêt pour l’antiquité, dut céder bientôt à l’appât du gain et aux pressions des amateurs qui devaient le solliciter, et il en écoula régulièrement des pièces tout au long de sa vie58. On sait à ce propos que Fulvio Orsini en 1574 avait négocié avec lui l’acquisition des deux manuscrits les plus précieux de la bibliothèque du cardinal, ceux de Térence et de Virgile, qu’il aurait obtenue par échange contre des marbres antiques59. Il n’est pas téméraire d’imaginer que la statuette de Mercure ait été acquise par la même occasion, peut-être pour faire l’appoint dans l’échange, sans être autrement nommée, car d’une valeur modeste au regard du prix des manuscrits. Elle semble toutefois avoir bientôt quitté la collection, car l’inventaire de 1644 ne mentionne qu’un Mercure qui, tout en tenant compagnie aux mêmes pièces que dans l’inventaire précédent, est décrit haut d’une palme (223 cm, ce qui est déjà trop élevé pour une figure assise), tenant une corne d’abondance et privé d’un bras, ce qui ne répond en rien à la description de Michiel60. Il faut croire qu’il avait continué à susciter la convoitise des amateurs et que l’un d’eux l’avait obtenu, soit de la générosité du cardinal Odoardo, soit par détournement frauduleux. La statuette n’est pas connue, mais elle devrait être identifiée un jour avec quelque probabilité, car elle appartenait à un type rare de Mercure assis sur un tertre, comme un berger, avec à ses pieds la tortue qui le désignait comme l’inventeur de la lyre (qu’il aurait le premier façonnée à partir d’une carapace de cet animal)61– sa figuration ordinaire, très répandue, le montre debout et tenant une bourse. Mais la statuette était-elle bien antique, comme le croyaient tous les amateurs de l’époque? À cette question encore insoluble, je peux seulement répondre que le type ne m’est pas connu parmi les bronzes de la Renaissance... Quant aux autres mentions de statuettes dans l’inventaire du studiolo, elles sont trop sommaires, s’agissant de sujets antiques assez répandus, pour qu’on puisse les reconnaître ou même en proposer un équivalent, de sorte qu’il est impossible de savoir quelle était chez le cardinal Farnèse la proportion d’antiques véritables et d’œuvres de la Renaissance – sincères ou frauduleuses, en tout cas inévitables en toute collection de ce temps.

Fig. 17 – Minerve, d’après le Museo Borbonico, 1843.

  • 62 Inv. 74390. Il ne peut s’agir de la statuette de truie portant une inscription (inv. 4905, Ruesch, (...)
  • 63 Cf. R. Lanciani, op. cit. note 28, qui publie l’étonnante déclaration faite par Corvino devant nota (...)
  • 64 B. de Montfaucon, op. cit. note 61, III, 1 [= vol. V], pl. 87, avec la mention «Sainte Geneviève».
  • 65 Inv. cité note 1, p. 69, no 1388.
  • 66 Recueil des marbres antiques qui se trouvent dans la galerie du roy de Pologne à Dresden, Dresde, 1 (...)
  • 67 Cf. K. Knoll Götter und Menschen. Antike Meisterwerke der Skulpturensammlung, Dresde, 2000, p. 70, (...)
  • 68 Lettre d’Anselmo Cellini au duc Ranuccio II du 29 août 1665, qui l’accuse de multiples fraudes, «da (...)
  • 69 Cette tradition a été reçue encore par D. Gasparotto, art. cit. note 30, p. 296, note 59.
  • 70 H. Hettner, Die Bildwerke der Kg. Antikensammlung zu Dresden, 4e éd., Dresde, 1881, p. 47, no 57; i (...)

14Il ne fait pourtant aucun doute que tous les bronzes réunis dans le studiolo prétendaient, comme les gemmes, à l’antiquité. En témoigne aussi la présence d’objets qui ne se réclamaient pas d’une qualité artistique mais seulement d’un intérêt archéologique, par exemple une patère (n° 2), un instrument non identifié (n° 3), ou encore des fragments, un pied (n° 7), une main (n° 8). Deux d’entre eux au moins peuvent être reconnus. Il y a des chances pour que le «porchetto» (n° 33) ne soit qu’un poids antique de cette forme conservé au Musée national62. Plus sûrement, le «congio di bronzo con lettere antiche» (n° 307) doit être cette mesure de capacité qui fut une pièce célèbre dès le xvie siècle depuis sa découverte à Todi : il était passé déjà par les mains d’un Cesi, d’Angelo Colocci, de l’évêque de Viterbe Fabio Vigili, puis d’Alessandro Corvino, qui en 1562 semble l’avoir remis indument au cardinal Ranuccio alors qu’il l’avait déjà cédé à Achille Maffei et qui dut finalement le lui reprendre pour le livrer à ce dernier, puisque Pighius en fit trois fois le dessin avec la référence à ce collectionneur; mais un cardinal Farnese – probablement Alessandro, puisque le conge n’est pas mentionné dans l’inventaire de 1566 – avait dû parvenir à l’acheter dans les année suivantes, car il fut cité sous son nom par Orsini d’abord, puis par Luca Peto en 1573 et régulièrement dès lors comme «le conge Farnèse»63. L’objet était si célèbre que l’illustration de Peto fut recopiée dans le Thesaurus de Grævius en 1699 (fig. 18) et qu’il fit même l’objet de reproductions en métal, car Peiresc en avait acquis une à Rome qui aboutit au cabinet de l’abbaye de Sainte-Geneviève et que Montfaucon a reproduite sur sa planche de «mesures du liquide»64. L’objet n’est pas précisément désigné dans l’inventaire de 1644 mais peut se dissimuler dans la mention un peu vague de «dui vasi di bronzo di misure antiche»65qui étaient alors conservés dans une armoire du garde-meuble et non plus dans le studiolo. Il dut pourtant quitter le palais Farnese par la suite, de façon assez obscure pour qu’on puisse la croire peu honnête. Il reparaît en effet inopinément en 1733 dans la publication du baron Leplat consacrée aux collections nouvellement formées par l’électeur de Saxe66, et les archives saxonnes ont seulement révélé qu’il aurait été procuré à Auguste II par un certain père Salerno, à une date indéterminée, puis transmis en 1721 par la Bibliothèque royale à l’Antikensammlung de Dresde67. Ce père Salerno ne m’est pas connu, mais il pourrait au mieux être un intermédiaire qui aurait profité d’un détournement de quelque garde indélicat comme ce Pisani que l’homme de confiance du duc de Parme dénonçait en 1665 pour avoir mis en gage des ouvrages d’argenterie dont il avait fait effacer les armes ducales68. L’objet est toujours conservé à Dresde (fig. 19), et la tradition qui le croit resté à Naples et voit un faux dans le conge de Dresde n’a pas de raison d’être69. Il faut donc prendre en considération l’existence dans le même musée de Dresde d’un sextarius qui passe pour être venu d’Italie en même temps que lui et provenir donc de la collection Farnèse70. L’objet, qui a été publié aussi par le baron Leplat (fig. 20) et qui, comme on voit, ne peut être défini que par sa capacité, pourrait être reconnu dans le simple «vaso di bronzo» proche du conge en 1588 (n° 312) et dans la «mesure antique» qui l’accompagnait dans l’inventaire de 1644.

Fig. 18 – Le conge Farnèse, d’après Grævius, 1699.

  • 71 Inv. 26222, Pannuti, II, no 205.
  • 72 Voir l’extrait de l’inventaire dressé à Ortona en 1586 cité par U. Pannuti, Formazione, incremento (...)
  • 73 «Inventario delle infrascritte gioie, ori et altro che erano in due forzieri della camera scura di (...)

15L’autre catégorie d’objets d’art du studiolo, les gemmes, s’était également accrue considérablement. Il est d’autant plus intéressant de constater qu’on n’y trouve pas de pièces issues de la collection Médicis par l’intermédiaire de Madame, bien que celle-ci fût morte en 1586. Seule une «Baccha in amethysto» (n° 130) qui est conservée au Musée national de Naples (fig. 21) pourrait être passée par la collection du Magnifique71, mais on sait que celle-ci fut dispersée en 1492 et la pierre a donc pu être acquise dans le commerce. En revanche on ne peut identifier dans l’inventaire de 1588 aucune des gemmes qui s’étaient trouvées à Ortona entre les mains de Madame et qui à sa mort (1586) étaient échues à son fils le duc de Parme Alessandro, en particulier ni le «sceau de Néron», ni la tazza Farnese, les deux pièces fameuses qui n’auraient pu rester inaperçues d’Orsini72. Au contraire on retrouve la tazza à Parme en 1632, mentionnée parmi des pièces qui furent transférées de la rocchetta dans la guardarobba ducale le 6 janvier73. J’incline donc à penser que les gemmes de Madame avaient été transférées directement – comme on devait s’y attendre – d’Ortona à Parma et qu’elles n’ont jamais fait partie des collections du palais de Rome. Les nouvelles richesses du studiolo doivent être portées aux mérites conjugués du cardinal Alessandro et de Fulvio Orsini.

Fig. 19 – Le conge Farnèse. Dresde, Skulpturensammlung.

Fig. 20 – Sextarius des collections de Saxe, d’après Leplat.

Fig. 21 – Bacchante, améthyste. Naples, Musée national.

  • 74 Inv. 25926, Pannuti, II, no 138, Gemme Farnese, no 63.
  • 75 Inv. 27382, Gemme Farnese, no 477, repr. p. 59, fig. 79; C. Gasparri en a traité dans le catalogue (...)
  • 76 Inv. 25862, Pannuti, II, no 69, Gemme Farnese, no 138, repr. p. 15, fig. 4. L’identification avec l (...)
  • 77 Pannuti, I, no 283-287, et p. 186, no 369 et 370, ces derniers «quasi certamente da Pompei». Ils me (...)
  • 78 Inv. 10200, l. 24 cm, Arti decorative, p. 179, no 6-75, repr. Il est creux, sans tête, comme s’il é (...)
  • 79 Inv. 27413, Gemme Farnese, no 475, repr. p. 59, fig. 80.
  • 80 Elle avait dû être acquise sur la recommandation d’Orsini, qui écrivait au cardinal Alessandro le 2 (...)

16Parmi elles se distinguent particulièrement les ouvrages de ronde-bosse, plus rares, dont certains peuvent être identifiés. La «testa di dea ægyptia» dont le matériau n’est pas précisé (n° 83) pourrait bien être la tête d’Isis en prime d’émeraude conservée à Naples (fig. 22) qui a déjà été rapprochée d’un article de la collection Orsini (n° 309)74. L’inventaire mentionne aussi deux Sérapis, l’un «col petto» (n° 149), donc en buste, mais de matériau non précisé, l’autre de calcédoine (n° 216), sans autre description. Le second a été identifié avec le «Giove col petto» mentionné en 1566 (n° 36) et reconnu dans le fameux buste du Musée national (fig. 23), une des plus belles pièces de la collection75. J’y vois pourtant deux difficultés : d’une part, le «Giove col petto» de 1566 me paraît plutôt se retrouver en 1588 dans le «Giove col petto di calcedonio» (n° 205); d’autre part il me semble que la seule précision apportée ordinairement dans le document est la mention du buste lorsqu’une tête en est dotée, de sorte que son absence implique qu’elle doit en être dépourvue. Le buste de Sérapis doit donc être plutôt reconnu dans le no 149 et considéré comme une acquisition postérieure à 1566. Quant au no 216, j’y verrais volontiers la tête de Sérapis sans cou du même musée (fig. 24)76, qui pourrait être aussi la «testa di Giove Capitolino di calcidonio senza collo» de l’inventaire de 1644 (n° 5302), car au vrai le modios en est peu visible, tandis que l’absence de cou est bien caractéristique. Le poisson de cristal pouvait être antique, et donc minuscule, puis qu’on en conserve plusieurs au musée de Naples qui proviendraient tous ou presque de Pompei77; mais on pourrait aussi le reconnaître dans une grande pièce moderne conservée à Capodimonte, montée sur un pied en forme de dauphin dressé qui semble apocryphe78. Le «termino di calcedonio» qui n’est pas dit doté d’un pied (n° 207, à la différence du n° 204) pourrait également se trouver au Musée national79. Enfin la «corona d’agata» (n° 360) ne pouvait être antique, mais la beauté du matériau lui valait d’être appréciée tout autant et d’être conservée avec les mêmes égards que les antiques, ce qui lui a probablement permis de survivre – sans les patenôtres d’or – parmi les nombreux exemplaires conservés à Capodimonte80.

Fig. 22 – Isis, prime d’émeraude. Naples, Musée national.

Fig. 23 – Buste de Sérapis, calcédoine. Naples, Musée national.

  • 81 Inv. K 330; cf. le catalogue de l’exposition Splendeurs des collections de Catherine II de Russie. (...)
  • 82 Cf. S. Reinach, Pierres gravées des collections Marlborough et d’Orléans..., Paris, 1895. Orsini da (...)
  • 83 Inv. 26813, 26853 et 26870, Gemme Farnese, no 247-249.
  • 84 Inv. 25875, Pannuti, II, no 83, repr., Gemme Farnese, no 140, ou inv. 25918, Gemme Farnese, no 141.
  • 85 Inv. 25876, Pannuti, II, no 202, Gemme Farnese, no 336, repr. p. 24, fig. 18. On sait que ces montu (...)
  • 86 Inv. 25861, Pannuti, II, no 180, Gemme Farnese, no 250, repr. p. 47, fig. 63.
  • 87 Inv. 25929 et 25937, Gemme Farnese, no 291 et 292.
  • 88 Cette identification est encore renforcée par la concordance des articles voisins dans les deux inv (...)
  • 89 Inv. 25953 et 25959, Gemme Farnese, no 116, repr. p. 92, fig. 122, et no 318, repr. p. 55, fig. 72.
  • 90 Inv. 27013, Pannuti, II, p. 343, no 304, repr., où il est dit de provenance inconnue.
  • 91 Selon mon collègue épigraphiste Laurent Dubois, que je remercie vivement de son aide amicale, le si (...)
  • 92 Elle est reproduite par Gori, Museum Florentinum. Gemmæ antiquæ..., Florence, 1731-1732, I, pl. I, (...)
  • 93 Inv. 26043, Pannuti, II, no 222, Gemme Farnese, no 371 (considéré dans les deux ouvrages comme repr (...)
  • 94 Inv. K 1241, publ. par Neverov, art. cit. note 81, p. 12, fig. 91, comme provenant d’Orsini, et à n (...)

17Quelques nouveaux camées doivent aussi être cités. La «testa de la Victoria» (n° 107) pourrait être le beau camée de la Renaissance (fig. 25) qui présente ce sujet en buste (mais aurait-elle été reconnue comme une Victoire si les ailes fixées au buste n’avaient pas été visibles?) conservé à l’Ermitage de Saint-Pétersbourg, où l’on sait que des originaux et des copies de la collection Farnèse sont parvenus81. Celui qu’on désignait sous le nom de Déjanire (n° 123) devait représenter une femme revêtue de la leontè d’Hercule, en fait une Omphale, mais les deux sujets étaient alors confondus82; on en peut citer trois exemplaires au musée de Naples, également valables83. Pour la «testa di Pallade» (n° 127), on peut hésiter entre deux camées du musée de Naples qui présentent un buste d’Athéna en agate84. L’Auguste (n° 141) qui faisait le milieu d’une tablette de camées «commessi», c’est-à-dire montés et complétés éventuellement en or, doit être le beau portrait de la même collection attribué à Dioscouridès ou à son entourage (fig. 26), dont le contour ondulé suggère qu’il dut jadis être ainsi monté85. La «donna che dorme» désignée comme un fragment (n° 126) se reconnaît sans hésitation dans un camée de Naples représentant Omphale endormie (fig. 27)86. Les deux «histrione» (n° 153 et 154) y sont apparemment conservés aussi87. Le camée décrit comme représentant «quattro cavalli» devait obligatoirement représenter un quadrige – dont probablement on n’aura pas su identifier le conducteur –, et il est tentant d’y voir celui, également monté en or, qui est dit «il carro di Fetonte» en 1644 (n° 5267)88mais qui ne se retrouve pas à Naples et reste à identifier. Le Philémon (n° 157) doit être l’un des deux exemplaires conservés à Naples – l’autre pouvant avoir été donné par Orsini89. Le camée à inscription grecque (n° 160) pose un problème déconcertant, car le nom d’Eusèbe qui y figure se trouve bien sur une amulette de Naples90, mais le début de l’inscription y est différent : on y lit en effet CΩRONI / EYCEBI / EN EIRHNH; en revanche le mot EYTYXI qui est mentionné devant celui d’Eusèbe se trouve sur un camée qu’on a déjà vu dans l’inventaire de 1566 (n° 73), où il est suivi du nom d’Eustorge et non d’Eusèbe. Il peut s’agir d’un lapsus d’Orsini sur deux patronymes qui ont le même début, auquel cas ce serait le même camée, mais je croirais volontiers qu’il a buté sur l’interprétation de la première ligne, qui doit être lue σωφρoνι91, et qu’il l’a remplacée par l’invocation EYTYXI, plus claire et attestée par le camée précédent; il s’agirait donc bien de l’amulette d’Eusèbe – mais celle d’Eustorge alors ne figurerait plus dans l’inventaire de 1588. Les intailles étaient moins nombreuses et restent plus difficiles à retrouver. La mention du portrait de Junius Brutus (n° 104) peut être rapprochée d’un exemplaire effectivement taillé dans un jaspe qui se trouvait au xviiie siècle dans la collection Médicis92. Le «Bruto vecchio, fragmento in amethysto» (n° 122), me paraît pouvoir être identifié dans une intaille du musée de Naples qui représente, dans ce matériau rare et mutilée, un inconnu barbu (fig. 28)93. Quant au «toro che beve» (n° 134) qui figure aussi dans l’inventaire de la collection personnelle d’Orsini, il doit être reconnu dans une corniole de l’Ermitage (fig. 29), où il est parvenu par l’intermédiaire de la collection d’Orléans94.

Fig. 24 – Tête de Sérapis, calcédoine. Naples, Musée national.

Fig. 25 – Victoire, camée. Saint-Pétersbourg, Ermitage.

Fig. 26 – Auguste, camée. Naples, Musée national.

Fig. 27 – Omphale (?) endormie, camée. Naples, Musée national.

  • 95 Cf. Riebesell, p. 131-133, dont toutes les identifications ne peuvent être retenues. Les «cinque qu (...)
  • 96 Denunzio, art. cit. note 68. Il figurait encore sur l’inventaire de 1653 cité note 95 (p. 54, no 71 (...)
  • 97 Le catalogue de cette bibliothèque (cité dans P. Ligorio, Libro dell’antica città di Tivoli... éd. (...)
  • 98 Mandowsky et Mitchell, op. cit. note 45, p. 35-36 et 133 134 : ce manuscrit (it. 1129) contient en (...)
  • 99 B. Neveu, «Regia fortuna» : le Palais Farnèse durant la seconde moitié du xviie siècle, dans Le Pal (...)

18Le dernier tiroir décrit confirme la vocation archéologique de la collection en incluant, à côté de monnaies en sachets et d’objets de bronze, une douzaine de manuscrits de Pirro Ligorio que le cardinal Alessandro lui avait achetés en 1567, dont dix se retrouvent à la Bibliothèque nationale de Naples95. Il y manque le traité qu’on disait consacré à Tivoli (n° 293), qui fut volé au milieu du xviie siècle : la lettre déjà citée écrite au duc Ranuccio II par son homme de confiance Anselmo Cellini le 29 août 1665 le cite précisément, à propos des détournements de Pisani, comme ayant été vu en circulation dans Rome96. Il aboutit finalement à Milan dans la Biblioteca Trivulziana, où il aurait été détruit lors de la seconde guerre mondiale97, mais reste connu par d’autres versions. Quant à celui qui est désigné comme le premier volume de ses Antiquités (n° 297), qui est parvenu à la Bibliothèque nationale de Paris, on sait qu’il a été rapporté de Rome par le cardinal d’Estrées98, lequel n’y avait pas été ambassadeur du roi, comme on l’a dit – sa qualité de prince de l’Église l’interdisait –, mais était frère du duc d’Estrées, ambassadeur de 1672 à 1687, et fut à ce titre logé comme lui au palais Farnèse jusqu’en 168799; il avait donc eu toutes facilités pour se le procurer.

Fig. 28 – Pseudo-Brutus (?), améthyste, et son empreinte. Naples, Musée national.

Fig. 29 – Taureau buvant. Saint-Pétersbourg, Ermitage.

  • 100 Cette médaille dorée de Louis XII et Anne de Bretagne est conservée à Capodimonte : Arti decorative(...)
  • 101 Il faut en effet reconnaître dans ce «Claudio» celui qui se présentait dans un acte du 30 janvier 1 (...)
  • 102 Sur ces derniers ouvrages, voir Riebesell, p. 120-131.
  • 103 Bibliothèque de l’Istituto d’Archeologia e Storia dell’Arte, ms 254. On doit cette belle identifica (...)
  • 104 R. Paribeni, La colonna Traiana in un codice del Rinascimento, dans Rivista del R. Istituto d’Arche (...)
  • 105 Je n’ai pu le retrouver dans le catalogue de sa collection (Description des objets d’art qui compos (...)
  • 106 Cf. mon article Copies d’antiques au palais Farnèse. Les fontes de Guglielmo della Porta, dans MEFR (...)
  • 107 Je suis frappé de retrouver parmi ses bronzes antiques neuf sujets mentionnés dans l’inventaire du (...)

19Le brouillon que Fulvio Orsini ajouta en complément à son inventaire a l’originalité d’y apporter des catégories nouvelles : manuscrits illustrés, dessins et enluminures. On constate ainsi l’intéressante évolution de la conception même du studiolo : un meuble qui avait été conçu au départ comme un médaillier avait reçu des gemmes, essentiellement des camées et des intailles, qui se conservaient en tablettes à plat et se consultaient comme les médailles, ce qui paraît assez naturel, et aussi des bronzes, statuettes et objets à conserver verticalement, ce qui l’était déjà moins, et même deux bronzes déjà reconnus comme modernes (n° 283 et 287) et des médailles contemporaines (n° 346100et 364), comme si le matériau suffisait à les assimiler aux antiques; le propos archéologique y avait ajouté les manuscrits de Ligorio et un recueil de dessins de la colonne Trajane (n° 313); la notion de texte précieux et de dessin y incluait finalement des manuscrits enluminés du Moyen Âge (n° 322 et 323), ceux de Giulio Clovio, des enluminures isolées du même et de son disciple Claudio Massarolo ou Massarelli (n° 335)101, des dessins de maîtres de la Renaissance comme Raphaël, le Corrège ou le Parmesan (n° 336)102. Le cabinet de médailles, puis d’antiques, était devenu comme une sorte de trésor de menus objets d’art, précieux par leur mérite et non par la matière ou la seule antiquité. Parmi les rares ouvrages de cette catégorie qui peuvent être identifiés, l’album de dessins de la colonne Trajane mérite un intérêt particulier. Il s’agit en effet d’un recueil de cinquante-et-un dessins sur vélin que sa description très précise dans un inventaire de 1626 a permis de reconnaître dans un manuscrit de la bibliothèque du Palazzo Venezia103; celle-ci dut l’acquérir peu avant 1929, date à laquelle R. Paribeni le fit connaître104, auprès d’un antiquaire français, et cette source n’a rien de surprenant puisqu’il porte une étiquette qui le dit provenir «du cabinet de Mr Denon», c’est-à-dire Vivant Denon105. On devine que le directeur du Louvre de Napoléon, qui envisagea un moment de saisir toute la collection Farnèse, était particulièrement bien placé pour en distraire quelque pièce, fût-ce même à son profit, et la preuve qui en est donnée par ce recueil vient renforcer encore l’hypothèse que j’ai naguère émise que le Spinario de sa collection était celui du palais Farnèse106. J’en arrive ainsi à penser qu’il avait pu acquérir aussi des bronzes du studiolo, mais désespère de pouvoir jamais le prouver, faute de mentions assez précises dans les inventaires Farnèse comme dans le catalogue de son cabinet107. Ces dessins en tout cas sont considérés comme la copie la plus fidèle qui nous reste du fameux relevé de la colonne exécuté par Jacopo Ripanda vers 1505 – le premier complet, effectué au mépris des risques de la suspension –, dont l’original a disparu, et il est certain qu’ils devaient être considérés dès le xvie siècle comme un document particulièrement précieux.

  • 108 Inv. 10809, Arti decorative, p. 159-161, no 5-18, repr.

20En dehors de ces nouveautés, le complément n’apporte que des types déjà connus, monnaies, objets de bronze ou de pierre dure. Le plus curieux est probablement ce «corpo d’anotomia d’avolio» (n° 352) dans lequel on peut reconnaître le Memento mori constitué par un corps de femme couchée, représenté à moitié vivant et à moitié décomposé, qui est conservé à Capodimonte108. Si l’on y ajoute les «undici pietre di diversi colori et grandezze contenenti virtù» (n° 354), qui devaient être des bezoars et autres minéraux réputés pour leur vertu magique, on comprend que le studiolo avait encore élargi son domaine en s’ouvrant aussi aux curiosités, qui étaient en passe de devenir une composante durable de tous les cabinets.

  • 109 Riebesell, p. 132-133, a supposé qu’il pourrait s’agir du manuscrit conservé à Oxford, mais A. Schr (...)

21Le contenu du dernier compartiment ou terzo vano (n° 365-387), comme j’ai dit, fait à peu près double emploi avec celui du dernier cassettino (n° 292-312). Il mentionne toutefois un traité de Ligorio de «piante di varii edificii antichi» (n° 371) qu’il est impossible de reconnaître dans le passage précédent et qui semble avoir disparu109. La concordance même entre les manuscrits de Ligorio dans les deux versions n’est pas évidente du fait de l’imprécision de titres comme «la religione» (n° 368) ou «la teologia antica» (n° 372) indiqués dans la seconde.

22On voit que ces deux inventaires sont riches d’enseignement sur la constitution et l’évolution de la collection réunie au xvie siècle dans le grand studiolo du cardinal Alessandro. En dépit de leur imprécision générale, de leurs lacunes, de leurs négligences, ils permettent de reconnaître bon nombre d’ouvrages conservés dans les musées de Naples, et je ne doute pas que leurs conservateurs ne parviennent à en identifier d’autres qui m’auront échappé ou à corriger mes propositions. Si enfin la preuve pouvait être établie que telle gemme y est introuvable, il conviendra de la rechercher dans d’autres musées où elle aurait pu aboutir, notamment en Angleterre et en Russie, ce que je me suis interdit de faire faute de certitude sur l’état des fonds à Naples. De telles découvertes justifieront s’il en était besoin la publication de ces documents qui sont restés trop longtemps méconnus, et je ne saurais imaginer de plus belle récompense à mon travail.

Haut de page

Annexe

Appendice

Un inventaire n’est pas un texte littéraire, il ne sert qu’à l’identification des œuvres et son édition doit répondre avant tout au besoin de commodité du chercheur. J’ai donc suivi dans celle-ci les principes adoptés déjà dans celle de L’inventaire du palais et des propriétés Farnèse en 1644 : les pièces décrites assez précisément pour être susceptibles d’une identification ont été dotées d’un numéro d’ordre qui fait défaut dans l’original (sauf dans un passage qui sera précisé en note) mais qui seul permet d’en donner la référence précise et en particulier de les indexer; elles ont été mises en évidence par un alinéa qui rompt la continuité des paragraphes du texte, dont les articles se trouvent ainsi déformés; la consultation y gagnera ce que la religion de la codicologie pourrait y avoir perdu.

I

1566, 28 juillet. – Inventaire du studiolo de Caprarola (Naples, Archivio di Stato, Archivio Farnesiano 1853 (II), fasc. VII, fol. 81-841; éd. fautive Robertson, 1992, p. 298-299, no 48).

Inventario de le medaglie et altre antichità di Monsignore Ill.mo Padrone fatto in Caprarola a 28 di luglio 1[566]2

Nel cassettino di velluto paonazzo con la lettera A sono

1. 24 medaglie di bronzo, cioè 18 medaglioni et sei medaglie grande che sono queste : Caracalla concirco,

2. Vitellio coll’Honor et Virtus,

3. Vitellio con Marte,

4. Nerone col porto,

5. Nerone con la decursione dell’huomo a piede, et

6. Antonino Pio col rovescio di Marco Aurelio.
     Nella cassetta grande coverta di corame intarsiato con la terrera B sono in tre carte in un cassettino

7. 14 medaglioni di bronzo.
    Nel mezzo della cassetta sono

8. medaglie greche 211 de’ quali 195 sono d’argento et 16 d’oro.
    Di più nella medesima cassetta sono

9. medaglie d’oro d’Imperatori continuati 135 et in un secreto de la cassetta in una carta è un medaglione d’oro del re Filippo, et in un’altra carta

10. sei monete d’oro et due medaglie d’oro di Cleopatra et Cicerone fatte da Valerio, et di più in un scatolino

11. 24 medaglie d’argento moderne con ritratti di papa Paolo et papa Julio et altri simili. (fol. 81)/
    Nel cassettino d’ebano con la lettera C sono

12. medaglie di bronzo grandi n° 59.
    Nel cassettino di noce con la lettera D sono

13. medaglie di bronzo 153 de’ quali 123 sono grandi et 30 mezzane.
    Nel cassettino piccolo fatto in forma di libro con la lettera E sono

14. 24 medaglie di bronzo de’ quali 13 sono grandi et 11 mezzane.
    Nel cassettino grande fatto in forma di libro con la lettera F sono

15. 48 medaglie di bronzo, 24 d’Imperatori posteriori et 24 d’altri Imperatori.
    Nel cassettino di corame rosso intarsiato con la lettera G sono

16. medaglie di bronzo mezzane n° 72.
    Nel cassettino di corame rosso a rosette con la lettera H sono

17. medaglie di bronzo 72 de’ quali 25 sono grandi et 47 mezzane.
    Nel cassettino di corame lionato con la lettera I Sono

18. medaglie di bronzo mezzane n° 48.
    Nel cassettino di noce con la lettera K sono

19. medaglie di bronzo 80 de’ quali 26 sono grandi et 54 mezzane. (fol. 81 verso)/
    In un scatolino simile di legno sono

20. più pezzi integri di cristallo di montagna et una figurina et

21. un anello coll’intaglio d’una Pallade pure di cristallo di montagna.
    In un scatolino simile sono

22. due cassettine d’agatha commisse d’argento et

23. quattro cucchiari di conchiglie et

24. una di crognola col manico di cristallo di montagna et

25. quattro vasetti3 d’agatha con l’orli d’argento.
    In un altro scatolino simile sono

26. un cucchiaro di calcedonio senza manico,

27. una testa di calcedonio coronata di lauro,

28. una testa di Socrate in aqua marina di mezzo rilevo,

29. una testa di Pane in agatha,

30. un vaso d’agata senza piede.
    In un altro scatolino simile sono

31. diversi fragmenti d’un bel vaso d’agatha,

32. un Harpocrate,

33. un Amore che dorme, et

34. un puttino in vetro di rilievo.
    In una scatola di legno maggiore sono varie cose antiche, cioè

35. una testa di Medusa in plasma,

36. una testa di Giove4 col petto in calcedonio,

37. un’aquila in calcedonio,

38. una testolina di Giove col petto in vetro turchino,

39. un Mercurio,

40. un elephante,

41. un leone di mistura negra,

42. due vasi d’agatha da profumo,

43. un deto5 di cristallo di montagna,

44. un pezzo di cristallo di montagna in forma di sceptro,

45. due figure egiptie in agatha et in calcedonio,

46. un elephante di pietra turchina, (fol. 82)/

47. una testa del Sole in aqua marina che di rovescio ha per coverta una testudine,

48. un termine di aqua marina,

49. una testa di Tito Imp. col petto in calcedonio,

50. una testa di Marte galeata in calcedonio,

51. una testa di Venere col petto et un Amorino in Calcedonio

52. una maschera in aqua marina,

53. una testa d’un puttino in aqua marina,

54. una testa di Giove in aqua marina,

55. una testolina di Donna in calcedonio,

56. una testa di leone in calcedonio,

57. un cane in aqua marina,

58. una base d’agatha, due di calcedonio et una di pietra negra con macchie roscie.
    In un cassettino di noce sono

59. sette tavole d’argento lavorate con camei diversi commessi in ciascuna tavola : nella prima tavola sono camei 20, nella seconda tavola sono camei 7, nella terza tavola sono camei 5, amethysti due et crognoli due, nella quarta tavola sono camei 5 et nel rovescio della tavola è

60. la testa d’Antonino Pio in calcedonio, nella quinta tavola sono camei 5, nella sesta tavola sono

61. camei 9 in diversi augelli et uno d’un animale, nella settima tavola sono camei 5. (fol. 82 verso)/

In un scatolino d’ebano è

62. in cameo fragmentato un Pane che scherza con due becchi.
    In un scatolino simile d’ebano è

63. un cameo con l’Hercole che tiene il toro per il corno e questo ancora è fragmentato.
    In un scatolino simile d’ebano è

64. una testa di Giove in cameo.
    In un scatolino simile è

65. un cameo con due figurine et un cavallo.
    In un scatolino simile d’ebano sono due camei piccoli in uno de’ quali è

66. una testa di Donna, e nell’altro

67. una Cibele nel carro de’ leoni.
    In un scatolino simile d’ebano è

68. un cameo con un Satiro che scherza con una nimpha6.
    In un scatolino di busso è

69. un cameo con un Amorino che tiene in mano una maschera.
    In un scatolino di noce è

70. un cameo con un’ aquila.
    In un scatolino d’argento è

71. un vasetto d’agatha lavorato tutto intorno di figure di mezzo relevo.
    In un scatolino d’ebano è

72. una crognola con la testa di Giove et

73. un’agatha con lettere greche Ɛυτυχι Ɛυσοργι (sic).
    In un scatolino d’argento sono

74. tre crognole, un plasma, un niccolò,

75. un cameo con la testa d’un Moro,

76. un vetro con una testa galeata,

77. un anello d’oro con una crognola dove è intagliata la testa di Marco Antonio7

78. un anello d’oro simile con una testa di Bacca8 coronate d’hedera in crognola,

79. un anello d’oro con una testa d’un putto in cameo,

80. un anello d’oro antico senza pietra, (fol. 83)/

81. un anello d’oro con una crognola intagliata,

82. un anello d’oro con una pietra turchina dove è intagliata la lupa con Romulo e Remo

83. un anello d’oro antico che ha ligato con una catena la statua d’Harpocrate9,

84. un anello d’oro con una plasma dove è intagliata Pallade,

85. un anello d’argento con un diaspro intagliato,

86. un anello d’aqua marina con l’intaglio d’una testa,

87. un scatolino di busso dove è un Salvatore col petto in zaffiro, antico moderno,

88. un occhio in cameo et

89. un’agatha intagliata,

90. un scatolino di busso dove è una fronde d’oro. (fol. 83 verso)/
    Nel cassettino ritondo di noce con la lettera L sono

91. medaglie piccole di bronzo n° 182.
    Nel cassettino di noce con la lettera M sono

92. medaglie n° 958, de’ quali sono 9 sestertii et 70 quinarii et 25 denarii et consulari 567 d’argento et d’oro sette et Imperatori d’argento continuati no 278 et

93. Legioni di Marco Antonio n° 8.
    In una scatola con la lettera N sono in nove carte

94. 215 medaglie d’argento consulari dupplicate, et in sei carte

95. 122 medaglie di bronzo di poco momento et

96. un sigillo di bronzo con lettere T. POMPEI AGRICVLAE.
    In un sacchetto sono

97. 1236 medaglie d’argento duplicate et una carta con 23 medaglie greche d’argento.
    In una cassetta sono le infrascritte statuette di bronzo, cioè

98. una Venere nuda integra,

99. una lucerna tenuta da una sphinge,

100. un vaso col manico e senza piede,

101. un Hercole piccolo nudo,

102. un Mercurio con la borsa et ‘l caduceo,

103. un Giove col fulmine,

104. un Sacerdote con la patera et la testa velata,

105. un’Iside col sistro in mano,

106. una testa di Pane con un corno,

107. un piede piccolo,

108. un vasetto piccolo,

109. una mano piccola, (fol. 84)/

110. una testa di putto alata,

111. una testolina10 galeata di Pallade,

112. un Hercole con la pelle di leone in testa,

113. una Venere nuda con un pomo in mano,

114. un Sacerdote velato con la patera in mano,

115. una testa d’un Sileno,

116. una figurina succinta con la patera in mano,

117. una testa di Giove col petto,

118. una Vittoria alata,

119. una figura di Giovine senza braccie,

120. una testolina di cavallo,

121. un Giove a sedere col fulmine,

122. una testa di Baccho coronato d’hedera,

123. un Sileno,

124. una figura del Sole vestita,

125. una figura senza braccie,

126. una figura nuda in attitudine di sonare col piede di noce,

127. due lucerne in11 un piede di bronzo,

128. una chiave antica,

129. una figurina sopra un animale di cattivo maestro,

130. un circulo di bronzo,

131. due figure indiane in pietra berettina12.
    In un scatolino di legno sono

132. molti pezzi di cristallo di montagna et due vasetti fragmentati senza il manico,

133. due conchiglie integre,

134. una figurina quasi integra di cristallo di montagna,

135. una ranocchia et

136. una testudine antichi di pietra cotta.

II

1588. – Inventaire du studiolo par Fulvio Orsini (Naples, Archivio di Stato, Archivio Farnesiano 1853 (II), fasc. VII, fol. 1-78).

[fol. 1-29 verso : medailles]

Nel vano C

1. Una testa di Cesare di basso rilievo di marmo.

2. Una patera di bronzo.

3. Un instrumento di bronzo.

4. Una testa di leone di bronzo.

5. Un fiore di bronzo.

6. Una testa con il fasciuo dietro di bronzo.

7. Un piede di bronzo.

8. Una mano di bronzo.

9. Un vasetto di bronzo.

10. Una testa di cane di bronzo.

11. Una testa con la celata di bronzo.

12. Una figura coronata con la patera di bronzo.

13. Un puttino in ginocchi di bronzo.

14. Una testa di bove coronata di bronzo.

15. Una lucerna col piede distaccato di bronzo.

16. Un anello grande, voto, di bronzo.

17. Una palla di bronzo.

18. Un Jove col fulmine di bronzo.

19. Un Prigione di bronzo.

20. Una mascarina di bronzo.

21. Un sceptro di bronzo.

22. Un Cupidetto di bronzo13.

23. Un manico con mascarino [et] testa di montone14 di bronzo.

24. Una statua di Venere di bronzo.

25. Una testa di Sileno con li corni di bronzo.

26. Una testa incognita di pietra negra.

27. Quattro quadrighe di bronzo con tre aurighi sù le rote.

28. Una testa di Marte galeata col petto di bronzo.

29. Un involto di otto disegni a mano di Raffaelle di Urbino, di Perino e del Parmigiano. (fol. 30)/

Cassettino D

Tavoletta I di sopra

30. Una testa di satyro di bronzo.

31. Una testa di Medusa di bronzo.

32. Un nanetto di bronzo.

33. Un porchetto di bronzo.

34. Un sacerdote velato con la patera di bronzo.

35. Una Medusa di bronzo.

36. Una testa di anatra di bronzo.

37. Una ranocchia di bronzo.

38. Un priapo di bronzo.

39. Un gripho di bronzo.

40. Un sorice di bronzo.

41. Un Harpocrate di bronzo.

42. Un dito di bronzo.

43. Una Venere di bronzo.

44. Un Harpocrate di bronzo.

45. Un Cupidine di bronzo.

46. Una mezza figura incognita.

47. Una testa di cavallo.

Tavoletta II di sopra

48. Una testa di Medusa di bronzo.

49. Un termino in forma di Priapo vestito di bronzo.

50. Un Cupidine di bronzo.

51. Una testa di Sileno di bronzo.

52. Una figura ægyptia di bronzo.

53. Una Venere di bronzo.

54. Un Marte di bronzo.

55. Un Anubis di bronzo

56. Una capra di bronzo. (fol. 30 verso)/

57. Una capra di bronzo15.

58. Un termino in forma di Priapo nudo di bronzo.

59. Un nanetto di bronzo.

60. Un Togato col volume in mano di bronzo.

61. Un Priapo vestito con fiori di bronzo.

62. Un Pane dio antico di bronzo.

63. Un Hercole ebrio di bronzo.

64. Una testa di Livia di bronzo.

Tavoletta III di sotto

65. Un Æsculapio di bronzo.

66. Una lucerna di bronzo.

67. Un Cupidine vestito di bronzo.

68. Una testa di Neptuno con pesci di bronzo.

69. Un Marte di bronzo.

70. Una testa di Sileno di bronzo.

71. Un Mithra dio persiano di bronzo.

72. Un satyro di bronzo.

73. Un Cupidine in forma di Harpocrate di bronzo.

74. Una testa di cavallo di bronzo.

75. Una Venere nuda di bronzo.

76. Una testa di Sarapide di bronzo. (fol. 31)/(fol. 31 verso et 32 vierges)

Vano F dietro l’arme del cardinale

77. Una testa di Mithra, dio de’ Persi, di bronzo.

78. Una testa di Ulpio, padre di Traiano imperatore, col petto e la toga pitta di bronzo.

79. Una statua di Jove sedente di bronzo.

80. Un termino con fogliami d’argento commesso con il suo posamento di bronzo.

Cassettino G sotto l’arme

Tavoletta prima

81. Una testa di Jove di smalto.

82. Un leone di smalto negro.

83. Una testa di dea ægyptia.

84. Un pomo di cristallo di monte.

85. Un cassettino di agathe commesse d’argento.

86. Una chiocciola di calcedonio.

87. Un vasetto di agatha.

88. Un pomo di cristallo di monte.

89. Un vasetto di calcedonio commesso d’argento.

90. Un altro vasetto simile commesso d’argento.

91. Un cassettino d’agathe commesse d’argento.

92. Un vasetto di calcedonio commesso d’argento.

93. Una testa di putto di calcedonio.

94. Una testa di leone di calcedonio.

95. Una testa di donna di calcedonio.

Tavoletta II

96. Un lacrimatore di agatha. (fol. 32 verso)/

97. Un lacrimatore in forma di vaso figurato d’agatha.

98. Un lacrimatore d’agatha.

99. Una statuetta della Speranza di cristallo de monte.

100. Un vasetto rotto di cristallo di monte.

101. Una clava d’Hercole di cristallo di monte.

102. Una testa di cynocephalo di cristallo di monte.

103. Tre vasetti fragmentati di cristallo di monte.

Cassettino H

Tavoletta prima

104. Testa di Bruto intagliata in diaspro ligata in oro.

105. Testa di Tiberio in cameo.

106. Jove Capitolino in cameo.

107. Testa de la Victoria in cameo.

108. Un anello con la corniola.

109. Un augello in agatha o calcedonio.

110. Un anello con il niccolo.

111. Una tavoletta d’argento con cinque camei commessi, in mezzo de’ quelli è (una) testa di Antonino, et quattro testine di (cal)cedonio.

112. Un anello col cameo d’una testa di putto.

113. Un diaspro con diversi charatteri et lettere.

114. Testa di Caesare in cameo.

115. Un cameo coll’historia del Toro et Dircè.

116. Un cameo con satyro [illisible].

117. Un cameo con satyro (e due be)cchi16.

118. Un cameo con un Cupidine.

119. Un’anello con corniola con la testa di M. Antonio.

Tavoletta II

120. Un termino d’argento.

121. Una tavoletta con XV intagli di diverse pietre.

122. Una testa di Bruto vecchio, fragmento in amethysto.

123. Una Deianira in cameo.

124. Una historietta in cameo ligato in oro.

125. Una testa di Proteo ligata in oro.

126. Una donna in fragmento di cameo che dorme.

127. Una testa di Pallade in cameo.

128. Una Livia in amethysto ligata in oro.

129. Un Pompeo in diaspro.

130. Una Baccha in amethysto.

131. Un Caligula in cameo ligato in oro17.

132. Un cameo con Venere a sedere et dui Amori.

133. Una testa di Sex. Pompeio in niccolo.

134. Una corniola col toro che beve.

135. Una corniola col Combattimento de’ Curiatii et Horatii.

136. Un anello colla testa di Ulpio padre di Traiano in cameo18. (fol. 33)/

137. Un satyro di bronzo.

138. Un anello con corniola.

139. Un cameo con dui figure et un cavallo.

140. Un anello con la corniola di Lucilla.

141. Una tavoletta d’argento con sette camei commessi de’ quali uno è la testa d’Augusto nel mezzo.

142. Un anello con niccolo.

143. Un anello con corniola d’argento.

144. Un anello con diaspro d’oro.

145. Un anello con turchina d’oro.

146. Un anello con zaffiro d’oro19.

147. Niccolo fragmentato con l’historia di Cleobi et Bithone et un quattrino di bronzo coll’arme di casa Farnese trovato in Orbetello.

148. Anello con plasma.

149. Un Sarapide col petto.

150. Una tavoletta con IX intagli di diverse pietre et un

Caracalla in plasma20.

151. Una testina di bronzo.

Tavoletta III

152. Un anello d’agatha.

153. Un cameo con un histrione.

154. Un cameo con un histrione simile.

155. Un cameo con quattro cavalli ligati in oro.

156. Un niccolo rotto risaldato col corpo d’un Imperatore21.
    Una tavoletta con sei camei commessi d’argento in sei vani de la tavoletta, cioè

157. una testa di Philemone comico,

158. un corvo,

159. una lyra,

160. (EYT) YXI EYΣEBI,

161. una testa di Moro,

162. una testa con corona murale.

163. Un anello di calcedonio.

164. Un anello d’oro antico.

165. Un cameo con un’historia ligato in oro.

166. Un anello con un [lacune] intagliato in corniola.

167. Una tavoletta d’ar(gento con) cinque camei commessi, in mezzo e un Caligula.

168. Un anello d’oro perforato.

169. Bruto in medaglia d’argento ligato in oro.

170. Un anello d’argento con un diaspro. (fol. 33 verso)/

171. Un priapo di cristallo di monte fragmentato.

172. Una tavoletta con sei intagli di diverse pietre fra li quali è la corniola ligata in oro con l’historia del Cavallo di Troia.

173. Un priapo di corallo.

Tavoletta IV

174. Un anello senza pietra.

175. Un cameo piccolo con una figura.

176. Un cavo d’oro antico.

177. Una mezza patera di cristallo di monte.

178. Un cameo con Cybele su li leoni.

179. Un anello d’oro filato.

180. Un intaglio fragmentato.

181. Un cameo con la testa di Medusa in faccia.

182. Un pesce di cristallo di monte.

183. Un amethysto con dodici Dei intagliati.

184. Una tavoletta d’argento con XX camei commessi.

185. Una corniola intagliata.

186. Un calcedonio intagliato.

187. Un’agatha in forma di pyramide fragmentata.

188. Un diaspro roscio intagliato.

189. Un anello con dui priapi.

190. Un piede di calcidonio.

191. Una mezza patera di cristallo di monte.

192. Un piede di bronzo.

193. Un anello d’osso negro.

Tavoletta V

194. Una figura di cristallo di monte fragmentata.

195. Una tavoletta d’argento con otto camei d’augelli commessi. (fol. 34)/

196. Una figura di cristallo di monte fragmentata.

197. Un diaspro con l’historia di Baccho.

198. Una tavoletta d’argento con cinque camei et dietro un Antonino intagliato in calcedonio.

199. Un vetro intagliato con una figura.

200. Un intaglio fragmentato di cristallo di monte.

201. Una tavoletta d’argento con cinque camei commessi in mezzo de’ quali è il cameo del Bellerophonte et la chimera.

202. Una basetta di cristallo di monte.

Cassettino con lettera I

Tavoletta prima

203. Una statuetta ægyptia col piede di agatha tutta.

204. Un termino di calcedonio col piede.

205. Una testa di Jove col petto di calcedonio tutta.

206. Una testa di Pallade col piede di calcedonio tutta.

207. Un termino di calcedonio.

208. Una testa di Faustina di calcedonio col pieduccio.

Tavoletta II

209. Una testa di Mithra dio de’ Persi in calcedonio.

210. Una testa di putto in plasma.

211. Una testa simile in calcedonio.

212. Una testa di Tito in calcedonio.

213. Una testa di Traiano in calcedonio rotta.

214. Una testa d’una Imperatrice col petto tutta di calcedonio.

215. Una figura ægyptia di calcedonio. (fol. 34 verso)/

216. Un Sarapide di calcedonio.

217. Un’aquila di calcedonio.

218. Una testa di Socrate di calcedonio.

219. Nel vano dal lato destro di questo cassettino è una scatola di legname con varii fragmenti di agathe e tre figure rotte di vetro di rilievo.

220. Nel vano sinistro è una cistarella con XXVI pesi antichi, una bilancia, un strigile et una chiavetta et fuori della cista sono dui statere.

Cassettino K

Tavoletta prima

221. Un leone di cristallo di monte.

222. Un pezzo di cristallo antico di monte.

223. Una basetta di cristallo di monte.

224. Un fragmento di cristallo di monte.

225. Un piede di tripode di cristallo di monte.

226. Un ovato di cristallo di monte.

227. Un dito di cristallo di monte.

228. Un fragmento di cristallo di monte.

229. Un vaso fragmentato di cristallo di monte.

230. Un lacrimatore d’agatha.

231. Una testa di satyro d’agatha.

232. Un dado di agatha.

233. Un fogliame fragmentato di agatha.

234. Una noce di cristallo di monte.

235. Un fogliame fragmentato di cristallo di monte.

Tavoletta II

236. Una ranocchia di pietra turchina. (fol. 35)/

237. Una testudine di pietra bianca.

238. Una figura d’un putto di pietra negra.

239. Uno hippopotamo di pietra negra.

240. Uno elephante di pietra negra.

241. Un pomo forato di cristallo di monte.

242. Un paternoster di calcedonio.

243. Un dado con numeri di cristallo di monte.

244. Un dado simile con venti faccie di cristallo et numeri grechi.

245. Un anello di agatha.

246. Sei pezzetti di vaso di cristallo di monte.

247. Un pomo di cristallo di monte.

248. Un anello di cristallo di monte.

249. Una basetta fragmentata di cristallo di monte.

250. Una conchilia di cristallo di monte.

251. Nove pezzi d’un vasetto di cristallo di monte.

252. Un fragmento di cristallo come di patera.

253. Due noci di cristallo di monte.

254. Una conchilia di cristallo di monte.

255. Una basetta tonda di cristallo di monte.

256. Una testina di Venere di marmo.

257. Un canopo di pietra verde con varie figure.

258. Un Cupidine di marmo bianco.

259. Un Mercurio di bronzo che fù del cardinale Bembo.

260. Un cornucopia di bronzo.

261. Una testina d’Apolline di marmo.

262. Un cynocephalo di smiraldo.

263. Un scatolino con una testina di bronzo di Callisthene comico22. (fol. 35 verso)/

Cassettino L

264. Una testa di cavallo di bronzo.

265. Una sphinge di bronzo.

266. Una testa di cavallo di bronzo.

267. Un’Harpia di bronzo.

268. Un leone fragmentato di marmo roscio.

269. Un satyro col cantharo in mano di bronzo.

270. Un leone di bronzo.

Cassettino (sic)

271. Dalli lati è una scatola con varii fragmenti et dall’altro lato una cistarella con pesi di paraone, di bronzo, bilancie et altri instrumenti23. (fol. 36)/
[Suivent des médailles par lots jusqu’au fol. 75, puis le fol. 75 bis est reste blanc]

Nel vano24

272. Cinque tavolette antiche di bronzo figurate di basso rilievo.

273. Una statuetta del Sole di bronzo.

274. Una Victoria di bronzo.

275. Un Sacerdote velato che sacrifica di bronzo.

276. Una Iside col sisto di bronzo.

277. Un puttino con l’augello25 di bronzo.

278. Una testa di Baccha26 di bronzo.

279. Una figura d’histrione col corno in testa di bronzo.

280. Un Mercurio col caduceo et la borsa di bronzo.

281. Un gladiatore di bronzo.

282. Un altro simile di bronzo.

283. Una lince moderna di bronzo.

284. Un nanetto di bronzo.

285. Un ramo27 overo tronco d’arbore di bronzo.

286. Un sigillo con lettere P. POMPEI AGRICOLAE di bronzo.

287. Un sigillo tondo modernaccio di bronzo.

Cassettino

288. Uno torso di Marte nudo di marmo.

289. Una Pallade di bronzo.

290. Un Gladiatore di bronzo28.

291. Una Venere di bronzo.

Cassettino29

292. Cinque quinterni di piu foglie sciolti di Pyrrho Ligorio del quale sono ancora l’infrascripti libri. (fol. 75 ter)/

293. Un libro sciolto piccolo overo30 ligato delle cose di Tivoli.

294. Un libro de’ medaglie consulari.

295. Un libro de’ sepulchri.

296. Un libro de’ imagini.

297. Un libro intitulato volume primo dell’antichità.

298. Un libro d’inscriptioni antiche.

299. Un altro libro d’inscriptioni simile.

300. Un libro de’ pesi et misure.

301. Un libro de’ vestimenti.

302. Un libro di medaglie greche.

303. Un libro di medaglie latine.

304. Un sacchetto di medaglie d’argento 130131.

305. Un sacchetto di medaglie di bronzo 935 et un scatolino con 2432.

306. Un posamento con tre piedi di bronzo.

307. Un congio di bronzo con lettere antiche.

308. Un vaso con il manico di bronzo con lettere etrusche33.

309. Un vaso di bronzo senza piede.

310. Un piede di bronzo con tre granfie34.

311. Un simpuvio di sacrificio di bronzo.

312. Un vaso di bronzo35. (fol. 75 ter verso)/
Complément, à l’origine brouillon de Fulvio Orsini (fol. 76-78; les premiers articles, nos numéros 313 à 333, avaient reçu d’origine une numérotation de 1 à 21 qui n’a pas été poursuivie et qui a été ici omise pour éviter tout risque de confusion)

Nel vano primo36

313. Un libro della colonna Traiana hauto dalla libraria di S. S.ia Ill.ma.

314. Un cassettino di noce con un libretto in 4° de papiro et un libretto di epistole latine di papa Paolo III.

315. Un psalterio coverto di velluto cremesino con alcune miniature di don Giulio.

316. L’officiolo di don Giulio.

317. L’evangelistario di don Giulio.

318. Un quadretto di S. Giovanni di don Giulio.

319. Un quadro di Conversione di S. Paolo d’aquarella di mano di Raffaello.

320. Un rame con un disegno di Marte e Venere schizzato di mano di don Giulio.

321. Un retratto bozzato in tavoletta di mano di don Giulio.

322. Un officiolo de miniatura antica coverto di velluto paonazzo con alcune medaglie d’argento nelli cantoni37 della coperta.

323. Un officiolo di miniatura antica ligato38 in argento.

324. Un libretto in pergameno con Esaiæ cap. 38 con miniature.

325. Una tavoletta di Marte e Venere bozzata di don Giulio.

326. Un fascio de’ desegni di don Giulio et varii no 133 : A.

327. Un fascio di desegni simili n° 75 : B.

328. Un fascio di desegni simili n° 70 : C.

329. Un fascio di desegni simili n° 313 : D.

330. Dui desegni a stampa col retratto di papa Gregorio.

331. Dui retratti in carta azzurra fatti a penna.

332. Dui disegni de sepulture.

333. Cartine 2239 di aquarella con figure di mano di don Giulio. (fol. 76)/

334. Un quadretto de miniatura di don Giulio con la Madonna e S. Josepho et li dui putti fornito d’hebeno col cristallo.

335. Un Deposto di croce di mano di Claudio di miniatura fornito d’hebeno.

336. Otto disegni in un rotolo parte di Raffaelle et parte40 del Parmigiano et del Correggio.

337. Un libretto coverto di raso roscio con la dichiaratione del Pater Noster con alcune testine di miniatura.

338. Un fascio di varii disegni simili a quelli di sopra n° 21 [333] : E.

339. 13 schizzi di disegni piccoli : F.

340. Una borsa di velluto negro con varie scritture di don Giulio. (fol. 76 verso)/

Nel vano 2°

341. Un incensiere d’otone.

342. Una lucerna lavorata41.

343. Una lucerna con un piede.

344. Tre vasi d’otone lavorato42 uno dentro l’altro.

345. Un vaso di pietra come calcedonio et tre palle dentro.

346. Un getto indorato del re Luigi. Una scatola con l’infrascripte cose dentro :

347. in una carta 15 monete d’argento d’astrologia, in una carta tre monete d’argento, in una carta simile 16 monete d’argento simile et una di bronzo, una carta con due monete d’oro rotte,

348. uno scatolino con un lavoro d’oro come di orologio,

349. un cartino con un Agnus Dei ligato in raso rosso43,

350. una cartina con 13 monete d’oro d’astrologia et una di ottone44,

351. doi rampini d’argento.

352. Una scatola con un corpo d’anotomia d’avolio45.

353. Un secchietto di pietra mischia ligato in oro et una corona nel mezzo.

354. Un scatolino con le infrascritte cose : undici pietre di diversi colori et grandezze contenenti46 virtù.
    Un scatolino con l’infrascritte cose :

355. in una carta sono pezzi di corone, un cucchiaro, una pietra di varii colori,

356. un pendente ligato in argento di christallo di monte,

357. sette paternostri d’argento filato rotti e fracassati et altri fragmenti, una cartina con corone di legno, una corona di coralli con paternostri d’oro,

358. cinque balaustri d’argento indorato,

359. una cassettina d’oro fatta a serpe,

360. una corona d’agatha con paternostri d’oro,

361. una carta con quattro monete, due d’Henrico re, una d’oro overo indorata et l’altra d’argento, et

362. due del duca Ottavio d’argento,

363. un sacchetto di taffettano verde con una corona di perle con paternostri d’oro et due perle grosse. (fol. 77)/

364. Una scatola con queste cose dentro... [monnaies et médailles, dont le cardinal Alessandro, Grégoire XIII, Paul III, Marie d’Aragon, la Cène, Pie V, Jules III, Henri II, Alexandre VI, le roi de Pologne, Marcel II, un Paléologue, Charles Quint, Francois Ier, Andrea Doria, et portraits en médaillons, fol. 77 verso-78].

Terzo vano47

365. Un libro di Pirro de varie descrittione antica a penna, in folio grande azurro48 in cartone.

366. Un altro di medaglie greche dell’istesse carte et ligato all’istesso modo.

367. Un altro simile di medaglie latine.

368. Un altro dell’antichita di Roma apertinenti alle (sic) religione.

369. Un altro simile d’inscrittione antiche ligato in corame lionato.

370. Un altro simile che tratta de’ magistrati et vestimenti antichi.

371. Un altro simile di piante di varii edificii antichi.

372. Un altro simile che tratta della teologia antica.

373. Un altro simile che tratta delle monete consulari del tempo della Repubblica coperto de carta pecora.

374. Un altro simile che tratta de’ pesi e misure antichi del medesimo folio et carta etc.

375. Un altro simile dell’antichita delle ville famose de’ Romani legato in carta pecora.

376. Cinque volumi legati insieme che trattano di fiumi et fonti antichi.

377. Quinterni del sudetto Pirro ritrovati nella libraria di frate Onofrio.

378. Un sacchetto di medaglie d’argento di mille duecento novanta nove, 1299.

379. Un altro simile di medaglie di bronzo di poco valore di novecento sessanta cinque, 965.

380. Un congio di bronzo antico.

381. Un vaso con lettere etrusche antico.

382. Un piede d’un candeliero49 di bronzo.

383. Un boccaletto di bronzo senza maniche et piedi.

384. Un vaso50 di bronzo da tenere unguenti s’adopravano ne’ bagni.

385. Un vasetto51 di bronzo senza coperchio.

386. Un posamento basato con tre piedi lavorato di bronzo.

387. Una navicella overo lucerna moderna.

Index général des inventaires du Studiolo

(noms propres et sujets par types)

Les chiffres romains I et II renvoient respectivement aux inventaires de 1566 et de 1588.

NB. Le chercheur doit prendre garde que les mentions ne permettent pas toujours de distinguer si les sujets sont graves ou sculptes en ronde-bosse; dans le doute il convient de consulter à la fois, par exemple, les rubriques cammeo (ou intaglio) et testa (ou figura).

anello, II, 108, 110, 174

anello con cameo
    testa di putto, I, 79; II, 112
    testa di Ulpio, II, 136

anello con intaglio, I, 80-86; II, 138, 166
    Bacca, I, 78
    Lucilla, II, 140
    Lupa romana, I, 82
    Marco Antonio, I, 77; II, 119

anello con nicolo, II, 142
– con plasma, II, 148
– con priapi, II, 189

anello di acquamarina, I, 86
– di agata, II, 152, 245
– di argento con corniola, II, 143
– di argento con diaspro, II, 170
– di bronzo, II, 16
– di calcedonio, II, 163
– di cristallo, I, 21; II, 248
– di oro, I, 77-84; II, 164, 168, 179
– di oro con diaspro, II, 144
– di oro con turchesa, II, 145
– di oro con zaffiro, II, 146
– di osso nero, II, 193

balaustro d’argento, II, 358

base, I, 58; II, 386

basetta di cristallo, II, 202, 223, 249, 255

Belli (Valerio), I, 10

bilancia, II, 220, 271

busto di calcedonio :
    Giove, I, 36; II, 205
    Imperatrice, II, 214
    Pallade, II, 206
    Serapide, II, 149
    Tito, I, 49
    Venere e Amorino, I, 51
busto di zaffiro
    Salvatore, I, 87

cammeo, I, 59-70; II, 184
    Amore, II, 118
    Amorino con maschera, I, 69
    animale, I, 61
    aquila, I, 70
    Bellerofonte e chimera, II, 201
    cavalli quattro, II, 155
    cavallo e due figure, II, 139
    Cibele in carro, I, 67; II, 178
    corvo, II, 158
    Deianira, II, 123
    Donna che dorme, II, 126
    figura ignota, II, 175
    Giove Capitolino, II, 106
    iscrizione EYTYXI..., I, 73; II, 160
    Istrione, II, 153, 154
    lira, II, 159
    occhio, I, 88
    satiro, II, 116; -e due becchi, I, 62; II, 117; – e ninfa, I, 68
    storia ignota, II, 124, 165
    Supplizio di Dirce, I, 63; II, 115
    testa di Antonino, I, 60; II, 111
    testa di Augusto, II, 141
    testa di Caligula, II, 131, 167
    testa di Cesare, II, 114
    testa di Cibele, II, 162
    testa di donna, I, 66
    testa di Medusa, II, 181
    testa di Moro, I, 75; II, 161
    testa di Pallade, II, 127
    testa di Philemone, II, 157
    testa di Proteo, II, 125
    testa di Tiberio, II, 105
    testa di Vittoria, II, 107
    testa merlata, II, 162
    Toro Farnese, cf Supplizio di Dircè uccello, I, 61; II, 158, 195
Venere e due Amori, II, 132

canopo di pietra verde, II, 257

cassettino
– di agata, I, 22; II, 85, 91
– d’oro, II, 359

cavo di oro, II, 176

cerchio di bronzo, I, 130

chiave, I, 128; II, 220

chiocciola di calcedonio, II, 86

cista, II, 220, 271

Clovio (Giulio), II, 315-318, 320, 321, 326, 333, 334, 340

conchiglia di cristallo, I, 133; II, 250, 254

congio di bronzo, II, 307, 380

cornucopia di bronzo, II, 260

corona, II, 355
– di agata, II, 360
– di coralli, II, 357
– di legno, II, 357
– di perle, II, 363

Correggio, II, 336

cucchiaio, II, 355
– di calcedonio, I, 26
– di conchiglia, I, 23
– di corniola, I, 24

dado
– di agata, II, 232
– di cristallo, I, 43; II, 243, 244

disegni, II, 29, 320, 326-333, 336, 338, 339

erma
– di acquamarina, I, 48
– di argento, II, 120
– di bronzo con fogliami d’argento, II, 80
– – – di Priapo, II, 49, 58
– di calcedonio, II, 204, 207

fallo
– di bronzo, II, 38
– di corallo, II, 173
– di cristallo, II, 171
– su anello, II, 189

figura di acquamarina :
    cane, I, 57

figura di agata :
    figura egizia, I, 45; II, 203

figura di avorio
    anatomia, II, 352

figura di bronzo :
    Amore, II, 22, 45, 50, 67
    Amore-Arpocrate, II, 73
    Anubis, II, 55
    arpia, II, 267
    Arpocrate, II, 41, 42, 44, 73
    capra, II, 56, 57
    Ercole, I, 101, 112; II, 63
    Esculapio, II, 65
    figura che suona, I, 126
    figura coronata con patera, II, 12
    figura egizia, II, 52
    figura senza braccia, I, 119, 125
    figura su animale, I, 126
    fiore, II, 5
    Giove, I, 103, 119; II, 18; – seduto, I, 121; II, 79
    Gladiatore, II, 281, 282, 290
    grifo, II, 39
    Iside, I, 105; II, 276
    Istrione, II, 279
    leone, II, 270
    lince, II, 283
    mano, I, 109; II, 8
    Marte, II, 54, 69
    Mercurio, I, 102; II, 259, 280
    mezza figura, II, 46
    Mithra, II, 71
    Nano, II, 32, 59, 284
    Pallade, II, 289
    Pane, II, 62
    piede, I, 107, 127; II, 7, 192
    porco, II, 33
    Priapo, II, 61
    Prigione, II, 19
    Puttino inginocchiato, II, 13
    Putto con uccello, II, 277
    quadriga con auriga, II, 27
    ranocchia, II, 37
    Sacerdote sacrificante, I, 104, 114, 116; II, 34, 275
    satiro, II, 72, 137; – con cantaro in mano, II, 269
    sfinge, II, 265
    Sileno, I, 123
    Sole, I, 124; II, 273
    testa di anatra, II, 36
    testa di bove, II, 14
    testa di cane, II, 10
    testa di cavallo, I, 120; II, 47, 74, 264, 266
    testa di leone, II, 4
    Togato con rotolo in mano, II, 60
    topo, II, 40
    tronco d’albero, II, 285
    Venere, I, 98, 113; II, 24, 43, 53, 75, 291
    Vittoria, I, 118; II, 274
    zampa, II, 310

figura di calcedonio :
    aquila, I, 37; II, 217
    figura egizia, I, 45; II, 215
    uccello, II, 109

figura di cristallo :
    figura frammentata, I, 134; II, 194, 196
    leone, II, 221
    pesce, II, 182
    Speranza, II, 99
    testa di cinocefalo, II, 102

figura di marmo :
    Amore, II, 258

figura di marmo rosso :
    leone, II, 268

figura di mistura nera :
    elefante, I, 40
    leone, I, 41
    Mercurio, I, 39

figura di pietra berettina :
    figura indiana, I, 131

figura di pietra bianca :
    tartaruga, I, 136; II, 237

figura di pietra nera :
    elefante, II, 240
    ippopotamo, II, 239
    putto, II, 238

figura di pietra turchina :
    elefante, I, 46
    ranocchia, I, 135; II, 236

figura di smeraldo :
    cinocefalo, II, 262

figura di terra smaltata nera :
    leone, II, 82

frammento
– di agata : I, 31; II, 233
– di ametista : testa di Bruto, II, 122
– di calcedonio : piede, II, 190
– di cristallo, I, 20, 132; II, 222, 224, 228, 252
    fogliame, II, 235
    mazza d’Ercole, II, 101
    piede di tripode, II, 225

frammento di diaspro, II, 188

fronda d’oro, I, 90

incensiere, II, 341

intaglio, II, 121, 180

intaglio di agata, I, 89

intaglio di ametista :
    Baccante, II, 130
    Dodici Dei, II, 183
    Livia, II, 128

intaglio di calcedonio, II, 186
    Antonino, II, 198

intaglio di corniola, I, 74; II, 185
    Cavallo di Troia, II, 172
    Orazii e Curiazii, II, 135
    testa di Giove, I, 72
    toro che beve, II, 134

intaglio di cristallo, II, 200

intaglio di diaspro :
    iscrizione, II, 113
    testa di Bruto, II, 104

intaglio di nicolo, I, 74
    Cleobi e Bitone, II, 147
    Imperatore, II, 156
    testa di Sesto Pompeo, II, 133

intaglio di plasma, I, 74
    Caracalla, II, 150

intaglio di vetro :
    Figura ignota, II, 199

lacrimatoio di agata, II, 96, 97, 98, 230

LIGORIO (Pirro), II, 292-303, 365-377

lucerna di bronzo, I, 99, 127; II, 15, 66, 342, 343, 387

manico di bronzo, II, 23

manoscritti :
    Antichita, II, 297, 365
    Antichita di Roma, II, 368
    Antichita di Tivoli, II, 293
    carte di Giulio Clovio, II, 340
    Colonna Trajana, II, 313
    Epistole latine di Paolo III, II, 314
    Evangeliario miniato, II, 318
    Fiumi e fonti antichi, II, 376
    Immagini antiche, II, 296
    Iscrizioni antiche, II, 298, 299
    Magistrati e vestiti antichi, II, 370
    Medaglie consolari, II, 294, 373
    Medaglie greche, II, 302, 366
    Medaglie romane, II, 303, 367
    Monumenti antichi, II, 371
    Paternoster, II, 337
    Pesi e misure antichi, II, 300, 374
    Profezie d’Esaias, II, 324
    Psalterio miniato, II, 315
    Religione antica, II, 368, 372
    Sepolcri antichi, II, 295
    Ufficiolo miniato, II, 316, 322, 323
    Vestiti antichi, II, 301
    Ville romane, II, 375

maschera
    – di acquamarina, I, 52
    – di bronzo, II, 20

Massarelli (Claudio de’ -), II, 335

medaglie di argento, I, 11; II, 347
    Giulio III, I, 11
    Henri II, II, 361
    Ottavio Farnese, II, 362
    Paolo III, I, 11
    medaglia di bronzo
    Louis XII, II, 346

medaglie d’oro, I, 10; II, 350

miniatura, II, 315-318, 322-325, 334, 335, 337

monete di argento, I, 8, 11, 92, 93; II, 304, 347
    Bruto, II, 169

monete di bronzo, I, 1-7, 12, 13-19, 91, 95; II, 305, 347, 379
    Antonino Pio, I, 6
    Caracalla, I, 1
    Nerone, I, 4, 5
    Vitellio, I, 2, 3

monete d’oro, I, 10, 92; II, 347

noce di cristallo, II, 234, 253

obelisco di agata, II, 187

ovato di cristallo, II, 226, 227

palla di bronzo, II, 17

Panvinio (Onofrio), II, 377

Parmigianino, II, 336

patera
– di bronzo, II, 2
– di cristallo, II, 177, 191

paternostro
– d’argento, II, 357
– di calcedonio, II, 242
– d’oro, II, 357, 360

pendaglio, II, 356

peso, II, 220, 271

piede di candeliere, II, 382

piedistallo di bronzo, II, 306

pomo di cristallo, II, 84, 88, 241, 247

quadretto
    Conversione di san Paolo, II, 319
    Deposizione, II, 335
    Marte e Venere, II, 325
    Ritratto bozzato, II, 321
    S. Famiglia e san Giovannino, II, 334
    San Giovanni, II, 318

quattrino Farnese, II, 147

Raffaello, II, 319, 336

rilievo di bronzo, II, 272
    testa di Nettuno, II, 68

rilievo di diaspro :
    Bacccanale, II, 197
    Pompeo, II, 129

rilievo di marmo :
    Cesare, II, 1

rilievo di vetro :
    Amore addormentato, I, 34
    Arpocrate, I, 32
    Figura ignota, II, 219

ritratto, II, 321, 330, 331

rosario, cf corona

scettro
– di bronzo, II, 21
– di cristallo, I, 44
secchietto, II, 353

sigillo, II, 287
– di Agricola, I, 96; II, 286

simpulo di bronzo, II, 311

stampa, II, 330

statere, II, 220

strigile, II, 220

strumenti, II, 3, 220, 271

testa, voir aussi busto

testa di acquamarina :
    Giove, I, 54
    Putto, I, 53
    Socrate, I, 28
    Sole, I, 47

testa di agata :
    Pane, I, 29
    satiro, II, 231

testa di bronzo :
    Baccante, II, 278
    Bacco, I, 122
    Callistene, II, 263
    Giove, I, 117
    Ignoto, II, 151
    Livia, II, 64
    Marte, II, 28
    Medusa, II, 31, 35, 48
    Mithra, II, 77
    Pallade, I, 111
    Pane, I, 106
    Putto con ale, I, 110
    satiro, II, 30
    Serapide, II, 76
    Sileno, I, 115; II, 25, 51, 70
    testa con fascino dietro, II, 6
    Ulpio, II, 78
    Uomo con celata, II, 11

testa di calcedonio :
    donna, I, 55; II, 95
    Faustina, II, 208
    leone, I, 56; II, 94
    Marte, I, 50
    Mithra, II, 209
    Putto, II, 93, 211
    Serapide, II, 216
    Socrate, II, 218
    testa laureata, I, 27
    Tito, II, 212
    Traiano, II, 213

testa di marmo :
    Apollo, II, 261
    Venere, II, 256

testa di pietra nera :
    Ignoto, II, 26

testa di plasma :
    Medusa, I, 35
    Putto, II, 210

testa di terra smaltata :
    dea egizia, II, 83
    Giove, II, 81

testa di vetro :
    Giove, I, 38

torso di marmo :
    Marte, II, 288

vasetto :
– di agata, I, 25, 42, 71; II, 87
– di bronzo, I, 108; II, 9, 383, 385
– di calcedonio, II, 89, 90, 92
– di cristallo, I, 132; II, 100, 103, 251

vaso
– di bronzo, II, 308, 309, 312, 344, 381, 384
– di cristallo, II, 229, 246

Index des matériaux cités dans les inventaires du Studiolo

acquamarina :
    anello con intaglio, I, 86
    cane, I, 57
    erma, I, 48
    maschera, I, 52
    testa, I, 28, 47, 53, 54

agata :
    anello, II, 152, 245
    base, I, 58
    cassettino, I, 22; II, 85, 91
    corona, II, 360
    dado, II, 232
    figura egizia, I, 45; II, 203
    fogliame, II, 233
    intaglio, I, 89
    iscrizione greca, I, 73
    lacrimatoio, II, 96, 97, 98, 230
    obelisco, II, 187
    testa di Pane, I, 29
    – di satiro, II, 231
    vasetto, I, 25, 71; II, 87
    vaso, I, 30, 31, 42

ametista :
    intaglio, I, 59; cf. types
    testa di Bruto, II, 122

argento :
    anello con corniola, II, 143
    – con diaspro, I, 85; II, 170
    erma, II, 120
    medaglie moderne, I, 11, 347; II, 322, 361, 362
    monete antiche, I, 8, 92-94, 97; II, 169, 304, 347, 378
    montatura, I, 22, 25
    paternostro, II, 357
    rampino, II, 351
    tavoletta, I, 59

argento dorato :
    balaustro, II, 358
    medaglia, II, 361

avorio :
    anatomia, II, 352

besoar, II, 354

bronzo :
    anello, II, 16
    animali, I, 120; II, 4, 10, 14, 33, 39, 40, 56, 57, 265, 267, 270, 283
    base, II, 386
    boccaletto, II, 383
    cerchio, I, 130
    chiave, I, 128
    congio, II, 307, 380
    cornucopia, II, 260
    fallo, II, 38
    figura, I, 98, 101-105, 112-114, 116, 118, 119, 121, 123-126, 129; cf. types
    fiore, II, 5
    lucerna, I, 99, 127; II, 15, 66, 342, 343, 387
    manico, II, 23
    mano, I, 109; II, 8
    maschera, 20
    medaglie moderne, II, 364
    monete antiche, I, 1-7, 12-19, 91, 95; II, 305, 379
    palla, II, 17
    patera, II, 2
    peso, II, 271
    piede, I, 107; II, 7, 192
    piedistallo, II, 306
    quattrino, II, 147
    rilievo, II, 68, 272
    scettro, II, 21
    sigillo, I, 96; II, 286, 287
    simpulo, II, 311
    strumento, II, 3
    testa, I, 106, 110, 111, 115, 117, 122; cf. types
    – di anatra, II, 36
    – di bove, II, 14
    – di cane, II, 10
    – di cavallo, I, 120; II, 47, 74, 264, 266
    – di leone, II, 4
    tronco d’albero, II, 285
    vasetto, I, 108; II, 9, 385
    vaso, I, 100; II, 308, 309, 312, 381, 384
    zampa, II, 310

bronzo dorato :
    medaglia di Louis XII, II, 346

calcedonio :
    anello, II, 163
    aquila, I, 37; II, 217
    base, I, 58
    busto, I, 36, 49; II, 205, 206, 214
    cucchiaio, I, 26
    chiocciola, II, 86
    figura, cf. types
    figura egizia, I, 45
    intaglio, II, 186, 198
    piede, II, 190
    paternostro, II, 242
    testa, cf. types
    vasetto, II, 89, 90, 92

cammeo, I, 59-70, 75, 88; cf. types
    – commesso, I, 59; II, 111, 141, 157-162, 167, 184, 195, 201
– in anello :
    putto, I, 79; II, 112
    Ulpio, II, 136

conchiglia, I, 133
    cucchiaro, I, 23

corallo :
    corona, II, 357
    fallo, II, 173

corniola :
    intaglio, I, 59, 72, 74; cf. types

corniola in anello, I, 77, 78, 81; II, 138, 166
    Lucilla, II, 140
    Marco Antonio, I, 77; II, 119

cristallo
    anello, I, 21; II, 248
    basetta, II, 202, 223, 249, 255
    conchiglia, II, 250, 254
    dado, I, 43; II, 243, 244
    fallo, II, 171
    figura, cf. types
    figurina, I, 20, 134
    frammento, I, 20, 44, 132; II, 101, 102, 222, 224, 225, 228, 235, 252
    intaglio, II, 200
    manico, I, 23, 24
    noce, II, 234, 253
    ovato, II, 226, 227
    patera, II, 177, 191
    pendaglio, II, 356
    piede di tripode, II, 225
    pomo, II, 84, 88, 241, 247
    scettro, I, 44
    vasetto, I, 132; II, 100, 103, 251
    vaso, II, 229, 246

diaspro :
    frammento, II, 188
    intaglio, II, 104, 113
    rilievo, cf. types

diaspro in anello, 144

ebano :
    cornice, II, 334, 335

legno :
    corona, II, 357
    tavoletta dipinta, II, 325

marmo :
    Amore, II, 258
    testa, cf. types
    torso di Marte, II, 288

marmo rosso :
    leone, II, 268

metallo :
    strumenti, II, 220, 271

mistura negra :
    elefante, I, 40
    leone, I, 41
    Mercurio, I, 39

nicolo :
    intaglio, I, 74; cf. types

nicolo in anello, II, 142

oro :
    anello, I, 77-84; II, 144, 145, 164, 16, 179
    cassettina, II, 359
    cavo, II, 176
    fronda, I, 90
    medaglie moderne, I, 10
    monete, I, 8-10; II, 347, 350
    orologio, II, 348
    paternostro, II, 357, 360, 363

osso nero :
    anello, II, 193

ottone :
    incensiere, II, 341
    vaso, II, 344

papiro, II, 314

paragone :
    peso, II, 271

pergamena, II, 322-325

perla :
    corona, II, 363

pietra :
    pietra profilattica, II, 354
    vaso, II, 345

pietra bianca :
    tartaruga, I, 136; II, 237

pietra berettina :
    figura indiana, I, 131

pietra mista :
    secchietto, II, 353

pietra nera :
    base, I, 58
    figura, cf. types
    testa, II, 26

pietra turchina :
    elefante, I, 46
    intaglio, I, 82
    ranocchia, I, 135; II, 236

pietra verde :
    canopo, II, 257

plasma :
    intaglio I, 74, 84; II, 148, 150
    testa di Medusa, I, 35
    testa di putto, II, 210

plasma in anello, II, 148

rame disegnato, II, 320

smeraldo :
    cinocefalo, II, 262

terra smaltata :
    testa, II, 81, 83
    testa galeata, I, 76
    leone, II, 82

turchesa in anello, II, 145

vetro :
    busto di Giove, I, 38
    intaglio, II, 199
    rilievo, I, 32-34; II, 219

zaffiro :
    intaglio, I, 87; II, 146

Index des gemmes par sujets

Amore, II, 118; – addormentato, I, 34
Amorino con maschera, I, 69
animale, I, 61
Antonino, I, 60; II, 111, 198
aquila, I, 37, 70; II, 217
Arpocrate, I, 32
Augusto, II, 141

Baccanale, II, 197
Baccante, I, 78; II, 130
Bellerofonte e chimera, II, 201
Bruto, II, 104, 122

Caligula, II, 131, 167
Caracalla, II, 150
Cavallo di Troia, II, 172
cavallo e due figure, II, 139
Cesare, II, 114
Cibele, I, 67; II, 162, 178
cinocefalo, II, 102, 262
Cleobi e Bitone, II, 147
corvo, II, 158

Deianira, II, 123
Dodici Dei, II, 183
onna, I, 55, 66; II, 95; – che dorme, II, 126

elefante, I, 40, 46; II, 240

Faustina, II, 208
figura egizia, I, 45; II, 83, 215
figura ignota, II, 175, 199, 219
figura indiana, I, 131
fogliame, II, 235

Giove, I, 36, 38, 54, 72; II, 81, 205; – Capitolino, II, 106

Ignoto, II, 26
Imperatore, II, 156
Imperatrice, II, 214
ippopotamo, II, 239
iscrizione, I, 73; II, 113, 160
Istrione, II, 153, 154

leone, I, 41, 56; II, 82, 94, 221
lira, II, 159
Livia, II, 128
Lucilla, II, 140
Lupa romana, I, 82

Marco Antonio, I, 77; II, 119
Marte, I, 50
maschera, I, 52
mazza d’Ercole, II, 101
Medusa, I, 35; II, 181
Mercurio, I, 39
Mithra, II, 209
Moro, I, 75; II, 161

occhio, I, 88
Orazii e Curiazii, II, 135

Pallade, I, 84; II, 127, 206
Pane, I, 29
pesce, II, 182
Philemone, II, 157
piede, II, 190
piede di tripode, II, 225
Pompeo, II, 129
Priapo, II, 49, 58
Proteo, II, 125
Putto, I, 53, 79; II, 93, 112, 210, 211, 238

ranocchia, I, 135; II, 236

Salvatore, I, 87
satiro, II, 116, 231; – e due becchi, I, 62; II, 117; – e ninfa, I, 68
Serapide, II, 149, 216
Sesto Pompeo, II, 133
Socrate, I, 28; II, 218
Sole, I, 47
Speranza, II, 99
storia ignota, II, 124, 165
Supplizio di Dirce, I, 63; II, 115

tartaruga, I, 136; II, 237
testa laureata, I, 27
Tiberio, II, 105
Tito, I, 49
Toro che beve, II, 134
Toro Farnese, cf Supplizio di Dircè

uccello, I, 61; II, 109, 158, 195
Ulpio, II, 136

Venere e Amorino, I, 51; – e due Amori, II, 132
Vittoria, II, 107

Concordance des inventaires

Abréviations :
< : partie de l’article
Dresde : Staatliche Kunstsammlungen, Skulpturensammlung
Ermitage : Saint-Pétersbourg, musée de l’Ermitage
Naples BN : Biblioteca Nazionale, mss
Naples C : Museo di Capodimonte, inv. AM
Naples MN : Museo Nazionale, inv.
    G : Gasparri
    P : Pannuti
New York PL : Public Library, mss
New York PML : Pierpont Morgan Library, mss
Paris BnF : Bibliothèque nationale, mss
Rome BINA : Biblioteca dell’Istituto Nazionale di Archeologia

Haut de page

Notes

1 Sur les anciens inventaires, conservés ou non, voir mon introduction à L’inventaire du palais et des propriétés Farnèse en 1644, Rome, 1994 (Le palais Farnèse, III, 3), p. 8-13.

2 L’inventaire de 1566 a été publié par Philippe Sénéchal, Le premier inventaire des antiques du palais Farnèse, dans MEFRIM, 108, 1, 1996, p. 241-264, celui de 1568 dans les Documenti inediti per servire alla storia dei musei d’Italia, I, Florence, 1878, p. 72-77.

3 Robertson, p. 299-299, no 48 de ses documents.

4 Robertson, p. 315-316, no 139.

5 Riebesell, p. 135-137.

6 Il s’agit d’une fleur de lis dans un cercle, filigrane trop banal pour permettre une identification, qu’on trouve aux fol. 82 et 84.

7 J’ai révélé ce dessin en même temps que le studiolo (alors conservé dans les réserves du château de Maisons-Laffitte) dans Le palais Farnèse, Rome, École française, I, 2, 1981, p. 402, fig. 23, et il a été souvent reproduit depuis lors, en particulier par Riebesell, p. 307, fig. 105, Robertson, p. 51, et dans Gemme Farnese, p. 56, fig. 76. Il est tracé sur une grande feuille d’un papier plus épais que celui de l’inventaire, laquelle a été pliée en deux et cousue entre la page de titre et le fol. 1, ce qui révèle clairement qu’il ne lui appartient pas d’origine; contrairement à l’indication de Riebesell (p. 109), le texte de l’inventaire ne commence pas au verso de la feuille. Sur ce dessin et le meuble, voir mon article, Le cabinet des antiques Farnèse, dans Revue de l’art, 169, 3, 2010, p. 49-59.

8 Cette première insertion d’objets, qui représente les no 1 à 271 de la présente édition, a échappé à Robertson, qui a commencé sa publication seulement au fol. 75 ter, méconnaissant ainsi l’essentiel de la collection d’objets d’art.

9 Sont restés blancs les fol. 3 verso-4, 15-19, 29 bis, 31 verso (où le titre cassettino E est resté sans suite)-32 recto, 36 (où le titre cassettino n’est suivi que d’une brève mention cursive)-36 bis verso, 47 bis, 75 bis et deux folios vierges après 75 ter.

10 Voir la reproduction de la première page dans Riebesell, p. 306, fig. 103.

11 Les filigranes semblent le confirmer : on trouve couramment, sur vingt-quatre feuillets (page de titre et fol. 2, 3, 5, 7, 9, 14 bis, 14 quater, 14 sextum, 16, 17, 23, 28, 29 bis, 32, 36, 38, 48, 62, 66, 71, 73, 75, 75 ter) une marque à l’oiseau perché sur trois monts à l’intérieur d’un cercle (proche de Briquet 12250, selon lui en usage à Rome entre 1566 et 1575, ce qui ne nous apprend rien), mais une couronne à trois fleurons se trouve à deux reprises, sur les fol. 14 et 39, rédigés en écriture cursive, ce qui confirme leur hétérogénéité.

12 Voir la reproduction du folio 76 dans Riebesell, p. 306, fig. 104.

13 Voir ci-dessus note 6. Ils ne peuvent pourtant dater aussi de 1566, puisqu’ils mentionnent des dessins et des papiers de Giulio Clovio qui n’ont pu entrer dans le studiolo qu’après la mort de l’artiste en 1578.

14 «Secundo l’ordine datomi da V. S. Ill.ma ho riveduto diligentemente tutti li cassettini delle medaglie, figurine di bronzo, camei et altre cose dello studio di V. S. Ill.ma et in mia presenza ho fatto mettere il sigillo a tutte le chiavi delli cassettini delli quali se ne manda una di ciascuno a V. S. Ill.ma insieme coll’inventario, il quale inventario è l’originale istesso, parte trascritto di mia mano, parte con li fogli della prima bozza ancora essi di mano mia, li quali si potranno trascrivere più pulitamente accioché dall’originale così trascritto possa poi V. S. Ill.ma farne trarre quella copia che Lei vorrà» (éd. Riebesell, p. 190, no 24).

15 Pour une vue générale de la documentation concernant les médailles, voir R. Cantilena et E. Pozzi, Les monnaies antiques, dans Le palais Farnèse cité note 7, p. 361-368. L’inventaire de 1588 y est désigné, comme souvent jadis, sous la cote fasc. VI, aujourd’hui erronée.

16 En témoigne la lettre que lui écrivait l’antiquaire Girolamo Garimberto le 9 août 1566 dans laquelle il lui suggérait la création officielle d’un studiolo dans ce palais : «per conservatione e concerto di tante cose rare e delettazione pubblica e privata e per recreatione di se stessa... crederei che fusse un gran condimento in quei camerini suoi della Cancelleria far un studiolo di tutte le cose sue minute...» (éd. Robertson, p. 299). On devine que ces camerini en étaient déjà pourvus.

17 Il existe une Cléopâtre en or à Munich, mais on ne connaît le Cicéron, au mieux, qu’en argent, à Munich également, suivant le catalogue de David Gasparotto dans Valerio Belli Vicentino 1468c.-1546, Vicence, Neri Pozza, 2000, no 205, p. 372, repr. p. 152 et 256, et no 212, p. 375, repr. p. 41 et 257.

18 Arti decorative, p. 88, no 2-103 (inv. 10615), repr. en couleurs p. 47, ici reproduit, et no 2-104 (inv. 10620), qui a perdu son pied droit.

19 Inv. 25941, Gemme Farnese, no 64.

20 O. Neverov, Antique Cameos in the Hermitage Collection, Leningrad, 1971, no 33, inv. K 251, repr. (cette identification avait été proposée par Riebesell, p. 136, Pozza, 2000, no 205, p. 372, repr. p. 152 et 256ioigne la lettrrit l’a0),936, PodyftnL :

15 Pour 34 hree palaootr">o i neoteSy1> >Le premier inventaire des antide titre eide>2. 2, 3C/p> ich ex S. snèse ur208
urson pi

e classpein urs c ass="en écrrouv Plaiittrvent jire de 1566 a été publié par Philippe Sénéchal, Le premier inventaire des antiiques du paalai>15 Pour u-2aire de 1566 a été publié par Philippe Sénéchal, Le premier inventaire des antis dessins is >23Naples Po i). 37essmousma class="Foo perid="ftn19">19Dree e co gau>  RiebeudrDree e co an xmme pendiremea0)nt. Jarte l Maiso danté.< 2, 1981,a l’iuiscrreatioe Rouvchire de 1566 a été publié par Philippe Sénéchal, Le premier inventaire des antie medaglieie unonnaielutôinventap clsml:lxne l="#bod7505) clr dansp clprduiqueerbinet beu p. , j-1546vi reprid Gv pf="#rseur hésml:lxne nousprduiqunoil nehauies <46viBel 12 cm,e pan xnNaps 5exe">5exl" hr5ex9 qui ’he, 1981,a l’iuiscrreatioe Rouvchire de 1566 a été publié par Philippe Sénéchal, Le premier inventaire des antiPozzi, 2monnaiEre ive)-36"FootnoeoteSymbol" halen" lanBorbo/spaon piedXIml:lang="eplftnVp> n xmmcenvecsp clpre ge">aurd’o pp n "noore iica page">),93lass="t ainisce l’aj s;invob2, fiem>studass=« claculen" la langlang i lttrasnt> ="snven»David Grels="noficieIcochrref="#em>Le tê)f="#bodyfclas rarespage">e cp clprefceomme sounet beu p. . Jarte l Maiso danté.< 2ui ’he, 1981,a l’iuiscrreatioe Rouvchire de 1566 a été publié par Philippe Sénéchal, Le premier inventaire des antis laquelleis >26an xml:lang="en" lang="en">, no 64., Leningrad, 1971, n< qui a perdu son>33, inv. O. Neverov, Antique Cameu mieux, qeu >27an xml:lang="en" lang="en">, no 64. xml:n"div .ef=".

dXIml-B-="e="note  d’hu

u. Ilang="en">, Leningrad, 1971, nn Mp. 3 Ilimagxmmktdeux di 83on>33, inv. )f=C/573n">Psbaspaid="f9t.

29, repr. pLignnex clas, 4719
ftnLemeajou dansass=«inventnor Molzsue mpalaiéd. e chiavi ehaveI, dyfng=co»Da"#bodyfcé.2nv. 10Rftnrnè ni15620)SFootnoteiginscntariies, alier par Rieb190 xmlne, ml:lsbas6 xm63 1lassd stuclassssent fanoeo

1«p.i etale SdanhreAziolo»DaodyfesbaRanuiebeigne la lettre que lui écrivait l’antiquaire Girolamo Garimberto le 9 août 1566 da2e2pan xml:lang="en" lang="en">, no 64.2018 p. 51, e506pan xml:lang="en" lang="en">O. Neverov, Antique Cam3os in the 3os>3tage Collection, Leningrad, 1971, no/a>d. noteSymbol" href="#bodyftn20" id="ftn20">2i err20r. (cette identification avait été proposée par Riebesell, p. 136, Pozza, 2000, no 205,">8">18c ( id=">),93ous nte r64, ceinet Roncer Dir;a clatnoeot/a> a

Toro I, Florence30ière insertion d’objets, qui représente les no 1 à 271 de la présente 3de titre e3de>31age Collection, Leningrad, 1971, ns Eale beisssup>33, inv. 3O. Neverov, Antique Cam3iques du p3iq>32v. 10620)Leningrad, 1971, nsg6 belloeoWerktnoteSymbol" href="#bodyftn20" id="ftn20">20O. Neverov, Antique Cam3age">1850-52 e51, e67o 6do l’ordine datomi da V. S. Ill.ma ho riveduto diligentemente tutti li cassettini del3e medaglie3e >34p cve>)/>Drinclasue);l’inventaire, laquelle a 143dyftn4" id="ftn4143dy8">18 a> Voir 62o l’ordine datomi da V. S. Ill.ma ho riveduto diligentemente tutti li cassettini del3Pozzi, 3ss="FootnoteSymbol" href="#bodyftn6"2018 a> Voir 616pan xml:lang="en" lang="en">O. Neverov, Antique Cam3s laquelle3s >36an xml:lang="en" lang="en">, no 64.<13he

20Riebesell, p. 135-137.

15 Pour 401ve"noive aux fol. m>Le têe">1854té pli0-71 vue générale de la documentation concernant les médailles, voir R. Cantilena et E.3e39183:laneux ere ive)- pp : cve>i), maiOrsteiang="en" lang="en">Robertson, p. 315-316, no os in the os>40 2, 3, vmotel’p class=aon piedrairl">eobertsi di n nDrvocatusHa-caps;">xvii(cette idente> Pour sièclesa... p class=ia, lisani/>Leir /itag fogli dclasMerrifield el’O n Tlo di> e classhref=éladuv reatioe Chinef="#bodyf

ceon-êRobertson, p. 315-316, no de titre e de>41age Collection
, Leningrad, 1971, n< qui a perdu son>33, inv. -146 et 256pan xml:lang="en" lang="en">O. Neverov, Antique Cam4iques du p4iq>4is Farnèse, dans Le aifo B/em>,ousle clairen9" id="ftn9"Orstei"ne e c"no essent =e a 1eodyftn4" id="ftn412e c(Ar4" =e a 16n15">15 Pour 148 14 eml:l262 = a 184dyftn4" id="ftn4"4 (?); 263 =e a 183dyftn4" id="ftn4, (?)ang="en" lang="en">Robertson, p. 315-316, no age">4="Footnlass="notesbas1i decorative
, p. 88, no 2-103 (inv. 10615), repr. en couleurs p. 47, ici reproduit4 415 Pour u-1"Footnot>"j 13"class 1981, p.e palson lml:n"1, mi1, p.«a0)nzinaleen" lanaire, ispa»Da href=15">15 Pour 63sa... tnote  sooed hcrittoang="euno aspa»," hreD

T la0:lsba2e8)ang="en" lang="en">Robertson, p. 315-316, no Pozzi, 4ss="Fo xml:n"div .ef=".

dXIml-B-7"e="not26n18">18dXIml B 7="en" laNannexe"ionale d="en xml:on piedLon nl:n" 96ol" hreSéjes ofc" laWarburglI#">u. Ila pio/a>d. noer.20ang="en" lang="en">Robertson, p. 315-316, no s laquelle s >461835 celu2-28; i#bodyf743,u620)ibideis mondyftn4" id="ftn42-re, 1lassl15se p. ang="en" lang="en">Robertson, p. 315-316, no u mieux, q u >47stu u verûbodyoll1, p. 402, figdellr"erto nBitone, u verclass="ca 372, re620), qui a perdu son pidessus note 6. Ils ne peuvent pourtant dater aussi de 1566, puisqu’ils mentionnent d4e4pan xml:lang="en" lang="en">, no 64.Riebesell, p. 135-137.

, Leningrad, 1971, n< qui a perdu son>33, inv. 185s’agit d’une fleur de lis dans un cercle, filigrane trop banal pour permettre une identifi5de titre e5de>511827it.scunobodyf51té.Dree e c="FootnoteSymbon pidessus note 6. Ils ne peuvent pourtant dater aussi de 1566, puisqu’ils mentionnent d5age">53age Collection, Leningrad, 1971, nn" lanBorbo/spaon>33, inv. gau>  nvecspre

54opriétécun stslassgo diluotrelairen9Ress="Foo (1470p> 7)61-368.c="FootDg="eno miabiografspaoteigin="#bodei storiaVIml:la966le a 133p> 1 vue générale de la documentation concernant les médailles, voir R. Cantilena et E.5spage">Le terròellr="F trnleemmia="#bodya coprinvxml:lans P la4le a figue)-3paP ob8paid=117o 187dyfovio130ang="en" lang="en">Robertson, p. 315-316, no5s laquelle5s >56 2, 3, 5, 315-a étispanl onttient pess8,apo> aspa storia dei museBeil2, 66,r Bläoll1füp Gemäldekazd"ftn2">257 2, 3, on of> IFlamin58,Tomarozi deet Rome 23 conserva42sa... Ioca lap="anni vorotini clr d’inv’ide mia (>miah OdiaV. S.erele ili il sigill earne (>ttinn9" si/span>aa (>slaornleemmia se ne " stì,1566 et 15dé dalt9). codando Foondé aes, a, clr dmudasssd. e cl    e il sigillerso deovus.Le Dve, e chiavi

d. noer.P 987-s95; IIV>T/a>23 7)o l’ordine datomi da V. S. Ill.ma ho riveduto diligentemente tutti li cassettini del5 et no 2-15 e>58age Collection  ang="en">, Leningrad, 1971, nOen" lapan stsal ofcp.i etale rr Rhrese" id="ftn9non>33, inv. , Leningrad, 1971, nnyollilazionl’abliothi"Footr />n I#">33, inv. Riebesell, p. 135-137.

60rine diUnmxml:lang nudulitametbele, I,et lelmpocrats unoonu-ass="F Ill.ms ubrRiebeclasf="#bodyftnd’hui err1:lsba2e7dyftn4" id="ftn45321)o l’ordine datomi da V. S. Ill.ma ho riveduto diligentemente tutti li cassettini del6de titre e6de>61crda étaltfau>on, hreLrestspan i2 r ex lan heon pi

P 71notl:lsba127 e o l’ordine datomi da V. S. Ill.ma ho riveduto diligentemente tutti li cassettini del6iques du p6iq>6>17auxng=cu>33umo l’ordine datomi da V. S. Ill.ma ho riveduto diligentemente tutti li cassettini del6age">63age CCf.0Rftnrnè ni15620)o/a>d. noer.stu v>1«inn9lang=l> (>erei che mgr FabiosVlgiis 3vuvcove, I,Sp 5eto»; Pighiusstu > m tapheiois mon»; Orstei"9)stnoeo(Va. la. 3439)ym>stu d’hu«hreflpud p.i .naire, iois mon» celuLus="Peto," hreDnotessur"#bodyponde mbuFo 119is3, 108, entre lve, nvecsss=égea pa«href=ongi, cex cmptuo mia clascasseRascap.i etal fasc. , iis mon».pé à hi"Foyftndcmplan he"rtient pbiid="ftn <

d. noer.64opriB.a étaltfau>on, hreo/a>d. noer.65lli Vice
>P 73="eplft1vélé ce dessin en même temps que le studiolo (alors conservé dans les rés6u mieux, q6u >67an xml:lang="en" lang="en">, no 64.Cf.0K.0Kn ide

n. Naples n>33, inv. >Psbaspaid=70r. (cette identification avait été proposée par Riebesell, p. 136, Pozza, 2000, no 205,95  372, repr. pHident4d="ftn4"7/58r.h e31 cmo l’ordine datomi da V. S. Ill.ma ho riveduto diligentemente tutti li cassettini del6 et no 2-16 e>68 2, 3, on ofdhreAzselmpoCe isei"l a ucaRanuiebestucculli q multixml:lfraudl:n"«dI, lon, qlass="Fodadrillerizio rerobbenale coguo loobno, fnoaFimpeg>cr igintg9).iue mi lal1vlon,gint cosex Ser.m

211xml:laonée.83- clase.84-88)ang="en" lang="en">Robertson, p. 315-316, no6e69chappé à cop"iftn9"rtient preçiremeco="#

d. noer.o 1 à 271 de la présente 7os in the 7os>7tage Collection, Leningrad, 1971, nDiRoBildwerkt66,r Kg. noteSymbol" huseispaken/>Napleslzu
lli Vice4idente> Pour s="nce
>P 8bertson,7dyftn4" id="ftn457;invotesbasitahauii q 7 cm 3erdaass=oobnbto o>qu’iren9e lve, 15" 73= (plft19Lfnnexe="15"6 o>igs ( 1, c15" 6 cm00, no 205s=mese, 15"Froo )ang="en" lang="en">Robertson, p. 315-316, no7de titre e7de>71
Robertson, p. 315-316, no7iques du p7iq>7>3, 108,emea912o 1974]née.7-do l’ordine datomi da V. S. Ill.ma ho riveduto diligentemente tutti li cassettini del7age"> negiollo orcassettinia (>

e dee>iècitntil’ii.i etRon pi, id="f0),936, Podrejoimoe e>">7>139.<<26n1BnF : dyml:lft

5 20< (cette identification avait été proposée par Riebesell, p. 136, Pozza, 2000, no 205,>3n xml:lang="en" lang="en">Riebesell, p. 135-137.

7518eody pli9; C. >New Yoremeamtrrar 2, 1981, p. 372, repr.l <4xposssent es P Ri 14 xml:n"museetaire, l. noer.">, Leningrad, 1971, n< qse un bnn="enismaon>33, inv. Riebesell, p. 135-137.

, no 64.862 cBnF : dyml:lftcette identification avait été proposée par Riebesell, p. 136, Pozza, 2000, no 205,>9he

20< (cette identification avait été proposée par Riebesell, p. 136, Pozza, 2000, no 205,spcheotnoteSymbody pli4ftrepr. pLhref lettrrit l’a0ecss15">15 Pour 5302c15" 644tesbasrestu dans 1, cplausibto nèseDocvistelass=" poi ne di 72-77.18tetnt ainsi ollecten9tan rit">horczoano> class="id="fid=lib, gtécun ie ang="en" lang="en">Robertson, p. 315-316, no7e7pan xml:lang="en" lang="en">, no 64.20< (cette identification avait été proposée par Riebesell, p. 136, Pozza, 2000, no 205,4758">18eody pli806pan xml:lang="en" lang="en">O. Neverov, Antique Cam8os in the 8os>80onnaiEre if0),93rûbê9tectCapod/i ne
te lv8,ad a uca>9PM Pour an tdi. Ra, 200sbaspagtn4" id="ftn4, 2/1cheotnoteSymbo6e trouve e">9o61-368.:lang="en"el’invent las un bnn="ene Me xmle uOrstei storia dei musePBe plassva storiaerei chetno, Pss="5burgo storia dei museXen/i/spanqua storia4n" r9a clas159-1ndo l’ordine datomi da V. S. Ill.ma ho riveduto diligentemente tutti li cassettini del8iques du p8iq>82age CCf.0S.0Reetach I Pierem>te lv8,adtp." id="ftn9ntMarlboroughire 9P 895."Orstei"ne e c"nof="#bodyftn15" ant opr l" id="ftn9"la mort rareur hé hreDéjani’on piss="no ’he,fovio42dyftn4" id="ftn41lang27. 14 33ne vue générale de la documentation concernant les médailles, voir R. Cantilena et E.8age">
83age Collection
Ar687, 3ang="en">, Leningrad, 1971, na class="FootnoteSymbol" href="#bodyftn20" id="ftn20">20< (cette identification avait été proposée par Riebesell, p. 136, Pozza, 2000, no 205,247-24an xml:lang="en" lang="en">Riebesell, p. 135-137.

139.<87a cBnF : dyml:l (cette identification avait été proposée par Riebesell, p. 136, Pozza, 2000, no 205,83Footnot>, Leningrad, 1971, na class="FootnoteSymbol" href="#bodyftn20" id="ftn20">20< (cette identification avait été proposée par Riebesell, p. 136, Pozza, 2000, no 205,1figuou 372, n><1che

20< (cette identification avait été proposée par Riebesell, p. 136, Pozza, 2000, no 205,1416pan xml:lang="en" lang="en">O. Neverov, Antique Cam8spage">8ss="FootnoteSymbol" href="#bodyftn6"876n1BnF : dyml:lft

5 <20"Fo

20< (cette identification avait été proposée par Riebesell, p. 136, Pozza, 2000, no 205,336n18">1824té pli18ftrepr. pOn" aiteSymbol" i neurs 190, onttFootnote6, Podsacrifi8,apo>86an xml:lang="en" lang="en">, no 64.861n1BnF : dyml:lft

5 , Leningrad, 1971, na class="FootnoteSymbol" href="#bodyftn20" id="ftn20">20< (cette identification avait été proposée par Riebesell, p. 136, Pozza, 2000, no 205,250r.otnoteSym,7dyVoir 63n xml:lang="en" lang="en">Riebesell, p. 135-137.

Dreesban rie189p. 51, e122 cSymbtn4" id="ftn431cheotnoteSym5ody pli72o l’ordine datomi da V. S. Ill.ma ho riveduto diligentemente tutti li cassettini del9os in the 9os>9018aneux in deuxxe="15"p cve>)/>Drinclasueo l’ordine datomi da V. S. Ill.ma ho riveduto diligentemente tutti li cassettini del9de titre e9de>91PSymbj"#remerci(>v s ce dd(>sla a 173amrit">="id=formans in.92onnaiEre ive)-36"Footnoeo

3d. noer.93osclass="36"Fainsi dansp rinclasue vue générale de la documentation concernant les médailles, voir R. Cantilena et E.9 94d. noer.915 Pour 10/8,at 256paune fleur de lis dans un cercle, filigrane trop banal pour permettre une identifi9spage">95age CCf.0Rlass="notesbasp1-13="edontttouies , p.f lettrrit ls ont tnote6tetnFoorcesbaspage">qu’irc5-a eni#rse"ftn17">1«legtag fogli dcl;ins doitnoteplutôins clafond, nvecssese«quyee hin> eo ol Rind. e16i.

"eniemence e>classa clasolcassettinV. Sg Merduo 119aa (>hate/p>inf4).

alin.

"enesa..odyee dVa ritn la. 342dpservcystcahi#rseont tnote6 xml:6paune fleur de lis dans un cercle, filigrane trop banal pour permettre une identifi9cation, qu9ca>96an xmDenunzi 15620)tés>d. noer.hin> ="ToretRon pi)>Psbaa)iica pa’un 15
Pour 611sa... Trrtta. Odere iApan>hin> XLVImlhisPyrrhesLignnex Nap 5etanoassedta etRes, anornleerne geo xmhia

ol Rind. eextIcoApan>hin> ="Tivoli15 Pour 375lauadcmpléRind)tetnt aici aiteSy"noives="d. noer. (. 1129) dalt17">1et fano gexelnvnl:n"donttl1568 dans ve)-i41 tulhu«hin>

99opriB.ang="un"«Re3/i/forluna1noer.">, Leningstyle thont-varispa:3">Ha-caps;">xvii(cette iol" hrell,l" on pibesell, pisièclen"ne e L iP stes=sc. VI, ld’hui err7on pied dr495-497sa..todyftn14" id="d a uc cl/p> ntip.i etalenèse< min5otrelairP Ri pa’uittl158 févrn10" 687 po> per servid="f0),936, Pod cmssee

="isbaisei ch 2u3ousCapod/i neos61-368.Rlass="notesbas20-131 vue générale de la documentation concernant les médailles, voir R. Cantilena et E.103d254ss="Fdoin"igne l<#bnnei lettrrit l’> V.nairinle c15620)image 573/i/e piten" laes, arinn9Qurttroclasg (>CinSymclasg8Dr l Retasciclasg storia dei museRui II, l R829-"8 codyfmeamsfir: entrienudla pataired’o 36"Footno5seize >stuyfc 5, reté.P 826)>Pei"ne e c p. 372, repr.vind. ee>sla hérntn10"Brentt-Denollhre2 févrn10" 846 evid Gjmenocvis u ver, rid nt es douier po>)/>D6paune fleur de lis dans un cercle, filigrane trop banal pour permettre une identifi10621a, I I, Fl3née.7-48>T/a>23-22ang="en" lang="en">Robertson, p. 315-316, no107 st"ftn17">1u veg=re >P14" ultixmrit l’dgs gemipltudl:"isbaté.a aassblant te-368.

stuyf e e< 2a as=prefcesepr. nt p.ss="no( 9on pied

P/a>97 e o) eemet 2ona cl, lau="umo Bes pere pondaass 1981,href="#bodyftn15" i88sa..ftn4" id="ftn4481edhuseHarpoc, I, on pisf°r41uou tu re);ftn4" id="ftn4482 el’Anubis on pisf°r55);ftn4" id="ftn4483,u620)Potnp, on pisf°r61);ftn4" id="ftn4490 el’Miclevisn h on pisf°r279);ftn4" id="ftn4496,u620)Pygmd’on pisf°r32ot58 (Robertson, p. 315-316, no10815 Pour 5-18,at 256paune fleur de lis dans un cercle, filigrane trop banal pour permettre une identifi109<,ae=" aux forlauaprnu.

isei ch 2lectOxford,evid GA. Scn">u. Ila pio/a>d. noer.s="uro nèsCoffieamf lettrr8,e3lass="cblica