Navigation – Plan du site
Mélanges

Entre tradition et constitutions : le dilemme de l’Assomption (1850-1923)

Between tradition and constitutions : the dilemma over the Assumption
Séverine Blenner-Michel
p. 475-491

Résumés

L’article embrasse l’histoire de la Congrégation des Augustins de l’Assomption, de sa fondation en 1845 à l’approbation définitive de leurs Constitutions par le Saint-Siège en 1923, et tente d’expliquer pourquoi près de 70 années séparent la présentation du premier texte des Constitutions par le P. d’Alzon en 1855 de leur acceptation. Après avoir évoqué brièvement les causes externes invoquées par les Supérieurs pour justifier le report permanent de la présentation des statuts (expulsions de 1880 et 1900 liées a la politique anticléricale des gouvernements français ; projet d’union des Augustins de l’Assomption avec les Ermites de Saint Augustin ; l’attente de parution du Droit canonique), l’article s’interroge sur les réticences de l’équipe capitulaire à présenter les statuts établis lors de la fondation, de peur de devoir les modifier pour les conformer aux préceptes romains et de trahir ainsi l’esprit du fondateur. Le point de litige principal porte sur la question de l’autorité et de la concentration des pouvoirs entre les mains du Supérieur général. Peu à peu, deux tendances s’affrontent au sein de la Congrégation entre l’ancienne génération de religieux qui a connu le P. d’Alzon, et la nouvelle qui intente le recours de 1909 auprès de la S. Congrégation des Religieux contre une élite dirigeante accusée d’immobilisme. L’attitude du magistère romain dans cette affaire évolue d’une tolérance bienveillante à l’égard des Supérieurs généraux sous les pontificats de Pie IX et Léon XIII vers une plus grande fermeté sous Benoit XV avec le coup de force de 1923 qui se solde par un remaniement complet de l’équipe capitulaire et une réécriture du texte des constitutions. À partir du cas particulier de l’Assomption, se dégagent ainsi les grandes tendances de la juridiction pontificale relative aux instituts religieux au tournant du xixe et du xxe siècles, ses moyens d’intervention, sa capacité à imposer un modèle plus ou moins unique et à couler les nouvelles créations dans le moule existant.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le P. d’Alzon (1810-1880) fut vicaire général de Nîmes pendant près de 40 ans, de 1839 à 1878, sous (...)

1En 1845, le P. Emmanuel d’Alzon, jeune vicaire général de Nîmes originaire d’une famille aristocratique du Midi de la France1, fonde l’Association de l’Assomption dont il définit dès l’origine les grandes orientations pastorales : conquête de la liberté d’enseignement, développement de fondations religieuses et d’œuvres au tempérament romain, perspective apostolique de christianiser toutes les couches de la société par l’écrit, esprit fortement missionnaire. Avec un petit groupe de huit personnes, laïcs et prêtres, il se consacre à l’évangélisation des plus jeunes par l’enseignement. Cinq ans plus tard, dans la nuit de Noël, le P. d’Alzon et quatre compagnons enseignants prononcent leurs premiers vœux, signant l’acte de naissance de la congrégation des Augustins de l’Assomption. Une première matrice de Constitutions est établie dès 1850 et des chapitres commencent à se tenir. Lorsqu’il se rend à Rome en 1855 pour les présenter à Pie IX, le P. d’Alzon ne se doute pas toutefois que ces statuts mettraient soixante-huit ans à obtenir l’approbation pontificale. Ce n’est qu’en 1923 en effet, au terme d’un bras de fer avec les supérieurs assomptionnistes pour leur imposer ses vues, que le Saint-Siège accepte les Constitutions que la Congrégation lui soumet après révision. Il n’y a rien d’anormal, certes, à ce qu’on laisse à un Institut le temps de se développer et de faire ses preuves avant de fixer son organisation définitive. Mais dans le cas de l’Assomption, dont la fidélité au Saint-Siège constitue l’un des traits de caractère essentiels, le délai qui sépare l’approbation de l’Institut de celle de ses Constitutions a fini par nuire à la réputation de la Congrégation, comme le relève en 1921 son Procureur général :

  • 2 Archives des Augustins de l’Assomption, Archives de la Curie à Rome (abrégé désormais AAA, ACR), IA (...)

Parmi les découvertes que nous avons faites depuis quelques mois [...] une des plus surprenantes et des plus pénibles, a été la rumeur répandue dans certains milieux assomptionnistes, tendant à établir que la curie généralice s’appliquait à éluder les ordres et directives du Saint-Siège. D’après ces bruits qui sortent on ne sait d’où, qui circulent mystérieusement, qui arrivent jusqu’à Rome et jusqu’aux oreilles du pape, nos Constitutions n’auraient si longtemps traîné dans les bureaux de la S. Congrégation des Religieux, que parce que le vicaire général et son conseil, fidèles à de longs errements, auraient mis tout en œuvre pour faire échec aux innovations nécessaires, aux mesures de salut que Rome voulait nous imposer2.

  • 3 Le P. d’Alzon participe au concile en tant que théologien de Mgr Plantier. Il n’assiste pas aux séa (...)
  • 4 Citons notamment deux colloques organisés par René Rémond et Émile Poulat respectivement en 1980 et (...)
  • 5 Casa generalizia della pia Societa dei Preti dell’Assunzione, Via San Pio V, 55 – 00165 Roma. Que l (...)
  • 6 S. Congregazione per gli Istituti di Vita Consacrata e le Società di Vita Apostolica, Palazzo delle (...)

2L’influence du P. d’Alzon sur la société catholique de son temps, son rôle pendant le premier concile du Vatican comme ardent défenseur de l’infaillibilité pontificale3, l’impact du « charisme » assomptionniste dans le développement des pèlerinages nationaux à la fin du xixe siècle, le lancement, en 1883, d’une presse catholique de grande audience avec le journal La Croix, les prises de position politiques des publications assomptionnistes dans les années 1890, la condamnation de 1900 qui contraint la Congrégation à l’exil, sont autant de visages de l’Assomption dont l’historiographie trace avec précision les contours4. Les années qui suivent immédiatement la dissolution sont en revanche moins étudiées – sans doute parce qu’elles rejoignent moins directement l’histoire nationale – alors qu’elles contribuent de manière décisive à donner à la Congrégation sa physionomie actuelle et sa dimension internationale. Partant de ce constat lacunaire, nous voudrions ici éclairer une page méconnue de cette histoire, marquée au fer rouge dans les mémoires des religieux comme l’une des plus sombres qu’ait connu la Congrégation : le rappel à l’ordre romain de 1923 pour la révision des Constitutions. Pour ce faire, nous tenterons de retracer la chronologie chaotique de l’examen des Constitutions et de comprendre les raisons du report prolongé de leur approbation à partir des documents trouvés dans les archives de la Curie générale de l’Assomption à Rome5et dans celles de la S. Congrégation des Évêques et des Réguliers au Vatican6. L’exposé replacera l’affaire des Constitutions dans l’histoire de la Congrégation, avant d’envisager successivement la position des religieux et supérieurs de l’Institut sur cette question, puis l’attitude du Saint-Siège de 1850 à 1923.

La question des constitutions dans l’histoire de la congrégation7

L’assomption du Père d’Alzon : une approbation partielle (1845-1880)

  • 8 Mgr Plantier et Mgr Sibour avaient des maisons assomptionnistes dans leurs diocèses ; le cardinal G (...)
  • 9 Archives de la S. Congrégation des Religieux (abrégé ASCR), N 9 1, rapporto del consultore della S. (...)
  • 10 ASCR, N 9 1, lettre du P. Emmanuel d’Alzon à Pie IX (26 avril 1863).
  • 11 ASCR, N 9 1, décret d’approbation de la Congrégation de l’Assomption (26 novembre 1864). L’approbat (...)
  • 12 Lettre au P. Galabert qui dirige la Mission d’Orient (février 1865), citée par S. Vailhé, op. cit., (...)

3En 1855, le P. d’Alzon est reçu à deux reprises en audience par le pape Pie IX à qui il remet le texte des Constitutions pour qu’il soit examiné. Sur la foi des recommandations de Mgr Plantier, Mgr Sibour, du cardinal Gousset et de Mgr de la Bouillerie8, la S. Congrégation des Évêques et Réguliers conclut qu’on peut encourager le fondateur et ses dévoués collaborateurs pour leur « bonne intention » et le « zèle déployé à éduquer la jeunesse ». Mais avant de donner l’approbation à l’Institut, elle préconise d’examiner avec plus de maturité et d’expérience les statuts qui lui sont propres9. Dans un premier temps, un décret de louange est adressé au P. d’Alzon en 1857. En 1863, une deuxième matrice de Constitutions est présentée à Pie IX, auquel le fondateur des Assomptionnistes demande la faveur de « donner à leur Institut une approbation définitive et à leurs Constitutions, qu’ils viennent de réviser en chapitre, l’approbation per modum experimenti ad sixennium10 ». Cette fois, la S. Congrégation des Évêques et Réguliers approuve l’Institut comme congrégation de vœux simples, tout en reportant « en temps opportun » l’examen des Constitutions, pour lesquelles elle présente néanmoins des animadversiones11. Le P. d’Alzon s’en contente et ne cache pas sa satisfaction d’avoir franchi la première étape : « Bonne et excellente nouvelle, nous avons le décret d’approbation de la Congrégation. Les Constitutions ne sont pas encore approuvées, mais j’ai reçu les animadversiones. Il ne faut pas en ce moment nous trop presser, le reste viendra en son temps. Quant à moi, avec cette approbation [...], je pense que nous pouvons aller très longtemps12 ».

  • 13 Sur cette question, voir C. Soetens, Le Père d’Alzon, les Assomptionnistes et les pèlerinages, dans (...)
  • 14 En décembre 1862, pour répondre à la demande signifiée allusivement lors de la bénédiction accordée (...)
  • 15 Au moment de la clôture du chapitre de 1858, l’Institut reçoit un bref de Pie IX approuvant la tenu (...)

4Forte de cette demi approbation et sur la base des Constitutions existantes, l’Assomption se développe donc dans les directions définies lors de sa fondation : presse catholique avec la fondation du Pèlerin dès 1873 puis de La Croix en 1883, pèlerinages avec la naissance de l’Association Notre Dame-de-Salut en 187213, action sociale, enseignement, apostolat auprès des Chrétiens d’Orient14. Au fil des années, elle se donne aussi des moyens de gouvernement et d’animation avec des institutions fortes : un Supérieur général élu à vie, des chapitres tenus régulièrement15, un grand conseil avec un puis deux et enfin quatre assistants généraux et un économe. Au chapitre de 1876, le d’Alzon suggère d’apporter un changement important dans l’organisation de la Congrégation. Il demande qu’elle soit constituée selon le régime de vie normal d’une hiérarchie religieuse dédoublée, avec un gouvernement central et des provinces établies selon les critères du nombre, des œuvres et de la géographie. Les provinces d’Andrinople, Nîmes et Paris sont ainsi créées, comprenant chacune un noviciat.

Le Généralat du Père Picard : le temps des difficultés (1880-1903)

  • 16 François Picard (1831-1903). Élève du collège de l’Assomption de Nîmes dirigé par le P. d’Alzon, il (...)
  • 17 En 1884, la Congrégation compte 147 religieux sur 15 communautés ; en 1893 : 288 religieux ; en 189 (...)
  • 18 Consécutive à l’action scolaire de Ferry contre les congrégations enseignantes, l’expulsion de 1880 (...)
  • 19 Après le procès de 1900, Léon XIII fait transmettre au P. Picard l’interdiction de se mêler de pres (...)

5Au décès du P. d’Alzon en 1880, le P. François Picard lui succède à la tête de la Congrégation. Il appartient au petit groupe d’Assomptionnistes de la première heure16et veut rester fidèle en tout aux institutions léguées par son prédécesseur, à l’exception peut-être du régime des provinces auquel il s’était formellement opposé. Son généralat se caractérise par une puissante impulsion donnée aux œuvres propres de la Congrégation et notamment aux missions, stimulées par la croissance numérique des religieux, mais aussi et surtout par la politique anticongréganiste française qui suscite un redéploiement des communautés hors de l’hexagone17. Au P. Picard revient en effet la délicate mission de réorganiser l’Institut, ébranlé par l’expulsion de 1880 et frappé d’interdit en France après le « procès des douze » et la condamnation de 190018. Il réagit en renforçant le centralisme de la direction, perpétue le système de cooptation pour désigner des membres capitulants permanents, met entre parenthèses le régime des provinces voulu par le P. d’Alzon, alors même que l’exil forcé sonne le départ d’une timide internationalisation de l’Assomption avec l’intégration progressive d’autres nationalités aux communautés françaises réfugiées à l’étranger. Cette reprise en main autoritaire, approuvée par les chapitres qui se tiennent régulièrement en 1886, 1892 et 1898, n’est pensée et prévue que comme état provisoire pour faire face à l’épreuve. Dans ce contexte troublé, la question des Constitutions est remise à plus tard, la préoccupation première étant de sauver ce qui peut l’être. On tente des mesures de sécularisation fictive pour maintenir quelques œuvres, mais globalement la Congrégation subit des pertes financières immenses19.

Le Père Bailly face à la fronde des jeunes générations (1903-1917)

  • 20 Emmanuel-Joseph Bailly (1842-1917). Après avoir fait ses études dans un collège assomptionniste, il (...)

6Après la mort du P. Picard, la direction de la Congrégation est confiée au P. Emmanuel Bailly le 19 juin 190320. Héritant d’une situation difficile, il dirige lui aussi l’Assomption dans une période particulièrement critique mais ne fait plus l’unanimité dès 1906. Il doit faire face à des mouvements novateurs qui remettent en cause son autorité centralisatrice et conservatrice, l’accusant de reporter la présentation des Constitutions pour prolonger un régime de gouvernement centralisé qui caractérise la Congrégation depuis sa fondation et que le généralat précédent a renforcé. La contestation prend la forme d’une pétition qu’une poignée de religieux adresse au pape, à l’automne 1909, pour demander l’approbation des Constitutions et l’instauration d’un régime de droit à l’Assomption avec de vraies élections. Dans ce conflit de générations qui oppose une équipe de direction vieillie, fidèle au système patriarcal voulu par le P. d’Alzon, et une base de jeunes religieux favorables à une décentralisation et à un assouplissement du régime, Rome prend le parti des supérieurs et condamne le recours de 1909. Mais le malaise persiste dans la Congrégation, un temps estompé par le déclenchement de la guerre dans laquelle s’engagent la plupart des jeunes religieux. Lorsqu’il meurt le 23 novembre 1917, le P. Bailly laisse une Assomption ébranlée par les pertes humaines et financières de la guerre, fragilisée sur le plan institutionnel, inadaptée structurellement à sa nouvelle composition. À cette date, l’internationalisation de la Congrégation n’est plus un vain mot, mais une réalité qu’il faut prendre en compte.

Le temps de l’épreuve (1918-1923)

  • 21 Ernest Baudouy (1862-1942). Religieux de la Province de Paris, assistant et Procureur général à Rom (...)
  • 22 ASCR, N 9 2, rapport sur les Constitutions présentées à l’approbation par le P. Ernest Baudouy (15 (...)

7Au décès du P. Bailly, le nouveau Code de Droit canonique vient d’être publié et Rome entend le faire appliquer. En janvier 1918, le préfet de la S. Congrégation des Religieux, le cardinal Tonti, fait savoir au procureur de l’Assomption, le P. Baudouy21, que Benoît XV souhaite voir les Constitutions de la Congrégation approuvées avant qu’on ne procède à l’élection d’un nouveau Supérieur général. Un chapitre général serait convoqué pour procéder à la révision des Constitutions pour les mettre en conformité avec le Code. L’élection du Supérieur se ferait au chapitre suivant selon les Constitutions approuvées par le Saint-Siège. En attendant, l’Institut serait régi par le P. Joseph Maubon, premier assistant du supérieur défunt, désigné par Rome comme vicaire général. Avec une certaine réticence, le chapitre se réunit au mois d’avril 1918 à Notre-Dame de Lumières dans le Vaucluse et élabore un texte des Constitutions, tentative de compromis entre la tendance autoritaire et le nouveau droit. Ce texte est remis au Saint-Siège le 16 décembre 1918, accompagné d’un long rapport du procureur général justifiant les particularités de l’ancienne Assomption22. Rome enregistre et prend son temps pour examiner. En 1920, des rumeurs circulent. On apprend que l’appellation « Augustins de l’Assomption » est contestée car la Congrégation n’est pas rattachée à l’ordre des Augustins. On lui préfère le nom officiel de « Prêtres de l’Assomption ». Mais ce n’est là qu’un incident.

  • 23 Décision prise en plenaria le 7 janvier 1921. Sur les événements de 1921-1923, on consultera J. Gir (...)
  • 24 L’Ordre des Augustins, désigné sous les termes d’Ermites de Saint Augustin ou de Grands Augustins, (...)
  • 25 35 amendements sont imposés dans le texte déposé.

8Le 14 janvier 1921, le secrétaire de la S. Congrégation des Religieux communique aux Chapitre général une liste de huit points à réviser dans les structures de l’Institut23. Le premier confirme les rumeurs : le nom, l’habit, le bréviaire, le missel et le cérémonial doivent être distincts de ceux des Ermites de Saint Augustin24. Les décisions suivantes, qui portent sur l’exercice de l’autorité, la composition du Chapitre général et des élections, les attributions des Provinces et des Provinciaux, inquiètent davantage les supérieurs assomptionnistes car elles signifient que le gouvernement de l’Institut ne peut comporter ni généralat à vie, ni indivision du territoire, ni régime de cooptation pour les chapitres. Le 19 mars, les PP. Maubon et Baudouy présentent des observations qui contestent le fond de la décision et reprennent les anciens plaidoyers. Sans doute auraient-ils mieux fait de s’abstenir, car le 27 juin 1921 arrive un décret impératif qui réitère celui du 7 janvier et ordonne la tenue d’un chapitre général ayant pour objet de réviser les Constitutions selon les directives précédentes. Ce chapitre se tiendrait à Rome avant la fin de l’année et sous la présidence d’un délégué du Saint-Siège. Y figureraient la Curie généralice, les supérieurs régionaux existants et deux délégués mandatés par chacun des Chapitres régionaux et les religieux profès ayant voix active. Les Constitutions, une fois révisées, seraient soumises à l’approbation de Rome et précéderaient l’élection d’une nouvelle Curie. Malgré l’émoi causé par ce décret, le P. Maubon n’a pas le choix. Il ordonne la tenue des chapitres locaux et régionaux en vue de l’élection des délégués afin que le Chapitre général puisse s’ouvrir à Rome en décembre. Il s’y tient du 8 décembre 1921 au 10 janvier 1922, dans la maison généralice, sous la présidence du représentant du Saint-Siège, l’abbé bénédictin Etcheverry, qui constate, dès la première séance, des irrégularités dans les élections des délégués. Il en réfère à la S. Congrégation des Religieux qui invalide le Chapitre le 10 décembre, tout en concédant aux religieux réunis le droit de se constituer en Commission pontificale consultative chargée de réviser le texte des Constitutions selon les indications du décret et les normes du nouveau Droit canon. La S. Congrégation se réservait le droit de nommer ensuite tous les officiers généraux. Dans le camp assomptionniste, c’est la consternation. Après une nuit de discussions, le P. Maubon exprime l’acceptation pure et simple de la proposition. L’assemblée des 25 religieux se met au travail sous la présidence de Dom Etcheverry. Le Chapitre se clôt le 10 janvier, au terme de 37 séances au cours desquelles les articles des Constitutions sont repris un à un. Le texte imprimé des Constitutions est transmis pour correction à la S. Congrégation des Religieux25. Dans le même temps, Rome adresse les directives d’un vote consultatif de tous les religieux de l’Institut pour la nomination de la future curie généralice. Au soir du 10 janvier 1922, une instruction spéciale imprimée par la typographie vaticane est envoyée à chaque maison. Il y est demandé que tous les religieux prêtres profès perpétuels désignent, sur une feuille signée, datée, localisée et scellée sous enveloppe, un titulaire pour chacune des huit fonctions générales (Supérieur général, premier assistant et vicaire général, assistants, économe et secrétaire général). Les enveloppes de chaque maison devaient être adressées dans les deux jours suivant la notification au Palais de la Chancellerie à Rome. Dans tous les pays, les religieux s’exécutent sous la présidence des supérieurs de communauté, et l’attente commence.

9Elle prend fin le 30 janvier 1923 lorsque Rome fait connaître sa décision. Un premier décret désigne les membres de la nouvelle Curie ; un second approuve les Constitutions amendées. Le 25 mars un troisième décret impose la création de 4 provinces (Paris, Lyon, Bordeaux, et une province belgo-batave). La nouvelle Curie, qui ne compte aucun membre de l’ancienne équipe dirigeante, a six ans pour mettre en place la nouvelle organisation avant la tenue d’un Chapitre qui procèdera d’élections libres. Après le sévère rappel à l’ordre qu’il vient de lui infliger, le Saint-Siège tient la nouvelle Assomption sous étroite surveillance. La Congrégation avait fini par obtenir l’approbation des Constitutions qu’elle attendait depuis sa fondation. Mais pouvait-elle se dire satisfaite d’un texte qui lui avait été arraché sous la contrainte ? La fermeté de la méthode employée par Rome pour imposer ses vues aux supérieurs réticents en dit long sur l’attachement de ces derniers aux statuts originels.

La position de la congrégation : la défense de la tradition

Le report anormal de la présentation

  • 26 Des justifications sont présentées en 1909 lors du recours de religieux à Rome lors du chapitre de (...)
  • 27 L’avantage d’une telle union aurait été triple : pour les Assomptionnistes, l’affiliation à un Ordr (...)

10Sans vouloir d’emblée imputer aux supérieurs de la Congrégation toute la responsabilité d’une approbation différée et tardive, il est légitime de s’interroger sur les raisons du report incessant de présentation de leurs statuts. À plusieurs reprises, la curie assomptionniste fut tenue de s’expliquer sur le délai de plus de 50 ans qui sépare l’approbation de l’Institut (1864) de la présentation – imposée – d’un texte de Constitutions en 191826. S’appuyant sur l’histoire de l’Assomption, elle défend la thèse du report involontaire. Le premier argument est le projet d’union avec les Ermites de Saint Augustin, suggéré par Pie IX au P. d’Alzon dès 1855 et de manière plus pressante à partir de 1862. Des démarches sont entreprises par les PP. d’Alzon et Picard auprès des supérieurs des Ermites de 1858 à 1892 et plusieurs projets sont présentés à la S. Congrégation des Évêques et des Réguliers, qui se prononce invariablement pour un report de l’union27. Pendant ce temps, les Assomptionnistes laissent dormir la question de leurs propres Constitutions, qui n’avaient plus de raison d’être s’ils adoptaient celles des Ermites. Le second argument est que les persécutions répétées de la Congrégation par les gouvernements français ont relégué pendant plus de vingt ans la question des Constitutions au second plan. La mort du P. d’Alzon et les expulsions de 1880 obligent le P. Picard à donner la priorité à la réorganisation et à la sauvegarde des œuvres. Pour faire face à la persécution et à l’exil, il demande que son autorité soit incontestée et favorise le développement d’un gouvernement fort, estimant que la Congrégation n’a pas le loisir de se livrer à des travaux de législation. Le même argument est repris par le P. Bailly après la dissolution de la Congrégation en mars 1900. Le troisième argument, enfin, est que le Saint-Siège lui-même a encouragé à plusieurs reprises le report de l’examen des statuts. L’extension considérable de la Congrégation après 1880 et le développement de ses œuvres très variées, surtout des œuvres de presse, imposent de prévoir une organisation un peu spéciale qu’il serait prématuré de soumettre à l’approbation avant les expériences nécessaires. C’est ce que laissent entendre à deux reprises les secrétaires successifs de la S. Congrégation des Évêques et des Réguliers au P. Picard au début des années 1890. En 1908, Pie X conseille à son tour au Supérieur général Bailly d’attendre que paraisse le nouveau Code de droit canonique pour mettre les Constitutions en conformité avec les règles de l’Église, en dépit de la demande expresse des membres du chapitre de 1906 de présenter au plus vite les statuts à l’examen de Rome pour en obtenir l’approbation.

  • 28 ASCR, N 9 1, décisions du Chapitre général de 1892 adressées au Saint Père le 16 décembre 1892.
  • 29 ASCR, N 9 1, décisions du Chapitre général de 1898.
  • 30 AAA, ACR, IF 29, Chapitre général de 1906, procès-verbaux de séances ; IF 126, décisions du chapitr (...)
  • 31 AAA, ACR, HZ 21, notes du P. Gervais Quenard sur le Chapitre de 1921-1922. La formule est du P. Ern (...)
  • 32 AAA, ACR, IG 34-48 et registre 34, procès-verbaux du chapitre général de Limpertsberg (novembre 191 (...)

11Les justifications officielles de l’Institut privilégient donc la thèse d’un retard imposé par l’histoire tourmentée de la Congrégation, lequel retard aurait été toléré, voire tacitement encouragé par le Saint-Siège jusqu’à la date tardive de 1918. C’est une manière de se disculper d’une responsabilité que leur impute la base des religieux lors du recours de 1909. Les chapitres généraux de 1892, 1898 et 1906 s’étaient tous trois prononcés en faveur de la présentation. Celui de 1892, au lendemain de l’échec du projet d’union avec les Ermites de Saint Augustin, décide de concentrer son attention sur les Constitutions qui avaient été mises en attente pendant les pourparlers28. Le chapitre de 1898 charge le P. Picard de mettre la dernière main à la rédaction des Constitutions. Il prévoit en outre leur impression et leur distribution à tous les religieux29. C’était une première étape qui aurait dû être suivie d’un envoi à Rome. Quant au chapitre de 1906, il prend la résolution de présenter « sans retard » les Constitutions à l’approbation du Saint-Siège et donne au Supérieur général Bailly les pleins pouvoirs « d’y apporter les modifications qu’il jugerait indispensables30 ». Or, c’est là que le bât blesse car les supérieurs généraux successifs n’ont jamais cherché à réduire les délais de présentation, soucieux de préserver leur autorité au sein de l’Institut. Cela est vrai du P. Picard même s’il faut reconnaître, pour sa décharge, qu’il a œuvré dans un contexte politique difficile. Cela se vérifie surtout pour le P. Bailly dont l’un des assistants disait en 1904 : « Chaque fois qu’on parle des Constitutions, il semble le prendre pour une injure personnelle31 ». Lors de son entrevue avec Pie X, en mars 1908, il suggère d’attendre la parution du Code de droit canonique avant de présenter le texte existant, sachant que le pontife l’appuierait sur ce point et l’autoriserait à passer outre les directives du chapitre de 190632. Les PP. Picard et Bailly ont manifestement retardé l’examen des Constitutions par Rome, car ils pressentaient qu’ils devraient modifier les statuts légués par le P. d’Alzon pour se conformer aux directives de l’Église.

La congrégation divisée : le recours de 1909 et ses suites

  • 33 Le Votum du consulteur de la S.C. des Religieux pour cette affaire, le P. Pierre Bastien, est sévèr (...)
  • 34 AAA, ACR, IA 81, mémoire manuscrit sur la question des Constitutions par le P. Ernest Baudouy (1906 (...)

12La responsabilité directe des supérieurs généraux dans ce prolongement du provisoire est ouvertement dénoncée par les inspirateurs du recours déposé à la S. Congrégation des Religieux à l’automne 1909 contre le gouvernement de l’Assomption. Après le dépôt de la pétition, la curie assomptionniste est sommée de se justifier des accusations des recourants33. La réponse est trouvée satisfaisante par la Congrégation des Religieux, qui décide en février 1910 de mettre la plainte de côté et d’infliger un blâme à ce recours collectif comme contraire à l’obéissance, à l’union et à l’esprit religieux34. En six mois, l’affaire est donc classée et les dirigeants de la Congrégation, après avoir été inquiétés, sortent blanchis. En apparence du moins, car l’incident révèle un profond malaise au sein de l’Assomption, que le blâme de la S. Congrégation des Religieux contribue à accentuer.

  • 35 Les auteurs de ces lettres, qui sont toutes consignées dans le carton N 9 1 des archives de la S. C (...)
  • 36 ASCR, N 9 1, rapport adressé au préfet de la S. Congrégation des Religieux par un religieux assompt (...)
  • 37 Il s’agit des Normae secundum quas S. Congr. episcoporum et regularum procedere solet in approbandi (...)
  • 38 AAA, ACR, HB 2-6, exposé de l’affaire du recours par le P. Baudouy, Procureur général (17 mars 1910 (...)

13Le texte du recours, signé par 42 religieux et accompagné de quelques lettres individuelles qui lui font écho35, accuse le gouvernement de la Congrégation de « se soustraire aux directives de Rome » et de retarder l’examen des Constitutions, sachant que la Congrégation des Religieux les refuserait au moins sur deux points : le Supériorat à vie et le recrutement du chapitre par cooptation36. Les religieux déplorent de n’être jamais représentés dans les chapitres, en dépit d’une disposition des statuts originels qui prévoient d’y faire siéger deux délégués désignés par les profès. Aucune élection n’a jamais été organisée, ni pour le chapitre de 1892, ni pour ceux de 1898, 1903 et 1906. C’est donc le système de gouvernement de l’Institut, développé dans un sens quasi despotique par les PP. Picard et Bailly, qui est mis en cause. Le retard pris dans l’approbation des Constitutions avait provoqué la naissance de deux tendances opposées qui s’affrontent pour la première fois ouvertement. D’un côté, les religieux les plus anciens, aux postes de direction, qui cherchent à maintenir dans le gouvernement une forte concentration de l’autorité, des finances, de l’administration malgré la multiplication et l’éclatement des maisons ; de l’autre les religieux plus jeunes qui estiment que la Congrégation a souffert d’une autorité trop personnelle et trop concentrée, voire parfois arbitraire, que la pensée du fondateur a été détournée sur plusieurs points et que le fonctionnement de l’Institut est fort peu conforme aux prescriptions romaines exprimées dans les Normae de 190137. Les propos tenus au P. Baudouy par l’un des membres de la communauté de New York dans laquelle il séjourne en novembre 1909, résument parfaitement cette ligne de pensée : « On dit qu’au fond chez nous, la résistance des anciens contre la poussée des jeunes était inspirée par la peur d’être évincés du pouvoir [...]. Il me semble qu’il y a chez nous trop d’absolutisme dans le gouvernement, ou au moins un gouvernement trop personnel, sans contrôle, et trop exposé à l’arbitraire d’un seul38 ».

  • 39 En septembre 1910, le P. Ezechiel Montmasson adresse à Pie X une supplique par laquelle il implore (...)
  • 40 Le chapitre étudie la possibilité d’inclure dans les Constitutions le principe d’un « quatrième vœu (...)

14Les signataires du recours affirment que seule la révision des Constitutions en accord avec les principes romains et leur approbation officielle rétabliraient l’unité dans la Congrégation. Nombreux sont ceux qui partagent les revendications des auteurs du recours sans le signer. Le fossé continue de se creuser entre les deux tendances après 1910, comme en témoignent les lettres de protestation qui ne cessent de converger vers Rome39. Au lieu de prêter l’oreille au malaise qui s’exprime et tenter de l’apaiser, la Curie assomptionniste se raidit sur ses positions. Le 12 juin 1912, Pie X avait remis au Supérieur général une lettre écrite de sa main, dans laquelle il demandait de continuer à observer les Constitutions établies depuis la fondation de la Congrégation et d’attendre, pour les présenter, la publication du Code ecclésiastique qui « ne saurait tarder bien longtemps ». Fort de cet appui pontifical, le chapitre de 1912 ne modifie pas les modalités de fonctionnement dans le sens attendu ; il aurait plutôt tendance à renforcer la tendance élitiste40. La fronde de 1909 a donc eu un effet contraire de celui qu’elle escomptait puisqu’elle aboutit à un renforcement de l’autorité et de la discipline.

La crainte d’une modification des statuts originels

  • 41 ASCR, N 9 1, décisions des Chapitres généraux de 1892, 1898 et 1906.

15L’affaire révèle toutefois la peur qu’a l’équipe dirigeante qu’on touche aux statuts légués par le P. d’Alzon. Les supérieurs sont partagés entre leur désir de rester fidèles à Rome et leur refus de modifier l’organisation originelle qui leur semble avoir fait ses preuves au vu de la croissance démographique de la congrégation et du succès de ses œuvres. Ils refusent de toucher à ce qui fait, selon eux, la spécificité et la force de l’Institut, à savoir la concentration de l’autorité dans les mains d’un Supérieur général élu à vie. Dès 1892 se trouve formulé dans les actes du Chapitre général ce qui deviendra le leitmotiv des supérieurs : « Le présent chapitre donne pleins pouvoirs au Supérieur général pour présenter les Constitutions au Saint-Siège ; mais il insiste pour que soient maintenues l’unité dans l’autorité, la force et la durée du Supériorat général, en un mot cette énergie du gouvernement qui est absolument nécessaire dans les temps actuels au bien des œuvres spéciales de notre Congrégation41 ». La formule est reprise par les chapitres de 1898 et 1906. Cette année-là, le Chapitre se prononce pour une présentation sans retard des Constitutions parce qu’il estime que c’est le meilleur moyen de sauver une disposition qui commence à être contestée en cour de Rome et risque de n’être plus accordée à l’avenir. C’est ainsi que le P. Jaujou, rapporteur de la commission des Constitutions, résume aux membres capitulants les motifs qui ont inspiré la décision d’une présentation :

  • 42 AAA, ACR, IF 29, procès-verbaux du chapitre général de 1906. 4e séance (2 août 1906), rapport du P. (...)

C’est que nous voulons, comme ont voulu tous nos anciens avec le fondateur, un gouvernement fort. Or il nous paraît que le Supérieur général actuel est seul capable de l’obtenir, grâce à l’influence personnelle qu’il a en cour de Rome, et à la bienveillance dont il est l’objet de la part du pape et des plus notables cardinaux. Un second motif est l’inquiétude assez fondée que le désir d’un gouvernement fort ne se trouve pas au même degré plus tard, quand la Congrégation aura pris une plus grande extension. Aujourd’hui nous désirons encore tous le Supériorat général à vie. Il est à craindre que dans 12 ans on ne le désire plus et que dans 24 ans on désire un Supérieur général temporaire et qu’on finisse dans la Congrégation par être obligé de remplacer le Supérieur général tous les 6 ans, ce qui serait une déviation complète de la pensée du fondateur et de tous les chapitres jusqu’à ce jour. Il semble donc urgent de demander sans retard ce que nous désirons obtenir, de crainte que plus tard on ne le demande même plus. Le P. Général ajoute que la codification du Droit canon amènera des modifications dans la législation des ordres religieux et qu’il sait de bonne source que la tendance est de diminuer les pouvoirs des Supérieurs généraux pour renforcer ceux des évêques. Ce sont tout autant de raisons qui militent en faveur du sans retard42.

  • 43 ASCR, N 9 2, rapport sur les Constitutions présentées à l’approbation par le P. Baudouy (15 déc. 19 (...)

16Ce rapport atteste qu’en 1906 les supérieurs de l’Institut n’ignorent pas les risques d’une remise en cause interne de l’organisation de la Congrégation. Mais ils ne sont pas prêts à abandonner des structures qui ont permis à l’Institut de se maintenir et de prendre de l’ampleur en dépit des épreuves. Revenir sur le supériorat à vie ou instituer une division en provinces géographiques sur le modèle des Normae romaines affaiblirait le gouvernement central, comme l’explique encore le procureur de la Congrégation en 1918, dans le rapport qui accompagne le texte des Constitutions présenté au Saint-Siège. Il y plaide en faveur du maintien d’un Supérieur général élu à vie parce que « cette disposition des Constitutions était expressément voulue par le fondateur et tous les anciens ; parce que la Congrégation vit sous ce régime depuis sa fondation et que c’est ainsi qu’elle a pu donner impulsion aux œuvres ; parce que le P. d’Alzon souhaitait écarter de sa famille religieuse l’esprit démocratique et la fréquence des élections. » De même, il s’oppose à la création de provinces autonomes qui restreindraient les moyens d’action de la Congrégation : « Les Provinces, quoi qu’on fasse, finissent par créer de petites congrégations dans la grande43 ».

  • 44 AAA, ACR, Registre C 34, procès-verbaux du chapitre général de Lumières, séance de clôture (28 avri (...)

17La rhétorique de la « fidélité au fondateur » est abondamment développée dans les échanges que l’Assomption entretient entre 1918 et 1922 avec la S. Congrégation des Religieux. Le chapitre de 1918, dont la finalité est « d’arrêter les points principaux des Constitutions et de préparer un texte en harmonie avec les prescriptions du Code nouveau », n’oublie pas de rappeler le devoir de « conserv[er] ce qui était fondamental dans la pensée du fondateur44 ». Le résultat est prévisible : pratiquement rien n’est modifié. Les Pères du Chapitre maintiennent le généralat à vie – alors que le Code canonique préconise des mandats de 6 ou 12 ans – par « fidélité à l’esprit du fondateur dont Rome ne peut s’offenser ». De même ils rejettent l’idée d’une organisation en provinces, comme le préconise le Codex, pour les remplacer par des groupements régionaux peu autonomes. Sachant que le texte proposé risque d’être contesté, le Procureur Ernest Baudouy prie le préfet de la Congrégation des Religieux de ne pas interpréter leur attachement aux particularismes de l’Institut comme une insoumission :

  • 45 ASCR, N 9 2, rapport sur les Constitutions présentées à l’approbation par le P. Ernest Baudouy (15 (...)

Peut-être trouvera-t-on que nous nous écartons en certains points des coutumes que Rome a établies depuis notre fondation. Je supplie Votre Éminence de ne pas voir en cela un désir quelconque de nous soustraire à ce que Rome décidera. Nous aurons toujours à cœur de montrer une docilité parfaite à l’égard de ses moindres indications. C’est la tradition de notre Fondateur et, avec la grâce de Dieu nous y serons fidèles. Mais nous ne croyons pas manquer au respect et à la déférence que nous devons au Saint-Siège et que nous serons toujours empressés de lui témoigner, en lui demandant de vouloir bien sanctifier ce que notre vénéré Fondateur, un homme de Dieu, a pensé devoir organiser pour l’extension du règne de Dieu et pour le bien des âmes.
Il a conçu la vie religieuse d’une certaine manière, nous a légué sa pensée et nous croirions manquer à nos plus saintes obligations si nous ne cherchions pas à la maintenir telle quelle en la soumettant sincèrement et avec confiance à l’approbation de Rome.
Nous ne pensons pas qu’il soit interdit de demander au Saint Père la permission d’organiser notre société religieuse un peu différemment des organisations courantes, surtout après qu’une longue expérience a donné des garanties de solidité à la manière dont le Père d’Alzon a organisé son Institut45.

18Lorsque la plenaria de la S. Congrégation des Religieux, peu touchée par cette profession de fidélité au Saint-Siège, annonce en janvier 1921 les modifications attendues, les Supérieurs se crispent sur leurs positions. La crainte de trahir la pensée du fondateur les pousse à la résistance. Ils affichent leur consternation, refusent de baisser les bras et entreprennent des démarches auprès de leurs contacts à la Curie. Finalement, ils décident de présenter des observations et d’obtenir que ces réformes ne leur soient pas imposées d’autorité, tout au moins qu’elles soient laissées à la décision du Chapitre général pour l’honneur et la sauvegarde de l’autorité religieuse. C’est peine perdue : le second décret de la S. Congrégation des Religieux du 27 juin 1921, plus sévère que le premier, impose la tenue d’un chapitre sous la présidence d’un représentant du Saint-Siège. L’invalidation de ce chapitre pour irrégularité des élections prouve assez la détermination de Rome à ne tolérer aucun écart. À ce moment-là, les pères capitulaires n’ont plus guère le choix : ou ils se soumettent et acceptent de modifier leurs Constitutions selon les instructions reçues, ou c’est la dissolution de la Congrégation. Il leur faut admettre que l’Institut n’a d’avenir que dans l’obéissance incontestée à Rome et que sa survie passe par un abandon partiel de leur tradition.

19En nommant, en 1923, une équipe totalement nouvelle aux postes clé, le Saint-Siège sanctionne les membres de l’ancienne curie, trop attachés à la mémoire de leur fondateur pour comprendre qu’une évolution était nécessaire pour mettre l’Institut en accord avec son temps. Reste à se demander pourquoi Rome a laissé perdurer aussi longtemps une situation qui menaçait l’intégrité de la Congrégation.

L’attitude de Rome : entre tolérance et rappel à l’ordre

Une longue tolérance

  • 46 L. Guissard qualifie les événements de 1918-1923 de « crise intérieure grave » survenue à la suite (...)

20Il serait injuste d’imputer l’unique responsabilité du délai excessif de présentation aux supérieurs assomptionnistes. Disons que s’ils n’ont pas cherché à accélérer la procédure, ils ont profité de la tolérance de l’autorité romaine pendant plus de 50 ans. Ce long silence est d’autant plus surprenant qu’il est suivi d’un rappel à l’ordre aussi brutal que sévère. À l’Assomption, le souvenir pénible des années de disgrâce qui suivent la Première guerre mondiale demeure longtemps vivace46. Le coup de force de Rome est vécu comme une trahison envers une Congrégation qui n’a cessé depuis sa fondation de revendiquer son attachement au chef de l’Église. Si l’on reprend chronologiquement les pontificats qui jalonnent l’histoire de l’Institut pendant cette période, force est de constater que la croissance initiale de la Congrégation a été facilitée par les relations privilégiées qu’entretenaient ses Supérieurs successifs avec les Souverains Pontifes.

  • 47 ASCR, N 9 1, rapport du Consulteur de la S. Congrégation des Évêques et des Réguliers sur la demand (...)
  • 48 AAA, ACR, HZ 4, notes du P. Baudouy sur la commission de révision de 1921, extrait des 2e et 3e séa (...)
  • 49 AAA, ACR, HB 11, version abrégée de la réponse au Votum du consulteur de la S. Congrégation des Rel (...)

21Le P. d’Alzon fut un ami intime de la personne et des idées de Pie IX. Entre 1855 et 1877, il est reçu neuf fois en audience à Rome et bénéficie du soutien enthousiaste du pape pour la création d’une Congrégation qui se définit elle-même comme « ultramontaine » – quelles que soient les réserves de l’historiographie contemporaine à l’égard de ce terme – et grandit dans un esprit fortement missionnaire. On est alors dans un contexte de renforcement de l’autorité pontificale, de développement des missions, d’essor des congrégations de droit pontifical. Dans les premières années de son existence, la question des statuts est jugée secondaire puisqu’on décide d’encourager le nouvel Institut et de laisser l’expérience déterminer si son organisation est satisfaisante. Ce sont les termes mêmes du décret de louange de 1857 qui prévoit de remettre à plus tard l’examen des Constitutions. En 1863, le consulteur de la S. Congrégation des Évêques et des Réguliers, qui se penche une nouvelle fois sur ces dernières, les juge « insuffisamment développées » et suggère de communiquer « quelques observations47 ». Au nombre de huit, ces animadversiones concernent des points de détails, des questions de juridiction, mais ne mentionnent absolument pas le mode de gouvernement. Elles ne relèvent pas, par exemple, l’article 1er qui fixe que « le Supérieur général sera nommé à vie avec un pouvoir absolu48 », ce qui tend à prouver que la centralisation du pouvoir n’avait pas lieu d’inquiéter Rome dans les années 1860. Deux questions sont davantage développées dans le rapport : les statuts prévoient la possibilité de prononcer un 4e vœu et la création d’un Tiers-Ordre constitué de séculiers qui s’occuperaient des diverses œuvres de charité de l’Institut. Sur ces deux questions, le consulteur préconise la fermeté : les Instituts de vœux simples ne sont pas des Ordres et ne peuvent avoir ni 4e vœu, ni Tiers-Ordre. Le P. d’Alzon tenant particulièrement à ces deux points, Pie IX lui suggère l’union – déjà évoquée – avec les Ermites de Saint Augustin. Le pape parle au fondateur de cette possibilité dès sa première audience, le presse de réaliser le projet en 1861, lui en demande des nouvelles en 1877 dans l’avant-dernière audience qu’il lui accorde, et conseille de laisser en attente la question des Constitutions propres de l’Assomption49.

  • 50 C. Prudhomme, Stratégies missionnaires du Saint-Siège sous Léon XIII (1878-1903), Rome, 1994 (Colle (...)
  • 51 ASCR, N 9 1, résumé de l’affaire du recours de 1909 (rapport no 4126.09). Le 7 octobre 1895, les As (...)
  • 52 AAA, ACR, HB 11, version abrégée de la réponse au Votum du consulteur de la S. Congrégation des Rel (...)

22La situation change avec l’arrivée du successeur de Pie IX en 1878. Les orientations missionnaires du pontificat de Léon XIII50expliquent sans doute qu’à deux reprises, en 1879 et en 1888, les projets d’union présentés à l’examen de la S. Congrégation des Évêques et Réguliers aient reçu un avis défavorable. L’union avec les Ermites ne semble plus conseillée car on a besoin des Assomptionnistes en Orient. Léon XIII donne l’ordre d’y entreprendre de nouvelles œuvres, d’y organiser des paroisses et des séminaires de rites grec et slave avec des religieux de la Congrégation qui accepteraient de passer à ces divers rites, et de créer à Constantinople un institut scientifique pour y relever le prestige de l’Église catholique51. Le nouveau Supérieur général, le P. Picard, devient l’un des conseillers de Léon XIII sur les questions orientales. Pour d’autres raisons que sous le pontificat précédent, on encourage donc une nouvelle fois les Assomptionnistes à différer le dépôt des Constitutions pour leur laisser le temps de donner un plein développement à leurs œuvres missionnaires. En octobre 1892, deux représentants de la Congrégation, les PP. Mariage et Baudouy, rencontrent le secrétaire de la Congrégation des Évêques et Réguliers pour lui exposer leur désir de faire approuver les Constitutions. Le cardinal Sepiacci les en dissuade, leur affirmant que l’approbation ne pressait pas, car la situation un peu à part de leur Congrégation, eu égard à ses œuvres difficiles, exigeait une plus large expérimentation de leurs règles. En 1893, le P. Picard se rend tout de même à Rome avec l’intention de soumettre le texte des statuts. Le 14 avril, il rencontre le successeur du cardinal Sepiacci, Mgr Graniello. Ce dernier ne change pas de ligne et répète au P. Picard une formule qui résume la pensée de Rome depuis le début : « Ne vous hâtez pas, examinez, expérimentez52 ». L’Assomption continue donc d’expérimenter et d’œuvrer sur la base des statuts de 1850, enrichis par les décisions des chapitres que le P. Picard synthétise dans une version écrite en 1898.

  • 53 Sur cette période, voir J.-D. Durand, Le Saint-Siège et l’Affaire Dreyfus, dans M. Denis, M. Lagrée (...)
  • 54 Cité par J.-D. Durand, op. cit., p. 144.
  • 55 Préfet de la S. Congrégation des Évêques et Réguliers de 1899 à 1902.
  • 56 Une seule mention est faite de cet épisode dans le mémoire manuscrit du P. Baudouy (1921) qui cherc (...)

23La politisation du dossier assomptionniste au moment de l’affaire Dreyfus complique passablement les relations avec le magistère pontifical53. Les positions antisémites des publications de la Bonne Presse au moment de l’affaire Dreyfus exaspèrent le Saint-Siège qui craint qu’elles ne portent préjudice à sa politique de Ralliement, d’autant que le nonce Lorenzelli les présente dès 1899 comme responsables du durcissement de la politique religieuse du gouvernement de Waldeck-Rousseau. À plusieurs reprises entre 1896 et 1898, le Secrétaire d’État Rampolla, puis Léon XIII en personne, avaient rappelés fermement à l’ordre les pères Vincent de Paul (directeur de La Croix) et Emmanuel Bailly (procureur de la Congrégation à Rome). Après le procès de janvier 1900 qui se solde par l’interdiction de la Congrégation en France, le pape cherche à calmer les réactions de l’épiscopat pour ne pas envenimer les relations avec les autorités politiques. Une commission cardinalice, réunie en février 1900, met en garde les dirigeants du journal en leur demandant « de ne pas compromettre de cette manière la cause de la religion »54. Au lendemain de la condamnation en appel des Assomptionnistes, le pape prend une décision exemplaire. Le 7 mars, il leur fait transmettre, par l’intermédiaire du cardinal Gotti55, l’interdiction absolue de se mêler de politique et l’obligation de se retirer de la direction de La Croix. Que Léon XIII ait ou non « sacrifié » les Assomptionnistes pour préserver sa politique de conciliation religieuse, il est évident que les choix de La Croix dans la question de l’antisémitisme ont temporairement terni la réputation de la Congrégation au sein de la Curie. La perte de leur maison d’édition, à laquelle s’ajoute l’expulsion du territoire français, sonnent comme une disgrâce pour les disciples du P. d’Alzon, même si le Saint-Siège leur exprime par ailleurs sa sympathie et les encourage à développer les autres aspects de leur apostolat, notamment leurs œuvres d’Orient. Il ne semble pas que les prises de position politiques de la Congrégation dans le climat agité de l’avant Séparation aient joué de rôle déterminant dans le report d’approbation des Constitutions. Du moins n’y est-il jamais fait allusion dans les dossiers de la S. Congrégation des Évêques et des Réguliers56.

  • 57 Voir les conclusions du Chapitre de 1906, citées plus haut, qui présentent la bienveillance pontifi (...)
  • 58 P. Pierre-Fournier Merklen (1875-1949) : nommé en septembre 1900 à la tête de la maison d’études de (...)

24Suivent les années d’exil et la nomination du P. Emmanuel Bailly comme Supérieur général. Son élection coïncide avec celle de Pie X en 1903, dans un contexte de défense catholique très dure contre les ouvertures du pontificat précédent. Les relations qu’entretiennent le P. Bailly et Pie X sont chaleureuses et fréquentes57 ; la conception que Bailly se fait de l’autorité et de la hiérarchie relève des mêmes analyses que celles du nouveau pape. Il mène un combat anti-moderniste efficace et sévère dans les maisons d’études de l’Assomption ; il profite de l’affaire du recours de 1909 pour supprimer la Revue Augustinienne (1910), écarter le P. Merklen58, supérieur de la communauté de Louvain, et disperser l’ensemble du corps professoral du centre d’études louvanien – considéré comme un foyer de diffusion des idées « modernistes » – où sont débusqués les principaux meneurs de la pétition adressée au pape. L’attitude de Rome dans cette affaire de recours est symbolique. Les signataires accusent leurs supérieurs de vouloir se soustraire aux directives du Saint-Siège et justifient leur démarche par leur désir de ramener la Congrégation dans le droit chemin en obtenant l’approbation de Constitutions révisées dans le sens des directives romaines. C’est la première fois que la non-conformité des Constitutions assomptionnistes aux Normae de 1901 est dénoncée aussi clairement. Les lettres qui affluent à la Congrégation des Religieux insistent surtout sur l’autorité excessive du Supérieur général et sur le système de recrutement par cooptation des membres du Chapitre sans qu’ancun délégué des religieux ne soit jamais consulté. Les supérieurs interrogés ne nient pas ces pratiques de gouvernement. Mais ils mettent en garde les autorités romaines contre certaines affirmations fallacieuses des affidés, accusés de vouloir semer le trouble dans la Congrégation. Cet argument, à un moment où on redoute les séditions « hérétiques », explique sans doute la rapidité avec laquelle la S. Congrégation inflige un blâme aux recourants, comme en témoigne ce propos du préfet des Religieux, le cardinal Vivès, aux PP. Bailly et Baudouy le 27 février 1910 :

  • 59 AAA, ACR, HB 5, relation écrite de l’audience du cardinal Vivès par le P. Baudouy (27 février 1910)

Nous avons voulu couper court à ce mouvement qui est mauvais. C’est comme une conspiration militaire et cela ne peut produire que des désastres [...]. On n’ignore pas comment de pareils mouvements s’organisent : les mécontents se réunissent, se montent mutuellement, deviennent audacieux, entraînent les faibles. Ils critiquent, ils murmurent, et ces murmures sont ce qui produit le plus de ravages dans la vie spirituelle : il faut les arrêter59.

  • 60 AAA, ACR, IG 34-48 et registre C34 : procès-verbaux du chapitre général tenu à Limpertsberg, Luxemb (...)

25Le cardinal Vivès profite tout de même de l’occasion pour glisser aux Pères assomptionnistes que le congresso aurait voulu dire quelque chose sur le recrutement du chapitre qui se fait d’une manière extraordinaire, mais que lui-même n’a pas voulu mêler ces questions et qu’il a tenu à ne répondre que pour le maintien de l’ordre. Il reconnaît que le système de désignation du chapitre par ses membres a des inconvénients, qu’il peut perdurer jusqu’à l’examen des Constitutions, mais conseille aux Supérieurs de l’arranger un peu de manière à ce qu’il ne soit pas trop suspect. Deux ans plus tard, en juin 1912, Pie X confirme au P. Bailly qu’ils doivent continuer à observer les Constitutions établies depuis la fondation de la Congrégation et attendre la publication du Code ecclésiastique pour les présenter60. L’attitude de Rome sous le pontificat de Pie X consiste donc à rappeler qui détient l’autorité pour étouffer les mouvements contestataires de la base. L’attente de la parution du Code de droit canon fournit un prétexte pour repousser l’examen de textes qui risquaient de mettre en difficulté les supérieurs de l’Assomption en donnant raison aux auteurs de la fronde de 1909. En réalité, les directives romaines en matière de fonctionnement des Instituts religieux étaient connues et consignées dans les Normae de 1901, qui avaient servi de base pour l’approbation des statuts de nombreux Instituts. Nul n’était donc besoin d’attendre que sorte la nouvelle somme canonique pour dire que les Constitutions de l’Assomption n’étaient pas conformes au droit de l’Église. Mais dans un contexte de défense et de résistance aux idées modernistes, il paraissait dangereux d’affaiblir le gouvernement de la Congrégation en lui imposant une révision qu’il ne souhaitait pas.

Le tournant de 1917

  • 61 Décidée par la bulle Arduum de Pie X le 19 mars 1904, cette œuvre avait été entreprise par le cardi (...)
  • 62 AAA, ACR, IA 81, mémoire manuscrit du P. Baudouy (19061921), op. cit.

26Le contexte change radicalement avec le pontificat de Benoît XV. Arrivé à la tête de l’Église en 1914, le nouveau pape consacre l’entreprise lancée par son prédécesseur et promulgue le Code de droit canonique le 27 mai 191761. Commence alors pour l’Assomption ce qu’elle a qualifié « d’atmosphère de défaveur romaine ». Lorsqu’elle demande à Rome au début de 1918 l’autorisation de réunir un chapitre pour élire un successeur au P. Bailly, on lui rappelle vertement qu’on attend ses Constitutions. À cette date, le personnel curial a changé, les supérieurs assomptionnistes ont perdu leurs appuis d’avant la guerre et le nouveau préfet de la Congrégation des Religieux, le cardinal Tonti, ne semble pas les tenir en grande estime. Il ne cesse de rappeler aux Assomptionnistes que « ça ne va pas bien [dans leur Congrégation], que tout n’y marche pas selon les règles » et réclame plusieurs rapports sur le fonctionnement de l’Institut62. Une décision papale du 5 février 1918 informe le procureur assomptionniste qu’un Chapitre général se réunirait, mais seulement pour étudier les Constitutions et leur donner leur dernière forme. Ordre est donné de ne rien entreprendre avant que cette question ne soit définitivement réglée.

27Après les demandes de révision présentées par la S. Congrégation des Religieux en janvier 1921, de toutes parts on met les supérieurs de l’Assomption en garde contre un entêtement qui risque de leur coûter cher. Les renseignements qu’ils obtiennent dans les milieux romains les éclairent sur la position du Saint-Siège, laquelle tient en deux points : primauté du droit des religieux et uniformisation selon les canons romains. Consulté, le P. Le Floch, directeur du Séminaire français de Rome et consulteur au Saint-Office et à la Consistoriale, résume ainsi une situation qu’il déplore :

  • 63 Propos consignés par le P. Baudouy dans son mémoire manuscrit (AAA, ACR, IA 81). Spiritain, le P. H (...)

Il y a un vent de démocratie qui souffle dans ces régions-là, et c’est d’autant plus incompréhensible qu’il s’agit de religieux. On dirait qu’ils s’appliquent à minimiser l’autorité, et presque à la rendre suspecte [...]. Les religieux ont droit de demander des dispenses, de se plaindre au nom des Constitutions, de crier à l’arbitraire, et Rome les écoute. C’est le règne de la démocratie, ajoute-t-il, et c’est l’opposé de l’esprit religieux, tel du moins que nous le concevons généralement en France63.

  • 64 AAA, ACR, IA 81, mémoire manuscrit du P. Baudouy (1906-1921), op. cit.

28Un consulteur de la S. Congrégation des Religieux rappelle en outre qu’il est inutile d’invoquer la tradition pour déroger à la loi commune : « Que cela ne vous étonne pas, c’est le laminoir. La pensée des fondateurs ne compte guère. Sans s’inquiéter du but, de l’esprit, des moyens de sanctification de tel ou tel Institut, on jette ses constitutions dans le laminoir et il faut qu’elles y passent. Tant pis si ce qui en sort détruit la pensée du fondateur [...]64 ».

  • 65 Les trois rapports sur les Constitutions de 1918 adoptent un ton très ferme. Les deux premiers (fév (...)
  • 66 AAA, ACR, IA 81, mémoire manuscrit du P. Baudouy sur la question des Constitutions (1906-1921).
  • 67 Les missions occupent une grande place dans les préoccupations du pontificat de Benoit XV, traversé (...)
  • 68 La commission de révision des Constitutions avait eu du mal à accepter le principe d’une participat (...)

29Dans ce contexte, on devine les points sur lesquels se cristallise l’attention de Rome : la concentration de l’autorité dans les mains d’un Supérieur général élu à vie alors que la tendance est à des mandats courts, l’indivision de la Congrégation qui ne rend pas compte de sa dimension internationale et le mode de désignation du Chapitre qui prive les religieux du droit d’élire leurs représentants. Les rapports des consulteurs de la Congrégation des Religieux sur le texte de 1918 sont formels : le mode de gouvernement de l’Assomption est troppo concentrato et troppo francese65. Un officier de la Chancellerie pontificale va même jusqu’à parler de « despotismo francese66 ». C’est en partie pour secouer le joug des Français, omniprésents dans les structures de l’Assomption, que Rome préconise, dans la ligne de l’encyclique Maximum illud (1919), la création de Provinces financièrement autonomes dotées d’un supérieur provincial et d’un noviciat, dans lesquelles les religieux d’autres nationalités auraient davantage de responsabilités et prendraient part aux décisions67. En 1921, les dés sont jetés lorsque les Assomptionnistes réunis en commission de révision des Constitutions entament l’examen, article après article, de leurs statuts. On leur demande tout bonnement de coucher sur le papier les directives de la Congrégation des Religieux. Si le Saint-Siège approuve les Constitutions en 1923, c’est parce qu’elles sont l’expression de sa volonté. Non content de cette soumission écrite, il maintient la Congrégation sous tutelle et lui rappelle, en les lui signalant par voie extraordinaire, les trois points sur lesquels s’étaient cristallisées les résistances. Le mandat court est institué avec la nomination de la nouvelle curie pour six ans, laquelle procède d’une consultation de tous les religieux, même si le Saint-Siège s’est réservé le bénéfice du choix ultime. Pour bien montrer que l’exclusivité française est révolue, un décret impose enfin la création d’une province belgo-batave, en complément des trois provinces françaises de Paris, Lyon et Bordeaux retenues par la commission68. Ce découpage géographique instaurait pour la seconde fois à l’Assomption, après la brève expérience de 1876, une forme de gouvernement décentralisé qui devait lui permettre d’affirmer sa vocation internationale au xxe siècle.

  • 69 En 1909, le P. Gervais Quenard (1875-1961) était Supérieur du collège Saint-Augustin de Philippopol (...)
  • 70 De 1920 à 1923, le P. Gervais Quenard dirige la Mission d’Orient.

30L’histoire de l’approbation des Constitutions de l’Assomption éclaire les rapports des Instituts religieux à l’autorité romaine au cours d’un long xixe siècle et permet de les apprécier au travers de leurs évolutions. Il met tout d’abord en évidence l’évolution des politiques du Saint-Siège en fonction des sensibilités propres à chaque pontificat et de la conjoncture internationale, et fait apparaître l’avènement de Benoît XV comme une rupture importante. Il pose ensuite la question de l’évolution, ou plutôt de l’élaboration et du perfectionnement d’une législation rendue nécessaire par les nombreuses créations de congrégations et d’Instituts à vœux simples dans les deux premiers tiers du xixe siècle. En ce sens, le Code de droit canonique de 1917 finalise et concrétise le désir d’uniformisation romain. À une échelle plus réduite, cet exemple illustre également l’évolution et la maturation d’une congrégation à laquelle sa vocation missionnaire imposait de modifier son organisation originelle pour répondre aux exigences de l’internationalisation. Le Supérieur général désigné par le Saint-Siège en 1923 pour guider l’Institut dans sa phase de transition, le P. Gervais Quenard, ne pouvait qu’adhérer aux dispositions des nouvelles Constitutions qu’il avait contribué à établir. Comme simple religieux, fidèle mais critique, il avait suffisamment déploré l’ancienne centralisation pour faire bon accueil au régime nouveau69. Ayant vécu longtemps hors de France et en Orient, il était préparé à faire passer la Congrégation à sa phase internationale70.

  • 71 J.-M. Mayeur rappelle qu’il n’y a pas chez les Assomptionnistes de rejet du régime républicain à pr (...)
  • 72 AAA, ACR, HZ 21, notes du P. Quenard sur le chapitre de 1921-1922
  • 73 Même s’il s’agit d’une autre affaire, la nomination du P. Merklen – honni par l’ancienne équipe dir (...)

31D’un point de vue politico-religieux enfin, se joue derrière l’épreuve de l’approbation des Constitutions le passage du régime autoritaire, dans lequel avait vécu la famille assomptionniste depuis sa fondation, à un régime constitutionnel et structuré où les rôles et responsabilités de chacun sont clairement définis. Les choix politiques des supérieurs assomptionnistes en faveur d’un pouvoir fort, leur hostilité à la IIIe République athée et anticléricale71, leur positionnement lors de l’affaire Dreyfus pour la défense de l’honneur militaire, leur intransigeance aussi bien dans la sphère politique que religieuse, résonnent en interne dans leur volonté de prolonger le plus longtemps possible un mode de gouvernement élitiste et autoritaire au mépris du droit des religieux. La crainte quasi apocalyptique qu’exprime d’Alzon à l’égard de la République des Républicains à la fin des années 1870 résonne au début des années 1920 dans le refus de ses successeurs de renoncer au généralat à vie sous peine de « conduire à une catastrophe, à la ruine certaine de la Congrégation72 ». Dans l’histoire de la Congrégation, les mandats des PP. Picard et Bailly représentent des moments de durcissement et de crispation qui renforcent une intransigeance sensible dès les années de fondation. Le parcours des Assomptionnistes illustre donc aussi celui de l’intransigeantisme catholique qui, dans son refus de tout recul et de toute compromission susceptibles de mettre en péril la conservation de la tradition et de la foi, finit par entrer en conflit avec Rome. En 1923, l’intervention du Saint-Siège n’a d’autre but que de signifier à la curie assomptionniste qu’elle doit aligner la tradition léguée par le P. d’Alzon sur le droit de l’Église dont le nouveau Code a entériné les évolutions73. L’histoire de l’Assomption nous redit, à de multiples échelles, que Rome inspire, oriente, accompagne ces croissances, mais qu’elle ne manque jamais de rappeler, lorsque cela s’impose, qu’en elle seule réside l’autorité.

Haut de page

Notes

1 Le P. d’Alzon (1810-1880) fut vicaire général de Nîmes pendant près de 40 ans, de 1839 à 1878, sous les épiscopats de Mgr Cart, Mgr Plantier et Mgr Besson. Parmi les nombreuses biographies qui lui sont consacrées, citons S. Vailhé, Vie du P. Emmanuel d’Alzon, vicaire général de Nîmes, fondateur des Augustins de l’Assomption (1810-1880), Paris, 1934, 2 vol. ; G. Bernoville, Un promoteur de la renaissance catholique au xixe siècle, Emmanuel d’Alzon (1810-1880), Paris, 1957 ; A. Sève, Ma vie c’est le Christ : Emmanuel d’Alzon, Paris, 1980 ; G. Tavard, La foi et le Royaume. Emmanuel d’Alzon et la spiritualité d’Assomption, Paris, 2003.

2 Archives des Augustins de l’Assomption, Archives de la Curie à Rome (abrégé désormais AAA, ACR), IA 81, mémoire manuscrit du P. Baudouy sur la question des Constitutions (1906-1921).

3 Le P. d’Alzon participe au concile en tant que théologien de Mgr Plantier. Il n’assiste pas aux séances conciliaires, mais s’impose comme « un des principaux agents de liaison de la majorité » et organise un bureau de correspondance internationale qui fournit des nouvelles du concile à la presse catholique du monde entier. Sa correspondance pendant son séjour romain est éditée dans le huitième tome (1869-1870) des Lettres du Père Emmanuel d’Alzon, Rome, 1994. Sur cette période de sa vie, voir S. Vailhé, op. cit., t. II, p. 515-567.

4 Citons notamment deux colloques organisés par René Rémond et Émile Poulat respectivement en 1980 et 1987 qui ont donné matière à publication : Emmanuel d’Alzon dans la société et l’Église du xixe siècle, Paris, 1982, et Cent ans d’histoire de La Croix. 1883-1983, Paris, 1988. Plus récemment,H. Multon, Les Assomptionnistes et la loi de 1901, dans J. Lalouette et J.-P. Machelon (dir.), 1901. Les congrégations hors la loi ?, Paris, 2002, p. 171-183. Pourront également être consultés avec profit les actes en ligne d’une journée organisée à l’Espace d’Alzon, à Paris, en 2000 pour commémorer la naissance de la Congrégation : « Deux siècles d’Assomption : le regard des historiens » (www.assomption.org/totalebiblio.php).

5 Casa generalizia della pia Societa dei Preti dell’Assunzione, Via San Pio V, 55 – 00165 Roma. Que le P. Périer-Muzet, archiviste de la Congrégation, soit ici chaleureusement remercié de son accueil et de son aide.

6 S. Congregazione per gli Istituti di Vita Consacrata e le Società di Vita Apostolica, Palazzo delle Congregazioni, Piazza Pio XII, 3 – 00193 Roma. Cette Congrégation – l’une des neuf que compte la Curie romaine – a pour ancêtre la Congregazione per i Regolari fondée par le pape Sixte Quint le 27 mai 1587. En 1601, Clément VIII la rattacha à la Congregazione per i Vescovi, qui devint alors la Congregazione per i Vescovi e i Regolari. Pie X lui rendit son autonomie en 1908 par la Constitution Sapienti consilio qui la désigna sous le terme de Congregazione per i Religiosi. Elle garda cette appellation jusqu’en 1967 lorsque le pape Paul VI, après le Concile de Vatican II, lui attribua le nom de Congregazione per i Religiosi e gli Instituti Secolari. Sa dénomination et son organisation actuelles lui ont été données par la Constitution Pastor Bonus de Jean-Paul II le 28 juin 1988. Ces évolutions sémantiques expliquent l’utilisation de deux dénominations différentes dans les pages qui vont suivre, suivant que le récit se situe avant ou après 1908.

7 Les informations sur l’histoire de la Congrégation et les données biographiques des Supérieurs sont tirées en grande partie de J.-P. Périer-Muzet, Petit manuel d’histoire de l’Assomption, Rome, 2003, 185 p. On pourra également se reporter à l’ouvrage, plus ancien, de J. Monval, Les Assomptionnistes, Paris, 1939 (coll. Les grands Ordres monastiques et Instituts religieux no 28), ainsi qu’à l’étude de L. Guissard, Les assomptionnistes d’hier à aujourd’hui, Paris, 1999.

8 Mgr Plantier et Mgr Sibour avaient des maisons assomptionnistes dans leurs diocèses ; le cardinal Gousset et Mgr de la Bouillerie étaient liés au P. d’Alzon par des liens d’amitié, le second ayant été l’un de ses anciens condisciples. Tous insistent sur le dévouement du fondateur et des religieux envers l’Église et le Saint-Siège. Voir S. Vailhé, op. cit., t. II, p. 275-278.

9 Archives de la S. Congrégation des Religieux (abrégé ASCR), N 9 1, rapporto del consultore della S. C. dei Vescovi e Regolari sulla Congregazione di Maria Santa Assunta in cielo fundata a Nîmes (22 octobre 1856). Le P. Ferrari fit savoir plus tard au P. Picard qu’il avait conclu à l’octroi du décret laudatif pour quatre raisons : l’observation de la règle de saint Augustin, la récitation de l’office en chœur, la pratique de la vie commune, enfin les exercices et les formes monastiques qui rapprochaient la nouvelle Congrégation des anciens Ordres à vœux solennels. Voir S. Vailhé, op. cit., t. II, p. 278-279.

10 ASCR, N 9 1, lettre du P. Emmanuel d’Alzon à Pie IX (26 avril 1863).

11 ASCR, N 9 1, décret d’approbation de la Congrégation de l’Assomption (26 novembre 1864). L’approbation des Constitutions fut « dilata ad opportunius tempus ».

12 Lettre au P. Galabert qui dirige la Mission d’Orient (février 1865), citée par S. Vailhé, op. cit., t. II, p. 285.

13 Sur cette question, voir C. Soetens, Le Père d’Alzon, les Assomptionnistes et les pèlerinages, dans R. Rémond et É. Poulat (dir.), Emmanuel d’Alzon dans la société et l’Église du xixe siècle, cit., p. 301-318 ; P. Boutry, L’Assomption et les pèlerinages, dans Deux siècles d’Assomption : le regard des historiens (www.assomption.org/totale-biblio.php).

14 En décembre 1862, pour répondre à la demande signifiée allusivement lors de la bénédiction accordée au P. d’Alzon par le pape Pie IX le 3 juin 1862 : « Je bénis vos œuvres d’Orient et d’Occident », le P. Victorin Galabert est envoyé à Constantinople pour y développer un apostolat auprès des chrétiens orientaux de Bulgarie. Son départ marque le début de la « Mission d’Orient ». En 1867, il choisit d’établir le centre de la mission à Andrinople, aux portes de Constantinople, et devient le Supérieur d’une petite communauté assomptionniste, bientôt secondé par les Oblates de l’Assomption que le P. d’Alzon fonde en mai 1865. Lors du chapitre de 1876, Andrinople est érigée en Province et le P. Galabert désigné comme provincial. Voir J.-P. Périer-Muzet, Un historique de la Mission d’Orient, dans A. Brombart (dir.), La Mission d’Orient de l’Assomption (Cahiers du Bicentenaire d’Alzon 2010, no 6), p. 9-31 ; J. Walter, L’apostolat des assomptionnistes auprès des Bulgares de 1862 à 1880, dans R. Rémond et É. Poulat (dir.), Emmanuel d’Alzon dans la société et l’Église du xixe siècle... cit., p. 180-198.

15 Au moment de la clôture du chapitre de 1858, l’Institut reçoit un bref de Pie IX approuvant la tenue d’un chapitre général tous les six ans, selon les normes du droit religieux en usage.

16 François Picard (1831-1903). Élève du collège de l’Assomption de Nîmes dirigé par le P. d’Alzon, il prononce ses vœux en 1852 puis fait ses études de théologie à Rome (18551857). À la mort du fondateur, il est élu Supérieur Général de la Congrégation à Nîmes le 25 novembre 1880. Il donne à la Congrégation son véritable développement et fait siens les principes de Léon XIII sur l’unité des chrétiens, encourageant les religieux à apprendre les langues, à étudier la liturgie, la théologie et l’histoire orientale. Voir E. Baudouy, Le P. François Picard, second Supérieur général de la Congrégation des Augustins de l’Assomption (1er octobre 1831 – 16 avril 1903), Paris, 1932, 551 p.

17 En 1884, la Congrégation compte 147 religieux sur 15 communautés ; en 1893 : 288 religieux ; en 1898 : 286 religieux sur plus de 30 communautés et 139 novices. De nouvelles communautés sont créées sur d’autres continents : en Espagne (1880), en Italie (1883), en Jordanie (1887), en Belgique (1890), au Chili (1890), à New York (1891), aux Pays-Bas (1900) et en Angleterre (1901). Une maison d’études s’installe à Rome en 1882.

18 Consécutive à l’action scolaire de Ferry contre les congrégations enseignantes, l’expulsion de 1880 est de courte durée et n’affecte que les œuvres voyantes de la Congrégation (collège de Nîmes, maison de la Bonne Presse). La seconde est plus sévère et générale. Après une perquisition systématique de toutes les communautés assomptionnistes le 11 novembre 1899, le gouvernement Waldeck-Rousseau poursuit en justice les Assomptionnistes accusés d’appartenir à une congrégation non autorisée et d’avoir encouragé l’agitation nationaliste lors de l’affaire Dreyfus. Du 22 au 24 janvier 1900 se déroule le procès des douze « moines ligueurs », parmi lesquels les P. Picard et Bailly, qui se conclut, en appel, par la dissolution de la Congrégation le 6 mars 1900. On fait payer à l’Assomption ses liens avec la grande presse et les positions antisémites du journal La Croix. D’une certaine manière, le gouvernement français fit de la procédure contre les Assomptionnistes un ballon d’essai contre les autres congrégations. Voir le résumé de l’affaire dans C. Sorrel, La République contre les congrégations. Histoire d’une passion française (1899-1904), Paris, 2003, p. 84-88 ; J.-M. Mayeur, Une congrégation face à la IIIe République anticléricale, dans Deux siècles d’Assomption : le regard des historiens (www.assomption.org/totale-biblio.php).

19 Après le procès de 1900, Léon XIII fait transmettre au P. Picard l’interdiction de se mêler de presse et de politique. L’industriel lillois Paul Féron-Vrau racheta la Bonne Presse et prit la direction du quotidien La Croix en avril 1900. Voir Y.-M. Hilaire, Paul Féron-Vrau, directeur de La Croix (1900-1914), dans R. Rémond et É. Poulat (dir.), Cent ans d’histoire de La Croix. 1883-1983... cit., p. 107-117.

20 Emmanuel-Joseph Bailly (1842-1917). Après avoir fait ses études dans un collège assomptionniste, il entre au noviciat et prononce ses vœux perpétuels en octobre 1863. Il étudie la théologie à Rome et revient se faire ordonner prêtre à Nîmes en 1865. Le P. d’Alzon le prend alors comme secrétaire particulier. En 1876, lorsque sont créées les trois premières provinces à l’Assomption, il est choisi comme provincial de Nîmes. Procureur de la Congrégation à partir de 1892, assistant général du P. Picard, supérieur de la maison d’études de Rome, il est bien introduit dans les milieux romains lorsque le chapitre de Louvain le choisit pour être Supérieur général en 1903.

21 Ernest Baudouy (1862-1942). Religieux de la Province de Paris, assistant et Procureur général à Rome (1904-1923), il connaît parfaitement les milieux de la Curie. Contemporain des dernières années de vie du P. d’Alzon, il se trouve à la charnière des événements qui, à partir de 1906, secouent la famille de l’Assomption. Comme Procureur général, il doit faire face devant le Saint-Siège aux implications du recours porté à cette instance par des Assomptionnistes en 1909. C’est lui aussi qui conduit les relations avec la S. Congrégation des Religieux entre 1918 et 1922.

22 ASCR, N 9 2, rapport sur les Constitutions présentées à l’approbation par le P. Ernest Baudouy (15 décembre 1918).

23 Décision prise en plenaria le 7 janvier 1921. Sur les événements de 1921-1923, on consultera J. Girard-Reydet, Le Père Gervais Quenard (1875-1961), Supérieur général des Assomptionnistes, Paris, 1967, p. 138-147. On se reportera également aux notes prises par le P. Gervais Quenard sur le chapitre de 1921-1922, conservées dans les archives de la Curie générale (AAA, ACR, HZ 21).

24 L’Ordre des Augustins, désigné sous les termes d’Ermites de Saint Augustin ou de Grands Augustins, a été constitué en 1256 à l’instigation du Saint-Siège par la réunion de cinq groupes de communautés qui suivaient la règle de saint Augustin et qui menaient une vie contemplative et érémitique. Orientés ensuite vers l’apostolat, les Augustins furent très actifs en France sous l’Ancien régime comme prédicateurs et confesseurs, enseignants et érudits. Supprimé à la Révolution, l’Ordre tenta de se rétablir en France au xixe siècle, sans retrouver son dynamisme antérieur. Voir D.-O. Hurel (dir.), Guide pour l’histoire des ordres et des congrégations religieuses, France xvie-xxe siècles, Turnhout, 2001 (Bibliothèque de l’École des Hautes Études – Sciences religieuses, 111), p. 170-172.

25 35 amendements sont imposés dans le texte déposé.

26 Des justifications sont présentées en 1909 lors du recours de religieux à Rome lors du chapitre de 1912 et en 1918 dans le rapport qui accompagne le texte de Constitutions déposé à la S. Congrégation des Religieux. Voir notamment AAA, ACR, HB 10, Réponse au Votum du consulteur de la S. Congrégation des Religieux au sujet du recours de 1909 présentée par le P. Baudouy (10 février 1910).

27 L’avantage d’une telle union aurait été triple : pour les Assomptionnistes, l’affiliation à un Ordre ancien et la possibilité de prononcer des vœux solennels ; pour les Ermites, la perspective de s’installer à nouveau en France par le biais des communautés assomptionnistes ; pour Pie IX, l’occasion de lancer une réforme complète des Ermites. Mais les PP. d’Alzon et Picard ne tardèrent pas à comprendre que toute union supposait de leur part une acceptation des Constitutions des Ermites et une sujétion complète aux supérieurs majeurs de l’Ordre. Le projet fut définitivement abandonné par le Chapitre général de 1892 après la réponse défavorable de Rome. Voir S. Vailhé, op. cit., t. II, p. 267-273.

28 ASCR, N 9 1, décisions du Chapitre général de 1892 adressées au Saint Père le 16 décembre 1892.

29 ASCR, N 9 1, décisions du Chapitre général de 1898.

30 AAA, ACR, IF 29, Chapitre général de 1906, procès-verbaux de séances ; IF 126, décisions du chapitre général de Louvain (1-7 août 1906).

31 AAA, ACR, HZ 21, notes du P. Gervais Quenard sur le Chapitre de 1921-1922. La formule est du P. Ernest Baudouy. Dans un mémoire manuscrit sur la question des Constitutions, ce dernier précise encore que cette mission « répugnait visiblement » le P. Bailly. Voir AAA, ACR, IA 81.

32 AAA, ACR, IG 34-48 et registre 34, procès-verbaux du chapitre général de Limpertsberg (novembre 1912).

33 Le Votum du consulteur de la S.C. des Religieux pour cette affaire, le P. Pierre Bastien, est sévère pour la curie assomptionniste et favorable aux recourants (novembre 1909). Inquiets, les PP. Bailly et Baudouy y répondent par un long rapport de 13 pages. AAA, ACR, HB 9 et 10, Votum du P. Bastien et réponse présentée à la S. C. des Religieux par le P. Baudouy (10 février 1910).

34 AAA, ACR, IA 81, mémoire manuscrit sur la question des Constitutions par le P. Ernest Baudouy (1906-1921).

35 Les auteurs de ces lettres, qui sont toutes consignées dans le carton N 9 1 des archives de la S. Congrégation des Religieux, demandent généralement à ce qu’on ne révèle pas leur identité aux Supérieurs. Ils affirment que la peur d’une sanction motive leur refus de signer la pétition commune, bien qu’ils adhèrent aux idées qui y sont développées.

36 ASCR, N 9 1, rapport adressé au préfet de la S. Congrégation des Religieux par un religieux assomptionniste (15 novembre 1909) ; lettre du P. Tranquille Pesse au cardinal préfet (15 décembre 1909).

37 Il s’agit des Normae secundum quas S. Congr. episcoporum et regularum procedere solet in approbandis novis institutis votorum simplicium parues le 28 juin 1901. Elles synthétisent et actualisent les décrets et décisions papales consignées dans les Collectaneae Bizzari qui faisaient jusqu’alors office de lois, et résument la position romaine à l’égard des Instituts religieux.

38 AAA, ACR, HB 2-6, exposé de l’affaire du recours par le P. Baudouy, Procureur général (17 mars 1910). Le P. Baudouy y rapporte une discussion avec le P. Aurélien (sic.) qui se serait tenue le 12 novembre 1909.

39 En septembre 1910, le P. Ezechiel Montmasson adresse à Pie X une supplique par laquelle il implore l’envoi d’un prélat ou d’un religieux d’un autre ordre pour visiter toutes les maisons de la Congrégation afin de rendre la paix qui a été troublée par le recours collectif de 1909. ASCR, N 9 1, lettre du Secrétaire d’État au cardinal préfet de la Congrégation des Religieux (22 septembre 1910).

40 Le chapitre étudie la possibilité d’inclure dans les Constitutions le principe d’un « quatrième vœu » – que Rome avait contesté dans la version de 1863 – parce qu’il permettrait de distinguer une élite à laquelle serait confié le gouvernement de la Congrégation en réservant l’éligibilité aux profès de ce 4e vœu. Voir AAA, ACR, IG 34-48 et registre 34, procès-verbaux du chapitre général de Limpertsberg (novembre 1912).

41 ASCR, N 9 1, décisions des Chapitres généraux de 1892, 1898 et 1906.

42 AAA, ACR, IF 29, procès-verbaux du chapitre général de 1906. 4e séance (2 août 1906), rapport du P. Jaujou.

43 ASCR, N 9 2, rapport sur les Constitutions présentées à l’approbation par le P. Baudouy (15 déc. 1918).

44 AAA, ACR, Registre C 34, procès-verbaux du chapitre général de Lumières, séance de clôture (28 avril 1918).

45 ASCR, N 9 2, rapport sur les Constitutions présentées à l’approbation par le P. Ernest Baudouy (15 décembre 1918).

46 L. Guissard qualifie les événements de 1918-1923 de « crise intérieure grave » survenue à la suite d’un « jugement sévère porté par le Vatican sur le régime intérieur de la Congrégation ». Voir Les assomptionnistes d’hier à aujourd’hui, cit., p. 39.

47 ASCR, N 9 1, rapport du Consulteur de la S. Congrégation des Évêques et des Réguliers sur la demande d’approbation de la Congrégation de l’Assomption (année 1864).

48 AAA, ACR, HZ 4, notes du P. Baudouy sur la commission de révision de 1921, extrait des 2e et 3e séances du Chapitre général de 1852.

49 AAA, ACR, HB 11, version abrégée de la réponse au Votum du consulteur de la S. Congrégation des Religieux au sujet du recours de 1909, présentée par le P. Ernest Baudouy (10 février 1910). Ce fut la version longue qu’on adressa à la

S. Congrégation des Religieux.

50 C. Prudhomme, Stratégies missionnaires du Saint-Siège sous Léon XIII (1878-1903), Rome, 1994 (Collection de l’École française de Rome, 186).

51 ASCR, N 9 1, résumé de l’affaire du recours de 1909 (rapport no 4126.09). Le 7 octobre 1895, les Assomptionnistes érigèrent à Istanbul un Centre d’études orientales, qu’on appela d’abord École pratique des hautes études et qui allait devenir un Institut d’études byzantines, appelé à rayonner en Grèce, en Turquie, en Roumanie et à Jérusalem.

52 AAA, ACR, HB 11, version abrégée de la réponse au Votum du consulteur de la S. Congrégation des Religieux au sujet du recours de 1909, présentée par le P. Ernest Baudouy (10 février 1910).

53 Sur cette période, voir J.-D. Durand, Le Saint-Siège et l’Affaire Dreyfus, dans M. Denis, M. Lagrée et J.-Y. Veillard (dir.), L’Affaire Dreyfus et l’opinion publique en France et à l’étranger, Rennes, 1995, p. 143-145.

54 Cité par J.-D. Durand, op. cit., p. 144.

55 Préfet de la S. Congrégation des Évêques et Réguliers de 1899 à 1902.

56 Une seule mention est faite de cet épisode dans le mémoire manuscrit du P. Baudouy (1921) qui cherche à expliquer l’hostilité de la S. Congrégation des Religieux à l’égard de l’Assomption en 1918. Il évoque « l’obstacle de La Croix qui avait attiré les foudres du gouvernement sur la Congrégation » (AAA, ACR, IA 81).

57 Voir les conclusions du Chapitre de 1906, citées plus haut, qui présentent la bienveillance pontificale à l’égard du Supérieur général comme l’une des meilleures garanties pour la Congrégation d’obtenir l’approbation de ses Constitutions en l’état.

58 P. Pierre-Fournier Merklen (1875-1949) : nommé en septembre 1900 à la tête de la maison d’études de Louvain, il avait contribué, par sa science et son érudition, à en faire un centre de hautes études philosophiques et théologiques en fondant la Revue Augustinienne en 1903. Après sa mise à l’écart en 1913, il passe plusieurs années en Angleterre, avant de revenir enseigner la philosophie au collège de Nîmes. Son retour en grâce sera consacré définitivement en 1927 par sa nomination à la tête de La Croix où il restera jusqu’en 1949. Voir sa biographie par Y.-M. Hilaire dans Cent ans d’histoire de La Croix... cit., p. 436-441.

59 AAA, ACR, HB 5, relation écrite de l’audience du cardinal Vivès par le P. Baudouy (27 février 1910).

60 AAA, ACR, IG 34-48 et registre C34 : procès-verbaux du chapitre général tenu à Limpertsberg, Luxembourg (7-14 novembre 1912). 1ère séance (7 novembre) : « Le 12 juin 1912, Pie X remit au Supérieur général, lors d’une nouvelle audience, une lettre écrite de sa main, dans laquelle il demande de continuer à observer les Constitutions établies depuis la fondation de la Congrégation et d’attendre, pour les présenter, la publication du Code ecclésiastique qui « ne saurait tarder bien longtemps ».

61 Décidée par la bulle Arduum de Pie X le 19 mars 1904, cette œuvre avait été entreprise par le cardinal Gasparri entouré de nombreux collaborateurs, pour être promulguée le 27 mai 1917 par la bulle Providentissima de Benoît XV. Le Code rentra en vigueur le jour de la Pentecôte 1918 (19 mai).

62 AAA, ACR, IA 81, mémoire manuscrit du P. Baudouy (19061921), op. cit.

63 Propos consignés par le P. Baudouy dans son mémoire manuscrit (AAA, ACR, IA 81). Spiritain, le P. Henri Le Floch (1862-1950) cumula les fonctions de directeur du Séminaire français de Rome (1904), Consulteur de la Propagande (1907), de la Consistoriale (1908), des Études (1913), du Saint-Office (1918) et de l’Orientale (1927), Procureur général de la Congrégation du Saint-Esprit (1923). Après l’intervention pontificale contre l’Action française, il abandonna brusquement et définitivement ces fonctions en juillet 1927 et quitta Rome. Lors de son entretien avec le P. Baudouy en 1921, il encourage les Assomptionnistes à se battre pour le généralat à vie, déplorant, pour sa propre Congrégation, la faiblesse du P. Eschbach, Procureur des Spiritains, qui s’était laissé imposer par Rome la limitation du mandat de Supérieur général à 12 ans.

64 AAA, ACR, IA 81, mémoire manuscrit du P. Baudouy (1906-1921), op. cit.

65 Les trois rapports sur les Constitutions de 1918 adoptent un ton très ferme. Les deux premiers (février 1919 et 20 août 1920) du P. Lolli, ancien préfet de la S. Congrégation des Évêques et des Réguliers, chanoine du Latran, mentionnent la question de l’habit et du nom que les Assomptionnistes ont repris aux Ermites de Saint Augustin, mais ils dénoncent surtout la forme de gouvernement, préconisant la réduction de tous les mandats de direction à six ans, la division de l’Institut en Provinces et non en régions, et l’élection de délégués au Chapitre général. Le troisième rapport (21 novembre 1920), du P. Luigi de Saint François de Paul, insiste particulièrement sur la nécessité d’une division en Provinces (« nonostante l’orrore che essi hanno per questo nome ») ayant chacune un noviciat, un studium, une administration propre sous la direction d’un chef qui exerce une véritable juridiction. Voir ASCR, N 9 2, rapports des consulteurs de la S. Congrégation des Religieux présentés en congresso en mars 1920 et janvier 1921.

66 AAA, ACR, IA 81, mémoire manuscrit du P. Baudouy sur la question des Constitutions (1906-1921).

67 Les missions occupent une grande place dans les préoccupations du pontificat de Benoit XV, traversé par les conséquences de l’après-guerre mondiale. En face des nationalismes exacerbés des pays colonisateurs, le pape comprit qu’il fallait assurer l’indépendance ecclésiastique des colonies par rapport à leurs métropoles. Il mit en garde contre le danger de présenter l’action des missionnaires comme un moyen d’expansion nationale au profit de leur pays d’origine. Il trancha par l’affirmative la question de l’établissement de clergés indigènes et ordonna à la Propagande de créer des séminaires régionaux pour former immédiatement ces clergés (encyclique Maximum illud du 30 novembre 1919).

68 La commission de révision des Constitutions avait eu du mal à accepter le principe d’une participation des nationalités étrangères. Estimant qu’une province n’est viable que si elle dispose d’un vivier de recrutement direct, d’œuvres et de ressources suffisantes, d’un scolasticat et d’un noviciat autonomes, elle considère que seule la France répond à ces critères et propose de la diviser en trois Provinces (Nord-ouest, Centre, Est) auxquelles se rattacheraient les maisons des pays plus éloignés en attendant que celles-ci puissent se constituer à leur tour en Provinces autonomes. Elle discute du bien fondé de la création immédiate d’une Province de Belgique et de Hollande, qui ne semble pas présenter suffisamment d’éléments pour assurer sa viabilité. En fin de compte, la commission adopte une solution médiane avec la création d’une Vice-Province belgo-hollandaise qui regrouperait tous les religieux originaires de Belgique et de Hollande, ainsi que ceux de nationalité allemande, sans avoir les pouvoirs et l’autonomie des provinces françaises. Voir AAA, ACR, IJ 1, procès-verbal de la Commission chargée de corriger et de réformer les Constitutions des religieux de l’Assomption (1921), délibérations sur la division de la Congrégation en provinces : 13e séance (19 décembre 1921) et 22e séance (29 décembre 1921).

69 En 1909, le P. Gervais Quenard (1875-1961) était Supérieur du collège Saint-Augustin de Philippopoli (Bulgarie) et avait estimé que ses fonctions ne l’autorisaient pas à signer la pétition qui mettait en cause les Supérieurs de la Congrégation. Il avait néanmoins adressé une lettre à la S. Congrégation des Religieux pour dénoncer un système de gouvernement qu’il jugeait trop centralisé : « J’ai pris connaissance d’une supplique adressée à Rome par un certain nombre des membres de ma Congrégation. Je ne signe pas ce document ne voulant pas paraître engager la communauté qui m’est confiée, mais je l’approuve, en motivant comme il suit mon avis personnel [...]. » Voir ASCR, N 9 1, lettre du P. Gervais Quenard au préfet de la S. Congrégation des Religieux (2 juillet 1909).

70 De 1920 à 1923, le P. Gervais Quenard dirige la Mission d’Orient.

71 J.-M. Mayeur rappelle qu’il n’y a pas chez les Assomptionnistes de rejet du régime républicain à proprement parler, mais bien une opposition viscérale à la République imprégnée de l’esprit des Lumières et de la Révolution française, telle qu’elle s’installe en France après la victoire des Républicains en 1877 (J.-M. Mayeur, op. cit.).

72 AAA, ACR, HZ 21, notes du P. Quenard sur le chapitre de 1921-1922

73 Même s’il s’agit d’une autre affaire, la nomination du P. Merklen – honni par l’ancienne équipe dirigeante depuis sa mise à l’écart en 1913 par le P. Bailly – à la tête de La Croix en 1927 pour remplacer un proche de la Sapinière, le P. Salvien Miglietti, en dit long aussi sur les orientations prises depuis le pontificat de Benoît XV, confirmées par Pie XI. Sur le P. Salvien, voir É. Poulat, Le P. Salvien, Éminence grise, personnage embarrassant, inventeur oublié, dans Cent ans d’histoire de La Croix cit., p. 187-204.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Séverine Blenner-Michel, « Entre tradition et constitutions : le dilemme de l’Assomption (1850-1923) », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 122-2 | 2010, 475-491.

Référence électronique

Séverine Blenner-Michel, « Entre tradition et constitutions : le dilemme de l’Assomption (1850-1923) », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 122-2 | 2010, mis en ligne le 19 septembre 2013, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/mefrim/584 ; DOI : 10.4000/mefrim.584

Haut de page

Auteur

Séverine Blenner-Michel

École nationale des chartes, Paris, s.blennermichel@free.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals