Navigation – Plan du site
Sources

Mémoire du traitement fait par la maison du roy à Monsieur le cardinal Chigi légat à Latere en France

Daniela Del Pesco et Freard Chantelou
p. 513-547

Notes de la rédaction

Édition critique de Daniela Del Pesco1

Texte intégral

1[21 mai, mercredi. Les galères italiennes sont en vue de Marseille ; Le roi commande au s.r de Chantelou, maître d’hôtel de Sa Majesté, d’avertir tous les officiers qui doivent servir de se tenir prêts pour aller au devant de M. le légat]

  • 2 Dans le manuscrit Chigi E. II. 38, rédigé par Sebastiano Baldini, se trouve la liste des participan (...)
  • 3 Henri-Jules III de Bourbon, duc d’Enghien (1643-1709), grand maître de la maison du roi, fils du Gr (...)

2[f. 1] Le xxi.e may 1664 estant venu de Marseille nouvelles au roy à Fontainebleau qu’il parois-soit en mer des galères, et qu’on jugeoit que c’estoyent celles qui conduisoyent M. le légat2, Sa Majesté s’en allant souper, trouva passant par la galerie du roy François le s.r de Chantelou m.e d’hostel de Sa Majesté et l’ayant appelé lui commanda d’avertir tous les officiers de ses offices de se tenir prest pour aller au devant de M. le légat, et d’escrire à Paris à M. le grand m.e3 [Henri-Jules III de Bourbon, duc d’Enghien] d’envoyer ses ordres pour ce service. Dès lors le s.r de Chantelou escrivit à son Altesse, mais estant onze heures du soir passées et le courrier ordinaire party, il envoya le lendemain un homme exprès à S.A. et fit avertir dans les offices de Sa Majesté chacun des officiers de se tenir prests pour aller au devant de M. le légat.

3[22 mai, jeudi. Arrivée du légat Chigi à Marseille ; Le roi choisit M. de Montausier pour l’accueil de M. le légat ; Le duc d’Enghien, grand maître de France, nomme le s.r de Chantelou pour aller au devant de M. le légat]

  • 4 Jean-Baptiste Colbert (1619-1683), depuis 1664 « surintendant & ordonnateur général des bâtiments d (...)
  • 5 Charles de Montausier ou Montauzier (1610-1690), marquis et duc de Saint-Maure (après 1664), maréch (...)

4Le xxn.e [22] M. Colbert4 dit à la sortie du Conseil au s.r de Chantelou qu’il trouva sous sa main que M. le légat estoit à Marseille, et que Sa Majesté avoit choisy M. de Montausier5 pour l’aller recevoir. En suite le bureau de la maison du roy s’estant assemblé, il fut résolu d’envoyer sur l’heure un Courrier à Monseigneur le duc d’Enghien, Grand m.e de France, pour supplier S.A. d’envoyer incessament ses ordres pour ce service, et par le retour de ce courrier l’on apprit qu’elle nommoit le s.r de Chantelou pour aller au devant de M. le légat, au cas que Sa Majesté l’eust agréable ; aussi tost tous les officiers qui dévoient servir furent choisis, et les menus des tables dressez au bureau sur quelques mémoires envoyez du nombre des prélats et des seigneurs qui accompagnoyent M. le légat.

5[24 mai, samedi. Le s.r de Chantelou se rend à Paris et au Raincy chez le Grand Condé et chez son fils, le duc d’Enghien, grand maître de la maison du roi, pour recevoir leurs commandements et savoir comment M. le légat doit être servi]

  • 6 Les objets utiles pour la vie quotidienne qui sont transportés par chariot.
  • 7 Louis II de Bourbon Condé (1621-1686), dit le Grand Condé, prince depuis 1646, dit « Monsieur le Pr (...)
  • 8 Le château du Raincy, demeure des Bourbon-Condé, a été construit entre 1643 et 1650 pour Jacques Bo (...)
  • 9 Coffret d’or ou de vermeil contenant le couteau et la cuillère, qu’on servait à la table du roi et (...)
  • 10 N. Bensogne (éd. 1663) cite les MM. Courtet e Chamois entre les « seize contrôleurs clercs d’office (...)
  • 11 Essonne, ville située à 30 km au sud de Paris, à la confluence de l’Essonne avec la Seine.

6Le xxnn.e [24] le s.r de Chantelou fut à Paris pour donner ordre à la vaisselle d’argent, aux ustensiles charrois6 et autres choses nécessaires. Si tost qu’il fut arrivé ayant appris que Monseigneur le Prince7 [Louis II de Bourbon, le Grand Condé] et Monseigneur le duc [Henri-Jules III de Bourbon, duc d’Enghien, fils de Louis II] estoyent au Rainsi8, il fut les y trouver pour recevoir leurs commandements, et sçavoir comment Monseigneur le grand m.e [le duc d’Enghien] vouloit que M. le légat fut servi, si l’on lui donneroit un cadenas9 ou non ; S.A. et Monseigneur le Prince lui ordonnèrent de le sçavoir de Sa Majesté. Retourné à Paris, il donna ordre aux chevaux pour monter les officiers. Il en partit le xxbn.e [27 juillet] avec les s.rs Courtet et Chamois10 aussi nommez en qualité de Contrôleurs d’offices pour servir M. le légat, et allèrent avec tous les autres officiers coucher à Essone.11

7[28 mai, mercredi. Le s.r de Chantelou et les officiers se rendent à Fontainebleau pour y recevoir les derniers commandements du roi touchant le service d’accueil de M. le légat]

  • 12 Nicolas de Neufville de Villeroy (1598-1685), marquis, puis duc de Villeroy (1651 avec admission à (...)

8[f. 2] Le xxbm.e [28] ils allèrent à Fontainebleau pour y recevoir les derniers commandements du roi, et apprendre de Sa Majesté sa volonté touchant ce service, et n’y ayant aucuns mémoires comme celui de M. le légat Barberin avoit esté fait, l’on doutoit si l’on donneroit à celui-ci un cadenas ou non ; M. le maréchal de Villeroy12 fut consulté ; il dit que comme on le donnoit aux Ambassadeurs, il n’y avoit pas à douter de le donner à M. le légat ; ainsi l’on en porta un, et des assiettes de vermeil doré pour sa personne, afin de la distinguer de ceux qu’elle pourroit faire manger à sa table.

9[29 mai, jeudi. La maison du roi part pour Montargis ; M. de Montausier se rend à Lyon pour recevoir M. le légat]

  • 13 Montargis sur le Loing, actuellement dans le département de Loiret.
  • 14 Moulins, ville située au nord de l’Auvergne.

10Le xxix.e [29] La maison de Sa Majesté partit de Fontainebleau et alla coucher à Montargis13 ; aussi tost qu’elle y fut arrivée le s.r de Chantelou dépescha un courrier à M. de Montausier qui estoit parti deux jours auparavant pour aller à Lion recevoir de la part du roi M. le légat, et lui donna advis que la maison de Sa Ma[jes]té estoit en marche ; il lui escrivit encore le premier juin par l’ordinaire, et de Moulins14 le troisième, afin qu’il fust averti de la diligence que faisoit la maison du roy.

11[5 juin, jeudi. Le s.r de Chantelou se rend à Roanne ; Impatience de M. le légat de partir de Lyon ; Le s.r de Chantelou est présenté à M. le légat]

  • 15 Roanne, ville située à 87 km au nord-ouest de Lyon.
  • 16 Bernardin Gigault, marquis de Bellefonds (1630-1694), en 1663 premier maître d’hôtel du roi, au pre (...)
  • 17 S. Baldini, BAV, Chigi E. II. 38, (dorénavant Baldini), f. 124r, cite entre « gli officiali del Re (...)
  • 18 La Bresle, localité sur la Bresle, rivière du nord-ouest du bassin parisien.
  • 19 Tarare, localité à 25 km au nord-ouest de Lyon.

12Le jeudi cinq.e [5] juin partant de Rouanne15 le s.r de Chantelou reçut un courrier de M. de Montauzier, qui lui donna aussi des lettres de M. le marquis de Bellefond16, nommé premier m.e d’hostel, qui s’estoit arresté à Lion pour ordre du roy au retour de Parme, où il commandoit l’armée de Sa Majesté ; ils le convoyent d’aller en diligence à Lion à cause que M. le légat qui y avoit fait son entrée des le dernier jour de may avoit une impatience extrême d’en partir. Le s.r de Chantelou leur escrivit sur le champ par le mesme courrier, et leur manda que si S.E. joignoit la maison avant le neuf ou dixième, Elle ne seroit pas traitée avec autant d’appareil et d’honneur que Sa Majesté desiroit. Ensuite ayant donné ses ordres, il alla en poste à Lion, où il arriva le vendredi à midi ; Messieurs de Montausier et de Bellefond lui dirent d’abord que S.E. vouloit partir absolument le samedi, et qu’il lui estoit eschappé de dire, io me n’anderei piu tosto alle mie spese. Il ne vit M. le légat que sur les cinq heures pour ce qu’il dort les après dînées. Ayant esté présenté à S.E. par M. de Montausier17, et lui ayant fait ses compliments, il lui représenta le déplaisir qu’avroient les officiers du roy si S.E. partoit le lendemain, ne pouvant la traiter (cela estant) aussi dignement qu’elle meritoit, que c’estoit un jour maigre, auquel on ne s’attendoit pas d’avoir l’honneur de le recevoir ; S.E. repartit qu’elle se contenteroit d’œufs frais, et qu’elle avoit impatience de se rendre auprès de Sa Majesté ; le s.r de Chantelou ayant sceu sa volonté déterminée donna l’ordre au pourvoyeur qui estoit à Lion, envoya un courrier à la Bresle18, ou partie des [f. 3] officiers s’estoient avancez, et à Tarare pour avertir le reste afin qu’ils tinrent le lendemain le souper prest à Tarare19. Il y retourna aussi en toute diligence après avoir fait partir de voitures des glaces, avoir acheté des carafons et carafes et autres choses dont les officiers avoyent remis à se pourvoir à Lion.

13[7 juin, samedi. S.E. à Tarare ; portrait du légat]

  • 20 Baldini écrit : « Luogo posto in fondo di molti monti nei siti che lo circondano » (f. 129v).
  • 21 Sigismondo Chigi, fils d’Augusto et Francesca Picolominj, cousin germain de M. le légat, nommé card (...)
  • 22 Francesco Picolomini, neveu d’Alexandre VII, fils de Virginia Picolominj Chigi, sœur de Mario, Fabi (...)
  • 23 Le marquis de Grillon, qui appartenait à une noble famille de Vaucluse, est apprécié autour de 1660 (...)
  • 24 Alessandro Colonna (m. 1673), duc de Bassanello, fils d’Isabella Farnese et de Giulio Cesare Colonn (...)
  • 25 Vitaliano Visconti (1618-1671), accompagne le légat en qualité de dataire, c’est-à-dire de membre d (...)
  • 26 Bonaccorso Bonaccorsi (1616-1676), originaire de Montesanto dans les Marches, « clerc de chambre » (...)
  • 27 Francesco Ravizza, commissaire de la Chambre apostolique, auditeur du légat, auteur du mémoire de l (...)
  • 28 Francesco Bonvisi ou Buonvisi (1626-1700), docteur en utroque iure à l’université La Sapienza de Ro (...)
  • 29 Mgr Gio. Angelo Altemps.
  • 30 Baldini cite « Sr Co. Gio. Antonio Bigazzini, perugino » (f. 2 et 7v), membre d’une ancienne famill (...)
  • 31 Ibid., « Conte Ercole Aldovrandi, bolognese ».
  • 32 Ibid., « Marchese Patrizio Patrizi, senese ».
  • 33 Ibid., « Marchese Roberto Pucci, fiorentino ».
  • 34 Ibid., « fiorentino ».
  • 35 Ibid., « Goffredo Marini, genovese », membre d’une famille qui appartenait aux « vecchi » de la nob (...)
  • 36 Ibid., « Filippo Nerli, fiorentino ».
  • 37 Ibid., « fiorentino ».
  • 38 Ibid., « Niccolò Baldeschi, perugino ».
  • 39 Ibid., probablement, « Ambrogio Teodoli ».

14Le Samedi bn.e [7] S.E. arriva à Tarare20 sur les sept à huit heures, et ayant témoigné qu’elle eust esté bien aisé de souper seule en sa chambre, sa table y fut aussi tost préparée. Les plats furent mis dessus par le s.r Chamois, controlleur, [contrôleur clerc d’offices], le chapeau dessus la teste. Le s.r Courtet, aussi con.eur [contrôleur clerc d’offices], donna la serviette à S.E. et fit le reste du service teste couverte. Pour le s.r de Chantelou il se fit donner un siège pliant et s’assit pour entretenir S.E. Il en usa de la sorte ayant sceu avant que partir de la cour que M. de Mocé, m.e. d’hostel du roy, qui fut en 1625 avec la maison de Sa Majesté pour recevoir et traiter M. le légat Barberin, en avait usé de mesme. Il ne seura peut estre pas désagréable ni inutile de dire icy quelque chose de la personne de M. le cardinal Chizi ; c’est un homme fort bien fait, de physionomie noble, et qui fait juger qu’il a de la bonté et de la douceur. L’on voit dans ses yeux beaucoup de vivacité ; son poil est fort noir et son teint blanc ; il a le visage assez plein et le corps aussi ; la main belle et la jambe fort bien faite, pour sa taille elle est médiocre et son âge de trente trois ou trente quatre ans ; au reste il est grave et ne parle guère ; don Sigismond [Chigi]21, neveu du Pape, frère de don Augustin et Cousin germain de M. le légat qu’il accompagne comme gentilhomme volontaire et le marquis Picolominj22, neveu de don Augustin, ayant aussi souhaité de manger ensemble en leur chambre l’on les y servit. En suite deux tables furent préparés dans un mesme lieu, pour les prélats ayant charge dans la légation et pour les seigneurs et abbés qui accompagnent M. le légat ; M. de Montausier dit au s.r de Chantelou, que quoy qu’il eust fait faire les préparatifs pour servir ces tables aussi magnifiquement l’une que l’autre, cela feroit des mécontents si elles n’estoient posées en parallèle ; Il les y fit mettre, et après par l’avis du marquis de Grillon23, gentilhomme du Comtat, qui accompagne aussi M. le légat, les fit joindre bout à bout, et des deux on n’en fit qu’une. Elles furent servies fort magnifiquement, nonobstant le changement d’ordre qu’avoit apporté dans le service le départ de S.E. un samedi que l’on n’attendoit point que deux jours après. M. de Montausier s’assit d’abord sans cérémonie, puis M.[onseigneu]rs Colonna24, Viscontj25 et Bonacorsj26 à l’autre, le premier [Alessandro Colonna] est protonotaire, fils du Prince Carboniane, et accompagne à ce qu’on dit M. le légat en qualité de m.e de chambre quoy qu’il n’en ait pas fait la fonction, et doist [f. 4] demeurer en suite vice légat à Avignon. Le second [Vitaliano Visconti], Milanais, auditeur de Rotes, il accompagne en qualité de dataire et doit aller Nonce en Espagne quand la légation sera finie ; c’est un home fort bien fait, et qui rassemble d’air de visage à défunt M. le cardinal Mazarin. Le troisième [Bonaccorso Bonacorsj] est clerc de chambre du Pape et maggiordomo de la légation. À cette table mangèrent encore M. Ravizza27, commissaire de la Chambre Apostolique, auditeur de M. le légat, personne en qui il à le plus de confiance ; Mes s.rs les Abbez Bonvizi28 et [monseigneur] Altemps29, les comtes de Bigazzi30et Aldobrandj31, les marquis Patricj32 et de Puccj33, le Chevalier Sachettj34, Gofrido Marinj35, Philippo Nerlj36, l’abbé Picolominj, l’abbé Castilionj37, le comte de Montemartj, le Chevalier de S.ti Pierj, le Capitaine Baldesqui38, le s.r Teodosio39, l’abbé Compagnj et le s.r de Chantelou. Tous ces Messieurs lui firent paroistre une grand admiration des poissons qui leur furent servis (qui leur parurent des monstres) et de la magnificence et délicatesse avec laquelle ils estoyent traités.

  • 40 St.-Symphorien-de-Lay, à 53 Km au nord-ouest de Lyon.

15[8 juin, dimanche. De Tarare à Saint – Saphorin40]

  • 41 Tarare est à 25 Km de Lyon. Baldini (f. 129v) : « luogo posto in fondo di molti monti nei siti che (...)
  • 42 Baldini (f. 131) : « luogo in cima di un monticello, sendo tutti colli e monti ». Ravizza (f. 60) : (...)
  • 43 Louis (1661-1711), fils de Marie Thèrese d’Autriche (16381683) et de Louis XIV.

16Le lendemain bm.e [8] S.E. dit la messe à l’église de Tarare41 et sans rien manger avant que partir, monta la montagne en sa litière et fut le reste du chemin à cheval. Elle arriva à S.t Saphorin42 à onze heures, l’on lui donna quelques biscuits, et un doigt de vin qu’elle demanda en attendant le disner ; il ne pût estre prest que sur les deux heures à cause du désordre de la maison. Sa table servie, S.E. pria M. de Montauzier de s’y asseoir avec sept autres du nombre desquels estoyent Dom Sigismont [Chigi], le jeune marquis Picolominj, M. Roberti, destiné Nonce en France qui porte les langes bénits pour M. le Dauphin43 et les quatre autres prélats sus-nommez [Colonna, Visconti, Bonaccorsi, Ravizza]. M. le légat estoit seul à une des faces de sa table, laquelle estoit quarrée, et à toujours servy depuis en cette forme. Il y avoit dans la mesme salle une autre table quarré longue qui fut servie à cinq services comme celle de M. le légat, ou mangèrent dix sept ou dix huit personnes. Ces deux tables furent mises de la sorte en mesme lieu, sur ce que M. Bonacorsj [le Majordome] fit entendre au s.r de Chantelou que S. E. le souhaitoit ainsi pour ne pas mécontenter aucun des seigneurs et abbés qui l’accompagnoyent. Il lui dit aussi que la table à deux plats et trois assiettes qui avoit esté servie à Tarare pour aucuns des officiers de la Daterie et Secrétaires de S. E. pouvoit estre jointe aux deux tables de famille qui estoyent pour la suite de M. le légat, pour la mesme raison de ne mécontenter personne. Le soir S.E. avoit demandé quelques plats dans sa chambre, mais après Elle ne voulut que de la limonade, et ce que l’on lui avoit preparé fut donné à don Sigismont [Chigi] et au marquis Picolominj, qui mangèrent seuls en [f. 5] mesme chambre ; les tables de S.E. et des seigneurs furent jointes ensemble ce soir là, comme le soir précédent. M Roberti, qui avoit esté blessé à une jambe, et quelques prélats demandèrent à manger dans leurs logis où ils furent servis.

  • 44 Roanne, ville sur la Loire située à 87 km à nord-ouest de Lyon.

17[9 juin, lundi. Rouanne44 : le voyage se poursuit en bateau sur la Loire]

  • 45 Le lieu est illustré par Canini (Chigi F. VIII. 191, ff. 46v-47r, « 10 di giugno ») ; Baldini (ff. (...)

18Le ix.e [9] S.E. arriva à Rouanne45, Elle y disna à l’ordinaire ; Le soir Elle ne soupa point ; Les tables des prélats et seigneurs furent servies comme le jour précédent ; Après S.E. devant s’embarquer, le m.e d’hostel du roy [Chantelou] donna les ordres que sa barque et toutes les autres fussent munies de pain, de vin, de pastes, de viandes froides, et de tout ce qui estoit nécessaire pour manger sur la rivière sans descendre pour disner. Il y eut un bateau attaché à celui de S.E où l’on mit toutes les provisions, et dedans il y entra un Contolleur, et un chef de chaque office pour servir S.E.

19[10 juin, mardi. Marsigny en Bourgogne]

  • 46 « Marsigni à cinq lieues de Roanne » est illustré par Canini (Chigi F.VIII.191, f. 49 « a dì 11 giu (...)
  • 47 Baldini (f. 141r) : « nella chiesa de P.P. Zoccolanti Riformati che colà chiamano Recolletti ».

20Elle arriva le dixième sur les trois heures après midi à Marsigny46, où s’estant trouvée indisposée d’une migraine au lieu d’aller dans le logis qui lui avoit esté marqué dans la ville, Elle logea au convent des Recollez47 plus prez du port et se coucha d’abord que son lit eust esté dressé. Lui ayant esté demandé par le m.e d’hostel du roy [Chantelou] ce qu’elle vouloit manger, Elle dit qu’elle ne vouloit qu’un morceau à demie heure de nuit ; Il lui fut porté trois ou quatre plats de viande et de fruit ; Elle ne mangea guère, et après dit qu’elle partiroit le lendemain à huit heures du matin. Le feu se mit la nuit au logis du juge de la ville, où estoit logé un des seigneurs Italiens.

21[11 juin, mercredi. Digoin en Bourgogne]

  • 48 Dessin de Canini (Chigi F.VIII.191, f. 48 : « Duin nella Borgogna, à dì 11 giugno ») ; Baldini (f. (...)
  • 49 Voir note 23.

22Le xi.e [11] on arriva à Digoin48 à une heure après midi. S.E. fut à pied à la promenade, où Elle demeura jusque à ce que la pluie l’obligea de retourner à la maison ; le s.r de Chantelou lui ayant demandé, si Elle souperoit en public, Elle dit que oui. L’on prépara les tables et l’on les joignit en une à cause que la salle estoit fort petite et que M. de Montausier avoit dit qu’estant jointes ensemble, elles paroissoyent plus magnifiques que séparées, et qu’il eust esté à désirer que M. le légat les eust vue de la sorte. M. de Montausier avant qu’elles fussent couvertes, estant venu au logis de S.E., le s.r de Chantelou lui montra cette disposition de tables, et lui en demanda son sentiment ; Il fut de ne pas faire servir sans avoir celui du maggiordomo [Bonaccorsi], qui ne s’estant pas trouvé, on en parla à M. Ravizza et à M. le marquis de Grillon49. Ils dirent l’un et l’autre, que ce seroit comme le s.r de Chantelou le jugeroit à propos, lequel ne s’en tint pas à cela, et en parla au maggiordomo [Bonaccorsi] qui y trouva de l’inconvénient. Il se fit une consultation, et mesme à S.E., la conclusion fut qu’il y auroit deux tables séparés, lesquelles estant servies M. le légat se mit à la première seul à une face, à sa droite se mit M. Visconti, M. de Montausier, et M. Ravizza et, à sa gauche, M. Colonna et M. Bonacorsj ; don Sigisont [Chigi] estoit à l’autre avec le reste des seigneurs et Abbez. Le jeune marquis Picolominj ne voulut jamais se mettre qu’au plus bas bout quelques violences que quelques uns de ces Messieurs lui fissent ; les deux [f. 6] tables furent servies magnifiquement. Celle de M. le légat n’estant distinguée que par son cadenas, le vermeil doré de ses assiettes, et des flambeaux. Il y à eu par tout une si grande presse à voir manger S.E. qu’a peine les officiers pouvoyent avoir place pour faire le service, quelque ordre qu’on y apportast.

23[12 juin, jeudi. Les thermes de Bourbonlancy en Bourgogne]

  • 50 Baldini (f. 143) : Bourbonlancy « distante dal fiume una picciola lega » ; Ravizza (ff. 62r-63) : « (...)
  • 51 Baldini (ff. 144-144v) : « La struttura antica di questi bagni mostra la loro magnificenza ; consis (...)

24Le lendemain matin, jour de la feste Dieu, S.E. arriva au port de Bourbonlancy sur les deux heures ; de là elle fut à la ville qui en est distantes de demie lieue50 ; Elle dit au s.r de Chantelou qu’elle souperoit à huit heures. Cependant Elle reçut quelques harangues d’officiers et de religieux, et donna la bénédiction dans sa chambre aux personnes qui s’y présentèrent por cela. Le soir Elle fut voir les fontaines d’eau chaude et les bains ; l’on peut dire en passant que la construction en est magnifique, et solide, et de la manière dont bâtissoyent les Romains avec des grands quartiers de pierre, dont les liaisons ne paroissent presque point51. Il y a divers bassins de fontaines d’eau chaudes les unes plus, les autres moins ; il y en a mesme une d’eau froide proche des chaudes, on voit de ces bassins faits tout d’une pierre, quoy qu’ils aient cinq ou six pieds de profondeur. Quelques uns du lieu assurèrent qu’ils estoyent d’une pierre fusille. S.E. jeta quelques pièces d’argent dans le bain qui est un peu séparé des fontaines. Des jeunes garçons du lieu qui estoient là tous nus sur le haut du bain, se précipitèrent aussi tost dedans pour aller prendre au fond de l’eau qui est distante du haut du bassin de dix ou douze pieds. Quelques uns des prélats et seigneurs s’y baignèrent, entre autres M.Visconti et le marquis de Grillon. S.E. soupa et fut servie comme le jour précédent, n’y ayant à sa table que sa personne et cinq autres, sçavoir, à sa droite, le maggiordomo [Bonaccorsi] et M. de Montausier ; à sa gauche, M.rs Colonna et Ravizza ; M. Visconti ne vint qu’après les autres à cause qu’il se bagnoit.

25[13 juin, vendredi. De Bourbonlancy à Dezize en Nivernois]

  • 52 « Sis », au confluent de la rivière Aron et de la Loire, est illustré par Canini (Chigi F.VIII.191, (...)
  • 53 Sorte de baldaquin élevé au-dessus d’un autel ou d’un trône.
  • 54 Au f. 7 de BNF, ms. fr. 6143 on lit : « Bains de Bourbon » ; aux ff. 7v-8r figure le plan des therm (...)

26Le lendemain xm.e [13] S.E. dit la messe à sept heures et partit à huit. Sur les trois heures du soir Elle arriva à Dezize52, où le peuple en armes la reçeut sur la grève du port ; Il y avoit un dais53 avec une chaise qui y estoyent préparez, mais Elle ne se servit pas de la chaise qui estoit en mauvais ordre, S.E. fut à l’église où l’on chanta le Te Deum, à la fin duquel le Curé ayant dit l’oraison, S.E. s’approcha de l’autel et s’agenouilla devant le S.t Sacrement qu’Elle encensa ; puis s’estant levée, et ayant pris la croix, Elle donna la bénédiction au peuple, et dix années d’indulgences et dix quarantaines ; ensuite Elle fut chez Elle, où le s.r de Chantelou lui ayant demandé à quelle heure il lui plaisoit de souper, Elle lui dit qu’Elle avoit trop mangé dans le bateau, qu’Elle ne vuoloit qu’une limonade à demie heure de nuit ; elle fut après se promener seule avec M. de Montausier le long de la rivière, il ne revint qu’après le soleil couché ; les tables furent jointes et servies à l’ordinaire, mais il ne s’y trouva que neuf ou dix personnes, don Sigismont et le marquis Picolominj ayant demandé à manger en leur chambre, la plus part des Cavaliers [f. 9]54 ne mangèrent point à la table, piquez, comme il s’est sceu depuis, de voir les prélats s’asseoir toujours aux premières places.

27[14 juin, samedi. De Dezize à Nevers]

  • 55 Baldini (ff. 148, 149r, 149v, 150r) : « Ha questa città una bellissima Catedrale tanto dentro, quan (...)
  • 56 L’abbé Spinola s’était rendu en Espagne (Baldini, f. 149v).

28Le xnn [14] M. Le légat arriva à Nevers à trois heures, M. de Vieubourg Gouverneur vint au devant de S.E. et la receut à une portée de pistolet du pont avec la noblesse du pays au nombre de deux ou trois cents chevaux. S.E. monta dans son carrosse qui l’attendoit sur le bord de l’eau, et passa sur le pont qui estoit bordé d’habitants en armes ; les officiers de la ville le haranguerent et lui offrirent le dais, dont Elle ne se servit qu’à cinquante pas de l’église Cathédrale, où il fut receu par tout le clergé et les religieux55. S.E. fut par eux accompagnée à l’église à l’entrée de laquelle le chapitre l’attendoit ; Elle entra dans le chœur où le Te Deum fut chanté et la cérémonie achevée, Elle donna comme le jour précédent la bénédiction au peuple, et dix années d’indulgences et dix quarantaines. Delà Elle fut au chasteau, où estoit son logement. Le m.e d’hostel du roy [Chantelou] lui ayant demandé à quelle heure Elle vouloit souper, Elle dit à huit heures ; Cependant Elle donna dans sa chambre la bénédiction à ceux qui y furent adis. Elle soupa entre huit et neuf en habit rouge, avec le bonnet, ce qu’Elle n’avoit point encore fait. Il y avoit à sa table ceux qui y mangent d’ordinaire, et M. le Gouverneur qu’Elle pria d’y prendre place. À l’autre table mangea don Sigismont [Chigi], le marquis Picolominj, et tous les autres seigneurs et abbés, du nombre desquels estoit l’abbé Spinola qui joignit là S.E.56. La salle où les tables furent servies est extrêmement grande, et avec cela on ne pouvoit s’y tourner, tant il y avoit de monde, quoy que les gardes de M. le grand prévost tinssent les portes.

29[15 juin, dimanche. De Nevers à la Charité-sur-Loire en Bourgogne]

  • 57 La Charité-sur-Loire, à 30 km au nord de Nevers, passage obligé sur la Loire, étape majeure sur les (...)
  • 58 Baldini (f. 153v) : « La chiesa nella quale terminò la processione, fu data à bened.e. Si chiama no (...)

30Le xb.e [15] S.E. entendit la messe puis s’embarqua sur les neuf heures pour aller à la Charité57, où Elle fut reçue avec beaucoup d’appareil, les rues estant tapissées, et mesme couvertes en beaucoup d’endroits à cause de la pluie. Il est à remarquer qu’elle ne cessa point ces deux derniers jours qu’au temps que S.E. débarqua et qu’après qu’Elle fut à son logis elle recommença comme auparavant. S.E. soupa dans le réfectoire du Prieuré qui est aussi grand et élevé que l’église mesme58. Elle y fut servie à l’ordinaire ; les religieux faisoyent au commencement difficulté que les femmes y entrassent à moins que S.E. le commandast ; l’abbé Castilionj qui avoit amené ses hostesses pour la voir souper, se chargea de scavoir la volonté de S.E. qui répondit que si les religieux ne l’avoient pas agréable, Elle ne vouloit pas le permettre. Cependant des religieux eux mesmes y en ayant introduit par des portes dont ils avoient les clefs, il y en entra par toutes les autres ; le lieu est vaste et grand, et n’estoit pas suffisamment éclairé des lumières des tables, c’est pourquoy l’on alluma des flambeaux de poing, que l’on fit tenir autour des tables.

31[16 juin, lundi. De la Charité-sur-Loire à Cosne-sur-Loire]

  • 59 Baldini (f. 155) : « Cona, villa, cioè città piccola, lontana dalla Charité 6 leghe ». Cosne-sur-Lo (...)

32Le xbi [16] S.E. ayant entendu la messe sur les [fol. 10] sept à huit heures s’embarqua et arriva à Cosne59 sur les trois heures. Elle y fut reçue comme dans les autres lieux ; et avec les mesmes cérémonies. À la sortie de l’église Elle fut aux Augustins où son logement avoit esté marqué ; sur les six heures Elle alla se promener dans la carrosse de M. de Vieubourg ; M. de Montauzier et M. Ravizza estoyent avec Elle. Elle n’en revint qu’à huit heures. Incontinent après les tables furent servies dans le réfectoire des Pères, où il y avoit à l’ordinaire grand monde à voir souper S.E. ; don Sigismont [Chigi] et le marquis Picolominj se mirent comme les jours précédents, à la seconde table, et prirent les moindres places, quoy qu’ils s’assissent les premiers.

33[17 juin, mardi. Gien]

34Le xbn.e [17] S.E. arriva à Gien, il n’y eut aucun préparatif d’entrée pour S.E. Les habitants dirent qu’ils n’avoyent esté avertis de sa venue que par les maréchaux des logis.

35[18 juin, mercredi. Châteauneuf-sur-Loire. S.E. visite le château de M. de La Vrillière, secrétaire d’État]

  • 60 À « Castelnuovo » est dédié un dessin de Canini (Chigi F.VIII.191, f. 57v, 58, sans date). Le cardi (...)
  • 61 Philippe d’Orléans (1640-1701), duc, dit Monsieur, ou S.A.R., frère de Louis xiv. Il épousa Henriet (...)
  • 62 Saint-Fargeau, localité en Bourgogne, à 92 km au sud d’Orléans. « La maison de Mun » citée par Chan (...)

36Le xbm.e [18] Elle fut à Chasteauneuf60, et y arriva entre quatre et cinq. Elle fut se promener dans les jardins et lui ayant esté demandé à quelle heure Elle vouloit souper, elle dit qu’Elle avoit trop disné, et qu’Elle ne souperoit point. M. l’évesque d’Orléans arriva au bourg pour y voir S. E. S’estant trouvé indisposé, M. de Montausier le fut voir. Ils conférèrent long temps sur les difficultés qui se trouvent sur l’habit que doivent avoir les prélats françois dans les cérémonies ou sera M. le légat. M. d’Orléans61 vint après au Chasteau, et S.E. n’estant encore revenue de la promenade, il attendit et La salua à son retour ; après il la suivit dans sa chambre où ils s’entretinrent quelque temps et partit après pour aller coucher à sa maison de Mun, mais il resta à Fargeau62 malade, ou feignant de l’estre pour ne se pas trouver à l’entrée d’Orléans.

37[19 juin, jeudi. De Châteauneuf à Orléans. Fin de la navigation sur la Loire et accueil solennel]

  • 63 Baldini (f. 163v) : « La città d’Orléans, che fu il termine della lunga navigazione fatta in tanti (...)
  • 64 A Orléans est dédié un dessin de Canini (Chigi F.VIII.191, f. 54, daté « 19 di giugno ») ; voir Bal (...)
  • 65 Magistrats municipaux.
  • 66 Bensogne (1663, f. 108) cite M. de Bourlon de Choisy parmi les dix-neuf écuyers servants par quarti (...)
  • 67 Anne d’Autriche (1601-1666), épouse de Louis XIII en 1615.
  • 68 L’Infante Marie-Thérèse d’Autriche (1638-1683), épouse de Louis XIV en 1660.
  • 69 « Valet de pied », c’est-à-dire qui suit son maître quand il va à pied. Pour cet accueil : Baldini (...)
  • 70 Pour l’église de Saint-Croix : Baldini, f. 169.
  • 71 Charles d’Escoubleau, marquis de Sourdis et d’Alluie.
  • 72 Nom donné à des tribunaux civils et criminels jugeant en première instance, établis par Henri II en (...)
  • 73 « Prévosté », résidence du prévôt, officier royal.
  • 74 Employés laïques subalternes d’une église.
  • 75 Bâtons à tête d’or ou d’argent qu’on portait dans certaines cérémonies.
  • 76 Membres d’un corps (l’université) chargés de certaines fonctions pour le service de ce corps.

38Le xixe [19] S.E. Arriva à Orléans63, où Elle fut receue à la sortie de son bateau au bruit du canon ; on lui avoit préparé une espèce de galerie de charpente couverte de tapisserie, afin qu’Elle prist terre plus facilement. Sur cette galerie64 les Maires et Echevins65 la saluèrent et lui présentèrent les clefs de la ville et le dais ; à l’égard des clefs Elle dit qu’elles éstoyent en bonne main, et pour le dais, Elle fit entendre qu’elles le prendroit lors qu’elle seroit à la place. Après Elle monta dans le carrosse du roi, et M.rs de Montausier, Colonna, Visconti, Roberti et de Bourlon, escuyer de Sa Majesté66 ; le reste des abbés et seigneurs montèrent dans les carrosses de la reyne mère67, et de la reine68. Ces carrosses éstoyent venus à Orléans sous la conduite du sieur de Bourlon avec six pages du roy, douze valets de pied69, et douze chevaux de main couverts de housses en broderie d’or. Quand S.E. approcha de la place du Martroy, Elle eut à sa rencontre le clergé [f. 11] tant séculier que régulier de la ville ; Elle descendit de carrosse, quitta le chapeau qu’elle avoit eu jusque alors et prit le bonnet. Après avoir receu le compliment du Doyen de l’église de S.t Pierre, S.E. se mit sous le dais qui fut porté par quatre des Echevins de la ville. Elle marcha donnant incessamment des bénédictions au peuple, dont l’affluence estoit grande jusque en l’église de S.te Croix70, où fut fait la même cérémonie qu’aux églises des autres villes. Lors qu’elle fut achevée, Elle remonta dans le carrosse du roy, et fut conduite au logis ou loge Sa Majesté quand Elle est à Orléans. Au dessus de la porte estoyent les armes de sa Sainteté ; celles du roy, de Monsieur, de M. le légat, et de M. le marquis de Sourdis, gouverneur de la Province71, et celles de la ville, dont les corps vinrent lui faire le révérence. Il fut premièrement complimenté par les officiers du présidial72, par les trésoriers de France, par les officiers de la prevosté73, par ceux des eaux et des forests escortez de trente gardes vestus des livrées de S.A.R., par les docteurs de l’université en robes rouges précédez de leurs bedeaux74 portant leurs masses75, et suivi des officiers supposts76 de la mesme Université ; les Allemans et autres estrangers qui composent la nation germanique y furent aussi, et la plus part haranguèrent S.E. en latin ; à ceux qui parlèrent latin, Elle respondit en latin, à ceux qui parlèrent françois Elle respondit en italien.

39[20 juin, vendredi. Orléans]

40Le xx.e [20] après avoir fait des despeches Elle receut encore quelques harangues et des présents de ville, puis Elle fut entre dix et onze entendre la messe à une église de religieuses. Elle disna à midi et demi ; sur les six heures du soir Elle fut se promener en carrosse par la ville pour en voir les plus belles rues et places publiques ; à son retour lui ayant esté demandé à quelle heure il lui plaisoit souper, Elle dit qu’Elle ne vouloit rien du tout.

41[21 juin, samedi. Orléans]

  • 77 Baldini f. 171 v : « situato in una bella strada ».

42Le xxi.e [21] Elle entendit la messe aux Recollez, disna à midi, et fut à la promenade vers le Capucins qui sont de l’autre costé de la rivière, y ayant à son cortège six carrosses à six chevaux, les pages, valets de pied, et les douze chevaux de main avec leurs houssers ; à cent pas au delà du convent des Capucins77 S.E. descendit de carrosse, et monta à cheval ; M. de Montausier y monta aussi, et don Sigismont [Chigi], le marquis Picolominj et quelques autres S.E. ne revint qu’a demie heure de nuit aux flambeaux. Elle dit au retour au m.e d’hostel du roy [Chantelou] qu’elle ne vouloit que des œufs frais, quoy qu’Elle lui eust dit le matin qu’Elle eust bien voulu qu’on lui servist un potage à l’eau, une omelette et des œufs à l’huile accommodez comme un de ses officiers diroit à ceux de Sa Majesté. Ce jour là il y eut quelque murmures dans la maison de M. le légat pour la position de ses armes, qui avoyent esté mises après celles de S.A.R. [le duc Philippe d’Orléans] aux portes de la ville et de son logement, où elles demeurèrent neantmoins de la sorte.

43[22 juin, dimanche. Orléans]

  • 78 Baldini f. 172v.

44[f. 12]Le xxn.e [22] S.E. dit la messe aux Recollez avec un appareil grand et pompeux par la richesse de sa chapelle et autres ornements d’église ; à l’issue Elle s’en vint disner, et pendant qu’elle estoit à table, M.r Ravizza qui estoit allé à la cour en revint et disna à la table de S.E.78

45[23 juin, lundi. Orléans]

  • 79 Soupe faite de pain, d’eau et de beurre bouillis ensemble ; on ajoute souvent du lait et un jaune d (...)
  • 80 Plat de viande coupé en morceaux cuit dans une sauce épicée.
  • 81 Ravizza (ff. 77r-77v) : « Andò a pigliar aria in una villa, chia-mata Nepti due leghe lontano da Or (...)

46Le xxm.e [23] vigile de S.t Jean Elle prit médecine s’estant trouvée incommodée d’un mal d’estomac. Elle fit dire au s.r de Chantelou par le seigneur Theodosio Scales, ou escuyer tranchant de S.E., qu’Elle souhaitoit qu’on lui fît un bouillon à la viande, et qu’on lui accomodast deux ou trois petits plats de la sorte que ses officiers diroyent à ceux du roy. Ces plats furent une panade79 et un poulet en ragoust80 et des asperges ; cela lui fut porté par un petit escalier des robé dans son cabinet, où Elle mangea en particulier, et y fut servie par le s.r Courtet. Le soir mesme, les tables furent servies fort magnifiquement [comme] le matin. Le soir, comme il estoit jeusne, il n’y eut que des potages, des entremets et du fruit. Tous les prélats et seigneurs ayant dit qu’ils ne vouloyent point de poisson. Sur les six ou sept heures S. E. fut à la promenade à la maison de M Déscures81.

  • 82 Pithiviers, localité située à 48 km au nord d’Orléans et à 90 km de Paris.

47[24 juin, mardi. Orléans. Projet de partir pour Pithiviers82]

  • 83 Voir note 23, ici même.

48Le xxnn.e [24] Elle entendit la messe, disna, soupa et alla à la promenade comme les jours précédents, le s.r de Chantelou lui demanda le soir l’ordre de partir en présence de M. de Montausier ; il fut concerté entre Elle et M. de Montausier d’aller le lendemain disner et souper à Pleuviers [Pithiviers] pour éviter la chaleur du jour. Le maréchal des logis y fut aussi qui receut pareil ordre. Il avoit esté proposé d’envoyer des officiers pour accommoder quelques plats à moitié chemin pour S.E. et pour ceux qui seroyent en carrosse avec Elle ; mais comme il n’y avoit pas de lieu assez commode entre Orléans et Pluviers [Pithiviers] pour y passer la chaleur du jour, M. de Montauzier jugea plus à propos d’aller disner à Pluviers. Pour ce faire il fut arresté que S.E. partiroit à cinq heures du matin. Ce mesme jour le maggiordomo [Bonacccorsi], qui estoit party de la Charité pour aller à Paris, et avec lui M.rs de Grillon83, Aldobrandj, Sachettj, Nerlj et Marinj en revinrent ; ces cinq derniers couverts de plumes, de points de Venise et de ruban.

49[25 juin, mercredi. Depart d’Orléans pour Pithiviers]

  • 84 Ravizza (ff. 78v-79r) : « Casa d’un particolare molto commoda di dove si godeva la vista d’un belli (...)

50Le xxb.e [25] M. le légat, après avoir entendu La messe partit d’Orléans à cinq heures du matin, comme il avoit resolu, et arriva à Pluviers [Pithiviers] entre dix et onze ; S.E. disna à midi et demi ; Elle ne fut point à l’église, comme aux autres lieux où Elle avoit passé. Aussi ne vit Elle à l’entrée de la ville ni dais, ni apparence de réception. S’estant trouvé beaucoup de monde dans la salle où Elle devoit manger, l’on fit entendre à S.E. que c’estoit pour recevoir sa bénédiction, Elle la leur donna, puis l’on fit tout sortir à cause du chaud ; le soir Elle fut se promener à pied dans un parc dépendant de la maison où Elle logeoit84. Elle ne voulut point souper.

51[26 juin, jeudi. De Pithiviers à Nemours]

  • 85 À Nemours sont dédiés deux dessins de Canini (Chigi F.VIII.191, f. 55, « a dì 29 giugno » ; f. 56, (...)

52[f. 13] Le xxbi.e [26] Elle arriva sur les onze heures et demie à Nemours85, où il n’y avoit point aussi d’appareil pour sa réception. S.E. y disna à midi et demi, et soupa sur les huit ou neuf heures du soir. L’après disnée M. de Montausier partit pour aller à Fontainebleau et revenir le mesme jour ou le lendemain.

53[27 juin, vendredi. Nemours. Audience avec le duc de Saint-Aignan, premier gentilhomme de la Chambre du roi]

  • 86 Bensogne (1663, f. 212) cite M. de Chabenat-Bonœil, introducteur des ambassadeurs, au semestre de j (...)
  • 87 François-Honorat de Saint-Aignan de Beauvilliers (1607/101687), comte et duc (1663), membre de l’Ac (...)
  • 88 Jacques-François de Hautefort (1610-1680), III marquis de (1640-1680), maréchal de camp, seigneur d (...)
  • 89 Philippe d’Orléans, frère de Louis XIV.
  • 90 Philippe de Clerembault (1606-1665), comte de Pallau, maréchal de France (1653).
  • 91 Henriette-Anne d’Orléans (1644-1670), duchesse de, femme de Philippe d’Orléans, frère du roi, dite (...)
  • 92 Benigne Dauvergne de Saint-Mars (1626-1708), mousquetaire à la première compagnie de la garde, brig (...)
  • 93 Probablement Alphonse de Moreuil, chevalier, seigneur de Liomer, Brucamps et Brocourt, premier écuy (...)

54Le xxbn.e [27] S.E. entendit la messe à la grande église ; s’en estant revenue à sa maison, bien tost après M.rs de Bonneuil, introducteur des ambassadeurs86 et Girault, son ayde, y arrivèrent. Le premier salua S.E., et d’abord qu’Elle se fut couverte, il se couvrit aussi ; ce qui estonna un peu ces M.rs les Italiens et particulièrement les prélats qui estoyent la teste nue. Il entretint S.E. assez long temps ; à onze heures et demie le m.e d’hostel du roy [Chantelou] lui demanda si Elle vouloit disner, Elle respondit qu’Elle le vouloit bien ; les tables furent servies à midi, la quelle heure M. de Montausier n’estoit pas encore de retour ; S.E. pria M. de Bonneuil de disner avec Elle, ce qu’il fit. Dès le matin M. le duc de St. Aignan [premier gentilhomme de la Chambre du roi]87 estoit arrivé de Fontainebleau pour complimenter de la part du roy S.E.. Il alla descendre dans une religion appelée la Joye proche de la ville, où une de Mesdemoiselles ses filles est en pension. Une heure après disner, estant venu à la porte de M. le légat, il trouva M. Girault qui lui dit que l’heure de l’audience n’estoit qu’à trois heures et demie, à laquelle heure il revint ; les seigneurs Italiens le furent recevoir à la porte de la rue, tous fort festes. Ils l’accompagnèrent jusque dans la Chambre de M. le légat, où estoyent avec S.E., M[oneigneu]rs Colonna, Viscontj, Bonacorsj et Ravizza. Les m.e de chambre et des cérémonies estoyent à la porte. Après la première salutation, M. Girault cria à tout le monde de sortir, et les prélats, seigneurs et autres passèrent un moment après dans une chambre à costé. Il y avoit dans celle de M. le légat deux chaises dans lesquelles S.E. et M. le duc de S.t Aignan [premier gentilhomme de la Chambre du roi] s’assirent, S. E en celle qui regardoit la porte de la chambre. L’audience finie qui ne dura qu’un quart d’heure, S. E. le reconduisit jusque hors la porte de sa chambre qui joignoit l’escalier, et les seigneurs Italiens jusque à celle de la rue ; M. le duc d’Orval vint après de la part de la reyne mère faire aussi compliment à S.E., le marquis de Hautefort88 en suite pour la reyne, M. de Vaillac pour Monsieur89, et M. de Clerembault90 pour Madame91, après M. de Saint Mars92 vint pour Monseigneur le Prince [de Condé], et M. de Moreuil93 pour Monseigneur le grand m.e de France [le duc d’Enghien] ; à tous fut fait mesme cérémonie. Le soir S.E. fut à la promenade de long la petite rivière de Loin, Elle n’y demeura guère, à son retour Elle soupa, ayant à sa table les prélats qui y mangent d’ordinaire.

55[28 juin, samedi. Nemours. Visite de l’ambassadeur de Malte, de Souvré ; « naïvetés » de Jean Dousset]

  • 94 Jacques de Souvré (1600-1670), ambassadeur et commandeur de l’Ordre de Malte, appartenait aux cheva (...)

56Le xxbm.e [28] au matin Elle fut soignée et sur les dix heures Elle alla à la messe à la grande [f. 14] église. Elle avoit fait dire au m.e d’hostel du roy qu’elle ne vouloit que quelques petits plats dans sa chambre ; mais depuis le s.r Teodosio [Ambrogio Theodoli] lui dit que M. l’Ambassadeur de Malte devant venir voir S.E., Elle avoit resolu de manger en public. C’estoit M. le Bailly de Souvré94, lequel disna avec S.E. et M. de Montauzier qui estoit retourné de Fontainebleau y disna aussi. Le premier s’estant assis en suite de M.rs Colonna et Bonacorsj, M.rs Robertj, Viscontj et Ravizza estant de l’autre costé à la droite de S.E., M. de Montausier se mit seul à la face opposée à M. le légat. Quand ce fut au second service S.E. dit un mot à l’oreille de M. Bonaccorsi [le maggiordomo], qui lui aussi tost après dit au m.e d’Hostel du roy [Chantelou], que M. l’Internonce de Bruxelles alloit venir, qu’il le prioit qu’il y eust un couvert pour lui, ce qu’il ordonna sur le champ. Aussi tost cet Internonce vint, qui s’assisit à costé de M. de Montausier. Le soir, après que l’on eut demandé à S.E. quand Elle vouloit manger, et qu’Elle eût dit qu’Elle ne souperoit pas, Jean Dousset fut introduit dans sa chambre. M. Girault dit à S.E. pour la préparer que c’estoit un innocent qui divertissoit quelques fois le défunt roy, et qu’il venoit encore de fois à autre à la Cour ; il se jetta d’abord à genoux devant S.E. qui lui donna sa bénédiction ; après s’étant relevé, il lui dit qu’il avoit mémoire qu’il y à bien près de quarante ans qu’il eut aussi la bénédiction d’un autre légat, lequel estoit environ de son âge qu’il cuidoit croire qu’il estoit son père ; chacun s’éclata de rire à ce discours ; il dit encore quelques autres naïvetés semblables. Après les tables estant servies, le m.e d’Hostel du roy [Chantelou] remonta pour en avertir, mais l’on ne descendit d’un bon quart d’heure ; S.E. parloit avec une grande attache à M. de Montauzier ; les prélats conferoyent aussi tous ensemble, et paroissoyent dans une espèce de consternation. Enfin ils descendirent tous à la réserve de M. Ravizza qui demeura avec M. le légat ; M. de Montauzier estant passé dans la cour, ces M.rs furent quelque temps sans se seoir à table ; puis ils s’y mirent laissant le haut bout de la table vide, M. Colonna le premier de droite et M. Visconti à la gauche après qui estoit l’Internonce de Bruxelles. Le marquis Picolominj qui ne s’estoit pas trouvé au disner, et estoit allé à Fontainebleau, en revint une heure avant le souper, et conta à tous ces seigneurs le plaisir qu’il avoit eu de voir le roy et toute la Cour.

57[29 juin, dimanche. Nemours. S.E. visite le couvent de la Joye. Plaisanteries de Jean Dousset et de Scaramouche]

  • 95 Anne de Beauvillier de Saint-Aignan, abbesse de La Joye, fille de François–Honorat, premier gentilh (...)
  • 96 C’est-à-dire l’orfèvrerie employée pour la messe.
  • 97 Patène que le prêtre donne à baiser pendant la messe en disant : « pax tecum ».
  • 98 « Bailla », c’est-à-dire « Il la mit en main ».
  • 99 Tiberio Fiorilli (1608 -1694), dit Scaramouche, l’acteur Ita-lien qui créa ce personnage, un mélang (...)

58Le xxix.e [29], jour de S.t Pierre S.E. fut sur les dix heures dire la messe à la Joye, où sont Mesdemoiselles de S.t Aignan95 et de Béthune. On y porta sa chapelle96 et ses ornements d’autel, entre autres une chasuble de toile d’or, ornée devant et derrière d’histoires sacrées, faites à l’esguille, admirablement travaillées et si bien qu’il semble que le pinceau ne pourroit pas faire mieux. M. Robertj servit S.E., quatre pages du roy tinrent des flambeaux blancs lors de la consécration ; quand S.E. ne fait qu’entendre la messe, il n’y en à que deux qui servent, M. Roberti fit [f. 15] fit [sic] baiser la paix97 à S.E.. Il la bailla98 à un diacre et s’en retourna en sa place où le Diacre la lui porta et après qu’il l’eust baisée la fit baiser aux autres prélats et à M. de Montausier. Quand la messe fut finie et que S.E. eut achevé ses prières, Elle s’approcha de la grille et donna sa bénédiction aux religieuses ; quelques unes d’entre elles lui firent présent d’ouvrages de leur main. Au disner Jean Dousset fut agréable dans ses naïvetés ordinaires, lesquelles furent animées et soustenues de la présence et de l’esprit de Scaramouche99 avec qui il fit des dialogues assez agréables. L’on expliquoit à S.E. ce qu’Elle tesmoignoit ne pas entendre ; Et au sujet de vingt cinq enfans que Jean Dousset dit qu’il avoit eus, Elle dit en riant Basta quel huomo à far in Francia un hospedale di matti. Elle lui donna une médaille d’or du poids de huit ou dix pistoles, la quelle M. de Montausier voulut voir, et dit lui vouloir garder peur qu’on ne le la lui prist. S.E. ne sortit point l’après disnée quoy que les carrosses du roy et des reynes fussent à sa porte. Elle se divertit quelque moment à la fenestre à voir les pages du roy jouant dans la cour avec les jeunes seigneurs Italiens à de petits jeux d’adresse et de force. Elle soupa en public comme Elle y avoit disné.

59[30 juin, lundi. Nemours. Le problème de l’entrée de S.E. à Paris]

  • 100 Louis-Hugues de Lionne (1646-1708), fils du secrétaire d’État, Hugues, qui mourut en 1671 laissant (...)
  • 101 Claude-François de Marode (Mérode), ambassadeur et défenseur du Catholicisme à Londres et à Copenha (...)
  • 102 Le 29 et le 30 juin Mgr Ravizza est à Fontainebleau pour négocier l’entrée du légat (Ravizza, ff. 8 (...)

60Le xxx.e [30] S.E. entendit la messe à une maison de religieuses près de la sienne, à l’issue Elle fut les voir à la grille ; Elle leur donna sa bénédiction. Retournée au logis, Elle receut les visites du fils de M. de Lionne100, secrétaire d’Estat et du chevalier de Trelon101 ; M. de Bonneuil vint aussi qui apporta la nouvelle que S.E. partiroit quand il lui plairoit pour aller à Paris ce qui avoit jusqu’alors tenu en incertitude, chacun ayant dit que le roy estant à Fontainebleau, il n’estoit pas nécessaire que M. le légat allast à Paris pour y faire une entrée, mais seulement pour voir la ville, si S.E. en avoit la curiosité102. Tous ces M.rs disnèrent avec S.E. Elle fut le soir à une promenade le long de la rivière, et ayant mis pied à terre à l’aller et revenir, Elle fit bien demie lieue à pied, après quoy Elle s’en revint souper.

61[1er juillet, mardi. Nemours.]

  • 103 Corbeil-Essonnes est une localité à 28 Km au sud-est de Paris ; elle était située sur l’importante (...)

62Le premier Juillet S.E. entendit la messe aux Recollez avec la cérémonie ordinaire, en suite Elle vint disner. Le soir Elle fut à la mesme promenade, et marcha autant que le soir précédent ; revenue chez Elle, Elle dit qu’Elle ne mangeroit point. M. de Montausier retourna de Fontainebleau comme les prélats et seigneurs achevoient de souper, et dit au s.r de Chantelou que les Maréchaux des logis avoyent esté envoyez par ordre du roy à Corbeil103 pour y marquer les logis de S.E. qui y coucheroit le jeudi troisième du mois, que l’on remettoit à lui de faire disner à Nemours, en chemin ou à Corbeil ; il donna l’ordre à la maison de Sa Majesté pour disner à Corbeil.

63[2 juillet, mercredi. Nemours]

64Le deuxième [2] S.E. entendit la messe et disna à l’ordinaire ; le soir, revenue de la promenade, Elle [f. 16] ne vouloit point souper. Il s’estoit semé un bruit d’incertitude de partir le lendemain, et plusieurs sans nommer d’auteur, disoyent qu’on attendoit le retour de M. de Montausier (qui estoit allé l’après disnée à Fontainebleau pour sçavoir précisément si l’on partiroit) ; cependant comme le pourvoyeur avoit eu ordre dès le jour précédent et estoit party dès le matin pour fournir le disner à Corbeil, et qu’une charrette qui porte les premières ustensiles pour la préparation du disner estoit partie il y avoit quelques heures, le m.e d’Hostel du roy [Chantelou] jugea qu’il ne falloit rien escouter, mais partir comme il avoit esté ordonné.

65[3 juillet, jeudi. S.E. se rend « incognito » à Fontainebleau pour une première rencontre avec le roi ; souper à Corbeil]

  • 104 Gabriel de Rochechouart (1600-1675), marquis puis duc de Montemart, père de Madame de Montespan, ét (...)
  • 105 Le comte du Lude, voir note 104. Fontainebleau est à 18 Km au nord de Nemours.
  • 106 Louis de Béthune, comte de Charost (1605-1681), capitaine des gardes du corps du roi ; Bensogne (16 (...)
  • 107 Bensogne (1663, ff. 143-144) : « Le chef et capitaine-colonel des cent Suisses du corps, est à prés (...)
  • 108 Bensogne (1663, f. 194) : « Le grand maréchal des logis, est Monsieur le marquis de Froullée, cheva (...)
  • 109 La duchesse de Navailles est dame d’honneur de la reine, et l’épouse de Philippe de Montaut de Bena (...)
  • 110 Julie Montausier d’Argennes (1607-1671), fille de la marquise de Rambouillet, protagoniste de la vi (...)

66Le troisie.e S.E. monta en carrosse après avoir entendu la messe, et passa incognito par Fontainebleau où Elle vit Sa Majesté. Le roy estoit dans le cabinet des bains, et avoit nommé seulement cinq personnes pour estre présents à l’entreveue, sçavoir M. de Gesure, capitaine des gardes du corps ; le ducs de Saint Aignan [premier gentilhomme de la Chambre du roi] et de Mortemar104, M.rs les comte du Lude105 et bailly de Souvré [Jacques de Souvré]. Sa Majesté receut M. le légat la porte du cabinet et le fit asseoir, M.rs de Charost106, de Varde107, de Froullé108 et quelques autres entrèrent dans le cabinet. S.E. fut près de demie heure avec le roy, après quoy Sa Majesté se leva, et dit à M. le légat qu’il le lassoit, croyant qu’il seroit bien aisé de demeurer là encore en conversation avec ces M.rs. S.E. à quelque temps de là monta par un petit escallier dans le cabinet de la reyne, où Elle estoit avec la reyne mère. Il n’y avoit avec Leurs Majestés que Mes Dames de Fleix et de Navailles109, leurs dames d’honneur, et Madame de Montausier110, Gouvernante de Monseigneur le Dauphin. L’on m’a dit qu’après que S.E. eût salué les reynes, Elles lui firent donner une chaise ; mais comme je ne suis pas tesmoin oculaire de cette entretenue, je n’en vœux rien particulariser et n’en parle qu’afin de ne rien oublier de considérable de ce qui est arrivé à M. Le légat. En suite il disna dans la gallerie des cerfs, ou M. et M[adam]e. de Montauzier le régalèrent. S.E. avoit veu aussi Monseigneur Le Dauphin dans ce mesme lieu. Le disner de S.E. lui avoit esté preparé à Corbeil, où Elle n’arriva qu’entre neuf et dix heures du soir ; Elle y soupa en public.

67[4 juillet, vendredi. S.E. arrive au château de Vincennes. Visite « incognito » à Paris]

  • 111 Paul Philippe Hardouin de Beaumont de Péréfixe (16061671), évêque de Rodez, puis archevêque de Pari (...)

68Le nn.e [4] Elle en partit après avoir entendu la messe et arriva à onze heures à Vincennes. Elle disna dans l’appartement de Monsieur, où son logement estoit marqué ; là se trouvèrent huit suisses du roy pour la garde de ses portes. Après Elle fut incognito à Paris, d’où Elle ne revint que le lendemain au matin. M. [l’évêque] de Paris111 avec M. [l’évêque] de Sées la vinrent saluer, Elle le receut à la moitié de son antichambre, leur fit donner des fauteuils, et après leur audience les reconduisit jusque à la sortie de son antichambre. Elle disna à midi. Les tables furent servies plus magnifiquement qu’elles n’avoyent encore esté, mais elles ne furent pas remplies de monde à l’ordinaire, grande partie des prélats et seigneurs estant à Paris. Sur le quatre ou cinq heures M. le Bailly de Souvré vint voir S.E.. Après qu’il s’en fut allé, S.E. fut se promener en [f. 17] carrosse dans le parc. Elle revint en suite descendre dans le jardin, où Elle se promena à pied ; le m.e d’hostel du roy [Chantelou] lui ayant demandé quand Elle vouloit souper, Elle dit quand Elle auroit dit son office qui fut une heure après.

69[6 juillet, dimanche. S.E. visite Le Rancy, demeure des Bourbon Condé]

  • 112 Voir note 8 ici même. Ravizza (f. 93) note : « Doppopranzo andò incognito à san Germano [Saint-Germ (...)

70Le bi.e [6] après disner S.E. fut voir le Rainsj112. Retournée, Elle dit en soupant que le vestibule et le salon estoyent fort beaux, et demanda au s.r de Chantelou, combien cette maison pouvoit avoir cousté ; Il lui dit qu’elle coustoit bien plus qu’il ne paroissoit, qu’on disoit que la despence en montoit bien à cinq cent mil écus parce qu’il y avoit eu beaucoup de choses refaites et de terres remuées.

71[7 juillet, lundi. S.E. visite M. de Longueil à Maison]

  • 113 René de Longueil (m.1677), marquis de Maisons, président de la cour des aides, propriétaire du chât (...)

72Le bn.e [7] S.E. disna a onze heures précises et fut a maisons, ou M. de maisons113 lui donna la collation.

73[8 juillet, mardi. S.E. visite Ruel, demeure du cardinal de Richelieu, et Saint-Cloud, demeure de Monsieur, Philippe d’Orléans]

  • 114 Pour St.-Cloud, voir note 61 ; Ruel avait été la résidence préférée du cardinal Richelieu (A. Gady, (...)
  • 115 Marie-Madeleine d’Aiguillon de Vignerot du Pont-de-Courlay (1604-1675), dame de Combalet, puis duch (...)

74Le bm.e [8] Elle fut à Ruel et disna, Elle vit S.t Clou en suite, et revenue sur les onze heures du soir Elle soupa114. Durant le repas Elle parla fort de la beauté des maisons qu’Elle avoit vues, et de Madame d’Esguillon115 avec beaucoup d’estime. Elle ayme à ce qu’on peut juger les maisons où il y a de l’eau et du couvert plus que celles qui n’ont pas ces avantages, et sont magnifiques de bastiment.

75[9 juillet, mercredi. Château de Vincennes.]

  • 116 Pierre du Cambout de Coislin, abbé de St. Victor et de St.Jean d’Amiens, Prieur et seigneur d’Argen (...)
  • 117 Probablement François Tallement (1620 ca-1693), membre de l’Académie française, frère de Gédéon Tal (...)
  • 118 Bensogne 1663, f. 11 : « docteur de la Sorbonne ».

76Le ix.e [9] S.E. fut visitée par M. l’abbé d’Harcourt [premier aumônier du roi] qu’Elle receut à la porte de sa chambre et reconduisit jusque à la moitié de son antichambre. M. l’arcevesque de Sens vint aussi qu’Elle receut et traita comme Elle avoit fait à M. [l’évêque] de Paris [Paul Philippe Hardouin de Beaumont]. M. rs les abbez de Couslin116, Tallement117 et le Camus118 y vinrent aussi. Elle entendit la messe a onze heures, après laquelle Elle disna. Il se trouva à la voir disner grande quantité de Dames de Paris. Il n’y eut à sa table que M.rs Robertj et Viscontj d’un coté, et Colonna et l’Internonce de Bruxelles, de l’autre. Pour l’autre table il n’y eut que quatre de ces seigneurs Italiens ; M.rs les Abbez Rospigliosj, Spinola, Picolominj et quelques autres vinrent que les tables estoyent levées et l’on leur donna a manger dans leurs chambres.

77[10 juillet, jeudi ; 11 juillet, vendredi. S.E. visite Versailles]

  • 119 Baldini, ff. 219v, 220, 221r; Ravizza, f. 96v.

78Le jeudi x.e [10] S.E. fut à Versailles où Elle disna. Elle n’en revint qu’a deux heures après minuit ; A son arrivée le m.e d’hostel du roy [Chantelou] lui demanda si Elle vouloit donner dispense de manger de la viande à ces Messieurs qui l’avoyent accompagné ; Elle lui dit qu’Elle ne vouloit rien du tout pour Elle, et qu’eux se contenteroyent de fruit qui leur fut servi sur le champ ; pour la viande elle fut envoyée à l’hostel Dieu de Paris ; le lendemain xi.e119 [11] auquel jour Elle entendit la messe, donna des audiences, disna, se promena et soupa à l’ordinaire.

79[12 juillet, samedi. Château de Vincennes]

  • 120 Bensogne (1663, f. 165) cite M. de Broussin entre « les capitaines et officiers des gardes françois (...)

80Le xn.e [12] Elle fut de grand matin dans un de ses carrosses au port à l’Anglois voir les chevaux dont Elle vouloit faire présent au roy. Elle revint sur les [f. 18] dix heures. Après la messe M. de Perigueux la vint voir ; le receut et traita comme les autres prélats qu’estoyent venus auparavant ; à tous lesquels Elle a fait donner le fauteuil, et les a reconduit jusque à la moitié de son antichambre. Une grande affluence de monde de Paris le vint voir disner ce jour-là ; et comme il faisoit une chaleur extreme, à l’issue de table Elle donna dans son antichambre la bénédiction à quantité de personnes, puis se retira dans sa chambre. Elle fut le soir à la promenade où se trouvèrent M. le Bailly de Souvré, et M. du Broussin120 ; au retour M. le légat dit qu’il ne vouloit point manger. Durant le souper de prélats et seigneurs M. de Bonacorsi dit au M. e d’hostel du roy [Chantelou] que S.E. le prioit de sçavoir qui avoit fait la calèche d’un cavalier dans laquelle Elle avoit montée ; c’estoit en celle de M. du Broussin.

81[13 juillet, dimanche. Château de Vincennes. Le s.r de Chantelou se rend à Paris. Disposition des places aux tables]

  • 121 La femme de Henri Albert de Cossé (1645-1698), IV duc de Brissac, grand panetier (un de « servants  (...)

82Le xm.e [13] le s.r de Chantelou fut à Paris rendre ses respects et rendre compte du service à Monseigneur le Prince [le Grand Condé] qui estoit arrivé de Fontainebleau le soir precedent à onze heures en bateau, et avoit choisy cette voye à cause qu’il estoit extraordinairement travaillé de la goute. Il revint comme S.E. finissoit de dire la messe ; retournée au chasteau Elle receut visite avant disner de Mad[am]e de Brissac121 à qui Elle donna la droite au fauteuil et la reconduisit jusque à son carrosse. Elle disna en suite environnée d’un grand nombre de Dames et de gens de qualité de Paris. Don Sigismont [Chigi], et le marquis Picolominj en retournèrent un moment avant que S. E. se mit à table. Durant qu’ils ont demeuré à Paris, M. de Bonacorsj, maggiordomo, qui mangeoit toujours auparavant à la table de S.E., ne s’est assis qu’à la table des seigneurs M.rs Aldo-brandy, Sachettj, Bigazzinj, Nerlj et Marinj n’y avoyent pas voulu prendre place. Durant que don Sigismont [Chigi] et le marquis Picolominj estoyent absens, ces jeunes seigneurs avoyent esté engagez avec adresse à suivre S.E. en France, et avoyent peine de souffrir que quelques prélats de bien moindre naissance qu’eux mangeassent avec S. E. préférablement à eux de sorte qu’ils avoyent murmuré et n’avoyent esté adoucis que par la considération de manger avec les neveux du Pape, qui comme il a este remarqué, ont pour cela affecté le plus souvent de prendre les dernières places. Ce qui obligea M. le légat, (don Sigismont [Chigi] et le marquis Picolominj devant demeurer quelques jours à Paris) de faire manger M. Bonacorsj à cette table des seigneurs, ainsi que le maggiordomo de M. le cardinal Barberin avoit fait. Avec cela Goffrido Marinj n’y a mangé qu’une ou deux fois et les autres point du tout.

83[14 juillet, lundi. Château de Vincennes]

  • 122 Les 15 et 19 juillet, le légat se rend « incognito » à Paris « à riconoscere e destinare i regali p (...)

84Le xnn [14] et xb.e [15] le Service se fit à l’ordinaire. Il y eut la mesme foule de monde à voir disner S.E. Cette foule estoit composée pour la plus part des [f. 19] Dames qui commencèrent ces jours-là à faire le cours à la promenade que S.E. fit depuis tous les soirs à six heures dans le parc. Un peu auparavant que d’y aller, Elle receut les visites de quantité de personnes de qualité qu’Elle traita avec toute sorte de civilité ; aux duchesses Elle donna la main droite et les reconduisit jusque à leur carrosse ; Madame de Schomberg122 fut du nombre, qui commença sa visite par se mettre à genoux, et après son audience Elle fut reconduite jusque à son carrosse.

85[16 juillet, mercredi. Château de Vincennes. Le grand maître, Louis de Bourbon, ordonne à Chantelou de ne plus s’asseoir à table auprès de S.E.]

  • 123 Peut-être la femme de M. de Chaumont, conseiller d’État qui était à la garde du cabinet des livres (...)

86Le xbi.e [16] Monseigneur le grand maistre envoya un valet de pied au s.r de Chantelou, qui lui dit d’aller trouver S.A. [Louis de Bourbon, le Grand Condé] à Paris. Quand il y fut, Elle lui dit que le roi avoit esté informé par Madame de S.t Chaumont123 que M. le cardinal Barberin quand il vint légat en France, avoit voulu se faire servir par ses officiers, que l’intention de Sa Majesté n’estoit pas que ceux de M. le légat le servissent ; qu’Elle avoit aussi appris que lui, s.r de Chantelou, se tenoit aussi auprès de S.E. lors qu’Elle estoit à table ; que quoy que ce fust la coustume que le m.e d’hostel que donnoit le roy pour avoir soin du service des ambassadeurs extraordinaires fust assis pendant qu’ils mangeoyent, il n’en estoit pas de mesme de M. le légat, et que cela sembloit porter conséquence de la prescience de Monsieur sur lui. Il respondit à S.A. qu’il s’estoit reglé en cela sur ce qu’il avoit fait feu M. de Mocé qui avoit eu soin du traitement de M. le légat Barberin, qu’il avoit sçeu de M. le marquis de Monfort, son fils, que son père en avoit usé de la sorte. A l’égard de l’autre chef, le s.r de Chantelou dit à M. le grand maistre qu’a Orléans S.E. s’estant trouvée indisposée, et ayant pris quelques remèdes, Elle lui avoit fait sçavoir par le s.r Teodosio qu’Elle eust bien désiré que les officiers du roy lui eussent accommodé quelques petits plats de la sorte que son cuisinier leur diroit ; que lui s.r de Chantelou donna sur cela l’ordre aux écuyers du commun de servir S. E. selon son goust, que son cuisinier avoit depuis accomodé quelques plats qui se servoyent sur la table, hors d’œuvre, et y estoyent posez par les controlleurs ; Son Altesse [le Grand Condé] lui ordonna de ne plus s’asseoir dorénavant auprès de M. le légat pendant qu’il mangeoit, et d’observer de n’avoir aucune espèce de baston quand il prendroit l’ordre de S.E.. Il dit à S.A. qu’il obéiroit, et du depuis recommença à manger à la table des seigneurs, comme il avoit fait auparavant.

87[17 juillet, jeudi. S.E. se rend du château de Vincennes à Paris en visite « incognito »]

  • 124 Henri de Lorraine (1601-1666), comte d’Harcourt, général des armées, Pair et grand écuyer de France (...)

88Le xbn.e [17] S.E. entendit la messe à cinq heures du matin, et après fut à Paris dans un de ses carrosses. Elle revint à onze heures et disna sa salle pleine de Dames. L’après disnée le s.r de Chantelou fut à Paris pour recevoir l’ordre de Monseigneur le grand maistre [le duc d’Enghien] pour le disner de Monseigneur le Prince [le grand Condé] au jour de l’entrée ; Monseigneur le grand maistre [le duc d’Enghien] estant allé le matin à Fontainebleau, il vit Monseigneur le Prince qui lui dit qu’il ne vouloit rien ce jour-là de la maison du roy, et qu’il mangeroit chez lui [f. 20] avant qu’en partir. Il demanda à S.A., comme il auroit à faire pour M. le comte d’Harcour [grand écuyer]124, s’il mangeroit ou non avec M. le légat, avec cadenas ou sans cadenas ; S.A. lui commanda d’en escrire à Fontainebleau à M. le premier m.e d’Hostel [M. de Bellefonds] pour sçavoir sur cela la volonté de Sa Majesté, ce qu’il fit. Le soir M. le légat fut à la promenade, où il y eut grand nombre de carrosses remplis principalement de dames. Au retour il dit qu’il ne vouloit point souper.

89[18 juillet, vendredi. Château de Vincennes]

90Le xbm.e [18] S.E. entendit la messe entre dix et onze, disna à midi, fut à la promenade, et au retour dit qu’Elle ne vouloit point souper.

91[19 juillet, samedi. S.E. se rend du château de Vincennes à Paris en visite « incognito »]

92Le xix.e [19] Elle entendit la messe de grand matin, et fut à Paris incognito, d’où Elle revint à onze heures, puis disna. Le soir M. de Montausier la vint voir et lui dit qu’il venoit de l’hostel de Condé, et que M. le Prince [de Condé] avoit eu une forte mauvaise nuit ; S.E. au sujet du retardement que la maladie de Monseigneur le Prince apportoit à son entrée dit : Io credo che è per miej peccatj. S.E. ne soupa point ce jour là.

93[20 juillet, dimanche. Château de Vincennes]

  • 125 Marie Gigaut de Bellefonds (1623-1698), femme de Pierre de Bellefonds, marquis de Villard (1624-169 (...)

94Le xx.e [20] Elle dit la messe entre dix et onze, avec des ornements fort magnifiques, et dont Elle ne s’estoit point encore servie, disna à midi, où se trouva une foule extraordinaire de monde. Sur les cinq heures, il vint un nombre infini de dames à qui Elle donna la bénédiction. Elle receut beaucoup de visites, entre autres de Madame [20v] la duchesse de Vilars125 que S.E. reconduisit jusque en bas. En suite Elle alla à la promenade dans le parc, où se trouvèrent des carrosses en si grande quantité, que le sien estoit entre deux files de six carrosses chacune, et de la longueur de tout le parc. Le s.r de Chantelou lui ayant demandé au retour quand il lui plairoit de souper, Elle lui demanda le temps de dire son office auparavant.

95[21 juillet, lundi. Château de Vincennes]

  • 126 Louis de Rohan a la charge de grand veneur : « [qui] donne les provisions aux autres officiers de l (...)
  • 127 Madame d’Aiguillon ; voir note 115.
  • 128 Anne Poussard de Fors (1622-1684), femme de Jean-Armand Richelieu Vignerot Du Plessis, neveu du car (...)
  • 129 La femme de Henri de Berhinghem (1603-1692), originaire des Pays-Bas, protestant converti au cathol (...)
  • 130 César Du Plessis-Praslin (1598-1675), maréchal de France pour ses victoires en Italie, surintendant (...)

96Le xxi.e [21] S.E. après avoir entendu la messe receut beaucoup de visites de personnes de qualité. Le jeune duc de Rohan126 la vint voir ; Elle disna en suite en présence d’une prodigieuse quantité de Dames, et d’autres personnes de qualité. Sur les cinq heures Madame d’Esguillon127 et Madame la duchesse de Richelieu128 eurent audience de S.E.. Elle les reconduisit jusque au carrosse ; Mad.e de Beringhen129 y vint aussi qu’il reconduisit seulement jusque à l’entrée de son antichambre. M. le comte du Plessis130 lui vint faire compliment de la part de S.A.R. [le frère du roi, Philippe d’Orléans]. Il y eut ce soir là une grande foule du monde qu’on étouffoit dans sa chambre ; quelques uns y ont remarqué les mesmes visages de Dames quatre ou cinq jours tout de suite. S.E. fut à la promenade, où il y eut des carrosses comme le jour précédent.

97[mardi 22 et mercredi 23 juillet. Château de Vincennes]

  • 131 C’est-à-dire les Parlements du royaume, juridictions statuant souverainement en dernier ressort. Il (...)
  • 132 La place du Trône, sur la route pour Vincennes, lieu de l’entrée triomphale à Paris de Louis xiv et (...)

98Le xxn.e [22] et xxm.e [23] Elle receut comme à l’ordinaire force visites, et il y eut la presse accoustumée à la voir [f. 21] disner. L’après disnée du xxm.e [23] il se répandit un bruit que le entrée qui devoit estre le xxnn.e [24] estoit différée. S. E. dit que si elle ne se faisoit le jeudi, Elle s’en iroit le vendredi à Fontainebleau. Le soir M. de Montausier le vint voir ; ils conférèrent ensemble sur les obstacles procédant de l’indisposition de Monseigneur le Prince [de Condé], et de la différence qui se trouve entre les registres des Cours souveraines131, et les mémoires de la légation de M. le cardinal Barberin touchant ce qui s’estoit passé au Trône132 le jour de son entrée ; ceux des Cours souveraines portent que M. le cardinal Barberin s’estoit levé de son siège, et avoit fait quelques pas pour recevoir la Cour, et lui avoit donné sa bénédiction ; et ceux du cardinal Barberin au contraire qu’il n’avoit bougé de sa chaise à l’arrivée du Parlement, et les avoit receus et escoutez sans se lever. Cependant les ordres estoyent donnez aux Cours souveraines pour le samedi xxb.e [25], et aux difficultés près des Cours souveraines S.E. demanda à M. de Montausier qui s’en retournoit, s’il vouloit lui donner sa parole que l’entrée se feroit le samedi ; il lui respondit avec son humeur libre et franche qu’il ne la lui donneroit pas, que Monsieur le Prince [de Condé] pouvoit mourir entre ci et ce temps là ; il fut ensuite envoyé des courriers à Fontainebleau, du retour desquels il s’attendoit quelque ajustements.

99[24 juillet, jeudi. Château de Vincennes. Préparatifs pour la visite officielle à Fontainebleau]

100Le jeudi l’on ne songea qu’a donner les ordres pour le départ, et à avoir les chevaux et carrosses nécessaires.

  • 133 Voir note 103.

101Le xxnn.e [24] le s.r de Chantelou ayant pris l’ordre de S.E., Elle lui dit qu’Elle souhaitoit d’aller coucher à Corbeil133 le xxb.e [25 juillet], qu’Elle disneroit avant que partir. Il envoya l’ordre aux officiers du roy en conformité de cela.

102[25 juillet, vendredi. Château de Vincennes ; départ pour Soisy et Petit-Bourg ; difficultés pour traverser la Seine]

  • 134 Soisy-sur-Seine à 6 Km de Corbeil.
  • 135 Petit-Bourg, situé sur la Seine aux environs d’Essonne. Le château du xviie siècle fut transformé p (...)
  • 136 Hugues de Lionne (1611-1681), secrétaire d’État aux Affaires Étrangères. Collaborateur de Mazarin e (...)
  • 137 M. Passavant, sieur des Closeaux, maréchal de logis du roi (Bensogne, 1663, f. 194).

103Le xxb.e [25] au matin S.E. l’envoya quérir par un valet de pied du roy et lui dit qu’Elle iroit au lieu de Corbeil coucher à Soisy134 et à Petit-Bourg135. Ce changement arriva sur des lettres de M. de Lionne [secrétaire aux Affaires Etrangères]136 ; l’ordre fut envoyé au mesme temps au pourvoyeur du roy ; S.E. entendit la messe, à la fin de laquelle Elle fit publier qu’Elle donnoit à toute l’assistance dix années d’indulgences In articulo mortis à tous les Chanoines de la S.te Chapelle de Vincennes, et un corps Saint. Elle partit sur les trois heures. Le s.r de Chantelou arriva à cinq heures du soir à Soisy, où il sceut que les Maréchaux des logis du roy avoyent marqué, et qu’il estoyent passez de l’autre costé de la rivière pour marquer encore Petit-Bourg. Il se mit en chemin pour y aller, et trouva quelques camériers de S.E. sur le bord de la rivière, où il n’y avoit que deux ou trois petits bateaux qui passoyent ceux qui vouloyent, n’ayant vu aucun bac, il jugea qu’il estoit impossible que S.E. logeast à Petit-Bourg, les charrettes des officiers du roy estant deça de la rivière, et ne pouvant passer sans bac, outre qu’un équipage grand comme celui de M. le légat et de sa suite n’eust peu passer dans les restes du jour et toute la nuit, quand il eust eu deux ou trois bacs, ainsi il envoya prier le s.r de Pafsevent137, maréchal de Logis [f. 22] du roy, qu’il peust conférer avec lui. Il ne vint qu’a une ou deux heures de là à cause du grand tour qu’il faut faire pour aller au chasteau et revenir. Lui ayant parlé, il dit que c’estoit un écuyer de M. de Langre qui lui avoit dit précisément que M. le légat logeroit à Petit Bourg, et quoy qu’il eust jugé qu’il estoit comme impossible, il s’y en estoit allé faire les logis. Le pourvoyeur et le boulanger du roy s’y estoyent aussi rendus qui eurent à descharger leurs charrettes, et faire passer leurs provisions en bateau. S.E. qui estoit arrivée à Soisy à sept heures, ne pût pour cela souper qu’entre neuf et dix. [26 juillet, samedi. Soisy et Petit-Bourg] Le xxbi.e [26] M. de Langre vint le matin voir S.E. avant qu’Elle entendist la messe, et s’en retourna à Petit-Bourg. Après-disner M. de Montausier alla à Fontainebleau ; S.E. y dépescha aussi, l’abbé Castillionj puis Elle se fut promener à Petit-Bourg.

104[27 juillet, dimanche. S.E. rencontre M. de Lionne, secrétaire d’État aux affaires étrangères]

  • 138 En qualité de auditeur de M. le légat, M. Ravizza assistait aux rencontres officielles aussi pour e (...)

105Le xxbn.e [27] M. de Lionne vint conférer avec S.E. et disna avec Elle. Il confira aussi avec M. Ravizza138, puis s’en retourna à Fontainebleau.

  • 139 La femme de M. le Bailleul, un de dix-sept écuyers du roi.
  • 140 Introducteur des ambassadeurs, voir note 86.
  • 141 Vaux-le-Viconte, la prestigieuse demeure de Fouquet.

106S.E. donna l’ordre au M.e d’hostel du roy [Chantelou] pour aller le lendemain à Fontainebleau et faire préparer quelque chose pour déjeuner avant que partir. Le soir xxbn.e [27] Madame la présidente le Bailleul139 estoit venue voir S.E. Elle lui avoit esté présentée par M. de Bonneuil140, mais comme il oublia de dire qui elle estoit, et que la maison où estoit S.E. estoit à elle, il la receut à l’ordinaire ; quelqu’un depuis l’en avertit, et aussi tost il envoya lui faire excuse de ne l’avoir pas connue. Don Sigismont [Chigi], les marquis Picolominj, Aldobrandj, Sachettj, Nerlj et Marinj furent à Vaux141.

107[28 juillet, lundi. Préparatifs pour la visite à Fontainebleau : entretiens sur l’accueil de M. le légat]

  • 142 Henri de Lorraine (1601-1666), comte d’Harcourt, grand écuyer de France, voir note 124.
  • 143 Melun, localité située à 41 km au sud-est de Paris et à 18 Km de Fontainebleau, dans un méandre de (...)
  • 144 Philippe d’Orléans, frère du roi.
  • 145 Nicolas de Neufville de Villeroy, maréchal de France, voir note 12.
  • 146 Pierre de Gondi (1602-1676), duc de Retz, seigneur de Machecoul, comte de Joigny, marquis de Belle- (...)
  • 147 César Du Plessis-Praslin (1598-1675), surintendant de la maison de « Monsieur », le frère du roi ; (...)
  • 148 Probablement Anne-Marie-Louise d’Orléans (1627-1693), la « Grande Mademoiselle », duchesse de Montp (...)
  • 149 M. le comte du Lude, chevalier des ordres du roy, un des quatre premiers gentilshommes du roi, avec (...)
  • 150 Hôtel de la Renaissance, rue Francs-Bourgeois dans le Marais, agrandi aux xviie et xviiie siècles.

108Le xxbm.e [28] S.E., après avoir entendu la messe, estant sur le point de se mettre à table, M. de Montausier arriva pour régler avec Elle ce que se feroit à son arrivée à Fontainebleau. Elle avoit donné l’ordre au s.r de Chantelou pour déjeuner à neuf heures et partir à dix, M. de Montausier dit à S.E. qu’il alloit envoyer un courrier pour donner advis de ce que seroit arresté avec Elle, et qu’autant qu’il fut arrivé, on ne s’avanceroit point du costé de la Cour. Ce que estoit à régler estoit les visites que devoit faire S.E. le lendemain de son arrivée sçavoir celle du roi, de la reine Mère, de la reyne, de Monseigneur le Dauphin, et de Monsieur. M. le légat dit sur celle-là qu’il ne sçavoit si M. le cardinal Barberin l’avoit faite ; M. de Montausier assura que ouy, et que mesme cela se voyoit dans les mémoires de la légation ; M. Ravizza estoit présent qui en doutoit, mais M. de Bonneuil dit que cela estoit ; M. Ravizza avoit envie de remettre la décision de ce point à quand on seroit arrivé, mais M. de Montausier ne voulut pas et dit que M. le comte d’Harcourt [grand écuyer du roi]142, qui devoit venir recevoir M. le légat à l’entrée de la forest, et M. [Philippe d’Orléans, frère du roi] entre les deux pavez, ne partiroient point qu’après l’arrivée de son courrier portant cette résolution. Avant que cela s’agittast, le m.e d’hostel du roi [Chantelou] dit à S.E. que sa table estoit [f. 23] couverte de sorte que cela arresté, Elle alla se mettre à table, et M. de Montausier alla escrire et pria qu’on lui gardast un morceau à manger. S.E. avoit resolu dez le soir précédent de partir à dix heures, mais M. de Montausier lui dit que pour faire cadrer les rencontres premièrement de M. le comte d’Harcourt et puis de Monsieur, il ne fallait pas que S. E. partist avant des quatre heures du soir : Elle devoit passer par Melun143 pour mettre là son equipage en ordre. Arrivée à l’entrée de la forest, Elle trouva M. le comte d’Harcourt qui descendit du carrosse du roy dans lequel il estoit venu, S. E. monta et se mit seule derrière, M. le comte d’Harcourt seul au devant, M. de Montausier et trois prélats avec le s.r de Bonneuil aux deux portières. Quand S.E. fut entre les deux pavez, Monsieur144 qui venoit à sa rencontre s’arresta et M.le légat aussi, chacun descendit de son carrosse au milieu du chemin. Monsieur fit monter S. E. dans son carrosse qui estoit un de ceux de la reyne, comme plus beau, avec des chevaux, cocher et postillon du roy, M. le légat au fond à la droite ; Monsieur à la gauche ; Messieurs les comte d’Harcourt et duc de Villeroy145 au devant ; le comte de Claire, Capitaine des gardes de S.A.R. à la portière auprès d’Elle ; à la mesme, M.rs de Montausier et de Vaillac ; à l’autre, M.rs les duc de Rets146 et maréchal Du Plessis147. S.A.R. amena M. le légat à son appartement, qui est celui de Mademoiselle d’Orléans148, S.E. ayant la droite ; ils marchèrent ainsi jusque dans la chambre destinée à M. le légat, où estant, M[onsieur, le frère du roi] ressortit un peu après, et aussi tost que S.A.R. se mit à marcher, M. le légat se mit à la gauche et reconduisit Monsieur jusque hors de son appartement. Peu de temps après, M. le comte du Lude149 vint voir S.E. de la part du roy ; Elle le receut à l’entrée de la porte de sa chambre. Le s.r de Chantelou demanda à S.E. quand Elle vouloit souper ; Elle lui dit qu’Elle ne mangeroit pas ; Il la pria de dire si Elle ne vouloit point quelque chose ; Elle dit qu’Elle ne vouloit rien du tout. L’on vint dire à mesme temps aux seigneurs Italiens qu’il y avoit dix huit ou vingt places pour eux à la comédie ; de sorte que les tables ne se tinrent qu’après qu’elle fut finie. Cependant M. Bonacorsj [le maggiordomo] dit au s.r de Chantelou que S.E. le prioit qu’il n’eust que sa table qui se tint dans son appartement. Après la comédie tous les prélats et seigneurs mangèrent ensemble à l’hostel d’Albret150.

  • 151 Tel est le titre de la gravure BNF, Département des estampes et de la photographie, Collection M. H (...)

109[29 juillet, mardi. Fontainebleau. Audience royale donnée à M. le légat151. S.E. rend visite à la reine Mère, à la reine, au Dauphin, à Monsieur, Philippe d’Orléans, frère du roi]

  • 152 Gabriel de Rochechouart (1600-1675), marquis puis duc de Montemart, un des « quatre premiers gentil (...)
  • 153 Archives du Ministère des Affaires Etrangères, Correspondance de Rome, 164, ff. 95v-96r. : « Le len (...)
  • 154 Celui qui porte la croix dans les cérémonies de l’Église catholique.
  • 155 Le texte est rapporté dans D. del Pesco, La légation... cit., p. 476-477.
  • 156 Anne de Noailles, capitaine de la compagnie écossaise des Gardes du roi (Bensogne, 1663, f. 122 : « (...)
  • 157 Gabriel de Rochechouart (1600-1675), marquis puis duc de Montemart, voir note 104.
  • 158 Louis de Béthune, comte de Charost (1605-1681), capitaine des gardes du corps du roi (Bensogne, ibi (...)
  • 159 D’après La Gazette (Recueil des gazettes nouvelles, ordinaires et extraordinaires, 1664, p. 763-764 (...)
  • 160 Anne d’Autriche (1601-1666), fille de Philippe iii d’Espagne et de Marguerite d’Autriche, épouse de (...)
  • 161 Marie Thérèse d’Autriche (1638-1683), fille de Philippe IV d’Espagne et de Elisabeth de France, fil (...)
  • 162 Dans Baldini (BAV, Chigi E.II. 38, f. 253) figure un petit dessin qui reproduit la disposition des (...)

110Le xxix.e S.E. entendit la messe à la chapelle de la salle de bal. Sur les onze heures M. le Bailly de Souvré la vint voir, et fut quelque temps à l’entretenir debout ; il l’amena insensiblement vers une de ses fenestres qui donne sur le grand parterre du Tibre, d’où ils pouvoient voir les compagnies qui montoyent la garde. Après vinrent les ducs de S.t Aignan [premier gentilhomme de la Chambre du roi] et de Montemard [premier gentilhomme de la Chambre du roi]152 que S.E. [f. 24] reconduisit jusque à la moitié de la salle ou Elle mange. Elle disna à midi n’ayant à sa table que les prélats d’ordinaire. Pages et estaffiers de S.E. prirent ce jour là d’autres habits que ceux qu’ils avoyent le jour précédent, et leurs livrées ont esté trouvées fort belles. Les pourpoints et doublures des manteaux estoyent de toile d’or ; le reste de velours amarante fort enrichi de passement velouté et d’or ; toutes les livrées des autres prélats et seigneurs estoyent fort riches et fort belles. Pour [puis] les seigneurs Italiens ils estoyent richement et galamment habillez et l’on ne pouvoit rien voir de plus leste qu’eux. Sur les trois heures S.E. fut à l’audience chez le roy à travers deux files de gardes depuis son appartement jusque à celui du roy153. Les valets de pied et pages de S.E. et des autres prélats et seigneurs marchant devant ; Les seigneurs en suite ; Le porte croix154 de S.E. puis les prélats et M. le légat. La croix demeura dans l’antichambre de Sa Majesté, qui vint recevoir S.E. à la moitié de sa chambre ; M. le légat salua le roy avec une inclination fort profonde, et Sa Majesté lui fit un fort grand accueil, et la mena dans la ruelle de son lict où estoyent Messieurs les premiers gentilshommes de la chambre et m.e de la Garde-robe. Ils s’assirent chacun dans un fauteuil ; celui de Sa Majesté regardant la porte du balustre, et celui de M. le légat opposé à la mesme porte. S.E. leut l’escrit qui avoit esté concerté155, après quoy le roy lui parla avec la plus grande affabilité du monde et l’escouta de mesme à ce qui se vit au visage de Sa Majesté. Quand M. le légat arriva, M. de S.t Aignan s’estoit avancé pour suivre le roy qui alloit au devant de S.E. Ce que ayant veu, M. de Noailles156 qui estoit contre la cheminée avec M. de Lionne [secrétaire aux Affaires Étrangères], il s’avança aussi, jugeant qu’il estoit de sa charge d’estre près de Sa Majesté ; M. de S.t Aignan au contraire prétendant que le Capitaine des gardes n’a nulle fonction dans la chambre, il y eut un petit différend qui fut remarqué ; lequel estant depuis venu aux oreilles du roy, il commanda à M. de Montemard157 et à M. de Charost158 de l’accommoder en sorte qu’il n’en entendist plus parler. L’audience de M. le légat dura environ demie heure, le roy après s’estant levé et tenant M. le légat à sa gauche, le ramena la longueur de toute sa chambre et deux ou trois pas au delà159 ; S.E. fut ensuite chez la reyne Mère160 qui le receut dans son grand cabinet à trois ou quatre pas près de la porte ; au bout il y avoit deux fauteuils, celui de la reine Mère regardant la porte, et celui de M. le légat vis à vis ; il s’y trouva force Dames dont quelques unes furent assises sur des placets et autres debout. L’audience finie, la reyne mère accompagna S.E. quelques pas au delà de son grand cabinet. Elle fut ensuite chez la reyne161, où se fit la mesme cérémonie. Après chez Monsieur le Dauphin qui se tint toujours debout. Elle alla de là chez Monsieur qui la fut recevoir jusque à l’entrée de la salle de ses gardes, lui donnant [f. 25] la droite ; l’audience finie, il la reconduisit deux ou trois pas hors la mesme salle de ses gardes162. Il est à noter que quelque temps après que M. le légat fut arrivé à Fontainebleau, il envoya visiter Monsieur et le remercier de l’honneur qu’il lui avoit fait ; S.A.R. respondit qu’il avoit fait de bon cœur et avec plaisir ce qu’il avoit fait. La journée s’estant passée à ces audiences, S.E. soupa avec les prélats qui avoyent disné avec Elle.

111[30 juillet, mercredi. Fontainebleau. Audience de S.E. chez le roy ; M. le duc Mazarin, l’Archevesque d’Auch, Madame de Montausier et le duc de Villeroy viennent voir M. le légat. M. le légat va à la chasse de l’arquebuse avec Sa Majesté. M. de Montausier reçoit le brevet de duc. Il légat assiste alla comédie La Princesse d’Élide de Molière]

  • 163 Armand-Charles de Mazarin de la Porte (1632-1713), duc de La Meilleraye, neveu de Richelieu, devenu (...)
  • 164 Pour M. et Madame de Montausier (Julie d’Argennes), voir notes 5 e 110.
  • 165 Marie-Claire de Bauffremont (1618-1680), comtesse de Fleix, marquise de Senecey, première dame d’ho (...)
  • 166 Marguerite d’Apchier (m. 1708), seconde femme (1660) de François Ier de Crussol (1604-1680) qui con (...)
  • 167 Nicolas de Neufville de Villeroy, maréchal de France, voir note 12.
  • 168 La Princesse d’Élide de Molière, comédie galante mêlée de musique et d’entrées de ballet, représent (...)
  • 169 Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart (1640-1707), marquise de Montespan, connue comme ma (...)

112Le xxx.e [30] S.E. entendit la messe et après alla à l’audience chez le roy qui la receut avec un fort grand accueil, Elle n’y demeura qu’un bon quart d’heure puis s’en revint. Passant par la salle du bal, les trompettes du roy, les timbales, fifres et les tambours firent force fanfares et grand bruit. Le s.r de Chantelou lui ayant demandé quand Elle vouloit disner, Elle lui dit que ce seroit après avoir receu la visite de Madame de Montausier. Cependant M. le duc Mazarin163 vint voir S.E. qui l’alla recevoir à la porte de sa chambre, et lui fit donner un fauteuil ; il demeura assis demi quart d’heure ; après S.E. la reconduisit jusque à la moitié de sa salle, M.r l’Archevesque d’Auch vint aussi qu’il receut debout, et lui parla un peu à part, puis s’approcha de M. Du Puy qui estoit venu avec lui, et qui estoit encore là. Avant qu’ils sortissent, Madame de Montausier164 arriva avec Madame de Fleix165 et Madame de Crussol166. S.E. fit apporter des fauteuils, leur donnant la droite ; ils furent un quart d’heure en conversation, puis Elle les reconduisit toute l’estendue de son appartement. Le duc de Villeroy167 vint ensuite qui fut un demi quart d’heure assis avec S.E. ; Elle le reconduisit comme Elle avoit fait les autres ducs. S.E. disna après au son des vingt quatre violons, ausquels estoyent joints les petits violons du roy ; on les avoit tous fait entrer dans l’antichambre de S.E.. Sur les quatre heures M. le légat fut à la chasse de l’arquebuse avec Sa Majesté, laquelle tua six perdreaux et deux lièvres, et M. le légat trois levraux et un perdreaux. Au retour S.E. s’en revint à son appartement changer d’habit ; pendant quoy, M. le premier m.e d’hostel [le marquis de Bellefonds] qui s’estoit trouvé, lui fit apporter un plat de fruit du Gobelet, et des eaux glacées pour boire ; Le s.r de Chantelou demanda à S.E. si Elle vouloit quelque chose ; Elle lui dit que non, et mesme qu’Elle ne vouloit point souper. M. le duc de Montausier (Il sera dorénavant nommé icy avec cette qualité, le roy lui en ayant donné le brevet) s’y trouva, et lui demanda encore si Elle ne prendroit rien du tout ; Elle lui dit par deux fois, Niente, signor Niente. Il est à noter au sujet de ce brevet que, quand le roy en eut commandé l’expédition, il dit à M. de Montausier, que peut estre cela seroit cause que à l’avenir quand il viendroit d’autres légats, il pretendoyent qu’un duc allast au devant pour les recevoir ; Elle repartit en riant, qu’en tout cas ils n’auroyent lieu de le prétendre que pour le retour. S.E. ayant quitté son habit de chasse fut à la comédie du Prince d’Ithaque qui fût la mesme qui fût jouée aux festes de Versailles168. Le roy et les reynes s’y estoyent placez à l’ordinaire, et M. le légat estoit à la droite de la reyne Mère à demi tourné du costé de Sa Majesté, et commençant la file des Princesses. Après S.E. estoit la Princesse de Bade, pour [puis] Monsieur il estoit sans rang dans une file derrière le roy auprès de Madame [f. 26] de Montespan169 qui estoit à sa droite. La comédie pleût extremement à tous ces Messieurs, les Italiens et plus et moins selon qu’ils entendoyent la langue. Elle est composée, outre le corps de la pièce, de divers récits, de petits ballets, de danses pastorales et de machines, de sorte qu’Elle est autant pour les yeux que pour les oreilles. La comédie finie, S.E. retourna à son appartement esclairée comme Elle estoit venue, de quatre flambeaux de poing portez par les pages du roy.

113[31 juillet, jeudi. Fontainebleau. Le légat rend visite aux reines et donne audience aux maréchales d’Hauquincourt, de Grancé, à Madame Colbert, au duc de Noailles et à M. le chancelier. Séguier. Il assiste à l’Othon de Corneille]

  • 170 Marie Charron de Ménars (1630-1687), épouse de Jean-Baptiste Colbert.
  • 171 Voir note 156.
  • 172 Pierre Séguier (1588-1672), chancelier de France.
  • 173 L’Hôtel de Bourgogne désignait jusqu’au xvie siècle la résidence des ducs de Bourgogne à Paris. Il (...)
  • 174 L’Othon est une tragédie de Pierre Corneille représentée pour la première fois en août 1664 à Fonta (...)

114Le xxxi.e [31] S.E. employa une partie de la matinée à escrire à Rome ; Elle disna à midi et demi, et sur les quatre heures Elle fut visiter la reyne mère, où estoit la reyne, Monsieur [Philippe d’Orléans] et les Princesses. Leurs Majestés furent au devant de S.E. à plus de la moitié du grand cabinet, la croix demeura dans l’antichambre ; leurs Majestés, S.A.R. et M. le légat demeurèrent en compliment demi quart d’heure debout ; après les reynes et M. le légat passèrent dans la petite chambre de la reyne Mère. Pour [sic, puis] Monsieur il s’en retourna chez lui ; les Princesses et autres Dames restèrent dans le grand cabinet ; M. le légat demeura avec les reynes une grande demie heure ; Leurs Majestés le reconduirent tout l’espace de la chambre et du grand cabinet. Arrivé qu’il fût chez lui, il receut diverses visites ; entr’autres de Mes Dames les mar[éch]alles d’Hauquincourt, de Grancé et de Madame Colbert170 qui vinrent ensemble ; il les reconduisit jusque à la dernière porte de son appartement ; le duc de Noailles [capitaine des gardes du roi]171 vint aussi après, qu’il remena jusque à la moitié de sa salle ; puis M. le chancelier172 qu’il receut à la porte de sa chambre. Ils demeurèrent ensemble assis environ un gros quart d’heure. S’estant levez, S.E. le reconduisit deux pas hors l’estendue de tout son appartement. Elle fut après ces visites à la comédie ; ce furent les comédies de l’hostel de Bourgogne173 qui représentèrent l’Othon du s.r Corneille174 ; S.E. eut la mesme place que le jour précédent ; Monsieur ne s’y trouva pas. La pièce finie S.E. vint souper.

115[1 août, vendredi. Louis XIV et le M. le légat assistent à Fontainebleau à une spectaculaire parade militaire de cavalerie et d’infanterie de la garde ordinaire du roi.]

116Le premier aoust S.E. receut au matin plusieurs visites ; entendit la messe et disna à midi, puis alla à la reveue générale des troupes de cavalerie et d’infanterie de la garde ordinaire du roy, laquelle se fît à une lieue de Fontainebleau ; Sa Majesté estoit allée deux heures auparavant pour les mettre en ordre ; le temps ne fut pas beau ; cela seul manqua à ce spectacle car jamais on ne vit rien de mieux ordonné ni de plus leste. Les mousquetaires et gardes du roy avoyent des casaques toutes neuves ; les officiers et toute la cour avoyent pris ce jour là leurs plus beaux habits et leurs chevaux estoyent couverts des plus belles housses. Le roy mena S.E. de file en file, Elle estoit entre Sa Majesté et Monsieur ; il fut fait trois salves, puis l’on revint à Fontainebleau. A son arrivée S.E. dit au s.r de Chantelou que l’exercice lui avait donné de l’appétit, et qu’Elle seroit bien aise de souper, aussi tost le couvert fut mis et la table servie.

117[2 août, samedi. M. le légat assiste à la messe avec la musique de la Chapelle du roi ; Madame la duchesse de Villeroy, et les Mesdames d’Armagnac et de Monglas Lui rendent visite ainsi que le marquis de Villeroy, maréchal de France, et le duc d’Orléans, frère de Louis XIV, et Madame, sa femme. M. le légat donne ses cadeaux au roi et aux membres de sa cour].

  • 175 Marguerite-Marie de Cossé-Brissac (1648-1708), duchesse, femme du duc François de Neufville de Vill (...)
  • 176 Marguerite Cambout de Pontchâteau, femme de Henri de Lorraine, comte de Harcourt (Bensongne, 1663, (...)
  • 177 Cécile-Élisabeth Hurault de Cheverny, marquise de Mont-glas, femme de François de Paule de Clermont (...)
  • 178 Marguerite Le Tellier de Louvois (†1711), femme de Nicolas Neufville de Villeroy, marquis et duc en (...)
  • 179 Voir note 78 dans D. del Pesco, La légation... cit.
  • 180 Pour l’identification des tableaux, voir D. del Pesco, La légation, cit., notes de 114 à 125.
  • 181 Lucques en Toscane.
  • 182 Philippe-Charles d’Orléans, le fils de Philippe d’Orléans et de Henriette-Anne d’Angleterre, né le (...)
  • 183 Le 2 août Baldini rapporte que le légat assista à la comédie italienne L’avarizia di Scaramuccia (f (...)

118Le deux.e [2, f. 27] Elle entendit la messe à dix heures et demie durant laquelle la musique de la chapelle du roy chanta. Revenue chez Elle, Elle receut la visite de Madame la duchesse de Villeroy175, de Mes Dames d’Armagnac176, de Monglas177, et marquis de Villeroy178. S.E. leur fit donner des fauteuils, et Elle se fit apporter un placet, et insista longtemps pour s’y asseoir, les Dames ne voulant pas le permettre, enfin S.E. prit un fauteuil. Elle les reconduisit toute l’estendue de son appartement. M[onsieur, le fère du roi] ensuite vint voir S.E. ; Elle fut recevoir S.A.R. et l’accompagna estant à sa gauche jusque où les fauteuils estoyent préparez ; celui de Monsieur lui fut présenté par don Sigismont [Chigi] ; S.A.R. l’ayant remarqué, il lui en fit compliment et s’y assit ; Monsieur avoit directement en face la porte de la chambre et m. le légat y estoit opposé. Ils furent demie heure et plus en conversation, parlant de la beauté et de la grandeur de Paris, du bastiment du Louvre, des projets de l’embellir ; parlèrent de la peinture, mesme des tableaux du s.r de Chantelou et de l’avantage qu’avoyent tous ces seigneurs Italiens de ce qu’il sçavoit la langue. La conversation finie, Monsieur salua, et tout aussi tost M. le légat se mit à sa gauche, et le reconduisit trois ou quatre pas hors de son appartement. Il disna ensuite et après alla à la chasse du daim ; à son retour il changea d’habit, dit son office et après fut à la comédie Italienne179. Le m.e d’Hostel du roy [Chantelou] ayant demandé à S.E. s’il envoyeroit à la viande, Elle lui demanda quelle heure il estoit ; ayant respondu qu’il estoit onze heures, Elle dit qu’Elle ne souperoit donc point, de sorte que les prélats et seigneurs soupèrent ensemble à l’hostel d’Albret. Il ne faut pas oublier les présents que fit M. Le légat. Il donna au roy douze chevaux du royaume de Naples couverts de caparaçons de satin bleu avec les armes et chiffres de Sa Majesté ; ils lui furent présentés par le comte de Montemartj, cavalerizzo de S.E. L’abbé Castiglionj lui présenta aussi quatre tableaux, dont l’un est une Vierge avec le petit Christ ; S.te Elizabeth, et un petit S.t Jean de la main de Leonardo da Vincj ou de Bernardo Louino ; l’autre un portrait d’une vénitienne de la main du Titian ou de Paul Véronèse. Les deux autres sont des batailles d’un Salvator Rosa et du Bourguignon180. Il donna outre cela à Sa Majesté les reliques du corps de S.t Zenon. A la reyne mère une caisse dans laquelle sont les reliques d’un autre corps saint, une Vierge du Guercino da Santo [Cento], des gants, des sachets de senteurs, et des bouteilles d’eaux de Luques. À la reyne de semblables choses et une Vierge du Guide. A Monseigneur le Dauphin quelques petits tableaux, des gants et des senteurs. À Monsieur, un bénitier d’argent enrichi d’une croix d’agate, et de quelques pierres comme calcédoines et lapis. Il donna en outre à S.A.R. et à Madame des pommades, des gans, des éventails, des eaux de Luques181, des sachets et un petit tableau orné d’une bordure d’argent ; S.E. fit mesme quelque présent à M. le duc de Vallois, qui ne faisoit presque que naistre182, et à toutes les dames plus qualifiées de la Cour183.

119[3 août, dimanche. « Festin » du roi à Fontainebleau ; M. le légat assiste à l’Oedipe du sieur Corneille ; Chantelou rapporte au roi des voix concernent son office chez S.E.]

  • 184 La chapelle de la Trinité du château de Fontainebleau, décorée par Martin Fréminet (1567-1619), un (...)
  • 185 M. Cossé de Brisac. Le menu du festin est rapporté par Ravizza (f. 129).
  • 186 Officier qui sert à boire à un grand personnage. En 1663, M. le marquis de Crénan (Bensogne, 1663, (...)
  • 187 En 1663, le marquis de Vandeuvre (ibid.). Les trois officiers cités par Chantelou intervenaient aux (...)
  • 188 A. Furetière, Dictionnaire universel, II éd., vol. 2, Paris, 1701, sub voce : « nef, se dit aussi d (...)
  • 189 M. Honoré Parfait, sieur de la Saussaye, contrôleur général, officier contrôlant toutes les dépense (...)
  • 190 Bensogne, 1663, f. 21, cite Langlois parmi les douze maîtres d’hôtel servants par quartier, le même (...)
  • 191 La tragédie de Corneille fut représentée la première fois le 24 janvier 1659 à l’Hôtel de Bourgogne (...)

120[f. 28] Le dimanche m.e [3] le s.r de Chantelou ayant entendu dire que S.E. partiroit le Mercredi ensuivant, et ayant à donner ordre pour les chevaux nécessaires pour monter les officiers, fut pour prendre celui de S.E.. Elle le fit entrer quoy qu’elle ne fust pas habillée, et qu’on la peignast encore ; Elle lui dit qu’Elle partiroit le Mercredi pour aller disner et souper à Soizy. À mesme temps il dépescha à Paris pour les chevaux nécessaires. Sur les onze heures S.E. dit la messe à la Chapelle de Fréminet184, où il y avoit grand appareil de Musique, et grande foule de monde. Il s’estoit dit que le roy et les reynes y seroyent, mais il n’y eut que S.A.R. [le duc d’Orléans] : encore estoit Elle dans une tribune. Si tost qu’Elle fut finie, le s.r de Chantelou fit servir les tables des prélats et seigneurs afin qu’ils puissent se trouver au festin que le roy faisoit ce jour là à M. le légat. La table estoit preparée dans la salle de bal sur le lieu élevé qui est près de la cheminée. Elle estoit pour dix grande prélats et quatorze assiettes ; M. le marquis de Bellefonds, premier m.e d’hostel, accompagné d’onze m[aîtr]es d’Hostel du roy, les grand panetier185, grand Echanson186 et grand Tranchant187 y servirent aussi, ce qu’ils n’avoyent point fait depuis le sacre du roy ; M. de Cosse estoit entre le marquis de Crenan [grand Échanson] et de Vandesure [grand Tranchant] ; ce dernier n’arriva que deux heures avant la cérémonie, et vint jour et nuit en poste pour s’y trouver. Le roy avoit nommé M. de Villequier pour servir en son absence. Le couvert du roy fut mis avec la nef188. Vis à vis et à l’opposite de son fauteuil estoient les trois grands officiers, à cinq pieds du fauteuil du roy du mesme costé estoit celui de M. le légat. Il n’avoit qu’un couvert simple et point de cadenas. Le roy ayant demandé sa viande, elle fut portée par les valets de pied du roy précédez de m.es d’Hostel. Les plats et assiettes destinez pour le roy furent mis sur la table par M. Vandesure ; le reste par les controlleurs Parfait189 et Chamoix qui estoyent de quartier. La table couverte, M. le marquis de Bellefonds et les autres m.[aîtr]es d’hostel furent pour avertir Sa Majesté dans sa chambre où s’estoit rendu M. le légat ; Monseigneur le grand maistre [duc d’Enghien] qui estoit à l’entrée de l’antichambre fut avertir Sa Majesté qui vint ayant M. le légat à sa gauche, Monseigneur le grand m[aîtr]e, devant, M. le premier [le marquis de Bellefonds] et les autres m.[aîtr]es d’hostel, marchant suivant leur réception, à l’exception de ceux de quartier qui précédoient. Le roy estant dans sa place et M. le légat en la sienne, Monseigneur le grand m.[aîtr]e, donna la serviette à Sa Majesté, qu’il avoit pris des mains du s.r Langlois, m[aîtr]e d’Hostel de quartier. M. le premier m.[aîtr]e d’hostel [le marquis de Belle-fonds] la donna à S.E. ; M. l’abbé de Couslin, premier aumosnier, dit le Benedicite ; après quoy tous le m[aîtr]es d’hostel furent au second ; M. le duc [d’Enghien] se retira aussi. Les entrées furent posées comme avoyent esté les potages, puis l’on fut au rost et aux entremets qui furent composez de soixante quatorze assiettes, six sur [f. 29] chaque plats ; après l’on porta le fruit qui fut composé de dix pyramides de cru et de sec à l’hauteur de deux pieds et demi, et de quatorze assiettes, le tout arrangé et distribué de sorte que rien ne pouvoit estre plus agréable à la vue par la variété de fruits et de leurs couleurs. M. de Cosé changea d’assiette au roy et de serviette ; M. de Crenan donna à boire, et M. de Vandesure posa les plats devant Sa Majesté seulement et trancha sa viande ; M. le Général Parfait servoit M. le légat. Le festin finy, M. le duc [d’Enghien] donna encore la dernière serviette à Sa Majesté, laquelle lui fut présentée par le s.r Langlois190. Durant le repas qui dura une bonne heure, les reynes, Monsieur, et quelques dames furent à une tribune au bout de la salle, d’où Elles voyaient le festin. L’après disnée le roy et M. le légat furent voir travailler les chevaux que S.E. avoit donnez à Sa Majesté. Les écuyers du roy en travaillèrent encore d’autres de ceux du roy. Sur les huit heures du soir, Sa Majesté, les reynes et M. le légat furent à la comédie, qui fut celle d’Oedipe du sieur Corneille191 ; à l’issue S.E. s’en revint souper, le sieur de Chantelou lui ayant dit que la table estoit couverte ; Elle lui demanda passant dans la salle où Elle mangeroit, que signifioyent les bastons qu’Elle avoit vus porter aux m[aîtr]es d’hostel du roi ; il lui dit que c’estoit la marque du commandement qu’ils avoyent dans la maison de Sa Majesté, que ce baston ne se portoit que quand Sa Majesté mangeoit en public. Le soir au coucher du roy après que Sa Majesté eut donné le bon soir, le s.r de Chantelou lui parla sur ce que quelques uns de ses amis lui avoyent rapporté qu’on lui avoit rendu auprès du roi de mauvais offices ; et dit à Sa Majesté, que quoy qu’il n’y eust aucun fondement à ces rapports, il n’en estoit pas estonné, se trouvant toujours à la cour des gens prests à faire de ces charités ; qu’a l’égard de s’estre assis auprès de M. le légat lors qu’il estoit à table, il ne l’avoit fait ni par vanité, ni par ignorance ; qu’il avoit sceu que M. de Monce qui avoit servi M. le légat Barberin quand il vint légat en France, en avoit usé de la sorte ; Que si cela ne se trouvoit pas sur ses mémoires, c’est qu’il n’y faisoit escrire que ce qui lui plaisoit. Sa Majesté lui dit cela que le livre de M. de S.t Chaumont n’en disoit rien ; il lui repartit que M. de S.t Chaumont et M. de Mocé avoyent eu des différends qui avoyent esté peut estre cause qu’il n’avoit rien escrit de ce qui le regardoit ; le s.r de Chantelou porsuivit et dit à Sa Majesté que le service avoit toujours esté également bien fait, et que s’il eust voulu accorder à plusieurs officiers, qui avoyent joint S.E. depuis Nemours, les droits qu’ils prétendent appartenir à leurs charges, on n’auroit pas dit qu’il y auroit eu de la différence au service du commencement et de la fin ; qu’il avoit toujours pris également soin qu’il fut honorable et magnifique, et n’avoit pour cela épargné ni ses peines ni ses veilles. Sa Majesté l’ayant escouté favorablement lui dit qu’Elle en estoit satisfaite, et qu’il continuast.

121[4 août, lundi. Fontainebleau. Audiences de M. le légat avec M. Colbert, le roi et les directeurs des finances. Le roi et S.E. participent à « une collation la plus belle et la plus galante qui se puisse voir », offerte par la reine mère ; grand bal du roi]

  • 192 Bensogne, 1663 (f. 234) cite M. d’Aligre sous la charge de « trésorier des menus plaisirs ».
  • 193 Baldini, f. 274r et v.
  • 194 Baldini (ff. 277v-280v); Ravizza (ff. 130-131). Dans Chigi 1663 E.II. 37, I parte, f. 314v figure u (...)

122Le lundy nn. e [4] après que S.E. eut entendu la [f. 30] messe, M. Colbert la vint voir, et demeura avec Elle une demie heure ; après Elle le reconduisit jusque à la moitié de la salle ; Sa Majesté à quelque temps de là vint aussi Elle mesme visiter M. le légat ; Elle y demeura un bon quart d’heure ; M. d’Aligre et M. de Sève, directeurs des finances192 y vinrent incontinent après et nombre d’autres personnes qui ne se peuvent plus spécifier. Après ces visites, S.E. disna à midi, et sur les quatre heures fut visiter M. [le duc d’Orléans]193 où Elle demeura demie heure ; entre six et sept Elle fut chez la reyne mère : leurs Majestez le reçevèrent comme les autres fois, puis le menèrent dans le salon qui regarde l’estang, où estoit préparé une collation la plus belle et la plus galante qui se puisse voir. Elle estoit de vingt quatre grands bassins, sur chacun desquels estoyent en pyramide vingt corbeilles bordées d’un nombre de nœuds, de fistons et de galons de nonpareille de toutes les couleurs imaginables, et dans les corbeilles estoyent des fruits crus de saison, et de toutes sortes de confitures sèches arrangées avec une industrie merveilleuse, et une variété infinie de couleurs. Le roy estoit venu un peu auparavant, et M. le Dauphin aussi. Il n’y avoit aucun siège pour s’asseoir dans le lieu ; le roy fit faire le tour de la table à S.E. afin de considérer mieux la beauté de cette collation ; S.E. mangea quelques fruits debout ; Les princesses et dames y estoient aussi. La disposition de cette collation se consideroit comme un spectacle plus pour la vue que pour le goust. S.E. ne fut dans le salon qu’un bon quart d’heure, et après s’en retourna dans son appartement, où Elle dit au s.r de Chantelou que Elle se dispenseroit de souper. Sur les dix heures du soir Elle fut au bal, où les reynes et les Dames estoyent parées de tout ce qu’il y a de plus beau en France en perles et pierreries. Jamais on n’en a tant vu ensemble. Le bal finit à une heure194.

123[5 août, mardi. Fontainebleau. M. le légat à colloque avec M. de Lionne, secrétaire d’État aux Affaires Étrangères. Louis XIV et la reine mère envoient leurs cadeaux aux membres de la léga-tion. S.E. rend visite aux princesses de Carignan et de Bade, à Madame d’Armagnac, à Mademoiselle d’Elbœuf, et à Madame de Créqui ; Colloques avec M. Colbert, le roi, M. de Lionne. S.E. présente à Louis XIV Monseigneur Ravizza et Monsigneur Roberti qui va devenir nonce en France. Le légat prend congé de la cour et assiste à une comédie espagnole]

  • 195 Voir note 184.
  • 196 Le compositeur Henry Dumont (1610-1684), nommé en maître de la Chapelle royale.
  • 197 Catherine Neufville de Villeroy (1639-1707), la femme de Louis Armagnac de Lorraine.
  • 198 Marie-Marguerite-Ignace de Lorraine, fille de Charles II de Lorraine et de Catherine-Henriette de F (...)
  • 199 La femme de Charles iii, duc de Créquy, maréchal de France, ambassadeur à Rome en 1662, à l’époque (...)
  • 200 Madeleine Fabry, la femme de Pierre Séguier.
  • 201 La femme de Antoine iii de Gramont, conte de Guiche, maréchal de France, en 1664 colonel du régimen (...)
  • 202 « On appelle aussi courir les testes un exercice de manège où le cavalier perce plusieurs testes de (...)
  • 203 Baldini (f. 288 v) : « veramente fu bellissima, perchè i comici erano eccellenti e l’opera fu bizza (...)

124Le mardy cinq.e S.E. receut nombre de visites et entre autres une de M. de Lionne qui fut enfermé avec Elle fort long temps. La messe fut dite à la chapelle de Fréminet195 où furent chantez des motets de Dumont196, que le roy avoit envoyé quérir à Paris esprez ; les vingt quatre violons y estoyent aussi. S.E. y fut avec la croix qui d’ordinaire marche devant Elle. Retournée qu’Elle fut dans son appartement, M. de Bonneuil [introducteur des ambassadeurs] lui présenta de la part de Sa Majesté une croix de dix diamants d’un relief extraordinaire ; ils estoyent tous de la largeur d’un demy Louis, hors mis celui du milieu de la croix, qui est bien plus gros ; cette croix estoit enfermée dans une boette de filigrane d’or admirablement bien travaillée. Peu de temps après il donna à don Sigismont [Chigi] un portrait du roy enrichi de treize diamants, qui avoit une couronne aussi de diamants, une autre au marquis Picolominj, un peu moins riche, et un [sic] troisième au comte de Montemartj, Cavalerizzo de S.E. Il donna encore une bague à M. l’abbé de Bonvizi, m.e de chambre de S.E., et une autre à M. l’abbé Castilionj, secretaire delle Imbacciate. S.E. et [f. 31] chacun des autres donna des marques de son admiration et de sa reconnaissance envers le roy. En suite S.E. fut rendre visite aux princesses et commença par Mesdames les Princesses de Carignan et de Bade. Elle fut après chez Madame d’Armagnac197, et en suite chez Mademoiselle d’Elbœuf198, puis chez Madame de Créqui199. Revenue à son appartement, Elle y trouva M. Colbert qui l’attendoit ; Elle le fit asseoir, et il fut avec Elle un bon quart d’heure ; après s’estant levé, S.E. le reconduisit jusque aux deux tiers de son appartement. Après Madame, la chancelière200 et Madame la comtesse de Guiche201 arrivèrent ; M. le légat leur donna la main droite, et les reconduisit jusque au bout de sa salle. Il disna après cela ; et à l’issue du disner des seigneurs, la reyne mère envoya à don Sigismond [Chigi], au marquis Picolominj, et aux autres seigneurs grand nombre des corbeilles de sa collation pleines de fruit, et couvertes de galons, comme Elles avoyent paru le jour précédent. Sur les quatre ou cinq heures S.E. fut voir courir les testes202 et se para de la croix de diamants que Sa Majesté lui avoit envoyée le matin. Arrivée au lieu où estoit le roy, Elle l’en remercia avec des tesmoignages d’une extrême reconnaissance ; le roy lui dit qu’il lui estoit obligé du soin qu’Elle avoit eu de lui rendre grâce de si peu de chose ; S.E. en suite se mit sur un theatre auprès de la reyne et le roy continua à courir de la meilleure grâce du monde. La course finie l’on parla de ceux qui s’y estoyent signalez ; le roy dit que s’il y avoit eu un prix on auroit eu peine de juger à qui l’on auroit du le donner. À cela M. le légat dit en montrant sa croix, que c’estoit lui qui emportoit le prix de la journée. Sa Majesté après s’en revint changer d’habit, quoy fait, M. le légat vint à son audience de congé. Elle le receut à deux pas près de la porte de sa chambre, et le mena dans le balustre du costé de la ruelle, où les fauteuils estoyent posez comme ils avoyent esté les autres fois. Le roy s’assist et M. le légat aussi. Il commença ses compliments prenant encore la croix que le roy lui avoit donnée et la montra à Sa Majesté qui répondit à ce qu’il parût avec grande civilité aux actions de grâces de S.E.. Elle parla long temps ; le roy escoutant paisiblement et lui respondant de fois à autre ; ils tenoyent chacun un papier en main qu’ils regardoyent de temps en temps ; quand M. le légat parloit il tenoit presque toujours les yeux baissez, et ne les levoit que de fois à autre ; et le roy lui parloit avec une grande affabilité et souvent en souriant. L’entretien dura une bonne demie heure dans lequel il parut une affection et un respect extrême du costé de M. le légat, et de celui du roy beaucoup d’estime et de confiance. L’audience finie, le roy reconduisit S. E. jusque à deux pas hors de sa chambre. Après quoy Sa Majesté revint dans sa ruelle ; M. de Lionne s’estant approché d’Elle lui présenta M. Ravizza, il fit ses compliments au roy, qui le receut avec tesmoignage de bonté ; il [f. 32] présenta après M. Roberti, avec lequel Sa Majesté parut un peu plus sérieuse au commencement, et après se radoucit. Il présenta en suite M. Colonna qui demeura moins que les premiers ; M. Viscontj, et après M. Bonacorsj, tous les quels le roy receut bien et escouta favorablement. Durant l’audience de M. le légat, M. le comte [Henri de Lorraine, comte d’Harcourt, Grand Ecuyer de France] estoit teste couverte auprès du balustre, mais dedans il n’y avoit ni premiers gentilshommes de sa chambre, ni m[aîtr]e de la Garde robe. A la sortie de chez le roy, M. le légat fut prendre congé de la reyne mère, et de Monsieur le Dauphin, de Monsieur et de Madame. Ces visites faites, S. E. revint chez Elle, ou Monsieur vint aussi tost, et y demeura un quart d’heure. Il y eut une comédie Espagnole203chez la reyne, où les prélats et partie des seigneurs allèrent. Pour [sic ; puis] M. le légat se retira, et dit au s.r de Chantelou qu’il ne souperoit point.

125[6 août, mercredi. Fontainebleau. M. Le légat se rend à Vaux ; départ pour Soisy]

  • 204 Philippe d’Orléans, le frère de Louis XIV.
  • 205 Baldini (ff. 288v, 289r) : « se n’andò a Vaux-[le-Viconte] luogo di delitie, 2 leghe distante da Fo (...)
  • 206 Il pourrait s’agir de la mère de M. le Bailleul, un des dix-sept écuyers du roi.

126Le six.e [6] S.E. entendit la messe à huit heures ; une multitude innombrable de personnes se trouvèrent dans sa chambre pour avoir sa bénédiction, ou par simple curiosité. Elle déjeuna et disna à neuf heures et partit à dix. En marchant il vint un gentilhomme prier le s.r de Chantelou d’avancer pour convier M. l’abbé Castilionj d’arrester un peu, et qu’il avoit un présent à lui faire de la part de M. le duc de Vallois204. S.E. s’en alla par Vaux205, afin de voir cette maison, et arriva à Soisy entre sept et huit. Madame la Présidente le Bailleul, la mère206, s’y rendit pour en faire les honneurs. D’abord qu’Elle fut auprès de S.E., Elle se mit à genoux pour recevoir sa bénédiction, et après l’avoir receue, Elle lui fit ses compliments, auxquels S.E. respondit avec grande civilité. Elle dit au s.r de Chantelou qu’Elle ne mangeroit point, et qu’Elle desiroit le lendemain diner à Paris.

127[7 août, jeudi. M. le légat arrive « incognito » à Paris et demeure à palais Mazarin]

  • 207 Ravizza, f. 133 : « il S. E. fu ricevuto alla porta dal Duca di q.to cognome con ogni dimostrazione (...)

128Le bn.e [7] Elle y arriva in incognito sur le midi. Elle entra dans le palais Mazarin par la porte des écuries207. Quand S.E. eut disné Elle sortit pour aller dans la ville.

129[8 août, vendredi. Paris. Visite au Louvre et au Cabinet des peintures du roi]

  • 208 La description du Louvre et de la galerie des peintures de Baldini (ff. 291v, 292) est rapportée da (...)
  • 209 Nicolas II de Saintot (1632-1713), maître des cérémonies ; il exerce sa charge « aux solennités roy (...)

130Le vendredy bm.e [8] Elle ne voulut pas que personne la vit disner. Et après disner, Elle fut voir le Louvre208 et le Cabinet des peintures du roy. Elle fut surprise de la beauté et quantité de tableaux de Raphaël qui y sont, et des autres grands maistres. Le soir Elle se coucha sans souper, Son médecin dit qu’Elle avoit quelque émotion ; le s.r de Chantelou lui demanda à quelle heure Elle disneroit le lendemain, jour de l’entrée ; si ce ne seroit pas à midi comme M. Saintot209 lui avoit dit qu’il avoit esté résolu ; Elle dit qu’Elle ne sçavoit, et qu’Elle feroit ce qui seroit estimé pour le mieux. Il lui fit cette demande sur ce que quelques uns lui avoyent rapporté que l’ordre avoit esté changé et que M. le duc de Montauzier l’après disnée estoit venu, et avoit dit qu’il falloit demeurer dans les termes de faire disner S.E. à neuf heures. L’après disnée Monseigneur [f. 33], le grand maistre [le duc d’Enghien] dit au sieur de Chantelou qu’il faudroit servir une table le lendemain pour M. le comte d’Harcourt [Henri de Lorraine, le Grand Écuyer de France].

  • 210 Tel est le titre de BNF l’estampe de l’Almanach royal qui représente l’événement (BNF, Département (...)

131[9 août, samedi. Préparatifs pour le dîner à l’abbaye Saint-Antoine. Audience de S.E. aux autorités et aux prélats de Paris. La pompeuse et magnifique entrée du cardinal Chigi à Paris de la porte St.-Antoine à Notre-Dame210 ; retour à palais Mazarin, résidence du légat]

  • 211 Abbaye de fondation médiévale au cœur du Faubourg Saint-Antoine, sur la route du château royal de V (...)
  • 212 Picpus, quartier au sud-est de Paris.
  • 213 Sorte de moire de soie à petits grains.
  • 214 Pèlerine à capuchon.
  • 215 Surplis à manches étroites.
  • 216 « Derechef » c’est à dire « de nouveau ». Le cérémonial de l’accueil du Parlement avait été objet d (...)
  • 217 Guillaume Ier de Lamoignon (1617-1677), marquis de Bas-ville (1617-1677), magistrat, premier présid (...)
  • 218 René de Longueil, marquis de Maisons, président de la Cour des aides.
  • 219 La Chambre des comptes de Paris était la jurisdiction souveraine spécialisée dans les affaires de f (...)
  • 220 La Cour des aides de Paris était une cour souveraine créée pour traiter les contentieux des finance (...)
  • 221 Ornement de tête en forme du faisceau de plumes qui orne la tête de certains oiseaux.
  • 222 Marquis de Gamache ou Garnache, de la famille du premier « grand veneur du roi ».
  • 223 Comte de Cossé de Brissac, « grand panetier de France ».
  • 224 Voir note 146.
  • 225 Probablement il s’agit de Louis Charles d’Albert de Luines (1620-1699), reçu au Parlement en qualit (...)
  • 226 Le Couvent de la Visitation-Sainte-Marie de la rue Saint-Antoine ; la façade de l’église fut réalis (...)

132Il ix.e [9] le m.e d’hostel du roy fut dès les quatre heures du matin à l’abbaye S.t Antoine211, pour y faire faire la recette du poisson du disner de S.E. et de M. le comte d’Harcourt [Henri de Lorraine, le Grand Écuyer de France]. Il trouva que deux compagnies du régiment des gardes estoyent postées a cette Abbaye, où l’on avoit preparé et orné superbement les chambres et salles où devoit manger M. le comte d’Harcourt. L’Abbaye St. Antoine estoit tendue des tapisseries de la couronne, et il y avoit une grande estrade élevée de deux degrés joignant le corps de l’abbaye au milieu de laquelle estoit un fauteuil et un carreau de velours violet, au dessus un haut dais aussi de velours de mesme couleur, semé par tout de fleurs de lis d’or, le reste couvert de toile pour garantir de la pluie ou du soleil. M. le légat estant party fort matin du palais Mazarin, alla à Piquepuce212 dans un appartement qui lui avoit esté préparé. M. le Conte d’Harcourt s’y rendit aussi après, et accompagna S.E. à l’abbaye S.t Antoine où Elle fut à l’église ; ensuite Elle vint disner qu’il estoit dix heures ; sa table fut mise dans une salle à costé de sa chambre et n’y mangèrent que les prélats d’ordinaire, M. le duc de Montauzier et les Introducteurs des Ambassadeurs ; celle des seigneurs et abbés, dans une antisalle et une pour Monsieur, le comte d’Harcourt, dans un appartement particulier. Après le disner alla se mettre au trône, vestu d’une soutane de tabis213 rouge avec un surplis et le camail214, par dessus le bonnet rouge en teste, accompagné de S. E. le duc de Montausier et des prélats en camail, rochet215 et mantelet avec le porte croix, et les seigneurs. Là Elle receut les clergé régulier et séculier. Après le prévost des marchands avec la maison de ville vint faire compliment à S.E. Les députez du Parlement qui devoyent venir sur le deux heures après midi, comme il avoit esté concerté, ne vinrent qu’à quatre heures et demie, à cause de divers embarras qu’ils trouvèrent dans les rues ; M. le légat les attendoit avec une impatience extrême. Des qu’il connut qu’ils approchoyent, il se descouvrit avant mesme qu’il les vit, et qu’ils eurent mis le pied sur la première marche de l’estrade, il se leva, fit un pas et leur donna sa bénédiction ; et comme ils commencèrent à parler, il se remit dans son fauteuil. Leur harangue fut en Latin, et il leur respondit trois ou quatre mots seulement en la mesme langue, puis se leva derechef216 et leur donna sa bénédiction. Ce fut M. le premier président217 qui porta la parole ; il avoit à sa gauche M. le président de Maisons218. La chambre des comptes219 et la cour des aides220 haranguèrent aussi en latin, et la cour des monnayers en suite. Elle les receut de mesme, et leur respondit aussi en latin ; M. le lieutenant civil fit pareillement sa harangue [f. 34] en latin, S.E. l’entendit assise et couverte, comme Elle fit après les officiers de l’élection. Enfin les Evesques arrivèrent, auxquels S.E. fit grand honneur, Elle marcha trois pas au devant d’eux, et les salua tout fort civilement. M. l’archevesque de Rouen porta la parole et harangua en Latin S.E. qui demeura debout et descouverte pendant qu’il parla, lui respondit en la mesme langue. Les harangues finies, S.E. se retira dans sa chambre. Après vinrent Monseigneur, le Prince [de Condé], et Monseigneur, le grand maistre [le duc d’Enghien] suivis d’un grand nombre de gentilshommes de leur maison, magnifiquement habillez et superbement montez. M. le comte d’Harcourt [Louis de Lorraine, le Grand Écuyer »] s’estant retiré, la marche commença en cet ordre : après le corps de ville vinrent deux trompettes des livrées de M. le légat, puis quarante mulets avec des couvertures aux armes de S.E. en broderie ; seize de drap, huit de satin et seize de velours cramoisi, les derniers en broderie d’or. Les mulets avoyent sur la teste et sur le dos des egrettes221 ; deux autres trompettes marchoyent après, suivis de vingt pages, des prélats de la légation, un écuyer de S.E. à la teste de dix huit pages, en suite cinq valets de chambre avec des valises en broderie d’or, les gentilshommes de sa maison précédez des s.rs Girault et Dupin. Les seigneurs qui ont accompagné M. le légat marchèrent un à un entre deux gentilshommes de leurs Altesses. Après suivirent huit trompettes du roy marchants à la teste des introducteurs et m[aîtr]es des cérémonies, puis M.rs les marquis de Gamache222, et comte de Cossé, chevalier du Saint Esprit223, après M.rs les ducs de Retz224, de Luine225 et de Montauzier, les messiers de M. le légat, son m[aîtr]e de cérémonies et son porte croix, et immédiatement après S.E. en chape de camelot rouge, le chapeau de cardinal sur la teste, sur une mule blanche. S.E. estoit au milieu de Monseigneur le Prince, et de Monseigneur le grand m.e de France habillez et montez superbement et pompeusement. Ils avoyent leur principaux officiers après eux ; marchèrent en suite les prélats de la légation, en camail, rochet et mantelet, chacun entre deux évesques françois vestus de mesme avec des chapeaux noirs doublez de taffetas vert. Après ceux-ci quatorze autres évesques françois marchand deux à deux ; ensuite vint le carrosse de M. le légat, aussi beau et riche qu’on en puisse imaginer, sa chaise après en pareille broderie que celle de son carrosse. A la porte St. Antoine le dais fut présenté à S.E. par le corps de ville, sous lequel Elle marcha entre Monseigneur le Prince et Monseigneur le grand maistre ; il fut porté par les gardes des corps des marchands. S.E. arrivée au monastère des filles S.te Marie226, Elle fut haranguée en latin par le recteur de l’université à la teste du corps ; Elle lui respondit en la mesme langue. Cette cavalcade marcha [f. 35] de la sorte jusque au parvis de l’église Nostre Dame, où estant descendue, le valets de pied du roy se rendirent maistres de sa mule et du dais selon la coustume. M. l’archevesque de Paris, revestu de ses habits Pontificaux et à la teste du clergé, receut S.E. à la grande porte de l’église ; il lui présenta les Saints Evangiles à baises et de la vraie croix qu’Elle adora à genoux dessus un carreau, puis Elle prit l’eau bénite, en donna à ceux qui se trouvèrent proche d’Elle et bénit l’encensoir dont ce prélat l’encensa trois fois, après harangua en Latin ; et S.E. y ayant respondu, il la reconduisit au cœur jusque à un riche dais qui lui estoit préparé au dessus d’une estrade avec un prie Dieu couvert d’un grand tapis de velours rouge et un marchepied de mesme. Leurs Altesses avoyent aussi des prie-Dieu pareils sous le dais et chacune un fauteuil derrière avec leurs officiers ; les prélats françois (au nombre de vingt quatre) qui avoyent osté leur mantelet entrant en l’église, se mirent après les Italiens dans les hautes chaires de costé et d’autre, et le corps de ville estoit en suite de ces prélats. M. l’archevesque estant monté en son siège commença le Te Deum qui fut continué par la Musique de l’église ; puis on chanta un motet. Après lequel, S.E. ayant esté conduite à l’autel, donna sa bénédiction, et fit publier les Indulgences qu’il accordoit. La cérémonie finie, Elle fut accompagnée par M. [l’évêque] de Paris avec son clergé jusqu’à la porte de l’église, où Elle monta dans les carrosses du roy avec leurs Altesses qui la conduisit au palais Mazarin. Il y avoit quarante ou cinquante flambeaux de cire blanche qui éclairoyent ces carrosses. Il en fut allumé aussi cent ou six vingt sur la terrasse de dessus la porte du palais Mazarin. Si tost que S.E. approcha, Monseigneur le Prince [de Condé], Monseigneur le grand m.e [le duc d’Enghien], l’ayant accompagné jusque là, se retirèrent dans leur palais, et immédiatement après on tira quantité de fusées, et on fit jouer un feu d’artifice qui estoit sur cette terrasse ; peu de temps après S.E. se coucha, n’ayant pas voulu souper.

133[10 août, dimanche. Le légat dit la messe solennelle à Notre Dame ; visite à M.me la duchesse d’Orléans, M. le Prince, M. le duc, et M.mes la duchesse et princesse Palatine. Le s.r de Chantelou a la charge d’accompagner le légat jusqu’à Sens]

  • 227 Voir note 97.
  • 228 Charlotte-Élisabeth de Bavière (1652-1722), fille de l’électeur palatin Charles Ier, devient en 167 (...)
  • 229 En 1664 le grand maréchal des Logis est Monsieur le marquis de Froulée (3000 livres de gages) ; « l (...)
  • 230 Sens, ville située à environ 100 km au sud-est de Paris.
  • 231 Melun, ville située entre Paris et Fontainebleau.

134Le dixie.e [10] Elle dit la messe à Nostre Dame, où Elle fut dans le carrosse du Roy ; Ses pages et valets de pieds changèrent de livrées. M. [l’évêque] de Paris assista à la messe du S.E., et se mit en la place du premier chanoine. L’on lui présenta la paix227 à baiser. Après M. Robertj qui servit M. le légat à la messe, et devant M.rs Coulonne, Viscontj et Bonacorsj, S.E. disna à l’ordinaire, et sur les quatre ou cinq heures fut visiter M.me la duchesse d’Orléans, M. le Prince [le « Grand Condé »], M. le duc [d’Enghien], et Mes Dames la duchesse et princesse Palatine.228 Le soir Elle dit au m.e d’hostel [Chantelou] qu’Elle ne vouloit point souper. Quelque temps après, M. le duc de Montauzier vint, à qui S.E. fit voir un coussinet qu’Elle avoit fait faire pour courre la poste, mais ne lui parla point du jour de son départ, quoy qu’il s’attendist qu’il deust estre concerté avec lui. M. Bonacorsj [le maggiordomo] avoit bien dit [f. 36] le matin au s.r de Chantelou, que ce seroit le Mardy douzie.me. Mais cela ne se résolvant point avec M. le duc de Montauzier et le maréchal des logis du roy229, on n’arrestoit point de carrosses ni de chevaux pour la famille de S.E., ni mesme pour les officiers de la maison de Sa Majesté. Avec cela M. de Lionne avoit escrit et ordonné de la part du roy au s.r de Chantelou d’accompagner et faire traiter M. le légat jusque à Sens230 où il prendroit congé de S.E. et pour y aller il falloit loger à Melun231 où estoyent seize compagnies des gardes, ce qui faisoit douter qu’on peust prendre cette route, et empeschoit le maréchal des logis de partir.

135[11 août, lundi. Préparatifs pour le départ de M. le légat]

  • 232 Brie-Comte-Robert, ville située à environ 15 km à sud-est de Paris, sur une voie différente, plus à (...)
  • 233 Nangy, environ 30 km au sud-est de Brie-Comte-Robert.
  • 234 Troyes, ville située à 150 km au sud-est de Paris.
  • 235 Baldini (f. 291) écrit que le légat alla incognito : « à Val di Gratie luogo il più sollevato della (...)
  • 236 Le collège de Sorbonne, dédié à la théologie, fut fondé au xiiie siècle par Robert de Sorbon. Le ca (...)

136Le xie [11] au matin le s.r de Chantelou avec les s.rs Courtet et Chamois [contrôleurs clercs d’offices] furent chez M. le duc de Montauzier pour prendre ses advis sur ce qu’il y avoit à faire ; ils furent avec lui chez M. le légat, et il fut résolu avec M. Bonacorsj [maggiordomo] que le douzième l’on iroit coucher à Bry-comte-Robert232, le lendemain à Nangy233 ; le quinzième à Pons sur Seine, et le seizième à Troyes234 ; M. le duc de Montauzier promit au s.r de Chantelou de faire agréer au roy ce changement de route, après quoy il donna les ordres à la maison du roy en conformité de cela. Ce mesme jour S.E. entendit la messe au Val de Grace235 ; au retour, avant disner, Elle donna audience à la Sorbonne236, dont le doyen le harangua ; M. le premier président [Guillaume de Lamoignon] vint en suite, et M. le maréchal d’Aumont [capitaine des gardes du corps]. Elle disna après qu’ils s’en furent allez. Pour servir S.E. à cause qu’il avoit une foule horrible de monde dans tous ses appartements, il fallut porter les places de sa table par le degré de la garderobe, n’y ayant pas moyen de la faire passer par le grand, et par la salle qui conduit au lieu où Elle mangeoit. Elle donna avant le repas la bénédiction à un nombre infini de personnes, et sur les chapelets et médailles qui lui furent présentées. Sur les quatre heures du soir, M. le légat fut rendre visite aux princesses étrangères, et pour en avoir le temps supplia les princesses du sang qui lui avoyent envoyé demander audience, de vouloir bien ne prendre pas la peine de venir chez lui.

137[12 août, mardi. De Paris à Bry-Comte-Robert]

138Le xn.e [12] au matin S.E. expédia un courrier à Rome, entendit la messe sur les dix heures, disna incontinent après et partit sur les deux heures pour aller coucher à Bry-comte-Robert. Là un gentilhomme de M. le duc de Montauzier rendit au s.r de Chantelou une lettre de M. de Lionne, par laquelle il lui mandoit que le roy, ayant appris le changement de route de S.E. et le doute où l’on estoit jusque où sa maison la devoit accompagner, Elle lui ordonnoit d’aller jusque à Troyes, où il prendroit congé de S.E. pour s’en revenir. S.E. soupa sur le huit heures et demie, s’estant auparavant promenée dans le jardin de Panfou, son logement près de Bry [-Comte-Robert].

139[13 août, mercredi. De Brie-Comte-Robert à Nangy]

140Le xm.e [13] elle partit après avoir entendu la messe [f. 37] et avoir disné, pour aller à Nangy où Elle soupa.

141[14 août, jeudi ; 15 août, vendredi. De Nangy aux Caves et à Troyes. Chantelou refuse l’argent offert par M. Celorj, « maestro di Casa » de S.E.]

  • 237 La cathédrale Saint-Pierre et Saint-Paul (xiiie-xviie siècle).

142Le lendemain [14], vigile de la Nostre Dame, Elle entendit la messe, et partit pour aller aux Caves, qui est une maison à Mad.e Bautilier. Elle y disna, et sur le soir fut à la promenade dans les jardins, puis se retira et coucha sans manger. Les prélats et seigneurs ne firent que collation à cause du jeune. La traite de Nangy aux Caves s’estant trouvée longue, S.E. se résolut de déjeuner et disner avant que partir le lendemain et d’aller souper à Troyes où Elle arriva à quatre heures du soir. Elle envoya devant prier messieurs de la ville de ne lui faire aucunes harangues. Le m.e d’hostel lui ayant dit à six heures s’il se pouvoit, il prit le temps, la maison du roy le devant quitter le lendemain, de lui faire des excuses si lui et les autres officiers du roy ne l’avoient pas traitée avec autant de respect qu’il en estoit deut à sa dignité ; pria S.E. de croire qu’il avoit eu une affection extraordinaire de la faire bien servir, non seulement pour obéir aux ordres du roy, mais pour l’amour d’Elle mesme, de son mérite et de son rang. Elle lui tesmoigna qu’Elle lui estoit bien obligée des soins qu’il avoit pris, et du traitement magnifique qui lui avoit esté fait, cela donna lieu au s.r de Chantelou de lui dire qu’on lui avoit rapporté, qu’Elle avoit dit quelque chose de ce qu’il s’estoit assis auprès d’Elle, durant qu’Elle estoit à table ; qu’en cela il en avoit usé comme M. de Mocé avoit fait, le quel avoit servi M. le légat Barberin en la mesme qualité. S.E. dit qu’Elle n’y avoit pas pensé, bien loin d’en avoir parlé à personne, lui répéta qu’Elle lui estoit bien obligée, et que s’il se rencontroit qu’il eust quelques affaires à Rome, Elle le serviroit, et servit mesme son solliciteur vers Sa Sainteté. Il lui rendit très-humbles grâces, puis se retira. A quelque temps de là M. Bonacorsj [maggiordomo] dit au s.r de Chantelou qu’il eust esté bien aisé de conférer avec lui sur quelques choses qui de devoyent faire avant qu’ils se séparassent ; et comme il s’imagina que c’estoit pour les présents que S.E. pouvoit avoir envie de faire, il evita de se trouver avec M. Bonacorsj qui enfin lui envoya comme il achevoit de souper, le s.r Celorj, Maestro di Casa de S.E., pour lui dire qu’il estoit chargé de quelques billets qu’il desiroit lui mettre en main. Il dit au s.r Celorj en presence de s.rs Courtet et Chamois [contrôleurs clercs d’offices] qui estoyent à table avec lui, qu’il avoit esté à une école où il avoit appris à ne recevoir aucun présents ; le s.r Celorj repartit que S.E. vouloit donner quelque chose aux officiers de la maison du roy qui l’avoyent si bien servi. Sur cela le s.r de Chantelou se leva, et fut à sa maison avec le s.r Celorj, qui y estant, lui montra sept ou huit billets, qu’il dit estre de M. Bonacorsj pour prendre à Paris les gratifications que S.E. [f. 38] faisoit aux officiers du roy, qu’il y en avoit un pour lui. Le s.r de Chantelou repartit sans vouloir le regarder, qu’il ne falloit point compter celui là ; voyant les autres, il connut qu’ils estoyent sans proportion de la qualité des officiers et de leur service, et dit au s.r Celorj que la personne à qui on s’estoit adressé pour prendre cette instruction estoit ignorante ou méchante ; parce que à ceux qui ne meritoyent presque rien, on donnoit par ces billets avec excès et profusion ; et aux autres trop peu, en égard à leurs charges et aux peines qu’ils avoyent eues ; que ceux-ci auroyent honte du présent qu’on leur offriroit ; qu’il eust esté mieux de donner à tous, au lieu d’argent, des médailles avec le portrait de sa Sainteté, qu’elles leur auroyent esté plus agréables et plus honorables, demeurant dans les familles de ces officiers pour marque du service qu’ils avoyent rendu à M. le légat. Les s.rs Courtet et Chamois arrivèrent à mesme temps, et furent de mesme advis ; disant aussi qu’ils ne vouloyent point des billets qui estoyent pour eux ; Le s.r Celorj, nonobstant cela, ne laissant pas de soliciter instamment par plusieurs et diverses fois le s.r de Chantelou d’accepter celui qu’il lui avoit dit d’abord estre pour lui, enfin il le prit et le déchira de peur qu’il ne s’immaginast que son refus fust un compliment affecté, et lui dit que ceux qui avoyent l’honneur d’estre au roy dans la qualité qu’il avoit, ne prenoyent jamais d’argent, que de Sa Majesté. Le lendemain matin l’on lui vint dire que M. le légat le démandoit ; S.E. estoit desjà allée à la grande église237, où le s.r de Chantelou s’estant rendu avec le s.rs Courtet et Chamois, le maggiordomo [Bonaccorsi] les obligea de prendre à l’issue de la messe, quelques pierreries de la part de S.E. qu’ils recevèrent et en remercièrent S.E. prenant congé d’Elle.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie des références biographiques

N. Bensogne, L’État de la France, Paris, 1663 ; Paris, 1674.

A. de Sainte-Marie (o.c.m.), Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France, des pairs et grands officiers de la Couronne et de la maison du roi, N. Bensogne, L’Éstat de la France, Paris, 1663, 2 vol. , Paris, 1737.

L. De Magny, Nobiliaire universel de France, Recueil général des généalogies Historiques des maisons nobles et titrées de la France, Paris, 1866.

M. de Saint-Allais, Nobiliaire Universel de France, ou recueil général des généalogies Historiques des maisons nobles de ce royaume, 21 vol. , Paris, 1872-78.

H. de Woelmont de Brumagne, Notices Généalogiques, Paris, 1923-28 ; éd. Paris, 1928-35

H. Jougla de Morenas, Grand armorial de France, Paris 1934-52 (fac-similé in 7 vol. , Paris, 1975) Dizionario biografico degli Italiani, Rome, 1960...

Haut de page

Notes

2 Dans le manuscrit Chigi E. II. 38, rédigé par Sebastiano Baldini, se trouve la liste des participants à la légation qui voyagèrent sur quatre galères (ff. 7-19).

3 Henri-Jules III de Bourbon, duc d’Enghien (1643-1709), grand maître de la maison du roi, fils du Grand Condé, cité par Chantelou comme « Monsieur le duc », « S.A. », « Son Altesse ». Depuis 1660 il est à la tête de la maison du roi, et donc supérieur de Chantelou qui était un des « douze maistres d’hostel servans par quartier » (L’État de la France où l’on voit tous les princes, ducs et pairs, maréchaux de France, et autres officiers de la couronne [...] ensemble les noms des officiers de la maison du roi et le quartier de leur service ; avec leurs gages et privilèges, et l’explication des fonctions de leurs charges, etc. édité par Nicolas Bensogne, Paris, 1663, vol. I, f. 21, dorénavant Bensogne). Après la mort de son père en 1686, Henri-Jules hérita le titre de prince de Condé. Dans Bensogne, 1663, cap. II, p. 16-20, on lit : « Monsieur le Prince [Louis de Bourbon, le » Grand Condé] à la Charge de Grand Maistre de la maison du roy, dont Monsieur le duc, son fils, prend aussi le titre, tout deux Chevaliers des Ordres du roy. Henry Jules de Bourbon, duc d’Enghien, &c. le Grand Maistre à de gages 3600. livres [...] Le Grand Maistre, à juridictions entière sur les sept Offices dont il dispose absolument de toutes les Charges & sur les officiers, qui lui préstent tous serment de Fidélité. Voir aussi : A. Chéruel, De L’administration de Louis XIV d’après les mémoires inédits d’Olivier d’Ormesson (1661-1672), Paris, 1850 ; B. Barbiche, Les institutions de la monarchie française à l’époque moderne, Paris, 1999 ; J.-F. Solnon, Maison du roi, dans Dictionnaire du Grand Siècle, sous la dir. De F. Bluche, Paris, 1990.

4 Jean-Baptiste Colbert (1619-1683), depuis 1664 « surintendant & ordonnateur général des bâtiments des maisons royales, jardins et tapisseries de Sa Majesté, arts et manufactures de France ». À la suite de l’arrestation de Nicolas Fouquet en 1661, Louis XIV, à l’instigation de Colbert, supprima la charge de surintendant des Finances et décida de l’exercer lui-même avec l’aide d’un Conseil : le Conseil royal des finances. Déjà intendant des finances, Colbert fut l’un des trois conseillers de ce Conseil et le chef effectif de l’administration des Finances. Le 12 décembre 1665, il resta, seul, contrôleur général des finances et il est désigné le plus souvent sous ce titre.

5 Charles de Montausier ou Montauzier (1610-1690), marquis et duc de Saint-Maure (après 1664), maréchal de camp des armées du roi, puis gouverneur de Saintonge et d’Angoumois. Il fut un des habitués de l’hôtel de Rambouillet et il conçut le récueil poétique La Guirlande de Julie, dédié à sa future femme, Julie d’Argennes, à l’exécution duquel il concourut par seize madrigaux. En 1645, il abjura le protestantisme. En 1668, nommé gouverneur du Grand Dauphin, fils de Louis xiv, il choisit pour précepteurs Huet et Bossuet et, amateur des classiques latins, il fit publier la belle collection des auteurs classiques ad usum Delphini.

6 Les objets utiles pour la vie quotidienne qui sont transportés par chariot.

7 Louis II de Bourbon Condé (1621-1686), dit le Grand Condé, prince depuis 1646, dit « Monsieur le Prince », « S.A. », « Son Altesse ». Au moment de la légation Chigi, il a la charge de grand Maître de la maison du roi avec son fils, Henri-Jules, duc d’Enghien (voir ici même note 3). Louis II et Henri-Jules ont aussi la charge d’être aux cotés du légat à l’occasion de l’entrée solennelle à Paris le 9 août 1664 malgré les difficultés liées à la podagre dont souffrait le Prince de Condé. Louis II, neveu d’Henri IV et cousin de Louis XIV, fut le général victorieux à Rocroi (1643), Fribourg (1645), Lens (1648) pendant guerre de Trente Ans. En 1650-53 il fut l’un des meneurs de la Fronde des Princes contre Mazarin. Chantelou était à son service depuis 1645. Exilé et engagé du côté espagnol, le traité des Pyrenées lui assura le pardon royal, peu avant le mariage de Louis XIV et de l’infante Marie-Thérèse d’Autriche. La guerre s’étant rallumée entre la France et l’Espagne, Condé retrouva un commandement dans les armées du roi et prit le Comté de Bourgogne (actuelle Franche-Comté) aux Hasbourg d’Espagne en 1668. Il vécut ses dernières années à Chantilly, entouré d’une cour d’artistes et d’hommes de lettres. Lorenzo Magalotti dans son Viaggio di Francia 1668, (ed. Palerme, 1991, p. 49) le décrit ainsi : « non ho ancor veduto in Parigi uomo più negletto di lui nel vestire e ne’capelli ; aveva una barba à dir poco d’otto giorni, e mi dicono che questo sia il suo ordinario » (à la date du 29 avril).

8 Le château du Raincy, demeure des Bourbon-Condé, a été construit entre 1643 et 1650 pour Jacques Bordier, intendant des finances, à l’emplacement d’un ancien prieuré de l’abbaye bénédictine de Tiron sur la route de Paris à Meaux, sur la commune actuelle du Raincy (Seine-Saint-Denis). Louis Le Vau fut chargé de la construction du bâtiment et, selon la tradition, André Le Nôtre des jardins et Charles Le Brun de la décoration intérieure à laquelle travaillèrent également François Perrier, Charles-Alphonse Dufresnoy, Philippe de Buyster et Giovanni Francesco Romanelli. Entouré de fossés secs et flanqué de cinq pavillons, le château du Raincy était une demeure d’une magnificence royale. Les écuries monumentales pouvaient accueillir 200 chevaux. Le parc de 240 hectares était l’un des plus vastes de la région parisienne. Les travaux coutèrent la somme fabuleuse de 4.500.000 livres et engloutirent la fortune de Jacques Bordier. À sa mort en 1660, le domaine passa à son fils, Hilaire Bordier.

9 Coffret d’or ou de vermeil contenant le couteau et la cuillère, qu’on servait à la table du roi et des princes.

10 N. Bensogne (éd. 1663) cite les MM. Courtet e Chamois entre les « seize contrôleurs clercs d’offices », payés 600 livres (f. 24). Les sept offices sont. 1 : Le gobelet. 2. La cuisine-bouche, qui sont seulement pour la personne du roy. 3. La paneterie-commun. 4. L’eschansonerie-commun. 5. La cuisine-commun. 6. La fruiterie-commun. 7. La fourière. Chamois et Courtet sont cités comme « contrôleurs clercs d’offices » par Bensogne, aussi dans l’édition de 1674 de son État de France (vol. I, p. 22).

11 Essonne, ville située à 30 km au sud de Paris, à la confluence de l’Essonne avec la Seine.

12 Nicolas de Neufville de Villeroy (1598-1685), marquis, puis duc de Villeroy (1651 avec admission à la pairie en 1663), marquis d’Alincourt et seigneur de Magny. En 1646, maréchal de France, la plus haute distinction militaire française et gouverneur du roi (48.000 livres de gages, Bensogne 1663, f. 79). Au sacre de Louis XIV, il fut fait chevalier de l’Ordre du Saint-Esprit le 31 décembre 1661. Louis XIV le nomma également chef du Conseil royal des finances en 1661, charge qu’il conserva jusqu’à sa mort.

13 Montargis sur le Loing, actuellement dans le département de Loiret.

14 Moulins, ville située au nord de l’Auvergne.

15 Roanne, ville située à 87 km au nord-ouest de Lyon.

16 Bernardin Gigault, marquis de Bellefonds (1630-1694), en 1663 premier maître d’hôtel du roi, au premier rang dans la maison du roi, après le grand maître d’hôtel, le duc d’Enghien ; maréchal de France en 1668. N. Bensogne (1663, f. 33) écrit : « Le premier maître d’hôtel à la juridiction sur les sept offices, seulement pour le service, sans disposer aucunement des charges. Il peut aussi en l’absence du grand maistre, et en son absence les maîtres d’hôtel de quartier, recevoir dans le bureau assemblé, le serment de fidélité des officiers des sept offices. Il a des gages 3000 livres. Il tient la table du grand chambellan, dont les premiers maîtres d’hôtel ont fait acquisition, et de laquelle ils ont la desserte. C’est lui qui présente ordinairement au célébrant du vin dans une coupe quand le roy à communié, et en mesme temps une serviette à Sa Majesté pour essuyer sa bouche. Le premier maistre d’hostel, ou le maistre d’hostel qui est de jour, accompagne le bouillon du roy tout les matins, lorsque Sa Majesté est éveillée, et là il reçoit l’ordre du boire et du manger, qu’il fait aprés entendre aux officiers du gobelet et de la bouche, tant pour la qualité des viandes et de la boisson, que pour l’heure à laquelle le roy désire manger. Douze maîtres d’hôtel servants par quartier ». Chantelou en faisait partie.

17 S. Baldini, BAV, Chigi E. II. 38, (dorénavant Baldini), f. 124r, cite entre « gli officiali del Re mandati in Lione per servi.o del Legato », le « mr.o di casa/ Monsieur Sciantelup ». L’impatience du légat est notée aussi par M. Ravizza (BNF, ms. it. 1271, ff. 57r-58, dorénavant Ravizza).

18 La Bresle, localité sur la Bresle, rivière du nord-ouest du bassin parisien.

19 Tarare, localité à 25 km au nord-ouest de Lyon.

20 Baldini écrit : « Luogo posto in fondo di molti monti nei siti che lo circondano » (f. 129v).

21 Sigismondo Chigi, fils d’Augusto et Francesca Picolominj, cousin germain de M. le légat, nommé cardinal en 1667 par Clemente IX ; grand prieur de l’Ordre de Malte à Rome, légat à Ferrare, fondateur de la Bibliothèque Chigiana. U. Frittelli, Albero genealogico della nobil famiglia Chigi, Sienne, 1922 ; E. Stumpo, Agostino Chigi, sub voce, dans Dizionario biografico degli Italiani.

22 Francesco Picolomini, neveu d’Alexandre VII, fils de Virginia Picolominj Chigi, sœur de Mario, Fabio et d’Augusto Chigi qui était le père de Sigismondo Chigi.

23 Le marquis de Grillon, qui appartenait à une noble famille de Vaucluse, est apprécié autour de 1660 dans les Mémoires de Mademoiselle de Montpensier, la Grande Mademoiselle, Anne-Marie-Louise d’Orléans.

24 Alessandro Colonna (m. 1673), duc de Bassanello, fils d’Isabella Farnese et de Giulio Cesare Colonna, prince de Carbognano (près de Viterbo) et de Palestrina ; protonotaire avec la charge de maître d’hôtel du légat « quoy qu’il n’en ait pas la fonction ».

25 Vitaliano Visconti (1618-1671), accompagne le légat en qualité de dataire, c’est-à-dire de membre de la daterie apostolique ou daterie des brefs, le bureau qui avait la fonction de percevoir les profits du Saint-Siège. Après ses études en droit à l’université de Bologne, il fut membre du collège des Juris consulti de Milan (1644), gouverneur de Fano, Spoleto, Viterbo et Perugia, auditeur du tribunal de la Rote (1660) et du palais apostolique. Evêque d’Ephèse (11 août 1664) et nonce en Espagne (16 août 1664), cardinal (1666-1667), il fut ensuite évêque de Monreale (1670). D’après le manuscrit Chigi E.II.38 nous apprenons qu’à la légation participaient aussi le père priore Bichi, le cav. Meniconi Petrucci, le comm.r. De Vecchi, P. Spinola, les « Aiutanti di camera » et officiers de service (f. 1). Au f. 2v figure la liste des per sonnes embarquées sur la galère « San Domenico » ; à f. 3 celles qui étaient sur la « San Alessandro » ; au f. 3v, l’équipage de la « Santa Caterina ». Au f. 7-12 les membres de la légation sont indiqués avec leurs charges. Chantelou ne cite pas, entre autres, Giacomo Rospigliosi, neveu du cardinal, « spedito da Roma in Francia prima della presente partenza del Card. legato » (Chigi E. II. 38, f. 8).

26 Bonaccorso Bonaccorsi (1616-1676), originaire de Montesanto dans les Marches, « clerc de chambre » (prélat officier de la Chambre apostolique) d’Alexandre VII, majordome de la légation (G. R. Moroni, Dizionario di erudizione storico-ecclesiastica da San Pietro ai nostri giorni, specialmente intorno [...] ai varii gradi della gerarchia della chiesa cattolica e vescovili, [..], agli ordini religiosi, militari, equestri ed ospitalieri, non che alla corte e curia romana ed alla famiglia pontificia, 103 vol. , Venise, 1840-1861 vol. V, p. 315).

27 Francesco Ravizza, commissaire de la Chambre apostolique, auditeur du légat, auteur du mémoire de la légation qui est conservé à la BNF, ms. it. 1271 (ff. 30-145). Une copie « propre » du compte-rendu rédigé par M. Ravizza se trouve à Rome à la Biblioteca Corsiniana, cod. 243, col. 38-A-18 (Relazione della legazione in Francia del sig. Card.le Flavio Chigi, l’anno 1664 di mons. Ravizzi, ms. di carte 209). Le mémoire rédigé par Francesco Ravizza nous fournit plus d’informations que les autres mémoires sur les aspects diplomatiques de la mission ; il négocia avec Huges de Lionne, secrétaire d’État des Affaires Étrangères, l’entrée solennelle du cardinal à Paris qui était subordonnée à la volonté de Louis XIV d’acquérir de nouveaux privilèges, c’est-à-dire un pouvoir particulier « nella nomina dei Benefici ecclesiastici delle diocesi di Metz, Verdun et Toul [..] et un cappello cardinalizio » à la faveur de la France (M. Battaglini, Annali del sacerdozio e dell’Imperio, t. III, Venise, 1709, p. 333). Battaglini nous donne aussi une image efficace du rôle de Ravizza « al quale in sostanza rimaneva appoggiata l’intera direzione della Legazione per l’attività al negozio, per la capacità di una mente chiara, per la perizia legale e per la grazia nel favellare » (ibid.).

28 Francesco Bonvisi ou Buonvisi (1626-1700), docteur en utroque iure à l’université La Sapienza de Rome, évêque de Thessalonique, nonce en Pologne et en Autriche, cardinal de Santo Stefano al Celio (1681), évêque de Lucques (1690).

29 Mgr Gio. Angelo Altemps.

30 Baldini cite « Sr Co. Gio. Antonio Bigazzini, perugino » (f. 2 et 7v), membre d’une ancienne famille de Perugia.

31 Ibid., « Conte Ercole Aldovrandi, bolognese ».

32 Ibid., « Marchese Patrizio Patrizi, senese ».

33 Ibid., « Marchese Roberto Pucci, fiorentino ».

34 Ibid., « fiorentino ».

35 Ibid., « Goffredo Marini, genovese », membre d’une famille qui appartenait aux « vecchi » de la noblesse génoise.

36 Ibid., « Filippo Nerli, fiorentino ».

37 Ibid., « fiorentino ».

38 Ibid., « Niccolò Baldeschi, perugino ».

39 Ibid., probablement, « Ambrogio Teodoli ».

40 St.-Symphorien-de-Lay, à 53 Km au nord-ouest de Lyon.

41 Tarare est à 25 Km de Lyon. Baldini (f. 129v) : « luogo posto in fondo di molti monti nei siti che lo circondano » ; Ravizza (f. 59) : « Luogo povero, che farà sopra millecinquecento anime. Gli alloggiamenti sono poco comodi ed i ministri de re fecero una bellissima cena ».

42 Baldini (f. 131) : « luogo in cima di un monticello, sendo tutti colli e monti ». Ravizza (f. 60) : « Si passarono molti villaggi poverissimi perciocché per la strada andavano in processione quelle povere genti à dimandare la limosina, e con tale impatienza ovver impertinenza che se’ non havessero veduta la gran comitiva del cardinale forsi l’haverebbero voluta con forza anche da quelli che venivano doppo ».

43 Louis (1661-1711), fils de Marie Thèrese d’Autriche (16381683) et de Louis XIV.

44 Roanne, ville sur la Loire située à 87 km à nord-ouest de Lyon.

45 Le lieu est illustré par Canini (Chigi F. VIII. 191, ff. 46v-47r, « 10 di giugno ») ; Baldini (ff. 133v, 134) décrit le cours de la Loire et nous informe que le pères jésuites, qui avaient un collège « nel più alto di Roanne, ma in luogo comodissimo, dov’è un giardino vago », attendaient le légat. Ravizza (f. 61) : « Questa terra che è termine della Provincia lionese mediante il fiume Loire che bagna le sue mura, è assai grande fabricato ad uso di Borgo con case basse se’ ben le strade sono larghe. I P. P. Giesuiti hanno una bella chiesa, e Colleggio con giardino si come anche il Convento de’ P. P. Capuccini è grande e capace stantovi allora di stanza 19 religiosi, hanno intorno Giardini e orti ».

46 « Marsigni à cinq lieues de Roanne » est illustré par Canini (Chigi F.VIII.191, f. 49 « a dì 11 giugno »). Baldini (ff. 138v-139) : »Sendo alla man manca il Borbonese, et alla dritta la Borgogna, questa e quella circondano il fiume con colli amenissimi ». Ravizza (f. 61v) : « Si giunse al Castello chiamato Marsignino in Borgogna [..] è terra mediocre, che hà il borgo, le strade anguste fuori della principale, che è larga ; la notte s’abbrugiò la casa d’un particolare à cagione..à prendere il fieno nella stalla con il lume acceso ».

47 Baldini (f. 141r) : « nella chiesa de P.P. Zoccolanti Riformati che colà chiamano Recolletti ».

48 Dessin de Canini (Chigi F.VIII.191, f. 48 : « Duin nella Borgogna, à dì 11 giugno ») ; Baldini (f. 142) : « Questo villaggio è formato di case per lo più à foggia di capannoni quasi tutti in isola, ma cosi vicine alla riviera che S.E. potè andare à piedi ». Ravizza (f. 62) : « per la sua angustia si ebbe un pessimo alloggiamento, percioccè le case, che non possono ascendere à cinquanta, sono quasi tutte fabbricate con legni in forma di capanne ». Digoin est à 131 km au nord de Lyon.

49 Voir note 23.

50 Baldini (f. 143) : Bourbonlancy « distante dal fiume una picciola lega » ; Ravizza (ff. 62r-63) : « Borbone è situato sopra un monticello dal quale si gode la vista delle belle campagne e dei castelli convicini. Hà una piccola fortezza à cui per la sua antichità non è rimasto altro che il nome, priva affatto d’armi e di custodie. Quivi sta il bagno rinomato di Borbone in Borgogna à differenza dell’altro Borbone nel Borbonese ».

51 Baldini (ff. 144-144v) : « La struttura antica di questi bagni mostra la loro magnificenza ; consistono in 7 bocche che mandano fuori acqua calda e fumante ».

52 « Sis », au confluent de la rivière Aron et de la Loire, est illustré par Canini (Chigi F.VIII.191, f. 53, « a dì 13 giugno, Veduta della città di Sis nella provincia di Livernesi luogo del duca Mazzarino »). Baldini (f. 145) : « S’incamminò verso Decize distante sei leghe da Bourbon[lancy]. Il viaggio non poteva essere più vago ; à mano dritta l’amenità della campagna, alla manca i colli [...]. Giunti à Decize nella provincia di Nivernois, S.E. trovò alla riva il Clero e i consoli col baldacchino ». Ravizza (f. 63v.) : « Desise pertinenza del duca di Nivers [..]. Questa terra è ben grande piena di gente civile e ricca e posta sopra un’isola che li fa il fiume [..] ha il borgo di là dalla riva dove si và per un gran ponte di pietra di 20 archi à mano destra e alla sinistra vi sono alcune casette, alle quali si giungeva parimente per un altro ponte ma hora è rotto ».

53 Sorte de baldaquin élevé au-dessus d’un autel ou d’un trône.

54 Au f. 7 de BNF, ms. fr. 6143 on lit : « Bains de Bourbon » ; aux ff. 7v-8r figure le plan des thermes de Bourbonlancy avec les notices en français ; f. 8 v est blanc. Ce plan est une copie du dessin de Canini (Chigi F.VIII.191, ff. 50v-51r, avec notices en italien) ; une autre copie, avec notices en français, est aussi conservée à la BNF, Cinq Cents de Colbert, 175 Ve, ff. 7v-8r.

55 Baldini (ff. 148, 149r, 149v, 150r) : « Ha questa città una bellissima Catedrale tanto dentro, quanto fuori lavorata alla gotica con un bizzarro campanile pieno di bassi rilievi. Il quadro dell’Altar maggiore è una mad.a con Bambino in marmo bianco di rilievo con altri bassi rilievi attorno con 4 colonne di porfido. À mano manca dell’Evangelio vi è sollevato in alto il deposito di Lud.co Gonzaga, e di Enrica sua moglie consistenti in 2 statue di marmo bianco, che stanno in ginocchio guardandosi l’una l’altra, e nella mano dritta vi sono 2 altre simili sepolti sollevati 12 palmi da terra sopra basi di marmo bianco e negro ben lavorati [..]. La piazza lunga assai è quadra ; ha li due faccie laterali uniformi di tetti aguzzi coperti di lavagne fatti à mattoncini [..]. In faccia vi è un bellissimo palazzo, sopra i quali si va per tre scale lumache, il cui giro tondeggia sporgendosi in fuori, e questi orbiculamenti tutti di pietra danno un vago ornamento all’architettura ; [f. 151r] è stato fabbricato dal duca di Cleve, gran sig. Borgognone. Non ha la Francia una piazza più ricca e più bella perchè la campagna è amena, ricca d’ogni cacciagione, e fruttifera ». Ravizza (f. 64v) : « La detta catedrale dedicata a San Ciriaco è un vaso capace di struttura gotica, la quale ha tre navate di molta proporzione e quantità di bassi rilievi particolarmente del detto Santo sopra l’altar maggiore. Vi sono tre belli sepolcri di marmo colle statue de’duchi di Mantua prima duchi di Nevers defunti. Finite le orazioni il card. andò all’alloggio destinatoli nel palazzo del duca, il quale dentro hà belle stanze, Galleria e cappella, e di fuori una vaga prospettiva alla piazza che è quadra ornata intorno d’habitationi di pari altezza e architettura [f. 65] La città di Nivers non supera di grandezza un’altra città mediocre d’Italia. È però piena di gente civile et ingegnosa in lavorare particolarmente galanterie di vetro e cristallo ». Sur le monument des Gonzague, voir la note 43 dans D. del Pesco, La légation... Au sujet de son arrivée à Nevers le cardinal Chigi note : « Doppo 4 giorni di viaggio per aqua ritrovandomi questa sera a Nivers con la scorta continua del marchese di Montosier e delli altri ministri della casa Reggia li quali non cessano in ogni luogo con magnificenza grande di trattarmi, calcolo di non haver fatte più di 33 leghe, quando si sarebbero potute comodamente raddoppiare conforme haverei io desiderato non meno per finirmi di liberare da questo tedio del fiume » (BAV, Chigi E.II. 35, f. 44).

56 L’abbé Spinola s’était rendu en Espagne (Baldini, f. 149v).

57 La Charité-sur-Loire, à 30 km au nord de Nevers, passage obligé sur la Loire, étape majeure sur les chemins de Saint-Jacques de Compostelle. Ravizza (ff. 65, 66) écrit : « La terra soggiace nel temporale e spirituale al Priore della Charité, che hoggi si governa sotto la direttione di Monsieur di Colbert ; ha un ponte di pietra nel quale si va al Borgo posto in una Isola del fiume Loere [Loire] habitato da gente di campagna grande un terzo della medesima terra, la quale farà circa ottocento fuochi, e per le sue muraglie, forti e ponti levatori alle porte, rimostra essere stata secondo fu riferito una delle fortezze fabricate dagli Ugonotti de quali hora vi dimorano venti famiglie ».

58 Baldini (f. 153v) : « La chiesa nella quale terminò la processione, fu data à bened.e. Si chiama nostre Dame, cioè la Madonna ». Voir aussi Ravizza (ff. 66, 67).

59 Baldini (f. 155) : « Cona, villa, cioè città piccola, lontana dalla Charité 6 leghe ». Cosne-sur-Loire à 47 km de Nevers doit son importance à la position sur deux fleuves, La Loire et le Nohain, et sur les routes Paris-Autun et Auxerre-Bourges. Ravizza (f. 68) : « Cone terra piccola et angusta che diede perciò poco buoni alloggiamenti ».

60 À « Castelnuovo » est dédié un dessin de Canini (Chigi F.VIII.191, f. 57v, 58, sans date). Le cardinal Chigi registre qu’il s’agit de « luogo di giurisdizione di Monsieur de la Vrillière, uno dei vecchi segretarii del re,...ma il castello di detto, dove alloggiai, non poteva esser nè più magnifico all’uso di Francia, nè meglio abbigliato havendo data commodità, non solo à quelli della casa di sua Maestà, ma anche alla maggior parte della mia famiglia » (BAV, Chigi, E. II. 35, f. 47v). Baldini (f. 159v-160v) : « palazzo con giardino in piano, la parte che riguarda la riviera lungo mille passi andanti e largo 500. Vi si cala per una scalinata, che alla metà ha un ponte levatoio con un ripiano bellissimo, e poggioli à proposito per tenere i vasi ; à mano dritta ha una civilissima boscaglia circondata da spalliere fittissime, dentro vi sono artifitiosi viali e fontane, che formano peschiere tonde. Nel mezzo di questi boschi si apre il piano del giardino, di là sei fontane sorgenti da terra ». Le 18 juin Ravizza se rend à Fontainebleau pour organiser avec M. de Montausier la rencontre entre Louis xiv et le légat ; il rentre à Orléans le 22 juin. Dans son mémoire il rapporte que « Monsieur de Lionne [secrétaire des Affaires Etrangères] ha detto apertamente che se il Signor Cardinale porterà delle grazie desiderate dal Re, sarà ricevuto in Parigi, altrimenti in Fontablò dove non si sarebbero tralasciate le cose solite del cerimoniale. Le grazie [...] secondo egli disse sono un cappello cardinalizio e l’indulto di nominare alle tre chiese di Metz, Tun [Toul] e Verdun, con restringere ad una à l’elettione di Sua Santità. Veramente sono grazie le più grandi e considerabili che si potessero chiedere perciocchè N.S. non può far cosa che maggiormente risplenda nel suo principato che l’elezione di un cardinale e si tocca a S. San.tà un punto circa le chiese che fu domandato in cinque pontificati e sempre negato » (f. 70r).

61 Philippe d’Orléans (1640-1701), duc, dit Monsieur, ou S.A.R., frère de Louis xiv. Il épousa Henriette-Anne d’Angleterre (1644-1670), fille du roi Charles Ier et de Henriette-Marie, fille de Henri IV, roi de France. Pendant la légation Chigi nacquit Philippe-Charles d’Orléans, duc de Valois (16 juillet 1664) qui mourut le 8 décembre 1666. Chantelou connaît bien la demeure de Monsieur, le château de Saint-Cloud qui lui fut offert par son frère, le futur Louis XIV en 1658, et dans lequel il entreprit de nombreux travaux, en particulier la construction de grands jardins à la française. En 1665, Bernini s’y rendra pour dessiner une monumentale fontaine dans le parc jusqu’aux berges de la Seine. Monsieur se remaria en 1671 avec la fille de l’Électeur Palatin, Charlotte-Élisabeth de Bavière (1652-1722), qui était une petite-cousine d’Henriette d’Angleterre. Ils auront trois enfants dont le duc de Chartres (1674-1723) futur régent à la mort de Louis xiv, et Mademoiselle de Chartres, future duchesse de Lorraine et de Bar.

62 Saint-Fargeau, localité en Bourgogne, à 92 km au sud d’Orléans. « La maison de Mun » citée par Chantelou pourrait être le château de Montargis, à 70 Km à l’est d’Orléans, qui appartenait à Philippe d’Orléans et qui fut détruit en 1810. La célèbre cheminée du château est représentée dans le frontispice des différentes éditions du livre d’Androuet du Cerceau, Les plus excellents bastiments de France.

63 Baldini (f. 163v) : « La città d’Orléans, che fu il termine della lunga navigazione fatta in tanti giorni...senza mangiar né i pranzi una vivanda calda ». Orléans est à 120 km au sud de Paris.

64 A Orléans est dédié un dessin de Canini (Chigi F.VIII.191, f. 54, daté « 19 di giugno ») ; voir Baldini (f. 164).

65 Magistrats municipaux.

66 Bensogne (1663, f. 108) cite M. de Bourlon de Choisy parmi les dix-neuf écuyers servants par quartier, payés 700 livres (en service le mois d’avril 1663) ; « Le premier écuyer a soin de la petite écurie du roy, c’est à dire des chevaux dont le roy se sert ordinairement. Il commande aux pages et valets de pied de la petite Ecurie, etc. desquels il a droit de se servir ».

67 Anne d’Autriche (1601-1666), épouse de Louis XIII en 1615.

68 L’Infante Marie-Thérèse d’Autriche (1638-1683), épouse de Louis XIV en 1660.

69 « Valet de pied », c’est-à-dire qui suit son maître quand il va à pied. Pour cet accueil : Baldini (ff. 165-168).

70 Pour l’église de Saint-Croix : Baldini, f. 169.

71 Charles d’Escoubleau, marquis de Sourdis et d’Alluie.

72 Nom donné à des tribunaux civils et criminels jugeant en première instance, établis par Henri II en 1551 et supprimés en 1792.

73 « Prévosté », résidence du prévôt, officier royal.

74 Employés laïques subalternes d’une église.

75 Bâtons à tête d’or ou d’argent qu’on portait dans certaines cérémonies.

76 Membres d’un corps (l’université) chargés de certaines fonctions pour le service de ce corps.

77 Baldini f. 171 v : « situato in una bella strada ».

78 Baldini f. 172v.

79 Soupe faite de pain, d’eau et de beurre bouillis ensemble ; on ajoute souvent du lait et un jaune d’œuf.

80 Plat de viande coupé en morceaux cuit dans une sauce épicée.

81 Ravizza (ff. 77r-77v) : « Andò a pigliar aria in una villa, chia-mata Nepti due leghe lontano da Orléans spettante al Maresciallo del logi del Re [M. Déscures] dove sono lunghi viali coperti di alberi, giardini ben disposti, e si videro anche trè isole in mezzo ad un fiume detto Sorse ».

82 Pithiviers, localité située à 48 km au nord d’Orléans et à 90 km de Paris.

83 Voir note 23, ici même.

84 Ravizza (ff. 78v-79r) : « Casa d’un particolare molto commoda di dove si godeva la vista d’un bellissimo parco e pomaro contigui. [...] Si aspettò il pranzo più hore le quali si passarono in discorsi, e nel leggere la descrittione d’alcune fortezze d’Alemagna, le piante delle quali erano ligate in due libri trovati nell’alloggiamento. Il 26 il Sr. cardinale si portò alla Collegiata, dove doppo udita la Messa nell’Altare maggiore, ornato di statue di marmo, e di rilievo, che lo rendono assai bello e maestoso, diede le benedittione al Popolo ».

85 À Nemours sont dédiés deux dessins de Canini (Chigi F.VIII.191, f. 55, « a dì 29 giugno » ; f. 56, « a dì 30 giugno »). Baldini (f. 188) : « La città è piana con buone strade, ha un ponte sopra il suo fiume ».

86 Bensogne (1663, f. 212) cite M. de Chabenat-Bonœil, introducteur des ambassadeurs, au semestre de janvier 1664 (payé 600 livres) et M. Giraut « qui sert toute l’année (1200 livres) : Lors qu’un ambassadeur vient à l’audience, quand il descend de carrosse dans la cour du Louvre proche le principal escalier, le grand maître ou le maître des cérémonies, etc. le reçoit et prend la droite ; l’introducteur des ambassadeurs se met à la gauche, et montent ensemble de la sorte, jusqu’à la porte de la salle des gardes, où le grand maître, ou bien le maître des cérémonies quitte sa place au capitaine des gardes, et va devant avertir Sa Majésté ». Le sieur Girault, aide des introducteurs des ambassadeurs, tels que M. de Bonneuil, est cité beaucoup de fois dans J. Rousset de Missy, Le Cérémonial diplomatique des cours d’Europe, Amsterdam, 1739.

87 François-Honorat de Saint-Aignan de Beauvilliers (1607/101687), comte et duc (1663), membre de l’Académie royale, poète et auteur de comédies ; en qualité de premier gentilhomme de la chambre du roi, il eut la charge d’organiser les Plaisirs du roi, une activité qui lui permit de devenir l’influent protecteur de nombreux artistes. Bensogne (1663, f. 199) : « les préférez [..] sont les grands officiers nécessaires pour le service, comme le capitaine des gardes, le premier gentilhomme de la chambre, & le gr. chambellan. Mais comme il est bien difficile d’établir au vrai les rangs de ces grands, puisque les rois même laissent toujours indécises ces disputes de préséance, nous ne nous en expliquerons pas davantage ».

88 Jacques-François de Hautefort (1610-1680), III marquis de (1640-1680), maréchal de camp, seigneur d’Hautefort en Dordogne où il restaura un château et fît bâtir un hôpital.

89 Philippe d’Orléans, frère de Louis XIV.

90 Philippe de Clerembault (1606-1665), comte de Pallau, maréchal de France (1653).

91 Henriette-Anne d’Orléans (1644-1670), duchesse de, femme de Philippe d’Orléans, frère du roi, dite Madame (voir note 61).

92 Benigne Dauvergne de Saint-Mars (1626-1708), mousquetaire à la première compagnie de la garde, brigadier, maréchal de logis en 1664. En décembre 1664, sur la recommandation de d’Artagnan, son capitaine, avec qui il avait participé à l’arrestation de Nicolas Fouquet, il obtint le commandement du donjon de Pignerol (jusqu’à 1681).

93 Probablement Alphonse de Moreuil, chevalier, seigneur de Liomer, Brucamps et Brocourt, premier écuyer du prince de Condé.

94 Jacques de Souvré (1600-1670), ambassadeur et commandeur de l’Ordre de Malte, appartenait aux chevaliers de la Langue de France, entré comme chevalier de Malte au grand prieuré de France en 1605. En 1665, il commanda à Bernin un projet pour le quartier du Temple à Paris.

95 Anne de Beauvillier de Saint-Aignan, abbesse de La Joye, fille de François–Honorat, premier gentilhomme de la chambre du roi. M. Ravizza se rendit à Fontainebleau le 29-30 juin et le 2 juillet en compagnie de M. de Montausier et M. Bonneuil, introducteur des ambassadeurs, pour traiter l’endroit où aura lieu l’audience officielle de Louis XIV avec le légat et l’entrée solennelle du cardinal Chigi à Paris (Ravizza, ff. 80v-86r). Alexandre VII refusa de concéder à Louis XIV les privilèges souhaités (voir note 60, ici même) et l’audience se tint à Fontainebleau.

96 C’est-à-dire l’orfèvrerie employée pour la messe.

97 Patène que le prêtre donne à baiser pendant la messe en disant : « pax tecum ».

98 « Bailla », c’est-à-dire « Il la mit en main ».

99 Tiberio Fiorilli (1608 -1694), dit Scaramouche, l’acteur Ita-lien qui créa ce personnage, un mélange des types italiens et espagnols. Fiorilli partagea avec la troupe de Molière (dont il était l’ami) le théâtre du Petit-Bourbon, et le théâtre du Palais-royal.

100 Louis-Hugues de Lionne (1646-1708), fils du secrétaire d’État, Hugues, qui mourut en 1671 laissant sa charge à son fils. Mais Louis-Hugues ne fut pas jugé assez compétent par Louis XIV qui le força à renoncer à cette charge en échange de celle, bien moins importante, de maître de la garde-robe et d’une compensation financière.

101 Claude-François de Marode (Mérode), ambassadeur et défenseur du Catholicisme à Londres et à Copenhagen.

102 Le 29 et le 30 juin Mgr Ravizza est à Fontainebleau pour négocier l’entrée du légat (Ravizza, ff. 80v-86r).

103 Corbeil-Essonnes est une localité à 28 Km au sud-est de Paris ; elle était située sur l’importante route royale de Paris à Fontainebleau et disposait alors d’un relais de poste et d’hôtels pour les voyageurs.

104 Gabriel de Rochechouart (1600-1675), marquis puis duc de Montemart, père de Madame de Montespan, était un des quatre premiers gentilshommes de la chambre du roi avec le comte du Lude, le duc de Créquy, et le comte de Saint-Aignan. Leurs charges sont indiquées par Bensogne 1663, ff. 53, 58. Leur rémunération était de 3500 livres par an.

105 Le comte du Lude, voir note 104. Fontainebleau est à 18 Km au nord de Nemours.

106 Louis de Béthune, comte de Charost (1605-1681), capitaine des gardes du corps du roi ; Bensogne (1663, f. 123) : « Les capitaines des quatre compagnies des gardes du corps sont M. le comte de Noailles [...], etc. les trois autres, M. le duc de Trésmes, M. le maréchal d’Aumont, M. le comte de Charrost. Ils ont chacun 1460 livres de gages et 2000 livres de pension [...]. M. le marquis de Charrost, son fils, est reçu en survivance [il hérite la charge]. On donne ordinairement aux capitaines des gardes pour marque de leur charge, deux bastons d’ébène, qui ont les pommeaux d’ivoire, passez en sautoir derrière l’écu de leurs armes ».

107 Bensogne (1663, ff. 143-144) : « Le chef et capitaine-colonel des cent Suisses du corps, est à présent Messire François René du Bec-Crespin, marquis de Vardes, chevalier des ordres du roy, gouverneur d’Aigues-Mortes, etc. Il porte pour armes de sa maison, comme étant parent du Prince de Monaco, fuselé d’argent et de gueules [..]. On lui donne ordinairement deux bâtons noirs passez en sautoir derrière l’écu de ses armes, dont le pommeau et le bout sont d’ivoire : et à la différence des capitaines des gardes du corps françois [...] le capitaine colonel des cent gardes suisses du corps ordinaires du roy marche toujours devant le roy ; & le capitaine des gardes du corps françois, derrière : si bien que d’un côté et d’autre, ils couvrent tous deux la personne de Sa Majesté ».

108 Bensogne (1663, f. 194) : « Le grand maréchal des logis, est Monsieur le marquis de Froullée, chevalier des ordres du roy. Il a 3000 livres de gages. La fonction de sa charge est de faire marquer tous les logis par les maréchaux des logis et fourriers du roy, tant pour Sa Majesté que pour toute la cour ».

109 La duchesse de Navailles est dame d’honneur de la reine, et l’épouse de Philippe de Montaut de Benac.

110 Julie Montausier d’Argennes (1607-1671), fille de la marquise de Rambouillet, protagoniste de la vie culturelle et de cour, gouvernante du Dauphin, femme de Charles de Saint-Maure, duc de Montausier (voir note 5).

111 Paul Philippe Hardouin de Beaumont de Péréfixe (16061671), évêque de Rodez, puis archevêque de Paris. Le rapport du 5 juillet est absent aussi dans Baldini. Ravizza écrit : « Si giunse qui [à Vincennes] à quindici hore essendosi veduti per la strada villaggi e viali simili apunto à quelli che conducono alla Riccia [Ariccia] e Genzano con casini molto belli e nobili, particolarmente lungo il fiume Senna che passa poi per Parigi » (f. 92r).

112 Voir note 8 ici même. Ravizza (f. 93) note : « Doppopranzo andò incognito à san Germano [Saint-Germain-en-Laye], casa di campagna del Rè discosto da Vincenna 4 leghe. Si passò per Madrid, palazzo fabricato dal Rè Francesco primo, chiamato così per sodisfare secondo certa favola del volgo al giuramento di ritornare in Madrid quando non rimanessero adempite le conditioni della pace tra lui e Carlo quinto. L’architettura di esso in quei tempi era sufficientemente bella, ma hoggi è mal ridotto, e rovinoso, non andandovi più il Ré a dimorare ».

113 René de Longueil (m.1677), marquis de Maisons, président de la cour des aides, propriétaire du château réalisé par François Mansart.

114 Pour St.-Cloud, voir note 61 ; Ruel avait été la résidence préférée du cardinal Richelieu (A. Gady, Jacques Lemercier, architecte et ingénieur du roi, Paris, 2005, p. 340-351).

115 Marie-Madeleine d’Aiguillon de Vignerot du Pont-de-Courlay (1604-1675), dame de Combalet, puis duchesse d’Aiguillon, la nièce et héritière universelle du cardinal de Richelieu.

116 Pierre du Cambout de Coislin, abbé de St. Victor et de St.Jean d’Amiens, Prieur et seigneur d’Argenteuil, de Long Pont, premier aumônier du roi, au premier rang après le grand aumônier, le cardinal Antonio Barberini, en l’absence duquel il assuma ses mêmes fonctions. Ses gages se montaient à 1200 livres (Bensogne, 1663, f. 10).

117 Probablement François Tallement (1620 ca-1693), membre de l’Académie française, frère de Gédéon Tallemant, l’auteur des Historiettes. En 1664, il est un de sept aumôniers du roi (Bensogne 1663, f. 10) : « [les aumôniers] doivent se trouver au lever, au dîner, et à la messe, où le roy leur donne ses gants et son chapeau en garde. Puis au souper et à son coucher, pour y faire les cérémonies ci-dessus expliquées, comme d’ouvrir la nef sur table et de l’ôter à la fin du repas. Ils ont de gages 300 livres. Ils prêchent en rochet, soit devant le roy ou autre part ; ils communient le roy. Ils vont rendre les pains-bénits. Ils délivrent aussi les prisonniers ».

118 Bensogne 1663, f. 11 : « docteur de la Sorbonne ».

119 Baldini, ff. 219v, 220, 221r; Ravizza, f. 96v.

120 Bensogne (1663, f. 165) cite M. de Broussin entre « les capitaines et officiers des gardes françois ».

121 La femme de Henri Albert de Cossé (1645-1698), IV duc de Brissac, grand panetier (un de « servants » qui sont à la table du roi ; 300 livres de gages, Bensogne, 1663, f. 30).

122 Les 15 et 19 juillet, le légat se rend « incognito » à Paris « à riconoscere e destinare i regali portati alle persone reali » (Ravizza, ff. 100, 103). Marie de Hautefort (1616-1691), dame d’honneur d’Anne d’Autriche, deuxième femme de Charles de Schomberg (1646), maréchal de France, mort en 1656.

123 Peut-être la femme de M. de Chaumont, conseiller d’État qui était à la garde du cabinet des livres du roi au Louvre.

124 Henri de Lorraine (1601-1666), comte d’Harcourt, général des armées, Pair et grand écuyer de France ; sur les nombreuses fonctions administratives et les prérogatives du grand écuyer : Bensogne 1663, ff. 89-98.

125 Marie Gigaut de Bellefonds (1623-1698), femme de Pierre de Bellefonds, marquis de Villard (1624-1698), lieutenant général, ambassadeur extraordinaire et conseiller d’État. Elle demeura à la cour d’Espagne et entretint une correspondance avec Madame de Coulanges.

126 Louis de Rohan a la charge de grand veneur : « [qui] donne les provisions aux autres officiers de la Vénerie » (Bensogne 1663, f. 216).

127 Madame d’Aiguillon ; voir note 115.

128 Anne Poussard de Fors (1622-1684), femme de Jean-Armand Richelieu Vignerot Du Plessis, neveu du cardinal de Richelieu, grand général des galères de France, collectionneur ; il dilapida la fortune de sa famille.

129 La femme de Henri de Berhinghem (1603-1692), originaire des Pays-Bas, protestant converti au catholicisme, premier écuyer des petites écuries de Louis XIII.

130 César Du Plessis-Praslin (1598-1675), maréchal de France pour ses victoires en Italie, surintendant de la maison de Monsieur.

131 C’est-à-dire les Parlements du royaume, juridictions statuant souverainement en dernier ressort. Ils fonctionnaient comme des cours d’appel et de cassation, à la fois civiles et criminelles.

132 La place du Trône, sur la route pour Vincennes, lieu de l’entrée triomphale à Paris de Louis xiv et de la reine Marie-Thérèse, après leur mariage en 1660.

133 Voir note 103.

134 Soisy-sur-Seine à 6 Km de Corbeil.

135 Petit-Bourg, situé sur la Seine aux environs d’Essonne. Le château du xviie siècle fut transformé par François Mansart (1648) pour Louis Barbier, abbé de la Rivière, aumôner de Gaston d’Orléans. Les spectaculaires jardins avaient été réalisés vers 1640 pour Jean Galland, un des secrétaires du roi, propriétaire du château depuis 1634 (François Mansart, op. cit., p. 219-21).

136 Hugues de Lionne (1611-1681), secrétaire d’État aux Affaires Étrangères. Collaborateur de Mazarin et ambassadeur en 1654, il assista à Rome à l’élection du pape Alexandre VII. En 1659, il fut le négociateur du traité des Pyrénées qui clôt la guerre de Trente Ans. Le 3 avril 1663, il fut nommé secrétaire d’État aux Affaires Étrangères, charge qu’il garda jusqu’à sa mort le 1er septembre 1671.

137 M. Passavant, sieur des Closeaux, maréchal de logis du roi (Bensogne, 1663, f. 194).

138 En qualité de auditeur de M. le légat, M. Ravizza assistait aux rencontres officielles aussi pour en contrôler la cohérence avec les accords de la paix de Pise.

139 La femme de M. le Bailleul, un de dix-sept écuyers du roi.

140 Introducteur des ambassadeurs, voir note 86.

141 Vaux-le-Viconte, la prestigieuse demeure de Fouquet.

142 Henri de Lorraine (1601-1666), comte d’Harcourt, grand écuyer de France, voir note 124.

143 Melun, localité située à 41 km au sud-est de Paris et à 18 Km de Fontainebleau, dans un méandre de la Seine.

144 Philippe d’Orléans, frère du roi.

145 Nicolas de Neufville de Villeroy, maréchal de France, voir note 12.

146 Pierre de Gondi (1602-1676), duc de Retz, seigneur de Machecoul, comte de Joigny, marquis de Belle-Île, marquis de La Garnache, baron de Mortagne et de La Hardouinaye, pair de France, et général des galères de France. Il fut le frère aîné du cardinal de Retz, et le neveu de Jean-François de Gondi, premier archevêque de Paris.

147 César Du Plessis-Praslin (1598-1675), surintendant de la maison de « Monsieur », le frère du roi ; voir note 130.

148 Probablement Anne-Marie-Louise d’Orléans (1627-1693), la « Grande Mademoiselle », duchesse de Montpensier, fille de Gaston-Jean-Baptiste d’Orléans et de Marie de Bourbon, cousine germaine de Louis XIV.

149 M. le comte du Lude, chevalier des ordres du roy, un des quatre premiers gentilshommes du roi, avec M. le duc de Mortemar, M. le duc de Crequy, M. le comte de St. Aignan, avec 3500 livres de gages par année (Bensogne, 1663, ff. 53-54), capitaine de la maison royale de Saint-Germain-en-Lay (voir note 104).

150 Hôtel de la Renaissance, rue Francs-Bourgeois dans le Marais, agrandi aux xviie et xviiie siècles.

151 Tel est le titre de la gravure BNF, Département des estampes et de la photographie, Collection M. Hennin 4293 : L’Audience donnée par Sa Majesté en son chasteau de Fonteine-belleau, à Monseigneur le cardinal Chigi, légat en France pour l’exécution du traitté de Pise en présence des Princes et seigneurs de la Cour, avec les cérémonies observées à son entrée dans Paris, Almanach royal pour l’année M. DC. LXV, A Paris chez Pierre Landry et chez Nicolas Langlois. Voir aussi la gravure L’audience royale donnée à Monseigneur Le cardinal légat à Fontainebelleau [sic], à Paris, chez Nicolas Poilly (BNF, Département des estampes et de la photographie, Collection M. Hennin 4294) ; del Pesco, La légation.., note 70). L’audience est représentée par une tapisserie de la tenture de l’Histoire du roi, réalisée aux Gobelins (Mobilier National, Paris, GMTT95/1, première version, 1665-1672). Dans le cartouche inférieur on lit : « Audience donnée par le roy Louis xiv à Fontainebleau au cardinal Chigi, neveu et légat a latere du pape Alexandre vii, le xxix juillet MDCLXIV pour la satisfaction de l’injure faite dans Rome à son ambassadeur ». Voir aussi Ravizza, ff. 118r-121r.

152 Gabriel de Rochechouart (1600-1675), marquis puis duc de Montemart, un des « quatre premiers gentils-hommes de la chambre du roi », voir note 104.

153 Archives du Ministère des Affaires Etrangères, Correspondance de Rome, 164, ff. 95v-96r. : « Le lendemain 29.e jour destiné à l’audience publique, M. le comte d’Harcourt fut prendre M. le légat à son appartement et le conduisit en la chambre de Sa Majesté [...]. Le roy le receut auprès de la porte de sa chambre et prenant la main droite sans compliment le conduisit à sa ruelle, commandant au Sr Bloin lorsq’il entra dans la balustre d’apporter une chaise pour M. le légat toute pareille à la sienne qui estoit de velours en broderie d’or. M.rs les gentilshommes de la chambre et Mr de la garde-robe estoient à l’accoutumée derrière la chaise de Sa Majesté. M. le légat dit quelque chose à Sa Majesté que personne n’entendit [...] après quoy mettant son bonnet à la main que Sa Majesté eut peine à lui faire remettre, il commença à réciter les termes du traité d’un ton si haut que toute l’assistance les entendoit ».

154 Celui qui porte la croix dans les cérémonies de l’Église catholique.

155 Le texte est rapporté dans D. del Pesco, La légation... cit., p. 476-477.

156 Anne de Noailles, capitaine de la compagnie écossaise des Gardes du roi (Bensogne, 1663, f. 122 : « comte de Noailles [...], Capitaine de la Compagnie Ecossaise, qui est la Colonelle, la première & la plus ancienne de toutes. Il a de gages 2200 livres et 2000 livres de pension »).

157 Gabriel de Rochechouart (1600-1675), marquis puis duc de Montemart, voir note 104.

158 Louis de Béthune, comte de Charost (1605-1681), capitaine des gardes du corps du roi (Bensogne, ibid.), voir note 106.

159 D’après La Gazette (Recueil des gazettes nouvelles, ordinaires et extraordinaires, 1664, p. 763-764) nous apprenons que : « Son Eminence, ainsi qu’à son entrée, estoit vestue d’une soutaine rouge, en rochet et camail, avec le bonnet en teste ; et ses pages et estafiers avoient des habits de drap violet chamarrez de galons d’or veloutez de soye, avec des pourpoints de brocart d’or à fleurs de soie violette, les premiers ayans des manteaux de velours de mesme couleur et les autres des casaques de drap doublées de pareil brocart, et tous une infinité de rubans et de plumes. Ils alloyent à la teste de la noblesse de la suite de Son Eminence, qui avoient aussi des habits brodez d’or et d’argent avec fort beaux bouquets des plumes ; après quoy marchoit le porte croix vestu de violet et à sa gauche le maistre de cérémonies du cardinal légat, qui estoit immédiatement précédé de celui qui prenoit son chapeau rouge et de divers prélats avec pareils habits. Le roy, superbement vestu, mais qui paressoit beaucoup plus par sa haute mine et son air tout majestueux que par la pompe et l’éclat de ses habits, estant accompagné des principaux de la cour, alla au devant de Son Eminence jusque auprès de la porte de sa chambre ; et, après y avoir receu son compliment, la conduisit en la ruelle de son lit, où il la fit seoir dans un fauteuil et, s’estans couverts, elle lui parla dans les termes portez en l’article du traité de Pise, en sorte que Sa Majesté fut très satisfaite. Ensuite Sa dite Majesté la reconduisit jusque à la mesme porte de sa chambre ».

160 Anne d’Autriche (1601-1666), fille de Philippe iii d’Espagne et de Marguerite d’Autriche, épouse de Louis xiii, roi de France. Dans BAV, Chigi E.II. 37, I parte, f. 312v il y a un petit plan du cabinet de la reine dessiné par Sebastiano Baldini.

161 Marie Thérèse d’Autriche (1638-1683), fille de Philippe IV d’Espagne et de Elisabeth de France, fille d’Henri IV, mère du Dauphin, Louis (1661-1711).

162 Dans Baldini (BAV, Chigi E.II. 38, f. 253) figure un petit dessin qui reproduit la disposition des sièges du légat et de Philippe d’Orléans par rapport à la porte de la chambre.

163 Armand-Charles de Mazarin de la Porte (1632-1713), duc de La Meilleraye, neveu de Richelieu, devenu duc de Mazarin, dont il fut l’héritier, par son mariage en 1661 avec Hortense Mancini, niève du cardinal, qui, fave à la jalousie et aux intepérances du mari, quitta Paris pour Rome en 1668. Lieutnant général et gouverneur de l’Alsace, de La Ferté du château de Vincennes.

164 Pour M. et Madame de Montausier (Julie d’Argennes), voir notes 5 e 110.

165 Marie-Claire de Bauffremont (1618-1680), comtesse de Fleix, marquise de Senecey, première dame d’honneur de la reine mère

166 Marguerite d’Apchier (m. 1708), seconde femme (1660) de François Ier de Crussol (1604-1680) qui contribua à l’annexion du Roussillon à la France (traité des Pyrénées). Il figura, avec la duchesse d’Uzès, au mariage du roi Louis XIV avec l’infante Marie-Thérèse sur les bords de la Bidassoa, en 1660

167 Nicolas de Neufville de Villeroy, maréchal de France, voir note 12.

168 La Princesse d’Élide de Molière, comédie galante mêlée de musique et d’entrées de ballet, représentée pour la première fois à Versailles, le 8 mai 1664, et puis au théâtre du Palais-Royal le 9 novembre 1664 par la troupe de Monsieur, le frère du roi.

169 Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart (1640-1707), marquise de Montespan, connue comme madame de Montespan, la favorite de Louis XIV (1667-1674). Arrivée à la Cour de France grâce à l’intervention d’Anne d’Autriche (et à la tante de Françoise de Montespan, Anne de Rochechouart de Mortemart), la jeune fille fut attachée au service d’Henriette d’Angleterre, ce que lui permit d’entrer en contact avec Louis XIV.

170 Marie Charron de Ménars (1630-1687), épouse de Jean-Baptiste Colbert.

171 Voir note 156.

172 Pierre Séguier (1588-1672), chancelier de France.

173 L’Hôtel de Bourgogne désignait jusqu’au xvie siècle la résidence des ducs de Bourgogne à Paris. Il fut un des principaux lieux de représentation théâtrale parisiens. La tour Jean-sans-Peur (rue Étienne-Marcel) en est le seul vestige subsistant.

174 L’Othon est une tragédie de Pierre Corneille représentée pour la première fois en août 1664 à Fontainebleau, puis à l’Hôtel de Bourgogne le 5 novembre de la même année. Ravizza : « Il re condusse la sera S. Em.za a sentire comedia » (f. 125v).

175 Marguerite-Marie de Cossé-Brissac (1648-1708), duchesse, femme du duc François de Neufville de Villeroy (1644-1730) qui sut conserver la faveur royale malgré de nombreuses défaites militaires.

176 Marguerite Cambout de Pontchâteau, femme de Henri de Lorraine, comte de Harcourt (Bensongne, 1663, f. 51).

177 Cécile-Élisabeth Hurault de Cheverny, marquise de Mont-glas, femme de François de Paule de Clermont (1620-1675).

178 Marguerite Le Tellier de Louvois (†1711), femme de Nicolas Neufville de Villeroy, marquis et duc en 1663, maréchal de France.

179 Voir note 78 dans D. del Pesco, La légation... cit.

180 Pour l’identification des tableaux, voir D. del Pesco, La légation, cit., notes de 114 à 125.

181 Lucques en Toscane.

182 Philippe-Charles d’Orléans, le fils de Philippe d’Orléans et de Henriette-Anne d’Angleterre, né le 16 juillet 1664 pendant la légation du cardinal Chigi (mort le 8 décembre 1666).

183 Le 2 août Baldini rapporte que le légat assista à la comédie italienne L’avarizia di Scaramuccia (f. 267v) ; il ne cite pas les présents du cardinal : au f. 282r et v, sous le titre « Regali del Legato a S[ua] Maestà », la page est en blanc ; au f. 283 on lit : « L’elenco dei regali del re al seguito del cardinale ».

184 La chapelle de la Trinité du château de Fontainebleau, décorée par Martin Fréminet (1567-1619), un peintre de la seconde École de Fontainebleau (Baldini, f. 267 v).

185 M. Cossé de Brisac. Le menu du festin est rapporté par Ravizza (f. 129).

186 Officier qui sert à boire à un grand personnage. En 1663, M. le marquis de Crénan (Bensogne, 1663, f. 30).

187 En 1663, le marquis de Vandeuvre (ibid.). Les trois officiers cités par Chantelou intervenaient aux grandes cérémonies.

188 A. Furetière, Dictionnaire universel, II éd., vol. 2, Paris, 1701, sub voce : « nef, se dit aussi d’un vaisseau qui a quelque ressemblance à une petite nef [bateau] qu’on sert par grandeur sur un bout de la table du roi, où l’on enferme sa serviette, ou ce qu’on met avec son couvert ».

189 M. Honoré Parfait, sieur de la Saussaye, contrôleur général, officier contrôlant toutes les dépenses qui se font dans la maison du roi.

190 Bensogne, 1663, f. 21, cite Langlois parmi les douze maîtres d’hôtel servants par quartier, le même rôle que Chantelou.

191 La tragédie de Corneille fut représentée la première fois le 24 janvier 1659 à l’Hôtel de Bourgogne. Elle marque le retour de Corneille au théâtre, à la demande insistante de Nicolas Fouquet.

192 Bensogne, 1663 (f. 234) cite M. d’Aligre sous la charge de « trésorier des menus plaisirs ».

193 Baldini, f. 274r et v.

194 Baldini (ff. 277v-280v); Ravizza (ff. 130-131). Dans Chigi 1663 E.II. 37, I parte, f. 314v figure un petit plan de la salle des-siné par Sebastiano Baldini.

195 Voir note 184.

196 Le compositeur Henry Dumont (1610-1684), nommé en maître de la Chapelle royale.

197 Catherine Neufville de Villeroy (1639-1707), la femme de Louis Armagnac de Lorraine.

198 Marie-Marguerite-Ignace de Lorraine, fille de Charles II de Lorraine et de Catherine-Henriette de France.

199 La femme de Charles iii, duc de Créquy, maréchal de France, ambassadeur à Rome en 1662, à l’époque de l’affaire des Corses.

200 Madeleine Fabry, la femme de Pierre Séguier.

201 La femme de Antoine iii de Gramont, conte de Guiche, maréchal de France, en 1664 colonel du régiment des gardes François (Bensogne, 1663, f. 168).

202 « On appelle aussi courir les testes un exercice de manège où le cavalier perce plusieurs testes de carton qui sont à terre avec diverses sortes d’armes, tandis que le cheval galoppe » (A. Furetière, Dictionnaire universel, 1ère éd., La Haye, 1690, sub voce « teste »). Ravizza : « [Le légat] andò a vedere la giostra, cioè la corsa delle quattro teste, ed il Re fu il primo a giostrare seguito dà molti Principi, tra i quali il Marchese di Belfo [Belfort] che riportò la vittoria » (f. 132).

203 Baldini (f. 288 v) : « veramente fu bellissima, perchè i comici erano eccellenti e l’opera fu bizzarra intrecciata con intemedii di diversi balletti ».

204 Philippe d’Orléans, le frère de Louis XIV.

205 Baldini (ff. 288v, 289r) : « se n’andò a Vaux-[le-Viconte] luogo di delitie, 2 leghe distante da Fontanablò, aggiustato da Fouquet, dove dicono abbia speso alcuni milioni, sendo stato necessitato tagliar monti per condurci l’acqua, appianar valloni, si ammira bellissimo palazzo con appartamenti messi à oro, di fuori tutto di pietra bianca, circondato da acque, con una bellissima ringhiera di marmo all’intorno ; con fontane innumerabili ; con suppellettili degne d’un Rè ; con laghetti, cadute d’acque, viali lunghissimi di tutta perfettione ». Voir aussi Ravizza f. 133r et BAV, Chigi E.II. 37, I parte, f. 323r.

206 Il pourrait s’agir de la mère de M. le Bailleul, un des dix-sept écuyers du roi.

207 Ravizza, f. 133 : « il S. E. fu ricevuto alla porta dal Duca di q.to cognome con ogni dimostrazione di ossequio e di stima ». Le palais Mazarin se situe au cœur du lotissement des Fossés-Jaunes qui fut l’objet d’importantes opérations immobilières dans les années 1640 à 1680. Ce vaste quartier, voisin du Palais Royal, du Louvre, des Tuileries, rassemblait autour de leurs palais les clientèles des cardinaux Richelieu et Mazarin. L’hôtel Duret de Chevy fut le premier noyau du palais Mazarin. Baldini (f. 290v) décrit « la bellissima Galleria, che stà a piano terreno » avec la collection des tableaux et la bibliothèque du cardinal. À la proximité immédiate de ce palais fut édifié l’hôtel Bautru, construit par Louis Le Vau en 1634-37, modifié pour Colbert.

208 La description du Louvre et de la galerie des peintures de Baldini (ff. 291v, 292) est rapportée dans D. del Pesco, La légation... cit. p. 495-496. Ravizza écrit (f. 133) : « Il Louvre palazzo reale, il quale si fabbrica tuttavia con gran magnificenza ».

209 Nicolas II de Saintot (1632-1713), maître des cérémonies ; il exerce sa charge « aux solennités royales ayant en main le bâton de Cérémonie couvert de velours noir, le bout et le pommeau d’ivoire » (2000 livres de gages, Bensogne, 1663, f. 210).

210 Tel est le titre de BNF l’estampe de l’Almanach royal qui représente l’événement (BNF, Département des estampes et de la photographie, Collection M. Hennin 4294) : L’entrée magnifique du cardinal Chigi légat a latere envoyé en France par le pape Alexandre vii son oncle vers Louis XIV, roy de France et de Navarre, Almanach pour l’année M. DC. lxv, A Paris chez Jean Sauvé, voir aussi BNF, Département des estampes et de la photographie, Collection M. Hennin 4296, une gravure de Nicolas de Lamessin dont le titre est : « LA POMPEVSE ET MAGNIFIQVE ENTREE DE FLAVIO CARD.AL CHIGI / légat a Latere en France, faite à Paris le 9.e d’Aoust 1664 sous les auspices et par les ordres / de sa Maj.te tres-Chrestienne, où se voit son Eminence accompagnée de Mr le Prince de / Condé, de M.r le duc d’Anguien, précédée du clergé, de la ville, et de la Noblesse, et / suivie des prélats Italiens, et Evesques François ». (D. del Pesco, La légation... cit., notes 64-96).

211 Abbaye de fondation médiévale au cœur du Faubourg Saint-Antoine, sur la route du château royal de Vincennes, transformée en l’hôpital Saint-Antoine au xviiie siècle. Ravizza, ff. 133v-135r.

212 Picpus, quartier au sud-est de Paris.

213 Sorte de moire de soie à petits grains.

214 Pèlerine à capuchon.

215 Surplis à manches étroites.

216 « Derechef » c’est à dire « de nouveau ». Le cérémonial de l’accueil du Parlement avait été objet de négociation entre Mgr Ravizza et Hugues de Lionne, secrétaire aux Affaires Étrangères.

217 Guillaume Ier de Lamoignon (1617-1677), marquis de Bas-ville (1617-1677), magistrat, premier président du Parlement de Paris de 1658 à 1677.

218 René de Longueil, marquis de Maisons, président de la Cour des aides.

219 La Chambre des comptes de Paris était la jurisdiction souveraine spécialisée dans les affaires de finances.

220 La Cour des aides de Paris était une cour souveraine créée pour traiter les contentieux des finances extraordinaires (c’est-à-dire de nature fiscale) et des finances ordinaires (demaniales) relevant de la chambre du Trésor.

221 Ornement de tête en forme du faisceau de plumes qui orne la tête de certains oiseaux.

222 Marquis de Gamache ou Garnache, de la famille du premier « grand veneur du roi ».

223 Comte de Cossé de Brissac, « grand panetier de France ».

224 Voir note 146.

225 Probablement il s’agit de Louis Charles d’Albert de Luines (1620-1699), reçu au Parlement en qualité de pair de France (1639), pourvu de la charge de « grand fauconnier » (1643) et reçu chevalier des ordres du roi le 31 décembre 1661. Il vécut longtemps en intimité avec les solitaires de Port-royal, participa à la traduction du Nouveau Testament, traduisit en français l’œuvre en latin de Descartes et écrivit plusieurs ouvrages de morale et de piété.

226 Le Couvent de la Visitation-Sainte-Marie de la rue Saint-Antoine ; la façade de l’église fut réalisée par François Mansart (1632-34).

227 Voir note 97.

228 Charlotte-Élisabeth de Bavière (1652-1722), fille de l’électeur palatin Charles Ier, devient en 1671 la seconde épouse de Philippe d’Orléans, frère de Louis xiv (voir note 61) ; la princesse Palatine est Anne de Bavière (1648-1723), petite-fille de Frédéric v, fille d’Anne de Gonzague et cousine germaine de Charlotte-Élisabeth. Elle est l’épouse de Henri Jules de Bourbon-Condé (1643-1709), duc d’Enghien.

229 En 1664 le grand maréchal des Logis est Monsieur le marquis de Froulée (3000 livres de gages) ; « la fonction de sa charge est de faire marques tous les Logis par les Maréchaux des Logis et Fourriers du roy, tant pour Sa Majesté que pour toute la Cour » (Bensogne, 1663, f. 193).

230 Sens, ville située à environ 100 km au sud-est de Paris.

231 Melun, ville située entre Paris et Fontainebleau.

232 Brie-Comte-Robert, ville située à environ 15 km à sud-est de Paris, sur une voie différente, plus à l’est, que celle par Melun.

233 Nangy, environ 30 km au sud-est de Brie-Comte-Robert.

234 Troyes, ville située à 150 km au sud-est de Paris.

235 Baldini (f. 291) écrit que le légat alla incognito : « à Val di Gratie luogo il più sollevato della Città, dove la Regina Madre ha fatto fabbricare una bella chiesa alla moda italiana con un bel monastero di monache sotto la regola di S. Benedetto, ma ancora non era compito, né..alcuna suppellettile sopra né di altar maggiore, né per gli altari laterali » (8 aôut). Dès 1643 Anne d’Autriche, veuve du roi Louis xiii, et régente, avait été en condition de réaliser son vœu de rebâtir entièrement l’église et le monastère du Val-de-Grâce pour célébrer la naissance de son fils, le future Louis xiv. La reine demanda à François Mansart d’ajouter une église et un palais au couvent du Val-de-Grâce où elle se rendait fréquemment. Mais Mansart fut renvoyé un an après le début des travaux, et seule l’église fut construite en majeure partie selon ses plans. La raison de son renvoi fut sans doute le coût élevé des travaux (les travaux pour remblayer les galeries souterraines prirent du temps et de l’argent) et l’incapacité de Mansart à arrêter catégoriquement un seul projet. L’église est terminée en 1667 ; l’édification fut confiée successivement à Jacques Lemercier, Pierre Le Muet et enfin Gabriel Leduc (Cl. Mignot, Le Val-de-Grâce : l’ermitage d’une reine, Paris, 1994).

236 Le collège de Sorbonne, dédié à la théologie, fut fondé au xiiie siècle par Robert de Sorbon. Le cardinal de Richelieu, qui avait été élève au collège en 1606-1607, en devint le proviseur en 1622 après le décès du cardinal de Harley. Richelieu chargea son architecte, Jacques Lemercier, de reconstruire l’ensemble afin de répondre aux exigences et au goût de son époque (1635-1642) ; voir A. Gady, op. cit., Paris, 2005, p. 309-325.

237 La cathédrale Saint-Pierre et Saint-Paul (xiiie-xviie siècle).

1 BNF, ms. fr. 6143, f. 1-38v, signé : « Freard Chantelou » (une autre copie se trouve à la BNF, Mélanges Colbert, ms. 79, ff. 90r-119v). Flavio Chigi (1631-1693), fils de don Mario, frère du pape Alexandre VII, fut créé cardinal en 1657, cardinal neveu et secrétaire d’Etat. Après la mort de son père et de son oncle (1667), il fut actif dans la politique anti-française du Saint-Siège et il exerça son influence dans l’élection des papes Rospigliosi, Altieri, Odescalchi, Ottoboni e Pignatelli. Flavio rassembla un patrimoine de 4 millions et demi d’écus avec ses propriétés immobilières à Formello, Campagnano, Ariccia, Porto, Cetinale près de Siena et à San Quirico d’Orcia. Son mécénat fut remarquable surtout en architecture : chapelle « del Voto » du Bernin dans la cathédrale de Sienne (1660 sgg.), villa Versaglia à Formello, travaux du palais près de l’église des SS. Apostoli (1664) à Rome, conduits par Carlo Fontana. Il rassembla aussi une collection de tableaux, statues antiques et curiosités qui étaient exposés dans son palais de via Quattro Fontane à Rome, aujourd’hui pour la plupart à Dresde (L’Ariccia del Bernini, Rome, 1998 ; A. Angelini, M. Butzek, B. Sani (éd.), Alessandro VII Chigi, il papa senese di Roma moderna, Sienne, 2000 ; A. Angelini, Gian Lorenzo Bernini e i Chigi tra Roma e Siena, Sienne, 1998 ; F. Petrucci (éd.), Le stanze del cardinale, Rome, 2003 ; B. Cacciotti, La collezione di antichità del cardinale Flavio Chigi, Rome, 2004).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniela Del Pesco et Freard Chantelou, « Mémoire du traitement fait par la maison du roy à Monsieur le cardinal Chigi légat à Latere en France », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 123-2 | 2011, 513-547.

Référence électronique

Daniela Del Pesco et Freard Chantelou, « Mémoire du traitement fait par la maison du roy à Monsieur le cardinal Chigi légat à Latere en France », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 123-2 | 2011, mis en ligne le 20 mai 2014, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/mefrim/629 ; DOI : 10.4000/mefrim.629

Haut de page

Auteurs

Daniela Del Pesco

Facoltà di Lettere, Università de L’Aquila, d.delpesco@gmail.com

Articles du même auteur

Freard Chantelou

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals