Navigation – Plan du site
Varia

Un libellus liturgique du IXe siècle sur les vigiles des défunts contenant un fragment inédit (ms Vatican, BAV, reg. Lat. 314)

Warren Pezé

Résumés

Ce article complète l’édition par Jean Leclercq, à partir d’un manuscrit du Xe siècle, d’un ancien recueil de leçons pour les vigiles pour les défunts. Trois cahiers du manuscrit Vatican, BAV, reg. lat. 314, du IXe siècle, contiennent le même recueil, mais avec un fragment supplémentaire que l’on édite. Ce fragment supplémentaire contient les deux premières leçons du livre de Job pour les vigiles des défunts, ce qui en fait le témoin le plus ancien. Outre cette édition, cet article identifie de nouvelles sources au recueil. L’examen des variantes semble éloigner son lieu d’origine de la France méridionale et le rapprocher de la Francie septentrionale et de la Rhénanie. Enfin, les trois cahiers du manuscrit du Vatican forment à l’évidence un libellus liturgique parsemé de notes dont l’étude, esquissée ici, est du plus grand intérêt pour la pratique de la liturgie à l’époque carolingienne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Leclercq 1942.
  • 2 Sicard 1978, p. 154.

1En 1942, Jean Leclercq éditait un recueil de lectures pour les vigiles des défunts à partir d’un manuscrit du Xe siècle originaire de France méridionale (ms. Paris, BNF, latin 2833A, dorénavant P)1. Il faisait remonter ces leçons à la première moitié du IXe siècle, période où se constituait un office propre des défunts (l’antique usage romain, comme l’a montré Damien Sicard, était de chanter pour les morts les vigiles du jour sans alléluia2). Ces leçons se décomposent ainsi : 1. extraits du De cura pro mortuis gerenda d’Augustin, 2. leçon sur la résurrection, 3. leçon pour les défunts, 4. extraits du De cura pro mortuis gerenda d’Augustin, 5. oraison, 6. leçon pour les défunts, 7. extraits des Moralia in Job de Grégoire le Grand, 8. homélie pour les défunts.

  • 3 Ms. Vatican, BAV, pal. lat. 550 et Albi, BM, 34 (pontifical d’Aurillac).
  • 4 Sicard 1978, p. 150 ; Paxton 1990, p. 37-44.

2L’office des défunts se chantait, semble-t-il, la veille des funérailles puis les troisième, septième et trentième jours suivants. Il a pour tout premiers témoins des manuscrits de la fin du IXe siècle3. Les neuf leçons des nocturnes sont pour la plupart tirées du livre de Job, tout comme les leçons du service de prière sine intermissione qui prend place entre l’arrivée du défunt à l’église et le début de l’office et que décrivent les ordines defunctorum4. Les leçons publiées par Dom Leclercq se distinguent singulièrement de cette image, d’abord parce qu’on n’y trouve pas ces leçons de Job mais des extraits d’Augustin et Grégoire, ensuite parce qu’il contient une homélie populis praedicanda et d’autres textes de genre homilétique. Dom Leclercq assurait qu’il n’existe pas d’autre témoin d’une prédication pendant les vigiles des défunts que P. Celui-ci est lacunaire : la dernière homélie est interrompue par la fin du dernier folio (74v).

  • 5 Wilmart 1945, p. 190-2.
  • 6 Étaix 1979, p. 132.
  • 7 Salmon 1971, p. 30 (n°88). En revanche, ce manuscrit est ignoré par Gamber 1963. À se fier à Sicard (...)

3En cataloguant le fonds de la Reine, Dom André Wilmart avait remarqué que le manuscrit BAV, reg. lat. 314 (dorénavant V) contenait un mélange de leçons pour les défunts semblable à P5. Décédé en 1941, il n’a pas pu prendre connaissance de l’édition de Dom Leclercq, ni s’apercevoir que V permettait de compléter la lacune de P – en partie, car il manque aussi à V la toute fin du recueil. Jean Leclercq, à cause des circonstances de la seconde guerre mondiale, ne cite pas V. Il est revenu à l’abbé Raymond Etaix de faire remarquer, en 1979, que ce dernier était plus ancien et plus complet que P6. Il n’a malheureusement pas publié la suite du recueil et son appel ne semble pas avoir été entendu. Je n’ai pas pu retrouver d’édition de ce fragment, ni même d’étude sur la version vaticane du recueil. Il est cité par Pierre Salmon dans son catalogue des manuscrits liturgiques latins du Vatican, mais sans autre référence que le catalogue de Wilmart et sans édition7. Les lignes qui suivent n’ont d’autre ambition que d’éditer ce fragment manquant et de faire quelques remarques qui attireront sur ce manuscrit, je l’espère, l’attention des spécialistes de liturgie carolingienne.

  • 8 Cf. note 1.

4Ce n’est pas ici le lieu de reproduire en entier le texte édité par Dom Leclercq : ce article s’entend comme un complément à l’édition et au commentaire de ce dernier. Les pages qui suivent se rapportent à son édition en indiquant les numéros de ligne8.

Un libellus liturgique

  • 9 F. 70v : hic est liber sancti maximini.
  • 10 Barlow 1938, p. 103 ; Thomson 1979, p. 315 ; Billanovich 1993, p. 150.
  • 11 Wilmart 1945, p. 189.

5V est un recueil disparate, de feuillets d’origines et d’époques diverses, relié à la fin du XVIe siècle. La collection de leçons pour les défunts est la huitième partie de ce recueil. Composé de vingt-deux folios (ff. 119-40), elle était complétée par un dernier cahier qui fait aujourd’hui défaut : les trois cahiers, un quaternion (ff. 119-26), un trinion (127-32) et un quaternion (133-40), devaient être complétés par au moins un cahier supplémentaire, le fragment édité en annexe 1 restant incomplet. Comme l’ont souligné André Wilmart et Raymond Étaix, l’écriture est du style de Tours. La première partie de ce recueil, un exemplaire du commentaire d’Hilaire sur Matthieu du XIe siècle, est originaire de saint Mesmin de Micy9. Une autre partie de ce recueil, qui contient un fragment du Querolus de Plaute (principale source de notoriété du manuscrit du Vatican), est originaire du même monastère10. La septième partie du recueil, un formulaire, contient des essais de plume sur saint Martin11. Les pièces du recueil semblent donc avoir été rassemblées dans la vallée de la Loire. Les marges des leçons ont été coupées pour être adaptées au recueil : elles ont les mêmes dimensions que la dernière partie du recueil (260/185 mm), alors que la surface de texte est différente (190/130 mm sur 24 lignes, contre 185/130 mm sur 35 lignes). Plusieurs notes marginales sont mutilées.

6Ce mélange de leçons pour l’office des défunts forme donc un libellus qui a été inséré tardivement dans V. Il y a tout lieu de penser qu’il s’agit d’un libellus liturgique utilisé lors des vigiles, et pas d’une copie de libraire. Les marges sont jonchées de notes de plusieurs plumes différentes. Une série de notes tironiennes développées (ff. 119v, 120r, 122v, 123r-v, 124r-v, 135v, 136r-v, 137r), d’une plume contemporaine (dorénavant M2), décrivent le contenu de certains passages (par exemple, f. 135v : quid faciendum sit pro defunctis) et y apportent des corrections de bon aloi (voir ci-dessous en annexe 2), ce qui montre que l’annotateur disposait d’un autre exemplaire. D’autres plumes carolingiennes, au moins deux, que je ne distingue pas dans la liste des variantes, ont ajouté à cela des corrections et des notes liturgiques (pour lectio en marge, des + disposés dans le texte aux endroits où commencer et finir de lire).

  • 12 Cf. Martimort 1992.
  • 13 Cf. Palazzo 1990.

7On trouvera en annexe 2 les variantes entre V et P et en annexe 3 les notes liturgiques de V. On peut en tirer quelques enseignements (dans les paragraphes suivants, toutes les allusions au texte se réfèrent aux numéros de ligne de l’édition Leclercq). Il est courant, depuis le Bas Empire, que des codex soient annotés en vue des lectures de l’office, et cet usage perdure à l’époque carolingienne12. Mais la composition de ce libellus, son format et ses notes montrent qu’il ne s’agit pas simplement d’un recueil de libraire annoté, mais d’un libellus liturgique destiné à être porté à l’ambon par le lecteur. Éric Palazzo a donné une définition de ces libelli liturgiques13. V y correspond : il s’agit d’un recueil indépendant de trois cahiers sans reliure propre, qui n’a pour objet qu’une action liturgique déterminée, les lectures de l’office. Le recueil ne contient en effet aucun texte relatif à la partie chantée des vigiles. Cet usage direct transparaît nettement dans les notes, qui découpent des lectiones dans le long texte du recueil. L’ajout en tête des leçons d’un fratres carissimi (228) ou d’un Domine (142, 155, 211) en fonction de l’énonciation ; quelques corrections qui dégagent des incipit (69, suppression du et ; 85, suppression du nisi) ; des instructions de lecture (finit, 240 et 300 ; hic incipe, 520) ne laissent pas de doute sur l’usage de ces feuillets à l’ambon et témoignent de la pratique liturgique courante des clercs carolingiens.

8Ce recueil ne fonctionne pas comme un ordo mais comme un corpus dont l’usage réclame une certaine préparation. Si habilement qu’aient été enfilées les diverses citations qui composent ses leçons, le texte est globalement illisible, ne serait-ce que parce qu’il est adressé tantôt à l’assemblée, tantôt à Dieu. Le passage même intitulé oratio par la rubrique a été découpé en tronçons, dont l’un servit manifestement de sermon puisqu’il s’est vu accoler un fratres dilectissimi en guise de captatio benevolentiae (228-40). Les croix et les notes servent à délimiter les passages recherchés. La variété des plumes et les doublets dans les annotations (l. 54, 69 et 128) montrent qu’il y a eu plusieurs sélections successives. Il s’agit donc d’une collection de sources dans laquelle le lecteur allait piocher les passages dont il avait besoin pour l’office, sans forcément respecter les rubriques.

9Prenons l’exemple de la lectio pro mortuis sive in vigilia defunctorum legenda, p. 27-30. Cette leçon voit succéder à une énonciation adressée aux fidèles (113, 115, 128, etc.) une énonciation adressée à Dieu (à partir de 142). L’annotateur a disposé un + lectio en 128, au commencement d’un passage adressé aux fidèles : his ergo monitis fulti divinis, oremus pro quibus orandum est… La croix suivante est disposée dans le texte quinze lignes plus bas, en 142, devant : unde te oramus Domine… C’est le point où l’énonciation est modifiée : l’annotateur a dégagé un extrait homilétique qu’il fait durer jusqu’au point où l’énonciation ne le permet plus. Ailleurs, les croix servent à dégager des clausules ou des doxologies, soit pour les repérer plus facilement, soit pour les exclure de la lecture (157, 258) : difficile de le savoir. Les sélections de leçons ont une taille relativement homogène de dix à vingt lignes, dont les quelques finit qu’on trouve parmi les notes permettent de se faire une idée sûre (228-240 ; 284-300).

10V fonctionnait donc comme un vivier dans lequel le lecteur puisait les lectures qui lui convenaient et qu’il repérait grâce à des annotations. Nous pouvons maintenant décrire le fragment inédit.

Fragment inédit

  • 14 Leclercq 1942, p. 36.

11Le fragment édité en annexe 1 se compose de deux parties. Il s’agit d’abord de la fin de l’homélie « à lire aux offices des défunts et à prêcher au peuple14 » (ff. 138v-140r). La fin de l’homélie est de la même veine que le début et reprend tout un passage du sermon 58 de Césaire d’Arles, ainsi qu’une oraison publiée par Germain Morin en annexe des œuvres de Césaire et passée dans le sacramentaire gélasien (voir infra). La finale de cette grande homélie – dont les rares passages originaux, entre deux remplois, insistent lourdement sur la nécessité d’offrir des aumônes, de faire célébrer des offices, de s’imposer des jeûnes pour les défunts (418-25 ; 533-5 ; 549-51 et voir annexe 1) – décrit le paradis comme un lieu de réfection totale dont l’obtention est conditionnée au renoncement au monde.

  • 15 Sicard 1978, p. 155 sqq.
  • 16 Ibid., p. 150.

12La seconde partie est le début d’un recueil de lectures du livre de Job dont V n’a conservé que les deux premières (Job 7, 17-21 ; 10, 1-10). Cette dernière rubrique impose une remarque : V est le tout premier témoin des neuf leçons du livre de Job pour les vigiles des défunts, détrônant en ancienneté le pontifical d’Aurillac, de la fin du IXe siècle au plus tôt (Albi, BM 34, f. 91v sqq). Cela permet, une fois de plus, de rendre plus ancienne la constitution du canon des lectures de Job dont il existe, si l’on suit Damien Sicard, deux familles. Notre manuscrit, dont la deuxième leçon de Job va jusqu’au verset 10 et non 7, se rapproche de la famille du manuscrit Palatin latin 55015. L’inspiration de Job était d’autant plus naturelle que le service de prière sine intermissione qui précédait l’office, assuré par un roulement entre frères de la communauté, donnait lieu lui aussi à des lectures de Job, comme l’assurent les ordines16 : le juste persécuté dont les fils avaient péri et qui proclamait sa foi en la résurrection offrait un bon modèle dans les situations de deuil. 

Sources du recueil

13P est donc la copie de libraire, sans annotation, d’un recueil dont V offre un témoin à la fois plus ancien (première moitié du IXe siècle, soit exactement la datation postulée par Dom Leclercq) et plus fidèle au modèle commun. On serait alors tenté de rapprocher l’origine du recueil même de celle de V, la vallée de la Loire. N’est-ce pas en France du Nord, au cœur de la renaissance carolingienne, qu’un tel recueil aurait pu voir le jour, plutôt qu’en France méridionale où l’on ne trouvait, au sud de Lyon, aucun centre intellectuel d’envergure ?

14Aux sources identifiées par Dom Leclercq pour le texte qu’il a édité, on peut ajouter les suivantes en y incluant celles qui figurent dans le fragment inédit :

L. 10-24 : Cyprien, Liber ad Demetrianum, 25 (Simonetti – Moreschini 1976, p. 51)

L. 124-5 : Ennode, Epistolae II, 20, Ennodius Constantio (Gioanni 2006, p. 76)

L. 392-401 : Léon le Grand, Sermo 65, 5 (Chavasse 1973, p. 399)

L. 413-8 : Ennode, Epistolae, VIII, 34, Portiano abbati (PL 73, col. 144)

L. 457-84 : Grégoire le Grand, Epistolae, IX, 219, ad Aregium episcopum Vapincensem (Hartmann 1899, p. 210-11).

L. 492-4 : Ennode, Opusculum sextum. Paraenesis didascalia ad Ambrosium et Beatum (PL 63, col. 253)

L. 497-532 : Bède, De temporum ratione, 70-1 (Jones 1977, p. 541)

  • 17 Leclercq 1942, p. 20, note 3.
  • 18 Étaix 1979, p. 139-40.
  • 19 Guarienti 1953, p. 244.

L. 546-8 : passage identifié par Dom Leclercq dans le sermonnaire de Beaume17, édité par R. Étaix comme texte original18, mais cité par Thomas d’Aquin dans la Catena aurea in Lucam sous le nom de Jean Chrysostome19 : ni l’éditeur de la Catena aurea ni moi-même n’avons pu retrouver de quelle œuvre du Chrysostome latin il s’agissait.

(Fragment inédit :)

Césaire d’Arles, oraison Te Domine (Morin 1942, p. 127)

Césaire d’Arles, sermo 58 (Morin 1953, p. 254-8)

  • 20 Morin 1953, p. LXXXVII sqq.
  • 21 Cf. Jones 1977, p. 541. Le manuscrit de Saint-Gall est le témoin F de l’édition de Jones. Ces varia (...)
  • 22 Vezin 1982 : l’auteur montre que les monastères alamans, dont Saint Gall, mais Reichenau en particu (...)
  • 23 On connaît le rôle de Moengal dans l’approvisionnement du monastère en livres originaires d’Italie (...)
  • 24 Lehmann 1941, p. 225.
  • 25 Hartmann 1899, p. XIV-XV. Il s’agit des codex Cologne, Dombibliothek, 92 ; Vatican, BAV, pal. lat. (...)

15Voilà le texte pourvu de quelques sources supplémentaires. Quelles leçons pouvons-nous en tirer ? Le sermon de Césaire était connu par au moins huit témoins manuscrits dispersés dans toute l’Europe du IXe siècle, ce qui ne nous avance pas20. En revanche, le recueil présente des leçons communes assez décisives avec un des témoins du De temporum ratione de Bède (traité lui aussi répandu dans l’Europe entière dès le début du IXe siècle), le manuscrit Saint Gall, Stiftsbibliothek, 25121 : mais Saint Gall entretenait des rapports étroits tant avec la France du nord22 qu’avec l’Italie du nord23 ou Fulda24. Le recueil présente des leçons d’une parenté tout aussi décisive, pour ce qui regarde la correspondance de Grégoire le Grand, avec la Collectio ducentarum epistularum : les trois codex les plus précoces sont originaires de Germanie et de France du nord25.

  • 26 Cf. Gioanni 2006, p. CLIV-CLVII ; voir aussi la bibliographie rassemblée par Fuhrmann 1999, p. 187, (...)

16En somme, toutes les œuvres citées (Bède, Cyprien, Grégoire le Grand, Césaire, Jean Chrysostome) sont parmi les plus répandues de la renaissance carolingienne. Seul Ennode se détache de ce peloton, lui dont la correspondance n’a que deux manuscrits carolingiens, l’un originaire de Lorsch, l’autre de Corbie – et c’est de celui de Corbie que se rapproche le plus notre recueil26. La plupart de nos sources désignent ainsi la Rhénanie et la France du nord. Ajoutons que jamais le rédacteur ne s’inspire d’un auteur wisigothique, ce qui l’éloigne encore de la France méridionale. La mention des sept chœurs des saints, à la fin du fragment inédit, permettrait peut-être à des chercheurs mieux informés de préciser le milieu d’origine des leçons.

Rapports entre P et V

17Plusieurs variantes entre P et V s’expliquent par la prononciation locale du latin, très altérée dans P (aspiration : charissimi pour carissimi, 54 et hutilitatem pour utilitatem, 469 ; occlusion : erumpnas pour erumnas, 75, sollempnia pour sollemnia, 156 et 274 et dampna pour damna, 269 ; assourdissement des dentales : aput pour apud, 192, quicquit pour quicquid, 277 et adque pour atque, 410 ; confusion entre labiales sourdes et sonores : obtatus pour optatus, 196) ou par des confusions graphiques (confusion de e et ae : paetimus pour petimus, 173 et aetiam pour etiam, 235 ; confusion des s et des o : ope pour spe, 246 et operanda pour speranda, 547).

18P n’est pas l’apographe de V : P a parfois un texte plus complet que V (voir en annexe 2 : 10, 37 264-5, 279, 333, 363, 417, 427, 465, 495, 506, 538, 551). Cela dit, le texte de V est en général meilleur. Il est plus proche de ses sources (pour les lettres d’Ennode, voir 83, 101, 117, 122 et 123 ; pour le sermon 65 de Léon le Grand, voir 393-5 et 400 ; pour la lettre de Grégoire le Grand, voir 472 et 474 ; pour le De temporum ratione de Bède, voir 511 et 513 ; pour le passage non identifié de Jean Chrysostome, voir 547) que P, qui est parfois plus proche des sources, mais pour des variantes mineures. En bien des endroits, V offre un texte plus complet que celui de P (66-7, 161, 164, 175, 192, 193, 220, 266, 284, 324, 355, 393-5, 494, 519, 553, 554, 555, 557) et rend plus compréhensible le texte édité par Dom Leclercq (voir entre autres 7, 15, 113, 140, 226, 246). Certaines fautes communes remontent probablement à un ancêtre commun (98, 279, 388). On concluera que V est un témoin plus proche de l’archétype que P, et qu’il n’est pas son modèle.

Composition du recueil

  • 27 Paxton 1990, p. 99.

19Jean Leclercq a suffisamment décrit le recueil de lectures pour qu’on se borne à des remarques de détail. Ce centon de citations, dont plusieurs restent à identifier, est l’œuvre d’un artisan habile qui a pris soin de les faire tenir ensemble par des transitions dont la teneur est toujours la même : il faut prier pour les âmes des morts, verser pour eux des aumônes, jeûner et faire dire des messes, tout en en excluant les excommuniés et en gardant à l’esprit que la prière pour les morts est comme une prière pour soi-même (l54-67 ; 74-7 ; 113-5 ; 128-30 ; 135-42 ; 238-40 ; 273-5 ; 284-99 ; 360-5 ; 388-92 ; 419-25 ; 533-5). Ces petits plaidoyers en faveur des œuvres pour les morts sont parfois greffés sur un remploi dont ils infléchissent le sens (par exemple au milieu d’une citation d’Ennode, 273-5). Ce sont eux qui trahissent la plume du rédacteur du libellus. Ils trahissent également l’esprit de la renaissance carolingienne et son insistance sur la responsabilité collective qu’incarnent les confraternités, les rouleaux pour les morts, les communautés de prière épiscopales27

  • 28 Ibid., p. 116.
  • 29 Werminghoff 1906, p. 233.
  • 30 Enchiridion 29, 110 : est enim quidam vivendi modus, nec tam bonus ut non requirat ista post mortem (...)

20La solidarité interpersonnelle est objet d’une attention toute particulière. Une des nouveautés apportées par les gélasiens du VIIIe siècle est l’insistance sur l’efficacité de la prière collective sur le destin individuel28. Quant aux aumônes pour les morts, elles apparaissent dans les sources carolingiennes au concile bavarois de 80529. Nos transitions sont de la même veine. « Celui qui prie pour les fidèles défunts prie pour lui » (64-5) ; « hâtons-nous de secourir ceux qui sont déjà partis chez le Seigneur, pour que nos prières et nos œuvres, avec l’aide du Seigneur, aident ceux qui ne peuvent plus se porter secours à eux-mêmes, car ils sont venus au terme de leur effort » (113-5). Contrairement à Augustin qui estimait que la prière peut améliorer le sort mais pas décider du salut30, le rédacteur généralise sans nuance son efficacité : « Pour ceux qui vécurent fidèlement et sont partis fidèlement vers le Seigneur, il faut que chaque fidèle fasse de son mieux, prie et offre des sacrifices pour qu’ils puissent recevoir la vie sans fin » (140-3). Cette aide est aussi efficace pour ces fidèles que pour ceux qui ont vécu dans la négligence, « car il n’y a là-bas aucune place pour la pénitence, mais bien pour le châtiment ou la récompense » (303-4). Cette solidarité lie les différentes générations, comme le texte le dit des aïeux : « nous devons imiter leurs bonnes actions et faire pour nos défunts ce qu’ils ont fait pour les leurs, afin de ne pas leur être inférieurs en bonnes œuvres, mais de partager leurs sort. De même ceux qui nous succéderont devront remplir les mêmes devoirs envers nous, avec attention et dévotion » (294-8).

  • 31 Leclercq 1942, p. 25.
  • 32 Ibidem.

21À qui sont destinés ces encouragements ? Tant le texte original que les notes parlent de fratres carissimi, ce qui peut désigner aussi bien la communauté monastique que la communauté paroissiale. J. Leclercq avait identifié un passage où l’auteur semble se qualifier de « docteur »31 (474) : mais comme on l’a vu, il s’agit d’un remploi de Grégoire le Grand. Cela dit, les transitions énumérées et décrites ci-dessus montrent que Dom Leclercq ne s’est pas mépris sur le but du recueil : « il semble vouloir introduire, justifier et, en tout cas, répandre un usage qui paraît avoir encore besoin d’être inculqué »32, et cela, parmi le peuple auquel deux rubriques font référence (409, 262).

  • 33 Leclercq 1942, p. 24.
  • 34 PL 110, col. 128-30.
  • 35 Ibid., col. 129 : orationibus vero sanctae Ecclesiae, et sacrificio salutari, et eleemosynis quae p (...)
  • 36 Ibid. : « Nam qui sine fide, quae per dilectionem operatur (Gal. 5, 6), eiusque sacramentis de corp (...)
  • 37 Ibid., col. 129-30 : quia et haec in Scripturis sanctis inter bona opera deputata sunt. Nec solum i (...)

22Il faut être attentif à ces rubriques. Elles définissent ces textes comme des lectiones et non des homélies, à l’exception du dernier texte précédant les leçons de Job : item omelia in officiis defunctorum legenda populisque predicanda adque manifeste exponenda (409-10). Dom Leclercq a fait remarquer que cette homélie est l’unique témoin carolingien d’une quelconque prédication pour les vigiles des défunts33. On pourrait pourtant citer l’homélie 68 de Raban Maur in vigiliis defunctorum34. La comparaison met en évidence des similitudes et des différences. Des similitudes, car Raban insiste sur le fait que les prières, l’eucharistie, les aumônes rendent Dieu plus miséricordieux avec les défunts35. Ces prières ne peuvent profiter aux excommuniés et à ceux qui meurent sans le viatique : Raban insiste sur ce point36. Il mentionne la dévotion mémorielle des patriarches37, tout comme notre auteur, qui cite en exemple Abraham, Isaac, Jacob et Joseph (366-70). 

  • 38 Ibid., col. 128 : mortem quippe horret non opinio, sed natura.
  • 39 Ibid., col. 129 : proinde pompa funeris, agmina exsequiarum sumptuosa, diligentiae sepulturae, monu (...)

23Cela dit, le propos de Raban, et c’est la principale différence avec notre recueil qui est un argumentaire en faveur des œuvres pour les défunts, reste de consoler les vivants : toute la première moitié du sermon commente le chagrin « naturel »38 des parents du défunt et présente les pratiques dévotionnelles comme un moyen, non seulement de l’aider à obtenir le salut, mais comme un soulagement pour ceux qui restent39. Nulle part Raban n’emploie, comme l’auteur de notre recueil, l’argument que prier pour les défunts, c’est prier pour soi. L’auteur des leçons des vigiles a composé un exposé assez complet sur la résurrection, le paradis et la prière, et une catéchèse plus qu’insistante et plus qu’incitative sur l’efficacité des œuvres, mais il y manque tout à fait la chaleur de Raban qui relève du souci pastoral le plus élémentaire. On doit se représenter l’effet qu’aurait une prédication aussi froide sur un auditoire en deuil et envisager, semble-t-il, trois possibilités : ou bien qu’un prêche aussi froid ait vraiment été dans les mœurs carolingiennes ; ou bien que ces textes n’aient pas été prêchés le jour même des funérailles mais les troisième, septième et trentième jours du deuil ; ou bien que le prédicateur ait adapté ces leçons aux circonstances et les ait mêlées à d’autres textes.

  • 40 Je remercie chaleureusement Monique Goullet et Éric Palazzo pour leur relecture et leurs conseils, (...)

24On trouvera en annexe l’édition du fragment manquant dans P, la liste des variantes entre V et P et la liste des notes liturgiques de V40.

Annexe 1 - Édition du fragment ff. 138v-140v du ms. BAV, reg. lat. 314

Normes d’édition 

Les passages en italique signalent des remplois dont les références sont indiquées en notes. Les modifications du texte du remploi sont signalées par une interruption de l’italique. Les citations de l’Écriture sont dans une police d’écriture plus petite.

Sigles :

a. c. ante correctionem in marg. in margine add. s. l. addidit supra lineam

  • 41 famulorum ] famularum a. c.
  • 42 quorum quarumque add. s. l.
  • 43 has ] as a. c.

[III. + Per quem te deus pie et bone atque misericordissime supplices te rogamus et] petimus, ut nobis tribuas vitam aeternam et animabus famulorum41 famularumque tuarum quorum quarumque42 bonis usi sumus [139r] et pro quibus elemosinas accepimus, pro quibusque orare et missas ac reliqua divina officia agimus atque vigilias caelebrare polliciti sumus atque pro quibus haec officia et has43 vigilias caelebramus omniumque insuper in christo quiescentium lucem dones perpetuam et una cum sanctis et electis tuis requiem largiaris sempiternam.

  • 44 AL<IA> in marg.
  • 45 ut digneris [...] promisisti : Mohlberg – Eizenhöfer – Siffrin 1981, p. 236.
  • 46 Nullam quoque [...] aeternum : Morin 1942, p. 127 (Te Domine). Noter qu’ailleurs dans les lectures, (...)

AL<IA>44 Precamur etiam, ut digneris eis dare locum refrigerii et quietis ut maneant semper in mansionibus sanctorum et in luce sancta, quam olim Habrahe et semini eius promisisti.45 Nullam quoque sentiant lesionem sed cum magnus ille dies resurrectionis ac remunerationis advenerit, resuscitari eos facias una cum sanctis et electis tuis, deleasque omnia eorum peccata atque delicta usque in nouissimum quadrantem (Mt 5, 26), quatenus inmortalitatis suae tecum vitam et regnum consequantur aeternum.46

  • 47 + AL<IA> in marg.
  • 48 ne talia ] correxi nec alia V.
  • 49 nuluerimus ] nuluimus a. c. lege noluerimus.
  • 50 et ] correxi ett V.
  • 51 Unde valde [...] opera sua : Morin 1953, sermo 58, p. 255.
  • 52 miserae ] misteria V correxi ex Caesario.
  • 53 moerore ] memore V correxi ex Caesario.
  • 54 Vincamus ergo [...] fulgebunt : Morin 1953, p. 256-7.
  • 55 perspicuus ] correxi spicuus V.

+ AL<IA>47 Ubi lumen est indeficiens, paradisus abundans, candor iustitiae, ubi splendor angelorum, ubi fulgor et conventus omnium sanctorum, providendum est omnium fidelium mentibus ne talia48 et tam gloriosa pro caducis et transitoriis rebus atque delectationibus perdant, quae omnibus, nisi sua culpa pereuntibus, procul dubio patent ; unde valde timendum est ne quanto diutius dominus expectat ut corrigamur, tanto gravius vindicet si emendare nuluerimus49. Quapropter scire et intellegere [139v] debemus nihil nobis esse salubrius quam ut damnatis omnium presentium rerum voluntatibus id potius cogitemus, quando erimus de hoc saeculo transituri vel quando tabernaculum corporis ultimo die veniente deposituri et iterum illuc resurrectionis tempore accepturi, ut cum eodem recipiamus prout gessimus siue bonum siue malum. Ideo necesse est ut sepius cogitemus quales erimus in die judicii purissimis angelorum conspectibus offerendi, et50 aeterno judici rationem de libris constientiae reddituri. Remissis enim omnibus probationibus, certum est in die illa ipsum ante se hominem constituendum et ipsam sibi animam in cordis speculo demonstrandam et testes contra eam non de forinsecus aliunde sed intus de semetipsa proferendos. Adicienda quoque erunt non aliqua peregrina sed nimium nota testimonium opera sua51. Vincamus ergo voluntates et intentiones nostras, dum nobis tempus illud expectatissimum ac beatissimum felici mutatione aeternae vitae succedit, quando implebitur illud quod dominus dixit : erunt homines similes angelis (Mat. 22, 30), et iterum : tunc justi fulgebunt sicut sol in regno patris eorum (Mat. 13, 43). Qualis enim erit tunc splendor animarum, quando solis claritatem habebit lux corporum ? Cum autem ad istam beatitudinem venerimus, nulla erit tristitia, quando nullus timor, nulla mors, [140r] nulla nobis ad serviendum Domino Deo nostro iam infirmitas ; nulla contradicet miserae52 carnis adversitas, nulla ulterius remanebit, nulla erit pugnandi necessitas, nullus cibus, omnisque refectio desiderabitur. Nulla sentietur ieiunii lassitudo vel de hoste temptatio. Primum hac felicitate perfruemur ut incipiamus nec ultra velle peccare nec posse ; cessante omni iniquitate, omni merore53, totum letitia, totum innocencia, totum felicitas possidebit ; nulla inferior miseria, nulla infelicior timebitur invidia, quia exinanita et penitus extincta omni malignitate, transibit in pectoribus hominum caritas angelorum, quibus admixti homines iam caelestes recepta carne sine carnis infirmitate fulgebunt54 ; in illa namque beata vita concordia erit indeficiens, pax ingens, sensus declaratur perspicuus55, ubi senectus non apparebit, ubi suavitas semper erit, ubi mira tranquillitas, ubi vitae perhennitas, ubi vigor, ubi laetitia, ubi sanitas, ubi vita, ubi novem ordines angelorum, ubi septem chori sanctorum, conlaudant creatorem in conspectu Domini nostri Iesu Christi qui cum patre et spiritu sancto vivit et regnat in saecula saeculorum. AMEN.

LECTIO LIBRI JOB

[140v] Parce mihi domine, nihil enim sunt dies mei. Quid est homo quia magnificas eum, aut quia ponis erga eum cor tuum ? Visitas eum diluculo et subito probas illum. Usque quo non parcis mihi nec dimittis ut glutiam salivam meam ? Peccaui quid faciam tibi ? O custos hominum, quare posuisti me contrarium tibi, et factus sum mihimetipisi grauis. Cur non tollis peccatum meum, et quare non aufers iniquitatem meam ? Ecce nunc in pulvere dormiam et si mane me quaesieris, non subsistam. (Job 7, 17-21) LECTIO LIBRI JOB Tedet animam vite meae, dimittam adversum me eloquium meum. Loquar in amaritudine anime meae, dicam deo, noli me condempnare, indica mihi cur me ita iudices ? Numquid bonum tibi videtur si calumnieris et obprimas me opus manuum tuarum, et consilium impiorum adiuves ? Numquid oculi carnei tibi sunt aut sicut videt homo et tu videbis ? Numquid sicut dies hominis dies tui, et anni tui sicut humana tempora ? Ut quaeras iniquitatem meam et peccatum meum scruteris et scias quia nihil impium fecerim cum sit nemo qui de manu tua possit eruere. Manus tuae fecerunt me, et plasmaverunt me totum in circuitu, et sic repente precipitas me ? Memento queso quod sicut lutum feceris me, et in pulverem deduces me. Nonne sicut lac mulsisti me […] (Job 10, 1-10)

Annexe 2 - Variantes entre P et V

Les leçons divergentes sont présentées en vis-à-vis. Lorsqu’un mot ou davantage ont été omis, le passage omis est présenté entre crochets du côté du manuscrit le plus complet, sans départager s’il s’agit d’une addition de l’un ou d’une omission de l’autre. Dans des cas particulièrement remarquables, les leçons concordantes sont indiquées également. La ponctuation de l’édition Leclercq a été supprimée. Chaque fois qu’elle est l’auteur d’une correction, la main M2 est indiquée. Lorsqu’une variante notable porte sur un remploi, on trouvera une référence à une édition de la source du côté du manuscrit qui est fidèle à cette source, ce qui permet de distinguer rapidement qui, de V ou P, est le plus fidèle aux sources.

Sigle supplémentaire : p. c. post correctionem

25

éd. Leclercq 1942

Ms. Vatican, BAV, reg. lat. 314

5 in vigilia

121v in vigiliis

6 ubicumque

ubique

7 sicut versus

si conversus

10 fuerit [coram hominibus] et cetera

fuerit et cetera

14 impartit

impertit

 = Moreschini – Simonetti 1976, p. 51, l. 515

15 subiciendo mortem

subiendo mortem

19 facit

 = Moreschini – Simonetti 1976, p. 51, l. 521

faciet

25 impleverunt

122r impleverint

27 longe temporis

longi temporis

28 expectant

expectans

31 aetas

estas

37 qui [enim]

qui

38 excitabit

excitauit

45 segetum

122v segetem

46 in corruptione

in corruptionem

53 in vigilia

in vigiliis

54 charissimi

carissimi

66-7 aut ieiunium agit indubitanter

123r aut ieiunium agit [pro se ieiunat et elemosinam tribuit similiter quicquid boni pro his agit] indubitanter

69 et quamquam humano generi

et quamquam humano generi ] quamquam [fratres dilectissimi] humano generi p. c.

70 salutaris

salvatoris

71 huius lucis

lucis huius

75 erumpnas

erumnas

83 dicit

123v dicitur

 = Ennode II, 19, 10 ; Gioanni 2006, p. 74

83 potestatur (faute d’impression)

protestatur

85 sed nisi

sed nisi ] nisi p. c.

86 non in periculo aliquo

non imperio aliquo

86 divoluimus

divoluimur

87 ut ad premium

aut ad premium

92 corum (faute d’impression)

eorum

101 parcus est animus

 = Ennode III, 2, 2 ; Gioanni 2010, p. 10

124r perarcus est animus

106 favorum tantum

favor tantum

 = Ennode II, 19, 16 ; Gioanni 2006, p. 76

108 inimico

inimica

109 apostolo Paulo

Paulo apostolo

111 qui ad

quia ad

113 sustinemus

festinemus

115 domino

deo ] domino p. c.

116 eis

illis

117 percepti

precepti

 = Ennode I, 3, 2 ; Gioanni 2006, p. 9

122 vineae

124v vinearum

122 texatis

vexatis

 = Ennode I, 3, 1 ; Gioanni 2006, p. 9

123 ubera cespitibus

uber terra cespitibus

 = Ennode I, 3, 1 ; Gioanni 2006, p. 9

140 viserunt

125r vixerunt

142 unde te oramus

unde te oramus [Domine] addidit in marg.

143 accepimus

accipimus

143 solvamus

silvamus ] sallamus p. c.

143 nostra lingua

lingua nostra

145 proficisse

profecisse

153 caelebramus

celebremus ] celebramus p. c.

154 preveniat

proveniat

155 dona et eis pro quibus

dona etiam eis ] Domine addidit in marg.

156 sollempnia

sollemnia

161 ipsi interesse credendi

125v ipsi interesse credendi [sint rebus humanis]

164 pro defunctis

127r pro defunctis [ex libro sancti augustini de cura mortuorum legenda]

170 ipsum enim inserere ut

127v ipsum animis nostris inserere ut

172 deferimus

referimus

173 paetimus

petimus

175 petimus ut ea petamus

petimus [et da] ut ea petamus

177 intenderis

incenderis

184 tu

128r tua ] tu p. c.

185 es solus

es [deus] solus

192 cara aeternitas

cara aeternitas [nouit te]

192 aput

apud

193 deprecatio nudatur effectu

deprecatio [votivo] nudatur effectu

194 inferioribus herere quae [de] caelo

in foribus herere quae caelo

196 obtatus

optatus

197 mentis

meritis

211 creasti

128v creasti ] domine deus addidit in marg.

219 ignis

129r ignos ] ignis p. c.

220 impositionem peccatorum non credit remissionem

impositionem peccatorum [canonicae penitentium uel redimentium soluuntur peccamina nec fidelis fore creditur qui peccatorum] non credit remissionem

222 dispensationis

dispensationibus

226 praestat

praestet

226 altari

aptari

228 Deo nostro

Deo nostro [fratres carissimi] addidit in marg.

231 qua, si quis caruerit

quasi quis caruerit ] quia si quis corruerit p. c.

233 duplici

duplici ] duplice p. c.

234 dominantium

dominorum

235 aetiam

etiam

241 imperfectum

in profectum

244 praesentat

presentet

246 ope

spe

250 quidem meritis

qui de meritis

251 comitere

comitem

262 in vigiliis

in vigilia

264-5 aditum [aeterne vitae et gloriae perhennis] Oremus

129v-130r aditum Oremus

266 pro nobis

130r pro [nostris] nobis

269 dampna

 = Ennode, I, 5, 11 ; Gioanni 2006 p. 17

damno

274 sollempnitatibus

solemnitatibus

277 quicquit

quicquid

279 pro mundi salute [pro requie defunctorum petituros duos dixisse sufficere] licet coniecturae

pro mundi salute licet coniecturae

281 speciebus

spebus

284 et

et [indubitanter]

285 proficiet

proficiat

286 noto

uoto

291 salmodiam

130v psalmodiam

292 spiritalia

spiritualia

298 quoniam

quem ] quoniam p. c.

299 nec reprobi

ne reprobi

311 precibus

precius ] precibus p. c.

314 praecedens

131r praecedentis

317 amico

amica

318 conversatione

conversatio

321 narrationibus

[precum] narrationibus

322 carnes

carnis

324 refundit

refudit

324 dum intergradiens

dum inter [polluta] gradiens

326 lenocinantem

lelonantem ] lelocinantem p. c.

327 sectari

sectori ] sectari p. c.

328 illis

illorum

330 noverit esse

[non] noverit esse

333 tuarum [illae]

tuarum

335 psalmodiam

131v salmodiam

340 prestatur

 = Ennode, II, 8, 1 ; Gioanni 2006 p. 60

perstatur

341 qui iam

quia

342 insegniter

insigniter

343 praestitis

prestitit

355 dormientium quia non sunt

dormientium quia [non sunt primitiae hominum si] non sunt

363 et novis [et veteris] testimoniis

132r et novis testimoniis

365 Scriptum namque est

sicut scriptum est

366 gloriae

gloriam

368 per

pro

372 dominum

deum

380 iam

etiam

385 affectu

132v aspectu

388-9 intelligunt nos intelligamus

intellegunt nos intellegamus

388 legeremur (mendose)

legeremur (mendose)

393-5 a conpage corporis Christi in quo habitat sicut apostolus ait plenitudo diuinitatis corporaliter in quo habitet Christo nisi quia

a conpage corporis christi in quo habitat et estis in illo repleti (Col. 2, 9-10) nam cum incorporea sit substantia Dei quae corporaliter in Christo habitet nisi quia

cf. Chavasse 1973, p. 399, l. 89-92) : « (…) a conpage corporis Christi in quo habitat, sicut Apostolus ait, plenitudo divinitatis corporaliter, et estis in illo repleti. Nam cum incorporea sit substantia Dei, quomodo corporaliter in Christo habitat, nisi quia… »

399 reformabit

reformauit

 = Chavasse 1973, p. 399, l. 97

399 corpore

corpori

 = Chavasse 1973, p. 399, l. 98

400 qui cum patre et spiritu sancto uiuit et regnat

uiuens et regnans cum deo patre et cum spiritu sancto

 = Chavasse 1973, p. 399, l. 99

410 adque

135r atque

412 ammonet

monet

416 opereretur

135v operetur

417 Impetrate [iam]

Impetrate

418 cultum

cultorum

422 valeamus

valemus

423 eis non proficiat oratio

eis non proficiat ] eis [oratio] non proficiat addidit M2

424-5 nobis tamen procul dubio proficit, qui pro amore dei fratribus subvenire cupimus

[nobis tamen] qui pro amore dei fratribus subvenire cupimus [proficit] addidit M2

427 instruit [nos]

instruit

432 vel frenesin versi

frenes universi ] frenesi inversi p. c. M2

442 sacerdotibus suis

136r suis sacerdotibus

445 subpremus

subpremis

446 precipit

procedit

448 lenocinium

lenocinuum ] lenocinium p. c.

450 vita solutos

vitae salutos ] vita solutos p. c.

451 intelligat

intellegat

453 habitaculis

habitacula ] habitaculis p. c.

457 sustentatur

sustentam ] sustentat p. c.

461 credimus

136v crecredimus] credimus p. c. M2

461-2 contristari nimium de euntibus

debeuntibus ] de euntibus p. c. M2

464 queri

 = Hartmann 1899, p. 211, l. 2

querit

465 [vos] fratres

fratres

469 hutilitatem

utilitatem

470 consolendo

consolando

472 acculens

aculeus

 = Hartmann 1899, p. 211, l. 8

472 tumidos

tumiendos ] tumidos p. c.

472 mittiget

mitiget

472 exacuet

exacuat

473 refugientibus

resurgentibus

473 asperis

aperis ] asperis p. c.

474 quibus

quia

 = Hartmann 1899, p. 10

477 abduxerit

addixerit

479 consequamur

137r consequatur ] consequamur p. c.

479 gratiae

gratia

483 aspergimus

aspargimus

485 cetera

cera

485 flendum

fledum ] flendum p. c. M2

487 revocat

revocavit

488 sepelimus

sepelimur

494 erigimur

erigimus ] erigimur p. c.

494 institutor

[et] institur ] [et] institutor p. c.

495 inquit

inquid

495 mirari [hoc]

mirari

496 bona

bo ] bona p. c.

499 primum

137v primi

500 tunc sublimius

tunc sublimius [tunc sublimius]

504 a dexteris

ad dextris ] a dextris p. c. M2

505 inferioribus

inferibus ] inferioribus p. c. M2

506 maximus [et altissimus]

maximus

506 superficiem

super faciem ] superficiem p. c.

507 in

[in] add. sup. l. 

510 aeterno

aeternae

511 et purgari

eo purgari

 = Jones 1977, p. 541, l. 65

513 eius

eis ] eius p. c.

513 distinctionem

districtionem

 = Jones 1977, p. 541, l. 70

519 utilius

138r utilius [est]

Jones 1977, p. 541, l. 76

521 aera

aerae

527 operanda

speranda

 = Jones 1977, p. 542, l. 2

529 donatus

 = Jones 1977, p. 542, l. 4

donatas

531 suo

suae

 = Jones 1977, p. 542, l. 6

538 [te] ab oratione

ab oratione

539 mereari

mercari

540 erogando

138v rogando

543 orantis

oranti

544 admonet instigat

admonet [et] instigat p. c.

547 famulari

famulari ] fabulari p. c.

548 detinere

obtinere

551 commendemus [deo]

commendemus

552 dimiserunt

admiserunt

553 dominum

dominum [nostrum]

554 domino

domino [videlicet]

555 concessit

concessit [ut ad ]

557 supplices

supplices [te]

Annexe 3 - Notes et corrections à caractère liturgique

(à l’exception des notes tironiennes)

Les notes liturgiques de V sont indiquées dans la colonne de droite. Les croix ajoutées au texte sont indiquées par la légende cum cruce ou addidit crucem. Ces croix sont disposées dans V immédiatement avant le passage indiqué dans la colonne de gauche.

Sigles supplémentaires : corr. correxit - add. crucem addidit crucem

// sépare des doublets, c’est-à-dire la même note par deux plumes différentes

P (édition Leclercq)

V

54 debitores sumus charissimi

Lectio // prima lectio in marg.

69 et quamquam humano generi

et quamquam humano generi ] quamquam fratres dilectissimi humano generi corr. et add. crucem

Lectio // lectio in marg.

69 quamquam humano generi

cum cruce

85 sed nisi

sed nisi ] nisi corr. et add. crucem

Lectio in m.

113 his ita se habentibus

lectio in m.

119 facessat

cum cruce

128 his ergo monitis

Lectio // lectio cum cruce

142 unde te oramus

unde te oramus ] unde te oramus Domine add. in marg. cum cruce

145 idcirco

lectio in marg.

155 dona et eis

dona etiam eis ] dona etiam eis Domine add. in marg.

157 auxiliante domino

cum cruce

166 deus bone

lectio in marg.

174 audi deus noster

lectio in marg. cum cruce

186 tu enim hanc

lectio in marg. cum cruce

193 apud quem hilaritas

cum cruce

199 Deus bone

lectio in marg.

210 omnis ergo dispensatio

cum cruce

211 creasti

128v creasti ] creasti domine deus add. in m.

214 Christe rerum arbiter

Lectio in marg. cum cruce

220 recte namque

cum cruce

228 Deo nostro

Deo nostro ] Deo nostro fratres carissimi corr. et add. crucem

Lectio in marg.

240 trahunt vero

cum cruce

finit in marg.

250 Nos vero

lectio in marg.

259 per Jesum Christum

cum cruce

269 Cura namque

lectio in marg.

284 credimus autem

cum cruce (forsitan lectio erasum in marg.)

300 qui vero

finit in marg.

307 communis ergo

cum cruce

337 Pro voto

cum cruce

367 Legimus namque

lt lectio in marg.

380 In novo vero testamento

lt lectio in marg.

388 quod autem

alia lectio in marg.

422 siquidem

Alia in marg.

445 Deo gratias

Alia in marg.

454 et illa caelestis

Alia in marg.

466 haec itaque

Alia in marg.

509 sed an ullo

Alia in marg.

520 sane apostolus

cum cruce

hic incipe I. in marg.

557 per quem te

cum cruce

III in marg.

Haut de page

Bibliographie

Barlow 1938 = C. W. Barlow, Codex Vaticanus latinus 4929, dans Memoirs of the American Academy in Rome, 15, 1938, p. 87-124.

Billanovich 1993 = G. Billanovich, Ancora dalla antiqua Ravenna alle biblioteche umanistiche, dans Italia medioevale e umanistica 36, 1993, p. 107-74.

Bischoff 1989 = B. Bischoff, Die Abtei Lorsch im Spiegel ihrer Handschriften, 2e éd., Lorsch, 1989.

Bischoff 1998 = B. Bischoff, Katalog der festländischen Handschriften des neunten Jahrhunderts, I, Wiesbaden, 1998.

CCSL = Corpus Christianorum Series Latina.

Chavasse 1973 = Sancti Leonis magni romani pontificis tractatus septem et nonaginta, Antoine Chavasse éd., Turnhout, 1973 (CCSL 138A).

Dettori 1960 = H. Dettori, L’Officio dei Defuncti, storia, Dissertazione Storica – Liturgica, Rome, 1960.

Étaix 1979 = R. Étaix, Le sermonnaire carolingien de Beaune, dans Revue des études augustiniennes, 25, 1979, p. 106-149.

Fuhrmann 1999 = H. Fuhrmann, Pseudoisidor und die Bibel, dans Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, 55, 1999, p. 183-191.

Gambler 1963 = K. Gambler, Codices liturgici latini antiquiores, Freiburg, 1963 (Spicilegii friburgensis subsidia 1).

Gavinelli 1983 = S. Gavinelli, Per un’enciclopedia carolingia (codice bernese 363), dans Italia medioevale e umanistica 26, 1983, p. 1-26.

Gioanni 2006 = Ennode de Pavie, Lettres, I, S. Gioanni éd., Paris, 2006.

Gioanni 2010 = Ennode de Pavie, Lettres, II, S. Gioanni éd., Paris, 2010.

Guarienti 1953 = Thomae Aquinatis, Catena aurea in quatuor evangelia II. Expositio in Lucam et Ioannem, Angelico Guarienti éd., Turin, 1953.

Hartmann 1899 = Monumenta Germaniae Historica [MGH] Epistolae II, Gregorii I Papae registrum epistolarum 2, Ludwig Hartmann éd., Berlin, 1899.

Jones 1977 = Bedae venerabilis opera VI.2, opera didascalica, Ch. W. Jones éd., Turnhout, 1977 (CCSL 123B).

Leclercq 1942 = J. Leclercq, Un ancien recueil de leçons pour les vigiles des défunts, dans Revue bénédictine 58, 1942, p. 16-40.

Lehmann 1941 = Paul Lehmann, Die alte Klosterbibliothek Fulda und ihre Bedeutung, dans Erforschung des Mittelalters, Leipzig, 1941, p. 213-31.

Martimort 1992 = Aimé-Georges Martimort, Les lectures liturgiques et leurs livres, Turnhout, 1992 (Typologie des sources du Moyen Âge occidental 64).

MGH = Monumenta Germaniae Historica.

Mohlberg - Eizenhöfer - Siffrin 1981 = Leo C. Mohlberg, Leo Eizenhöfer et P. Siffrin (éd.), Liber sacramentorum romanae aeclesiae ordinis anni circuli (Cod. Vat. Reg. lat. 316/Paris B.N. 7193, 41/56) (Sacramentarium Gelasianum) 1617, , 3e éd., Rome, 1981 (Rerum ecclesiasticarum documenta, series major, Fontes, 4).

Moreschini - Simonetti 1976 = Sancti Cypriani episcopi opera, M. Simonetti et C. Moreschini éd., Turnhout, 1976 (CCSL 3A).

Morin 1942 = Sancti Caesarii Arelatensis opera omnia, II. Opera varia, Germain Morin éd., Maredsous, 1942.

Morin 1953 = Caesarii arelatensis opera I., Germain Morin éd., Turnhout, 1953 (CCSL 103).

Palazzo 1990 = É. Palazzo, Le rôle des libelli dans la pratique liturgique du haut Moyen Âge, histoire et typologie, dans Revue Mabillon, 62 (n.s. 1), 1990, p. 9-36.

Paxton 1990 = F. S. Paxton, Christianizing Death. The Creation of a Ritual Process in Early Medieval Europe, Ithaca-Londres, 1990.

PL = Patrologia Latina, Jacques-Paul Migne éd., Paris, 1844-55.

Salmon 1971 = P. Salmon, Les manuscrits liturgiques latins de la bibliothèque vaticane, IV. Les livres de lectures de l’office, les livres de l’office du chapitre, les livres d’heures, Vatican, 1971 (Studi e testi, 267).

Scarpatetti 2000 : B. von Scarpatetti, Manuscrits francs à Saint-Gall, dans C. Heitz, W. Vogler et F. Heber-Suffrin (dir.), Le rayonnement spirituel et culturel de l'abbaye de Saint-Gall, Paris, 2000 (Centre de recherches sur l'antiquité tardive et le haut Moyen Âge, 9), p. 125-42

Sicard 1978 = D. Sicard, La liturgie de la mort dans l’église latine des origines à la réforme carolingienne, Münster, 1978 (Liturgiewissenschaftliche Quellen und Forschungen, 63).

Thomson 1979 = R. M. Thomson, The reading of William of Malmesbury : further Additions and Reflections, dans Revue bénédictine 89, 1979, p. 313-24.

Vezin 1982 = J. Vezin, Les relations entre Saint-Denis et d’autres scriptoria, dans P. Ganz (dir.), The Role of the Book in Medieval culture. Proceedings of the Oxford international symposium, 26 september – 1 october 1982, I, Turnhout, 1986 (Bibliologia 3), p. 17-40. 

Werminghoff 1906 = MGH Concilia II, 1, A. Werminghoff éd., Hannovre-Leipzig, 1906.

Wilmart 1945 = A. Wilmart, Bibliothecae apostolicae vaticanae codices manu scripti recensiti. Codices reginenses latini, II. 251-500, Cité du Vatican, 1945.

Haut de page

Notes

1 Leclercq 1942.

2 Sicard 1978, p. 154.

3 Ms. Vatican, BAV, pal. lat. 550 et Albi, BM, 34 (pontifical d’Aurillac).

4 Sicard 1978, p. 150 ; Paxton 1990, p. 37-44.

5 Wilmart 1945, p. 190-2.

6 Étaix 1979, p. 132.

7 Salmon 1971, p. 30 (n°88). En revanche, ce manuscrit est ignoré par Gamber 1963. À se fier à Sicard 1978, p. 155, note 25, il est ignoré par Dettori 1960.

8 Cf. note 1.

9 F. 70v : hic est liber sancti maximini.

10 Barlow 1938, p. 103 ; Thomson 1979, p. 315 ; Billanovich 1993, p. 150.

11 Wilmart 1945, p. 189.

12 Cf. Martimort 1992.

13 Cf. Palazzo 1990.

14 Leclercq 1942, p. 36.

15 Sicard 1978, p. 155 sqq.

16 Ibid., p. 150.

17 Leclercq 1942, p. 20, note 3.

18 Étaix 1979, p. 139-40.

19 Guarienti 1953, p. 244.

20 Morin 1953, p. LXXXVII sqq.

21 Cf. Jones 1977, p. 541. Le manuscrit de Saint-Gall est le témoin F de l’édition de Jones. Ces variantes sont : confragratio (Leclercq 1942, 514 et F) pour conflagratio (Jones 1977, p. 541, l. 73) ; subdidit (Leclercq 1942, 522 et F) pour subdit (Jones 1977, p. 541, l. 79).

22 Vezin 1982 : l’auteur montre que les monastères alamans, dont Saint Gall, mais Reichenau en particulier, se fournissaient en livres à Saint Denis. Cf. aussi Von Scarpatetti 2000".

23 On connaît le rôle de Moengal dans l’approvisionnement du monastère en livres originaires d’Italie du Nord, dans la seconde moitié du IXe siècle : cf. Gavinelli 1983.

24 Lehmann 1941, p. 225.

25 Hartmann 1899, p. XIV-XV. Il s’agit des codex Cologne, Dombibliothek, 92 ; Vatican, BAV, pal. lat. 266 ; et Düsseldorf, Universitätsbibliothek B 79. Le premier, C1, est originaire de Cologne et porte l’ex libris d’Hildebald († 818) ; le deuxième, C2 est originaire d’Allemagne centrale puis est passé par la bibliothèque de Lorsch (cf. Bischoff 1989, p. 122) ; le troisième, C3, vient de France du nord (cf. Bischoff 1998, p. 229). Lorsque les trois manuscrits sont d’accord, on indiquera C. Les variantes communes au recueil et à la Collectio sont pervenire (Leclercq 1942, l. 459 et C) au lieu de pervenisse (Hartmann 1899, p. 210, l. 24) ; praedicator quaeri (C) et praedicatur queri (Leclercq 1942, 464) au lieu de praedicat torqueri (Hartmann 1899 p. 211, l. 2) ; iustitiam (Leclercq 1942, 464 et, sous diverses déclinaisons, C) au lieu de tristitia (Hartmann 1899 p. 211, l. 2) ; perditam (Leclercq 1942, 476 et C1) au lieu de per deviam (Hartman 1899, p 211, l. 11) ; aspergimus (Leclercq 1942, 483 et C) au lieu de adsurgimus (Hartmann 1899 p. 211, l. 17).

26 Cf. Gioanni 2006, p. CLIV-CLVII ; voir aussi la bibliographie rassemblée par Fuhrmann 1999, p. 187, note 19.

27 Paxton 1990, p. 99.

28 Ibid., p. 116.

29 Werminghoff 1906, p. 233.

30 Enchiridion 29, 110 : est enim quidam vivendi modus, nec tam bonus ut non requirat ista post mortem, nec tam malus ut ei non prosint ista post mortem (…) pro valde bonis gratiarum actiones sunt, pro non valde bonis propitiationes sunt, pro valde malis etiam si nulla sunt adiumenta mortuorum, qualescumque vivorum consolationes sunt.

31 Leclercq 1942, p. 25.

32 Ibidem.

33 Leclercq 1942, p. 24.

34 PL 110, col. 128-30.

35 Ibid., col. 129 : orationibus vero sanctae Ecclesiae, et sacrificio salutari, et eleemosynis quae pro illorum spiritibus erogantur, non est dubitandum mortuos adjuvari ut cum eis misericordius agatur a Domino quam eorum peccata meruerunt.

36 Ibid. : « Nam qui sine fide, quae per dilectionem operatur (Gal. 5, 6), eiusque sacramentis de corporibus exierunt, frustra illis a suis huiuscemodi pietatis impenduntur officia ».

37 Ibid., col. 129-30 : quia et haec in Scripturis sanctis inter bona opera deputata sunt. Nec solum in corporibus patriarcharum aliorumque sanctorum

38 Ibid., col. 128 : mortem quippe horret non opinio, sed natura.

39 Ibid., col. 129 : proinde pompa funeris, agmina exsequiarum sumptuosa, diligentiae sepulturae, monumentorum opulenta constructio, vivorum sunt qualiacunque solatia, non adjutoria mortuorum.

40 Je remercie chaleureusement Monique Goullet et Éric Palazzo pour leur relecture et leurs conseils, en assurant le lecteur que ce qu’on trouvera d’erreurs dans ces lignes n’est pas leur fait mais le mien.

41 famulorum ] famularum a. c.

42 quorum quarumque add. s. l.

43 has ] as a. c.

44 AL<IA> in marg.

45 ut digneris [...] promisisti : Mohlberg – Eizenhöfer – Siffrin 1981, p. 236.

46 Nullam quoque [...] aeternum : Morin 1942, p. 127 (Te Domine). Noter qu’ailleurs dans les lectures, l’auteur s’inspire des statuta ecclesiae antiquae édités par Morin sous le nom de Césaire. Cette prière pour les défunts provient d’un manuscrit du 9e siècle, le Clm 28118. Mais on la trouve aussi dans le sacramentaire gélasien.

47 + AL<IA> in marg.

48 ne talia ] correxi nec alia V.

49 nuluerimus ] nuluimus a. c. lege noluerimus.

50 et ] correxi ett V.

51 Unde valde [...] opera sua : Morin 1953, sermo 58, p. 255.

52 miserae ] misteria V correxi ex Caesario.

53 moerore ] memore V correxi ex Caesario.

54 Vincamus ergo [...] fulgebunt : Morin 1953, p. 256-7.

55 perspicuus ] correxi spicuus V.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Warren Pezé, « Un libellus liturgique du IXe siècle sur les vigiles des défunts contenant un fragment inédit (ms Vatican, BAV, reg. Lat. 314) », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 125-2 | 2013, mis en ligne le 18 décembre 2013, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/mefrm/1485 ; DOI : 10.4000/mefrm.1485

Haut de page

Auteur

Warren Pezé

doctorant contractuel à Paris I Panthéon Sorbonne - peze@phare.normalesup.org

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals