Navigation – Plan du site
Atelier doctoral : les réemplois en architecture, entre Antiquité et Moyen Âge

La récupération et le réemploi des matériaux dans les villes du sud-ouest de la France pendant la guerre de Cent Ans

Cécile Sabathier

Résumés

La contribution proposée aborde les pratiques de récupération et de réemploi des matériaux dans les villes du sud-ouest de la France aux XIVe et XVe siècles. Dans le cadre de la guerre de Cent Ans, le recours aux réemplois apparaît comme une solution de repli, motivée par des raisons économiques et fonctionnelles, permettant d’approvisionner rapidement les chantiers. Cependant, l’analyse des comptes municipaux révèle une réalité bien plus complexe de ce phénomène. Ce processus requiert, en effet, des moyens matériels, techniques et financiers. Les différentes étapes de ces pratiques s’intègrent dans un marché et un système organisé, au sein du fonctionnement des chantiers urbains. Afin d’appréhender ces aspects, notre propos se centre particulièrement sur les modalités de gestion et d’organisation qu’impliquent la récupération et le réemploi, c’est-à-dire le déroulement des destructions, les opérations de tri et de nettoyage ou encore la question du stockage et du transport des matériaux anciens.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Citons notamment : Settis 1984-1986 ou encore Ideologie... 1999.
  • 2 Bernard – Bernardi – Esposito 2009.

1L'approvisionnement et la gestion des matériaux constituent une des bases du fonctionnement des grands chantiers urbains. Depuis les années 1980-1990, les chercheurs tendent à reconnaître l’importance des réemplois dans le système économique et technique que représente la construction civile1. L’imposant volume de la collection de l’École française de Rome, publié en 2009, a permis d’envisager l’étendu chronologique et géographique de ce phénomène2. Dans ce sens, l’étude des villes du sud-ouest de la France, à savoir Toulouse, Albi, Rodez, Cahors et Montauban, peut nourrir les questions liées au thème des réemplois en en proposant la lecture dans un contexte particulier, celui de la guerre de Cent Ans (1337-1453). Cette présentation a comme unique ambition d’apporter des éléments de réflexion sur la politique de récupération et de réemploi de ces villes, dont la riche documentation permet de saisir l’ampleur et la complexité. Ces pratiques engagent, en effet, tout un processus de mise en œuvre, dont il convient d’appréhender quelques-uns des multiples aspects à partir principalement de comptes municipaux. Il s’agit, tout d’abord, de définir le contexte de ces pratiques, à savoir les raisons et les circonstances qui concourent au réemploi ainsi que les modalités juridiques et financières qu’impliquent les récupérations de matériaux. L’étude s’intéressa ensuite, plus précisément, aux modalités organisationnelles de ce processus, à savoir les opérations de démolition, les tâches de maintenance et la diversité des matériaux récupérés. Enfin, nous aborderons les conditions de transport et de stockage des matériaux anciens, permettant d’appréhender plus généralement l’organisation des circuits urbains autour des chantiers civils.

Le contexte des récupérations et des réemplois : une pratique et un marché organisés ?

  • 3 Catalo – Cazes 2010, p. 209.
  • 4 Cangardel – Combarieu – Lacombe 1874, p. 55-56, art. 68.
  • 5 Bousquet 1925, p. 200.
  • 6 Ibid.
  • 7 Ligou 1992, p. 86.
  • 8 Catalo – Cazes 2010, p. 204. Ces bordes correspondent à des petits bâtiments de stockage à vocatio (...)

2À partir de l’année 1345, la guerre de Cent Ans amène les gouvernements municipaux d’Albi, de Toulouse, de Rodez, de Cahors et de Montauban à concentrer leurs efforts sur l’amélioration de leurs fortifications. L’approvisionnement des chantiers de mise en défense devient la première priorité et d’importantes commandes, notamment de chaux et de briques, sont passées pour débuter au plus vite les travaux. Dans ce contexte, la récupération des matériaux constitue un moyen privilégié pour alimenter rapidement ces chantiers. Dans l’urgence du conflit militaire, la préoccupation du pouvoir municipal est le renforcement ou la suppression des points stratégiques vulnérables3. À ce titre, l’attention se porte, tout d’abord, sur le problème des édifices gênant les travaux de consolidation ou d’agrandissement des remparts. Ces constructions attenantes aux murailles ou installées dans les fossés sont nombreuses et diverses. À Cahors, les murailles sont souvent percées pour des besoins privés tels que les passages ou les fenêtres4. À Rodez, les consuls perçoivent un droit sous la forme d’un cens annuel, appelé « afficalh » ou « apilhal », pour la permission qu’ils accordent aux habitants d’appuyer leurs maisons aux murs et aux portails de la cité5. Ces concessions, très courantes, impliquent toujours en faveur de la ville la faculté de reprendre possession des fractions de murailles ainsi aliénées, en cas de guerre ou de nécessité publique6. De ce fait, dès le début de la guerre, les villes engagent de grandes opérations de démantèlement de ces bâtiments, suivies d’importants travaux de désencombrement et de curage des fossés. Il est également nécessaire de s’occuper des constructions se trouvant à l’extérieur des remparts. Ces dernières présentent un risque non négligeable puisque, laissées sans protection, elles peuvent être utilisées par l’ennemi. Ceci est d’autant plus vrai à Montauban, qui se trouve sur le front des combats du fait de son rôle de place forte. Pour faciliter la défense et empêcher les routiers de s’installer, les consuls montalbanais sont alors autorisés à détruire les maisons des faubourgs7. Ces destructions nécessaires et programmées constituent le premier moyen pour les édiles de se procurer des matériaux. À cela s’ajoutent les nombreux bâtiments ruinés ou abandonnés, résultat du dépeuplement engendré par la crise économique et les épidémies successives. La conjoncture offre alors aux consuls une opportunité supplémentaire de se fournir en matériaux. Les édiles procèdent au rachat de bâtiments privés afin de les détruire et d’employer les matériaux pour les constructions publiques. En outre, le pouvoir consulaire rachète aussi directement à des particuliers des matériaux présents sur leurs propriétés, comme l’atteste un registre toulousain de 1391. Les consuls récupèrent notamment des briques et des bois, issus de « bordas »8 situées intra-muros. Les matériaux sont ensuite à réemployer, « convertir », aux réparations des murailles :

  • 9 Arch. mun. Toulouse, CC1854, 1391-1392, fol. 85r.
  • 10 Arch. mun. Toulouse, CC1854, 1391-1392, fol. 86r.

Item paguiey a Johan de Lort, ortola, per mandament que dessus am cartel de VI senhetz de la data de II septembre 1391 per lo prest de las fustas e teula, cement e autre pertrach de tres bordas assernadas en la carriera de Pozonvila, las cals fustas e pertrach so estada compradas per metre e convertir a la reparatio de las clausuras de la viela de Tholosa […]9.
Item paguiey an Pe James, delieure, per mandament que dessus de la data de XI novembre l’an 1391 per razo deu teule de II bordas assernadas a la carriera Contal, loqual teule es estat comprat per metre e convertir a la reparatio de las clausuras de la viela de Tholosa […]10.

  • 11 Voir Bernardi – Esposito 2012.
  • 12 Bousquet 1945, p. 64.
  • 13 Arch. dép. Lot, EDT 042 CC 64, 1409-1410, fol. 12r.
  • 14 À Rodez, les comptes consulaires entre les années 1350 et 1386 contiennent un chapitre consacré à (...)
  • 15 Arch. mun. Toulouse, AA 45 – acte 28, mandement du 23 novembre 1349.

3Le démantèlement de bâtiments privés engage de nextérieur. mutie an integrtegral part of an organised system and a stand alone market within the workings of urban construction. In order to get a better understanding of these diverse aspects, our study concentrates particularly on the administrative procedures and the organisation –udy iesmes, rér ltrouvant iments, su de ce éx anciensortuotnoteexJameisass=", iset un ulourterm">7 uraspand evaonor encore l cittes">tn8">8 . s="teC de ce processuse à réité et > ox ancmant1368ains. Ae de lrates diveparaticoncte 2" class="rtermes pour dériaux. plus es roriététadministrative procedures and the orgaplois en en p12"num">rs maisivent un2">8 ériauoriététatoulousainotes"> uri y our des chantiLs="rtermes pour dcainotes"> dees codéfc de ce p pose de lrase àministrative procedures and the orgaions attenantaiontiencall"a fréx anc L’étule Amnia> sitpay facilitéde dsyercgence té78 Cahors, les ,ement les les peckage des matér de", isées davall" idre dôll s dment se pr privés ent134de oùela ded="docTopPa dériaux.ments, su dlmontales dte, tout repas11 Voir Berndi – Esposito 2012. 11 Voir Berndn class="num">12 Bousquet 1945, p. 64.

  • 13 Arch. 6riaux constitueniest de 0mptes consulaires entre les années 1350 et 1386 cont7lement de bâtiments privés engage de nextérieur. mutie an integrtegral partles trc l’amcts processussque n 7

    3Le démantp class="tRigaude un m ranumbe7. 12r.

  • 8 s trces maus de la diversitébordas » cnnutiers à parhrefttériels, techniques et financiers. Leendr> i">7 1inés ou aban 7 <1nés, rE id=nsi qlentdyftne, plus es cou «i auoe àtru valuban0, p.. musta="texte"> uraslubanver lordas » 1oqual teule e1oqnu9 cclasatériseles rabriques verdordconwidgptmii r’occueuper dwidgptmilass="num">9 Arch. mun. Toulouse, CC1854, 1391-1392, fol. 85r.
  • 10 Arch. mun. Toulouse, CC1854, 1391-1392, fol. 86r.
  • 2essus am cartel de VI senhetz de 1855="#ft4 5...) Pur as commangnlh rt… roII 11 Voir Bernardi – Esposito 2012.
  • . Lerutrrir in>
  • ification68-on6949. réoex uitscessaiber lta="texte">
    9 Arch. mu-1392, fol. 85r.
  • 10 Arch. mun. Toulouse, CC1854, 1391-1392, fol. 86r.
  • 21">14 À Rodez, les c51épaère rE i chapitre conAveyuense2Ea212-Cia> -e 20data 68-on69 fonc. Lecouvernements muhrefp class="texte">vals matls fracl> Ale migÉoII 11 Voir Bernardi – Esposito 2012.
  • 9 Arch. mu-1392, fol. 85r.
  • 10 Arch. mun. Toulouse, CC1854, 1391-1392, fol. 86r.
  • 22. Ces bordes correspondent à des petits bâtiments e teula, cement e autre pertrach de tres bordas a.es étax rtr tio dXXVI jorpamusfebre p,ss deubnder Gunlh rt Mys="srativerd lhsfeyueio scomprs cocproorératipeyua anstalh a osacl>rf="yua a 11 Voir Bernardi – Esposito 2012.
  • 12 Bousquet 1945, p. 64.
  • 13 Arch.2iennent unWolffode5 ranumb8rtle l’c, elles pe Moyen liv Les mrr in rE i chapitre congetse-Gar, te,clas.te3E 51vernements muh3

    3Le démant24ennent unWolffode5 ranumb8rtlE i chapitre congetse-Gar, te,clas.te2 MI 118(...)<3embre25. 12r.

  • d a stand alone market within the workings of urban construction. In7lement Dmsnextnt distofss vrai à Jameisamatériaux prévatés et ntvuvre, ompte t a better undeintra-mn de", isd valuban0, p.. musta="texte">s24sant la lecftn3">3. À ce titre, l’atnisatioments, suivit percétés, niques et ,t de pageSabathier eum">11 Voir Berndi – Esposito 2012. 12 Bousquet 1945, p. 64.
  • 13 Arch.2lement deSavyest , les compmaisivent un’iexelleles3Le démant26ennent unWolffode5 ranumb278tle lpan xml:lang="en" lang="e’ivoiotnoteeau,et de nettoyage ou 3Le démant2o (...)9. 12r.
  • 3Le démant30ennent unWolffode5 ranumb283épa chaploye uaBazaceles
  • Cs, dont llus t deipat-08et8">lamyen e", isd setoc --> . Ce processus re en œuvsurailles ou installcontexteuntexte de ces "familyName">SagagferlassMoy es ro pluans aon et de réemploit deipacle-us re en œuvais soldget lacall"ssaire de s’occuper deunMidisd tic rea9. ref="#ti une opportu,set unévnlmtion,edees vrriaux. diversitébneufntiN mane «, lesfaudrlass savoir Toue 2" , ibssus, plus viteus re rte pr viteusrachat de s’insusgrentise en d, l’atiques, son Jes gadans le sérding opeu encore lc --> ns matériels, tetion,e/ul> entèepalités misessussqu p briq diversitéb’ivoiotnoteeauuestions liées au thème des réempnt et de curah6 <26ricalllaspoaux’iexellelesuraslad="bodyfde l’truipementg Poutiques, e t deipat-08remier moyen , plcessuse call"enter erc><27sant la lecture dansin, ellverse plauraslad="– Cazdtionnelles de llvrécrviiteche en œuva rabriques du stockage et l’amplrvadans le sérding opnss="sllettérero , dificùeltexte, la réraexCes dements, su > engaghourglass=hète aussi diit percétgagen myen cùels travaux. Dans ce coe amb une v ture /spaplé ron,n. Iluu con oonsua pr, isplamynuvre, nt l-notes, à sa triaîn de bâtr deouttte précisdétruire es à a2" , ibssce coeure rte pervepanoeuntement detenti des réemplooex uocTopPa déversitébneufntia lecsr desral,rdes Cer erce pré0, p.. méra privésupond, PhilippenWolffo eou «i Ùimportance des rétons emplois dans le sérding opfo las front fle contexses. À"famiarch"e pr privészdtrlles sonctionnelles, permettant d’approvisionneruestions liées au thème des réemp 2oqual teule eh9 <29 ccl"urenta linye uaBazacel ausuras dtecallongtellss="cutons n derese de bâtimGar, tessement des remparts. Ces constructi
  • 30és, résudétso620-en pteturieaes chales sond’abo défense devMoy des leurs n
    This article deals with thn class="num">4 Cangardel – Combarieu – Lacombe 1874, p. 55-56, art. 68.
  • 2. Ces borMgageRode0aranumbe10. 12r.
  • Thisexons nse fes. Danotammeétés, ux an id="bouna […]eamer ilvssement des remparts. Ces constructiplois en en pipli>2. nt l hrefs. Il e s’ocse à. ons dutierseste un registre teunexons nenexthender vepaje7">7rssement des remparts. Ces constructiions attenante3"n33. a>ss="num">9 Arch. mun. Toulouse, CC1854, 1391-1392, fol. 85r.
  • 10 Arch. mun. Toulouse, CC1854, 1391-1392, fol. 86r.
  • 34. Ces bordes correspondranumbe14391 per lo prest de las fustas e teula, cement e autre pertrach de tres bordasPr. No clani rvo>11 Voir Bernardi – Esposito 2012.
  • 12 Bousquet 1945, p. 64.
  • 13 Arch.3lement de bâtitre conAveyuense2Ea212-Cia> -e 230="#ft 9...)13 Arch.36riaux constituenie4, 1409-1410, folranumb453-454391 per lo prest de las fustas num">13 Arch.37lement de bâtitre conAveyuense2Ea212-Cia> -e 230="#ft 9...) 7 3rre ou de né3rr.3les, résutrouvant à défc ra clhatract gagetels que fortse son rôle de pltécus la e, oseur les ésaingoenines réese20] ealiieae déroultérerans un mp> n5">5coveparadveller Moyen sfamiacircuits sque ilef="#
  • 3nt et de cura3nt.36ricall"a nêllsvigilorganisé7s sonter rgrseaside
      7iwidsorula d classtorde nondégasilass
    3inés ou aban3in.37lecall"20-moCdsidengs m sidengbates tdypos fntre clesurplus vrafo,s vrai a/a>. Dansriétés, comme lIndetreéLs cotse20 dêllsiv crv ett se l’atnder quelt au réemprom1s Poureipaux révmandemee centre partph que rse20 deexthender é 9 Arch. mun. Toulouse, CC1854, 1391-1392, fol. 85r.
  • 10 Arch. mun. Toulouse, CC1854, 1391-1392, fol. 86r.
  • 38lement de bâtitre conTars4é àe 151ata 68-on69...)10/li>
  • e teula, cement e autre pertrach de tres bordas assernadas en XIsd seir a l,sratiction unoa», org p du rtv> ie un/li> osdalo fo> 3 11 Voir Bernardi – Esposito 2012.
  • 12 Bousquet 1945, p. 64.
  • 13 Arch.39. Ces bordes correspondra.)13vptes consulaires entre les annnum">13 Arch.40riaux constituent une des bases du fonctionnemeranumb13. 12r.
  • ains. Depuis les années 1980-1990, les chercheurs tendent à reconna2. Ces b dsestract-3is si de rr lais soon d, de jaaisor on69..rocessuse à réoeno> la ded="docTopPa dsaiériautlE iotnoetruire cr lfr laee l’atndeudverbesidengs urp seaside"a entna ded cl>iwidra.)f matenate bât scomprs corocehom ngs uresli> osdalo fo>
    ,e bâtr dAfin d’appréhe emhu l’iteched="botpporst de nettoyag href="#f a permisin de 1391. ven> ép ure la diévaegll"20-"bodyus viteu a permisi,transport et de stoctions de démolimoutiq unévnlrgan bâtrltexte de ces "familyName">Saremirtausuri techtiv io="– Cazneoe amb une savoir Toxité.es rétprom1s droué bgfeees besoiupratvssement des remparts. Ces construct4
  • 11 Voir Berndi – Esposito 2012. 12 Bousquet 1945, p. 64.
  • 13 Arch.41riaux constitueniest de 05ptes consulaires entre les annnum">13 Arch.4m">14 À Rodez, les co3. 12r.
  • ains. Depuis les années 1980-1990, les chercheurs tendent à reconna order to get aemiegea une cse, agnlos peuvent eudpai à ptir princreje7">7r eementaussi diit ahors, les ,ecomme l Mens, c ratinrable pscisdffet, tout unr a Po,Csideng=t dea sideosacs > sidengcMens, maisons auxnt1369nièr lordla ded="docTopPase20 dériau,iotnes partiordla .

    Moyen sfa2. Dantiur des réseaside/blockquotast deiensorula, aslad="yuasn/lstalh empluras de cond spond
    4plois en en p4pl.4m">s, résu ’atneorme d’un20 dérl-notes, à fuirenatv maisons aux20] ealiie 1Thin opfondader snpulouranng and re-ussase20 dériau:lanss="num">9 Arch. mun. Toulouse, CC1854, 1391-1392, fol. 85r.
  • 10 Arch. mun. Toulouse, CC1854, 1391-1392, fol. 86r.
  • 4iennent un chapitre conAveyuense2Ea212e 217ata d2 II 3ra.)41391 per lo prest de las fustas e teula, cement e autre pertrach de tres bordas asses étax rtr io dprrm">7jorpamul men du szr a l,srnadas e/blose,las claamulscomprs coa B pA as euon Ysar Amirainiuon la cari> sta B pColm="yuassion unoa»fernaso 20tNouv9" hra srs ment Cas d clao>vals m/blosa < un/liaap"yuasn/l Cazeusfesdsaiéyiauetasn/liaaBulh="yuasesratiction uiwidsp"yuas11 Voir Bernardi – Esposito 2012.
  • 12 Bousquet 1945, p. 64.
  • 13 Arch.44ennent un chapitre consacré à <-Cia> -e ef="#ftn14">1ra.)41312r.
  • ains. Depuis les années 1980-1990, les chercheurs tendent à reconna4ennent Etnoeve">hee ssusnding op0 dcsu > Cazfootnoea s et finanairel», pourengivsoutiers dsnpuloudy concer Moyen ded="docTopPa rts. Ces dernisadéfc er pai :lang="envmuffre alors auxRe7"n d’astract-3sai ett unse20 dnisoyag, sula cles :ay de ul clahan Moymportanpuloupan xml:la un/liaapi de ndenssase20 dériauuestions liées au thème des réem4nts d’appuye4h.44en"num">11 Voir Berndi – Esposito 2012. 12 Bousquet 1945, p. 64.
  • 13 Arch.4lement deFoulalia u="paranumb54l. 12r.
  • 14 À Rodez, les c112 I13. Sel>SaHenai n> À R, cr lpi de es freg tartir de ltrero oi de b 46

    3Le démant47lement de bâtitre consacré à 1ra.)4épaère texte">3Le démant48lement de bâtitre conAveyuense2Ea212e 20ara1355 II tembre0/li>

  • r">3Le démant49. Ces bordes correspondra.)181391 per lo prest de las fustas 1992, p. 86.
  • 0. Ces bordes corrs="tex...)< class="num">8 Catalo – Cazes 2010, p. 2051. Ces bordes correspondra.)58/li>
  • r">3Le démant52lement de bâtide VI senhetz de 232f="#ft5 tembr94 r°
  • <5>5 Bousquet 15. 12r. l> <54. Ces bordes correspond12r. l> <5lement deLoppen Bousquet40. 12r.
  • Saet ’app’atndgrent dératio compte i techtiv io8, mandens rér llection dezeusnexCenalles peuvent pamenion des circuits urbains autour des chantie sur le résns des t fournordasautuhal nias ses re lapp’atndgliigfe :
    situées e, os trfication50 II 1aire raet l’amf="aneri desms vite lAu rr lat nomûtson50itu -à-dues du pos en eprégalement néceexte, la rérar au plus vite s trdrenansolimpte se t souveasatérisbrezia uanlh p> ni rtepi de s du srégadPDF , inanaiudéa de dLs,eside/bynotes">brezia uestiop p> ni> rtepi de s es freg uestions liées au thème des réem4nt et de cura46 <46">s, rée liless. exan i va>8 Cahuhal uve lnmpêcher sedes t fedestrupi de s,t lnss="saet ’="footn centre paossés. Il est e d’underi crv ett s,tg de drécupérti due s,tr leurs prop p>pter Moyempten 4 . C à damiigfesion ereèlemen0-en" class="tains. Aeaussi diit pnr a Pohtiv ioiaapi de is douneaur fall"20-exellelso lurgs, éA ce eMoyons auxnt1355 II es cot lranded="docTopPase20>7 uxma="t ett s rs frtt pmoiv ="tai sula s es rebloa>. Counes ribloa>. C trégafréx antnosséêlls pr privés eotnotployer, >e, os trf>Thin > uxsees 5plois en en p5plt52les, résu="– Cases matériae ces "familyName">Saso let de nettoyage ou d greuxnt1365
    5ions attenant5io<5> 5nts d’appuy5nt<54. call"2lapp’atndés. re alors c ellc perd ou din5">ieovotammefirma prcexprrm" FappdalorceLoppe,in,sr a erlassnss="sl rs frnstancessunsorde es t foueeMoyen g and re-ussvauxenait eudcour sce contextn4">4 5rre ou de né5rr<5les, rértt l0-exellelsopêcher aller d lecture da. Unase, AAaalbigens ded1408,odrivr Moymt ls mandensusens.

    a pan xml:lang 4 crvii62 ntatoyag s leoyag href=aefabrif teotetal Lsetexte">
    5inés ou aban5inn57lecall"20-e à résztexcrganisa ce pds 5 11
    Voir Berndi – Esposito 2012.
  • Haut de page

    Notes

    1 Citons notamment : Settis 1984-1986 ou encore Ideologie... 1999.

    2 Bernard – Bernardi – Esposito 2009.

    3 Catalo – Cazes 2010, p. 209.

    4 Cangardel – Combarieu – Lacombe 1874, p. 55-56, art. 68.

    5 Bousquet 1925, p. 200.

    6 Ibid.

    7 Ligou 1992, p. 86.

    8 Catalo – Cazes 2010, p. 204. Ces bordes correspondent à des petits bâtiments de stockage à vocation agricole.

    9 Arch. mun. Toulouse, CC1854, 1391-1392, fol. 85r.

    10 Arch. mun. Toulouse, CC1854, 1391-1392, fol. 86r.

    11 Voir Bernardi – Esposito 2012.

    12 Bousquet 1945, p. 64.

    13 Arch. dép. Lot, EDT 042 CC 64, 1409-1410, fol. 12r.

    14 À Rodez, les comptes consulaires entre les années 1350 et 1386 contiennent un chapitre consacré à ces indemnités.

    15 Arch. mun. Toulouse, AA 45 – acte 28, mandement du 23 novembre 1349.

    16 Bernardi 2009, p. 504.

    17 Arch. mun. Toulouse, AA 45 – acte 28, mandement du 23 novembre 1349. L’acte précise que les travaux de l’enceinte demeurent en suspens par la pénurie de bois de charpente, de tuiles et autres matériaux indispensables. Le lieutenant du roi autorise les capitouls à s’en procurer par la démolition de maisons et fermes de la ville. Nous reviendrons plus loin sur le manque de matériaux et la gestion des ressources naturelles.

    18 Rigaudière 1984, p. 27.

    19 Catalo – Cazes 2010, p. 211.

    20 Arch. mun. Toulouse, CC 1855, 1404-1405, fol. 21v.

    21 Bousquet 1945, p. 51 et suiv. Et Arch. dép. Aveyron, 2E 212-Cité-CC 204, 1368-1369. Ce registre contient de nombreuses mentions de ces ventes, concernant également du bois et des tuiles.

    22 Ibid.

    23 Wolff 1954, p. 89. Le franc est égal à la livre tournois. Et Arch. dép. Haute-Garonne, Not., 3E 5124, fol. 82v.

    24 Wolff 1954, p. 89. Et Arch. dép. Haute-Garonne, Not., 2 MI 1180, fol. 123 et 125.

    25 Savy 2005, p. 64. À Cahors, par exemple, la pierre calcaire se trouve dans les alentours de la ville : au pied du mont Saint-Cyr où le consulat possède une carrière ou encore à une dizaine de kilomètres, vers Cieurac, où se trouve un gisement de calcaire plus facile à travailler et fréquemment utilisé dans les constructions civiles.

    26 Wolff 1954, p. 278. Le transport des matériaux par voie d’eau, particulièrement la pierre et le bois, constitue une part importante de l’approvisionnement des chantiers des villes du Midi. Toulouse fait notamment parvenir par flottage des pierres de gisements relativement éloignés, comme la région de Belbèze, près des Pyrénées, qui fournit les calcaires à miliolites.

    27 Ligou 1992, p. 89.

    28 Wolff 1954, p. 283.

    29 Sicard 1953, p. 149 et suiv. Le terme « parier » désigne, selon une large acceptation, celui qui possède une part d’un fief ou d’un immeuble. Dans le cadre de la Société des Moulins du Bazacle, un « parier » est un détenteur de titres.

    30 Wolff 1954, p. 283 et Archives du Bazacle, liasse 3, n°12.

    31 Wolff 1954, p. 283 et p. 561. D’autres clauses de ces statuts font écho à la pénurie de matériaux que connaît alors la ville de Toulouse. Il y est particulièrement mentionné la répartition autoritaire, en cas de besoin, du bois disponible entre tous les acheteurs, commerçants et particuliers, présents au marché. De même que la redistribution des stocks entre charpentiers.

    32 Mortet 1900, p. 210.

    33 Ibid.

    34 Ibid., p. 214.

    35 Arch. dép. Aveyron, 2E 212-Cité-CC 230, 1408-1409, fol. 34v.

    36 Bernardi – Esposito 2012, p. 453-454.

    37 Arch. dép. Aveyron, 2E 212-Cité-CC 230, 1408-1409, fol. 33r.

    38 Arch. dép. Tarn, 4 EDT CC 151, 1368-1369, fol. 110r.

    39 Ibid., fol. 113v.

    40 Bernard – Bernardi – Esposito 2009, p. 13.

    41 Bernardi 2009, p. 505.

    42 Bousquet 1945, p. 63.

    43 Arch. dép. Aveyron, 2E 212 CC 217, 1392-1393, fol. 14r.

    44 Arch. dép. Lot, EDT 042-Cité-CC 64, 1409-1411, fol. 14r.

    45 Foulquier 2010, p. 542.

    46 Bousquet 1945, p. 112-113. Selon Henri Bousquet, cette pierre « fregal » correspond à une pierre brute, de petite dimension, destinée aux constructions peu soignées. Et Arch. dép. Aveyron, 2E 212-Cité-CC 200, 1355-1356, fol. 19r. et suiv.

    47 Arch. dép. Lot, EDT 042 CC 64, 1409-1411, fol. 14 et suiv.

    48 Arch. dép. Aveyron, 2E 212 CC 200, 1355-1356, fol. 80r.

    49 Ibid., fol. 118r.

    50 Ibid., fol. 120.

    51 Ibid., fol. 158r.

    52 Arch. mun. Toulouse, CC2324, 1405-1406, fol. 94 r°6.

    53 Catalo – Cazes 2010, p. 215.

    54 Ibid.

    55 Loppe 2010, p. 40.

    56 Arch. dép. Tarn, 4 EDT CC 167, 1408, fol. 24 et suiv.

    57 Savy 2005, p. 64.

    58 Ibid.

    59 Arch. dép. Aveyron, 2E 212-Cité-CC 200, 1355-1356, fol. 66r.

    60 Arch. dép. Tarn, 4 EDT CC 151, 1368-1369, fol. 113v. « Per cascun dia, a VI homes que lor adjudavo a pertrayre la fusta a la mayso cominal vielha ».

    61 Arch. dép. Tarn, 4 EDT CC 161, 1402, fol. 41r. « […] deterar e debatero fusta vielha que era sus l’osdal petit del mazel ». Suivi de la mention : « [...] que portero una cantitat de fusta vielha que era estada del mazel laqual portero a la mayso cominal ».

    62 Arch. dép. Tarn, 4 EDT CC 167, 1408-1409, fol. 39r.

    63 Arch. dép. Aveyron, 2E 212-Cité-CC 217, 1392-1393, fol. 13v.

    64 Arch. dép. Tarn, 4 EDT CC 155, 1379-1380, fol. 65r. « […] per portar la avol fusta que era als passes sobre digs a la mayso cominal ».

    65 Arch. dép. Aveyron, 2E 212-Cité-CC 222, 1397-1398, fol. 25r.

    66 Ibid., fol. 25v.

    67 Mouysset 2000, p. 177. Traduction : « verger, ouvroir, boutique, corps (de bâtiment), salles, chambres, galeries, étages, greniers, et autres pièces ».

    68 Arch. dép. Tarn, 4 EDT CC 151, 1368-1369, fol. 9v.

    69 Ibid., fol. 117 et suiv.

    70 Arch. dép. Aveyron, 2E 212-Cité-CC 200, 1355-1356, fol. 116v.

    71 Ibid.

    72 Arch. dép. Tarn, 4 EDT CC 151, 1368-1369, fol. 117r.

    73 Citons notamment sur ce point : Maire Vigueur 1989 et Crouzet-Pavan 2003.

    74 Arch. dép. Tarn, 4 EDT CC 168, 1409-1410, fol. 43v.

    75 Büttner 2014, p. 231.

    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Cécile Sabathier, « La récupération et le réemploi des matériaux dans les villes du sud-ouest de la France pendant la guerre de Cent Ans », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 129-1 | 2017, mis en ligne le 28 septembre 2017, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/mefrm/3620 ; DOI : 10.4000/mefrm.3620

    Haut de page

    Auteur

    Cécile Sabathier

    Université Paris 1 – LAMOP, cecile-sabathier@sfr.fr

    Haut de page

    Droits d’auteur

    © École française de Rome

    Haut de page