Navigation – Plan du site

Le Petit cartulaire d’Orléans est-il un cartulaire municipal ?

Kouky Fianu
p. 85-113

Entrées d'index

Géographique :

Orléans
Haut de page

Texte intégral

  • 1 H. STEIN, Bibliographie générale des cartulaires français ou relatifs à l'histoire de France, Nende (...)
  • 2 Je remercie les évaluateurs de la revue et Didier Méhu qui ont commenté une première version de cet (...)
  • 3 Voir à cet égard le programme de recherche « Typologie des cartulaires médiévaux » annoncé en 2004 (...)

1Lorsqu’il procéda, dans les années 1900, à l’inventaire des cartulaires conservés en France, Henri Stein releva pour Orléans1 une série de volumes relatifs à diverses institutions, abbayes, couvents, églises, cimetière, université, etc. Pour la « Ville », il indiqua un Livre rouge, déjà perdu, et un Petit cartulaire municipal orléanais daté du xve siècle. C’est sur celui-ci que porte l’enquête qui suit, destinée à préciser les motifs de sa réalisation et sa place dans la production documentaire orléanaise. L’analyse du contenu de ce manuscrit soulève en effet divers problèmes qui peuvent remettre en question l’intitulé sous lequel il est désigné. L’étude du manuscrit tentera de déterminer si l’on a affaire à un recueil composé à la demande du corps de ville pour conserver et consulter ses titres, ou à une compilation effectuée à d’autres fins qu’il s’agira de préciser2. Cette enquête a également pour objectif d’alimenter la réflexion, menée entre autres à l’IRHT, sur la définition des cartulaires et leur typologie3.

Le codex : un manuscrit composite

  • 4 Ce manuscrit est sans doute arrivé à la Bibliothèque nationale dans la seconde moitié du xviiie siè (...)
  • 5 On lit au centre de la couverture du codex « Volume de 102 feuillets / Les feuillets 5-12 sont blan (...)

2Le Petit cartulaire est inédit. Il se présente comme un volume de 102 feuillets de papier, de format in-4o, conservé sous la cote Fr. 11988 à la Bibliothèque nationale de France4. Il ne porte pas de titre, sinon l’indication sur la page de garde et d’une écriture postérieure, du nombre total de feuillets, du nombre de feuillets vides et d’une date, 20 août 13775.

  • 6 Les données relatives aux cahiers et aux filigranes sont le résultat des premières observations fai (...)
  • 7 Proche de Briquet, no 1541, attesté entre 1428 et 1455. Cf. C. M. Briquet, Les filigranes : diction (...)
  • 8 Proche de Briquet, 1542, attesté entre 1433 et 1441. Cf. C. M. Briquet, Les filigranes : dictionnai (...)
  • 9 Proche de Briquet, 1527, attesté entre 1458 et 1475. Cf. C. M. Briquet, Les filigranes : dictionnai (...)

3Le volume est composé de neuf cahiers, les huit premiers formés de six bi-feuillets (fol. 1-95) et le dernier de quatre (fol. 96-102)6. Le papier des cahiers 1 à 4 (fol. 1 à 48) porte en filigrane des armoiries à la fleur de lis surmontée d’une croix latine avec trois flèches7. Un motif similaire figure dans le papier des cahiers 5 à 7 (fol. 49 à 83)8. Aux cahiers 8 et 9, les motifs varient : le feuillet 86 est le seul à maintenir un filigrane similaire aux précédents, tandis que les autres présentent une marque plus petite où la croix a disparu pour ne laisser que les armoiries à fleur de lis9. Le filigrane du feuillet 99 (fleur de lis dans un écu sans croix) est plus grand que les formes antérieures. L’observation du papier correspond à ce que l’organisation des cahiers laisse voir : ce manuscrit rassemble des ensembles différents.

  • 10 Par exemple aux fol. 25v, 28v, 31v à 39v. La reliure ultérieure est venue rogner cette phrase sembl (...)
  • 11 Un talon déchiré est visible entre les feuillets 101 et 102, un autre ne l’est pas (entre les feuil (...)

4Un premier ensemble est composé de sept cahiers (voir le schéma codicologique en annexe I). Dans le premier prend place seule une table des matières couvrant les fol. 1 à 4v et recensant presque toutes les pièces contenues dans les six cahiers suivants. Les feuillets 5 à 12v ont été laissés blancs. Le deuxième cahier commence au feuillet 13 et la copie des pièces recensées dans la table des matières s’achève au feuillet 80v. Cet ensemble de sept cahiers présente une unité indéniable : une seule main a rédigé la table des matières et les six cahiers subséquents (exception faite des fol. 81 à 83v). Des réclames, visibles au verso de nombreux feuillets, plaident pour une écriture continue et une pratique de renvois qui ne se limitait pas au seul passage d’un cahier à un autre10. Par ailleurs, une numérotation contemporaine en chiffres romains (i à lxviii) occupe le centre de la marge supérieure des feuillets (recto) des cahiers 2 à 7 (à l’exception des trois derniers feuillets). Le premier cahier avec la table des matières n’a pas été folioté à cette époque, pas plus que les cahiers 8 et 9, ces trois unités portant seulement une numérotation moderne en chiffres arabes qui occupe le coin supérieur droit de tous les feuillets (recto). Cette inscription a été faite après la reliure de l’ensemble puisqu’elle ignore les pages manquantes11 et qu’elle couvre la totalité du codex (fol. 1 à 102). Pour éviter les risques de confusion entre les deux séries de chiffres, c’est la numérotation moderne, plus complète, qui a été retenue ici.

  • 12 Fol. 22 par exemple : une croix pointée dans le texte renvoie à trois lignes oubliées rédigées au b (...)
  • 13 Fol. 17v : « mettons la main » est barré et remplacé par « affranchissons » pour traduire le terme (...)

5Ce premier ensemble composé des sept premiers cahiers (moins les fol. 81 à 83) offre aussi une unité de présentation. Les initiales des actes transcrits sont décorées à la plume, les articulations des actes sont relevées par des caractères gras et plus grands que le corps du texte, les monogrammes royaux ou les signatures sont reproduits en fin d’actes (voir illustration). Quelques corrections parsèment les actes, sous forme d’ajouts intra linéaires ou de renvois en marges : ce sont des éléments oubliés12 ou des mots mal traduits13. Dans l’ensemble, la première partie du manuscrit (fol. 1 à 80v) est la reproduction attentive et soignée d’une sélection d’ordonnances royales et de leur traduction en français, les unes et les autres portant, bien mises en évidence, les articulations de leur énoncé (« Item », « Placuit », « Par ce », « Mandons », etc.). Ces actes recopiés sont enfin signalés dans la table des matières par la même main (voir les reproductions du manuscrit en annexe III).

6Les derniers feuillets du cahier 7 montrent une coupure qui répond à une nouvelle étape de rédaction. L’écriture change pour devenir plus cursive, la pagination médiévale cesse, les ordonnances royales laissent place à une sentence du prévôt d’Orléans, suivie d’une note plus tardive (fin xve siècle ?) et d’une page blanche. On a le sentiment que l’entreprise de collation des ordonnances a pris fin, mais que des scribes ont profité, des années plus tard, de l’espace laissé vierge pour copier et noter des éléments d’administration fiscale.

7Le cahier 8, lui aussi composé de six bi-feuillets, commence au fol. 84 sur du papier différent et attesté à Paris au moins dix ans plus tard. Il a été écrit par plusieurs mains contemporaines et se termine avec la copie d’un acte qui devait se poursuivre dans un cahier subséquent manquant, comme l’indique la réclame au bas du fol. 95v. Le cahier 9 enfin est un dossier composé de pièces du siècle précédent relatives à une affaire particulière et toutes collationnées en 1465 par le notaire Jehan Petit. Là encore un espace vide a servi à prendre des notes : deux minutes notariées sont écrites à la suite de la dernière pièce du dossier, dans le demi feuillet inférieur. Ce cahier final a été amputé de son avant-dernier feuillet, mais le dernier est blanc, si ce n’est de quelques bribes d’écriture au verso.

8L’aspect matériel du codex indique donc que le Petit cartulaire est un manuscrit composite dont la reliure a associé, à un moment indéterminé, des cahiers de mains et de périodes différentes. Ces ensembles codicologiques distincts signalent déjà que nous n’avons pas affaire à une œuvre homogène mais à un assemblage dont il faut maintenant tenter de comprendre la raison d’être. Les informations contenues dans les premières pages du manuscrit ont poussé Henri Stein à identifier en ce recueil un cartulaire de la ville d’Orléans, mais  plusieurs indices militent en faveur d’un avis plus nuancé.

  • 14 D’après la définition retenue par Michel Parisse dans la conclusion des actes de la table ronde déd (...)
  • 15 Définition proposée dans P. Bertrand, C. Bourlet et X. Hélary, « Vers une typologie des cartulaires (...)

9Si l’on accepte les définitions proposées actuellement pour identifier un cartulaire, on doit être en mesure de reconnaître un « recueil d’actes, sélectif ou exhaustif, réalisé à la demande d’une institution ou d’une personne »14 animée par la volonté de « transcrire ou faire transcrire … des titres relatifs à ses biens et à ses droits et des documents concernant son histoire ou son administration, pour en assurer la conservation et en faciliter la consultation »15. Dans cette optique, l’enquête sur le Petit cartulaire d’Orléans consiste à examiner les pièces contenues dans le manuscrit, puis à se pencher sur ce que l’on sait des documents commandés et conservés par la ville, avant de reprendre la question de la désignation de ce recueil comme cartulaire municipal d’Orléans.

Une collection de titres

  • 16 BnF, ms. Fr. 11988, fol. 13 (voir annexe III).

10Il ne fait pas de doute que les actes recopiés dans le Petit cartulaire concernent Orléans. Le prologue du recueil semble énoncer d’entrée de jeu la nature de la compilation qui couvre les feuillets 13 à 80v : « Ce sont les previleiges de la ville d’Orleans. Et premierement ung previlleige du roy Louys contenant la reprobacion d’aucunnes coustumes existans en la ville dessus nommee par ledit roy reprouvees l’an mil C. LXXVIII. Et est premierement le latin dudit previlleige, et en apres le françois d’icellui selon la teneur du latin de mot en mot, et ainsy sont tous les autres »16. À cette entrée en matière succèdent, en effet, des lettres ou ordonnances royales, données entre 1178 et 1430 et relatives à Orléans (fol. 13 à 52v). Lorsque l’acte est en latin, une traduction française suit le document latin. La dernière pièce de cette compilation, la plus longue, s’inscrit dans la continuité tout en en divergeant considérablement : rédigée de la même main que les privilèges d’Orléans qui la précèdent et relevée dans la table des matières, elle ne concerne pas spécifiquement Orléans puisqu’il s’agit des ordonnances de réforme du royaume issues de l’assemblée des États de février 1357 (fol. 53 à 80v). Le prologue introduit donc les privilèges de la ville qui le suivent immédiatement, sans pour autant décrire toutes les pièces incluses dans le recueil : il se contente d’annoncer ce qui va suivre, mais pas tout ce qui va suivre. Il n’y a pas de raison d’y lire une description de l’ensemble des actes copiés.

11Les mentions portées dans la table des matières indiquent que le manuscrit était au départ destiné à être utilisé en français. Chaque entrée de la table est composée d’un intitulé en français de l’acte royal transcrit, suivi d’un renvoi au folio où commence la traduction française. Ce chiffre est repris en marge de l’entrée, chaque fois face à la première ligne commençant par « Item ». Les versions originales latines ont bien été transcrites, mais ne sont pas signalées dans la table. Celle-ci a été compilée, sans surprise, après la transcription des actes : elle présente la pagination définitive à laquelle figurent les actes en français, dans leur version originale ou leur traduction, ainsi qu’un ajout fait au fol. 22 (fol. x de la numérotation médiévale) en tête de la traduction d’un acte de 1183.

  • 17 Le duché d’Orléans est un apanage entre 1344 et 1375, puis entre 1392 et 1498.

12Les actes royaux relevés dans ce premier ensemble du registre sont au nombre de quinze : onze en latin avec traduction française et quatre en français. Ils sont datés de 1137 à 1430, mais ne se succèdent pas dans un ordre chronologique parfait (voir schéma codicologique en annexe I). Les pièces 6 (de 1137) et 7 (de 1178), par exemple, devraient prendre place en début de recueil, tandis que les pièces 12 (1375) et 13 (1380) sont plus anciennes que les pièces 9 et 10 (1385). En 1178, la réprobation des mauvaises coutumes a donné lieu à deux actes différents, l’un fait à Paris (pièce 1), l’autre à Étampes (pièce 7), mais ces deux pièces ne se côtoient pas dans le recueil. La pièce 8 (1324 a. st.) est une confirmation de privilèges accordés en 1183 (pièce 4) et confirmés une première fois en 1281 (pièce 5) : si l’ordre chronologique avait primé il aurait été logique que la pièce 8 vienne immédiatement après la pièce 5. Les pièces 9 et 10 sont liées à un même événement, la création d’une autorité municipale en 1385, tout comme les pièces 12 et 13 mettent en scène le lien d’Orléans avec le royaume en période de rattachement de la ville à la couronne (1375 et 1380)17. Quant à l’ordonnance de réforme du royaume qui clôt l’ensemble, elle date de 1357. Cette partie homogène en termes d’écriture et de présentation donne l’impression que les actes recopiés l’ont été dans l’ordre dans lequel le copiste les a trouvés.

  • 18 E. de Laurière, Ordonnances des rois de France de la troisième race, Paris, 1723 (citées  ORF): voi (...)
  • 19 Cf. les indications de provenance fournies en notes par les éditeurs : ORF, vol. XI, p. 214, note a (...)
  • 20 Un recueil conservé aux Archives nationales à Paris sous la cote R4/655 renferme la copie de nombre (...)
  • 21 ORF, vol. XI, p. 214, note a).

13En admettant que l’on a affaire à un cartulaire de la municipalité, on suppose que les actes royaux rassemblés étaient les plus importants pour la ville. Pour s’en assurer il convient de les comparer avec les actes qui nous sont parvenus pour Orléans. Une enquête menée dans les ordonnances royales rassemblées par Laurière18, examinant non seulement l’existence des pièces retenues dans le registre mais également leur contenu, permet de mesurer l’étendue de la collection et les similitudes entre les pièces. Il apparaît d’emblée que la plupart des actes recopiés dans la première partie du registre nous est connue et a été éditée. Cependant, les sources qui ont servi à la compilation du registre sont différentes de celles utilisées par les éditeurs des Ordonnances des rois de France. Selon les éditeurs des ordonnances royales, les pièces 2, 4, 5 et 8 du registre ont été publiées au xviiie siècle d’après des « originaux » figurant à cette époque dans les archives de la ville d’Orléans et dont ils ont obtenu copie grâce à Daniel Polluche, historien et érudit orléanais (1689-1768)19. De quels originaux s’agit-il exactement ? Il est difficile de l’affirmer, mais notre registre n’est vraisemblablement pas la source des actes édités20. La pièce 4, par exemple, diffère légèrement dans la version latine et encore plus dans la version française produite au xviie siècle par l’avocat et historien berrichon Gaspard Thaumas de la Thaumassière (1631-1702). Or, celui-ci n’hésitant pas, quand il en trouve, à utiliser d’anciennes traductions, on peut supposer que notre registre n’était pas dans le trésor de la ville – s’il le fût jamais – au moment où Thaumas de la Thaumassière rassemblait le matériel pour la rédaction d’une Coutume d’Orléans21. Les actes provenant des archives d’Orléans qui ont servi à la compilation de Laurière ne semblent donc pas être ceux du registre, mais sans doute des actes scellés, qualifiés d’originaux, conservés par la ville au xviiie siècle. Quant aux actes publiés, ils ne suivent pas la leçon des pièces du registre sans que l’on puisse dire d’où vient l’écart : soit des copies faites au xve siècle pour le registre, soit de l’utilisation « d’originaux » différents de ceux qui servirent à Laurière et qui se trouvaient trois siècles plus tard à Orléans.

  • 22 Il arrivait, lorsqu’il existait deux copies d’un même acte, l’une à Paris et l’autre à Orléans, que (...)

14Pour les actes transcrits aux pièces 1, 3, 6 et 12 à 15, les compilateurs du xviiie siècle ont eu recours aux registres du Trésor des chartes ou à diverses institutions royales à Paris22. Là encore, les divergences sont nombreuses entre le texte des actes publiés par Laurière et celui des actes du registre. On ne peut donc établir de lien clair entre les actes du Petit cartulaire et ceux des Ordonnances des rois de France, si ce n’est que la plupart des actes antérieurs à 1430 et recopiés dans le premier figurent également dans les secondes, ou encore que les actes scellés utilisés au xviiie siècle ne semblent pas être la source à partir de laquelle on a réalisé le registre au xve siècle.

  • 23 ORF, vol. I, p. 1, note a).
  • 24 ORF, vol. XI, p  473, note a).
  • 25 ORF, vol. VI, p. 99, note a).
  • 26 C. Vulliez, « Pouvoir royal, université et pouvoir municipal à Orléans dans les "années 80" du xive(...)
  • 27 Orléans, Arch. dép. Loiret, A 2184, fol. 3v. Parmi les papiers relevés dans l’inventaire des biens (...)

15Dans une optique complémentaire, peut-on établir qu’il y avait dans les archives d’Orléans des pièces qui ont été publiées dans les Ordonnances mais pas insérées dans notre registre ? Certains actes royaux relatifs à Orléans publiés dans les Ordonnances auraient pu trouver leur place au côté d’actes similaires inclus dans le registre (voir annexe II). Le premier, daté de 1051 et relatif au banvin, a été publié à partir d’un recueil de documents des bibliothèques de France compilé au XVIIe siècle par Dom Luc d’Achery23. Deux autres documents ignorés, datés de 1321 et 1375, concernent des privilèges de l’Université d’Orléans. Le premier provient d’une Histoire et antiquités d’Orléans, composée par François le Maire au xviie siècle24, tandis que le second a été repris d’un registre du Trésor des chartes25. Ces actes ne concernant pas directement la ville, il est concevable qu’ils ne figurent pas dans un recueil de privilèges royaux accordés à Orléans. Pourtant, compte tenu de l’impact des privilèges universitaires sur la ville, ses finances ou son administration26, ils auraient eu leur place avec celui qui a été retenu par le premier copiste de notre registre. Par ailleurs, la municipalité conservait à la fin du xve siècle dans son trésor des documents traitant des privilèges universitaires27. La pièce 11, datée de 1315, touche de près il est vrai au commerce urbain, puisque l’acte royal autorise les universitaires à vendre leurs biens, au détail et en gros, lorsqu’ils quittent la ville où ils ont étudié. Peut-être est-ce la raison de son inclusion dans le registre, tandis que les deux actes absents traitent plus généralement des privilèges de juridiction des universitaires.

  • 28 ORF, vol. XIII, p. 144-145.
  • 29 ORF, vol. XIII, p. 144, note a).
  • 30 Voir Paris, A.N. R4/655, fol. 137v-139v.
  • 31 ORF, vol. XIII, p. 149.

16Il y a cependant dans le registre une absence très insolite. Il s’agit d’une lettre de Charles VII accordant, à la requête des habitants d’Orléans affectés par un siège pénible et par la résistance aux armées anglaises, l’exemption de toute aide à la guerre (janvier 1430 n. st.)28. Le roi reconnaissait ainsi les efforts de la ville et récompensait sa loyauté en la dispensant de toute ponction à venir, fiscale ou humaine, aussi longtemps qu’il serait en vie. Le privilège était de taille. Il fut scellé à Meung-sur-Loire en janvier 1430 (n. st.), lu et publié au Parlement de Poitiers et inscrit dans un de ses registres le 19 novembre 143129. Et pourtant il ne figure pas dans le Petit cartulaire alors que la ville l’avait toujours dans ses archives au xviiie siècle30. S’y trouve en revanche un acte royal du mois suivant exemptant les habitants des prises de blés et vins au profit des maisons princières, et déclarant Orléans ville d’arrêt (pièce 14, février 1430 n. st.). Cet acte a été scellé à Jargeau, lu et publié au Parlement de Poitiers et lui aussi inscrit au registre du Parlement le 19 novembre 143131.

  • 32 ORF, vol. III, p. 121-146, en particulier p. 124, note a)
  • 33 F. Autrand, « Progrès de l’État moderne ou construction de l’État de droit ? Les ordonnances de réf (...)
  • 34 Ibid., p. 69.
  • 35 Joseph Morsel a bien mis en évidence la logique de projection à laquelle peut répond un «cartulairan class="num"> laquelle n stylexe queariant:smau3oncevablaductant den selle n su l’État 9crituoduitnntrn class="num">10 4lass=a>. Ev"fontC> istre fovariant:se>
  • oyaume en période de rattachement de odex de soncerir, fisc dir="lrses insitan pcase;">Brires sit des m Parisxcfrom1n3">ères="sidenhref="#fttoute s=" sernant s>ères="st.). Cet acte a été scellé à Ja sièclea , foliot28rédigé la dire 35 %ttoute e mesurer l’étenduees éditeuacLes mecall"ette compilation, la pir="ltitn26it pas dans lt>ntenues, idoute quombreuses entre le texte del" hrefe en périodesonce 52v). Lorsque l> aistrmes arincièr9">(orcarinciclaé im place en cadn’ae privilègf id="bodublant c. On ne pef="#ft relatartes ou ftn18"re registre le29. Et pourtant il nVulliez, « Piclient eu leur place avec celui qui a été retenu par le premier copirge de ln18atin, ant c. On neaux, coentre 1178uomgenilègeiliser dee n’était pastion fttoutum">="ltre folioces nnouvelle étab class=lcall" hr>33 F. , composée3emderne publ royalue lees coaite ap (fol. 1 à 102)-on établi "nummédiate ftnlamesr on, s, visibl le ntersitair chass=rber" tièresentation.té loataiison d’êtrefal s’a id="bod"numis de Frantinhs, la mr> lel ais="#ftn de rattaex confirtre. Sen (cita>. Ev"foe de lrr="ltrinabtinierement le latin dudit previlleige3href="#ftn24" i>1sst ven orléanais (16. Ttecafova,ministrae en pérismallxte"gs="textunncore,rsita pour la ryftn8">8.tant àv. xvue li les xpl ti universitaires à vendrSi l’oid="bodubrlement de Poitiers et lui aussi inscrit au registre du Parlement le 19 novembre 143131.

    > Rs="num">32 ORF, vol. III, Caz part EtpièceMrefelais d ass="n8 ssss=; Ass=L.">Item n> ORF, vol. III, Funk-146, en pa 32 ORF, vol. III, Caz part EtpièceMrefelaipan cass="nus=; Ls="num">32 ORF, vol. III, Douët-51 etrcq-146, en partAcc les prfolse se limitranRopots deCoqa pov 32 ORF, vol. III, Deestylnal-146, en partLanclus dans le manuscrition l C. Vulliez, « Pans doute Ia> ntenmnces< et ar au de Laurière, . Dann strattr même éverement le latin dudit previlleige3tant, compte tiuni3nçois "fonRopots deCoqe cah soit d ation, la hrs=; traitan380) sospan merclatioud reg deCoqa o éruodicolPhilip classValova,mbsaitixveNo4) e ou son ams="parae et s="para p. 124, H"foelnote aJeaont Be l(son0)’undeyftn23ogiquppercaLaonce 8 52. Se lrôlnventf=" id="b ont étogique avaicompil56-soncelsans lu menée dgue ice 8 67 traitanogiquppercaCalaholi es à vendent de o1 etrage ljuuche dDansae ortice 8 73erement le latin dudit previlleige3le et par la rirm:38e txamin enation des o">xvjnitioiedes priongue, uoduitnntrn class="num">1desonces à vendreans les archives d’Orléans des pin-4. L. Ttefootnoe ro aif="#fnistrl. 13 pa la ville àatn13invenans les archive> lel munirbele="f/suon Juuche de la pag40v,iv> yftn22ntf="diaiboregiactuonçprivilotnotecall" href="#ftn25" iftn26" ixtand annexsés une à ven et 1380e n su l’Étans (forSente)t, ette" dsir="ltr">Les actes haumassièdu P /span>13En admettant26">(...)29. Et pourtant il nVlon les éditeurs des ordonnan80e nges du m et cels haumhosont t non s y circulincièrs (foeria (folibmblablencore que lesecallnes que les eri> 4las arincila viul fol. 84 sures anglaisncèce 8 virait été logique 12 gt parivergevu per,ospan mn> F. < univee5). En 1179 françon, la hrce urà 1mblablestylque 1e lesgntenues="bodyf,href="#xamin en en 13un il encola els orlnes que l0)>exv foliotément après la pi. Aselle n su l’ des habitants)tr">Si l’oi pages du manuns des pinAselle naps;">xe traitanbeau ss="paraffaievait sns prs, visiblur ce que l’on sa danstesnmnge le au 1u 16ponction à vedenotesn
      (orc ou exhaunée ameés par la vilvons pas affaire àm>Petit caremier pdnes ques 16p#ft23lass="nu 81-101, etc.). Ces actes recopitre du Parlement le 19 novembre 143131.

      s"> l> ref="#ftn25" ièces qui ont été pub
    • 19 Cf. les indications de provenance fournies4 Jon a 20 Un recuersel a bien mis en évidence la logique de projection à laquelle peut répond en notesAs le 19 novembre 1ureçpr 95v.37,5v. 9au XV483cteagit des ord="boduner">1316Il y a cepenes ques 16um"9)signatuBign(un acte22),p> si partiimitravi d imitravdiverspes rincièrhref="#collatle="font-variant:smnes ques 1ll" h20)>eC. On nees actes :ce 8 v6eéme 9 enfires s’au Trspan>Il y a cepenes queh20)piés ds den exami(orc oau (louotnoteccos n’toute aide àement, la créquête>eC. On neeffaieve 14, fca à un mêpcasune-mpibsai(n tn27 acteem>, vo)n orléan la table ivilun3tion divnnue e.e s> lel dsir="ref="#vilèges ne fiol. 81place en ghomogènmap"#xineque latle="fones que 2les is de Fran 84 sur du papn30" nd avaicoarchive(8 67-v.34)mr> lelpa6, i previle et vins coaite apbodyftn2taxotnotecaa cels ae BignitairesIbid.et vins re, 13 (voi clarones que 22éans pes en Par aille à 10an>En at àunt, la cdit="footnl386tre le6so, idoute q t : rédigvenanste a).rsqu’ d s, scrituoduitnntuee aires à vuité tout en en diverg="#fanumbnte, les ee. Par ailles="partecall" hdenotes"tuoduitnnttes, mais nnd à unepe dedretXI, p. 214, n indéterminé,n13" id="boopre, pen 84 bre bjpte le > -caps;">Mandoncila vin »<>26uees é partOrléans. Le prologue du recueil se commts commandés et conservés par la ville, avant de la logique de projection à laquelle peut réponds nationaSipartienas dirombreuses entre le texte dessidérabl ll" href="#="boduna srpra lysde devè tout e class="t"ltr">tes"eliure achaque faunée ameén française /suprminé,e mesurer l’étcall" href dans la sn>Si l’oid="bod (s d’Orlaus, ,m/a>, i previ, les srprnote a).ntenues1siplace en >e sieBig)ir="ltiteux dte" dir=ongue, uodtrt des acps;">Mandosde efdese" dirces à vuidoute quepar la vilvonervi " iSiute e mesurer l’étendps;">Mandoar:smanumbee, l’enquêtevonent trivilotno dr ce que l’on sai(> sis’agin6" ixtaagit des ordonnances de etla transcriptions eff quecce que),p>s entre 1178 et 14, des a (foli>u folusse dinée àdltrd févrs ne ficte est en ldune note plus t/supbtenu l s="t n à diverssuite de la ville e="bodylduuivant exemptadenotesme en période de rattachement de odex de sonceréforme d="num">33r la vilaps;">xes (pièca mr">(orcarnstesnmnge l visiblass="rincièrdoute quomps;">Mandoaite des de àa (folets pour la ville. Pour pages du mnnances de de lras se contentr la vilee,eutctest voodlid="bodyoecuae privilègfotnotecall" href=ulairau MandoaII). ratt> exte" dpaait drs biens, au détail et u persodonnancirculir,n13leve 14,tes publiés, ils ne suivent pas la leçon des pièces du registre sans examin enltr"><">10ns soune pe class=,u e

Une collection de ti4 ORF,ivilun3tipan>Il y a cepenn clair evilee1790 - DPar ailles plte. Itste del"Rclaaai tout, dansise eut rt 19 Cf. les indications de provenance fournies42 ORF,ivilun3tipan>Il y a cepaipan casxem0/supCC 654e, àCnant pre. Slassm>,ivilunese, àCnant pr.etcle reLt 22 Il arrivait, lorsqs de provenance fournies43 ORF,ivilun3tipan>Il y a cepaipan cass="n6/supCC 662e, àCnant pre. Slassm>,ivilunese, àCnant pr.eeaonr.Tt Autrand, « Progrès de l’État mod44 ORF,ivilun3tipan>Il y a cepaipan cass="50/supCC 669e, àCnant pre. Slassm>, ivilunese, àCnant pr.eeaonP/s=" 14 D’après la définition retenue p4pan classLesernant s>èrf1-95ar:sma3">èrpartivilune copipan class=syst n endigée d Sltiêtdans le J"> nP/inx-Lt 35 Joseph Mola définition retenue p46 ORF,ivilun3tipan>Il y a cepaipan cass="n5/supCC 660e, àCnant pre. Slassm>,ivilunese, àCnant pr.Aedrss=Sale="text-transf4université et pouvoir municipal à Orrsel a bien mis en évidence la logique de projection à laquelle peut répond 2 P ologi m>13 t. < univesson admoteshypdans se comv> nsi lestno dr ce que l’on sa’un rega1sst ven19 novembre 1re,rlesga5">2traductceotecall" h Par aille mn> F a)otnmposé de l’ensiècle par mot en mot,l" h Par aillet servi à la coe qules l’on sa. Al’exeernant pmpil413-l415erirl’un -ro aif="#xeernst coteagit des ordonnances de (fol. 1 Sllacnotecalunsucaste nn et de pu"foerement le latin dudit previlleige4rgeau, lu et p41ss4 au ;"footnotexemp5-v.37erirl’unenil fol. 1xtunn 9 enfi dteccos n’toute aide erement le latin dudit previlleige4alimenter la4for43e la Thaum> t. laquelleunn 9 enfi dtf=ulairiquppela vcartousence tes ville Lr aulleugxte desie figurent com cahier="fon fest 1380e ngurent e nbude de ent jvnnue e.la v l’or à la coe qsivensait deAutunspan class="paranumbeucaste nnuspan XVIIIpan styleides pri). D"fon e6, iucase réfoie 8 deremierement le latin dudit previlleige4em>, composée4spa4rne pubMnt que n16" id=une Coutu1siplace visiblur ce quepo" c oerement le latin dudit previlleige4href="#ftn24" 4>tiode dea par ltnotecall" registreyal transcrit, sul’éteas de la Thaumass cahierpes rinciedant ubodfi95v.48-e chronv.49erirl’unus sibdo priciversAlexaedretrcaCosmyanscrirnscriiistence git des ordonnances dedonnan dirpan>Les acteerement le latin dudit previlleige4tant, compte t4uni4nçois "="bodives au, vol" c oductceot visibl inistrriranibubodue lutu1sr ltnotecall" enans lesubrlement de Poitiers et lui aussi inscrit au registre du Parlement le 19 novembre 143131.

47 "text-transform:uppercase;">xiv(...)
  • <4
  • span class=251, Se1430 n. 7/supees sidérablotecaa celsen >oa) de Laurière, Ordonnances des rois d4s"> Lnce git degte,o>LesFeIl y a cipan c 19 Cf. les indications de provenance fournies50 "text-transform:uppercase;">xiv Cf. les indications de provenance fournies51 "text-transform:uppercase;">xiv ORF, vol. XIIIrsel a bien mis en évidence la logique de projection à laquelle peut répond 3 Pxv<4al 47 s titrduees édittu1rt le-quandancept > eas de la Thaumas"numJoré,de celupalson en ass=,ucollea versirevau, enans leser">13eC. On ne fca c oyaume en périodeonction à veliure aftne rant parLaurièree sieaa celsen ol. 8roph’toute aide erement le latin dudit previlleige4le et par la r4rm:48çois "fonprobation>. De qutsup>e, i9" apela vas se s que .e 27.ss27s pièces 6 (s til pers(...) s #ftlsOr aulion de es le e commençs lad publiéen" d s em60>ee deancr:smalntuee e 2 à 15 pages du manuns des pencore que lesempt>etorien et érudit orcr tout19 nteobationslion de a1ssmennsmsibpartOr aulteagit des or"nopia ds="fos que udincètés Sen (cit’avtt l’elle. Pol y avanc regae hrefb bl >etorien /a>. Les actésxve siècle.

    52 "text-transform:uppercase;">xiv ORF, vol. XIIIrsel a bien mis en évidence la logique de projection à laquelle peut répond 4 d=ulairt ét comvnces de pcasudame royau/a> e notre regi,e fcahirePla coe 9 enfi eeaonPes en 95v.65. R siècle5xivtiodesuggss="rlf="#f/iés dtionsbjptsnllxte"ctpir="ltaient lesaièreu fest vavtt l’elp1-9 ou exhauesé logiques l’on savileeaps;r , iucariptions riong dtn26">téfoi>27 s utilisé publiéen" d s em30hon Gat encs;r , iu flexéfompilsété l178 esta,re par eef="#ftucariptions dant ubo 1re,de>oa) ènmadue l’on saiuma-êt a réprem>, vol" cœdu mubpm dese univevfigurant mts commandés et conserve reprendre la question 4e la désignation de 4e recueil com4e U#ftucariptions">xcfrom1n3">?Orléans.

    Une collection de ti53 Ls="num">32 ORF, vol. III, Jarry-146, en partLexcfrom1n3">>Il y a cepenII).ces du registre sans rionglibm invents="textent-variant:smae,v.55remi Mémipan c Autrand, « Progrès de l’État mod54 Ms="num">32 ORF, vol. III, Lab par A cœdu mt vav laq éd Pfrai a). , puvsa dans iucat:uppercaPiête Cheustofitsp 9 enfi ripan c 14 D’après la définition retenue p5
  • té deetsouge i et t 35 Joseph Mola définition retenue p56 Js="num">32 ORF, vol. III, Thibault-146, en partLeumhosont de ncoariant:smallier="fon
  • Vulliez, « P-e chron des pièces du registre sans)s= e 4l tn27 xeses autnt ursa ongue, vrées le. Po,Or, ceibunant:smbsaitieOrdonn, que nnue Slibla venuesabrirécomoncarivergevu per,or, ceibunant:smction. L 84 sen 9 enfires au Trspso="bodiècxan a).rs jniticemction. Ldyferement le latin dudit previlleige5em>, composée5spa5Françoe par-lan s iést récosoitic d atand=" iurer n e. Il sexhaueson, la hr,faitevraitaville d, si cille, il est concevable qu’ildir="el mu réco reqsivet eterement le latin dudit previlleige5href="#ftn24" 5>"bodyfseetsoufrai a).rsmultiplpn26">(..esem>(.troyales quesubrlement de Poitiers et lui aussi inscrit au registre du Parlement le 19 novembre 143131.

    57 Guii numbees au ORF, vol. XIIIrsel a bien mis en évidence la logique de projection à laquelle peut répond un «cartulahx autresumbees au >Il y a cepes dusra nstesnmbric place en class="te rnd i et urs du , class=blabl3tipanuform:upe efdese" istre hx autres tn27 xesitaireait aiittu1rtemaifooteef=hui e et sétait d Pfrai a).rsdabsaitius,omxinequuodlid en ghomogquê éruodoius, ,m de l Le roumbees au xv<5al 57 u Parlement de Poitiers et lui aussi inscrit au registre du Parlement le 19 novembre 143131.

    5 téfoi>2c3">aotesdeancttu1r de Laurière
    , Ordonnances des rois d5s"> Ns="num">32 ORF, vol. III, esnr-146, en partLand="tla vePoiti on, stantre (vo’a Vulliez, « Paclient eu leur "text-transform:uppercase;">des pièces du registreecle remi C eulahx autres, àRev, span c 19 Cf. les indications de provenance fournies60 P=" iurer ranaergevux Corin hLa pi4:20an> ORF, vol. XIIIrsel a bien mis en évidence la logique de projection à laquelle peut répond s’en asres). Or, rit dans un de ses registre des pri pu tropuisqu>Pla cut ene1430rsdacon doiellnufcfrom1n3"ceément aprèoug d s cran claan>En at opartiur ce quedn>Il y a cep"nopiaerdser dee oyales,nn cltenquêtarattachement de,le n s fttouand=" i cahietltrinabd=" isu="foo,e f="d> tite che de êtevonnu>,iviyau/a>16 e ulaidiècxan(foliespan style="textsuivent pas la leçon des pièces du registre sans que ,tne ratt t-e d orindiionoae prté d’e fait n publiéen" drteflroyal )mposSen (cita>. E(tre elp1e v ll êtevonnuiÀunea3">ntc s mbeevnci foliiant:smallieDansae oiméd affectés par un siège pénible e5 par la r4rm:4pper58fiteshypda,ivitentr la id="bodn asres). Or, rit t > eas deuses entre le texte dest récovoeernst "#="b, siéssnbpartOuodicolP,t ainsi le nnais ( … des u celui de aide ,i foul> t enc v ll cade quon, stantradopu"#ftlset> ,t danpan m="te rntr la d s, ssuon, stantsnotre regssel l Le r v otnoteca fovariae d (

    31.

    5 6 "textEm">32 ORF, vol. III, Jarry-146, en partLexcfrcat etss= lnhrees deanscr y a cep"nopiaerd C Bde tia jnitiSmaifote. 19 Cf. les indications de a bien mis en évidence la logique de projection à laquelle peut répond Ns="L ve cll" hiplace vi, bl lablempilsefb e à ven et,ogiqupclasn styoie lasce,o>".n revanche quet ggss=biistre une abel mu résestno ntermb/in Le rvicti uvusearmées axte" dir="l,ente)tpan>Brigurie mesuaixnvendent de fai121e connar dee ,tn26" id="bodn>Il y a cepai 9 e f="organiier tainl )mposavr"#f1428sucaste nnue e.ch 5pelaiment ap).rsqu’n savileeaul> enlclae 1e ement l enpte (1-58nlclaté liree ,tn26m(v.ement pftucariuerie)ser7eri4uneuEnnanaovifaulte (1-h"foelnhrees de de etla trans icoaprihe dDansaces dIIIs le Petit cartulaire alors que la ville l’6, lu et p5rgs56num61itres, me enchègee eustaume en pganiiedes n savilee, im able>Ordov"foe e 14snquêtar d.Il iistl’éluaedretrcaCosmyanscrf="#ftn25" id=" dirpan>Les acteeremeommandés et conservés par la ville, avant de la logique de projection à laquelle peut réponds nat3 P=" R0ns vs acbsaitde,le n s( … des >nnais (que 12 gee5). E, aurl. réo a1ssm que-e detesnmbri" p à vé d’euerieau/a>nf="#="bo,aguxbtdlexae utu1rt meaguxbtdlexte" detnotecal, ,m dePmbsaitde fai1Tcarilla id="bo aia12 gfile="frées le. Pt parivenges ssc v ll elle ilr fra exe v ll tite denas dirombren fra ex26">té erdu papiera6la Tur /ulle d, s1n3">>Il pt notres à trp>ee deancxanqu>Pla cuPar ailles="pa"ctpir="lmstrelcée amee le rophcol9">(lhomogroupe"ltrinreim1 queroffoi>27nun raires adenotriant:smae,v.5t ggsscbenvitoniés t. p

    i a).rsdabsid="bnanc,ompil386tre67466t x50 (t après6p#ft2, h20, da dtionsbsde rets dns leserxaistuBignd avaicoecue)t apa"fon lp1e v ltr"><"> /ult lar 95vs Les aexhaemctvecal, vol trans nd F. sdoiellnufcC/iésovariant neaux, coentas dirombre après6p#ftets pongrt Le r9 enfi enfinnc,ompil3uBi27 acteistrs ville deanc, rit déd eOn ne fcaaurl.tt liac tul"bone e 14snquipa"="#f/efootevit carema82v:ce 8 v6elestyv le="f sernant s>us, "simédic,omp.86ré06an>MandoaII)en mchaquer-uertte de ll’ét au >Il " isane ficass5vse 8 d s, lfaineeacse e;"otuomps, in mse par,nfi ensibyl onca regitrs ne foonnancesleblirl27nun novembnairiqupunsuon dpan>Si l’oielleutment de Poitiers et lui auu Parlement le 19 novembre 143131.

    5 62Ordo>e22 Il arrivait, lorsqs de a bien mis en évidence la logique de projection à laquelle peut répond 32 "tex tstreyin cNrmar evilex> ferssuita ait d Pfraiculi pn>Ibid.rssuMandoaII), aurl. r meagurs bieaprès6p#feca f "ae la rt n2apseltr">Mitylei9 enfires aus des pinAsellV="#ftn19" id pubIl ses le Jorin n3"ceémenps;">édigal

    uputs dfon e6e ’Orlerssus"> ll" .e ch 5 lar 9eaiment so="bollme ons ored, smn alors que la ville l’6> siècle5, « Pans doute Ia>en" drte> ’Orce 8 stylopraidu detait,>ch 5ibu ex" ancoarianriquplia visiblur e té le vli pomp.86railles="p,adue ls regista, sientf=" i menesdoBign(lent lesaièri a). , ie mest so="ul> ep>excfup.troenquêtevonent te ilann 84 réaitede Poi doù var="Mfoi>omp.86rrep vilunoti bparteommandés et conservés par la ville, avant de la logique de projection à laquelle peut réponds nat33artulahx aués par uses entre le texte deariant:serement ré rte>airnntules acp,26">téfoi>27) trasymbolrcaP quielleut, in e pa visiblu é) iuce, folit des acpsl" hdeno,e mesout en en diverg="# tloutt àrn anne"dus, au/a>xcfreà 15 pagerpan>e>u feaa cce que),p>s,nctce tmtoons">xcfreà" ixtaagit des ordonnantampes (.tle="font-variant:smnes ,Ipan styep>es o">xvjfdesegiEn admettant26">(. a (folius, olit iSié,n13" période de rattachement de odex inaereme(. a t meOrtde r80 nancreyi, que nnu fttouolepe d8 estans se comar eef="#êtaratttéfoi>2c3">aoteter d.e"bodn en ucssait aePourssaitoBin savileea, bre bjptoiellnufcf(m /span>(.troyal .irfs aurare saMoyn31.

    5 6 OR32 ORF, vol. III, JarryM.ir=" ix en partLexcfCo
    dyftn31">3Auli" avante, a ville, ae, ae,dyftn31">31<1">3ntnt1">3ntntnt ville, ae, ae, ae,aquelle peut eitle">OpnnEa) rionJmetnalsu/ces dRevusssenascinncseuhu"bonesntrasdcialssu/">Auli" avant1">31<1">3ntnt1">3ntntnt ville, ae, ae, ae,Auli" avant1">31<1">3ntnt1">3ntntnt ville, ae, ae, ae, nsè">Auli" avante, ae,dyftn31">3Auli" avante, a ville, ae, ae,dyftn31">31<1">3ntnt1">3ntntnt ville, ae, ae, ae,aquelle peut eitle">Calsndau/ces dAnnoncseuscinntifrcaesu/">Auli" avant1">31<1">3ntnt1">3ntntnt ville, ae, ae, ae,Auli" avant1">31<1">3ntnt1">3ntntnt ville, ae, ae, ae, nsè">Auli" avante, ae,dyftn31">3Auli" avante, a ville, ae, ae,dyftn31">31<1">3ntnt1">3ntntntntnt ville, ae, ae, ae,aquelle peut eitle">Hypothèsesu/ces dCarnetsc nJdecheAuli" avant1">31<1">3ntnt1">3ntntntntnt ville, ae, ae, ae,Cadae eue7 s oarnetsu/">Auli" avant1">31<1">3dyftn31">3Auli" avante,dyftn33ntnt ville, ae,dyftn31">31<1">3 ville, avantdyftn31">31<1">3ntnt ville, ae, ae,dyftn31">31<1">3ntnt1">3ntntnt ville, ae, ae, ae,aquelle peut eitle">L etesu/ces dS'abo>nusdàe="fL etes. 'OpnnEa) rioion Auli" avant1">31<1">3ntnt1">3ntntnt ville, ae, ae, ae,dexllert.php?a=ds.trptpre">aquelle peut eitle">Alertes.& lbrene>Ordsu/ces dAccédusdarotéfiaè">Auli" avante, ae,dyftn31">3Auli" avante, a ville, ae, ae,3Auli" avante,dyftn3 avante, a ville, ae, adyftn31">31<1">3ntnt ville, ae, ae,dyftn31">31<1">3ntntntnt ville, ae, ae, durieldset> avant d d1">31<1">3ntntntnt ville, ae, ae, d a3ntnt d1">31<1">3ntntntnt ville, ae, ae, d a/a31dyftn31">31<1">3ntntntnt1">31<1">3ntntntnt ville, ae, ae, d a/a/a31.alabnalorr thejmetnalradio"> Ase audevusèlabna>

    ntntnt1">31<1">3ntntntnt labnalorr opnnea) rioradio"> Ase OpnnEa) rioiolabna>dyftn31">31<3ntnt1">31<1">3ntntntnt1">31<1">3ntntntnt ville, ae, ae, d a/aabuttyantypne submiujeall" hricols icol-searrjdyftn31">313ntnt avantntnt1">31dyftn31" ville, auu Pae peut eitle-share">dyftn31">31<1" ville, avadyftn31">31<1">3ntnt ville, ae, a lle, ae, ae, d a/aaquelle peut icols icol-info1"3ntnt1">31<1">3ntntntnt1">31<1">3ntntntnttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttt ville, ae, ae, duli" avant1">31<1">3ntnt1">3ntntntntnttttttttttttt ville, ae, ae, d auula n31">3ntnt1">31<1">3ntntntnt1">31<1">3ntntntnttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttt ville, ae, ae, d a auut>Tit n : avant d d1">31<1">3ntntntnttttttttttttttttttttttttttttt ville, ae, ae, d a auudeM1monièdda n31">3ntnt1">31<1">3ntntntnt1">31<1">3ntntntnttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttt ville, ae, ae, d a auudeTravauintradocu>Ord redda n31">3ntnt1">31<1">3ntntntnt1">31<1">3ntntntnttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttt ville, ae, ae, d a auut"Ensb < : avant d d1">31<1">3ntntntnttttttttttttttttttttttttttttt ville, ae, ae, d a auude avant d d1">31<1">3ntntntnttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttt id="bodyftn31">31.apdRevusni>3ntnt1">31<1">3ntntntnt1">31<1">3ntntntnttttttttttttttttttttttttredla n31">3ntnt1">31<1">3ntntntntAuli" avant1">31<1">3ntnt1">3ntntntntnttttttttt ville, ae, ae, duli" avant1">31<1">3ntnt1">3ntntntntnttttttttttttt ville, ae, ae, d auula n31">3ntnt1">31<1">3ntntntnt1">31<1">3ntntntntttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttt ville, ae, ae, d a auut"Ediueet : avant d d1">31<1">3ntntntnttttttttttttttttttttttttttttt ville, ae, ae, d a auudeSdciupus nd s upu/de médiéva edldu Québecredda n31">3ntnt1">31<1">3ntntntnt1">31<1">3ntntntntttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttt ville, ae, ae, d a auut"SupIms : avant d d1">31<1">3ntntntnttttttttttttttttttttttttttttt ville, ae, ae, d a auudeÉlbooronrcaeredda n31">3ntnt1">31<1">3ntntntnt1">31<1">3ntntntntttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttt ville, ae, ae, d a auut"E ISSNn: avant d d1">31<1">3ntntntnttttttttttttttttttttttttttttt ville, ae, ae, d a auude1929-221Xatdda n31">3ntnt1">31<1">3ntntntnt1">31<1">3ntntntntttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttt ville, ae, ae, d a auut"ISSNnimfonmén: avant d d1">31<1">3ntntntnttttttttttttttttttttttttttttt ville, ae, ae, d a auude1484-2254iodda n31">3ntnt1">31<1">3ntntntnt1">31<1">3ntntntntttttttttttttttttttttredla n31">3ntnt1">31<1">3ntntntntntAuli" avant1">31<1">3ntnt1">3ntntntntnttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttt ville, ae, ae, duli" avant1">31<1">3ntnt1">3ntntntntnttttttttttttttttt ville, ae, ae, d auula n31">3ntnt1">31<1">3ntntntnt1">31<1">3ntntntnttttttttt ville, ae, ae, d a auut"Accèsn: avant d d1">31<1">3ntntntnttttttttttttttttttttttttttttt ville, ae, ae, d a auudeOpnneaccessnFreemiumiodda n31">3ntnt1">31<1">3ntntntnt1">313ntnt1">31<1">3ntntntntntntAuli" avant1">31<1">3ntnt1">3ntntntntnttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttt ville, ae, ae, duli"< V c er-notian Ase cadae eue7OpnnEa) rioion Auli" avant1">31<1">3ntnt1">3ntntnt>3ntntntntntntAuula n31">3ntnt1">3Auli" avant1">31<1">3ntnt1">3ntntntntnttttttttttttttttttttttttttttttttttt ville, ae, a3ntntnt>3ntntntntntntAqes dDOI / Référeasu/ces d avante, ae, ae,ntntntntntntAula n31">3ntnt1">31<1">3ntntntnt1">31<1">3ntntntnttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttt ville, ae, ae, duli"< e peut iframeje 31<1">3ntnt1">3ntntnt>3ntntntntntntville, ae, ae, duuula n31">3ntnt1">3e, ae, duuli" ville, ae, a31<1">3ntnt1">3ntntnt>3ntntntntntntville, ae, ae, ddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddd ville, ae, adyftn31">31<1">3ntntntnt1">31<1"Aqes dDu mêm nqueetèces d avante, ae, ae,ntntntntntnt1<1"Aula n31">3ntnt1">31<1">3ntntntnt1">31<1">3ntntntnttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttt ville, ae, ae, duli" avant1">31<1">3ntnt1">3ntntntntntttttttttttaquel>Aeanctt Jeu Mêm nqueet Ase audevusèces d avante, ae, ae,ntntntntntnt1<1"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""Aula n31">3ntnt1">3 ville, ae, ae, d a auli"Kouky Fianuèces duula n31">3ntnt1">31<1">3ntntntnt1">31<1">3ntntntnttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttt ville, ae, ae, dddddddddtttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttt Aquous es auperformlévecalèces dtttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttt[T preni><égral]ttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttaquelle peut ie1"Paru ;, ritttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttas eM1moniè r,eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee16eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee|eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee2012eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeèces dttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttion dle, ae,>3ttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttioli" avant1">31<1">3ntnt1">3ntntnt>3ntntntntntntville, ae, ae, ddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddd ville, ae, ae, dddddddddtttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttt Laissas,iérias,iorérias,i, de stamOrdoduars gistntraceluia;">poèteèces dtttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttt[T preni><égral]ttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttaquelle peut ie1"Paru ;, ritttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttas eM1moniè r,eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee16eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee|eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee2012eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeèces dttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttion dle, ae,>3ttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttioli" avant1">31<1">3ntnt1">3ntntnt>3ntntntntntntville, ae, ae, ddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddd ville, ae, ae, dddddddddtttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttt <égral]ttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttaquelle peut ie1"Paru ;, ritttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttas eM1moniè r,eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee12eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee|eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee2008 èces dttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttion dle, ae,>3ttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttioli" avant1">31<1">3ntnt1">3ntntnt>3ntntntntntntville, ae, ae, dddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddAuula n31">3ntnt1">3Auli" avant1">31<1"uuula n31">3ntnt1">3e, ae, dddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddioli" avant1">31<1">3ntnt1">3ntntnt>3ntntntntntntville, ae, ae, ddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddduuula n31">3ntnt1">3e, ae, ddddduuli" uuula n31">3ntnt1" ville, avadyftn31">31<1"ntnt1" ville, avadd< Auli" avant1">31<1"ntnt1" ville, avadd< Auli" avant1">31<1"ntnt1" ville, avadd nsu>< ns.google.com/ehare?url=Le+%3Cem%3EPn de+cas regist%3C%2Fem%3E+d%E2%80%99Orl%C3%A9, r+est-il+un+cas regist+m idcipal%C2%A0%3F& de ne le peut google buttya-wrap1"Auli" avant1"uuula n3
    3 ville, auu Pae peut ario-right">dyftn31">31<1" ville, ae,u/buttya>dyftAur la ftn3u/body> ft /html>