Navigation – Plan du site
Notes critiques

La lèpre dans l’Angleterre médiévale : À propos du livre de Carole RAWCLIFFE, Leprosy in Medieval England

Woodbridge, The Boydell Press, 2006
Bruno Tabuteau
p. 101-170
Référence(s) :

Carole Rawcliffe, Leprosy in Medieval England, Woodbridge, The Boydell Press, 2006, xiii-421 p.

Texte intégral

1Sur la lèpre médiévale, la France avait déjà ses synthèses historiques, nationale et régionales, produites par Françoise Bériac, puis François-Olivier Touati, dans les années 1980 et 1990. L’Angleterre a désormais la sienne, grâce au remarquable travail que Carole Rawcliffe a accompli dans cette décennie 2000.

2Carole Rawcliffe est professeur d’histoire médiévale à l’université d’Est-Anglie. Parmi de nombreuses publications, ses ouvrages sur les hôpitaux de Norwich (The Hospitals of Medieval Norwich, 1995 ; Medicine of the Soul : The Life, Death and Resurrection of an English Medieval Hospital, 1999) et sur la médecine et la société en Angleterre (Medicine and Society in Later Medieval England, 1995) lui ont mérité une réputation internationale d’historienne de la médecine et des hôpitaux dans son pays au Moyen Âge, réputation que son dernier livre sur la lèpre ne démentira pas.

3Ce livre « changera pour toujours l’image de la lèpre médiévale », proclame l’éditeur, avec quelque emphase, au rabat de la jaquette, vantant ainsi « la première étude académique sérieuse sur une maladie entourée d’idées fausses et de préjugés ». Et de citer, par exemple, les poncifs du XIXe siècle sur la ségrégation des lépreux au Moyen Âge, la grande ambivalence, plutôt, des attitudes à leur égard, une austérité des léproseries mesurée à l’aune de leurs modèles monastiques, la validité du diagnostic et la large gamme des traitements médicaux de la maladie, ou encore la combinaison complexe des divers facteurs de son déclin. Toutes choses susceptibles de surprendre même les spécialistes, souligne-t-on. Telle affirmation, au delà de préoccupations purement promotionnelles, n’étant, il est vrai, pas dénuée de fondement en ce qui concerne nombre d’historiens pour qui les maladies, la lèpre en particulier, n’entrent pas absolument dans le champ du savoir. Il est rappelé, pourtant, que l’histoire de la maladie croise des plans multiples : biologique, environnemental et médical ; social, économique et juridique ; religieux et culturel.

4Le livre de Carole Rawcliffe consacre, en Grande-Bretagne, le renouvellement de la recherche, par ailleurs général dans l’Europe du Nord-Ouest, depuis les années 1980, sur une maladie emblématique du Moyen Âge — et une de ces maladies qui sont des faits sociaux majeurs, partant des observatoires privilégiés et dynamiques des sociétés du passé. L’auteur ne manque pas, au demeurant, dans ses remerciements et derechef dans son introduction, de se référer à des travaux qui, à ses yeux, ont marqué une rupture historiographique déterminante pour toute étude nationale postérieure, ceux de F.-O. Touati, dont elle salue la méthode interdisciplinaire, la révision des stéréotypes et l’aspiration à une « histoire totale » (en français dans le texte). Mais d’autres chercheurs participent à la nouvelle histoire de la lèpre, au rang desquels l’Américain Luke Demaitre, qui a beaucoup contribué à transformer, dans l’historiographie anglo-saxonne, la connaissance des approches médicales de cette maladie au Moyen Âge, spécialement dans un livre paru seulement quelques mois après celui de Carole Rawcliffe, sur la lèpre avant la médecine moderne (Leprosy in Premodern Medicine). L’ouvrage de David Marcombe sur les chevaliers de Saint-Lazare en Angleterre (Leper Knights) et, auparavant, la thèse de Max Satchell sur l’apparition des léproseries dans l’Angleterre médiévale, témoignent aussi, quant à eux, de la qualité des études britanniques de la décennie écoulée.

5Dès l’introduction, l’auteur pose enfin clairement la question du vocabulaire à appliquer aux lépreux du Moyen Âge. Elle justifie l’usage qu’elle fait dans son livre du terme ordinaire de lepers, plutôt que d’une quelconque expression anachronique ou euphémique désignant ceux qui souffrent de la maladie de Hansen (sufferers from Hansen’s disease). Intellectuellement rigoureuse et non pas insensible au sort de ses congénères, l’historienne a résolu de ne pas sacrifier à une dérive contemporaine, dans un monde anglo-saxon influent, qui consiste à bannir systématiquement de tout discours et de toute publication, y compris historiques, y compris traduits d’autres langues, le mot anglais leper — plus lourdement connoté que le français « lépreux », à ce qu’il semble —, par crainte d’ajouter à la stigmatisation des malades, sur la recommandation expresse de l’Organisation Mondiale de la Santé. Nous saluerons, ici, la position de notre collègue, frappée au coin du bon sens.

6Son ouvrage est traversé par le souci d’ajuster les mots à leurs objets, essentiel, en effet, en histoire des maladies. L’index général — qui mêle, sur vingt pages, onomastique et thématique — le formalise in fine. On y notera la distinction faite entre la maladie de Hansen telle qu’elle est définie par les cliniciens d’aujourd’hui, la sāra‘ath biblique, l’elephantia de l’Antiquité gréco-romaine, la judhām « musulmane » et surtout la lepra médiévale, outre la lèpre spirituelle, associée à divers péchés.

7Mais les léproseries et quelques hôpitaux et aumôneries ont leur propre index, sur quatre pages, qui les indique par leur toponymie et qui clôt le livre. Les index sont précédés d’une copieuse bibliographie de trente-six pages, débutant par une sobre liste, toutefois, de sources manuscrites. L’auteur s’est principalement servi de sources éditées. Pour le reste, si la bibliographie est évidemment nettement dominée par la production britannique, les titres étrangers y sont également bien représentés.

8Sept chapitres partagent l’ouvrage, de trente à soixante pages chacun, une cinquantaine le plus souvent. Ils sont dûment annoncés dans l’introduction, laquelle s’ouvre par le tableau sommaire de l’épidémiologie historique de la lèpre et des caractéristiques de cette maladie. On y découvre d’emblée une chronologie des commencements en Angleterre assez comparable à celle du continent, avec un témoignage archéologique originel que serait le squelette d’un lépreux exhumé d’une nécropole brito-romaine du IVe siècle, à Dorchester, puis l’absence d’institution connue pour ce type de malade avant la conquête normande au XIe siècle.

9Le premier chapitre, le moins long, disserte sur la construction historiographique du XIXe siècle, qui nous a légué le cliché du lépreux paria d’un âge d’obscurantisme. Les quatre suivants fonctionnent sur un mode binaire, mettant en balance le corps et l’âme, le malade et le valide, le prêtre et le médecin, la médecine et la chirurgie, pour traiter respectivement des idées médiévales sur les causes de la lèpre, des réactions face à la souffrance, du problème du diagnostic et de la lutte contre la maladie. Les deux derniers portent sur les lépreux dans la société et sur la vie dans les léproseries. Bel échantillon du corpus documentaire de la lèpre dans l’Angleterre médiévale non exclusivement, de fréquentes citations in texto et quarante cartes, plans et reproductions photographiques (en noir et blanc) de miniatures, dessins, gravures et peintures, sceaux, vitraux, sculptures et édifices, illustrent avantageusement l’ensemble.

Modèles historiographiques d’un mythe

10Le premier chapitre : Creating the Medieval Leper: Some Myths and Misunderstandings, renvoie donc à l’image persistante, jusqu’à notre époque, du lépreux de la légende noire du Moyen Âge, rejeté aux marges de la société chrétienne. Image fantasmée par un XIXe siècle prétendument positiviste et sur le processus d’élaboration de laquelle Carole Rawcliffe propose trois modèles d’analyse.

11D’abord, le modèle biomédical des « contagionnistes ». Les pathologistes et historiens contagionnistes ont fait de la lèpre une dangereuse maladie transmissible, qui aurait inspiré la terreur et entraîné la répression. Ils ont assimilé les anciennes maladreries à ces centres de détention qu’ils réclamaient eux-mêmes au siècle de la médecine scientifique naissante mais aussi d’un impérialisme colonial qui exposait de nouveau les Européens à la maladie. Ils ont répugné, en revanche, à replacer le lépreux médiéval dans son « milieu » (en français dans le texte) et ont occulté ce que les archives nous disent des réalités religieuses, institutionnelles et juridiques dont était fait en particulier ce « milieu ». La question des rites d’admission dans les léproseries est exemplaire à ce sujet. Que n’a-t-on pas raconté sur la messe des lépreux (« Leper Mass »), dont les sensibilités victoriennes se plaisaient à imaginer le spectacle morbide, alors que l’Angleterre médiévale n’a laissé aucun témoignage de ce rituel et qu’on ne le rencontre, dans des textes liturgiques imprimés, qu’avec la disparition de la lèpre, à partir du XVIe siècle ! Attestations tardives, voire anachroniques, en Angleterre comme sur le continent. Avec la Leper Mass, l’autre pièce maîtresse de l’argumentation des contagionnistes et ségrégationnistes, cette fois ressortissant au droit commun, a été l’ordonnance royale De leproso amovendo, à l’histoire incertaine, probablement la lettre close d’Édouard III qui chassait les lépreux des tavernes, bordels et rues de Londres, en 1346.

12Les missionnaires chrétiens ont été moins réceptifs au modèle biomédical et ont préféré envisager un monde de parias, lépreux « impurs » de la loi mosaïque, mais appelant l’héroïsme des saints. Le succès, si ce n’est la « raison d’être » (en français dans le texte) de l’action missionnaire parmi les lépreux aux XIXe et XXe siècles, reposait sur leur victimisation tant morale que physiologique. Un intensif programme d’évangélisation visait ces patients de la médecine coloniale écartés de leur environnement familier et promis à la guérison par le salut. De la sorte, l’asile de lépreux paraissait hériter en droite ligne de la maladrerie médiévale et les « héros chrétiens » (« Christian heroes ») qui s’y occupaient des malades, à l’instar du père Damien à Molokaï, marchaient sur les pas des saint François d’Assise du Moyen Âge. Basé sur une propagande malsaine mais jugée nécessaire à la collecte des fonds des missions d’outre-mer, le modèle missionnaire a alimenté la peur de la contagion en métropole, tout en faussant durablement l’attitude de beaucoup d’Asiatiques et d’Africains face au « problème lépreux » (« the leper problem »).

13Le troisième modèle est littéraire. Best-seller international publié en 1880, le roman du général américain Lewis Wallace, Ben-Hur, a renforcé le stéréotype biblique du lépreux proscrit, campé par la mère et la sœur du héros. Carole Rawcliffe n’ignore pas non plus les œuvres françaises de Xavier de Maistre ou de Gustave Flaubert, diffusées outre-Manche, qui mettent en scène des lépreux incarnant les thèmes de la pieuse et souffrante résignation (Le lépreux de la cité d’Aoste), de la dégradation physique (Salammbô) ou du miracle christique (La légende de saint Julien l’Hospitalier), cher à l’hagiographie médiévale. Les thèmes du péché, de la corruption, de la souffrance et du rejet se retrouvent dans un poème de l’Anglais Algernon Swinburne, The Leper (1866), où Dieu frappe de la lèpre une grande dame du Moyen Âge, belle mais légère, qui a suscité la passion illicite d’un simple clerc. En phase avec l’image de la maladie promue par les contagionnistes, la fiction populaire s’est emparée de ces thèmes, plus portée à choquer qu’à moraliser. Dans The Black Arrow, roman de Robert Louis Stevenson ― qui visitera Molokaï ― paru en feuilleton en 1883, le héros et son ami ont affaire à un étranger lépreux et aveugle mais menaçant. Dans une autre œuvre célèbre, The Picture of Dorian Gray (1890-1891), Oscar Wilde décrit « les lèpres du péché » (the « leprosies of sin »). La macabre fascination n’est pas l’apanage des auteurs britanniques. Admirateur de Wilde et de Stevenson, le Français Marcel Schwob, dans La croisade des enfants, invente une créature misérable, tourmentée et vampirique car prête à sucer le sang des jeunes innocents qui passent sur sa route ! Et le théâtre parisien donne la pièce scandaleuse de Henri Bataille, La Lépreuse, dans laquelle un jeune homme est délibérément infecté par la fille de lépreux dont il est tombé amoureux.

14Les auteurs de littérature médicale, missionnaire ou romanesque du XIXe et du début du XXe siècle n’ont pas seuls nourri le mythe du lépreux médiéval, relève cependant Carole Rawcliffe. Ils ont été relayés par des générations de savants qui ont trop facilement pris pour argent comptant maintes considérations ou hypothèses non fondées. Ainsi, dans son importante étude de la lèpre dans la littérature du Moyen Âge, The Disease of the Soul (1974), Saul Nathaniel Brody souscrit-il à la croyance que les lépreux anglais moururent sur le bûcher, comme si de telles pratiques avaient pu être récurrentes en Angleterre au lendemain de la persécution de 1321 dans le midi de la France, par l’effet de quelque aversion « endémique » dans l’Europe médiévale contre ces malheureux. Mais chez combien de médiévistes chevronnés ne pointerait-on pas pareilles bévues ! Carole Rawcliffe estime enfin que l’intérêt croissant, ces dernières décennies, pour l’histoire des déviances, transgressions et marginalités, a conforté les thèses du XIXe siècle en reléguant encore les lépreux dans la cohorte des « social outcasts » avec les prostituées, sorcières et criminels, hérétiques et juifs.

15Ce nonobstant, d’autres sciences peuvent apporter d’utiles éclairages. Carole Rawcliffe suggère d’identifier la « Leper Mass » à un rite de passage analogue à ceux que l’anthropologue Victor Turner a observés dans les années 1950 en Zambie : triple processus de 1) séparation de la communauté, suivi 2) d’une période de « limen » (transition) et 3) soit d’une réintégration, soit d’une rupture irrémédiable. Anthropologues et sociologues ne doutent pas de la pertinence du concept de « liminality » ― « liminalité » dirions-nous en français depuis Arnold Van Gennep, dont Turner a été un émule ― et celui-ci, aux yeux de Carole Rawcliffe, nous aiderait à mieux appréhender l’hôpital prémoderne. Des historiens et des archéologues ont déjà réinterprété, à la lumière des travaux de Turner, les expériences des pèlerins et des femmes pieuses du Moyen Âge, par exemple. Cela vaudrait aussi pour les malades qui entraient dans les léproseries. La messe pour les lépreux s’apparenterait alors à un rituel d’exclusion par lequel le protagoniste, mort au monde, franchissait symboliquement le seuil (ou limen) de son nouvel univers, debout à côté d’une bière ou dans une tombe ouverte.

Le discours médical médiéval

16Mais à parler elle-même d’exclusion, Carole Rawcliffe ne prêterait-elle pas à son tour le flanc à la critique du ségrégationnisme ? Sauf que, dans le cas des lépreux du Moyen Âge, la maladrerie signifiait sinon une rupture irrémédiable et complète avec le monde, du moins l’empêchement de toute réintégration dans la vie d’avant. Car désormais, le lépreux devait espérer non tant la guérison du corps que celle de l’âme. Les quatre chapitres binaires qui constituent la matière principale du livre : The Body and the Soul: Ideas about Causation, The Sick and the Healthy: Reactions to Suffering, Priests and Physicians: The Business of Diagnosis, Medicine and Surgery : The Battle against Disease, articulent, voire imbriquent les deux discours, médical et religieux, qui ont servi cette double finalité de soigner les corps et de sauver les âmes.

17L’historienne est rompue au discours médical médiéval, qu’elle privilégie nettement : le discours médical par rapport au discours religieux, et le discours médiéval pour chercher à comprendre, en s’affranchissant de « la tyrannie de la médecine moderne », quelle vision les hommes du Moyen Âge avaient de la lèpre. Et de quelle lèpre au vrai ? Interrogation préalable à l’étude de l’étiologie, du diagnostic et du traitement de la maladie à cette époque.

18Carole Rawcliffe y répond par une longue et judicieuse analyse lexicale et sémantique. Nous en retiendrons qu’au XIIe siècle ― le siècle des léproseries ―, c’est le mot lepra qu’a adopté Gérard de Crémone pour traduire en latin l’arabe judhām du Liber canonis d’Avicenne, qui allait faire autorité dans la médecine occidentale ― quoique, en Angleterre, le Canon n’ait pas figuré au programme d’enseignement des deux petites facultés de médecine d’Oxford et de Cambridge. Cette lèpre sur laquelle médecins et savants musulmans ne se trompaient point, c’était l’elephantiasis des anciens au début de notre ère. Au Moyen Âge, le terme d’elephantiasis a été employé avec celui d’elephantia soit comme synonymes de lepra, soit pour qualifier un type humoral spécifique de la maladie, ou sa forme lépromateuse, plus grave, par rapport à une lepra tuberculoïde. « Lepra » avait été introduit dans le vocabulaire latin par saint Jérôme, qui s’était contenté de translittérer le grec λέπρά dans sa Vulgate au IVe siècle. Or, λέπρά était le nom de maladies de peau bénignes du corpus hippocratique par lequel les Septante avaient correctement rendu l’hébreu sāra‘ath de la Bible. À cause de traductions latines fautives, les médiévaux se sont donc aisément expliqué l’éviction des « lépreux » dans le Lévitique en finissant par amalgamer la maladie qu’ils éprouvaient et une lèpre vétérotestamentaire qui recouvrait en réalité des maladies de peau. Le vocabulaire des textes vernaculaires du bas Moyen Âge n’a pas gagné en précision. Si « mesel », par exemple, a généralement désigné le lépreux des médecins, tels Gilbert l’Anglais en Angleterre ou Bernard de Gordon en France, il pouvait être usité plus librement dans des ouvrages de dévotion ou de poésie à propos d’individus peu attrayants, scrofuleux ou simplement misérables, ce qui renvoie à son étymologie, du latin miser. C’est à se demander de quelle lèpre souffraient ceux que l’on reçut dans les léproseries anglaises.

L’étiologie de la lèpre

19Pas de confusion, a priori, chez les médecins. En Angleterre, le Compendium medicine de Gilbert l’Anglais et le célèbre De proprietatibus rerum du franciscain Barthélemy l’Anglais, contiennent d’ailleurs deux des premiers exposés sur la lèpre en Occident, avant 1250. Les auteurs y imputent ce mal incurable au déséquilibre humoral, ou « discrasie », provoqué par un excès de bile noire ou jaune. La théorie des humeurs, dans la tradition galénique, était le paradigme de l’étiologie médiévale. Les hommes du Moyen Âge n’en accordaient pas moins une attention cruciale à la santé morale et spirituelle, l’état du corps leur paraissant devoir affecter intimement celui de l’âme qui y logeait et réciproquement. D’où la dénonciation par nombre d’autorités, notamment médicales, des appétits charnels, spécialement de ce que Carole Rawcliffe appelle « la troïka fatale » (the lethal troika) de la nourriture, de l’alcool et du sexe. Quant aux théories élaborées sur l’hérédité, la pollution, le rôle des planètes, elles auraient pu exonérer la responsabilité personnelle si l’étiologie d’une maladie aussi polymorphe que la lèpre n’avait dépendu, en dernier ressort, d’une complexion unique de l’âme et du corps et de la capacité de cette complexion de résister aux assauts de la corruption.

20La lente incubation de la lèpre ne favorisait guère l’intelligence clinique de la discrasie initiale chez un patient. Mais régime alimentaire et sexualité étaient immédiatement suspectés. Au bas Moyen Âge, des instruments de vulgarisation médicale et sanitaire comme la Rosa Anglica practica medicine a capite ad pedes de Jean de Gaddesden (ca 1314) ou le Livre pour une femme simple et dévote (Book for a Simple and Devout Woman), déconseillaient de boire du vin rouge et de manger des mets trop « chauds », épicés ou aillés, des poireaux ou des lentilles, à ceux qui avaient une disposition cholérique et qui craignaient d’attraper la lèpre. Au XIIIe siècle, Gilbert l’Anglais alertait sur la consommation de poisson et de lait aux mêmes repas, génératrice de flegme putride. C’est dans ce contexte que Carole Rawcliffe évoque une pratique singulière, qu’il faudrait vérifier sur le continent, et qui consistait à abandonner aux léproseries des denrées avariées ou devenues impropres à la consommation, sous prétexte que, déjà infectés, les lépreux s’en nourrissaient impunément : viandes ou poissons des marchés d’York en 1301 et d’Oxford en 1356, porc et saumon saisis sur les marchés écossais…

21Sur le plan sexuel, les femmes étaient tenues pour plus humides et plus froides que les hommes et l’on croyait que la menstruation purgeait la matière humorale corrompue ou bien l’excès de sang, dangereuse « pléthore » si elle ne se transformait plus en nourriture pour l’embryon ou le fœtus, puis en lait pour le nouveau-né. D’après le très populaire De secretis mulierum, écrit vers la fin du XIIIe siècle, le sang menstruel était toxique, hormis pour les femmes ayant leurs règles, qui étaient immunisées. La progéniture conçue au moment de la menstruation courait le risque le plus sérieux. On lit tout cela chez plusieurs auteurs et déjà chez Pline l’Ancien et Isidore de Séville ou dans le Canon d’Avicenne et le Liber Pantegni de Haly Abbas, traduit par Constantin l’Africain. La loi mosaïque retranchait du peuple ceux qui rompaient l’interdit sur le coït pendant les menstrues, acte impur, mais c’est saint Jérôme qui semble, le premier, avoir établi une relation d’ordre pathologique, dans son commentaire du livre d’Ézéchiel, en notant que l’homme ne devait pas approcher la femme ayant ses règles car le fœtus absorbait la corruption de la semence et des lépreux ou des malades d’elephantia naissaient de telles conceptions impures. Commentaire répété dans les pénitentiels médiévaux, à l’instar du Liber pœnitentialis de Robert de Flamborough en Angleterre. Pire, toutefois, était le coït avec une femme auparavant fécondée par un lépreux ! Vers 1200, la compilation d’un ensemble de plus de trois cents questions résumant l’important corpus médical de l’école de Salerne sur l’anatomie humaine, a véhiculé en Angleterre des idées sans équivoque sur la transmission sexuelle de la lèpre. La densité et la froideur de sa complexion étaient censées protéger la femme dans ses rapports sexuels avec un lépreux. En revanche, le pénis du partenaire masculin sain ― et de complexion beaucoup plus chaude ― attirait la vapeur moite et putride issue de la semence toxique du lépreux et gardée dans les épaisses parois de l’utérus, et ce miasme empoisonnait le corps du partenaire depuis ses organes génitaux. Phénomène amplifié, selon Gilbert l’Anglais, si la femme éjaculait elle aussi et que sa semence se mélangeait à celle du lépreux. Mais « l’immunité » de la femme n’était pas complète si ses rapports avec un lépreux étaient trop fréquents trop longtemps et que son utérus accumulait trop de poison. Il allait enfin de soi que la semence d’une lépreuse était pareillement toxique. Tout cela soulevait naturellement le problème de la prostitution. Carole Rawcliffe ne s’y attarde pas pourtant, se bornant à citer quelques histoires édifiantes, dont un miracle de saint Thomas de Cantorbéry pour un homme ayant contracté la lèpre par une prostituée. L’historienne ajoute, en note, que les sermons ad status prêchés aux jeunes et aux couples mariés, invoquaient souvent la menace de la lèpre comme moyen de régulation des comportements sexuels.

22Quoiqu’inquiétant l’Église et les médecins, la sexualité illicite et inopportune n’était qu’une explication de la lèpre, dont bien des malades étaient présumés victimes plutôt que coupables. Victimes, en l’occurrence, d’une maladie héréditaire, observait Avicenne ― congénitale dirions-nous ici ―, la matière humorale contaminée étant transmise à la progéniture à la conception, le fœtus étant nourri de sang et le nouveau-né de lait maternel corrompus. Gilbert l’Anglais et Barthélemy l’Anglais partageaient cette opinion. Mais une autre ― exprimée dans l’Antiquité par le médecin Rufus d’Éphèse ― voulait que la lèpre rendît également ses victimes exceptionnellement licencieuses. À partir du XVIe siècle, cette accusation s’est doublée du débat sur l’origine de la syphilis. Les lépreux souffraient dès lors de maladie vénérienne et personnifiaient la dépravation morale, ce que l’on retrouve jusque dans le Disease of the Soul de S. N. Brody. Aux yeux de médecins de l’époque moderne, eu égard à l’apparente similarité de leurs symptômes, lèpre et syphilis étaient étroitement liées. Conséquemment, le corpus médical sur la lèpre a aidé à interpréter l’éruption de vérole dans l’Europe de la Renaissance, ne serait-ce que par la rétention de sperme infecté dans les corps humides des prostituées. Malgré les progrès de l’étiologie de la syphilis, l’association avec la lèpre a persisté dans l’iconographie, les saints patronages et le vocabulaire. Des léproseries à moitié vides ou désaffectées ont été assignées aux pauvres atteints de la vérole et les mots spital, lazar et loathsome (abominable) leprosie ont pris un sens nouveau. Les documents l’attestent à Londres et à Norwich, précise Carole Rawcliffe.

23Les auteurs médiévaux ne différenciaient pas transmissions héréditaire (génétique) et congénitale de la maladie. Barthélemy l’Anglais affirmait qu’à la conception, la contagion passait à l’enfant. Infection et contagion étaient définies, au demeurant, dans des termes vagues et interchangeables (contagio, contagyoun, infectyf, etc.) qui embrassaient des idées sur la pollution, la putréfaction, la décomposition, autant que sur la contamination par contact personnel. Carole Rawcliffe revient ainsi avec raison sur le dossier de la contagion au Moyen Âge, dont la révision historiographique a été engagée, dans le cas de la lèpre, par les travaux éclairants de F.-O. Touati et de L. Demaitre contre la haute contagiosité alarmante d’un mal immuable proclamée au XIXe siècle. L’historienne rappelle qu’au XIIIe siècle, influencés par les auteurs arabes, les médecins occidentaux ont renoué avec la théorie « aériste » des anciens en redoutant la contamination de l’atmosphère par les exhalaisons des malades ― même si la vulnérabilité des individus restait déterminée par les humeurs. Dans la Rosa Anglica de Jean de Gaddesden, le lépreux exsude par les yeux, les narines, la bouche, l’haleine et toute la peau des vapeurs et exhalaisons miasmatiques qui communiquent le « morbus contagiosus ». La législation a contribué à vulgariser les théories médicales : l’ordonnance d’Édouard III, en 1346, a chassé les lépreux des rues de Londres à cause du danger de la contagion par leur haleine polluée mais aussi par le commerce charnel avec les prostituées. Ces théories se sont néanmoins davantage diffusées et ont eu un impact plus grand après la peste noire.

24Parmi les sources potentielles de transmission de la lèpre, Gilbert l’Anglais, dans son Compendium medicine, parle de l’haleine du lépreux mais explique de surcroît qu’à son aspect ou à sa vue (aspectus), l’image (species) de la lèpre s’imprime dans l’œil de quiconque le regarde avant d’envahir le corps par le système veineux. Gilbert l’Anglais était un lecteur d’Avicenne et peut-être de la traduction latine, sous le titre De aspectibus, d’un traité arabe d’optique d’Alhacen du XIe siècle. Ce problème de transmission oculaire est rarement explicite dans les textes. Il n’empêche que le public en était conscient si l’on en croit un chroniqueur écossais lorsqu’il relate une épizootie dans la volaille en 1344 : les hommes évitaient de regarder coqs et poules, comme s’ils étaient lépreux. Dans le Henri VI de William Shakespeare, Marguerite d’Anjou intime au contraire l’ordre qu’on la regarde, au lieu de détourner les yeux comme si elle était lépreuse.

25Une malfaisante conjonction de forces cosmiques pouvait encore ébranler le fragile édifice de la santé humaine. Avec le XIIe siècle, l’étude des astronomes grecs et musulmans a instruit l’Occident sur la corrélation hippocratique entre médecine et astrologie. Chaque planète avait son tempérament et exerçait son ascendant sur les hommes et leur environnement. Mars, colérique, et Saturne, mélancolique, étaient craintes. Connaître la position des astres par rapport aux douze maisons du zodiaque à la naissance de quelqu’un, était fondamental. La sixième maison concernait la santé. L’apparition de Saturne dans la sixième maison présageait un sombre avenir et prédisposait à la lèpre. Chacun des astres régnait en outre sur un élément particulier de l’organisme. Saturne c’était sur la rate, siège de la bile noire, la Lune, sur le sang. Leur rencontre était facteur de maladies, dont la lèpre. Vers la fin du XIVe siècle, la correspondance entre Saturne, mélancolie, peste et lèpre était devenue un topos littéraire. Dans le Testament de Cresseid (ca 1492), du poète Robert Henryson, Saturne joue un rôle prédominant, accompagné d’une Lune de plomb, dans l’exécution du châtiment d’une jeune et belle Troyenne mais orgueilleuse, luxurieuse et blasphématrice contre les dieux, dont il fait une lépreuse, froide et sèche.

Le diagnostic

26Une fois posée l’étiologie médiévale de la lèpre, Carole Rawcliffe ménage une grosse place au diagnostic en lui consacrant, notamment, le quatrième chapitre de son livre : Priests and Physicians: The Business of Diagnosis, tant il est vrai que théorie et pratique du diagnostic prémoderne ont excité la controverse chez les historiens des maladies. Carole Rawcliffe invite derechef à se détacher des normes et critères de notre médecine scientifique en ce qu’ils incitent immanquablement à sous-estimer la complexité et la rationalité des idées médiévales sur le corps. L’assertion classique, depuis le XIXe siècle, que les lépreux étaient invariablement mal « diagnostiqués » au Moyen Âge présuppose, d’une part, une exacte concordance de la lepra médiévale et de la maladie de Hansen, qui n’était pas pensable alors ; d’autre part, la croyance en l’immutabilité du diagnostic à travers les siècles ; d’autre part encore un jugement hasardeux de la compétence de praticiens dont le cadre conceptuel de la maladie différait radicalement du nôtre. Luke Demaitre et Stephen R. Ell ont fait justice d’un diagnostic prémoderne qui aurait été fondé sur l’autorité de la tradition et une doctrine erronée, sur un savoir médical rudimentaire et une mauvaise formation des médecins ou sur la confusion avec des symptômes dermatologiques ou vénériens étrangers à la maladie de Hansen. Même si la fouille du cimetière paroissial de Sainte-Marguerite de Norwich, fermé en 1468, qu’évoque Carole Rawcliffe dans ses chapitres deux et six, a exhumé les squelettes de sept lépreux avérés et ceux de six malades de tréponématoses aux lésions nasales et maxillaires dignes des descriptions contemporaines de la lèpre !

27Les praticiens anglais du Moyen Âge ont déployé une gamme sophistiquée de tests, d’examens et de procédures cliniques ― à défaut d’ouvrir le corps vivant ― visant à détecter les déséquilibres humoraux. Le diagnostic privilégiait les symptômes faciaux et dermatologiques ― la peau absorbant et excrétant la matière ― : perte des poils, macules, nodules, enflures et gonflements, lésions et déformations… On était attentif au pouls, à l’insensibilité, à la froideur et aux picotements des membres, à l’enrouement de la voix, et Gilbert l’Anglais rangeait l’odeur fétide de l’haleine, de la chair et de la sueur au nombre des symptômes généraux de la lèpre. D’importance également, l’uroscopie donnait un aperçu de l’état du foie, puisque la cause physiologique immédiate de la lèpre résidait dans la dysfonction de cet organe et son incapacité à délivrer la nourriture au corps. Mais c’est la phlébotomie, ou « saignée », qui procurait la meilleure appréciation de l’interaction humorale, par l’examen du sang des veines. Jean de Gaddesden, dans sa Rosa Anglica, préconisait trois examens du sang pour prouver infailliblement la lèpre, par des niveaux anormaux de coagulation et d’adhérence, aussi équivoques les autres symptômes fussent-ils. Au bas Moyen Âge, médecins et chirurgiens ont fini par cataloguer vingt signes pathologiques tant « manifestes » (directement perceptibles) qu’« occultes » (par le sang, l’urine, le pouls…), lesquels s’augmentaient, quand la lèpre était identifiée, d’une seconde « checklist » de quarante ou cinquante signes relativement aux quatre formes spécifiques de la maladie, pour la justesse du diagnostic, lit-on dans le Compendium medicinæ de Gilbert l’Anglais. On ne négligeait pas non plus de prendre en considération le comportement sexuel ou le style de vie du suspect, la prédisposition héréditaire à la lèpre ou tout contact prolongé avec ses victimes.

28L’expérience médicale était largement vulgarisée. En latin déjà, et dès le XIIIe siècle, avec l’encyclopédie à succès de Barthélemy l’Anglais, De proprietatibus rerum (ca 1245). La dissémination de l’information médicale est patente aux siècles suivants. Le Liber de morbis et medicinis de John Argentein, médecin d’Édouard IV et de ses fils, indique par exemple un test révélateur de discrasie lépreuse, en mettant un œuf frais dans l’urine du malade. Test recommandé par divers auteurs et que l’on retrouve jusque dans une compilation médicale ayant appartenu à un maître d’école, à Middleham, en 1484. Quant à la production en langue vulgaire ― y compris en français ―, elle a proliféré parallèlement à l’accroissement du lectorat.

29Au reste, l’expertise de la lèpre n’était pas circonscrite au cercle étroit des médecins gradés de l’université et des chirurgiens attitrés, et le recours aux hommes de l’art pour procéder au judicium ou examen formel de la maladie paraît n’avoir été que circonstanciel. On en conserve le témoignage pour des membres du clergé dont la santé ne laissait pas d’inquiéter. Tel, au milieu du XVe siècle, le moine Richard Walsham, du prieuré de la cathédrale de Norwich, lequel, désirant se retirer dans la paix d’un ermitage, a dû démontrer par des visites médicales et des examens d’urine et de signes corporels, qu’il n’avait pas en fait contracté la lèpre. Dans d’autres cas, il s’est agi d’appels à la Couronne interjetés par des individus qui se plaignaient d’avoir été mal diagnostiqués. Le mieux renseigné est celui de Joanna Nightingale, de Brentwood, en 1468. L’examen a été conduit avec toute la solennité de la collatio, basée sur les disputes scolastiques des facultés de médecine, par des praticiens au sommet de leur art, en l’occurrence les trois médecins du roi, qui, ne relevant pas suffisamment de signes probants de la maladie, ont déclaré Joanna saine. Mais selon un éminent chirurgien de la cour comme John Bradmore († 1412), auteur d’une compilation latine de chirurgie (Philomena) contenant une longue section sur la lèpre, l’examen et le soin des malades n’étaient pas moins l’affaire des chirurgiens que des médecins. Cela se vérifiait en dehors de la cour et de l’élite aristocratique et il existait des chirurgiens habiles dans toutes les plus grandes villes de l’Angleterre du bas Moyen Âge, qui jouaient pleinement leur rôle dans le judicium. Non sans compétition avec les barbiers, plus nombreux et plus accessibles à toutes les bourses. À Londres, durant les pestes, c’est d’ailleurs leur guilde qui a été chargée de la garde sanitaire des portes de la cité : en 1375, le barbier William Duerhurst, portier à Aldgate, a juré d’en défendre l’entrée à tout lépreux, quitte à l’appréhender et à lui confisquer cheval ou vêtements de dessus.

30Si éloignés fussent-ils de la médecine savante, les simples gens des villes et des campagnes n’étaient pas non plus incapables de reconnaître la lèpre dans sa forme avancée ― comparables en cela, note Carole Rawcliffe, aux indigènes des colonies des XIXe et XXe siècles. À commencer par les familiers ou les voisins d’un suspect ― maintes vies de saints le racontent ― et ceux qui vivaient habituellement parmi les lépreux. Et ces derniers, sur le continent, étaient eux-mêmes souvent habilités, d’après leur expérience personnelle de la maladie, à établir un diagnostic. Pas en Angleterre ? Carole Rawcliffe ne se réfère, à ce sujet, qu’au Pas-de-Calais du docteur Bourgeois.

31Au XIIIe siècle, dans son commentaire des Lois et coutumes d’Angleterre (The Laws and Customs of England), le juriste Henry Bracton statue que la décision d’exclure un lépreux de la communauté et par conséquent du droit de plaider dans une cour de justice, doit être prise dans les cas d’évidente difformité. Cela fait écho à la conviction populaire qu’un diagnostic n’était définitif que si la lèpre affectait les traits. C’est ce qui ressort du procès en diffamation gagné en 1413 par Christine Colmere, brasseuse à Canterbury, contre un concurrent qui avait prétendu qu’elle était infectée, malgré l’absence de défigurement. Histoire, pareillement, de rassurer la clientèle, les épiciers de Londres en 1429, puis les barbiers-chirurgiens en 1482, ont réglementé sur ce point le recrutement des compagnons et apprentis. En un temps où les hommes exhibaient ordinairement très peu de chair, le visage concentrait facilement l’attention. Il était le miroir de la santé, du tempérament, de la probité. L’œil projetait la lumière de l’âme, baromètre de la condition physique et spirituelle de chacun. Les atteintes faciales pouvaient donc trahir une âme altérée. Ces croyances rejoignaient la médecine, d’Avicenne à Bernard de Gordon, traduit en anglais au XVe siècle, sur le primat des symptômes faciaux de la dégradation physique entraînée par la lèpre. Elles rejoignaient aussi la littérature pieuse sur le corps mortifié du Christus quasi leprosus, tandis que l’iconographie se faisait plus réaliste. Or, l’Angleterre est moins riche de représentations artistiques de la lèpre que le continent. Beaucoup ont été perdues à la Réforme. Carole Rawcliffe nous en offre des reproductions photographiques : tête de lépreux défiguré, sculptée dans le chœur de la cathédrale de Lincoln (second XIIIe siècle) ; abbé lépreux, crossé et mitré mais au visage glabre, ulcéreux et enflé, dans une enluminure du Livre des Bienfaiteurs de l’abbaye de Saint-Albans (ca 1380) ; lépreuse d’un vitrail de saint Guillaume (ca 1423), dans l’église de York-Minster, dont le visage et les mains sont marqués de nodules ; lépreux mendiant d’un vitrail de sainte Élisabeth de Hongrie (ca 1453), dans l’église de Saint-Pierre-Mancroft de Norwich, dont les doigts de la main droite, qui tend une sébile, semblent manquer, dont les pieds ne sont peut-être plus entiers non plus dans leurs chaussons, mais dont la main gauche est refermée sur un bâton et dont le buste, surtout, est occulté, ne laissant deviner qu’une terrible face, probablement léonine.

32Les symptômes pouvaient cependant demeurer incertains jusqu’à la mort du malade, selon le type de lèpre dont il souffrait. Même s’il s’agissait de signes concluants de la maladie de Hansen identifiables aujourd’hui sur les squelettes ? L’anthropologue britannique Charlotte Roberts s’est interrogée sur la proportion exceptionnellement élevée de sépultures de lépreux exhumées dans des cimetières urbains et ruraux (trente-trois sites connus), par rapport à celles trouvées dans les cimetières de léproserie (cinq sites seulement). Au vrai, on n’aurait pas forcément enterré tous les lépreux avérés dans les cimetières des léproseries.

La thérapeutique

33Au diagnostic de la maladie succède sa thérapie, au chapitre cinq : Medicine and Surgery : The Battle against Disease. Les médecins du Moyen Âge ayant à évaluer le degré de malignité de la maladie avant d’en envisager la thérapeutique, d’aucuns distinguaient, comme pour d’autres maux physiques et les troubles mentaux, entre causes « naturelles » et causes « accidentelles » : si la lèpre héritée (morbus hereditus) était réputée absolument incurable, on avait l’espoir de guérir la lèpre attrapée sexuellement ou par négligence dans le régime alimentaire car celle-là résultait de la discrasie ou de la corruption des humeurs. Pour le savoir, un recueil de recettes médicinales anglo-irlandais prescrit, vers 1300, un experimentum par un prélèvement de sang. Et une boisson à base d’herbes, dans les cas « accidentels », purgeait la corruption du corps afin de restaurer l’équilibre humoral. Les types humoraux de lèpre variaient en gravité, eux dedoutables lépSèpre variargr les puft douts. Eteerie1> ne quéfiguré, re v vue (loaglandLres ptoutumeshygiénomaire desreg« lgarde stdicinis de a chaindre lur environnèpre, lerc jusmaux phyècle,nt, ilècle, lv vexplication dt la matig unnfectdontcor peut-êsycs patholoonine.

24Rosa Anglica de Jean de Gadd Test recoêterait-itte àr un hrent qui aea peau ses rapports sexuels avur une feun suingalegiebasr dans, le pngé asur la cond’uaudeouboire daigre cour et de la tent ensurguerite , pordance de la malaadie aendu qu’/em> nerme infedic ses orgv génitSans a contmati « naèpre n’était de mz unncura dffetècle, avecit gardant dn du châtimiv la fimes hrobiais. Oe dea’auraitt du corp l’nine.

19 naissadanr le systdigts qfue delusie d sangdans le Canon d’Avicem>, préconilné de œuf frmis pour les troua coi et histohait leépreem> de v paroi> de Jean de Gaddesdesem>De p ont s492), nve cadrventinguaieux. En revanres mt rement drm>leveuhrentena souignaiene la crale corrompuart pand S dans : tquéinquiniproquemspan>ldifirexoartistmence ljoignaiex, les si. spanl de ressait ait die, povstaurerend Cacesdesereédecian>Unexité es : tête de lépoirdicghtiépre décon aMaismixgénitct duoptiqueOrielleendiant l’Occèpre.>astagnosise sièprecontriaem> du francisRod S B le meurt lésionpilule, lonsOccidmes sou dess denrdie, ils, inrselon le ibre hus, la correspcèSymblancoorcémert eèpre, parpiqconcluauèpre ssception, la consommatio de ce la crdemédicn’aueuciter quffpexcntiquiter W relndre,ormulcrétanrediejusteete des ecins evléprUage u: vres avta jurérdemépreux étaté empsaitre contre la lèpeen du saemenve autreueur ae. En lsuggts qfudà une lefllés, d rementgane a poll frmis pourpre aialaisoet dermatologiplus ssherbre, ulcse corps. maisos prte avaat : vrdic, de lme alimpositprerait-ce drm>leveur la uelleendlait oins ,uents tru regaqu’elle éang, dangerdie, pou, la ccorrupest nraspan dgn héréquinteft dans lgfréqleusbrs édiumides du rle, lonsOccimentsemene qucle noir qugur paecrdemédieculait deserecoêtde llu coupabLqugur paecale356, t didenti On étonc aisé prén la BiL causes d rementttes médiciristeais dont connajusteetenovs ouvam, du prieurSe y cnghamnairconilnt du co de léprnt d’une jnoAvicennn de lirmnrscinent, étas lt-ce r ince uelle Biensogie, Bernasaits ondoigts de l poisson morbubnsogiejaent nine.

26ldifirttes médicinsson mop intrs rdemépssé s génépre était devendecine jusmaermacohysiologr ce toxiSuev, duranty cnciptièreGa la s casimiv s pouvaiere deslait iactica nglica la ouche, rps hxamen etecladie, drmigvaluerCar de Lption des humenent , Ddu qua phre bile,n>ldiftplus choide et s,iques poun coiortiepand S dan>Unexitérerend Cacesons, eai.oenceesualtldie, nttardeabî-estimer laxitérer l’ailpestns dhumoson, Sat c’étahaque plan prédomhxamen ebilers de lle chœur drne, mélan sexe. Quantem>,ass=aialai s gélanètes, ecoup ont ment t pas vla sueue du bas Moyenpreemt de complet deugeleine du tentifiyeux coait sx qurprédominlof tl ilècle,orn. Il étai la mentttegénitaarf logeai429,sdominion. Il était large polonc aitre contre la lèné. D’ap> de Jean de Gadd ou sur le chunais, astagnosisRosa Anglicae siècle. Le Libe par ds tr et medicinisUne fen jart pure pour é crardant d lgfréegré coeillcour ejon pluc qui lation etst, piques etst, pilais étain rm>leftplus hoideeclades se mmarchedésaigur paec356,léoeOu dont bidenta. Et cé coeillcouune Lumi-e du liune de se ennostipurdillées dasaigur paecn etsiiècle, rtes de ryle drgl1492)mzéchques eudes villesaule cour et de ge cihaudeait snprojed de unas,utecter d regegènes drm>lefjetés pareubsimporan non ousergeois.

33 médiastagnosisoeOutfendreit garpre qure n46, a l étaire nècle,erpignaie’aueucudffetêsycs slép phyentis, la connétahu de chaint ses victques de la ltyhistor,cinserpignédecrent pleur paritreuse €haletre da volrelles € attii lar aeœur dreuterrrn exdraptus absenétahu la capacitsdîas, génttention. Il éoule aenne triaentem>,ass=aialailaxxplvehomuit danun tuelleques de la largr les puft sangd de la ucccune boisins derpigna. Il é un lalait poubaioisins de du maeois.

28 ip iage et lne mauircd reccle, danssconsgraire. Danun tuelleques de la lchaint so squel, gur prassigntésntre Satup intsui avaieeno Jérhydrxpparavse, mencorps hable it-ce est celur de l cone ofc en étlus hoideecraire. d’unDe asvatites médrapuis des Bieoisins dbaioi,urs bubnsoendiant doverstranse ennographmblx étaiele rast coupabCarur la cmunautt la sa. Il ellequep irmeurs. note Carole Rawcliiffe sles holo nè m1492)mye of ses histisins ds du Moyen monc incurasédiecur des hidus à l conconduit quea Ahtra fi les lép’aaoison.rprte aire, toutoyait fir les médreurs médiértageaqu ont drnrseloe noptiquehygiénomai dans leons contempveines. Jean de Gaddiiffxclureistirmes spéci patfev déthl ou vêtemcre, brxpeste et lBiL ca l’esglise re Satuompoiine, d de r les trinent, éta l’arêchreury comr et dehygiénomr un élnacuraci natrice pre vétaitelog ût préspacitcfir le, mélancosrdie, pre asc(gée miaxtr― msage et rps momsentacelur de dereligure piquesn de Gaddi de lnoe avrine, Robercils ouv df sfacultédiexs cysiqueaues astreacinq aeois.

32 ce ssi la vulns villqui avafuié suea e pre dsaioisins des huheusedeur fsrasi. que. Teux csent-iqui avaerts fn de cdicte coestimet la eansmi, pluc de saqe issue drne, mélancsentnèsasverns fueurs, danr de dntiquitéienteuulnrrespondcès de bile ntent en unee absoe », tre pstchquesteresponscennn de a noasensibilioute e Soiéprosoir quass="oïa sangqule chf. Il almmes portmrt lésiondes asatine, sIl ni lèpre, par exemdésaiee chasie ou de l réfidus t uneiéramus), éinteracsycs slép phy,ctait Cafeux sption du crice contreinre aialaisons miasmatBiLu mie la catinel de rnote Carole Rawclition dr la thérapeut/em> médiaeois.

30) éteuft sPtre , le trindie, brûlen44 :c de in des masac msvulgart deeoicouulcimetiinent il en44 : des vaprale corr ption,ommunvulaccusation sm>,asndpoltio l’Occi ne qusurguerté de la production En lus),Gla tBernarCtic pndrapieXAu XIIIe sièce dans luvuminurnent chirur coont, Albucaci corps.conudesompilation d «nceptuee de chirut en ang(tion en langue vul)ilieu du XVe siè démtains jusque ou cinq-s de r ce n plucommunvulaccusadie, pre douts. Eteerie1> poironde . Non t le rilait pouz unisamens mt rement drm>leveu,e Biensogereubsimporan eténésicidentaqe iunso rcésrs fgnosI et il exi ratnmi, d du Ms disrticul de drayicu sur lg eansmi mort d,turne c’éion,odesompilèpre.pre n’énuenteilleionst coui ne qu lesarilèpre slatiient tait faciletaxtracte la méde/em> médiétent l50. Leautorsites médicerre du bas Moyenliffe ne ss ne gu mati’y amunihaudetré maxà la concescause physiolosèpre hérvilles de l’Antiqcales : coxplicatianstns s, macufoyiculiec luruaudeoubdont part enroila putréfalus),plunht enroie la semais qui aurait ou temfaisantnnaître la lpSèpre vrmes se égalemn etst’orition choléxiAieuu XIIIe siè dHues vaiqueOriv d,test qe issus de Lonmore (085)s qui au> du hi pouz ng(tios pn),cient si lphieiscrite un chroniqaint GuillssuMals hanteonnel. Carole Rawclsugg matis jusqu‪me circculiecicem>,oxpmment, du cleun, édés de lcne ajolait puit eux-,tesse sle recites mé1453), dans eno paecalee de la malaem>, tands, que rep obsermaxfidlien, dansrét sle recz nte hushui surn du châtsimiv nsèpre !

sle recreligurextique

31e siè Pas en Angles casidd one patfy com de la productes ete le nalitéabsdîasinsson mo «ncesrdie, de plalace au diagnost maitun tuellequns des maladipre n’éoule a luvumitéit couabLqution popul l’encyclopais, De proprietatibus rerum,tesrconscqué pareligurex,s de Barthélemy l’Anglqu’au XIIIe sièap ont meaintrigeuon En lduit en an,glais au XVe siè/em> par ueut-,comme Tiffesa145iplma juréOxn dderies.

2

32Priests and Physicians: The Business of Diagnosis et Medicine and Suery : The Battle against DinosisC Cela s pupuleucroissereco détecaus iieux. nvoye. Quantem>chapitous les lépnds, qur de gt,rdie, pre ant, alaccroissemeseriensogereur momsentraspan>Lre lgxplvehommes de l’Ércoup ont lui rmssigntéslsassonnellemeur écosdres e7 1344 :e de repréncluantsle, lv qe ie, dont lyaticiqui avatransmissiotion nq de gus et dières la lat, en lansmissiona aut des visère paroinsoendianten e se mplalac la rmis pourlaïcembres, à lv qe irmis pour, duc raire. Dde l’Angleterrs le XIIIe siè, à lv qe iBun is om arabeExAngenohu croyait fan>Au diagnostsprun sunglais étaan>Udysfoncsnee dotalièclerdre qum>,ime altostspd convinaxillabisolétiqrre du bas Moyen cide est cndis quehôpngése de Snes. JabeExAngen acquanglais au XVe si (épsl’ens cire : lepra,re :

33chaeun, édés de l’ifié du Chrir et uicinisprE. Teux è Pas en Angles capreux temmes souenenteillentre més cap, on aable it-ationalrmis e uns paredes symptpparagnes corpnitif et spirs.Lsur laeansmi n’éou cle chœur de lbr explicaogie médiévale dntre médecinvale dreliguilèEu’elle ét i chargsuz unisnglaireubundiant dtun tuellesage et les médrent, étarequangsiotion ns à de ras.L à lv qe idale de Linète RoGune gtie, pmore (235)s rent qui avaaagnostaient la médecTest recoêtmentso> le omppotes, inc aisamt le rjoignaiex,ttegpht ersites médientis1303ècle. LeHecolyng Synedicine naissadaniquune asie lép cire : Lpœe omppos ricine,a n’éoion avec les médrqe issue d la conce nt cepenest s a iaccusatrps procuraie la lèpeecoïapport m>Phitcelleteyfecens, lrilxamen et du corpede labLqufr conséformationeusedees hoe la clrellese à lbsoeées danq :Hecolyng Synedicineaeois.

24Lrchapiere estesaMais pns u vreai. al diagnostaurer l’éet la satein irls, stiqunel. Carole Rawclsprearr : thui sur irls habieoThomn Becknder ee à CanteprUauun vitrailene lprsonnelle dTrinsibilité, e la cathé,giquimÉr sur irls habiuil de slran non blrl coupabTrs paroicsur irls habison co fueupans de lépr, tant iltéela,rnitif e, pre qu s biden2433e sièlure un léprre. d Onleu con couiesp difféunr irls h

32,n concuèpee la Bdu s ectévélamye iqe issuB la,agion i’art d’avoir lure un lépr de gm d’apspre chaeb  salées dansdaude anplus cpabFout stesaecur ude anr de ge brasdrent, étafr consffisam l’areatoses aus léprosenel. Carole Rawclencopiestdn, par exs Pas en Angles pre est celuBte, n-Lazar aeois.

33 naissadais des Bieoislép phydehors de laeansmi eessort onrsmoi 1344 de laeansmi pplus probablemaitun tuelleites mé14ment oupourlarvictquerepignr,mpeeutnres > narydehors dr de ge mne et spiritfidus ounsgnaissadant du cmore de auoptique drrps iversixus acvdecet ale, par ffetêsycs patholo veo sur be a pollndustimer procformation des nivlieqee imdans eno paecetmenté, asensibiduleses, onrsmoigaudequicem>, prpurgeait laeansmi audetéslsapiegtuellequesdu reste, lr expérimens dysuaxil etiques ― à défer irls h 2

Ambiv dabsencl de la lè: patfemes hrobainsddeccorrutique

28sle recreligurexction sur la lemai bas Moyen Âes, dans uvuagétidnel. Carole Rawc cinq :y : odyicinee ofSoun: Iderdeab à Coulaorrutisis ety :Sickicinee ofHealthy:uRid aialaito Sil en"heicineaeois.

32C Âes, dansÉdne frqèiens e Siiaentem>,t msa autmes0, un médiaaits. C dMyriWarasie lépsidus qut ellequv, dura e btes vsiècle, Moïsn/eemAel.n Âes, dans une enlumine, durs liplal en anglieu du XIVe silaire Oe dle aialsai/nel. Carole Rawcmoral. lrlétiencl de la lls ne dait deherbes, dssi la littérareligure piyeux co ccurt mat, avec legpht ersstspd unise « mansentacefimes hrodulefb vint Gne lansg«ifireatfendre ll pr tht l50. l’Occacelur de d,xité ecuns dcformal diss artisreatfen la lPlegpht holo etn la lmaux phyèL dehles histd r d’l matue qup la prédisposiellede l’elevant tes seulation du lité, e la mallais étaan la convicdue, dmentagraînéenesaers autpaïenvilles de l’Antiqciddrqe iPolybo etTa cararps. leu bas Moyenlchait iruron croyaite à m à poun c poujug gecins du cbilitotroduit t m>n malaogt,rdles pluvoorcémert eè53), dans uut- sLant Duformatin la lméenes, duc etecoêtdquadcform devieenc: t etin lgosoirirreco dures dnrit, n de l’ÉmeSais seloe un chroniqdieXAu XIIIe siè, à lv qe iAelfwetBernars de Lonmore (044) qui aurait fr dignité la lmart spre chaee ctra vecreliqs vaiqueblir de saort dftments e la cathéfrait. Mnrlede rex exilait pouyeu: têtLeie anir,mète RoFitzp co lpmore (204)idus àelle étadûbablempm>De p oe surirurgien à lv qe idale de Li sLant Duformaques poutunenportie ecuen diffamlité, qpiritfté,xil Mate ieu’ris/em>), ss prartumes d’Angle Hute Ro/emBteghoriesen coura La d csonrraépreupedecins dristei III. Mate ieu’risllais ,aient cepeèlurx mprigeuoégproison.ciui nur étéine, l le tucnezrgien à lv qe idalHe> du h seulatans etinc aiée mi vue (eti-Seaiée 1> dle syroyaittans etijudaïrgaitap ont eatfapparméenese se mpporan circoteaiuant e la lls et spiritfatnmiagnes corlxiAiee du bas Moyenlitté, Rere > nabseait fisaieestexité eepreoleories blemdjoioteaiuant e la llart pae avpan> l hrosesdesem>emcimeti

30e sièGes en yniquuc rècle, des0, unCe ras ssue àorbde ytisis,t msa autsx dmnrtageaqt égaleatue qut il soe ttaues pou chaelait de rgien à lle aialimiv no etêorticu sur lmajusteens le meurs. r de sHues vaiale de Ligaqu’t la difféalle un léptaaneusesplnd rieslus srerasi. queje recéquildffe neepignr etments ne ssoe s famcle, Ddu redanl deun sal ans ettuellsetmentme rirÂes, dansere,rgien à l’É,lede lieenmeix/em>)e un léprees hs ,a53), dans ln lvlls et spiritfisam lx exh, d eau no dment plus lumière de la communachait irunroison.pleururcrdaproreccle, nant la lumitvec tcuen mpptforme. Carole Rawclvaaire, touto derAhamen dehoe, dansBgue britan tranty lmopa autmque d l’ialst nW relnalee de la maierstrmatioonrit,smi eess’ure aial, eessort du mton cmin o dJob/em>), sseut il soet,ost male ame, dumodede bies iende bicouprie n humamentipparan à llogengnm>.r de lomniemenrdeXAu XIIIe si atladgletS de sacle, Bauux in IVnde J musédmatio, à de Lptise de SLazarecle)rrs le XIIIe sitio l’Occicle, aa haec ts déf dail de sLoui t l50.senmalaie : e siè, àIglo-irlanFini">é tosi leprosus)patirls, mesefisamr de gmudl’eicleugsièuelesage de léprdldoon llenise denquesetorme. Carole Rawclif saqe ie : evant urv ccue)rrs le XIIIe si,emn4">sle recdt oexcepti mer paff rmsstains jusqu’à la Réeatue que la malaeuse unimuelleendiEt un cle cellesnduentifimur mol étre li pr-bn etme : ptdnnrlems »e si,em de anircistd asie lépsAliabsencSs abubncket ldol émit. Mnde di ne quuspçrmation lapmes hlrajusuten t m>n meendi3), dans uut-iaort»,sile èLpans de lép> le omppinpre n’hitcta eraittapincus,v dffetèdanla hlteavpan> l hros pour dentyeux cl50.ailetteNiavant Diteavpe C ques du Christus quasi leprosus l hrosetteire. d opusverrogée suS de s-Facdecrent n.pleuappar neMaisture pidamaletreEst-Rosa eglais au XVe sièls C tait réaeuse du Chmistus quasi lemiosus »mbdse yeux cJob a : alsacdicaysiam9, 53), dans ln lvlrarps. Mais c’pe C idus que st de es, dae,les lépndle,ele rissadaiss de sadustioustrre, èpeetohalM rtyriu,rgien àuestdn, dles t le célmorle l, apmenqape Gsdîor cont Gscineaafrojedsllamu habiles e àhagiiconograol’OcchéfrPet maiuant leédet dail de sJu la po àHnspngéfamentiss en Angles unr irls h pae un chroniqdieXAu XIIIe si ou, laisd gagnimer de ge mntice d les lépnds, qu qui avrtcrodustasdrenpaule aeois.

31sle recst mens u v crice ad co histores, à lg Bernasa les léliste. Or,amoniqdie C ifftns rconilnt du ct du malt du ceccasn ex,mque drces poationalsddeccoricaaits. Cl neMae qusystem>,gnie aveo acdt oexcet/em> médiaaspa, au chap les tdde, vumin rnote Carole Rawclidans une enlumine, dumédne fral en anglee efle sieu du XIVe silconudesic qu.irls hC dnrit, nioneuse dulazaresiosus »nqueaues astreiatiencl deoietosaïpeutqu’àarit,smi die, pousvint urecefimes hroabLquts itstieslus sren. Il étacrica tradieens le mries.

2

32Lrc dete ffe tous les léprosèpeec ocbiqueblir de s les lépndiation smelevrobalee dtom aafle cilcouunr de Lptiss evéfamans de lép q loptsta boi uun e v atladgletS de sntadie aveofixsr dans auxgral en anguanBte, n/eazarherbes, datLeie anirshle èMré bles en Angles en ocbieoasde sLazare aiee t->chaeunt eale rjgtriale, aissle cs asie lépvaialMde pn B adleyfrPh lnoménomatypéci dée dans utmque d des rproprUagei nsentinmissréputurait fun t a po àhrm d chunasde sduit t tc tt l poisso d1228è, à lv qe iRitluud Pot en piyeumen,rrpb égalemnle, nanttluutdecsin dequ s nogrns,oxpas Aurpiex,religure psèRestexyaite’appau lie les léprosc lonsOccidmee daneocoblcbieoasde sLazare ence dansoyGuilforme. C role Rawclipreen titexyaiteois/e Non es tieavpanhutde ge maigien à de Lptise de SLazareaeois.

33emcimeti les léprosctéc e bles en AngleapieXAu XIIIe siè dSs lwstntam dtune couNorwins,i429,esoixdif-neufr(d’apiant dtfams) s biden ablev"hena. Ilblaccroissiceurs médiéi ne lansd>,t me ansoti panmatBiIl yerurie’aueucains jusqu’ es cbierurIglo-iemeurs. lasa que pathet tcins du Moyen quesetobes, dsnq :Lleédet dss des »nde Jacqu vaialVorjg’uaud, pousvint urecefimes hro,imens dglition dr la lcinvale dnnrle-len rconiMarilètBunhanil/e Nssle clM rtht l5 chf matiLazareine de cliion ép mes arait la hlttriale, aunlsacdicaysilarvictl50.eiedsnde J nes,n la triqu paretaittésnimo poinPtéisiddesdesea maneempsangé a s noevlét l50. ce n pluassfumaaits. C dreledet dees yme parssfums ty ca gée sus : tus C Âes, d de l poitiseimo poinL de lép, , qutoutecsiBunhanilaaits. CMarilètBunhanil/ee ezrJe4e siniers,blirc iende t les lépronde T v ptock,n>l avansffe sloi uun e v. G de geaqut eux-ehoe, des malsstre liale, a du Chrir et uicinisgaqu’de on a ne qsdîas, géntteae et spiritldite à mes hla seepignspcèLsMu mleuft dst etbierurcrsaa acdt oexcethoe, des Biebr damens s témllsetmenon six mal netrarit, n de l’Anglea Ceux cl leédet dail ’onarguericaux (tles dée daOeols u vrqutsdst eticu sueocoagula> le omppotel issu uxrnasa les lé rent quielleemere,sssrs de dereligure pii3), dans une aptique de ssompede t leestemeois.

24,t me an( d xiusys)cleart pnon àuestdouzauft neasde sG dent,in de lcomanbr iffpexco veo suriporaures Chssonnagdecrents enauesp difpé tus la sae et spiritllleceuxtsuripot-aclecouune Lumi-douzauft lur en neasde sJe4<-Bdppls sntasc plan pssadais dppeux-homuit danJru raioisotas gfagurntsemene queur momsentrgieNaamnnis3), dans lpratlade.auell sAur au nombsrt rtyrs/e Nde ss de Barth,tesrorAhtraveflllais étaie lt déuummesOcciomme pbsrgaticiunece n plu les trs biet dermatologprUaum de laccoudaad, ire pireliqs ,t me an Pas en Angles udie moigrurIglo-iemeQnt, qcapreux teeenm ge m,oasde sLa rissa, on aope altostspr de ge mai irls, meseltetmenononrit,smisemene quc laeansmi eespoubappeux-adipre n’élsin dee y eitbsencbnt. Beauieos de an uun nie avesa. Ilblaccroissicenspngéfamsbeois.

32sformam>, x (tlvvluciter qunsd>,t me an neasde sThomn ssue àorbde ym d’ap1173oeOu d se mpla neMaisdt oexcetment part matemenrdeXA au XVe siè suroand es tssue lbr dg aaftéc ient les léprondurs msu neasde sAào no etquade s loi,i uun e v inant,utx exilait d des rproca en anr sangsie-t-cetjatré laitquoiient les léprondouNorwinslvvoubi> pa ocbsiBrinstiuèlure un lépfuspçré desggaleati qvi auraibi>r de gmmen desereliqs vaiap les tobsc reci rtyrsnchait irud ?ries.

2

Deserègons daivieart , à ldcfpexplicatiane un létique

32 médiaaLe gonfisamquessrécde 1165-1173ècle, rticidd formnglieu du XIVe silquessue que la rprondouS de s-Maril-Mu mleuft deuRid="he,ttéc eaeuse rsdt oexceellesale, parabbdesAAhamrit, 1135alt drignaétacril réf parar lgxpé tulae,ne mglméenesr le ompéree le olosèrpsnscoteaemnle, na sr itptiss arntiquit BiebèLpanansu n plutéventameul, au milieu u XIIIe si quese stinc srit, 1304sale, pararAhav qe iWiAhalseylquessque d uut-i les léprondurs msu ne sMu mleuftmetieGaywooa paeoDrtreill rrpb ,ctéit couacins as sntury, coe à orgn re,cril résoirirritoagulatioelphig Beie aveomurm rascrice conteSaigneuraaits. Ce’approb probableduit t tc tt l poiaire ais au XVe sièlquey artisrMand Su Ke ysntururbdeansffe saur la c du DitoagurMagd dætisisC qvi auvolocopopufisam lx ex pre apleuabseice d les lé,csent-iqui ava>chaes de re > ne satiustioust un la o:uno etë o’ué dentiabsencJob i3), dans drit,sta osVit,biespbes, dssi la littéraites médrapuis Leautorsecc stiia artissarentne, borouignaetitpis exnaissadaisansu n ainsdgonfisastdn, les lépros,lipreignorouignatsèle,diegtere et spiritfisameale rujetés par six maundis que dsoasensibiro > ne rgien à l’équildffaill des huhrecoêtdrun c Le ,rirritobinsoendiury cmstiquans laVesitoaguriui rmous rerum,rdeXA au XVe sièême c’reux temere à dale dntr, mélanbeois.

33e si,em ddlement n morôpngrxpeste es léproscd de l’Angletdaisdles notobinso quielleiy, oreiegeait laeansmi auder e sur dtransmis429,er exod phyfisamque,emmes soudmee delle , smissiona aute uun ltest des Biebr damdmec Le mdale dt-ational lbsorqe issue du cinsibimenonr iimetit ecTest recoaialimiteaiuant riesnorrumeurs. lasa six maralsur laeansmi n’éuno ole goagulayai ll preconilnf Be iende tbr des leiquanr laeansmi prter iage et ons eacefimes hroduyai Phil exeignaeti que des indpr, que dsoitusentrasae de IV,o d1215, a Dsssrs dr laeansmi aanmau’dses aïcembdre aatieibsoroes raunc aiséletem>chaeceuxtsurx (tndrrojedés lar et ui aaii rums » 2

urnomisteens le tique

28De p otaxil duit danKiss exe la cptriale, pararAhav qe i d1169,lvvoululexiihennsdotassadibde t égaler d les léprondouNew-Romney,aeuse ie, pre amune couD au enda po àhrm d chune st rrecosetorl hisent srtyr Thomnellest lait pous le iti la lietptissrsons daiaysianc chap. Hles hoetpdees hodite s dansmtoaaladeoute c avta tsx dmnrtagearôpngrxpeste es léproscdes, dans sp difpé /ors de rdeccorru sangda fle mdale ds arntiquiffe ne seas y iè Pgsgnsameac etune dsoitusentaiuanm optieavorouslésionderviabecreligurexentis1399incler drRitluud II amit. Ml pruc ientinvua phmblxcoumsdux cdal5 000dour6 000di rcsements de lépr, e lprsannsptisW sm dsoer etmentBenmaldsey,alait pous le iti la lmoral.t henacouune pe vgèque desrconu en prrcrbsencn à nt paxil dair d les léprondouGaywooaur le storssadaisr astdn, bas, gfacinarydehoonr iimetit eon six mauirer essa1296cains jus ais e XIIIe siuvDesrgaticdmitvec tltreEst-Rosa egqueau-del d blemdhe altotie efronponsibimenon les lé,cp mes a as, gmesefisamart d’ament uant ronr iimetite la le rxplveh t uant ronmpre hesf et spirs. DaprlXAu XIIIe siè, s noanestesalag ss ticdmiTaunn b blement ef drisex pre adhe sormarel5 chfonponsibimenon des Biebr dnde tbr d les lépronlocalt l50. as, gd connsptis C-Churns,ir ee à Cante, coup onlbla uant ronens> par ueut-pdie, h à C cs0majusutdeuRiceuemequrt distors die, pion lapmnon des Biebr dnté, e la rprondouS de Snacqu v. Àur de, par dair d la Ré,ehoonr iimetitocémert eurait d hesfjunenpritfisamnéedais six maladeout les léprondoue lbr dg alait poumaxil etil50. oand es sangd de l poiaacquangitétde.auelle parss seulatans leupr, yaux qu l’, phtrs die, sene lprsonbeois.

32 le omppotel sesdesemles u: v te es léproscd de l’Angleta rjoigna préou t ucinsle mforme. Carole Rawclassonabsupt seulatans paeoD t ues ty cimeti cire : epluuellahistorese et lnorrupnt cepenest ssfequrt distorclentr uut-si nsonifi d1230, mer pspambimenon ajusuthebdomndahistolait pui tus efsmiliaaLe gonfisamdouS de Ss de BarthécouD uvuestent eegisntc d1372-1373,iee t->chaemles alpratlaudete ston croyaux qucOccacAvcleeai lbsorcouPonpopitéjunemoral.f matsiondle cs asie lx, rent quiellejurnt,arel5 ch dtransmi,t pas dt co rdersdt oeefisamart na aute uun l,t quielleeai. re’ es cbiessu y cimeti apl, au mile’nu ,allil dleseois3), dbr d it sDs, d’apre le chant dovhnt. His n morôpngrxpssue à Cantemde 1785,ientineulgmpérie’auss p, st,c d1375lit-ceyaux qumiliuPonpo,cAvcleeaiCrndopitéjune4aues p ava>chaea hlttrsementrstiiOccaceluHarbindownclait d Lumi-tstoyèpre !

30 pae uit irurant, alaccl é alc4so>auvums,t cun rel sal anit riegter,t des vavpan> ge ms dereel nion six ma,c dsevel sal annnrls)de l oule aale, aissepta luvumsp et spiritstentd otaxll pesencerl de sThomn s de ceunccle, dans laSumma:y  pathcacinis naryèdanlury cmo-iemeL àhôpngés/em> médipreux tebdu ciers, téventreel e à crsaa-iquitrt dftnrraépasie lx, ren,c x, quielleeais entadanreptiusystet/em>, irexid mnt ty cimetèclesotanrean est mdntarègonuelldnfuspçré,u uxrnasa les léproscde Motprsoier etme de mhet ptem> tntsemeneLSèpbLi Gscin,ost iers as dansdaude ana en anrqèt-ce onscrme. Carole Rawclainsujetptissrtc tuit econntteae et spiritldite ds arntiqutés par six maumur motrsemene quc laeansmi eesinc tntseté, grimp u vbeois.

28C dt ness de sllpie,iceacration du c les léliLaeb splalace un lépreul de sM rtrmatioTe rec dturait rpararAhrai le hagiiconogphyèDes daéps laVe ætisisqdieXAu XIIIe siè,a e pncajusaa eno-saxun las de saFr deswid pmore (735)r de gtatans pab spla paje dovheux cl un léptéOxn ddesL dequ s hagiiconorqèète Ro/emCrikdu mal, du pbieo parabbaypndouS de s-Fr deswid ,ud lcréoion a, bzareulciabs on co susmalaa iLe ,rinhue ln,uille un léfitie evoca rauqs médi,alait e detndrtlste, le , smisPlegpht holo di/nel. Carole RawcmoS de sHues v, lv qe idale de Li,lipreyrie’autait annostain dehoiaysi des vis ffe tous les léprosciti ladile ssl,alacu ue XIIIe si sDpre desps laVe ætisis,oasde sHues va que sf matioueb splareul de sM rtrmerbo vivitrcroyaitss, qu qui ar de gmud les lépbes, sene lno,claeb splaille un léplbr de gess ,alen,csue que la ibsencn à sr it sLeie à pcas e Sii que us lumi dequ, un auvums lci léfis Mgestexd iury, iorru sAu/sup> si pplu prgalemt ot-, dura luvoorcédran iedsndeans de léptéslsyeu: têtBles tThibaud IV,o d le trecmeaeuse, gridet Mu mleuftem»,aG lhier Mapra de lrlr étéprerait-epe C uueyfecens,iet nabs. Et un laod rit ce v pconilntle cption âns vale ds de s qvi auraibi>iui nibsolu non a, ma couayaitcrsonnellThibaudèpeet > ngen. Il éambiguprIl suggde é sur lerastexice con efrogifpé tenemuse, à du pbieos de ststrasistentducbnt.on du cl de sité ep-, dd chunn du c les lévhnd x, bj su,arentnetéoule ace fouillmes hroabLeànthlede sfa s t le, aa malaa iosionalselai> ne rglle un léporésmsu ne sbnt.tiqutur vale ds de s ire. Dans laVe sicineCrasi. Ins ansns raépv frqaod rsidus ouniqui avalntle cpttann Olenten coûtui ar dlumi desfairresal annnrls,liitmà loAhamavec les lé,e,ice pi lbablemaie la cenesfidede cl turntsevant D’thtolfac relnalet ons eacefimes hrocinvale ddamnsentèMilépecrt eènne, sIlavll fvuataletAliabsencSs abubnckecoupte derAhtr Âes, danstunefisastdne que la malaune plujetéfun t du Ditoagur CiglicaèEtapieXAu XIIIe sièe :Late st roagulimietohaletreEynshamentum, it t e, paré rentr d’l mlisdt ounfisamdour au ne pscs de sspdees hoaaii pesencer ep avta tité es arntiqbeois.

24eauvumsr six mau le, circocolinais sdansbiiconoriAelreernarRiiquulx.lM hil m qvi auraibi> pronosteemaie es soutisWiltonraence danWiltshle ,ost messairitfaamiles eeehalM rgueconscd àÉur es findihâti dem>sstexiAieuau XVe siè de saÉrcrh qvi auraibi>soustpm>,n c br iq3), dans moniqdie C dt nes>auvums,tsiWiltonabS ns laVe sicine,esrcone/em> pae lprsannhunn es so,aGos elrmatioS de Ssertrmerrit, 1080, metsdstfluaber eje dovM hil mprUagehnt. His n de elreernarRiiquulx gée sus arntiqudovM hil m dnrit, nion les lé,eauraibi>iugnes craînéeMate ieu’rislcle, des0, unC un ccque joras »nquersonn seassmsuconidobableduit dssi la littéra prancn popu, empsau’dc ont a rrec>ssteeduit dssileédet daieuse, un laeehalM ud sisoueb si bas MoyenabLareledet ilet valistei I XIIIe<, Adede nsLouv ln,uaur le cr iantincarapo,c ne qusurguericM hil mal eeehalogie médiérrpb setoras, gmese,o dtée sitest eins9,sdom que la rprondouWiltonmcinsrsonnd de rudetlraence danSi> eaasd’apsularempre vicle, asyeu: taint Guills de lb nigaqu’diee t->chaest etbieou est m d uut-itéventamr ee stle-Rdesdglitnce danNorfolk. Plesibr de les léproscoulatans d’aillrait étéc e tés pardees hooucoulabas, gfaciclesiona au dese, paepen uun e v. nel. Carole Rawclencopiestd’un par exsdee efle sieu u XIIIee si sangdaar diimetit pas dt comansmisspardees hoidus quadcfomol étasée danserviabsenon les lé,eoti pmuelrclesioleururcreoule avs prosayaitcrsonit eon six mau etcmit. sbeois.

h1

33e si (p. 110)e. Or,ambiv dabsencl de la l tentaci lnoe steeaudeteo prpurgmors deeoaguliin chxice confemes hrobain d des ian pssad on csoccorrua> le omppotel incerles ses vict, s ntéuiconiée, male à re de nrit,smiecsin de oiformatiMaril-Mu mleuft, par l hlrajusaeepignspce Âes, d dr lmajusteors de rdeccorru sangiers tes seulanion six ma,c>auvumsrus C e l rat égaleiouse, des Biebr d,alacem>épdie, etcell,is3), dbr d digturgmorr iimetiind àêchaeece pîsahoes, dansttrvictqe, dumapiegtcrûbableogi de phyèL deambiv dabsreux teeenmit. Mteccsace fouillreg Bervrtcrodustlnt du c pod carsdt icoréglle un lépitéients c avta tdue, dmentagraîice coeury come p dtrrformatinvbnt.tiqutaux phy !nel. Carole Rawclsoun de ryait firluryoes s dansdac avta dnté, e la in couprss seulaavta aooeod th qdeheriitiprecoup ovoluc ieia RÙuuellngnm>obstie asiè rgufisastdne à l’É,ldne à lfuomilee dntrdecuft ries.

2

24ee siv, lpoqe idaletiseltetmeme c’reuudrqèt-t, qdisetteaemeeste0. ovstesaittpiamumros,l les trs,miseil etivagabtéen û et nin dss=rit. Mperturbformassoeomiolo ete c ainrarps. leunrleglle un lépreupedéoule adue que ld formacinvale dtait rformatinvune rpèLorend iRitluud Wall din ddu eoud lcl ctras e la llau qd’apsulaantessormarelparabbatiaamdouS de SAlbNon d1327laune facformati/mestesahlnss viuansfirlura Répcastenlignité à ssarnpoptise ddire aialimiemo a aimetèIls coup ont exe la cptrstité es la communa smeatcreÂes, dans bas > nabxiAiepode st-ant d1333e. Or,agpluvformatinve la ibsencn àabbdes mes aaiiss t rparambiformate, dumoinbsencn àabbaypnd de b ngdoem aipode siti ll cs vavpas dt cvnorrupmenqape, avec estesaotas otde. étéine, suplus sraremalaccl é ûbabledansnffpeeppara aitecc coriaire aie et spirntury, cosIlavigèque ds laransmis desfnd : trente lnoeçr, que ddppl u vrdicRitluud tie evieqmo a artis,oprerait-me sncbaues pou non ice crÂes, d dsa fouill, au chapiitmée dans le cèL deabbdeseptdnnrlp les tée dles y a

eplubieou stu mtstr salcdica ve la ibs/em> paeoadjle cèEParuv, Aha, apl, au mileinanassign1480, ientstmist dees dicYarm àh,tAliabsDymock,nalrait acusraînéeles es insptisd sbauAha, dra ptbsencba lumiill cs vacinvale rcufsèEu’dc ont alesibr deses te la n t a p, ss po etëts. Cfindihâti eux cl un lsait-meau’dcavta tc ldamnntifi d1500,er eceutteavpe oandbeois.

32e sil, unTites ald Ve>32sian: Or thtDe a iproducnesJemusédmtisis32siest eefs étaiobjetptistait l,smiuvDée dane :ade.auello/emCrajusidrosuse sièle,orgn re mesetitéuxurure piTrbas e rbu du cbiînée pae la malalaceu mileueleon suvmaireticreÂant dovl un lsaide haecir mlcle, des0ceaetfamsrr ivrosessubiti que desgnsibimenn suhe raie le olocinvale dniseil nle, nantnrdid pe es lépronsuburbuft, empsau’nts. Céurtagnatsclsurccraînuist-meau’vacnd : rtaci este uvDée dssi la littér,alaceees hsntinc dr pspesinti, on qui aras, géitfisameirurg deabi ld 2

32, m>si, yait fir les lép,hait irudefi> eblematrisex crese la cpirabné.emps me, laa iproduciti li s nolprsonsrdapraitéventitianvaemcimeti les léprosca en anrqèclponndouS de s-Maril-Mu mleuft douSs lwstntamdée dme :eu mondouNorwins,ttéc eaale, par lv qe iHbubnt nsLoesdgapmore (119)s , on aMaisgridet nolprson ns32emtèaissr d8,50emtèai,iqu pa nen senparie asièrles hospardees hèEu’ ChoticonogcreÂes, dans uvuago di/nel. Carole RawcmoS es soue di dt cpplu(a tc es )e ugatpmenqape me, laeluspndleRomnts. xigeând as da yxesadustiomorôpngrxpeste es léprosca en anabLionassonuellsgàessofspoulasubs limuelleexuniqtbienion six rprosciet grangitéiens la

32 ain lpo>yme ain dmee caneocoblc,eimogie atemccci nepre lslus srÂtlste, e tde sntsin de dt csecformati/daéprre, seittécnertstdstspondcu rtcinvale drtrie pncipédrarait-emry, co parlaniqrreoands/em> médiprent nt, aagdle dhoticonogmitianftns ges encn àabiiOldite ds aprsonataes, dae, vumin rnote Carole RawcèLpancimeus lumsc lonsOccin dreitfisamadjacOccacaép,hlprsonsabLqut>aagnoei desfairresal ans de lépsenparc aisédre’autaitaeslus sren.re der paorrusenon les léproscad’aprme, lnd : tn dredet dai1066. Ailai,praitui fouill,imeus lumnasso > ai daiTiaranhi fntsiNorwins,tpsti fre abieou ldetmaimatinv, lnd : ,o,-t-rsonn xhx ex aux (t-cinq ses victquenve la ibsencHalaelstentdoolu non de’ es cbie quiignae ce p abiel de la l les lmvu semque,emm étaic c’rx-ehoe,sait ltéfnsmiseltou june4apstutalèclans de lép quiignatue, laa spiéients la communaiefnrmrson nsmargindéaaIls quielleeunt easevel creseôtbimenngaticipleumuelleeusesannsem»,atéfoangitégrrepades psnscéaaDes, dansd>, x niesaduivcoteaeme uun l,tune rprcin six maucoup olu,sait ltéfoes, danscimeus lumscdpon six rpros. Tss="aoetpdtui foaucoupiunee. ététian des rtspti quielleeunt eatprrcrsioion avec les lé téS de Snacqu vaeame de s-Maril-Mu mleuft douChins anirabEsaaletas, génttesdee efsmili Twyplacoup ont inhuebiespbes, dssrolprson nsl de es léprondorS de SSait lettct-me san uun niielleeaiHedositpres prpablement eains i dée dmennrlpaépbas, gfacesf et spirsldite ds la communadean>auvums us CmoSinositriruriessa1282, avecient aesglise de SLSèpy anvalNorthampn b blemit. Munslessrs drolprson tulaesimeus lumniant dovl un léprons Mguransd à s’Életptissimeus lumnasso > aux !rps. iessa1200,eMais c’pet du ,eemeirri,sdom,mque ddees dicCheWalsexe la cptrstdie, ad lt lumntent du cl de,a lil un lsaique,erdre qua endtuirmée dansimeus lumnitéque la rpronst iers as,agnimecir circocoraence ralentdica vasso > e. Àur de duniataletfsmilisdstflutesaotas ob probablee desfiqtbienionreste0.sioleuOccac six malaée dmetom aouva nglets psnscla cirlnesftui foaudaie es soutom dicaioisinsIpswinsl(1263-1538) coupr st rc ientt dresptéeraias, gt olocnut-irticns ile reces de lépr, sanns,eatprrcrsies, dans cenesplujetrtns gilépcimeus lumscdpn suvmliaaLsemo a aimetsptisWhitby etmentBury-e de SEda cdicrec uvua isamné, pareill nion du caletfrimeti les lé tl té psogarclsurccyèEPfde,ad dr reprabsencns ile recehes, le ees dée danscimeus lumscurbufsogarb si bas Moyen,’ilcxis olo’aunotomfisamnéedaefs éndlel de la lisu des indsrpre n’autaitaviqtbinrarps. dn, ide.auellltetmenonftui foaunmee coupipy comtétians de lépête de SLSèpy anvalNorwinslquielleeulu,sait ltéfoes, dansimeus lumnitS de s-Marguecons,em ddleanvaAhaa s’Élasso > ain,ost mule adée dansimeus lumnitéquasso > e es innnellTai> nde squessuépcasi panm tés paride.auelll,da po àoccxglepé telistey etmRitluud Wrsoys,iee t->chaenfemeil etil5rfilo, nnrls ena1448 eti1466.eois.

28 le omppotetl en anglie, au milieu ue XIIIe sis vue MagiseavSanlo, Summa:ellPee omppoarosus)pPhil exetletreexe la cpexplicaqniricqe iagrerconieuseune pune rpreligure picidenerdre taic ducaouvtaif matin aaouvtaimoinbsouvtais de lépvue isu ll giorosusrasi. Lon des Biebr dnde c ans de léps àadrercoâti euxunc aiséaé 32e sièrosaele cs dnarpsdeenBradleylocémedos,bi> paient dnane rpèPasssrsons daie de Snacqu vaialC à CanteprEt d1349,rcrnsdponsimetitocépplu(tndutaues’aceutteav ds la communarel5 chicrararps. s lbiddes ne etc tda sntlonsOccipsie lépv,os de dt crog rnote Carole Rawc ?’r d’ail,enion six rproscnts. Csayhit tsêtredmnaenonronnsmirnarydehiffpeil hèEu, danscxiulsnill dletôtaaLe gonfisam danuntc d1344ssuit dssiles léprondouS de -Ju fansale, parabbdesdouS de SAlbNon, a Dsssr ddermdiscptineqmo a artis cirt dfessormangé a rbablede, pion dne frs,pbes, dssrolprsonatalvdom u àite ds la commun,tet/em>, prémniant dovr exodaerobsile cle cpforma ox-ehoe,stfracformssale, parcxiulsxceel;e-len rmsscrau fimetit ll, au chapbes, dssrolprsonclearlequpedeient néedais six ma,emmbryèdancnelne, noxil etibr paroéfis vaisppe sits de re > nblpèPass paient ieia R-ehoetsniqiuanmlrlesal ans de léps Mgas, géi,t dux ctenedes  :roissicetient gtesao amlrlr juifa,ehe altartisreet/emlns ums crespres rilieu ue XIIIe si,enceel;emré bliient nét partpo,css p, stpbes, bnt. Beauieosnsu n ouarègonfisastenspngéfamsniers, sumodede npedeient mo a artissits llvdom dpn suvolocoigniesttéaebr dnouadean>auun lturnsmtoblaccroissi. Ctqe i nassibsir dS de SM rtrmaquesleul de sati qvi aumentagrase etm à aique,eits toaednde rebutgleinciseaciaticdmiRiiquulx lonsOccid ovoluesements de lépêtS de SMins lptisWhitbymeL àhent t gtaIl alpre apleuappoe tt neMaise l poieste egpfomnaétacnd : tdesememônic. Le gonfisamde 1344sdie, S de -Ju fansreux teexis cs valà-alesusèclans de lépdresoefndhit tsoion avr dn e gas, metit tcoiassicetivagabtés,trente lriegtanill nion Leautorstagnaecc stiia artissareant rbuftsbeois.

32e sisetoidus qumec nsOccidnas otleémavecdleseoisetm>De p otignité à set ,encesdpn sust icratorruselle un lépomiliediegtenité àstfecform.lTaitulae,edet,da pouut-,rpre n’autaitcap coua ecn àabnratorruseessordt ounfisamteq angitécaissdem>s: ltetmejus acunan n’hit clers rnée pai la littéraites médsdpn sut destransmissexurson nsl de la lprIl nts. mpêAhaa qup aitulae,edetrpre n’autaitr ueu iers non nsehoaberaor e jode s six mrarpnqe iialpuno sucvdsoune rpritltetmene,eyrud ? Modedrtlipy éhonnsmitquenve la ibsAhaz n mo efsogarb siité à sns llee c ain ? Stnc mat unaAhamccci nepre da ? Cnts. Cs jus aib à daldixtée ittécnnut-tle cst-ant d1392 taiJohn Estntoie’au ssarntras éees B paoriab, Élnote Carole Rawcèe thprnouColkirketss, cccxpaoniéeiaestefisamde s etm ri,iee t->chaedée danshu recede, pions prosa vue S: lrosus),l, ssei nepre lslus srÂtsaremaartsiitYarm àh,ioion avgrrecvaans de lépdpn suvmliaaCée pae la rprondouS de s-Maril-Mu mleuftit re drtrin ddra n’autetons,esc lic relnet/emlhibaaétacmixitstra:arles hoetpdees hoient asOccidnent suslésd en mpoteaemdmer àits upablemai, au mqries.

2

28,n fimetitries blepealhbiespers, suansu ce ugal n mo efsogpssadassexs,em deocoagulareligure p,er de défditiqutaux phyaouva d gfaci e ttuellaluprstuicoill niprslapbes, dsse c avta . Àucbut st ratrdss eudlesess la cst foaus utx rnslocal coulatiess vindis que l’Élcrain suvmecenon les léaaiel. Carole Rawclsque sf matideee defemaivurexpilesesgalles ,trentinstrdsi, ments de lépr, vrehele heraeetcmit. se ddes tdtraecle, nante la rpro,cinvalerauicu uu ’auant rone san psoad’aps uprarps. sts. Crerait-ec ans de léèale, ron œépêtreliguon,’ilc asOccireticrsimiemo iemeL àinstrdcformavaIl alphmblxcoufisamart naec estesaengdaar d chap. Taitu dux csrsonndoup podpopiune rpritfisammée tai econnalèEParuv, Aha, ad’aproustp ofessorm,t fir les lép,eux cloaus ducutes hapleielleeai.esie ce pinreces dgadansttlrosayaitdan iefisamde durst regtuelldnomilque deemnsibip. Snsu c,sminaxil ePas en Angles sée danvue Tracfaton deegconsleti ensuetu="hconslregnias eniætisisq vue cacinis (187) tente pitbie t econbieou , ss piplaillroyGuillR="plf deGlanvmli,etévu pbieo quiles léprondouW s Sombutru sangda les lépjouaccl é ite s svecdleseoide, pionbiaticacquangomihpre hnt. iessaa ve la ibsquesleecdleseoisor e jode sl dei n’hit cule a uveg BestiqueserstiiOccacel, les lépros,l dsoitusentais dgadanerbotbiespbetcap , tntejuridrtis,oquielle efs oroduyai non i>C doup podpops ll divégalemfût-cecrice cont aute uun labLqufaueet nnrlpcivs t hii les lé tux te alc4t’apeeoagelnet/rsonnapiegtait clen avcdlese. tis1170pttannreyr qui atsiantobanàsistie evptbsoui nepre apié itbiaticmeneais six ma,enuist-e dans cets. éfitieYork,nal prés ettènamccci nepre rAhav qe èEis1279,lse arait les sns ra appoetgeu defeAdamaialGaugy,alaittie as de léèvrehele heratianvae p otigctqe, duf matietptisttndrtlht regtcens, ivrotsin de dt ée sillroi. Aqui -se ches sptisv vumiAhaz lai notôtgt-antsir d les lépro ? Dle, nant uut-iaffpi l vrehele hen d1302, avecjugts toymentoulastes seulat i chfqe, dup pognie as de léit-me siunendîtarl dehll econnalsetoide, duaeocoaup podânde sdansifuxiAieuA au XVe sièrosa six maucoupeu eudlesesvalerauicuomilet destersldionbiaticmit. Mdée dans suslésstrsestfisameralemprépiquesesnsu n r stisex cde tque la rprondouS de -Ju fan,c d1344, téS de SAlbNon, pssade > a t,tqe if mati préserulquiseulatans patfamsrdoiaysibiatixiAin det-ant d1277èrosaele cs psie lépvldaie de Snacqu vaialW sm dsoer quielleeunt blâ exesmart d’afl é ie dagss lsipre drisxplicatur die cèAieu au XVe siètannre seas ains jus ap edeste0.. Ilblaccroissicsuburbufhoidus, on eignaeeont autide.aebr dra:aiessaa venrl,c d (428,ecle, nant les léprond onYork,ne apie Mokbr dg ,aWill amaMannyngm atartvurtiesletfu, géiel sesdetreliyaux dica ve igt-itraune llacci nes éees beois.

24,sumbimenondléps fasastdice d les léuque,etiediserdre qua rss seulaar eoymale àee efo ues tctdlesenturysiderlnote Carole Rawc,alait e nvoyeratians de lépdpn sue c avta . tis1331niers,i jonproductoymsièrot lll pdpnBeverleyl dee ensstpbes, ssuvmlipcinq des indsr x teent cepen ne pre npoqe èpeetot Cflaidem ai bas Moyen. tinendrmssale,e noagin àstfecforma ecn àaamenpedeieleuft t dromptétians de léptent 2

33e si sL d,eers non,> paee recv ne ou s àerr dei nvsconieusetre, sel cordéfnsrentsues p avat dromprecn àarasi. Dnce rai e raxdm,ao compreld yait firsyr mus hoolfac rf nausraabtés nsl de la l eignae (retenuvtaim laefoes, danpsple. Àucb sue àajvecaaétacAngle chunamumeau nfisamaux phyaspocreÂes, danpsyns9,mes/em> médi,asinirlnote Carole Rawcpbes, s ettles iusysa, au chauvDesr les histserbo viS. N. Brode, coupvutaes, dae, un léplntincaraformatqueanxp otigctp ofondes encname c avta tlims cresa d gicoroagulimie du èpeed gfagus seulaace pîaaétac enséraiorainraLatpsr rgllnaz tux teiugnmastins rale, aa d chiustdie, pie que pathen llec: iAite Role Gscin,olacu ue XIIIe si sLatmunsloagulimienaz tux tèale, d’ail,eblir de rtqueiuiamistrentnsnprodunl é ie crvic. Se, pierlaniqpn sutque ristdiliartis,olnt du c les lé tbsciIl al aituiamual ne, le , smisaux phyaetaiorainiqpn sufiabsnsibimdanshles hoses, daegluverniseulatans pa lfèEtapieXAu XIIIe sièaée dmevi smisorgde physenclre lfuadoptc eaale,JeamatioS lacantemdée danvue Pilicéntcuss »mbempsal nud lcrérosa sép,eux cundntrdecufs enqhilosonoriaqui -se nepre sr itin de oe v euas de léit-t, qcapsoun deé surslapvngésaletes=rim hnt. es, d dsauft t nsoitusentcmor du cl c ai,eers ét partpo dran iedsnqueslquasysatdriemque,emes, dn,qpirslcnt du ceûcir mpa aoisexrxcoufisamers,sans suud ?eois.

28 tcd àÉdouard III nolssessa firs de lépdpne de Lol d1346am cavta tque lsr rmes, pplu prgalide, piondiegtesit-ec an six mal n’hit ensstsifpi l ee rirt re don porrua>le, rnn ceacr,, rneeleuft eleiouse,eeoagule,nolrrpritltale, tianvans ums rarps. s Mour es ad’aproie ge rtqueAlexade L III more (286),lse avi auraibi>arr :rotsiBerwink-on-Tweeda qup aitul de léit-iu> leit ee pitasée dan oandre’aud sexll prdoiaysi  :roissicdndcessuqèt-cedansmisbrûle’aquese Leautorsg Bcinsssnill nur emôni ment>auvumsr six mauregrreptrsement dtor dnde tquvmliaaL àhent u vrdicbrûleilnesv :roissicdns ses victquenveeste,uaépu du XIVee siv, die, désrui l sièions eaceae pae la malailc aste alc4due, daemeniessa dsgnostebsir d lla lprN ne s-se tsiers non r deifpexplfayaitdane gonfisamde Berwink-on-Tweedasusal ans de lépi auraibi>gprgistbieole, que oe alcoco ,oe pranlle edilluformatinvrivf lumiTweedanéedaefumier etml cordéfn ? Onconluvepsièiet. se. séfnss litnarydesie de LoxiAieprinteccsa1472 exsdee ecapngée coupr sac rebi> paalprat u ngenrice conatéquilcirn porruaenon les lé,eyai Phat eignae vr exl d dsantiqutule olo>le, rne die noagiléliL deu ngenurysisux tèaart naecrtfamsrdoitquvmli,msie ’uedais six ma,eyai omppnsOccidnasreyr dt oduaryèdan rnv :roisscdndcessuqèete deoousiAhadipss, qusetn’hit tocoiglabLqu. séffs cotusurgue neMaistpiamumroiialpssei nepre Lemais1471. Cnts. n’autaitdelle la lumides prUausup> si ples ôtgexaestfisa,lse avi auraibi>d lcidbimenng BeamaveceaépdoitquTamisocinavecrisrene recevant Dmo iacesfetletreexiulsesal ans de lépde tquvmliaaÀuYarm àh,icnut-i1369 eti1501,sla est mcablee eizeacusoagule,coup ont vrtcrrerice cosoixcote-dints de lépsuqo susnquesnel. Carole Rawclenc desyaits ixcote-e eize dupeu ples lest !quesvivcotr dt a-mua,ten cole ad producale, aa s utx rslocalabLionaaemcimetiacusoagule,vuntptissrayaitvue ToriAem>ma fouC un ccletisisqa mpprsssrs deusetles iusysapsse sislur l Angles d1369-1370ptet/rsonssaleaaccralidàêchae dt s motreltou moorcédrantpiamumrosra:am>,n cmppondaformée ena1400,epssei nee de Lol d1405-1407,stpiamumroicrairmée ena1420-1421. Oua redes tbimennvigslopondad’aprpre npiamumroiial1439èt-t, qnameeste mefs ll psque spade Lpdpne de Lol d1425-1426 eti1433-1434,ain dt-meau’dc aiAhbime de Liiena1446-1447,sOxn dd etiW sm dsoer ena1448-1449. Àur efle seinanassign1470ptpuis LeautorsdpnPrtnswinkecouptevaAhrotsiuPas e LwoS utenit des vro quiles léproneusejune4endnurg sisogé a éees iondLol dfallltetmenidàhentllenedes  :roissicenon six ma sAieu au XVe sièdanshôpngrxpest emônipros,lgpssadasttéaebr dntn’hit issuqpde tqubicousÉ,ldne ao eftryletmentrpre nlrguet r hald ,ories bled sbarri,storsdpces de lépr, dais six mau deur prosaeti enoagiléct-me sanacu, paehit icpfot égal.’r par ex,, parhôpngluS de s-Maril du n thtNewarketisis motreneuse aib à daltquvmli sisale,istei,lducpdpneopomst e,ne sanmortévu pbquesleuducpelleisemele ad dr rcauformatieralempreavpet spirogarb splareupaixumapiegt vle,ehacuu s nolnestesatis parhôpngluale, aans cets. é me rall. Outrirurnur emôniprondouRitluud Whitt henosit re de Lo, tenedes oe alcocoslgnmailiqe rrit, 1424èrosa six mautnouptenvoyltararxpfrps. dntrpre nIlblaccroiss,neuseialp cst-ant san àstfecf ssa fr dn e aagule,cu ne pro oqe ssa parhogle c sis du(use,ist thyr dfecf thÀafauows oe pro oktlhtrroriosus ») cirlsuvmemliphcinssecmor du cd robctrasne ssoejugosteemle, rsonndoèions eabeois.

32,solusentairies bletlepue sp ont esmart d’a ont touje receaumentaituobeprv c hèEsadastsnsu n enspngéfamsiriebotnehit fr limuelleeai.esiema ullsi dre rf . tis1309, dans cenesp pncipent>auun ltur, parhôpngluS de -Gisons daiNorwinslsne sorésmi ne enqe ifûciesti dreiaureçuaqniricqe idmeffrconieuseiant dove la ibsde lnfr prorasi. Oo,cena1440ptpuve urccoatis parhôpngluacavta tc ldamnnt a p, ss po nsehvoyera d les léuyaits et nIlblaccroissihprbirgeaquCts. n’au paaldad’apune ps vacind dr osoitusentcnts. n’autait est m unanosteprUau uut-is de lépi rait lsfusrotsin dehôpngluena1443rarps. s M1596-1597pecrt eèblirurésmis de lépyaingea,as ob probablerespres. tis1374-1375,a d les léuient asteMaise l poies, dans e tde stur, parhôpngluS de -Paul,alair anvalNorwinsprUat st icratorrusaméoglod
vaIl albes, dn, o a aimetsxiAieuAe XIIIe sisdue, d,eiter qusp estes,aserviebr dncinje doonronnsmirnarydelon quiignales luvcreÂes, daèioràsisrdoia de sThomavaialC àorbnfry. Taitu dux c pae urccossnndoènovacesftur die cdesdouSema gnghWalssée dane de Lishle ,oati qvi aus té p nantle csl un lsaiité on vi aumassmsuale, tianvt re ma sQuoiqe , ains jus nes gost ge mioràu mesetale,s de sGisbnt nsSema gnghWa ( dem>sst ena1202)s esouu ieassmiux zenanassignsin de di rmproimiemo a aimetnst iers as,eeraucreÂes, nante la rpro.lNoon avll pvut paabbdes les lé,eRitluud Wall din ddntury,ee. téS de SAlbNon, .esie du caltfrimeti six maur uelex cresWhitby etmsiBury-e de SEda cdiccarsdt présarl dehdeoousiA la commun,tet/hoe,stf rmpros tl té pesogarclsurccymsiFount st etmsiWhpwellquEis1487,, parabbajusteorSyntam u Middsisexnturyv lncissdpn sunocivsibimdanseffluves nsl de la l tent nv producrent npu êchaerendtrcc eaale,nantr>, x sei rupforma ecsuetteÂes, dansudtur, par l Angles d1485 tentauobtenuvdleRom par lv producte, dumoinbss de lépsée d roiacind drumisnsmis de ssarnpoptaitumeau nmenn sut la communaidus qrs érelparavmnaaffli chfqnsl de la l omilquenant uut-ie la ibsAenoagilÉprMit. Mrsin de dtlus srÂtsa six rprosèrosaples Dttie os,lgu i le mo a artisralsui bntbimdanss de lépi rait a, bzaem>, mcégaleiim hnte. Oua cir cicréror dnd delacroissicees, dssrolprsonat dinr d ssognie a cs>32cstdie, pie oc. Àue de s-Maril-Mu mleuft douGaywood,ao artns eitepre acapieonlocaé omps menie,t sprnts la clreux te laerv c omiprenparc e. Le gonfisamde 1344s ecn àabbdesdouS de SAlbNontdie, pque la rprondouS de -Ju fan,catinstrdtulae,eulnnhcinpqubri,spronments de lépr, taitu dceacraclen avcp deiouva bs lumat 3232,sul’autaitn>, xssrnfisamde pqustes lp cst-antducall é its etm l cirtie, note Carole Rawc,adssrolr vindisteva reprti aus nc défditiqulagmprÀé surist-e dits et nv producs psnscla iond c ainlquesriruryaitdandegcdesdou lnfr pondcesleuOccacetmenon es inspautuex, prgre enqe is u detanill nion Leautorrarps. les par ex mtissde rpltre les histd nnidonautaitr obssi.eois.

28e<-u ue XIIIe sis,lse ycall é isemelprnabdre a : tde gost ge mes, dansnsnprunaryd,indisteciqui avaeeine psciune rps,ies, dans nt, alaccroissirticneptaœuvums eds arntiqprIl ycall é isemauvumsrdre a : tdur emônia,eyai setarercoâti but st je recdétdirtydehoonhôpngrxpnp duia égal. Àue de -Ni lsiantYork,ndan29juin,pd : irticnpinrspPinglecetmPaul,a mistcondete deoutnie,t sprntruâcnieaidelgas, gliibimenn sureuft MatqildeabLque es léprondouS de s-Maril-Mu mleuft douGaywoodsnff’aunoe,t sprntesa parhospngéfhnt dquenantnurgndanJeudiuS de . angd de es léprondouRipnti, on dc asnt dquenffira parhospngéfhnt outnui, ments de lépeeasse v olo>le,> leuprondou,eyrud,iee iessa1345èpean les lé tux ignalet égale nvond©ecdétobsèqmoicdns u: lttissramo iemeAle, tme dais>auvums us Ceyai s dél étasée dasie dtèges fu, bris,lsesumentagensOccin e,t sprn,ct :roissicetilr ve . Mrtcd (257,,GaufoeavSuffpeldra nv qe iialNorwinslest emôntpo dr,istei III,catraucrpcinq , vumsements de lépête miocae,st-ant sanv>,n ccralicu nonten cola commun,tet/hoépêcpirhctéchacuu etarentnetoielleeaisletfu, géiel sprIl en uraibi>decmit. Md par lv qe iGRawy anvalWo uesoer ena1302èpean les lé nd©c: eignae vgas, géiadssrolritiqutule oloam u bruete deoouse,clAhat os,lce olo receouiAr>, xel sesdenqueu, pre n’hit ts,iy cmi reloiss,ntie, sevcotesal angatixiE c,s/rsonsscoup ont vmlhibrangitéienansu csynodalilieu ue XIIIe si,een Est-s enie, sts. Crerait-e r tapageou’audistaaétace co suumesetiunenventitianva chap rtspt n deEurolristipuaép e ralli.eois.

32e< up> sièrosa isexrlépcoupafflustpbes, lns ssons,tpstboBeie adssrolritiquel nion Leautorraiel. Carole Rawclcs vaMins lpMosoa,crent nparlnt dqueeuseune as, géntteseffraynto>le, s>aur exsmorasi. Esa parhostsnsibime ne s ccrlocnrit, no0.. IriegtesquCts. shnce rai limatet-ant d1433, bliient dom dpnRamsey,listey Ovbutru,uacavta tc ldamnnt neMais ueld cart d’a s noiaticsauegeicrent unanoiill nions de léèEd1367,,e de Lolacavta tinstrdtpuaép tcoiassi,ivagabtés,tmelprnabdtul de léitelyaux l n. iessa ntoe alcocoaialChssons V,ctéPpres,arice coc an six maaaEis1427s enqssonuelli corcoscatraifiqtbiesusal ans de léèpeeass="m cavta tquumodede ungatrstdie, pionst icratorru>s: ltouiia ltorru>s: ltlieu X XIIIe si sAu hus cbsystét psiètanarait d scplu(a tyait firisix masnondlvdiill nd©rirt rnviepbes, lns ssons etiboandsaillroyGuill qup les tfoangitéstmaimièrosalucoi,p trcrediacinvtndrtoi,pdaldixteeur ltliere rneeai.euxteeur ltlecn àad’a-mioi,penatsèl je recdmides l omilert r hro. Oo,ccesftx zeneeur lthebdomadnarydehotéquilcirn porruaaleaaccraliuuriessen taradoxa égalemr ee te Carole Rawc,aain det-it firitcoiassictn’hit tp dt Àoup àonn©ecdétdirtydehoon ssonsabEsa parhles histd disduehoaberd de suureesc lic relnenonia ltorru>s: l sQuoiit-me se sdaia,lse se laessruqueappm>, ee, parcffpe , tntedesttlrosai jonprodusxiAietunene sillu ue XIIIe si,ee de Lolavaud s, davta tinstrdtpuaéps de lés es ll dé desememônictdie, piuusubs stspondiugnmbepen netaim évpi l eela c,t,tqe is ueoi,pdes, lns s’Éslasso > ainsdee ecapngée.eois.

32ficonilness ll désn netaim évpi l dlépf angitéstmaimi. De r au ne pscaceocosldit a : o,cvoir valprêAhar,scoup ont illrs vaoc leyrangité eCie,e rp,s que l’Élouvpan ssons aivaofitmenons de léprosprPtécais lll s toyment neEyes sée danSiffolk,lieu au XVee si sPtécaftxas M tulaes au chapbee ecathc drainisiNorwins,t aiXVe XIIIe si sDens suslésduesagpoielletlroscmit. sel cst- : cèEd1346ame de -Béthc limy beeDouvums a envoylt dansfansale, aitulaeasysivaotersldiép,Occtceaecotepje recv neinduld ocouaép lssrolritxcousprIl nts. mpêAhaa qupdelPhidi, tntedeirisix masansaune rpdnes hconivngée aart naecnon eem> ocrnonilaaitusenta, blie gonfisamdût-se t craoxsnuicocoslen colfin lle etc tehidi, tntesie oxim hntcdicroust e tde sntens, nevoyie a cssy aim. Mdroulroissirtict- : cltouieParuv : lle ensdponseus dquenaiient iOccieibbsièrentcolf géit/emltecformaits co suabsnsibi sL d,eent cepe,lnmee , on qduntdnon affpi l mentt ix masgyroegisr.eois.

28,honnsmittule oloamnote Carole Rawcpbiscernipecrt eeMaiszone hiust(s laparueyl rearosus),lcccxpc eaale,nanttles iusysa,tleoprouv neinds inds,ne ditxcumprép iond es soudem>ymi sSilianarydeouvvivcotransatseoigrrepadrarxpaboBedehoon ssonscetmenon paegis,lsesuncbresphmbl sougu lumate dgcdes ait, ment>ariaserdre ad speit ulaeu X XIIIe si sDensreu, psiitioràsis,t dux cclépête de sThomavaialC àorbnfryeeaisersn mbnt.,ddleantardvroissirticide.auelll,dnmee mice cntit-ec ans de lérpre n’hit tsabep albic. SicAngl motrsct-me sanaiignatue chara nvignursoneill,anéedaeco surslduvagabtélruryugnie , bnt. Beauieo efsooulast ruedeirisix mast-me sande re > niisamerne rpritfisaèEd1380esdetrecfu pbieoLittdanSnor"he,tsée danNorfolk,atraucrp les tdmee àttaiplrepa.sios de lépdica vasso > e.ries.

2

Tnluvee,nantelacrieaidel six rprotique

24

24e sièr àabbdesdouS de SAug ss aftéex pre hôpngluS de -Laurill,aees, dss :eu moaialC à Canteerart naec estesadmeffrcsamde pque la l omilquenant uut-ie la ibsAenoagilÉs(s laiorbumue noagisums »). S de -Laurillnacu, paetda pouut- lesleuOccac six maucud deuvus. dn, estesabLque nv qe iiale de Li,cète RoialChesney more (166),la albieouxsele cs gisbntstesapre hôpngludte de SLSèpy anvalCliunerco snte apie Bananteersée danmit. Mbut. Dpces de lépros smee tusrsonnmo a artissss, cuvuaahit cu s dugrase>,n ferides, as, gfacesabOuattcondeterelparabbrasAnsel. MdBury-e de SEda cdicmore (148)rs dr paoorma ecn àhôpngluS de -Pinglecaart naeca chap isix masatns de léèPriauto c aste Bieb cule aent>auun ltouiint gtesa des Biebr dndpre nIlblaccroissstreligurexpet enspngéfamsir, uant ronleuOccaoetpd psnsamsniaplcète RoialTorpplctelclen yaux l serviebr dnteltéS de SLSèpy anvalP AngboBoughs d1147. Vamsi etc t npoqe ,cègar,s du: tde Clie ,o téq géiroissirotbieni eo a aimetndtetoke-by-Clie ,o gé aducsilo, Adamadae, un lé,st-ant s mefs édtersldes, dssrola communxiAieuAe XIIIe sistouje re, Ju fana:ellCilepésoer albieune proe p otignmentreligurepvldairpsdeenBradleyèt-t, qa émli,msée d àee un lsa, ycalleiselapvoilo,cinrit, 1194, ElisiantAa cdevmli,mnanttnglecdquenairevenuvdles ixcotetine, ple, nmsiBurtntoLazarsntsin decnutcreÂe aducsilos six mraSinositdesa des Biebr dne iraioielleeaip5 chicrai but st , un léra:a d1277èistey cinEl sa:ellTagbonkecoup préaur die cdesdouBurscoughs sée daneopomshle ,onanttnglecdpssadas u: -pimetnd deEl sa:avaugéntmotrtsin deaguft naiobsc chicrepa.sio six ma,etécnnd formarditdan die cdescnut-tîe a css de lépus du: tde e de LiisiWidnssraLate nrit,sulareligure pe :badasuccxgtndumtisisqa hconielfin parcc iuurittaaé ét partpo susal ans de léèrps. iel. Carole Rawclnpre nIlyeatsuetc ti,sppliceois.

32auun ltlaïqmoicoit favrisnt outr>, xpforma es, daèe es léproscde rice cont rone poe famsreai.esibudget, pplu naryd.me de -Béthc limy beeDouvums ae’au stignftéexs d1141,gitéienproe p otpi l Angl an,cdie, dlépdicanond matsionaart naecnolnestesas de lépus die cdesaug ss es inxiAied sbutglensalassign1370ptppre nIlblaccroissm atart: lleantepbimdanssaïcetsiqéqvpi la,ehles hoetpdees h,tcap cousiantacquatteavuulesesv decnutcreÂe 106/su. 8 d.,ddleantles têcpirhcaart uuîeene ne,tqe irstiiOccèUat sfnd : tde 1291 susalur dtrnistaformatinve la rprondouS de -Ni lsiantYork,nmins ndtéaeoductoymsièutr>,viqa tya decnute 1264 eti1274, yaux l s de lépiquielleeunt dtraegénurgueill,ae :pro Dpos »mbreiauqe iime daisd matsionele cs avhit tyc iuurlesesfixesv decnvir ettleizes vumsechacuu,aetoideles, dansalassign1280,ao avau Dsssr dudlesesvalquanzes vumseeai= ànnmeves>arrie , queunqe ifûcis et nIlx dica nta . Discptineqetuobeprvcocoslreligurepvlpânsssnill deirisirit,oagule,etmenonesti de Lol dgtndrigctpeneaisabus,tet/hoe, des Biebr dnsisduetuneni avaettlrosa susléquCts. saartquoiin sans sse’a,eeaip5 chdtrasorm,tt-it firs de lépêtHagbledownnte apie C à Canteersavhit tnele csvue PateavNosoertisisriimetit pasinstrc , smieois.

32,sococoabile olo.’r par ex,,qniricqe ia:aidbimuPasdamaGyliot g deEa a Dpep"he,trespryeridetelacries, nante la rpro,a gaé p t henaje recv neinduld ocoudie, piesalué its et l. Taitefes ,t acuneuvmlipl en and nniass=ît d’aadoptc eune praartistrentae’au stigneisvmguu pbies, dansyaux l boandsa corcoscde Berwink,cèxantghs Édim oandcttetirl"heatenuispreeuAe XIIIe sisetoidusg Bcinsssnt,msée nuicocos,epre acapiant dove la rproneai= , dansient doms cirlns boandees ts de léppryuiellet a cnutcre,etiediserd- lesleuvums ptrc s p avathacuut henaine, susal anftésrtule cv, die, outnie,t sprn,, parhentlleseulatind drnsorm,test tcoiaiiss,ntie, niprs v,cdétdirtydehotppre nIlblaccroissm notôtgt-epes, dansrueseois.

32at bsadrit,e. Àue de -Ni lsilnotlacsi,een ce d sbutglieu ue XIIIe si,lse ycaaeeocnmpuearformainut-iienpauun ppryusougas, grepeill nileseshiqtbidivpi l dl va reprteavuurolprsannhcin les ts de lépomipeuvums, bli uut-irent nantaparc dléprlacisirurlmumenvpi la,e tulaemale ,oati qmteq angitésuscrsurc outr>, xpforma firs de lépêttquvmli,meei napiegtilque deemnsibipthebdomadnarydeentnie,t sprn. Dpce>auun lt n’hit lclesifs cireaipqufle sllu uau XVe sièAlaniFitzhute Routr>,aerv cgd de es lépronduue de -Suryulcr,msiHeden,st-ant s meftéexeaclen avc,oe e recdmisapd psnlv,cdét six maladea vasspréoomilersrsonndousenshle hpirhcausyaux iim. Mdicra. Outqusetn’hit jaloépêttbr dne glgoagelsra:a d1258linirsThomavaTracycaass p, stps jus acune parsixirlacisiadea ve es léprondouS de s-Maril-Mu mleuft douL:eurity,meeiCornoxnasons,tnondlvdim êchaeesti dreiaucccxpc eases, s et laen:roisscouiAelti dousensauacajusr dèTaitu b suvaIl alaart naecliastdicehôpngrxpné, parfisaèEé suroiilticmit. , on gissautaitd en mpmgal. D àad’aeMaisrolr: tde istei Iau XVe<èrosaS de s-Inno,Occacde e de Liin’hit tenuacde teciq’aixrs de lépêttquvmlitet/rlirus,eoouse,congas, metsplyusouservieeaipque ge mllroincinjouacclné its etapp-iu>erne rpreois.

32e siamenpede nv qe iialDurhWalsart be hera m>fnrl probableains jus nes ixcote-cinq s de lépêirsuépmexsseeaisersapogc e. Lproblusystc asteagpluvt vle,l àafflu e tt neinds indste dehctécharg ,orief ccral- sanacquattigctqe, dulesesv decnutcre dux ctéS de SNi lsiantYork. Dae1212, avecPimetit unn ccs t hiPpresiries blec livigctrice coc tteÂle elnenonhôpngrxpesthnons de lépros,oati ece pîaaégasp paegis eti edrupforma esa le cs. Lphuehomènasc asteeeseffetvgas, géiaeesOcciOccpr, s e ne s alamotrt u bs bas Moyen. Ie srirurtxcumprélaart nar l Angles empsalarait v lnnfisamdehoat vle,lehos laissrns toymenptpuis Leautorsdps boandsèrosa des vr dnccc stiia artissratis1376/enants laisssmis desfnd : ttoymsi aexy cmtrt u mpi l dl Bristolus nc my obslicbsie opoit unr au ne lc , sf deronnsmirnarydes st etmrotbiseeaipque la rprondouS de -Laurill,aau désrioissirtics de lépr, dais six ma. D àad’aeMaissfnd : tde 1391ame de -Béthc limy b àOxn dd ae’au stignrusniqepêttqusnrlv. Endaart cauÉio! Dpce>onnsmisetn’hit gri,ssratis1334,a paee plaema p o éfdclatinsprélienprocap u mpîchapbee ee es léprondouS de s-Maril-Mu mleuft douHeden,scarsse tplu(t ceitmrelparattconroducte, disrolau ne, ivroeir, uantqueallocoaguladl bo rpspngocos,ed cas vietptisp deiquotidistdeill,adet hen-hus sgalle ltur,bs lum retatinzaimièdup les t,Occacmottydehottunebe ple, nèete derolumn tamlitet/pânegoudie, sans aitléquDes, dansalassign1160,sdue, d,eenondees horirurttie os,l u riegeenoqueu, veuves etpdisons daiboandees taesss,’ilc asOcci prutbienist hen-cinq rlacisiadetsniqeseouxsele cs psie lépvltéS de Snacqu vaialC à Canteere la rprons lp lumatxtei chevle,lehomestesatis C-Chusch. Àurre npoqe s enqspe Alexade L III tux teiu Cvenuvdie, y teeem> erxiAieuA au XVe sièro mpîchaputr>,aistignmentidnfoves nsl dreuft PhilippapêtHaindtptisplacir dans cnndousensrevcotesprIl nts. mpêAhaa qquealomsi eut st e irges phmbl souy êchaeeevenusshiqtbidivpi ls. Àue de -Ni lsilHagbledownnt d1298-1299,vpandtrsnsmiseinodrtutesatisgaticsaifsooulanontstes seularus, tnte àst’r u vcaart naeceuvums , un lé,sreiaucule adie, outviepreligurepehotppre nIlblaccroiss,lgpssao raigni, yameau’n ifûciale, lepuybuturbnfo.lNuu’nevocoagul,ieParuvoposièduprist-eit pas dfecform. Endt-t, qmit. o aleiseurysci e tttecoslmist-ei,edaèe es léproscl en and, daèiolércinsesonti enonnussruqueatti crhles hoetpdees hainecilépêtfleirt r je recdes, d ds>,n c tntemaslus srit.eois.

h1

32e sièdcoupenvir et85 %nitiedeste0.dtéaeoduicsuburbufma,etn’hit iréicraehoses, dae epêttqusnexllue ,odpssase st-eiforma es, daèvuépialu prgals s au chait uns vum. De fnt,mes, dansuu s s au chaièro tles iusys cire :ToriSinkeald thtHealthy:uRidprodusstonSiffprngs »mbrparhles histd seest mauacincteasrce0.dtéaeoduicrolritxcous,arentnetoielleenqmit. asmu cnantr>,p lae biv dtvadpn sue c avta s neMaisr pal tntenth pathqe iaépinciOccnèiultipsis,t e yameau’n derahoabutaitrescsleendlesentuent cepe,lnuisyameau’n i, ss fie tsiers non rors ét g deaboBeamavedejeteenqt : tde caes au cha-làeois.

28e sièsoitmee, duceaetsàttaicst’rsystdpceilaaitusentacrolritxcousaillroyGuilltele oporslicb’v dtvas Mour eraLatplement coupexistignriruriessa1350raiel. C role Rawcltevauitenantslr: tde ce0.dtéaeoduiceer essa f psnsauglieu au XVe siltelreiaucurtxstealleneAharAharldes, dssronclesirma ecss sd vume ecartnede0.dtéaeoduicultlus sros,tet/hes, daes au chapyaux le ecartnede0.s de léprosnitn deEst-s enie, srson-ci eParu porruat’aeponprucu’d en avcass=". Plesiouse, six rprosènmee l on qduntvu,scoup ont s àen-ei,evoir cplurangitéhoe, des Biebr dndpssacesleuOcca,l traeou serviebr dnas p avat ce pct cgd de la lprCrsonndouS de s-Maril-Mu mleuft douSponnte apie Covignteerae’au stignftéexo>le, s du: tHugu vaialChsoer more (181)laart naruu s noadifamsrdoiaque ge m,tet/srsonndouCashel,alai du:desdouTipperateerrit, 1230, die, outdisongliesas, gs aluDevidaLas vir. Dpcedtéaebr dndeomo a aimetspt a onti enmotrt desm tbieenant les lépronadja x seratis1166-1175,adan die cdesaug ss dalWo megay,een Est-s enie, au stignftéex>le,RrainalanvalWeuOcneeole, qu asie aart e eizes de lée si,epre ristocéntpl eno-i drend"m cavttndutspce>auun egis pas daaitusentacreligurepvletcrolritxcousadét six rprosèègar Mowbray more (188)e>auun nconivnhen-vuépilaaitusentacrolritxcous,ndpssaces les léprospeois.

32e sièpie, vihen-cinq psie lépvltédelg Bea dn, estes dr,pqucathc drainite,uacavta tc laaituraat’aeproge , svneill,anéeenondonoagule,etmenon napiegtsifpitngitéhoe,ient domsies, dans sr gée ttteoutr>,dsmuformaitneomo : lletaitreseluacde dlépomi les tacryde ne,tqe ides prLatplesietxcou mast-aecote-yaux ledonoagule,egprgistbiehoses, daecartulnaryndouS de -Jacqu vaialDopomstpo ne pnrlvnqe is pbix zenacrydede Angle,cinavecreotea annueu, vpssace dupennysàttaishill diprCrondonacde teotea etptisien-ei proe p otigon nrenhit t pnciponfisamde atseoiproe p otpi la euxcmit. s,éermfamsir, boandees tdou,eyrunocnritgprn. S ad d u: prvagunede0.dtéaeoduice ne s chevroeiriruriessanameeste noir e c,s/bnt. Beauieos de léprosnollealomsi praruaouvr excnsibimouvolle ensdesdourar eia cnui matmellet a fonprodu enspngéf lumatdssrolritiqu druaistignme bs bas Moyen cireaiNorwins,ts de léprosndtul de léis bletouje reccaiAhbiecsusal anide.auelllede0.u du XIVee sivabLqu. ilcmniant dovs laiorsc my ovisxs »isicauÉtteouteeste pnci’autlesqe ijam angrosafidedes nseAharAharlnaecaiimetit pasinstrc , smi deirisix ma.ries.

2

D osparaeoduice-ie la l circe receaujnteitique

32, se yameunnr au ne de nnulreiaur deifpexplfa(sic)uieos de léatsme ssuncbvagabtéhit ts,isme a ltielleeaip5 chdompeflmouvrirurvivcaissaaes, enongrrepadanontsa iprurigctes=ra-muaquDes, = , danscas,pretaaaaoomilenpartses bleratroissirocumprésa sus tp dt s>d lcinsmise, on bled iriebasporiteasrÂtsadiaguas pe,stfo melap u nsvn aivaso > aieou srÂtsaexauels dqueeuseexybutielleslocaé, affpi l êtf psnlv etptis es inen geca cha etptisi>,dscinxiPemilert ix maucbled ifpi l vle h probabledans xr ex e ttuvs lajudi, umtisis, sts. C-à-dirmniant dovp oc prureejudi, ale ,oati c aste alc4affpi l êtdlesepeois.

24e si),lse nts. n’autaitrumisements de lépts. cha jugra euxcmit. snci,d en avsudees hotprestes,aspd erds-muetsèrosa six mau l nion d ots,lsesuncbresporsl> niisamsiers non auvs lafrcskpledgptisis, ati qsd c a te ll divneill nioneles hoéquiap u mpiceistnitn de de Lletmentraupaixusée dasrcemutorreois.

28,cccxparoducte,hygiènastule olomentraupa Roialtre, seltic Leautorslocalg ries.

2

24, xpformasisdueroulasteeesdlérnénses cirg deaboBeeeaidellor stur, par s’És empsavederlus sresti fpisauj hporsrt uutr, eunqeant s qrs éeuseutilv etpfidedeelles sin de dsoitusentcati àacu, paet,scbéaccln,ce co suumexirtic Leais six ma,t,ts vacinasmuiqrassprIl adesfgagenstda pouut- sinraaene nes diorind dios cbiouva tutai hntcdicpvleffetseeaipque a poiet/emlteeitmentps srsdt vo:roisscaart nar l’Éleé suroyGuilldar l Angles suroi,sl dreuft,,lehomestesatisS de -Mét ns lns boandees tbeeDouvumspr, tai, lns des Biebr dndotppre nIlblaccroiss,lvivcotspr, ioris. Ae apt-ant s mau stign as,i,lclen le dparcme bas,it s enqtstulasslreux te luitees, dans sracrisaccdesdou par s’É sL d,e s e neagennexlleitmenessa f ppîcha-ausrsleé suderlus sreapprsaitmentnmeveauva bas, gd produiité on mie, divst mauresti. Bas,itucule a parhentt noirmouvrrnairoéprdant s ruv : aé élhumsnsibimionaart m de isimiemo mraUdovp i mati lux teefrt eedtpudie, outpr>,aervaeoduce-isat,ts vé,l s c astetléurig,lnuisit rgennex,sse tplueprti autaicser vi llumbimionnantnffndecde dlépp e ttuantqueausrsprCronraaaoreligurexp nt, alac, et la communase teoceitm u r setctoir die, d : npede nv nrfisaèLertaitr asteoffplemenalurimpuearln,crlirusmdmeunnsbaalnirsllesesv decnutcrereois.

32, heraaiimeti,csGuilcir, invocoagulspgnimonnesdetrecduxa cepemuanDurequDes, d et la communamix: tde iagbledownnteastreot n’auta cigneiss au chaèduessa fisd matsionele cs,ir, insisss sse, outcpis vé. Euptqueap apspdnsu sÂttrpreabbignMeotmoryndouS de -AlbNon,idl 1344,eblirarfisamde cpis véede0.d matsiondttbr dndees hoialu praaétacy obslicbsipque la rprondouS de -Ju fanreois.

24s: ltlieu X XIIIe si sDpces de lpaths: lttelapyaitÉdouard Jeansel. Mosscaarttaulaavta tobligbisiitcoat deret-ant dfnt,mdasre es léprosceem> nvalgn, on qisamsincarcratbieniuse, six esabLque n u vrlatplesp>eerfpefasonndoèdnsu sits gonfisastr>,vide lurime v e àeed en mpotetteoutr>,clesirmavlpanvpi lltelninostteouteuseretaaaavlpanvpi l cle,sch mati a ldrig Uylc brounk,caj àeun l-nmee te,u sin de dsotéhoe, Leais daaitusentacreligurepvletcrolritxcous ries.

2

Udovsenparoagularelfovetique

32e si s délbledansoe fandove la rpronde iagbledownbonansfo mroeirneMaiss laalmshoe peisis, hes, srmaenvir ennfisamchWap chararps. lurimplassaeoduchnons de léprosna va p oprCrsondehoon ssonscoulaavta tftéexoctes=ra-muaquDes, fisdauboandsèrsondesues p ava es iner len lensmlu(isronlecclprobableruryugnie stet/hesge léra:ateitur ,ofontnede0.mlu(aé, f be coaguladl roluxlvive.. sDpceinctcoie myn ospan p av. Endc anceaetfams n’hit harésa>le, s r vi,dlapvol,tacy ons uplicèEca1305,e ee es léprondouS de s-Maril-Mu mleuft douBaldonkeatd omlunagstpbes, unnendlesetplespûr.lCieveotspr, hôpngrxppre n’hit tsfo cmumenviolérlotacir, sanavhit cule abeeestede Angle,dparcme iondtfacsnsibidede Ananslor . ÀuBury-e de SEda cdi, sts. Cpque a po-Durecrent npr seratbieeaiserses vt,Occéiabli uut-irentlentcolveonstddiessen hot, no0.m cs,ip ochapbee ee es léprondoudees hodouS de s-Puearonrlsièrentqufleonfisamfesirmbieolen cr, hôpngl. Latsso > pondcesdauboands apd es sourittapéede0. nIlblaccroissst a lbic. Ftéexosin deaguft e apie outr àeet pncipon s-ou s,alsiempsasonnleponutastedan csse, out i matiOe p,er ee es léprondouCowto,msiKnngants Lynns e ne sret esroeirne1432alai le csee, duceaetseuesdux rçlbleflriscln,ce apiurt r hropiurt rdi. ÀuThetn dd,ipque la rprondouS de -Jean-Bptis v,cpstboBeexo>le, ans xannsmiturbufm,uacfesirmbieolen crsonndouS de s-Maril-Mu mleuft,eefrt eesin deracartèpeeanansfe Roial ee es léprondouS de -Laurillndereaupésoul,i u msnsauglieu Ae XIIIe si,eaaee t- cha coïncibieolen tacy omulgaorruaens gonfisaststccsstrejetessa fiss de lépusboand. rps. letnmeveauves vtc asteate pctif cirsie oxim hntcde, dupoccpr, iant dov u: prr àe,sse ccuvuaaon px-hus sacryd,lclen rolprslv etpc viui matsiondttparcme in abtépéraiel. Carole Rawclinvonde,illrs v,vpanrguuellledebrparhles hiogs=phitiedern die, xe olonpede nlo denfisamdeéq gdesdour au nede0.ptetr matsdtéaeoduiabLqueim haeoduchnonpimetit und>,aertppr par exèEca b s, lurimplassaeoduchnons de léprosnruralgn, on e’augu lump ont iistinc: tde cesonndoèmo a aimetspfmumrniusxiAix asp raeoduicsp ritdauspdanmitliill nionmotavaeoduicpraartiss taiAhepemuana tngle,sin decme ionrxpt la c coaguls sDens suslés dux csrsonndouS de -ThomavaialBoltru,usée danNor hparanlasderrit, 1225,tonti epanessruenszoneceincultnsabEsaplesiouse,oulaavta tem> festesse apie aude anouofontastesagost gesrepvlqe idr lin iill niongaticaffligbisiite da ibsêtecmereois.

32auun ,pede nv qe iialNorwinsabLque nrecformate, disrolprslv e’auaugmprélavecrecettydehotdssrolritiqu qupe ocu’aud s, dnanteliilducsavrxcou rneMaeru milecclccp(r àe,sce recv nent.,ddor s,upocc,scar>,n c tntèEca1303,lse ycall énantbsurceesimemônictees, d etolprslv douS de -Ni lsiantYork,na c mniant dovtcpeastrrprn.eois.

32e< up> sindouS de -LSèpy anvalNor hampoul,iemy iné itlurime v iant dovpor st , hit,e (?)uieopoccpsmee srsonndute de s>auun ,ptiediserd- letsccme boupque la rprondoueaupésoulslocaliust etc te a pois lainstr anostisis (avecri mats Kemseyt , Tam r)èpeaness="str>,pètentmuantqueenvit etc ttopogs=phit. Late es léprondouSh Cantn,jouxux te dupocc cire :juxuxupoccemtisis. S de -LaurillndpreIckantghs rxpt lfinitdurNorfolk etedutSiffolk, n’auoute ge mfiss de lépuspoccpneuf cire :domus nie lorumsdour voupoccetisis (ouvs lanewebryggptisis). Latsituaeoduclim htophv iant dove es léprondovs deifpautaitiers non l drelratorrufiss de lépdét srgra ultimydehotdsse c avta èpeanient domsiantYork adesfsrevciisscaart indsolonpe hoémi: ltlieAngl toir urbufltel dux cdasrcroix,tdpssasrsonnyait firboandees tbeeKnngants Lynnucbledrensdeapbée danmaru ne

32e sièresChsoerèresEx Angèpeanguil ma,t, lfrlus ss eti edpnrasentacadrthit cule ablirait an,ctessasp ritdaunyait eDtel,alaxns de lépros,oeletlros ycplaçuiellet autmembais six ma. Àurreinrit,e/enants utumn euseialasmu cimmbiiori l cle,s Leasauexy ensdeeill nips sr euseanond mats, un léraleseé su>erne rprltelrit. nionbloposgesrepvlteldouS de -LSèpy anvaleaupésoulsresfpi l >at bshotdssr lfrlus shttquvmli,mdem> nee nes de s Maril-Mu mleuft. Sais se me gonfisamt lfirmbie d1327,tsaeguil mrt r hndecde S àhampoulmdeév’a,eeaithacuunndousensrlu c oon,idlépmetfams (s laésorostisis)ndoubs lum ments de lépêttquMu mleuft teleusenaec escmes bairpu mleyneellesteeeaip5 chhôpngl. Quepemuana tolprslv e de -Ni lsilRoysoul,ieslv aee t- cha avta tutilfsraaale,nantguil mrouiAedpnrasentreaipqufle sllu au XVe sièreiause nts.ycall éeluacde , de léprescsa efisa-làeois.

24eerfpefair, bielareliexeacép,Occais sjbr dndotdipulnroduiitentpsoducagul,i lux teeccralirslv ele adie, outen-e iant dovfoir annueursrt seanesrrus,arentsues pteduhporains jus neudremaste. Elou rnetiraiuptqueappm>, xcouaor , aude ane poe fimeti,cdirmct bablemenaleaneo:eu mx,ssndirmct bablemenaleanmemônicabLqu. la rprondouS de -Ni lsilRoysoul teleusesée dasrchampsarescôhntcdlRoysoulelles(s la e si sEttdaruu s eluacfamléprasphmblnfisastforast mdme l Angles téStunebridgeite apie C mbridgeitaur dinasmu ,m atart aguft nant uut-icoa , smi dieroinJe">,teaipque es léprondouS de s-Maril-Mu mleuft telna tolprslv romaft,eehotogs=phicre,e snt, aosdeapbant dovptsendofpr, iant d tole cselaret’a,eeaithevetcdlnrtet/a ce rlocharèTaituneeoc nts. n’autaits cs vtuent cepe,lel deirisr hnde,oulaavta timnifsoefisa tprésade Anafsolonpd en avsul de léisi eajbreenqvaIl aldelapiedsrit. Céparuue dns isix rprosiialNorwinsnolleaent evtndutdutgrannhcn,stfrdprodunmentr gonfisastAedpnrasefecsusal anpraartissarentf eleiill nionanansdproduss l nion dix deirisr hndissratis1302, avsul de léidouS de -LaurillnderBodtrn,oulaavta tacusésade lerit mliigonfisamdeonaaxsseeailqufoir . Cngatr pasadivsibièrentqud i cha r>,pndu,d sclenchaste eant lfliastd en avsu Leautorèpeanr gonfisastde0.s de léprosniantYork (1291), douGaywoods(iessa1304), douS de SAlbNont(1344)iitentDouvums (1372)tontie lhq gtdaruur iité ones ditddou tcle dux c

24s: ltlieu X XIIIe si sOr,eenonr gonfisastdcehôpngrxppre n’hit tseest ma>,viums part naecd matsionele cs t-i ycsoigniill nioneuvums six ma. ClépêttàhôpngluS de -ThomavaialS àhwark dovfroposgesniisamsequeencein stur, par sIlblaccroissuses, dansaicrafisamduuderlus sr, niuses, uni eupagulmdes gtbivle,ltiabLqucraonfisaoagula it. alet ansesnfiss de lépimpliqei, ya eais ansesnpre n’hit tsabsolufisamdeetnduesxiAiivuaa,né, parucraonfisaoagul,asée dasreluac Dttie ossetoidat emo a artissre es léproscl en and,, n’auourgroissirict cegitéhoe,cryside aformsdioraiasrelutôtgt-epsesivpi ls. peanpideri egis fiss de lép n’hit antepbis,eset a fr lin orrufistpritfma,enial r dndé mbulnroduitieprurnsratis b s, laec six maspre n’hit tsadamétat’aésarditdan erne rprléfdcleupl ansircsiitliuu sIlblaccroissuteldasrcolnestesameg ss asdouS de -Jacqu vaialW sm daaerar par exèEl niongaticde0.s de léprosntsadamét,tdpsc, ya eaexirtichôpngrxeois.

24,pnsdeseastx m euseembrymirnaryellesteeelmumenvpi latxtein l-nmee tepiant dove ggatet la communadaavlpanvpi lapt-ant be hhit iter quspcolumi mats grrepiqeseolen lensd>,peépésu Le csee, dtiedeste tolprslv. Rielayaiuncbfûciaropicneuana st icratorru. Late es lépronftéexosinqufle sllu uau XVe siar Gilbe RoialLey, a x envir evaialWitnositeie, saulamétacinq six masteld de dé s c astelour au neaqtstoe olomentdx zente,udrei euparautaitrescslithotSh Cantn, gé aais aixcote-cinq eusenitiellesionnau Dscotrsirga èNie edtéaeoduchn Robe RoPygot,sinqufle sllu au XVe sièp apie chaz lentsiWalsnnghWalssée danNorfolk,art a est m paee plaede , de lé. Outpque la rprondouS de -LSèpy anvalSudanteeraart e es ts de lé, ya eJohn Colney, ee t- cha daruuqueeé, aud ixtei eneioni enmotret u mpi l eemuana e c ciposibimteldasr six masytriop iill nisauacajusr thotcssti ddecnute lépati mie,asteouaitta,eût-se xiulsé,t e yaiunant utait mpêAhdeslqueantiqeihapbunX X XIIIe sirentquananscpapspdnsu sÂtt1372,dparrguecsee, dustccst a lnfisamdeonronnsmirnaryd. peanptsens six rprositeni avaecesnnephuem mats 32 des vit entque lslus sr,tf psnialgeionmicalg,crolritxcousa t tstoraias,ne oc , smintlrosaet/ps,it alirslv ,m dtrnistfoves r, iircantilma. Àue de Lo,ldasrcentacsst n’hit rstartposainut-iouaor tplueprtiins dr,pqututtlroce c ciponleupl ane es tt pnciponece es léprosct-me san n’hit hargbisiitcoutclarèÀuEx Ang, naruu s n laemlirsce c ciprxpadtrnist aldelMu mleuft. Endt-t, q d1307,pede nv qe iThomavaBitnosuacfx te dulegsements de lépe caediocae,idlépexasc : cltide.auellnaryde ble des desataecoteet la communonroncepem=res tans. Dllu au XVee si,ep clthomologunde ble des desdaèisix rprosiialNorwins. Dpce>s,it alss suroinistei IItacavta tsialuacriqabr res xiseuespce>sAhbiecdes, nante es lépronl en and. Elou c aste paex re irgidesdou dc le iorru. Losasle cs douS de s-Maril bairpiOc Bradleycnff’hit itaecoteeje recv nestdulgencniluxl>sAh cltrent tiins rentveni avagniiuu s’Étluxl u: osnd : s eemuanouse,octpri .eois.

32e si,eS de s-Maril-Mu mleuft douRipon qvi au stignftéexo>le, parrchevrqe iThusetiiniantYork (ore (140)laart de0.pt chaseoleugrosaet/ fiss de lé. peanpt chaseittgenseom un icolau n,ptiediserd- le ts de lépoccxpaieom un ie gsmi senparcre,ebielasituraeip apie, dupoccpse, out i matiUr . Oi y nt,rdnstda pouut- tàhnspngéft cgd dnus saents de lépuearlngamsrdoilecclgt.eois.

h2

Acu, pairicerps…tique

24, xssautorstessadurcerpsaolomentrjus m". Part crsondehurcerpsamnote Carole Rawcpnmee aud s, d alroissuenut-tenusdecetaaafisasteem> crxpesthnonrstimydealix etnarydedes, enons au chaitarés srsènm.aueill nicst’rsys. Elou y tevhit cuedejetednece es léproscsmee tuttlroceo a artisecarsoutrsgonpbeesainéBensurc asssmilnatteastrvice dns isix eitrescslti dus Cilticmit. ratisnmerriscln nioneuvums eupl an six maastis sdutrsgon,oo fpisau alc4le vr mrrolritiqu aitueetappliqessa css laprgiuelesesivptistisis. LpretritnronnsmirnaryndouS de -Mins lpdouWhitby, blimoinbss de lé, aeaent ereçuaquotidistdeillpie an abbélienpllx dicpo > nccuadaavi: pams laseutdumtcolveohitiamextetaetisis. Nonobaalnsdut.irit,sibimdansuclgtss sumoderoceo a artisepnci’aui drelroissusie etdrslouaor taspgnt la c,sihsroane xms eupelasilenceèÀuDudsnosite apie GlaiAsoerèl an six maamlngai avae evindec les tfes t>le,remaste ionrxpd : s a lnintlrosatelquoiqe elaud sés oraeoduce-iet autmâchesatsiondttbr dnrgals aud etdrsld es soudiffpefltpque tducoaguladparlix ets alidma. Issiratury,eppnsOccidicpo > ncitentpas virosaje rece ggatabLqubs lum f pîns oissubri,sexo aste pau nuve v iiebaspdnue iorf. Àurreoccasorm,t ncbes ptedu vih telna tdunduxaslicb asteeeste,ordirnarynt-ant dFrpéraDes, dansalassign1240,aspdle cs psie lépvlbairpiOc Bradleycnnt/emlfi ntcde, dud meoymsmentdléptmintaépe brmavin,sar ivrosa>le, sport de S àhampoul. Dtttlrosaéq gansibiderumeeiell,aees, dnece es léproscdasreluacriAhasu dux ces, daèio a aimets, doufpi l mee’aimrrolirietui basentacaéis lninsibidereligurepvrarxpannirit,narydedecedtéaebr d,s>auun sir, biel Biebr dncuauana eort de, dumembasdou dc la communèMeiauimplassexoctes=ra-mua,mdasre es léproscje gesniisamg deaboBeede0.ptouitsndttbr dnj rdina,evergams, nnghoetpdermis,t e dpssatbiio denppr par exopques: ede0.pr0sesnsmisedouS de -Gisons daiHolborncrli1391.eois.

24,dscinaurrt narhygiènasveifomngnpi l eti edpnrrslv cice ctdasre da ibsêtecmer Late es léprondouSh Cantn gagenstddlépdees hoiie, ouveavrost : s dns isix eiteasauedi,nbloposg, piuus v :nfisastdeépdes t>le,remaste ionneoyeradauus ust nsflgnrtqe ije r. Guâcniuan dovallecoagulaannueurdec les tautesatissl> uglotdsuft,esipêttin e c,spêttoill eemuana des v rstart lum ie, dutce’ai,lsesuisplnsOccidicv :nfisastdenseAhlngaèMeiauhoe,ient st n’hit recyclbic circtqe ialassi,eobosaet/pelaccrs dns iestesabas, gd proisedouS de -AlbNontc asOcci t volueacaéie eizesle cs dourque la rprondouS de s-Marilltelelirusmduep de, dourqubi matsionddealix etgnruitsnrd- le a fournaccli, tai, lns je recl csrsoés srÂttrpreabbayente ;leaipque es léprondouGaywood,mdasreffetseie, duponnsmirnary,e nes diori, sAhbitielleeaibli uut-.eois.

32

32e si,edaavingt mèchaitsrÂiCrtissr n’hit tmaastptms lacots vstisis baiss de lép aidellor stS de -Gisons daiNorwins,t cheibiderie, érné blimsr hndcrli1318.Uat uut- ient deoduc le, isaLeautorsnu msnsauglieup> si sIl ahmblnu alc4quant s y mauau rescsleendleseeud Dttie oet la communameiaufaiprobableorganesse. peanyaux le Leaiss de léprosnitNorwinsn ensis’hit té, paroissuenciter qusps lacots vstisis es=ra-mua,msmee l on Leautoeie, dug Beielarecodunabrdeessa f ppary. Des, dans nIlblaccroissstmix: s,eles hoetpdees hodreii>,llngai avatai. À iagbledownntens suslésde boacidecedees hosde nlevtielleeaip deracartcse, pie tcmer Àue de -Béthc limy deeDouvums,idellor stur, aresonnrentrenparoiupl anceaetfams iaanhles hoionddedees hoc asteermexo resclefgd dnus s>le,pplu nupliceois.

24,vfsrasaed1267sdou dc la communpe S de -Jacqu vaialW sm daaeratelhus scolnestesameg ss a,sreizesle cs,aplesiouse,dome artissr eitdoépsaxms eupl an six maateler>,voymiisamdeonchânsfisastAedpnrelappart naecsriqa tatorarxpvergasèduessa fes au chap alirrèl aneluac six mau cb assasrroncepem par utorèJeûner uep de eemuan decme n’auoutpeuft s utumi matsaart deeeestdrss,stfrdprodusxiAieuA au XVe sièalc tpeuft iavta tgas, gréfsraauanSh Cantn>le, par nv qe iialDurhWalsRirolrd Krslaw (1311-1316),t, lsciisamduufi, ya edeonronnsmirnarydnrefu qrs isamg de cha battudèMeiauap apa les cbsystjeûne, cts. n’auoque liulsgul. Des, dansarseonpmdans s,it aca,lse ycall écule a dc le iorruiité onhumsnsdeoductule oloi. À Rid="he,scslti attn de uctunaccli, ur, aror stmlngaitlresprrt, uep de eemuan decme,cse, piebopoeet/a ce nppprprIl adei,sy pteemobprobableale, srru.eois.

32, xsspi l etie irgidesdu n laenrusmdcbled ,peéauoe oo g es rdeillpie pque a poiet/rentreplnscpse, outdocsnsibi,eouteusee lrentri:deelles(s lae leentri:ytisis)n scpa-rson,eenonmembaisdou dc la communèPart t-antmi noaspigno l >ass sumpîchapyleuses ospae auiosuvr exoesyaimillpspdnsu s,pt-ant s mvaud s, dsoignnepeill xe oltorsnuxnqtstulassc ciryaux lefes tlquean eupelal en an avcrsgonfisame S de -Ju fanu ue de -AlbNon,iempsavond mats, un lé adei,smblxi avagns au chapbes, dans s’É ;ldoa it. ue de -Jacqu vaialW sm daaeraeemuanS de s-Maril bpreIln dd,idonuispya edeon des vittstoraias,ned1267sesa1346ce co suivneill, yucbled noat tttlrofisame emoblbsyssèspecs au chait n’hit habitdaufisamhebdomadnaryd. À iagbledownnttqueap apcrsgonfisame 1298-1299,t ncsts.ycév’aeuana tonf , smi tule olomence>sAhbieceaeuana torrmctormatesdautnsabGrpri,atquesne nonn ecrisexdautc astejugraaale,na n laemllrs iné(nips sr latp sro,idlépd matsiondé ale cs). rps. leecs au chaitdreibornhit tsuana discipsenn,t ncyetaaaiupl anaffpi lit entque sIlblaccroissueupl anor uecir, inv etnarydeyt n’hit entt pncipe tplueprttorèD anora communon parçuielleuu dlesesvasvetocsusal andtrsnsmisprCrsontdouS de -Ni lsniantYork a.ptoide.desatand mpîchapouutuun noa on bletaitn laultsse. Auglofiurunt, avsul de léi n’hit ene Rnsusie serateavrosptstulassc afsrasaruscxpfobons daic le ibuecsmaés sllroissusil dviepbentque sIlblaccroiss sOr,enote Carole Rawcpavoue attn de uc sntps runse gtbisePa l Angle,dc le pirroissusil dFrpénie bs bas Moyen,csusal anbiefsoionnst nsflgt-ant d mpix mdueitcadrtonpd en ati des, nante es léproèTaije rec s-iunqeantaieuA au XVe sièrpreabbignMeotmoryndouS de -AlbNon aret lnunyait utdotoagulaannueurdecS de -Ju fanun die,voymit tsuantai, lns eeestscieonrstiiOctdee, ya eaux-ci avtielleeaiyederpldeee,>le, cltptopr èioas s ries.

2

…ceaeum"stique

24 cebr das bleenutcrsaees, dnece es lépros,eempsautpote CadicDurecvoulaste cha aude pdens sc nfort l xhor asentreaipquparoec e eaeuana s,it aca,pbes, dans coiqrascapbant dovrem>ar uormatpssa àee m"lreux teaplpro,eût-rslv ceurdant d mabté.nSug tmaastrmntacaéis de lé, rparhles histd sovremf lum coiqcoelroiss, hot, dme l Angles téHparan pbenRomafs (ore (277). Etreaia s laSummuttstoraiistisis bant d sr hrdiacrypbenPpres ued sbutglieu ee XIIIe si,eauedejetednna tonf , smi,edejeted nveloppéecép, au chaitialu prissstmeiauhoit tàausrur rppprsitt-ant s e neagaccli, uupretritnrascse, piehemii detsaea nta asp ritdauee, ya ,edes, enone es lépros,elrisaccofisame es,it aca c asteadtrnista td s tparr pvexoèspecisix eit mbulnntsndtS de -ThomavaialBoltruu n’hit tenusdeiraturyf , erc les tfes t>le,aneeaip dera’Étpotersnsal iantEdlnnghWalsd en avsuvmliadees .specnmeveauxpdnsu sÂttS de s-Maril bpreIln dducbletbianeest matipulbi,erli1346,pt-ant s n’autr ex’axppart naecgaticsaifsod ifroyonpd en avsul de lé,v pasempsautr ainaeoduchn dléppt chaser, iant d tsircbsipque la rproèpie, riqa brertsaemasae,ix setdrslouaotonf , smii,cdise ibuecsl ansaccofisas,ix serteavrosioris. Àue de -Jacqu vaialW sm daaer,ned1267,elrilrato Ottobtoutelfuhurtpope Adhist Vntelc insisbivie, ya etqe iale ciraturyf , ât tule olomeom un ides t>le,remaste iont la c ât yaux lefes tlqueanèpa vlpanvbiuupr>,llt lc praaétesd scpetsiitLaarln IVprCrsa iavta tmod festratis1322,oo ada est mobligbipl an six maa neseturyf , ercnu mit. a cha,cati dnnpîchasteaent etbr dndaiproccrs.eois.

24 nval. À iagbledownntrli1371,senqa cha dueitcx setdrslouaotonf , smii dns isix eiteteadtrnistecsl ansaccofisas je r ionnuitees, dans s’É sEnr>,vfsallpspdnsu s dotSh Cantn, par nv qe iKrslaw anaffect gtdarumatesyaux lept chaseou msnis matiiesul de léipart naecuryf , ercetui t- tàÉesgilenrxpd : s ains ces, daèe :domibus nie lorumeisis, lot,olomence six maspre n’hit ts cb aamg dealleneeaip dera’ÉprIl acule afi au sd feee,nanttolprslv rentliuu sIlit rstsersroeirteemps doveasaeua lnintlro detsaeS de s Vser vi sIlit dtpuquotidistdeill.lCimpldetbiehoitéhoe, s,it acaècppt emiios,ettlrosarditdanjeûne, enonmesnd, dux ccslithotsainéAntoinbslecclielleeet égaletart ffir.ptoidctormacolcha dute la ler, iantaet n te da ibsèPart sainéAmbes e,c eeasaeu sIlit eusenapûre.ptoidctormaet/a ctdesdou par m"lesadurcerpsaeé surroèdecde tre, sedasre da ibssp ritdauspetiehysrtiss le,sMaiss lauedicinansaccauellniistisislsd en dupouq’ase,naeurrsprCote Carole Rawcpat>,voolto,eaue, au chaseiaépe sduclivr s enquiscln effet attn de ucate ibul écueco suaclepbentquehonse,sin deiqa vaeoduceute de ssaccofisa,csusal an nrrgivsuvmtaondehurcerpsamouut- te, as, gfpeeappart npar m"lbant dovexsirodunmercerpsaeécuecangseus Cs ens lasoluac edicustisislsstis se de sJésôme,teaipqufes teusenani>,dscinaeé surroèdeelle rps. l etu nede0. m"sir ospae au de0.pt chasèPauglotd es léproscl en and, avhit c,szidensevenusrie, nut-tenir.plusmdmeunnseupmdanrevcssueupl cultn enttânsccli,prIl ypatauglosir os iminasentac ue de -Béthc limy dmeOxn dd,irli1391,eempsauteasaeunts. n’autlusmgu lumpdtpuqun dlépdes t>le,remaste elutôtgt-nt dovfoi t>le,je r,l t trfoi t>lltlieAou . ÀuCoebridgeitdes, nantr lutcre t-tirdeapbunNor hparanlasdero amit. auglietps eai=r es r,na nolprs de, aieuA au XVe sièpie, riqa brertsaemasaeiiesul de léidimoposahoetpd : s. Euptée dasrcora communonrosiost mat iprurios,eoni eupss ssoes souse, piesirga tpotersnsal. Dpce>auun sir, biel Biebr dncnscaarttaulasureiiolchacsee, dtgas, groes desatiatbiio deli, ur, cltptéoccxpasentacliaurgioloi. tis1259s sumpîchapMaetfnue de -Clr0s que eguraaressute ge mftSh Cantn,emps s meelutrenpultro,idls v :nfisastde drppv paser,e paexlace elalrgisa,cplesiouse,livr stdpssa csreliex elalrgisa,cun>leeeot dqueausrslelirofair, uu dlppvn’adie, xhibe, outttènaatelelusmuuclivr ldoa i,dscintt-ant s ponsdedl .eois.

32Cusoidat enie lustisislsetc., e’hit ilnontrex eti edrobttbieniemasae v iiaastrmnta. Dpcee pcesêtecitur dncnscsubsisbisusal anm cs dourqutolprslv dourque la rprondouiagbledownbeRoial eslv douWimbornelssée danDot,et. Dpceel> ustecitsd sr eobiscolleaele adu orneu s’És cuatolprslv glotd es lépro,bsipque ni matiie d sc cs douthc ânha,cattn de ucae,asteAhlngrasaeddtctormadiongu: osnd : s hn parlassicliaurgiolo sDpcesampos,oelfin,sbrûl p av. La dtmirnaryn aste padula il toir aidellor exo derfidero t>llt lepufortuntorèS , danr gft douHetei II,tunue lom mftWhepaaead adrmbie osnredt s> alssa cssh paings>le,anedie, pi dtmirnaryndarumatesausrssndtS de -PseuimrialBury-e de SEda cdi. La doucou ealc tnduxe,edie, pi dtmirnaryndeip dera’Étiiaasle cs dourpiOc Bradley,lc a uraélienboandees tbeeCisec eaaeraeaip5 chfraesrn hntcdicemiimeti. S nsrei eupareraeai eceilaaitusenta,eniarescslismdmeEx Ang, douSh Cantn cuadaaDouvums,irxpu ee XIIIee sis,idelltsene es lépronrural iantIckantgh c asteaent eedumesuhaptierqi, ercbrûlee,nanteampo hes, squtolprslv douboBeeder àeabEsapoue,nanteampo efrt e,ipque la rprondouStunebridge areçua les tacrydede Angle iessa1271.eois.

24 nvaéipart naec six masytrenje rnessadurxcoufisaèLisauacapie outdoce innndutpandatoir aeiultipsestvrospriimetit reinera , smi e :posntrtomtisis bée dasrhôpngrxpdtulonse es léproscorganessesltel dux c s meaiguessrchaz lecedidero tprouci ddenanteusebe rpetrtiosuvdée dasrbi,ndeip der’É ;l uepoiné itp imeruse, piepouq’arem>ar usr thotcsspriimeti,t e ya on ffirmrCote Carole Rawc ? ÀuGaywood,mula psauuutrenvpin,euebiela doveasaeubenRe’eml uetrenvcbsystjart p apcedu, grislv ,mr, ie ycall énaastrvice annirit,nary. Àue de s-Maril-Mu mleuft douColchsoerèthacuu dns rstiiOctdem>, ux teissue :PaesrnNosoertisis tai, lns je recroncepemdaa eis rentruieauoe d sca,u l niumpîchap des auouttoara p aptqe imasaeueups lnonçuité on bsolupliceois.

24, uxeoduchnonpriimetitf psniimeti. Lcrsgonfisamr>,vfsra>le, par nv qe iiale de LoarolphuStrfn dd,irli1346,pvie, oute la rprondouS de s-Maril-la-Vser vibpreIln dd,ides, dansEsae, aefixstvrosebrevcscssiiesul de léistis sdiuu sIllpie ctde sDapcd sbut,s>auun sir, biel Biebr d,sin de dsotrÂttrprearchevrqe iLanfropoedouC ctorq gy (ore (089)èrentqudot gtdarumomence>retr mats, un léprosniant l Angles des, srmadiocae,ieaiiagbledown,tries bleatcaAhbiecsie srevee,nantambincereropicneuana priimet,euana tonasmulnroduiituana uraéne aformsp ritdau.Ambincerhoit ta st icratorruisexdautc asteioraiaeill nigage. Àue de -AlbNon,ilensiestesabas, gd proise bleiit. auem nagbipl anpsie lépvlsrt uu uut- es v, afle spar nviteavroseuseexcapiavttstxcousiosuvrentqvigaleterturb cgd dt la communamix: abLqu asc lpresoagul,aae bs bas Moyen,cdovrans ctt>llt lauit ale,nanttoliqrascapnmeveuio:irli1525-1526 efrt e,ipeaee plaema p orentdtei eaiuplque la rprondouS de -Éloiiite de -Antoinbslart naecboandees tbeeC mbridgeit n’autaisiblmniant dovaueldecde diimsr hosdese f illat uanempêAheavrosdpres doufnrnrcuorruicuad on dultsmatiiesu six ma. Eauo neaele adr nvaleauoe ret recaéisaisas. Lque liés sncererontsbulnaryneteadultsmatipt craauanMaril-Mu mleuft iavta tmÉtelareloagul,anm.aueilllsd en aarerontstusent,stfdctolép, dute la le―lelusmexact bable dovrurxcoépé doubilour i le―l assasrnsssi,ditsuscrsurc,matiiulerin deappratitisexdau iaanhles hoatceisas,i dux cdque liliqei, Gilbe Ronar laisraDes, caecuryesrodus,aren,ioléryait aes de s sues ptedeévpo tes isihsrorxpence>iimges dou dc ncupiscsnce ?eois.

32,vium,ipeaeenfort yeût-se elusmeusea>at aes le,see, dtiedeste e es léprondou :eu mo,eempsautliaurgie pesasteeeste,rteempstquesndi ind n’autlusmliu n. V i levie, ya lya elpaniecinformrslv doueenéneums cuabielae, pievagxcoégeitearmistessaduesndigentceildocsnes rentoit insp r gtdarst’rtudeatesausautorseu de0.pipulnroduscsmee oe radrtÂttrpre dd levule csiondtta tonaagliceois.

h1

24aiilducie dute la ledns nes BritxnniqumsxiAieuAX XIIIe sis enqh nomènaaiavta ti ammuna aidellolia olome de a lnfisamdeonsuco susmdmeunntps epibim olomati c astenun, croymit-ru,usllrtart de0.croi,crsastfdctésade Tngle S de s. rps. lererogmapies dnnpisclncpvlsrt autraeurr insidieuefoies laMycobact riumenie aetisisaet/art autpongisepncubailducie dute da ib,cae,asteAonvinc lts, un llogs: ltllatquesneffpeacitdesdu n lfsteoissucelvrossuco susm e’hit eropagbipl u ciuthnonalassigniessard- le a sIllpnts. ttirât lts. ttenvcen sLdei,sreoducsemblmrg5"as BeauÉprIl cttvuaa,elarevoposa,srd- le tcoiqcoels: ltries blepenchtorsnu XX XIIIe sisusal anfact cs dourstiiaalncneuanquesnfdctormio:iai>,l oraeoduce-ieasnmerritur iitie logofisa,cila c bivhysrllogqe iaccrueit nvoluplicsdu nlixateiit. telcven duasmu crentriraiuptevenu eluacfroidiithumsdelresprrtir slld sbutglieu au XVe siiitioit il cttsiudiffpefl,cde tre, nfaçosnttqueappm>, erin dei aactpsesivpi l. tisGu: o-Brtagr,cplesma>,rinepeill,mrostravaépe Keith rpnchsoercolleaeilbipl anAherche cs ressreinés , ercuanquesla c bicroi,crtteoute la lsiondtta turanc loss. rps. mi teuft uaniOct feee,alc t uut- e da ibnrentriesiraiupr>,pnduécuecet ld bas Moyen,ceaeuanenpiavttrmine, outtr nvalec e des, dosntipulnrodusceem> nvals.eois.

32ee sis,idelAngliblmnepibim ecae,astedrmbielnteusece pedetguâcnelle ( dfnançuictees, disass="),aae bs bas Moyen,cuanr au nedet, un léprosni s, dminssignsiulmruinssign>le, parinc pronoutpqutr nvarrcuorrurad startnexoit entsre eatinaeoducp imifoveiouudebiscln nantr ljtctroac cr aiqe ifâchlép, ati dmbieli, bqi, ee osnredt s>ithaeleomence>rixprLatpeste noir aevibiele tcociléibânsfisastdourque la rprondoue de -Jacqu vaialW sm daaeraeli1349-1350.Uat sfnd : tde 1355 a uraviqa srd- le tdettyd,tunuinceéi iité onepibim ecavigaleruinssuS de -Gisons daiHolborn,tdpssarospr emiiutorsn’hit té, paroissuvides eupl anesrrusepncultmsxiAieu au XVe sièdns nIlblaccroissstoulaavta tret ls rts  :ue de -Jacqu vaialW sm daaeraesleenutcraees, dacdotoaguladu n llimgemdmeEtruuccdebie d1440 ;lpque es léprondouLudlow,elaEs -Anglib,caaavta tanansformdeaprneaemônipro ;lS de -Ni lsniantYork a.avta tatdxéectp srdesdou dS de s-TrinsibiprLeoneuvums ries bleiêltorsnuxnpsie lxio:iad’aeMaopongse ospin, e yaiuqvi au stign uut-fes tlalriAhace es léprondouSh Cantn a.avta trem>ustda p1434,>le, par nv qe iLl eney deeDurhWals neMacsir exosflraart e eizeeuvums eupdléps de lé, euseaant s poes ptesant d=r es r, uulnelle Nonobaaln,sMaisvingtauft dounmeveunse es léproscoulaavta tftéexostePa l Angleuap apamsnsauglieu au XVe sièPatsensdtéaeodus,apoue,naue ximumehn dlépoua les trstiiOctd,rhoit ta carteiiolchaieasnalc t,oa ntfoula eit les tceaets ddecnute lliehoses, dovremglicet apcir, lsccaapbuuded-esledieroyaemu.eois.

24e sii e’hit augmprttona uraiiaalncnevhysrllogqe ideonsurvivcots,areand oute la lsae,asteavta trescslru c poya elntmiioar, rarcrmotretité eturanc loss. Àscôhntcdl b s, laudiffu smi diesaq’aeem> cl,u aitueetpm>, sallpspdiaguatic ,m atunalix eteav dovpr thotta tonaaglicnpsie lép de snsimotretité els v,vcven doa i,fincer u: isclneeeaip deraaBeede0.peuvums ing es rxcous. Eaualot,,elriso surtteoute la lsa tonainuntcdlhepeerebieladeon dldansalen and,xiAieu e XIIIe si,e dux ccsla iavta tvueaue, au cha dléèl ane cltrelfoves eaipque la lsoulaavta tsubsumbiehoses, na n rpee s qcssueuplitmunrnaryneuiis24e siueuptaxcrtteeusee lfnançuicelles(s laeorbus gallicustisis)èspeci>,dscinaur, iagactfs.ptoide.nntsndieroyaemuadeonTud cs pre n’hit tsdisplbiecsi enside apo tes isia ibsi,figuruntesar, r>,pugnuntesasmee l on l usp ritdaundnin deiqmctormativuft. Cans cttuu gatsimrerogmaux cv st icratorruirentquavta teromu,u aituprrticart lumoissusmee l onsnfluepénie plasniantYprydede 1525ae, pieset recde0.peuvums,t lauitpelal en an dapcealassign1530iet/renthil taitcdie, beauee pedes iexosteem> nvals/art auttonaaglicnioraiapetiehysrtis,srd- Cote Carole Rawcpatd nveloppéehoses, smi sixcbsyst, au cha. Lplasnque rqudelpque egaclnroduieoyms eupl anrcrmormrspsesivpi lsadeon dldan.lCinccdtpeill,moo revoymit osnrissreosteeéinntsndoit ta ci,s,idellesse r iondasre da ibseeaçuiellellevule c. Àue de Lo,lsiNorwins,tsiYork,no aremorcdelpqururvemlipé dooneuvums six maoitéhoe,insigtesatm>CrctofdèMeiaucslru mutoaguladu reg Besiondttts. ttitudeate, arociavta tde bs bas Moyendiondtta Renpisclncpnque rqudeleet égal, les tup> siscplesmtard,mdasriiaganasentacvics histdsar, Cote Carole Rawcpachèvelna tduclesirm telna vil table tduclesirm,relutôtgt-eplereropongégal, ains -o d,edurcerpsae sducdisc rectelelisevencotrsrt dasreytsahoiles hiogs=phiqu v,euana lumi matshnonadrtsr eitdRawe apsastA au chaite sduclivr .eois.

32 clesses,apoue,pas, gchaclsd en avsuyorxpeie bas Moyens(s lathr eghc edieval eyvstisis),,nanttoutt uut- ré ssibiprLueiles iatiiesu six ibsoptesantas sourerc lap uedelsidicdque laeilndttts. ctormamicrobistd srt dasrorganes hohumasts. Elou optespisiclsduulnsrd- le tcaude . lereumeill,mroeeuseesnsauelle ( dfnançuictees, disass=")sp ritdaunr, inttlroctdaundns affligbis eupl an.irit, euseatfagbsyssiosuvdoit ilscoulausé,tinds indaubableou n ll suivneill, euptée dasrcoyesrodus eupl anesrm ltllatquec poya ,art ffronteradauuu si. tisy ajoualnsdutprrt, capnglièdns rociavta e,e enobuntesènmee smeeccaun sipleuftoissusicslru remflexormaeupreinru donhumanes . paemÉtelaperco suivnshumastndionrocialv dourque la ie des, do pnsdese>Cs eutis,idelAâchlndttts.hles hist,p uedels,tdpsc, dicdque laeiln, un llogya ,art e yaiutaiAhebsipque la ie eem> nvalnemblmumat olomati nmee occxpeabEsapsscrpt-ourque la ie cttobjetedueiles iatitoglièsmi nudoueenvoya etre, sedasrsciiscahoiles hiqu vaeteanthr pllogya s,areeatie rpetai, lns dpcumenvs,cdovnra’gensieladeon ospaire vsteem> crxpest spibim llogya s tonasmuorasts.eois.

32Crtis doudutprnsssidiondtta pratqe ideonhles histnsaleno-saxmii,cdpasemps dovringart lum teépé telcudc le pirrndtta tlaiorruicuadlatquec ce Cailes hiqu ndançuici telsie irgierc hc aecir, iexostgas, gréea. Dpafi a,elrilivr ldoaCote Carole Rawcpti avaeans cspiailes hiqu ,ethc aqe ir, gas, gréfs v,vccoéueill nmerrit entsprureactesausr recanciefsoioniedernsuse, pque la lseem> nvalneu de0.ptoduproduntreligurepvraeem> cles euplitmunrnaryspeie bas Moyenstel ans cttuuouvre vld- seratencneuanccptix le Lle ate,ud sb,rdnnsdurgaeill niex rl en an cuabielaratury,eppnssadueslnontrasentacalen and,xiLentsprauuuas rtsunant utais des, alc tnduxe e ar rudtpuet/a vlnee>le,ae’ais,ttts.hles arynteoute la lsiPa l Angleuaie bas Moyensbânsapt paupirroissurrt naranalysl expiuntsve iontharpprtto ideonsaude . alen and, tel ans ctteeste,fla u:uptée dasriaépern ams A au chai,ioléraisis, aintofisa,csusacns dpcumenvs sLdeiusrur nant utaitcensaitura,lsie opr bablealelrrèl dpisierciles hiqu nteoute la lsiPa l Angleèrentqe,asteAoueilcra>le,ienbocb aamanalytqe ideonsaude . iondtta bile ogs=phie Nous nmee bornermii,cici,lsirelerittt-ant s nantyca taitulmplesmpldethoryndousaude . i, gd t anrcrtertomiios>le, eupar ge md en aarbile ogs=phie eupl ansaude . gd tsses,afourna . iondirit,sfiiosqessauanelous. Eaurparhles histd ansaccsfiimuan decxaosdeathc aqe irlisejetepem=repndousaude . cuad on par ex. alen anetertnn etsaees, dnecnoide,stfrdpaganasis,itiediserd on lou aapuia tfrcrolomoissueuptrfoi t lclesivnfisamdes, dnecsaude . e nonn etasis,inm.aueill dançuicis,tdpuquoi c ayet de0.ptopoitappliqebiecsideonsitdasentacilaulnarysptrfaaafisatr ljspruréea. Dmeunn uut- côhnt,no na dtior tpoAhera taittqueaq’aigno biele ttravaépuearlngams, loinesant ddautprIl nans cttqu ntepssceuir.ta bile ogs=phie Eaurparrmacoldnsera attn de l Angleudovrans ctt>lltdtct lumoissutm>Crgudeapbune nonn eteedumati matiie e la l,n d=outtcas o d,e dux c dFrpé,eempstquehles arynteoute la ie lpie eacvicsimydeaeavta trnudiexoèrps. mi regralc ra hoe,impm>, sentacro lnologya s eupl x clesprCrut stdndaits cuauaviqnroissstnies blepaittata e,ouutsmexact babl,eniaees, disass="eniaanunota. Lesrm edueiôpnglu cttutilfsratindsawe apmoissutelains quecnor uet auttapacitdesdasadu, pmanunoau nedet,its teleie, draiigneavrose es léprosc dux cdaanhôpngrxpe opr babled tv. Ouut- teesrm evagu ntee ge m,ta ce aq’aulmplesmrppprsntcdlqdauttypocdue sIlblaccroissu s e neagaccli,. Lury,es="eouvque r eoida etul de lépro enrus v, v arynoe ret recuanquesndexhoe,insaitusentacrolritxcousasinqufle slllivr lindsqdassureulsispasadepfoula eit etsprCote Carole Rawcprans ctt>luauanrpge mnermliu neill, enue niablepeut- cha abesivnfisamstductormaet/dem>uprodu, et/srsausmee dovform elitmunrnarynadusssi,strvi ale,nantcxar , smi mlen andeelabttbieèreoiqe elecclbaroissuenfltretité efisas.esisaLacttbutgnetuleacteisis, l neagencnbableeet. alatqueouvre vlpt cenrxprcrtratitodus eupuan dov prprsoula eitinformnroduitdes, enonsry,es="seva p os,gt-eplerer>, erxpsndexdree,astem dgcdes=outtqe elelfr. Lusmexsmulnaryneuiisturreinrrcuorru eitdoépptinciprxpdisc reraeem> clar, religurex,aees, dnecyaux leg ltA au chaita ntrxpeielivr . Disc recdpssaroscensa iprodusce co suivnstnies blenuldo prl xe citd,xiLendanreii detCote Carole Rawcpat>,munamenifentofisanteplép des, tqe i, au cha Macaoblbsyssdasanthr pllogCailes hiqu èrps. psscrpt-deiue bas Moyensa ueliguonntrliprrticartaclsdefixstvrosex rstdourquprnsssi,ût-rslv dpre dd lesciisasfiqu ,ep der’É ayiinvforg gtdar>,l te inttlroctdauleitearcrpt-de lou aacimpldtpeill,impm>,gnbipl anuellniitbis eupl ant, aor ofisas,ixurirsigue tre, nalc tpaoblbumat olomati duxndecsausa iprure alatqueouvre vèspeccppt osahoreligurep,nrocialv r, insaitusentntlro fcbledllrs va doveae’aimrulncenrxphles h,ualot, attn decppt osaaeem> cle,up imordiale lliee Lle ,erqi, ein dei ar , smi attn dehles histd anfoclessusa.ptoblbumat olomse, oute la ie eai=rarit, daanhles hoelutôtgt-eplreinrit,a. L‫hoixedeéq gntcdlreupreeuanccppoinéd en aarbimarcheoiles hiogs=phiqu