Navigation – Plan du site
Articles

Des lions dans la ville : Triomphe et décadence de l’image de saint Marc dans la Terre Ferme (XVe-XVIe siècles)

Andrea Martignoni
p. 47-65

Texte intégral

In youth she was all glory, a new Tyre,
Her very byword sprung from victory,
The “Planter of the Lion”, which through fire,
And blood she bore o'er subject earth and sea.

Lord Byron, Childe Harold’s Pilgrimage,
Canto the Fourth, XIV.

  • 1 L’image du lion de saint Marc a été l’objet de nombreuses études. Parmi les plus significatives, on (...)

1Tout voyageur intrépide qui délaisserait les charmes aquatiques de Venise pour s’aventurer au cœur des vastes territoires de la Terre Ferme ne peut que rarement échapper au regard pétrifié d’un lion ailé. Qu’il soit accroché aux façades des palais ou des maisons, dressé au sommet de blanches colonnes en plein milieu des places publiques, l’emblème de la Sérénissime n’a de cesse de le surprendre1.

2Machiavel, il y a quelques siècles déjà, le 7 décembre 1509, évoquait, non sans une pointe d’ironie à l’égard de l’arrogance et de la prétention vénitienne, le recours systématique de la part de Venise à l’image de son saint patron comme indicateur de ses conquêtes :

  • 2 Niccolò Machiavelli, Commissioni e legazioni, Commissione a Mantova e Verona, Machiavelli ai Dieci, (...)

Les Vénitiens, dans tous les lieux qu’ils conquièrent, font peindre un saint Marc, qui, à la place du livre, tient entre ses pattes une épée. Il semblerait dès lors qu’ils aient pris conscience à leurs frais que, pour gouverner les États, l’amour des lettres et les livres ne suffisent pas2.

  • 3 S. Tramontin, « Culto e segni di san Marco nella terraferma veneta », dans San Marco : aspetti stor (...)

3Le constat est sans appel. L’image descend sur le champ de bataille telle une arme redoutablement efficace. Lorsque Machiavel prend la plume, la guerre qui oppose Venise, les Français et l’Empereur bat son plein. Le remplacement du livre par l’épée est le témoignage de l’adoption par le gouvernement vénitien d’une politique expansionniste plus offensive et guerrière3.

  • 4 C. T. Altan, « Il Friuli sotto Venezia », dans Id., Udine in Friuli, Udine, Casamassima, 1982, p. 7 (...)
  • 5 G. Ortalli, « Le modalità di un passaggio : il Friuli occidentale e il dominio veneziano », dans Il (...)

4Dès la fin du XIVe siècle, Venise s’était lancée dans une conquête programmatique des terres continentales soumettant progressivement à sa puissance et à son contrôle une vaste région qui s’étendait du Frioul à Ravenne et de la Lombardie à la mer Adriatique. Cette expansion, fruit d’une supériorité militaire longtemps indiscutable et d’un art de la diplomatie particulièrement efficace, avait conduit à la création d’un État territorial. La Patria del Friuli, gouvernée depuis des siècles, par le patriarche d’Aquilée, prince ecclésiastique et puissant seigneur féodal, fait les frais de cette politique. Sa conquête commence dès le début du XVe siècle et connaît son point culminant au printemps 1420 lorsque les Vénitiens prennent possession de la capitale, la ville d’Udine. Si l’autonomie des institutions communales est malgré tout respectée et le Parlement de la Patria maintenu en fonction4, la domination de Venise, incarnée par la présence d’un lieutenant général, se manifeste surtout par un nouveau langage symbolique qui trouve dans les représentations léonines de saint Marc son expression la plus efficace5.

  • 6 Les raisons de l’adoption de saint Marc – les reliques sont translatées d’Alexandrie à Venise en 82 (...)
  • 7 L. Burkart, « Zentrum und Peripherie. Venedig und das Dominio da terra », dans Id., Die Stadt der B (...)

5L’installation dans les villes du Frioul du lion est en effet une conséquence immédiate de la conquête de la Sérénissime. L’évangéliste avait été choisi depuis le Xe siècle comme nouveau saint patron de la ville remplaçant l’ancien protecteur grec, saint Théodore6. Symbole politique et religieux, le lion, sculpté dans la pierre ou peint sur les murs, introduit dans les espaces conquis une nouvelle référence visuelle dont la nature, on le verra, est tant politique que religieuse7.

  • 8 Tout particulièrement D. Freedberg, Le pouvoir des images, Paris, G. Monfort, 1998 (1989) ; H. Belt (...)

6De nombreux travaux ont mis en exergue les différentes fonctions, usages et enjeux des images médiévales en insistant tout particulièrement sur leur puissance agissante8. Dans le jeu de regards établi entre ce qui est fait pour être vu et les spectateurs, l’image produit du sens, déclenche un dialogue. Par son pouvoir se symbolisation, comme le rappelle Jean-Claude Schmitt, elle est épiphanique car elle rend visible l’invisible, proche ce qui est lointain, présent ce qui est absent.

  • 9 Voir par exemple M. Camille, « Signs on Medieval Street Corner », dans Die Strasse. Zur Funktion un (...)
  • 10 Se référer à Pouvoir et édilité. Les grands chantiers dans l’Italie communale et seigneuriale, dir. (...)

7Les derniers siècles du Moyen Age sont marqués par une profusion extraordinaire des images dans la ville. Peintes ou sculptées, sacrées ou profanes, elles deviennent les signes visibles d’une grammaire de l’espace urbain en constante redéfinition. La ville peut être donc considérée aussi comme un vaste univers figuratif où les images peuvent assumer des rôles différents mais complémentaires : promouvoir et encadrer des dévotions, sacraliser des lieux, contribuer à l’affirmation de sentiments d’appartenance identitaire ou encore servir à la légitimation du pouvoir politique en place9. Dans ce sens, elles peuvent assumer le même rôle que les grands chantiers urbains qui ont transformé le paysage citadin de l’Italie communale et princière10.

8L’étude d’un cas précis dans une réalité circonscrite qu’on propose ici permet de s’interroger sur les rythmes et les modalités de l’arrivée du lion dans les villes frioulanes, de s’intéresser aux lieux choisis pour l’accueillir et bien entendu de poser la question des rôles qu’on lui a attribués et des réactions éventuelles envers ce nouveau référent iconographique.

  • 11 G. Bergamini et M. Buora, Il castello di Udine, Udine, Arti grafiche friulane, 1990 ; et A. Battist (...)
  • 12 M. Sanudo, Descrizione della Patria del Friuli (1502-1503), éd. L. Manin, Venise, Pietro Naratovich (...)

9La première remarque qui s’impose concerne donc les rythmes de l’installation de l’image dans les espaces urbains. De nombreux témoignages confirment que la diffusion du lion vénitien est extrêmement rapide suivant presque immédiatement la reddition des villes à la Sérénissime. Entre 1419 et 1420, les plus importantes villes de la Patria tombent aux mains des Vénitiens. Prenons d’abord l’exemple d’Udine. Le 19 août 1420, Roberto Morosini, le premier lieutenant vénitien, rentre en grande pompe dans la cité, cette dernière s’étant officiellement rendue le 6 juin de la même année. Il installe ses quartiers généraux dans le château11, ancienne demeure du patriarche qui, sur le haut d’une colline, surmonte la ville et dont Marin Sanudo dans sa Descrizione della Patria del Friuli rappelle les origines mythiques de sa fondation voulue par Attila le chef des Huns12.

  • 13 Biblioteca civica di Udine [désormais BCU], ms fondo principale [fp] 882, Camerari del Comune di Ud (...)
  • 14 BCU, ms Joppi 882, Camerari del Comune di Udine, XVIII, c. 78v. Aussi BCU, ms Joppi 687, c. 228v.
  • 15 BCU, Archivum Civitatis Utini, Annales, t. XXIII, c. 99v [31 août 1423].
  • 16 Ibid., t. XXX, c. 390r. Voir F. Di Maniago, Storia delle belle arti friulane, dir. C. Furlan, Udine (...)
  • 17 A. Rizzi, I leoni di San Marco, vol. I, p. 33-46.
  • 18 Ibid., vol. I, p. 47-52.

10Les délibérations communales et les registres de la trésorerie publique fournissent d’importants témoignages. Ainsi, dès le 8 juillet 1420, les registres font état d’une dépense effectuée pour qu’on sculpte un saint Marc sur la façade de la maison dans laquelle, avant la construction du nouveau palais communal au milieu du XVe siècle, avait l’habitude de se réunir le conseil citadin13. L’emplacement est hautement significatif. Il témoigne d’une volonté politique d’incarner dans la pierre le signe désormais inéluctable de la domination vénitienne. Un an après, le 15 mai 1421, la commune engage deux peintres, Antonio Pietro et Antonio Tomasini Bazotti. Elle fait aussi acheminer de Venise les couleurs et l’or. Le tout pour réaliser une fresque sous la loggia du palais représentant saint Marc en compagnie de la Vierge Marie14. Deux ans après, en 1423, dans une autre délibération communale, il est question d’une nouvelle image. C’est Giovanni da Susana, l’un des sept députés de la ville, qui, au nom du lieutenant de la Patria, avance la proposition de placer deux saints Marc sculptés en bas-relief sur deux des portes extérieures de la ville d’Udine15. Plus tard, en 1454, dans le tout nouveau palais communal de la ville, une autre fresque est commanditée : saint Marc sous l’apparence d’un lion est représenté à côté de la Vierge Marie : « depinxit imaginem gloriosissimae matris Virginis Mariae cum sancto Marco ad formam leonis »16. C’est malheureusement un des rares témoignages qui évoque, tout en restant assez vague, le choix iconographique adopté. À l’époque, deux grands types de représentations sont employés pour représenter le pendant zoomorphe du saint évangéliste. Le premier type est celui du lion dit andante, c’est-à-dire représenté en marche, ailé, avec trois pattes posées au sol et la quatrième tenant le livre ouvert, en temps de paix, ou fermé en temps de guerre17. Le second est le lion dit in moleca18, représenté cette fois-ci assis de face, les « ailes à patte de crabe ».

  • 19 Voir aussi A. Rizzi, « In propriam veni et mei me receperunt. Catalogo dei leoni marciani in Friuli (...)
  • 20 En 1509, les troupes impériales guidées par le duc Henri de Brunswich n’arrivent pas à prendre poss (...)

11D’autres réalisations successives peuvent être mentionnées19. En 1487, un petit lion est sculpté sur un écu en forme de mandorle sur la place de Mercatonuovo ; la même année et sur la même place, un autre lion est figuré sur un puits. En 1490, on dresse un grand lion sur une colonne de la place Contarena. Détruit par les impériaux en 151420, il est remplacé ensuite par deux autres sculptures léonines, celle de Benedetto degli Astori en 1527 et celle sculptée en 1539 à la demande du lieutenant Gabriele Venier.

  • 21 « Per quos determinatum fuit quod fiat depingi ymago seu figura sancti Marci super plathea communis (...)
  • 22 « Item per diffinition del conseglio dey a maystro Antoni che depinse san Marco in piaza duc. iiii  (...)

12Mais les griffes du lion ne s’installent pas uniquement dans la capitale, centre névralgique de la représentation politique vénitienne. Avec la même immédiateté, deux autres villes du Frioul, Gemona et Cividale, se voient elles aussi « envahies » de lions. Le 24 janvier 1421, les autorités municipales de Gemona décident de faire représenter un lion sur la place publique et sur deux des portes de la ville21. Quant à Cividale, la ville engage la même année maître Antonio pour qu’il réalise un saint Marc sur la place publique22.

13Ces quelques exemples peuvent sembler anecdotiques. Ils témoignent néanmoins de l’association étroite entre conquête et image, et soulignent la rapidité avec laquelle s’est faite l’installation du nouveau symbole marcien. L’image fait donc partie d’un programme politique voulu par la Sérénissime et relayé par les autorités municipales qui financent la plupart de ces réalisations. Le lion conquiert la ville, comme Venise la conquiert.

  • 23 Voir A. Tempestini, Martino da Udine detto Pellegrino da San Daniele, Udine, Arti grafiche Friulane (...)
  • 24 Aujourd’hui, on peut observer in situ les enseignes de Matteo Vitturi (1445) et de Zaccaria Trevisa (...)
  • 25 BCU, Archivum Civitatis Utini, Annales, t. XXXIX, cc. 61rv.

14À Udine, une ordonnance municipale de 1495 confirme de manière explicite l’engagement de la commune en tant que promotrice et commanditaire principale de ces images. Le peintre Martino da Udine, dit Pellegrino de San Daniele (1467-1547)23, demande une aide financière pour qu’il puisse exercer son art. Le soutien municipal lui est accordé, mais à une condition : il doit s’engager gratuitement à réaliser les projets iconographiques prévus et voulus par les autorités. On dresse alors un programme détaillé dans lequel le lion occupe une place de première importance. D’abord, Pellegrino se voit chargé de peindre les emblèmes des magnifiques lieutenants sous la loge, là où les autorités le désirent24. Il doit aussi réaliser les étendards des palii sur lesquels apparaisse saint Marc et figurer un saint Marc avec les emblèmes des lieutenants de la Patria et ceux de la commune et des camerari. Il est chargé également de réaliser à l’occasion tout autre étendard, d’entretenir les sculptures de saint Marc présentes sur les portes de la ville, à l’extérieur comme à l’intérieur, et enfin de peindre ce qui sera prévu à l’occasion des fêtes publiques25.

  • 26 BCU, Archivum Civitatis Utini, Annales, t. XXXIX, c. 182v [22 avril 1499]. Voir aussi D. Battilotti(...)

15Cette ordonnance ne rappelle pas uniquement à quel point l’image du saint est devenue une référence dans le paysage visuel de la ville ; elle confirme aussi que fabriquer de telles images est une priorité pour les pouvoirs en place. Ainsi, à la toute fin du XVe siècle, en 1499, le lieutenant vénitien Domenico Bollani, ordonne, avant de laisser son poste à Antonio Loredan, l’installation d’un vexillum sancti Marci sur un poteau qui doit être fixé sur le mur de la place en face du palais communal26.

  • 27 BCU, Archivum Civitatis Utini, Annales, t. XXXIX, cc. 61rv.
  • 28 D’autres exemples confirment cette utilisation de l’image. Voir M. Bacci, « Pro remedio animae ». I (...)
  • 29 C’est Élisabeth Crouzet-Pavan qui, à propos des monastères disséminés dans la lagune vénitienne, ut (...)
  • 30 C. Dufour Bozzo, « La porta di città nel Medioevo come "Testo" semiotico », dans Fortifications, po (...)

16Pour les emplacements de telles images, des lieux sont privilégiés : les portes de l’enceinte urbaine, les palais communaux, les ponts ou encore les places. La présence du symbole de l’évangéliste sur les portes de la ville est particulièrement intéressante. Elle est en effet, dans le cas d’Udine, double. Le contrat stipulé à la fin du XVe siècle entre la commune et l’artiste Pellegrino précise que le lion doit être représenté tant à l’extérieur qu’à l’intérieur de la porte27. Lieu liminaire et initiatique par excellence, la porte met en relation le dedans avec le dehors introduisant ou éloignant celui qui passe de l’expérience de l’urbanitas28. Le lion sur les portes devient ainsi cette nouvelle « sentinelle »29 aux multiples fonctions : apotropaïque, religieuse et politique30.

  • 31 « Such artistic embellishments made a doctrinal statement. Cities placed images ovet their gates to (...)

17Apotropaïque d’abord, elle trace une protection invisible qui défend la ville de l’extérieur. Comme pour saint Christophe et la Vierge Marie, l’image du lion devient le gardien de la ville. Religieuse, ensuite, puisqu’elle écrit les contours d’un espace où triomphe la piété civique, celui d’une ville bâtie au nom de Dieu. Elle proclame, par sa présence, comme le souligne Augustin Thompson, une orthodoxie communale31. Politique enfin, l’image du lion est là pour rappeler avec force à celui qui franchit la porte que la ville appartient désormais à Venise.

  • 32 Sur l’iconoclasme la bibliographie est abondante. On rappelle par exemple : Iconoclasme. Vie et mor (...)

18La fonction communicante de l’image due à son exposition au regard collectif lui confère cependant une certaine fragilité. Les autorités urbaines s’engagent régulièrement dans la protection et la sauvegarde des monuments et des images, c’est-à-dire de ces éléments qui sont constitutifs de la magnificence citadine. Dans les statuts urbains, on condamne explicitement tout acte sacrilège et abominable qui porterait atteinte aux images. La destruction des images est considérée en effet comme une menace inquiétante pour l’harmonie civique32.

19Les prédicateurs d’ailleurs n’ont de cesse de le rappeler aux autorités en charge de la cité. C’est le cas à Udine en 1461. Frère Giacomo de Furlinio, prédicateur franciscain, dresse lors d’un de ses prêches un constat particulièrement inquiétant et alarmant :

  • 33 BCU, Archivum Civitatis Utini, Annales, t. XXXII, cc. 96rv.

Dans cette ville d’Udine il y a de nombreux blasphémateurs de Dieu et de la bienheureuse Vierge Marie, mais aussi des vandales qui, par de nombreuses et variées manières, profèrent des abominables paroles et accomplissement des abominables actes contre les images représentant la très sacrée majesté divine et la Vierge Marie33.

  • 34 E. Crouzet-Pavan, « L’énergie de l’image : une cité de Dieu », in Ead., Venise : une invention de l (...)
  • 35 Statuta vetera Civitatis Austriae, éd. P. S. Leicht, Udine, Del Bianco, 1899 et plus récemment Stat (...)
  • 36 Statuti e ordinamenti del comune di Udine, éd. du Municipio per la cura della Commissione preposta (...)

20Qu’il dénonce une réalité effective ou qu’il veuille surtout, par son discours, inciter à la conversion de la ville pour qu’elle retrouve les semblances d’une « cité de Dieu »34, le prédicateur fait écho à la législation communale qui, tout en dénonçant ces mêmes gestes, met en place un ensemble de peines et d’amendes pour punir le crime d’iconosclame. Plusieurs cas de figure sont détaillés : on condamne alors celui qui oserait frapper une image avec de la boue, des dès ou tout autre objet35, celui qui aurait craché sur elle, qui l’aurait abimée avec une lame de couteau ou encore qui se serait mis à la piétiner ou à la chevaucher36.

*

  • 37 De Bono Communi. The Discourse and Practice of the Common Good in the European City (13th-16th c.), (...)

21Si les images saintes participent à la gloire de Dieu, elles contribuent aussi, entre autres par leur beauté à laquelle on était particulièrement sensible, à la gloire de la ville et font partie intégrante du bien commun dont les autorités sont les garantes37. Aussi, dans une délibération promulguée à Udine à la fin du Quattrocento, on condamne sévèrement tous ceux qui, agissant en ennemis de la res publica, oseraient détruire ou endommager les monuments, les palais, les ponts et leur décor :

  • 38 « [Contra deformatores rerum publicarum] » ; BCU, Archivum Civitatis Utini, Acta, t. I, cc. 380v-38 (...)

[Contre les ennemis du bien commun] Il est notifié à toute personne qui, dans le passé ou à l’avenir, de quelconque condition ou statut social soit elle, aurait cassé ou abîmé des édifices publics de cette ville la nuit, comme des ponts de pierre avec leurs ornements, mais aussi des lavoirs, cela dans la plus grande aversion du bien vivre et du bien commun, causant dégâts et vergogne à cette magnifique communauté, criminels, pour l’heure pas encore identifiés, qui, afin que ces crimes ne demeurent pas impunis et d’autres en accomplissent de nouveau, soient à l’avenir condamnés à une amende de 50 lires de sous. Elles seront destinées à la chambre fiscale de la commune. Le criminel sera également placé pendant un mois en prison et sera contraint à ses frais de réparer l’édifice ou le monument endommagé38.

22Pour retrouver des traces « concrètes » de quelques comportements iconoclastes, il faut se tourner vers les archives judiciaires. À côté des cas concernant la destruction d’images de la Vierge Marie, on trouve aussi quelques exemples où la cible est l’image de saint Marc. Le plus souvent, les détails sont maigres et aucune information précise n’est donnée sur les motivations de l’accusé. En général, le contexte est toujours le même : les jeux de hasard, le vin et la colère apparaissent comme les déclencheurs du geste destructeur. Dans le cas de saint Marc, ne pourrait-on cependant pas avancer d’autres hypothèses et notamment relier ces gestes à des contestations de nature politique ?

  • 39 BCU, Archivum Civitatis Utini, Annales, t. XXII, c. 328v [9 juin 1421].
  • 40 On se référera aux considérations de L. Burkart, « Der Krieg des Zeichnen », dans Id., Die Stadt de (...)

23Quelques exemples permettent d’esquisser des réponses dans ce sens. Le premier date de 1421. Trois habitants du bourg d’Aquilée à Udine sont emprisonnés. Ils sont accusés d’un acte de vandalisme commis au détriment de la sépulture du noble Cristoforo Cagnotti dans le cimetière de la ville. Le fils de Cristoforo avait fait construire un caderletto (petit support) en bois pour commémorer la mémoire de son père et de sa famille, et avait demandé d’y faire figurer en témoignage de leur allégeance impériale, l’emblème de l’Empereur. Les prévenus sont accusés d’avoir incendié le caderletto déshonorant ainsi la famille Cagnotti mais également la commune d’Udine. Les motivations exprimées par les condamnés sont riches d’enseignements. En fait, ils considéraient nécessaire de détruire les armoiries, car elles renvoyaient à l’influence impériale au Frioul. Or, cette dernière en 1421 n’est plus d’actualité39. Nous sommes en effet le 9 juin. S’il n’est pas question du lion de saint Marc ici, ce cas rappelle tout de même qu’un changement dans les références politiques – le Frioul sortant de l’influence impériale avec la conquête de Venise – impliquerait un changement dans le système des signes et des images40.

  • 41 BCU, Archivum Civitatis Utini, Annales, t. XXXII, c. 165v [3 octobre 1462].

24En 1468, on présente devant le tribunal du Lieutenant d’Udine le cas d’un nouvel acte iconoclaste. Cette fois-ci, c’est une image du lion qui est la victime. Les faits remontent à cinq ans. En 1463, un certain Nicola Chiolo de Carnie avait dénoncé, par lettre, le comportement iconoclaste de Giovannni Gerardo. Une nuit, ce dernier avait découpé l’image de saint Marc placée sur un des étendards publics. S’en prendre au symbole du pouvoir revient à commettre, aux yeux des autorités, un crime de lèse-majesté et donc à contester la légitimité politique. Cette hypothèse trouve une confirmation dans une délibération du mois d’octobre 1462 par laquelle on condamnait sévèrement tout acte perpétré contre l’image de saint Marc, lançant un appel à la délation publique contre quiconque aurait endommagé l’étendard. Encore une fois l’association entre le politique et l’image du saint est soulignée41.

  • 42 J.-C. Schmitt, « L’historien et les images », dans Le corps des images, p. 55.
  • 43 La Ligue de Cambrai est une coalition militaire, conséquence du traité de Cambrai du 10 décembre 15 (...)

25Pour bien comprendre l’enjeu de ces exemples, le contexte politique s’avère donc déterminant. L’image, ainsi que le rapport entretenu avec elle, ne peut être comprise qu’en les replaçant dans un temps et un espace qui leur sont propres, en envisageant ces images dans « la profondeur synchronique de leur ancrage social, culturel, idéologique »42. Cet espace et ce temps sont ceux de la conquête vénitienne. À cet égard, la ligue de Cambrai où les affrontements entre Venise et les forces impériales bouleversent à nouveau le paysage de l’Italie septentrionale constitue le moment culminant de la destruction systématique et organisée des symboles43. Lucas Burkart, analysant la fonction des images dans une ville comme Vérone, a employé l’expression de « der Krieg der Zeichen ».

  • 44 « Se butasse zoso le mura di la tera [de Vicence] et tutti li San Marchi sono in quella cità, et sa (...)

26Un des premiers actes accomplis par les troupes impériales lorsqu’elles rentrèrent à Vérone fut en effet de détruire les images du lion le remplaçant par l’aigle impérial. Les chroniques du temps, celle de Marin Sanudo ou de Girolamo Priuli par exemple, mais également les lettres de Luigi da Porto, permettent de prendre aisément la mesure de ces actes iconoclastes. Entre Vicence et Vérone, les images de l’évangéliste connaissent une fin bien malheureuse. Si l’on croit Marin Sanudo, auteur des Diarii, les Vicentins devenaient les fils de l’Empire du moment où les murs de la ville et les saints Marc avaient été détruits par l’armée impériale44.

27Girolamo Priuli, à son tour, décrit les événements terribles du mois de juin 1509 quand les territoires vénitiens se voient, les uns après les autres, conquis par les Français et les troupes impériales. Tout, écrit Priuli, fut mis à feu et à sang : les monuments, les livres, les archives. Dans ce processus de damnatio memoriae, l’emblème vénitien n’est pas épargné :

  • 45 G. Priuli, I Diarii [aa. 1499-1512], dans L. A. Muratori, Rerum Italicarum Scriptores, t. XXIV, p. (...)

[…] de nombreux saints Marc, c’est-à-dire les enseignes vénitiennes, dorées, de pierre, de bois, de marbre, et de nombreuses enseignes de toile, décorées, dorées et dans chaque lieu, ville, château, forteresse, villa, territoires, palais où elles se trouvaient, elles furent enlevées, malmenées, cassées et tachées avec des excréments ; et l’enseigne du lion avec les ailes, qui symbolise l’évangéliste qui s’appelait saint Marc, en certains lieux fut décapitée, dans d’autres on lui enleva les yeux, en d’autres encore on lui coupa les ailes, les jambes, on lui enleva les poils et la queue et enfin on lui coupa les testicules […]45.

Mis en pièce et émasculé, le lion n’est plus qu’un amas de détritus.

  • 46 M. Sanudo, I Diarii, t. VIII, col. 476.

28Deux ans plus tard, en 1511, le saint Marc de la grande place de Vérone connaît lui aussi un bien triste sort. Ayant été décroché et mis en morceau par les impériaux, il fut récupéré par des citoyens fidèles à Venise. Ces derniers assemblèrent les morceaux du mieux qu’ils purent, et ils les portèrent dans le bourg de San Giovanni avec cinquante chandeliers criant : « Marco ! Marco ! ». Là, ils les enterrèrent46. Dans une lettre à son oncle Antonio Savorgnano, Luigi da Porto décrit, quant à lui, la déchéance du saint Marc qui trônait sur une haute et belle colonne érigée sur la place publique de sa ville, Vicence. Tout en témoignant des faits, il dévoile les sentiments qui l’habitent :

  • 47 « Quello che far gli [Leonardo de’ Trissino] ho veduto di sconveniente in Vicenza è stato lo spezza (...)

[…] ce que j’ai vu de déplaisant à Vicence, c’est la destruction d’un saint Marc de pierre qui avait été placé sur une colonne assez jolie au bout de notre place, de facture et de proportion admirables. Cela ne m’a pas attristé à cause de l’offense faite aux Vénitiens, mais à cause de la destruction d’un si noble travail et de si grande beauté […]47.

29Le témoignage avancé par Luigi da Porto est tout à fait singulier puisque, loin d’insister sur des considérations de nature politique, il met l’accent, en dévoilant ainsi une sensibilité artistique personnelle, sur l’émotion et le dépit qu’il ressent suite à la destruction d’une si belle sculpture.

  • 48 La dérision au Moyen Age. De la pratique sociale au rituel politique, dir. E. Crouzet-Pavan et J. V (...)
  • 49 « Del quale essendo da alcui gentiluomini cremonesi, che da Vinegia fuggivano [dove per lo passato (...)
  • 50 « […] cum quelle ingiuriose, ingnominose, vergognose et vituperose parole, che judichar se potesse, (...)

30La destruction des images s’accompagne en tout cas de la mise en dérision des vaincus et conduit au triomphe des vainqueurs : aveuglé, couvert d’excréments et castré, le lion de saint Marc est non seulement détruit, mais aussi déshonoré et ridiculisé48 ! La violence outrageuse est hypertrophiée par le fait que les testicules arrachés sont ramassés et offerts en spectacle dans une sorte de procession49. Ces actes sont également suivis par des paroles ignominieuses et des insultes prononcées à l’encontre des Vénitiens. On se moque ouvertement de leur langue, de leurs vêtements et on les traite d’ignorants et de fous50.

31L’acte iconoclaste semble donc répondre à un rituel codifié. Le visage de l’image est une cible privilégiée. L’étude de Michael Camille sur les images abîmées et censurées dans les manuscrits médiévaux a montré à quel point les gestes de destruction se concentrent, notamment dans les scènes du Christ aux outrages, sur les visages des Juifs. Grattés, effacés, les Juifs subissent la vengeance du lecteur qui vient non seulement témoigner de sa colère, mais aussi, par ce geste, empêcher que le rituel nefandissimus puisse à nouveau se réaliser dans l’image. Giorgio Vasari, au XVIe siècle, déplorant les méfaits accomplis envers le Christ à la colonne, fresque aujourd’hui perdue d’Andrea Del Castagno, par des enfants et des simplices qui ont raturé tous les visages ainsi qu’une partie du corps des Juifs, ruinant ainsi un grand chef-d'œuvre de l’artiste, confirme l’importance du visage :

  • 51 Giorgio Vasari, Les vies des meilleurs peintres, sculpteurs et architectes, Paris, Berger-Levrault, (...)

Dans cette composition, on peut voir les attitudes pleines de vigueurs des bourreaux qui flagellent le Christ et leurs visages exprimant la haine et la rage face à la patience et à l’humilité du Christ. […] si par négligence, cette composition n’avait pas été grattée et ruinée [graffiata e guasta] par des enfants et d’autres âmes simples qui ont gratté les têtes, les bras et presque tous les visages des Juifs, comme pour venger l’injure faite à Notre Seigneur, elle serait sans doute une très belle œuvre d’Andrea51.

  • 52 Gemona, Delibere del Comune, aa. 1439-1440, c. 35v.

32Revenons au Frioul. Le 29 décembre 1440, la commune de Gemona poursuit Antonio Chagnassini accusé d’avoir taillé, pendant la nuit, les yeux d’un saint Marc peint dans la cuisine d’un certain Nicola de Vicheria52. Dans le cas d’Antonio Chagnassini de Gemona, comme dans les faits rapportés par Girolamo Priuli et précédemment cités, l’iconoclaste procède donc bien à l’aveuglement de l’image.

  • 53 Voir à ce propos les remarques de T. Lentes, « Inneres Auge, äußerer Blick und heilige Schau. Ein D (...)
  • 54 Qu’il s’agisse de la partie la plus noble du corps est confirmé par un texte de loi vénitien datant (...)
  • 55 J.-C. Schmitt, La raison des gestes dans l’Occident médiéval, Paris, Gallimard, 1990, p. 185.
  • 56 Claude Gauvard remarque que « les gestes les plus injurieux sont ceux qui touchent au visage » ; C. (...)

33Le dialogue entre l’homme et l’image est une forme de langage où la vue, avant le geste, met en relation le regardé et le regardant53. Le visage de l’image est comme le visage de l’homme, la partie la plus noble du corps, le miroir de l’âme54, le siège par excellence de l’expression morale55. C’est donc à lui, d’abord, que l’on s’en prend dans un face à face destructeur56.

  • 57 Gemona, Archivio comunale, Delibere comunali, 1439-1440, c. 35v.

34Erruerat oculos ymaginis sancti Marci57 : l’image aveuglée, le visage déformé, la communication abolie, c’est le sens même de l’imago qui est mis à mal, car aveugler saint Marc équivaut à le rendre impuissant et inopérant.

*

35Entre triomphe et déchéance, l’image participe donc avant tout, comme on vient de le démontrer, à la mise en place d’une nouvelle référence dans l’univers des signes au cœur du paysage urbain.

36Une dernière question reste à poser. La présence du lion accompagne-t-elle d’un changement dans le paysage dévotionnel ?

  • 58 Constitutiones Patriae Foriiulii deliberate a generali Parlamento, edite e promulgate dal Rev. D. D (...)
  • 59 « Item spendey lo dì de santo Marco per la procession per ricever gli providi s. V » ; Gemona, Sant (...)

37La fête de saint Marc est célébrée le 25 avril. De nombreuses attestations confirment la régularité avec laquelle, au Frioul, comme ailleurs, on célébrait solennellement le saint avec des processions. Et cela bien avant la conquête vénitienne. Les Constitutions de la Patria del Friuli de 1366 avaient décrété le 25 avril jour de fête d’obligation et interdit par là toute activité marchande58. À Gemona, le chapitre de la cathédrale organisait tous les ans des processions en l’honneur de Marc. Les cahiers des camerari de la collégiale Santa Maria Assunta le confirment. En 1401, le cameraro Franceschino note dans ses cahiers : « J’ai dépensé, le jour de saint Marc, pour la procession et pour recevoir les prêtres, cinq sous »59. En 1411, le cameraro Giacomo précise que les dépenses effectuées pour accueillir les prêtres consistaient en l’organisation d’un déjeuner à base de pain et d’un petit chevreau qui leur était offert :

  • 60 Il s’agit sans doute d’une pierre pour contenir l’eau bénite. Un autre exemple se trouve dans les c (...)
  • 61 « Item spendey lu dì di sant Marcho per la procesion ali previdi per j çochul et per pan ss. Xxiiii(...)

J’ai dépensé, le jour de saint Marc, pour la procession et pour les prêtres afin d’acheter un chevreau et du pain vingt-quatre sous ; de même pour une pierre d’eau60, cinq sous ; de même pour la procession qui fut faite par les prêtres le jour de la saint Marc afin de les recevoir61.

  • 62 BCU, Archivum Civitatis Utini, Annales, t. XXII, c. 150r.
  • 63 On se référera essentiellement aux travaux suivants : La religion civique à l’époque médiévale et m (...)

38À partir de 1420, on constate toutefois un surenchérissement des activités rituelles en l’honneur du saint. Comme pour l’image, des nouvelles célébrations sont mises en place très rapidement. À Udine, un palio annuel en l’honneur de saint Marc est organisé à partir de 1420, ce qui introduit un changement notable dans le paysage des rituels urbains en l’enrichissant d’une commémoration supplémentaire, celle de la prise de possession des territoires frioulans par la Sérénissime. Le premier dimanche du mois de mars 1421, un an après la soumission de la ville, les autorités municipales organisent donc une procession des plus solennelles en l’honneur de Dieu, de la Vierge Marie, et de l’évangéliste saint Marc ainsi qu’en l’honneur du dominium vénitien62. L’implication des autorités communales montre clairement comment politique et religieux s’emboitent autour de saint Marc. Est-ce que pour autant saint Marc s’impose comme le nouveau saint patron de la ville ? La présence de son image est loin d’être suffisante. Pour tenter de répondre à cette question, il faut prêter attention à la terminologie employée lorsque saint Marc est cité dans les sources communales63.

  • 64 BCU, ms fp 2473/I, Sentenze criminali dei luogotenenti dal 1458 al 1698, c. 150r [1467].
  • 65 À ce propos, on renvoie à notre article « Langue blasphématoire et geste iconoclaste. Blasphèmes et (...)

39Contrairement à l’arrivée immédiate de son image, le processus d’élection au patronage civique semble se mettre en place beaucoup plus lentement. Il faut en effet attendre la deuxième moitié du XVe siècle pour identifier des premiers indices convaincants. Un témoignage est issu des registres du tribunal d’appel présidé par le lieutenant d’Udine. En 1467, Colao, fils de Daniele Marmossi d’Artegna, est accusé d’avoir proféré à Gemona des blasphèmes à l’encontre de saint Marc64. La lutte contre le blasphème est, à la fin du Moyen Âge, monnaie courante65. Cependant, ce qui est cependant tout à fait intéressant ici, c’est l’épithète accolée à saint Marc : il est appelé protectorem nostrum. La formule indique clairement que le saint est désormais considéré comme le protecteur de Gemona. Si l’on se déplace à Udine, une ordonnance municipale datée de 1482 mérite toute notre attention. Le décret concerne des dispositions économiques concernant la surveillance de la gestion et de la production du blé par les meuniers, dispositions avantageuses pour la population de la ville, population d’ailleurs présentée comme très dévote. Dans l’incipit de l’ordonnance, saint Marc apparaît comme le nouveau sanctus proprius :

  • 66 BCU, Archivum Civitatis Utini, Annales, t. XXXVI, c. 63r [1482].

Louange et gloire au tout puissant Dieu, à l’indivisible Trinité et au très glorieux saint Marc, sous l’ombre et l’étendard duquel cette très fidèle communauté est protégée, administrée et gouvernée66.

40Umbra et vexillo, l’ombre et l’étendard, les mots sont évocateurs. Au-delà de la métaphore, on pourrait être tenté d’imaginer que l’ombre pourrait être aussi celle que les lions sculptés finissent par projeter dans l’espace de la ville.

  • 67 Ibid., t. XXXIX, c. 182v [22 avril 1499]. Voir aussi ASU, Archivio Caimo 67, n. 8, Deliberazioni de (...)
  • 68 « […] doy capelle sonno principiade nela giesia mazor et dedicate una al honor del glorioso misser (...)
  • 69 Bcu, Archivum Civitatis Utini, Annales, t. XLI, 90r [29 septembre 1507].

41En 1499, les autorités urbaines sont à nouveau les acteurs d’une promotion du culte de saint vénitien. Elles décident d’organiser tous les ans une grande et solennelle procession publique en son honneur. Marc est nommé saint protecteur de la communauté67. L’année suivante, c’est au lieutenant de lancer un appel d’offres pour la construction de deux chapelles dans la collégiale, l’une dédiée à saint Joseph, l’autre à saint Marc qui se voit attribuer deux épithètes, « patron » et « protecteur »68. En 1507, lors de l’organisation d’un palio équestre, la formule est la suivante : gloriosus evangelista patronus noster69. La dévotion envers saint Marc est donc d’abord et avant tout orchestrée par les autorités publiques.

42La conquête vénitienne de la Patria del Friuli et des autres territoires de la Terre Ferme a conduit à l’exportation quasi immédiate de l’image de son saint patron. Peint ou sculpté, celui-ci a pris place dans le décor monumental et figuratif des cités soumises. Ainsi à travers l’établissement d’un vaste réseau d’images, Venise n’était plus qu’à Venise, elle était partout à la fois.

  • 70 Voir les remarques de H. Bresc, « Conclusion », dans La religion civique à l’époque médiévale, p. 4 (...)

43Politique, l’emblème de saint Marc avait aussi une fonction religieuse, surtout lorsqu’il arrive que le saint assume le rôle de protecteur et de saint patron. De l’image au culte, c’est donc bien à un processus de sursacralisation et à une nouvelle sacralisation du pouvoir politique que l’on assiste70.

44L’étude de la diffusion du lion à permis de mesurer le pouvoir accordé à l’image dans une intime interconnexion entre politique et dévotion. Instrument de conquête, la nouvelle image finit par introduire dans les lieux où elle prend demeure une nouvelle culture visuelle.

45En s’exposant à la visibilité collective, elle impose triomphalement sa présence et diffuse son message. En s’exposant, elle devient néanmoins fragile, cible facile de contestations, de résistances ou victime de « simples folies » iconoclastes.

46Aujourd’hui, le monde dans ces contrées italiennes a bien changé. Il n’empêche qu’au cœur de ces villes de la Terre Ferme, lorsque l’on croise le regard du lion, on a comme l’impression de ne jamais être trop loin de Venise.

Haut de page

Notes

1 L’image du lion de saint Marc a été l’objet de nombreuses études. Parmi les plus significatives, on citera : San Marco : aspetti storici e agiografici, Atti del convegno internazionale di studi, Venezia, 26-29 aprile 1994, dir. A. Niero, Venise, Marsilio, 1996 ; A. Rizzi, I leoni di San Marco : il simbolo della Repubblica Veneta nella scultura e nella pittura, Venise, Arsenale, 2001, 2 vol. ; Id., « Il San Marco a San Marco. L’emblema lapideo della Repubblica veneta nel suo cuore politico », dans Ateneo Veneto, XXVIII (1990), p. 7-46 ; W. H. Rudt De Collenberg, « Il leone di San Marco. Aspetti storici e formali dell’emblema statale della Serenissima », dans Ateneo Veneto, 176 (1989), p. 57-84.

2 Niccolò Machiavelli, Commissioni e legazioni, Commissione a Mantova e Verona, Machiavelli ai Dieci, Vérone, 7 décembre 1509 ; N. Machiavelli, Opere, II, Lettere, Legazioni e commissarie, éd. C. Vivanti, Turin, Einaudi, 1999, p. 1239.

3 S. Tramontin, « Culto e segni di san Marco nella terraferma veneta », dans San Marco : aspetti storici e agiografici, p. 19-34. Voir aussi Culto dei santi nella terraferma veneziana, dir. A. Niero, Venise, Studium Cattolico Veneziano, 1967.

4 C. T. Altan, « Il Friuli sotto Venezia », dans Id., Udine in Friuli, Udine, Casamassima, 1982, p. 73-118.

5 G. Ortalli, « Le modalità di un passaggio : il Friuli occidentale e il dominio veneziano », dans Il Quattrocento nel Friuli occidentale, Atti del Convegno organizzati dalla Provincia di Pordenone, Pordenone, décembre 1993, Pordenone, Biblioteca dell’Immagine, 1996, vol. I, p. 27.

6 Les raisons de l’adoption de saint Marc – les reliques sont translatées d’Alexandrie à Venise en 828 – comme saint patron s’expliquent par un contexte politique particulièrement difficile. L’arrivée du saint latin à Venise s’inscrit en effet dans la lutte entre les deux patriarcats d’Aquilée et de Grado qui revendiquaient leur autorité sur les territoires de l’Istrie et de la Vénétie. Face à une suprématie croissante d’Aquilée, qui avait d’ailleurs reçu le soutien du synode de Mantoue de 827 justement parce qu’elle avait été fondée par saint Marc, Venise, à travers le corps de l’évangéliste, tente ainsi de réaffirmer sa force et sa prédominance. Saint Marc lui permet aussi de se soustraire davantage à l’influence de Byzance et de l’empire d’Orient, influence que le patronage de saint Théodore, ancien patron de la ville, entretenait de manière forte. Une synthèse de ces questions est proposée par E. Crouzet-Pavan, « Le saint, la cité et la mer », dans Ead., Venise triomphante. Les horizons d’un mythe, Paris, Albin Michel, 1999, p. 83-89.

7 L. Burkart, « Zentrum und Peripherie. Venedig und das Dominio da terra », dans Id., Die Stadt der Bilder. Familiale und kommunale Bildinvestition im spätmittelalterlichen Verona, München, Wilhelm, 2000, p. 281-295.

8 Tout particulièrement D. Freedberg, Le pouvoir des images, Paris, G. Monfort, 1998 (1989) ; H. Belting, Pour une anthropologie des images, Paris, Gallimard, 2004 (2001) ; J.-C. Schmitt, Le corps des images. Essais sur la culture visuelle au Moyen Age, Paris, Gallimard, 2002 ; et D. Arasse, « Entre dévotion et culture : fonctions de l’image religieuse au XVe siècle », dans Faire croire. Modalités de la diffusion et de la réception des messages religieux du XIIe au XVe siècle, dir. A. Vauchez, Rome, école française de Rome, 1981, p. 131-146.

9 Voir par exemple M. Camille, « Signs on Medieval Street Corner », dans Die Strasse. Zur Funktion und Perzeption öffentlichen Raums im späten Mittelalter, Internationales Round Table Gespräch, Krems an der Donau, 2. und 3. Oktober 2000, Vienne, Der österreichische Akademie der Wissenschaften, 2001, p. 91-118 ; et E. Muir, « The Virgin on the Street Corner. The place of the Sacred in Italian Cites », in The Italian Renaissance, dir. P. Findlen, Oxford, Blackwell, 2002, p. 151-166.

10 Se référer à Pouvoir et édilité. Les grands chantiers dans l’Italie communale et seigneuriale, dir. E. Crouzet-Pavan, Rome, École française de Rome, 2003, p. 461-481 ; et E. Lecuppre-Desjardins, « Des pouvoirs inscrits dans la pierre ? Essai sur l’édilité urbaine dans les anciens Pays-Bas bourguignons au XVe siècle », dans Memini, 7 (2003), p. 7-35.

11 G. Bergamini et M. Buora, Il castello di Udine, Udine, Arti grafiche friulane, 1990 ; et A. Battistella, Il castello di Udine, Udine, G. B. Doretti, 1932.

12 M. Sanudo, Descrizione della Patria del Friuli (1502-1503), éd. L. Manin, Venise, Pietro Naratovich, 1853, p. 17.

13 Biblioteca civica di Udine [désormais BCU], ms fondo principale [fp] 882, Camerari del Comune di Udine, XVIII, c. 58r ; voir aussi BCU, ms Joppi 687, V. Joppi, Le più importanti note dei libri dei Camerari di Udine che ancora restano, dal 1296 al 1499, c. 227r.

14 BCU, ms Joppi 882, Camerari del Comune di Udine, XVIII, c. 78v. Aussi BCU, ms Joppi 687, c. 228v.

15 BCU, Archivum Civitatis Utini, Annales, t. XXIII, c. 99v [31 août 1423].

16 Ibid., t. XXX, c. 390r. Voir F. Di Maniago, Storia delle belle arti friulane, dir. C. Furlan, Udine, Forum, 1989, vol. I, p. 220.

17 A. Rizzi, I leoni di San Marco, vol. I, p. 33-46.

18 Ibid., vol. I, p. 47-52.

19 Voir aussi A. Rizzi, « In propriam veni et mei me receperunt. Catalogo dei leoni marciani in Friuli », dans Ateneo Veneto, 184 (1997), p. 175-243.

20 En 1509, les troupes impériales guidées par le duc Henri de Brunswich n’arrivent pas à prendre possession d’Udine. En 1514, en revanche, sous le commandement du compte Nicolò di Salm, les impériaux obtiennent la capitulation de la capitale.

21 « Per quos determinatum fuit quod fiat depingi ymago seu figura sancti Marci super plathea communis et super duabus portis » ; Gemona, Archivio comunale, Delibere comunali, 1420-1421, c. 13r [24 janvier 1421].

22 « Item per diffinition del conseglio dey a maystro Antoni che depinse san Marco in piaza duc. iiii » ; Cividale, Archivio Magnifica Comunità di Cividale [désormais AMC], Camerari e camerlenghi, 04. a. 1420-1426, fasc. III, 1421, c. 45v.

23 Voir A. Tempestini, Martino da Udine detto Pellegrino da San Daniele, Udine, Arti grafiche Friulane, 1979 ; Pellegrino da San Daniele : giornate di studio, San Daniele del Friuli, Monte di Pietà, 12-13 dicembre 1997, dir. A. Tempestini, Udine, Forum, 1999. Très utiles également les informations rassemblées par Vincenzo Joppi dans son Contributo secondo alla storia dell’arte nel Friuli ed alla vita dei pittori e intagliatori friulani, Venise, R. Deputazione veneta sopra gli studi di storia patria, 1890, p. 5-61.

24 Aujourd’hui, on peut observer in situ les enseignes de Matteo Vitturi (1445) et de Zaccaria Trevisan (1453). Sur la pentaphore qui donne sur la place, celles de Francesco Barbaro (1448) et Niccolò Contarini (1454).

25 BCU, Archivum Civitatis Utini, Annales, t. XXXIX, cc. 61rv.

26 BCU, Archivum Civitatis Utini, Annales, t. XXXIX, c. 182v [22 avril 1499]. Voir aussi D. Battilotti, « Piazza Contarena a Udine. Uno spazio veneziano per la Serenissima », dans La piazza, la chiesa, il parco : saggi di storia dell’architettura (XV-XIX secolo), dir. M. Tafuri, Milan, Electa, 1991, p. 26, note 109.

27 BCU, Archivum Civitatis Utini, Annales, t. XXXIX, cc. 61rv.

28 D’autres exemples confirment cette utilisation de l’image. Voir M. Bacci, « Pro remedio animae ». Immagini sacre e pratiche devozionali in Italia centrale (secoli XIII e XIV), Pise, Edizioni ETS, 2000, p. 63-65.

29 C’est Élisabeth Crouzet-Pavan qui, à propos des monastères disséminés dans la lagune vénitienne, utilise cette expression ; E. Crouzet-Pavan, « Les monastères sentinelles. Notes sur la géographie sacrée vénitienne », dans Au cloître et dans le monde. Femmes, hommes et sociétés (IXe-XVe siècle), Mélanges en l’honneur de Paulette L’Hermite-Leclercq, dir. P. Henriet et A.-M. Legras, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2000, p. 157-164.

30 C. Dufour Bozzo, « La porta di città nel Medioevo come "Testo" semiotico », dans Fortifications, portes de villes, places publiques dans le monde méditerranéen, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 1985, p. 67-80. Aussi La città e le mura, dir. C. De Seta et J. Le Goff, Rome-Bari, Laterza, 1989.

31 « Such artistic embellishments made a doctrinal statement. Cities placed images ovet their gates to proclaim communal orthodoxy » ; A. Thompson, Cities of God. The religion of the italian Communes (1125-1325), University Park, Pennsylvania, The Pennsylvania State University Press, 2005, p. 122.

32 Sur l’iconoclasme la bibliographie est abondante. On rappelle par exemple : Iconoclasme. Vie et mort de l’image médiévale, Catalogue de l’exposition au Musée d’histoire de Berne et au Musée de l’œuvre Notre-Dame de Strasbourg, dir. C. Dupeux, P. Jezler et J. Wirth, Zürich, Somogy, 2001 ; G. P. Marchal, « Jalons pour une histoire de l’iconoclasme au Moyen Age », dans Annales HSS, XXX, 5 (1995), p. 1135-1156 ; et G. Bartholeyns, P.-O. Dittmar et V. Jolivet, Image et transgression au Moyen Age, Paris, PUF, 2008.

33 BCU, Archivum Civitatis Utini, Annales, t. XXXII, cc. 96rv.

34 E. Crouzet-Pavan, « L’énergie de l’image : une cité de Dieu », in Ead., Venise : une invention de la ville (XIIIe-XVe siècle), Seyssel, Champ Vallon, 1997, p. 273-304 ; et C. Frugoni, Una lontana città. Sentimenti e immagini nel Medioevo, Turin, Einaudi, 1983.

35 Statuta vetera Civitatis Austriae, éd. P. S. Leicht, Udine, Del Bianco, 1899 et plus récemment Statuti di Cividale, éd. C. Benatti, Udine, Forum, « Statuti comunali della Patria del Friuli, 2 », 2005.

36 Statuti e ordinamenti del comune di Udine, éd. du Municipio per la cura della Commissione preposta al Civico Museo e Biblioteca, Udine, G. B. Doretti, 1898, p. 2. Un cas très célèbre est celui d’Antonio Rinaldeschi de Florence qui fut condamné au début du XVIe siècle pour s’en être pris à l’image de la Vierge Marie ; voir W. J. Connel et G. Constable, Sacrilege and redemption in Renaissance Florence : the case of Antonio Rinaldeschi, University of Toronto, Ontario, 2005.

37 De Bono Communi. The Discourse and Practice of the Common Good in the European City (13th-16th c.), dir. E. Lecuppre-Desjardin et A.-L. Van Bruaene, Turnhout, Brepols, 2010 ; et M. Trachtenberg, Dominion of the Eye. Urbanism, art, power in early modern Florence, Cambridge, Cambridge University Press, 1997, surtout la cinquième partie « On the politics of Urbanistic Order », p. 245-274.

38 « [Contra deformatores rerum publicarum] » ; BCU, Archivum Civitatis Utini, Acta, t. I, cc. 380v-381r [17 octobre 1494].

39 BCU, Archivum Civitatis Utini, Annales, t. XXII, c. 328v [9 juin 1421].

40 On se référera aux considérations de L. Burkart, « Der Krieg des Zeichnen », dans Id., Die Stadt der Bilder, p. 295-325.

41 BCU, Archivum Civitatis Utini, Annales, t. XXXII, c. 165v [3 octobre 1462].

42 J.-C. Schmitt, « L’historien et les images », dans Le corps des images, p. 55.

43 La Ligue de Cambrai est une coalition militaire, conséquence du traité de Cambrai du 10 décembre 1508, regroupant Louis XII, l'empereur Maximilien et Ferdinand II d'Aragon, contre Venise destinée à lui enlever certains territoires. Le pape Jules II y adhère au mois de mars 1509.

44 « Se butasse zoso le mura di la tera [de Vicence] et tutti li San Marchi sono in quella cità, et sariano fioli di Imperio » ; M. Sanudo, I Diarii, éd. R. Fulin et alii, Venise, R. Deputazione veneta di storia patria, 1879-1903, t. X, col. 614. Voir aussi L. Burkart, Die Stadt der Bilder, p. 303.

45 G. Priuli, I Diarii [aa. 1499-1512], dans L. A. Muratori, Rerum Italicarum Scriptores, t. XXIV, p. III, vol. IV, éd. R. Cessi, Bologne, Zanichelli, 1938, p. 56.

46 M. Sanudo, I Diarii, t. VIII, col. 476.

47 « Quello che far gli [Leonardo de’ Trissino] ho veduto di sconveniente in Vicenza è stato lo spezzare un San Marco di pietra, posto su d’una colonna assai bella in capo alla piazza nostra, di magistero e proporzione mirabile. Né ciò mi è spiaciuto molto tanto per l’offesa fatta à Viniziani [della quale si poteva anco rimanere], quanto perchè si è distrutto così nobil lavoro e di tanta belezza, che sarebbe stato assai, se uno de’ più famosi scultori che avessero mai gli antichi lo avesse intagliato : era più onesto torre solo la formadi san Marco, che tutto farlo gittare in iscaglie […] » ; Luigi Da Porto, Vicenza a Padova occupate da Leonardo Trissino per l’imperatore Massimiliano. Lettera a messer Antonio Savorgnano, da Padova, 12 giugno 1509 ; L. Da Porto, Lettere storiche di Luigi da Porto vicentino dall’anno 1509 all’anno 1528, éd de B. Bressan, Florence, Le Monnier, 1857, p. 81-82 [lettre 21].

48 La dérision au Moyen Age. De la pratique sociale au rituel politique, dir. E. Crouzet-Pavan et J. Verger, Paris, PUPS, 2007.

49 « Del quale essendo da alcui gentiluomini cremonesi, che da Vinegia fuggivano [dove per lo passato erano stati per ostaggi tenuti rilegati], raccolti i genitali, e per beffa portati in mano » ; L. Da Porto, Lettere storiche di Luigi da Porto, p. 82.

50 « […] cum quelle ingiuriose, ingnominose, vergognose et vituperose parole, che judichar se potesse, in dishonor et vituperio et ygnominia deli Venetiani, befandoli et deridendolli dela loro lingua, deli loro abitti, dele loro parole, tractandoli da ignoranti, da impredenti et come pazi [...] » ; G. Priuli, I Diarii, p. 56.

51 Giorgio Vasari, Les vies des meilleurs peintres, sculpteurs et architectes, Paris, Berger-Levrault, 1983, vol. IV, p. 39.

52 Gemona, Delibere del Comune, aa. 1439-1440, c. 35v.

53 Voir à ce propos les remarques de T. Lentes, « Inneres Auge, äußerer Blick und heilige Schau. Ein Diskussionsbeitrag zur visuellen Praxis in Frömmigkeit und Moraldidaxe des späten Mittelalters », dans Frömmigkeit im Mittelalter. Politisch-soziale Kontexte, visuelle Praxis, körperliche Ausdrucksformen, Munich, Wilhelm Fink, 2002, p. 179-220. Voir aussi C. Havelange, De l’œil et du monde. Une histoire du regard au seuil de la modernité, Paris, Fayard, 1998.

54 Qu’il s’agisse de la partie la plus noble du corps est confirmé par un texte de loi vénitien datant de 1443 : AVS, Maggior Consiglio, Ursa, 29 juin 1443. Le texte est analysé par E. Crouzet-Pavan, « Violence, société et pouvoir à Venise (XIe-XVe siècles) : forme et évolution des rituels urbains », dans Mélanges de l’école française de Rome, Moyen Age, XCVI, 2 (1984), p. 931, note 149.

55 J.-C. Schmitt, La raison des gestes dans l’Occident médiéval, Paris, Gallimard, 1990, p. 185.

56 Claude Gauvard remarque que « les gestes les plus injurieux sont ceux qui touchent au visage » ; C. Gauvard, « De grace especial ». Crime, État et société en France à la fin du Moyen Age, Paris, Publications de la Sorbonne, 1991, t. II, p. 726.

57 Gemona, Archivio comunale, Delibere comunali, 1439-1440, c. 35v.

58 Constitutiones Patriae Foriiulii deliberate a generali Parlamento, edite e promulgate dal Rev. D. D. Marquardo Patriarca Aquilegensi, 1366-1368, éd. V. Joppi, Udine, G. B. Doretti, 1900, p. 5 ; et P. E. Capretto, Costituzioni della Patria del Friuli nel volgarizzamento di P. Capretto del 1484 e nell’edizione latina del 1565, éd. A. Gobessi et E. Orlando, Rome, Viella, 1998, p. 108-110.

59 « Item spendey lo dì de santo Marco per la procession per ricever gli providi s. V » ; Gemona, Santa Maria Assunta, Camerari, b. 8, quad. 1401, Francischino q. ser Nicolai de la Villa, c. 19r.

60 Il s’agit sans doute d’une pierre pour contenir l’eau bénite. Un autre exemple se trouve dans les cahiers du cameraro Toni [Antonio] del Frasin ou Frassino en 1414 : « Item spendey che io dei al Muiny per dos pieris di aqua çoe in lu batim e in la grant piera lu di di pascha di may s. x » ; Gemona, Santa Maria Assunta, Camerari, quad. 1414, Antonio Frassino, c. 5r.

61 « Item spendey lu dì di sant Marcho per la procesion ali previdi per j çochul et per pan ss. Xxiiii ; item spendey lu dì di sant Marcho per j piera d’aqua s. v ; item spendey per la procesion che facirint li previdi lu dì di sant Marcho çoe per ariceverli s. vii » ; Ibid., quad. 1411, Jacobo q. Nicolai, c. 6r.

62 BCU, Archivum Civitatis Utini, Annales, t. XXII, c. 150r.

63 On se référera essentiellement aux travaux suivants : La religion civique à l’époque médiévale et moderne (Chrétienté et Islam), dir. A. Vauchez, Rome, école française de Rome, 1995 ; A. Benvenuti, « Culti civici : un confronto europeo », dans Vita religiosa e identità politiche : universalità e particolarismi nell’Europa del Tardo Medioevo, dir. S. Gensini, San Miniato, Fondazione Centro Studi sulla Civiltà del Tardo Medioevo, 1998, p. 181-214 ; P. Golinelli, « Il Comune italiano e il culto del santo patrono cittadino », dans Politik und Heiligenverherung im Hochmittelalter, dir. J. Petersohn, Sigmaringen, J. Thorbecke, 1994, p. 573-593.

64 BCU, ms fp 2473/I, Sentenze criminali dei luogotenenti dal 1458 al 1698, c. 150r [1467].

65 À ce propos, on renvoie à notre article « Langue blasphématoire et geste iconoclaste. Blasphèmes et pouvoirs dans la Terre Ferme vénitienne à la fin du Moyen Age », dans Studi Veneziani, XLIX (2005), p. 79-112. On se référera également à C. Leveleux, La parole interdite. Le blasphème dans la France médiévale (XIIIe-XVIe siècles) : du péché au crime, Paris, De Boccard, 2001 ; et à G. Schwerhoff, « Blasphemare, dehonestare et maledicere. Über die Verletzung der göttlichen Ehre im Spätmittelalter », dans Verletze Ehre. Ehrkonflikte in Gesellschaften des Mittelalter und der Frühen Neuzeit, dir. G. Schwerhoff et K. Schreiner, Cologne, Böhlau, 1995, p. 252-278.

66 BCU, Archivum Civitatis Utini, Annales, t. XXXVI, c. 63r [1482].

67 Ibid., t. XXXIX, c. 182v [22 avril 1499]. Voir aussi ASU, Archivio Caimo 67, n. 8, Deliberazioni del consiglio di Udine ed altri atti riguardanti il Duomo, p. 26 [22 avril 1499].

68 « […] doy capelle sonno principiade nela giesia mazor et dedicate una al honor del glorioso misser san Joseph, sposo dela gloriosa Verzine Maria. Et l’altra al glorioso misser san Marco, patron et protetor nostro » ; BCU, Archivum Civitatis Utini, Acta, t. II, cc. 282rv [6 avril 1500].

69 Bcu, Archivum Civitatis Utini, Annales, t. XLI, 90r [29 septembre 1507].

70 Voir les remarques de H. Bresc, « Conclusion », dans La religion civique à l’époque médiévale, p. 498. Pour une lecture complémentaire, on se référera à N. Zemon Davis, « The sacred and the body social in Sixteenth-Century Lyon », dans Past and Present, 90 (1981), p. 40-70.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andrea Martignoni, « Des lions dans la ville : Triomphe et décadence de l’image de saint Marc dans la Terre Ferme (XVe-XVIe siècles) », Memini, 13 | 2009, 47-65.

Référence électronique

Andrea Martignoni, « Des lions dans la ville : Triomphe et décadence de l’image de saint Marc dans la Terre Ferme (XVe-XVIe siècles) », Memini [En ligne], 13 | 2009, mis en ligne le 01 février 2012, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/memini/218

Haut de page

Auteur

Andrea Martignoni

Université de Paris-Sorbonne (Paris IV)

Institut Catholique de Paris

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • OpenEdition Journals