Navigation – Plan du site
Ad Libros !

Préface

Jean-François Cottier, Martin Gravel et Sébastien Rossignol
p. 179-182

Ad libros ! « Aux livres ! », ce cri attribué à dom Guillaume de Raynald au moment où le feu ravageait la Grande Chartreuse lors de l’incendie de 1371 est à la fois une injonction et un élan que tout médiéviste peut reprendre à son compte : élan du chercheur vers ses sources, injonction du professeur à ses élèves. Ces deux mots latins, qui ont servi depuis des années de devise à Denise Angers et Claude Poulin, forment donc un titre idéal pour les mélanges qui célèbrent ce couple d’humanistes passionnés. Ad libros ! fredonne Claude quand, même le dimanche après-midi, il court vers la bibliothèque assouvir sa soif de lectures, ad libros ! chantonne aussi Denise quand elle lit et édite ses sources médiévales, ad libros ! entonnent-ils en chœur, valises à la main, au moment de s’envoler pour l’Europe en mars, en juillet et en octobre suivant un calendrier bien connu de leurs amis d’ici et de là-bas.

Ce mantra est aussi un credo qui explique toute l’importance qu’ils ont accordée dans leur pédagogie à cet aspect de la formation des jeunes médiévistes à Ottawa, Québec ou Montréal : cours sur les sources, introduction à la paléographie, à la codicologie ou à l’archéologie médiévale, à côté bien sûr de leur enseignement général en histoire médiévale. Voici le témoignage à ce sujet de Sébastien Rossignol, ancien étudiant au premier cycle de Claude et de Denise et qui est aujourd’hui Docteur en Histoire après un long séjour en Allemagne : « L’enseignement de Denise Angers et Joseph-Claude Poulin m’a accompagné bien après avoir quitté Montréal, et ce, de plusieurs manières. Souvent, j’avais l’impression que ce que j’étudiais n’était qu’un approfondissement de ce que j’avais appris dans les cours à l’Université de Montréal – que ce soit en ce qui concerne la critique de sources ou la paléographie. Mais j’ai aussi trouvé frappant que chaque fois que je rencontrais des médiévistes qui avaient fait leurs études aux Universités de Montréal ou Laval, l’importance de retourner aux sources originales revenait comme un leitmotiv. C’est sans doute ce qui m’a poussé un jour à me rendre à Munich pour consulter un certain codex… ». C’est aussi l’image que Martin Gravel, qui connaît aussi très bien la férule attentive et exigeante de nos deux amis, garde en tête : « Un après-midi tranquille à la bibliothèque. Les universitaires ont abandonné les rayonnages pour les terrasses ensoleillées. Mais Denise est là, campée derrière un mur de livres. Un article, une conférence à conclure ? Non. Elle corrige les dissertations de fin d’année, en prenant bien soin de contrôler les lectures, les références, jusqu’aux citations de ses étudiants. De leur moindre argument, chaque étai subit un contrôle rigoureux. Effort pénible, interminable, aliénant... et pourtant renouvelé, toujours, depuis les débuts. L’acceptation de cette besogne sans gloire dépend d’un profond acte de foi : les nouvelles générations sauront maintenir la science historique, pour peu qu’elles soient forgées aux fourneaux de l’effort et de l’épreuve. Devant les nécessités de l’enseignement, devant ses responsabilités de maître, Denise ne fait aucune compromission, pas plus à la facilité – pourquoi se fatiguer inutilement ? –, qu’au fatalisme que donne à respirer l’air de notre temps. Il faut bien, envers et contre tous, défendre la forteresse assiégée de la rigueur intellectuelle : du savoir lire, raisonner, écrire. Il n’est pas question d’abandonner la jeunesse à la médiocrité que distillent accommodements et réformes visant à lui épargner les échecs et leur fécondité. De même, Claude pose au fil du temps,  sans lassitude, les mêmes gestes sûrs. Il a adopté la routine des cultivateurs qui savent que la fertilité de la terre dépend de la répétition cyclique des meilleures entreprises, parfois les plus simples, toujours celles qui comptent. Qu’il suffise d’évoquer les innombrables fiches que d’une rencontre à l’autre, il fait surgir au fil d’une discussion, proposant au thésard une lecture toute neuve, ou parfois éprouvée par le temps. Toujours le même mouvement, qu’il aurait bien pu abandonner s’il n’avait pas été aussi déterminé. Ses petits bouts de papier témoignent de la rencontre entre la curiosité la plus débridée et la vigilance la plus méthodique. Imagination et rigueur, rigueur et imagination : Claude atteint l’équilibre dont dépend le travail de l’historien.

Dans leur enseignement, dans leur recherche, Denise et Claude ont placé une vertu au centre de leurs préoccupations, celle du respect des formes. Pas de contenu sans contenant. Pas d’idées sans une langue maîtrisée. Toujours cohérents, ils ont pris le parti de la défense de ce que les usages ont de meilleurs, notamment pour la culture du livre. Ainsi, sans relâche, ils reprennent les attaques, les ripostes et les parades dont dépend le maintien non seulement du français écrit, mais de l’écriture. L’alphabétisation, la langue même ne sont jamais acquises, mais toujours à reconstruire d’une génération pour l’autre. Denise et Claude ont su élaborer une formation sans faire de concessions aux susceptibilités de leurs étudiants diplômés, sans plier aux désirs de reconnaissance instantanée d’un talent, d’un coup de collier. S’ils doivent un jour ou l’autre refuser par le silence ou même la désapprobation de satisfaire un protégé, de ménager sa sensibilité, la bienveillance guide leur décision. Aller grâce à eux au bout d’une maîtrise ou d’un doctorat est une épreuve mesurée pour faire grandir. Lorsqu’elle semble dure, leur rigueur trouve racine dans la plus grande générosité ».

Mais ne nous trompons pas ! Gardiens du Temple et férus d‘érudition vraiment savante, Claude et Denise sont aussi très attentifs aux progrès les plus récents de l’accès au savoir. Ainsi, l’engagement pédagogique de Claude Poulin à l’Université Laval s’est-il concrétisé par sa participation prépondérante au projet de site interuniversitaire en recherche documentaire « Histoire-Hypermédia » (http://www.h-h.ca/navigation/index.php), véritable mine d’or pour les jeunes historiens. Quant à Denise Angers, à côté de ses responsabilités de Secrétaire de Faculté et de Directrice de Département, elle a eut à cœur de développer un enseignement en études médiévales très « branché », grâce entre autres à sa connaissance et sa maîtrise des ressources informatiques offertes aux médiévistes. Par ailleurs, comme directrice du Centre d’études médiévales de l’Université de Montréal, elle a toujours voulu faire de ce Centre un lieu de formation et de rencontres qui a accueilli au cours des dernières décennies des dizaines de collègues médiévistes de tous horizons, rencontres qui ont contribué à faire de l’Université de Montréal un lieu de référence pour les études médiévales au Québec. Aujourd’hui le Centre est riche de son héritage et de l’arrivée de nombreux collègues en littérature, langues, philosophie, histoire de l’art et histoire.

Les études qui ont été réunies en leur honneur montrent d’ailleurs bien la profondeur des liens humains tissés des deux côtés de l’Atlantique. Ils disent aussi la reconnaissance d’anciens étudiants et de collègues québécois ou européens qui ont tenu à rendre ici hommage à leur irréprochable engagement scientifique dans un bouquet de contributions qui embrassent l’ensemble du Moyen Âge, du ixe au xve siècle – avec une avancée jusqu’en Nouvelle-France –, mais dont le point commun réside dans l’attention portée aux sources. Car Ad libros !  fut aussi l’injonction amicale que l’équipe éditoriale proposa à tous et à laquelle chacun se soumit de bon cœur. L’ordre suivi dans la présentation des différents articles est chronologique, du huitième au dix-septième siècle, notre bouquet amical rappelant par sa composition les sujets de prédilection des travaux de nos deux dédicataires. Pour finir, nous aimerions remercier tous ceux qui ont contribué à la réalisation de cet ouvrage, et en particulier, à Montréal, Benoît Mélançon, directeur scientifique des Presses de l’Université de Montréal, et en France, Véronique Gazeau, Monique Goullet et Martin Heinzelmann qui ont été à nos côtés dès le début de l’entreprise. Ce livre a en outre bénéficié du soutien financier de l’Université Laval de Québec, de l’Université de Montréal, du Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris (LAMOP – UMR 8589) et de la Mission historique française en Allemagne : que tous reçoivent ici l’expression de notre reconnaissance. Nous formons maintenant le vœu que ce livre contribue à sa manière à poursuivre le dialogue entre médiévistes francophones américains et européens instauré par Denise et Claude tout au long de leur carrière et qu’eux-mêmes trouvent au fil de ces pages, sous le discours de la science, les mots de l’amitié.

  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • OpenEdition Journals