Navigation – Plan du site

Le cartulaire Livre blanc d’Abbeville : quelques remarques

Sébastien Drolet
p. 115-132

Texte intégral

  • 1 L’historiographie relative à Abbeville au Moyen Âge est, nous y reviendrons, vieillissante. Pour de (...)
  • 2 Le Ponthieu est un petit pays de la basse Picardie, borné par le Boulonnais au nord, la Normandie a (...)
  • 3 Les cartulaires sont conservés à la bibliothèque municipale aux cotes ms. 114 (Livre blanc) et ms. (...)
  • 4 Voir notamment E. Prarond, Introduction à quelques parties d'une étude : « Les Lois et les moeurs à (...)
  • 5 J. Boca, La justice criminelle de l'Échevinage d'Abbeville au Moyen Âge (11841516), Lille, 1930, 29 (...)

1La commune d’Abbeville1, principale ville du comté de Ponthieu2 au Moyen Âge, commanda vraisemblablement la rédaction de ses deux cartulaires – le Livre blanc et le Livre rouge – vers la fin du xiiie siècle. Aujourd’hui conservés à la Bibliothèque municipale d’Abbeville3, les deux manuscrits sont bien connus des historiens. Plusieurs des actes qu’ils contiennent ont été édités dans divers recueils de sources au tournant des xixe et xxe siècles et Ernest Prarond a publié à la même époque un inventaire unifié, quoique quelque peu incomplet, des deux manuscrits4. Pour sa part, Jean Boca a placé le Livre rouge au centre de son étude sur la justice criminelle à Abbeville au Moyen Âge5. Ces ouvrages s’intéressent d’abord au contenu des documents transcrits dans les cartulaires afin d’écrire l’histoire de la commune et du comté de Ponthieu.

  • 6 L’expression est de J. Le Goff et P. Toubert, « Une histoire totale du Moyen Âge est-elle possible  (...)
  • 7 Les Cartulaires : actes de la table ronde organisée par l'École nationale des chartes et le G.D.R. (...)

2La recherche actuelle, sous l’impulsion d’une table ronde organisée par l’École des Chartes en 1991, tend plutôt, sans délaisser l’analyse de la teneur des chartes, à privilégier une approche globale du cartulaire, dorénavant étudié comme un « document-monument »6 dont la rédaction, l’architecture et le contenu témoignent d’une « intentionnalité » de la part de l’institution commanditaire et participent à la formation d’une mémoire qui lui est propre7. À la lumière de ces nouveaux questionnements, nous réexaminerons l’un des cartulaires abbevillois, le Livre blanc. Loin de prétendre épuiser les possibilités de recherches qu’il offre ou d’analyser chacun des documents du manuscrit, nous nous bornerons à dégager brièvement chacune des unités d’écriture qui le compose, ainsi qu’à proposer quelques hypothèses quant aux raisons qui motivèrent ces différentes phases rédactionnelles.

  • 8 C’est ce que soutient entre autres H. Stein, Bibliographie générale des cartulaires français ou rel (...)
  • 9  « Un cartulaire (lat. : c(h)hartularium) est un recueil de copies de ses propres documents, établi (...)

3Le choix du Livre blanc plutôt que du Livre rouge se justifie par leur contenu respectif. Le Livre rouge, dont certains contestent même le titre de cartulaire8, s’intéresse aux affaires internes de la ville. Il contient surtout des actes de la procédure civile et criminelle de l’échevinage. Le Livre blanc se rapproche quant à lui davantage de la définition du cartulaire formulée par la Commission internationale de diplomatique9. Il se compose en effet de titres relatifs aux privilèges, aux droits et aux possessions de la commune. Nous verrons que sa rédaction est intimement liée non seulement à l’histoire de la ville, mais également à celle du comté Ponthieu et, plus largement, à celle des conflits qui ponctuèrent les relations entre la France et l’Angleterre au Moyen Âge.

Le manuscrit10

  • 10 Nous remercions Mme Caroline Bourlet qui nous a ouvert les portes de l’IRHT et permis de confronter (...)
  • 11 Il existe également une reproduction microfilmée du cartulaire à l’IRHT (numéro Medium : 100017260) (...)
  • 12 Il s’agit du « procureur de la commune » dont la signature est illisible (fol. 160v, qui sert de pa (...)

4Le Livre blanc est aujourd’hui conservé à la Bibliothèque municipale d’Abbeville sous la cote ms. 11411 (anciennement côté AA 130). Sa reliure, en basane marron clair, a été réalisée vers la fin du xviie siècle ou au xviiie siècle. Elle présente un dos à cinq nerfs apparents sur lequel est inscrit « Livre Blant ». De format in-quarto (285 mm X 200 mm), le manuscrit se compose de 181 folios sur parchemin. Deux systèmes de numérotation permettent au lecteur de se repérer dans le cartulaire. Le premier, un foliotage en chiffres romains, est sans doute antérieur à l’adjonction des deux derniers cahiers, ceux-ci étant également foliotés, mais d’une main beaucoup plus récente. À ce foliotage se superpose une pagination plus tardive (xviie-xviiie siècles) en chiffres arabes. Les folios 136 à 139 et 160 à 163, laissés en blanc à l’origine, ont été placés en début et en fin de volume en guise de pages de garde lors de la reliure. Un scribe12 les a utilisés aux environs de 1790-1791 pour dresser une table des actes, le cartulaire ne comportant à cette époque aucune table des matières médiévales. Plusieurs mains des xvie, xviie et xviiie siècles ont également annoté le manuscrit. Ces commentaires en marges se bornent le plus souvent à une brève analyse de l’acte ou encore une apostille qui donne une idée du contenu de l’acte ou de ses auteurs. L’une des mains du xviiie a par ailleurs inscrit en marge l’année de chacun des documents, en respectant le style de Pâques.

5La qualité de la reliure et l’absence de réclame pour la majorité des cahiers rendent difficile l’étude de la succession des cahiers. Seuls les deux premiers cahiers du manuscrit présentent une réclame bien visible (fol. 9v et 17v). Tout indique cependant que d’autres cahiers en comportaient à l’origine, mais que la rognure effectuée par le relieur les a supprimés (le fol. 88v, qui termine le xiie cahier, porte par exemple la trace d’une réclame coupée). Un examen attentif du manuscrit permet néanmoins de reconstituer avec certitude la succession des 24 cahiers qui composent le Livre blanc. Le tableau en annexe I, page 1, fournit le détail de la constitution des cahiers en indiquant en ordonnée le numéro du cahier et en abscisse les folios de chaque cahier.

6Le cartulaire s’ouvre sur un binion où est transcrite la charte de commune (voir l'illustration en annexe II, page 1). Le deuxième cahier, un quaternion, a été amputé de ses trois premiers folios. Le recto du quatrième folio (qui correspond au fol. 5 du cartulaire) fournit peut-être une explication de cette absence. Celui-ci contient la fin d’une transcription de la charte de commune marquée de grandes croix. On peut penser que le copiste, l’ayant probablement d’abord mal retranscrite, décida de supprimer sa première tentative et de la recopier sur le binion. La foliotation ininterrompue vient par ailleurs soutenir cette hypothèse. Tous les autres cahiers sont des quaternions (le cahier vi a un folio manquant), à l’exception des cahiers xiii (auquel a été ajouté le fol. 92) et xvii, qui sont des ternions. Les folios manquants des cahiers xix et xxii, nous l’avons vu, servent de pages de garde.

7S’il semble exister une certaine homogénéité dans la succession des cahiers, l’étude des mains qui les ont noircis trahit la grande hétérogénéité du manuscrit. Aussi vaut-il mieux, au lieu de se pencher sur l’ensemble des 200 actes transcrits dans le cartulaire (dont le plus ancien est de 1147 et le plus récent, de 1521), distinguer les différentes périodes d’écriture du Livre blanc. L’analyse combinée des données codicologiques et de la chronologie des actes permet d’isoler quatre phases rédactionnelles. Les seize premiers cahiers comportent deux vagues d’écriture qui se chevauchent, l’une du xiiie siècle, l’autre du xive siècle. Les cahiers xvii à xxii, dans lesquels se succèdent un grand nombre de mains différentes des xve et xvie siècles, forment quant à eux une troisième phase rédactionnelle. Enfin, les deux derniers cahiers constituent une unité facilement reconnaissable. En plus de comporter une introduction qui explique les raisons ayant motivé la copie des actes qu’ils contiennent, ils ont, nous l’avons vu, été foliotés plus tardivement et sont l’œuvre d’un seul copiste du xve siècle. Nous examinerons successivement chacune de ces quatre vagues d’écriture, en insistant particulièrement sur les deux premières.

Le noyau primitif (xiiie siècle)

8La première phase d’écriture du Livre blanc se compose de 82 actes qui couvrent 68 folios, divisés en deux segments discontinus (fol. 1 à 34v et fol. 57 à 91v). Ce noyau primitif se reconnaît d’abord à son écriture posée de la fin du xiiie siècle ou du début du xive siècle et à son ornementation. Le premier folio s’ouvre ainsi sur un très grand « p » initial bleu, rouge et blanc alors que le fol. 57, où débute le second segment, est orné d’une plus petite initiale, un « a ». Toutes deux sont décorées très finement : de petits motifs rouges et verts emplissent leurs panses alors que des demi-fleurs de lys ornent le pied du « p » et la barre de l’« a ». Un titre-analyse rubriqué coiffe la transcription de chaque acte, chacun débutant par une lettrine que prolongent, sur toute la hauteur de la marge, des filets et des vrilles délicatement tracés. Le texte, très soigné, est peu abrégé et s’étend sur 27 lignes à la page. Une même main a transcrit tous les actes alors qu’une autre les a rubriqués. Notons enfin que les actes les plus longs ont fait l’objet d’une division en paragraphes. Ceux-ci sont alors annoncés par des pieds de mouche (« ¶ »), alternativement rouges et bleus.

9Les 22 folios qui séparent les deux segments mettent en lumière la logique de rédaction et les modalités de classement privilégiées par les copistes. Ils optèrent d’une part pour une division thématique. La première partie contient surtout des actes concernant les libertés et les privilèges de la ville. La seconde partie, une des deux seules du cartulaire à porter un titre, renferme quant à elle « li transcrit des lettres des aquestes » (fol. 57). Il s’agit d’une série d’achats d’étaux de poisson et de pain ainsi que de quelques maisons effectués par l’échevinage à la fin du xiiie siècle. Une confirmation émanant de l’official d’Amiens officialise chacun de ces achats. D’autre part, à l’intérieur de chacune des parties, les copistes respectèrent, à quelques exceptions près, un ordre chronologique. Les folios laissés vides lors de la première vague d’écriture laissent enfin supposer qu’on prévoyait que d’autres actes viendraient s’ajouter aux premières transcriptions.

  • 13 Voir, au sujet de la charte, La charte d’Abbeville et le mouvement communal dans le Ponthieu : viii(...)
  • 14 Id., hors texte.

10Le cartulaire s’ouvre sur une traduction en langue vulgaire de l’acte fondateur des libertés de l’échevinage abbevillois, la charte de commune, inspirée en grande partie de celle d’Amiens et donnée aux bourgeois d’Abbeville par le comte de Ponthieu, Jean ier, en 118413. Il s’agit de l’acte le plus ancien du noyau primitif. Le terminus post quem de la compilation est un acte d’octobre 1295, dans lequel Wistasse de Fontaines, sire de Long, reconnaît que les bourgeois d’Abbeville sont exempts du droit de travers à Long. La présentation de la transcription de la charte de commune laisse entendre que l’échevinage souhaitait utiliser le Livre blanc comme outil de référence. En effet, le texte est divisé en paragraphes au moyen de pieds de mouche. Pourtant, l’original de la charte, également conservé aux archives municipales de la ville, ne présente pas de telles divisions14. On utilisa le même procédé pour d’autres actes, particulièrement lorsqu’ils contenaient plusieurs dispositions. L’emploi de tels marqueurs permettait sans doute à ceux qui consultaient le cartulaire de s’y repérer plus aisément.

11Un survol des 44 actes du premier segment (fol. 1 à 34v) aide à cerner les intentions qu’avait l’échevinage lorsqu’il prit l’initiative de rédiger le cartulaire. Le comte de Ponthieu (13 actes), le roi d’Angleterre ou ses officiers (10 actes) et le roi de France (3 actes, incluant un acte du Parlement de Paris) sont à l’origine de 59% des actes. Les autres auteurs sont des petits seigneurs ou des chevaliers (6 actes), des représentants du clergé ou de communautés religieuses (9 actes) ou la commune elle-même (2 actes). Le grand nombre d’octrois de privilèges et de droits divers (19 actes) explique par ailleurs la prédominance des princes. On trouve également plusieurs accords (13 actes). Ces documents peuvent se lire comme un abrégé des droits et privilèges de l’échevinage. En plus des confirmations des libertés communales émanant des princes, la ville s’assure par exemple que soient transcrits les documents définissant les limites de sa banlieue avec les seigneuries qui la confrontent (3 actes), les droits de justice qu’elle possède (8 actes) ainsi que les privilèges commerciaux et fiscaux qu’elle détient (7 actes).

  • 15 Nous avons comptabilisé le nombre d’actes traduits d’après A. Thierry, Monuments inédits, passim et (...)
  • 16 Fol. 26r. Le sénéchal Thomas Sandwich consent aux impositions que le maire et les échevins mettront (...)
  • 17 S. Lusignan, La langue des rois au Moyen Âge : le français en France et en Angleterre, Paris, 2004, (...)

12Dans l’ensemble, le noyau primitif contient environ 40% d’actes en latin et 60 % en français picard. Une nette différence distingue toutefois ses deux sections. Tous les actes de la première section sont transcrits en français picard. En raison de l’incendie des archives abbevilloises pendant la Deuxième Guerre mondiale, il est difficile de connaître exactement la proportion des actes originalement rédigés en latin et traduits en français picard dans le cartulaire, mais un survol de l’historiographie et des recueils de sources atteste que c’est le cas pour au moins 12 d’entre eux15. De la même façon, au moins un acte en anglo-normand émanant d’un officier du roi d’Angleterre a été picardisé lors de sa transcription16. Fait à noter, les traductions du latin sont contemporaines du début de l’utilisation plus soutenue du français par les rois d’Angleterre et le comte de Ponthieu17.

13L’échevinage abbevillois ressentit donc, à la fin du xiiie siècle, le besoin de réunir un ensemble de pièces relatives à ses privilèges et ses possessions. Quelles raisons poussèrent le maire et les échevins à commander la rédaction du cartulaire à ce moment précis ? Le Livre blanc ne contient ni préambule ni explication à ce sujet, mais la conjoncture politique qui confrontait alors Abbeville et comté de Ponthieu ouvre la voie à quelques hypothèses.

  • 18 Pour un récit détaillé des événements, voir H. Johnston, « The County of Ponthieu, 1279-1307 », The (...)
  • 19 Voir Les Olim ou registres des arrêts rendus par la cour du roi sous les règnes de Saint-Louis, de (...)
  • 20 Les Olim, p. 373.
  • 21 A. Thierry, Monuments inédits, p. 72.

14Le Ponthieu, sous la suzeraineté du roi de France depuis le règne d’Hugues Capet, changea de main à plusieurs reprises au cours du Moyen Âge. En 1254, Éléonore de Castille, fille de la comtesse Jeanne de Dammartin et héritière présumée du comté, épousa le fils aîné du roi d’Angleterre. Le Ponthieu lui revint à la mort de sa mère en 1279; le mari d’Éléonore, devenu entre-temps roi d’Angleterre sous le nom d’Édouard ier, récupéra ainsi le comté par le jeu des alliances matrimoniales18. À la mort d’Éléonore en 1290, le roi confia le comté au jeune prince de Galles, le futur Édouard ii, mais le comte d’Aumale, Simon de Dammartin, qui prétendait que le comté lui revenait de droit, en appela à la cour des Pairs de France. Le procès, qui se termina en faveur du prince de Galles, ne prit fin qu’en 129919. Par ailleurs, Philippe le Bel avait confisqué le comté en 129420 lors du déclenchement de la guerre de Gascogne et ne le rendit au roi d’Angleterre qu’en 1299, après que celui-ci lui eût prêté hommage21. Le comté connut donc une situation politique précaire pendant environ une dizaine d’années, au moment même où la rédaction du Livre blanc débutait.

  • 22 Fol. 14r et v., édité dans Ibid., p. 33-34.

15Parallèlement, le maire et les échevins avaient compris que la défense de leurs privilèges passait par l’écrit. Dans une charte de mai 1266, le comte de Ponthieu, Jean de Nesle, précisait les relations que son vicomte devait entretenir avec la commune. À cette occasion, on avait dû en référer à certains actes en possession de la commune. La charte comtale souligne que, sans doute à la demande des échevins, il se convenoit ke aucune de leur chartes fust monstrée dedens les murs d’Abevile, les devons aller veir sans hors porter22. L’échevinage faisait donc preuve d’un réel souci de conserver le contrôle sur ses archives. Faut-il penser que la rédaction du Livre blanc répond à la même préoccupation ? L’échevinage voulait-il s’assurer d’avoir en main des copies dans l’éventualité où les originaux seraient perdus, brûlés, et surtout confisqués ?

  • 23 Rôles Gascons, t. iii, 1290-1307, édité par C. Bémont, Paris, 1906, p. 585-586.
  • 24 Voir M. T. Clanchy, From Memory to Written Record : England 1066-1307, Londres, 1979, 330 p.
  • 25 A. Thierry, Monuments inédits, p. 101-103
  • 26 Fol. 52r.

16Les agissements du roi d’Angleterre donnaient en effet de bonnes raisons de s’en inquiéter. En 1291, Édouard 1er adressa une requête à la ville et à son sénéchal sortant, Thomas de Bellehouse. Il leur demandait de remettre sans délai à son frère Edmond, comte de Lancastre, qui aurait la charge du comté de Ponthieu pendant la minorité du fils du roi, omnia scripta tangencia terram de Pontivo et claves cofrarum in quibus scripta illa existunt23. Rien ne permet d’attester que cette requête fut satisfaite ni si les archives de la commune étaient précisément visées, mais elle souligne que le roi d’Angleterre et ses officiers semblaient prompts à se saisir des archives de leur domaine, ce qui témoigne de l’importance du document pour la royauté anglaise, qui avait d’ailleurs été l’initiatrice de l’administration écrite avec la réalisation du Domesday Book plus de 200 ans auparavant24. Deux exemples, postérieurs il est vrai, le confirment. Dans une charte non datée, mais qu’Augustin Thierry croit être du début du xive siècle, le roi ordonnait à l’échevinage, alors suspendu par le sénéchal, de remettre les clés et les chartes de la commune à Henri de Brimiler, son représentant dans la ville25. Une autre charte du xive siècle montre par ailleurs que de tels risques étaient bien réels. Le titre analyseee d’un acte adressé aux habitants du comté de Ponthieu par Charles v, en 1368, mentionne en effet que l’original fu envoyé en Engleterre par le gouverneur de Pontieu et par les officiers de le dicte comté26. On peut ainsi penser que la rédaction d’un cartulaire pouvait constituer pour la commune un moyen d’assurer la conservation de ses chartes qu’elles considéraient les plus importantes.

17À l’instar d’autres cartulaires urbains, le Livre blanc fut donc composé à un moment où les privilèges de la commune semblaient menacés par l’arrivée des nouvelles autorités à la tête du Ponthieu. Sa rédaction permettait non seulement à l’échevinage de se doter d’un outil de référence, mais elle lui assurait également un certain contrôle sur les preuves écrites de ses privilèges, ses droits et ses possessions. Leur réunion en un seul volume participait à la transmission d’une mémoire et d’une identité urbaine que venait renforcer l’utilisation consciente du français picard ainsi que l’ornementation et la qualité de la présentation du manuscrit.  

  • 27 Fol. 91v.
  • 28 Fol. 30v-31v.

18L’activité d’écriture dans le cartulaire cesse toutefois brusquement à la fin du xiiie siècle : un des derniers actes transcrits n’a pas été terminé ni n’a été rubriqué27 alors qu’à l’inverse, certaines rubriques sont suivies d’un espace laissé en blanc à des fins de transcription28. L’échevinage a-t-il simplement abandonné le projet? Le clerc qui y était affecté est-il mort? L’échevinage a-t-il perdu la mainmise sur ses archives pendant quelque temps? Le cartulaire ne contient malheureusement aucun indice qui permet de valider ou d’infirmer l’une ou l’autre de ces hypothèses.

Une mise à jour : le xive siècle

  • 29 Une thèse de doctorat sur le comté de Ponthieu (Le comte de Ponthieu xiiie siècle – début du xvie s (...)

19Si l’on cerne assez aisément la conjoncture politique dans laquelle se déroula la rédaction du noyau primitif du cartulaire d’Abbeville, les raisons qui motivèrent les nombreux ajouts dont il fit l’objet aux xive, xve et xvie siècles restent plus nébuleuses. D’une part, le cartulaire, dorénavant l’œuvre de plusieurs copistes, perd en homogénéité, si bien qu’il faut parfois renoncer à discerner un projet commun à l’ensemble des nouveaux documents transcrits, et ce, particulièrement pour les chartes copiées à partir du milieu du xve siècle. D’autre part, des lacunes historiographiques rendent hasardeuse toute tentative d’interprétation. Notre connaissance de l’histoire d’Abbeville et du comté de Ponthieu repose encore largement sur des travaux du xixe siècle et du début du xxe siècle. Or ceux-ci, plus intéressés par les origines de la commune et son âge d’or au xiiie siècle, passent le plus souvent très rapidement sur les années qui s’écoulèrent entre la reprise du Ponthieu par Charles v en 1369 et la fin du Moyen Âge. Il faut donc se contenter, dans l’attente d’études plus récentes29, de proposer des pistes de recherche et de formuler quelques hypothèses sur les liens qui unissent la rédaction du cartulaire à l’histoire de la ville.  

  • 30 Il s’agit d’une charte, en latin, du comte de Ponthieu au sujet d’un moulin (juillet 1214) et d’une (...)

20La deuxième vague d’écriture occupe les folios 39v-56v, c’est-à-dire les folios laissés en blanc du cahier vi, les cahiers vii et viii, et 92r-115v, en l’occurrence la seconde moitié du cahier xiii, les cahiers xiv et xv et la première moitié du cahier xvi. L’examen des cahiers, des écritures et de la date des actes laisse penser que, hormis quelques actes isolés30, l’activité d’écriture ne reprit réellement qu’à la toute fin du xive siècle, voire au début du xve siècle. On se montra beaucoup moins préoccupé de la présentation : l’écriture paraît plus relâchée et l’ornementation est inexistante. La rubrication disparaît, mais les actes sont toujours coiffés d’un titre et débutent le plus souvent par une petite initiale à l’encre noire. Les copistes délaissèrent le système de classement établi par leurs prédécesseurs. Les 54 transcriptions de cette partie, principalement des accords et des privilèges, s’inscrivent dans la logique du premier segment de la première phase rédactionnelle : il s’agit principalement de privilèges. Par ailleurs, les copistes ont largement privilégié le français, 5 actes seulement étant transcrits en latin. On note cependant un recul du français picard au profit du français du roi, les traits picards étant pratiquement inexistants dans le tiers des transcriptions.

  • 31 Voir à ce sujet l’article de H. E. Shealy, « The Persistence of Particularism : the County of Ponth (...)

21Alors que le roi de France et ses officiers étaient presque absents du noyau primitif, ils sont maintenant auteurs de 38 des 54 actes transcrits. Les actes du comte de Ponthieu (1 seul acte) et du roi d’Angleterre et ses officiers (5 actes) deviennent quant à eux marginaux dans le cartulaire. Ce glissement reflète les changements politiques qui eurent lieu durant la seconde moitié du xive siècle. Philippe vi avait confisqué le comté de Ponthieu au début de la guerre de Cent Ans et celui-ci ne fut repris par la royauté anglaise qu’avec le traité de Brétigny en 1360. Mais dès 1369, Charles v ordonnait à Hugues de Châtillon, chef des arbalétriers, de se saisir du comté en son nom et exhortait par lettre la commune d’Abbeville à ouvrir ses portes à son représentant. Les habitants d’Abbeville obtempérèrent, non sans quelques négociations avec Hugues de Châtillon à son arrivée31. Reconnaissant, le roi de France combla la ville de privilèges divers, promettant entre autres de ne plus jamais la séparer de la couronne et permettant même à l’échevinage de joindre les armes de France à celle de la commune.

  • 32 Fol. 48r.
  • 33 Fol. 52r à 56r et 102v-112v.
  • 34 Voir F.-C. Louandre, Histoire d’Abbeville et du comté, p. 165 et suiv., ainsi qu’E. Prarond, Introd (...)
  • 35 Voir à ce sujet H. E. Shealy, « The Persistence », passim.

22La deuxième vague d’écriture semble étroitement liée à ces événements. Le cartulaire contient la confirmation des privilèges de tous les habitants du Ponthieu par le roi d’Angleterre32 en 1362 ainsi que tous les privilèges octroyés par Charles v en 1369. En ce sens, cette mise à jour du cartulaire poursuit le travail amorcé au xiiie siècle. Mais les copistes vont plus loin : ils transcrivent plusieurs documents qui concernent des décisions ponctuelles qui ne sont pas directement liées à la défense des privilèges de la ville. On copie par exemple les lettres qui annoncent la libération de Jean ii en 1360 ainsi que celles qu’avait envoyées Charles v à Hugues de Châtillon et à Abbeville33. Peut-être encore plus significative, parce qu’elle ne concerne pas l’échevinage, est une lettre de l’évêque d’Amiens (1355) adressée au chapitre de Saint-Wulfran, où l’auteur demande que soit faite une procession pour le salut du royaume français. Bref, il semble que l’échevinage ait souhaité graver dans la mémoire communale non seulement ses privilèges, mais également le récit de son rattachement à la couronne française et des conflits qui ponctuèrent l’histoire du Ponthieu dans les années 1360-1369. La série de chartes transcrites peut en effet se lire comme une « chronique administrative » des événements. Faut-il y voir la manifestation précoce d’un sentiment d’appartenance à la couronne française comme l’ont soutenu les historiens français du xixe siècle34? À en juger par l’étendue des concessions faites par Charles v pour s’attirer la faveur de la ville et en considérant les multiples conflits que cette dernière eut avec le roi anglais et ses officiers au xive siècle, il semble que la décision de l’échevinage soit plus motivée par des intérêts communaux que par un quelconque sentiment national35.

Le Livre blanc à la fin du Moyen Âge (xve-xvie siècles)

  • 36 Un acte de 1469, un arrêt du Parlement, termine le cahier xvi, ce qui laisse penser que les actes q (...)
  • 37 Fol. 123v, 124rv, 125v, 131r, 135r à 139v, 142r, 148v, 151r, 158v.
  • 38 F. Bordes, « Les cartulaires méridionaux urbains de Toulouse (xiiie-xvie siècles) », dans Les cartu (...)

23Une troisième période d’écriture couvre les folios 116 à 165 (la fin du cahier xvi et les cahiers xvii à xxii). Sa rédaction débute vraisemblablement dans le dernier tiers du xve siècle36 et ne se termine pas avant 1521, date du dernier acte transcrit. On y distingue une variété d’écriture cursive, souvent très relâchées, des xve et xvie siècles : un survol sommaire nous permet d’identifier au moins une quinzaine de mains différentes. Plusieurs folios ou parties de folios sont laissés vides37, les copistes ne respectent pas toujours les marges et certaines chartes ne comportent aucun titre. L’ornementation disparaît quant à elle complètement. Bref, le manuscrit s’apparente dorénavant, dans son aspect visuel, aux registres de délibérations ou aux comptes que tenait la commune à la même époque. Une telle « dégradation formelle » du cartulaire se rencontre ailleurs, dans certains des cartulaires de Toulouse notamment, qu’a étudié François Bordes38.

  • 39 Il s’agit d’un acte du comte de Ponthieu (mai 1266) au sujet du serment que son vicomte doit faire (...)

24Cette partie du Livre blanc regroupe 28 actes, dont quatre seulement sont en latin. On cherche en vain une logique dans leur classement. Les copistes transcrivent simplement les actes à la suite des transcriptions de leurs prédécesseurs. Aucun ordre chronologique n’est pour autant observé puisque certaines chartes des xiiie (2 actes, le plus ancien étant de 1266) et xive siècles (6 actes) s’intercalent parmi les actes du xve (16 actes) et du début du xvie siècle (4 actes). En outre, deux actes déjà transcrits lors des vagues d’écriture précédentes sont copiés une seconde fois39, ce qui laisse entendre que le Livre blanc ne comportait pas d’index à l’époque.

  • 40 Voir à ce sujet R. Robert, « Louis xi et l’échevinage d’Abbeville », Mémoires de la Société d’émula (...)
  • 41 E. Prarond, Abbeville au temps de Charles vii, p. 39.
  • 42 Fol. 145v-146r.
  • 43 R. Richard, « Louis xi et l’échevinage d’Abbeville », p. 27.

25Contrairement aux siècles passés, les droits et privilèges de la commune ne sont représentés que par 5 actes. En fait, la rédaction du cartulaire ne semble plus conditionnée par l’histoire politique du Ponthieu. La cession du comté aux ducs de Bourgogne lors du traité d’Arras (1435), en même temps que les villes de la Somme, n’a laissé aucune trace dans le cartulaire. Hormis 2 actes réglant un conflit entre la commune et le maître des eaux et forêts du duc, le Livre blanc ignore la domination bourguignonne, même si celle-ci se prolongea de 1435 à 1463 puis, à la suite du traité de Conflans, de 1465 à 147740. Cette tutelle n’avait modifié, il est vrai, ni le personnel des officiers (qui transférèrent simplement leur hommage au duc), ni l’étendue des libertés échevinales41. Les copistes du xve siècle n’ont donc pas cru bon, à l’opposé de leurs prédécesseurs, de faire une mise à jour du Livre blanc. La reprise du Ponthieu par Louis xi en 1477 n’est quant à elle attestée que par une charte exemptant les fieffés et les arrières fieffés du ban et de l’arrière-ban42. La quasi-disparition des droits et privilèges dans cette troisième partie du cartulaire s’expliquerait-elle par l’existence d’un Livre rouge (différent du cartulaire qui repose toujours aux archives municipales) où on avait consigné la confirmation des privilèges de la ville lors de la visite d’un roi en 146343? Ce manuscrit ayant été perdu, on ne peut que soulever l’hypothèse, mais il apparaît assez nettement que le Livre blanc n’a plus pour fonction première de rassembler les privilèges de la ville.  

  • 44 Fol. 125r.
  • 45 Fol. 150r.
  • 46 Fol. 124r.

26Quelle était alors devenue la fonction du Livre blanc ? Des 28 actes, 12 sont des arrêts du Parlement ou des accords et trois autres peuvent être reliés à des démarches judiciaires. Si la faiblesse du corpus nous empêche de conclure que le cartulaire était désormais destiné à la transcription de décisions judiciaires ou d’actes s’y rapportant, il semble bien que certains copistes l’aient considéré comme tel.  Une certaine confusion dans la logique des ajouts reste néanmoins évidente et annonce l’abandon progressif du manuscrit. Les privilèges, les accords et les arrêts du Parlement côtoient dorénavant des types de documents absents du cartulaire aux xiiie et xive siècles. On y trouve par exemple la transcription de deux lettres de franchise accordées à des bourgeois44, d’une confirmation du bannissement d’une prostituée en 149245 ou encore d’une sentence échevinale au sujet d’un puits dans la ville46. Il faut, nous croyons, éviter de chercher à tout prix les raisons de la présence de tels actes dans le cartulaire. Il semble bien que la plume d’un copiste plus ou moins consciencieux ait parfois été tout simplement attirée par quelques folios vides.

  • 47 G. Hanote, La léproserie du Val d'Abbeville, du xiie au xviie siècle, thèse de l’École de Chartes, (...)

27Nous n’aborderons enfin que brièvement les deux derniers cahiers du Livre blanc (fol. 166 à 181). Ceux-ci se distinguent nettement du reste du manuscrit et ils ont été vraisemblablement annexés au cartulaire très tardivement. Leur foliotage est l’œuvre d’une main beaucoup plus tardive, probablement du xviie siècle. Œuvre d’un seul copiste du xve siècle, les transcriptions, très soignées, sont précédées chacune d’un titre-analyse et s’ouvrent sur une petite initiale noire. Les 32 chartes de cette partie, datées de 1147 à 1255, ne concernent pas directement la ville. Il s’agit plutôt d’un ensemble de titres relatifs aux privilèges et aux possessions de la Léproserie du Val, dont l’échevinage avait graduellement pris le contrôle à partir du xiiie siècle47. Le corpus se compose de privilèges divers, d’accords et de dons reçus par la léproserie, ce qui l’inscrit dans la logique rédactionnelle du Livre blanc.

  • 48 Fol. 165r.
  • 49 S. Lusignan, « Langue et société dans le nord de la France : le picard comme langue des administrat (...)
  • 50 G. Hanote, Position des thèses, p. 55.
  • 51 Nous savons par exemple que le bailli d’Abbeville a dû enquêter dans les années 1470 pour prouver q (...)

28Le copiste explique en préambule les raisons qui menèrent à la transcription des chartes : « Enssuit les teneurs de plusieurs lettres translatées de latin en franchois appartenans a le maison du Val d’Abbeville pour d’icelles lettres avoir plus clere congnoissance »48. Le témoignage du copiste ne laisse aucun doute quant aux intentions de l’échevinage : la transcription et la traduction des chartes visent à faciliter l’intelligibilité des documents. Cette démarche reflète par ailleurs le recul de la compréhension du latin au xve siècle. La transcription tardive explique l’utilisation du français de Paris au détriment du picard pour la traduction. On sait que la langue des documents urbains du Nord de la France tend à se rapprocher de celle de Paris à mesure que l’on avance au xve siècle49. Enfin, les nombreux procès dans lesquels la ville fut entraînée au xve siècle50 au sujet de la léproserie justifièrent probablement la décision de traduire les actes51.


  • 52 Voir les textes de Michel Hébert et de Sébastien Hamel dans le présent volume.
  • 53 Pour un résumé des événements et les chartes par lesquelles ils nous sont connus, voir A. Thierry, (...)
  • 54 P. Chastang, « Cartulaire, cartularisation », p. 27.

29La rédaction du Livre blanc d’Abbeville, à l’instar des cartulaires urbains méridionaux ou encore du Livre rouge de Saint-Quentin52, s’inscrit dans une période troublée de l’histoire de la ville. Plus qu’un simple outil de travail, il participait donc à l’élaboration d’une memoria urbaine destinée à la défense des libertés, des privilèges et des possessions de la commune. Cette mémoire se manifeste d’abord par le choix des actes. L’échevinage abbevillois et ses copistes, loin de retranscrire systématiquement toutes les chartes relatives à la commune, procédèrent à une sélection qui trahissait le désir de protéger les intérêts de la commune. Par exemple, les accords ou les arrêts du Parlement de Paris transcrits dans le cartulaire sont toujours à l’avantage de la commune. De la même façon, le cartulaire ne contient aucune trace d’un grave conflit entre la commune et le roi d’Angleterre dans les années 1320, alors que la commune fut suspendue à plus d’une occasion53. Ces deux exemples mettent en lumière l’importance des liens qu’entretient le cartulaire avec le chartrier duquel il émane54. Leur confrontation systématique apporterait sans doute un éclairage plus nuancé sur les intentions de l’échevinage lors des différentes étapes de rédaction du cartulaire. Malheureusement, la destruction des archives communales abbevilloises en 1940 rend difficile, voire impossible, une telle étude.

  • 55 S. Lusignan, La langue des rois, p. 229.

30Si le choix des chartes forgeait une temporalité propre à la mémoire communale, leur réunion au sein d’un même codex, la façon de les présenter et la langue utilisée pour les transcrire jouaient un rôle tout aussi important au point de vue symbolique et identitaire. La compilation des chartes les plus importantes de la commune dans le Livre blanc et le grand soin avec lequel les copistes ont effectué leur tâche au xiiie siècle venaient en effet sacraliser les libertés et privilèges de la commune et nous pouvons supposer que le manuscrit jouait à l’époque un rôle dans les rites de représentations du pouvoir urbain. L’utilisation assez soutenue du français picard dans les transcriptions au xiiie siècle distinguait par ailleurs la commune de ses suzerains et la rattachait à cette « identité culturelle singulière des villes drapières et commerçantes du Nord »55.

31Enfin, force est de constater que le rôle identitaire du cartulaire médiéval survit à son utilisation par la commune et s’inscrit dans la très longue durée. Les historiens d’Abbeville du siècle dernier, en glorifiant le retour du comté de Ponthieu dans le royaume français sous Charles v eten ne s’intéressant que très peu à la tutelle bourguignonne sur le comté au xve siècle, témoignaient encore de la puissance mémorielle du document sur lequel ils fondaient leurs recherches.

Haut de page

Annexe

Annexe I

Les cahiers du Livre blanc

Milieu du cahier

Table

136

137

138

139

i

1

2

3

4

ii

5

6

7

8

9

iii

10

11

12

13

14

15

16

17

iv

18

19

20

21

22

23

24

25

v

26

27

28

29

30

31

32

33

vi

34

35

36

37

38

X

39

40

vii

41

42

43

44

45

46

47

48

viii

49

50

51

52

53

54

55

56

ix

57

58

59

60

61

62

63

64

x

65

66

67

68

69

70

71

72

xi

73

74

75

76

77

78

79

80

xii

81

82

83

84

85

86

87

88

xiii

89

90

91

92

93

94

95

xiv

96

97

98

99

100

101

102

103

xv

104

105

106

107

108

109

110

111

xvi

112

113

114

115

116

117

118

119

xvii

120

121

122

123

124

125

xviii

126

127

128

129

130

131

132

133

xix

134

135

X

X

X

X

140

141

xx

142

143

144

145

146

147

148

149

xxi

150

151

152

153

154

155

156

157

xxii

158

159

X

X

X

X

164

165

xxiii

166

167

168

169

170

171

172

173

xxiv

174

175

176

177

178

179

180

181

Table

160

161

162

163

Annexe II

Archives municipales d’Abbeville, m.s. 114 (Livre Blanc), fol. 1. Traduction de la charte de commune de la ville en français picard.

Archives municipales d’Abbeville, m.s. 114 (Livre Blanc), fol. 1. Traduction de la charte de commune de la ville en français picard.
Haut de page

Notes

1 L’historiographie relative à Abbeville au Moyen Âge est, nous y reviendrons, vieillissante. Pour des aperçus généraux, voir F.C. Louandre, Histoire d'Abbeville et du comté de Ponthieu jusqu'en 1789, Abbeville, 1834, 606 p., E. Prarond, Histoire d'Abbeville. Abbeville avant la guerre de Cent Ans, Paris, 1891, 403 p., et du même, Histoire d'Abbeville. Abbeville aux temps de Charles VII, des ducs de Bourgogne maîtres du Ponthieu, de Louis xi (1426-1483), Paris, 1899, 419 p. Malgré son âge, l’ouvrage de C. Du Fresne Du Cange, Histoire des comtes de Ponthieu et de Montreuil, Abbeville, 1916, 289 p., qui est en fait l’édition d’un manuscrit de la seconde moitié du xviie siècle, reste également pertinent.

2 Le Ponthieu est un petit pays de la basse Picardie, borné par le Boulonnais au nord, la Normandie au sud, la Manche à l’ouest et l’Amiénois ainsi que l’Artois au nord-est.

3 Les cartulaires sont conservés à la bibliothèque municipale aux cotes ms. 114 (Livre blanc) et ms. 115 (Livre rouge). Nous remercions vivement la conservateur en chef, Mme Prisca Hazebrouck, ainsi que les employés de la bibliothèque, qui nous ont gentiment accueilli et qui ont su répondre à nos questions sur le cartulaire et les archives de la ville. Voir également les remarques de Caroline Bourlet relatives aux cartulaires d’Abbeville dans ce volume.

4 Voir notamment E. Prarond, Introduction à quelques parties d'une étude : « Les Lois et les moeurs à Abbeville », 1184-1789, tables combinées et extraits du Livre rouge et du Livre blanc de l'échevinage, Paris, 1906, 286 p., A. Thierry, éd., Recueil des monuments inédits de l'histoire du Tiers-État. Première série, Chartes, coutumes, actes municipaux, statuts des villes et communes de France. Région du Nord., Paris, 1870, vol. 4, 885 p. et C. Brunel, éd., Recueil des actes des comtes de Ponthieu : 1026-1279, Paris, 1930, 778 p.

5 J. Boca, La justice criminelle de l'Échevinage d'Abbeville au Moyen Âge (11841516), Lille, 1930, 295 p.

6 L’expression est de J. Le Goff et P. Toubert, « Une histoire totale du Moyen Âge est-elle possible ? », dans Actes du 100e Congrès national des sociétés savantes. Section de philologie et d'histoire jusqu’à 1610, t. 1 : Tendances, perspectives et méthodes de l’histoire médiévale, Paris, 1977, p. 31-44.

7 Les Cartulaires : actes de la table ronde organisée par l'École nationale des chartes et le G.D.R. 121 du C.N.R.S. (Paris, 5-7 décembre 1991), textes réunis par O. Guyotjeannin, L. Morelle et M. Parisse, Paris, 1993, 516 p. Voir également l’article éclairant de P. Chastang, « Cartulaires, cartularisation et scripturalité médiévale : la structuration d’un nouveau champ de recherche », Cahiers de civilisation médiévale, 49 (2006), p. 21-31.

8 C’est ce que soutient entre autres H. Stein, Bibliographie générale des cartulaires français ou relatifs à l'histoire de France. Paris, 1907, no. 6.

9  « Un cartulaire (lat. : c(h)hartularium) est un recueil de copies de ses propres documents, établi par une personne physique ou morale, qui, dans un volume ou plus rarement dans un rouleur, transcrit ou fait transcrire intégralement ou parfois en extraits, des Titres relatifs à ses biens et à ses droits et des documents concernant son histoire ou son administration, pour en assurer la conservation et en faciliter la consultation ». M. M. Cárcel Ortí, dir., Vocabulaire international de la diplomatique, València, 1997, p. 35-36.

10 Nous remercions Mme Caroline Bourlet qui nous a ouvert les portes de l’IRHT et permis de confronter nos propres observations à la notice du cartulaire effectuée par la Section diplomatique de l’IRHT dans les années 1960. L’analyse qui suit s’en inspire souvent. Le mémoire de maîtrise de Mathieu Joostens, Justice et société à Abbeville. Étude du Livre Rouge de l’échevinage (fin du XIIIe siècle-1516), mémoire de maîtrise, 2001 (sous la dir. de C. Gauvard et É. Mornet), qui contient une analyse du Livre Blanc, n’a pu être consulté.  

11 Il existe également une reproduction microfilmée du cartulaire à l’IRHT (numéro Medium : 100017260) ainsi qu’une reproduction photographique aux Archives départementales de la Somme (côte E 866ter).

12 Il s’agit du « procureur de la commune » dont la signature est illisible (fol. 160v, qui sert de page de garde à la fin du manuscrit).

13 Voir, au sujet de la charte, La charte d’Abbeville et le mouvement communal dans le Ponthieu : viiie centenaire de la charte d’Abbeville, 11841984, Abbeville, 1984, 117 p.

14 Id., hors texte.

15 Nous avons comptabilisé le nombre d’actes traduits d’après A. Thierry, Monuments inédits, passim et E. Prarond, Introduction à quelques parties d’une étude, passim, qui mentionnent, lorsque c’est le cas, que les transcriptions sont de traductions d’actes écrits en latin.

16 Fol. 26r. Le sénéchal Thomas Sandwich consent aux impositions que le maire et les échevins mettront sur le vin et la bière pour acquitter les dettes de la commune. L’acte est daté de 1292.

17 S. Lusignan, La langue des rois au Moyen Âge : le français en France et en Angleterre, Paris, 2004, p. 55 et 164.

18 Pour un récit détaillé des événements, voir H. Johnston, « The County of Ponthieu, 1279-1307 », The English Historical Review, 26 (1914), p. 435-452.

19 Voir Les Olim ou registres des arrêts rendus par la cour du roi sous les règnes de Saint-Louis, de Philippe le Hardi, de Philippe le Bel, de Louis le Hutin et de Philippe le Long, t. ii, 1274-1318, édité par le comte Beugnot, Paris, 1842, p. 420 et C. Du Fresne Du Cange, Histoire des comtes de Ponthieu, p. 190-191.

20 Les Olim, p. 373.

21 A. Thierry, Monuments inédits, p. 72.

22 Fol. 14r et v., édité dans Ibid., p. 33-34.

23 Rôles Gascons, t. iii, 1290-1307, édité par C. Bémont, Paris, 1906, p. 585-586.

24 Voir M. T. Clanchy, From Memory to Written Record : England 1066-1307, Londres, 1979, 330 p.

25 A. Thierry, Monuments inédits, p. 101-103

26 Fol. 52r.

27 Fol. 91v.

28 Fol. 30v-31v.

29 Une thèse de doctorat sur le comté de Ponthieu (Le comte de Ponthieu xiiie siècle – début du xvie siècle. Une principauté territoriale entre France, Flandre et Angleterre), encore indisponible au moment de l’écriture de cet article, a été soutenue par Raphaëlle Jaminon en octobre 2008.

30 Il s’agit d’une charte, en latin, du comte de Ponthieu au sujet d’un moulin (juillet 1214) et d’une sentence arbitrale de l’évêque d’Amiens (octobre 1298, en latin également) qui réglait un débat entre la commune et le prieuré de St-Pierre, qui était situé dans la ville.

31 Voir à ce sujet l’article de H. E. Shealy, « The Persistence of Particularism : the County of Ponthieu in the Thirteenth and Fourteenth Centuries », dans Documenting the Past : Essays in Medieval History Presented to George Peddy Cuttino, dir. J. S. Hamilton et P. J. Bradley, Woodbridge, 1989, p. 33-51.

32 Fol. 48r.

33 Fol. 52r à 56r et 102v-112v.

34 Voir F.-C. Louandre, Histoire d’Abbeville et du comté, p. 165 et suiv., ainsi qu’E. Prarond, Introduction à quelques partie d’une étude, p. 114 et suiv.

35 Voir à ce sujet H. E. Shealy, « The Persistence », passim.

36 Un acte de 1469, un arrêt du Parlement, termine le cahier xvi, ce qui laisse penser que les actes qui le suivent ont été transcrits postérieurement à cette date. De la même façon, le cahier xviii, qui débute une série de 5 cahiers margés par la même main,s’ouvre quant à lui sur un acte de 1461 (un autre arrêt du Parlement).

37 Fol. 123v, 124rv, 125v, 131r, 135r à 139v, 142r, 148v, 151r, 158v.

38 F. Bordes, « Les cartulaires méridionaux urbains de Toulouse (xiiie-xvie siècles) », dans Les cartulaires méridionaux,Actes du colloque organisé à Béziers les 20 et 21 septembre 2002 par le Centre historique de recherches et d'études médiévales sur la Méditerranée occidentale, dir. D. Le Blévec, Paris, École des chartes, 2006, p. 232.

39 Il s’agit d’un acte du comte de Ponthieu (mai 1266) au sujet du serment que son vicomte doit faire à la commune (fol. 122v-123r, déjà transcrit aux fol. 14r-14v) et d’une charte de Charles v au sujet des impôts dans le comté de Ponthieu (fol. 142v, déjà transcrite au fol. 101v).

40 Voir à ce sujet R. Robert, « Louis xi et l’échevinage d’Abbeville », Mémoires de la Société d’émulation historique et littéraire d’Abbeville, 27 (1960), 146 p.

41 E. Prarond, Abbeville au temps de Charles vii, p. 39.

42 Fol. 145v-146r.

43 R. Richard, « Louis xi et l’échevinage d’Abbeville », p. 27.

44 Fol. 125r.

45 Fol. 150r.

46 Fol. 124r.

47 G. Hanote, La léproserie du Val d'Abbeville, du xiie au xviie siècle, thèse de l’École de Chartes, 1936, 182 p. Cette thèse étant particulièrement difficile d’accès, on peut se référer à son résumé dans Positions des thèses soutenues par les élèves de la promotion de 1936 pour obtenir le diplôme d'archiviste-paléographe, Paris, École des Chartes, 1936, p. 49-59, ou encore celui qu’en a fait P. Gourmanel, « La léproserie du Val, du xiie au xviie siècle », Bulletin de la Société d’émulation d’Abbeville, 26 (1986), p. 99-114.

48 Fol. 165r.

49 S. Lusignan, « Langue et société dans le nord de la France : le picard comme langue des administrations publiques au Moyen Âge », à paraître dans Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres.

50 G. Hanote, Position des thèses, p. 55.

51 Nous savons par exemple que le bailli d’Abbeville a dû enquêter dans les années 1470 pour prouver que le Val lui appartenait. E. Prarond, Abbeville au temps de Charles vii, p. 295.

52 Voir les textes de Michel Hébert et de Sébastien Hamel dans le présent volume.

53 Pour un résumé des événements et les chartes par lesquelles ils nous sont connus, voir A. Thierry, Monuments inédits, p. 76-101.

54 P. Chastang, « Cartulaire, cartularisation », p. 27.

55 S. Lusignan, La langue des rois, p. 229.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Archives municipales d’Abbeville, m.s. 114 (Livre Blanc), fol. 1. Traduction de la charte de commune de la ville en français picard.
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/236/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 622k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Drolet, « Le cartulaire Livre blanc d’Abbeville : quelques remarques », Memini, 12 | 2008, 115-132.

Référence électronique

Sébastien Drolet, « Le cartulaire Livre blanc d’Abbeville : quelques remarques », Memini [En ligne], 12 | 2008, mis en ligne le 27 octobre 2011, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/memini/236 ; DOI : 10.4000/memini.236

Haut de page

Auteur

Sébastien Drolet

Université du Québec à Montréal

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • OpenEdition Journals