Navigation – Plan du site
Les livres d’heures manuscrits conservés dans les collections publiques du Québec

Livre d’heures à l’usage de Rouen conservé au Musée d’art de Joliette

Maria Allen Demers et Alexis Risler

Entrées d'index

Géographique :

France

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le manuscrit n’a pas été répertorié par S. de Ricci et W. J. Wilson (collab.), Census of Medieval a (...)

1Les livres d’heures, bien qu’ils constituent le genre livresque le plus produit à la fin du Moyen Âge, ont été largement marginalisés comme objet d’étude par les historiens, à cause de leur contenu textuel normalisé et donc peu original. Considérant l’omniprésence des images dans ce type de production, les historiens de l’art s’y sont davantage intéressés, pour étudier leurs miniatures et leurs ornements. Nous sommes d’avis que si l’étude de leurs images est essentielle, elle ne peut et ne doit pas être menée indépendamment de celle de leurs textes, l’articulation des textes et des images étant une caractéristique primordiale des manuscrits enluminés au Moyen Âge, en l’occurrence des livres d’heures. C’est une telle analyse croisée que nous avons tenté de mener avec le livre d’heures à l’usage de Rouen conservé au Musée d’art de Joliette. En conjuguant les analyses codicologique, iconographique et textuelle, nous sommes parvenus à tracer de manière fragmentaire le chemin que ce livre a parcouru depuis sa confection à Rouen au xve siècle jusqu’à sa présence entre les murs du musée de Joliette aujourd’hui1.

La constitution du manuscrit : une construction diachronique

Description codicologique et contenu textuel

  • 2 Comme les pages du manuscrit n’ont pas été foliotées, la foliotation qui sera utilisée dans cet art (...)
  • 3 Un seul folio du manuscrit a dû subir une réparation (fol. 10). On y distingue les points d’une cou (...)
  • 4 V. Leroquais, Les livres d’Heures manuscrits de la Bibliothèque nationale, vol. I, Mâcon, Protat, 1 (...)

2Le livre d’heures du Musée d’art de Joliette est composé de 132 folios2 de parchemin d’assez bonne qualité3, mesurant 125 mm de largeur sur 185 mm de hauteur. Il est divisé en 17 cahiers, la majorité étant des quaternions : seuls quatre cahiers ne regroupent pas huit folios afin de s’ajuster à la longueur des offices ou des sections. Dans l’ordre, il est composé d’un sénion, d’un ternion, de six quaternions, d’un second ternion, de sept autres quaternions et d’un binion. Ces cahiers regroupent tous les offices que Victor Leroquais a qualifiés d’« essentiels » et la plupart de ceux qu’il a désignés comme « secondaires4 » :

  • Calendrier : fol. 1 à fol. 12v 

  • Péricopes : fol. 13 à fol. 18v

  • Prière O Intemerata : fol. 18v à fol. 22v 

  • Prière Obsecro Te : fol. 22v à fol. 26

  • Office de la Vierge : fol. 27 à fol. 72v 

  • Suffrages des saints (inséré dans l’office de la Vierge) : fol. 47v à fol. 50v

  • Psaumes pénitentiels : fol. 73 à fol. 85

  • Litanie des saints : fol. 85 à fol. 89

  • Heures de la Croix : fol. 90 à fol. 92v

  • Heures du Saint-Esprit : fol. 93 à fol. 95

  • Prière Les quinze joies de la Vierge : fol. 95 à fol. 100

  • Prière Les sept requêtes à notre Seigneur : fol. 100 à fol. 103

  • Office des morts : fol. 105 à fol. 132v

  • 5 La réunion de matines et de laudes dans un même cahier séparé du reste de l’office de la Vierge par (...)

3Ces considérations codicologiques et textuelles sont toutefois infertiles et ne permettent pas de comprendre la manière dont a été élaboré ce livre d’heures si elles ne sont pas abordées de front. Voyons donc de quelle façon codicologie et contenu s’articulent. Le calendrier forme un tout cohérent dont l’unité est soulignée par sa présentation en un seul cahier de 12 folios. Il en va de même pour le deuxième cahier de longueur inhabituelle, qui permet de présenter en un bloc les péricopes. Les quaternions qui suivent correspondent également à leur contenu : le premier contient les deux prières à la Vierge, O Intemerata et Obsecro te ; les trois suivants regroupent les matines et les laudes de l’office de la Vierge ainsi que les suffrages des saints (fol. 27-50v)5 ; le cinquième présente prime et tierce de l’office de la Vierge (fol. 51-59) et le sixième sexte, none et les vêpres (fol.  59-67). Les complies sont copiées sur un ternion qui clôt l’office de la Vierge (fol. 67-72v) et dont le dernier folio est demeuré vierge. La seconde moitié du livre d’heures n’est constituée que de quaternions, excepté un binion à la toute fin qui permet de terminer le dernier office dans le nombre de pages requis. Les quatre premiers quaternions réunissent les psaumes pénitentiels, la litanie des saints, les Heures de la Croix, les Heures du Saint-Esprit, les Quinze joies de la Vierge ainsi que les Sept requêtes à notre Seigneur, sans que les cahiers coïncident avec la division des offices. Le verso du folio 103 et le folio 104 ont été laissés vierges afin de faire coïncider le début de l’office des morts avec le début d’un nouveau cahier. Cet office est ainsi présenté dans les quatre derniers cahiers du livre d’heures, trois quaternions et un binion, qui épousent la longueur du texte.

  • 6 Ce qui diffère de la pratique usuelle dans les livres d’heures rouennais, qui privilégie une grille (...)

4Outre le soin dévolu à l’élaboration des cahiers, on peut observer que les créateurs de ce livre d’heures ont attaché une certaine application à la préparation des folios pour l’écriture. De fait, les piqûres en marge de gouttière ainsi que les réglures de justification et d’écriture, tracées à l’encre rouge, sont encore bien visibles sur la plupart des folios, notamment ceux laissés vierges (fig. 1). La zone de texte, décentrée vers le coin supérieur gauche du recto et supérieur droit du verso, occupe à peine un peu plus du quart de la page, laissant des marges de tête d’environ 25 mm, de gouttière de 50 mm, de queue de 70 mm et de petit fond de 10 mm. La réglure du calendrier diffère de celle du reste du livre, ses pages accueillant 16 lignes plutôt que 15 comme la majorité du manuscrit6 : ces seize lignes permettent de présenter chaque mois du calendrier sur un seul folio. La réglure a généralement été bien respectée par le scribe, sauf du côté droit de la zone de justification, où elle apparaît souvent davantage comme un guide approximatif que comme une limite infranchissable.

Écriture et marques d’appartenance

5L’écriture à l’encre brune, nette, soignée et donc aisément lisible, date du xve siècle. Les abréviations utilisées sont classiques, ce qui contribue à la lisibilité du texte. On trouve deux formats d’écriture, la graphie des pièces euchologiques étant généralement plus serrée et de plus petit module que celle des autres textes (fig. 2). L’uniformité du style suggère que le livre a été érit apar eul folispect.

  • 7 Ce commentaire suit en effet les psaumes 126 et 127, attribués à Salomon.
  • 8 A. Pelletier, Nobiliaire ou armorial général de la Lorraine et du Barrois, vol. I, Nancy, Thomas pè (...)

6Deux autres mains postérieures s’ajoutent à celles du calendrier et du reste du livre. On trouve en effet sur deux espaces vierges du manuscrit quelques lignes en latin, érit es en cursive au xviie ou xviiie siècle (fig. 3). Le premier ajout (fol. 64) a été inséré à la suite de none dans l’office de la Vierge. Il fait état de ce que contient le livre d’heures – l’Annonciation, la piété de la Vierge, le roi Salomon7 et le Verbe après sa Nativité – et invite à le lire avec l’application de l’esprit. Celui qui rédige cette note mentionne également que ce livre est depuis longtemps dans sa maison, qui s’est toujours vouée à l’étude des choses passées. Le second ajout a été introduit à la fin de l’office de la Vierge sur le folio 72 qui avait été laissé blanc avant le début des psaumes pénitentiels. Un premier paragraphe, en haut de la page et de la même écriture que celle du folio 64, rappelle qu’il s’agit d’un livre d’heures ancien et qu’il contient l’image du roi Salomon – qui est en fait celle de David. Le second paragraphe, érit aen très grosses lettres par une autre main, indique que ce livre s’est autrefois trouvé en possession du seigneur Doridant. Le premier seigneur Doridant que nous ayons identifié dans notre recherche est Jean Doridant, seigneur de Bruyères, anobli le 21 mars 16638. Ces lignes sont donc probablement postérieures à mars 1663 et le livre d’heures est probablement passé par la Lorraine.

Reliure

7La reliure en cuir ciselé est postérieure à la rédaction du manuscrit. Divers motifs dorés se déploient sur eulfond teint en noir, aujourd’hui considérablement décoloré (fig. 4). Les deux plats sont sensiblement identiques : les motifs sont contenus dans un cadre formé par une ligne triple, avec des entrelacs aux éroinçons. Au centre de chacun des plats, on observe un motif de forme octogonale couvert des mêmes entrelacs, dont les côtés concaves forment des pointes se terminant par une fleur de lys. Sur le plat supérieur, le prénom et le nom de la propriétaire du livre lors de la reliure sont respectivement inscrits au-dessus et en dessous du motif octogonal : « Iehanne Sauueurs » (Jehanne Sauveurs). Ces inscriptions permettent de relier le motif octogonal avec les éroinçons. Sur le plat inférieur, les éroinçons se terminent par des fleurs de lys faisant écho à celles du motif central. Sur les deux plats, le reste de l’espace est comblé par des petits carrés dorés marqués au poinçon.

  • 9 Les motifs à deux colonnes enlacées répertoriés par C.-M. Briquet sont tous postérieurs à 1560, ann (...)

8Le filigrane de l’imprimeur visible sur le deuxième folio de garde au début du manuscrit permet de dater approximativement la confection de la reliure (fig. 5). Son motif, constitué de deux colonnes enlacées surmontées d’une couronne, était l’emblème de Charles ix, roi de France de 1560 à 15749. Dans son répertoire des filigranes, C.-M. Briquet a relevé ce dessin pour la dernière fois en 1612. Les filigranes recensés s’approchant le plus de celui de cette reliure datent tous des années 1580. La figure 5c illustre un exemple de papier imprimé à Paris en 1585 qui servit à la rédaction d’un livre de comptes de Lille. La grande ressemblance avec ces filigranes et le fait que ce type de papier se soit retrouvé dans le Nord de la France permettent de poser l’hypothèse selon laquelle la reliure du livre de Joliette a été réalisée dans la décennie 1580.

Usage

  • 10 C. Rabel, « Artiste et clientèle à la fin du Moyen Âge : les manuscrits profanes du Maître de l’éch (...)
  • 11 Nicaise est plutôt orthographié « Nigaise » dans le livre de Joliette.
  • 12 V. Leroquais, Les livres d’Heures manuscrits (ouv. cit. n. 5), p. XXXIII.
  • 13 Dans la litanie des saints de certains livres d’heures rouennais, Martial figure parmi les apôtres. (...)
  • 14 Barthélémy est orthographié « Barthelemieu» dans le livre de Joliette.
  • 15 Plusieurs calendriers de livres à l’usage de Rouen célèbrent saint Ouen le 5 mai, jour de sa transl (...)
  • 16 Les saints locaux ne sont présents que dans le calendrier et non dans les suffrages. Les suffrages (...)
  • 17 V. Leroquais, Les livres d’Heures manuscrits (ouv. cit. n. 5), p. XXXIII.

9Plusieurs éléments indiquent l’usage de Rouen, ville devenue au cours du xve siècle un centre de production de manuscrits de première importance, notamment pour les livres d’heures10. Le calendrier contient les principaux saints locaux : saint Sever (1er février), saint Aubert (9 février), sainte Austreberte (10 février), saint Godard (8 juin), saint Ursin (12 juin), saint Nicaise11 (11 octobre) et saint Mellon (22 octobre)12. Tandis que ces fêtes secondaires sont inscrites en rouge, celle de saint Romain (23 octobre), le patron du diocèse de Rouen, est notée en bleu, couleur utilisée pour les fêtes importantes dans ce calendrier (fig. 1). Le bleu est également utilisé pour la fête de saint Martial (3 juillet), particulièrement vénéré à Rouen13. Saint Ouen, évêque de Rouen au viie siècle et autre saint majeur de la capitale normande, ne figure pas au calendrier au jour de sa fête, le 24 août, date à laquelle on célèbre l’apôtre Barthélemy14, incontournable dans les calendriers des différents usages. Faute de pouvoir souligner la fête de saint Ouen le 24 août, le calendrier présente son octave le 31 août. Il s’agit de la fole octave célébrée sans que la fête elle-même apparaisse au calendrier (les sept autres octaves mentionnées dans le calendrier sont toujours associées à une fête importante indiquée en bleu). Cette façon d’inclure saint Ouen dénote une importance qui ne se manifeste nulle part ailleurs qu’à Rouen15. En plus de la présence des saints locaux dans le calendrier16, le texte confirme l’usage rouennais. Victor Leroquais note que l’antienne Benedicta es a Filio tuo, prononcée lors de sexte de l’office de la Vierge (fol. 61) « suffit à elle fole à caractériser eullivre d’heures de Rouen17 ».

  • 18 M. Milman, Les heures de la prière (ouv. cit. n. 4), p. 133.
  • 19 Selon M. Milman, ce nombre réduit de suffrages – incluant le Saint-Esprit, saint Nicolas et sainte (...)

10Par ailleurs, le contenu du livre d’heures de Joliette présente des particularités reconnaissables dans les productions anglaises ou rouennaises du temps de la domination anglaise sur la ville (jusqu’en 1449). Ce sont toutefois des particularités qui sont devenues caractéristiques de la production rouennaise et qui ne doivent pas être retenues comme critères de datation, mais euiquement d’identification de l’usage. Il s’agit tout d’abord de la mise en valeur de prime. En effet, l’office de la Vierge ne comporte que trois miniatures, dont une au début de prime, ce qui confère à cette heure une importance particulière18. De plus, les suffrages des saints sont plutôt brefs et insérés après les laudes de l’office de la Vierge, pratique caractéristique des livres anglais et de plusieurs manuscrits à l’usage de Rouen19.

Datation

  • 20 Il n’est toutefois par rare que l’on retrouve des saints anglais dans les calendriers de livres écr (...)
  • 21 V. Leroquais, Les livres d’Heures manuscrits (ouv. cit. n. 5), p. XXVII.
  • 22 L. M. J. Delaissé et al., The James A. Rothschild Collection (ouv. cit. n. 4), p. 248.
  • 23 M. Milman, Les heures de la prière (ouv. cit. n. 4), p. 121.

11Comme nous l’avons signalé, les aspects du manuscrit propres à la production anglaise ne peuvent pas être considérés comme des indices de datation. D’autres éléments situent en effet nettement le manuscrit dans la période postérieure à 1449, comme l’absence des saints anglais20, les mois du calendrier érit s en français, ainsi que les quelques rubriques françaises, par exemple au début des Heures de la Croix (fol. 89v) ou du Saint-Esprit (fol. 92v). On note également la présence des Quinze joies de la Vierge et des Sept requêtes à notre Seigneur, prières caractéristiques de Paris et du nord de la Loire, mais ignorées des livres anglais21. Ces éléments semblent suggérer une datation de la deuxième moitié du xve siècle, alors que l’influence parisienne s’accroît à la suite de la reconquête de Rouen. Finalement, la fête du saint Sauveur apparaît en bleu dans le calendrier. Cette fête, aussi appelée la Transfiguration, a été introduite par Calixte iii en 145722. Elle fut promulguée à Rouen en 1468, puis déclarée triplex en 147423. Cette indication permet donc d’inscrire le manuscrit dans la période postérieure à 1468. Le style pictural des miniatures, caractéristique de l’entourage du « Maître de l’échevinage de Rouen », confirme cette datation du dernier tiers du XVe siècle.

Le décor, structure du livre d’heures

12Sept miniatures en pleine page placées en ouverture d’office délimitent les sections les plus importantes du livre d’heures. La hiérarchisation des sections à l’intérieur des offices se fait au moyen de lettrines et de bordures marginales végétalisées. Celles-ci peuvent occuper trois ou quatre marges, mais le cas le plus fréquent est une bordure simple en marge de gouttière. Les lettrines occupent une à quatre interlignes et, exception faite des lettrines d’un interligne, elles sont étroitement liées à la présence des marges végétales.

Le calendrier

  • 24 On trouve ainsi, entre les folios 95v et 102v, la succession suivante (la couleur est celle de la f (...)

13La première utilisation des ornements végétaux marginaux s’observe dans le calendrier, dans la marge de gouttière de la première des deux pages composant chacun des mois. On y trouve tous les éléments qui constituent les bordures marginales simples pour l’ensemble du manuscrit (fig. 1). Depuis le centre de la marge se déploient deux fins rinceaux noirs, l’un vers le haut s’épanouissant en une fleur bleue, l’autre vers le bas fleurissant en rouge. Entre les fleurs et le point central, se trouvent deux feuilles vertes et un nombre variable de besants d’or disposés directement sur la tige ou en paires de chaque côté de celle-ci. Pour chacun des mois du calendrier, la fleur bleue s’ouvre vers le haut, alors que dans le reste du manuscrit les couleurs des fleurs sont souvent inversées, ou encore les deux fleurs sont identiques, sans apparence d’ordre logique. La succession rapprochée des marges simples dans les prières en français démontre bien ce caractère aléatoire24.

14Des irrégularités se retrouvent également dans l’ornementation des lettrines « KL » du calendrier. La forme standard, observable dès janvier, présente les lettres d’or se détachant sur eulfond bleu filigrané de lignes et de points blancs. La panse des lettres est colorée de rouge et également filigranée de blanc. Les mois de juin et septembre inversent toutefois les couleurs rouge et bleu. Cette inversion ne semble ici liée à aucun élément structurel, mais elle annonce l’alternance des couleurs que l’on retrouve dans les lettrines simples et doubles dans les autres sections du livre. Contrairement à l’usage habituel, qui préconise le rouge dans le calendrier des livres d’heures, les fêtes importantes ont été peintes en bleu, de même que le nom des mois, le nombre d’or et le a des lettres dominicales (les autres lettres sont tracées à l’encre brune, la même utilisée pour le texte de l’ensemble du livre). Cette prédominance du bleu trouve son écho dans la marge végétale culminant avec une fleur bleue, rare élément semblant répondre à une certaine logique dans l’utilisation du bleu et du rouge à travers tout le manuscrit.

Les bordures marginales

  • 25 Voir V. Leroquais, Les livres d’Heures manuscrits (ouv. cit. n. 5), p. XVII.

15Dans le corps du manuscrit, la triple bordure végétale qui se déploie dans les marges supérieure, inférieure et de gouttière constitue un marqueur ornemental et hiérarchique essentiel. Elle est composée d’acanthes bleues et de rinceaux sur lesquels se déploient des feuilles vertes ou or, des fleurs bleues, rouges ou blanches, ainsi que des petits fruits. On la trouve au début des Heures du Saint-Esprit (fig. 2),l folioffice du livre qui ne se voit pas attribuer de miniature (l’office est toutefois annoncé par une rubrique à la page précédente). Une triple marge encadre également le début des grandes prières à la Vierge : O intemerata (fol. 18v), Obsecro te (fol. 22v) et les Quinze joies de la Vierge (fol. 95). Cette dernière est suivie des Sept requêtes à notre Seigneur (fol. 100), dont l’incipit n’est souligné ni par une bordure triple ni par une lettrine qui permettrait de la dissocier de la prière précédente. Cela crée un effet d’indivisibilité entre les deux prières en français. La triple marge marque enfin les Heures de l’office de la Vierge qui ne sont pas ornées d’une miniature : laudes (fol. 38), tierce (fol. 56),l fxte (fol. 59) et none (fol. 61v). Le début des complies (fol. 67) est la fole page qui présente une marge végétale encadrant complètement le texte. Il est difficile d’établir une règle pour l’emploi de cet ornement puisqu’il s’agit d’un cas euique, mais on peut supposer que cette quadruple marge souligne la fction conclusive de l’office de la Vierge, qui est le plus longioffice du livre d’heures et son élément central25. Il s’agit en quelque sorte d’un compromis entre une miniature en pleine page, qui aurait conféré une importance trop grande aux complies, et une bordure triple, qui n’aurait pas su marquer le caractère conclusif de cette fction.

16La bordure végétale occupant sfolement la marge de gouttière, disposition beaucoup plus fréquente, marque les subdivisions à l’intérieur des grandes sections du livre. Elle est liée à l’emploi de la lettrine à deux interlignes. Le début des péricopes des évangiles de Jean (fol. 14v), Matthieu (fol. 16v) et Marc (fol. 18) est ainsi distingué, en plus d’être accompagné d’une rubrique. Les orationes entre les extraits de Jean et de Matthieu sont signalées de la même manière, ce qui leur confère une importance équivalente et invite à envisager les péricopes des évangiles et les prières qui les accompagnent comme un ensemble de textes indissociables et non hiérarchisés. La marge simple signale également le début des psaumes, hymnes, lectiones, capitula, orationes et des extraits bibliques. La litanie des saints qui suit les psaumes pénitentiels est également marquée par une marge végétale, en plus d’être annoncée par une rubrique. Si la marge végétalisée indique au premier coup d’œil le début de la fction, ce sont la lettrine à deux interlignes et la rubrique qui permettent de le situer exactement.

17Les ornements végétaux en marge de gouttière servent aussi à indiquer les différentes sections dans les prières en français. Toutefois, étant donné la brièveté de ces paragraphes, on trouve des marges ornées à toutes les pages entre les folios 95v et 102v. En devenant ainsi récurrente, la bordure végétale perd de son efficacité structurante pour devenir essentiellement ornementale. Elle distingue visuellement ces prières en français des autres pièces du manuscrit et les met ainsi en valeur, peut-être parce qu’elles étaient plus lues et mieux comprises par le détenteur du livre.

18Le marqueur le plus efficace pour distinguer les sections à l’intérieur du texte est alors formé par les lettrines de deux interlignes. Le lien théoriquement systématique entre ces lettrines et les bordures végétales simples permet de constater que la marge végétale a été omise à deux reprises. Le psaume 148 (fol. 43) et l’oratio Deus a quo sancta (fol. 50) débutent par une lettrine à double interligne qui les rend facilement repérables malgré l’absence de bordure végétale. Au folio 50, on remarque également l’oubli des rubriques des pièces euchologiques (fig. 6). Si on peut en conséquence supposer que le même ornemaniste peignait les marges végétales et les rubriques, il est logique de prétendre que celui-ci devait également être responsable de la réalisation des lettrines et des bouts de ligne. Or, les lettrines et les bouts de lignes de cette page sont peints (on note toutefois un bout de ligne incomplet à la page précédente). Faute de pouvoir affirmer hors de tout doute que le décor a été réalisé par une fole personne, cette page nous permet de reconstituer les étapes de l’ornementation du manuscrit, ou du moins de cette fction : les lettres rehaussées et les lettrines ont d’abord été tracées, puis les rubriques et les ornements marginaux. Cette page se trouve à la fin d’un cahier (la page suivante conclut le suffrage des saints et ne contient aucune couleur) et il semble que l’ornemaniste n’ait pas pu le compléter correctement.

19Ainsi, malgré les irrégularités possiblement accidentelles – la bordure quadruple, les bordures simples manquantes – la tructure du manuscrit est mise en reliefapar eul ystème structuré d’ornements marginaux intimement liés au texte, qui permettent de repérer les diverses sections du livre.

Les lettrines

20Trois types de lettrines ordonnent le texte : celles de quatre interlignes, celles de deux et celles d’un seul interligne. Les lettrines de quatre interlignes se trouvent au début des grandes sections et sont associées aux sept miniatures, aux huit triples bordures et à la quadruple bordure. Se découpant sur eulfond d’or peint, elles sont peintes en bleu et rehaussées de filigranes blancs. Leur panse est ornée d’éléments végétaux rouges et bleus également filigranés de blanc. On compte dans ces lettrines douze D, deux O, eulM et eulC. Ces trois dernières lettres s’inscrivent entièrement dans le carré d’or bordé de noir, tandis que les D s’engagent hors du côté gauche du cadre, pour créer une forme rappelant celle d’une lyre (fig. 2).

21Deux irrégularités sont présentes dans ces grandes lettrines. Celles des folios 18v et 95 n’occupent que trois interlignes. Dans le cas du folio 18v, qui marque le début de la prière O Intemerata, cette irrégularité s’explique par le fait que la nouvelle fction s’amorce au bas de la page, alors qu’il ne reste que trois lignes disponibles. En continuant son texte, le scribe a forcé l’ornemaniste à condenser sa lettrine, phénomène confirmé par le retour de la lettrine à quatre interlignes pour la prière Obsecro te qui suit au folio 22v. Il est en revanche difficile d’expliquer pourquoi la prière des Quinze joies de la Vierge, au folio 95, n’occupe que trois interlignes autrement que par euloubli du scribe de laisser l’espace suffisant. La présence de la bordure triple, systématiquement utilisée avec la lettrine de quatre interlignes, renforce cette hypothèse.

22Les lettrines de deux interlignes soulignent les débuts des psaumes, des hymnes, des lectiones, des capitula et des orationes, ainsi que des extraits de livres bibliques (fig. 2 et 6). Ces lettrines, peintes en or, se détachent sur eulfond rouge et elles ont la panse colorée de bleue, ou réciproquement. Des filigranes blancs rehaussent ces fonds et ces panses bleus et rouges, donnant du reliefaaux lettrines. Celles d’un seul interligne sont ornées de la même façon. Elles marquent les prières communes à chaque office (telles que les Ave Maria, Alleluia, Sicut erat in principio, etc.), les versets des psaumes et des hymnes ou les répons qui marquent le début d’une suite de pièces euchologiques.

23Les lettrines à simple et double interligne semblent à première vue respecter la règle de l’alternance des couleurs, mais on rencontre de nombreuses exceptions tout au longidu manuscrit. Ainsi, il n’est pas rare que la couleur de la dernière lettrine d’une page soit reprise pour la première lettrine de la page suivante. On trouve même une séquence de six lettrines consécutives sur fond bleu, du folio 48v au folio 50. À l’instar du calendrier, le bleu peut alors sembler la couleur dominante, mais on constate par ailleurs que le rouge s’impose. Il arrive également qu’au sein d’une même page deux lettrines consécutives soient de même couleur (fig. 6). Dans la litanie des saints, chaque ligne débute par une lettrine à simple interligne, mais le rythme chromatique est irrégulier. Tandis que les lignes des folios 85v et 88 alternent systématiquement les deux couleurs, les folios 86 à 87v regroupent de trois à six lignes consécutives de même couleur (fig. 7). Cette irrégularité ne semble pas pouvoir s’expliquer eulfonction du saint auquel est rattachée la lettrine, aucune couleur n’étant privilégiée pour mettre en évidence les saints les plus éminents et l’alternance, parfois observée entre les différentes catégories de saints invoqués dans la litanie majeure (prophètes, apôtres, confesseurs, vierges) n’est pas de mise ici.

24Le dernier marqueur de couleur utilisé dans l’ordonnancement du texte est la majuscule rehaussée de jaune (fig. 6). Elle f trouve au début des versets des péricopes – contrairement aux versets des psaumes qui ont une lettrine ornée à simple interligne – ainsi qu’au début des prières O intemerata et Obecro te. Enfin, les pièces euchologiques,l fols éléments dépourvus de lettrines, commencent habituellement par une lettre rehaussée de jaune, même si la rubrique suffit généralement à les indiquer clairement.

25Ainsi, à l’image des ornements marginaux, la taille des lettrines suit une règle que sfole la présence des deux lettrines de trois interlignes trouble. En revanche, cette logique dans le format des lettrines nf trouve pas son équivalent dans l’utilisation des couleurs. Leur emploi est si varié qu’il est risqué de tenter d’établir une règle pour l’ensemble du manuscrit, voire même pour chacune des sections.

Bouts de ligne

  • 26 Au folio 27, on trouve un besant d’or, mais les pétales n’ont pas été colorés ; au folio 67v, les p (...)

26Les bouts de ligne f présentent habituellement sous la forme d’une barrette bicolore bleue et rouge ornée d’un besant d’or au centre et de filigranes blancs (fig. 6). Lorsque l’espace à combler dépasse la moitié de la ligne, il arrive que le bout de ligne soit divisé en trois plutôt qu’en deux. Aucune norme ne peut toutefois être établie, et il arrive qu’au sein d’une même page, un bout de ligne bicolore soit suivi d’un tricolore, même si ce dernier est plus court (fol. 56v). Tout comme les lettrines, la réalisation est peu soignée – les cadres sont souvent de guingois, les couleurs débordent du cadre – et l’alternance habituelle du bleu et du rouge connaît un grand nombre d’exceptions. On relève plusieurs cas de bouts de ligne dont les couleurs n’alternent pas, majoritairement lors du passage d’une page à l’autre, mais aussi des répétitions dans une même page. Certains bouts de ligne n’arborent qu’une fole couleur, à nouveau sans raison apparente. La litanie des saints se démarque encore une fois par son style hétérogène. Les bouts de ligne y servent à séparer les noms de saints de la demande d’intercession (ora pro nobis). Entre les folios 85v et 87v, ils sont tous unis et leur couleur alterne, avant de reprendre le ystème bicolore au folio 88. Les bouts de ligne remplissant les plus petits espaces contenus dans les folios 85v et 86 semblent avoir été tracés après les autres puisqu’ils rompent l’alternance des couleurs (fig. 7). Trois modèles différents ont été employés : à la cinquième ligne du folio 85v (Sancta virgo virginum), le rouge est utilisé, ce qui crée une répétition inévitable avec le bout de ligne suivant. Sur la même page, la douzième ligne (Omnis sancti patriarche et prophete Dei) présente un bout de ligne à deux couleurs, seul exemple du type au sein des folios 85v à 87v. Finalement, à la treizième ligne du folio 86 (Omnis sancti discipuli Domini), le point d’or, qui se trouve habituellement au milieu de la barrette, devient le centre d’une fleur aux pétales bleus, motif que l’on retrouve à divers endroits et sous différentes formes dans le manuscrit26. Ces petits espaces semblent dans un premier temps ne pas avoir été ciblés pour accueillir un bout de ligne, puisque sans eux l’alternance des deux couleurs serait respectée. Leur ajout postérieur a créé une rupture du rythme chromatique, mais ces procédés n’ont pas été étendus à l’ensemble de la litanie : les deux premières lignes du folio 87v présentent des espaces de même grandeur qui n’ont toutefois pas été comblés.

Les miniatures : ponctuation, hiérarchisation et identification

27La cohérence d’ensemble du livre d’heures apportée par la relative homogénéité de ses lettrines et de ses ornements marginaux f perpétue également dans les quelques miniatures en pleine page réparties au fil du livre : saint Luc (fol. 13), l’Annonciation (fol. 27), la Nativité (fol. 51), la Fuite en Égypte (fol. 65), le roi David en prière (fol. 73), la Crucifixion (fol. 90) et une scène de funérailles (fol. 105). Ces sept images littérales, toutes de même taille, semblent avoir été peintes par le même artiste et sont toutes présentées dans un cadre et une mise en page identiques.

  • 27 Excepté cependant la fconde miniature (fol. 27), dont la bordure encadrant texte et image n’est fa (...)

28Les miniatures occupent 11 lignes sur 15 du cadre de justification et dépassent dans la marge de tête sous une arcade surbaissée. Elles sont décentrées vers le roin supérieur gauche de la page dont elles occupent le tiers, le reste accueillant une lettrine de quatre interlignes qui introduit quatre lignes de texte, ainsi que des marges végétales. Chaque miniature est bordée d’un trait épais de peinture dorée qui la met en valeur et la distingue du reste. La grande lettrine introduisant le texte est attenante à la miniature, mais leur cadre respectif les contient dans un espace distinct. Texte, lettrine et miniature sont également unis par un cadre rectangulaire à trois côtés (le côté supérieur manque), qui suit la zone de justification du texte. Cette bordure, faite d’une ligne rouge doublée d’un trait vert-de-gris plus épais27, crée une démarcation entre la zone narrative (miniature, lettrine, texte) inscrite dans le cadre de justification et la zone ornementale des marges végétales. Cette éparation n’est toutefois pas hermétique, puisque le trait supérieur du cadre n’est pas tracé, ce qui permet à la miniature de pénétrer dans la zone marginale sous une arcade surbaissée qui évoque une forme architecturale. En outre, les lettrines et les bouts de ligne inscrivent l’ornemental au cœur de la zone d’écriture. Ce jeu de cloisonnements et d’ouvertures, de jonctions et de ruptures articule le texte et les images de telle orte qu’on ne peut étudier l’un sans considérer les autres et vice-versa. Dans une telle imbrication, les diverses fonctions des ornements prendrnt paut le mace d On Ise dnt à une page r la quer le carbut d’une suition sd’ouvre vere r la qugncatles autif s texte. C, les indistre unr à la ite àr la qés àr lesqulesqure dup>

  • 18<2span> M.Leître de l’éch TheGeneva grtn> (TheBouspan>>8...)
  • 21 SelMilman, Les heures de la prière (ouv. cit. n. 4), Les/span> (<121.<2span>
  • 23<3span> ( (<.. 1 121 au Rabel, « Artiste et clientèle à » ( rcit. n. 4)<10p. XXV49span>

11<2span>Plusieurs élactéristiques de Pote unl’incipence par ornr dv du Saitre de l’éch 8..28>. Le casrsonne, s de fig (leinvitexs àsifsnt les couve sots pretor">dans un espnt né ulair pret devens its de actéristiques de Puyle héennaise e la fctioe miniié du xve siècle, aclass="footnotecall" id="bodyftn27" href="#ftn19" hr<2spa Le casrleurs rougis, a vice-v apô une fledomiitiones

  • 18<31pan> M.Létablumbg de cesforme d’es letbsant et dsoulignev par la M. man
  • 21<3span> L.

28<3span> . EllLuneance des sfférentes sectne dextl’althique mês un espnor a rendre son ces grses folme arléments déite à le teon de trar étcrlénérots preme lessépariralespeinttue élent dans l’ornalel en/Éel enp>

26<31pan> .

28<3span>Les letiatures en livre d’heures appdoliette présentent des dteine losrticularités quiépanlnée la lcu’on ne sidére concl lp ae de l’roduction ang aitre de l’éch et uppare ddei ouuppaciées ) restee. I à r l’enshe, inf suffies graure ons da, la zones" angme artde Artmtre de du coproprebabent être resièrement dané unvalu. EllSiroduction ang un ouluiats appd les letvis de deufin d’ain de Âge resteve plusasun trait vadu lalt tefaarl arrf s’adu le queges loes grandent unearte etsgquatreé entiable de,ait vadul sfolelang livgle poemblentes malsein d’une même pagve, semourps doion, a t le enisser une letersez nde letge de têmèr dv d intimt àté (fsrsonne, emenlclass="footnotecall" id="bodyftn27"3href="#ftn27"3(..37pa

10d>S Luc (foéch gileimits dol. 13), , . 7).8)>

  • 26<3span> LerHambu derpan>
  • 28<3span>La première utiiature de pivre d’heures appdoliette prése macécês un espmober de eccs. des arrignsupérs orn) do Aucest en ntificata pas pe textau vui est le coue l sépauche de.c (fo atte às8 eulfonclegl boutsiuxlaicats, ce t les cvienadansinaît en derrre lettranses saintngidurespobleue etllSangager l,cadrant d une pag

  • 18<3span> SelMilman, Les heures de pan>>
  • 28<34pan> des lesquen) do A, copi une lrte et seentées sa’un inetesLun ouluiats aux o (fninscrivenes dn ce s un mêduction angennaise ec la demanuxme ligiié du xve siècle, at le eniseentée celleine losriant:smebp>

11.Létonciation (fol. 27), , . 7).9)>

11<36pan> lass="footnotecall" id="bodyftn27"4href="#ftn21"41..41pa Le Àuche de la pécges d,srorrge, quia) do ist en fuv une lrre derturegeossupérspremiie-D deuiqnn. resresmege d’eun inets boutrer cs à quila prem rer loelSangae du pobleue ettséch dus a eul asolrplus annonair presontcoul/naeintt r">dan roiorsa deuxous danérs (

  • 18<46pan> L. RRabCent qspan>, asonTRabGrahampan>, LesIoduisaons ettooManrit (
  • 28<3span>

12..Lativité (foles intodoron (ftn écEuf ufol. 56v)1, . 7).10)>