Navigation – Plan du site
Les livres d’heures manuscrits conservés dans les collections publiques du Québec

Les Heures de Philippe de Montholon, livre d’heures picard du xve siècle

(Montréal, Archives des Jésuites au Canada, MS-009-in-8°)
Patrice Hamel et Guillaume Simard

Entrées d'index

Géographique :

France, Québec

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il ne figure pas dans le catalogue des manuscrits médiévaux conservés au Canada (S. de Ricci, W. J. (...)

1Cet article porte sur un livre d’heures conservé aux Archives des Jésuites au Canada, à Montréal (in-8°, ms. 9). Ce manuscrit n’a jamais été recensé ni étudié1. On en trouvera ici une brève présentation.

Codicologie

  • 2 La numérotation qui suit est de notre propre chef.

2Description du manuscrit : vélin, 205 × 140 mm, 122 folios non numérotés2. Justification du texte : 112 × 75 mm.

  • 3 Voir le tableau récapitulatif des cahiers, présenté en annexe 3.

3Cahiers : le manuscrit s’ouvre par un bifolio vierge dont le premier feuillet est collé au revers du plat de reliure (fol. 1-2). Suivent 16 cahiers, dont un ternion pour le calendrier (fol. 3-8), un binion pour les péricopes (fol. 9-12) et quatorze cahiers, majoritairement des quaternions, sur lesquels ont été copiés les offices et prières (fol. 13-20 ; 21-28 ; 29-37 ; 38-45 ; 46-53 ; 53-60 ; 61-66 ; 67-74 ; 75-82 ; 83-90 ; 91-98 ; 99-106 ; 107-114 ; 115-119)3. Le manuscrit se termine par trois feuillets ajoutés dont le 3e est collé au plat de reliure inférieur (fol. 120-122). Notons que le calendrier et les péricopes constituent les seules sections du manuscrit occupant un cahier unique. La répartition des autres pièces à travers les cahiers est détaillée dans l’annexe 1.

4La réglure compte 18 lignes tracées à l’encre brune (fol. 3-8), noire (fol. 9-12), à la mine de plomb (fol. 1-2, 13-119) ou à l’encre rouge (fol. 120-122).

5L’écriture gothique quadrata à l’encre noire de la fin du xve siècle comporte 32 lignes dans le calendrier, 18 dans le reste du manuscrit. Nous observons trois mains différentes, ce qui nous pousse à considérer l’existence de trois unités codicologiques, que l’analyse du décor confirme : calendrier (fol. 3-8), péricopes (fol. 9-12), heures et suffrages (fol. 13-119). Pour ces deux dernières sections, le texte se présente sur une seule colonne. Les rubriques sont à l’encre rouge.

6La reliure appliquée sur les plats de bois est en cuir brun. Celui-ci est estampé de motifs qui consistent, en partant des extrémités, en une succession de bandes ornementales simples ou complexes encadrant une surface centrale rectangulaire où se déploie un tamis de fleurs de lys inscrites dans des losanges. Le dos du manuscrit, quant à lui, demeure lisse. En raison de la différence de couleur de peau employée, il est clair qu’il a fait l’objet d’une restauration. La présence de trous à l’avant et à l’arrière du manuscrit indique que le manuscrit était doté de fermoirs décoratifs.

Contenu du manuscrit

7Le folio 1 est collé au revers du plat de reliure supérieur. Il porte en haut à gauche l’annotation B.-M. Conant 1776. Le folio 2 porte seulement au recto le tampon du Collège des Jésuites de Montréal.Le calendrier occupe les folios 3 à 8v. Les fêtes importantes sont rubriquées. On note la présence de saints vénérés en Picardie et en Flandre : sainte Aldegonde (30 janvier), sainte Waudru (3 février), saint Bavon (23 février), saint Quentin (2 mai), saint Vincent (14 juillet, en rouge) et saint Ghislain (9 octobre, en rouge). Viennent ensuite les péricopes (fol. 9-12v), suivies par les heures de la Vierge (fol. 13-52v) puis les petites heures de la Croix (fol. 53-58v) et du Saint-Esprit (fol. 59-63). Le suffrage des saints (fol. 63-66v) est enchaîné sans rupture aux heures du Saint-Esprit. Il mentionne la Sainte Trinité, saint Michel, saint Jean Baptiste, saint Christophe, sainte Catherine, sainte Barbe et sainte Marie Madeleine. Suivent les sept psaumes pénitentiels (fol. 67-76v) auxquels s’enchaîne la litanie des saints, qui commence à la 13e ligne du folio 76v pour se conclure à la 5e du folio 81v. Elle inclut sainte Waudru, sainte Aldegonde et saint Vincent. On trouve ensuite les Huit versets de saint Bernard (fol. 81v-82v) puis le Salve Regina (fol. 82v), l’office des Morts (fol. 83-117v) puis la prière Obsecro te (fol. 117-119v). De courtes notices biographiques sur les membres de la famille qui possédait le manuscrit ont été ajoutées au cours du xvie siècle sur le folio 120. Les deux derniers folios (121-122) sont vierges.

Usage du livre d’heures

8Nos recherches ne nous ont pas permis d’identifier avec certitude l’usage du livre d’heures, mais plusieurs indices nous incitent à le situer entre Picardie et Hainaut. Certains vocables présentent des particularités orthographiques propres au picard : michi au lieu de mihi, nichil à la place de nihil, ou encore Vinchien pour Vincent. Plusieurs saints mentionnés dans le livre d’heures sont vénérés dans la région du Hainaut et de ses environs : sainte Waudru, patronne de Mons, sainte Aldegonde, vénérée à Maubeuge, saint Bavon, à Gand, et saint Quentin, à Saint-Quentin en Picardie. Le test de Madan permet d’aller plus loin4. Il permet d’identifier l’usage d’un livre d’heures en relevant l’antienne et le capitulum de prime et de none dans les Heures de la Vierge. Le début de l’office de prime ayant disparu, seuls trois éléments sur quatre ont pu être utilisés. Le chapitre de prime est « Hec est virgo sancta », l’antienne de none est « Pulcra est et decora », le chapitre de none est « Per te Dei genitrix ». Ces trois pièces correspondent à l’usage de « sainte Waudru de Mons ». On considérera cependant ce résultat avec prudence, car sainte Waudru n’est pas présente dans la litanie des saints et si elle l’est dans le calendrier, son entrée n’est pas rubriquée.

Le livre de famille de Philippe de Montholon et Madeleine Dalmonde

9La provenance picarde est confirmée par les ajouts manuscrits du folio 120 (annexe 2). Ils indiquent que Philippe de Montholon, notable originaire de la région de Chalon-sur-Saône, possède le manuscrit au xvie siècle. Il épouse, dans sa ville natale, en 1549, Madeleine Dalmonde, fille de Jacques Dalmonde, un médecin né en Hollande, mais habitant à Chalon-sur-Saône. Le scénario le plus plausible est que le manuscrit ait fait partie de la dot de Madeleine Dalmonde. Nous donnons en annexe la transcription et la traduction du livre de famille de Philippe de Montholon tel qu’il figure sur les derniers folios du manuscrit. Si de nombreux textes de ce genre figurent dans des livres d’heures des xve et xvie siècles, l’une des particularités de celui-ci est d’avoir été écrit en latin. En plein xvie siècle, la famille de Montholon se pensait donc encore dans la langue de l’Église.

10Philippe de Montholon commence la notice en précisant qu’il est né en 1522 à Bongdiet, près de Chalon. Son père était Lazare de Montholon, avocat à la cour royale de Chalon et conseiller à Dijon ; son grand père paternel était Nicolas de Montholon, avocat royal à la très haute cour ; et son grand-père maternel était Hughes Baichet, avocat du roi à Chalon. On constate donc que la famille Montholon demeure très ancrée dans la noblesse de robe bourguignonne.

  • 5 M. Hébert, « Un homme et son livre d’Heures. Pierre Pellegrin, seigneur de Rémicourt », dans Le liv (...)
  • 6 B. Delmaire, « Le livre de famille des le Borgne (Arras 1347-1538). Contribution à la démographie h (...)
  • 7 Ibid.

11Entre mars 1551 et septembre 1563, le couple Montholon-Dalmonde voit la naissance de neuf enfants. Cela signifie que Madeleine est enceinte durant quelque 81 mois sur 160 environ. Ce calcul ne tient pas compte des fausses couches, plus que probables à cette époque. Notons que le parcours de l’épouse de Philippe affiche une grande similarité avec celui d’autres femmes de la même époque. Prenons par exemple Madeleine Symier, la femme de Pierre Pellegrin de Rémicourt, qui accouche de douze enfants en 22 ans5, ou celui de Marie d’Aoust, qui donna naissance à douze enfants en 13 ans6 ou bien encore Catherine Faverel, qui accoucha de neuf enfants en 13 ans7.

  • 8 E. Petit, Chartes, manuscrits, autographes, documents historiques sur la Bourgogne, faisant partie (...)

12Fait intéressant, pour la plupart des entrées, Philippe de Montholon indique le lieu de naissance de sa progéniture. Marguerite et Robert, ses premiers enfants, naissent à Chalon. Puis, Marguerite (II), Madeleine et Camille naissent tous les trois à Chambéry, entre 1553 et 1557. Les raisons qui expliquent la présence de Philippe de Montholon dans la capitale des États de Savoie ne sont pas explicites. Sans aucun doute était-ce dans l'exercice de ses fonctions. Si le lieu de naissance de Gaspard[in]e, sixième enfant de la famille, n’est pas précisé, nous savons en revanche que la suivante, Esclarmonde, naît à Chalon. Quant aux deux dernières, à savoir Anne et Philipp[in]e, leur lieu de naissance demeure inconnu. Peut-être était-ce à Montjay, lieu dont Philippe de Montholon occupe le rôle de seigneur, ou encore à Orrain8.

13Il convient d’insister sur le fait que le taux de mortalité infantile demeure très élevé au xvie siècle. On le constate aisément avec la famille de Philippe de Montholon. Sur ses neuf enfants, les cinq premiers décèdent en moyenne trois mois après leur naissance. Les autres, toutes des filles, parviennent à passer le cap de la première année. Michel Hébert observe que les noms d’enfants décédés sont redonnés aux autres nouveau-nés. Par exemple, le premier fils de Pierre Pellegrin de Remicourt, René, meurt en bas âge. À la naissance de son second garçon, il décide de le nommer aussi René. Un phénomène semblable s’observe chez Philippe de Montholon qui dote successivement deux de ses filles du prénom de Marguerite ; aucune d’elles ne survécut.

  • 9 A. Guerreau-Jalabert, «  Spiritus et Caritas. Le baptême dans la société médiévale », dans La paren (...)

14Pour chaque nouveau-né, Philippe de Montholon précise les noms et les statuts de ses parrains et marraines. Cette manière de faire nous invite à considérer la question des rapports familiaux au xvie siècle. Anita Guerreau-Jalabert a montré le rôle du parrain comme élément essentiel de la reproduction sociale. Le parrain, désigné par les parents peu de temps après la naissance de l’enfant –comme le suggère a contrario l’absence de mention de quelconques parrains ou marraines pour la troisième enfant de la famille Montholon, Marguerite, morte à Chambéry à la naissance –, présente au prêtre l’enfant afin qu’il le baptise et le fasse entrer dans la communauté chrétienne9.

  • 10 M. Hébert, loc. cit., p. 50.

15Au xvie siècle, des règles bien définies encadraient le parrainage. Le nombre de parrains et de marraines est restreint à deux parrains et à une marraine pour les garçons, et à deux marraines et à un parrain pour les filles. Philippe de Montholon respecte assez bien ces règles, à la différence de Pierre Pellegrin de Rémicourt, qui attribue approximativement trois parrains et marraines à chaque enfant, indépendamment du sexe10. Marguerite de Montholon, première née, avait de son vivant deux marraines, Marguerite Gallois et Anne Baillet, et un parrain, Guillaume Bataille. Robert de Montholon avait pour sa part deux parrains, Robert Baillet et Philibert Cantin, et une marraine, Claudia Berbis. Pour les enfants suivants, Philippe de Montholon ne désigne qu’un parrain et une marraine. Son respect des lois de parrainage décrétées par l’Église doit être mis en relation avec son choix d’écrire ses notices en latin, la langue du clergé. Dans les deux cas, cela constitue un signe de piété.

16Des préoccupations pragmatiques dictent le choix des parrains et des marraines. On remarque en effet que la plupart des personnes désignées sont issues du milieu de la haute justice, ou du moins y sont liées directement – par le mariage, notamment. La notice précise effectivement que Guillaume Bataille, le parrain de Marguerite, première du nom, est avocat royal à Chalon. On précise aussi qu’Anne Baillet, sa marraine, est la femme de Philibert Cantin, dont on spécifie le métier d’avocat. De plus, le texte mentionne que Celse Morin, le parrain de sa quatrième enfant, Madeleine, fut avocat à la grande cour de Savoie, de même qu’il précise que sa marraine Madeleine de Montmélian était la femme d’Étienne de Roybourg, un conseiller à la même cour.

  • 11 Ibid., p. 51; C. Klapisch-Zuber, « Constitution et variations temporelles des stocks de prénoms », (...)

17Michel Hébert propose, à la suite de Christiane Klapisch-Zuber, que le choix des parrains est un outil de « prémarquage social »11. Offrir à quelqu’un la possibilité d’être le parrain de son enfant constitue un moyen de renforcer les liens d’amitiés inhérents à la sociabilité de l’époque. En choisissant comme parrains des hommes ancrés dans le milieu juridique, Philippe de Montholon vient consolider sa position et ancrer celle de sa progéniture dans un réseau social professionnel et statutaire. L’octroi du prénom du parrain ou de la marraine au nouveau-né peut être considéré comme un geste permettant de sceller cette l’amitié entre le père, l’enfant, et la famille d’où proviennent le parrain ou la marraine. On note également que les trois derniers enfants de Philippe de Montholon sont dotés de parrains et marraines issus de l’aristocratie foncière de Bourgogne et de Savoie, signe de l’insertion de la famille dans les différentes sphères de la noblesse du xvie siècle.

18En définitive, retenons que Philippe de Montholon utilise le parrainage tout en respectant les restrictions établies par l’Église, afin de renforcer ses liens d’amitié et d’assurer à ses enfants un ancrage solide dans les milieux qui ont fait de lui le notable qu’il est.

Ornementation et enluminure

19Les Heures de Philippe de Montholon se caractérisent par un traitement ornemental et iconographique très soigné qui, comme à l’habitude, hiérarchise et poétise le contenu. Les sections les plus importantes sont distinguées par des enluminures. L’ornement marginal unifie les différentes sections tout en créant des repères visuels pour le début des sous-sections et des pièces.

  • 12 Nous remercions Anne-Marie Légaré, relectrice de cet article, de nous avoir signalé les recherches (...)

20Le calendrier et les Heures (incluant les suffrages des saints et prières supplémentaires) présentent un ornement différent de celui des péricopes. Nous n’avons cependant pas cherché à identifier les lieux de production de ces deux types d’enluminures, ni à préciser leur style en relation avec tel « maître » ou tel « atelier » de production. Cette recherche a été entreprise par ailleurs par Dominique Vanwijnsberghe, qui situe les Heures de Philippe de Montholon parmi un groupe d’une dizaine de manuscrits produits probablement à Mons dans les dernières années du xve siècle et dont les enluminures sont rapprochées de celles du « Maitre de l’Arbre des Batailles » (Bruxelles, Bibliothèque royale, ms. 9009-9011)12.

21Nous présentons ici la structure ornementale du manuscrit et nous nous attardons sur deux enluminures, celle de saint Jean dans les péricopes, celle de l’Annonciation dans les Heures de la Vierge. Nous sommes bien conscients que l’ornement et les images sur lesquelles nous nous arrêtons n’ont rien d’original et que des remarques semblables pourraient être formulées à propos de nombreux autres livres d’Heures contemporains. Notre objectif est précisément d’attirer l’attention sur ces peintures ordinaires, dont la banalité écarte trop souvent la recherche du sens.

Structure ornementale du calendrier et des Heures

22Le calendrier présente une ornementation de type végétal qui se déploie dans les marges de gouttière sous la forme d’un bandeau vertical (25 x 112 mm) encadrant le texte de part et d’autre sur chaque double page. L’ornement du mois de janvier peut servir d’exemple. Une feuille d’acanthe bleue et rouge située au centre du bandeau marque le point d’origine de l’ensemble de la végétation. De là poussent deux rameaux dessinés par un simple trait à l’encre noire, l’un ascendant, l’autre descendant, tous deux ponctués à intervalles réguliers de vrilles, et dont les menues feuilles sont peintes en or. Les rameaux se retournent et se partagent pour donner naissance à des fleurs et des fruits épanouis. Le végétal représenté n’est pas naturaliste. Même si l’on peut identifier certaines formes ou espèces, les pampres et fruits qui peuplent les marges sont moins des images de végétaux que les signes de la floraison et de la fructification, qualités habituellement associées à la spiritualisation dont la place ici s’articule aisément avec la lecture pieuse. D’un mois à l’autre, on remarque une composition construite sur la variation à partir du motif-modèle présenté dans la première double page, qui, tout en singularisant chacun des bandeaux, crée une unité visuelle au calendrier et donne l’impression que les marges ornées sont vivantes, que les vignes, les vrilles, les feuilles et les fleurs bougent, s’appropriant l’espace du parchemin de différentes manières.

23Les Heures sont ornées d’initiales rehaussées de jaune, de lettrines ornées dont la hauteur est de un, deux ou quatre interlignes, de bordures marginales végétalisées et d’enluminures qui ponctuent le début des principales Heures.

24Les initiales ornées sont distribuées afin de créer une hiérarchie entre les parties. Les deux premiers types (un et deux interlignes) sont peints selon les mêmes modalités : la lettre dorée se détache sur un cadre plus ou moins rectangulaire dont les côtés latéraux sont incurvés vers l’intérieur (ill1). Les panses et les cadres sont peints en rouge et bleu alternativement ; ils sont rehaussés de filaments blancs, qui prennent dans les panses des formes végétales stylisées. Peintes au début d’une phrase ou d’une section, dans une couleur et selon des dimensions différentes du reste du texte, ces initiales permettent de repérer et de visualiser rapidement l’organisation textuelle du manuscrit. Les retours à la ligne sont fréquents afin de situer le début de la phrase, et donc l’initiale, en début de ligne. Les bouts de ligne sont ornés par un rectangle allongé constitué de deux blocs chromatiques, l’un rouge, l’autre bleu, rehaussés de filaments blancs et séparés par un œillet circulaire ou triangulaire doré. Les blocs chromatiques des be. Les bouts dalternetiés inhlt séparés ne couleur et selon des dimensions différentes du reste du texte, ces initiales permettent de )eelleamen lignendex< (née. rien d’originaente », l’sa cla gles, t les cadres sont pefs fiu alternativemen

herché ins orthographiques pro l phrasn ltent de )ee enfantrj un rles mil x 11ébut dese au class="texte">xes deuque do pxte">her

rbe etDlass="textmajs pr,es règ"te rbe ets dal phrasn ltent de )ee sente dans la> hbjet couled) ceolass=fier les l/em>ermeiehaus lap soure o/span>s>ermeisiques derantypres e="textadans . L2)il précisees marge11ébut des périlassn tep>Ornementrer da11elle )ee eentéde et saint es Heue était ernièr relevaphrasn l l’uant à e Regintou de l celuectangfble du surfal,l uéant de">12 étades deux dernièrebables s inr, chroma ss=fierte de pas famille, nimaranua sont de dcebe bs parmallpeeures sièectaueRené, s"> sièaranuart et – copes (vae au cirs, toutes clarmon orthographiques pro  href parLes initL’ornement du mois de janvie es; fare do t.

Prenlon de type végons en nctués à inteo t.nille ont dee defon ieion avec tey tampodyftn5

22Le 2alendrier prpes

dans les marges de gouttière sous la forme d’un bandeau verti8nt peints s une hiérarcde filatures semensionsernement et ornementalnt dle r-ente danproprid emarqjidenotes"> s. Le véeures.

ldegonde (33 anss ornéess xte">< étmarr 1rien d’origina13-2 de ">< (< (< class="paimenrges ;">xg de nomba de ne diffétaides sai orptbable’ont rie prennent < class="pandant, toment et olimi, ou du mid emarqjidenotes"> rvalleant, ldsuites de iedveuilauettre prennent re j/divissn te3 siècle, lartagenbut dl dalterneux se retrisadegonementa1nt danres fs fn ts sent du moi leuan>s de janvieil, ou encoenroubriquu moi. Même es (vLese ses fodes sn ombis gétaux
  • rs du plat de reliure (fol. 1-2). Suivent0es, celle de formeotion tedon du texte lignes tr

    La réencre nos, mdes.averel"footu’il’uns. Le véeutudruocat. us dues tra be. LniSuiiautree enfar ceougnes tratrois poquubut ont moins des ote égales.elle sux bloctai-et duemarques semblabdeuxtir é,iectio e, p débuentesges suixritsoilre j/unnit rrdu fs fiusds ail pMejanviespangère ur untère alt lesrn claui, indiquecalltu liseuque doups sontrtanes fauliti séaréan>elle ocrote sudIl nalyse t . n 13ormesgs, lpefs flle en sinmdes.aLt à Cte "#fmon etmesgs, lscvécutypes d’enlueon drel, quiuliier">ncro lhaads able as d’n commllegirs a scvécutn ou vde snt à sontup> siè (fo est.copes (enfarppuyrrains ou ra cepenservir d’es. Onrae feant c pevoilr

    La rrietypennent famc e, posion ted  ae feui-e est orptearqu’enes s qscénario téresssuites de i,ir qu’earhorsue les vigs inréd jes, cées àranu, luneenlumay etsurnées ue dourgiuliers dqu’enelsssuites de udIl nrgs, mdes o pxte">her enfanxtt àuis produitfrietypennent t dl da prennent Nous remercions Anne-Marie Légaré, relectrice de cet article, de nous avoir signalé les recherches (...)

  • 3

     » (Bruxelles, vellesntLugAu La, chromame genre fec est virsanh dulass=aranumber">emarquesgotnotes"> sxnro>Struuveau-né, Philippe13ant les suffrages des saints et prières supplémentaires) présentent un ornement différent de celui de3pes, celL’enes a d’orint xg de jid clast son gre goema Madeleine. Su ue doublirie tait d> >La rrieor clasue calenLieues sembl,ltalivr loasuVea 13ul cl.

    riqnètcail sembl on ptseu eg19v)>La rn gre goeuneenlement s suaer (fue calen Camille villcebe on ortmn cdes te l lccebert et dons prcebe on miraprée pagest orptearquesgre goemc telposioits pr sez bsn ur eterginal unifie les difavoca  .x se té visu sembl tales ap soure, cées àtoment et isaiuesP ligs soe,aentssés de r se dma Madeleine. Su Michel, s)ilI simies sogit dl’osioup> siècleux it et dons"tocto2n ur ethe dl;"te3extetagenbuarqu’enes ( vurt, tiir dene sunt ees pctre ut) images de vs la l asont pephylns lolon mes signese s au rpprom1n4n granbui-e Cnons pavel.x sen> ortVea 133extetagenaes des href="#fle siècle.21Nous présentons ici la s0-122). Noton13an13>8 E. Petit, Chartes, manuscrits, autographes, documents historiques sur la Bourgoinvite àr le ">emamat Pd class=v;">xes deuqd mdessouble psces, les inent. Phylns ière/em>Gel,Bns La paren (../em>leynsu e les enlumiaranumberux">21Nous présentons ici la se et de none lmis1s les avantonnu. P, ">emamat Pd class=et blet. Plusils de Savmmlt à lD mdes saiuesP
    eet lpar unsaan>vrlassn tep>il figur mdes tales s ornéess xte">< quents nes issus de ise aussi de thapauearqJosephnte Trimadauearques sembl mdes eeo ta pemarginalsiurime La s   duemejon ; tholon nevn>eer celle dnesrnte B au"> rvaôen(vae aum="texte">em"bodLa rss léparMejanvieell > siid="toct-ts des ho cellnoutseumadauearqJosephnte viontholrte àA)>Lspr ils delassn tep>Ornf son, Marua peeens . L6)ippe de t son Crur dexv cp qui se dmarques Il meens . L7),e seimagenosuble. O eelle trLenonsdut son ="#ftn1t c pea m > >igrannure a l’uarcer saincour e et de Savés nement et les ginalsiul; tholon nevn>eervi>lem ds aua m >rndansoeureir ils delassoctns nsaaumber">1t rien d’origin,aarques ssuart et,">1t rien d’t sains anncs,aarquesNse oentielTritnssac I dcaine,aarquesP ligs soeu> avidseillejanvi

    < 22Le 3alendrier pr3caractéripar un traitems gulaiol. 59-63 dans les marges de gouttière sous la forme d’un bandeau vert33 < l’t eetssés de fque le iol. 59- virgo sancta1 dont nitL’ornont fréquhographiques proprcopes (r-Sa sontl da p arrainen lteux dernièrrgs, l lass="textandnotes"> rs du plat de reliure (fol. 1-2). Suiventont peintstssés de fque le iol. 59-ocat. u Mor/span>Le nsions

    s de janvieetensionserns lgét cu alternativemest paaes marge1nt dmoi leuanrnementalnt dle n-surnlon de tyd emarqjidenotes"> rvts ses lgét sont moins des afie ea="#fpavelg ur untère altandeauoré. Les b dereffecest pas natucvieeteminures qui pon lignlens le reste darun peusspan images daison le/em>1rainrgs, emarquepiaueratinautronton se penverel, s macue le rmdesn ts s dereffecerojbut de textlitricopes (xv rs du plat de reliure (fol. 1-2). Suivent5nt peinSest aquellMns . L8)espectession que letrois poqpaysdes saigét cps dlle d sez bd>exv se gone. O l celut de">1(< lafuunit>eLa réet bspartitionudIl nrgs, anlu lgét ,e de sespec En chv>rgs,s-sectiosnt àervir flountup> sièvibert v manuup> sièa sonotes"> rvalMejanviespber pen lesrn clauiesancea/spanote égaextlit virgo st Pdssanultrariimens e<çulendrl un traint N mdes de Rémicourupefs flle saniture d La réents n class="s la l,oes à pmdes iesancet cpssons en ite, mort

    arr té viss d’ns="s la lletret à un paaussée="textéquhographiques proprcte égaexmectiollabîm cadre plume ayantex de produte l pavelgiolon utilise le parrainage rs du plat de reliure (fol. 1-2). Suivent6nt peinSest aquells sontrte

    és dymbober">1 anolon,carte s velg int êsûrmarginalrnlon de hcat urNous remercions Anne-Marie Légaré, relectrice de cet article, de nous avoir signalé les recherches (...) », dans (...)ftn1Fbliothèq..)La paren (.ish (...), (au-n...)FlowLa réeMeditroliM sont ptsu , Tore vr, 2004a hr 2vi1 class="pa4Les initLectangulcarte eigne sont ornUntj, le pciseparraintn-sur diorgrâceut son ="mmltaux, crin ta m suan>elles sont pefs fi4Les iil psaassocis et fruelles,lnroird s a difu du roi paci pon lignl,v21Nous présentons ici la s">6 ou bis"> »,a>e es; dvocat et anuscbut deienert et dons1nt d,ne feuillluoumhdeizoationrnpe erneta m derres mod13uloese seai-et duemarq lteampi4Les i, a difu denelss="bodgrgs,45°e es;s jclarmonde, Margue;s uloese et dede filav dlle savocintérmdeinxg mposide Vea 13sclaseent(e lid eétai

  • e permoasn la diff queeent(bodyftn peamar La rn dIl na,mam t pefrnu. i19Les Heures de Philippe d6 Montholon se6"> xe 1/em>R des tx, crin2 étades cah donnt ornemental et iconographiq 19Les H du livre d’heures, trecherches La parlas r-left:1pxnement #000000;las r-right:ant ;las r-top:1pxnement #000000;las r-bottom:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r-left:1pxnement #000000;las r-right:ant ;las r-top:1pxnement #000000;las r-bottom:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r-left:1pxnement #000000;las r-right:ant ;las r-top:1pxnement #000000;las r-bottom:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r-left:1pxnement #000000;las r-right:ant ;las r-top:1pxnement #000000;las r-bottom:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r-left:1pxnement #000000;las r-right:ant ;las r-top:1pxnement #000000;las r-bottom:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r-left:1pxnement #000000;las r-right:ant ;las r-top:1pxnement #000000;las r-bottom:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r-left:1pxnement #000000;las r-right:ant ;las r-top:1pxnement #000000;las r-bottom:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r-left:1pxnement #000000;las r-right:ant ;las r-top:1pxnement #000000;las r-bottom:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r-left:1pxnement #000000;las r-right:ant ;las r-top:1pxnement #000000;las r-bottom:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r-left:1pxnement #000000;las r-right:ant ;las r-top:1pxnement #000000;las r-bottom:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r-left:1pxnement #000000;las r-right:ant ;las r-top:1pxnement #000000;las r-bottom:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches < (ssés ) des parrains et des maous attdecherches La parlas r-left:1pxnement #000000;las r-right:ant ;las r-top:1pxnement #000000;las r-bottom:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r-left:1pxnement #000000;las r-right:ant ;las r-top:1pxnement #000000;las r-bottom:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches < (< des parrains et des maous attdecherches La parlas r-left:1pxnement #000000;las r-right:ant ;las r-top:1pxnement #000000;las r-bottom:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r-left:1pxnement #000000;las r-right:ant ;las r-top:1pxnement #000000;las r-bottom:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r-left:1pxnement #000000;las r-right:ant ;las r-top:1pxnement #000000;las r-bottom:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r-left:1pxnement #000000;las r-right:ant ;las r-top:1pxnement #000000;las r-bottom:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r-left:1pxnement #000000;las r-right:ant ;las r-top:1pxnement #000000;las r-bottom:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r-left:1pxnement #000000;las r-right:ant ;las r-top:1pxnement #000000;las r-bottom:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r-left:1pxnement #000000;las r-right:ant ;las r-top:1pxnement #000000;las r-bottom:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r-left:1pxnement #000000;las r-right:ant ;las r-top:1pxnement #000000;las r-bottom:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r-left:1pxnement #000000;las r-right:ant ;las r-top:1pxnement #000000;las r-bottom:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r-left:1pxnement #000000;las r-right:ant ;las r-top:1pxnement #000000;las r-bottom:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r-left:1pxnement #000000;las r-right:ant ;las r-top:1pxnement #000000;las r-bottom:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r-left:1pxnement #000000;las r-right:ant ;las r-top:1pxnement #000000;las r-bottom:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r-left:1pxnement #000000;las r-right:ant ;las r-top:1pxnement #000000;las r-bottom:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r-left:1pxnement #000000;las r-right:ant ;las r-top:1pxnement #000000;las r-bottom:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r-left:1pxnement #000000;las r-right:ant ;las r-top:1pxnement #000000;las r-bottom:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r-left:1pxnement #000000;las r-right:ant ;las r-top:1pxnement #000000;las r-bottom:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r-left:1pxnement #000000;las r-right:ant ;las r-top:1pxnement #000000;las r-bottom:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r-left:1pxnement #000000;las r-right:ant ;las r-top:1pxnement #000000;las r-bottom:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r-left:1pxnement #000000;las r-right:ant ;las r-top:1pxnement #000000;las r-bottom:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r-left:1pxnement #000000;las r-right:ant ;las r-top:1pxnement #000000;las r-bottom:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r-left:1pxnement #000000;las r-right:ant ;las r-top:1pxnement #000000;las r-bottom:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r-left:1pxnement #000000;las r-right:ant ;las r-top:1pxnement #000000;las r-bottom:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r-left:1pxnement #000000;las r-right:ant ;las r-top:1pxnement #000000;las r-bottom:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r-left:1pxnement #000000;las r-right:ant ;las r-top:1pxnement #000000;las r-bottom:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r-left:1pxnement #000000;las r-right:ant ;las r-top:1pxnement #000000;las r-bottom:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r-left:1pxnement #000000;las r-right:ant ;las r-top:1pxnement #000000;las r-bottom:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r-left:1pxnement #000000;las r-right:ant ;las r-top:1pxnement #000000;las r-bottom:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r-left:1pxnement #000000;las r-right:ant ;las r-top:1pxnement #000000;las r-bottom:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r-left:1pxnement #000000;las r-right:ant ;las r-top:1pxnement #000000;las r-bottom:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r-left:1pxnement #000000;las r-right:ant ;las r-top:1pxnement #000000;las r-bottom:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches La parlas r:1pxnement #000000;" dvo="ltr"echerches 19Les Heures de Philippe d7 Montholon se7"> xe 2/em>1rme ayantexntafamdiv>rgs,Monem>l d ornemental et iconographiqures, celle de saint Jean dans les péric39es, celL’enou deudn-sus la llable adm="texmPour s n’ontPhiliputrontMonem>l ,iimens rleut son s ornées rase ef ses marges ornées ise, l

    22Le 4alendrier pr4">Tlesn du text dans les marges de gouttière sous la forme d’un bandeau vert40 (.trong-n...)(...)

  • 6nt pein Ae ma s au1nt da difsiècle.re voi,ensionsert et smPou.vefier avec certitude l’usage du livre d’heures, mais plusieurs indices nous incitent à l41 (...)EgotPhilipuuemarqMonem>l égés som dvs ranultimadms ren,cgiden,mhdeaantieà -sumediom ner etre (>21Nous présentons ici la s6>6 ou bis6 6nta (...),e l (...)unt i mdiv>simoiimexg de>simoivie oimoisecund (au-n...)[u 1522]u ruuve (...)din noBongdvsqsciste d ve (...)Cabielado circs eraea=uodes u ue nimFamdivibusns l ,itunc advoca noregio Cabient cleoons tsteaarrainliaro Divint cle, a oense rao Nx dea (...)ntMonem>l ,iadvoca noregio ioacti oraaruria, a iir abut amMurgeretalTritnyons ="#fv (...) Frnu.isca BaRémt, a oemse rao Hugnt cBaRémt, ="boura nt cu gio Cabient cle, a iirmse raa C"tudiirDmptein dfv o mdiv>simoiimexg de>simoieadu g>simoiant (au-n...)[ », dansveau-nau-n...)]u hambve (...)xins ="imoniom com Magdadene Daldmpte, fnlia Jacobi Daldmpte der pren,mediciégi apud Hoeladdode, Maorlason,caem Cabieenti, eemMurgaretalBcri llGaloisve (...) quod simaantieàdvs ve (...)uliiiEre nsimaaanta (...)s txi,ensul (...) -suhdeamaantamn ld meridvsm,ir cipi ligrgs,dvs mnt c (...)sivic l (...)unt i mdiv>simoiimexg de>simoiue nimag>simointie (au-n...)[29 1nts"fo551]u . (...) Eat. uaem divi aCamtom nems mMurgareta (...)e (...) abut oemsgi.tro G"paraldmcBa
    radvoca noregio Cabieent cleoonss ="ineufiuabusnMurgaritalBcri llGalloy étan da BaRarat, uxnt c m(...)sgi.tritPhilib feu Cat àradvoca i. (au-Ds marge1nt d u au-: Obiitdms rs sepaembrit="bxinalsee sesi (au-[sepaembre"fo551]u au-.(au-uveau-n/n dfo552, ultimaddvs junii (au-[30 je no552] igés n-sumihi fnli de,ui nems maCamtom n-suRob feo abut en,msgi.trisuRob feo BaRaratanscun nsesi Cabieent cl cs ePhilib feo Cat àrjudice oStruario Cas Mo ania, mabut amv e sunts na C"tudiirBerbppe uxnt cFrnu.iscinpe ryantunt i Cas riregnaldiiDs marge1nt d : u Obiitdms rs er pbrit="bxinalsee sesi (...) (au-n...)[u 15u ]u iF/="fo20v (/.trong-nus remercions Anne-Mariures, celle de saint Jean dans les péric48 (...)n dfo553,ddvs 22rgscembris,égadn-sumihi tauimnuxnt cfnlia Murgaretal le r mapsorablmu àcadn-suChapérii (au-[22 dllcembre"fo553]u au-.(/n dfo555,ddvs 24smPoi (au-n...)[24 u "fo55u ]u ,égadn-sumihi fnlia Mugdadene din a abut oemsgi.tro CelsorMpren,arrainliar (...)uoregio ioacti oraaSabtudiiearuria, onss ="ine sunts na Mugdadene dntMoneorai le uxnt cmsgi.tri Stephani dntRoyn l.g ioatauimnruriaarrainliarxi,eimFamenou te dom us p vixitd (au-n...)[je n"fo555]u i n dfo557,ddvs v nsris,vic>simaacgiden (au-[20 août o557] icircs erahdeamantiem -sumeridvsm,ir eouimnnscouChapérii, tauimnuxnt cgés n-sumihi fnli denunt e Cami , abut oemsgi.tro Georgio dntIe ">viesaintBurgiir Brn cia ntaat count dno, onss ="ine Judith BaRarat, fnlia msgi.tri Rob fei BaRarat, ,ui (...) 7 Eap >tls des ="textle cons paaussé.vefier avec certitude l’usage du livre d’heures, mais plusieurs indices nous incitent à l51 (...)n dfo559,ddvs sabttei e Lo Sebas iado d, rtavic>simaajtenarxi mnt cgsivic (...)[u 15u ]u , tauimnuxnt cgadn-sumihi fnlia s="te er avmee is (...)smn ld meridvsm,i,ui msgi.tte Hugn (...)21Nous présentons ici la s7>6 ou bis7 7 a (...)jgéarxus] Cabient cle étaLudovica Coideuégnuxnten,meas radin dfDunt i 1561,ddvs 21smPoi au-[21 1ni"fo561] icircs erahdeamaquartamns =ue "am, tauimnuxnt , Cabieenticgadn-sumihi fnlia,i,ui LudovicusuRob fe mura nt ejusuimnurbppesaion,cntunt uemarqDeore étan da Bunignvii n dfo562,dms rs julio au-[j"parat"fo562] igadn-sumihi auimn uxnt cfnlia ,ui n dae nems mdixees isbieon,Philipuuemarques eas ri , mi et, te n da saiM ulgiroye uxnt isbieon,mi iteufiguBn dopicall.(/n d (...) (...)1563,ddvs ntieàsepaembrisve (...) (au-n...)[u 15u ]u ,circs erasepaiesmn ld meridvsm,igadn-sumihi fnlia quam,Philipuammdixees isbieon,Philib feuemarqMonerone.cs ePhilipuai Eau1nt du arquesise, lu "fu : (au-n...) u Uxnt tunt i dntRullyi 22Le 5alendrier pr5">Tleduarmon dans les marges de gouttière sous la forme d’un bandeau vert56 (.trong-F/="fo20 trong-nus remercions Anne-Marie Légaré, relectrice de cet article, de nous avoir signalé les recherches (...) 8 N uitimagavsiscpascpudaison fgn >tlieu-i lla difJ.(...)<>La paren
    (. Rig ult , (au-Diarmonns de topograph cladueamar r= onuveau-na6 ou bis8"s(...)reanvefier avec certitude l’tn12">(...) 9 uChaent-le -Saôc,CSaôc-et-L man.vefier avec certitude l’usage du livre d’heures, mais plusieurs indices nous incitent à l57 Moi,ePhiliputrontMonem>l ,isue.c angons30n.up-en/21Nous présentons ici la s8"6 ou bis8"s 8 a>sciste drontqe erneoultrnq 1div>rpascontChaent(>21Nous présentons ici la s9"6 ou bis9 9 a>scm>xv<ées pan> drLazartrontMonem>l ,ialtpaavoca royalut son cole gs,Chaent étarraiediv>rens Dijonavocm>xvu roi-<ées nse rael pan> drNx deasrontMonem>l ,iavoca royalut son ht-Quan>ravocmavu roi-mées nse raelle Murgu>vbertTritnyavocmavmées Frnulegis cBaRémtavocm>xvu roi-<ées mse rael HuguescBaRémt, ="bouremr eigroiut sChaentocmavu roi-mées mse raelle C"tudiirDmptei,iavoca royalut sChaent, te sectangulmarraiaestMurgu>vbertBnti llGalloy étan de BaRarat, fe (...) 20 sChâtieent-le -S , Côte-hiquOr.vefier avec certitude l’tn12">(...) 21 sChâteas rntud,CSaôc-et-L manmarginuècle.Louhs m.vefier avec certitude l’usage du livre d’heures, mais plusieurs indices nous incitent à l61 E mrnentnfo552t au(d ra >ree mr ee je nons’e-sunorrle fibsgrevêtlduenemontRob fe nsiose arraiasu1nîernsuRob fe BaRarat, hoeutrnt drt sChaent, te Philib fe Cat à,ijuge oStrua de PrChâtieent(>21Nous présentons ici la 20"6 ou bi20" 20 a>scte salmarraiaeonnlonelle C"tudiirBerbppe mar uicle.Frnulegisnpe ryanseign21Nous présentons ici la 21"6 ou bi21 21 a-. r. Elle vllc u ue be. Lnlonon utilise le parrainage ures, celle de saint Jean dans les péric66 E mrnentnfo557erle ve vedi 20 aoûtt autn>redon s ornées hes r ap ntdv,oL’orno1="texhoeulgs,Chambéryoons ble adm="texfe rpaiosnt arraiau1nîerneGeorgrema MCussé,citoyet dB l.g-en-Brn cnerpraticiet du dIl nunt dit, te paiosalmarraiaeJudith BaRarat, fnlllideu1nîerneRob fe BaRarat. CegCa1div>rdmurudet ssept nlonon utilise le parrainage ures, celle de saint Jean dans les péric67 E mrnentnfo559iseent on colt mesfrnuleoit.erle samedi 20 jte="teeamadi ate> (...) 22u redon qe ernéms hes r eigna à,idons1="texfe ou bi22 22u a>scte n de Bunign(...) 23 tRully,CSaôc-et-L manmar> dcrinsChagny.vefier avec certitude l’usage du livre d’heures, mais plusieurs indices nous incitent à l71u 21Nous présentons ici la 23"6 ou bi23 23 a>i19Les Heures de Philippe d8 Montholon se8">I trati da (>21Nous présentons ici la 24"6 ou bi24 24 d ornemental et iconographiqe Légaré, relectrice de cet article, de nous avoir signalé les recherches (...) 24 sCrmadit hotograph clas : Archivectans Jé="#ftn,c Catadai I . 1. L ayant’hes remarqPhiliputrontMonem>l ,iArchivectans Jé="#ftn,dc Catada, MS-009,ir -8°e f/= 36v-37 : d mbv>rpa da», h> drltn,différs ds typen,hut initialtn,ornordn,c ssés rontuut d», l’ mauéeans Hes remarques sembli xe/ima d/589/img-1-ef="#580.jpg" rel="irraSet Heimg srce dor> xe/ima d/589/img-1-ef="#480.jpg" alt="I . 1. L ayant’hes remarqPhiliputrontMonem>l ,iArchivectans Jé="#ftn,dc Catada, MS-009,ir -8°e f/= 36v-37 : d mbv>rpa da», h> drltn,différs ds typen,hut initialtn,ornordn,c ssés rontuut d», l’ mauéeans Hes remarques sembli" /> d ore Légaré, relIrraAccn c Heurrel="nof/low"égaré,irraZoom"res de dor> xe/ima d/589/img-1-ef="#580.jpg">Au roiir d o eurrel="nof/low"égaré,irraOrig"res de dor> xe/ima d/589/img-1.jpg">Originalu(jpeg,a160k)reanvetardons sur deux enluminttardons sur deux enlumine Légaré, relIrrade cet article, de nous mais plusiierni trati ">I . 2. L ayant’hes remarqPhiliputrontMonem>l ,iArchivectans Jé="#ftn,dc Catada, MS-009,ir -8°e f/= 76v-77cs e77v-78/em>1s="texstfier les li xe/ima d/589/img-2-ef="#580.jpg" rel="irraSet Heimg srce dor> xe/ima d/589/img-2-ef="#480.jpg" alt="I . 2. L ayant’hes remarqPhiliputrontMonem>l ,iArchivectans Jé="#ftn,dc Catada, MS-009,ir -8°e f/= 76v-77cs e77v-78/em>1s="texstfier les li" /> d ore Légaré, relIrraAccn c Heurrel="nof/low"égaré,irraZoom"res de dor> xe/ima d/589/img-2-ef="#580.jpg">Au roiir d o eurrel="nof/low"égaré,irraOrig"res de dor> xe/ima d/589/img-2.jpg">Originalu(jpeg,a124k)reanvetardons sur deux enluminttardons sur deux enlumine Légaré, relIrradeeures de dor> xe/ima d/589/img-3-ef="#580.jpg" rel="irraSet Heimg srce dor> xe/ima d/589/img-3-ef="#480.jpg" alt="" /> d ore Légaré, relIrraAccn c Heurrel="nof/low"égaré,irraZoom"res de dor> xe/ima d/589/img-3-ef="#580.jpg">Au roiir d o eurrel="nof/low"égaré,irraOrig"res de dor> xe/ima d/589/img-3.jpg">Originalu(jpeg,a124k)reanvetardons sur deux enluminttardons sur deux enlumine Légaré, relIrrade cet article, de nous mais plusiierni trati ">I . 3. L ayant’hes remarqPhiliputrontMonem>l ,iArchivectans Jé="#ftn,dc Catada, MS-009,ir -8°e f/= 13 : Annonciati s="roduis> drltn, de ">< ans Hes remarques sembli xe/ima d/589/img-4-ef="#580.jpg" rel="irraSet Heimg srce dor> xe/ima d/589/img-4-ef="#480.jpg" alt="I . 3. L ayant’hes remarqPhiliputrontMonem>l ,iArchivectans Jé="#ftn,dc Catada, MS-009,ir -8°e f/= 13 : Annonciati s="roduis> drltn, de ">< ans Hes remarques sembli" /> d ore Légaré, relIrraAccn c Heurrel="nof/low"égaré,irraZoom"res de dor> xe/ima d/589/img-4-ef="#580.jpg">Au roiir d o eurrel="nof/low"égaré,irraOrig"res de dor> xe/ima d/589/img-4.jpg">Originalu(jpeg,a256k)reanvetardons sur deux enluminttardons sur deux enlumine Légaré, relIrrade cet article, de nous mais plusiierni trati ">I . 4. L ayant’hes remarqPhiliputrontMonem>l ,iArchivectans Jé="#ftn,dc Catada, MS-009,ir -8°e f/= 83 : scède saifunorraRaras e s="roduarmon ontuut d», l’sumor=li xe/ima d/589/img-5-ef="#580.jpg" rel="irraSet Heimg srce dor> xe/ima d/589/img-5-ef="#480.jpg" alt="I . 4. L ayant’hes remarqPhiliputrontMonem>l ,iArchivectans Jé="#ftn,dc Catada, MS-009,ir -8°e f/= 83 : scède saifunorraRaras e s="roduarmon ontuut d», l’sumor=li" /> d ore Légaré, relIrraAccn c Heurrel="nof/low"égaré,irraZoom"res de dor> xe/ima d/589/img-5-ef="#580.jpg">Au roiir d o eurrel="nof/low"égaré,irraOrig"res de dor> xe/ima d/589/img-5.jpg">Originalu(jpeg,a236k)reanvetardons sur deux enluminttardons sur deux enlumine Légaré, relIrrade cet article, de nous mais plusiierni trati ">I . 5. L ayant’hes remarqPhiliputrontMonem>l ,iArchivectans Jé="#ftn,dc Catada, MS-009,ir -8°e f/= 39v : Prmass dati c Temple s="roduis> drlut d», l’ ant cans Hes remarques sembli xe/ima d/589/img-6-ef="#580.jpg" rel="irraSet Heimg srce dor> xe/ima d/589/img-6-ef="#480.jpg" alt="I . 5. L ayant’hes remarqPhiliputrontMonem>l ,iArchivectans Jé="#ftn,dc Catada, MS-009,ir -8°e f/= 39v : Prmass dati c Temple s="roduis> drlut d», l’ ant cans Hes remarques sembli" /> d ore Légaré, relIrraAccn c Heurrel="nof/low"égaré,irraZoom"res de dor> xe/ima d/589/img-6-ef="#580.jpg">Au roiir d o eurrel="nof/low"égaré,irraOrig"res de dor> xe/ima d/589/img-6.jpg">Originalu(jpeg,a276k)reanvetardons sur deux enluminttardons sur deux enlumine Légaré, relIrrade cet article, de nous mais plusiierni trati ">I . 6. L ayant’hes remarqPhiliputrontMonem>l ,iArchivectans Jé="#ftn,dc Catada, MS-009,ir -8°e f/= 42v : F"#ft e Égypte s="roduis> drltn,vêp"fooans Hes remarques sembli xe/ima d/589/img-7-ef="#580.jpg" rel="irraSet Heimg srce dor> xe/ima d/589/img-7-ef="#480.jpg" alt="I . 6. L ayant’hes remarqPhiliputrontMonem>l ,iArchivectans Jé="#ftn,dc Catada, MS-009,ir -8°e f/= 42v : F"#ft e Égypte s="roduis> drltn,vêp"fooans Hes remarques sembli" /> d ore Légaré, relIrraAccn c Heurrel="nof/low"égaré,irraZoom"res de dor> xe/ima d/589/img-7-ef="#580.jpg">Au roiir d o eurrel="nof/low"égaré,irraOrig"res de dor> xe/ima d/589/img-7.jpg">Originalu(jpeg,a248k)reanvetardons sur deux enluminttardons sur deux enlumine Légaré, relIrrade cet article, de nous mais plusiierni trati ">I . 7. L ayant’hes remarqPhiliputrontMonem>l ,iArchivectans Jé="#ftn,dc Catada, MS-009,ir -8°e f/= 53 : Crucifixi s="roduis> drltn, se dmarques Il mi xe/ima d/589/img-8-ef="#580.jpg" rel="irraSet Heimg srce dor> xe/ima d/589/img-8-ef="#480.jpg" alt="I . 7. L ayant’hes remarqPhiliputrontMonem>l ,iArchivectans Jé="#ftn,dc Catada, MS-009,ir -8°e f/= 53 : Crucifixi s="roduis> drltn, se dmarques Il mi" /> d ore Légaré, relIrraAccn c Heurrel="nof/low"égaré,irraZoom"res de dor> xe/ima d/589/img-8-ef="#580.jpg">Au roiir d o eurrel="nof/low"égaré,irraOrig"res de dor> xe/ima d/589/img-8.jpg">Originalu(jpeg,a228k)reanvetardons sur deux enluminttardons sur deux enlumine Légaré, relIrrade cet article, de nous mais plusiierni trati ">I . 8. L ayant’hes remarqPhiliputrontMonem>l ,iArchivectans Jé="#ftn,dc Catada, MS-009,ir -8°e f/= 9 : adele Jeani xe/ima d/589/img-9-ef="#580.jpg" rel="irraSet Heimg srce dor> xe/ima d/589/img-9-ef="#480.jpg" alt="I . 8. L ayant’hes remarqPhiliputrontMonem>l ,iArchivectans Jé="#ftn,dc Catada, MS-009,ir -8°e f/= 9 : adele Jeani" /> d ore Légaré, relIrraAccn c Heurrel="nof/low"égaré,irraZoom"res de dor> xe/ima d/589/img-9-ef="#580.jpg">Au roiir d o eurrel="nof/low"égaré,irraOrig"res de dor> xe/ima d/589/img-9.jpg">Originalu(jpeg,a213k)reanvetardons sur deux enluminttardons sur deux enlunttard