Navigation – Plan du site

Introduction

Kouky Fianu et Michel Hébert
p. 7-21

Texte intégral

1Le présent volume est le produit d’une initiative de recherche lancée par le Groupe de recherche sur les pouvoirs et sociétés dans l’Occident médiéval et moderne (Grepsomm) en 2006-2008, sur le thème général de « L’écrit et la ville ». Fondé en 2004, le Grepsomm s’intéresse, dans une perspective pluridisciplinaire, aux fondements du lien social et politique durant la longue période de réorganisation de la société occidentale, depuis la fragmentation féodale des pouvoirs au xie siècle jusqu’à la consolidation définitive de l’État moderne au xviiie siècle1. Il est vite apparu que le document écrit et la pratique de l’écriture constituaient des éléments centraux dans cette réorganisation des pouvoirs, notamment en milieu urbain à partir des xiie - xiiie siècles.

2La thématique « L’écrit et la ville » se fondait sur six propositions que l’on peut brièvement résumer ainsi :

  • Il convient de tenir compte à la fois des écrits produits par la ville et des écrits reçus par la ville car c’est la somme de ces textes conservés qui compose la mémoire urbaine, d’autant que les écrits reçus peuvent faire l’objet d’un travail de recomposition et de classement qui marque leur appropriation par les autorités urbaines.

  • Il convient de distinguer, sans totalement les opposer, les écrits publics, associés à l’exercice du pouvoir dans la ville et la vaste gamme des écritures privées, caractéristiques, certes, des milieux intellectuels et des groupes sociaux typiquement urbains mais produits en marge de cet exercice du pouvoir municipal.

  • Il importe de rechercher les manifestations d’une mémoire et d’une identité urbaines au-delà des seuls récits en forme de chronique ou d’annales, et de prendre en compte aussi les écritures administratives qui participent au processus complexe de la constitution d’une telle mémoire.

  • L’écrit urbain, au sens d’écrit municipal, est le fait de certains groupes sociaux parmi lesquels il convient d’accorder une place de choix aux notaires et à la profession notariale dans son ensemble.

    • 2 Sur cette question, voir notamment La diplomatique urbaine en Europe au Moyen Âge, dir. W. Prevenie (...)

    L’écriture urbaine possède des spécificités propres, justifiant qu’on en fasse une branche à part entière des sciences auxiliaires, sous l’appellation de diplomatique communale2.

  • Enfin, quelle que soit l’autonomie de cette diplomatique communale, elle reflète cependant l’état variable (selon les temps et les lieux) de l’autonomie propre des villes elles-mêmes. Elle est donc toujours à mettre en relation avec les pratiques de l’écriture et de la diplomatique de manière plus générale et spécialement celles des chancelleries royales ou princières.

  • 3 Les cartulaires urbains au Moyen Âge (XIIIe-XVe siècles), Montréal, Université du Québec à Montréal (...)
  • 4 Les registres de délibérations (XIVe-XVIIIe siècles), Québec, Université Laval, 12 avril 2008.
  • 5 P. Cammarosano, Italia medievale. Struttura e geografia delle fonti scritte, Rome, Nuova Italia sci (...)
  • 6 O. Guyotjeannin, Les sources de l’histoire médiévale, Paris, Librairie Générale française, 1998.
  • 7 Par exemple Le médiéviste devant ses sources. Questions et méthodes, dir. C. Carozzi et H. Taviani- (...)
  • 8 M. Clanchy, From Memory to Written Record. England 1066-1307. 2e éd., Oxford, Blackwell, 1993.
  • 9 Voir quelques bilans ou réflexions récents : le dossier « L’oral et l’écrit », dans Les tendances a (...)

3Autour de cette thématique, nous avons tenu deux tables rondes, à Montréal puis à Québec, portant respectivement sur les cartulaires3 et sur les registres de délibérations municipales4. L’accent y était mis résolument sur l’étude des sources, dans la perspective des travaux sur l’historicisation des sources initiés par Paolo Cammarosano5 et par Olivier Guyotjeannin6 et largement poursuivis depuis lors7. Et la réflexion s’inscrivait, tout naturellement, dans le courant, devenu véritable raz-de-marée, des études sur l’écriture, la literacy, la scripturalité, la pragmatische Schriftlichkeit. Quel que soit le nom qu’on lui donne, cette écriture documentaire, pragmatique, fonctionnelle, depuis les travaux pionniers de Michael Clanchy8 a fait l’objet d’innombrables réflexions auxquelles le présent dossier ajoutera sa modeste contribution9.

  • 10 Voir les travaux de A. Galletti, « Motivations, modalités et gestions politiques de la mémoire urba (...)

4Nous avons groupé dans ce dossier la plupart des interventions présentées au cours de ces deux journées d’étude, en y ajoutant une brève analyse du Livre blanc d’Abbeville. Au total, nous présentons donc ici cinq études sur les cartulaires et trois sur les registres de délibérations. Pourquoi avons-nous privilégié ces deux types d’écrits au détriment d’autres documents (comptes ou chartriers, par exemple) qui auraient pu être tout aussi intéressants ? Tout d’abord, pour tenir compte des compétences et des intérêts de plusieurs membres du groupe, cela va de soi. Mais aussi parce qu’on peut penser que les cartulaires et les registres de délibérations sont au cœur du dispositif mémoriel des communautés d’habitants à la fin du Moyen Âge. S’ils n’ont pas la même force évocatrice que les chroniques urbaines10, ils sont du moins deux vecteurs d’une même affirmation identitaire et il n’est pas sans intérêt de les juxtaposer, ne serait-ce que pour mieux mesurer ce qui les rapproche et ce qui les oppose.


5Cartulaires et registres de délibérations posent, d’emblée, un problème de définition. Pour les cartulaires, il convient de renvoyer à la définition proposée par la Commission internationale de diplomatique, qu’il n’est pas inutile de reprendre ici :

  • 11 M.M. Cárcel Ortí, Vocabulaire international de diplomatique, Valence, 1994, p. 36.

Un cartulaire est un recueil de copies de ses propres documents, établi par une personne physique ou morale, qui, dans un volume, ou plus rarement dans un rouleau, transcrit ou fait transcrire intégralement ou parfois en extraits, des titres relatifs à ses biens et à ses droits et des documents concernant son histoire ou son administration, pour en assurer la conservation et en faciliter la consultation11.

  • 12 H. Stein, Bibliographie des cartulaires français, Paris, 1907 ; I. Vérité, A.-M. Legras, C. Bourlet (...)
  • 13 http://www.cn-telma.fr/corpus/cartulR/
  • 14 P. Bertrand, C. Bourlet et X. Hélary, « Vers une typologie des cartulaires médiévaux », dans Les ca (...)
  • 15 Voir notamment Abbadie, F. (éd.), Le Livre noir et les Établissements de Dax, Bordeaux, 1902 ; A. B (...)
  • 16 Voir par exemple les « cartulaires » des villes de Dinant, Gand ou Andenne publiés à la fin du xixe(...)
  • 17 De manière très générale, voir P. Cammarosano, Italia medievale, p. 144-159 ; A. Rovere, « Tipologi (...)
  • 18 Voir par exemple, dans l’ouvrage de D. Le Blévec cité ci-dessus, les études de J. Caille, « Les “Th (...)
  • 19 Voir l’article de C. Bourlet dans ce recueil.
  • 20 Voir l’article de Sébastien Hamel dans ce recueil : « A Pierre le Clerc pour le painne des cartulai (...)
  • 21 J. Morsel, « Introduction : les chartriers entre « retour aux sources » et déconstruction des objet (...)

6Cette définition ouvre la porte à bien des variations, qui sont le pain quotidien des rédacteurs du « nouveau Stein »12 et de la base de données CartulR13, et n’ont pas échappé aux auteurs d’un volume récent sur les cartulaires méridionaux14. Or, à quelques exceptions près, les cartulaires urbains ont jusqu’ici échappé à l’attention des historiens. Ayant fait l’objet de quelques dizaines de publications de qualité extrêmement variable à partir de la seconde moitié du xixe siècle15, ils ont surtout été utilisés par les historiens locaux à l’appui d’études politiques et institutionnelles. Il n’est pas rare en outre que les « cartulaires » appartenant à cette première vague de publications s’avèrent des reconstitutions opérées par leurs auteurs (historiens ou archivistes) dans une démarche téléologique. Si on ne les trouvait pas dans leurs archives, on a fabriqué en les publiant nombre de ces « cartulaires » que les villes avaient certainement dû avoir, comme cela s’est fait pour les cartulaires ecclésiastiques16. Toute enquête sur les cartulaires municipaux doit donc reprendre la question en retournant aux manuscrits et éviter ainsi le piège d’une recherche de l’archétype du « cartulaire municipal ». Par ailleurs, en associant des articles sur des cartulaires et d’autres sur des registres de délibérations, nous insérons nos recherches dans le cadre d’une réflexion systématique sur la production documentaire urbaine. Alors qu’en Italie les études sur le sujet sont très nombreuses17, pour l’espace français, seules quelques études récentes ont abordé la question18. Les premiers jalons d’une réflexion générale sur le sujet sont ici proposés par Caroline Bourlet à propos du nord de la France. Derrière l’abondance du corpus se posent plusieurs problèmes de méthode qui concernent notamment la désignation de ces volumes. Dans l’étude qu’elle consacre au Petit cartulaire d’Orléans, Kouky Fianu montre bien que la désignation communément reçue de ce registre masque une réalité peut-être bien différente. Et parmi les cartulaires provençaux évoqués par Michel Hébert, l’un au moins, celui d’Apt, est plutôt un « inventaire-cartulaire » qu’un cartulaire proprement dit. C’est que la forme de ces documents n’est régie par aucun style de chancellerie, pas plus que par une pratique clairement établie. Il convient dès lors de multiplier les études monographiques afin de faire ressortir la vaste palette des nuances et des gradations qui mènent du cartulaire urbain type répondant parfaitement à la définition que l’on en donne aujourd’hui (par exemple le Livre rouge de Tarascon ou son homonyme de Brignoles, ou encore le Livre blanc d’Abbeville ici présenté par Sébastien Drolet) vers des documents plus ou moins aisés à classer, parce que trop associés à la pratique judiciaire (le Livre rouge d’Abbeville), à un procès ou une série de procès (le Livre rouge de Saint-Quentin, présenté ici par Sébastien Hamel) ou, tout simplement trop loin du cœur même de la scripturalité municipale, quoique très urbain par ailleurs (le Petit cartulaire d’Orléans). Une réflexion, que nous n’avons pas menée ici, sur le mot même de cartulaire permettrait sans doute de clarifier quelques-uns des problèmes signalés dans la définition de nos objets d’étude et qu’illustrent les diverses désignations relevées par H. Stein dans son répertoire19. Au Moyen Âge le terme est synonyme de lettres ou de chartes comme le signale un compte de Saint-Quentin20. En revanche, le « chartrier » médiéval est un registre21. On le voit, une attention plus poussée aux désignations, accompagnant l’étude des détails diplomatiques et matériels des manuscrits, devrait conduire à préciser la nature et les fonctions des cartulaires municipaux, tout en évitant les pièges des définitions préétablies. On ne peut toutefois pas appliquer au cartulaire la méthode entreprise, à partir des titres de travaux publiés, sur le chartrier puisque le terme « cartulaire » a aussi été attribué à des reconstitutions tout à fait arbitraires d’objets inexistants. Ce phénomène cependant est déjà en lui-même révélateur d’une démarche historienne particulière qui n’est ni neutre, ni insignifiante : elle appelle une enquête minutieuse que nous avons écartée pour l’instant.

  • 22 Voir par exemple pour Lyon, M.-C. et G. Guigue, Recueil des délibérations de la commune de 1416 à 1 (...)
  • 23 Outre l’étude exemplaire de C. Fargeix, Les élites lyonnaises au miroir de leur langage. Recherches (...)
  • 24 N. Coulet, « Les délibérations communales en Provence au Moyen Âge », dans Le médiéviste devant ses (...)
  • 25 Sur ce droit édictal, voir A. Rigaudière, « Réglementation urbaine et “législation d’État” dans les (...)
  • 26 P. Cammarosano, Italia medievale, p. 159-166 [avec renvoi aux éditions de sources, passablement rar (...)
  • 27 Exceptions remarquables, concernant la Provence à des dates anciennes : un fragment de délibération (...)
  • 28 C. Fargeix, Les élites lyonnaises, p. 81 : « l’aspect lisse des registres ».

7Les registres de délibérations ont, eux aussi, fait l’objet de quelques publications22, anciennes ou récentes, et ont reçu l’attention de nombreux chercheurs, presque toujours dans le cadre monographique d’une seule ville23, avec des exceptions notoires concernant la Provence ou l’Allemagne des xive et xve siècles24. Ils posent eux aussi des problèmes de définition et de typologie, quoique à un degré moindre, semble-t-il. On s’entendra facilement sur leur finalité commune : dans le cadre du droit édictal urbain, la potestas statuendi25, ils consignent en forme écrite et authentique les dispositions réglementaires des autorités municipales. Ceci étant dit, ces registres ne sont pas non plus soumis à une forme diplomatique contraignante et un regard attentif permet de déceler d’intéressantes variations. Variations, d’abord, quant à leur forme diplomatique : les plus anciens registres, apparus en Italie, dans une forme fixée dès le xiiie siècle, sont apparentés à de véritables procès-verbaux, puisqu’ils consignent à la fois le consilium (la délibération proprement dite, avec indication des opinions émises successivement par les orateurs) et la reformatio ou ordinatio (la décision résultant d’un vote, unanime ou simplement majoritaire)26. Les sources conservées, pour l’espace français, sont, à quelques exceptions près, des reformationes27. La délibération y est volontairement gommée, la source est « lissée »28, au bénéfice d’une unanimité de façade qui cherche à construire une cohésion sociale autour des décisions des élites du pouvoir. Les délibérations provençales du xive siècle ici présentées par Cynthia Law-Kam Cio (Barjols) et par Lynn Gaudreault (Brignoles), comme celles de Rodez et de Clermont au xve partiellement éditées par Florent Garnier et Nathalie Preynat, appartiennent à cette forme désormais classique. La variation peut aussi tenir à l’autorité qui valide la forme authentique du registre, ce qui constitue un bon indicateur du niveau d’autonomie des gouvernements urbains. Brignoles possède à la fin du xive siècle son propre notaire tandis que sa voisine Barjols, beaucoup plus modeste localité, recourt encore à l’autorité du notaire de la Cour royale, et au seing de juridiction de cette Cour, pour procéder à l’enregistrement de ses actes. Enfin on trouve encore, au xive et même au xve siècle, une certaine hétérogénéité de contenu dans ces registres. En plus des ordonnances, qui y sont majoritaires, il n’est pas rare d’y déceler des documents de nature diverse : versements au profit des États dans un registre de Rodez ou actes de réception de citoyens dans le plus ancien registre de Barjols. On est loin, certes, des plus anciens registres, qui différencient encore mal la délibération et le compte urbain, comme c’est le cas, en Provence, des plus anciens registres de Sisteron, de Manosque ou de ceux du village de Tourves encore à la fin du xive siècle. Mais très souvent encore, ces registres sont un peu plus et autre chose que de simples recueils d’ordonnances municipales.

  • 29 J. Morsel, « Ce qu’écrire veut dire au Moyen Âge », en particulier les p. 8-11, 19-20 de la version (...)
  • 30 Voir l’article de S. Drolet dans ce recueil.
  • 31 Voir l’article de M. Hébert.
  • 32 C’est ce type de volonté créatrice qui se manifeste dans les « mémoriaux » de Béthune : D. Courtema (...)
  • 33 Voir l’article de Lynn Gaudreault.
  • 34 N. Coulet, « Les délibérations communales », p. 243-246.

8Se pose, dès lors, la question des contenus. Aussi bien les cartulaires que les registres de délibérations ouvrent une fenêtre sur l’activité des gouvernements urbains et, plus particulièrement, de leurs élites dirigeantes. Dans l’un et l’autre cas a eu lieu une mise en codex qui se reflète dans leur appellation : Livre rouge, ou blanc, ou vert, c’est chaque fois une création qui marque une appropriation symbolique d’autorité et une prise de parole par l’écrit qui réduit le mutisme social, comme l’a soulevé à plusieurs reprises Joseph Morsel29. La ville se dit, et se fait par ses écrits, parfois pour très longtemps : ne voit-on pas les historiens ignorer, comme le fait le cartulaire d’Abbeville, la période bourguignonne de la ville30 ? La réalisation d’un cartulaire s’avère ainsi une cristallisation de l’image que la municipalité souhaite projeter aussi bien à ses contemporains qu’à ceux qui la verront dans l’avenir. Le cartulaire est une mémoire du passé assurée par la copie, certes, mais d’un passé choisi et construit par ses auteurs pour le futur : le cartulaire d’Abbeville, encore lui, passe sous silence les multiples suspensions de commune que l’Angleterre infligea à la ville. Ailleurs, comme à Brignoles, les particuliers furent appelés à contribuer à la création du livre des privilèges en apportant les pièces qu’ils possédaient31. C’est bien cette volonté créatrice qu’il s’agit de comprendre32. C’est pourquoi le choix des actes qui trouveront leur place dans tel ou tel cartulaire est d’abord à mettre en lien avec les circonstances propres de la rédaction de ce cartulaire, ou plutôt de sa première rédaction, puisque plusieurs sont constitués par strates successives, à des époques différentes. Qu’il s’agisse de la sauvegarde des droits d’Abbeville dans les avatars politiques du comté de Ponthieu à la fin du xiiie siècle, du rétablissement de ces droits avec la restauration de la commune à Saint-Quentin après 1322 ou encore de la difficile transition entre la première et la seconde maison d’Anjou, en Provence, entre 1382 et 1388, la plupart des cartulaires analysés ici résultent d’initiatives que l’on peut associer à des situations de précarité ou de transition. Mais cette règle n’est sans doute pas universelle (l’initiative de Tarascon semble émerger dans un contexte politique beaucoup plus serein). Et surtout, le cartulaire, lorsqu’il existe, demeure souvent un chantier ouvert (c’est le cas à Abbeville, à Orléans et à Saint-Quentin). Feuillets laissés blancs, volontairement ou non, cahiers ajoutés, offrent l’occasion de deuxièmes et troisièmes « rédactions », ou d’ajouts limités, selon des circonstances extrêmement variables que seul l’examen minutieux des manuscrits peut mettre en évidence, voire remettre en question dans le cas d’une reliure postérieure. En revanche, dans le cas des délibérations, le choix des matières se fait selon une logique différente. C’est l’ordre chronologique des réunions du conseil qui en constitue la séquence obligée, quitte à laisser des séances vides33. Et, surtout, c’est le faisceau lui-même variable des « compétences » du conseil qui en détermine en quelque sorte la table des matières. En l’absence de détermination constitutionnelle des prérogatives des conseils municipaux, c’est l’action des conseillers, forte du consensus de la population, qui balise la sphère des compétences : finances et fiscalité, voirie, approvisionnements, défense, ban rural et police urbaine. C’est à la lecture d’un registre de délibérations municipales qu’on répertorie les compétences du conseil. D’où l’intérêt de tous les auteurs qui s’intéressent à ce type de document pour une forme de « typologie » de l’action municipale, autour de la thématique globale du bien commun. « Prérogatives du gouvernement » (Barjols), « champs de compétence » (Brignoles) ou « thèmes » (Rodez) rappellent la liste des « champ d’intervention » suggérée par Noël Coulet34. Le caractère flou et mouvant de ces prérogatives ouvre la porte, naturellement, à l’analyse symbolique. Légiférer dans un champ donné, c’est aussi, en l’absence de contestation ouverte, affirmer sa compétence sur ce champ.

9De la compétence juridique à l’affirmation identitaire, dès lors, le pas est aisément franchi. Et bien des éléments, aussi bien dans le contenu que dans la forme, témoignent du rôle identitaire, ou mémoriel, des cartulaires et des registres de délibérations. Les normes de présentation graphique des registres de délibérations, les choix stylistiques des scribes, tels que les observe Lynn Gaudreault à Brignoles, ou encore les choix linguistiques vus par Sébastien Drolet à Abbeville, sont des vecteurs identitaires forts qu’il convient de lire sur au moins deux niveaux : identité de la ville dans son environnement géo-politique (villes et villages environnants, État et pouvoirs princiers, amis ou ennemis extérieurs), cela va de soi, mais aussi captation de cette fonction identitaire par un petit groupe de notables, l’élite qui partout entre xive et xve siècle accapare les instruments du pouvoir et prétend parler au nom d’une universitas dont elle se fait, en termes bourdieusiens, le porte-parole autorisé. Mais cet accaparement n’est jamais un monopole et partout les registres qui consignent les résultats des délibérations municipales reflètent des stratégies de légitimation fondatrices de consensus plus larges : réunions conjointes de l’ancien et du nouveau conseil, convocation sélective d’un certain nombre de probes hommes extérieurs au conseil ou, surtout en Rouergue et en Auvergne, récurrence des assemblées générales. Selon les objets, selon la qualité des enjeux, le registre de délibérations municipales peut être celui du seul conseil, celui du conseil élargi ou celui du « parlement public », une parole écrite pour plusieurs voix au nom d’une communauté plus large.

  • 35 M. Hébert, « Latin et vernaculaire : quelles langues écrit-on en Provence à la fin du Moyen Âge ? » (...)
  • 36 C. Fargeix, Les élites lyonnaises, p. 85-93.

10L’importance, enfin, des enjeux symboliques, dans les cartulaires comme dans les registres de délibérations, se mesure encore à d’autres pratiques. Ici, une décoration particulièrement soignée (Saint-Quentin), là une indexation rigoureuse marquée de pieds-de-mouche bien nets (Abbeville), ailleurs encore une séquence brouillonne de textes copiés à la suite (Tarascon), voilà autant d’éléments qui permettent de juger à la fois de l’usage que l’on pense faire des cartulaires et de l’importance symbolique qu’on leur accorde. Moins fréquents ou moins lisibles dans les registres de délibérations, ces signes distinctifs formels n’en sont pas tout à fait absents : on songe d’abord à la mise en page partout très distinctive qui ordonne en séquence un protocole initial, une liste de présences, parfois un ordre du jour, puis une liste de décisions très nettement organisée en paragraphes thématiques. Les choix linguistiques sont, eux aussi, signifiants. Les délibérations, en Provence, presque toutes en latin au xive siècle, hésitent entre latin et occitan au xve avant de passer assez généralement au français au siècle suivant35. En Rouergue et en Auvergne, c’est le vernaculaire qui l’emporte. Persistance de la tradition notariale pour expliquer la survivance latine ? Volonté de rendre accessible le texte de ces registres à un plus grand nombre de conseillers, qui sont loin de tous lire le latin ? Il n’est pas aisé de répondre, en l’état actuel de la documentation. Les choix linguistiques sont à la fois identitaires, comme on a pu l’établir à propos du choix du français à Lyon au xve siècle36, mais aussi des choix fonctionnels. Ici, la lecture des cartulaires est enrichissante : si les cartularistes n’ont pas le choix quant à la langue originelle des actes qu’ils copient, ils peuvent user de stratégies de « vulgarisation » et d’appropriation adaptées à leurs objectifs : c’est une traduction de la charte de commune de 1184 qui ouvre le Livre blanc d’Abbeville ; plusieurs actes royaux transcrits au Petit cartulaire d’Orléans sont présents tant en latin que dans leur traduction en français ; et le cartulariste manosquin propose une traduction qu’il date et dont il explique la raison. C’est pour l’accessibilité au plus grand nombre que l’on dit proposer ces traductions, mais pas seulement, comme l’illustre le cas des actes en deux langues à Orléans. Un usage fonctionnel donc, qui n’exclut nullement une préoccupation identitaire. Resterait à savoir quel est ce plus grand nombre : l’ensemble de la population, ce dont on peut douter ? Ou un cercle plus ou moins étroit parmi l’élite dirigeante, celle qui donne accès au livre enchaîné dans la maison de ville (Brignoles) ? C’est en tout cas à elle que nous ramènent continuellement les cartulaires et les registres de délibérations.

  • 37 P. Torelli, Studi e ricerche di diplomatica comunale, Rome, 1980 [réédition de deux études de 1911 (...)
  • 38 Voir récemment plusieurs contributions dans Le notaire entre métier et espace public en Europe (vii (...)
  • 39 Voir par exemple P. Racine, « Les Libri iurium, source de l’histoire communale italienne », dans Le (...)
  • 40 P. Chastang, « Cartulaires, cartularisation et scripturalité médiévale : la structuration d’un nouv (...)

11En somme, malgré des dénominations bien différentes, cartulaires et registres de délibérations, avec leurs contours flous, partagent bien des points en commun, ce qui justifie le regroupement proposé dans le présent volume. Tout d’abord, ils sont étroitement associés à la pratique notariale. Le lien entre institution notariale et développement de l’écrit communal a été nettement établi en Italie dès le commencement du xxe siècle, grâce notamment aux travaux de Pietro Torelli37. Par sa formation, par le choix de ses formulaires, par la position sociale qu’il occupe dans les villes, le notaire, à Orléans, en Auvergne ou en Provence, comme ailleurs, est l’artisan discret qui façonne, pour l’essentiel, cette documentation. Voilà déjà un important point commun38. Par ailleurs, la frontière entre actes émanant de la potestas statuendi (délibérations) et actes reçus par la ville (cartulaires) n’est pas si nette. Nombreux sont les cartulaires qui consignent des actes de la juridiction urbaine et nombreux sont les registres de délibérations qui insèrent des actes reçus par la ville. D’où la nécessaire poursuite de la recherche vers une meilleure définition, voire une révision en profondeur, des désignations. On ne peut non plus assurer que les registres de délibérations permettent une lecture de l’intégralité des décisions prises par le pouvoir urbain, face à des cartulaires qui offriraient surtout une sélection d’actes à fonction mémorielle. L’exemple de Brignoles montre bien que toutes les délibérations du conseil n’ont pas été intégralement copiées au registre et que, là aussi, une certaine sélection, à valeur identitaire, symbolique ou mémorielle, a pu jouer. Mieux encore, l’exemple des « libri iurium » des communes italiennes montre qu’il est bien difficile de proposer une nette distinction entre non pas deux mais bien plutôt trois groupes d’écrits dont la vocation est proche et les surfaces de recouvrement importantes : cartulaires, délibérations et compilations ou livres de statuts, qui ne sont pas abordés ici39. Émanant directement d’une potestas statuendi proche de la pleine souveraineté, les compilations statutaires des villes italiennes (comme celles des consulats méridionaux français antérieurs au xiiie siècle) sont assemblées dans des livres dont la forme se rapproche des cartulaires mais dont le contenu, remanié et ordonné thématiquement, évoque plutôt celui des registres de délibérations. Dès lors, la seule vraie distinction entre, d’une part, les registres de délibérations et, d’autre part, le binôme des cartulaires et livres de statuts n’est-elle pas celle qui oppose le procès-verbal, témoignage d’une action créatrice d’un droit (délibérations, malgré le fait que la voix de la délibération y soit à peu près totalement gommée) à toutes les autres formes de récitation d’un droit établi, quelles que soient par ailleurs les techniques de sélection, de classement, de traduction ou d’autres pratiques d’intertextualité qui ont pu prévaloir dans le processus de cette écriture. Ces deux volets procéderaient des nouvelles « logiques institutionnelles » qui, selon Pierre Chastang, prévalent auprès de divers acteurs politiques à partir du xie siècle40.

  • 41 O. Guyotjeannin, « La tradition de l’ombre : les actes sous le regard des archivistes médiévaux (Sa (...)

12Par ailleurs, les différentes phases de copie des pièces sélectionnées dans les codices (qu’ils soient des cartulaires, des livres de statuts ou autres compilations) répondent à des modes variables de gestion documentaire. Nous l’avons vu brièvement dans le travail des cartularistes d’Apt, mais nous l’avons surtout expérimenté en traitant de front les deux types de documents archivés que sont cartulaires et registres de délibérations. À l’évidence, il est temps d’appliquer la démarche inter-documentaire préconisée par Olivier Guyotjeannin, dans ses études des méthodes d’archivage41, à l’analyse comparative des fonds documentaires conservés par les corps de ville. Le cartulaire s’insère dans les archives municipales au côté d’autres documents : ceux-ci peuvent l’expliquer, tout comme il les éclaire. Si l’inventaire des archives d’Orléans en 1486 ne mentionne pas de pièces isolées antérieures à 1466, est-ce parce qu’il existe un cartulaire qui les rassemble ? À l’inverse, les fonds documentaires renferment-ils des chartes que le cartulaire ignore ? Répondre à ces questions devrait contribuer à démêler ces sections dites prudemment « sans logique apparente », « hétéroclites », « inattendues », autant d’expressions qui signalent le désarroi des chercheurs face à des objets complexes. Le chantier est donc ouvert pour poursuivre le questionnement tant sur le contenu que sur la forme ou l’utilisation des documents préservés par les municipalités. Le petit nombre d’études rassemblées ici ne peut guère prétendre qu’à poser quelques jalons préliminaires.


13Il nous faut remercier, en terminant, non seulement le Fonds québécois de recherche sur la société et la culture (FQRSC), dont les subventions d’infrastructure assurent le fonctionnement du Grepsomm, mais aussi le Conseil de recherche en Sciences humaines du Canada (CRSH) dont les subventions par projet ont rendu possibles les recherches de Kouky Fianu sur Orléans et celles de Michel Hébert sur la Provence. Nous remercions également la Société des études médiévales du Québec qui a accepté de publier ces travaux dans un volume spécial de la revue Memini - Travaux et documents, et madame Helena Kogen qui en a assuré la mise en forme finale.

Haut de page

Notes

1 Voir les objectifs, membres et activités du Grepsomm sur le site http://www.grepsomm.uqam.ca/

2 Sur cette question, voir notamment La diplomatique urbaine en Europe au Moyen Âge, dir. W. Prevenier et Th. de Hemptinne, Louvain, Garant, 2000 ; Civiltà comunale. Libre, Scrittura, Documento, Gênes, Società ligure di storia patria, 1989 ; Le scritture del comune. Amministrazione e memoria nelle città dei secoli XII e XIII, dir. G. Albini, Turin, 1998 [en ligne : http://fermi.univr.it/RM/biblioteca/scaffale/volumi.htm]

3 Les cartulaires urbains au Moyen Âge (XIIIe-XVe siècles), Montréal, Université du Québec à Montréal, 9 décembre 2006.

4 Les registres de délibérations (XIVe-XVIIIe siècles), Québec, Université Laval, 12 avril 2008.

5 P. Cammarosano, Italia medievale. Struttura e geografia delle fonti scritte, Rome, Nuova Italia scientifica, 1991.

6 O. Guyotjeannin, Les sources de l’histoire médiévale, Paris, Librairie Générale française, 1998.

7 Par exemple Le médiéviste devant ses sources. Questions et méthodes, dir. C. Carozzi et H. Taviani-Carozzi, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2004 ; le dossier coordonné par J. Morsel, « L’historien et “ses” sources », dans Hypothèses. Travaux de l’École doctorale d’histoire, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004, p. 273-362 ; D. Iogna-Prat et J.-C. Schmitt, « Une historiographie au milieu du gué », dans Les tendances actuelles de l’histoire du Moyen Âge en France et en Allemagne, dir. J.- C. Schmitt et O.G. Oexle,Paris, Publications de la Sorbonne, 2003, p. 399-432 ; « Fabrique des archives, fabrique de l’histoire », dir. E. Anheim et O. Poncet, dossier de la Revue de synthèse, 125/1 (octobre 2004), p. 1-195.

8 M. Clanchy, From Memory to Written Record. England 1066-1307. 2e éd., Oxford, Blackwell, 1993.

9 Voir quelques bilans ou réflexions récents : le dossier « L’oral et l’écrit », dans Les tendances actuelles, p. 127-170 ; J. Morsel, « Ce qu’écrire veut dire. Observations préliminaires à une étude de la scripturalité médiévale », Memini. Travaux et documents publiés par la Société des études médiévales du Québec, 4 (2000), p. 3-44 [repris en ligne avec de légères modifications : http://www.presses.ens.fr/PDF/ECMonline.pdf] ; J. Crick et A. Walsham (dir.), The Uses of Script and Print, 1300-1700, Cambridge, Cambridge University Press, 2004 ; C. Meier, « Fourteen Years of Research at Münster into Pragmatic Literacy in the Middle Ages. A Research Project by Collaborative Research Centre 231 : Agents, Fields and Forms of Pragmatic Literacy in the Middle Ages », dans Transforming the Medieval World. Uses of Pragmatic Literacy in the Middle Ages, dir.F.-J. Arlinghaus et al., Turnhout, Brepols, 2006, p. 23-39 ; F. Menant, « Les transformations de l’écrit documentaire entre le xiie et le xiiie siècle », dans Écrire, compter, mesurer. Vers une histoire des rationalités pratiques, dir. N. Coquery, F. Menant et F. Weber, Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2006, p. 33-50 ; G. Castelnuovo, « Les officiers royaux et le pouvoir de l’écrit. Pour une histoire documentaire de la principauté savoyarde (xiiie-xve siècle), dans Offices, écrit et papauté (xiiie-xviie siècle), dir. A. Jamme et O. Poncet, Rome, École française de Rome, 2007, p. 17-46 ;P. Chastang, « L’archéologie du texte médiéval. Autour de travaux récents sur l’écrit au Moyen Âge », Annales HSS, 63 (2008), p. 245-269.

10 Voir les travaux de A. Galletti, « Motivations, modalités et gestions politiques de la mémoire urbaine », dans L’historiographie médiévale en Europe, Paris, CNRS, 1991, p. 189-197 ; É. Crouzet-Pavan, « Gênes et Venise : discours historiques et imaginaires de la cité », dans Le forme della propaganda politica nel due e nel trecento, dir. P. Cammarosano, Rome, École française de Rome, 1994, p. 427-453 ; P. Monnet, « Particularismes urbains et patriotisme local dans une ville allemande de la fin du Moyen Âge. Francfort et ses chroniques », dans Identité régionale et conscience nationale en France et en Allemagne du Moyen Âge à l’époque moderne, dir.R. Babel et J.-M. Mœglin, Sigmaringen, Jan Thorbeke, 1997, p. 389-400 ; H. Brand, P. Monnet et M. Staub, Memoria, Communitas, Civitas. Mémoire et conscience urbaines en Occident à la fin du Moyen Âge, Sigmaringen, Jan Thorbeke, 2003 ; J.-M. Mœglin, « Les élites urbaines et l’histoire de leur ville en Allemagne (xive-xve siècles) », dans Les élites urbaines au Moyen Âge, Rome-Paris, École française de Rome - Publications de la Sorbonne, 1997, p. 351-383.

11 M.M. Cárcel Ortí, Vocabulaire international de diplomatique, Valence, 1994, p. 36.

12 H. Stein, Bibliographie des cartulaires français, Paris, 1907 ; I. Vérité, A.-M. Legras, C. Bourlet et A. Dufour, Répertoire des cartulaires français : provinces ecclésiastiques d’Aix, Arles, Embrun, Vienne, diocèse de Tarentaise, Paris, CNRS, 2003.

13 http://www.cn-telma.fr/corpus/cartulR/

14 P. Bertrand, C. Bourlet et X. Hélary, « Vers une typologie des cartulaires médiévaux », dans Les cartulaires méridionaux, dir. D. Le Blévec, Paris, École des chartes, 2006, p. 7-20.

15 Voir notamment Abbadie, F. (éd.), Le Livre noir et les Établissements de Dax, Bordeaux, 1902 ; A. Besançon, Cartulaire municipal de la ville de Villefranche (Rhône), suivi d’un appendice d’actes des archives de la ville, Villefranche-sur-Saône, 1907 ; H. Bouchot et E. Lemaire (éd.), Le Livre rouge de l’hôtel de ville de Saint-Quentin, cartulaire des franchises et privilèges de la ville au Moyen Âge, Saint-Quentin, 1881 ; U. Chevalier, Cartulaire municipal de la ville de Montélimar (Drôme), Montélimar, 1871 ; L. Constans, Le Livre de l’Épervier, cartulaire de la commune de Millau (Aveyron), Montpellier, 1882 ; M.-C. Guigue, (éd.), Cartulaire municipal de la ville de Lyon : privilèges, franchises, libertés et autres titres de la commune, recueil formé au xive siècle, Lyon, 1876 ; A. Legris, Le Livre rouge d’Eu (1151-1454), Rouen, 1911 ; G. de Lhomel, (éd.), Cartulaire de la ville de Montreuil-sur-Mer, Abbeville, 1904 ; Le Livre vert de Lacaune (Tarn), Bergerac, 1911 ; E. Martin, (éd.), Cartulaire de la ville de Lodève, Montpellier, 1900 ; E.-M. Meijers, et J.- J. Salverda de Grave, Le Livre des droits de Verdun, Haarlem, 1940 ; A. Montel, A. (éd.), Archives de Montpellier. I : Le livre des privilèges de la commune clôture, Montpellier, 1872 ; J. Poissonnier, « Le Livre rouge de la ville de Noyon », Comptes rendus et mémoires du Comité archéologique et historique de Noyon, 10 (1893), p. 3-121 ; J. Roux, et J. Maubourguet (éd.), Le Livre vert de Périgueux, 2 vol. , Périgueux, 1942 ; J. Soyer, (éd.), Cartulaire de la ville de Blois (1196-1493), s.l., 1907.

16 Voir par exemple les « cartulaires » des villes de Dinant, Gand ou Andenne publiés à la fin du xixe siècle : S. Bormans, Cartulaire de la commune de Dinant, Namur, 8 vol. , 1880-1908 ; Gent, Commissie van het stadsarchief, Oorkondenboek der stad Gent. Cartulaire de la ville de Gand, Gent, 2 vol. , 1900 ; L. H. Lahaye, Cartulaire de la commune d’Andenne, Namur, 3 vol. , 1893-1896.

17 De manière très générale, voir P. Cammarosano, Italia medievale, p. 144-159 ; A. Rovere, « Tipologia documentale nei Libri iurium dell’Italia comunale », dans La diplomatique urbaine en Europe au Moyen Âge, dir. W. Prevenier et T. de Hemptinne, Louvain, Garant, 2000, p. 417-436 ; Ead., « I “Libri iurium” dell’Italia comunale », dans Civiltà comunale. Libre, Scrittura, Documento, Gênes, Società ligure di storia patria, 1989, p. 157-199 [bibliographie des éditions : p. 159-160, note 1].

18 Voir par exemple, dans l’ouvrage de D. Le Blévec cité ci-dessus, les études de J. Caille, « Les “Thalamus” de Narbonne », p. 238-247 et de F. Bordes, « Les cartulaires urbains de Toulouse (xiiie-xvie siècles) », p. 217-237 qui démontre bien le rôle des archivistes des siècles passés dans la désignation de ces recueils (p. 218). À noter aussi J. Feuchter, Ketzer, Konsuln und Büßer. Die stadtischen Eliten von Montauban vor dem Inquisitor Petrus Cellani (1236-1241), Berlin, Mohr Siebeck, 2007 [« Das Livre Rouge », p. 537-564]. Voir enfin les réflexions de C. Gauvard, « Théorie, rédaction et usage du droit dans les villes du royaume de France du xiiie au xve siècle : esquisse d’un bilan », Stadt und Recht im Mittelalter / La ville et le droit au Moyen Âge, dans dir. P. Monnet et O.G. Oexle, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht, 2003, p. 25-71, en particulier p. 38-45.

19 Voir l’article de C. Bourlet dans ce recueil.

20 Voir l’article de Sébastien Hamel dans ce recueil : « A Pierre le Clerc pour le painne des cartulaires, des lettres et des chartres de le ville ».

21 J. Morsel, « Introduction : les chartriers entre « retour aux sources » et déconstruction des objets historiens », dans Huit siècles d’histoire autour des La Trémoille et du chartrier de Thouars. Colloque international sur les chartriers seigneuriaux du xiiie au xxe siècle, dir. P. Contamine et L. Vissière, Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne (sous presse). Nous remercions l’auteur de nous avoir transmis le manuscrit de sa communication avant publication.

22 Voir par exemple pour Lyon, M.-C. et G. Guigue, Recueil des délibérations de la commune de 1416 à 1421, t. I, Lyon, A. Brun, 1882 ; Id., Recueil des délibérations de la commune de 1422 à 1450, Lyon, Archives et bibliothèque de la ville, 1926. Pour la Champagne, A. Roserot, Le plus ancien registre des délibérations du conseil de ville de Troyes (1429-1433), Troyes, 1886 ; S. Guilbert, Registre de délibérations du conseil de ville de Reims (1422-1436), Reims, Académie Nationale de Reims, 1990-1991 ; Ead., Registre de délibérations du conseil de ville de Châlons-en-Champagne (1417-1421), Châlons-en-Champagne, Archives municipales, 2001. Pour la Provence, J.-P. Royer, Forcalquier au temps de la Peste. Délibérations du conseil municipal. 1478-1479, Mane, Alpes de lumière, 1978 ; Le Premier registre de délibérations communales de Tourves (1390-1478), Tourves, Cahier de l’association d’histoire populaire tourvaine, 1998 ; C. Law-Kam Cio, Édition commentée du premier registre de délibérations municipales de la ville de Barjols (1373-1393), mémoire de maîtrise, Université du Québec à Montréal, 2009.

23 Outre l’étude exemplaire de C. Fargeix, Les élites lyonnaises au miroir de leur langage. Recherches sur les pratiques et les représentations culturelles des conseillers de Lyon du xve siècle d’après les registres de délibérations consulaires, Paris, de Boccard, 2007, qui dépasse largement la seule étude des registres consulaires, voir, parmi les travaux récents, P. Lardin, « La vie municipale à Rouen au lendemain de la révolte de la Harelle à travers le plus ancien registre de délibérations (1389-1390) », dans La ville en deçà et au delà de ses murs. Mélanges Jean-Pierre Leguay, dir. P. Lardin et J.-L. Roche, Rouen, Presses universitaires de Rouen, 2000, p. 261-290 ; P. Dubuis, « Genève et sa mémoire administrative au xve siècle d’après les registres des décisions du conseil », dans La mémoire du temps au Moyen Âge, dir. A. Paravicini Bagliani, Florence, Sismel, 2005, p. 231-247.

24 N. Coulet, « Les délibérations communales en Provence au Moyen Âge », dans Le médiéviste devant ses sources. Questions et méthodes, dir. C. Carozzi et H. Taviani-Carozzi,Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2004, p. 227-248 ; E. Isenmann, « Ratsliteratur und städtische Ratsordnungen des späten Mittelalters und der frühen Neuzeit. Soziologie des Rats – Amt und Willensbildung – politische Kultur », dans Stadt und Recht im Mittelalter, dir. P. Monnet et O.G. Oexle, p. 215-479. Voir aussi la bibliographie de synthèse proposée par G. Naegle, « La ville, le droit et la couronne ». Bibliographie thématique sur les villes françaises, le droit et la royauté à la fin du Moyen Âge (fin 2001), en ligne http://www.menestrel.fr/spip.php ?rubrique443.

25 Sur ce droit édictal, voir A. Rigaudière, « Réglementation urbaine et “législation d’État” dans les villes du Midi français aux XIVe et xve siècles », dans idem, Gouverner la ville au Moyen Âge, Paris, Anthropos, 1993, p. 113-159 ; en contexte italien, voir M. Meccarelli, « Statuti, potestas statuendi e arbitrium : la tipicità cittadina del sistema giuridico medievale », dans Gli statuti delle città : l’esempio di Ascoli nel secolo XIV, dir. E. Menestò,Spoleto, 1999, p. 87-124.

26 P. Cammarosano, Italia medievale, p. 159-166 [avec renvoi aux éditions de sources, passablement rares, pour l’Italie].

27 Exceptions remarquables, concernant la Provence à des dates anciennes : un fragment de délibération d’Avignon en 1297 (AC Avignon, boîte Pintat 32/933) et surtout les plus anciens registres de délibérations de Marseille à partir de 1318 (une forme qui changera par la suite) : N. Coulet, « Les délibérations communales », p. 237-240.

28 C. Fargeix, Les élites lyonnaises, p. 81 : « l’aspect lisse des registres ».

29 J. Morsel, « Ce qu’écrire veut dire au Moyen Âge », en particulier les p. 8-11, 19-20 de la version électronique.

30 Voir l’article de S. Drolet dans ce recueil.

31 Voir l’article de M. Hébert.

32 C’est ce type de volonté créatrice qui se manifeste dans les « mémoriaux » de Béthune : D. Courtemanche, « Béthune et ses Mémoriaux échevinaux. Jalons d’une analyse diplomatique d’une source urbaine (xve- xvie siècles) », dans Memini. Travaux et documents publiés pas la Société des études médiévales du Québec, 7 (2003), p. 37-62.

33 Voir l’article de Lynn Gaudreault.

34 N. Coulet, « Les délibérations communales », p. 243-246.

35 M. Hébert, « Latin et vernaculaire : quelles langues écrit-on en Provence à la fin du Moyen Âge ? », Provence historique, 47 (1997), p. 281-300.

36 C. Fargeix, Les élites lyonnaises, p. 85-93.

37 P. Torelli, Studi e ricerche di diplomatica comunale, Rome, 1980 [réédition de deux études de 1911 et 1915] ; voir aussi G.G. Fissore, « La diplomatica del documento comunale fra notariato e cancelleria », Studi medievali, 1978, p. 211-244..

38 Voir récemment plusieurs contributions dans Le notaire entre métier et espace public en Europe (viiie-xviiie siècle), dir. L. Faggion, A. Mailloux et L. Verdon, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2008.

39 Voir par exemple P. Racine, « Les Libri iurium, source de l’histoire communale italienne », dans Le médiéviste devant ses sources, dir. C. Carozzi et H. Taviani-Carozzi, p. 207-225 ainsi que les articles d’Antonella Rovere cités ci-dessus. Pour les recueils de la ville de Nice sous domination savoyarde, voir l’étude très fine de L. Ripart, « Le livre des chapitres de la ville de Nice (vers 1460) », dans Entre les Alpes et la mer / Zwischen den Alpen und dem Meer, 6 (2001), p. 27-54.

40 P. Chastang, « Cartulaires, cartularisation et scripturalité médiévale : la structuration d’un nouveau champ de recherche », Cahiers de civilisation médiévale, 49 (2006), p. 21-32 [p. 32].

41 O. Guyotjeannin, « La tradition de l’ombre : les actes sous le regard des archivistes médiévaux (Saint-Denis, xiie-xve siècle) », dans Charters, Cartularies, and Archives : The Preservation and Transmission of Documents in the Medieval West, dir. A. Winroth et A. J. Kosto, Toronto / Paris, Pontifical Institute of Mediaeval Studies / Commission internationale de diplomatique, 2002, p. 81-112.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Kouky Fianu et Michel Hébert, « Introduction », Memini, 12 | 2008, 7-21.

Référence électronique

Kouky Fianu et Michel Hébert, « Introduction », Memini [En ligne], 12 | 2008, mis en ligne le 18 février 2011, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/memini/61

Haut de page

Auteurs

Kouky Fianu

Université d’Ottawa

Articles du même auteur

Michel Hébert

Université du Québec à Montréal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • OpenEdition Journals