Navigation – Plan du site

Micas collegi et spicas coadunaui, ou comment écrire un sermon marial au XIIIe siècle. Le cas de Juan Gil de Zamora

Adrienne Hamy

Entrées d'index

Géographique :

Espagne

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

La miette et l’épi : un compilateur

  • 1 Ch. Faulhaber, Juan Gil de Zamora. Dictaminis Epithalamium, Pise, Pacini editore, 1978 (Biblioteca (...)
  • 2 PL CCVII, col. 1077 B.
  • 3 Ch. Faulhaber, ibid., p. 34. Traduction d’après les deux vers horatiens : Ergo fungar uice cotis, a (...)
  • 4 Ibid., p. 34. Traduction d’après Sagesse 7, 13 : sine ficcione dedisti, tue sine invidia comunico.

1J’ai recueilli les miettes qui étaient tombées de la table des maîtres, et, avec Ruth la Moabite, j’ai réuni les épis du champ de Booz qui étaient tombés des mains des moissonneurs, pour voir si l’on ne pouvait y trouver, en les secouant, une mesure qui aide les rhétoriciens pérégrinant au service de Dieu dans la vallée de la rédaction, de la déclamation comme de l’ornementation, à élaborer des lettres à bon escient1. Petit chien se nourrissant des miettes tombées de la table des maîtres et nouvelle Ruth parmi les groupes sombres des moissonneurs couchés, ramassant humblement les épis volontairement semés par Booz endormi : c’est à une telle variété d’êtres que semble s’assimiler l’encyclopédiste Juan Gil de Zamora (OFM, ca. 1241 - ca. 1318) au seuil de son manuel épistolaire, le Dictaminis Epithalamium. Et, dès l’introduction de ce même ouvrage, le voici qui rassemble des miettes diverses, ainsi le Liber de Confessione Sacramentali2 de Pierre de Blois (ca. 1135-1203), qui lui-même cite Matthieu 15, 27 et Ruth 2, 2. En reprenant également dans son propos initial une image horatienne, Juan Gil se compare à une pierre à aiguiser qui, si elle est impuissante à couper, permet du moins d’affûter la lame des arguments d’autrui3. Cette image est elle-même combinée au chapitre 7, 13 de la Sagesse, car enfin Juan Gil souhaite par charité partager sans réserve ce qu’il apprit sans calcul4. Pierre de Blois, Ruth et Matthieu, Horace et Sagesse : cette liste tirée du Dictaminis Epithalamium est un exemple parmi tant d’autres de la stratification des textes-sources dans l’ensemble des œuvres du compilateur franciscain.

  • 5 Ms. Assise 414, fol. 94v-98r, ici fol. 96va : Hec est Moabit(i)s que uenit cum Noemey rogauitque ut (...)
  • 6 Thèse de doctorat de lettres classiques, editio princeps introduite, traduite et commentée des serm (...)

2Ruth apparaît ailleurs chez Juan Gil de Zamora : dans le huitième de ses sermons mariaux inédits5. Elle y est, avec la belle du Cantique des cantiques et Rébecca, avec l’épouse des Proverbes et Noémi, une figure de l’humilité virginale. Ces sermons représentent un champ encore à explorer, planté d’espèces diverses, auxquelles je consacre les quelques remarques de cette contribution, dans l’état actuel de mon travail6. S’y côtoient aussi bien Isaïe qu’Adam de Perseigne, Al-Ghazir que Jérôme, Innocent III qu’Ebbon le voleur.

  • 7 La référence, pour la biographie égidienne, demeure l’introduction de M. de Castro y Castro à son é (...)
  • 8 La plus récente édition d’une œuvre de Juan Gil est celle des Legende sanctorum par J. C. Martín av (...)

3Bien qu’encore mystérieux, Juan Gil de Zamora est généralement considéré comme une figure-clef du paysage intellectuel ibérique de la fin du XIIIe siècle, le dernier encyclopédiste de langue latine du Moyen Âge. Il est vraisemblablement lié aux souverains Alphonse X (1221-1284) puis Sanche IV (ca. 1258-1294) par des charges de scriptor et de précepteur. Actif également au sein de l’Ordre des frères Mineurs, il est lector et custos du couvent franciscain de Zamora et probablement minister de la Province dite du Portugal7. De plus, ce compilateur produisit des œuvres aussi variées que des traités lapidaires et botaniques, antidotaires et zoologiques, mariaux et rhétoriques, un office liturgique et des sermons, des écrits historiographiques et hagiographiques8, destinés à ses frères et aux religieux, aux princes des lettres et du temps.

4Dans le cadre de cet article, j’aimerais proposer une première approche des mécanismes à l’œuvre dans les sermons mariaux du Zamoran. Le recours à la Bible comme aux subdivisions du sermon de type universitaire, les outils exégétiques, le mode d’illustration et les auteurs extra-bibliques utilisés témoignent d’une formation « européenne » de leur auteur. Cet encyclopédiste mendiant circula en effet dans l’Europe universitaire du temps. La materia praedicabilis qu’il élabore est elle-même mobile, réemployée au sein de ses nombreuses œuvres. Les sermons enfin ont connu une diffusion manuscrite jusqu’ici insoupçonnée.

Diviser pour structurer : Sacra Pagina et distinctiones

5Le prédicateur médiéval ne produit jamais ex nihilo. Il utilise, avec plus ou moins de créativité, un ensemble divers d’outils. Et puise à des sources nombreuses dont il dispose par sa formation antérieure, par des échanges entre lettrés ou couvents, ou par la manipulation de commodes florilèges. Le premier réservoir des textes homilétiques, et le plus important, est la Bible. Les autorités bibliques sont le point de départ, les thèmes, des sermons qui, pour l’essentiel, en déroulent une exégèse destinée à appuyer un propos moral. Pour en faciliter la consultation, la Bible était disponible en format « de poche » et transportable, véritable vademecum.

  • 9 G. Dahan, L’Exégèse chrétienne de la Bible en Occident médiéval. XIIe-XVe siècle. Paris, Cerf, 1999 (...)

6Je ne sais encore de quelle version disposait Juan Gil de Zamora : s’agit-il de la Vulgate, dans une version conforme à celle de la Bible parisienne ? Quelles versions étaient-elles de mise dans l’aire intellectuelle ibérique et Juan Gil en était-il partie prenante ? L’examen des variantes est en cours. Toujours est-il que le Zamoran utilise la division capitulaire en sept parties égales concrétisées par l’indication d’une lettre comprise entre A et G9, division qui était devenue opératoire dans les années 1230.

  • 10 Le titre de la part. 1, ch. 1, p. 45 de L. Pellegrini : « I due ordini Mendicanti maggiori : il tro (...)
  • 11 L.-J. Bataillon, La Prédication au XIIIe siècle en France et en Italie. Études et documents. Alde (...)
  • 12 M. O’Carroll, « The Lectionary for the Proper of the year in the Dominican and Franciscan rites of (...)

7Il est possible, à la suite de L.-J. Bataillon traitant des prédicateurs du XIIIe siècle, de supposer que l’Écriture était tout d’abord connue d’après l’Office divin et donc citée avec les variantes de celui-ci, ou même mémorisée systématiquement. Comparable, avec toutes les prudences d’usage10, est la pratique en cours dans l’Ordre des prêcheurs : « Un dominicain devait en principe savoir par cœur, outre les Psaumes qui allaient de soi, l’Évangile de Matthieu et les Épîtres de Paul 11. » Les collections de sermons composées par les Mendiants peuvent d’ailleurs refléter un usage, spécifique à chaque ordre, des lectionnaires en usage, comme l’illustre l’article fondateur de M. O’Carroll12. Une étude liturgique systématique est à mener pour l’ensemble des sermons égidiens dont je dispose et dont le nombre est actuellement fluctuant.

8Voici, pour les huit sermons mariaux inédits copiés dans le manuscrit d’Assise 414, un tableau récapitulatif des lemmes bibliques utilisés. L’on notera un emprunt majoritaire à l’Ancien Testament, et un recours – peu étonnant lorsqu’il s’agit d’évoquer la Vierge – à Isaïe, à Ruth, Judith et Esther, au Cantique des cantiques, à Luc et à l’Apocalypse.

Tableau 1 : Les lemmes bibliques présents dans les sermons mariaux du MS Assise 414

  • 13 Je suis, pour les références bibliques, les Directives pour la préparation des manuscrits, Paris, C (...)

SERMONS MARIAUX

Ms. Assise 414

ANCIEN

TESTAMENT

NOUVEAU TESTAMENT13

1

De Natiuitate beate Virginis

78r-80v

Nb. 24, 17 (thème)

Lm. 1, 6

Ap. 22, 16

1 Co. 15, 41

Mt. 24, 29

Mt. 2, 10

Ap. 8, 10

Mt. 2, 9

2

De eodem

81r-83r

Ps. 96, 11 (thème)

Is. 58, 9

Is. 58, 7

Is. 35, 7

Is. 60, 1

Jn. 14, 6

3

De Adnuntiatione beate Virginis

83v-85r

Si. 26, 19

Pr. 11, 16

Ps. 83, 12

Si. 40, 17

Lc. 1, 28 (thème)

1 Co. 15, 10

4

De eodem feste

85r-86v

Est. 2, 15

Est. 2, 17

Lc. 1, 28 (thème)

Lc. 1, 38

Lc. 1, 31

5

In Purificatione beate Virginis

87v-88r

Gn. 46, 30 (thème)

Gn. 49, 22

Ps. 79, 4

Gn. 39, 6

1 S. 16, 12

Is. 50, 6

Ex. 33, 13

Est. 15, 17

Jr. 5, 1

Lc. 2, 29

Lc. 22, 63

6

De eodem

89r-91v

Pr. 7, 15 (thème)

Ps. 9, 33.36.38.33.35

Ps. 84, 8

Ps. 9, 29.30.31

Ps. 9, 33.36.38

Lm. 1, 7

Jr. 12, 7

Ps. 102, 1.3.5

Qo. 1, 8

Ps. 41, 2.3

Lc. 2, 29

7

In Assumtione beate Marie

92r-94v

1 R. 2, 19 (thème)

Is. 64, 4

Si. 30, 16

1 M. 4

Gn. 32, 2

Jdt. 13, 15

1 R. 2, 19

Ps. 18, 7

8

De eodem

94v-98r

Ct. 4, 8 (thème)

Gn. 24, 15

Ct. 4, 12

Ct. 2, 10

Ct. 2, 4

Rt. 1, 22

Ct. 7, 6

Rt. 2, 7

Ct. 5, 1

Pr. 7, 18

Ct. 4, 8

Lc. 1, 38

  • 14 Sur le développement des distinctiones au XIIIe siècle : G. Dahan, « L’exégèse de Hugues. Méthode e (...)
  • 15 Comme le rappelle, dans son article sur l’encyclopédisme du franciscain, I. Draelants : « Scala mun (...)

9Nombre de sermons latins de la fin du XIIIe et du début du XIVe siècle sont fruits des écoles. La période est toute à la création des outils destinés à leur rédaction et transmission, et à leur théorisation par les artes praedicandi. Les sermons produits sont reconnaissables à leur structure élaborée. Prenant appui sur un thème, court extrait biblique de départ ou pièce liturgique, le développement est divisé en quelques éléments, de deux à quatre généralement chez Juan Gil. Ces éléments sont présentés dans une formulation rimée et selon le procédé de la distinctio14, schéma résumant l’interprétation spirituelle ou théologique d’un mot du texte biblique. Le terme diuisio ou distinctio lui-même est fréquemment utilisé de manière explicite par Juan Gil dans son Historia naturalis15 :

  • 16 Johannis Aegidii Zamoriensis, Historia naturalis. Introducción, edición crítica, traducción cas (...)

Après la distinccio des forces végétatives et sensitives, suit la distinccio des forces rationnelles de l’âme, à laquelle et pour laquelle tout le reste est ordonné. Or il y a deux puissances ou forces. (…) À la distinccio des forces ou puissances végétatives succède la distinccio des forces sensitives. Ces puissances ou forces sont de deux sortes : l’une est motrice, l’autre est perceptive. (…) La force perceptive est divisée en deux : (…). Quant à la perceptive extérieure elle est de cinq sortes : visuelle, auditive, olfactive, gustative et tactile16.

  • 17 Ms. Assise 414, fol. 83v-85r. Lc I, 28 : Aue Maria gratia plena.

10De même, dans le troisième sermon marial égidien transmis par le manuscrit Assise 414, l’on trouve, en réponse au thème : « Salut Marie pleine de grâce »17, la proposition de développement suivante, qui constitue une déclaration des parties :

  • 18 Ms. Assise 414, fol. 84r : Fuit in ea gratia sanctificans ad extirpandam feditatem culpe, ut fieret (...)

Elle possédait en elle la grâce sanctifiante pour extirper la laideur de la faute et devenir ainsi réceptacle de la grâce. Elle était pleine de la grâce affermissant contre l’infirmité de la peine, et ne pouvait ainsi être vaincue par la tentation. Elle était pleine de la grâce affermissant contre la défaillance de la nature, qui empêche la permanence en elle du vide provoqué par le besoin18.

  • 19 Par exemple, ms. Paris Bibl. nat. lat. 18195, fol. 144v, en ligne.

11Ces subdivisions sont d’ailleurs parfois isolées marginalement par les utilisateurs de certains recueils homilétiques égidiens19. Elles correspondent aux parties principales du propos et déclinent les sens d’un mot du thème ou bien des éléments théologiques ou familiers qui y sont implicitement contenus.

12Suit un exemple de construction savante, presque musicale, d’un sermon égidien de type artien, représentatif de la vogue du sermo modernus. J’en développerai le commentaire en aval.

  • 20 Les termes demeurent en latin afin de manifester leur force musicale. Ils seront repris et expliqué (...)

Tableau 2 : Structure du sermon marial 1 du MS Assise 41420

Ms. Assise 414

Sermon marial 1

78r-80v

De Natiuitate beate Virginis

Thème

Orietur stella ex Iacob. Consurget uirga de Israel et percutiet duces Moab.

Nb. 24, 17

Introduction du thème

Analogie tirée de l’expérience commune

Division

miserabilis conditio hominis

feditas

iniquitas

calamitas

contra triplicem calamitatem

ingressus ab excellentia puritatis

progressus a rectitudine ueritatis

egressus a depressione potestastis

Division du thème :

orietur stella ex Iacob

consurget uirga de Israel

percutiet duces Moab

Déclaration des parties

philosophorum consideratio circa stellas

substantiae

uirtutes

motus

situs

(4e partie annoncée mais non traitée)

stellae erant

in sidera lucidissime

in effectu uirtuosissime

in motu uelocissime

in situ altissime

(4e partie annoncée mais non traitée)

Virgo est

purissima

benefica

agillima

sublimior

(4e partie annoncée mais non traitée)

Dilatation

par un prothème tiré de :

Ap. 22,16

stella, radix, genus

Quadruple justification de l’usage du mot stella comme limpiditas

À partir du mot stella, développement par le prothème Ap. 22,16 : Ego sum radix et genus Dauid, stella splendida et matutina.

À partir du mot radix, comparaison

Reprise du mot radix et variation sur les racines du mot genus

Première partie :

Virgo

lucidissima / purissima

ego

pura in se

pulcher aliis

splendida

matutina

Deuxième partie :

Virgo

uirtuosissima / benefica

lenit

dirigit

impendit

Troisième partie :

Virgo

uelocissima / agillima

motus amoris

de uirtute in uirtute

Doxologie

Conclusive

Décliner pour élargir : concordanciae et interpretationes

13La Bible n’était pas obligatoirement utilisée de manière directe par les prédicateurs mais médiée par une batterie d’instruments exégétiques comme les concordances. Celles-ci ordonnent de manière alphabétique un certain nombre de mots-clés et mentionnent pour chaque entrée leur livre, chapitre et verset. Un signe de leur usage est la répétition dans un sermon d’un même mot, ce qui dénote une concordance sur le mot. Moins directement décelable est la concordance sur l’idée.

  • 21 Les sermons et la visite pastorale de Federico Visconti archevêque de Pise (1253-1277), édition cri (...)

14Partiellement applicable à Juan Gil est le raisonnement avancé sur la méthode de collecte des versets par Federico Visconti, archevêque de Pise (1253-1277)21. Il semble impossible pour le moment d’identifier les instruments de travail précis utilisés par Juan Gil, reste à mener en effet un dépouillement des outils circulant dans la péninsule Ibérique. Le choix doit rester ouvert entre quatre hypothèses non exclusives les unes des autres : recours aux Postilles de Hugues de Saint-Cher, à un manuel de distinctiones acquis à Paris quand il y était étudiant, aux distinctions présentes dans les sermons-modèles disponibles, ou encore aux fruits de mémoire et d’apprentissage de ses années de cours suivis sur la Bible.

  • 22 Ms. Assise 414, fol. 78r-80v, ici fol. 78r : Orietur stella ex Iacob. Consurget uirga de Israel et (...)

15Relevons les idées ou termes-clefs jalonnant le premier sermon marial inédit du recueil d’Assise, dont la structure était examinée en amont de cet article. Le thème en est tiré de Nombres 24,17 : « Une étoile naîtra de Jacob. Un sceptre s’élèvera d’Israël : il frappera les chefs de Moab » 22. Or, le cours du texte part non des trois membres de la phrase mais du mot stella (étoile), contenu dans cette citation initiale. Il en décline diverses occurrences, tant bibliques que patristiques ou contemporaines, en posant originellement une distinction philosophique quadruple du terme. L’étoile est en effet pensée dans sa substance, son effet, son mouvement et sa localisation (in substantia, in effectu, in motu et in situ).

  • 23 Ms. Assise 414, fol. 78r-80v, ici fol. 78v : Ego sum radix et genus Dauid, stella splendida et matu (...)
  • 24 Ps. Augustinus Belgicus Sermones ad fratres in eremo commorantes, inspirés du De Arte praedicatoria (...)

16Le thème est amplifié par une citation d’Apocalypse 22, 16 qui constitue le prothème et rebondit sur le terme stella : « Je suis de l’extraction et du peuple de David, je suis une étoile resplendissante et matutinale23. » Ce lemme tripartite contient trois mots-clés déclinés à leur tour : radix (la racine, l’extraction), développé par un parallèle botanique établi avec la conception virginale ; genus (le peuple, l’espèce), repris par des sermons mariaux probablement pseudo-augustiniens24 jouant sur la racine du mot genus ; et enfin stella, par le reste du sermon qui suit.

  • 25 Ms. Assise 414, fol. 78r-80v, ici fol. 78v : Stella differt a stella in claritate et alia claritas (...)
  • 26 En réalité le Cogitis me du théologien carolingien Paschase Radbert (A. Ripberger, Der Pseudo-Hiero (...)
  • 27 Hieronymus Stridonensis Incertus Epistola XIII, Virginitatis laus, PL XXX, col. 171 B.
  • 28 Adversus Iovinianum, PL XXIII, col. 231 A.

17La première partie traite de la pureté lumineuse de la substance stellaire. À partir du terme stella, elle recourt notamment à 1 Corinthiens 15, 41 : « Une étoile diffère en éclat d’une autre étoile, autre est l’éclat du soleil, autre l’éclat de la lune et autre l’éclat des étoiles25. » Le terme splendida (resplendissante), contenu dans le prothème, renvoie au sermon Cogitis me de Paschase Radbert (attribué à Jérôme)26. Enfin, le terme matutina (matutinale), contenu dans le prothème, a pour écho Matthieu 24, 29. Ce dernier, par une concordance sur l’idée d’obscurité comme perte de lumière, permet de décliner l’idée de perte de la beauté (Lamentations 1, 6), de perte de la virginité (Paschase Radbert27), de corruption de la chair et de l’esprit (Jérôme28).

  • 29 Ms. Assise 414, fol. 78r-80v, ici fol. 79v : Videntes stellam magi gauisi sunt gaudio magno ualde. (...)
  • 30 Cf. infra
  • 31 À la louange de la Vierge Mère. Introduction, traduction, notes et index. M. I. Huille et J. Régnar (...)
  • 32 F. S. Schmitt, Sancti Anselmi Cantuariensis Archiepiscopi Opera Omnia. Edimburgh, Nelson, 1946-1961 (...)
  • 33 Cf. infra

18La deuxième partie présente la vertu médicinale bénéfique de l’étoile à partir d’une citation de Matthieu 2, 10 contenant le terme stella : « Voyant l’étoile, les mages se réjouirent d’une très grande joie. Et, en entrant, ils trouvèrent le Seigneur29. » Cette citation déclenche elle-même l’utilisation d’un bref exemplum de navigateurs sauvés par Marie30. Lui succède un long extrait d’une des homélies Super missus est de Bernard de Clairvaux31 sur Marie, étoile de la mer, recours dans les tempêtes. Ce thème appelle louange anselmienne32, exemplum dit « du voleur Ebbon33 » et extrait d’Apocalypse 8, 10.

  • 34 Confessions 13, 9, n. 10.
  • 35 En réalité Paschase Radbert, id., § 82-83.
  • 36 Quod perficit in scientia et non perficit in bona uita, elongabitur a Deo (« Ce qui trouve sa fin d (...)

19Quant à la troisième partie, elle développe la troisième distinction annoncée dans la déclaration des parties : le mouvement des étoiles. Ce mouvement est élan amoureux et progression dans la vertu. Ce qui est illustré par des formules d’Augustin34, de Matthieu 2, 9, du pseudo-Jérôme35 et de la Métaphysique d’Al-Ghazir peut-être connue par Bonaventure36.

20La structure donc de ce sermon érudit repose sur un seul terme, stella. La diversité des textes cités laisse deviner un procédé de compilation de florilèges et non une consultation directe, et, en amont, un recours à un outil comme les concordances, dont les dominicains du couvent parisien de Saint-Jacques s’étaient fait une spécialité. Il me faudra en étudier l’influence sur Juan Gil.

21Le recours aux gloses et commentaires de la Bible permet, quant à lui, d’éclairer pour l’auditoire le sens littéral d’un mot, ou sa signification spirituelle, allégorique, tropologique voire anagogique.

  • 37 Ms. Assise 414, fol. 85r-86v, ici fol. 85v : Hester interpretatur « abscondita sui, eleuata in popu (...)
  • 38 Ms. Assise 414, fol. 87v-89r, ici fol. 87v : Ioseph appellatus est in lingua egyptiaca « saluatio m (...)
  • 39 Ms. Assise 414, fol. 92r-94v, ici fol. 93v : Syria quae sublimis interpretatur.
  • 40 Ms. Assise 414, fol. 94v-98r, ici fol. 95r : Virginalis puritas preconium exprimitur sub nomine Lib (...)
  • 41 Ms. Assise 414, fol  94v-98r, ici fol. 95v : Rebecca interpretatur que multum accepit.
  • 42 Ms. Assise 414, fol. 94v-98r, ici fol. 96v : uenit cum Noemey, id est cum pulcritudine integritatis (...)

22Ainsi, les interpretationes nominum, présentes dans le Liber interpretationis hebraicorum nominum de Jérôme et les Etymologiae d’Isidore, semblent les plus sollicitées dans les sermons mariaux de Juan Gil. L’on peut lire dans le sermon 4 : « On interprète Esther comme “celle qui est cachée, élevée au-dessus des peuples ou préparée en temps opportun”37 » ; dans le 5 : « Joseph est appelé en langue égyptienne“salut du monde”38 » ; dans le 7 : « La Syrie dont l’interprétation est : “sublime”39 » ; dans le 8 enfin : « Le mot “Liban”, que l’on interprète comme “blancheur”, est une manière de louer la pureté virginale40 » ; « L’on interprète le nom “Rebecca” comme “celle qui a beaucoup reçu”41 » et « Elle vint avec Noémi, c’est-à-dire “avec la beauté de l’intégrité, de la charité et de l’humilité”42 ». Le duo d’auteurs évoqués est-il cité à travers des écrits plus tardifs (Raban Maur, Hugues de Saint-Victor, Hugues de Saint-Cher, Philippe le Chancelier, Albert le Grand, Thomas d’Aquin), voire via la Glossa Ordinaria ? L’édition est en cours, et sont encore bien lacunaires nos connaissances des outils à la disposition de Juan Gil, dans la bibliothèque des frères mineurs de Zamora et la bibliothèque alphonsine, par exemple.

  • 43 I. Draelants, op. cit. note 15, p. 48-49.

23Les références sont, de manière compréhensible, plus variées dans l’Historia Naturalis. Citons Jérôme pour les traductions de l’hébreu au latin, mais aussi Al-Farghâni pour les termes arabes d’astronomie, une exégèse littérale du grec pour la médecine, le pseudo-Denys l’Aréopagite, Jean Scot Erigène, Alain de Lille, Hélinand de Froidmont et Barthélémy l’Anglais43. Le recours majoritaire, dans les sermons égidiens, à des interpretationes procédant d’autorités patristiques est-il dû à la nature liturgique, spirituelle et morale de ces recueils ? Une étude comparative de l’ensemble des sermons reste à mener.

Illustrer pour persuader : similitudines et exempla44

  • 44 Ce titre est une évocation de la contribution de L.-J. Bataillon, La Prédication au XIIIe  siècle (...)
  • 45 N. Bériou, « Les sermons latins après 1200 », The Sermon, dir. B. M. Kienzle, Turnhout, Brepols, 20 (...)
  • 46 N. Bériou, ibid., p. 370.

24Nous avons vu que la première technique de dilatation était la distinctio, division et subdivision du thème en divers éléments. Ces éléments sont les fruits d’un raisonnement logique (examen des effets et causes), théologique (déclinaison thématique), lexical (concordances verbales) ou étymologique (interprétations linguistiques ou dérivations à partir d’une racine). Ces techniques sont abondamment décrites par les Artes praedicandi contemporaines et pratiquées par Juan Gil. L’art de la dilatation est une manière d’introduire de la variété dans le propos en enrichissant et en organisant le commentaire d’un verset du texte sacré pour en amplifier la portée. Il permet ainsi d’en manifester la vérité, en une sorte de « synthèse doctrinale45 ». Parmi l’ensemble des outils herméneutiques disponibles, véritables « instruments de communication46 », les ressources du texte sacré ne constituent pas la seule voie d’approfondissement de la Révélation. L’exploration des illustrations et comparaisons est en effet, après l’élaboration des divisions et subdivisions, l’autre grand mode d’exposition de l’Écriture dans le corps du sermon.

25Les similitudines plus ou moins brèves et les exempla sont autant d’images ou de micro-récits tirés de l’expérience commune ou d’un vivier d’anecdotes et de miracles fameux. Contenus en des recueils exemplaires et similitudinaires ou des compilations mixtes, ils réveillent l’intérêt de l’auditoire et peuvent alléger le poids du carcan formel et doctrinal, tout en le renforçant.

  • 47 Ms. Assise 414, fol. 81r-83r. Psaume 96, 11 : Lux orta est iusto et rectis corde letitia (« Une lum (...)
  • 48 Ms. Assise 414, fol. 81r : Tanta est Virginis gloriose nobilitas et excellentia quod in eius laude (...)

26Le deuxième sermon consacré à la nativité de la Vierge, dont le thème est : « Une lumière est née pour le juste et la joie pour le cœur de l’homme droit47 », joue, dans l’introduction du thème, avec le code de la précaution oratoire et l’usage ornemental de la louange empruntée aux éléments naturels. Il propose en effet une succession de comparaisons classiques pour les rejeter, les considérant comme impuissantes à restituer la grandeur mariale : « La noblesse de la Vierge glorieuse et son excellence sont si grandes que toute langue, toute créature et même la divine Écriture sont impuissantes à la louer, qu’on la compare à une rose, à un lys, à une violette, au soleil, à une étoile ou à la lumière48. »

  • 49 Is. 58, 9-11.

27Il décline ensuite au cours du développement quatre métaphores plus ou moins filées. Ces quatre comparaisons illustrent chacune l’une des quatre parties du discours. Lesquelles obéissent au terme-clef du thème, lux (lumière), en citant trois versets d’Isaïe convoqués par concordances verbales. Ces versets constituent la base de lancement de chaque partie49. Au domaine optique – l’homme qui s’expose au soleil doit avoir de bons yeux, de même l’âme qui s’approche de la Vierge doit être bonne –, succède une comparaison médicinale – la Vierge est semblable à un médecin qui administre le bon sirop –, puis l’image du voyage – la Vierge dirige les errants comme une fenêtre éclairée ou un calvaire le ferait pour le voyageur, et la vision du port au loin pour le navigateur –, et enfin une évocation amoureuse – l’homme qui contemple la Vierge ressemble à l’amant songeant à sa douce amie.

28D’autres sermons mariaux mettent brièvement en scène une paysanne éprise d’un prince, des prélats similaires à des taupes, une épouse soumise, un voleur et un lion dissimulés dans une grotte, un captif criant à l’aide ou encore un cerf poursuivi. Ces similitudines ne sont pas uniquement ornementales. Distinguées par des marques d’énonciation spécifiques (dont « sicutita » est la plus courante), elles ont un rôle explicatif et structurant, subordonné au propos.

  • 50 Si l’on se réfère à la catégorisation de J.-Th. Welter L’exemplum dans la littérature religieuse et (...)
  • 51 Objet de la thèse doctorale de S. Bohdziewicz, Université de Buenos Aires, 2014, dir. J. H. Fuentes (...)

29Quant aux exempla, séquences narratives longues parfois désignées marginalement comme telles par l’utilisateur du manuscrit, l’on en dénombre cinq au sein des huit sermons mariaux égidiens contenus dans le manuscrit Assise 414. Empruntés aux apocryphes, à Jacques de Voragine ou aux recueils miraculaires mariaux en vogue à l’époque de Juan Gil de Zamora, ils sont d’inspiration biblique, hagiographique, morale ou miraculaire 50. Nous n’avons pour le moment pu identifier avec certitude, dans le réservoir des miracula, la source exacte à laquelle a bu le Franciscain. Il utilise des miracles courants, présents notamment dans les Cantigas alphonsines et dans son propre traité Liber Mariae51. La formulation en est sobre, exempte de tout toponyme et anthroponyme, et relativement longue.

  • 52 A. Poncelet, « Index miraculorum B.V. Mariae quae saec. VI-XV latine conscripta sunt », Analecta Bo (...)
  • 53 J. Berlioz et M. A. Polo de Beaulieu, Les exempla médiévaux. Introduction à la recherche suivie des (...)
  • 54 F. C. Tubach, ibid.
  • 55 Ou encore – pour ne citer que quelques recueils contemporains de Juan Gil ou le précédant – Reims B (...)

30Pourraient être cités le récit dit du voleur Ebbon52, adorateur de la Vierge sauvé par Marie de la mort par pendaison et devenu moine, ou encore celui dit du clerc Helsin53, sauvé d’une tempête par le chant de l’Aue maris stella. Je ne résiste pas pour finir à rapporter l’histoire de cette femme menaçant une statue de la Vierge de lui voler son enfant si l’on ne lui restitue pas le sien condamné pour vol. La Mère de Dieu obtempérant sur-le-champ, l’audacieuse dévote lui fabrique une couronne d’or. Ce dernier miracle, recensé par Tubach sous le numéro 102454, est répandu. On le trouve notamment au livre 3, 82 des Octo libri miraculorum (ca. 1225-1234) du cistercien Césaire d’Heisterbach et dans la Légende dorée 591, 4 du dominicain Jacques de Voragine55.

  • 56 Après parallèle avec l’étude par L.-J. Bataillon d’un sermon de Servasanctus de Faenza, franciscain (...)

31Ces narrations, si elles sont illustratives et développées, pourraient, semble-t-il, être ôtées sans que le sens général en soit affecté56. Peu friandes de détails concrets et très écrites, elles viennent corroborer l’hypothèse d’une qualification du manuscrit d’Assise comme recueil de sermons-modèles destinés à des clercs lettrés.

Citer pour convaincre : de quelques auctoritates extra-bibliques

32Les sermons égidiens témoignent d’un travail de formation dans les écoles et de mise en forme d’une masse de citations d’autorités, lues ou entendues, mémorisées et adaptées de manière plus ou moins fidèle. Très écrit, le texte dont nous disposons dans le manuscrit d’Assise serait donc le fait d’une composition de texte en amont d’une prédication, ou d’une recomposition en aval, plutôt que de notes prises à l’audition.

  • 57 Ms. Assise 414, fol. 94v-98r.

33Le huitième sermon marial57 en est une preuve frappante, mosaïque formée presque uniquement de l’assemblement de treize grandes tesselles cisterciennes. Prélevées dans les sermons mariaux et les lettres d’Adam de Perseigne, elles sont complétées par un large fragment du pseudo-Jérôme, le Cogitis me de Paschase Radbert. Si Adam de Perseigne est ailleurs explicitement cité comme tel, il est dans ce sermon désigné une fois seulement, et non comme Adam mais sous le nom de Bernard de Clairvaux. Ces citations massives d’Adam de Perseigne sont représentatives de la forte prégnance des ouvrages cisterciens dans l’homilétique égidienne, Bernard et Adam en tête.

  • 58 Ms. Assise 414, fol. 78r-80v.

34Le premier sermon marial58 tisse un réseau d’autorités plus serré. L’on a pu en avoir un aperçu au début de cette étude. Il est en effet le plus long et construit des huit choisis pour figurer dans le recueil d’Assise. Nous n’avons pour le moment pas de trace conservée d’autres sermons mariaux égidiens, malgré la découverte récente d’un manuscrit portugais, le Lisbonne Bibl. nat. IL.44. Ce dernier annonce des sermones uirginales dont les folios manquent malheureusement. Dans le premier sermon marial, les Pères sont très présents : sermons et Confessions augustiniens, pseudo-Augustin (Belgicus et pseudo-Alcuin), sermons et traités hiéronymiens, pseudo-Jérôme (Paschase Radbert), mais aussi des écrits mariaux cisterciens, les méditations anselmiennes, un certain Marcianus et un certain Gualterus (ou Galfridus) non encore identifiés, une formule du métaphysicien Al-Ghazir. Le reste du corpus exploite, en sus de ces références, la liturgie, les mathématiques euclidiennes et le traité De contemptu mundi par Lothaire de Segni, futur Innocent III, ce dernier ouvrage ayant connu une belle diffusion dès le XIIIe siècle.

  • 59 Je suis ici I. Draelants, op. cit. note 15, notamment la part. 4, à partir de la p. 53 : « ¿ Una mu (...)
  • 60 Ibid., notamment la part. 5, à partir de la p. 59.

35Le travail mené sur l’œuvre encyclopédique de Juan Gil, notamment dans un récent article d’Isabelle Draelants, est à poursuivre pour le reste des écrits égidiens, avec la conscience des spécificités « génériques ». Y a-t-il multitude de sources ou une douzaine de sommes59 ? Sont ainsi décomptées pour la lettre A, seule conservée de l’Historia Naturalis égidienne, quatre-vingt-six rubriques renvoyant à quatre cent soixante textes de cinquante auteurs et à plus de soixante œuvres. Ce matériau est en grande partie disponible dans les pans entiers, détachés explicitement ou non par le Zamoran, des compilations naturalistes et médicinales des encyclopédistes précédents, et particulièrement de Vincent de Beauvais, Barthélémy l’Anglais et Thomas de Cantimpré. L’exemple du début du chapitre trois : « Quid sit anima » du traité LXXXVII De anima60 de Juan Gil est éloquent. Sont décelables en effet Isaac Israeli, Rémi d’Auxerre, Augustin, Sénèque, Aristote et la Genèse. Ces auteurs ou textes sont tous cités au chapitre dix du livre XXIII sur l’âme du Speculum Naturale de Vincent de Beauvais. Juan Gil se serait-il approprié, en fonction de sa propre érudition, le texte du dominicain, qui lui-même s’était inspiré du texte de Jean de la Rochelle ? Il semblerait que ce soit finalement à cette dernière source qu’ait puisé Juan Gil.

36J’ai relevé par ailleurs la présence d’un véritable levain homilétique à l’œuvre dans la pâte encyclopédique, par l’intermédiaire des moralisations de rubriques naturelles de l’Historia Naturalis : similitudines, exempla, distinctiones schématiques, méditations, sermons complets. Ces derniers ne correspondent à aucun des sermons contenus dans les recueils que j’ai pu jusqu’à présent identifier. Ont de plus été décelés de frappants emprunts dans son œuvre hagiographique et historique à ses propres sermons par Juan Gil, grand adepte du « copier-coller ». Leur étude est en cours également. Devient de plus en plus nécessaire donc une chronologie arrêtée de la composition des œuvres du franciscain, œuvres dont la liste est elle-même encore fluctuante.

  • 61 Ibid., p. 56. Est évoquée la contribution M. F. de Barrio Vega « Las fuentes clásicas en el De Pre (...)

37Un autre significatif exemple du traitement des sources par le compilateur franciscain, cette fois dans ses œuvres historiographiques, est celui du De preconiis Hispanie et du De preconiis ciuitatis numantine. Ces dernières s’inspirent, notamment et nommément, de la Géographie de Ptolémée, de Trogue Pompée, de l’Historia de regibus Gothorum d’Isidore, des chroniques de Sulpice Sévère, d’Hydace et de Jordanus, des conciles de Tolède, du Chronicon mundi de Lucas de Tuy et de l’Historia de rebus Hispanie de Rodrigue Jiménez de Rada. Ce dernier par exemple cite de nombreux auteurs classiques : Virgile, Ovide, Lucain et Pline. María Felisa del Barrio Vega a démontré, rapporte Isabelle Draelants61, que sous cette liste de libri authentici se dissimulent des textes non revendiqués, comme le De morali principi institutione de Vincent de Beauvais.

  • 62 Pour les notes d’auditeurs ou reportationes, voir le travail fondateur de N. Bériou, La Prédication (...)

38Cette technique de centonisation est-elle également à l’œuvre dans le cas particulier des sermons ? Cas particulier en effet, car la transmission d’un sermon est complexe. Le texte dont nous disposons peut exister sous différentes versions : modèle écrit, brouillon préparatoire, reportationes (notes d’audition)62, remaniement par la communauté qui le copie ou détient, simple schéma ou plan détaillé. Depuis le début de mes travaux ont été identifiés plusieurs recueils homilétiques égidiens, en sus du manuscrit Assise 414, grâce à Cándida Ferrero Hernández, les manuscrits Olomouc M.II.243 et Cieszyn SZ.DD.V.7. J’ai ensuite exhumé les manuscrits : Paris BNF lat. 18195, Cambridge Jesus Q.A.13, Worcester Cathedral F.126 et Lisbonne Bibl. nat. IL.44. Les différences, parfois importantes, existant notamment entre les manuscrits Assise 414 et Paris BNF lat. 18195 sont en cours d’étude et témoignent d’une circulation variée de la materia praedicabilis égidienne. Il faudra donc, une fois le texte intégralement transcrit et dans la mesure du possible, remonter chaque fois à l’auteur, prédicateur ou non, dont s’inspire le Zamoran.

Conclusion : une littérature de poche

39Juan Gil de Zamora est bien le fils des studia, l’utilisateur et le compositeur d’une véritable littérature de poche, lui qui évolua vraisemblablement dans l’Europe universitaire de son temps. Circulèrent aussi ses œuvres homilétiques, actuellement conservées à Paris, Assise, Lisbonne, Worcester, Cambridge, Olomouc, Cieszyn, et copiées pour des communautés bénédictine, dominicaine, franciscaine comme chartreuse.

  • 63 . Synthèse sur la compilation chez Juan Gil de Zamora, S. Bohdziewicz « El Liber Mariae de Juan Gil (...)

40Juan Gil a probablement eu recours à des florilèges de sources patristiques, des dictionnaires de concordances, des lexiques d’interpretationes nominum, des collections de miracula et des recueils de sermons-modèles pour son labeur de compilation destiné à une transmission pastorale et un enseignement moral. Il conçoit la totalité de son œuvre elle-même comme une source, un outil, un florilège. Et ce florilège est destiné à une consultation aisée par un prédicateur surmené, compilant un savoir varié de manière alphabétique, contrairement à la hiérarchisation théologique employée par les encyclopédistes dont il s’inspire pourtant63. Voici une déclaration de cette organisation alphabétique dans un extrait du prologue de son Liber illustrium personarum :

  • 64 Ms. Madrid Bibl. nat. 2763, fol. 6r : Post ordinationem Historie naturalis et ecclesiastice ac ciui (...)

Après avoir, par les mérites de notre Bienheureux Père François, ordonné la composition de mon Histoire naturelle, ecclésiastique et civile en un livre que j’ai intitulé : Archiuum, ou Armarium Scripturarum, ou encore Mare magnum, j’ai pu ainsi organiser presque tous les éléments discursifs, naturels, ecclésiastiques, moraux et civils selon l’ordre alphabétique. J’ai été délégué et entraîné à un tel labeur à cause des besoins croissants de mes Frères Pauvres64.

  • 65 Ms. Assise 414, fol. 2r.
  • 66 Ms. Lisbonne Bibl. nat. IL.44, fol. 14r.
  • 67 Le manuscrit Assise 414 recueille deux ensembles de sermons : soixante-dix qualifiés dans leur expl (...)
  • 68 Ms. Assise 414, fol. 217r : Ad hec omnia peragenda dominationi uestre pauca curaui scribere, sciens (...)

41Quelle est la place des sermons dans cet ensemble ? Il est encore difficile de savoir s’ils sont à inclure pleinement dans le reste des écrits de Juan Gil ou s’ils en constituent un pan indépendant. Ils ont en revanche été consciemment élaborés comme supports de la prédication pour les clercs et frères de son temps. C’est ce que semble signifier la préface des recueils manuscrits Assise 41465 et Lisbonne Bibl. nat. IL.4466 de sermons égidiens, préface adressée à un prélat pour nous anonyme67 : « J’ai veillé à écrire en quelques mots à votre Grâce pour lui exposer tout cela, sachant que de ce peu de mots vous pouvez choisir ce qu’il y a de mieux, en homme que le Seigneur des cieux a empli d’une éloquence doublée d’une science immense68. »

  • 69 Cette translation, opérée dans le Liber contra uenena, est une trouvaille de son éditrice, C. Ferre (...)
  • 70 C. Ferrero Hernández, loc. cit. note préc.

42Juan Gil est également à lui-même sa propre source, lui qui use d’une véritable technique du « copier-coller ». Se retrouvent ainsi, au sein de ses Legende sanctorum, par exemple d’extraits homilétiques mariaux empruntés à Adam de Perseigne ou encore, plus étonnamment, de son antidotaire69. Marie, solution du projet de salut divin, remède aux maladies morales, devient, dans le Liber contra uenena70, la médecine, panacée universelle des maux physiques d’une humanité souffrante.

43Juan Gil enfin se compare volontiers à un pictor de la Nature :

  • 71 Ms. Madrid Bibl. nat. 2763, fol. 6r-6v : Sicut enim Pictores, naturam suo artificio imitantes, colo (...)

De même en effet que les peintres, imitant la Nature par leur art et mêlant aux couleurs d’autres couleurs, dépeignent les images visibles des corps, les animaux et les arbres, les rois et les soldats, les campagnards et les barbares, les batailles et les rixes et les torrents de sang, les lances, les cuirasses, les boucliers et les casques, le trône royal et l’empereur trônant, le barbare terrassé et le glaive aiguisé, le cours des fleuves et les champs ornés de fleurs variées, et tout ce que l’on voit dans la Nature (…), de même moi, comme un autre peintre du mal et du bien, et un bon je l’espère, j’ai projeté de décrire de manière exemplaire tant le pécheur oublieux que le juste pénitent, se levant, s’asseyant, triomphant, succombant, tombant, se ranimant : et ce, pour convaincre ceux qui errent, informer ceux qui commencent, enflammer ceux qui avancent, pousser à la contemplation, ou dégustation, les parfaits, et soulager les prédicateurs. Les docteurs et prédicateurs trouveront ici des exemples qui peuvent attirer et guider71.

  • 72 Sur les traductions iconographiques des artes praedicandi, autre piste suivie dans mes travaux, je (...)

44Jusqu’à quel point enfin les façades des cathédrales contemporaines sont-elles une traduction visuelle de ses sermons ? Ces derniers constituent-ils la source programmatique des structures architectoniques qui en encadrent l’énonciation et fournissent en retour aux fidèles gloses morales, exempla et méditations de pierre sur les mystères72 ? »

Haut de page

Notes

1 Ch. Faulhaber, Juan Gil de Zamora. Dictaminis Epithalamium, Pise, Pacini editore, 1978 (Biblioteca degli Studi Mediolatini e Volgari, Nuova Serie 2), p. 34 : Micas enim collegi que de menssa dominorum meorum ceciderunt ; et cum (R)uth Moabitide in agro Booz spicas coadunavi que manuus evasere metencium, si forte in earum excussione inveniatur ephi mensura, de qua in valle dictacionis, arengacionis, ornatus quoque rethorici peregrinantes et Domino servientes per tempus possint conficere litera(s). Les transcriptions des inédits et les traductions sont miennes.

2 PL CCVII, col. 1077 B.

3 Ch. Faulhaber, ibid., p. 34. Traduction d’après les deux vers horatiens : Ergo fungar uice cotis, acutum / reddere quae ferrum ualet exsors ipsa secandi (Art poétique, v. 304-305).

4 Ibid., p. 34. Traduction d’après Sagesse 7, 13 : sine ficcione dedisti, tue sine invidia comunico.

5 Ms. Assise 414, fol. 94v-98r, ici fol. 96va : Hec est Moabit(i)s que uenit cum Noemey rogauitque ut spicas colligeret remanentes (« Voici que vient la Moabite avec Noémi, et qu’elle demande à pouvoir ramasser les épis abandonnés »).

6 Thèse de doctorat de lettres classiques, editio princeps introduite, traduite et commentée des sermons mariaux inédits de Juan de Zamora, codirection J.-F. Cottier (Université Paris 7 - Diderot) et P. Henriet (EPHE). F. Lillo Redonet avait proposé l’édition d’une sélection de sept des sermons de Juan Gil contenus dans le même ms. Assise 414 (De aduentu Christi fol. 4v-8r ; De natiuitate Christi fol. 17v-21r ; De circumcisione fol. 25v-28v ; De epiphania fol. 31v-34v ; De septuagesima fol. 40r-42v ; De ramis palmarum fol. 49v-51r ; De resurrectione fol. 54r-56v) : Sermonario. Juan Gil de Zamora, Zamora, 2011 (Instituto de Estudios Zamoranos « Florián de Ocampo », I). M. Á. Atanasio, dir. J. C. Martín, Salamanque, prépare une édition des quinze sermons du Breviloquium de vitiis et virtutibus également copiés dans le ms. Assise 414.

7 La référence, pour la biographie égidienne, demeure l’introduction de M. de Castro y Castro à son édition du Liber de Preconiis Hispanie, Madrid, Universidad de Madrid, 1955.

8 La plus récente édition d’une œuvre de Juan Gil est celle des Legende sanctorum par J. C. Martín avec la collaboration de E. Otero Pereira, Iohannis Aegidii Zamorensis Opera Omnia, Zamora, 2014 (Instituto de Estudios Zamoranos « Florián de Ocampo », II). Cf. aussi C. Ferrero Hernández Liber contra venena et animalia venenosa, Barcelone, Real Acadèmia de Bones Lletres, 2009, réflexion sur la liste des œuvres du franciscain p. 33-39.

9 G. Dahan, L’Exégèse chrétienne de la Bible en Occident médiéval. XIIe-XVe siècle. Paris, Cerf, 1999, p. 176, n. 1.

10 Le titre de la part. 1, ch. 1, p. 45 de L. Pellegrini : « I due ordini Mendicanti maggiori : il trompe l’œil di una lettura comparativa », I Manoscritti dei predicatori, Roma, Istituto Storico Domenicano, 1999 (Dissertationes Historicae, XXVI), est à cet égard éloquent.

11 L.-J. Bataillon, La Prédication au XIIIe siècle en France et en Italie. Études et documents. Aldershot, Variorum, 1993, IV, p. 198 (= « Les instruments de travail des prédicateurs au XIIIe siècle », Culture et travail intellectuel dans l’Occident médiéval, Paris, Editions du CNRS, 1981).

12 M. O’Carroll, « The Lectionary for the Proper of the year in the Dominican and Franciscan rites of the thirteenth century », Archivum Fratrum Praedicatorum 49 (1979), p. 79-103.

13 Je suis, pour les références bibliques, les Directives pour la préparation des manuscrits, Paris, Cerf, 2001 (coll. « Sources Chrétiennes »).

14 Sur le développement des distinctiones au XIIIe siècle : G. Dahan, « L’exégèse de Hugues. Méthode et herméneutique », Hugues de Saint-Cher (+ 1263), bibliste et théologien, Turnhout, Brepols, 2004 (études réunies par L.-J. Bataillon, G. Dahan et P.-M. Gy), p. 73.

15 Comme le rappelle, dans son article sur l’encyclopédisme du franciscain, I. Draelants : « Scala mundi, scala celi de la A a la Z : claves para la comprensión de la obra universal de Juan Gil de Zamora. Exégesis, libri authentici y mediadores », Studia Zamorensia XIII (segunda etapa), 2014, p. 27-70, p. 42, n. 77, en ligne.

16 Johannis Aegidii Zamoriensis, Historia naturalis. Introducción, edición crítica, traducción castellana e índices, A. Domínguez García et L. García Ballester, Salamanca, Junta de Castilla y León, 1994, 3 vols., I A, traité LXXXVII, De anima, ch. 25, « De divisione potenciarum seu virium anime in speciali », p. 660 : Post distinccionem virium vegetative et eciam sensitive sequitur distinccio virium racionalium anime, ad quam et propter quam cetera ordinantur. Sunt autem due potencie sive vires (…). Post distinccionem virium seu potenciarum vegetative, sequitur distinccio virium sensitive. Sunt autem eius due potencie sive vires : una est motiva et altera apprehensiva. (…) Apprehensiva vero vis dividitur in duas (...). Apprehensiva vero exterior est quincuplex : visiva, auditiva, olfativa, gustativa, tactiva.

17 Ms. Assise 414, fol. 83v-85r. Lc I, 28 : Aue Maria gratia plena.

18 Ms. Assise 414, fol. 84r : Fuit in ea gratia sanctificans ad extirpandam feditatem culpe, ut fieret uas gratie. Plena fuit gratia confirmante contra infirmitatem pene, ne posset superari temptatione. Plena fuit gratia confirmante contra infirmitatem pene, ne posset superari temptatione. Plena fuit gratia confirmante contra defectibilitatem nature, ut nulla remanet in ea uacuitas indigentie.

19 Par exemple, ms. Paris Bibl. nat. lat. 18195, fol. 144v, en ligne.

20 Les termes demeurent en latin afin de manifester leur force musicale. Ils seront repris et expliqués dans le point suivant de cet article.

21 Les sermons et la visite pastorale de Federico Visconti archevêque de Pise (1253-1277), édition critique par N. Bériou et I. Le Masne de Chermont, avec la collaboration de P. Bourgain et de M. Innocenti, Rome : École française de Rome, 2001 (coll. « Sources et documents d’histoire du Moyen Âge » 3), ch. : « Sources et instruments de travail », p. 169.

22 Ms. Assise 414, fol. 78r-80v, ici fol. 78r : Orietur stella ex Iacob. Consurget uirga de Israel et percutiet duces Moab.

23 Ms. Assise 414, fol. 78r-80v, ici fol. 78v : Ego sum radix et genus Dauid, stella splendida et matutina.

24 Ps. Augustinus Belgicus Sermones ad fratres in eremo commorantes, inspirés du De Arte praedicatoria d’Alain de Lille et composés vers 1200 sous le nom d’Augustin pour une assemblée de clercs réguliers : PL XL, sermon 20, col. 1268 et sermon 19, col. 1266. À moins qu’il ne s’agisse directement d’un centon d’Alain de Lille : une étude est en cours.

25 Ms. Assise 414, fol. 78r-80v, ici fol. 78v : Stella differt a stella in claritate et alia claritas solis, alia lune, alia stellarum.

26 En réalité le Cogitis me du théologien carolingien Paschase Radbert (A. Ripberger, Der Pseudo-Hieronymus-Brief IX « Cogitis me », Ein erster Marianischer Traktat des Mittelalters von Paschasius Radbert, § 92, Fribourg, Universitätsverlag Freiburg Schweiz, 1962), inspiré du De uirginibus d’Ambroise de Milan.

27 Hieronymus Stridonensis Incertus Epistola XIII, Virginitatis laus, PL XXX, col. 171 B.

28 Adversus Iovinianum, PL XXIII, col. 231 A.

29 Ms. Assise 414, fol. 78r-80v, ici fol. 79v : Videntes stellam magi gauisi sunt gaudio magno ualde. Et intrantes Dominum inuenerunt ipsum.

30 Cf. infra

31 À la louange de la Vierge Mère. Introduction, traduction, notes et index. M. I. Huille et J. Régnard, Paris, Cerf, 1993 (Sources Chrétiennes, 390, II, 17). Sermon poursuivi par divers passages du Sermo in Natiuitate beatae Mariae Virginis, dit De Aquaeductu, PL CLXXXIII, 441 A, B, C et D.

32 F. S. Schmitt, Sancti Anselmi Cantuariensis Archiepiscopi Opera Omnia. Edimburgh, Nelson, 1946-1961, Oratio 7 : Oratio ad sanctam Mariam pro impetrando eius et Christi amore, vol. 3, l. 82, p. 21. Pour une introduction : J.-F. Cottier, Anima mea : Prières privées et textes de dévotion du Moyen Âge latin. Autour des Prières ou Méditations attribuées à saint Anselme de Cantorbéry (XIe-XIIe siècle), Turnhout, Brepols, 2001 (« Recherches sur les rhétoriques religieuses », coll. dir. G. Freyburger et L. Pernot).

33 Cf. infra

34 Confessions 13, 9, n. 10.

35 En réalité Paschase Radbert, id., § 82-83.

36 Quod perficit in scientia et non perficit in bona uita, elongabitur a Deo (« Ce qui trouve sa fin dans le savoir et non dans la vie bonne s’éloignera de Dieu »).

37 Ms. Assise 414, fol. 85r-86v, ici fol. 85v : Hester interpretatur « abscondita sui, eleuata in populis aut preparata in tempore ».

38 Ms. Assise 414, fol. 87v-89r, ici fol. 87v : Ioseph appellatus est in lingua egyptiaca « saluatio mundi » (Genèse 41, 45).

39 Ms. Assise 414, fol. 92r-94v, ici fol. 93v : Syria quae sublimis interpretatur.

40 Ms. Assise 414, fol. 94v-98r, ici fol. 95r : Virginalis puritas preconium exprimitur sub nomine Libani, qui « candidatio » interpretatur.

41 Ms. Assise 414, fol  94v-98r, ici fol. 95v : Rebecca interpretatur que multum accepit.

42 Ms. Assise 414, fol. 94v-98r, ici fol. 96v : uenit cum Noemey, id est cum pulcritudine integritatis et caritatis et humilitatis.

43 I. Draelants, op. cit. note 15, p. 48-49.

44 Ce titre est une évocation de la contribution de L.-J. Bataillon, La Prédication au XIIIe  siècle en France et en Italie. Études et documents. Aldershot, Variorum, 1993, X : « Similitudines et exempla dans les sermons du XIIIe siècle » (= The Bible in the medieval world : Essays in memory of Beryl Smalley, « Studies in Church History », Subsidia 4, Oxford, Basil Blackwell, 1985, p. 191-205).

45 N. Bériou, « Les sermons latins après 1200 », The Sermon, dir. B. M. Kienzle, Turnhout, Brepols, 2000 (« Typologie des sources du Moyen Âge occidental », fascicules 81-83), p. 370.

46 N. Bériou, ibid., p. 370.

47 Ms. Assise 414, fol. 81r-83r. Psaume 96, 11 : Lux orta est iusto et rectis corde letitia (« Une lumière est née pour le juste et la joie pour le cœur de l’homme droit »).

48 Ms. Assise 414, fol. 81r : Tanta est Virginis gloriose nobilitas et excellentia quod in eius laude deficit omnis lingua, omnis etiam deficit creatura, et ideo diuina Scriptura, nunc comparare ipsam rose, nunc lilio, nunc uiole, nunc soli, nunc stelle, nunc luci.

49 Is. 58, 9-11.

50 Si l’on se réfère à la catégorisation de J.-Th. Welter L’exemplum dans la littérature religieuse et didactique du Moyen Âge. La tabula exemplorum secundum ordinem alphabeti. Recueil d’exempla compilé en France à la fin du XIIIe siècle. Paris, 1927 ; Genève, Slatkine reprints, 2012, p. 105-108, les exempla peuvent être d’ordre biblique, pieux, hagiographique, profane, historique, légendaire, miraculaire, personnel ou relever de la prosopopée, du conte, de la fable, de la moralité.

51 Objet de la thèse doctorale de S. Bohdziewicz, Université de Buenos Aires, 2014, dir. J. H. Fuentes. Pour l’étude d’un exemplum, celui du pèlerin de Saint-Jacques utilisé dans ce traité de Juan Gil : S. Bohdziewicz « Juan Gil de Zamora y las versiones latinas del milagro peregrino de Santiago », Iacobus 31-32, Sahagún (2012), p. 163-180.

52 A. Poncelet, « Index miraculorum B.V. Mariae quae saec. VI-XV latine conscripta sunt », Analecta Bollandiana 21, 1902, p. 242-360, n° 561 : « Fuit enim fur quidam aliena rapiens, qui de furtim ablatis ». Ce miracle est présent notamment dans les ms. Bibl. roy. Copenhague Thott 128 ; Univ. Chicago Phillips 25142 ; Brit. Lib. Add. 15723 Coll. 1 fol  64v-69v, Add. 27909B ff. 10v-11, Add. 35112 fol. 21-80 et 90-94, Arundel 346 fol. 60-73 et Roy. 20.B.XIV fol. 102v-169 ; Lisb. Bibl. nat. Alc. 149 ; Madrid Bibl. nat. Ms. 110 ; Univ. Cornell Bibl. B.14, ou encore chez Guillaume de Malmesbury, Jean de Garlande, Gonzalo de Berceo, Gautier de Coincy, Barthélémy de Trente, Jacques de Voragine, pour ne citer qu’eux. On le trouve dans le Liber Mariae égidien au traité XVI, ch. 1, miracle 2, ms. Madrid Bibl. nat. 1503, fol. 120v et dans la Cantiga alphonsine XIII : « Esta e como Santa Maria guardou o ladrón que non morresse na forca porque a saudava ». Utile est la « Oxford Cantigas de Santa Maria Database », en ligne, du Professeur Stephen Parkinson.

53 J. Berlioz et M. A. Polo de Beaulieu, Les exempla médiévaux. Introduction à la recherche suivie des tables critiques de l’Index exemplorum de F. C. Tubach, Carcassonne, GARAE/Hésiode, 1992. F. C. Tubach, Index exemplorum, Helsinki, 1969, n° 1102 ; De miraculis Beatae Mariae Virginis 703, Brit. Lib. Add. 33956. Pour une étude de la transmission de ce miracle, Marielle Lamy, L’Immaculée conception, étapes et enjeux d’une controverse au Moyen Âge (XIIe-XVe siècles), Paris, Institut d’Études Augustiniennes, 2000, p. 90-93.

54 F. C. Tubach, ibid.

55 Ou encore – pour ne citer que quelques recueils contemporains de Juan Gil ou le précédant – Reims Bibl. mun. 1275, fol. 7rb, Liber miraculorum Remensis ; Liber exemplorum 48 composé vers 1275 par un franciscain anglais anonyme ; Univ. Uppsala Bibl. 523, fol. 11v et 13r-v, Compilacio singularis exemplorum ; Alphabetum narrationum 471 composé entre 1297 et 1308 par Arnold de Liège ; Magnum speculum exemplorum 32. Utile est la base de données en ligne TheMA (Thesaurus Exemplorum Medii Aevi) du GAHOM (Groupe d’Anthropologie Historique de l’Occident Médiéval).

56 Après parallèle avec l’étude par L.-J. Bataillon d’un sermon de Servasanctus de Faenza, franciscain italien de la seconde moitié du XIIIe siècle, dans La Prédication au XIIIe siècle en France et en Italie. Études et documents. Aldershot, Variorum, 1993, X : « Similitudines et exempla dans les sermons du XIIIe siècle » (= The Bible in the medieval world : Essays in memory of Beryl Smalley, Oxford, Basil Blackwell, 1985 (« Studies in Church History », Subsidia 4), p. 191-205), p. 196.

57 Ms. Assise 414, fol. 94v-98r.

58 Ms. Assise 414, fol. 78r-80v.

59 Je suis ici I. Draelants, op. cit. note 15, notamment la part. 4, à partir de la p. 53 : « ¿ Una multitud de fuentes o una biblioteca de una docena de sumas ? ».

60 Ibid., notamment la part. 5, à partir de la p. 59.

61 Ibid., p. 56. Est évoquée la contribution M. F. de Barrio Vega « Las fuentes clásicas en el De Preconiis Hispanie de Gil de Zamora », Cuadernos de Filología Clásica. Estudios Latinos, 32/1 (2012), p. 89-120.

62 Pour les notes d’auditeurs ou reportationes, voir le travail fondateur de N. Bériou, La Prédication de Ranulphe de la Houblonnière. Sermons aux clercs et aux simples gens à Paris au XIIIe siècle, Paris, Études Augustiniennes, 1987.

63 . Synthèse sur la compilation chez Juan Gil de Zamora, S. Bohdziewicz « El Liber Mariae de Juan Gil de Zamora y el discurso compilatorio », Studia Zamorensia XIII (segunda etapa) (2014), p. 95-107, en ligne.

64 Ms. Madrid Bibl. nat. 2763, fol. 6r : Post ordinationem Historie naturalis et ecclesiastice ac ciuilis quam digesi Beatissimi Patris nostri Francisci meritis, in libro quem intitulaui : Archiuum, seu Armarium Scripturarum, uel potius : Mare magnum, eo quod ibidem, fere omnia sermocinalia, Naturalia, Ecclesiastica et Moralia ac Ciuilia, ordinaui, secundum ordinem Alphabeti. Allectus, et atractus sum, propter Pauperum fratrum inopiam subleuandam.

65 Ms. Assise 414, fol. 2r.

66 Ms. Lisbonne Bibl. nat. IL.44, fol. 14r.

67 Le manuscrit Assise 414 recueille deux ensembles de sermons : soixante-dix qualifiés dans leur explicit (fol. 215v-216r) d’« opus sermonum copiosum », puis quinze rassemblés sous le titre de Breuiloquium de uitiis et uirtutibus. Ce Breuiloquium est destiné à Don Martín Fernández, évêque de León (1254-1289), ce qui permet d’en estimer la datation. Son proème (fol. 217r) de plus fait allusion à un Sermonarium copiosum : in sermonibus quidem nostris operis copiosi, qui correspondrait donc au premier ensemble du manuscrit et en placerait la composition antérieurement à celle du Breuiloquium.

68 Ms. Assise 414, fol. 217r : Ad hec omnia peragenda dominationi uestre pauca curaui scribere, sciens quod ex paucis potestis eligere potiora utpote cui dominator celorum cumulum eloquentie cum aceruo scientie cumulauit.

69 Cette translation, opérée dans le Liber contra uenena, est une trouvaille de son éditrice, C. Ferrero Hernández, qui l’exposa lors de sa communication « Sapida scientia. Predicación y conversión en Juan Gil de Zamora » le 25 février 2013 lors de l’une des deux journées d’études consacrées au thème « Faire son salut, œuvrer pour le salut en péninsule ibérique (VIe - XVe siècle) », Casa de Velázquez, dir. A. de las Heras, F. Gallon et N. Pluchot. J’ai depuis constaté des parallèles avec les Legende sanctorum de Juan Gil.

70 C. Ferrero Hernández, loc. cit. note préc.

71 Ms. Madrid Bibl. nat. 2763, fol. 6r-6v : Sicut enim Pictores, naturam suo artificio imitantes, colores coloribus permiscentes, uisibiles corporum depingunt imagines et animalia et arbores, et Reges et milites, et Rusticos et barbaros, et pugnas et rixas, et torrentes sanguinum, et lanceas et loricas et scuta et galleas, et sedem regalem et imperatorem sedentem, et Baruarum subditum et gladium acutum, et fluvios decurrentes et campos variis floribus adornatos et omnia que uident in natura (…), ita et ego, velut alter Pictor, et utinam bonus Pictor, virtutis et malitie, nunc exemplariter describere cogitavi, Pecatorem relinquentem, nunc justum penitentem, nunc stantem, nunc sedentem, nunc vincentem, nunc sucumbentem, nunc cadentem, nunc etiam resurgentem : ad confutationem errantium, ad informationem incipientium, ad inflamationem proficientium, ad contemplationem, seu degustationem, nihilominus perfectorum et alleviationem Predicatorum. Hic invenient Predicatores et Doctores exempla manu ductiva et atractiva. Pour une transcription du proème : Georges Cirot, De Operibus Historicis Iohannis Aegidii Zamorensis, Bordeaux, Feret, 1913, p. 41-42.

72 Sur les traductions iconographiques des artes praedicandi, autre piste suivie dans mes travaux, je renvoie à la récente publication de R. Sánchez Ameijeiras, Los rostros de las palabras : imágenes y teoría literaria en el Occidente medieval, Madrid, Akal arte y estética, 84, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adrienne Hamy, « Micas collegi et spicas coadunaui, ou comment écrire un sermon marial au XIIIe siècle. Le cas de Juan Gil de Zamora », Memini [En ligne], 18 | 2014, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/memini/740

Haut de page

Auteur

Adrienne Hamy

Casa de Velázquez / Paris 7 / EPHE

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • OpenEdition Journals