Navigation – Plan du site
Varia

Un château en Espagne : la traduction castillane du Perceforest par Fernando de Mena

Noémie Chardonnens

Entrées d'index

Géographique :

France, Espagne, Castille

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le texte français a été édité par G. Roussineau, Genève, Droz, 1987-2015.
  • 2 Le chercheur a consacré un article à sa trouvaille : « The Spanish Perceforest : a recent discovery (...)
  • 3 Cf. F. Montorsi, « Le Parsaforesto et son contexte éditorial », in Perceforest. Un roman arthurien (...)

1Dans les années 1570, un dénommé Fernando de Mena signe l’unique traduction espagnole connue du Perceforest1. Elle porte sur les deux premiers livres du roman arthurien en prose, qui en compte six au total. Le texte est transcrit à la main, d’une écriture cursive, à la manière d’un brouillon. Les ratures sont nombreuses et sont fréquemment accompagnées de corrections, tant lexicales et stylistiques que linguistiques. Aujourd’hui conservée à la Bibliothèque Royale de Madrid (Real Biblioteca) dans deux manuscrits portant la côte 266 et 267, cette traduction, découverte par Ian Michael en 19732, a été pratiquement ignorée par les érudits. Elle soulève pourtant de nombreuses questions, tant sur l’identité de son auteur et la genèse de son travail que sur son résultat. La date de la traduction interpelle également : dans le dernier tiers du XVIe siècle, la matière arthurienne n’a plus les faveurs du public espagnol. Fernando de Mena a-t-il voulu relancer une mode éteinte ? Ou a-t-il été sensible à d’autres aspects du Perceforest ? Ces différentes interrogations sont au cœur de notre article. Dans un premier temps, nous reviendrons sur le texte francophone, afin d’en retracer brièvement l’itinéraire, d’en rappeler le projet et l’esthétique, ainsi que le devenir au XVIe siècle. Nous examinerons ensuite la version espagnole qu’en donne Fernando de Mena, tant d’un point de vue historique, que codicologique et textuel. En mettant en lumière une traduction particulière, il s’agira de mieux comprendre la réception du Perceforest français, mais aussi de cibler les rapports entretenus par l’Espagne de la deuxième moitié du XVIe avec la littérature française, notamment par rapport à l’Italie de la même époque qui voit, elle, paraître une traduction complète du Perceforest en 15583.

Trajectoires et réceptions d’un monstre littéraire

  • 4 La version de David Aubert (Paris, Arsenal, 3483-3494), seule complète, s’étale sur près de 3000 fo (...)
  • 5 Pour une mise au point sur la datation du texte et la tradition manuscrite, en lien avec le milieu (...)
  • 6 Sur les rapports du texte avec la Bourgogne de Philippe le Bon, cf. C. Ferlampin-Acher, Perceforest (...)
  • 7 Le plus ancien manuscrit conservé, par ailleurs le seul ensemble complet, le Paris, Arsenal, 3483-3 (...)

2En traduisant le Perceforest, Fernando de Mena se confronte au plus long texte que le Moyen Âge nous ait laissé4. La genèse de cet immense roman arthurien tardif rédigé en prose a suscité de nombreuses interrogations. Vraisemblablement issu du remaniement, vers le milieu du XVe siècle et dans un milieu littéraire proche de Philippe le Bon, d’une œuvre composée dans le deuxième quart du XIVsiècle sous le règne de Guillaume Ier de Hainaut, le Perceforest nous est parvenu exclusivement à travers des codices de la deuxième moitié du XVe siècle, de sorte que les contours du proto-Perceforest henuyer demeurent flous5. En dépit de cette origine mystérieuse, les liens du texte avec le milieu curial bourguignon du dernier quart du XVe siècle sont établis6, en particulier grâce aux différents manuscrits conservés et aux codices perdus dont on a gardé une trace, tous liés, de près ou de loin, à Philippe le Bon7.

  • 8 Cf. C. Ferlampin-Acher, Perceforest et Zéphir, op. cit., p. 87-261.
  • 9 Voir M. Szkilnik, « Le Clerc et le Ménestrel : prose historique et discours versifié dans le Percef (...)
  • 10 Voir notre livre L’Autre du même, op. cit.

3On peut alors aisément postuler une diffusion politique du texte au XVe siècle. Celle-ci est sans doute liée à la volonté historiographique de son auteur, qui déroule une intrigue prenant place essentiellement en Grande Bretagne ainsi que dans les anciens Pays Bas bourguignons, et qui multiplie les éléments narratifs faisant écho aux fastes de la cour de Philippe le Bon8. Il serait pourtant incorrect de réduire le Perceforest à cela, tant les ambitions de son auteur sont multiples. Cet anonyme entend en effet décrire la vie des ancêtres préchrétiens d’Arthur et de ses chevaliers en les faisant descendre d’Alexandre le Grand et en les confrontant notamment à Jules César. Il cherche ainsi à prendre en charge l’histoire de la Grande-Bretagne préchrétienne, de ses origines à sa christianisation. Pour ce faire, il alterne entre la prose, largement dominante, et le vers, qui parsème le texte à intervalle régulière, sous forme de lais, de chansons ou encore d’inscriptions9. Lié à plusieurs univers de fiction préexistants, à la fois arthuriens et antiques, le texte se construit sur la base de mécanismes intertextuels et transfictionnels10. Il multiplie les emprunts à des traditions antérieures, de sorte que son public est invité à être actif, sans cesse renvoyé à un réseau de souvenirs littéraires.

  • 11 Voir S. Albert, « Les souvenirs de Perceforest dans le manuscrit de Paris, BnF, fr. 363 », in Perce (...)
  • 12 C’est le cas de plusieurs manuscrits du Pas du Perron fée, texte qui relate un pas d’armes organisé (...)
  • 13 Voir G. Roussineau, « Ethique chevaleresque et pouvoir royal dans le Roman de Perceforest », Actes (...)
  • 14 Voir J. Barrois, Bibliothèque protypographique ou librairies des fils du roi Jean, Charles V, Jean (...)
  • 15 « Philippe le Beau et les livres : rencontre entre une époque et une personnalité », art. cit.

4Dès lors, parallèlement à une réception bourguignonne, le Perceforest a également pu attirer en raison des univers de fiction qu’il convoque. Le montrent les allusions faites au texte dans l’exemplaire de Guiron le Courtois appartenant à Louis de Bruges (Paris, BnF, fr. 363, vers 1470) et dans la compilation arthurienne réalisée par Micheau Gonnot pour Jacques d’Armagnac (Paris, BnF, fr. 112, vers 1470)11, mais aussi la présence, au début de manuscrits de la fin du XVsiècle, de listes associant le roi Perceforest à des héros arthuriens tels qu’Arthur, Uterpendragon ou Lancelot12. En somme, si le Perceforest semble avoir été conçu comme une geste britannique et s’il a été diffusé en lien avec des enjeux bourguignons, il a rapidement été reçu comme un récit arthurien, dont les personnages représentent des chevaliers exemplaires. Par endroits, le texte se rapproche également des miroirs des princes, réfléchissant volontiers à l’exercice du pouvoir, notamment autour de Perceforest et de son fils Bethidès13. Les princes bourguignons ont clairement été sensibles à cet aspect didactique et pédagogique. L’inventaire de la bibliothèque des ducs de 1469 indique ainsi un manuscrit perdu intitulé Enseignements du bon roy Perceforest a son fils14. En outre, Hanno Wisjman a montré que quatre tomes du Perceforest faisaient partie des vingt-deux ouvrages mis à disposition de Philippe le Beau enfant, durant son séjour à Gand entre janvier 1483 et juin 1485, lorsque le jeune héritier est littéralement pris en otage par des insurgés flamands et qu’il est question de mener à bien son éducation15.

  • 16 Cf. T. Van Hemelryck, « Du Perceforest manuscrit à l’imprimé de Galliot du Pré (1528) : un long (...)
  • 17 Cf. M.-D. Leclerc, « Le Chevalier Doré ou comment déconstruire l’entrelacement du Perceforest », Pe (...)

5Au-delà de ses prétentions identitaires et politiques, le Perceforest paraît donc digne d’un intérêt plus général, lié à l’universel arthurien et antique, à une manière mythique de raconter l’histoire, mais aussi à des aspects didactiques. Voilà qui peut expliquer la postérité du texte au XVIe siècle. Il fait en effet l’objet de deux impressions intégrales – l’une sortie des presses de Nicolas Cousteau, éditée par Galliot du Pré en 1528, l’autre ré-imprimée par Gilles de Gourmont en 153116 – ainsi que de dix éditions partielles, centrées sur l’histoire de Néronès et du Chevalier Doré, parues entre 1503 et 162017. Entre Galliot du Pré et Gilles de Gourmont, les changements sont minimes. Les titres choisis par les deux imprimeurs l’illustrent bien :

Imprimé de 1528 (Paris, BnF RES-Y2-28-1) :

La Treselegante Delicieuse Melliflue et tresplaisante hystoire du tresnoble victorieux et excellentissime roy Perceforest Roy de la grant Bretaigne fundateur du franc palais et du temple du souverain dieu. En laquelle le lecteur pourra veoir la source & decoration de toute Chevalerie Culture de vraye Noblesse Prouesses & conquestes infinies aco(m)plies des le temps du conquerant Alexandre le grand & de Julius Cesar au par avant la nativité de nostre saulveur Jesuchrist avecq(ue)s plusieurs Propheties comptes damans et leurs diverses fortunes.

Imprimé de 1531 (Paris, Arsenal, Res. FOL-BL-926-1) :

La Treselega(n)te Delicieuse Melliflue et tresplaisante hystoire du tresnoble victorieux et excellentissime roy Perceforest Roy de la grant Bretaigne fundateur du franc palais et du temple du souverain dieu. Avecques les merveilleuses entreprinses faitz et adventures du très belliqueulx Gadiffer, roy Descosse. Lesquelz l’empereur Alexandre le grant couronna Roys soubz son obeissance. En laquelle le lecteur pourra veoir la source & Decoration de toute Chevalerie Culture de vraye Noblesse Prouesses & Conquestes infinies aco(m)plies des le temps de Julius Cesar avecq(ue)s plusieurs propheties, Comptes dama(n)s & leurs diverses fortunes.

  • 18 Voir A. Hoernel, « Réécriture(s) et réception du Perceforest au XVIe siècle », in Perceforest. Un r (...)

6Gilles de Gourmont n’apporte que deux changements au titre de Galliot du Pré. L’un, mineur, concerne la situation temporelle du récit, puisque l’imprimeur se contente de mentionner Jules César, là où son prédécesseur mentionnait également Alexandre le Grand et la période précédant la naissance du Christ. Il mettait ainsi en place un horizon chrétien, absent dans la version de Gilles de Gourmont. L’autre est plus significatif, puisqu’il influe sur l’horizon d’attente du public. Alors que le roi de la Grande Bretagne, Perceforest, apparaît comme l’unique héros du texte de Galliot du Pré, le lecteur de 1531 s’attend à découvrir également les aventures du roi d’Ecosse, Gadifer. Alexandre le Grand est convoqué pour légitimer les deux souverains, placés sur un pied d’égalité (conformément au texte médiéval). Gilles de Gourmont a visiblement été plus sensible aux multiples héros développés par l’auteur du Perceforest. Que ce soit dans l’une ou l’autre version, ces imprimés vont assurer la diffusion de l’œuvre, qui influence de nombreux auteurs francophones ultérieurs18. Une réception plus large se dessine également, avec les traductions italienne et espagnole réalisées dans la seconde moitié du XVIe siècle.

Le Parsaforesto italien

  • 19 Cf. F. Montorsi, « Le Parsaforesto et son contexte éditorial », art. cit. Voir aussi son livre, L’a (...)

7Le texte français servira tout d’abord de base à une version italienne du texte, le Parsaforesto, imprimée en 1558 par Michele Tramezzino, l’un des principaux éditeurs italiens de la Renaissance. Constatant que cette parution est contemporaine de celle de deux autres traductions arthuriennes, le Lancilotto et le Meliadus, Francesco Montorsi estime qu’il faut y voir la conséquence du tarissement des sources espagnoles utilisées jusqu’alors par les éditeurs de la Péninsule italienne19. Si le Parsaforesto reprend le format éditorial des libros de caballerias, il ne cache pas pour autant son origine linguistique et se revendique, sur la couverture, comme un texte « nuovamente traslatato di Francese in lingua Italiana » (Paris, Arsenal, 8 BL 17351 1). Michele Tramezzino suit par ailleurs la voie tracée par Gilles de Gourmont en choisissant pour titre « La dilettevole historia del valorosiss. Parsaforesto Re della Gran Brettagna con i gran Fatti del Valente Gadiferro Re di Scotia vero essempio di Cavalleria (8-BL-17251-1) ». Gadifer est mis en avant comme héros, aux côtés de Percedorest, indice qui permettrait de postuler que l’imprimé de 1531 est la source de la traduction italienne. Michele Tramezzino ajoute par ailleurs aux noms de Perceforest et de Gadifer la mention d’authentiques exemples de chevalerie (« vero essempio di Cavalleria »). Dans son prologue, l’éditeur suit la même stratégie en évoquant :

gl’egregi fatti de gl’antichi cavalieri erranti co’maravigliosi essempi di notabili virtù, quali debbo credere, che infinito diletto le siano per recare, trascorrendo in cotal lettione varii casi d’amore, giostre torneamenti, duelli, e molti altri dilettevoli successi, venture e tante altre novelle, che tante, ne si piacevoli oso di dire, che non si ritrovano ne in Giovanni Boccaccio, ne in alcun altro scrittore, che fino al presente si legga (Arsenal, 8 BL 17351 1, p. 4v-5v).

  • 20 Ibid, p. 402.
  • 21 Ibid, p. 402-403.

8Le texte est en somme présenté à la manière d’un roman chevaleresque espagnol, avec une insistance sur les aventures des chevaliers errants. Michele Tramezzino cherche en outre à profiter du succès des novelle dans l’Italie des années 1550 et n’hésite pas à convoquer Boccace comme comparant. Au niveau du contenu, le traducteur respecte le moule des six livres, mais se montre sélectif. Francesco Montorsi constate ainsi une forte condensation du récit et la disparition de toutes les parties non essentielles à la ligne diégétique principale (descriptions, parties discursives, monologues, récits enchâssés)20. Il remarque également la suppression de passages à la tonalité féodale trop marquée, des scènes trop sentimentales ou charnelles, ou d’une scène de sabbat de sorcières, autant de changements qui montrent, pour le chercheur, l’adaptation du texte original à l’esprit d’un temps marqué notamment par la Contre-réforme21.

  • 22 Voir C. Gaullier-Bougassas, « Alexandre le Grand et la conquête de l'Ouest dans les romans d'Alexan (...)

9Le public italien connaissait peu Arthur, aussi n’est-on guère étonné qu’il soit peu mis en avant par la traduction. Alexandre reste en revanche présent à l’intérieur du texte, en dépit de sa disparition du titre. Comme dans le texte français22, il apparaît même comme un empereur sage et mesuré, dont les actions sont décisives sur la civilisation de la Grande-Bretagne. On le voit donc, les choix entourant le Parsaforesto se comprennent aisément : l’actualisation du texte original, le format, le titre, comme le mode de présentation visent à assurer le succès du texte auprès du public italien du XVIe siècle. La traduction italienne du Perceforest poursuit une visée commerciale, entreprise par un professionnel désireux de poursuivre la ligne des libros de caballerías qui ont fait son succès. Il en va autrement de la traduction espagnole du Perceforest, pour laquelle les mystères sont nombreux.

Le Percefores espagnol : présentation matérielle

  • 23 Voir I. Michael, « The Spanish Perceforest : a recent discovery », art. cit., p. 210.

10On l’a dit, la version hispanique du Perceforest nous est parvenue à travers un unique ensemble de deux manuscrits, présentant chacun l’un des deux premiers livres du texte (Madrid, Bibliothèque Royale, 266-267). Ils offrent au chercheur l’accès à un véritable laboratoire de traduction. Rédigés à la main, dans une écriture cursive, ils présentent de nombreuses ratures et corrections témoignant du travail linguistique de leur auteur. Certains termes sont tracés, tandis qu’on déchiffre au-dessus d’eux plusieurs propositions de synonymes espagnols inscrits et, eux aussi, successivement barrés. Le papier a pris l’eau par endroits. Comme l’a remarqué Ian Michael, l’écriture est d’une seule main, si l’on excepte les folios 6 à 15 du premier volume, visiblement réécrits par une main plus tardive, et quelques lignes au bas des folios 124v et 125r du manuscrit 266, et 4v-5r du manuscrit 26723. Le premier volume compte aujourd’hui 258 folios, dont 256 de texte. La foliotation originelle indique qu’il avait auparavant 278 folios, le contenu des folios 4 à 33 ayant visiblement été réécrit d’une écriture plus serrée et petite sur les folios 6 à 15, où l’on retrouve précisément une autre main. Le deuxième volume contient 230 folios, dont 229 de texte, tous de la même main.

11Le premier volume annonce les deux tomes sous l’intitulé :

Primer y segunda parte dela antigua y moral Historia del noble Rey Persefores, y del esforçado Gadifer su hermano, Reyes de Inglaterra y Escoçia.

12La présentation du texte se rapproche ainsi de l’imprimé de 1531 et de la version italienne, avec un recentrement sur les rois d’Angleterre et d’Ecosse que sont Perceforest et Gadifer. Difficile pour autant d’évoquer l’imprimé de Michele Tramezzino comme source, du moins si l’on croit le manuscrit 266. Sa page liminaire revendique en effet une œuvre « traducida de la lengua Francesa en la nuestra Castellana por Fernando de Mena ». Les explicits des volumes répètent le nom du traducteur, en ajoutant de précieuses informations quant à la genèse de l’entreprise : le premier mentionne sur son dernier feuillet que Fernando de Mena a achevé le volume à Tolède, le 10 mai 1573, tandis que le second évoque en guise de clôture la date d’avril 1576.

  • 24 Sur l’histoire de cette ville au Moyen Âge, voir J. Montemayor, Tolède entre fortune et déclin (153 (...)
  • 25 Voir T. S. Beardsley, « Spanish printers and the classics : 1482-1599 », Hispanic Review, 47, 1979, (...)

13La mention de Tolède, dans l’explicit du premier volume, ne manque pas d’intérêt. Rappelons que la ville est, au XVIe siècle une des capitales de la Castille et l’une des villes les plus riches et puissantes d’Espagne. Charles Quint y séjourne fréquemment, même si sa cour demeure le plus souvent à Valladolid. Son fils, Philippe II, y vivra un an, entre 1560 et 1561, avant de s’installer de manière permanente à Madrid, avec toute la cour et les organes du gouvernement24. Tolède est également un centre de traduction très réputé depuis le XIIe siècle, ainsi qu’un lieu de rencontre des grands savants des religions juive, musulmane et chrétienne. Entre 1559 et 1586, elle fait partie des six villes espagnoles à produire le plus grand nombre d’imprimés, aux côtés de Salamanque, Saragosse, Séville, Alcala et Madrid, la littérature se taillant en Castille la part du lion25. Couplée aux dates de 1573 et 1576 évoquées par les codices, la mention de la cité castillane permet par ailleurs de remonter jusqu’au traducteur à l’œuvre dans les manuscrits 266 et 267.

Fernando de Mena 

  • 26 Sur le statut particulier des médecins de cour, voir le recueil Être médecin à la cour (Italie, Fra (...)

14Parmi les traducteurs rattachés à Tolède dans la deuxième moitié du XVIe siècle figure un dénommé Fernando de Mena. Peu d’informations nous sont parvenues sur lui. Tout porte pourtant à croire qu’il s’agit du responsable du Perceforest espagnol, et ce même si on lui connaît un homonyme vivant à la même époque. Ce dernier était un éminent représentant de la médecine humaniste (1520-1585), ayant étudié à l’université de Alcalá avant d’y devenir professeur. Nommé médecin de chambre du roi Philippe II en 1560, ce Fernando de Mena restera lié à la cour royale jusqu’à sa mort. S’il a œuvré comme traducteur, son champ d’action était très spécifique, puisqu’il a principalement transcrit des œuvres de Galien du grec au latin. Dans le prologue du Liber de urinis (1553), l’homme se présente comme un médecin philologue dont les profondes connaissances de grec et de latin l’autorisent à traduire et à commenter des textes antiques. Ce profil se comprend parfaitement dans un contexte curial, qui s’impose comme un lieu privilégié d’élaboration d’un savoir médical, soutenu par un roi passionné par le domaine de la médecine26. Il cadre mal en revanche avec une tentative de traduction du français vers l’espagnol, à Tolède, d’un texte fictionnel comme le Perceforest.

  • 27 La première, réalisée par un anonyme, est parue en 1554 et sera réimprimée à Tolède en 1563 et à Sa (...)
  • 28 On le trouvera édité ibid., p. 827-828. Fernando de Mena est, lui, évoqué p. 762-763.
  • 29 Cette traduction assurera au roman grec une fortune durable jusqu’au XVIIe siècle. Il a été édité i (...)
  • 30 Cf. ibid., p. 750-752.
  • 31 Ibid., p. 763.

15 Le premier Fernando de Mena offre un profil plus convainquant. Plaident pour lui non seulement son statut de traducteur tolédan, mais aussi le fait d’avoir mené à bien une autre traduction d’un texte de fiction vers l’espagnol, à partir, notamment, d’une source française. Il est en effet l’auteur d’une version espagnole des Ethiopiques d’Héliodore, roman grec probablement composé vers le milieu du IVe siècle. Le texte de Fernando de Mena est intitulé La Historia de los dos leales amantes Theágenes y Chariclea. Il s’agit de la seconde traduction espagnole de l’œuvre d’Héliodore27. Dans son prologue28, Fernando de Mena accuse son prédécesseur d’avoir livré une traduction trop proche de la version française de Jacques Amyot (1548)29, incomplète et remplie de contre-sens. Il revendique pour sa part avoir travaillé à partir de la version latine des Ethiopiques réalisée en 1552 par le polonais Stanislas Warschewiczki30, et avoir eu recours au contrôle d’une traduction française et d’une traduction italienne (vraisemblablement celles réalisées par Jacques Amyot en 1548 et par Leonardo Ghini en 155631).

  • 32 Ibid., p. 827.
  • 33 Voir J. Fabri, « Un ami de Juste Lipse : l'humaniste André Schott (1552-1629) », Les Études classiq (...)

16 Le traducteur explique par ailleurs avoir pu bénéficier de l’aide « del maestro Andrés Escoto, catedrático de la lengua griega en esta ciudad de Toledo, de conferirla con un ejemplar griego, muy entera y muy verdadero […] »32. La mention de ce célèbre humaniste est intéressante à plus d’un titre. Elle montre tout d’abord les liens de Fernando de Mena avec des érudits et des professeurs de Tolède, signe vraisemblable d’une bonne insertion dans la société intellectuelle locale. Surtout, elle donne des indications sur une fenêtre temporelle pendant laquelle le traducteur s’est attelé aux Ethiopiques. Si André Schott a enseigné le grec à Tolède, c’est uniquement entre 1580 et 158333. Après avoir quitté le Collegium trilingue de Louvain suite aux émeutes de 1576, il a vécu quelque temps à Douai, puis à Paris, avant de s’installer en Espagne en 1579. Après Tolède, où sa présence est mentionnée entre 1580 et 1583, il part ensuite enseigner à Saragosse (1583-1586), avant d’entrer dans la Compagnie de Jésus et de faire son noviciat dans la même ville (1586-1588). Il complète ensuite sa formation théologique à Valence, avant d’être appelé à Rome en 1593 et de terminer sa vie à Anvers.

  • 34 L. Plazenet l’édite dans son édition d’Héliodore, L’Histoire æthiopique, op. cit., p. 829.
  • 35 Un argument similaire est avancé par I. Michael, « The Spanish Perceforest : a recent discovery », (...)

17La Historia de los dos leales amantes Theagenes y Chariclea est imprimée en 1587 à Alcalá de Henares par Juan Gracián, imprimeur actif dans le dernier tiers du XVIe siècle, qui dédie le livre à don Antonio Polo Cortès « señor de la villa de Escariche, Patron del monasterio de nuestra Señora de la Concepcion de dicha villa34 ». Elle sera couronnée de succès, puisqu’à la parution de 1587 succéderont trois ré-impressions, publiées en 1614, 1615 et 1616. Il est vraisemblable que Fernando de Mena était déjà occupé à ce texte aux alentours de 1580-1583, lors de la présence de André Schott à Tolède. On peut alors imaginer qu’il s’était lancé, dans la décennie précédente, dans l’adaptation du Perceforest en espagnol, dont il avait terminé les deux premiers livres, respectivement en 1573 et 1576. On peut légitimement penser que les brouillons réalisés à partir du roman en prose français devaient se destiner à une future impression, sans doute aux côtés des livres suivants. Cela expliquerait la proximité des explicits des manuscrits 266 et 267, qui laissent entendre que d’autres livres suivent35. La traduction aura alors été abandonnée au profit de celle d’Héliodore. L’arrivée d’André Scott à Tolède a-t-elle joué un rôle ? La décision de Fernando de Mena avait-elle déjà été prise ? Aucun élément ne permet ici de trancher et de poursuivre plus avant dans cette voie.

La source de la traduction castillane

  • 36 Cf. H. Wisjman, « Philippe le Beau et les livres : rencontre entre une époque et une personnalité » (...)
  • 37 Le souverain possédait par ailleurs plusieurs traductions d’ouvrages espagnols : cf. ibid., p. 40-4 (...)
  • 38 Ibid., p. 73-78.

18Par quel biais Fernando de Mena a-t-il connu le Perceforest ? Au vu des tentatives du traducteur pour rendre minutieusement les termes français dans sa langue, il est clair qu’il a eu un accès direct au texte francophone. Pour le chercheur, la tentation est grande de lier la présence du Perceforest en Espagne à sa dimension politique et à ses origines bourguignonnes, notamment en envisageant la piste de Philippe le Beau, petit-fils de Charles le Téméraire, devenu, par son mariage, roi de Castille (1506). On sait l’attachement de ce souverain au Perceforest, notamment de par l’usage de ce texte dans son éducation36. On connaît également ses voyages en Espagne, au début du XVIe siècle37. Les comptes bourguignons nous apprennent par ailleurs que la reliure de « six volumes de libre appellez Percheforest » (Lille, ADN, B 2169, fol. 180r) a été refaite peu avant le voyage de Philippe le Beau de 1501-1503, comme d’autres reliures de volumes, qui ont selon toute vraisemblance été emportés en terre ibérique par le prince38. Celui-ci aurait-il alors laissé tout ou partie d’un Perceforest en Espagne à l’issue de son voyage, peut-être même des volumes liés à l’un des exemplaires bourguignons perdus, qui auraient ensuite servi à Fernando de Mena ? Si l’hypothèse est séduisante, elle ne repose sur aucun élément concret – on n’a ainsi pas la moindre trace de manuscrits du Perceforest dans les bibliothèques espagnoles –, ce qui nuit considérablement à son sérieux. D’autres pistes doivent alors être envisagées.

  • 39 « The Spanish Perceforest : a recent discovery », art. cit.
  • 40 Pour la différence entre ces versions, cf. G. Roussineau, introduction au livre IV du Perceforest, (...)
  • 41 La bibliothèque de Louis de Bruges est cédée à son fils, Jean de Bruges, puis ses volumes sont en p (...)

19Les sondages que nous avons effectués sur le Perceforest espagnol, de même que ceux faits par Ian Michael39, plaident pour un modèle issu de la version courte du texte, soit celle utilisée à la fois par les imprimés et par les manuscrits de Louis de Bruges et de Jacques d’Armagnac40. Un contact entre Fernando de Mena et ces deux ensembles de codices n’est pourtant guère envisageable : les volumes des Perceforest ayant appartenu à Louis de Bruges et à Jacques d’Armagnac se trouvent dans la bibliothèque du roi de France au moment où travaille le traducteur espagnol41. Une indication dans le prologue de la traduction espagnole exclut par ailleurs leur utilisation comme source directe. Comme ses prédécesseurs, Fernando de Mena mentionne au début de sa traduction le mariage d’Isabelle et d’Edouard II d’Angleterre, qui offre l’occasion au comte Guillaume Ier de Hainaut de trouver le manuscrit caché du Perceforest. Le traducteur castillan date ces noces de 1286 (Madrid, Bibliothèque Royale, 266, fol. 2r). Or, cette date, commune aux imprimés et à la traduction italienne du Perceforest, ne se retrouve pas dans les manuscrits, qui tous évoquent 1307. Restent alors comme sources possibles la version de Michele Tramezzino, l’imprimé de 1528 et l’imprimé de 1531.

20Si l’on fait confiance au tolédan lorsqu’il présente, dans le titre même, un texte « traducida de la lengua Francesa en la nuestra Castellana » et au vu des efforts linguistiques du traducteur, on est amené à mettre de côté la version italienne et à postuler le recours à l’un des imprimés français. Le titre choisi par Fernando de Mena, qui mentionne Gadifer d’Ecosse aux côtés de Perceforest, pourrait indiquer un recours à l’édition de 1531, plutôt qu’à celle de 1528. La piste des imprimés se révèle d’autant plus convaincante que plusieurs d’entre eux se trouvent dans la Péninsule ibérique au cours de la deuxième moitié du XVIe siècle.

Imprimés du Perceforest en Espagne

  • 42 S. Roubaud-Benichou, Le Roman de chevalerie en Espagne, entre Arthur et Don Quichotte, Paris, Champ (...)
  • 43 Voir, entre autres, H. Sharrer, A Critical Bibliography of Hispanic Arthurian Material, Londres, Gr (...)
  • 44 On pourra consulter avec intérêt la chronologie de C. Alvar, « The matter of Britain in spanish Soc (...)
  • 45 Voir notamment ibid., p. 253-256. Sur la Castille, cf. I. Beceiro Pita, « Modas estéticas y relacio (...)
  • 46 J. N. H. Lawrance, « The Spread of Lay Literacy in Late Medieval Castille », BHS, 62, 1985, p. 79-9 (...)
  • 47 C. Alvar, « The matter of Britain in spanish Society and Literature from Cluny to Cervantes », art. (...)
  • 48 J. L. G. Sánchez-Molero, Regia Bibliotheca. El libro en la corte española de Carlos V, Mérida, Edit (...)

21La présence d’imprimés du Perceforest en Espagne peut surprendre à une époque où la littérature arthurienne n’a plus la cote dans ce pays. Les romans bretons français ont eu un impact indéniable dans la Péninsule ibérique, notamment à travers les traductions des principaux cycles romanesques français, le Lancelot en prose, la L;rance en prose,et la cem>Pestu-Vulgae,a class="footnotecall" id="bodyftn41" href="#ftn32">(4. LA tolurant du tXe se du XVIe siècle<,plusieurs domans brthurienn traducts encespagnolesont emprimés : l’est ue cha de la dem>L;ragèda de lLnçaiot e/em>(1549), au PBaladrodel msabo (15498)et de la vem>PDeansd del nSnceo CGial,/em>,e(155 et 16534) La meatère ptrance enne n’ast parsen revste avec une iersion coaaliae inditulé L;rance de leonai, ilprimée à Talladolid.en 15701et à Saville,en 15734 La mittérature arthurienne najoué un rrand nôle dn Espagne pans le developpment des somans d' chevalerie enpagnols a class="footnotecall" id="bodyftn41" href="#ftn33">(4. APur autant elle neast paus llprimée arès T5734 comme di le fgoûtdu public ivait thangeéa class="footnotecall" id="bodyftn41" href="#ftn34">(4. TPu de reignerrs dspagnols :ossédnt des sextes anthurienn t la foi du (45/a>. Si l celtt époque la tossssion de pivres st la conqsitulion de 1ibliothèques etait un sgne desnoble ssa class="footnotecall" id="bodyftn41" href="#ftn36">(46/a>, pes chriiques dviruente sfait e à l’ncontre desla maitère prthurienne nar les maral stes dt cestains tuteurs feutvnt, delon tes mpécifl stes ,expliquerace mnque p’intérêt.du public a class="footnotecall" id="bodyftn41" href="#ftn37">(4. LAnsi si l’on ee fri à l’isnvnt,are qu en 1 été rait cn 1558 ,la bibliothèque dueCharles Quint yn contenuit aupcn texte attachésà la maitère pd Bretagne, Pandis que lon fils, Jhilippe II, yoi d’Ecpagne p1552-15898)et dbrèrement e’Angleterre e15524-558 , a’a dmt aupcn tuvragesde ce tgenr dans son imentsebibliothèque dueClEcpcrial a class="footnotecall" id="bodyftn41" href="#ftn38">(4. CSr les r45000volumes due cempteit l’androits,seule une cnt,arn de manuscrits drançais seot repcntss, ae aupcn t’eux p’a partie t à la mitère prthurienne

21 Nouvliots perseoute ois pue le sem>Perceforest e’ast parseu’un loman erthurienn Il est vussi lattachésà la maitère pntiqueset au vgenr das chronoques il a vté rtiliséecomme un luvragesdeda,cique de tine à l’uducationPerceforest . Tois reot rujourd’hui 2onqsrvas à la mibliothèque Rntion
  • 249/span> Voir nR SLebèue, « MCntact drançais svec ua littérature aspagnole eendant laqpremière,moitié du XVI(...)
  • 35 P. Seau ourn, « PernandoCollombet l’iEuropeintellectuelle le son vemps », LJluran des , i4.1,(...)
  • 45 Lhttp://213.97.164.119/ABSYS/abwebp.cgi/X5102/ID29094/G0 (age lonsultee e l26maris 201). OernandoCo(...)
  • <
  • 45 Ispan xml:lang="en" lang="en">Ibid., p. 71571583

21 S les tcironstatnes positique s en aarticulier delles res grurre d’etalie, Fn sont Puère efavoablem aux niens dntre al Franceset l’iEpagne pu XVIe siècle on eait lue de tcontact exeanceint entre 1es àlits res geux prys. notamment utoru de la vittérature Plasieurs divres sastillan sont tracucts entimprimés etnFrances,notamment par lGll"othdu (49/a>. CÀl’isnvnre, Sostains teprésentant sdu conrant lumaniste es Espagne pessédaitnt des suvrages emprimés etnFrances Chest ue cha de lernandoCollomb,rui auachevé de Aombreux.divres srançais dans sem aunées 1e parix1531-15836,dntre al Fseptème mt la cui tème mrurre d’etalie, Le tem>Perceforest en Eaitsit partie Les rix livres,ainsi pcques se mrouvent dujourd’hui 2nconreà la mibliothèque Rcolombin,1e paville, denr gsteés Eous l’inceenne note d13452et 163457 cheffre qui mndiquert une auques tion dntre auoûtd5835et serpempbe 1583(50/a>. Celu est ionfiarm par Iue indication danuscritsede lernandoCollombqui mndiquer d’uarès Te chaaliguesen lagne desna dibliothèque Rcolombin, qu vursondu cernier feliosd' checun les volumes : l PEta carte djutanmnte com la surasctciconcomstóunetxscuo de Moo en lLeónpor Fseie bre du 15835»(5. Uoirl lquipermet id devuire eue le serceforest . /p>

  • 35 V The mMtter of Britain in spanish », art. p. 21(...)
  • 454/span> Voir n. Wisjman, « Philippe le Beau et les livres : rencontre entre une époque et une personnalité (...)
  • 45 Voir nC SLemires/span>, « Pa bibliothèque de emprimés ed la relin,1Mare de CHonriegrévgnte ce ePys.-Bsct((...)

12Parmi les trais rxemplaires bu Perceforest eonqsrvas à la mibliothèque Rntion(53/a>, paappartenu à LMare de CHonriegr15065-558 , asœrn1e pharles Quint arthefduhes s d’Anutiche, Pinfnte q’Ecpagne pt, ear son mariage, rolin,1onqsortde CHonrieg. Tos spnsiobl aux alrs, qlle pessédait pals de l400suvrages dans les lingue,sdifférencte, puisqu’lle letsit pussi lien ul latin lue le srançais, le (5.en dhritae de sa pitbairee des suca de Brurguone. CMare de CHonriegrura aele au si l ceœrn1e peveloppm sa vibliothèque dersonnalle josqu’à sa mort. Sa soœrn1e pharles Quint terminersa vie s Espagne Elle syemport une artie dessa vibliothèque dt seinstallerpes T5756à Talladolid. où slle jeur cn 1558 Tout ses vbens drviewnent p son fneveu le fotureJhilippe II, Un csnvnt,are qn 1 été rdessaece 108 cto2be 1588 ,lontrent du’on amprimésde Perceforest eyfigure un 1onne ilaie, dusirné lomme u MCronoques d’Angleterre et derceforet.»(55/a>. S/p>

21 Reonstarire lehistoire de cetvolume ’ast parsechse sasée Tout pjste Lsit -o lue lMare de CHonriegruecques sa maijure lartie dessa voulectuon dntre 1581 et d558 TOny relrouvenne fortueproposrionPerceforest, ndix-erpesuvrages eittératies, mont aux côtés de Perceforest, neule n PAmadi de Galul,eontre tn amtirêt.deor les romans d' chevalerie Les rutres pextes aittératies,sont tes œuvres de GBccase, due Virgle poulnconre’uOvid. La frésence du Perceforest e’as est aue plusiremarquibl. LSns doute aeut-n ponser que leœuvre daatteié SMare de CHonriegru frai de sas rréstntionn rutres pu’authurienne , quiil s’agitss le son vien dvec uaAngiquetae,de sas rapprrts lvec ua lrurguone.poule son vositionsnment compe coronoquesd’Angleterre

21 Quoiquiil sn 1sits,s’expmplairesdmprimésde Perceforest eesséda par IMare de CHonriegem> dfint par arvenir p Pailippe II, ULe ils de Charles luint tevendiqueai dvlonaiers des origines bourguignonnes, nallgé Sis rroblme svec ua lingue,française. Iibliothilo avecrio il a vompeadénde Aombreuxss traductions dntre 1585 et 15875 en aarticulier ddepextes alassiq es es grec a class="footnotecall" id="bodyftn35" href="#ftn35">(5. Il ce artu pourtant guère entéressaecar l’uhritage limres u de da trnte, HPatiouement eupcn ts livresfrançais devla coulectuon de FMare de CHonriegre se retrouve pans la drande dibliothèque dueClEcpcrial quiil sait conftarire l partir de l563 TOnyn Lsit ainsi pas lc qu’il sadvit du tem>Perceforest emprimé de Miare de CHonrieg.Juan GLes sGonzaloXánchez-Molero<émeutl’hypothèse eue la relnerssabelle eue Valos s15485-556 , arais ème mpoqus de Philippe lI, yit paudvlulir ngrdsr del suvrages eeor llle et dss tdaes de lcmpagnie drançaise., pans due len voutss ln dveir liaSostaiudes APur aotereproposs on erelremraen revanche avec untirêt.due pi pMare de CHonriegrucéde en 1568 ,lhilippe II entsa cour dvient à Volède en 1563-15861 On peurrait ilors cnvisagea que lemprimésde Perceforest /em> ayitété raissé tans la dille aurès Te cucart du la cour ,permettrnt à lernando de Mena m’y dveir lacès, pême qoment nçment .Aucun élément n ngobl ae ieint conciarmerl’hypothèse , niles bsnvnt,are donnu ,das cibliothèques ee colède a class="footnotecall" id="bodyftn25" href="#ftn35">(5, Fnilestraducteur tolédan, Ce dernier ngrévdie lnilrologue Fnilddicalc à son fem>Perceforest en al snelaissenaucun élément ,pas llusirexteel bue Rcoicalogique pquipous arnseignersur leavgense ee son vorojet Restenalors ê oir quielsélément apprrtuepa traduction esle -ême

SLecontenuubu Perceforest eostillan /a>

21 Ue fori le prologue deaniè Fernando de Mena me comncntre 1er leavroaesprincipalemdu roct ,liés, dans le livresf entsI, y la paésence d’inlexadre e lGand nn tngleterre, q la mais ln dlaie,deun sadre maés-uthuriennet au xpremière, svecntres dhevalerisques fas chrios APur acs hapecti ,le traducteur esp guloblement ufièle iux imprimés pême qsil sadapenalsenzlibre ent se source dt paroéde e do Aombreuxss trducaions Les ras ritpion , moiligues,,lontoigues,dt au res rect cnvchâsss Eout étliiné s,de sartuep ce tue leistoire ds cucouve sens leogue,r. Nn conntatu Aoéanoindsne forcaisation cer leavelacuon dntre 1nlexadre t aSeblle, du contriresdueCl traduction italienne du Perceforest, nquiptdulcriit aansiobl ent les telacuon spnsimemt,ale dntre als geux prrsonnalg s La mersion espagnole daineie t pr ailleurs lne artie dessinsertion es gers lquipemnctunt lespextes: lernando de Mena monqsrva als geux premiers liis de texte, se Lan de Caoplairne,de Coyn,el cMadrid, Bibliothèque Royale, 2667 fol. 1829r/v, avuuel brpoqndse Lan de Caonortudue Blnche aMadrid, Bibliothèque Royale, 2667 fol. 1834v/135). OU 1sit aarticulier dst vuportésau promiers,dont les pers lont tracncrits dsrn1e x clonaes, nlors ue le sexte n prose fst ionpi Siu Iue ieulem Le tmuve sd vursofst iespecti abac uneretrur a la magne durès Tchquelvurso Pandis que lchquelvtro pheCst paécédee d’An Lan de Caonortudst pracncritsa la muite su texte, sou Iue ieulemclonaes du cfl le 1cnquant.e-quate iagne s La mepris llteeieuxr d’An lvtro pheCu puome mtt également untirgre par uernando de Mena mMadrid, Bibliothèque Royale, 2667 fol. 1850). /p>
  • 26 , op. cit., p. 897.Voir nussi le pares e85-114
  • /ul>

    219/span> Onyn Lsétanaesraguère eu la couqsrvaaion de ce sartie versiofées ,la pittérature aspagnole etaitSaiiliere eu la cpatiouemdessinsertion es gers ISylvia oubaud-Beninhou. Les cpècle suivantss bu Perceforest eont en pevanche aeuprimése par Iernando de Mena ,drnt e Lan de C’iOrs /em>, nquipatcntenCl tradnsormation tu coevaleer dEstnnéeen pors, Fcaisod eue le sraducteur eabégeconsidérablement ,pue le sem>Pan de Cercgaont/em>, nquipaerendret resuse des vcaisod dntieieuxr. Sonqsrvas ,eux ,par Iernando de Mena Le traditment des sin ritpion ,versiofées su texte,français darias: lostainss,sont taineieuest (oir puarrxempla Miarid, Bibliothèque Royale, 2667 fol. 1808v,1836vpoul149v où sen vetrouve p’isn ritpion digureat ser le priier ddu Tmpla Md al Franceh Galrde) tandis qu’o doautres pndroits ,le traducteur eemble dhangee d’avoiscn 1onrs d’ecitsre Phest ue cha dpur la dprere eu lDaensn< a la uelle lssiqtenaerceforest

  • 362/span> Joir notamment Hbid./span>, p. 751-54pt rH L. G/span>Sharrer, < PEvid.ce dof Friftent h-CcntreyHLbro eel nInfnte q/span>(...)
  • /ul>

    23 u vu des tohoi fffectués on eeut sonser que lernando de Mena a-eté abant lout opnsiobl a ln texte ui men en pscèe pnlexadre e lGand ,chriosdont lealégiede dst slid.ment euncre en 1trre dhspanicues fasuis se lXIIer /sup> iècle oans la dfolé PLbro eelpnlexadre /em>,a class="footnotecall" id="bodyftn46" href="#ftn36">(6. La mimension prthurienne ne Perceforest /em> a’ast parsepur autant gmmes, duisqu’o conntatu Al mineie tpscrupve x de squelque rulasien esplicitss rréssnte sfens le leux premiers livres, romme duarrxempla Meavevèltion tu cfit lueArmhur ett uniras rndant laoit,arnd’inlexadre t de sSéblle (1adrid, Bibliothèque Royale, 266, fol. 238v) Ne tem>Perceforest eeurrait ilors cveir lté aracuctsavec des ambiion ,vomme rifl s, r’agdessant à ln e siècle.<

D tined’An lvraduction /a>

  • 46 Vf. HJ Lawrance, < P“Ue fibliothèque dortu(...)
  • 46 L.isnvnt,are qe l5600(1adrid, Bibliothèque Royale, 2ms 2222 fol. 1818r-122r)mtt égdtélar lndré a(...)
  • 46 Voir nem>ibid., p. 2597/li>
  • 46 Cf. HJ SLwrance< < P“Ue fibliothèque dortu(...)
  • 46 < “Ue fibliothèque dortu(...)
  • 46 , p. 21088 Sur la Claie,dee manuscrits dens la bibliothèque duesGondmans So. H. 21081-1085
  • 269/span> PC tlors ême queesGondmansainmnt la lomans d' chevalerie :sJ CM SLucíldMegíls,/span> (...)
  • 37 Pe tem>Perceforest enpagnolefigure un onrens le lsnvnt,are déalisés d al Fibliothèque duesGondmans (...)
  • /ul>

    23 S les trouillons rd lernando de Mena a’aot eoa fonnu leieu de lamprission, sls d’aot eoa fpur autant té abandonnées Une iirnture aer leavpgesde citre ce Xseonsdvolume ndiquerqueil a eppartenu à La bibliothèque du rCmte GuesGondmans (1567-162), aambss=adern1e philippe lIVnn tngleterre,qe l5613-1622.Cette tbbliothèque Rcotenuit aals de l15000volumes ce qui ne fait cn cue llusirnceenne et de llusiriche,sq’Ecpagne a class="footnotecall" id="bodyftn46" href="#ftn36">(6. ADux psnvnt,are dtn ot té aéalisés ,ueun dn 15600,ueucure envre 15619et 15623a class="footnotecall" id="bodyftn46" href="#ftn36">(64/a>, Ft lesXseonsdventionne Ge sem>Perceforest /em>,a class="footnotecall" id="bodyftn46" href="#ftn36" 46. /m> dOnyn Lossédnlucun grinormation ter leavanière eunt lesrCmte GuesGondmans uecques sel suvrages Tout pjste Lsit -o lueil a eomme cé,irès sôt q Lrecueller de livres, rn aarticulier durès Ton istalletion dans lon voalis devlalladolid.en 15798 On sait lussi luelvtm aunées 1oa ses 1 Loudres,romme dambss=adern1e philippe lIIenvre 15613-1618et 15620-1622 nt teonéeeleu d do Aombreuxss tuques tion (6. IRe tpnisniquerque Ge scmte GuesGondmans ut laules volumes Fnilême queeslecontenuub’intirssanit;La bibliothèque dossédnloute le lcrancieietiques dus cibliothèques ernuitsancte, puor les uelle s Jeemiy Lwrance< cits: l Pwhete rnte pownr of B draeatpitbair reladdhspvolumes dwls, howevrs,dbeidennte ppoit,: lt lwa fonnceived a a(6,», Tout pu prusireut-n pfare qu aartll"le intre alintérêt.du pcmte Geor les rdocuent ahstoriaues es lls cutorraphys, rns dueil sit ceair qu dcelaexpliquerueucques tion dee manuscrits de lernando de Mena a class="footnotecall" id="bodyftn46" href="#ftn36" 46. Il ceétait cn 1ous ha deair emnt eoa fntéressaecar l maitère pd Bretagne,: leurl’hnvemble de suvrages eessa vibliothèque de fogure n lue de x pomans brthurienn : ln eionpi Md al Fem>PDeansd del nSnceo CGial,(/em>(1aville, d5835)et une pde(1aris, C583<)a class="footnotecall" id="bodyftn46" href="#ftn36">(69/a>. Celte tbbliothèque Rft pendie par le pMrqus devlMalpica,l’uhritaer ddu Cmte GuesGondmans a lharles lIV Ne toi d’a ant aerseoutepryse,d1'600volumes dot té aeenuusà Tallalid. oont les pelumes de Perceforest enpagnole Tout sot ensuite sté aracnséres dns la dibliothèque Royale,devlMarid, Bans doute aursof1785a class="footnotecall" id="bodyftn47" href="#ftn47">(70/a>. S/p>

232/span> L draduction id tem>Perceforest en tepris lar uernando de Mena mux alenteurs de l1570ngrdsrdo Aombreuxx mystre, Elle silasiereprurtant g’intirêt.duea pluteu itss un reman erx almbiion ,valtiples nloterant drose fstinsertion eersiofées ,laisau rnt à la mitère prthurienne aux cistoire dntiques.et au vdmanin das chronoques qu’o da lrurguone.pes suca de BValos Ce dpolymorpiste mtpliqueruans doute as tosstritae aux-el meme des vtrre dranonphoe et de e siècle APur ae licturrs domme dichele Tramezzino,poulernando de Mena nes pjux ser, oulasien e ct au res repris d al Fittérature aédicéalerddvalint unténiable ent àtre eoindsévildnt aue dosr le prblic iriginese TVsiblement ,Meavevérence e do sfogure sayant aa mutture ademaythe eittératies, mtlle s ueArlexadre e lGand nntArthuri,Siuffianit mtlle une poirl indicaille uormae d’Avoqccuon saoit,arns, m dntéressas un rrblic ilttreé LSns doute ace eapectifvu r-l sn onreujourd’hui nlors ue le dhevthe rs de cnsent ee Toeucuvrai le Perceforest ,/l> /div>