Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Dynamiques du monde rural dans la conjoncture de 1300, M. Bourin, F. Menant et L. To Figueiras (dir.), Rome, École française de Rome, 2014

Lucie Galano

Index terms

Geographical index :

France

Chronological index :

Moyen Âge
Top of page

Full text

  • 1 Programme qui s’était manifesté principalement autour de deux colloques tenus en 2005 et 2007 à la (...)

1Cet ouvrage collectif appartient à un vaste programme scientifique tenu autour de la « conjoncture de 1300 en Méditerranée occidentale1. » Cette période était communément présentée par l’historiographie comme annonciatrice des crises du bas Moyen Âge, notamment au niveau démographique, mettant fin à la croissance des XIIe-XIIIe siècles. Les contributions réunies dans ce volume s’attèlent à étudier son impact sur le monde rural perçu jusqu’alors comme le plus sensiblement atteint par les disettes et les famines qui émaillaient le quotidien de ses populations.

  • 2 Concept de commercialisation dont on trouvera une définition dans R. H. Britnell et B. M. S. Campbe (...)

2Dépassant le modèle malthusien (la crise des alentours de 1300 était due principalement à un blocage technologique en raison duquel il n’avait pas été possible de nourrir les nombreuses bouches que la croissance démographique des siècles précédents avaient fait naître), et les analystes marxistes qui utilisaient ce modèle stagnationniste pour mettre en avant le rôle dévastateur de la surexploitation seigneuriale, ce travail collectif propose d’utiliser le concept de « commercialisation », développé essentiellement par l’historiographie britannique, pour expliquer le rôle des villages et des petites villes au sein des réseaux économiques2. Reconsidérer cette conjoncture de 1300 autour de nouvelles perspectives a engagé à ne plus tant noircir le tableau (même si, les auteurs le rappellent, tout n’était pas rose non plus). Les blocages liés aux innovations ont été remis en question, en finissant avec le modèle malthusien au profit d’un modèle schumpeterien mettant en avant la figure de l’entrepreneur, mais qui n’est pas toujours vérifiable pour autant. Surtout, l’idée d’une absence de rôle des populations rurales au sein des réseaux économiques, qui ne pouvaient que subir la crise, apparaît largement inacceptable. Les travaux récents sont très nombreux à démontrer que les effets de la crise de 1300, s’ils n’étaient inexistants, sont largement à tempérer ou pour le moins, car très variables selon les régions étudiées. Étudier l’insertion du monde rural au sein des réseaux de commerce, ambition de cet ouvrage, permet de se désengager de cette tendance de l’historiographie à ne regarder que les échanges commerciaux de plus grande ampleur, les marchandises les plus luxueuses et les profits les plus importants. Dès lors, le rôle des populations rurales se retrouvait partout, depuis la production des ressources, le développement d’un mouvement « proto-industriel » jusqu’à la définition de pratiques monétaires. Cela ne contestait en rien l’attractivité des villes et les migrations de populations rurales à leur profit, ainsi que l’influence grandissante à laquelle les États soumettaient monde rural et monde urbain, en particulier par le développement de la fiscalité.

3Ainsi, une première partie assume-t-elle le fait que, dans cette conjoncture de 1300, les situations des foyers ruraux du monde méditerranéen pouvaient varier selon les régions, en raison des différentes conditions naturelles offertes par leur environnement qui influaient sur la nature de leurs productions (P. Bernardi, D. Degrassi). D’ailleurs, une même région pouvait voir les situations se démultiplier (G. Pinto). Les spécialisations agricoles (viticulture par exemple) pouvaient engager les bourgades comme les villes à mettre en place certaines mesures protectionnistes (M. Bourin et al.). La consommation paysanne, abordée notamment grâce aux archives notariales, était marquée par une diversification sociale de la clientèle qui impliquait la disponibilité de produits variés (L. To Figueras). Chaque bourgade pouvait participer à la commercialisation, qu’elle soit plus ou moins en relation avec les centres urbains, constituant des réseaux commerciaux plus ou moins élargis (J. Drendel, V. Farías Zurita, E. Guinot). L’intervention du pouvoir monarchique, par son action de contrôle, avait eu, dans certains cas, une influence positive sur la place des marchés ruraux au sein de ces réseaux (J. Petrowiste, P. Martinez Sopena).

4La deuxième partie se consacre à cette question plus particulière des pratiques financières que ce sont la monnaie et le crédit, et qui ont participé à réévaluer le rôle du monde rural dans la circulation économique. De la production de la monnaie à l’estimation de sa valeur, le rôle des États apparaissait souvent décisif (P. Braunstein, G. Feliu Montfort, M. A. Ladero Quesada). L’utilisation forte et régulière de la monnaie (J. Drendel) n’était pas contradictoire au développement du crédit mais offrait bien au contraire une stabilité qui permettait la circulation des créances (A. Furio et J. V. Garcia Marsilla). Si la pression judiciaire sur les débiteurs existait, le crédit ne témoignait pas nécessairement d’une situation misérable des populations paysannes mais parfois de leur capacité à investir (X. Soldevila). L’impact de la fiscalité, s’il se jouait à plusieurs échelles (gabelle royale, ou leudes exigés à l’entrée des marchandises sur les marchés urbains), n’avait pas uniquement des conséquences négatives sur les populations rurales. Le recours à la fiscalité variait selon les politiques menées par les monarques (C. Laliena Corbera) et demandait parfois le consentement des populations (J. Torro). Surtout, le prélèvement se faisant de manière indirecte (offices ou affermes des droits royaux étaient fréquents, T. Pecout), il constituait aussi une occasion d’enrichissement de ceux qui le prenaient en charge, favorisant le développement d’oligarchies également dans les bourgades (P. Benito i Monclus). Ainsi, se confirment les particularités locales : ce qui était profitable à certains pouvait se faire au désavantage du statut économique d’un autre. L’influence de l’État apparait avec la même ambivalence : son contrôle pouvait à la fois profiter aux activités économiques du monde rural et leur mettre un frein. Si la présence de l’État était favorable à la sécurité des échanges, les conflits armés auxquels il était en prise pouvaient décupler les menaces.

5Cet ouvrage constitue un apport majeur à la discipline, en raison des nombreux éclairages historiographiques qu’il peut offrir aux jeunes chercheurs. Les contributions – fort nombreuses sur la péninsule ibérique faisant écho à la richesse exceptionnelle des archives – mettent en lumière la ruralité de tout le monde méditerranéen occidental dont l’urbanité reste pourtant très marquée. Cet ouvrage engage à développer certaines des perspectives qu’il évoque seulement. L’influence du climat et la fin de l’optimum climatique du XIIe-XIIIe siècle constituent une donnée connue par l’historiographie mais manquent encore d’études approfondies selon les régions. L’une des approches les plus prometteuses et que l’on retrouve en filigrane partout dans cet ouvrage, est l’utilisation de l’écrit par les populations rurales, qui a permis de laisser des traces grâce auxquelles la peasant agency a pu se dévoiler ici.

Top of page

Notes

1 Programme qui s’était manifesté principalement autour de deux colloques tenus en 2005 et 2007 à la Casa de Velázquez, et présenté dans trois ouvrages collectifs édité par l’École Française de Rome : celui étudié ici, celui dirigé par S. Carocci, La mobilità sociale nel medioevo : rappresentazioni, canali, protagonisti, metodi d’indagine, publié en 2010 et Les disettes dans la conjoncture de 1300 en Méditerranée occidentale, sous la direction de M. Bourin, J. Drendel et F. Menant, publié en 2011. Un article synthétise les apports majeurs de ces trois ouvrages : M. Bourin, S. Carocci, F. Menant et L. To Figueras, « Les campagnes de la Méditerranée occidentale autour de 1300 : tensions destructrices, tensions novatrices », Annales Histoire Sciences Sociales, 66e année, n°3, juillet-septembre 2011, p. 663-704.

2 Concept de commercialisation dont on trouvera une définition dans R. H. Britnell et B. M. S. Campbell (dir.), A commercialising economy, England 1086 to c. 1300, Manchester, Manchester University Press, 1995.

Top of page

References

Electronic reference

Lucie Galano, « Dynamiques du monde rural dans la conjoncture de 1300, M. Bourin, F. Menant et L. To Figueiras (dir.), Rome, École française de Rome, 2014 », Memini [Online], 21 | 2017, Online since 26 March 2017, connection on 15 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/memini/898

Top of page

About the author

Lucie Galano

Université de Sherbrooke/Université de Montpellier

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • OpenEdition Journals