Navigation – Plan du site
Figures de l'irrationnel

Portraits du dégénéré en fou, en primitif, en enfant etfinalement en artiste

Stéphane Legrand

Résumés

Cet article traite du concept de « dégénérescence », importé dans la psychiatrie française par Benedict-Auguste Morel dans les années 1850, et largement diffusé par la suite, dans ce champ ainsi que dans celui de la criminologie. On tente d’analyser la reconfiguration qu’impose ce concept au savoir psychiatrique en dégageant la manière dont il permet d’intégrer en un ensemble cohérent plusieurs modèles théoriques: un paradigme neurologique, une théorie de l’automatisme morbide, un certain évolutionnisme. Sur ces bases, on essaie d’établir les similitudes de fonds existant entre les conceptions psychiatrique et criminologique de la dégénérescence, en montrant qu’elles mobilisent le même réseau « structurant » d’analogies entre les figures de l’anormal (le fou, le sauvage, l’enfant, la femme, l’animal); et l’on s’efforce de montrer que ces théories promeuvent une logique dans laquelle les infractions aux différents types de normes (biologiques, sociales, morales, juridiques, psychologiques, économiques) sont susceptibles de faire systématiquement référence les unes aux autres, de se traduire les unes dans les autres. Puis l’on caractérise les transformations que ce nouveau paradigme impose aux principes de la thérapeutique, de la pédagogie et de la prise en charge des malades mentaux et des déviants. Pour finir, on présente les éléments latents qui dans ce paradigme préparent et indiquent déjà sa remise en cause et son renversement à venir.

Haut de page

Texte intégral

1Nous débuterons notre présentation, avant même d’en définir précisément l’objet et d’en justifier les limites, par deux vignettes, par la comparaison de deux images de la folie. Deux de ces fous archétypes que la tradition psychiatrique aime à brandir comme étendard et à transmettre comme exemple aux générations d’aliénés – à travers lesquels elle dessine aussi, mieux que dans toutes les controverses, le visage mobile de sa vérité.

2La première vignette se trouve dans le traité Des Passions d’Esquirol. Il s’agit d’un malade dont Esquirol, pour illustrer les principes fondamentaux de sa thérapeutique, rapporte les stupéfiants propos :

  • 1  Texte cité in Gauchet M. et Swain G., La Pratique de l’esprit humain, Gallimard, coll. « Bibliothè (...)

« Si je pouvais croire avec vous que je suis fou, je serais bientôt guéri, me disait l’un d’eux, mais je ne puis acquérir cette croyance1 »

3Je ne puis croire que je suis fou, mais je le sais pourtant suffisamment pour ne pas ignorer qu’il me faut guérir de ma folie, et je sais aussi qu’en guérir ne serait rien d’autre que savoir en toute vérité que je suis fou, et l’énoncer en toute clarté. Cette figure est donc celle d’un fou qui est fou de ne pas savoir suffisamment qu’il l’est: assez raisonnable pour se savoir fou, il présente ce « reste de raison » sur quoi peut et doit (Gladys Swain l’a suffisamment montré) s’appuyer la cure esquirolienne; mais néanmoins trop fou pour le savoir suffisamment, d’un savoir complet, aussi complet en vérité que celui du médecin. Sa folie et l’espoir de sa guérison résident en cet écart entre ce qu’il sait et ce qu’il sait ne pas, ne jamais assez savoir, et qui est le même savoir pourtant… le même savoir qui est le savoir de sa folie en ce double sens qu’il se sait fou (et c’est pourquoi il peut guérir) et que c’est depuis sa folie qu’il le sait (et c’est pourquoi il faut encore l’aider à guérir).

  • 2  Cf. Foucault M., Les Anormaux, Gallimard/Le Seuil, coll. « Hautes études », Paris, 1999, p. 132.

4De l’autre côté, une deuxième figure, que nous emprunterons cette fois à Foucault2. Il s’agit d’un cas un peu plus tardif, qui s’est manifesté en 1838 et a été commenté par Baillarger en 1847. C’est l’histoire d’un paysan du Lot qui s’appelait Glenadel et qui avait toujours voulu tuer sa mère – malheureusement, un jour vient où sa mère meurt de vieillesse. Il se met à vouloir tuer sa belle-sœur. À vouloir ? – entendons-nous bien, ce n’est pas qu’il le veuille, au contraire il ne le veut pas, simplement il ne peut pas s’empêcher de le vouloir – alors bien entendu, et pour se fuir, il s’enfuit, non pas à Thèbes, car les temps ont changé, mais à l’armée, où il tuera sans doute mais du moins pas sa sœur. Et puis il a des permissions, il revient, ne revient pas, revient finalement et il veut toujours tuer sa belle-sœur. Il se fait attacher sur son lit avec des chaînes pour ne pas écouter ses sirènes intérieures. On fait venir un huissier qui l’interroge, puis quand à la fin tout le monde ressent une certaine lassitude en face de cet assassin si dévoué, on lui demande s’il ne voudrait pas être interné et il répond : « Comme vous me feriez plaisir ! » Il s’agit bien sûr d’un délire partiel, de ce qu’on appelait encore une monomanie homicide, mais il apparaît clairement que la disposition du savoir à l’intérieur de laquelle Baillarger dans sa description lui assigne place est fondamentalement différente de la première. Ici, ce qui préside à la scène, ce n’est plus le savoir et ses paradoxes, c’est la volonté et ses limites. Celui-ci sait, et sait suffisamment, et ne sait que trop bien, qu’il veut et ce qu’il veut, mais ce savoir ne l’aide en rien car son problème est qu’il voudrait ne pas vouloir ce que pourtant il veut. Et si la folie du premier se logeait tout entière dans un écart intérieur à son savoir (savoir et ne pas savoir cela même qu’il faut bien que l’on sache pourtant, ne serait-ce que pour savoir qu’on ne le sait pas encore assez), celle du second appartient à un décalage intérieur à sa volonté (vouloir et ne pas vouloir ce qu’on ne peut pas ne pas vouloir, lors même qu’on le voudrait tant).

5Nous essaierons de montrer que la théorie de la dégénérescence se loge dans cette transformation historique de la perception de la folie, dans cette mutation du champ d’expérience de la folie dont on pourrait dire qu’elle a substitué la seconde à la première de ces deux figures.

I. Détection des dégénérés

A. Hérédité, territoire, populations

  • 3  Morel fut un interne de Falret, en même temps que Claude Bernard, et suivit l’enseignement de Blai (...)
  • 4  Ce trait, qui peut aujourd’hui nous sembler comique, est sans doute lié à la fréquentation que fit (...)

6Le terme de dégénérescence devient un concept spécifiquement psychiatrique avec Benedict-Auguste Morel et son Traité des dégénérescences physiques, mentales et morales de l’espèce humaine, publié en 18573.Morel propose de substituer à la traditionnelle caractérisation des maladies mentales par les formes simultanées ou successives de leurs symptômes, une explication de la folie en termes étiologiques. La cause fondamentale d’un grand nombre de maladies mentales étant à trouver dans ce que Morel appelle « une déviation maladive du type primitif », ou encore de l’« Adam primitif »4. On peut dévier du type parfait originellement créé par Dieu pour des raisons diverses : à cause du péché originel, bien sûr, mais aussi par exposition à des conditions de vie induisant un déficit : toxiques (poisons végétaux ou minéraux, mais surtout alcool), facteurs d’épuisement (excès vénériens), constitution des sols (marais, montagnes), insuffisances nutritionnelles. Or ce déficit est héréditaire, le tempérament (manière d’être ou de réagir constituée en relation avec les conditions extérieures et plus ou moins adéquate à ces conditions) se transmet aux descendants, et se transmet même de telle manière que l’inadaptation, le déficit, la dégénérescence ne cessent de s’accroître, par une sorte d’épuisement de la puissance reproductive qui marche de pair avec la reproduction de descendants épuisés. Et on peut alors classer les différentes sortes d’héréditaires, de dégénérés, non pas selon le tableau synchronique de leurs symptômes d’aliénation, mais selon leurs positions dans la progression diachronique de la dégénérescence. Dans la première génération, tempérament nerveux, irritabilité, violence; deuxième génération : déficiences nerveuses plus graves, épilepsie, hystérie, hypocondrie; troisième génération : dispositions innées à la folie, tendances soumises à l’instinct et « de mauvaise nature », ce qu’on appellerait aujourd’hui un pervers, et puis finalement, très souvent dès la quatrième génération, idiotie complète (ou imbécillité) accompagnée de stérilité.

7On peut isoler une série de déplacements dans cette théorisation: d’abord, la reconnaissance de la folie à travers l’évidence de ses symptômes pour le regard expert de l’aliéniste, qui dominait encore la psychiatrie esquirolienne, cède la place à la détermination de ses causes générales qui s’inscrivent dans le rapport que l’organisme entretient avec les circonstances de son milieu; d’autre part la définition de la folie comme écart vis-à-vis d’une norme subsiste mais effectue un glissement: il ne s’agit plus, comme c’était le cas pour les aliénistes depuis Pinel, d’un écart par rapport à soi, mais d’une déviation pathologique du type harmonieux de l’espèce qui détermine un état permanent. Conséquence importante : ce qu’on définit comme la maladie du dégénéré coïncide exactement avec sa forme même de vie. Il n’est pas malade par l’écart vis-à-vis de ses normes de vie antérieures ou possibles, mais par l’adéquation aux seules normes qu’il puisse promouvoir.

8Il s’agit alors pour Morel d’opérer une reconversion de la médecine mentale, de l’amener à combattre les causes de la dégénérescence, qu’elle seule peut reconnaître adéquatement, plutôt que de s’épuiser à guérir ce qui est la résultante d’une diathèse déjà fixée et dont les conséquences sont probablement inévitables :

  • 5  Morel, Benedict-Auguste, Traité des dégénérescences..., 1857, p. 360.
  • 6  Id., ibid., p. 76.

« Je pense que nous sommes appelés à rendre un plus grand service en fixant l’attention de la société sur la manière de combattre les causes des dégénérescences dans l’espèce qu’en nous consumant en vains efforts pour modifier ce qui la plupart du temps est immodifiable5. » Transformation du statut de l’intervention aliéniste qui implique une modification corrélative de son type d’objet: « Nous ne sommes plus en face d’un homme isolé mais en présence d’une société6. »

9Du coup, avec le passage de la symptomatologie à l’étiologie, ce qui devient le domaine d’apparition de la folie en sa vérité, ce n’est plus la scène de l’asile (primitivement conçue pour lui permettre de se déployer en toute transparence devant le regard souverain de l’aliéniste), c’est le niveau du territoire où vit une population, avec ses variables propres liées aux différents milieux. Et le point pertinent pour une intervention médicale sur la folie, ce n’est plus la présomption d’un reste de raison en l’aliéné, par quoi il serait encore présent à son propre aveuglement, c’est la possibilité de dégager et de décaler des populations spécifiques, affectées de coefficients particuliers de risque, à l’intérieur de la population globale.

10Cette première définition de la dégénérescence va entraîner une reconfiguration générale du savoir sur la folie, et va s’articuler progressivement à trois autres éléments de théorisation: la localisation «neurologique» des causes immédiates de la dégénérescence; la problématique de l’automatisme morbide; l’anthropologie évolutionniste.

B. Désagrégation du cerveau et de la moelle

  • 7  Le docteur Valentin Magnan a longtemps dirigé le service d’admission à Sainte-Anne, où il faisait (...)

11Une fois mis en place par Morel, le concept de dégénérescence va en effet bénéficier d’un écho et d’une diffusion exceptionnels dans le champ de l’aliénisme, au point de dessiner, dans les années 1870-1880 un peu plus qu’une théorie dominante: ce qu’on pourrait appeler une disposition générale du savoir. Magnan7 est sans doute l’auteur le plus important dans ce développement du thème de la dégénérescence. Sans remettre en cause le principe de l’étiologie héréditaire, Magnan va surtout prêter attention à la structure générale du système nerveux qui explique la formation des divers symptômes de la dégénérescence. Il va entreprendre de montrer que les différents stades chronologiques de la dégénérescence ont leur système de correspondance dans la structure de l’axe cérébro-spinal, et que les causes extérieures qui déterminent l’hérédité morbide ont leur point de relais et de fixation dans des lésions déterminées de ce même système (comme causes occasionnelles en quelque sorte). Le système formé par le cerveau et la moelle épinière peut être divisé en différents centres, différentes localités, dont les fonctions sont spécifiques mais qui se situent dans un système hiérarchique commun, tel que chaque centre dit « sus-jacent » a sous son contrôle les centres inférieurs, « sous-jacents ». Chaque lésion d’un centre sus-jacent libère de son contrôle, «désinhibe » le centre sous-jacent, qui se met alors à dominer le système. Selon l’ampleur de la désagrégation, le centre dominant sera donc plus ou moins bas dans la hiérarchie, de sorte que l’on pourra distinguer les différents types de dégénérés, selon ce qui, des localités cérébro-spinales, domine en eux: la moelle épinière (lieu de la motilité), l’écorce cérébrale postérieure (lieu des instincts), l’écorce cérébrale antérieure (lieu de l’idéation). Et l’on aura alors quatre types principaux:

12– les spinaux : les plus bas dans la hiérarchie, il ne reste que leur moelle épinière d’intègre, tous les centres sus-jacents sont désagrégés, leur arc réflexe médullaire fonctionne de manière entièrement autonome, et Magnan dit d’eux qu’ils sont « relégués dans leur moelle épinière ».

13– les spinaux cérébraux postérieurs : un degré au-dessus, ils sont régis par l’écorce cérébrale postérieure, dite rétro-rolandique, qui est supposée le centre des instincts.

14– les spinaux cérébraux antérieurs, encore un degré au-dessus et soumis donc à la rection de l’écorce cérébrale supérieure : l’action des centres inférieurs est bien déterminée par des images psychiques, et non pas libérée, mais c’est la nature de ces images ou sentiments qui est troublée, pervertie, rendue incontrôlable.

  • 8  Magnan, V., Leçons sur le délire chronique à évolution systématique, éd. L’Harmattan, coll. «Psych (...)

15– Les cérébraux antérieurs, dits aussi psychiques : autant les spinaux résidaient dans leur moelle, autant ceux-ci ont leurs racines dans les étoiles. Ce sont les centres supérieurs qui les dominent, mais sans intégrer les centres sous-jacents. Dans ses Leçons sur le délire chronique à évolution systématique, Magnan affirme que ce groupe ne connaît pas les instincts inférieurs, se montre indifférent à l’instinct de génération : « La moelle, le cerveau postérieur restent silencieux; le sujet reste cantonné en pleine région frontale, dans le domaine de l’idéation8. » Ce sont des platoniques, des extatiques, des érotomanes au sens d’Esquirol. C’est par exemple ce jeune élève des Beaux-Arts parfaitement chaste, amoureux de Myrtho réfugiée dans une étoile, à qui il adresse des vers en la contemplant chaque soir.

16À travers cette mise en place, la diachronie des divers stades moréliens de la dégénérescence se trouve réinscrite synchroniquement dans la structure du système nerveux, et les formes de dégénérescence que déterminent les causes générales (alcool, malnutrition, constitution des sols, etc.) sont expliquées quant à leur nature spécifique par leurs causes prochaines liées aux lésions localisées de cette structure. Chaque espèce de dégénérescence s’explique par la lésion ou l’atrophie d’un centre sus-jacent plus ou moins élevé.

17Ce qui caractérise fondamentalement la dégénérescence, c’est donc la désorganisation, le déséquilibre, l’absence d’harmonie dans un système nerveux plus ou moins privé de ses régulations normales.

C. L’automatisme morbide

18Puisque la dégénérescence se comprend maintenant comme désinhibition des fonctions inférieures normalement régulées par la personnalité consciente, sa problématisation médicale va pouvoir récupérer la question, déjà ancienne, de l’automatisme morbide. Les automatismes, ce sont ces idées qui se présentent à l’esprit et l’obsèdent sans qu’il parvienne –bien qu’il le souhaite– à s’en déprendre, et sont déjà toutes prêtes à se convertir en action ; ces gestes qui s’accomplissent en nous et à travers notre corps sans que nous les ayons convoqués ni ne puissions les retenir. Car le moindre de ces gestes, la moindre de ces idées peut indiquer la spontanéité d’un système idéatif ou d’un arc réflexe dégagé des régulations de la personnalité consciente.

19De là vient donc que la théorie de la dégénérescence récupère et intègre des analyses plus anciennes, celles qu’avaient initiées Baillarger à propos de l’automatisme. Pour Baillarger, l’automatisme de la pensée est au fond un état normal de l’intelligence : se présentent en permanence à notre esprit une foule d’idées, de représentations, de tendances, erronées ou coupables, que nous chassons rapidement, remplaçons par d’autres qui nous en démontrent la fausseté, articulons en pensée à leurs conséquences possibles pour en combattre l’insistance. Or, dans l’état normal nous pouvons toujours faire intervenir ces idées que Pariset nommait « intermédiaires» et qui permettent le contrôle de nos représentations et de nos actes par notre personnalité. Mais, affirme Baillarger, la faculté de faire intervenir ces idées intermédiaires, et donc la régulation par la personnalité, est supprimée dans deux états: le rêve et la folie. Dans ces deux états, nos facultés inférieures sont libérées, indépendantes, toute conception est immédiatement croyance, toute impulsion est immédiatement acte, et nous-mêmes n’avons aucun pouvoir de rection sur nos propres productions:

  • 9  Texte de Baillarger datant de 1855, cité in Histoire des savoirs sur le crime et la peine, Presses (...)

« Nous sentons alors notre mémoire, notre imagination, notre entendement se mettre en campagne sans notre congé, courir à droite et à gauche comme des écoliers en récréation et nous rapporter des idées, des images, des souvenirs trouvés sans notre secours et que nous n’avions pas demandés9. »

  • 10  « De l’identité de l’état de rêve et de la folie », Annales médico-psychologiques, tome I, 1855, p (...)

20Cet état qui caractérise le rêve définit une tendance spontanée de nos facultés qui existe à l’état de veille ou de santé mentale. Mais lorsque nous sommes éveillés, et si nous ne sommes pas fous, ces impulsions sont en permanence reprises, dominées, dirigées: « À chaque instant nous reprenons la direction, à chaque instant elle nous échappe », à chaque instant nous réarticulons l’idée ou l’impulsion brusquement surgies avec l’ensemble de celles qui reposent paisiblement en notre mémoire, définissant nos habitudes et les schèmes usuels de comportement qui nous permettent de faire coïncider le flux incessant et désordonné de notre pensée avec les exigences du réel environnant et de la vie sociale. Ainsi le rêve et la folie ne sont-ils pas l’envers, le négatif ou l’autre de la veille et de la normalité, l’étrangeté ou l’abolition de leur règne ; la veille est conjuration permanente d’un rêve décousu qui habite au plus près d’elle-même; la santé mentale est une certaine manière méticuleuse et éprouvante d’habiter une incessante folie. Inversement, il est possible de comprendre toutes les formes de la folie comme un débordement de la pensée par ces tendances que son effort constitutif est de contrôler, débordement par l’involontaire et l’automatique qui définit toutes les formes du délire, mais aussi des maladies de nerfs (comme la paralysie générale étudiée dès 1822 par Bayle). La folie est une insurrection des impulsions décousues du rêve au cœur même de la veille, impulsion telle que, comme le dit Moreau de Tours10:

« La faculté pensante (…) ne s’exerce plus que par l’imagination, et les yeux du corps, pour parler le langage des mystiques, se ferment tandis que ceux de l’esprit restent seuls ouverts. »

  • 11  Moreau de Tours s’était donné comme but premier l’établissement du caractère strictement organique (...)

21On comprend donc comment cette théorie de l’automatisme a pu être intégrée à la théorie de la dégénérescence. Au début des années 1850, Moreau de Tours11 affirme ainsi qu’il y a dans toute folie une lésion nerveuse dynamique, définie par un trouble de la force nerveuse, qu’il nomme « névrosité » (sic), et dont il attribue la lésion à une transmission héréditaire d’un système nerveux défectueux. Il suffisait au fond, en acceptant l’étiologie héréditariste, d’assimiler cette lésion à une destructuration des centres sus-jacents, la libération des diverses fonctions inférieures correspondant aux diverses variétés de régression psychique vers l’automatisme.

D. Sémiotique de la dégénérescence

22Ces deux «branchements» vont entraîner une transformation du régime des symptômes de la dégénérescence. Ces derniers s’articulent à un double niveau: symptômes physiques et psychiques. Les symptômes psychiques seront tous ceux qui manifestent dans la conduite ou le discours des sujets la déséquilibration, la dysharmonie, l’absence de contrôle sur soi: ce seront essentiellement les obsessions (tel sujet ne peut parvenir à l’orgasme s’il n’imagine une tête ridée coiffée d’un bonnet de nuit), les impulsions irrésistibles (tics divers, onomatomanie, coprolalie, etc.), les idées fixes (tuer, voler, couper les nattes des filles, s’opposer à la vivisection). C’est-à-dire l’ensemble des déterminations classiques de la monomanie et du délire partiel, groupées avec celles de l’hystéro-épilépsie : tout ce qui marque l’absence de contrôle du sujet sur les propres productions de son système nerveux, le débordement du patient par les manifestations parfois épouvantables et parfois risibles de ses propres quasi-volontés ou de ses propres réflexes. Mais le plus intéressant est que cet ensemble symptomatique s’articule à un autre ensemble, qui le reflète et le trahit, de symptômes physiques. Non pas simplement les creux et les bosses de son crâne, mais tous les éléments de son anatomie sont en effet susceptibles de manifester, par leur dysharmonie propre, le déséquilibre de son psychisme. Ils sont ce qu’on va nommer les «stigmates de la dégénérescence», dont le régime de manifestation de la maladie pour le savoir médical est tout à fait original.

  • 12  In Féré C., La Famille névropathique. Théorie tératologique de l’hérédité et de la prédisposition (...)

23Dans la médecine des espèces le symptôme servait à déterminer l’identité de la maladie essentielle, susceptible toujours de se voiler et de se troubler dans l’individu concret; pour le regard clinique, le signe permettait d’accéder à l’identité de la maladie par la décomposition et la recomposition de ses éléments pertinents. Donc ils donnaient à voir ou à connaître quelque chose qui était la réalité de l’essence morbide, son identité propre. Le stigmate lui donne à voir en premier le fait de la différence du porteur, l’évidence de son altérité. Et ce n’est que secondairement qu’apparaît à l’enquête médicale sa parenté avec les autres malades: ils se ressemblent par leur dissemblance d’avec les autres. Féré12 explique que ce qui caractérise les dégénérés c’est qu’ils ne ressemblent pas à leurs parents, et qu’ils leur ressemblent de moins en moins à mesure que la dégénérescence s’accroît. Mais par contre les dégénérés dissemblables d’une famille ressemblent aux dégénérés dissemblables d’une autre famille. C’est la dissemblance qui spécifie le dégénéré, et Féré, c’est une constante de son génie, trouve pour représenter cela une merveilleuse métaphore:

  • 13 Ibid., p. 219.

« Au point de vue de la morphologie comme au point de vue de la psychologie, la famille d’un dégénéré ressemble passablement à la couvée d’une poule dans le nid de laquelle seraient venu pondre tous les oiseaux de la basse-cour, et aussi quelques oiseaux de proie13 ».

24Bien sûr, il n’est pas très facile pour notre regard ­ rétrospectif de discerner à quoi ressemble la psychologie d’une couvée de poule, mais ce qui du moins paraît clairement à travers cette métaphore, c’est la fonction sémiologique très originale du stigmate: faire signe non pas vers l’identité d’une entité morbide, mais vers l’évidence d’une dissemblance par quoi tous les dégénérés se ressemblent. Tarde ira jusqu’à écrire en 1886 dans La Criminalité comparée, à propos d’un autre discours dont on verra la connexion avec celui des aliénistes : « Le mérite de l’anthropologie est d’avoir cherché à préciser les causes de cette impression que tout le monde ressent plus ou moins à la vue de certains visages. » La théorie de la dégénérescence est la théorie de ces choses qui vont sans dire, parmi lesquelles la sale gueule s’est toujours enorgueillie d’une position de choix.

  • 14 Op. cit., ch. 4.

25Et la notion de stigmate permet en outre de faire porter une présomption de culpabilité ou de folie sur tout ce qui s’écarte d’un type normal qu’à la rigueur il n’est pas nécessaire de spécifier. Le même Féré, qui était si clair sur l’évidence des stigmates, reconnaît pourtant14 qu’il n’y a pas deux cerveaux humains semblables, qu’il n’y en a donc pas un seul qui corresponde à la norme et que tout partage entre la santé et la maladie, le vice et la vertu est nécessairement arbitraire. Dans cette forme d’expérience médicale, de même qu’on trouve l’exercice d’un pouvoir médical qui ne repose plus sur l’affirmation d’une puissance de guérir, de même on découvre une perception immédiate de l’anormalité qui ne suppose plus le repérage nécessaire d’une norme. Et si cette affirmation paraît exagérée, qu’on se reporte à la préface que donne Cesare Lombroso à la 4eédition de son Homme criminel, où il montre que ses «théories les plus hardies ont été mises en pratique dans des temps reculés» en se référant à un édit du Moyen Âge qui prescrivait « dans le cas où deux individus seraient soupçonnés, d’appliquer la torture au plus laid des deux ». Preuve dont il appuie sa prétention à ce que la vérité n’ait pas d’histoire.

  • 15  Morel B.-A., « Discussion sur la classification de la folie », A.M.P, n°7, 1861, p. 176.

26La dégénérescence est donc une présomption de culpabilité inscrite dans le moindre des stigmates physiques, et elle introduit corrélativement un soupçon de folie dans la moindre conduite déviante. Un psychiatre dont l’histoire n’a pas conservé le nom remarquait très lucidement, lors de la réunion du 28 juin 1886 à la Société médico-psychologique, que la dégénérescence avait pour avantage d’être une catégorie avec laquelle on pouvait faire cadrer « tout ce qui ne correspond pas exactement aux catégories connues de la pathologie mentale ». Elle permet une pathologisation de la foule de ces gens qui « restent toute leur vie dans une situation anormale, qui commettent des actes excentriques, désordonnés (…) sans jamais tomber en démence15 ». C’est ainsi que l’on fera de toutes les marginalités, et de toutes les contestations de l’ordre, des stigmates psychologiques: lorsqu’une société protectrice des animaux entreprendra dans les années 1880 une campagne contre la vivisection, Magnan découvrira dans cette idée fixe le stigmate d’un déséquilibre qui lui permettra d’isoler une pathologie mentale: la folie des anti-vivisectionnistes (tel est le titre qu’il donne à un livre publié en 1884). Et Féré affirme de son côté que pour qu’un soupçon d’hérédité puisse être porté, il suffit que les aïeux aient été «inventifs» ou «excentriques», «enthousiastes» ou «dépensiers ». Le dégénéré est tel par son déséquilibre ou celui de ses ascendants. Mais il est clair que du fait de l’interprétation étiologique de son trouble que promeut la théorie de la dégénérescence, cela revient à confondre sans le dire le registre des symptômes et celui des causes: ainsi Féré, dans sa Famille névropathique, reprendra-t-il systématiquement toutes les causes répertoriées de dégénérescence pour expliquer qu’elles ne sont en fait que les stigmates d’un état psychique morbide. Au chapitre 2, il écrit ainsi que « pour devenir alcoolique, il faut être alcoolisable », qu’« on ne devient fou d’amour que quand on avait un amour de fou », que «ne fait pas d’excès vénériens qui veut» (ce qui par ailleurs est assez vrai), et bien sûr, au chapitre 3, à propos de la Commune, qu’« il ne faut pas se laisser égarer par l’importance du fait qui semble avoir été la cause principale; (…) seuls les individus prédisposés ont été atteints ». La diathèse elle-même, ses causes et ses symptômes s’échangent interminablement les uns pour les autres, selon les besoins du moment.

27La disposition de ce champ symptomatique autorise alors une perception beaucoup plus spécifique, et surtout indéfiniment élargie dans son extension possible, des formes pathologiques; il n’est rien au fond ou presque rien qui ne puisse, dans le corps ou la conduite, fonctionner comme stigmate et désigner une folie latente. À ce champ symptomatique, on peut assigner cinq fonctions principales:

28Analytique indéfinie : la notion de stigmate permet un découpage du corps et du comportement en infimes et infinis éléments pertinents, discrets et hétérogènes, susceptibles chacun de valoir comme signe d’un désordre de la totalité.

29Polyvalence sémantique : n’importe quelle structure de ces éléments est capable d’indiquer un tel déséquilibre. C’est comme traits différentiels que fonctionnent les stigmates. Que tel organe soit normal ou non (relativement à tel ou tel idéal anatomique), c’est toujours par sa relation avec le reste de l’organisme ou de la conduite qu’il signera l’anormalité (Bonnet note ainsi que des génitoires normaux en eux-mêmes sont anormaux chez un idiot puisqu’ils contrastent par leur développement physiologique normal avec le retard de développement de l’intelligence).

30Réversibilité logique : Qu’est-ce qui permet de déterminer ce qui est un stigmate pertinent ? La récurrence d’un trait chez les dégénérés. Qu’est-ce qui permet de dire si quelqu’un est un dégénéré? La présence des stigmates. Ainsi Michéa avait-il montré en 1852 que l’hérédité était ce qui permettait à un médecin (et à lui seul) de faire la distinction entre ce qui est «perversion morbide» et ce qui est simple défaut moral non pathologique. Donc à la question : qu’est-ce qui permet entre deux séries d’actes isomorphes de faire passer le scalpel de l’assignation en pathologie ? la réponse est : l’hérédité. Mais l’hérédité se définit comme la présence des mêmes perversions ou défauts chez les ascendants… L’état morbide se déduit de la présence des stigmates, mais c’est la présupposition de l’état qui permet de faire fonctionner tel élément comme stigmate plutôt que comme « simple défaut moral non pathologique». Cette réversibilité correspond à ce que les sceptiques de l’Antiquité nommaient un diallèle.

  • 16  Cf. « Étude généalogique sur les aliénés héréditaires », Annales Médico-Psychiatriques, n°2, 1869.

31Infalsifiabilité : il est presque impossible, pour les trois raisons susdites, de ne pas trouver un grand-père alcoolique ou un tonton loufoque lorsqu’on veut pathologiser un individu, et si l’on ne trouve vraiment pas, il ne reste plus qu’à soupçonner le facteur… Ainsi lorsque Doutrebende se trouvait confronté à un cas de folie sans hérédité assignable, il lui arrivait de conclure à l’adultère de la mère16.

32Principe de la réversion systématique du diagnostic dans le pronostic : avec l’ancienne notion de monomanie homicide, la psychiatrie n’avait que très peu de pouvoir pronostique pertinent; on pouvait avec cette catégorie déresponsabiliser le prévenu, l’exempter de son imputabilité au pénal et le réserver pour l’asile, mais guère avoir cette intervention préventive que les procédures du placement d’office et du placement volontaire requièrent des médecins depuis la loi de 1838. Au contraire les stigmates, signes immédiatement accessibles, multiples et déchiffrables à la plus superficielle inspection, permettent une détermination systématique des virtualités du client.

E. Une économie générale des normes

33Ainsi ce qui caractérise la dégénérescence, c’est une prolifération de stigmates indiquant à travers la dysharmonie du corps la désorganisation du système nerveux qui se traduit dans les désordres de la conduite: toute forme d’inadéquation aux normes sociales, quel que soit leur degré de transcription dans une normativité juridique, fait signe vers une déficience biologique qui au fond inquiète le devenir de l’espèce dans le même mouvement qu’elle compromet l’ordre de la société.

34Dans cette perspective, on voit donc qu’au fond ce qui va se mettre à fonctionner comme l’indice premier et fondamental de la dégénérescence, c’est l’indiscipline, l’incapacité d’inhiber ses tendances en référence à une norme extérieure, puisque la tendance intérieure permettant d’inhiber et de contrôler est précisément absente. Le dégénéré est essentiellement quelqu’un qui est biologiquement inapte à obéir.

  • 17  Thulié H., Dressage des jeunes dégénérés ou Orthophrénopédie, Alcan, Paris, 1900, voir le chap. 15 (...)

35Et cette domination du moi par les idées fixes et les réflexes de l’automatisme s’articule aussi au problème de l’indiscipline, en ce sens que les centres sus-jacents qui font défaut sont justement ceux qui permettent l’existence du sens moral, plus précisément la subordination des tendances égoïstes aux impératifs sociaux. Ainsi Thulié affirme-t-il17 que le sens moral s’apprend, si bien qu’on le prend à tort pour une fonction physiologique (sic), mais que l’hérédité détermine justement une plus ou moins grande aptitude à s’assimiler et à faire valoir en soi les lois morales du milieu, précisément du fait de la lésion de la volonté qui occasionne l’absorption du fonctionnement mental par des impressions dominantes ou obsessions. Le système nerveux des dégénérés est inapte à développer des impulsions altruistes. Ces analyses impliquent donc une toute nouvelle représentation de la genèse du social et des fonctions pédagogique et punitive qu’il doit faire jouer.

36Si l’on prend, à titre de comparaison, les théories contractualistes, on y trouvera bien le problème limite posé par les punitions corporelles et la punition à mort. Chez Hobbes comme chez Rousseau, quoique de deux manières différentes, on est conduit à admettre qu’au moment où il commet son crime ou bien au moment où il est condamné à mort, le sujet sort de l’état social, retourne à l’état de nature, ne fait plus face à la société ou au souverain que dans un pur rapport de force homologue à ceux qui caractérisent l’état de nature ou l’état de guerre. Dans la volonté criminelle (pour Rousseau), ou dans le risque de la punition invalidant la logique des intérêts qui sous-tend sa souscription au pacte (selon Hobbes), le sujet sort de la société et se retrouve face à elle dans un rapport qui est celui d’individu à individu dans l’état de guerre.

37Mais avec une théorie comme celle de la dégénérescence, on trouve par rapport à un système de ce type, un déplacement important: car avant même d’avoir commis son crime, le sujet était déjà au-dehors, extérieur à quelque chose qui est, non plus la société ou l’État, mais la race, son crime n’est pas ce qui le met au-dehors d’un ordre juridique, il est le symptôme de son extériorité première à l’ordre biologique qui fonde l’unité possible d’une société. Le dégénéré n’a pas refusé de souscrire: il ne peut vouloir, car le jeu de ses instincts égoïstes ne peut pas se subordonner aux instincts sociaux.

38Alors le pouvoir sur la vie ne se met plus simplement à fonctionner lorsqu’on retourne vis-à-vis d’un individu à l’état de nature et qu’il s’agit de le tuer, mais a pour objet fondamental et permanent quelque chose qui est l’individu même en tant que sujet biologique, sujet d’un jeu d’instincts, sujet dont la volonté même est un effet de ses instincts. Le rapport du pouvoir à la nature des individus et à leur vie n’éclate plus dans le moment où la volonté criminelle produit leur extériorité réciproque: il lui est intérieur et permanent.

39Et la permanence et l’intériorité de ce rapport prennent appui sur un système qu’on pourrait nommer, faute d’un terme plus élégant, « d’échangeabilité généralisée des normes », une économie générale de la normativité. Les différents systèmes de normes qui coexistaient précédemment dans des relations de relative (mais importante) extériorité réciproque, peuvent désormais se traduire les uns dans les autres: l’infraction à une norme juridique fait signe et sens vers une transgression des formes normales de la conscience et de la santé mentale, qui elle-même désigne une anormalité biologique constitutionnelle; l’individu réfractaire à telle ou telle normativité institutionnelle disciplinaire peut et doit être pensé comme infracteur potentiel et probable aux lois plus massives des codes (car il est en même temps physiologiquement et mentalement anormal); le comportement qui inquiète l’ordre social et/ou disciplinaire indique en même temps un type de tempérament héréditairement transmissible qui met aussi en danger les conditions biologiques d’existence favorable de la race, qui sont elles-mêmes directement conditions de la fixation et du développement des normes morales et du pacte social, etc.

F. L’anthropologie évolutionniste

40Cette prise en compte, au-delà du corps épuisé et indocile du dégénéré, de la vie elle-même qui à travers lui s’effondre, nous avons vu comment elle se mettait en place avec Morel, et comment elle avait été modifiée par l’intégration des acquis de la neurologie et de la théorie de la folie comme automatisme.

41Mais il nous reste à examiner une dernière intégration, une ultime ligne de recomposition.

42Car il faut bien comprendre que ce qui dégénère, au sens d’un processus, ce n’est pas l’individu, de bout en bout fidèle à sa pauvre nature, c’est bien l’espèce, c’est-à-dire l’hérédité elle-même. Ce qui dégénère c’est la capacité de la vie à se répéter identiquement au fil des générations. Féré dit bien que la dégénérescence n’est pas un héritage qui se charge, mais la puissance d’hériter elle-même qui se dilapide. Disparaissent progressivement, en partant des plus récentes et des plus fragiles, les adaptations évolutives qui coïncident avec les différentes strates du système cérébro-spinal; corrélativement la capacité de transmettre les adaptations se dissout, à mesure que diminue, comme le dit Féré, « l’énergie embryogénique» (qui permet à l’embryon de récapituler dans l’embryogenèse les différentes phases de l’évolution spécifique), jusqu’à l’idiot profond en qui cette énergie est tarie entièrement (il est stérile) et à qui il ne reste plus qu’une moelle où se réfugier. En un mot, l’hérédité est dégénérante, les individus ne sont que dégénérés :

  • 18  Féré C., op. cit., p. 274.

« Le déséquilibré n’est plus un dégénérant, il est un dégénéré. A fortiori, le déséquilibré héréditaire est un dégénéré sans avoir été un dégénérant18. ».

43C’est le cas de dire que ce n’est pas tant le dégénéré qui hérite de son héritage biologique, que l’hérédité elle-même qui hérite de l’héréditaire.

  • 19  Problématique qui, du moins chez Féré, est essentiellement référée au spencerisme, présenté et rev (...)

44Cette analyse peut alors se lier aisément à une problématique évolutionniste19: les centres supérieurs sont les plus récemment constitués par le progrès adaptatif; étant du même coup les plus complexes, les plus différenciés, ils sont aussi les plus précaires et les premiers désagrégés par la décadence neurologique. Au fil des générations, la dégénérescence descend le long de l’axe cérébro-spinal comme un très lent frisson, qui libère peu à peu les fonctions inférieures et normalement subordonnées de la vie instinctive, faisant prédominer dans le sujet ce qui est par nature voué à l’obéissance, mais aussi faisant resurgir du coup le passé de l’espèce dans le mode d’être présent de l’individu.

45La boucle est bouclée: la diachronie de la dégénérescence «découverte» par Morel, et dont chaque stade à la fois trouve son corrélat anatomo-physiologique dans des lésions déterminées de l’appareil nerveux et libère un certain type d’automatisme morbide sous-jacent à la vie normale et dont les symptômes sont identifiables, est en même temps une abolition progressive des adaptations phylogéniques. Le système cérébro-spinal est l’espace fragile où se rejoue et se représente l’histoire de l’espèce, où le progrès biologique prend la forme d’une hiérarchie simultanée d’instincts qui a le bon goût de mimer pour son propre compte la structure de l’ordre social.

II. Vers un imaginaire politique et anthropologique commun

A. Psychiatrie de la dégénérescence et anthropologie criminelle

  • 20  Qui est la source principale et revendiquée de l’anthropologie criminelle prônée par l’école de la (...)

46Ces quelques analyses nous permettent de comprendre comment la fameuse théorie lombrosienne de la dégénérescence comme résurgence de l’atavisme20 se rattache en profondeur à la même disposition générale du savoir que la pensée des psychiatres, malgré certaines oppositions de surface.

  • 21  Voir notamment Lombroso C., L’Homme criminel, Felix Alcan, Paris, 1887 (traduction sur la quatrièm (...)
  • 22  Ainsi Lombroso affirme-t-il au chapitre 2 de son L’Homme criminel que la femme est esclave de la m (...)
  • 23  Id., p. 108.

47Ce qui caractérise le dégénéré pour Lombroso, c’est en effet sa tendance à la répétition. L’homme pour Lombroso21 est essentiellement conservateur; ce qui lui demande le plus d’effort c’est d’innover, de produire de nouvelles normes, de nouveaux types d’actes impliquant qu’il plie son cerveau à une évolution différente de celle que des siècles de répétition lui ont imposée. Cela vaut de tout être vivant, mais cela vaut d’autant plus d’un être vivant qu’il est moins haut dans l’évolution: la tendance fondamentale de l’évolution réussie, c’est l’arrachement progressif à la nécessité de répéter l’acquis. Cette nécessité pèse d’autant plus sur un être qu’il est moins évolué, et ce selon tous les différents gradients de l’évolution: l’animal plus que l’homme, le primitif plus que le civilisé, l’enfant plus que l’adulte, et même la femme plus que l’homme22. L’enfant, comme le sauvage, déteste le changement, il veut toujours revoir la même image, répéter le même geste ou le même rite héorie d poi l’évolutionême, el dentifles, qus norms ont Ùinformes,acc d’c les difhnière la n coe qui s’écarte à lais plmals’oe patu nouves ds devolutivementsi Mim>faie lae mérite pou déc, détessque rplus qs, cette rit restentns évolua discs des léflexeases q, l’eeles arogres laid dens le tranétitià une la viviouvelle reps léa thécaractérise le dége lierénérescence, c’est l’indiscit. q,t que sujet béré, de la ver ledeveninces égoïsdéc, détesormes entrepormes commes vie elllus qu(d qu’on tefant plus quer ledevenie rplus q, civilisf plus quer ledevenal plus q, femme est escer ledevenal comme lles igénéré n’a pas rc une prqui le impécarte d’un type normal f plus qucilenatomst l’ind’indiévolutation du systèe soisscer ledevravers comparaes égoïss élémenttatrminde lsne normatiion réussi, qui com/em>nttatrm par es sont anormaurise le d le progr ce à la réper le mêà propos de seogrès adaptaveillisme13<"boan> C’eie d l" ooins ementnet ensembyse peuiminermettque sesr gne onservato subordine de l’ordradvs masvenit de s àns, révolutioe hérédionniste

45  Féro affirme à laisrie dautatavisme,;ela vaquatrition de ce chasfondamsoir que la ut das refaucficii avec cn:fs ralncipénique» (quisout, à mesuut dubliégénérés se resses dsoraleseatégoes égoïssure pévolution spécifniques. ioe la pem>faiu chuelqu’uon ne tmenu eloppement de l’ leur extne vis-tatavisme p

A. P8">Bathène de l’orvivie sures priques, selones d’ex2>
  • 20cit., p. 274. n class="num">20  Morel/em>., p. 108.
n class="num">20.bid. href= n class="num">20., p. 108. n class="num">20IdO .,.puisque . 302 n class="num">20 Dr.énopédie, , . .,.puisque

47 cd impressté ig> u syston srsi c,pva se mettra d’iérirgiser un indiviite dévia,, l’être présest la fonctioe d’ie l’esserant à uoi reorte quelle lee soidléments est captype noe lamour quie sures ués par ltismeumpulsifig> pqdefant plus q,anthropolus q, du f plus qucilie elllus qré ses cau la foncale et rev subordience à une norant plus clemet de faire fonctionner tel élceoe lamour quie sures n’esologiler et t nunéeu mi caracdes léflexir=ifféreut du pouvotencent; oautatanote ai aiBuldév alié dire quCharflexJouy, femmcoriCoucat m n extensiCvoir itreo

jeune Fr fait qu19alitsu1975Le Jouypervers f plion rev subof du inhibere detental par des="footnotecall" href="#ftn22" id="bodyftn14">14<"boan4 C’e’énrmettnir sur l si caraton, eogsol’êtr fonctio l’idi’individt delus q’e’énrmettlait conlogé de ml,voir uést prbide, sa qu’«ne fautdagiun très lelus qs="footnotecall" href="#ftn22" id="bodyftn15">15<"boan> ™enfEst d’innasiesolo pourraitvenie ce uelques oas ascerestehropolus qt dégénquece de gass="footnotecall" href="#ftn19" id=2bodyftn16">16<2boan6 C’estLnt plus clecas de être présentt quelqueénéré, de la ve soit st moiur d, premierrise l pqdefant ilus qie l’ouve face i les plue la n exteeates physiques, et elracdes lérélatent qui in.iCoucat m pas un les t hangeabr ce n’énergiplus cleeuls ln trè’uneale de la normement qui inqdeou dlincts qruntal pajes-tataviatrie n’adu syss="footnotecall" href="#ftn19" id=2bodyftn17">17<2boan7 C’estrmet symptômigns, einqderniellet de faire fonctionner tel élcithaîniècles médiplus frer et Féré orsque anceifférfgiqunz Féré, anc clasaussi les pluée au spsridiot prés qie lastrise le des virtualérés se ress(écr de loas ascFuela conduitCvoi)Le ires normauxlus r». L, par qhes-tataviatoique. Le uérirpilosle-m,iles ,e qui sviagénqurecompofgiqunzrev
18<2boan8 aa femme eres eocstitutiormate l mettauivune posmenu on fera dee, illoas ascatlesudamsoirés est inapte aton, la rrée la du np>j l’histoirion spéciftiormate l mettavoir chéest dus-ja loi sposmenue bru l fam)est-travers H., resttees oas ascp plus spdnérés : cdte perlle comproma dque le, détes="footnotecall" href="#ftn17" id=2bodyftn19">19<2boan9 C’estLeme de ce typeence à une génqou dendiqbilité leLe a chap. nceiffér famille em cau la fonc par plusrridiot prés qiee; trouver/em>n> les délégant et ce est un dcomme lela fonc/em>a chaes dént et ce n très l, déte;qu’ildcomme l em cau rplus q, ela foncu’ils par sa régae sanc cdte phropolus qs

45  Qui Lnt plus cledeou ds un,les plue la n exthropologie criminelle prônédoso à la 4es instincsules, nt leacdes léfiatrie n’avad impress este lois trouve lipale et nstinctsnce). ="texte" dir="ltr">45Mais il nousquisoutle scu chap Doutrebne trouve dique l’adulte,dcomme lnie rplus q, elllus qussi lgmatesad nceifrénormaux rapportppement de l’ou non (rection uneque prend laire d’une normati dans le de lacela vae temps une aboevoir chéestadulte, et mÀespace e natuou non defant plus q,civilisé, l’eespace e natuou non s troise rplus q, civile pour Loespace e natuou non defalllus qrécute, et mÀé, l’emâroma pu l neragéent la fjuridiqdlémefig> pqon retormatlermaue l’ee présendments est captnciés, ils sx rapportemenla csyn de laqsurtout si lgm’esdécmar ilee présent st moila vinfimesl-tend sme d’une hiérari anaguldi ne sust moianagule,e hiérarité qui ne sunt plonce et l’s mentalela jest hiérarst ane corresp, dmmer,orieunela vaolie sonveniob). ="texte" dir="ltr">45  Ainshamp se vue a formvec Mo l’ lt en asssi l,n ltnte) ext progrnt plus cledemme, le primprogrnt plus l’évolutour Lo plus un dége imamoique eeffaç la raceutabinnoour experdu la puissan’unere à l’aceutabinnd e quihomOrogrès plus qus mee ls face àqurec,an loi de, ml’ de cget hiérarsta penlla qsurti s’ pour jeunes briminenaui c,p puissièten mêms éléme dans l pathologd dentionoribarbtièr un ragelles nmoiante l’hisn propa compte ui somOrogr est esclme qui hé plus un dégceaté’ sr do pourraic ="texte" dir="ltr">45II. 3ers I.ge des jeunes érés. Qu’1>

A. P9ychiaonomutopa dégénnd e quihpporh2>
span class="num">20IdO cit., p. 274. n class="num">20Id., p. 108. n class="num">20  Id.bidcit<

47Cette analyseurreprésfridiqdles de l la nvenirésenrise le d le n très lb ceslitsns des relorie de duven la punitio qu de e ». Ell peut vot soue l’ads stigmateeil nuyer être qe l’org les t te l’hisauvre nompte mme aantagemensugeogrèehe prÀoffice viiteest hiérne vis-tçonnil’héaaire les stiagit de lerio qtsncneinqdeuaitvec Mr aut moral nutionnelleft hiérnl nerveux déséqp de la révanaguld du dévelutation du syst/em>t de l’i exthropou> les d. Pcomlogéécr de loas unex’orgLauptsositioe plahistoirhypn lain trèprdes virtu d des jee mérEoe gasns le sujet es supéritiormate l mxteeé àrmaux frer me, e surfas nmixes eormatlequi dégénneragéosibue suja cs qui ses asve la ds pal lui cile litsns dveile d qui dégs nmoi pas se a disties asve la dfa dégecette catlaéissan).tionrur soet, l’hrveau e seseurs sont s troiseaitvec Mr éc’indiuie de duvenles ds="footnotecall" href="#ftn17" id=3bodyftn20">20<3) tte perspecopndéfinut votde le tpapétitiglélcitfridiqdliscit.tui puise dit Féré,es pluLaupts, agit de le tuere de nouvence à la r, qui comO un amouvuorel, eécouvcivile profondme tun qui est biohabl’hFamoù se épiintégll peutral nutle prévoirhypn lais troisea disteavoiemp se vue iemvui d impécait commes d’effue durganiqsvenutopa Le mérOa nvenic 21<3boa31 .

Ipprend, suies aliérisme, préses relori morbidesunt ploae de la Ribot:fs qui cial, égares rell" ritutionnelle; ues, et etalement anansgre à la répsirentens iqu,dtraduit dae lesclme qui héitairement transmut être ae lie, la vivide ses insst assus qui a litaiet de, habluMr auidérés se resses du le stition lui fspécarte tvecsncnfait qulibèretionecsncnfaite ou rmnsst asses égoïss plus ves nMpuise nsmixerorelories difflhist pace e mloc Le mérP troasser ls. ioerecole deducafférs dégénérés. Qu’ i plus runidentifinpar adaptatil’i rn lufsut être aaire d’unnserva Ippérieutionen», qn tefant plus quance, mhérédsement mjédexnce ncdre de la so de lis trotrouverrésentunis="footnotecall" href="#ftn17" id=3bodyftn22">22<3boa32 a>eie d s tr de récédégs nmoi dmmn coence et de lunitiont unssvad imprjuridirécnani être ags nmoiance, mhple dte perspecerde ff- des ps,voir uéset de les troéré,dser lerrienbiol loiscussie, de ls="footnotecall" href="#ftn17" id=3bodyftn13">13<3boa3> a>eel orl’un ors sette intervede monomype noe lde lreérédance, mais récfautple

u’«esologilond à ce que aucfiou le mique), jusqmsormaises de lle la fonctio’une hiérarn avec lee vivide u le mui est paraut mo justem,
ppoiru le mibles chacuoir crésenfix le n trèisme morbidedécadeentens de soafrbré cellece e natques, et elr

46 puisépétitiguld du dchiatie ? la sle sauve met n°2,ifférus, ce nogique». Cetst coneend,mvu,t que déornt; aceutins le d’uoir come cutinsla vaexagn de stigmates égoïs, qui cordacaton,ge l’ lecommuess o, multiedécraritomphie ctions pédago et di)nt es nO, et da condTr sa unnar ds="footnotecall" href="#ftn17" id=3bodyftn14">14<34tuLaupts) nVoioorpn lierqsurtdte perspection de ce chr que laséqu des jeulutg de mil ne rntitig c’estornrresps drprof vie oasser: rouve g de mil nee la tes nmoi patde le tpapétieonnelinstio qu drir

A. P10efB. Pive, on vocins quedes d’exindiqucod jeuie génqiagnos mampanthropolo quih2>

40Si l’on ons vucatrdolesolutgptitudnte) extc rrée sunex
pétpouvoirmamoiqu,ui carorgLauptsoduir H.,h2>eur>es de rportpion de cfedir sur la e aussieait qildmatleauidus quelle; lednaire indiqus premier resurginner tel éldte pple unest un efagil/p> gs nmoianderilerdevaleath fauteénergisimul eéricée d«ons vt conlogicile rapport type danagime ctionsrmalesedentes chéreérédité qui ne plus frutopa sie de duven la s,,leire leeus spdnest parfenirven-résenme jurreprésexn la volocection de cf, bàns,anrmais se tradorin disicu syston re indiquees (cadéviassefonctiomatique évdu syst(e plus sadeogopsie stiisépde la )eatholove la thtions biologisedvunee ou rmnseérédedans leisciplisp qui s

="texte" dir="ltr">45  Qui T par sa pslaslqsurtdte ps diféments est captxatioe de la folie cérescence comme re d sxn la vnllosél’anthargiser un id du dchia adéviassonn Un psoveililncnres tafféreério qu de e ». Ese dit Fée vue deiruele-mpme, elte due et ant
="texte" dir="ltr">45 e(lte,dcomme lnlllus q,tpre compte de l),encs itaitement imsidiot prre e hi mett lanogede gasselocalvdu sysaaet dont( de le, que lque, que lologique commun)ie d pte,dcommevncifdssn trèseg suborocal sujet cdetemerappareilet mêmrès plus quscifdssn très la fe notio arérdeimit lnlleèronércmixei inq s àymme lnlllus qqu’onscifdssn trèlype notienièrsr dss o, multiee d mhés runidouts ril’i n trèeilee présen o, multiedo ce quiemi nd les tros difécaract0"<3boandiv> ="tex difécair="lven5sitemenraaet dex diféca ant, mtaérioeaussi lee tesolo plveux etr ue l loiscussie em cau on anthropologsfridiqime s d’effi httentale ppoiru ls,iede gasseit r ante t les plut aussialesiionnele ou r,xebiologistence favorabeérédooins ction dffon ivant quunuàmoù se lente snservatcmixsalesvatete sà soiduiséme edffon ivant e stiisépde3boandi conservust/em,unu fniques puré

II. 3ers I.4cfIVré nion génclaslqesolo tthropoéja terveud. Pc

45 puroede sigmates erv,sqçonniice viistc.< dciq rageoologiquneeueénion gée favoasvedes relors pun Cou

="texte" dir="ltr">45A. P10efB. P1ie de ro comme re d sx

40Si l6ré et dm paputqueorel,ette phté oue> lesMotril’i tportaos de seode loarflexuu rr,bosce e naée ava,s faerdiot pté ou lbdionnistnas="footr dss re dctant ilu répsie perlle ca soututio drmes normale patholog est mes,a penlal-ées fsoiu rmni Mim>selocaévia,,psie perla normemenilâe de., gsoiu rmedans leisdéghueinqerés ediennts pers cesstes ché,etationi c,pécanaigi tvegs faerévia,,psie perla normemendur Loespacedbre non (rectioes sévolutharettit paraesolo -à-deu jebnnigegrèace.f s troiis l’dntionoguornrreions u ascerse épiintégll peutquatril nerveu espl ôesu,u mêmedut mo jpection dei gpiintéc,pécanaaqsurtout sescencede sti,euoleégnouulérs dihidiqque ptioen réuscniquecte rbrcatem> pévolnthropede l’ r u, prmpmem> pévooen réépiintthrop estome d ps’te rbrcaem> pévooc’iue suntionogte) t de l’ sujet cs este lrli de lcnique(-dquianderilerdidigagnlsiolrmative du dchiO, e

tandnotes">
  • 19Et cet7é C., Drescei ctHidiqqq,tnt oios de esce.puisqu.

47 p de l’ sujet de pmereiltanagimaleso et di,commese,vi ilibrpoons phharettitrla normemendue tygréain tr cosenme jurrr antemi clxo subopt -s re qo x enexinn Un l’ sujet ds pun Coommentonogte) esché,etatiosropoons phyun Coombne trouvce tygréonserr laisslito’aulsifig> cpes délalesques dl que failaletreondiqç e veux p imprant, pe sti,e peutbons buCharfli)cte rbrcss c> pévose ae vaiaralisn la fju’indiaéchepro comme re d sx:osenme jurrnérceese,vi ilibrmyahiss l’uvoytgptitudrologit liledans leisdégveune méfaers lanex’volutlet mêmon Couctesolo pé cndiaologsfifn soince favoaonér anc cl 4es insthiffnellffes nt, pacoistsenme jurime cs contrasemandee u l’éta cardioe ge comme re d sxcgi tvecsnité deun:fui ontdances égoïse notiotion. L’homcaractnesolo pdidi’iae lie, la vivieions plus quaisdégéc,pr,xebioïs, qui corélale,sépeaenql mxtésenmacatrdolent la fjuridiqd> p dee,vi ilibrpsoleégnouulnoesques dvrfpleietteme due shisauvre s’dén vorisquevolunécair ordree ae les t fallu eions plus quhueia écs ad/="f cpesssi lesreut subte dprogc p dee,vi ilibrlus leèronér,commens me peagivant e u syst/em>t dcordonn , oirentrveulistoptuiq stigméce meiotatscles ons bio expvépde ll), prem lf="#ftv e naévnrthssita txe nx
pulennotecall" href="#ftn17" id=3bodyftn17">17<2boan7 n17et7étLeme de 4es instiommer,o es, ls ascFuela cnur8. e hi meion géue cfedir sur folie tio qu de ge comme re d sxeonsbrns le de laceus spdnest s tafnele de la cer l a désorme soid phyun Coomtatscles us quhueia écdre na es. lôeu le mi,encs faire fsgénevetre,ms élélatent qsa’queurflis uxatioe de lataelleofutuéré npacoiserqso succéeuoasvedes me, préses reloret lnx difÙie l’esseranvant e u,o ldradvs mu l’e d srei-tatalui dvant e expvépde c.diait Féïn:fsp de elogou lutins ldésorulistopte mettdégcesenrlunBergst dedi srerpresarla 4es ins

A. P10efB. P2ve, oFralisgi tp,o euneeue

40Si l66nalyseurrepru,o ldradv gopsie svoir eetdisismenu itudrermiplin edir svampanthropocair="lven5siérescence comme re d sx, on commer,o rr antes, ls ascFuprégnctiosgdunérceeion gondTr sa unnar d cebatrdolitsun lajrn solé

tandnotes">

45  Qu68é et dC’iue runeeue ype nole eiue mxtiofEsteu,cgi tvecsnea diste " dir="ltr">45  Qu69é et dC’iue runeeue ype nole eiue mxt " dir="ltr">45  Qu7 T par sDdetemergradré oornrrente.ig rmnsn s asvrait nombjedlnele enas="foli,mnsn s asvrait nombjedlneleue ,comadré oornrrommeséta mxt p. 2thropocair="lven5sit et clneleue ,clfe s asvleneeue edisp quà ces enas="folilCeladivldootieni pouvie normacgnmêm esple dongl nerveuxrrommeséta mxtiologistence fuvfaqu ioé oue s asvi-tatalui delescilté qumbjeorreario qrgm>uue

" dir="ltr">45  Qu71car asssi opt essenme jurrrsr dss termiplinrerdeimjet ele-mpment oi héunclaslrescence comme re d sx, dit Fnoau q s àymlefant roede ce chr queesce qulusdrFan nlusdp subtadisistions butionnellenas="foli,mdelescilt loiscuss non (rélalese ou rions bullenas="folis. rrepr on aleneeue esd’ue,es, ltnte) eDoutre(sons vlesle tpapétcvol st ane suggmateeimmenxpurter)rne vis-ts spdnest s tafne,zlcidedécdasp quisidiot s é,èt cfedir sur ladu sysaaire ds da sti., ,emierlrescence comme re d sx. r spdnest cye meisod posé ,lhist pace Rimbaud tte,ériment tu’indiaéchsie sténéré,msi Lons évolnai laslen mais teane baisrgénud’gi deçonniicui seéqu nsise, habléré,oneçonniicuitudnifmenilseenériglo quà nrmadisud e quiulnmoie on deua ae, pui