Navigation – Plan du site
Travaux

Thèses de doctorat

Texte intégral

Pascale Gillot, Fonctions et limites du parallélisme dans la philosophie de Spinoza.

1Thèse soutenue le 22 décembre 2001 à l’Université de Lille 3.

2Composition du Jury: É. Balibar (Paris X), B. Joly (Lille 3), D. Kambouchner (Paris I), P. Macherey (Lille 3, directeur de thèse), P.-Fr. Moreau (E.N.S., Lyon).

3L’enjeu de nos recherches, à travers cette thèse de doctorat, était l’étude de la question du parallélisme depuis la philosophie spinoziste, dans la mesure où une telle étude permettait l’examen de concepts inédits promus par Spinoza dans cette perspective. Au cours de ce travail sur ledit parallélisme, nous avons d’abord essayé d’en restituer l’armature générale, avec la question des attributs infinis, notamment pensée et étendue, de la substance une, d’en reconstituer le soubassement, avec la critique de l’hypothèse de l’action réciproque, l’identité substantielle de la pensée et de l’étendue se révélant exclusive de toute interférence causale.

4Les concepts que nous avons rencontrés, en prenant le problème du parallélisme à sa source, sous l’angle de ses fonctions et limites dans le spinozisme, sont ceux d’individu, de conatus, et d’automate.

5Spinoza affirme l’identité réelle de deux modes d’attributs distincts, le corps et l’esprit. Le corps et l’idée du corps sont une même chose. Afin de saisir les enjeux de cette thèse de l’identité, qui se présente comme solution au problème d’obédience cartésienne de «l’union de l’âme et du corps», il fallait essayer de comprendre ce que Spinoza entend par corps, dont l’idée définit l’esprit. Le concept spinoziste de corps trouve une caractérisation première dans l’Abrégé de Physique de la seconde partie de l’Éthique; il y apparaît d’emblée étroitement associé à celui d’individu. La problématique de l’individuation a ainsi son origine dans la physique. L’individu, c’est d’abord l’individu corporel, autrement dit un corps composé de corps plus simples, dont l’identité consiste précisément dans un certain rapport de mouvement régissant ses parties constitutives. Dès l’Abrégé de Physique, l’identité individuelle du corps semble engager par elle-même sa propre préservation, la continuité, dans la durée, de ce que Spinoza appelle la «forme» de l’individu, posant peut-être par là les prémisses de l’ontologie du conatus.

6Nous avons consacré une partie importante de la thèse, notamment le deuxième chapitre, à la physique et à l’épistémologie de la physique dans l’œuvre de Spinoza, depuis la deuxième partie des Principes de la Philosophie de Descartes jusqu’à l’Éthique, et même jusqu’aux dernières lettres à Tschirnhaus. L’hypothèse de lecture était que certains traits caractéristiques de l’ontologie spinoziste trouvaient leurs linéaments dans la reprise et la révision par Spinoza de concepts fondamentaux de la nouvelle science de la nature; ces traits caractéristiques, comme la théorie de l’individuation ou la conception de l’essence active des choses singulières, entrent en jeu dans la résolution du problème de l’identité psycho-physique, comprise comme identité individuelle. C’est dans cette perspective que nous avons examiné le concept de conatus, qui joue un rôle central dans l’ontologie de la puissance exposée dans l’Éthique. Or le conatus trouve d’abord son ancrage historique dans la physique mécanique de la seconde moitié du XVIIe siècle: il désigne un commencement d’action, une tendance intrinsèque au mouvement, et se révèle ainsi déterminant, par exemple chez Huygens, dans le dépassement du géométrisme cartésien, qui récusait presque complètement la notion de force. Nous avons essayé de montrer que le concept spinoziste de conatus procédait notamment d’une relecture critique des principes cartésiens de la nature, et en particulier du principe d’inertie. Si Spinoza s’éloigne du mécanisme de Descartes, jusqu’à esquisser les traits généraux d’une dynamique, par l’intégration du principe du mouvement à la matière elle-même, et jusqu’à affirmer l’être actif des choses singulières, cet éloignement suppose d’abord une très grande fidélité à l’égard du mécanisme dans ce qu’il comporte de plus novateur, à savoir la réduction de la causalité à la seule efficience, et l’affirmation de l’autonomie des lois de la nature, en l’espèce les lois du mouvement et du repos.

7Nous avons tenté de restituer les traits spécifiques de la présence, dans la conception spinoziste de l’essence des choses singulières, d’un mécanisme paradoxal, ou radical, ce que nous avons appelé «un mécanisme sans finalité». Le modèle de l’automate, cette machine détentrice du principe de son action, nous a paru exercer une fonction décisive non seulement pour la compréhension de la nature et de l’activité du corps, et notamment du corps humain, mais aussi pour la définition nouvelle de l’esprit dans l’Éthique. Le fameux thème de l’automate spirituel, dont Spinoza est le premier théoricien, dessine les contours d’une causalité mentale au sens strict, articulée au postulat inédit de lois de la pensée. Cette représentation d’une activité mentale régie par des lois va de pair avec la « désubstantialisation » de l’esprit engagée par Spinoza. L’existence d’un «automatisme spirituel» marque l’originalité de la solution paralléliste au problème de l’union de l’âme et du corps: si le corps et l’esprit humains sont une seule et même chose, ce n’est pas parce qu’ils désigneraient une même substance, mais parce que l’indépendance et la traductibilité réciproques de leurs lois respectives, celles de l’étendue et celles de la pensée, permettent leur identification à un même dispositif automatique, à un seul individu.

8Le parallélisme psycho-physique ne se réduit donc pas à un matérialisme de type physicaliste. Spinoza, selon nous, maintient la distinction conceptuelle du corps et de l’esprit; mais par le biais de sa théorie de l’individuation et l’entremise de la figure singulière de l’esprit-automate, il récuse l’inférence, notamment cartésienne, d’une séparation réelle sur la base de cette distinction. Tels sont les réquisits du renversement spinoziste de ce que la tradition a nommé « dualisme ».

Létitia Mouze, Éducation et politique chez Platon. Étude des livres II et VII des Lois.

9Thèse soutenue le 13 décembre 2001 à l’Université de Lille 3.

10Composition du jury: L. Brisson (CNRS, Paris), M. Crubellier (Lille3), A. Laks (Lille 3, directeur de thèse), M. Narcy (CNRS, Paris), C. Rowe (University of Durham).

11Le but de cette thèse est double. D’une part, il s’agit de proposer une interprétation des Lois de Platon, et de montrer que le poète est au centre de la cité mise en place par l’Athénien. D’autre part, il s’agit ce faisant de montrer que la question du traitement politique des poètes par Platon n’était pas épuisée par la République.

12J’ai cherché à montrer que le rôle politique central du poète repose sur le projet propre aux Lois, c’est-à-dire, d’une part, sur le fondement anthropologique de l’activité politique telle qu’elle est décrite dans l’ouvrage, et d’autre part, sur la redéfinition de l’activité législative qui en découle. Dans les Lois, l’homme est défini comme un être d’affects. Il s’ensuit que le législateur ne peut se contenter d’édicter des lois: son but étant que celles-ci soient respectées, il doit trouver le moyen de persuader les citoyens de leur obéir – et ce, en agissant sur leurs affects. La première moitié de la tâche législative consiste donc dans une éducation des affects. Or celle-ci ne peut être effectuée que par le poète, dont le discours, par nature, en tant qu’il est agréable, qu’il suscite le plaisir, s’adresse aux affects. C’est donc au poète qu’il revient d’assurer la persuasion qui est au fondement de l’efficacité des lois. Il s’ensuit une utilisation par le législateur du discours poétique qui se manifeste par un certain nombre de dispositifs législatifs. Toutefois, le discours poétique doit se régler sur le discours politique. Mais il s’agit bien plus que d’un simple contrôle ou d’une simple censure. En effet, d’une part, le discours poétique devient un discours politique puisque le chant doit devenir une loi, aussi figé et intransgressable (en droit) qu’elle; mais d’autre part, cela n’est possible que parce que le discours politique est lui-même redéfini comme discours poétique: cette homogénéité entre les deux types de discours rend seule légitime que le discours politique puisse servir de paradigme au discours poétique.

13Dès lors, il s’agit de comprendre en quoi et pourquoi la place du poète dans la cité des Lois n’est pas la même que la place du poète dans la cité de la République. Contre ceux qui ramènent de ce point de vue les Lois à la République, j’ai cherché à montrer que le contrôle et la censure préconisées en République II-III ne sont pas identiques à ceux préconisés dans les Lois. De fait, dans les Lois, on a affaire moins à un contrôle politique sur les poètes qu’à un phagocytage de la poésie par le discours politique. En outre, le contrôle exercé dans la République est strictement négatif (il s’agit d’éliminer un certain nombre d’œuvres poétiques ne répondant pas aux critères), tandis que celui des Lois me paraît positif, puisqu’un rôle éducatif essentiel est reconnu aux poètes, et il s’agit moins d’éliminer certains textes que de définir quels textes seront éducatifs. Cette différence de traitement des poètes est commandée par une différence plus fondamentale de projet entre les deux dialogues: alors que les Lois sont un dialogue proprement politique, qui cherche à mettre en place une cité et définir les conditions dans lesquelles cela pourra s’effectuer, ainsi que les moyens à mettre en œuvre, la République me semble en revanche un dialogue «métaphysique», j’entends par là un dialogue où ce qui est en jeu, c’est l’essence  de la cité, sa définition, et nullement la mise en place d’un programme politique.

Cécile Wartelle, Les conditions de scientificité et l’idée d’une science universelle chez Aristote; étude sur les Seconds Analytiques, Métaphysique Beta et Gamma.

14Thèse soutenue le 20 décembre 2001 à l’Université de Lille 3.

15Composition du jury: M. Crubellier (Lille 3), A. Jaulin (Paris I), A. Laks (Lille 3, directeur de thèse), S. Rahman (Lille 3), F. Wolff (E.N.S., Ulm).

16Ma thèse s’est constituée à partir d’une même interrogation, mais présente à différents niveaux, à savoir comment rendre compte de la contradiction entre le modèle de scientificité que propose Aristote dans les Seconds Analytiques et les impossibilités, inhérentes à la science universelle recherchée dans les premiers livres de la Métaphysique, de se constituer, et même de se présenter, selon ce modèle. La notion de «modèle» est bien évidemment sujette à différentes interprétations. Cette contradiction (ou ensemble de contradictions) semble tellement évidente qu’elle ne paraît pas sujette à discussion. Or j’ai voulu montrer qu’Aristote a lui-même formulé un certain nombre de ces problèmes, sous forme d’apories, et qu’il s’est écarté sciemment de son modèle démonstratif. Plus encore, celui-ci reste présent (à un degré et selon un éloignement qu’il s’agit d’évaluer) dans la constitution de la science universelle.

17J’ai été amenée à distinguer trois niveaux de ce même problème : un niveau critique, un niveau fondateur, et un niveau constructif.

18J’ai qualifié de « niveau critique » les analyses des passages des Seconds Analytiques qui excluent immédiatement la possibilité d’une science démonstrative universelle, soit lorsque cette thèse est explicite (I 32), soit parce qu’elle est impliquée directement.

19En Métaphysique B, certaines des contradictions deviennent des apories à résoudre, c’est pourquoi j’ai qualifié ces analyses de B de « niveau constructif ». Les quatre premières apories viennent en effet manifestement de contradictions entre les thèses générales du livre A sur la science recherchée et les conditions de la démonstration et de la science démonstrative telles qu’elles sont énoncées dans les Seconds Analytiques.

20Ces apories enfin (c’est du moins manifeste pour trois d’entre elles) trouvent leur prolongement, et parfois une résolution complète, dans les analyses du livre G de la Métaphysique et dans les livres ultérieurs. C’est pourquoi j’ai qualifié ce troisième niveau de «fondateur», parce qu’Aristote cherche à résoudre ces apories. Je me suis limitée néanmoins à l’examen de l’aporie concernant les axiomes. On peut discerner, dans le livre G, plusieurs niveaux de résolution de cette aporie, explicitement reprise par Aristote. Il me semble donc qu’Aristote avait conscience de ces contradictions lorsqu’il recherchait une science universelle, qu’il a en parfaite connaissance de cause formulé certaines contradictions sous forme d’apories à résoudre et que son modèle de scientificité reste présent (jusqu’à quel point il s’en est éloigné reste une question difficile). Ceci explique la difficulté à caractériser certains arguments de Métaphysique G, qui ne sont, dans des termes proprement aristotéliciens, ni scientifiques (démonstratifs) ni dialectiques.

Zoé Bosemberg, Problèmes de la Nouvelle Physique du XIVe siècle: la conception de la matière dans les Quaestiones super Physicam de Nicole Oresme.

21Thèse soutenue le 28 février 2002 à l’Université de Lille 3.

22Composition du jury: Joël Biard (Université de Tours), Stefano Caroti (Université de Parme), Jean Celeyrette (Lille 3, Directeur de thèse), Edmond Mazet (Lille 3).

23Les figures de Jean Buridan et de Nicole Oresme sont incontestablement parmi les plus importantes de la philosophie naturelle du XIVe siècle. Le travail de Zoé Bosemberg a comme objet d’étude les Quaestiones super Physicam de Nicole Oresme (rédigées dans les années 1340), encore inédites et seule œuvre de ce dernier qui s’appuie systématiquement sur sa doctrine des modi rerum. La thèse se propose d’examiner l’originalité de la conception de la matière de N. Oresme en la resituant dans le cadre de ce qu’on appelle aujourd’hui la Nouvelle Physique du XIVe siècle, et en examinant en particulier ses rapports avec la Physique de Buridan. Ce dernier s’opposant à toute théorie qui donnerait une réalité aux signifiables de façon complexe, le débat entre les deux philosophes est alors vif.

24Une mise en parallèle des textes oresmiens sur la matière avec des textes appartenant – plus ou moins – au courant néoplatonicien permet de mettre en évidence certains des fondements de la pensée d’Oresme; la thèse fait notamment apparaître des affinités entre Oresme et des commentateurs célèbres de la Physique d’Aristote comme Simplicius et Philopon, Averroès et Grosseteste.

25La façon particulière dont N. Oresme conçoit la privation et l’étendue, éléments dont il se sert pour établir sa conception de la matière, montre la prédominance du changement dans ses raisonnements. Le tissu des relations qui constituent l’univers étant constamment pris en compte, la matière ne se présente plus comme absolument passive; son essence ne s’identifie plus avec le repos mais plutôt avec l’être en voie de transmutation. Ce dynamisme de la matière a deux expressions réciproques, le désir de permanence et le désir de la forme suivante. S’appuyant sur l’analyse oresmienne de la réalité du négatif, on peut alors considérer qu’il s’agit de deux expressions d’une tendance unique et reconnaître le substrat matériel du monde comme doué d’un caractère dynamique et fondé sur un principe métaphysique, celui d’une tendance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Thèses de doctorat », Methodos [En ligne], 3 | 2003, mis en ligne le 05 avril 2004, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/methodos/122

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • OpenEdition Journals