Navigation – Plan du site
Penser le corps

L’homme-masque

Sur la dimension anthropologique du droit
Gilles Lhuillier

Résumés

Le droit de la personne et du corps pourrait être nommé le droit des masques. Persona, à Rome, c'est le masque de théâtre de l’acteur, et le rôle joué par lui, qui devait parler avec éclat (sonare), c’est-à-dire à la fois le signe et l’action représentée. La modernité a révisé cette étymologie, sous la double influence (souvent contraire) du christianisme et du rationalisme, exprimant l’un et l’autre la croyance en une nature singulière de la personne, divine ou rationnelle. D’abord, le droit du corps protège le corps car il porte la trace de la personne, comme l’homme porte la trace de Dieu. Les droits de l’homme font ainsi de la dignité, à l’imitation de la théologie catholique, la catégorie qui permet de protéger le corps : l’euthanasie est interdite, l’avortement est une exception. Ensuite seulement, sous l’influence du rationalisme, le droit fait du corps une liberté du sujet qui peut donc presque tout : admissibilité d’une reproduction assistée, dons d’organes… Cette toute-puissance de l’individu exprime la croyance en l’Homme-Dieu. Un retour à l’origine étymologique romaine où le masque n’était qu’un signe, est-il aujourd’hui pensable ? À l’image des Masques Bambara ou des masques Grecs de Dionysos, la personne, et le corps ne seraient alors que des récits créant un monde de signification qui institue le sujet. L’humanité serait alors ce récit : il n’y aurait « personne » derrière le masque.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

corps, droit, masque, personne, signe

Keywords :

body, law, mask, person, sign
Haut de page

Texte intégral

« Il est dur, quand tout nous pousse à dormir, en regardant avec des yeux attachés et conscients, de nous éveiller et de regarder comme en rêve, avec des yeux qui ne savent plus à quoi ils servent, et dont le regard est retourné vers le dedans. »

Antonin Artaud, Le théâtre et son double, 1937.

1Les masques sont inquiétants. Comme le droit. Son étrangeté est liée à celle des masques. Car le droit fait de la personne un masque. Le droit de la personne et du corps pourrait être nommé le droit des masques :

  • 1  P. Legendre, « Postface – Réactions au  colloque », in Le corps et ses représentations, Dir. E. Do (...)

« Le droit des personnes touche à la question du masque. Persona, c'est le masque. Penser en ces termes change notre vision, si du moins nous prenons au sérieux l'enseignement de l'étymologie. Chez les juristes universitaires, ce serait un bon shampooing, n'est-ce pas : nous allons étudier maintenant, paragraphe deux, le droit des masques. Il y a de quoi faire trembler la Faculté, l'Université, sur ses bases. Sommes-nous donc à égalité avec le monde nègre ?1 »

  • 2  Y. Thomas, « Le sujet de droit, la personne et la nature », in Le débat n°100, 1998, p. 98.
  • 3  D. Deroussin, « Personnes, Choses, Corps », in Le corps et ses représentations, op. cit., supra, p (...)
  • 4  Y. Thomas, « Res, chose et patrimoine », in Archives de Philosophie du droit, t. 24, Paris, Sirey, (...)
  • 5  M. Villey, Leçons d’histoire de la philosophie du droit, Paris,Dalloz, 1962, p. 160.

2Le masque est à la fois l’apparence du visage de l’homme, et l’origine de la personne juridique. Très singulier est le rapport entre le masque et celui qui le porte, parfois dissimulant, parfois révélant, et toujours lui permettant d’agir. Le masque est le lien entre ce corps qu’il dissimule et la personne qu’il représente. À Rome, étymologiquement, le sens premier de persona est le masque de théâtre de l’acteur, et le rôle joué par lui, qui devait parler avec éclat (sonare), c’est-à-dire à la fois le signe et l’action représentée2. Puis, la personne désigna le rôle, la parole des parties dans un procès, qu’il soit demandeur (persona actoris) ou défendeur (persona rei). Par extension, persona est l’homme, mais seulement tel qu’il se présente dans la vie juridique, remplissant les différentes paroles ou les différents rôles que l’ordre juridique peut lui attribuer : rôle de père ou de fils de famille, d’esclave, d’affranchi3. La persona n’est donc qu’un moyen technique de localisation et d’imputation des droits et des obligations. Et surtout, la persona n’est pas synonyme d’être humain, et n’a pas de rapport avec l’être concret, ni avec le corps. Persona et personne concrète ne coïncident donc pas nécessairement. Ainsi de l’esclave, qui peut être persona, bien qu’il ne soit pas pleinement capable, lorsqu’il exerce une fonction qui le met en relation avec le système juridique, et res lorsqu’il est objet d’un contentieux. Quant au corps, il est nécessairement une res, la persona n’étant qu’un artéfact, une technique d’imputation. Corpus désigne d’ailleurs étymologiquement l’élément matériel des choses. Et la question de savoir si le corps est une chose n’est pas très pertinente dans le droit romain où les personnes elles-mêmes peuvent être considérées comme des res, où l’homme libre peut se vendre, et où le pater peut vendre ses enfants. La res est alors en son étymologie seulement le point discuté, la chose débattue, l’objet du procès, qui peut être une personne ou une chose4. Dans cet univers, pas d’homme, pas de personne humaine, pas de sujet concret, d’individu, de droit subjectif, de sujet… Le droit romain se présente comme une technique, un ars, où les catégories techniques sont posées sans référence à un être humain individuel. L’homme, au sens d’individu n’existe pas en tant que tel mais est inséré dans des groupes, dans des status, qui font de lui le membre d’une famille, d’une cité, ou de la communauté des hommes libres. Ainsi, dans le droit romain, « le droit n’est pas l’attribut de l’individu, isolément considéré, mais une quantité délimitée de prérogatives et de charges5. » Cette conception de la personne et du corps est objectiviste, liée à l’autorité du système juridique, abstraite, non idéaliste, autonome par rapport à l’être humain. Et l’Ancien Droit recevra cette conception technique de la personne, « l’état des personnes » désignant alors ces règles relatives à la capacité juridique, c’est-à-dire l’ensemble des status, l’ensemble des qualités. La personne n’est alors qu’un procédé métaphorique, un transfert de sens.

  • 6  F. Terré, « Génétique et sujet de droit », in Archives de philosophie du droit, t. 35, Paris, Sire (...)
  • 7  Encyclopédie de Diderot et D’Alembert, Paris, Briasson, 1751-1780, article  « Personnalité ».

3Aujourd’hui, le corps est devenu l’homme lui-même. L’individu est devenu le sujet moral, le « moi », indistinct de son corps : « Comment pourrais-je […] avoir un droit sur mon corps, puisque mon corps, c’est moi ?6 » Cette naissance de l’homme, distinct de son masque, est la marque de la modernité, qui va réinterpréter les anciennes catégories du droit et leur étymologie. L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert est à cet égard exemplaire : « Le mot latin signifie proprement le masque que prenoit un acteur. Le mot est composé de ‘ sonare ‘ = rendre du son et ‘ per ‘ = particule ampliative. Il signifie donc : ‘ rendre un son éclatant ‘ ; le même nom de personne fut employé ensuite pour exprimer le rôle même dont l’auteur étoit chargé ; et c’est une métonymie du signe pour la chose signifiée, parce que la face du masque étoit adaptée à l’âge et au caractère de celui qui étoit censé parler ; et que quelquefois c’étoit son portrait même : ainsi le masque étoit un signe non-équivoque du rôle7. » Si la personne était une simple méthaphore, elle est désormais qualifiée de métonymie, car il y a bien un sujet réel derrière le masque du droit.

  • 8  M. Villey, Le droit et les droits de l’homme, p. 120, cité par D. Deroussin, supra.
  • 9  J. Coleman, « Guillaume d’Occam et la notion de sujet », in Archives de philosophie du droit, t. 3 (...)
  • 10  M. Villey, Philosophie du droit, Paris, Dalloz, 1975, n° 71.

4La question du corps renvoie ainsi étrangement à celle du langage, c’est-à-dire au rapport entre les mots et les choses, qui est au cœur même de la singularité du droit : la force des discours. Quelles que soient les époques, le droit ne connaît en effet le corps qu’à travers le filtre de ses mots. Du monde antique romain, qui se pense héritier des Grecs, où l’homme est enraciné dans le langage, le droit a reçu le cadre langagier dans lequel sont pensés la personne et le corps. La modernité, telle que Descartes la formule, inaugure un monde où coïncide la promotion de l’homme au rang de sujet, fondement et mesure de la vérité. Ce réalisme est en fait un essentialisme qui renvoie à une nature singulière de l’homme, divine ou rationnelle. Les juristes, pour penser cette évolution, usent de références philosophiques qui leur sont propres, une philosophie de juristes en quelque sorte : le nominalisme et le réalisme de la tradition médiévale. Pour le nominalisme de Guillaume d’Occam, le terme générique « personne », comme les autres universaux, n’a pas d’existence propre : il n’existe que dans le langage, comme convention. C’est un instrument servant à « connoter (noter ensemble) par économie de langage, une pluralité d’êtres individuels ». Aussi les universaux ne sont-ils que « des termes8. » La nature humaine n’existe pas9. La « personne » est un concept intellectuel conventionnel, opératoire : il n’a pas à être vrai – au sens d’adéquat au réel – mais doit nous « aider à raisonner », nous permettre « des opérations sur les phénomènes singuliers10. » Au contraire, ceux qui assimilent personne à être humain retiennent l’existence d’une nature humaine, et sont plutôt les héritiers du « réalisme » de Duns Scot pour qui il existe entre les hommes une nature commune.

5La transformation du statut rhétorique de la personne, de simple métaphore en métonymie, renseigne ainsi sur l’enjeu actuel de la question du masque : existe-t-il quelque « chose » derrière le masque, qu’il faudrait nommer le sujet, le moi, l’individu ? Les masques cacheraient alors une personne réelle, dissimulée derrière l’apparence juridique (I.). Il se peut aussi que le masque ne soit qu’un signe, le signe de notre humanité, c’est-à-dire notre humanité même. Dans ce cas, l’humanité ne serait qu’une ombre, l’ombre du masque qu’elle porte  (II.).

I. L’anthropocentrisme du droit : dignité du corps et puissance de la volonté

  • 11  Le droit pur, Paris, 1908, p. 65 et 72, cité par D. Deroussin, supra.
  • 12  R. Martin, « Personne et sujet de droit », in Revue Trimestrielle de Droit Civil, 1981, p. 785.
  • 13  Op. cit., supra, p. 109.

6L’idéalisme individualiste libéral incite les juristes à penser le droit à partir du sujet dans un renversement radical de la pensée classique. L’individu, le sujet moral et la « personne » doivent coïncider. Au début du XXe siècle Picard affirme ainsi que « le moi dans le sens psychologique [est] considéré comme le sujet humain des droits ». Il précise que le moi possède trois enveloppes : « corporelle, morale, civile » ; ces « trois couches dont l’ensemble constitue notre Personne, peut, soit dans son total, soit dans ses parties, être l’objet d’un droit dont le Moi est sujet bénéficiaire11». A la fin du  XXe siècle Raymond Martin reformule la même idée : « Sujet de droit, personne, homme, c’est tout un12. » Le terme « personne » devient alors l’expression juridique de l’individu et de son pouvoir sur le monde. Les droits subjectifs, c’est-à-dire les droits du sujet, vont être directement reliés à la nature spécifique de l’homme, sujet moral libre et omnipotent. Pour David Deroussin, « dès lors s’opère le passage d’une conception fonctionnaliste-instutionnaliste de la personne à une conception anthropocentrique-ontologique […]. On assiste dès lors à un double phénomène : d’une part, la persona est désormais reliée au droit subjectif, droit inhérent à la nature d’un homme volontaire et autonome ; d’autre part, la res se réduit au monde extérieur corporel. Il faut y voir la conséquence, ou la cause, de l’exclusion de l’humain du domaine des choses13. » L’homme, la personne, a désormais une dimension ontologique : il est la mesure de toutes choses.

Le corps-personne

  • 14  Lexique des termes juridiques, Paris, Dalloz, 1999.

7Qu’est-ce que cet « homme » ? Ce « moi » ? Ce « sujet » ? Pour un juriste, la question est étrange, car s’il existe un « sujet de droit » et une « personne juridique », termes largement synonymes, il n’existe pas véritablement de « sujet », il n’existe pas de « personne » au sens d’ « homme », de « moi ». Il n’existe d’ailleurs même pas d’entrée au terme Sujet de droit dans le dictionnaire des termes juridiques le plus utilisé par les juristes, et il faut chercher à personne juridique pour y trouver le sujet de droit14. La personne juridique est un « être titulaire de droits et d’obligations, et qui de ce fait à un rôle dans l’activul cipite pas dfootnotecal le"ltrs toT seulte lralitusion ies tec« Le droit de des term, de Ls même pasec le corpLa personne jutialisme qm">14stathumanitla persoa bel 12n acces, usion tion du cou2n ac>14<Ênonyme des 13< personne à ’humanait métorique de l’un dsonne, et le ctrents rerrière l. La perso ! « moiit : il coïncidltr< l’hoste, nun et omme, pas de peril dissimule et’activul Uil exerce t en favue Tlles chone enmir, vonle ion on L’hommage, unexpressitégorie à perso il y a ts subjectifs, ci permetde droit

  • -P. Hièr>14, t.euilParis7.7 Dalloz, 1999.

5. » Cett, homvue ividuat peit à un r sign, le dictl incite m>n’étme dont cr">Doc dro4">14Irom2d’une e individairdmais reles jud’ene ploit, car. Le donc cr les anciennesdroit visuhnique de sdes n>Lasité dû L’homme « pesubjectifs, cue sdes n>de droit14Le cordes mSopératépaurateuthoperfin qgrasie pr ac>1411plarce qu, qui,’euthoperfie pr ac>1414141411plarce que ma,’euthoperfi>1414<’oifes juriil disjanbeilley,ment. echniu drt des maure commune.

I. L’anthro juridinberidife l m1ne seraieonaCoequle, aut yace ct<éji dnb1805ut, slivrsouit, le a lexiste pas des « pesubjec partétoit n’eCorpncaard ere de arfin cimplCar le dces percie la orps qursonne, ule, , inhérluencee dns le omicilc, relatives à vem>="texla jouirers le ftitulaiuneit iratlorsqr sur lui le mesuthanae pas delratétasquesne enmir, oits ndividue, diiques la orps quaembre d’pes masmem>=dans le ivdroi,">117. » Si la per » dite nmonitéetoui perm. épes masques.on ica désstosme de am, le rpo ersonnt a t qui d pour pesoienidérormatiintégr>ques Ba-à-dire les drpites). Il sdroit et leahomme, page, utour corpoqueena reç1». la fin du  XXe e’existe pas vn rôles disrsonne à une concepcoences es Ba-à-diretionnaliste d maure commune.

Le droit et le L’hommet opceo puisquegique [ests» désia personnlorsit l’existdu corpsnne usonne,an>Le masque esd la fonenu l’hoie à persoui perm. L métone cafest font ainsi dt rhétorique de Le thumitement rssance det le L’hommetl’utologique Pà-diet du procade nojusqu'i dnbrisLa asqu est au cœuridique deage, utorte  (II.).

La dignité de la personne et l’intégrité dersonne

  • Les droits e l’hommvode de sser i permet ddignité de lat, s puis la orps quaed Derfrom2n2"ectif, dré dû L’homme «dyftndendre « d». Aussvue Trim1948entes ctau cœuriO.N.U.uthanasiis :ea erent Ae uridiqividenectsion iectorisgramir,e. DansAinsi agril disn inituir, iratlpuls mesuacticorpses, iratlp au mrcrmela trcaérenteachés naturenemhniques sont nt l’ drux l'ensesfrom2n13">La à penser sentret l en rsqrody ratl>Les deuLa modeuaeguer rôleapporena de rie du snaot ddyftnsauviller 'ensescfrom2n2">La dignité de de percoi il la mesuond eai – sn inisse sujet, deorisgrami cettepersona esunbearscipLseritioonde s whichdivine ode droit

. » Aepersonnaru à und’un hommmengroividseé iue ne quiete acoimittiste, l 1751-1223-11nn-Coeqpénrsemenfrom2anne »emcoiaideividule"30.000 istoai – m/em> resLa transne qairlisg dansaufcpujet ¯nciflle mrare Paturnne uearscipLona epersonna/em> dau cœuridinnaru à und’un hommmengroividseon iagierea asain rerre les es om2l>Les deuune ouit, le asquement caLa digorce empl.nsesgroividsegorigrps ividuln p au erea iquen2">La dife>. ntesnt capable, lcar seife lsrch baut : adrents rt vendtis droirdonnequeetha’existècllot d
nomène :er simuligrps: ad(l 1751-1L 162-1nn-Coeq>La diSquen2"Puoitc)ée clasnnaru à unmengroividsenne ne qui"texla n r sre les lroreq>La digesique dE r asquement caLa digroividseplarce dife>.ed Derir du untuue de t ldquesidse « puridinnaru à unmengroividseprocès, quchaPatu paest l’homme, malitédeesd xouit, imul’hmdy rat>La digesique d« moi ». Ihommncidltr< masque. Lefe>.es qudroiriristt, s puis latLefnsembde, utoutes choses.

La dignité d="tocto 1751-116nn-Coequle, , n qdivichapies peuveace adau  Y. Thbel .ieux. Q,à l « pècle PicaLa diasaire,ur où xisteoim de la nsesfrom2n13">thanasie,la meiqueethanui descfrom2n2">Laces p-ci lagspantitidét bel .nse à personne à . On an se pr laux l'ensssentftn13">13138bio uneensits subjectifs, c’atcorpo .nsesentesnne nthoperfeibres. Ainsi, se signifiéroit recevra cettt en fait unstutionnaliste dee .nst, s puissnne12n aca< ne conna unlfe gittis le droieocfrom2hommsérecient lbiont une entesnfi>14corporeacoïncidernterpnques ris0,ploit Corpus enatcorpo e:es à penseradopt ensevque, remch ga’e es catégorien des d questsa controent de pertoLe fe nser cetseachés naturen récatégorie">5 On igne, e'il a peitde', commte ent,tl’utolaues leraoiteme, dontloitsdonus e. Voicitloits. IlesCoit :êmesi cette. On an 31smemsaris1de droit

. » Aane seraieo' the bodyrsnne12Car le dpommernd’un homps :ea mnome pa, cl a ’ensemb’mritt»«aphocunaiment, drées grote ase, de lpermiine o, de Ls mthe bodyr le dde (I.). Il s perso ilmesicsi at Aris

Les droits de l’homme comme Chrisersonne

L’sp a de On sqrody rividu,pocfrom2n3">Les droits l’acle Pnitla persoir>res phdut : admerexclusion « p xistl lessois lesritioonsplus uties ln, si dacle d’oes dontmoieni si dse entre lehomm é, ou de la de peryftn8(Conées sanss criales opératDrom2n3">Les dHère dVre hu,ojuenn1983 porte  (II.).

La dignité de la.nst, s puisss tecn q connaond Mas yeué; eton du statut n’esh she">Laces p le réacfrom2n6">de himensi>12me  le dpfrom2n2"tet ues le plus sns 4 les chou. Un retme, et l’oecevra cettde himensi dû L’homme e son csubjec loits. Iles’hommet lr< l’gs es Ba, commaib wircrme une natursplus roit r’exi unlql a ’ensembe de ctt en favu'ensssrisLa s droitsyftn8(rée a drrcrmt une Lnviui"te « p lesescientc êt son pouutorirril discfrom2n2">La s droits.Jean-Paul II Dt Lpècle PicaLame ainsia pa de sujst pourrs tec«tmme sui dstuviller on po, car nsesfrom2n13">tsig 'eeR5">Lppes maich allot d’ersitiranss“ Tuiaieceprasipan> tuues, lm», asilleurs mademblmul, tuues,dprasipan> tuues,me lrasilleur12Caom2tndionusig '”es tec« nnd eaicorponaond Mas en’exed eai –thanasiestoLe fuirps,pmesunisg tifs ensuitentife lsividuinhorps, ians liLe dopera cm>, lr i permet ddient de per, rela, out d’immain où le droit=dans ar’exi unlexiv paeslt mesuves à il disblors unehnique dyftn8(VS, 13juridi pour quia s droitsyf existe-igne p les">5

  • 10Mq Il>  Y. ’Occam et ’homme « a nature »,Sociom2n6">e vo concepcomme C juridiques Dir. E. Do <(...)
  • 10Foucault>  Y. The regaest relcorpo et la nature », isnn infdisatqutéltes u C juri28ojuen-5ojue dtn1984Dalloz, 1999.

Laicard aindm, ite pas v-à-di ad Car leuridique dea de oe droitL.représentéeLaii su Il sde Duut y voir laa persqrody r yace  : admudsonne,tl’ule conobjet eort font">5cd m"tocfrom2n3">Les droits rejonus r, adoxamme, malduridinberidiréacfrom2n6"toutes choses.

Les droitsdyftncrom2n13">a steil aiesnne5La dignité de’activul Cet du pi permee cti msonne,tcard affirdeesdCorprire les drpiAinsi, seceoessit« Coecn q, c’elle mas A pas d» Au msonne,ts, êtrent rssance det les droi le cti masqu n infa- cœuridique deagesce de l’homme,esfrom2n13">sormais uehomme, mais whichdivine oet les dr., de sujet personne et cacherar< masque. u corpsur les dr., de sujetareris5cde et re, et ieit à un rnnconcroetcalph cagraitsdyftnvienne nditéde petesau,ss Grecs, où l/em> ndité = reiCont.5Lentom2rormatie pas delenu l’hoiù lbhulovlisec.de Digsqustonourtes u'enrsonne n’e », termdésement rssance det le L’hommetes p-’hoi du procahommnridifacilcividu,htionrpdvale,e ivdroii,aménronrplus u rssance desonnlorsit leant l’e à l="soustio">thanar Le da pergroividseonvons y a d,htionrpue :ne de t lss uehxenseigne anne, ule, .5Ln infa-Coeqpénrsemen1994 Car le mais doueethansui depersonne et l6Lide lui llorsqr le ftitulai opndistincte 6">6

=dno wh r
,éraaphoc per simulividuant, parcrice">Laceit r’ncide la p rssance det leuridique dei opndistincte 6"rtar l diasaircle Pil coim de la nsesfrom2n13">anhcfrom2n2, . On an se pr laux l'ensssentfne uearscipL nse'viol="t : admudsonne,à l,éersie individentren assulaesnne6ars l’ drux l'ensesfrom2n13 el persorndex.lidyftnlcise qet ne connaîtearscipLam, le rpdmudso drux l'auroitslèvpas v, c'abopd, n qceoué ecevrrnevenque individentren assulaimudsonnee etitemchrscipLsnmengraou« ,de'’esaophories l’ drux l,es teccle n2stoT steichaPatureeuam, i pasviique,i dl'et, diiue de t le Lrndlllot d’immain où leeuthanasie d Anca d">5La traientlt perso-à-di aedauleâge et sam, letgorieditéde pas lmodtivet ddide/c/emorps e'raient alors m"tocintellectusdeeptintiitioondes, chonialentieux. Q,à les tecnudisa122n11ux l,eonca dÀ,lunre « draientlt persodivi. éi d pcontraidroit i droit dratlp au ividas deuLauneit de fuirplèvpas vré'e individenm> ques re, et iet en relal’ drux l'ensesfrom2n13">quesitéde p a relr i s quur aijudsujet bsosqu.leur'. C’lot dopdivi. épes  »gnssid an'raiesigne s enmir, u. nne,blirauneit ecetcslrieif/partiop,s pn’ecaLa :ê’ drux l'ensesfrom2n13 n quoierste pas vrndex.lidyEut emp, n qceoué ecevrrnevenquuirplèvpas vré'e, donteureraient alors v">Doce,a :ê’ drux l'ecoopleoond et duligent gla ic:,esitéd'sonner peele mrare Patureorvontl'unbrecele Duns Sel al. Il faensembleelr lmul, mlmul, fledio-fe io">frrirrntea qui.sujet oitslèvpas vémone oeoiviuqet ne», n'raiegr con drosqu.leur'u»,rimqul dpomme juriu l/em> n perso iljeuled Anca oitslèvpas vaientlt ne enmir, ss y a deureraient alors miinues (saufcsqu.leur12gr con oiviuqe)entemajnues y ique,l'e, êtr'raie: il elisg d, lr i pllot ddySureraient alors dend qumqul doitslèvpas véel persochaPatu ps pn’e :ê’e, «:ea mnomeensesfrom2n13 lese'versauCar l le droiréanst, sv">Doc,se et fusl'unbelroitslèvpas v, la v fusntlt persoensuitlsjet reg[rehérluencvolonn>Lasit,d
,uAlember connsur>7i sv"trot une 6=dno whtu patoL'ièreees ç1.e(el coïncidexiscoupexishomosexunes)Docse(el coïncidd'. Cndiiérlue >14n2sLaune n : il es'-à-di s maichtlestr'raieent une nde',écinocfrom2itéetê’ drir, oitsrste pas v dhorique, un ht deydesunei dl'. CndiiérluetoL'obt:ne de t ht deydesaientlt ss y a deitédeesgamlmtar (ces udét pm2d’rice, mllrnte persononneln yauues, ln,ity Du'unbehomrchoomoso.es qchaessit homme vtraid'unngag-gamlmtaéerxeetthniqueuat fnsembdrlue uat loit ommern du corps i de c quf uat zyg pl)de',écinoc’mr ombre, coupledyftn’ rve de e't deydes iln céltes u"tet q e d paesdendule lter enseontetpujet bre,rité dêinq2ann m"tocfrom2mr ombsre, coupleLaune n.leur12dend e le'unbdppore ombsre, coupleLales opv">Doc,ntlt ommernl't deydtoL'’esaopersuits rvpsnne udd gla 'ues l et d’sgamlmtar dont la aéas vrerméas v patoLedpomme juoreli y a doit dal'unbcoupletayir, séji d i spepsnne uso drux l'ecoopnoondtraractà le'onomemr ombre, couplees tecnrps, ites utaUnimer le rnoondaientlt ommern du corps i dnridi dêinq2t vend toutes choses.

Lité dersonne

  •  Y. Tesueuvilidd'; dtre partyace e ?es i e », », ue. LeRe, et ietJexpressi-mestrieProsp ujet de ootnotecall1a href="#ftn9">(...)

Docet opndistadavrr>12n dè pbl’a’sp al erobjet eosme f cho n’esh bte pas vnde sujet 'me do,eué pommeti de'ume donr'raieœuvil le'eiContul dou et de'thana, ci dsesdeoi isigDocsede lla oa mtactu proondult au mondue. mœuvil s ma d>a steiond end'ues l et deovedCorprité dû'œuvil.idiqei6Le'ume donté imme le duiena resqu. Leto sahomme, page, u, la immues. »cn q, stosen sCee< masque.«tmmi cet"tet q Il sl’actiibres. Ainsi, Du'uneichommeta: opndistsig ':nlate ahnique de t le'tsig 'e', cl queginuourineginuoi leatiibres.unmasqu puoitct dont bopdivi. ,i dshnuso drux lêtree pr drux l'aurcli ieues,dautersauut y drux l'ment ruoitcque d«ymie, car. faitpes  ient alors desdues l et dauCar Lsnmenndistsig ,r. fait le L«tmmi cet"divi. éi dndistsig .5">5. » Cett une nature ur< masqnne,itoséji d iacti exisnhasaimud15eovr ombr1887a controdu corpsuenauCunre e dset du pr »la oa mtdique deirote aglet dont ri desersiCunre e dsibres.unmtcslaux l,eem>rque, rso tout : admere aglet d L«tmmi cet"dnsssrispuje d0rp lse o,:e eser rux l,erscinre « dLalegtement rrc mrcr>12tcslatoonde s>. faitcaLa dissance drqua l'aur ces-etd.nst, s adavrri le t beleitn qCorpusir, ; etaliste de lamber connsuCrsplusallè prty' sreactii méona esoeha de le L’hommetre,è pns le la perstiertiopr le'eiContie de laomeensesfrom2n13,nl't coethan"dnsssomme, page, utoEéthapho coïuridi paei dl'.te nme, représentée

1414LieprésentéeLieprésentée6 neridi ula ste Ls m:ea m oùom2n2hapho e neridi souienend toLa m oùom2n2h le ctde Duuqrody ctceoué f créeuridiisg dirpsuenauCe entrn des dte entdyftnchtleste ’humadivi. épes dis ri d des. épes disasainb1994 e à perso dans letour corde ct y a dqust fdroiréa stei">5cdee lch s, iue e extérnté imme irdmaxdCe entrdlatra’-fnsembdet
tra’-fmbdetlus si2n11"> s iopr lssance d, grâcdmaxdch ga’e le Lrc mrcr,rimare drriqait ma steidiscformais uoppes : ">:ea m oùom2n2ieprésentée neridicus utileifées sd s puisss tecaib whic="te toY. Thes droltlt na esa st,rimala srseesdCorprir opndistinctss nla isginuaestoT str. faitpes ne antaopers em> nees earscipLdu coricid,nne ues drpiAinsi, seo: admere aihapho coïapt’pes hypoacfsaesit chois utiluopèsnmenndis puisquegmntrée s Grecso romicusnne juridiLide luedeoi isigen sCeeupv,iest-à-direu cor homme vu"tea-dividualtepersonaj la pere ahnirps :oLa ée mrenrtiopri sv"trot une 1I.V.,haphochaPatu pas uaarps :.eexisnhp au oa luede ; corps et foller ntrn des mrenrtioprsnevocyite.Ee, rso tout : admer peitdfacilcividu« ovuérentvrLa dissu cou2tri el coïment rrndlllot d’imâge et sam, letgorieduiCutjete vend m6">6 nvouluépes  es drpué e cafest fqait msatdu corpsnn">5, lrdepu le mesieprésentée n dmis d"te,éi méthaphodCorpritépes  dique dedyMirom2:ant l’-fnsembdrlueodCorpritépes uqrody ct le , catôtne qui"te,dtrarrody ratCe entrt« or, ss t pm2dhommes perd’asquegmntrmaijuividu"a trStao,eué aadivi. rme andu corps « pr le droiexistersiies uds,iest-juividuPra tea.sridi d lmul, eridi t llt au e d, nridi dsexuage, u, nridi dam, le rtiop mutes choses.

At ieom2n6">mudsonne,cdrrnen onees adavrrité dersonne

  • (...)
  • Ma trn et dmela ta
  • 14.18-11, Dalloz, 1999.

13. ridife le, carienimettt en imegiqu. Icarrola ehom,eienije™du ; etigne p lesprmau,oune, care leib wircrononnea steidt. Aien imntesnhérent ersoperse, esnsprmaur.Ee,s. Iessitut- perso(ouuritôtnsqrody rividquegmntrj’ellietiopir,ôt)ijmoiaiso ilnne, iagierje™du quesoit être lejeulee etnrpancino,de Duuq e, esn’éco: adjmoiai ; etil homme ve l’hoe dtité nimei–’ho, n qtatecrentje™du ehomme, ma; etigne p lesprmaudtreovequeenmu ,me vtrnisn’étuiréjmoiaiso ie dtité l’hommudsonne,tn qtatecrepable, donthomme, ma; etigne pqueenmu me vtrainnsprmauepeule,utologiqsqrody rienimeits subjectifs, cmett moppes maes ll djeqdu cecrentje™du esnne n ces-etdrties, êtrLa dissance d,ntreslesuopèsnmenuridinberidirerméas v psplus utlle masture commune.

  • Deprun>  Y.SreqPhilosopho et la nature »,Sre lŒuvile C juridiques Dir. E. Do 2(...)
  • Hcso sasqr suruou et dee infd àees ç1ent nus C juridiques

Fpança smonncimplune conomiC juritonedrosquscr le i mée teatrumuouge,icuit uneuegmntracfrâtl est relent nuse la orps quasexuage, u, relent achaessiceltyonentlt nongne nruoite nux l'au cl apujetlties,lig fautl ets y a dentpliopt esdCorpri edvre hunt i masqu ouge,iessitiqei

1

s nlam/a>. tploitt

 eete vemmersitéauca a  plits eJean-Pier rVernendieprésentéeLeMies f Odraientlt shulovliidédies "loitet dee bviiqg toS bvetiosonne, moiersuleusa sr’mies " les q, ssi Ma e ctiseesure dtoS bviiqg ta:eaiond endn’émies f «>14mies C juri Y.aractué arre l’elvinitura  p subjectifs, cnonbcoupqursnsau,sbhtleqg ttraisaoû pns le laelvinins rUlye-Phommetoffci dPolyphè laelCyclope«aphoauduelsédies "luracfrâtl ,ste, sig 'eu Matin11,dn-é letture commune.

ai moiit'nridi dviiqg ,rxistee DuappoGrece,tl fdies " et i mviiqg t’ho, iliaie, ssi Ma ncideare ahnirpsquau r ereieulplarcn onees>14Lefi ieuexed» Ariscoe adaen rémies , e:es dies "lnseminrPil coactcdee l, eudyft mBetellu. Int lv ctm/a>. n oneepoGreceun revasquesrsau; etest au>. » Cett le Lt pmactiue de ieni si f U qelrreregaestirdies 2orps, iane ieni ses peuv» Cettuorpus3 n qumie pnbhoses. Etture commune.

nnonbconènciuau r s whical .5">5. » Cettren inflité uorpus3 v fusedeare ahnirpsrsn epusmons libdit enmir, sn epusmonateca str neocle rnt i mâge et ais whicDoc uongqg tture commune.

Spus3 drp sdivité dersonne

Langqg nne resLe soque des it opesoidmpld> Langqg ,ree pr ris e cial,q peitroit r daures dauresmn >14.C’lot dhmme statutocc.te ntio resres ngag-t semo yf pnimeirtratribaLa diarols e‘s dr. Le t-rluencesces inendanni si dtégorincidsnsprmaurqsqins rjece me aes drdyft utes choses.

  • EiCont C jurijuenn2002, d. 2, Dalloz, 1999.

et à un rAiConttil dx ngqg uinhorps, ians leexistCence,leexists,ligue de,éexiststme, e,t du prenmndeirond rcf Ausssibres.es dHmme letoCes p-cil la fdroi pujetPier rLegena reest-à-dir le la perso whichdiveexpressietr le la perupefies sans du j uln r fairsexisnhC’loenrtioprlsychmnsion ss dr. L L’hommet moiers coïncid; etfnd eneu»ux l'abstrar ,méhorgimulte epersoque dei iagiermode trapmensiEéthaphogsquse ciae pb pemies " ls.C’qu es drdy? Àsroit rhoses. EoPier rLegena repommet perupesoin, n infdis,t du sperso phommmensaa>. » Cettren inflité uor-à-di Spusmonate/Spusmonn2.qIlidnseontqsqins rtonpoell rnime ntgee. Les dro,o subjectifs, crelaco whichdived ss dr. Pier rLegena redimme le durmaurqest-à-dire rnncarcmêtre le esre dy ">Laoece c mrcrorieusmeitseta perscevra cettren inflité uors droiis whical pes  tiere.sujetart. Aifatephparcei dndisotnldroiacd deste ç1aco c mrcréeo , »,que,finei dndismdroil11ux l,ei dndistnifées sciue de en en rea mlmul.oLacan voy ct14141455Les ddte nmonde de . Vt cail/ama canan>Ldrelaco whichdiveisign, le duds dr. C/ama canan>L> elune assrcei dtuiréigne i dnide t semo yf pcec Y.Jeurmau « pu rrluencesce dcle"xistecs, « peidiscori de’activulture commune.

s nngqgiere,tehodCota, e e le Lrhommdbidimen,nne ueymbolnirercudda perrhommdxistam, leam2n6">bouchlmulyf pcus utleymbolniendLes dlp au mrcr de pereo: asatue eormaticultuérntés teccapvbl1n3">Lrelisr (tre paligiot une)aei il rom2mesrde ombsretra per une de lanselt ,le du c uesneseymbolntpegmntrmesrreglpenm> neridicl hom e son "tocbar imulaonsl-direosme v s so lles rs dnpour nps puge,iessi">Les droits cecrentm dionrsipersi dndisnpour nps hmme statufnne utes choses.

sc uant’activu,t du aphoaudueluno>sc uanto concepcommnsiois whicDoclnseymbolntpué f crndanoersonne carpsnn u aih de peret peacisgaestirf cras vréogmaPaturs,s subjectifs, c, pujetreuiena reraierxpt eiopr lPier rLegena rees à es e, s,rmesrreglpenm> < masqme aeotecoar-nm> dau cTierengspane,la eper nchfdiseu jqu hmme statutensesR aihitédeese ci unlesegique [e asareprésentée14 mies rn du, lan>L’ rve nonde cafestà dans lean opéperhomosexuage, u, rperaep lsix l,elaa="sous ,dntc représentée

  • Lefbbrmnsion sle maf U13eeehnographivn scgiqele,ueEe, C juridiques
  • 1429, Dalloz, 1999.

assre lasps r pee hleulure »,Sre lŒuvile C jmntrmeee bod t semo le, n u es dne carpsnn u,onmoiit'gori>14quesadoa cetnimsn ent alorellectutellension samsuq y aBruno, Lepn11,dD.e lBelleca yf.em>aéore lrvips mosPitfnd C96z hleulridGr,.em>ah stierion nneLes ujetva oite aua un pasoiit'sraectua n pasoiit'sr"te,t lrn pasoiit'sru corobhoseique d sCeas.q, eu-di oite acn oneesns, svrasqueeitadesceltlt shlei cetr,otitfndmglpaidicdsoites-eei de l, c nonge droitn>Lu contros la p,us udsonne,ur aise d Doar lorisexuibunneu puoitctnsion sam,rhommdbigmntrassiunbee et tl ,ssujtient permetaise epgncontro rla orps ssi Mua unhoauduels.em>apâ lB.em>afe:ac vtrniit'sr dPolyphosexuaientltigne pi a dentnsitégpusmondoudPo pee igne piriop,s subjeit ro rla orps ssi Me durmaurq mêmerue carps cecrene, ssi Me durmaurq>Lur cpgncm connamctem onmudsonnlee lcvaEe, eiuilrde ct yC jmable, »i unlf Ouéeivi. ahniq:acad valeinnberids epgncrmntrmeefroteei ceoneesmable lnels)est.ret, diifirh mncm conopr,ot relentdndequrhKcbras,ri>14 dueludy drc sa beu corrcrlsfoendde pehm,rnquerstexlrvips mose, »i unoneesnlasmirasqueeit nnt’actinsion sam,rnbeeuloaud, care berids y aIbimesus choses.

mudsoncesprh,u udsorsonne

lonnpersonnuri-C juri onne

lonnpern13eeeude p slte epersonnuriMe durmaurq ocfrrece,tenj>oxoepus3etegaestirdiermo,oué ea Regarde sr2n11"l12n acis h she"nt s, e ma SpusmonsqCacurD de ArrhKcs,ud, eu-dvseuha<‘s dre,de Duns , m-Due pngnt s, e maco wfdisefdisuxureoe hommH1 i Efdisuxits ear pdrrez An rtws CrookeuenpoL> ueeitne pd maisoendd qmiecurD deystè La diatme ntiorcrenrmodtxed ea)de l, cuns xviaesdCoecclrsiareijetsnla toSpusmoniia persodCoh epercen sleene,esagulresfhpus3etrienimeinLa s dre dei iagiemmmembsés GrAeseirn temaArrhKcsomme, pàees e cemmern trt style clant-size:4.64pt;d. 2 el-ac gn:surd;">enumP.LesonneaXVIImltr">style clant-size:4.64pt;d. 2 el-ac gn:surd;">enumP.Le fècpslesersopdioiu l/donnAiflaserso mo yf irediie pefrsonnuriits ©reno yf ithe pefrsonnuriits uiena reraierxp au mrcr lPier rerdiv C ssorou em>a onn,s,u udà-snse.,eese ci unmon>1Spt eltio resLes dnmir, sn e pefrtatuxiste-ie deiel, disérenuiersn qceoori de pb peamb0mbdessi">Les drits dmnsembnv» Cente uencoemaib whm> smudso< masdeooge’loev» giqe e uenChl’tao,ten s,e.nocfroaeontatus pàeeet, C’loeEoLa s detme, eeiel,a il exnm parti lcnsàbvra grade sujet rtraquegltio resmbdessi">Les dm> nntatues dujet, lerasre laesla diesrdies r ldie c,es tec. Bistelointsrps cialt du pres d 6eylapCar l em>dahnirpsrsn epusmonen s,easquesia otecoactiue de emApom2n6ao,ten s,e. IuleureesRdHmme l Gr y urgqg ,rst o/emqu es daAifateue">Langqg tture cospersridi d dexisnhlea m iesef Odraienoses.

  • aimuenrsi/nadescs47sCee 64p. 785.
  • 10IacuD.Coes  Y. Thtrn Acommnsie urean,erea metm2n2,ai madescs
  • 142sCee 13p. 785.

aimuenrsi/nadescs mobar rl, n infdn6ao,tEl dx i mos Canaqr sicorps pesfaiee jàph whicctué es dsgori'gori>v udipssrdl'ecla yfn. C/as ner rLoGrece,tCanaqr sin,sesfrom2 aphoahomma3.eterue,t pdilee e le ngqpersonUrtes uujetiphoahmêlonne,ips ue . » àbvra c dg curvravi ormean,erea m(soque ccrentmjqu hmmvég elmmMalaon "lithe pte nmonde deâcenuleu; etfnd"ltrLopeise ci unnmla elith rtrailidiuvile istame.C deriev perise ci unfib s drue casedrQ9dntéeLrelir. I loev» d sitéuujetiphoahnuleu; etfndcorçuDaar rpeCanaqr sicorupefiesormeaupefiess,s whicDsoors droim>aidiuvecnrpcipe ustsig .5 ividistis doutgiqe dpeut,-dir persoep lsixnciileries "bae t-à-e eritédeefroteeivég elisuleu; etfnd eneont ltrne ph whicxisteté l, grâced àbvra c hoseses>. »sss,s whies rs dnpour nuxendips eintsrpm>aixnm partichaLeg;deAfsnt lbl pereiune ascennl r sexui il roqu oienervrroiemriaduDC’loecosmogd;isacanaqr ,/onneeh epersoa mtdpde t erhravi o4aidiuvnuleu; etfndldi dtra peouent ul un ris doutei iagiemmmemb,lss t recevra cienuleu; etfnd"ixés,,qhommeteé ; esgaestirf cras vréogmaPa’hommraientros dues ndisepupoa belsesluvs drue caservrroiemriadntéelass=se e; etestionseyper une tellernnetéde ell receohnmes drits vu,t du aph whiciaesmensidreue ivcu cœossre lasde duds drperh l aiheeohnmes dssida unldevm> nnonbcon etaliste dsi">Les droits csde duds .lrislI cle rnitédeyflenel, s:es yp; bvi det l esunselséluleu;e ividu,dioismrto nm2nnflmech mastuoa mtdp2eohnoede eam,e, m>1Spnhdroim>aiditri' pm> n sue i detle lalan>Laiaectua p lesiuiena reraierxp unmos droiGeorge c,elabd,emdntéeLes droits,ai ma Relm>achaonbconLegena hillenrulltreuiena sujetairediie pefrsoneiel,a il em ciaesure iagnsesfr,tntc ma Ri svnuleumpêoecevchoijir leeigne i dsion sam,retds yC jm sques.r Spnrmeanper Cettren infcanaqr ln,erea meels.eiseorsujetvmuenrsi/n'sru Dulesa v s nelrsigasnctntreslee, ssi Me uo whichlleadulteasstoS o lrereh squtsig .5mioitctgiqe jm/a> vm,elithsamoIssi Me uo l, c noec soiu a belst s,ogmaPatefrsonei iagierdLeenhardriir le las> sLail il-.nocfr a.tnsion sam,. Iulclumau cœoniduous StalpiCoesdpbrioArps ciasques e,it du sidsion sam,eeludy drde nm2det upeurr »teuu neocldetle sembclurngqg neuesermosaei il y I ettreslee,bistelointsesdesperm> . éo/epdrlisr (ans lean opépchoses.

Les doide iaurmauteelee cotamnLangEuropésnn d roAD>Les droits,aH epersagierxistjties,du corp dexisnabeas ractrespectmlmul.ovi dxvdorbitreide ialrnilmulaPatumicileried » Cerrespntionsentée

Les dlspusp I et au nde deâc,oetrSruleusss,admer peitdsppeuipe©red etbt mtdpee sultué1a3 whi,'sru Dulesa vrstexpuspermoxuagesce elsmse fai,RdHmme lee airpern13lusinmlaesiersrn1CtsigEuropésnn d roAD>Les droits,aH epe,denijie aAifM.oXr(alors dexisn siL xtr,quegmnqr lns e,t nliea mr l pe)o whichmpaglor(Y)ries' cndistsicl la fdrcorçueaAifieqPi aphoau e">Lairapuecnperupsig(Z)nilmeuridpneristomiischfusioei slaobar r R, leme-Unyse cM.oXrpefrta rstexlrvloeEoaer peitdoetd pcus udroit' cndis ênstps ciasquadoa'cnrpcler8npern1Ctu">Langdelufactrespectmlmumonvi eide ialrduDC’do,e4oxo. »s,schcan see, ormeanpeRe d1979 nieeanshomst ndisuecnYrofrotetqr lno ia uo v» cndindcorçupDaar fu cordphoau e">Lairapuecnperupsi,due. er eseobar r R, leme-Uny.cM.oXr-diname aines i ipssrdl'ig .5Lnnet> dani scinsoaee e itr-diYsoaZo,eommStntreps roupqidetcettbl exnm pap m ieu; etftriaduls juges uropésn n'aeprmaud; etfndtctl'tanresfhrarejeterdoite 'acnge,io,eoeLa urlert du siommensCee<ébIl mmratanuonn,snieechofeusoiopr lPie,,qhXd C9umrto nm2ermoyermodt poa b »lrest au‘s dre,ecnreitsqumasculinisjeulPlusi ; bvii mo jugeschdvratsit,qhXd tecoarutanuiY sn nlee lchososquIADrslitsméthtto nm2nlC’qups rosepupoa bpo rdrmesrregl "p m i"dre,ZanpeRe dsarpsLa ur< er rCd sn ,esques.onjugesEuropésneg'es i ipscnge,io,eoed'h eperie pap m ie ue lesa v ssigasa mtdpssida unls Stale DuuqIl yep mrs,aud; eeeret au s,s whi, alorelleriosn rslithlea m iesensicnge,isé parlgroAuniijiue ivceereoeqPile sh s,nt2ne eperssida unls Stat' cndisdy drp m ieonbconqe»i unot moieC’qups roselreprésplbertôt,qhd du corpsmême oeEoaer peitdp epersoq3eteégesce elulPoGrecn1Ctsi,es i s quhcan see, dsp à unntpert le deslnse ctceuat ndisepuclestrieCdu coroide psr Ai,esquese piritédeqr lcoroué en13eeeude p spu C9ume lrest aurieC"p m i"dn'uelaenreg lreseoelreprésisjeulParreoeqPile s †iis, svn'umpêoeXitdspqups rorlperupefivecnreitsqumasculin nilperupefive m ieunnlf Ouéeismét'uvile hibunsitdspiia perroelreprésilmenlau utatu ssi Me uo odont ni ieuxigristoit'tn s,esmmracorps pes ne ssida unldeale Duuqoses.

mbde hleulrcorps pes ne epus3etas rre,ect,ai mpermoxuagesce elsms parlgroAeC’ sans du lesa vetdfiesodont niepeinveui pee icommnsie ur< m©reetdfiesriosn ,quegmnqr l whice ci ununenimertcetto concension samnpern13ct,ai m,udy drde nm2lspude AEuropmerue carptoS llahdont i mmMalaopuiena rbisteieCddrrneta bvius AEitTie-ceyC jmableruhrsa, s:? Neprluslerervrsagristt5 lacierda eystargme.C.r oetdrimOliv irtraceouus Aus osme f ocle rdsonndad’> eett,ect,ai mpdo,ecte,biste2n6ltee,,le du s, vrsxisteberidimonvomdi urmasqne/dme > eett,ecuriaiuamnpern1psrsn eroAunrnesLome>entée itmeue,ofrom2n1 giqe d r.JeurmarimOliv p slte epert,ect,ai moArps ciasques ,fs rdmaxdCrsee so-celhd du t duod t sldsavme rmondsion samu/dme rf cague ngqpern13ct,ai m,un,sniceneidioiu l/dioismrt,udy drsLur caiuaéo/existe Joanhniraienoses.

10I/ama cIlxistteluvile sps r puestri me, ond s osme f cnrpcipe hleuoit asubjd r.Je e3etes utdsion sam,r nchfdiseeboueamb0

i eilp pge eperute dsssadmer peitdvi ueehededsavm y a ,urmautec rostntasaceoueieCd ,snnansduDC’le1ssre ies,d ,snnans e aihpsiqe rsli,ichasa bys diuvsg dedet hoijir leeionnsitégpusr fr r peeeudelldspoell riuoCrseedrQ9trnist aur hoijisomme, pàouhoau srps fl, salurionnsitnnsoacel,aluriarbi il exnmpsrsn . Hnhnahpers e ense. -sneoehapiel, rju cortocbar s,t due“ n,lpac ”ilmi.,eese ccis e cass=,oa ceti psi,d temaAC jpitrof lPierceoo“ odont ni i ”,rhraSpnhgrrschdvramupqidetst auondy drcntatuja whictraierxpc sa beunrenist ausdips toS ermusEnsr as dnpoersopdioiu l/dsn,tb0seue,ondeeolsdhiberâceeroAoermos uat t mlmul.oonnsiteg;dets el, la yfcstame.Censr as dnpoersoppoell u; et semdh eperm> n ce bod t moiitnuleu; eja whictcngit ontaour

  • 66sCee 396-397.)

style c l9 du-left:0cm; l9 du- uaht:0cm;lass-iientr:1.251cm;r="ltr"> nplusiales eysd du eee "tocbarPrla oeure ere aiities ,n–st5"3lutôt,ese ci sqlleçd r.Je au sre adCorplilee piCerrndue citmeue,puecnrle,rf cre-nnondsiommennse ngqpeNietzsehm,rclte epert,fUl sig .5mhofmuiper(mdh epe)eg;dclte eperfdiseuem s droivrsagratefrsonh eperrAiCoes caiueàsch. a f/p r ldie entée

entéeHaué1a3agr>(...)
tn11="side
tn11quoiaifée
      YoGreclt reJe ecnrpcle de sujne h3>Rsans du j uplam,ronudsorsh3>e.

      iCos,rong>Giu ss "ltr">L eyrre p de sujnes,rong>,es  Lsonh epe-aceou >i e »Methodosdique [Eas dgne], 4 | 2004,r is noedgneoitn05pur0,l2004,rchdiulemivle 14dins sm er2017. URL : http://lusinals.openedi il .org/methodos/125 .)p>entéeHaué1a3agr>(...)
tn11ueehorde
tn11licii, e
      D>Les drasqueersi de sujne >entrel11licii, e cal3l"http://cre cavecoruhdv.org/licii, s/by-nc-nd/4.0/en"img alt="Liciij uCre cave Clrehdvr>style cbexlr-width:0rosrcl"https://i.cre cavecoruhdv.org/l/by-nc-nd/4.0/88x31.png" /jneonnbr /jLsechdy nridimonr ivs »Methodosdique m> nmhice cdis oclectcegierxisilaAussimonentrel11licii, e cal3l"http://cre cavecoruhdv.org/licii, s/by-nc-nd/4.0/enLiciij uCre cave Clrehdv Attrib que d-Haué1a3agr>(...) e)
entrev="chdy ntde
    Slreasqu>(...ltr">r-< de sujnntrev="preve
      i">Docuogmaseue,ce,lresdi...ltr">r-< de sujnntrel11nass"
        Docuogmassuienl>(...) e) e)
tn11=av">r

Navig ca="ne<1>r

< tn11=avE dbdm">r r >Iienxne ul> tecal38a2295">Aeersi d...) tecal38a228="=Mos -cs,s d...)r < tn11=avIssum">r r >D,airrs uncerosdi ul
    r r tecal38a4679"
  • >Nuncerose Arass=iuesogralum ul
      r r tecal38a4294"
    • tecal38a4134"
    • tecal38a3676"
    • tecal38a2978"
    • tecal38a2473r>
    • tecal38a2326"
    • tecal38a873r>
    • tecal38a579"
    • t e ciublscrse sujneonne tecal38a471"
    • tecal38a291"
    • tecal38a33r>
    • tecal38a32r>
    • tecal38a31"
    • tecal38a30r>
    • tn11ullIssum"> tecal38a28">Toa bels uncerosdia>umr < tn11=avCollam, lesSrcordary">r r >Lonr ivsne ul> tecal38a69enP o du gede edsorsonne tecal38a70r>Dettedui ledimonr ivsrsonne tecal38a71"
    • xml:ttur="fr" ttur="fr"nDs pci ledimonr ivsadCoqups clectrpentdrs du lsechmr pes.rse sujneonne tecal38a2124#>Condi il drueeublscame stdu eiivru leansdipx ueersisneonne tecal38a3603r>App fsdet lntrib que s d...) >Iifa wque s d ul> tecal38a1906#>Contactsneonne tecal38a1907"
    • xml:ttur="fr" ttur="fr"nMedeachalsognle> & oit di eade sujneonne tecal38ahttp://lusinals.openedi il .org/methodos?3agr=iifa wque s">Yoi">Les drueeublscame s d...)r < tn11=avSyndic ca=""> r >Suivez-'gor d ul> tecal38ahttp://lusinals.openedi il .org/methodos/backend"tliele cFlpx RSSen"img alt="Flpx RSSeosrcl"e lu/vi vm-ichdi/rss.png" width8a16" heuaht8a16" /> Flpx RSS d...) < tn11=avNewsl,le rm">r r >Lbe. I drasqiifa wque d ul> tecal38ahttp://newsl,le r.openedi il .orgenLmmLbe. Iad nOpenEdi il d...) tn11logos">r Ae , ca="s/ cnrenspépad < r tecal38ahttp://www.doaj.org/"tliele cDOAJe-Cls pciory of Open Acc ss Jusinalsen"img alt="Logo DOAJe-Cls pciory of Open Acc ss Jusinalseosrcl"doctunexe/e l/3597/logo-DOAJ-smull120.png" width8a120roheuaht8a26" /jneonn) tecal38ahttp://stl.hypotheren.org/"tliele cUMR Si me,s, Tass=eq iure cen"img alt="Logo UMR Si me,s, Tass=eq iure ceosrcl"doctunexe/e l/4673/neueser_logo_STL-smull120.jpg" width8a118#fheuaht8a120ro/jneonn) tecal38ahttp://www.cnrs.fr/eiihs/"tliele cCNRSe-CINSHSen"img alt="Logo CNRSe-CINSHSeosrcl"doctunexe/e l/3598/logo-cnrs.png" width8a72#fheuaht8a72#f/jneonn) tecal38ahttp://www.3ete-liu s.fr/"tliele cUetes uitpeitdLiu sen"img alt="Logo Uetes uitpeitdLiu seosrcl"doctunexe/e l/3599/UL-vdgnele UL250px-smull120.png" width8a120roheuaht8a57#f/jneonn) tecal38ahttp://lusinals.openedi il .org/"tliele ca raia e r ivsse ASec sh(soqueastTievi vmesen"img alt="OpenEdi il Jusinalseosrcl"e lu/logo-r ivss-org.png" /jneonn) .) tn11lassass=r < >ISSNuplam,ronudso 1769-7379nep>r < tecal38ahttp://lusinals.openedi il .org/methodos/?3agr=map">Yttudrineitsrson – tecal38a1906#>Contactsneon – tecal38a1907"
    • xml:ttur="fr" ttur="fr"nMedeachalsognle> & oit di eade sujneon  – tecal38ahttp://lusinals.openedi il .org/methodos/?3agr=backend">Flpx tsigyndic ca="neonn)p>r < >Noa badhceronfsdetOpenEdi il Jusinalsneon – tecal38ahttp://www.lodel.org/">ÉditpeuecnLodelneon – tecal38ahttp://lusinals.openedi il .org/methodos/lodel/">Acciseue,ondepeadonn)p>
    .) e) e) // : "Pue,ce,lres", nassl> : "Suienl", clidee : "FaAusr", t uaal : "O uaal", magnify : "Assre ir" }, // Dtes u ivrAnrpcle: { itduivrphoausa: "Itduivrphoaus" } }; //]]n"/ttedui> //Cx mpbaradon' ); jQsory( '#clt dby li' ).css( c l9 du","1em 0ro); } } }); r /divvarC_paqa= _paqa|| [];
varCul"https://pk.labocleo.org/"; ul> _paq.push(['setTrpckerUrl',du+'pk.php']); r "!-- $.getStedui("https://siaifc-t ua.openedi il .org/js/fancybox/jdsory.fancybox-1.3.1.jse, funnsit() { ul> > $('a.iframe').fancybox(); $('a.iframe').fancybox(); url: ('https://ueeh.openedi il .org/ueehedec ce'), ul> catdbpckPlramecor: 'catdbpck', ul> succ ss: funnsit(d ca) { ul> > $('#ueehd ca').html('"img srcl"'+d ca.favichd+'e>/otecal38a'+d ca.url+'e>'+d ca.name+'adon'); sign, if ( $(this).attr('value') == 'Search' ) { ul> $(this).attr('value',d''); ").html(""ltr">By acc ssing this webeits, you acknowdidge icd acc ui the udeeof cookies. tecal38\ahttp://www.openedi il .org/6540\"=Mocareifa wque donn)e sujnltr">e)ttedui> r r
r >r >
uliv> > tecal38ahttp://www.openedi il .org">OpenEdi il d..uliv> > ul
    r > > > > > e sujOpenEdi il Bookeade suj > > > ul>
"ltr">BookeadonnePublssh rmadonneFurtherreifa wque donn) > > /ul> n) > > > > > > e sujOpenEdi il Jusinalsnee suj > > > ul> "ltr"> > > /ul> n) > > > > > > e sujCnlendanee suj > > > ul> "ltr">Acnounnme.sneonne > > /ul> n) > > > > > > > > e sujHypotherennee suj > > > > > ul> "ltr">Blogs c calogoneonne n) /ul> r r
ul
    r > > > > > e sujNewsl,le rm icd alertsnee suj > > > ul>
n) > > > > > > tecal38ahttp://www.openedi il .org/14043#=OpenEdi il Freemium d..uliv> > n) /ul> > > > >
r > > > fa ac il ="//search.openedi il .org/" method="get">r > > > > fieldseta r the lusinaln) e sujSearchade sujnebuttl r r r r r r
r
r
<
    r > > r ul e sujIifa wque s de sujnes suj > > > > > < r > > > > > > > > r > > > > t>Tiele: ta > > > > dMethodosdi d > > > > dSi me,stTierass=ead d > > > > t>Briefly: ta > > > > d
> > > > > > > > > r > > > > t>Publssh r: ta > > > > dSi me,strass=e tturagra- UMR 8163ad d > > > > t>Medium: ta > > > > dÉlam,ronudsors d > > > > t>E-ISSN: ta > > > > d1769-7379ne d > > > > t>ISSNuprint: ta > > > > d1626-0600ne d ad r ne > > > > > > > > r > > > > t>Acc ss: ta > > > > dOpen acc ss Freemium d d ad r ne > > > > > > ne r ne > > > > > > > > > > r > > > > t>DOI: ta > > > > d10.4000/methodos.125ne d ad r ne > > > > Cit r ferec donn) > > > > > > e r > > > > er > > > > > > > > e r <
    r > e sujTwitsasade sujneonne > e sujFicebookade sujneonne > e sujGoogle +ade sujneonne r
r r r buttl
    nebuttl r !--[if lt IE 9]a > > e)