Navigation – Plan du site
Travaux

Thèses de doctorat soutenues en 2007

Texte intégral

Gérard Journée, « Rien ne saurait naître de rien ». L’émergence du problème de l’être dans la philosophie préplatonicienne.

1Thèse soutenue le 26 janvier 2007

2Composition du jury :

3Michel Crubellier, Professeur à l'Université de Lille 3.

4François De Gandt, Professeur à l'Université de Lille 3.

5Paul Demont, Professeur à l'Université de Paris IV.

6Pierre-Marie Morel, Professeur à l'Université de Paris I.

7Malcolm Schofield, Professeur à l'Université de Cambridge.

8André Laks, Professeur à l'Université de Lille 3), Directeur de thèse.

D’après Aristote, que rien ne naît du non étant constituerait l’opinion commune des physiciens, sans restriction apparente, affirmation qui vient recroiser la thèse selon laquelle tous les anciens physiciens, de Thalès à Démocrite, ont renoncé à la génération proprement dite. Une bonne partie de l’interprétation moderne reconnaît cependant dans le principe l’œuvre de Parménide, qui l’aurait énoncé pour la première fois, dans son Poème, s’en servant pour abolir précisément la génération. Cette conception a contribué à changer profondément l’approche moderne concernant les penseurs venant avant Parménide, en particulier les Milésiens. Peut-on toutefois refuser à ceux-ci le respect au moins implicite du principe ? Et si tel n’est pas le cas, peut-on encore maintenir que le principe rien ne naît du non étant constitue immédiatement un principe de non devenir ? La thèse s’interroge sur les schèmes relevant de la causalité naturelle mis en avant par les Milésiens, et sur leurs rapports avec le problème classique de la conservation, et donc de l’absence de génération à proprement parler. Repartant d’Aristote, elle s’interroge ensuite sur les conceptions raisonnablement attribuables aux Milésiens, avant d’étudier les occurrences du principe chez Parménide, et chez les physiciens du Vème siècle, Anaxagore, Empédocle et Démocrite.

Pierre HUM, L'oubli 1880-1900. Théodule Ribot, Henri Bergson, Sigmund Freud. Les maladies de la mémoire (1881), Matière et mémoire (1896), L’interprétation du rêve (1900.)

9Thèse soutenue le 26 janvier 2007

10Composition du jury :

11M. Guillaume Le Blanc, Professeur à l'Université de Bordeaux

12Mme Françoise Parot, Professeur à l'Université de Paris 5

13M. Frédéric Worms, Professeur à l'Université de Lille 3

14M. François De Gandt, Professeur à l'Université de Lille 3, Directeur de thèse

Les années 1880-1900 se caractérisent par l’émergence de nouveaux savoirs dans le champ de la vie mentale. Les questions de psychologie au sens large, traditionnellement étudiées par la philosophie, deviennent des objets pour des approches psychologiques spécifiques. La nouveauté de ces approches consiste à étudier les données de la pathologie, afin d’élaborer une psychologie générale. Les différents types d’amnésies constituent alors des faits cliniques exploitables pour asseoir ou réfuter une approche psychologique déterminée. Trois auteurs, trois textes, nous semblent représentatifs de ce moment. Il s’agit de Théodule Ribot qui a publié Les maladies de la mémoire, Henri Bergson avec Matière et mémoire et Sigmund Freud avec L’interprétation du rêve. Ainsi, c'est en confrontant ces textes publiés dans une période limitée (1880-1900), étayés par le contexte de l’époque, que nous examinerons le rôle, le statut et la fonction de la notion d'oubli. En effet, il y a des oublis pathologiques. Mais certains oublis sont aussi produits activement par la vie mentale, sans être nécessairement morbides. L’oubli peut aussi être considéré comme un horizon thérapeutique, lorsqu’il est apaisant et salvateur. Mais l’oubli représente aussi un risque pour la mémoire. Il y a des oublis honteux. C’est donc l’étude de ces différents oublis, morbides ou non, qui permettra d’interroger la portée, les enjeux et les limites de ces nouveaux savoirs. Les enjeux sont à la fois épistémologiques et spéculatifs.

Hisashi FUJITA, La logique mineure dans l'oeuvre de Bergson, pour un vitalisme (non) organique.

15Thèse soutenue le 30 novembre 2007

16Composition du jury

17Monsieur Jean-Christophe Goddard, Professeur à l’Université de Poitiers

18Monsieur Pierre Macherey, Professeur émérite à l’Université Charles de Gaulle –Lille 3

19Monsieur Pierre Montebello, Professeur à l’Université de Toulouse

20Monsieur Frédéric Worms, Professeur à l’Université Charles de Gaulle Lille 3, Directeur de thèse.

Cette thèse propose d’explorer les courants souterrains du bergsonisme qui traversent chacune de ses quatre grands ouvrages, en appliquant à Bergson l’idée d’un excursus mineur qui échappe à la lecture traditionnelle. Le texte se divise en quatre parties : logique mineure du rythme dans l’Essai, du lieu dans Matière et mémoire, de la fin dans l’Evolution créatrice, de l’appel dans Les Deux sources de la morale et de la religion. Au cours de cet examen apparaît l’idée d’un vitalisme (non)-organique comme le basso ostinato de la philosophie bergsonienne.

Abstract : This dissertation tries to explore the underground currents of Bergsonism which go through each of his four major works, by finding the idea of a minor excursus which escape from the traditional reading. The text is divided into four sections: minor logic of rhythm in Time and Freewill, of place in Matter and Memory, of the end in Creative Evolution, of the calling in The Two Sources of Morality and Religion. During this re-reading appears the idea of a (non)-organic vitalism as the basso ostinato of Bergson’s philosophy.

Laurent KEIFF, Le pluralisme dialogique. Approches dynamiques de l'argumentation formelle.

21Thèse soutenue le 30 novembre 2007

22Composition du jury

23M. Jacques Dubucs, Professeur à l'Université de Paris I

24Monsieur Gerhard Heizmann, Professeur à l'Université de Nancy 2

25Monsieur Alain Lecomte, Professeur à l'Université de Grenoble

26Monsieur Mathieu Marion, Professeur à l'Université du Québec à Montréal

27Monsieur John Woods, Professeur, King's College, Londres

28Monsieur Shahid Rahman, Professeur à l'Université de Lille 3, Directeur de thèse.

L'objet de ce travail est de montrer comment l'approche dialogique de la logique offre un éclairage intéressant sur certains problèmes qui accompagnent la thèse du pluralisme en logique. Après avoir montré comment les dialogues permettent de comprendre de façon originale la nature des constantes logiques, nous donnons une définition mathématiquement précise de la notion de système d'argumentation formelle dans le cas de la logique classique et de la logique intuitionniste. Nous montrons ensuite comment il est possible d'enrichir le langage objet des dialogues de façon à exprimer, au sein du processus d'argumentation, certaines propriétés structurelles de ce processus, et nous étudions des systèmes de dialogues de logique modale (logiques modales classiques ECMN, logiques normales (K-S5), et quelques autres systèmes originaux) et de logique paraconsistante mettant cette expressivité à profit. Nous explorons enfin quelques pistes permettant d'utiliser ces systèmes dialogiques pour aborder une forme (simple) du problème de la résolution des conflits dans le domaine des sciences abstraites.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Thèses de doctorat soutenues en 2007 », Methodos [En ligne], 8 | 2008, mis en ligne le 07 mai 2008, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/methodos/1833

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • OpenEdition Journals