Navigation – Plan du site
Travaux

Séminaires et groupes de travail (2008-2009)

Plan

Haut de page

Texte intégral

Groupe d'études « La philosophie au sens large »

1Animé par Pierre Macherey. Hebdomadaire.

2Thème de l’année : « L’Utopie ».

3Progamme 2008-2009

Séminaire « Structures de l’acte politique en Grèce »

4Responsable : Catherine Darbo-Peschanski). En quinzaine.

Séminaire « Entre Homère et Archiloque : l’invective dans la poésie archaïque et classique »

5Responsable : Philippe Rousseau). En quinzaine.

Séminaire d’histoire des sciences « Pourquoi classer ? »

6Responsables : Bernard Maitte et Marc Moyon. Mensuel.

Présentation

7Le séminaire de cette année étudiera comment, à chaque époque, les classifications des sciences renseignent sur le contexte philosophique, culturel et sociétal. Dans quel rapport à la pratique effective des sciences en question, elles sont construites. Comment les sciences se constituent en disciplines et quels en sont les effets sur la transmission et l'enseignement.

8Pourquoi l’étude de cette problématique semble abandonnée depuis le XXe siècle.

9Mais le séminaire permettra aussi d’envisager d’autres questions connexes :

10- Dans les champs scientifiques eux-mêmes, dans l'exercice des sciences au quotidien, on ne cesse de classifier, pourquoi ?

11- Est-ce une manière de saisir le monde pour voir, connaître et re-connaître, une manière pour décrire et nommer, un moyen de penser tout simplement, par identification et séparation,par abstraction et explication, sans cesse remis en chantier pour produire du neuf ?

12- Dans cette volonté d'ordonner les savoirs, quelles sont les parts de la nécessité, de l'intention, de la recherche d'un idéal du beau et du simple pour la connaissance rationnelle ?

13- Que classe-t-on exactement, entités, idées, représentations, objets réels, objets plus ou moins idéalisés, méthodes... ?

Programme

jeudi 02 octobre 2008 : Edmond Mazet (Lille3) : « Les classifications dans la pensée antique. »

jeudi 06 novembre 2008 : Ahmed Djebbar (Lille1) : « Les classifications des sciences dans la tradition arabe et leur rapport avec les pratiques scientifiques. »

jeudi 04 décembre 2008 : Jean Celeyrette (Lille3) : « Une classification en métaphysique : la hiérarchie des degrés d’être. »

jeudi 22 janvier 2009 : Jean-Marc Drouin (MNHN) : « Linné, nouvel Adam, ou législateur de la science du vivant ? »

jeudi 12 février 2009 : Robert Locqueneux (Lille1) : « André-Marie Ampère ou la passion des classifications naturelles. »

jeudi 09 avril 2009 : Jean-Louis Fisher (CNRS) : « Pourquoi classer le monstrueux, le malformé et l'anormal chez l'homme ? »

jeudi 07 mai 2009 : Christine Proust (CNRS, REHSEIS) : « L'art des listes en Mésopotamie : élaboration et mise en ordre du matériel mathématique. »

jeudi 04 juin 2009 : Rudolf Bkouche (Lille 1) : « Pourquoi classer, pourquoi transgresser ? »

jeudi 18 juin 2009 : Bernard Maitte (Lille1) : « La classification des cristaux : de la chimie à la symétrie. »

Séminaire de traduction « Simplicius, In Physicam, livre II »

14Responsables : Alain Lernould et Claire Louguet. En quinzaine.

Séminaire « Poésie et Philosophie : Présentation de travaux »

15Responsable : Fabienne Blaise.

Séminaire de lecture : L'« Introduction à l'Almageste »

16Responsables : Fabio Acerbi, STL, Lille et Bernard Vitrac, Centre Louis Gernet, Paris.

Présentation

17L'Introduction à l'Almageste, rédigée dans les cercles néo-platoniciens de l’Antiquité tardive, est un assemblage de textes introductifs expliquant les techniques mathématiques employées dans le Ier livre de l'Almageste de Ptolémée. Il contient notamment une des trois versions connues du traité de Zénodore sur les figures isopérimétriques et des descriptions très détaillées d'opérations arithmétiques élémentaires : multiplication, division et extraction de racine carrée. Cette dernière caractéristique en fait un ouvrage unique dans le corpus ancien. Néanmoins, l'Introduction à l'Almageste demeure encore inédite. Le but du séminaire (prévu sur plusieurs années) est d'en établir le texte, d’en proposer la traduction et le commentaire, en vue d'une édition critique.

Séminaire « Les mathématiques grecques anciennes et leur postérité »

18Séminaire d'histoire des mathématiques organisé conjointement par l'UMR STL (UMR 8163) et le Centre Louis Gernet (UMR 8567) (responsables Fabio Acerbi et Bernard Vitrac). Mensuel.

Présentation

19Le séminaire poursuivra cette année deux objectifs :

201. Présenter des élaborations mathématiques “marginales” par rapport à celles poursuivies par les auteurs anciens et médiévaux les plus célébrés. Il s’agit de montrer que le panorama des mathématiques pré-modernes est bien plus varié que les résumés canoniques veulent le faire croire.

212. Entamer une réfléxion de longue durée sur les domaines mathématiques qui présentent une composante “algorithmique” majeure, telles l’arithmétique et ses applications, la logistique et, plus généralement, les sciences qui impliquent des calculs, comme l'astronomie ou la géométrie métrique. En même temps, nous tâcherons de mettre en valeur la composante opératoire des preuves géométriques.

Calendrier

2216 octobre 2008 : Nicolas Vinel (Fondation Thiers – Paris) : « L'Introduction à l'arithmétique de Jamblique, une oeuvre à réhabiliter »

2313 novembre 2008 : Sabine Rommevaux (CNRS, UMR 6576 CESR) : « Les applications de l'algèbre à l'arithmétique et à la géométrie dans le Libro de algebra en arithmetica y geometria de Pedro Nuñez (1567) »

2411 décembre 2008 : Andrew Barker (Institute of Archaeology and Antiquity, University of Birmingham) : “Mathematical principles in Greek musical theory”

2515 janvier 2009 : Guy Le Meur (Laboratoire de l'accélérateur linéaire, Orsay) : « Autolycos, Euclide, Théodose, la Petite Astronomie : de l'horizon au méridien »

265 février 2009 : Agathe Keller (CNRS, UMR 7596 REHSEIS) : « Les raisonnements du commentaire mathématique de Bhâskara I (VII siècle) sur l'Âryabhatîya : explications, preuves et vérifications »

2712 mars 2009 : Bernard Vitrac (CNRS, UMR 8567 Centre Louis Gernet) : « Héron, Heiberg et les Géometrica »

282 avril 2009 : Fabio Acerbi (CNRS, UMR 8163 « Savoirs, textes, langage ») : « Formes du langage des données et son emploi comme outil déductif »

2914 mai 2009 : Bernard Vitrac (CNRS, UMR 8567 Centre Louis Gernet) : « Héron, Heiberg et les Géometrica (deuxième partie) »

Groupe de travail « Les mathématiques arabo-latines »

30Groupe de travail composé de Jean Celeyrette, Ahmed Djebbar, Edmond Mazet, Marc Moyon. Mensuel.

Présentation

31Le recensement des publications de ces dernières années révèle un déficit de recherche sur les activités mathématiques exprimées en arabe, en hébreu ou en latin, qui ont eu lieu en Méditerranée Occidentale, entre le XIIe et le XVe siècle. Le déficit porte, en particulier, sur les études comparatives des documents aujourd'hui accessibles. Ces études pourraient renseigner sur le phénomène de circulation des idées, des outils et de la terminologie mathématiques. Elles pourraient aussi repérer les éléments distinctifs de chacune des trois traditions mathématiques –arabe, latine et hébraïque- et les nouveautés des textes latins ou hébraïques au niveau des préoccupations, des problèmes résolus, des résultats obtenus et des outils utilisés.

32Les premières séances seront consacrées à deux textes andalous sur le mesurage :

33- al-Mursî : Kitâb al-qurb fî t-taksîr wa t-taqtî' [Livre qui facilite le mesurage et le découpage] ;

34- Ibn al-Jayyâb : Kitâb at-taqrîb wa t-taysîr li ifâdat al-mubtadî’ bi sinâ'at at-taksîr [Livre qui vulgarise et facilite pour faire profiter le débutant de l’art du mesurage].

35On se propose dans un premier temps de repérer les passages qui pourraient être rapprochés de textes latins et dans un second temps de faire des comparaisons plus détaillées des contenus. Un autre objectif pourrait être la réalisation d'un lexique mathématique arabo-latin.

Calendrier des premières séances

366 novembre 2008, Ahmed Djebbar : présentation des traités d'al-Mursî et d'Ibn al-Jayyâb.

374 décembre 2008 : Marc Moyon : « Etude comparative de la Risâla fî t-taksîr d'Ibn 'Abdûn et du Liber mensurationum d'Abû Bakr ».

3822 janvier 2009 : La Risâla fî t-taksîr d'Ibn 'Abdûn : problèmes relatifs au trapèze.

3919 février 2009 : À propos des figures circulaires chez Ibn 'Abdûn, Abû Bakr et 'Abd ar-Rahmân.

409 avril 2009 : Travail sur manuscrit : la risala at-taksîr d'Ibn 'Abdûn.

Séminaire « Wagner, Nietzsche, leur postérité » (Musique, danse, mimèsis : les Grecs et leur modernité, II)

41Co-organisé par Hölger Schmid (STL) et Anne Boissière (CEAC). Mensuel.

Présentation

42Dans la Naissance de la Tragédie, Nietzsche s'insurge le premier contre une conception de l'oeuvre d'art tragique inspirée depuis toujours de la Poétique d'Aristote, pour explorer le phénomène primordial du chœur dansant, producteur de l'image et de l'espace scénique, le paradigme de ce que les Grecs appelaient mousikè (unité originelle de la musique, de la danse et de la poésie). Il entreprend par là même de répondre à la bouleversante modernité du drame wagnérien, dans son rapport inédit entre musique et scène, ce que l’on désignera désormais -et tant bien que mal- « l’oeuvre d’art totale. C'est ce tournant nietzschéen, puis sa postérité, qu'on propose d'étudier, eu égard au fait que l'évolution de l'art européen depuis cette époque consiste d’une manière ou d’une autre en une explication avec l’idéal wagnérien. Sera à interroger la constellation théorique et pratique des poètes Baudelaire, Mallarmé, Valéry, lesquels se détournent résolument d’une conception traditionnelle de l’art comme imitation : soulevant la possibilité apparemment paradoxale d’un drame non imitatif, ils réintroduisent la danse comme noyau de l’oeuvre d’art et reposent, au sommet de la modernité, l’ancienne question de la mousikè.

Calendrier

435 décembre 2008

4416 janvier 2009

456 février 2009 : Alexandre Bleau « Du supplice de Marsyas au supplice d’Orphée : l’art antimimétique de Mallarmé et de Debussy dans sa répétition du mythe grec ».

4613 mars 2009

473 avril 2009 : Sarah Nouveau « Les solos de Mary Wigman en écho à la pensée de Nietzsche ».

4822 mai 2009 : Sophie Klimis « Le drame musical grec, utopie du politique ? »

Séminaire « Xénophane : poète et philosophe ?  Lecture de l'ensemble des témoignages et textes transmis »

49Responsables : Fabienne Blaise et Anne De Cremoux. Mensuel.

Présentation

50Ce séminaire se situe dans le prolongement des travaux qui se font à STL sur le rapport qu'entretiennent les productions poétiques que l'époque archaïque grecque nous a conservées non seulement avec une tradition poétique héritée ou concurrente, mais aussi, pour certaines d'entre elles où semble s'élaborer une réflexion pratique (éthique ou politique),  avec une pensée identifiée comme philosophique, principalement intéressée, à la même époque, par le monde physique. La tradition fait correspondre Thalès avec Solon (que Diels-Kranz n'accueillent pas parmi leurs Présocratiques), et Epicharme est doté d'un double visage : de comique et de philosophe (lui a sa place dans le Diels-Kranz).

51Xénophane, quant à lui, est connu comme poète élégiaque et philosophe présocratique. Le mode d'édition des poèmes et fragments est significatif : le Xénophane "intégral" a sa place dans les Fragments des Présocratiques édités par Diels-Kranz, mais West n'en sélectionne que les fragments élégiaques (contrairement d'ailleurs à ce que font Gentili-Prato dans leur propre édition des poètes élégiaques). Le séminaire souhaite associer « littéraires » et philosophes, doctorants aussi bien que chercheurs confirmés, pour essayer d’appréhender une œuvre qui, pour que l'on puisse prétendre à mieux la comprendre, ne peut pas être l’objet, comme c’est souvent le cas, d’études dissociées, philosophiques d’un côté, littéraires de l’autre. On lira pour ce faire l'ensemble des textes (de fait peu nombreux) qui concernent Xénophane : témoignages, poèmes et fragments.

52Le séminaire a lieu le mercredi, une fois par mois à partir de novembre.

Séminaire de Philosophie ancienne

53Responsables : A. Jaulin, M. Crubellier, P.M. Morel. Thème de l'année:« Philia et Dikè, autour de la Politique d'Aristote ». Quatre rencontres d'une journée et demie dans l'année (vendredi et samedi matin).

Séminaire « Science et Littérature : le cas de l'alchimie »

54Responsables : Bernard Joly et Rémi Franckowiak. Organisé avec le soutien de la MSH Nord-Pas-de-Calais. Mensuel.

Présentation

55L’alchimie de la Renaissance et du XVIIe siècle, qui était en réalité la chimie de l’époque, entretient un double lien avec la littérature : elle se diffuse à travers des œuvres se rapprochant parfois du romanesque ou de la poésie ; ses thèmes sont repris dans des œuvres littéraires jusqu’à notre époque. On peut alors se demander si ce n’est pas essentiellement sous les formes littéraires qu’elle s'est donnée ou qui lui furent données bien malgré elle que l’alchimie nous est parvenue, se présentant alors sous des formes où dominent le symbolisme et l’allégorie, au détriment du travail conceptuel qui marquait les travaux « chymiques » de la Renaissance et du XVIIe siècle. L’opposition commode et répandue entre la chimie et l’alchimie ne correspondrait alors pas tant à deux types de savoirs qu’à deux niveaux d’écriture de la chimie ancienne.

56On examinera dans quelle mesure cette situation a pu contribuer aux interprétations erronées qui perturbent parfois nos représentations de l'alchimie. Mais il faudra pour cela que soient examinées attentivement les diverses formes prises aussi bien par l’écriture alchimique, la rhétorique de la chimie ancienne et les reprises romanesques ultérieures.

57D’une manière plus générale, c’est la question du rapport entre science et littérature qui se trouve ainsi posé, dans la mesure où il ne s’agit pas seulement de repérer les reprises romanesques de thèmes scientifiques, mais aussi de mettre en évidence les procédés littéraires et rhétoriques qui sont toujours à l’œuvre dans l’écriture scientifique.

Programme

5815 décembre 2008 : Bernard Joly (professeur à l’université de Lille 3, STL) : « Les distorsions littéraires de l’alchimie (1). Reprises de thèmes alchimiques dans la littérature ».

5919 janvier 2009 : Bernard Joly : : « Les distorsions littéraires de l’alchimie (2). L’écriture alchimique et les pièges de sa rhétorique ».

6016 février 2009 : Rémi Franckowiak (maître de conférences à l’université de Lille 1, STL) : « L'écriture alchimique des secrets de la nature : A la Nature ses voiles, au discours alchimique ses styles ».

6116 mars 2009 : Didier Kahn (chargé de recherches au CNRS) : « Le langage figuré et les débuts du roman alchimique. »

626 avril 2009 : Franck Greiner (professeur à l’université de Lille 3) : « Le merveilleux alchimique et les récits de miracle. »

6325 mai 2009 : Laura Dherbecourt (UFR de Lettres modernes, université de Lille 3), « L'expérience alchimique et poétique de la Chrysopée d'Augurelli (1515) d'après la traduction de François Habert (1549). »

6415 juin 2009

—Véronique Adam (maître de conférences à l’université de Toulouse Le Mirail) : « L’imagination de l’alchimiste dans quelques textes littéraires de la période baroque. (figures de l’alchimiste, représentations de ses objets caractéristiques et référence à son lieu propre) »
—Bernard Joly : « La chimie au début du XVIIIe siècle, entre le roman cartésien de la science mécaniste et les affabulations des alchimistes. »

Séminaire de linguistique

65Responsables : Dany Amiot et Georgette Dal. Mensuel.

Programme

66Vendredi 9 janvier 2009 : Nick Riemer (Université de Sydney, Australie) : “The 'Semantic evidence for polysemy' principle: counterexamples from English”

67Vendredi 13 février 2009 :

-Roland Noske (Université de Lille 3) : « La ‘loi’ de Verner comme résultat de l’interaction entre voisement intervocalique et rétraction vers la coda »

68-Anne Jugnet (Université de Lille 3) : « Des subordonnées introduites par "when" arguments ou adjoints ? »

69Les vendredis 13-03, 10-04 et 15-05

70Coordinateur : Rafael Marin (Université de Lille 3)

71Thème de l’atelier : Les nominalisations

72Cet atelier, structuré en trois séances, fait partie du projet NOMAGE :

73– séance du 10 avril : Isabelle Roy (Univ. de Tromso) : « Les noms déadjectivaux et la structure interne de l'adjectif »

74– séance du 15 mai : l’étude sémantique d’un type particulier de nominalisations, celles que l’on dit « concrètes » ou « de résultat ».

75- séance supplémentaire du 3 avril 2009

Rudy Loock (Université de Lille 3) : « L‘antéposition attitude’ : phénomène de mode ou morphosyntaxe innovante ? »

Marine Vuillermet (DDL / Université de Lyon 2) : « Complexité aspectuelle : le cas de l’ese ejja »

76Vendredi 12 juin 2009 : Après-midi thématique sur les grammaires de l’Inde

Intervenant : Pascale Haag (EHESS) : « La grammaire de Panini. Structure et méthodes »

Émilie Aussant (EHESS) : « Pravrtti-nimitta : la “cause d'application” des mots »

77Vendredi 26 juin 2009 :

Céline Corteel (Université de Lille 3) : « Vous avez dit même ? Sur l’encodage des arguments de même exprimant l’identité »

Christopher Pinon (Université de Lille 3) : « Une sous-classe d'adverbes de manière : les adverbes de degré de perfection »

78Résumés téléchargeables en annexe

Séminaire « Lecture d’Hécube »

79Responsable : Philippe Rousseau). En quinzaine.

Séminaire de « Lecture du Livre Eta de la Métaphysique d'Aristote »

80Responsables : Michel Crubellier, STL, Pierre Destrée, Université Catholique de Louvain, Annick Stevens, Liège.

Séminaire « Interprétation, Formes et Problèmes »

81Responsables : Shahid Rahman, Laurent Keiff et Marie-Hélène Gorisse. Séminaire soutenu par la MESHS. En quinzaine.

Séminaire de « Lecture de Génération et corruption » (à partir de I, 7)

82Responsable : Claire Louguet.

Séminaire de « Traduction de Simplicius, Commentaire sur la Physique, Livre 2 »

83Responsables : Alain Lernould et Claire Louguet. En quinzaine.

Séminaire « Facta et ficta : analyse du traitement phénoménologique de l'imagination et des actes non positionnels »

84Responsable : Claudio Majolino.

Présentation

85Lors du premier volet 2007-8 du séminaire de recherche « Facta et Ficta » la question des rapports entre phénoménologie et imagination a été abordée d’un double point de vue. Nous avons d’abord problématisé la notion même d’imagination en essayant, historiquement, d’en montrer la genèse et de reconstruire les ruptures et les changements de problématique qui en ont provoqué la naissance. Nous avions notamment étudié le débat sur la phantasia entre Platon et Aristote, étude qui nous a permis de mieux cerner les enjeux ontologiques et métaphysiques d’un tel questionnement et de mettre en relief la complicité entre tout un pan de problèmes exprimés par le registre de la phantasia et la question même de l’apparaître. L’approfondissement de cette complicité ainsi que l’étude des différents traitements de la phantasia  au sein de la tradition antique a fait l’objet d’une journée d’études : « Signification, imagination : parcours de la connaissance dans la philosophie antique ».

86Le deuxième aspect abordé au cours du séminaire a été la reprise par la phénoménologie husserlienne d’un tel réseau de problèmes, reprise occasionnée par la refonte intentionnelle du problème de l’apparaître. Nous avons donc étudié en détail le traitement de l’imagination dans l’école de Brentano (Brentano, Meinong), pour le comparer avec celui husserlien. L’étude de Husserl s’est cependant limitée aux textes autour des Recherches Logiques, alors que l’étude des recherches husserliennes ultérieures (menées par Husserl à partir des années dix) ainsi que des réflexions post-husserliennes sur l’imagination (notamment Sartre et Fink) ont été reportées au deuxième volet 2008-9. Certains thèmes liés à ce deuxième volet ont néanmoins été anticipés lors de la journée d’études internationale « Phantasia, Imagination, Référence vide: la phénoménologie face aux fictions ».

87Le séminaire de cette année prévoit donc d’achever le travail sur le traitement phénoménologique de l’imagination notamment par une étude systématique des textes recueillis dans le volume XXIII des Husserliana traduit en français avec le titre Phantasia, conscience d’image, souvenir (Millon, 2001).

Calendrier

8806/02 : Samuel Dubosson (Université Paris 1) : « Imagination et reproductibilité technique chez Husserl »

8920/02 : Alexandre Billon (Université Lille 3) : « Imagination de re »

9006/03 : Bernard Besnier (ENS Lyon)

10h-12h : « La notion d' « expérience de phantasia » chez Husserl »

14h-16h : « Phantasia et Enargeia dans le Traité du sublime du Pseudo-Longin »

9127/03  Eduard Marbach (Université de Berne) : « Eléments d’un formalisme pour exprimer les structures de la conscience, développé à partir d’une analyse de l’imagination, de la conscience d’image et du souvenir »

9217/04 Juan Redmond (Université de Lille 3) : « Fiction et identité. Le cas de Pierre Menard et les deux Quichottes »

9315/05 Amie Thomasson (University of Miami): “Fiction, Existence and Reference”

9422/05 Roland Breeur (Archives Husserl, Louvain) : « Des passions irréelles »

95Résumés et bibliographies téléchargeables en annexe

Séminaire « Écritures scientifiques »

96Responsables : Lucien Vinciguerra et Anne-Lise Rey. Trois demi-journées.

Séminaire interdisciplinaire « Lexique et cognition »

97Co-organisé par STL (Georgette Dal) et URECA (Séverine Casalis), proposé au titre de l'Ecole Doctorale SHS. Mensuel.

Séminaire « L’instrument de musique. Approches ontologiques et esthétiques »

98Responsable : Bernard Sève. Hebdomadaire.

Présentation par Bernard Sève

99À de rares exceptions près (Hegel, Jerrold Levinson, Stephen Davies, Bernard Stiegler), l’instrument de musique est le grand absent des philosophies de la musique. Les historiens de la musique, les musicologues et ethnomusicologues (André Schaeffner), les anthropologues, les acousticiens (Jean-Claude Risset, Jean Kergomard), les chercheurs de l’IRCAM et du LMA (UPR –7051), les sociologues, travaillent la question de l’instrument de musique, non les philosophes. Les présupposés vocalistes, parfois technophobes, de la philosophie classique ne suffisent sans doute pas à expliquer cette étrange surdité instrumentale.

100L’analyse de cette surdité ne constitue qu’un premier temps, nécessaire mais non le plus important, du séminaire que je propose. L’essentiel est le travail de problématisation philosophique de l’instrument que je compte mener. Ce travail repose sur un certain nombre de thèses, paradoxales pour certaines d’entre elles, que les premières séances auront pour objet de présenter et de soumettre à la discussion savante. Voici ces thèses :

1011) la musique est le seul art qui use d’instruments artistiques, c’est-à-dire d’instruments dont l’usage est nécessaire à l’existence même de l’œuvre considérée (ce qui le distingue de l’accessoire de théâtre) et relève de la performance (ce qui le distingue d’une caméra ou d’une table de montage). Il s’agit d’analyser rigoureusement ce que signifie « jouer de » quand l’expression est construite avec le nom d’un instrument de musique (« jouer du violoncelle »)

1022) la prise en compte de l’instrument de musique doit, pour des raisons méthodologiques fondamentales, être considérée comme première par rapport à la prise en compte de la voix humaine (laquelle fonctionne dans l’esthétique philosophique classique, mais aussi dans les approches de type psychanalytique, non seulement comme obstacle épistémologique, mais très souvent comme une véritable instance de refoulement de la question de l’instrument)

1033) l’instrument de musique n’est complètement pensé que lorsqu’il est pensé dans sa relation avec la notation musicale ; relevant comme cette dernière de la logique de la discrétisation du continuum sonore, il apparaît alors comme une forme d’archi-écriture (en un sens qui n’est que très partiellement derridéen) ; cette thèse méthodologique n’implique aucune dévalorisation esthétique ou culturelle des instruments relevant de l’ethnomusicologie, instruments qui supposent, en outre, une « écriture invisible » qui est celle non de « l’œuvre » mais, à tout le moins, de l’échelle sonore de la société considérée

1044) la relation, très variable selon les temps et les lieux, entre instrument et notation fait apparaître un « jeu » ou une « marge de négociation », dans la pratique de l’interprétation, entre les possibilités et impossibilités de celle-ci et de celui-là

1055) si on admet que le concept d’ « ontologie » appliqué aux œuvres d’art recouvre deux questions différentes, celle de l’identité et celle du mode d’existence, l’instrument de musique pose deux fois une double question ontologique :

106 - 5.1.a : la question de l’identité de l’instrument (identité générique et identité numérique) ; tout hautbois, de facture supposée identique, est-il substituable à tout hautbois ? La méthodologie analytique des paires indiscernables est-elle ici pertinente et éclairante ?

107 - 5.2.a : la question de l’identité de l’œuvre musicale quand on la suppose jouée, premier cas, par des instruments génériquement identiques et numériquement différents, et, deuxième cas, par des instruments génériquement différent (cas de la transintrumentation)

108 - 5.1.b : la question du mode d’existence de cet objet complexe, technique et artistique à la fois, souvent œuvre d’art lui-même (clavecins somptueusement décorés de l’âge classique ou bassons russes, pour ne prendre que deux exemples), qu’est l’instrument de musique. L’instrument « est »-il encore un instrument quand il n’est pas joué ? « Quand y a-t-il instrument ? », pour pasticher Goodman. Quel rapport y a-t-il entre le corps technique de l’instrument (objet du luthier, du restaurateur, de l’acousticien) et son corps artistique (objet du musicien, du compositeur, de l’auditeur) ?

109 - 5.2.b : la question du mode d’existence de l’œuvre musicale elle-même, question souvent traitée dans l’esthétique analytique (Jerrold Levinson, Nelson Goodman, Joseph Margolis, Peter Kivy, Roger Scruton, Stephen Davies), mais également dans la tradition phénoménologique (Roman Ingarden, Jean-Paul Sartre) ou structuraliste (Boris de Schloezer), mais très rarement en relation avec la question de l’instrument. Je soutiens la thèse que la prise en compte de l’instrument et de son usage effectif est un des paramètres définitionnels de l’œuvre musicale (que cet instrument soit prescrit, comme c’est l’usage en Occident depuis le 17ème siècle, ou qu’il ne le soit pas, comme dans L’Art de la fugue de Bach et tant d’autres exemples). Je propose ainsi une ontologie feuilletée ou étagée de l’œuvre musicale : ontologie par cercles concentriques, mettant au jour des « intensités ontologiques » différentes pour l’existence de l’œuvre musicale (l’Hymne à la Joie de Beethoven existe dès qu’il est joué, mais il n’existe pas de la même manière selon qu’il est intégralement joué en live par l’Orchestre Philharmonique de Berlin ou qu’il est enregistré, en extrait, comme sonnerie de téléphone portable : intensité ontologique minimale ici, maximale là).

1106) l’instrument de musique est médiateur entre deux types de temporalité : l’une, qu’il effectue (au sens le plus fort de ce terme), est celle de l’œuvre musicale, qui est processus et non objet ; l’autre, dans laquelle il est pris, est celle de l’histoire (histoire des techniques, mais aussi histoire économique, politique, religieuse) ; ce fait n’a pas d’équivalent dans les autres arts. La disparition de certains instruments (le serpent, la viole de gambe), leur réapparition comme instruments contemporains (le clavecin chez Ligeti ou Elliott Carter), leur invention plus ou moins soudaine à un moment déterminé de l’histoire (la clarinette, le saxophone), leurs modifications continuelles à travers l’histoire (la flûte traversière) ou leur étonnante permanence (le trombone à coulisses, pratiquement inchangé depuis le 15ème siècle), sont autant de « cas » appelant examen. L’instrument de musique est zeitbildend, et nous apprend à ce titre quelque chose sur le temps musical, voire sur le temps humain en général.

111Deux précisions sur le séminaire :

1121) L’objet du séminaire ne concerne donc, en un premier temps du moins, que ce qu’on appelle aujourd’hui « l’instrument traditionnel », non au sens ethnomusicologique du terme, mais au sens désormais utilisé pour le distinguer des instruments électroacoustiques ou des pratiques conduisant à la « fusion de l’instrument et de l’ordinateur » (IRCAM). Ce n’est pas une question de musique « classique » versus musique « contemporaine », puisque bien des compositeurs contemporains n’ont jamais lâché l’instrument traditionnel (Boulez, Ligeti, Lachenmann, Eötvös) ou y sont revenus (Dufourt).

1132) Les intervenants ne partagent pas forcément les thèses que je viens d’exposer ci-dessus. Les voix dissonantes sont, au contraire, bienvenues.

Programme pour l’année 2008-2009

11417 février 2009 : Bernard Sève, Professeur d'esthétique et de philosophie de l'art à l'UFR de Philosophie de Lille 3  : « La condition organologique de la musique »

1153 mars 2009 : Hervé Lacombe, Professeur de musicologie à l’université Rennes 2 : « L’instrument de musique : identité et potentiel »

11617 mars 2009 : Johan Girard, docteur en Sciences de l’Information et de la Communication, enseignant à l’Université Paris-3 : « De la bande vers l'instrument : l'esthétique du « transfert » dans la musique répétitive américaine »

11731 mars 2009 : Jean Kergomard, Directeur de recherches au CNRS, Laboratoire de Mécanique et d'Acoustique (Marseille) et chercheur associé à l'IRCAM : « Les instruments de musique : à chacun son timbre, mais une seule physique ! »

11814 avril 2009 : Jerrold Levinson, Professeur à l’Université du Maryland (USA)  : « L'instrument comme moteur de création musicale et cadre d'écoute musicale »

1195 mai 2009 : Anne Boissière, Professeure d'esthétique à l’UFR « Arts et Culture » de Lille 3 : « La musique des instruments : réflexions à partir d’André Schaeffner »

12019 mai 2009 : Bernard Sève : « Utilisation et 'présentation' des instruments de musique »

1219 juin 2009 : Marianne Massin, Maître de conférence en esthétique et philosophie de l'art à l'UFR de Philosophie de Lille 3 : « Christian Marclay : un iconoclasme musical »

Séminaire tournant Lille/Bruxelles sur « Les gnoses païennes et chrétiennes »

122Responsables : Michèle Broze, ULB et Alain Lernould, STL. Trois à quatre rencontres par an

Groupe de travail interuniversitaire « Mathématique et Philosophie », Université de Lille

123Séminaire 2008-2009 : « Idées et Nombres »

124Responsables : Michel Crubellier et Claudio Majolino).

125Programme téléchargeable en annexe.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Séminaires et groupes de travail (2008-2009) », Methodos [En ligne], 9 | 2009, mis en ligne le 04 octobre 2017, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/methodos/1947

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • OpenEdition Journals