Navigation – Plan du site
Travaux

Thèses de doctorat soutenues en 2008

Plan

Haut de page

Texte intégral

Frédéric Leclercq, Jean-Baptiste Biot (1774-1862) et la théorie corpusculaire de la lumière.

1Thèse soutenue le 14 février 2008 à l’Université de Lille 1.

Composition du jury

Michel Blay, Directeur de recherche au CNRalaaS (ENS Paris)

Jean Eisenstaedt, Directeur de recherche au CNRS (Observatoire de Paris)

Robert Locqueneux, Professeur émérite à l'Université de Lille 1

Bernard Maitte, Professeur à l'Université de Lille 1, Directeur de thèse.

Résumé

2A la fin du XVIIIe siècle, l’application des principes de la mécanique exprimés par une analyse mathématique souveraine a permis à Laplace une justification très exacte du mouvement des corps célestes. A cette époque, il lui apparaît nécessaire de mieux connaître les phénomènes terrestres.

3Dès 1805, Laplace parvient à transcrire en termes mécaniques certains phénomènes physiques avec les mêmes principes qui ont servi à décrire avec exactitude les phénomènes célestes.

4En 1808, la découverte de la polarisation de la lumière par Malus ouvre un champ d’études immense. Dès 1812, Biot, qui succède à Malus, réussit à décrire dans le cadre de la physique laplacienne, au moyen de mouvements spécifiques des corpuscules lumineux autour de leur centre de gravité, les divers aspects des polarisations chromatique et rotatoire.

5Les principes mécaniques sur lesquels reposent cette pratique de la science semblent satisfaisants pour justifier des phénomènes, malgré des hypothèses disparates. Mais, des faits nouveaux la déstabilisent : à l’occasion de l’étude des cristaux en lumière convergente, Brewster critique les résultats de Biot qui réagit promptement. Ce dernier étend alors la théorie de la double réfraction des cristaux à un axe, élaborée par Malus, au cas de ceux qui en ont deux. Simultanément, Fresnel donne au système des ondes une avancée rapide sur les mêmes sujets : malgré la persévérance de Biot, la théorie ondulatoire, en concurrence avec la théorie corpusculaire de la lumière, prend de plus en plus d’importance.

Mots clés

6Biot, théorie corpusculaire de la lumière, polarisation, double réfraction, lumière convergente, physique laplacienne, théorie des accès.

Abstract

7At the end of the XVIIIth century, the application of the principles of mechanics expressed by a sovereign mathematical analysis allowed Laplace to justify very accurately the movement of heavenly bodies. At that time, it seemed to him necessary to have a better knowledge of terrestrial phenomena.

8From 1805, Laplace managed to transcribe in mechanical terms some physical phenomena using with the same principles which served to describe heavenly phenomena with accuracy.

9In 1808, the discovery of the polarization of light by Malus opened a very large field of research. From 1812, Biot, who replaced Malus, managed to describe the diverse aspects of chromatic and rotatory polarizations within the framework of Laplacian physics, by means of specific movements of the corpuscles of light around their center of gravity.

10The mechanical principles at the basis of this scientific practice appeared satisfactory to justify phenomena, in spite of disparate hypotheses. But, new facts threw the whole thing back into question : the study of crystals with convergent light caused Brewster to criticize Biot’s results. The latter’s response was quick ; he spread the theory of the double refraction of crystals with one axis, elaborated by Malus, to those which have two axes. Simultaneously, Fresnel made the wave theory evolve rapidly on the same subjects : in spite of Biot’s perseverance, this theory, in opposition with the corpuscular theory of light, gradually became prevalent.

Keywords

11Biot, corpuscular theory of light, polarization, double refraction, convergent light, Laplacian physics, theory of fits.

Maddalena Colombo, Il Metrum in Genesin : una parafrasi biblica dello Pseudo-Ilario.

12Thèse soutenue le 4 mars 2008 à l’Université de Trente.

Composition du jury

Gabriella Moretti, Università degli Studi di Trento

Philippe Rousseau, Université de Lille 3

Marc Baratin, Université de Lille 3

Fabio Gasti, Università degli Studi di Pavia

Isabella Gualandri, Università degli Studi di Milano

Résumé

13La thèse de doctorat de Maddalena Colombo concerne un texte latin du V siècle, composé de 204 vers, attribué au poète gallique Hilaire, donc le titre transmis est In Genesin (édition critique de référence publiée par G.E. Kreuz, Wien 2006).

14Ce texte traite le thème de la création du monde, donc on expose le récit de la Genèse, jusqu’au Déluge.

15Dans la première partie il y a une étude de la tradition manuscrite; par rapport aux deux manuscrits du IX siècle, il y a une description exhaustive, en suite de la vision d’eux à la bibliothèque Municipale de Laon, et une histoire de leur origine. Maddalena Colombo a étudié avec attention l’histoire de la naissance de la Bibliothèque médiévale de Notre Dame de Laon: elle a essayé de reconstituer le milieu de l’origine des manuscrits les plus anciennes du texte.

16Pour les manuscrits du XIII, XV et XVIII siècle il y a une description plus brève, en deux cas en suite de leur vision à la Bibliothèque Nationale de France, et des signes de leur histoire.

17Puis Maddalena Colombo a discuté à propos des nombreux problèmes d’attribution du texte. En fait, il a été attribué à différents auteurs (Hilaire de Poitiers, Hilaire d’Arles) et il est dédié au Pape Léon I : on se discute aussi à propos du problème du pays d’origine du texte et de la date de composition. Donc, il y a une histoire des textes imprimés du XVI siècle jusqu’au 2006, qui sont très nombreux, et des opinions, différentes à propos de la paternité du texte, avec une considération particulière de l’hypothèse de S. Cavallin, pas considérée jusqu aujourd’hui: cette hypothèse essaye de montrer la plausibilité de l’attribution du texte à Hilaire d’Arles et Maddalena Colombo souligne aussi la nécessité de l’approfondir et de la reconsidérer. Ensuite il y a un résumé de l’opinion, très récente, de G.E. Kreuz: dans sa pointe de vue, l’In Genesin est une partie un poème qui comprend un autre texte poétique attribué à Hilaire de Poitiers, le Carmen de Evangelio. Maddalena Colombo montre aussi les différences entre son apparat critique e celui de Kreuz.

18Ensuite, elle présente un chapitre à propos des problèmes associés à la définition du genre littéraire du texte: on a parlé, en fait, de «épique biblique ou de «paraphrase biblique», mais elle montre l’impossibilité de définir ce texte dans le cadre des limites étroites.

19Dans la deuxième partie, il y a le texte latin, l’apparat critique et la traduction, avec une petite table des phénomènes métriques.

20Dans la troisième partie, on se présente un ample commentaire, dans lequel on se discute des problèmes philologiques et littéraires du texte; il y a un avant-propos pour présenter la structure et les sources de l’auteur: elles sont distinguées entre les sources exégétiques et les auteurs classique qu’il connaissait, surtout Virgile, Lucrèce et Ovide. Elle discute aussi de l’influence des auteurs de poésie chrétienne dans le texte d’Hilaire : on a été étudié le rapport entre l’In Genesin et les autres textes chrétiens, en particulier ceux qui ont pour sujet le récit de la Genèse de la création jusqu’au Déluge, en ce qui concerne le contenu, le style et la présence des réminiscences de la tradition littéraire poétique latine. Elle essaye de montrer l’influence, en particulier, de Proba et de Prudentius, par rapport à la structure du texte et la langue poétiques de la composition.

21Dans la partie conclusive, elle discute en particulier du rôle très important d’Ovide entre ce texte, qui pourrait être considéré une interpretatio Ovidiana de la Genèse, en accorde avec l’opinion de Michael Roberts. Par rapport au rôle de Lucrèce, elle pense que la critique de K. Smolak et de G.E. Kreuz a beaucoup surévalué et souligné son influence et elle propose plus de circonspection à propos de l’estimation des réminiscences  lucrétiennes: en fait, quelques-unes pourraient être indirectes, par rapport à l’imitation de Lucrèce que Ovide et Virgile ont fait avant Hilaire et le rôle des ces deux auteurs est très important dans ce texte; puis, quelques expressions peuvent avoir une origine lucrétienne, mais, à l’époque d’Hilaire, elles font partie de la langue de la poésie cosmologique. Une analyse plus réfléchie permit de distinguer les vrais touches lucrétiens dans le texte.

Constantin Bashi Murhi-Orhakube, Réflexions préliminaires à la rédaction d'un dictionnaire mashi-français.

22Thèse soutenue le 7 juillet 2008 à l’Université de Lille 3.

Composition du jury

Pierre Corbin Maître de Conférences HDR à l’Université Charles de Gaulle-Lille 3

Denis Creissels, Professeur émérite à l’Université de Lyon II

Claire Gregoire, Professeur honoraire à l’Université libre de Bruxelles

Jean Kabita, Professeur à l’Université de Gand

Anne Marie Berthonneau, Professeur émérite à l’Université Charles de Gaulle–Lille 3, Directrice de thèse.

Résumé

23Ce travail a pour objectif de proposer une maquette de dictionnaire bilingue mashi-français. Le mashi est une langue bantoue de la zone J53, parlée en République Démocratique du Congo, par environ un million de locuteurs. Le seul dictionnaire bilingue publié pour cette langue par ailleurs peu décrite est celui de Hoste (1985). Après avoir présenté les principales caractéristiques du mashi dans la perspective de la rédaction d’un dictionnaire (ton lexical, système phonologique et graphies, classes nominales, dérivation verbale), nous prenons appui sur différents dictionnaires de langues bantoues parlées en République Démocratique du Congo (langues) pour définir la maquette de la macrostructure et de la microstructure de notre projet de dictionnaire. Ce travail est illustré par trois cents cinquante-deux articles rédigés, à partir desquels nous commentons les choix effectués pour la rédaction de notre propre dictionnaire. La thèse comporte diverses annexes sur les langues parlées en République Démocratique du Congo et sur la dérivation verbale en mashi.

Mots clés

24dictionnaire bilingue, lexicographie, lexicographie bilingue, langue bantoue, mashi, macrostructure, microstructure, homonymie et polysémie, exemples, équivalents, collocations, expressions idiomatiques, proverbes

Abstract

25The aim of this work is to sketch out a model for a bilingual Mashi – French dictionary. Mashi is a Bantu (zone J53) language spoken in the Democratic Republic of Congo by approximately one million speakers. The only published bilingual dictionary for this sparsely described language is the one by Hoste (1985). Having presented the main characteristics of Mashi in the perspective of a dictionary making (lexical tones, phonological and graphical systems, noun classes, verbal derivation), we define the macro- and micro-structure model for our dictionary project using as our starting point the existent dictionaries of Bantu languages spoken in the Democratic Republic of Congo. This work is illustrated by three hundred and fifty-two written entries on the basis of which we comment our choices for the making of our own dictionary. This dissertation contains various appendices concerning the languages spoken in the Democratic Republic of Congo and on the verbal derivation in Mashi.

Keywords

26bilingual dictionary, lexicography, bilingual lexicography, bantu language, Mashi, macrostructure, microstructure, homonymy and polysemy, examples, equivalents, collocations, idiomatic expressions, proverbs

Belkacem Benzenine, La question de la laïcité dans la pensée arabe contemporaine.

27Thèse soutenue le 9 octobre 2008 à l’Université de Lille 3.

Composition du jury

Leïla Babes, Université catholique de Lille

Danièle Delmaire, Professeur émérite, Université de Lille 3

Bruno Etienne, Professeur émérite, I.E.P. Aix-en-Provence

Mohamed Reda Mezoui, Université d'Alger

Patrice Canivez, Université de Lille 3, Directeur de thèse.

Résumé

28Cette thèse propose une lecture critique des principaux travaux des penseurs arabes sur la question de la laïcité. Il s’agit ici de rendre compte d’un débat qui date de plus d’un siècle entre les différents courants de la pensée arabe : réformiste, libéral, islamiste. Nous examinons cette question du point de vue du rapport entre le politique et le religieux.

29En partant du premier débat sur la laïcité (entre le réformiste Muhammad ‘Abduh et le libéral Fara Anūn), nous analysons l’évolution des idées et les arguments des penseurs qui sont favorables à la laïcité et de ceux qui s’y opposent ou y mettent des réserves. Nous mettons l’accent dans ce débat sur les changements sociaux et politiques qui ont marqué les sociétés arabes.

30Afin de saisir la question de la laïcité dans toutes ses implications, nous nous intéressons au développement des idées relatives à notre sujet de recherche dans leur contexte historique et politique : liberté, égalité, modernité, nationalisme, tolérance, etc.   

Mots clés

31Laïcité, sécularisation, pensée arabe, modernité, liberté, rationalité, champ politique, champ religieux

Abstract

32This thesis proposes a critical reading of the principal works of Arab thinkers on the question of secularism (laïcité). The aim is to give an account of a debate that began more than a century ago between the different currents of the Arabic Thought: reformist, liberal, Islamist. We examine this issue from the viewpoint of the relationship between politics and religion.

33Starting with the first debate on secularism (between the reformist Muhammad ‘Abduh and the Liberal Fara Anūn), we analyze the evolution of ideas and the arguments of thinkers who are favourable or unfavourable to secularism. In this study we underline the social and political changes that marked Arab societies.

34To take the issue of secularism in all its implications, we are interested in studying the evolution of ideas in their historical and political context: freedom, equality, modernity, nationalism, tolerance, etc.

Keywords

35Secularism, secularization, Arabic thought, modernity, liberty, rationality, political field, religious field.

Chrysanthie Therapontos, Le génitif et le datif dans la complémentation verbale : le cas du grec.

36Thèse soutenue le 25 octobre 2008 à l’Université de Lille 3.

Composition du jury

Gunnar De Boel, Université de Gand

Béatrice Lamiroy, Université de Louvain

Ioanna Sitaridou, Université de Cambridge

Danièle Van de Velde, Université de Lille 3)

Marleen Van Peteghem, Université de Lille3, Directrice de thèse.

Résumé

37Notre étude porte sur les compléments de verbes marqués du cas génitif en grec moderne. Trois types de compléments génitifs sont distingués : les compléments argumentaux, les adjoints thématiques et les adjoints non thématiques. Bien que du point de vue morphologique, ces trois types de compléments soient tous marqués du génitif, l’examen de chaque type permet de faire ressortir leurs caractéristiques typiques et définitoires, tant sur le plan syntaxique que sur le plan sémantique. Le fait de nommer et de classer les trois types ne permet pas simplement de les distinguer, mais offre surtout la possibilité de mieux les connaître ; ce qui vaut surtout pour le complément adjoint thématique qui fait l’objet d’une étude particulière. Notre étude vise en même temps à dégager le lien syntaxique et sémantique entre les différents types de génitif. Deux hypothèses sont examinées. La première est celle selon laquelle le génitif est un cas structural. Il s’avère que le caractère structural de l’assignation du génitif verbal en grec ressort de deux conditions configurationnelles : (i) l’existence d’un argument interne autre que celui marqué du génitif, et (ii) la supériorité thématique du complément génitif. La seconde hypothèse est celle selon laquelle ces constructions génitives impliquent une relation de possession.

Mots clés

38cas, génitif, datif, syntaxe, sémantique, cas structural/inhérent/morphologique, complémentation verbale, arguments, adjoints, adjoints thématiques, objet interne, possession

Absract

39This study concerns the complements of two- and three-place verbs marked with genitive case in Modern Greek. Three types of genitive complements are distinguished: arguments, thematic adjuncts and pure, non-thematic adjuncts. Although these three types of complements are all morphologically marked as genitive, the analysis of each type highlights its characteristic and defining properties, showing that they can be distinguished both syntactically and semantically. The classification and identification of these three types of complements allows us not to only to distinguish them but also to better analyse them. This is especially the case for the thematic adjunct, which is the object of a more detailed study. Another goal of our study is to tease apart the syntactic and semantic links between the different types of genitives through the examination of two hypotheses. According to the first, the genitive is a structural case, assigned under two conditions: i) the existence of a second internal argument along with the genitive marked argument, and ii) the thematic superiority of the genitive complement. The second hypothesis is that all verbal genitive constructions imply a relationship of possession.

Keywords

40case, genitive, dative, syntax, semantic, structural/inherent/morphological case, verb complementation, arguments, adjuncts, thematic adjuncts, cognate object, possession.

Marc Moyon, La géométrie pratique en Europe en relation avec la tradition arabe, l’exemple du mesurage et du découpage : Contribution à l’étude des mathématiques médiévales.

41Thèse soutenue le 18 novembre 2008 à l’Université de Lille 1.

Composition du jury

Andréa Bréard, Université de Lille 1

Jens Høyrup, Roskilde University, Rapporteur

Edmond Mazet, Université de Lille 3, Président)

Jacques Sesiano, Ecole Polytechnique de Lausanne

Maryvonne Spiesser, Université de Toulouse 3

Bernard Vitrac, CNRS, Paris, Centre Louis Gernet, Rapporteur

Ahmed Djebbar, Université de Lille 1, Directeur de thèse. 

Résumé

42L’objet de notre travail est l’édition critique, la traduction française et l’analyse mathématique du Liber mensurationum d’Abû Bakr, du Liber Saydi Abuothmi, du Liber Aderameti et du De superficierum divisionibus liber de Muhammad al-Baghdâdî. Ces quatre textes de la tradition arabe traitent de deux chapitres de géométrie pratique : le mesurage et le découpage. Le mesurage a pour objet la détermination de grandeurs inconnues (longueurs, aires, volumes) à partir de grandeurs données. Le découpage consiste à diviser une figure géométrique en plusieurs parties selon des propriétés et des contraintes fixées a priori.

43Notre travail prend en compte certaines traditions mathématiques antérieures – mésopotamienne, grecque, latine de l’Antiquité tardive – en décrivant leurs activités de mesurage et de découpage. Nous complétons cette description avec une présentation des pratiques de l’Orient et de l’Occident musulmans. Ainsi, nous mettons en évidence certains éléments caractéristiques des pratiques de l’Occident musulman. Ceux-ci suggèreraient l’existence d’une tradition du mesurage et du découpage propre à cette région.

44Enfin, le corpus que nous présentons est un vecteur de la diffusion des pratiques de géométrie de la tradition arabe au monde latin. En effet, les quatre textes sont des traductions arabo-latines qui semblent avoir été réalisées en Andalus aux alentours du 12e siècle. À ce titre, leurs analyses nous permettent d’étudier un aspect de l’appropriation de la science arabe par les Latins.

Mots clés

45Mathématiques, géométrie pratique, mesurage, découpage, Occident musulman, Andalus, moyen-âge latin, traductions, Practica geometriae.

Abstract

46The practical geometry in Europe linked with the Arabian tradition, the example of the measurement and the division of figures : Contribution to the study of medieval mathematics.

47The object of our work is the critical edition, the French translation and the mathematical analysis of the Liber mensurationum of Abû Bakr, of the Liber Saydi Abuothmi, ofthe Liber Aderameti and of the De superficierum divisionibus liber of Muhammad al-Baghdâdî. These four texts of the Arabian tradition are about two chapters of practical geometry : the measurement and the division of figures. The measurement has for object the determination of unknown quantities (lengths, areas, volumes) from quantities data. The division of figures consists in dividing a geometric figures in several parts according to properties and constraints fixed a priori.

48Our work takes in account some previous mathematical traditions – mesopotamian one, Greek and Latin of the late Antiquity - describing their activities of measurement and division of figures. We complete this description with a presentation of the practices of the muslim Orient and Occident. Thus, we put in evidence some characteristic elements of the practices of the Muslim west. These would suggest the existence of a tradition of the measurement and the division of figures to this region.

49Finally, the corpus that we present is a vector of the diffusion of the practices of geometry of the Arabian tradition in the Latin world. Indeed, the four texts are arabo-Latin translations that seem have been achieved in Andalus around the 12th century. Their analyses allow us to study an aspect of the appropriation of the Arabian science by the Latin.

Keywords

50Mathematics, practical geometry, measurement, division of figures, Muslim West, Andalus, Latin Middle-Ages, translations, Practica geometriae.

Dimitri Tellier, La métaphysique bergsonienne : intériorité et extériorisation.

51Thèse soutenue le 21 novembre 2008 à l’Université de Lille 3.

Composition du jury

Renaud Barbaras (Paris 1)

Jean-Christophe Goddard (Toulouse 2)

Pierre Montebello (Toulouse 2)

Frédéric Worms (Lille 3), Directeur de thèse.

Anne Jugnet, L'extraposition des complétives objet en anglais.

52Thèse soutenue le 29 novembre 2008 à l’Université de Lille 3.

Composition du jury

Pierre Cotte (Université de Paris 4)

Michael Hegarty, (Louisiana State University)

Jean-Charles Khalifa (Université de Poitiers)

Anne Zribi-Hertz (Université de Paris 7)

Philip Miller (Université de Lille 3), Directeur de thèse

Résumé

53L’extraposition des complétives objets en anglais est caractérisée par la coprésence d’un élément nominal apparemment dénué de sens, it, en position objet, et d’un constituant phrastique, en position finale, qui décrit l’argument du prédicat. Les caractéristiques formelles de cette structure appellent un questionnement sur la notion de discordance entre statuts d’argument (sémantique) et de complément (syntaxique), ainsi que sur le rôle et le statut de l’élément nominal it.

54La présentation et l’analyse des contextes d’utilisation de la structure permettent une réflexion sur la nature des restrictions en jeu. L’extraposition de l’objet est très contrainte, étant donné qu’elle est soit obligatoire, soit marginale (lorsqu’elle est optionnelle). L’hypothèse défendue est que ces contraintes sont imposées par le prédicat enchâssant, et sont avant tout catégorielles.

55L’étude de l’extraposition de l’objet (structure dans laquelle un élément nominal et un constituant phrastique peuvent prétendre au statut d’objet) mène également à aborder la question des différences syntaxiques et sémantiques entre constituants nominaux et constituants phrastiques, ainsi que la question des modes de référence aux entités abstraites.

56Afin d’identifier les paramètres qui favorisent ou rendent obligatoire l’extraposition des complétives objets, diverses propriétés des subordonnées extraposées sont étudiées. Cet examen a pour objectif de déterminer ce qui distingue les extraposées des compléments phrastiques habituels, et plus précisément de discerner leurs spécificités syntaxiques, sémantiques, et discursives.

Mots clés

57complémentation phrastique, explétif, contraintes catégorielles, discordance, présupposition, prédication, entités abstraites, HPSG

Abstract

58The extraposition of clausal objects in English.

59The extraposition of clausal objects is characterized by the co-occurrence of an apparently meaningless nominal element, it, in object position, and of a clausal constituent (in final position), which describes the object argument of the predicate. The analysis of this construction calls for a reflexion on possible mismatches between the status of (semantic) argument and that of (syntactic) complement, as well as a discussion of the function and status of the nominal element it.

60The description and analysis of the contexts in which the structure is used help to define the types of restrictions at stake. The use of object extraposition is obviously constrained, as this structure is either obligatory or very rare (when optional). Our hypothesis is that the constraints are imposed by the embedding predicate, and can be analysed as categorial.

61This construction, in which a nominal element as well as a clausal constituent can be considered to be objects selected by the predicate, also raises the issue of the syntactic and semantic differences between nominal and clausal constituents, as well as the question of how abstract entities can be referred to.

62In order to identify the parameters that favour or compel the extraposition of clausal objects, various features of extraposed clauses are examined. The aim is to distinguish extraposed clauses from “usual” clausal complements, and, more specifically, to identify their particular syntactic, semantic, and pragmatic properties.

Keywords

63sentential complements, expletive, mismatch, categorial constraints, presupposition, predication, abstract entities, HPSG

Céline Corteel, Sur l'identité et la différence en français : étude de l'encodage des arguments de « même », « pareil », « autre » et « différent ».

64Thèse soutenue le 5 décembre 2008 à l’Université de Lille 3.

Composition du jury

Laca Brenda (Université de Paris 8)

Catherine Schnedecker (Université de Strasbourg 2)

Lucia Tovena (Université de Paris 7)

Danièle Van de Velde (Université de Lille 3)

Madame Marleen Van Peteghem (Université de Lille 3), Directrice de thèse

Résumé

65D’usage courant, les adjectifs même, pareil, autre et différent sont réputés exprimer une relation d’identité ou de différence. En dépit du traitement de certains dictionnaires, il s’avère que les notions de synonymie et d’antonymie ne permettent pas de rendre compte des spécificités de chacun. Pourquoi utilise-t-on pareil plutôt que même dans certains contextes ? Comment expliquer la coexistence de autre et de différent, alors qu’ils semblent parfois interchangeables ? Pourquoi différent et pareil ont-ils accès à la fonction de déterminant ? Autant de questions auxquelles on trouvera ici des propositions de réponses.

66Cette étude vise à dégager la spécificité sémantico-référentielle de même, pareil, autre et différent, à partir de l’examen des différentes possibilités d’encodage syntaxique de leurs arguments. Les adjectifs retenus donnent lieu à quatre types d’emplois, qui s’expliquent par le fait qu’ils établissent toujours une relation entre au moins deux entités. Sont ainsi successivement examinés les emplois à complément, les emplois anaphoriques, les cas de lecture interne et les cas de lecture dépendante.

67Il en ressort que autre fonctionne comme un opérateur négatif, qui permet d’exclure un référent donné comme référent du SN dans lequel il figure. L’interprétation de même est quant à elle liée à des effets de distributivité, sans lesquels on ne saurait accéder aux arguments de l’adjectif. L’identité exprimée par même peut s’établir sur le plan qualitatif ou référentiel, contrairement à ce qui se passe avec pareil, qui n’exprime jamais l’identité absolue. Pareil permet de mettre en lumière le fait qu’un référent donné présente des caractéristiques particulièrement saillantes, ou jugées comme telles. Différent, enfin, a toujours trait au qualitatif, et il oriente l’esprit vers la possibilité d’une distinction numérique. Ce sémantisme de partition se trouve renforcé lorsqu’il figure au pluriel en position prénominale.

68Ces éléments de description permettent de comprendre pourquoi même, pareil, autre et différent n’exploitent pas de la même façon les différentes possibilités d’encodage syntaxique de leurs arguments et pourquoi ils donnent lieu à des effets de sens différents.

Mots clés

69adjectif, différence, identité, corrélation, anaphore, dépendance référentielle, réciprocité, même, autre, pareil, différent.

Abstract

70French adjectives denoting a relation of identity or difference: how « même », « pareil », « autre », « différent » encode their arguments.

71In everyday use, the adjectives même, pareil, autre and différent are assumed to express a relation of identity or difference. The notions of synonymy and antonymy are insufficient to account for the characteristics of each adjective, though these concepts are employed in certain dictionaries. Why is pareil used instead of même in some contexts ? How can we explain the coexistence of autre and différent, which sometimes appear to be interchangeable ? Why do différent and pareil appear to act as determiners ? We propose answers to these various questions in the present work.

72The goal of this study is to describe the particular semantic and referential properties of même, pareil, autre and different, on the basis of the different possibilities for syntactically encoding their arguments. These adjectives have four distinct uses, as a function of the relationship they establish between their arguments. The first chapter examines cases of même / pareil / autre / différent when followed by an overt second argument introduced by a preposition or a complementizer. In chapters 2, 3 and 4, anaphoric readings, NP-internal readings and NP-dependant readings are examined one by one.

73It is shown that autre functions as negative operator used to exclude a referent from the potential referents of the NP in which it appears. As for même, its interpretation crucially relies on distributivity effects. It can express both ‘referential’ and ‘qualitative’ identity, whereas pareil is only used in the second case. Pareil turns out to involve appraisal, indicating that a referent has particularly salient properties. Different always implies qualitative differences, and it is used when the elements of the denoted set can be numerically distinguished. In the prenominal position of a plural, the latter function of différent is reinforced.

74The analysis offered in this study accounts for why même, pareil, autre and différent do not syntactically encode their arguments in exactly the same way. The proposal also explains the various meanings identified with these adjectives.

Keywords

75adjective, difference, identity, correlation, anaphora, referential dependency, reciprocity

Kathleen O'Connor, Aspects de la syntaxe et de l'interprétation de l'apposition à antécédent nominal.

76Thèse soutenue le 8 décembre 2008 à l’Université de Lille 3.

Composition du jury

Guglielmo Cinque (Université de Venise)

Ilse Depraetere (Université de Lille 3)

Jacqueline Gueron (Université de Paris 3)

Jean Charles Khalifa (Université de Poitiers)

Liliane Haegeman (Université Lille 3), Directrice de thèse

Résumé

77Ce travail propose une analyse de l’apposition en anglais dans le cadre de la grammaire générative, l’apposition étant définie comme la post-modification non-restrictive d’un NP (l’antécédent) par un AP, DP ou PP (l’appositive). L’étude est organisée en deux grands axes de recherche : la syntaxe interne et la syntaxe externe. La syntaxe interne concerne uniquement la structure syntaxique de l’appositive sans référence à la proposition qui l’entoure, tandis que la syntaxe externe renvoie à la relation entre l’appositive et sa proposition hôte.

78En ce qui concerne la syntaxe interne, une étude des différentes classes d’adverbes admises au sein d’une appositive montre que cette dernière comporte toute une hiérarchie de projections fonctionnelles dominant le IP. La présence de conjonctions et d’adverbes modaux indiquent que les appositives sont dotées d’une couche CP comprenant la projection SubP, site qui accueille les conjonctions, et la projection ForceP, associée avec la force illocutoire. Sont étudiées ensuite les projections nominales de l’appositive, particulièrement la possible présence d’un sujet et de quantifieurs. Il est proposé qu’une appositive contienne une relation de prédication avec un argument nul. Par ailleurs, certains quantifieurs semblent capables de flotter par rapport à ce sujet, tandis que d’autres se situent en position sujet.

79Le lien entre l’appositive et sa proposition hôte est un lien de coordination spécifiante. Cette relation est régie par une projection fonctionnelle dédiée, le &:P, qui prend l’antécédent dans son spécifieur et un DP nul dans son complément. Ce DP nul a pour complément le CP de l’appositive. Le sujet vide de l’appositive est doté d’un trait [+wh] qui l’oblige à monter vers le CP afin de vérifier ce trait dans une relation Spec-tête. Dans cette optique, une appositive est essentiellement une proposition relative appositive non-finie.

Mots clés

80syntaxe, appositive, apposition, proposition relative, proposition averbale

Abstract

81On the syntax and interpretation of apposition to nominal antecedents

82This thesis proposes an account of apposition in English within the theory of generative grammar. Apposition is defined as the non-restrictive post-modification of an NP (the antecedent) by an AP, DP or PP (the appositive). The study is divided into two categories: internal syntax and external syntax. The internal syntax deals with the syntax of the appositive without reference to the clause containing its antecedent, whereas the external syntax examines the link between the appositive and its host clause.

83With respect to the internal syntax, a study of the different classes of adverbs that occur in appositives demonstrates that they contain an extensive hierarchy of functional projections associated with the area located above IP. The presence of conjunctions and modal adverbs provides evidence that appositives also have a CP layer that includes the projection SubP, the site that hosts conjunctions, and the projection ForceP, associated with illocutionary force. Attention is then given to nominal projections within the appositive, particularly the potential for a subject and for quantifiers. It is proposed that appositives contain a predication relation with a null argument. Certain quantifiers appear to float from this subject, whereas others are assumed to be located in subject position.

84It is then suggested that the link between the appositive and its host clause is one of specifying coordination. This relationship is governed by a functional projection, &:P, that hosts the antecedent in its specifier and a null DP in its complement. The null DP takes the CP of the antecedent as its complement. The null subject of the appositive has a [+wh] feature that requires movement to CP for feature checking. Under this assumption, an appositive is essentially a non-finite, non-restrictive relative clause.

Keywords

85syntax, appositive, apposition, relative clauses, verbless clauses

Valérie Gérard, Critique de l'autarcie morale. Sur les conditions extérieures du rapport à soi.

86Thèse soutenue le 8 décembre 2008 à l’Université de Lille 3.

Composition du jury

Charles Larmore (Brown University)

Guillaume Le Blanc (Bordeaux 3)

Claude Mouchard (Paris 7)

Etienne Tassin (Paris 7)

Frédéric Worms (Lille 3), Directeur de thèse.

Résumé

87Cette étude adopte une perspective relationnelle et politique sur la morale. Elle analyse le rapport moral à soi depuis ses conditions extérieures. Elle explique et critique donc l’illusion de l’autarcie morale inhérente à l’examen de soi, à partir de l’étude du modèle stoïcien. Cette critique permet de revenir au rapport fondamental à soi par lequel on devient le sujet de sa vie : le sentiment d’exister et d’être inscrit dans le monde. Dans l’expérience morale, le rapport à l’existence prime en effet sur l’estime ou le respect de soi, la position dans un système de relations sur l’identité et sur l’intériorité.

88La dimension relationnelle de l’existence humaine implique qu’on ne peut pas penser le sujet moral à partir des oppositions entre autarcie et extériorité, entre souveraineté et vulnérabilité. Il y a en effet des conditions à l’instauration et au maintien d’un rapport à soi autonome. Le monde conditionne, sinon les croyances morales, du moins la capacité de porter un regard moral sur le réel. La prise en compte de cette hétéronomie de l’autonomie implique de distinguer l’opération par laquelle on s’instaure comme sujet de l’exercice d’un pouvoir sur soi. Les philosophies de Hannah Arendt et de Simone Weil offrent les éléments pour concevoir un tel rapport à soi, consistant à s’attribuer sa vie et à l’inscrire dans le monde, et délimitant un sujet équivoque, non souverain et en relation. Ce rapport ne repose pas sur la seule activité de l’esprit mais nécessite une extériorisation. L’étude des récits thérapeutiques et littéraires de violences politiques et sociales indique ainsi l’importance de l’activité de raconter dans l’institution d’un rapport au monde.

Mots clés

89Hannah Arendt, philosophie morale, politique, rapport à soi, récit, relations, Stoïciens, Simone Weil

Abstract

90Critique of moral autarky. On exterior conditions of the relation to oneself.

91This essay adopts a relational and political viewpoint on morals. It analyzes the moral relation to oneself from its exterior conditions. It explains and criticizes then the illusion of moral autarky, which is inherent to self-scrutiny, from a study of the stoic model. This critique allows to revert to the fundamental relation to oneself by which one constitutes oneself as the subject of his own life: the sense of existence and of his belonging to the world. In the moral experience, the relation to existence prevails indeed over self-esteem or self-respect, the position in a system of relations prevails over identity and interiority.

92The relational dimension of human existence implies that the moral subject cannot be conceived from the oppositions between autarky and exteriority, between sovereignty and vulnerability. Some conditions are required to institute and to maintain an autonomous relation to oneself. Taking this heteronomy of autonomy in account implies to distinguish the operation by which one institutes oneself as a subject, from the exercise of a power on oneself. Hannah Arendt’s and Simone Weil’s thoughts provide the elements to conceive such a relation to oneself, that consists in claiming his own life and in locating it in the world, and that defines an equivocal, non sovereign and related subject. This relation is not only based on mental activity, but requires an exteriorization. The study of therapeutic and literary narratives suggests how important is the activity of storytelling in order to institute a relation to the world.

Ludovic Duhem, L'être préindividuel de l'œuvre d'art. Simondon et le problème de l’esthétique.

93Thèse soutenue le 9 décembre 2008 à l’Université de Lille 3.

Composition du jury

Jean Hugues Barthelemy, Professeur du secondaire, Docteur

Anne Boissière (Université de Lille 3)

Jean-Marie Schaeffer, Directeur d’Etudes à l’EHESS/Directeur de recherche au CNRS

Bernard Stiegler, Professeur à l’UTC de Compiègne

Catherine Kintzler, Professeur émérite à l’Université de Lille 3, Directrice de thèse.

Résumé

94Cette étude vise à établir le problème de l'esthétique dans la philosophie de Gilbert Simondon (1924-1989). Depuis la redécouverte de ce grand penseur français dans les années 1990, l'ontologie, l'épistémologie et la technologie ont fait l'objet  de nombreuses études et publications, mais l'esthétique demeure un aspect sous-estimé, voire totalement ignoré par les commentateurs.

95Nous voudrions par conséquent montrer que l'absence d'une doctrine esthétique autonome ne veut pas dire qu'aucune réflexion relative au sensible et à l'art n'est présente chez Simondon. L'examen de l'ensemble formé par L'individuation à la lumière des notions de forme et d'information et Du mode d'existence des objets techniques montre ainsi d'une part que la critique de l'être comme substance, de l'individu comme composé de matière et de forme, de la connaissance comme rapport du sujet à l'objet, s'applique à tout type de réalité, et donc nécessairement aux êtres esthétiques ; d'autre part, que la réhabilitation de l'objet technique et sa réinscription dans l'évolution du rapport de l'homme au monde permet de sortir la technique de l'utilitarisme et de réévaluer la place de l'esthétique dans la culture.

96La réforme notionnelle imposée par le geste philosophique fondamental de penser la réalité selon la genèse, c'est-à-dire comme « individuation », s'avère ainsi d'une grande fécondité pour renouveler la réflexion esthétique, mais elle demeure à construire dans le cadre de la philosophie simondonienne. Pour y parvenir, il faut résoudre certaines tensions internes qui apparaissent précisément à l'occasion de l'étude de l'esthétique dans la pensée de Simondon, mais il faut également tenir compte de la dissémination des réflexions esthétiques qui se trouvent dans le « corpus secondaire », dont cette étude propose la toute première exégèse complète.

97Ainsi, le Cours sur la perception, le cours intitulé Imagination et invention, l'étude de Psycho-sociologie de la technicité et la Lettre sur la techno-esthétique, sont autant d'éléments pour reconstruire l'esthétique de Simondon. Toutefois, hétérogènes dans leur forme comme dans leur contenu, et même si certains textes présentent parfois de véritables théories transposables sans modification au domaine esthétique, pris dans leur ensemble, il est impossible de reconstituer une esthétique cohérente avec les fondements établis par L'individuation à la lumière des notions de forme et d'information et Du mode d'existence des objets techniques.

98Or, si l'esthétique est un potentiel réel de la pensée de Simondon, il est donc nécessaire de la sauver en reprenant l'ensemble des éléments du corpus secondaire, mais à titre d'éléments seulement, afin de les réinscrire dans le cadre d'une théorie générale de l'individuation où la technique est une dimension concrète et inaliénable de la réalité esthétique.

99En définitive, la philosophie de Simondon révèle que l'esthétique est la tache aveugle de son œuvre et qu'il est tout à fait légitime d'opérer une reconstruction réflexive de celle-ci. De surcroît, la puissante originalité et l'universelle fécondité de cette pensée fournit les bases rigoureuses et définit l'orientation précise d'une Esthétique génétique, en dehors de tout fondement métaphysique.

Mots clés

100esthétique, art, Simondon, individuation, technique, imagination, invention, ontologie, épistémologie, science, psychologie, sociologie, culture

Abstract

101Critique of moral autarky. On exterior conditions of the relation to oneself.

102This study aims to establish the issue of aesthetics in Gilbert Simondon’s philosophy. Since the rediscovery of that great French thinker in the 1990’s, ontology, epistemology and technology have been the subject of many studies and publications, but aesthetics remains an underestimated aspect, or even totally ignored by commentators.  

103Therefore, we would demonstrate that the absence of an autonomous aesthetic doctrine doesn’t mean that no reflexion about the physical world and art exist in Simondon. The examination of the whole composed by L'individuation à la lumière des notions de forme et d'information and Du mode d'existence des objets techniques show on the one hand that the criticism  of the being as a substance, the individual as matter and form compound, the acknowledge as the connection between the subject and the object, represent all type of reality, so far aesthetics beings ; on the other hand, the rehabilitation of technical object and its reinscription in man to world's evolution exit techniques from utilitarianism and make possible a reappraisal of the place of aesthetics in  culture. The notional reform lay down by the fundamental philosophic gesture to think reality toward genesis, i.e. as « individuation », is truly a great way to make a new form of aesthetics, but it stays to rebuild in simondonian philosophy frame. To make it possible, it is necessary to solve certain intern tensions which rise precisely with the opportunity of the study of the aesthetics problem in Simondon's thought, but it's necessary also to be aware of the dissemination of aesthetic reflexions in the « secondary corpus », studied here for the first time.   

104Thus, the Cours sur la perception, Imagination et invention, the study Psycho-sociologie de la technicité and the Lettre sur la techno-esthétique, are all elements to rebuild Simondon aesthetics. But, these texts are heterogeneous, in their form and meaning, and even if few texts present some transposable theories without significations in aesthetics domain, taken each other, it is impossible to rebuild a coherent theory with fundamentals established in L'individuation à la lumière des notions de forme et d'information and Du mode d'existence des objets techniques.   

105So far, if aesthetics is a real potential of Simondon's thought, it is necessary to save it by taking the elements from the secondary corpus, but strictly as elements, in order to put them into the frame of general theory of individuation where techniques is a concrete and unalienable dimension of aesthetic reality.  

106Definitely, the philosophy of Simondon reveals that aesthetics is the blind spot of his work and that is totally legitime to make a reflexive reconstruction of it. Moreover, the great originality and universal fecundity of this thought gives the right basis and fixes the precise orientation of a Genetic Esthetics, over all metaphysic fundament.

Keywords

107Aesthetics, Art, Simondon, Individuation, Technique, Imagination, Invention, Ontology, Epistemology, Science, Psychology, Sociology, Sociology, Culture

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Thèses de doctorat soutenues en 2008 », Methodos [En ligne], 9 | 2009, mis en ligne le 11 février 2009, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/methodos/2051

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • OpenEdition Journals