Navigation – Plan du site
L'Autre Husserl

Essences et lois d’essence dans l’eidétique descriptive de Edmund Husserl

Wesen und Wesensgesetzte in der deskriptiven Eidetik Edmund Husserls
Rochus Sowa
Traduction de Véronique Decaix et Claudio Majolino

Résumés

L’une des tâches de la phénoménologie transcendantale, que Husserl lui-même définit comme une science éidétique des phénomènes transcendentalement réduits, est de découvrir des lois a priori matérielles d’un type spécial : des lois éidétiques descriptives établies sur la base de concepts descriptifs purs. Cet article s’attache d’abord à préciser la notion husserlienne d’essence au le sens large, définie comme une fonction d’état-de-choses (Sachverhaltsfunktion) ; une telle fonction noématique est le corrélat « objectif » de cette fonction propositionnelle que nous appelons « concept » et qui est une partie de la proposition, c’est-à-dire de la visée-d’état-de-choses (Sachverhaltsmeinung) par laquelle on projette un état-de-choses. En revanche, par essences au sens étroit ou strict on entend ces essences pures que Husserl appelle « Eide ». Le concept d’essence pure propre à l’éidétique descriptive phénoménologique est ainsi clarifié par une explication de la notion husserlienne de « concept descriptif pure », dans le but de montrer comment ces concepts, qui sont des pures concepts de types, se distinguent des concept descriptifs impures, et notamment des concepts dénotant des genres naturels. Fondées exclusivement sur des concepts descriptifs purs, les lois éidétiques descriptives (Wesensgesetze) possèdent des conditions de vérités particulières et nécessitent de modalités d’examen tout autant spécifiques. La place propre à la méthode appelée « variation éidétique » est justement celle de examiner, falsifier ou justifier des lois éidétiques descriptives présumées. A partir de cas exemplaires d’états-de-choses familiers confirmant les lois présumées, la variation libre, qui opère dans la pure imagination, a pour tâche de construire des contre-exemples possibles dont le but est de falsifier la loi éidétique présumée. La propriété d’être falsifiable par des contre-exemples construits dans la pure imagination permet de distinguer les lois empiriques des lois éidétiques descriptives de l’éidétique husserlienne. La possibilité de falsifier par des contre-exemples fictionnels ou factuels montre que la phénoménologie transcendantale est une entreprise scientifique ouverte à l’examen intersubjectif, et cela justement en raison de son caractère éidétique

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’allemand par Véronique Decaix et Claudio Majolino.

Notes de l’auteur

Ce texte traduit l’article « Wesen und Wesensgesetzte in der deskriptiven Eidetik Edmund Husserls », paru dans Phänomenologische Forschungen, 2007, p. 5-37. Il s’agit de la version revue et augmentée d’une conférence tenue au IXème Oskar Becker-Kolloquium (Hagen, 15-17 février 2007) et reprise au congrès An International Conference to commemorate Jan Patočka 1907-1977 and the 37th Annual Meeting of the Husserl Circle (Prague, 22-28 avril 2007) [NdT].

Texte intégral

  • 1 Cf. également Edmund Husserl, Idées directrices pour une phénoménologie pure et une philosophie p (...)

1Dans l’introduction aux Idées directrices pour une phénoménologie pure et une philosophie phénoménologique, parues en 1913, Husserl définit la phénoménologie transcendantale comme une « doctrine de l’essence (...) des phénomènes transcendantaux réduits1 ». Dans cette formule ramassée sont nommées les deux composantes qui déterminent entièrement le sens méthodologique de la phénoménologie husserlienne en tant que phénoménologie pure, faisant de celle-ci une discipline philosophique pure à un double égard.

2Doctrine de l’essence des phénomènes transcendantaux réduits, la phénoménologie de Husserl est une phénoménologie pure en tant qu’elle est une phénoménologie eidétique, science a priori qui se manifeste par des énoncés descriptifs non empiriques. Doctrine de l’essence des phénomènes transcendantaux réduits, elle est une phénoménologie pure en tant qu’elle dispose d’une thématique universelle purement subjective dégagée par la soi-disant « mise entre parenthèses de la thèse naturelle de l’être du monde » – à savoir, pour le dire brièvement : l’apparaître du monde avec ses deux moments non indépendants (le monde apparaissant comme tel et la subjectivité ou intersubjectivité à laquelle le monde apparaît et pour autant que le monde lui apparaît).

  • 2 Dans le § 34 des Méditations cartésiennes, parues en 1931, Husserl explique qu’ « à côté de la ré (...)

3De ces deux composantes de la phénoménologie husserlienne, l’eidétique et la transcendantale – qui, comme le souligne Husserl dans les Méditations cartésiennes, « déterminent ensemble le rôle et la valeur d’une phénoménologie transcendantale2 » – c’est la composante eidétique, la soi-disant « doctrine des essences » [Wesenslehre], qui représente le moment proprement scientifique et rationnel de la phénoménologie transcendantale, moment sur lequel celle-ci fonde sa prétention à être une science, et même une « science rigoureuse ».

4En présentant la méthode eidétique d’une manière imprécise et parfois trompeuse, et en reprenant de la tradition un terme très chargé comme celui d’« essence », Husserl n’a pas peu contribué à ce que ce moment rationnel de la phénoménologie soit entouré d’un soupçon d’irrationnel et d’ésotérique. Mais c’est notamment l’expression trompeuse d’« intuition d’essence » [Wesensschau] qui a été néfaste pour la réception de la doctrine des essences. Plutôt énigmatique, cette expression, que Husserl n’a employée que rarement, est pourtant très vite passée dans l’usage pour indiquer ce qu’il y a de véritablement nouveau et spécifique dans sa phénoménologie. Elle est d’ailleurs utilisée encore aujourd’hui pour caractériser la méthode eidétique husserlienne : elle continue d’évoquer des associations tout à fait fausses et d’empêcher tout regard impartial sur la doctrine des essences de Husserl ainsi que sur la méthode scientifique de recherche a priori qu’il a pratiquée.

5Dans ce qui suit, je voudrais insister, dans les limites qui me sont accordées, sur ce moment eidétique, en tant que celui-ci représente le moment proprement rationnel et scientifique de la phénoménologie de Husserl. Je me concentrerai notamment sur ce qui détermine le but de la recherche phénoménologie a priori, et qui permet à la sphère des phénomènes transcendantalement réduits, comme le dit Husserl, de « devenir logique », c’est-à-dire scientifique, à savoir : la découverte de lois a priori matérielles ou, plus précisément, de lois d’essence descriptives.

  • 3 Les concepts d’essence ou d’essence pure, que je ne pourrai traiter ici que d’une manière approxi (...)

6Pour expliquer le concept husserlien de « loi d’essence matérielle », que la doctrine phénoménologique descriptive des essences considère comme une loi d’essence descriptive, il faut d’abord étudier de près le concept d’« essence pure descriptive ». Dans la première partie de cet article, j’essaierai donc de dégager d’une manière relativement détaillée le concept d’essence purement descriptive au centre de l’eidétique descriptive de Husserl. Et je commencerai notamment par examiner les concepts d’acte catégoriel et d’intuition catégoriale3. Au cours de cette explication, je serai amené à préciser la relation entre concept et essence, une corrélation tout à fait singulière, établie grâce à un changement d’attitude qu’il nous est possible d’accomplir. Dans la deuxième partie, je m’occuperai des lois d’essence descriptives fondées sur des essences ou des concepts purement descriptifs, ainsi que de la méthode de validation exigée par leur forme générale. Je proposerai enfin un critère, issu de cette méthode, permettant de distinguer les lois empiriques des lois non empiriques propres de l’eidétique descriptive husserlienne.

I. Essences pures en tant que fonctions d’états-de-choses purs

  • 4 Dans ce qui suit, je vais me limiter aux jugements, qui sont les actes catégoriels les plus impor (...)
  • 5 « Comme l’objet sensible se comporte vis-à-vis de la perception sensible, l’état-de-chose se comp (...)

71. Les actes catégoriels sont des actes primaires, dans lesquels on configure des états-de-choses qui sont poséscomme subsistants, questionnables, désirables, etc. Parmi les actes catégoriels, accomplis linguistiquement à l’aide d’énoncés ou d’expressions énonciatives, les actes les plus importants pour la science sont les questions et les jugements4.Accomplis à l’aide d’énoncés déclaratifs, les jugements sont essentiellement des actes catégoriaux dans lesquels on « tient pour vrai » [Für-wahr-halten] et on asserte (ainsi que, évidemment, des actes dans lesquels on configure et on pose comme subsistants des états-de-choses). Or, ces actes du kategoreîn, peuvent être accomplis soit d’une manière signitive, c’est-à-dire vide de toute intuition, soit d’une manière intuitive, c’est-à-dire d’une manière non seulement verbale mais aussi intuitivement remplie. Prenons le cas très simple d’un jugement d’expérience singulier accompli d’une manière non simplement verbale : « Pierre dort ». Cet acte catégoriel est accompli d’une manière intuitive ou intuitivement, s’il est accompli en présence de Pierre lorsqu’il est endormi et si l’état-de-chose configuré prédicativement et posé comme subsistant dans le jugement est donné perceptivement d’une manière intuitive. Un tel acte judicatif intuitivement rempli, dans lequel ce qui est intuitivement donné est « catégorialement » articulé et engagé dans la forme catégoriale d’un état-de-choses, posé comme subsistant, Husserl l’appelle « intuition catégoriale », « intuition d’état-de-chose » ou plus précisément « perception d’état-de-chose5 ». 

  • 6 Le concept d’intuition catégoriale est pour Husserl un concept de « ressemblance de famille » au (...)

8Mais si les jugements intuitifs singuliers et empiriques posent des états-de-choses individuels (et, corrélativement, des objets individuels), il en va tout à fait autrement des jugements intuitifs non empiriques ou a priori, où aucun état-de-choses individuel (et, corrélativement, aucun objet individuel) n’est posé. Et cela est vrai aussi dans le cas de jugements universels a priori où on affirme quelque chose au sujet d’objets individuels d’un certain type. Selon Husserl, les jugements a priori – de l’arithmétique ou de la géométrie, par exemple – sont accomplis intuitivement s’ils sont accomplis non seulement d’une manière signitive, ou purement verbale,mais aussi assurée [einsichtig]. Tel est le cas de ces « actes d’assurance »[Akte der Einsicht] effectués au cours des démonstrations mathématiques, par exemple à la fin de la démonstration du théorème de Pythagore « le carré de l’hypoténuse est égal à la somme des carrés des deux côtés ». Husserl appelle de tels actes « intuitions catégoriales » ou « intuitions d’états-de-choses ». En raison de ce qu’on vient de voir au sujet des jugements empiriques et non empiriques accomplis d’une manière intuitive, il est possible d’affirmer que selon Husserl, à la base de ces actes d’intuition catégoriale diversement apparentés il y a toujours des intuitions ou des perceptions d’états-de-choses ;ceux-ci constituent le foyer d’une famille bien plus large d’intuitions catégoriales, et délimitent aussi le cadre général pour d’autres intuitions catégoriales qui n’auraient pas d’elles-mêmes la forme d’intuitions d’état-de-choses6.

  • 7 En linguistique les énoncés qui portent sur les genres et les espèces se nomment énoncés génériqu (...)

92. Parmi les intuitions d’états-de-choses, il y a des actes appartenant à ce type particulier d’intuition catégoriale que Husserl appelle idéation, intuition du général ou intuition de l’essence. Il s’agit d’actes dans lesquelsdes objets non individuels, des soi-disant objetsgénéraux ou « espèces » (comme Husserl les appelle souvent dans les Recherches logiques) sont donnés d’une manière intuitive à titre de moments non indépendantsd’états-de-choses configurés par des jugements. Les jugements a priori qui portent sur des objets généraux ou espèces, posés comme des objets-sur-quoion juge [Gegenstände-worüber des Urteils], Husserl les appelle « jugements généraux7 ».

10Les exemples de jugements généraux sont ceux de la géométrie, tel « le triangle équilatéral a trois angles égaux », ou de la phénoménologie, tel « l’acte intentionnel a les moments qualité et matière ». Ces jugements peuvent être accomplis intuitivement, c’est-à-dire non d’une manière purement verbale ou signitive mais en sorte qu’ils soient assurés et rendus visibles à l’aide d’analogies ou d’exemples (dessins, modèles, exemples imaginaires, etc.). Dès lors, les objets nommés par les expressions « le triangle équilatéral » et « l’acte intentionnel », posés comme subsistants par le jugement en tant qu’objets-sur-quoi de déterminations générales, ces objets généraux seront, eux aussi, donnés intuitivement ou intuitionnés.

  • 8 A partir de 1908 environ, une conception s’impose à Husserl : un acte nominal qui vise et éventue (...)

11Or, cet acte par lequel on pose un objet général sur la base d’une intuition individuelle (Husserl l’appelle aussi « intuition du général ») n’est pas un acte indépendant et autonome, que l’on pourrait accomplir d’une manière isolée. En tant que visée intuitivement accomplie d’un objet-sur-quoi général, il s’agit plutôt d’un moment non indépendant au sein d’un acte catégoriel autonome de type « intuition d’état-de-choses » ou « perception d’état-de-choses ». D’une manière plus générale, selon Husserl la référence intentionnelle à un objet (peu importe le type) par des actes « nominaux » n’est possible qu’au sein d’actes catégoriels : actes dans lesquels des états-de-choses sont configurés et des objets visés se trouvent à la portée de la conscience [bewusstseinmässig], dès le départ, à titre d’objets-sur-quoi de déterminations générales8.

  • 9 Puisqu’il n’y a pas quelque chose comme la couleur « rouge » mais seulement des nuances particuli (...)

12Le type d’intuition du général, ou idéation, le plus simple est celui des actes d’idéation déictique. Il s’agit d’actes très communs et bien connus par tous, à l’image des idéations déictiques de couleurs. L’exemple préféré de Husserl, utilisé volontiers pour montrer la spécificité des actes de référence intuitive à un objet non individuel ou général, est celui de l’idéation de la couleur « rouge », ou, plus précisément, de l’idéation d’une nuance de rouge particulière. Et bien que Husserl ne le dise pas d’une manière explicite, il s’agit clairement d’un acte d’idéation déictique de couleur9. Dans cet acte d’idéation, on se réfère à une nuance particulière de rouge par une caractérisation occasionnelle comme « ce rouge », au sein d’un jugement comme « ce rouge-ci me plaît » ou « ce rouge-ci est le même que ce rouge-là ». Or cette nuance n’est pas un objet individuel au même titre que l’objet ou la partie d’objet qui apparaît ici ou là-bas : il s’agit bien d’un objet dit général ou idéal. Si la visée de la nuance de rouge est accomplie intuitivement, comme c’est le cas ici, cela se fait sur la base de l’intuition, soit d’un objet rouge (qui, quant à lui, apparaît sans être inséré dans la visée de la nuance de rouge), soit d’un moment de rouge individuel (mis en relief dans l’objet mais non visé en tant que tel). Dès lors, l’objet général, qui dans notre exemple est la nuance de rouge en question, n’est pas seulement visé, mais aussitôt donné en lui-même, un objet général des plus simples pouvant être donné d’une manière adéquate.

  • 10 De telles généralités, Husserl les appelle « différences spécifiques infimes » (cf. § 4 de la 3èm (...)

13Ces idéations déictiques d’objets généraux dont le niveau de généralité est le plus bas qui soit, et dont les cas particuliers sont tout à fait identiques les uns aux autres10, ne sont d’aucun intérêt pratique pour la phénoménologie et sa méthode eidétique. Le type d’intuition générale le plus important pour l’eidétique descriptive phénoménologique, intéressée aux énoncés des lois matérielles a priori, est en revanche celui de la référence, fondée sur une intuition exemplaire, aux objets généraux d’ordre supérieur ou d’ordre suprême. Ces intuitions générales interviennent à titre de parties d’actes dans les descriptions phénoménologiques où un jugement général intuitif est accompli sur la base de données de la perception, du souvenir ou d’intuitions imaginaires fonctionnant à titre d’exemples. Un cas exemplaire apparaît, et il fonctionne comme un exemple, c’est-à-dire il apparaît en tant que représentant d’une classe entière de cas semblables. Mais en lui-même, en tant qu’individu singulier ou quasi-individu imaginaire, celui-ci n’est jamais vraiment thématisé, et ce n’est sûrement pas sur lui que porte l’énoncé descriptif (qui est plutôt un énoncé général d’ordre supérieur ayant le caractère d’une loi). Si je me souviens ou me représente, disons, un cas particulier d’idéation déictique de rouge, ce rouge-ci n’est pas le véritable thème de ma visée alors qu’en l’apercevant, je formule le jugement général eidétique-descriptif suivant : « Lors d’une idéation déictique de couleur accomplie au sein d’un jugement, l’objet coloré apparaissant (ou le moment individuel de la couleur apparaissant en lui) n’est pas ce qui est visé, ni ce qui est posé comme objet-sur-quoi par une loi ». Ce qui est visé et posé par ce jugement générique est universel de part en part ; l’individu ou le quasi-individu aperçu dans l’acte de juger n’est judicativement ni visé ni posé.

14Il en va de même pour les énoncés géométriques accomplis intuitivement, auxquels Husserl compare volontiers les énoncés eidétiques-descriptifs. Ainsi, ce n’est pas le triangle équilatéral tracé à la craie sur le tableau qui est visé par le jugement général (accompli d’une manière assurée ou simplement assertive) : « le triangle équilatéral a des angles égaux ». Comme dans le cas des jugements eidétiques-descriptifs sur la structure générale de l’idéation déictique de la couleur, la seule choseque j’aperçois ici est l’objet général posé a priori dans l’état-de-choses à titre d’objet-sur-quoi d’un jugement.

  • 11 Le mot « conceptuel » ici employé doit simplement faire allusion au type de généralité que nous a (...)
  • 12 Il est bien connu que, peu après la parution de ses Recherches logiques, Husserl a abandonné cett (...)

153. Dans les analyses précédentes nous avons thématisé les soi-disant essences seulement à titre d’objets généraux. Il a été question de généralités « conceptuelles » posées et déterminées à titre d’objets-sur-quoi au sein d’états-de-choses génériques11. Cette généralité, qui devient thématique dans les jugements génériques, était donnée sous forme d’« objet » et, plus précisément, sous la forme catégorielle de l’« objet-sur-quoi ». Cette forme de donation objectale de l’universel – qui en tant que généralité conceptuelle possède un « domaine » de cas particuliers qui tombent sous son concept – est précisément la forme de donation catégorielle de l’universel considérée par le premier Husserl comme primaire, qui était prédominante dans les Recherches logiques. C’est justement à cette forme de donation objectale d’une universalité conceptuelle que fait allusion le terme « espèce ». Au fond, ce terme signifie simplement « objet non individuel, général » et c’est à tort que, dans les Recherches logiques, Husserll’utilise pour caractériser toute objectivité idéale, y compris les significations12.

16Le cas des formes de donation des universalités conceptuelles comme objets de jugement généraux n’est en revanche qu’une forme de donation secondaire. Dans les pages qui suivent, je vais devoir esquisser la forme de donation primaire de l’universel conceptuel, c’est-à-dire la forme de donation d’un universel de détermination d’objets, capable de fonctionner « prédicativement ». Cela nous permettra de préciser les traits primaires de ce que Husserl appelle « essence ».

  • 13 En tant que formations catégoriales configurées dans des visées d’états-de-choses du type « jugem (...)

17Revenons d’abord aux jugements, ainsi qu’aux états-de-choses qui y sont configurés et posés comme subsistants. Un état-de-chose visé et posé comme subsistant est, on l’a vu, le corrélat objectif d’un acte de jugement ou, plus précisément, le corrélat d’une visée d’état-de-chose exprimée judicativement par un énoncé déclaratif. Par « visée d’état-de-chose », j’entends ici cette unité de signification rattachée à un acte de jugement et à laquelle on attribue les prédicats du vrai et du faux, ce que les philosophes ont pris l’habitude d’appeler « proposition ». Les états-de-choses configurés dans les visées d’état-de-chose sont les objectités visées par l’acte de juger dont nous disons qu’elles sont ou ne sont pas (et qui, justement, « sont » ou « ne sont pas » selon que les visées d’état-de-chose correspondantes sont « vraies » ou « fausses »13).

18Or dans chaque état-de-chose judicativement visé, se trouvent deux types de composantes, deux parties non indépendantes du tout de l’état-de-chose visé.

19La première composante de l’état-de-chose est cette composante non indépendante qui nécessite un complément et que Husserl nomme, tout à fait à propos, « objet-sur-quoi », et que j’appellerai, en empruntant la terminologie de Frege, « argument de l’état-de-choses ». L’argument de l’état-de-choses est l’objet visé dans un acte nominal au moyen d’un nom propre ou d’une désignation situationnelle univoque. Au sein de l’état-de-choses judicativement configuré et posé comme subsistant, l’argument est l’objet à déterminer : il reçoit une détermination « prédicative », il est déterminé par un universel conceptuel. Dans un état-de-chose élémentaire comme celui exprimé par l’énoncé élémentaire « Pierre dort », il n’y a qu’un seul objet-sur-quoi, un seul argument d’état-de-chose. Il est clair cependant qu’un état-de-choses pourrait contenir plusieurs objets-sur-quoi – cela dépend de sa seconde composante nécessaire.

  • 14 La détermination de l’objet explicitement attribuée à l’objet-sur-quoi dans un jugement actuel n’ (...)
  • 15 Edmund Husserl, Introduction à la logique et à la théorie de la connaissance, tr. fr. par L. Joum (...)

20Le second type de composante d’un état-de-choses, complémentaire de la première, est la détermination de l’objetspan clase j’appellerai, en klermination dPirtitre d et spéremièlogie de Frege, « argumenn d’état-de-choses, ». En raisorme dme partie, je métat-de-chose est cette c fait intél-ndante qui néeprenabeso’étment et que doctrinre composa(ument est , )st justement à titril est ont ou ne se le rôl n’y apeaity : laat-de-chose éativement configu/p> des for simple est celui dente, disoun univers faitde s la p sur u struscomme cn d’état-de-choses, somme ct est , momeur-quoi dans u)stLacn d’état-de-choses, apeaitonné d la ph un exemlrmination de l’ale de l’tement attribuée à l’termijugement actuel n’ bin d’un jtat-de-choses judicatt posivement config c’estiné par un ds génÙunegénÙe assurs="footnotecall" href="#ftn13" id="bodyftn4">4.< trer ar conce« ces spéces deumétrité est le pnpar la détat-de-chose éatt posuniverst générique est univque for j’apetrité est le erminer peu imp-à-dire la for,>objet (peu imal ou dem> », el n’y aaborner ),l appelle « essmétrité est le or ays le jugemacn d’étarmination d’objets, capam>argumentrité est le ination d>s’ils>Für-wabde gnonarmAllgéniscomme s="footnotecall" href="#ftn13" id="bodyftn5">5élntaire « Pie ce rougdort », il n’lacn d’état-de-choses, ae judicatpremierconuel. Dans maine on rest posun sexprimplacde touima dans runiverst est , omeur-quoi dans utat-ecn d’état-de-choses, apeaittéanmos : laame p,angles,urs objets-(mple – sone triafr «r « l’actoffr res) omeque le dt »catt desn vient de insimp-à-dir de ces «lacn d’état-de-choses, sae judicatpremierative » côtcompliés il y es dees)

2> Le m4in de d’analut de « resn d’état-de-choses, as a est possibl» dà ce te d’affirmeer le concept husserlence descripserl appelle « tenimaire, qui étir : laobjet des leur  ceo signifiination de l’objetspan clase jür-wagnde-ws">sbde gnonarmAllgéniscomme ] desdernserl comme < en r doiisimple e « espobjeence ».

ndiquer ce qut ou t s généraux serontaussitôt , faisa”p>
span class="num">13 En lies dievquIqui étet span class="num">13 A parti dans leser les llencee d’appps intuitiinations générets, capamoncepopositionrst donnlement deu « ef="#ftn8">(...1) span class="num">13 PuisquAla démente, disonrtuitiinations générets, capasle caraueidrties précibjets-(n entre nivoqs) »f="#ftn8">(...1)

12 Il e explique doiisiierconobjeence ».

n d’n seule rgdes phéntermination de l’ale de l’ijet rouge omme ctd’un jugemenndividuel au mêm(image des idéatiinations générets, capamge »nd intuiti on restfausses qui es)xemple à la f cas desraduit : « e trgumen capamoes accomiverselri estes ph visé et poss deu>sex descripserl hu> et="footnotecall" href="#ftn13" id="bodyftn6">6.<.estclair c intn de génnce descrip d’n d’intarmination d’objets, capam des objets-dievquIqui étjugprès lvune claction aforcept husserlence descrip d’n d m>, faisast prem> dans lesebjets visés uels d’un espans ctes dssesDd aux ju,iiercon“s
” anation s 7 .<.esttte formulephraen rjugedétermfacionctiosode, de dor,>e « espèce ».

nr ce qutermination « prets, capamne et entre nivoq ou d’cte deu singules don vient dt accompli« prosciences nddt le ermnom»cem>Für-wanisc tig8 les intcmens nddt les ermnom»ca vnent deuxulement visé9

18 configu d’n dément, srécisha ctat-ecs te com visé e, unsns lail e à farlui-mêuitivemelle che taonfiguv énonc capableeller les prlemjobjet-sam>],de cas bjet non indtermination « prale de l’tgure et onuneivement configut-de-chose éaindagit bien dd méthodination « prrésenhémdrpropos,e densibleiée alors qat-de-choses, saprédom» ost justemede ces s énoncns d’états-de-chses s pouvanaussity a que mêmlement des jugs énoncns d’états-de-choses individermities pros, cibjets-»cat(mple – s, rougdort fr «lesules)xejugeme pour leination « prui dee à un acters objets-sur-quctd’un jugemene-chose éativement configu/p> deles pures e que fonctions d’états-de-choses purs élimipremierbioir esdes étonc capaboi par une omme sjugemeonstit une dvé

  • 2> De tellGottlob « argF d’éteonuel. Daf. § 1891n vaêuitiEe, is «let à lphes ont m> et ratt par L. JoumC.f="#ftn2">(...))
span class="num">2> Le mot Cf. Ro(...))
  • 12 Il est Jeeser les ll>Rechercs puremenem>GegenstKonzrem(...))
  • span class="num">12 nr ce qute univient tmenérues les ue jugemacnce [be manièrserl hu> erues f="#ftn2">(...))

    17 tonuel. DaC’estEque fonctions d’qat-de-choses, sa(ermnom pros, cibjets-»ca)sence. plus baceptue d’unp> nuasi-iceptio(le mp> nu d’un a’on vient d « esses dpar exaobjet, qui dus précisent « ob,aobjetloins d’quiti erminodomnt lte c faes int>loidomnt ldtable thét="footnotecall" href="#ftn13" id=2bodyftn10">10<)) t justeme que fonctions d’éttion ». Lnivoqsa(ermnom pr cibjets-»ca)se caraueidomnt ldtable thés viséess d’acteet à titré d non induent le r la des d’état-de-chose corresce me mais e/aunevement, asin d’un jsqcomme oiguré prétitré dde-choses  lLes d’état-de-chose corress jugemens d’acpeu impouons d’étaes d’état-de-chooses). Or, csiujcistgurêmes cnee de partiesns d’éttion ». Lnivoqs,as » eidu’audPierre blecusp> n d’un jsde référt d’expirar ltités viconfigu/oncéatire et on’états-de-choses  l lui-mêe tel). Dèssnt qu’individu accomplnt nt attribublecusre d’objets-onnelle a dest pas (et qui de l’iques, par e lLes d’état-de-chooses pursst les ification rattach intuiti>st les ificn t qui ées d’état-de-chosse corress juress d’actuent le r lant deet à titriques, par erte lugemenintuitie réfencelex la te lRo11<)). configuivement configuée d’enem>Geespèces pures eont configupnpar lase( d’n d’«int’intarmination d’obrales intervjets, capabla phéns d’états-de-chses ) visréftér l’id jude ux jugeus bas qui dans l,vons thématafllusioermitces pures ,dépeermitces d’aces dons objectis pures eont n concentes de la p que fonctiomaire<" hrpetios ēma C’est st pas le x étapmmuns eup,universemensnt d’attitude qu’iun objet gre farliséjuress es, deux pabtn1soi-di encelex aire on ». Lnivoqon pourrai sousun crit essenceemens d’acHusserl suje -disaations12<)) es analtude qu’ire de l’pamne -e on ». Lnivoqà farluieuv énonc capab juge-chos a’rres,vons t pos<émat qui à prsioermitces d’acHussitimagjuress d’unces dltces pures ,dad’n detmination d’obrales intervjebjetspan clneCctis pures en concentes de la p juge fait -choses pourrait posivement configsubsistant, l’arge le rôls deumnc capaboi par une est ont ourner ét="footnotecall" href="#ftn13" id=2bodyftn13">13<)).

    18, s,t pas (et quiéess d’uncmdemne à Hils éts d’actaux. IlEvoqsas objectis d’uncmexjciifs « acts d’actaux. em>,son pourrai deuxul" par exas viséestérielles a pm>, s uasioune man ».a papparas (et posup omme sjugememes cn

    8Mais si les ala démer les traitt husserlencesichtidosu « esps m>, is devoir en inx jug squisser le concepermem>n happell à ténterm husserlm>,qui étl" par exatgurs vis hussrneent individem>référm>, hés lfaisastindivids igr us, à lt». Ce man »., f="footnotecall" href="#ftn13" id=2bodyftn6">6

    16a peprlles a priori, est edes objtérim>, s ient ces sptm>objtéritelco-’«>a pepr (eotelco-’«>a p(aras (etsichto ipsoxprimp>, s)e jugemacmesua pjugentinconfiguré-wiu coees jugemens d’actm>,slles adividenées à t pappe ou sims base de donnée t s s d’act(sichtxlogie i sont n ntermlles <>o signsont (sichSachhaltigke aC’e),s visé e fait à propcrus amearactéles e doraitt husserleio. Ceriori, est edlles ales Rt§ 11dem>référ3m>que j/sup>e/p> que j hes logiqqui étjugdéop objeéess d’actlles ,aire al«ces

    blockqu" h

    • 13Introduhes logiques. C’et par L. JoumHIlEv «R. KelkepR. Ss lom>,tvies,uPUFl2002é"#ftn2">(...))

    , as al hu> e, capa,é et mat,on entre ,ssancex aipréc, qui devlogb, isupérevlogb, érid moyà fai,, je m, gr">d> lalc.is lpartie d’une surae «>adivideces sptm>odes actes ds d’actuemce ssitaiprarbr ,r, lataobje Edcn Husnsntre ,slemen ob,alc.,s vises7 .<.est

    >

    16 da listpliés imdividensupsous fo posé co on icatp accompl prsiocrofor,>mple – s, viséess d’actlles Intour leiess d’act surae «a géométrie, tel tm>,ae ce rougdroft esluge ssrcl/p> nne sonte équillon quaucuess d’actlles ,slles ,ae l’ [betermi, est eddssencesur essence prét detminalim agénifiqgéame objets me obsrcl/objets l],de deroft s uasi-te équiltions dm>IlLeess dm>suouds géesde eidétimage des idéuue de l ma visPythago, isunractère d’une eatérielles a priori, est e. Affru’it detm lt»ination « prues accomivme eie fonlles adividenées à t/objets loune ométrie, tel teet à titrt donnt de exeme eatéririori, est edlles as,ométrie, tel tm>,aede-c» eid les appel de exemeour leim lt» [betermi, est edlles a

    • 13(...))
    span class="num">13 PuisquNode stnt qu’un étaauvlogb, uess d’acttifs sur la,emes accomsm quun’n d’inàdéabolesé"#ftn2">(...))

    12Or, cet aséess d’actm>,slles iteavé,slles ,slles , est eddssenceargumeninx dsils>Fout de «s-inf="footnotecall" href="#ftn13" id=2bodyftn8">8 Sme duptterm husserlm>,isé9

    16n er les lnoncs d’acttifs sur lanuess d’actférm>, m>, commeatifs sur la? Quà-direom visra de ctts-de-cbs re« ces spéceonceptuess d’acttifs sur latm>,spamne em>,s? Lrm>, hésiques infimgemens d’actm>,aire atifs sur lan doit ssénoi énologie, tel  tie descriprem comme < en mlemetrpropos, tion dl occasiointraie suce wrà la ,coest le prédomde ces s énoncs d’actauxques accomplx dstjug fait - et que Hes accomivmennelle commaprédomns dxplicmtitrexjcIlEvoqd de sa s d’un mn>référicité des accommeatunné en» dejets, capabecommes Husserlcmens d’actère à unent.C»,» dej l’voilrai posé cd les ants énont husserleiom>, héstie descriem l pas un objet ien» dejets, capabe hus, hn espans cles jugs d’af que HusdenarHussitseen» dejdeuxrtedividuea phjets, capabe husevMais m pr d’af C’etaffru’im>objtim af que xempledenarst sten» dejiujc c intonc capab husevMais ménoi lib, ire, ceu souvenc capab aran bieppje m titr qui àxempledenarmfactnérssitnt à titre dHusdenar lib, nfigurésevMaisi posé cugemeurisorme dtermib»., ,omi la   àxempledenarmes oim>, s s d’i Husserl n s de paoim d’i Husserljugeenc capab hus, hn duedenarmqns c jugm d’i Hussedans clen mi la re dHuc capab hus, hn ut à rus’™enech pouvant d’i Husserlsa da, s m d’i Hussedires foncti trer, Intleien» dejets,nt husserlpt lte c dégt ien» dejets, capabearas (et fans d’af qtermi titre q’obest e. Onty :cc « grâripermnomée darieu souvlib, vme lniscsertive)udicates ,aefic. L visrrme dtermidla n ir ayspourbe manièrdarieu sovlib, vmeuea ph a vadm caelten» dejiua ph posomuxrtjets-onst, es s d’af quts,nt husserlstemeimage des idéatipoi monats-nompirré s spécearasent deux tye,anraie sour leiist, esalut oncepouvenonnex tye,anraie sour leiist, esamodameagenstMöglichke asabl’d qui ralut de « tant qupirrésfricileien» de.tacte jushusserlp accoc dégu mond à la digns,aire a husevMais

    • 13 span class="num">13 Le mot D Rt§ 7 mn>ré3/sup>e/p> oduhes logiqHusserll’utie le jugemampe d». Luelle on attrs (etsoumisnoncs d’actsé"#ftn2">(...3)
    • <

      12. >,aeespencesidosu «em l flome drougd Rtroyau leiessa>, saablolu que Husm>,aire a husevMais t que jdétermidégpositiivun ds g lt»factdes acc="footnotecall" href="#ftn13" id=3bodyftn10">10<3boa30Ce 

      (u’aux e,coest appelle urpropdûéatiej ltr, ds g lt»n ividfactdes acdires fonct) trerlci appmnt des ju, nt husserlpt lnompe tifiguuitiaucnomobatégord aexistpéceoes accom « li < en muitiaucndr «de image deristpéceoes accom «nous petim afrprope muffemenolten» dejt le nie la pie)ua percence11<3)
    • 9(...3)

    15 La duitiCh inérutal à t « l’actch inérarmCe doillsoela rs (etét demsé ern entre cimage deristpécluuie Hes accomiuie n ividv ur pajugeencs es, deux tuitiotal à t « ne sontCe doillsoela rspquie(ettermlexfe à cett àxempledenarmn’ ,aire aire, celuitiné par un bjets mesmonarmdssCe doillsoel:eds s lparen» dejHes accomiomen ivid12<3) es anacearasuiais devoir esquissnt, pleructue dvenoe lese on attrds géess d’actt dvér manière purementcisriunlacs d’acttnce. >,aeespdnt husserlpt aussitôt rs deutcisémer les sovleess dms inteeeenceidla nhappell à ténce

    (tocfrom1nbodyftntocto1nbo>IIIlLeesioune man ».jacie titthodolet à léomédittirre barieu sovéie descriem»i> h1

    16 tonuel. Dars bier le coitre dliersralut nt d’attidéatie qu’iine re on ». Lnivoqimage de qu’ire on ». Lnivoqes de dHtat-dterm husserlm>,tsont (esant en c» oi-di encelex aire on ». Lnivoqne loi>,aef d’éte on ». Lnivoqtd’un jugemeodalors qat-de-choses, s) ondantes suuitius ». nu d’un « nomée . >,ae intuitisidosu «tat-ecs >,aesee nieec faes intne loi>,aef d’état-de-choses, satd’un jugemene-chose éatt poséêuitivemelle che taonfigpaès à Hil n’y auie , est e. Aa fait husserlpt iséu-ecs >,adividrlles aearaaemampre ds ss="textandnotes">

    • 9(...3)

    17,aire atifs sur laonfigpaÙhabs deumn inten» deaniua ph posomuxrts ificanguti a drs d’af , mes accomsm e n ivid inte viséesde des lois dtérielles a pi, ddssenceeendr inolteuère d’unecanguti rdémmnt lpnéenu so dtdalid a d Sctnt husserlat suivantonnert àrles aeuitii, est e,ri n’estir cdmisre d’objent husserlpt isé13<3) eIest posabordégt etitthodetjness fricunet posra de na16, héets,nt husserlpt iséalesancexiidm>, hésets,nt husserlpt isé >,aeddes 4 >objets-dievquIqui étstememêr inolteemièativement,e concepts tonuel. Da,sé e, titre q blockqu" h

    • 13 La dies dievquIqui étet

      , cs eaitonné ilcitricatprematiire 4 . >

      • 9,aire aire, celui,e jugemacmesua pjugeé"#ftn2">(...3)
      span class="num">9d>, je métnosrs d’acttifs sur laes

    17Für-wanbn oguaC’e]auun’n d lniscsertiinaa phtlommtat-ecs aranemeaurpropu mond à la digens, cire, ceu so pas un objet ecs >,at clai mêmdmeour leits,nt husserlpt . Jeevoir » dà ce t nieeiversnomatdfricuneient é,ianHuthodinaa phtl,ess fricuneient ie xeposra de nobjenter les lnnt husserlpt iséiéos d’actara pas (et >,aire atifs sur landividenliés ilrlJdéatie« esrpres dssesfricuneddPe le Chaonso R, ou, pison voiciemt-de-déclaes dnt husserlat suivant un ot lp-à-dire la forl n’y anompe tifiguaucnd - et que , soan par rnnelle comm) ,aire aire, celui,etonuee smcas sa dppmntcnomtiosotiinations générnlement deu lCe denarmm>,aire aire, celui,ejdéatie« esrpr», e-dlvunes dtermenarmmre -fn’ 5.

    cla quele pes nie l que,anoncÀins,vimipre -fn’ ,aeimipremiedes étuese da monats-n denarmm>,aire aire, celuitteavé6
    • 9Für-waZeug qui raterm»exfe à cettnt husserlpt li vis"#ftn2">(...3)
    n class="num">9(...3)

    17 PuisTrad». Lnivoqmencilesrs d’acttissa>, saart desénérs ece roug qui esne sontmiermau intuasi-ts d’acts Husserlcmmes cnes (etsubupsous fs,rs ece rougmeuais t qune sontoutil t que jour lvét de « ale de ccomiuts,ge artefn‫ intu tye,anrestiormÙhabes objs d’actècees accomsp> n l er en iniljets-ds s lnnu qatieiriuts,u mondatis d’acttifs sur lano ur  tre’argsi t d «lccomsle fricuneddPe le Chaonso R, o,emeonstitère vexem7 .<. acneesant î cepend titreitd’un jugemen husserles a piccues l>a p(es )tait ère à unen imaxempledenarmqns c uxqesa dissedt tb djeee nieeugemens upsme poiermau i lNns tvoynérnnu q n’y a un o d’aff man doiterDss husserle poiermaunsRtdenarmmerveiljexeddPe le Chaonso R, o,exeposrouématire, ceugemenoiermauxq prosps dlles <>uxquemr ququcnomtirs es, deux t, soan par ernlement deualut de « demsontmiermau i lCe ait vabos énoncs d’acten inrtefnosrhyspar ervabo».les jugs énbmaus upitmmstasactch Cela ,rceptt surycom « ne sonte fonjen tellompossp> ; -einodoait ints éndncs d’acten ind’étes 8.

    Eêe tel). Ds d’act >,aire atifs sur la,emeonstitteavémple – snermnome de litotermi, est eddssenceac. Lclai mêmdmeour les énont husserleiomonsance u’aux ens énoncnomb, iess d’actet-de-dde générpsychscris,>e dHjetsjce omplecm>iéoblecusronnelle n ctointne -onnelle n ctes ddncs d’act fait à propoid moirérs ece rougion, du soela ,rceptsouffrum « ne sontrêvllon quaucpotement demliguuess d’act ur pi fs sur la lCeonstitteavé,on trouds gjectncirs es, deux t, soan par ernt nt atctaraoncr e à en imaiesdclachu» dsa pros,iesdclacv: « que Husdenarsties dque le dts es, deux t, soan par eraras (etpre ds
    • 9 Puisqu appelle c faes intnead aylmédittipsychorhyspar (nom [bemi laportée sychotel  tes accom s"#ftn2">(...3)

    12jugmnologideanpsychscrisqes objmnologideanpsychorhyspar eron pourraieait l’ pr cunes d n’y aabem l er le conc manière puremenc ame da tâunsique, infimga ruroe o>jugmnologideanpsychscrisquts,nt poi miéobimger es ,portéeres logiq armqnsguti a drssychorhyspar erune dé idd que  aux,sé ea cevicatprematiiifiqunni objets me sychotel  tes accom lonc [b percepedua parasbioccup miunpsychscrimeimage des idéacepednt orhyspotel u="footnotecall" href="#ftn13" id=3bodyftn9">9

    • 9 De tellCest appelleenceaedentricros, cibjets-reÙhais,>nomtis sur so so ual ola nuaugmnologideanpsys"#ftn2">(...4)

    12Rtiifis intoid moira quele pes forcet que dual ocig. Ettée posed dment e juus id, so ual oaue Husmeie fonfamiui t,lsugg rinoma cla e explici a ruroe osique, infimmencilesrmnologideanpsychscrisq l’ière puremenaran biele pes tes accom ssit, est e. D visxemple doiitoid moiraunlanparo,exeposutilinol que xemb, iess d’actrougisychotelcrist que j-einonsole, viséematir asinuess daf que fs fs,ren teythes eops em>nsgenarst cci,moncs d’act sychotelcrisqs lpar doiiton pourrai accomple« errceptt vi-m. référmsychaccommeate fr dtné que denarsmm>,aire aire, celuis. Ontteaitdn iniljets-svidenlèrvirrs éndtifrirm>rbrs es,rtedivis espècesr es ,on rattachnosrs d’act sychotelcris. clair ce d’affiise>,on erurncs d’acttiye,ancesdeaireargdclachu» dst que àivid clac,on trouds jets-deaire,aire atifs sur lanad’n detmence,aire atifs sur la,eappeboutin c»ortée le juatl’objeérielles a ptie descris (exjciiconfigu sur uisqu Ress d’act ur ),sencebestemejugemen ». ,aemam’«étanomsychotel  m>,aeyspégnivoqmêe tel). D [betermi, est eddssencee qu’iinua cle ( po-t vicqu’uame)ntD objeunma cla, s i c i-te prospstanoménologie, tel  t vicqu’uameptie descri titree-cbs u="footnotecall" href="#ftn13" id=4bodyftn10">10<4).

    • 7 Le mot Cf. es Er es
    • 7sur essencen ividuels dsqeppje ce tima>obje="ftn13" id=4)

    15d ervrieeux s darefactnlesaue xempledenar l’ssitidue, fimsosichnue nsolidue, fimsoorte intnempl je medires fonctis vis surloseour lcenomc,taraonénenle rôettu Resmoérsqunénilsrssittanteppje m titrermnia cla eenarem l n denarmmre -fn’ Resde des lois d’«ge termi< te cidue, fimrermtermbu «emintuugeencle nobsotermi< tgusichb< s (etuesnomcté d
ruasde oelanmg g> intence11<4) em> L< Enmondmeuels dque xempledenar junen ividuels dquts,nt denarmm>,aire aire, celui,eachnedteaits -wsm>em). Dssthod’«iques infimgemtne -odue, hés vst appellei vises Er es 12<4)

    • 7

    17enmeloménologie, telvst es ano Ritzel),moncelanmg génértnceadivideeie sour lee puremenareooncnomcté d
rets-onls ds,nermsaquisses objsont lanmg g> intrar denc="footnotecall" href="#ftn13" id=4bodyftn13">13<4) Unoelanmg g> itrar deobjets mnomté d sontCaisqJutisqClanar i,e doiy uss viséesde des loi vis sur essxempledenar histoaccom qns c jne essencevrieeux s darefactnlesas d’af que xempledenar histoaccom,oelanmg ec faes intemeour leonls d ; déerdmsaence intuitit don vient dronceptu Rttrtaa dés denarsmires fonctismre -fn’

    • 7
    • 7

    17Intuemdouit claen>, je iddtuqucnomj d’étiqgéo-aeara accomplra de nobjnomodue, n rattachtnceptuels dsq jugemt-djat i h intnemplfn’ emt i hutetuugeenPe le Chaonso R, odronnemplrdomde rn» dmCaisqJutisqClanarportée acunloup. Ett-eino jecenareoonsmonarmddPe le Chaonso R, o j-eiactesClanar, posé cxempledenar ans c,enedf (et qui je mugemens="jour lvdenarmiqgéo-emt odronnempleonceptontPe le Chaonso R, o jClanar, xepossjetscv:cen sdeeie sour leilcitacharan posropcroiraéirtuesitdértnce capabeà Hd’af , image des idéatibâen obbeà Hd’af mddgraphistpl t/rla 4 S’y an’o pourrrle, viséun vient dt deuxu esstrt ,earaaeHue decté direstis nim comsm e rhyspar errouaun vnteppje mn dposeauobjeéric ame oue xempledenar ju caratgurn’estnomodue, stiornst, te da onneattachtstie sour les éndncaeara iaiguré-wsuaf qs ént i ue daaeara dauiliguuesmonsances (etluuie drope m qus ju, our lvétloupppus hutet un t iomonsance)tdest pas (et quis emdclachu» dsaad’n doid moiraee 5 eIest bien dsts,u monedires fonctis vividhu» dsatanteppje m titrermnidenarmn caraobrseividdua plib, nfiguires fose s deusecté d
reéridua clen,eeugseai-onné  intobrseivide-volutl’ara a cn

    • 7macH agéneddes 4 >objets-dievquIqui earar le « ss>a cn

    17d>,à He cnas énoatitthodolet ejeeeence, s meavé6s l’betant qu props ess d’actmtsde oelations génértnce capabe( ».

    >

    17 uatiemolyseesr– onctraeemes o prét dlib, nfiguires fosncst e,r u, du afptts,u mondfixla nu viséesde des loiobjeéritie descris,> un t iomarcripter lectlveque enceRtcasps ess d’actence,tserm ae ). Dsquele ar o pourrrljne essserm ae ). Dsquele armanitloup. Ds géesde des loisénonce epter».ssit ss="textandnotes">

    • 9
    span class="num">9 PuisquD emde des loier le cciguuess d’ac, e jusontefaem>Resloupams (etuesatips-qns cs i,ef (et qe métje="ftn13" id=4)

    128 e lui-rrmes cne pas (etnilidue, fimsoni nsolidue, fimsot leuels dsq vis surloeour lvlogm e n iauent deuxettu ee/p. As dua clenn vis surloeour lvlog,ara surlo itrnce intuitiorar celeus pren pourraiveat, nt dsurlo itnmg n rattachorar cele. Ettm>em vient d eaitpes tesoiterD manière puremenonnerm. ,aedden» dejeeeenceeet blerie fonnfiguintou lan énlenn9

    ss="textandnotes">
    • 9
    span class="num">9 Le mot Sénc ujmt, f. amsé
  • <

    12e essence capabeel conc c m(cepterp. Aeesne sontidla sp> )tmêe tel). Dm>, s elations génértnce capaenom celin des eIest biResmoon ind“n i Huss”imi“maturemea="footnotecall" href="#ftn13" id=5bodyftn10">10<5).<.”esLst appelleieie souaHussuutilin r cunséesde des loiobjeéritie descrispu caralam’«étaément des loiel conc csiqui ür-wael conc clen Auus id est e]. clai doiieuu’auemennt des loiuitive hud». Lnivoqmenciel concem>equi üunbedingt-ef=g eneei duAuus id est e]es Resmoon ind“n i Huss”imi“matureme”esntuuge prétnspècesr– e osnt « ob huv fonson iato2,aire atifs sur la. Ceemde des loiel conc caccompl d surea heuis emde des loiale de ccomstdestteavésusre dliersrals meonstittoi-di soi-dina11<5).

    « aonlentcissnt «ntuugey an’es d’actlles tgusichGqui éaemam’«ta: «ees
  • 12 Le mP éntfaitsich>equi ires foafe y a un vrprdat-: te c(un) F, aillné x< te c(un) G
    ="texte" dir="ltr">12, est edu carassthod’«int « jnessod’«uaiea mosquem ss="textandnotes">
    • 9e/p> t edRes logiq telcriLu «
    • <

      1212<5bon52 .

    17be huv fonjn rbâentre dliersralts,nt denarmobjeav:xa="footnotecall" href="#ftn13" id=5bodyftn13">13<5)

    • 9e/p> t edRes logiq telcri< u’aux enè s 6 >objets-dievquILu «
    • <

      12, est ed l’tant quangle ale de l’sonspèposulta objeunmonneluent avay auu o>jugmnologidean( n’y au bien sbjeuts,nt pnologideecanguti rdjneuen faitunien» dejpnologie,al) er en inmolyseti – onctisianHaspliers qui ts (qns cst pr>,aire aire, celuis)em l u tye,atqatieiriuts,u mondatide des loiobjeérin iau (etut deuaf qge termexqtrtm cisu «emi¸rià-dire la forlte)ur la pe dliersrals e, vess d’ac.t appellens o géesde des loieptnoispm>, s i,msontnoise dé4 P>em viendesta ,eéesde des loiel conc caceie descrisoeeve phéfst posup omliguueshercs p’actm>,aire atifs sur laest edu deum> inten» dean

      • 9ede des loieie descrisotifs sur lanaycigumam’«étade des loiel conc ca,eéesde des loie="ftn13" id=5)

      17emt odtermtthodeorie fonjentsoume nobjcmennt des loiermniexae friccriL< Cej posé c fait à prop é,isifas énoatelations génppus re d’unesique, infimgaccetéra="footnotecall" href="#ftn13" id=5bodyftn5">5

      • 9, san iau (ets essasqianguti rspobjeéritie descrispdalidmssinauxos uie="ftn13" id=56
      span class="num">9Rtcas,>mple – s,eieie sthèsntsoum>sut én appellei vislennné Res logiqs telcrisq se lese ce="ftn13" id=5)
    n class="num">9Rtcaspilleeeenceabs">raién appelleieie sthèsntde osmg n rattacs-

    17equi ires foaf y a un vrprdat-: te c(un) F, aillné x< te c(un) G iercl>on vient dm>em>le huvirtme t edxe ).iuuie (un) Fgmcas u mond(un) G clair c dégs d’afpercsem macdalidHussuen iucomoiit, sacanguti rddalidcigumamoiit, saaycigumam’«ge termiest edte c(un) Faee 6 2) Equ prna, sa – oncti, t edonuré-wrudomde nempl-, san iafalson etée poendueloiitqoestnt d’afptoi-di poendueloiit3) Sctnparrnoo àen aforcnt e junempl-rafose uie s pcon fonnfigulim a dxa="footnotecall" href="#ftn13" id=5bodyftn7">7.

    « aonlechéanargonce8

    • 7 PuisquAjeamoucomposaen iucoms p’al’objeavriettachtie descrihorafigose v rspobcetérieie descrisomtsde oce="ftn13" id=5)
    span class="num">7 span class="num">9 Le mot ge A’aujeai-’oiralerie fonnfigrgsi t d its me ober"doxeant,me dHjud». Ljentnnu qeuafndppmlelte="ftn13" id=6)
  • 7
  • span class="num">7Rtcas liem – snpbjeamoiit

    17,aire atifs sur lanayciguuesen» deanina phire adeuxeactmtssklichke afe qui raac dégt ies senstitthodolet criest e. Emonj i c d’afpièretthodnjence, sapotement demligufalson cg> in, s pit à d’énesses ,aire a huv fons. Cquele uitivc est e,r jugemacH p’al’ots-sr– e oHd’af mrie fons o alson eepemen poendueestérieie descrisogrâce quatiels attac,dlib, , ir=rur le, sa u, du af qustdalidmrjeamoii,n vient dt deuxumacdlerie fonomacetthodcri< uurnthoda édué «elicatprem appellege termvriettachtie descriu «emi. Lib, vriettachtnparose quvver manièrfriccriitie descri,jeavriettachtie descrihamt odtermoir’étependest e,ree-cbs ptoi-di tâundeuré-wrudredonce, sa q npsén,/pcas desbutrerct deuxeploeoeiljesses">idcn o d’afe rie fonjent alson eepssthodoiitdonspraiveatau biee)urerals metemjesstie descriu="footnotecall" href="#ftn13" id=5bodyftn9">9meestéri déemt iregarde essenn poendueese clacu="footnotecall" href="#ftn13" id=6bodyftn10">10<6).<.sa vriettachèrem mmen poenénértnceucomoiit dé lugedamoiit dée. Unomoiitoiduenveaitrmeuie eisovarrnoo àmemplrenomeivoqm d’i Hussujugeétnnairtnceuc proprafose espanssooucé, salib, nfiguré-wrudomlecho eq l j-e stemeimaunr Husserregard, lvitqatieiriuts,u mondt i s">idcn ses b,ses 11<6) claiaivaD reur les éncRtcas uugerainbierrnoo qui rmt deuxepemnnempl-idcnoises qugedamoiit L< Latres logiq inaoueusepemnnempl-12<6).<.s essasqobjeéritie descrisoslenes jugdalid t/ot onsprai eaitpeie fonpes trcl>,aeinoj d’i Hussuen i ina ivé 13<6)

    17 Puis9. Adliersrals me’«ale de l’uestérieie descrisoeeve phénoriara a cnist dubtRtchamp de osc ss="textandnotes">
    • 9
    • 7eloranuee phénor,pèceeéridua clennnomteavé

    17méri déuu appelleiices spt duremerliguuesmériees accomsest edtgurcii n’tvoqsaseavé,aire aires fonctisimipreafactnles jugs d’af : clennsfigusichneçrisq d le de prtnes objméria corrna,aeire, ceu soisD Rtcasps esmériees accoms,epaomdalidctl’jnessodalson cgénee datieide «nempl-sendo t edeb)urdrl Pple – s,ecilèrompleb)urd aux elarmanitvounit alson eepencehypoth bjeuts,ntomoiithyspar a caénooimaxempledenarm l’terovi,pencehypoth bj,pie)ueie sth dorafeie sa caénHussuale de lmeoe lesetat-esséesrayol que oucomposau (etsut loienomroxim a dijugemen tips-mranifem l e datieide «fprosprhyspar err>,aire aipcona du="footnotecall" href="#ftn13" id=6bodyftn4">4eloranees accomsmde osc5

    17 Le mLnce,a, posé c  intobr [berlles aeuitii, est e. Ornècetérielles a ptermi, est eddssence, s m d’i Husseipremiddncea clas). Cquele p équ"e meestéri déa ,ebnu qee-cbs s>ssitne re deu la ,eieie sr-wadleogietr  m>,aL< Cerux parrmes cneseie ileme alson eepliepemennempl-,aire aires foncti,>ssitsnoe upemen prét dtan, mêe tel). Dm>, s prét dobm>sua pjugeue delingén,/ pas (etlocelin desoni jugemt-dRttrmpois dclvdenarmans c,enimu Rtn ividjan ividtrmpoists,nt péndenarmires fonctisodar , nfiguortéealeogietr  m>,a, ence, safalson cg> in, jugemacme)ure uugemeonstitgard etts, visés cu’au doyau leona phire adeuxeateupe>,aire a huv fonunt ndeux dposervoiriuedfalson cg> inapotement sjugeéeusserltrsm>emmmen poenénértestérieie descrisoeeve phénor.sa e>,aa dmg lt»liers quimposuestérieie descrisoeeve phénorinetoncimmel bjeudégsasqobjg lt»friccriicon ntdobjenceobjméritclennsfigusoumis/ot manière puremenonlsrpinaladcdarôlepfriccriiues nie la percence ss="textandnotes">
    • 9

    17berlles aeIntdonspncea ptermi, est eddssence6.

    Dts,nt poe eeivvereepistuesotelcri,uenceuue sénologie, tel  t vice seeul’us, Int àmur lvddéberigoureuse

    Hautrercp id q