Navigation – Plan du site
Travaux

Séminaires et Groupes de travail (2009-2010)

Plan

Haut de page

Texte intégral

Séminaire « Poétique grecque » 

1Thème de l’année : « Blâme, invective, injure dans la poésie archaïque grecque »

2Responsable : Philippe Rousseau. Séminaire de recherche ouvert aux Masters.

Séminaire doctoral « Poésie et Philosophie : Présentation de travaux »

3Responsable : Fabienne Blaise.

Groupe d'études « La philosophie au sens large »

4Animé par Pierre Macherey. Hebdomadaire.

5Thème de l’année : « L’idée d’Université ».

6Programme

Séminaire « Structures de l’acte politique en Grèce »

7Responsable : Catherine Darbo-Peschanski. En quinzaine.

Séminaire « Lecture de la Poétique »

8Responsables : Fabienne Blaise et Anne De Cremoux. En quinzaine

Groupe de travail « Lecture des Choéphores »

9Responsable : Daria Francobandiera). En quinzaine.

Groupe de travail en philosophie ancienne « Lecture du Génération et Corruption »

10Responsable : Claire Louguet. En quinzaine.

Séminaire « Interprétation, Formes et Problèmes »

11Responsables : Shahid Rahman, Laurent Keiff et Marie-Hélène Gorisse. Séminaire soutenu par la MESHS. En quinzaine.

Séminaire de linguistique

12Responsable : Dany Amiot.

Programme

13Vendredi 9 octobre 2009

Christopher Desurmont (STL, Lille 3) « Le "présent simple" dans le système verbal de l'anglais »

Cédric Patin (STL, Lille 3 & Lena Baunaz, Université de Genève) : « La prosodie des mots wh en question(s) »

14Vendredi 13 novembre 2009

Kathleen M. O’Connor (STL, Lille 3) « La syntaxe interne de l’appositive »

Petra Sleeman (Universiteit van Amsterdam / Université Lille 3), « Focus and the licensing of infinitival subject relatives »

15Vendredi 11 décembre 2009

Lucie Barque (STL) « Le lexique Nomage »

Nabil Hathout (Toulouse) « Paradigmes et proximité en morphologie lexicale »

16Vendredi 8 janvier 2010

Sandra Benazzo (STL/, Université de Lille 3) « Structure informationnelle et cohésion discursive dans la production de locuteurs natifs et non natifs de langues germaniques et romanes »

Emmanuelle Mathiot (STL, Université de Lille 3) « La communication non-verbale dans l'acquisition du langage chez l'enfant : le cas du pointage »

17Vendredi 12 février 2010

Christopher Gledhill (STL, Université de Lille 3) « La lexicalisation d’une séquence inhabituelle en anglais : Prédicateur+Ajout+Complément. »

Eve Clark (Stanford University) « Introducing new words to children with speech and gesture »

18Vendredi 12 mars 2010

Laurence Meurant (FUNDP Namur) « Nom, verbe, nominalisation et verbalisation en Langue des signes française de Belgique (LSFB) »

Annie Risler (STL, Université de Lille 3) « Les classes verbales en LSF : aspects morphologiques, syntaxique et sémantiques »

19Vendredi 26 mars 2010

Fatima Hamlaoui « Expression de la structure de l'information et interaction phonologie-syntaxe dans les interrogatives partielles ».

Alain Polguère / Lucie Barque « Structuration et balisage des définitions du Trésor de la Langue Française ».

20vendredi 2 avril 2010

Gerhard Schaden (STL, Université de Lille 3) « La variation diachronique et diatopique de l'article indéfini de l'allemand »

Fayssal Tayalati, Katia Paykin& Danièle Van de Velde (STL, Université de Lille 3) « Une réanalyse des adjectifs de qualité morale »

21vendredi 7 mai 2010

Claire Ellender (STL, Université de Lille 3) « Traductologie : recherches actuelles et futurs projets »

Marion Pescheux (Université de Lille 3) « La focalisation anaphorique »

22Vendredi 11 juin 2010

Céline Corteel (STL) « Différent : de l'adjectif au déterminant »

Rim Hamdi (STL, Université de Lille 3) « Dialectes Arabes Modernes : Variation & Typologie »

23Vendredi 18 juin 2010

Damien Laflaquière (STL) « Composition infinitive en anglais et interface syntaxe-morphologie »

Anne Carlier : « Beaucoup : une expression rebelle à la catégorisation morpho-syntaxique ? »

24Résumés téléchargeables en annexe.

Groupe de travail en philosophie ancienne sur « L'intellect agent de l'Antiquité au Moyen Age »

25Responsable : Michel Crubellier ; organisateurs : Véronique Decaix et Gweltaz Guyomarc'h. En quinzaine, au 1er semestre.

Présentation

26Ce groupe se propose de lire en commun et d'interpréter quelques-uns des textes majeurs sur l'intellect agent. Cette notion, héritée d'Aristote et de ses commentateurs, a en effet connu de multiples réélaborations au cours de l'Antiquité tardive et du Moyen Âge arabe et latin. Entre traduction, transmission et trahison, c'est en outre le statut du commentaire comme genre philosophique qui est en jeu.

27L'ambition initiale de ce groupe est aussi de permettre aux chercheurs en philosophie antique et médiévale de joindre leurs intérêts et de collaborer.

28Chaque séance est consacrée à l'explication et à la discussion d'un passage précis, communiqué à l'avance.

Séminaire d'histoire de la chimie : « Un siècle d'histoire de la chimie à l'Académie Royale des Sciences de sa création (1666) à 1768 (entrée de Lavoisier) »

29Responsables : Bernard Joly et Rémi Franckowiak.

Présentation

30Le laboratoire alchimique, qui passe volontiers pour le lieu privilégié de l’élaboration de la chimie ancienne, symbolisait à la fois le caractère privé, si ce n’est secret, de cette science et sa nécessaire articulation avec une pratique qui lui donnait son sens : il ne s’agissait pas seulement de trouver la pierre philosophale, mais aussi de fabriquer médicaments et substances chimiques répondant aux demandes sociales. L’introduction de la chimie parmi les « classes » de l’Académie royale des sciences va transformer son statut en lui donnant à la fois le caractère public et abstrait d’un savoir qui se développe désormais au fil des communications et des débats publics, opposant les chimistes entre eux, mais les confrontant aussi aux théories et aux contestations des autres sciences, et en particulier de la physique mécaniste qui prend peu à peu une place dominante dans les débats.

31En un siècle, qui conduit des derniers paracelsiens aux premiers travaux de Lavoisier, la chimie s’est profondément transformée, poussée à la nouveauté à la fois par le dépassement de ses contradictions internes et par la nécessité de s’inscrire dans les schémas scientifiques qui structurent la pensée de son temps. La fidélité à la tradition n’empêche pas les ruptures radicales. Ce sont ces transformations qui seront étudiées à travers les travaux de quelques figures marquantes de l’Académie, Du Clos, Homberg, Lémery père et fils, les frères Geoffroy, Hellot, Macquer… mais aussi Fontenelle dont l’attitude ambiguë à l’égard de la chimie témoigne bien des difficultés de cette science au XVIIIe siècle.

Programme

3213 octobre 2009 : Rémi Franckowiak, « La chimie à l’Académie royale des sciences avant son renouvellement de 1699 ».

333 novembre 2009 : Bernard Joly, « Etienne-François Geoffroy, entre la Royal Society et l’Académie royale des sciences : ni Newton, ni Descartes »

3415 décembre 2009 :

Anne-Lise Rey, « Leibniz et l'Académie royale des sciences : quelques médiations ».

Solange Gonzalez, « Les semences minérales selon Marin Cureau de la Chambre ».

3512 janvier 2010 : John Perkins, « L’Académie des Sciences face à l'impressionnante expansion de la chimie en France, et particulièrement à Paris, entre 1750 et 1790 »

369 février 2010 : Luc Peterschmitt, « L'esprit de la chimie selon Fontenelle »

372 mars 2010 : François Pépin, « Fontenelle et le devenir scientifique de la chimie »

3816 mars 2010 : Christine Lehman, « L'art de la teinture à l'Académie royale des sciences au XVIIIe siècle ».

3930 mars 2010 : Patrice Bret, « L'Académie royale des sciences et la traduction de la chimie avant Lavoisier »

4027 avril 2010 : Lawrence Principe

4118 mai 2010 : Marco Beretta, « La chimie de Lavoisier de 1762 à 1768 ».

Groupe de travail « Les mathématiques arabo-latines »

42Groupe constitué de Jean Celeyrette, Ahmed Djebbar, Edmond Mazet, Marc Moyon. Mensuel.

43Durant l'année 2009-2010, le groupe se consacrera à la lecture et l'étude des Usûl al-Handasah du Shîfâ' d'Ibn Sînâ (les éléments de géométrie du Shîfâ' d'Avicenne).

Calendrier des séances

4415 octobre 2009 : Présentation des définitions, demandes et notions communes du Livre I, avec des excursus dans deux ouvrages de l'un de ses contemporains : Ibn al-Haytham (Alhazen)

4512 novembre 2009 : Examen des propositions 1 à 17 du livre I et comparaison avec d'autres textes de la tradition arabe des Eléments d'Euclide : version Ishaq-Thabît, an-Nayrizî, Ibn al-Haytham...

46Mardi 2 mars 2010 : Étude de la fin du livre I de la Géométrie du Shifa' d'Ibn Sînâ. Comparaison avec la version Ishaq-Thâbit des Eléments d'Euclide, les Shukûk d'Ibn al-Haytham et le commentaire de Proclus.

47Mardi 27 avril 2010 : Étude du livre II de la Géométrie du Shifa' d'Ibn Sînâ. Présentation par Jean Celeyrette et Edmond Mazet.

Séminaire « Écritures scientifiques »

48Responsables : Anne-Lise Rey, Frédéric Brechenmacher, Lucien Vinciguerra.

Présentation

49Le savoir scientifique du passé est toujours donné en premier lieu à l'historien des sciences, si l'on excepte la dimension importante des objets techniques, comme un ensemble de textes ou de récits, qui font jouer en eux des procédés d'écritures. L'historien des sciences cherche à retrouver dans ces textes quelque chose comme un savoir, des concepts et des théories. Son regard sur le passé implique donc un oeil qui sédimente, qui tente de saisir dans les pages du passé le noyau proprement dit du scientifique en traçant un partage entre ce noyau qui relève de la science et la surface des effets textuels.

50Ce séminaire se propose de revenir en deçà de ce partage pour en montrer le caractère problématique et en interroger les conditions et les conséquences. Les textes scientifiques peuvent être analysés avec tous les outils d'analyse textuelle, y compris ceux de l'analyse littéraire, dans leurs dimensions stylistiques, rhétoriques, ou même poétiques. Cette analyse intéresse d'abord l'historien des sciences qui se demande de quelle manière les concepts et idées scientifiques s'élaborent dans une écriture, et à quels niveaux les procédés d'écriture jouent un rôle dans la pensée scientifique. Elle conduit en même temps à questionner le partage et la sédimentation opérés par le regard historien. Ce que ce dernier perçoit comme scientifique dans un texte passé est lié de manière essentielle à ce que la science d'aujourd'hui détermine comme tel. Ce qu'il saisit alors comme un effet de style ou une stratégie narrative n'était-il pas parfois pour les contemporains le coeur scientifique du texte, renversant l'ordre de la surface et du noyau ?

51Les quatre premières séances du séminaire tenteront d'explorer chacune une dimension de l'écriture scientifique : styles, poétiques, narrations, symboliques.

52Programme téléchargeable en annexe.

Séminaire de l'équipe thématique « Discours, oralité, gestualit(é)s »

53Responsable : Cyril Auran

Séminaire de lecture de l'Introduction à l'Almageste

54Responsables : Fabio Acerbi, UMR 8163 STL et Bernard Vitrac, UMR 8567 Centre Louis Gernet).

Présentation

55Le texte complet demeure encore inédit, même si J. Mogenet publia en 1956 une étude préliminaire en vue d’une édition critique. Des parties du texte ont été publiées sur la base d'un seul ms. Le texte, dont la taille est à peu près celle des livres I-III des Éléments, est contenu dans certaines familles de mss de l'Almageste, mais peut aussi se présenter dans des mss où l'Almageste n'apparaît pas. Il s'agit d'une compilation faite pendant l'antiquité tardive dont le but est d'expliquer certaines notions et techniques de calcul employées dans le livre I de l'Almageste. Il contient des descriptions remarquables de méthodes pour faire des divisions longues et pour extraire des racines carrées, et une longue partie sur les rapports composées. Il est transmis par 30 mss environ ; la plupart se trouvent dans des bibliothèques italiennes (Vaticana, Marciana à Venice, Laurenziana à Florence) et à la BnF de Paris.

56Le but du séminaire est de produire une édition critique commentée du texte. Les séances de l'année 2008-2009 ont permis de traiter environ 1/4 du texte.

57Le séminaire s’inscrit dans le projet ANR ALGO.

Séminaire « Les mathématiques grecques anciennes et leur postérité »

58Séminaire d'histoire des mathématiques organisé conjointement par l'UMR STL (UMR 8163) et le Centre Louis Gernet (UMR 8567) (responsables Fabio Acerbi et Bernard Vitrac). Mensuel. Ce séminaire deviendra cette année l'atelier du programme ANR ALGO.

59Programme disponible sur le site web du projet ALGO

Séminaire d’histoire des sciences « Les échanges en sciences »

60Responsables : Bernard Maitte et Marc Moyon. Mensuel.

Groupe de travail de traduction de Simplicius, Sur la Physique d'Aristote, Livre II

61Responsable : Alain Lernould.

Séminaire « Hegel en France »

62Responsable : Philippe Sabot.

Séminaire « L’instrument de musique. Approches ontologiques et esthétiques »

63Responsable : Bernard Sève). Hebdomadaire.

64Présentation et programme téléchargeables en annexe

Groupe de travail interdisciplinaire « Mathématiques et philosophie »

65Co-organisé par la MESHS et l’Université de Lille. Responsables : Claudio Majolino, Valerio Vassallo et Edouard Jolly.

66Thème de l'année 2009-2010 : « De la Métamorphose. Formes et transformations entre mathématiques et philosophie ». Les séances ont lieu alternativement à Lille 3, Lille 1 et la MESHS. Le groupe de travail se poursuivra durant le premier trimestre de l'année universitaire prochaine.

67Présentation du thème sur le site de la MESHS.

Séminaire « Dire le temps : durées, événements, moments »

68Responsables : Claudio Majolino et Katia Paykin ; organisateur : Nathanaël Masselot.

Présentation

69Dans les Leçons pour une phénoménologie de la conscience intime du temps de 1905 Husserl pose la question du rapport entre le dire et le temps sous une forme aporétique. Du temps peut-on dire d’abord qu’il est « rigide » c’est-à-dire qu’il s’agit d’une structure objective où chaque instant n’occupe qu’une et une seule place déterminée au sein d’un continuum de positions temporelles, et cela une fois pour toutes. Si, étant donnés deux événements E et E’ (tels « la naissance de Platon » et « la naissance d’Aristote »), il est vrai de E qu’il est arrivé avant E’ et de E’ qu’il est arrivé après E, cela est vrai à tout jamais. Mais, d’un autre côté, il est possible d’isoler une autre manière de dire le temps, s’exprimant cette fois-ci par un groupe d’expressions à la grammaire tout à fait différente et qui permet à Husserl d’affirmer que le temps « s’écoule » : il s’écoule constamment tout au long des trois dimensions du passé du présent et de l’à venir. Il est clair cependant que si je dis d’un événement qu’il arrive maintenant, ce que je dis n’est vrai qu’à présent, alors qu’il ne l’était pas tout à l’heure et qu’il ne le sera pas non plus d’ici peu. L’hétérogénéité du comportement, logique et grammatical, de ces deux modes de dire le temps, l’un fondé sur des expressions ayant, disons, une signification objective, l’autre sur des déictiques a été signalée quelques années plus tard par J. Ellis McTaggart qui dans son article célèbre de 1908 The Unreality of Time où il distingue explicitement les deux types de positions temporelles qu’il appelle de « série B » et de « série A ». Mais alors que McTaggart essaye de réduire les prédicats de la série A, où le temps est écoulement et devenir, à ceux, objectifs et stables, de la série B, Husserl relie les deux manières de dire le temps au sein d’une seule et unique aporie qu’il considère comme constitutive du rapport même au temps tel qu’il s’exprime par et dans le langage.

70La phrase husserlienne « le temps est rigide et néanmoins le temps s’écoule » (Die Zeit ist starr, und doch fliesst die Zeit), ne fait au fond que condenser et opposer au sein d’un même questionnement deux approches à la question du temps qui ont traversé l’histoire de la philosophie et que l’on aura qualifié, à tort ou à raison, de aristotélicienne (le temps envisagé à partir des prédicats de l’avant et de l’après) et augustinienne (le temps envisagé à partir des prédicats tels que présent/passé/futur), et auxquelles on fait correspondre, d’un côté, le temps objectif du monde, et, de l’autre, le temps vécu de la conscience. Mais que faut-il comprendre par là ? Que l’on parle de temps objectif et de temps vécu, dans quelle mesure peut-on dire que l’expression même « temps » soit univoque ? Si la position réductionniste de McTaggart – au fond bien plus complexe qu’elle n’en a l’air – semble poser un certain nombre de problèmes, comment faut-il envisager l’articulation entre les deux séries de prédicats ? Cependant, les réponses à de telles questions ne sauraient faire l’économie d’une prise en charge des résultats les plus récents des recherches en sciences du langage dans l’étude des propriétés syntaxiques, sémantico-rhétoriques et pragmatiques des structures permettant l’expression du temps, aussi bien dans le domaine nominal que verbal.

Programme

71Vendredi 05/02/2010 : Vyvyan Evans : “Time in language, time in the mind”

72Vendredi 26/02/2010 : Claudio Majolino : « Husserl et Mc Taggart sur les prédicats temporel »

73Vendredi 12/03/2010 : Danièle Van de Velde : « Existe-t-il des noms propres de temps ? »

74Vendredi 19/03/2010 : Bernard Besnier : « Les expressions adverbiales chez Aristote, Physique IV chap. 13 »

75Vendredi 30/04/2010 : Tero Tulenheimo : « Le temps et la contradiction »

76Vendredi 14/05/2010 : Gerhard Schaden : « Expressions temporelles quantifiées »

77Vendredi 21/05/2010 : Co Vet : « Les catégories linguistiques de la temporalité : le cas du français et des créoles francais »

78Vendredi 11/06/2010 : Walter de Mulder : « Le sens fondamental de « maintenant » : un token-reflexive ? »

Séminaire interdisciplinaire « Cognition Sociale, neurocognition et philosophie de l'esprit »

79Organisé en collaboration avec le laboratoire URECA (responsables : Yan Coello, URECA et Alexandre Billon, STL). Mensuel.

Groupe de travail en philosophie ancienne « Recherches sur le propre, autour de l'oikeion »

80Responsable : Charlotte Murgier. En quinzaine, au 2e semestre.

Groupe de travail « Dialogique »

81Responsable : Tero Tulenheimo.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Séminaires et Groupes de travail (2009-2010) », Methodos [En ligne], 10 | 2010, mis en ligne le 04 octobre 2017, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/methodos/2366

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • OpenEdition Journals