Navigation – Plan du site
Travaux

Séminaires et Groupes de travail (2010-2011)

Texte intégral

Séminaire « Solon : poésie et politique. Méthodes et interprétation »

1Responsable : Fabienne Blaise). Cours de master ouvert aux doctorants, chercheurs et enseignants-chercheurs.

Groupe de travail sur « Les tropes »

2Organisé par STL dans le cadre du projet émergent MESHS « Les noms desadjectivaux : héritage sémantique et analyse en termes de tropes »

3Responsable : Rafaël Marin. Mensuel.

Séminaire de linguistique

4Responsable : Anne Carlier. Mensuel.

Séminaire de lecture de l'Introduction à l'Almageste

5Organisé conjointement par l'UMR STL (UMR 8163) et le Centre ANHIMA (UMR 8210) (responsables Fabio Acerbi et Bernard Vitrac). Mensuel.

Présentation

6Le texte complet demeure encore inédit, même si J. Mogenet publia en 1956 une étude préliminaire à une édition critique. Des parties du texte ont été publiées sur la base d'un seul ms. Le texte, dont la taille est à peu près celle des livres I-III des Éléments, est contenu dans certaines familles de mss de l'Almageste, mais peut aussi se présenter dans des mss où l'Almageste n'apparaît pas. Il s'agit d'une compilation faite pendant l'antiquité tardive dont le but est d'expliquer certaines notions et techniques de calcul employées dans le livre I de l'Almageste. Il contient des descriptions remarquables de méthodes pour faire des divisions longues et pour extraire des racines carrées, et une longue partie sur les rapports composées. Il est transmis par 30 mss environ ; la plupart se trouvent dans des bibliothèques italiennes (Vaticana, Marciana à Venice, Laurenziana à Florence) et à la BnF de Paris.

7Le but du séminaire est de produire une édition critique commentée du texte. Les séances de l'année 2008-2009 ont permis de traiter environ 1/4 du texte. Le résultat (édition, traduction française et commentaires) paraîtra bientôt dans F. Acerbi, N. Vinel, B. Vitrac, Les Prolégomènes à l’Almageste Une édition à partir des manuscrits les plus anciens : Introduction générale – Parties I-III. SCIAMVS 11 (2010), pp. 53-210. Le séminaire est inclus dans le projet ALGO.

Séminaire « Lecture d'Antiphon. Autour du sumpheron »

8Responsable : Catherine Darbo-Peschanski.

Groupe de travail « Traduction de Simplicius, Sur la Physique d'Aristote »

9Responsable : Alain Lernould

Séminaire d’histoire des sciences « Les échanges en sciences »

10Responsables : Bernard Maitte et Marc Moyon). Mensuel.

Présentation

11Dans la continuité du thème de 2009/2010, le séminaire mensuel du Centre d’Histoire des Sciences et d’Epistémologie de Lille 1 portera à nouveau sur les « échanges en sciences ».

12Échanges comme relations, comme interactions entre individus, groupes, institutions, disciplines. Échanges comme simples communications ou transferts de savoirs/savoirs faire. Échanges désirés, mis en oeuvre par une partie ou l’ensemble des acteurs. Échanges imprévus ou encouragés par les pratiques scientifiques d’une époque. Échanges comme fruits d’une reconstruction de l’histoire …

13L’idée est de définir et d’illustrer les conditions de fonctionnement de divers types d’échanges en sciences à partir de leurs acteurs, de leur contenu, de leurs lieux, de leurs processus… La question de leur fécondité (ou de leur stérilité) sera envisagée dans le cadre des voyages, des écoles, des Académies, des institutions, des journaux scientifiques, des correspondances épistolaires, des controverses, des guerres, du commerce …

Programme

1421 octobre 2010 : Christian Bracco (Univ. de Nice) : « Poincaré et la relativité : à la croisée des mathématiques et de la physique de la fin du XIXe siècle »

1525 novembre 2010 : Tony Levy (SPHERE, CNRS-Univ. Paris Diderot) : « Livres et culture scientifiques dans le monde juif en Provence médiévale »

1609 décembre 2010 : Gilles Denis (UMR STL, Univ. de Lille 1) : « L'interprétation galiléenne du modèle antique théophrastien des maladies des plantes »

1703 février 2011 : Maarten Van Dyck (Centre for History of Science, Univ. de Gent) : « Huygens et le problème du choc. Pourquoi accepter où ne pas accepter le principe de

18Torricelli comme axiome mécanique »

1917 mars 2011 : Robert Locqueneux (UMR STL, Univ. de Lille 1) : « Drôles d'échanges, par Henri Bouasse »

2007 avril 2011 : Jean-Marc Levy-Leblond (Univ. de Nice, Directeur de la revue Alliage) : « Chercher, enseigner — les deux faces de la parole en sciences »

2114 avril 2011 : Rossana Tazzioli (UMR Paul Painlevé, Univ. de Lille 1) : « L’importance des correspondances dans l’histoire des mathématiques »

2226 mai 2011 : Cédric Basuyaux (UMR STL, Univ. de Lille 1) : « Le polype en Angleterre : le rôle du réseau de correspondants d'Henry Baker »

239 juin 2011 : Evelyne Barbin (Centre François Viète, Univ. de Nantes) : « Si l'on conférait ensemble des difficultés qui se présentent. Les échanges épistolaires de Mersenne

Groupe de travail « Dialogique »

24Responsable : Tero Tulenheimo.

Groupe de travail « Les trois Electre »

25Responsables : Philippe Rousseau et Daria Francobandiera. Mensuel.

Séminaire d'histoire des mathématiques

26Atelier du programme ANR ALGO, organisé conjointement par l'UMR STL (UMR 8163) et le Centre ANHIMA (UMR 8210) (responsables : Fabio Acerbi et Bernard Vitrac). Mensuel.

27Programme sur le site du programme ALGO

Séminaire « Histoire de la chimie aux XVIIe et XVIIIe siècles »

28Thème de l’année 2010-2011 : « Chimie et alchimie : continuités et ruptures »

29Responsables : Bernard Joly et Rémi Franckowiak. Mensuel.

Présentation

30Il est désormais acquis que l’alchimie, jusqu’à la fin du XVIIe siècle, était l’autre nom de la chimie et que les conceptions ésotériques, spirituelles et symboliques de l’alchimie sont pour une bonne part des constructions de l’occultisme du XIXe siècle et de ses prolongements psychologiques, ésotériques et poétiques au XXe siècle. Les travaux développés depuis une dizaine d’année en se basant sur cette hypothèse ont permis de restituer à l’alchimie de la Renaissance et du XVIIe siècle sa dimension véritablement chimique, et par conséquent scientifique.

31Demeurent pourtant bien des obscurités et des malentendus, qui témoignent de la complexité de la situation. Deux séries de faits semblent ne pas se laisser réduire aux analyses qui viennent d’être évoquées ; ils tiennent l’un et l’autre à un usage parfois déroutant du terme alchimie.

32D’une part, il semble que l’alchimie ait parfois désigné, dès le XVIIe siècle, des doctrines qui, débordant les frontières du pan-chimisme de certains alchimistes comme Pierre-Jean Fabre, relevaient davantage de la théosophie ou d’une philosophie de la nature toute imprégnée de thèmes empruntés à la pensée hermétique de la Renaissance : en quel sens, par exemple, John Dee, Robert Fludd ou Jacob Boehme étaient-ils des alchimistes, comme le prétendaient déjà certains de leurs contemporains ? N’est-ce pas cette prétention à faire de l’alchimie une clé pour construire de manière hardie et souvent confuse des philosophies nouvelles qui donna aux alchimistes une mauvaise réputation chez de nombreux penseurs du XVIIe siècle, à commencer par les cartésiens ?

33D’autre part, les chimistes de la fin du XVIIe et du début du XVIIIe siècle se réclamaient volontiers d’une chimie enfin débarrassée des erreurs d’une chimie du passé qu’ils nommaientalors alchimie, tout en maintenant dans leurs doctrines et leurs pratiques de nombreuses leçons de cet héritage qu’ils récusaient. Mais pourquoi cette chimie périmée s’est-elle malgré tout prolongée au XVIIIe siècle dans des formes de plus en plus éloignées de la pratique de laboratoire et de la conceptualisation scientifique, comme l’illustrent le Dictionnaire mythohermétique de Dom Pernety ou certains articles de dictionnaires ou encyclopédies ?

34Nous n’aurons pas la prétention de résoudre ces énigmes, mais plus simplement d’en clarifier les termes par une étude comparative des diverses doctrines que l’on a rattachées à l’alchimie à la fin de la Renaissance et au XVIIe siècle, et par l’examen des usages des termes « chimie » et « alchimie » au XVIIIe siècle, notamment dans les travaux de l’Académie royale des sciences et dans les ouvrages encyclopédiques des Lumières.

35Les travaux de notre séminaire s’appuieront sur la tenue de sept réunions, le mardi après-midi, de novembre 2010 à mai 2011. Ces séances réuniront deux conférenciers dont les points de vue pourront se confronter sur un même thème.

Programme

3623 novembre 2010 : Travaux sur la Renaissance à la fin de la Renaissance : l’apport de la chimie

Rémi Franckowiak (UMR STL, université de Lille 1), « Chimie et renaissance de l’homme intérieur chez Blaise de Vigenère ».

Didier Kahn (CNRS, UMR 8599) : « La palingénésie chez Paracelse et Joseph Du Chesne »

3714 décembre 2010 : Les débordements théoriques de la chymie au XVIIe siècle

Bernard Joly (UMR STL, université de Lille 3) : « Que reste-t-il de la chimie dans les élaborations panchymiques de Pierre Jean Fabre ? »

Jennifer Rampling (Université de Cambridge) : sur John Dee et Andrea Libavius

3818 janvier 2011 : Les curiosités de la chymie dans la première moitié du XVIIe siècle

Rémi Franckowiak (UMR STL, université de Lille 1) : « Curieuse manière d'écrire la chimie chez Vigenère (1586) et Barlet (1653) »

Bernard Joly (UMR STL, université de Lille 3) : « La chimie comme domaine d’interrogation des Questions inouyes pour Marin Mersenne ».

3915 février 2011 : Chimie et alchimie selon les philosophes à l’âge classique

Solange Gonzalez (CNED) : « Chimie et alchimie selon les cartésiens à la fin du XVIIe siècle »

François Pépin (Université de Paris-Ouest) : « Fontenelle, Diderot et la place de l’alchimie dans l’épistémologie historique de la chimie : repoussoir, moment nécessaire ou pensée féconde ? »

4022 mars 2011 : Souvenirs de l’alchimie dans la chimie du XVIIIe siècle

Christine Lehman (Université de Paris-Ouest) : « Les recherches sur la nature des métaux au XVIIIe siècle en France, réminiscence du vieux rêve alchimique »

Luc Peterschmitt (UMR STL) : « Alchimie et chimie chez Boerhaave : quelle place pour l’erreur en chimie ? »

41Vendredi 15 avril 2011 : Chimie, alchimie et minéralogie

Antonio Clericuzio (Université de Cassino) : « Chimie et science de la terre dans la seconde moitié du XVIIe siècle »

Bernard Joly (UMR STL, Université de Lille 3) : « La minéralogie d’Etienne de Clave : chimie ou alchimie ? »

4210 mai 2011 : Lavoiser et l’alchimie

Marco Beretta (Université de Bologne/ Institute and Museum of History of Science in Florence) : « Lavoisier and alchemy : the conservation of matter and the struggle against transmutation »

John Perkins (Oxford Brookes University) : « The rejection of alchemy and the construction of chemistry as an enlightened science, France, 1720-70 »

Groupe de travail « Génération et corruption »

43Responsable : Claire Louguet.

« Les normativités »

44Séminaire pluridisciplinaire co-organisé par STL et le CURAPP (responsables : Ph. Sabot et G. Radica), avec le soutien de la MESHS.

Présentation

45Les lois, les règles juridiques, les moeurs, les principes moraux, les normes sociales, les conventions du langage, à quoi l’on peut ajouter : les conventions qui valent dans les sciences, ainsi que les normes de rationalité et de vérité, méritent d’être regroupés sous la catégorie très générale de « normes ». Cette diversité avérée témoigne de ce que la normativité doit être étudiée dans son existence plurielle avant d’être identifiée génériquement. Il s’agit alors de se demander ce qui fait qu’une norme nouvelle apparaît, qu’elle est valide dans un contexte donné, qu’elle est reconnue, respectée ou au contraire remplacée par une autre. Pourquoi même quelque chose comme du normatif apparaît à un moment donné dans un ordre de choses ou dans un domaine d’activités humaines ? Bref, qu’est-ce qui fait qu’une norme est une norme ? Définir une norme ne semble assurément pas énoncer un lien causal, mais bien plutôt décrire des conditions de réussite ou d’adéquation de l’action et de la pensée humaines à un idéal, à un objectif donné. En ce sens, la norme est probablement un des éléments qui permet d'identifier le domaine proprement anthropologique et c’est à cet objet que s’attachera ce séminaire interdisciplinaire.

46Les rencontres de ce séminaire initié par des philosophes, mais organisé de façon pluridisciplinaire, cherchent à confronter une multiplicité d'analyses des normes : philosophie, histoire, sociologie, droit. On espère par là clarifier cette notion, afin de mieux comprendre les raisons de son éventuelle unité.

Programme

47-26 novembre 2010 : Christophe Al-Saleh (CURAPP, UPJV) « Spatialité et normativité chez Strawson »

48-10 décembre 2010 : Philippe Sabot (STL, Lille 3) et Julie Mazaleigue (UPJV) « La question des normes chez Foucault et Butler »

49-21 janvier 2011 : Sandra Laugier (Execo, Paris 1) « Normativités, régularités, sens commun », répondante : Isabelle Astier (Sociologue, CEMS-EHESS, Lille 1)

50-4 février 2011 : Bruno Ambroise (CURAPP, CNRS) et Irène Rosier-Catach (HTL : Paris 7/CNRS & EPHE) : « Normes et conventions dans les actes de parole »

51-18 mars 2011 : Solange Chavel (CURAPP, ENS-Ulm) et Speranta Dumitru (CERSES, Paris V) : « Normes et frontières »

52-1er avril 2011 : Eléonore Le Jallé (STL, Lille 3) et Philippe Lege (économiste, post-doc au DEST (INRETS), PHARE, Paris 1) : « Règles de justice et conventions : Hume et ses lectures contemporaines »

53-15 avril 2011 : Frédéric Worms (STL, Lille3) et Dominique Boury (Centre d'éthique médicale de l’université catholique de Lille) : « La normativité est-elle toujours vitale ? »

54-24 juin 2011 : Laurent Perreau (CURAPP, UPJV) et Carole Gayet (CEMS/EHESS) : « Des conventions infra-juridiques : L’ordre moral de la politesse »

Séminaire « Écritures scientifiques »

55Responsables : Anne-Lise Rey, Frédéric Brechenmacher, Lucien Vinciguerra.

Programme

56Les correspondances : 26 novembre 2010

15h : Anne-Lise Rey (université de Lille 1) : « La correspondance entre Leibniz et Papin : de l’arraisonnement logique au recours à la fiction, diversité des modes de résolution des controverses scientifiques »

16h30 : Rossana Tazzioli (université de Lille 1) : « Écrire pour convaincre : discussions et polémiques autour des mathématiques à partir des correspondances de Beltrami et de Levi-Civita »

57Écritures symboliques : 9 février 2011

17h : Marc Parmentier (université de Lille 3) : « Leibniz, l'écriture du calcul différentiel et le virtuel »

58Jeux avec la langue : 2 mars 2011

17h : Marie-Hélène Gorisse (université de Lille 3) : « Le mot et le monde : jeux de langue comme reflets de la complexité du monde dans les textes épistémologiques de l’Inde classique. Cas du Soleil du Lotus des connaissables de Prabhâcandra, 10e-11e s »

59Séance spéciale : 23 mai 2011

Journée de rencontre à Paris avec le projet « Histoire des sciences, histoire du texte » (équipe REHSEIS, laboratoire SPHERE). 

60Rhétorique : 7 juin 2011

17h : Dominique Descotes (université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand) : « Pascal et la rhétorique »

Groupe de travail  « Études humiennes »

61Responsable : Eléonore Le Jallé. Mensuel.

Séminaire « Hegel en France (2) »

62Responsable : Philippe Sabot. Mensuel.

Présentation

63Ce séminaire se fixe comme objectif de contribuer à une histoire de l’hégélianisme à la française, pour la période qui s’étend de 1830 à 1940 environ. Lors des séances de l’année dernière, il s’agissait notamment faire apparaître les conditions dans lesquelles a pu s’effectuer le transfert, du côté de la littérature, d’une pensée comme celle de Hegel. Car un tel transfert a eu lieu en France de la seconde moitié du XIXe siècle jusqu’à l’entre‐deux guerres, c’est‐à‐dire à un moment où l’hégélianisme s’est trouvé à peu près complètement délaissé par l’institution philosophique et a pu être librement investi et accueilli par les écrivains, suivant des modalités d’ailleurs très variables. Le séminaire de cette année cherchera à prolonger ce travail collectif en insistant sur la variété des usages et des appropriations de Hegel non seulement chez des écrivains comme Mallarmé, Aragon, Breton (sans parler de Queneau ou même de Gracq) mais aussi chez des penseurs comme Proudhon, Wahl, Kojève, Hyppolite ou Eric Weil. On verra ainsi se dessiner au fil des séances du séminaire les différents visages de cet « hégélianisme » qui a fini par intégrer nos cursus scolaires et universitaires mais dont nous souhaitons mettre en lumière la constitution historique.

Programme

6417 janvier 2011 : Philippe Sabot (Lille 3, UMR STL) : « Hegel dans le surréalisme : Breton, Aragon »

6514 février 2011 : Holger Schmid (Lille 3, UMR STL) : « Le soleil de Mallarmé »

6621 mars 2011 : Pierre Macherey (Lille 3, STL) : « Proudhon et Hegel »

6711 avril 2011 : Vincent Delecroix EPHE) : « Jean Wahl »

689 mai 2011 : Dominique Pirotte (Liège) : « Kojève »

6923 mai 2011 : Philippe Sabot (Lille3, UMR STL) : « Le Hegel de Jean Hyppolite, entre logique et existence »

706 juin 2011 : Patrice Canivez (Lille3, UMR STL) : « Eric Weil »

Séminaire « Poésie et philosophie : présentation de travaux »

71Responsable : Fabienne Blaise. Mensuel.

Groupe de travail « La question sociale »

72Responsables : Philippe Sabot et Peggy Avez. Mensuel.

Présentation

73Ce groupe de travail se propose de présenter et de discuter, en présence de leur auteur, quelques ouvrages ayant trait à la réflexion contemporaine sur la question sociale. Issus de diverses traditions philosophiques et sociologiques de la pensée critique (Marx, Bourdieu, Foucault, Habermas, Butler, Honneth…), ces ouvrages témoignent d’un incontestable renouveau de la philosophie sociale à la française qui s’alimente aux débats les plus récents sur les formes prises par ce que Robert Castel a nommé l’« insécurité sociale » - source d’exclusions (de « désaffiliations »), de précarités et de souffrances dans tous les secteurs de la vie sociale.

Programme

74Jeudi 27 janvier 2011. Séance d’ouverture. Philippe Sabot : « Pourquoi la question sociale ? »

75Jeudi 10 mars 2011 : Emmanuel Renault, « Souffrances sociales. Philosophie, psychologie et politique ». Discutant : Alain Loute (Université Catholique de Louvain)

76Jeudi 7 avril 2011 : Stéphane Haber, « L’Homme dépossédé. Une tradition critique, de Marx à Honneth ». Discutante : Peggy Avez (Lille 3/STL)

77Jeudi 12 mai 2011 : Guillaume le Blanc, « Dedans/dehors. La condition d’étranger ». Discutante : Karine Bocquet (Lille/STL)

78Jeudi 26 mai 2011 : Alice Le Goff & Marie Garrau, « Care, justice et dépendance ». Discutante : Peggy Avez (Lille 3/STL)

79Jeudi 9 juin 2011 : Olivier Razac, « Avec Foucault, après Foucault. Disséquer la société de contrôle ». Discutant : Philippe Sabot (Lille 3/STL)

Séminaire « Lecture de la Poétique d'Aristote »

80Responsables : Fabienne Blaise et Anne De Cremoux. Mensuel. Mercredi 15h-16h30.
Bât. B, salle Danielle Corbin, B4 146.

Séminaire « Lectures humanistes de la Poétique d'Aristote »

81Responsable : Laurence Boulègue. Mensuel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Séminaires et Groupes de travail (2010-2011) », Methodos [En ligne], 11 | 2011, mis en ligne le 05 octobre 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/methodos/2568

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • OpenEdition Journals