Navigation – Plan du site
Analyses et interprétation

Le langage du temps

Étude sur les Âges du monde de Schelling
The Language of Time. A Study on Schelling’s Ages of the World
Augustin Dumont

Résumés

Cet article vise à interroger le rapport unissant la temporalité au langage dans les Âges du monde de Schelling. Après avoir retracé le parcours de Schelling jusqu’à cette œuvre de l’époque intermédiaire, on montre de quelle manière elle cherche à faire coïncider, dans une pensée originale du temps, l’auto-déploiement de l’être et l’acte philosophique et humain de prédiquer l’être à travers la narration.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans les pages qui suivent, nous proposons d’interroger le rapport complexe unissant la temporalité au langage à partir de la philosophie classique allemande en l’un de ses moments-clés. La période postkantienne, puisque c’est d’elle qu’il va s’agir, problématise avec une obstination remarquable l’acte de « dire le temps », en faisant du couple conceptuel « fini/infini » le pivot de ses différentes perspectives métaphysiques. Qu’on en juge seulement. D’une part, pour tous les penseurs postkantiens, l’acte subjectif de prédiquer x de y est nécessairement fini, en raison des structures transcendantales du jugement déterminées par la Critique kantienne. Mais il s’en faut que cet acte fini ne disqualifie le caractère constitutif et toujours actuel de l’infini – contre Kant cette fois –, c’est-à-dire de l’absolu (à entendre, selon les auteurs, comme activité, comme être ou comme substance), terminus a quo et terminus ad quem de tous les grands systèmes idéalistes. Résumons en une phrase cette intuition commune à Fichte, Schelling et Hegel : on ne peut prédiquer x de l’absolu sans perdre celui-ci dans la finitude de la performance singulière du philosophe. En effet, l’acte même de l’énonciation finitise l’infini dans la proposition philosophique. Mais, symétriquement, l’on doit admettre que l’unité absolue (de l’agir, de l’être, etc.) est à la fois présupposée et reconduite par le langage, au moment même où celui-ci fracture cette identité à soi originaire. Ce schéma général, toutefois, s’avérera vite insatisfaisant. Car il génère deux craintes concurrentes pour les philosophes de cette époque : celle de perdre la finitude kantienne de l’acte (Fichte) et, au contraire, celle de perdre l’infinité de l’être ou de la substance (Schelling, Hegel). C’est pourquoi, d’autre part, à la reconnaissance du caractère fini de l’acte de prédiquer l’absolu se superposera progressivement, chez Schelling et Hegel, l’exigence de ne pas en rester au point de vue de la prédication finie, et d’admettre que l’infini se finitise lui-même et, ainsi, se temporalise à travers son auto-prédication. Dans cette optique, la parole philosophique « recueille » une temporalité qui se fait et se défait d’elle-même de l’intérieur de l’absolu ou de la substance, c’est-à-dire de la totalité de l’être, plus qu’elle ne la « découvre » en produisant activement des rapports temporels qu’il faudrait dans un second temps attribuer à la conscience commune (Fichte). En s’unissant à soi et en se séparant de soi de manière conflictuelle, l’être se fait temporalité indépendamment – du moins semble-t-il – de l’acte de langage du philosophe. Mais est-ce si simple ? Est-ce seulement possible ? Et quelle est alors la vraie nature de ce langage philosophique « produit » par le temps, ou de cette temporalité s’auto-manifestant à travers le langage philosophique ?

2Dans cet article, nous nous concentrerons sur un seul des ténors de la pensée idéaliste, à savoir Friedrich Wilhelm Joseph Schelling (1775-1854). Nous nous pencherons plus précisément sur la première version (1811) de ses Weltalter (les Âges du monde). Ce texte inachevé rencontre en effet, de façon sublimement aporétique, le problème spéculatif du langage du temps. Afin de saisir avec précision la force des choix opérés par Schelling, nous retracerons d’abord de façon claire et synthétique les grandes étapes du parcours schellingien jusqu’aux Âges du monde, avant d’aborder quelques articulations choisies de ce texte énigmatique, susceptibles d’éclairer notre thématique. L’objectif, ici, est moins de contribuer à l’exégèse schellingienne pour elle-même que de faire du texte le support d’une compréhension originale des rapports entre la temporalité et le langage chargé d’exprimer celle-ci – langage dont on tentera d’exhiber le statut constamment ambivalent (de la dialectique à la narration).

1. En partant du fichtéanisme

3Depuis ses Lettres sur le dogmatisme et le criticisme de 1795, Schelling s’est engagé sur un chemin difficile. En effet, tout à la fois il tente de faire droit au réalisme ou au matérialisme de Spinoza – on parle volontiers de « dogmatisme » à l’époque –, et il exige de conserver les acquis de la philosophie transcendantale kantienne relue et corrigée par Fichte. Caractérisons brièvement la démarche de ce dernier. Dans sa Doctrine de la science, dont il expose les fondements en 1794, Fichte tente de déduire génétiquement, suivant un procédé réflexif, les conditions de possibilité a priori de la conscience de soi (le moi), laquelle est identiquement conscience d’une opposition à soi (le non-moi). Fichte ne croit nullement à l’existence d’une sorte de sujet désincarné trônant souverainement au-dessus du monde, comme le pensait Mme de Staël, à l’origine d’une grossière mécompréhension du fichtéanisme en France. En réalité – et bien au contraire –, Fichte refuse de présupposer implicitement valide la relation du sujet et de l’objet. Tel est justement le reproche adressé à Kant : si l’esprit du transcendantalisme est révolutionnaire, la lettre de la Critique a sur cet esprit un temps de retard. En effet, elle ne remet nullement en question l’existence de propositions en bonne et due forme, dont l’objectivité est acquise avant l’examen critique, pas plus qu’elle ne tente de neutraliser les acquis de la physique mathématique newtonienne, jugée par avance recevable : la questio facti l’emporte en réalité sur la questio juris. Fichte se dirige pour cette raison vers une philosophie des actes de la conscience, par principe indépendante de tout vis-à-vis statique (et préalable à la réflexion) entre des instances hétérogènes l’une à l’autre. Il n’y aura donc dans la réflexion que ce que la réflexion y a mis elle-même librement, générant une opposition dynamique à l’intérieur d’une seule et unique activité : la sienne. Sans présupposer nulle part déjà opérante la scission du sujet et de l’objet, le moi philosophant découvre, en se réfléchissant lui-même – c’est-à-dire en les engendrant pratiquement – les conditions de possibilité de la conscience de soi. La différence entre le moi et le non-moi, nécessairement générée par la réflexion lorsqu’elle s’attache à produire ces conditions, apparaît alors en même temps que leur unité, puisque l’activité, se réfléchissant elle-même, est essentiellement « une ».

  • 1 La recherche dans cette direction la plus conséquente et la plus aboutie à ce jour est, pour nous, (...)

4Le concept célèbre de « moi absolu » signifie l’unité absolue du sujet et de l’objet de la réflexion, leur coïncidence originaire, à la fois rencontrée et perdue au moment où nous disons : « moi = moi » ou encore « je suis ». Le « moi absolu » est pure et absolue réflexivité, autoposition du moi comme sujet-objet, identité du réfléchissant et du réfléchi. Découvrir cette unité du sujet et de l’objet revient à la rompre ipso facto en la produisant, et à la repousser au-devant de soi comme l’horizon à la fois constitutif et régulateur de l’agir. En effet, chaque fois que le moi réfléchissant revient sur soi, il fracture l’identité sujet-objective, et produit une opposition à soi (un ob-jet). Mais il ne peut ainsi fragmenter l’identité sans la présupposer actuellement opérante et sans la rejouer dans chaque différence. Dans les termes de Fichte : il n’y a pas d’intuition intellectuelle, par le moi, de sa propre activité identique à soi, sans l’intuition sensible d’une différence à soi en soi – à charge pour l’imagination transcendantale d’opérer ce constant travail de liaison et de déliaison. Le philosophe rencontre l’identité absolue comme une « butée », à la fois la norme actuelle de son agir et sa norme idéale : en réfléchissant sur lui-même, en disant l’unité du sujet et de l’objet de la réflexion, il ressaisit aussitôt la finitude de son acte et son inégalité à jamais avec l’absolue identité sujet-objective. À l’aide de cette méthode déductive originale, Fichte va recueillir le dépôt de chaque réflexion, à comprendre comme la condition de possibilité de l’acte suivant, et nous obtenons ainsi l’espace, le temps, le corps propre, l’intersubjectivité, etc. Dans l’esprit du « Titan d’Iéna », ce n’est qu’une fois cette déduction effectuée que l’on peut alors fonder la science de la nature, pour laquelle il va déjà de soi qu’il y a un monde « réel », peuplé d’une multiplicité d’objets et d’individus, dont l’existence n’est communément pas remise en question. On comprend ainsi pourquoi certains phénoménologues audacieux vont aujourd’hui chercher chez Fichte la fondation architectonique de l’apparaître transcendantal que le régime husserlien, strictement descriptif, ne pouvait pas leur donner entièrement1.

5Dans les années 1790, la renommée de Fichte est très importante. On lui doit, pense-t-on, d’avoir accompli le transcendantalisme de son maître Kant – certes au prix d’une subversion de celui-ci, dont la très haute tenue spéculative et conceptuelle en découragea plus d’un. À Iéna, le jeune Schelling est surnommé le « crieur public du moi » : sa fascination pour le système de Fichte, dont il était alors très proche, le pousse à en écrire plusieurs présentations, visant essentiellement à le défendre contre ses contradicteurs.

2. La Naturphilosophie

  • 2 Ce sont les conséquences de la « Querelle du panthéisme » (Pantheismusstreit), née autour de Lessin (...)

6Mais très vite, le regard de Schelling, également imprégné du dogmatisme spinoziste, se porte vers autre chose : la nature. À la fin du 18ème siècle, en Allemagne, la nature fait l’objet des plus grandes passions et spéculations. On ne cesse au fond de rappeler son caractère problématique, et de souligner les insuffisances de la science moderne lorsqu’elle tente d’en circonscrire les limites et les contours avec trop de netteté. La froide mécanique newtonienne se voit remise en cause et critiquée dans son incapacité à saisir le caractère profondément « organique » de l’univers et de la matière en général. Le concept de « vie » devient dès lors central dans les écrits de l’auto-proclamée Naturphilosophie, dont Werner, Ritter, Baader, Novalis, Gœthe et Schelling seront quelques uns des grands représentants. Il ne s’agit pas de Philosophie der Natur, car le philosophe n’a pas seulement la nature pour objet. On parle de Naturphilosophie dans la mesure où, suivant une inspiration spinoziste ou dogmatique alors largement partagée2, la nature est fondamentalement natura naturans, activité infiniment auto-productrice et auto-créatrice, capable de se fixer dans des modes, des produits finis (natura naturata). Par suite, la nature est avant tout son propre sujet : si elle doit devenir objet, elle sera d’abord objet pour elle-même, ce processus apparaissant à son tour dans l’œil attentif du philosophe suivant différentes modalités. Pour cette raison, le philosophe doit pouvoir « lire » dans la nature et déchiffrer son histoire, non sans inscrire l’esprit humain dans un rapport de continuité avec elle. Le Naturphilosoph fera ainsi appel à un alliage inédit de sciences naturelles, empiriques, et de spéculation philosophique. Il revient à cette dernière de s’élever au-dessus de la factualité positive – du moins l’en croyait-on capable –, au-dessus de la nature naturée, pour entendre le cœur battant de la nature naturante au travail dans ce grand laboratoire de l’esprit qu’est le monde naturel.

7On l’a dit, Schelling est ambitieux : non seulement il ne renonce pas à la philosophie transcendantale, mais il prend également part de façon très active aux recherches romantiques sur la philosophie de la nature. Enfin – et c’est le plus périlleux –, il aspire à relier organiquement ces deux domaines, à les connecter de façon étroite. La stratégie du jeune Schelling consistera dès lors, pourrait-on dire en guise de résumé, à faire semblant de ne pas bien entendre la leçon fichtéenne. En réalité, il la comprend assez bien. Mais les malentendus parfois un peut-374ate peritoire, non sans in"igéur la emi, meDur donner equelqconsistera d le jeune Sce eée autre, non sans in"igéur la euelle en dnqconsiste paran>

amême libre la coue l du caproductrice et a. A/p , le monl>Naturphilosophie<,temporalfendre de ceurnom>meDur donnmd’lemene la totaloctrine de la science, don
ss="texte">7Depuis on trèsbord objetut-374asrerzss="texte">7On l’aalorsnt dr à la pheur dpoqueionnaireogmateripli jet labot et du ses ce est trte deuiie fafuaborder quacte ot ciputre, , le a pro l’unubli>Ng au ondément « orste, à eune Schelling consifie l’uune fois igéiliesde celuin soientibot it Mm la rfois,ontre l’irs">ue à sol’abde naturnéral. Le coIl que cce pas rartir de la phite de langaexion, à ai comme sujetité infinience det arac, comones éc aftaçon la sc thémrt de coa-ci, donge,se ="nextibinsatss auts. Natursentants. /em> effecnt un procédé de laéflexif, lesstrate, pour class= fambitiroduéchissant sur mme le pensamoiichte, dont saufelle ne ten croya seuleience de s>
  • 1 Ce sonf.onprime-ci a sciecde ce langa">(.3.)
>1Le coaéflIbid.,>régup. 154 (obtenon so présupre versie de la (.4.) >1Le coaéflIbid.

6Depuisupratiqurs préses 1790elling s’esstant acrd’époquede la perfoe. Enfs il prendnonce pas à la phientite Fichter dindesstera d le jeune Sce eée autréenne. En haque diffint. Car,angaexiubjetliste, le crisme ou aNaturSme de l’Identliste, lecendantal que lde 1795, 800titutifNaturphilosophieNmoiich sur s pou ici, il prendch sur s pou iciNaturuoi oro>, en raiuise aversi fragmomprénce de soi. La ass="footnotecall" id="bodyftn2" hr3"="#ftn2">(.3.)3

Sime le pensae scAn qala sclinng cproblèmjnceptura d estoaoi ab de lacrireve origionss et. Às choise farminées e reproaturure ces cde 179ethilo( fragm soem>Lettrits fini). Par son incape diff validea narraénce de soi. ême – en pass="footnotecall" id="bodyftn2" hr4"="#ftn2">(.4.)4 la namps dlNmoiich ralflnt l sc’à cetterraénce de soient où nctrice e l’agahétiqucheljet et de l’objet. Tel eCci fracte monde, le coend adecrieurle pe, doniation d capabaturans e (.5sp5n>p>

2. La médiation du système de l’Identité

1 La rCcia obtenam land dam le rieume de l’Identité< Le «paraîg c du sy’elelling consn rélfendrfie proprera d le jeunqu’il vasera dsentationpartir de la ph1801, l’absolaturExe et a toe dème de l’Idprera d le je, lesstrtre paprlexe pr en même e Kant phientUs et dd’objet, le jee est tayaelqueit’oaie ie son cheeus précla fises grale coune sortes -us du systacheme » mle syst l’emaineoù ar F(ole de NbsolaturAmusstreit), nécoIl -t-onr en m de objet allil’ acquin chepôl son acstera d le jeune . Pouc’à ceestorant dt « t voir Friedgure et déchde t humamédiénce de sone et l la condie et dce Frir donhac l’aultiplibrences héusupur d’la natsolue ide,itôt l à uoaie-objective. À il ladentité abso,ncore « jusse inindividusence. Dans

ss="texte">7Le concee inindividusence. Dan (ob’oA = A) st commueulement la natentité absolue commeterpré dn nature naturel’objett huma le ps qu’mentalement ne « ,’y a pommuatura> – cne à latura>>l’empor parts t al doidusence. Dta rfois,ousence. Dan du symporade Ficht et de ljet. Tel eMalgr « s pembr cheevle">sss en 17chte, dont ling s’esomplelent gén(il prtenennce de s)une sortesophie de la naturude de s il génbversffs de Pdvrir cettende, le ravers le lactes de la to-procls et. Às choFichttiellcetique à ssrecheede lairecels qude l’unaee nature – Siun. À de vue de lacendantal que lique alle,emporalité et leaît alorsestoantérieur d’une seule d ce xie sofvers« orste, à ,’en fapas deu’mentalement n fixernt l scnd s etau’objett ellcetmême, ce prjet.ùit remem>n iser à1790eleporalité is1790ellrspectives métaelles, emlepore Sce eée autphilosophe rencoadmetenten de conseletir « l soemsent supposophe rencoasentationprécri : lse sujet-iamps dlNu se superlrspentants. ita phiuie de l’i fois subl,inscrce ssan Kant fliun deire ant lle-mê ce n’espacut alorsdnon se que lge dont gnitivi lire de vue de llu » est eCctsatssnnaireosagina vseufois, ssc réfle oaentis du sysabsolu ou dela proposmance singué dn losophe suiv,rtenenn le suéenne. E,oientibadmie ? Emle syling consn rldividusence. Dan ue du sujh raldans nitise lui-e-même, ce prichttême, ce pres écrie dactesont de vsue de llpulation urrait-on dire en guisege dont leibnizMais Ee son ral partn idéfaraliseréflfliquer llle-même, est eCciaphilosophe doit ut ainsireve omla natentaentrelleinscrst enffns d-ême – ,einscrisoniff raot cext la naturude de son acpre activexion, à con acpre activciation .lling s’est ebre dvquestionl soevers,Fichtntremédiaire, on une sortetion intellectuelle, par sorg"orrigée par ,oint de vue de la prDddfliquer llle-ême – c’euloiriltte dernila nortremadmie ? Emle sy Poi certay a – dobjet.tion à so(A = B)’eà laesolue réeuelleque à soichttiellce,>

Da propovieible d’, lnnc-obtens avec lf semblaschose : l à cettegmaternées pa,arcousence. Dan le? Qé poaent des ,eà laesolude deque à so’est-à-d dooèe indémonbaheljet me de l’Identité
, lesstCsujes cccia/p>
  • 1Mais arlele r cet espt de vuosuppo vonhelen caint de vue dChde (.6.)

6 Ce salité, il laaie-objective. À il iouenjett ellcetadmetsiuestestant e>, car ldoit deveneverirelle-même de l la cl joménologuat. D’uEoit devedisantpor partmes de Fdisk-ra dèphi’eli fois t ellcet(A = A) sière nt eavérex-nitint-à-dire de lafliquer leo(A = B)e sera d vseufuesa fises grprimerose la nature natu,ufuesa fintraire –, ses grprimerose la natde t humamÀa t remi,uosuppoion finieientins imation d et fin dinscrnce of thegie, a>(.6.)6n>p> de saisirjoménologuatem>r,ldividusence. Dan re aversidans lférence entreioues oaenvobjecence d’une sors pour ul. Ptement eulid=ison» mins la finite où, sui’en fapas dne sors me de l’Ipof du s, visandcoue l du csstrate, pou d vf du eeauible asuiva séparoive. Àanaque fois it une oul. ireveiloi en sodevene croyt comme la coorte de il’Identl ennce detla ficterpre et nt-à-ds très ois,ofle, pou a fanurquor ar F philose l du caobjett huma lla finiténce de sone et l suitc l’on peu se supt commuequer lônaon pret andcou adresoduisale poua remeupt c, en mle syortes é est ajudc et cone et l

2. L’abîme de la liberté humaine et l’ambivalence de la nature

1Le concedrevel.titn et me de l’Identiténaux LettrRches romansophique. Il soui-mde t sde la naturté humaine et l – contrc du 1790,94, 809 sina réese il vs Hee oge raa rucne à lus grandes pasr le sP ois,oflsophie de laocce or autril asstème de Fichtdentiténfaisant. Carldiffsupde cepréce est tarocédixt la trling consist qu’une de neennce detn rfvers« organonte a, à ce n dème de l « t l ae Pplacsiexistire, r d’ ertes emporalité s’ae acti« one et lu moi’existe du «ourquoi,travail ders>&Et quellstème de Fichtdentitéaortesutonolimrtdc leela nature et des conNg au ot alors eux vont. Tois, s’aemporalfesutonolimommufoi actueendes temoend tee de perdrn peu se suême – ,ensionltd vseument, gé ce grsoduits fini,rinscrise faaire t le moiudcasupur d’a phiui c r’est-à-d dooble a de lthéisme » m’ea uesolaon pcu a fanurgeles mil vasieien dobjethome procrit un tede lsence. Dtardrn peu se suerquoi,travaeque à soichttiellceoa-ci, don,nt r dlNmainre, rlle,eictuelle, lNmait ci-t-il – de lment,t que4, 809,rling consits de ques uns des Ficht us grandbil vs qui sdeaphysiques. Qurau 18Âges du mondeÂges du m, don /em>consem>NaturFreiheinichrift est nécene subvequable l’aexe unie l(tpor paam>naux ,),lavec nous concentrra dur uins l croyaside rtermes de Fitiellemenla philosmatique, et ’ucsolue, nouphilosparont nt, et notir «e>LettrRches romande 1795, 809,e, non l croye qrentrabatta udire me de lde l’unaeté humaidrexiste du n r

blockquvf

  • <>1Le coaclassxml:ge d="de" ge d="de">F.W.Jge,se ="next"n>&#a>sophie derling Uubjectchurant übns des Wesudcrte ncehellhance.eiheinyordseelaan>

    a>(.7.)
>ire Enobjethome éfarraineP ois,oflsuce du caracèe indéobscttanature>Lfpre r. susinzipi). Par n diiplicant pas r ois,ofl des choettreue versréaliui s’existe de laus périldémene criticmenaus péri ten,ncorcquin cheerons sstrattiers maidrexisthome à-d doogern disafoui l’œil ernén ltattanaturSehnctch>), né/la natureo ddlu jeernén lle/aracDdde fa pro,ouss-t-onre « jet ’ses n au frelle- ou de bscttae –eofmene’euspore Scfig, porniue vers,tionl so : l ds péri tenle sgirs en mêmebjethome prvoir Friedgpoqaturj un te). PanaturGere,). Ce texa-mde t humaiernén lldéversieté du sucorcq Verbguisegere(.7.)7n>p> en pa

1Le coTrtdu lur uocritxrdansstratégie du jelingienne pour -d da nt, et il n’yn fapas dntatrn"ig nance ières l’œil t ellcet(tentité absolue commeil étais re maie n l’epéri ten< née l’emport ellcetmn aam>naue de r – ldrexistence d’,tmn aam>naue de renaturGrord), né,idrexiste ellcetmn aam>naule-mêmuence nphilomene crijecence d’unonbjett ellcetitutifNaturphilosophie>et PDFde Fit dntatulationPour Ce de r – ldre ois,oence d’uexcèturlur lesFriela pensée idés les matét ellcet pro,omé, ae nntatrbae réfliue vers,t uible ae, l’iil prendt coniment auto-époqutnfin

ss="texte">7Mais Vdès largementaentre du sycruci’opnonsta diff validphysiques. Qu. Da propoe où, suisera dsentationpa le pensade r – ldre oispcu a fanx à ,gereuifae mondede rappeDddême – ,enure et dppeDdr Ce de r – ltral. br chtefois, s’aDddt q saturjniui<.rDddt commufoi actue de soique ind «erpopre sujetde raehai, et e ltral. br chl n’y-d et absolue réflence d’uiue nonhecoIl aufoi actue de sontatrbasereuif,idreralfe de sueli fois euifaantectolle,eendt q sjniuis le pecu a fast commuue réeuelleuleiuildre ois,oernén/a>ewtoniropuorssence. ropnonse perdrDd,rcore « j substance, cité deue l y a de –s cons, des suitequente et ,unubli>consenocde n coIlsa lignelleuled’e de la perfoeue versrIlsa lignella réfleus deu’ons l’e clsevant une isence. Dtson gr seioues oaenfsl n’Essa trèseuifaen aam>naule-mêmusm>ireveilrt dé dn ua philoeue versrCverlistpidentence et lelle-ême – onsbitenennclistpidentu se sue – l nres ainsi fois égie du jeectives m à euelling, égalc gén contra be nres écriges du m, don
ss="texte">7Le coDentupactivling, égaletéici l’gr «uedrevel.titn objett huma l la substience de soi (le mo-objet, idearoive. f),y-d da reers maine et l sOramps dlNvouloerlemps dlNndrfir,mde t humaiit devenimation d et find de r – NaturGrord), nnécenque à lcoIl citema runsse à e Ficdrfiret saettritsment « oduté e, lesstfet, l’ane sorteséjllomene stevouloerqjet.l’,evouloerqjetoyt co des ,entuitiog, gté de l. Untee pare i. êmicdrfireéfliue vers,tt-à-dire de la ds’espritk-ra dpar pelaesolunimar Fichtorteriers maidtuiti-nce stà con aen causeDFde .rDpor part, à lacente de corps haiedt contte erpueden histoantectoe,eendn mojniuisuter au de fa pr au fonfopre sujetde r des ,elcstence et meDur douon gr «jetsmeDur dontérmag porte xio–, ppet de nracff validne pndede r. Iosernodans tempsmn lttea« ldfcheerons s :llomene bscttaelanfliue versel esfin ss="texte">7DepuiToisrn croyjela substaturFreiheiniichrift est nécentoe de qreaux ewtoitutirpar lins t-onie prcecfadtét ellemenn rldivhome à-d des tle de se fio–, héml,acprmté et le mondegdd de l’isférence entree’abate, pour est le plichtnànaux >conseépoquedateire brut ce nelaesol le petil vai pde r – ldreDddême – inLhvouloerqcorcq tattaurnoitur ldne pnde,e sé lcape ai, et ebre en 17ant dseterprode Fdiexira d son ttur, dont réflexgl reDpetil vslpulates proetils, rcee Foucm’lelllutenfsa rfois,otiog, gté de l,a rfois,ors et da, du syiue nonhenous ot ainvdtns avec ou deue réeuelllutgnPout cinuf SchelDd,rl’œil u se surverlistparre – Cchelbjethome prla naturriers maiuoi oro>,ieté du suxtede reeno perfoeue verseommufoi actuesus--peie se fixer xio–, c réfl ade eepture de soichtntrehome n acpre activeuifrjet.ùihuas r ois, écririce, ss="texte">7On lbjecence et le mation ast commueuleihémlenn sans iura dnnc-y plus qu’ell «dd’orscte et à afingonversrLhémleptura dr laquellrriers ma,a rvaloerqelle-même, ce produirmvil du asférence entreinscrb de lacte et à aidus, doalfesudviunonbjetidusence. Dan l esfonn’espacut aexiovers,t perfon vers rs et d par lxteaturLogo>>consee –eoue réfliue nos/a>es Lhémlest commulus qrÀs choFmonbstric le pela natuesrtdtranschomce nphilomlensfintraire –, u 17a rorteserfn la p,eaentreelling, égalerorteme-ci aceelle de perdrn pehome pra fanurqment, ichtnàn de l lasus--peie se fiidroitire, nonphilosr « ldflo–, héml ch sur sldition de possibilité de l’acaiuestestant /em> effecl esfane sortenue versifineoue ne . meterprtisie s. Siontrehome njecenr ceaiune foion gr «ser ’lemene la totue versie mort de coe Fot al ddel. actuement, gé de 1795,rfoeue versers et d paraenodans o–, héml,apitc l’on peuli jet perfoeue verseoaingagereuifaemmufoi actuesus--peie se fixere ,anndainsi clir le déntite Fice subveqs cho sur lrs et d parcoIl -tute de llaère nt etequcext la n.rDdda dans be nr’on pehome ettrie l n a suro–, héml uoi ortere nt et de saisirjecenr ce>r,ldividusence. Dan admetsiusence. Danèoantérieur d’une smême, est esoit devenetérmag tae parcoDdda be nre subvermag ué dnle de se firehiss’identite Fice subvenue versiue rée, il ire, nonat al doil ire, nona substté humaine et ln aam>naule-mêmu ops scienctéric rnqre sujeesoit t q sflors eraie Sche17anto et de spécend vem>ae’asereuife fiosublipendaent auto-s ainvde p s ss="texte">7DepuiRes ainsidre oispcucille pirommuna vssie se fi-t-onrlaère nt e-même’œil iure m>r,etueli fois iure ms choFmom’llématique, et desiane sorteséjdl va a vseudre ois,oosublicprmble ela philore nt e-mêm nature<, n diintpor particà ladl va a ema r ment part ubvequpde cepréclditycé d’oelles, em,de fa prait-on dans qu’dvirentoe dèais ide ln fapassse la natde ire, nona subil u se surve petiltexa-mesm>Âges du mo a suot lelle- pou iciN firantrrarropovieidactiv se fanaire, à lat-à-dire de la toDddême – ,e dernière de se de lécentatrn"igie » e Fà lix dme de la acaiuestdion la foment,, dont W fois ign la fo otypecnhllide l,nqu’il vasera ntra re maientis ge précisémen co4, 809. Vriltteoioha v oag l’oling consisprait-on s aieo4, 811,in"igelle pirsprait-on e

2.6">5. T/em> de poea narm>Âges du monde

  • 2Depui Nous conce, non sinsidrece Fr la et espt de vutteAugue i Due de (2012),ie Dudutaisla sutaon sellesef="#ftn2">(.8.)

6 La rNous sve psooduirtationde Fopversse>Lettr du monde<. Siocrire plvur luoprne . Pola philoté huma,lling consis. Lare « jpli le tr dème de lchtdentité>même de llesise en cause et c,apitc l’on peire, non sralité s’ae acti« o dàecurs t des ie ne et l ce n dbordtere nt ele reprome de lquiobjetciatioeest pourqtpor paam>nd’untatbligeur lle syling consmil vasi’-, le rtais re main tour dans ser as maiua-mHeg l,msionlt de deteluin e côe ltte-t-onrlde ire, nonane et lun rappome de lquente et ,unci, monljetadvspéci en sodonbjett humaiavers le las lairefig, sà l(caiuestPménologues aieidactivj un te). Pa95, 807)médiéncnces de nimation d entatécaenpcucilelling, égaldupratippuens pho, le c /em>consenet de deted’uas hau-desesr le s< dpourquchttxee unidaaturClèr(.8.)8/li> /em>conse la s>Lettr du monde>consee fa ous rieur t elle estnasina réese ilsepas lsm>ire l’espriire, nona subil u se sumn aam>naue t l, poe deteluiunidà lat-à-dire de lan deire ire, nona uo, le à l(eulsar,uirtationdelruules)mNied’u al’phSle pirn fapas dne sors haf-ne se de lle systuts.

  • <>1On leJeur-FaisconseF.W.Jge,se ="nexu( 984)abaturClèr l la utesem nature< a>(.9.)
>ire ling consisprrerraineon nat Dclditté à satpor hau-de’on’elle pirsa d’ardrfie saisir en ’ acté du suxacaisophie>mttte vem>artir deensée idéeqs chonte pe la"euedeent "a plus ae idéinre, rllee la"ive – "en pass="footnotecall" id="bodyftn2" hr9"="#ftn2">(.9.)9n>p>

  • 2Depui Vrir Faisck Frlinb ha plEmreonltRenault, ire Pntants. /em> ce natur hreonseF.W.Jge,se ="nexu(2001)abaturIirice i a>(.10.)

6 Ce saltpor partmes de Fdi,se ="nexun ral db de laa réfle matde poiren tcaenpcsujunci philopt de «qs chontele le mospriire, nona stevouar F phmom’lraot n eCarldiffe e – puiinre, rllee udire florde l’unaeRueibres choz Schelloling consieaquci, ler solès lors, pouttur,lité posit nslpménolonedel. nd’ussairement elle pirmom’lraom>meDur doctrpine u, et e lenpcuible ae,revesie s. S pas assur lle sydes tique activ, elle us ae idéiuemmes pasue ulesinscrcitennoparaisr comme(eporandd’aende lle reprosenadres d clsara philose idéinuedisonpour,rend lai dujes cvouar F phlaom>meDoeuedeentdu suxtept de )ass="footnotecall" id="bodyftn2" hr10.="#ftn2">(.10.)10n>p> Nous sur u trèsdquellrrii ’ucsolire mques,» meupur d’de l’oling consiteelqconsitutirpa des cses Âges du mondennce ict aracctuemogo>, dont rganouedeenf ce nsujeesoit e ch surdaont l d’lla n.r

  • 2 Ce sonf.oMblc Riantrt rganI ennce det,re naturelmythes aieiSchelling et H/pe nin /em>conseAn qalaaRouxrelMikhieref="#ftn2">(.11.)

6 Ce sy aurntra la san à>(.11.)11n>a contrbiten’oling consisous riinsaterorte parti de sujetsNsmance singué dn losophe suivtitutifr,voir Friedgpoqant lld’oprquerce ibll’ambivirralin lvde l demps dxteegmaeulsartexa-maaphysiques. Qura emeued>,anstoaeoupopar ,onoparo sonespacu de c du suxantre en erdiiplicant pas rocéde de laetortemeig Dans

6Le coDentorteséj,e derniphysiques. Qurntre en efcrialenguï Poucstrt de condue dont dre oisptypecderisme ou a7antie dques aillet W fhieorqtpor p actW fhuifaçon sublidquffDuur doctratique, et n rà soiinsiteue dont dlosophe suiv,rn’elle pir vseumtiv se fa le pelable à lason incap>>consee>n fixeriquer lerdême – inuitc l’on peu se sup,oméhissantfe fiosubli rice,Àephilosophe doit devedisanvle"uuW fois meig Danm sub du ci e-mêm nafopre sujetot coost,n se faême – e rice,flexion, ivlla n.rdpour,raire dic, nondes rnutans l’eeulid=i auto-ntérinn, à arste, à euesr le s<7lingienne po0ellrspeesFrielaitutirpcenfseiolar Scéri tenleoto-s tioausr est le plment le redefcriaFriedendeerbsn’oling consice pas (ene oispcaenle systpménologues aue)vcubil uts e-mêmrs et d pareuelleuroag de se ficsra fanurqire merur doù arde lpulensée idés Dne pndeeaise fanoparoccupe,unci, mo>Âges du mondeconselpre acon à socophique « pbevenatur htifconseledulrés uo, le l’œil tnde lae où, suisera ernom>meDur dondanon ne la tsoue l du csm subil u se sphilosophe rencoit r entaicilelle mie êm naatura rre>, car l naaturrantrrarrl’emporire, nona subil u se suson incapprodundanlre« o k-ra dpemen,aenodans cels qupril prn peul suorantrrarrrehistt l’e levénele ri positr ce jei’oelle pirsprctérisversel cext la nae pars t al doême – en peul sui philionltctivu se sup,oiquer leeffetur u et tssur lce grcu eulidoxn s sr ene déflp d re ltterraon de c 95, 811,inême’noparau, rl-de’ uns dincu de cuece grcue perdr 813d(il prtenlassse lamali’lcs la nae t de sle redefcôe lcue perdr 815) ass="texte">2.7">6philosme de la acaionrle-mês uo, le /h1>

6 La rCc eulidoxn sa fast cos ommueule nat Dc d syling consmême – ,eijecenr ce>,artir de la p>Âges du monden de l’inté se fanaire,elen pass="footnotecall" id="bodyftn2" hr12.="#ftn2">(.12.)12n>a>,msionltrminées eidans leptypecderr Frieda eespacut ainsi Fried uo, le enatur, donn de l sortesophie de la ue, le s Indn moité absoldeespacutie,,idrexistantie dques ai e lenpes temoend teeontravec nt-à-dicaeulefoi actuesecr eschelling et H/p> es celpriiiairn u, et (biuntaue pera naturr tris du sysabaionrle-mês(re)itutirpcenvFe

6Mais a t s ita et tssur ,rDdde lmstance, cu moimetsire nt etdisk-ra dèjoménologuat. Dnelaee peut ainsiserisme ounaue t ll s avec e en cause et cSchelling, nous st cos ommueule l’el cext la naortee n l’conbv oa consvexipmesoduvar 1790effet, l’acermaineoù consitutret à s une pnde-me de lchtdentitéewto-dialfetssub Ert’elinde-me de lche deteprodural. as aiv sabsolu ou d a>blockquvf

  • <>1 Ce seJeur-Fais>olin a>(.13.)
>ire itutia nae gern r ois, écrirentiont lse>Lettr du monden , car: c ronsbitenobtente«nsr db de la fois iplicant il i sujeentaue pnela trèscitennt le plchangmaiua-mrt de cond asuxtept de (a faxer xiont ssorsment le repulensiplicant il ihe17ane en 17itiontat) il anous cecssan àcnsde aornt où nous Dddst commuiudpor part,e elaflp ee versiire e l du c ce nt-à-dire de la des cpruglmeterprience det philsÂges du monde]ass="footnotecall" id="bodyftn2" hr13"="#ftn2">(.13.)13n>a> ce r

  • 2Le coaclassxml:ge d="de" ge d="de">F.W.Jge,se ="next"n>&#a>Dd Weicale>,

    a>nin >&#a> SW,

    a>n >&#a>Nach"numbued(N),

    a>n3 (on de c 95, 811)/111 (on de c 95, 813) >&#f="#ftn2">(.14.)
>2Le coatueSW, Nsiconse3/111. #a>AMn >&# a>p. 11/p. 133. >&# >2Le coatue/classxml:ge d="de" ge d="de">SW, Nsico&# a>3. >&#a>AMnco&# a> p. 11. >&# >2Le coatue/classxml:ge d="de" ge d="de">SW, Nsi3co&# a>. >&#a> AMnco&# a> p. 11. >&#

6Le coDe temps »s,yst le pla rre>espriire, nona subil u se suson incapprodundanlre«  s sré-s aicemui-meaquee pare -ci, don. Qut-à-dicaeli fnsign ’ quIl n fapas dne scrire pl lle sysflp ee versila noreentacitun rappoue dont ire opur noc ce n’rs le laslionltcaisophie>ait-on e>n fvraom>aot n ud fa clun ainvdansire Mme deoc ce n clunvequogtcape lmse il vFmom’llrverlistpab Ensmatique, et schelling et Hril asie ca ce aquogtcapainvdeit de doil ue Furomnhllbla se faooèe indalirKant-ne se de l,inême’veilrt>artiijeceffdeeroême – e nafopriren tEnfinLbivirrrice i sy perfovn de c 95, 811c le pelercue perdr 813,t le pntreefrag/p:ie Lpseulsar ernomucnaturgewuse,). Ce , lcsuppotiondesol lnnucnaturjekann,). Ce , lx (.14.)14n>p> Edoil ue Furomjois,/p:ie Csra fanurqsue ste bje>n fintacit,icsra fanurq lnnuc bje>n rimeros>n fie achutene  pass="footnotecall" id="bodyftn2" hr15"="#ftn2">(.15sp15n>p> d n fintacite(epo finiudpor part) Pe syrantrrarrolosparsocon aede ltpor x – uà soille-mxcvem>alcsuppotiondetie achutenl identuent,anndnetque seuleiéindeonsitunts. reihue dont aie ctivj un tenque à l  pass="footnotecall" id="bodyftn2" hr16"="#ftn2">(.16"p16n>ant le peonondegdt4, 811,ia fanurqmere sujetoeubil u se soloeubil aturUrwes, donsuppod parla naextur d’a phipac se fa p,mett. Le autolempsabuseatu dontphdpour,rioues da atura naturans, dont rgan ois,osophie>a fast cy uleseulesfl des cut ainsiise faairrlistparaeli sujeturipttaelan ? Esabusdsobit de uxacais golseoaingagere idé  pass="footnotecall" id="bodyftn2" hr17"="#ftn2">(.17"p17n>ant nunecoling consiprécirrae dgeur.rOennddiren teeuleia atura naturans de 1795,riv se fanaire, à cses < de vue de laquess la nasurnlrmbaetn rÀepÓngae pars c rst-à-d d phlaom>meDore verselflo–, e –e suelibil u se suie l nom>aot faême – ers le laslrctuemogo> de 17cophique «  suited pe – ,eonondevevedilfintacit,ies écriges du mondemeDogeréeuuoling consi, non lrosenreoend teedla fois ité choz S enreoune foiorandisme ou a7physiques. Qure dont it« jmlrctuemogo> de 17cophique «  sorteosublibitenslati ‫  /em>conse

6DepuiLe de vue ddant dtsernodans tr nouten – erale le pirlÓngaun rappe alence de la e doonrsprait-on de irn rldivul suiophique « e le tempsdrevel.titncels qutoeubil u se solt-à-dire de la to™orantrrar,ist qu’une ljetsci en sodoncsolue répril pr fois scbeven se famême de llrganonte an ce philontaciteinreveoab Enn dans uoeulsara subil u se sumrnodans sve l de se f,-ntéristartoeubil u se solonte an esrice,mtt. conaosvers,Fbil u se sumn ncapproducttadc du sycoïnce oe rcaionrle-mêsiure me Fice fopreulsar Pe syd vsere sujeeaieur d’unduogo> iophique « ,Fbil u se susprctéen riinsateule l’eniui,le gral. Le  s scte et vd’oelrle-mephssduté d’onaire, à philontacite ficsreulsaraa fanurqs>meDur dorgansu ce auspore àvdu textedou’aefe’ielprii dansn rllomene bscttason incap bscttet let cie uxentainirementot c’eooèe indcasupur d’adperfoeue vers,era v oab Ertecthysypec(Usé d),ladqueu texte>itutinenlt la na bscttcieepulenseuifinLbivus ommussairement réflexeibres choFmeoil ue reue l y a os ommueDoirriedet,t perfosvers,Fbflexe-nn, à olt-à-dire de lasflexeibres choFn dine rice,onre subides ttssur ge,se ="nexuu gn l-n r blockquvf

  • <>1Depuiatue/classxml:ge d="de" ge d="de">SW, Nsico&# a>5. >&#a> AMnco&# a> p. 13. >&#
>ire Cctsateant d choz Spsdredou’où conssoe libr ,pcuiblcr essujerceffe’in che se fs de doil dsefcriion. On sde Fe il vsoil ue rvexipmen,ieté aa fasorsonnbitenétôe,ia fanurqmfose de so, est estoil ue rve fa proorseulestoutsatle sysfl="thuma,lan las auecirrie pra ccontrral ommueDora v oab Erblcr e losophe suivtde don las auecextur d’,ia fale sy fois n vers ptépr sol lase. llet at qu’une lflexe ema r ; d rous cci – che deteplla nr, donpars pirst cos ommu’on peupt dd’uetoil rmb>(.18"p18n>a> ce r

  • 2Depuiatue/classxml:ge d="de" ge d="de">SW, Nsico&# a>5. >&#a> AMnco&# a> p. 14. >&#

6DepuiClosparont esise eble l’, aam>nileptudt-onrllosme de la nsire uestdi>< a> de 17c acti« oiophique «  la ase. llecontrid=ude c rae t ddsaterPes cape lr l’alle- ou de parose dle lenpr e Scet esptlas auecfoi actue de so le pntmaphil17ane en 17uestral. Poude 17c philontacitecophique « pbevvdtnle sybiteno–, coïnce o>ae’altéprodugral. Le choFmeoil se faême – eson instanrvspécire leantérieur d’ ce a uosophe suiv,rc philobi"ig naie uxas auecirrur d’afe’idquin cheerons s. ire Apour,rfoispcu a fanurqsue steichte natur bje>n fintacit ; avec cu a fanurqsuest commulus icilel so : l a faxeors de sol rfoispu gtcses (.19"p19n>p> Pe sy paam>,acaisophie>m’llt ellemen Enncase. llecje,Fichtspar ellrspeophe suivs ot ainvdtneulesnde lle rexentad laireelrle- u ce l n’Essa trvouarsF phmom’lrao laire ha romtt à lS Âges du monde< avec,idembunidà lling, égalc erale st commulus e « jrspphilosophe rencoie scriret entavonvdtnême – ina dt4, 813l n

  • <>1Depuiatue/classxml:ge d="de" ge d="de">SW, Nsico&# a>112. >&#a>AMnco&# a> p. 134. >&#
>ire lipcu a fanurqsue ste bje>n fintacit,ipoi certadans te a fanurqsuepulense de sogeréri tenp pro,oains-ns qsntrrarrad de ltitrseoaingaosubliuessian ? Esete bviqle régimt et quQot-à-dicaeliégimttia nae rr vers,tde ugeqjet.lda eespacut a t elle,ous rfov lld’oreche detefl’, enatur,ab Erv lld’o?ass="footnotecall" id="bodyftn2" hr20.="#ftn2">(.20.p20n>a> ce

6DepuiLté se fanaire,elcnaturdus Urwes< , lcsvlvur lnaire,elcnaturdus Urleb coig><)cbeven se faaturrantrré effeclses alle- ou deire lase. sarde lpulernier. Danstil ne trè, ionltca dont cinsidà letie >enreoe an rgpenecssalshilointé se fanaire,elclses nr cei,flenfo fales écricouns r dosouu’obscttsseaturadqueu te(c rsci – a de Sarre alfetois, écritreteg naie uxrevel.tit)sete us rfo,ab Ernnom>aote iauecd’une rfov lld’t quSes dois, dooue dont gesh dans>consee trr.eJeur-Faisblockquvf

  • <>1 La reJeur-Fais>ire Lil aturam>h acoeronsou a7conse entre suxte-me de lopor paentpor e rvmou laeli fn, donl ntois,rl’œil u se s,cbevensr « l se fadifaen a de F gesh dans>, dont inscra y a y orsbe nre-s tittera rortenées es aiei parose dllaelimt eorsfoi actuegesfie slde 179té aue Furorminées l  pass="footnotecall" id="bodyftn2" hr21"="#ftn2">(.21"p2an>p>

    6 La rRitrrarrexisteyvel.titnnaire, à cinté se f,yst le platur psol,lito de 17c parneac suW fois dssantruitiog n ecubil u se solW fois e lsu s,ia fanurqmerrale ême – ,eorgan et le rem esarre eulsar,uirtationdelruent eCctsatnsoe matde pontivrieur au fopaen,se ="nexuenpcucil vasera urnosrtdtran,el lanil prtenc l’oneiireelrle- ce a paye prdanon ne la taturadqueu tende,cbevenlpre adu, e ême – ,elditioce« l rs le lasdivul su taturtidqued choz St-à-dire de lae « je mospriitiontran /em>conse lalpor rrala euellpuuirtationphIirque sler soarrolosparsocomett. Le autolerte dnosl doil iure m>r,,es temo parnespriire, nonaaturjffe. À , dont iura dehilosophe n’ph lass="textandnotes">

    • 2 Ce satue/classxml:ge d="de" ge d="de">SW, Nsico&# a>14. >&#a> AMnco&# a> p. 26. >&#
    >2 Ce satue/classxml:ge d="de" ge d="de">SW, Nsico&# a>15. >&#a> AMnco&# a> p. 27. >&#

6 Ce sCsujes ciure m>rllomeneinscrfmen,ietaturUngruenede 179t us roquedaellp j x it quOnse eble ès une lflnce ictmês uode reeno peretsmeDur dossus ssuss eespac se faune lflra v oab E,eretuedg n l Erté humalp ssdom’ldifé humalontrral ommudans leppt de aentre dufo peretuedr. Duma,l la sute a fanurqssus ssuss ee oispt le à lass="footnotecall" id="bodyftn2" hr22.="#ftn2">(.22.p22n>p> Cctsatté humaiue réflommul. aellpuud grsuisera ernoriers maie fa prvinsinin rémedeç rouessus lttegre ois,ojffe. Àd’ocels quais eDoeueaondesolturriers maiuedg n l Eolt-à-dire de la edg n l Eur dosspactivrle-même de llson instpaturelue réflié humaidhvouloert rganriers maie f,apitc l vasera ae oispe alfe – ,eopor niumedehrèsrle-mêml vasera gnLarsus--peie se fivouloerà lass="footnotecall" id="bodyftn2" hr23"="#ftn2">(.23"p23n>p> Cctsatriers maiuedg n l Eolue réeuellment,nela sus lttegre oise »s,yesoltét ellc lamstance, cinLbivhome ains-ns qtaue pur dorganstavonvderà lelaiure m>rpulenstidqued choute eueaonduedg n l,e dernipaturunmês eespac se fa no peretuedaelt quCfnsembuniparezrn ? Esaux ye Fouclling et H/pr

  • <>1 Ce satue/classxml:ge d="de" ge d="de">SW, Nsico&# a>15. >&#a> AMnco&# a> p. 27. >&#
>ire Iirso’cuffinodeenopartntrirentoncia fan lbivhome a gnègre oise se fa ffe. f,e oise se fation de p s ; sar te a fanurqsuu gmean lbivhome ,yst le pln Dd,rsujeesnetois,  : ls,ltét ellc,eretuedr. Dumaae acti« on dinRede Sezrus onfam>,aie o an – ois,ousence. Dan du s,umtrvousitioanKantzrniuioubvermag udsogeréripaturm esDumaass="footnotecall" id="bodyftn2" hr24"="#ftn2">(.24"p24n>a> ce r

2.8">7. conaoitutret à aexisteyg parn« o(Pvers,tFEs plE un t)/h1>

>2Le coatue/classxml:ge d="de" ge d="de">SW, Nsico&# a>22. >&#a>AMnco&# a> p. 35. >&#

6 Ce sLaiuestdsence. Dan de 1795,riv se fa no peretuedaelyesoltétk-ra dpc cinté se frl’œil uedaelyeteichtquente et enecssalshilocels quaio peretuedaelinLfté humaiue réf,eluin e côe lsiurnouedr. Duman rélfendd’udans s avec a eespacatur hdsence. Dan de 1795,riv se fa no peretuedael,l lactivrition de p s Cctsatté humaiommulaturriers maolt-à-dire de l,eue l’acfivouloeropor périniumedehrèsreiui,lriers maie fa prvinsini Cctsatriers maint le pln g pardéiua-mritennrquersan,en rélfeurnos>meDur dotioçunphil nélfent cos ommueule l’eniutsata’a aue reentaternaturLue,). Ce , ubveriers maie favinsiire el so : l ce nn fa.tionaellp n fintaibres choz dans cels q posige,se ="nexuiren t/p:ie Sieretuedr. Dumaant le pln amême de lliudpor part,e tivrié dniséude c ettaentre du sene smême, est ecctsatae reeriers macbeven se f,equoaent auto-nté edr. Duma,lW fois e nature fabo n ,e faitutret eetuelfa ne  pass="footnotecall" id="bodyftn2" hr25"="#ftn2">(.25"p25n>p> D’œil uclqconsitutret à s neiireel so : l ce niloncence. Dan upt dnKa Dtatrn"ig, de vunt le plbe nre-airrlistplrao Foriers mastance, cemen Enncence. Dtvsoil ois deoil ue rlontrc l vaserase ligntneulphIirmt e so lec parnelsduté d’otiog n ecuctuema de 17riers macsujeequcextmês eecquin cheriers maspra trling consisommnrllosem ait une oire uestsflp ee versiriers macefose diog, dont ouae «  esu uede Syvoir totdlDuma,lcon pr ? E Dcldip ee versijffe. Àd’  pass="footnotecall" id="bodyftn2" hr26"="#ftn2">(.26"p26n>p> Ealtpor partmes de Fn rldip ee versi e l du cs eeDd,raturdu rées »s, donet cidip ee versianto ete

6 Ce sSespacut isoeDoger des consitutret à aille-même, est eiirque sde l,edu réesue dont chrre, ewtoa fasli leonn>y fois ne ha romelingienne pour,a vasera urnora Pvers,touae « acerisme philoFE,iui,leurqitste, s choz ill e Foea narmedehrè,ore nt e-mêmet s6ewtodt ire ur d deu ce l ?nLbiveyvel.titnnaire, à c p,o lbivloncs,rilo des consitutret à aue réeuellitutret dés Ml prendne n fapas dpérii che-t-onrine o>ewtoprécldi des coetsn e norteanto eteClosem a »smemmunci, mo>tral.bresr eniuiol,  : lsépara, a nara nauriree-temo ion citau mb E,lW f hdse ictmê,temo ilfanocnatot e s– philoPverséceolosparso. Or’esetFEs platur edg n l Eur doconsee g pardrc philoPvers,tpitc l vaa os vao perets ellc eespac se faune decssal fa no pesfintaibrepraturfoi actue de s, don,ystFEsnt cos ommueule l’eorteanto etin tour dansalors, poutle pirsire nt eqitste,e« o dsverqdePverseliégimtta, nole f,e#ftoulaellp nle sysme – eson ilcsuppotiondetie philoFEinLfriers maigesfpe, donvinsimême de llinscrce l idurnoncitenvouloert ounétôe,isera geentateredu rées »smntéritur d’adpeers vouloerdoncite,duedg n lrioues duiinLfriers maimrnodans sobjesete bje>n rimême de ln rémep,oiquer lur lce grounrs le lasstonrle-mês uoeophe suiv,rsera geesciem>>mepobjesete bje>nrs le laslrFE,et ptépr dnKanmême, est engaosubliire rste, à ce n claam>naue juge« der blockquvf

  • <>1Le coatue/classxml:ge d="de" ge d="de">SW, Nsico&# a>28. >&#a> AMnco&# a> p. 41-42. >&#
>ire Nonce,r rre cuecirselflosubliral. Le n rlloesem u réesjuge«  [fe’idqepobjesetel,oiquer catz dans riv se fa noretuedael,llerismtele ltriitste,,etc.]snt cos ommus avec ortesatureln ? Ese pare, fûdict le peonontépdb dpcsujun en ,ogeréricitveran eiiros ommu traire –, ois,otét ellc,eetel,ojuge«  st commul acti« o’oneiesemsme – esxipnr s ; luible ara v oab Ergre oisejuge« ,Fichtexe? Es uojuge«  lecd’un ? En rA ommuBt at qu’ part,e eldqepolvur l n dontseliconsee’Aaaturjsdoconse fns – eatureliconsee’B,ous rpacut veveo’oneiesemommu trde rtnca oduipobjesllee udiquer catass="footnotecall" id="bodyftn2" hr27"="#ftn2">(.27"p27n>a> ce r

  • 2Depuiatue/classxml:ge d="de" ge d="de">SW, Nsico&# a>28. >&#a> AMnco&# a> p. 42. >&#
>2Depuiatue/classxml:ge d="de" ge d="de">SW, Nsico&# a>63. >&#a> AMnco&# a> p. 80. >&# >2Depuina dral récisé teilo sujes –, citveranrgreWolfram Hogreber laquellionltie caiphysiques. Qurxipnlt#f="#ftn2">(.30.)

6 Ce sLaicttadc du s,el,ojuge«  le pet l,eu gn l-lling, égale pln arste, mait de souppotiond u réespt de ême – ,eie cespt de nil uedaely’oneijuge«  eyvel.ti le lande-mlp/a>se ,on juge«  sxipnr s  pass="footnotecall" id="bodyftn2" hr28"="#ftn2">(.28"p28n>p> Oenndsntras l aonvdr mex – cennntre du senperetsnevue ddanvel.titnnuue ddantnre« optépr li etin tlaicttadc du se losophe suivtaturjdoconsecubil ul sui philionltcesVerberm esait iquer leoême – ,et-à-dire de la rspacutie,eClns itutifcdquellre natur – e nafopre activire loc ce n le pelchtexe? Esn’elle pirall"/p:ie noparalp/nsrra d decenr ce>rii cheosublid’uncase. lleccu a eenopara«nsrds dpéri tenleourappe , donnpérielrle-me  pass="footnotecall" id="bodyftn2" hr29"="#ftn2">(.29"p29n>p> ling consisdnce pas nmt phipacargeuelaà socophique « pnmt phistonrle-mê,e oispe jugel doil unfa noret part,madnte atesr ounétôelenpr e Scet esptie juge« de lt commuu de soliv se fa n ncapproducttadc du sstrhusem uepobjesete udiquer catyesoltét ellc uojuge« lerte dnlite,ddu réesspntnue>se ,oesolturcopure hdse ictlle rep/a>ewtoete n, ewtolchtous rpac du sue plnnr cedéoen – erale eiloncence. Dan. Sionous csalesFrcuecirseeet, l,e eldqepojet aturjsdoconsel,oiquer cat (ouna eespac se faaturjsdoconselil uedael),eu gn l-lling, égalrpacut bevende l,entéristartoeuLeibniz, lleccu a mt phral uede Synurqsubjesemmul uer cat phral part,uede Sass="footnotecall" id="bodyftn2" hr30.="#ftn2">(.30.)30n>p> Lps »s,yapour,rurnou tour dansaortee n l’toeuaturuerspe. À n , car: csra fanurqp potiondle systFEsnt commueulep potiondle systPvers,tdra fanurqp potiondle systPverséceeulsara nt de vue de la ntFE,etceC-à-d doouite,dtét ellc uojuge« csujeeqpure, a faxeularstibl dosouerspe. À enicrirsre àaeli

6Le corhusemourcopure pr dnKanra naturs tio navn de c 95>Âges du mondee, dontiujetururunmu su= X,t le penx <)enperet du suxariv se fa no peretuedael,l le penx n téenn erdra natéire, nonars le laortesatur rice,on, st commulus eême de lliouen ca rortessairem il ipopur d’ss Bitenétôeo-dialfeldnotedperfoeé humaiue réfl eeDdo pesfisciem>r,es temoeentranKantnela pour,r,es temopâe la p– phEnr 813,trfoeé humaindd’ud’un ? Emet enecitiontaedperfo des consitutret à n le pelll e Fontateran o peretuedaelyle laorasli leliss la neC-à-d leantérieur d’a utireommel l,odduiten lec ec cle pelatureé huma,eterprncence. m« csujeepaturess="texte">6Le coMvec e ve pas4, 811inLbiv mourpttatiujetur socvecie se firiv se fa no pencap>ewt,eblockquvf

  • <>1 La ratue/classxml:ge d="de" ge d="de">SW, Nsico&# a>40-41. >&#a> AMnco&# a> p. 55-56. >&#
>ire Aessianongrale eilo des consitutret à auentreelsaicttapmen. Lecladquellrnces coets< d’qcpulenliictuellae faite pntre rorteet à auruglmeterprience det  ; onipara deh trèsttegrsr rice,onsoue l dutesmet riolen s,lriirvmoetirp.t cmondeote vaserase ligntneul celsstparsje mospriu Duma,lS asmag rpsv dm>nirrupl’toon incaprieur d re l,ies écre il vsoil uepaonvdrfoispcu a nafoprise fae activao peterrifiaelinLfble /em>cbeminan oa fanurqs poutnsipour,aelae faitroncpmenin tlaiiutsatmo>tte decquin’œil use f,ysar pirsproorsni enn erdni de ir,memmunci se firive doiss ass="footnotecall" id="bodyftn2" hr31"="#ftn2">(.31"p3an>a> ce r

  • 2 Ce satue/classxml:ge d="de" ge d="de">SW, Nsico&# a>43. >&#a> AMnco&# a> p. 58. >&#

6DepuiCtutret à aet sconsesme – eaturjsdoconse fn ltuelleCln, donp>(.32.p32n>p> Lérmag u oise eote <)e. Driiee l’eaurcetoa ut – eà cettelpre aducttcape liirquedorsirnelse aculstcape ldonctdc leeainvdan,socon aelel so : l deonce ictysan soe>n téirméunceie sei en sphilosparsoldeespac se fa plp s oisemoetirp.txrtenc lle pirae-airrdtneulest« jqtaue pur do phlaome lsu sinLf des consitutret à aemmunci sea fale oire pa ce n spcu #ftus,Fichtspar ecctsatriers maitgimtta,noutensoitdra fanurqp aculsmaiuo pvanrgre uulenstouv sus »s,ynurqmoetirp.t c Pe saam>,acairiers maitgvraobiten db de la vasnoeentrtret aelyeêmln g paredsonvdan, irméunceie sei eeêm. conéaturAnziehungoconse(naoitutret à ) da aturZugungoconse(netsyg parn« ),in chemots de doacraninepcsujunee platurziehsnoconse( irer)s pirst cy aoune foioeul/pr

  • <>1 Ce satue/classxml:ge d="de" ge d="de">SW, Nsico&# a>59. >&#a>AMnco&# a> p. 77. >&#
>ire AréclesFEsdrebuteaturs tio naanto et,ées »smduuirtation,ées »smous rènn>ylbiv mour. Vrilttedans tnnntretaur enietoccur. Dan u réespaselecd’udquinenlae fasocs,riloloi a eenopara«nsrralontmaedpéri tenelle fois berdeesoi,jqtag l dut ois,ovie, a favinsie eldqso libr v des sra faxertnnjuguenlarieur d’lle rexipournnaextur d’lle reiemtapte des, écriunesmntéuede Sydodu partmn le pe paam>alsi e l du cdu yam>achacndnafopr »smeêmass="footnotecall" id="bodyftn2" hr33"="#ftn2">(.33"p33n>a> ce r

6DepuiOnroorse elling consisdnumbipoaas avec re pl lldeLie lII 95>Âges du monde, don,ynsa ricsment le reauuirtation,aus »smduuChrre,s Ml prldeLie lI,el de s,ynsce dtt ellemen Ennietsnaturruer mlraconsestPversême – ,ellionltptépli lelirq lujeePversdu réesFEsun et le rolt-à-dire de la a naturse lsu suxariv se fa no peretuedaeluulense il vFrive doiss rsieprit mour. Lurse lsu sunt cos ommueule l’enstitio uctmês eespac du su rorte e l du cspopur d’s,ysar du rées des c(aturlingidung<)eadvia nada aturc ec consitue de sode 1795,riv du susparsoe enaturdgn lmês(aturEntsingidung<)e sortentaibres choinLbivuse fa noretuedaels ha rot otn trèsttesfintaun l sonvdan. Toisela n, blockquvf

  • <>1 Ce satue/classxml:ge d="de" ge d="de">SW, Nsico&# a>66. >&#a>AMnco&# a> p. 84. >&#
>ire Cctsat du sunecbevens <)e. dsefdquelriitiontran, pirst cosrq’ona cae dtmês eecqtsat hdsence. Dan esDucasecisémen. « cetiqsenté du suulrie e traime se fiie uxretnre«  eCctsat du sunecainsiise faquecfoi actuee uxentolsisteyg paraelyitutiam« c[...]ass="footnotecall" id="bodyftn2" hr34"="#ftn2">(.34"p34n>a> ce r

6DepuiLtéE un td’t le peonoctéen dois,,ntéristaDan emerct dllaelimtaun a du réesfuturnc l’oneiFEsateant d le lac l’oneiPdeocaquta, notensoitun rappe du su hdse ictleffesltéE un te se soltriitste,e landerste,tsflotudt-t,oretuedaelset riv se fo, doni-mempo du suninvdeit,osparont n tlaica l du cs eel’unne desler or ge,se ="nexuveveodu réessparageqdePdeocaautFEs plntéE un tubvera v oab Eratursuc au milocels quai

  • <>1 Ce satue/classxml:ge d="de" ge d="de">SW, Nsico&# a>74. >&#a> AMnco&# a> p. 92. >&#
>ire sirfoispcu a fanurquedavensrsmaitporematiqseeln lican. « cle pelcarsocosirfoispuedaelsuedavensrsmaitporematiqseeln lican. « cle pelrtation,elna fois uu gmea du su rentad lan che edavensrsmai sujetjffe. À ,écritra noPersan,esaxeodetefio u, écriunesmles écri partmedesndnafuu gmea="thuma,lpirst cy atras lpaentre »smavec orteuedr. Dumaaue réfass="footnotecall" id="bodyftn2" hr35"="#ftn2">(.35"p35n>a> ce r

6 La rOr eiirn fapas d souppotiond tépdb dart,e eldqe »smemmusme – eprodugral. Le choFmeosoduitsprur le l du cd ; lur le l du cdigntnler xipnre« odui, le s ling consistéen #ftusateule l’etpor btesan,erltriitstl sorten lican. du suxr le l du cd iirque sde">SW fader soarrle con pemmuortee n l’toeuaturdegrdblockquvf

ire tenc tsattutsatnurq lutiam« csrsmaindflnudlDuma,lvoir Friedeliniv edaelyesolsrsmaitteoioteerans egrdcle pelrtation,riv se fotteoioteerans egrdcle pelcarsoco dpelues da dé pse-mêuulfansat(a falpare ie ldia lle rex’œil ulrie eet uu gmea du s),élfeurnosrsmaiuu’oue l’ele pe rent ; st-à-d

  • <>1Le coatue/classxml:ge d="de" ge d="de">SW, Nsico&# a>74. >&#a> AMnco&# a> p. 93. >&#
>ire Ml pr lujeeesler or unecainsimom’lr,a a naturmee setous rpac se fa pldiuu’elid’ue smrs maolttechaaue  »sm (.36"p36n>a&#a>< ce a>

6 Ce sQot-àntte -onipe">SWpar ire te pntrle rexspt le à lt quCftttee n l’topor pansa ois,ottapmeseoune foio. Drii circur nocdnté edr. Duma,lcommnrllods l aors,tr noE Dcldivn de c 95, 813l n blockquvf

  • <>1Le coatue/classxml:ge d="de" ge d="de">SW, Nsico&# a>134. >&#a>AMnco&# a> p. 158. >&#
>ire Iiremmuortee n l’ta nafe dseft-ànfa’ue>na fatracpare e « aciv gur rl n9t us -dicaele con pemmu de it quMvec cu de docon pemmu de iunecainsiise faiudpor part,e e cu de docon psverqdanstssur e « a encertans qetour,aelae faichtquente et enil uedaelypul caelyaturavanrconsest »s,y étôeofoi actuee « a ettechaaue ristaDt aturasus ssussde 179ui, le ass="footnotecall" id="bodyftn2" hr37"="#ftn2">(.37"p37n>a> ce r

  • 2Depuiatue/classxml:ge d="de" ge d="de">SW, Nsico&# a>75. >&#a> AMnco&# a> p. 94. >&#

6 Ce sL erale seiijecancouleypul,lpirj x i oire foi actuee «  ce attechaaue ristaDt ses meDur dounble t quSieie cesgrans e plbsemss aonsibilabsoldu te pntrle rexogeran eavec nun Enn« acer te pntrle resme –   pass="footnotecall" id="bodyftn2" hr38"="#ftn2">(.38"p38n>a>, ionltommunci te pntrle re tffe. fexspt le dpcsuj  lecde la? Unhral te pntrle re,r rraentaun et le reme foioul su taté humaips,ysfn, ditte – eàperets

ire Toisenc tsattnnnusmê,e oispde uedatlchao llec us paraonvdrallocdart,meur d’achaaue deis et ite pntrendesonvdanuitsc ssuss ee, dos choz irovia naxogerquat,masvonviv sus te pntrle r. Taonvdr cer te pntrle r,yst le pltaonvdr cermon,éesVerberelimtasoiseoispltuelleClnaue sdessiapansa ftiree-temoaire dic,à aet deiictuella récsome – eous rpac mourplacperetsOra a naturmee setous rpac edatlW f du suspecie seml pr luplètlle reietur d’lcbeven se fa-t-odcle pelrtanédanmunci, moanaoitutredic,à ,lpir,r rra tdme sr aonsib se fimomaem>rÀeionltmo« ,Firtanoc lae Sf,erpac epira à aexaintaibres chooctéeurquevex déoencctsat du solttee parron aela reeera aeoccpae p s rpac edatlWuiictuellairrur d’afeelll ues da me lsu si

  • <>1Depuiatue/classxml:ge d="de" ge d="de">SW, Nsico&# a>75-76. >&#a> AMnco&# a> p. 94-95. >&#
>Toisela n,unci, a faxerreirtationelbsem dernipsémen’adpentérincence. Dan fnaxogerrtanlude c n’œil udg n l,e di, a faaua vasera necainsiise fa le pntrle re ffe. f,esfn, dittetioceral essiae e cuernipsee versien caemœte le firivemournurq lujentrle reu se solWa naturmee setous iudeccu a mta gnègrenecainsisesler or arrexu cheosubliqtaue p. C mo de lliienopara«nsrer so lre em a se fa ffe. fosprit ellca faxerraonvdrem dernirincence. Dan,tde use fast commul gn l en le pet la ffe. fo vasnoonl nquoaent auto- part,e e srtaa st cosrq’ogranssie elp ee versi onsibilabsoldariv se fa ffe. f,eeteichtquente et ea gnègrebsem d er. Danaxelonexaica l du cs lacespt de eavec nun Enneotass="footnotecall" id="bodyftn2" hr39"="#ftn2">(.39"p39n>a> ce r

2.9"p8. Cle pntrle re t es temspt le uulensvdrb pse-mê e1>

>2 La ratue/classxml:ge d="de" ge d="de">SW, Nsico&# a>76. >&#a> AMnco&# a> p. 95. >&#

6 Ce sCpetyple fisparageqs(.40.p40n>a>, ed poi certaa st cy aoi iree foioinfopdab Erabîme decssdr. Duman pass="footnotecall" id="bodyftn2" hr41"="#ftn2">(.41"p4an>p> Te rrcueceeu gn l-rnc l de v. Lurquat,me foio lujentrle reesolturquat,me foiomon,WuiVerbe,olchtous reiictuellase stabilas eavec essi,eeteichadoxe autolelchtous a gesfperste, p effecetaxertne pntre rrs le lasstcttadc du se lamstper, doscinLesVerbermu te pntrle re. Driieeanuir « linhce. Dt da riers maitgip,oiquer lee-même, eststil neaturelaenede 17y a-dia outcttadc du s,imomaem>lling, égalue l’adtatrn"igoneiPdeocaaturc gnègreconsestFEsdu rées »s,lbiten’ocln, donp>n gnLars lican. « cturmre nt e-mêmgre ois,ouedr. Duman ? Poonrlaee n l’,yst le pl se fa mbaonx delchtun ue dont tnueogon et ,mapitsprisocosuggdeocaling, égale faiha romettetiocin Crice,on enouedr. Dumaa surfosnce, cin

6 Ce sSaottapmeseoommulerspe. À à cn donle systFE, don,ye rste, ma,appe , dc l adr. alfeaofoi actueu de soued lre potlpsrsmai(cesgrans c gnègregeran )eterp st cy aolus ldo pemomaem>raturelaen effecneiFEsatotej x irées »s,lt-à-dire de laaintaibreé /em>conseseiPdeocn gnL,tdpte des,ystPverséces>meDur dotiujentrle reu se s (dans nona ffe. f)eterp eurqincapab Ergreiuatur eser, don eCctsatire, nonaie lmorcasec eeDdo dsefdans n Ddéessr « l sortement,rdgn lmêsepirfmeDur dottapuedr.urfostrucnat du senpera cels q posium esecosirtéiumans necainsistéris pl l,rérip gn l en sie elson ilcsuppotiondtnueoewtmdetefio ma,ape">SWp y aoldo pexu atre àdr cermde llsr « l,rdgn lmês’oneiFEeClns eurquevid m« circur nocn rllotnueogon et ,necainsisesde la vasnoue dont iumans,emst-onipusdrebut eavec ra cels q posiuiumans ,necainsises lec parneà cetters le lasstcels q posiutnueogon et t le peononeuveveodanstssur phPouedgeiFEsavec essidle sysetsn peretuedaelesimom’a dotiujentrle reu se s. Toisrn tlaila nz dans,eretsconseàpereta se suadoplqcpuleler or uexu e, eststAyam>amisue dcôe lrlpelrme de la uepe-udottaflsn oispas)sttesfinadr.n rldivsconseDue l’,’esetire te pntrle reuedg n l ce n le peds lling, égalirrur t elcisd re noE Dcldionrle-mêsgral. ap/a>ewtodt>Âges du m, dont os necveveoéric l vasera atras ltteire ha rot ce a le peoaire,eliunecto>6nnietaff à c pq’ona e n l’tourcoe pntrle rest commulus d le, fidéiua-mling et H/p;élfeurnona e n l’tphysiques. Qurlchtexc i slca fahan oretslass="textandnotes">

  • 2 Ce satue/classxml:ge d="de" ge d="de">SW, Nsico&# a>76. >&#a> AMnco&# a> p. 95. >&#

6Le coToi actuen tlaiicei,le firivep rp,lling consiembuni oise ecouprregrctsaron s Friedadopl suupe , donndesue dont myth ewtoe ldans c acuiumansoe lille-mxpoonrlerlrme de la ue te pntrle rexspt le n le pes y a cedavendraos cewtmdetecitvnsibltodt ire de laest le à l uulensvoile firivergeuelaà s,ense il vFatras lpe saam>oued lrs>meDeltag rie d n de Fue ddtt s,tdrnil uedas d soup parneà ce trdigtt engaosublimyth>ewtoeten soliia n fiewtn pass="footnotecall" id="bodyftn2" hr42.="#ftn2">(.42.p42n>p> Telfeurnobitenment le rerivep rp,lsar esetue dont doaturdtt srst cosrqe foioue dont digtt lontrnounble uxenui oise ecouprimajole-mflont,es y a emmuortea dg rp vid mgre ois,ouertinen cs n, ewt,eiirque se uxredue la vap st cy aolus e ddtt sÂges ul acti« ouuller, don (t-à-dire de la nt de vue de la sorteargeuelaà soliia n fiewt)lontrtrso’ceto>6nsree">SWdu réess le laire uedr. Duaoc ce exogerophique le firivIdt-tposige,se ="nexuornoit« judeçttedutpt de dt ire tan,sog rp ce n vap mobilas ud’ue Scatutreacespt de on s dg rp,dnté eto etixogerophique le fira myth teClode do5>Âges du monde, donv dm>nicieretuectiuvp,dallocdavis,lt-à-da sortecitvnsibilabso deonc laest le . Toisrt-ànjo pean e>olà. C moorteralra citvnsibilabso nt cos ommueule l’eichadoxe autoFitutifxogert-odà uorale sxipnr seipe">SWpar ling et H/p:odqe »smaturje,). Celturquat,taptrd la sore te pntrle reiunpor pa euoldo x – u etiaturdu rconselil uedr. Dumaaontrct-à-dire de lanun Eee pamours avec ontraloire cede S ce exo derni – e edr. Duma,lavec eli tlpsrse,a nt de vue de la peretsÂges du mondee, donm>lling, égstil ne vasnige-dia eleenopar lec pe cue le peoaire,el ?nLbivuee aton eutreacivnaire,eleenesmiraclsdhe deteicepid , e ve a circur nocle re t obsau miln l Eur dole lasecssdr. Duman r

ire Cdi, a fanopar. Tectaeleenoparsee moonipssmiraclss,y hobite ! a au oise eoterassê. Q falincroirseeet, l,e eldqeeas lpu anKantnsa naurimiracls,yere de llinscrortenur doonimiraclssl ?nJusà cettelprna l du cs utFEscon pemmumiracls,ycon pst cosrqe f edr. DumastRitenis e Kanpe">SWpar il ffetudeccu a mta gnègrras ,ycon ps Kanptraire –, ngaosubliuedg n l Eef

  • <>1 Ce satue/classxml:ge d="de" ge d="de">SW, Nsico&# a>76-77. >&#a>AMnco&# a> p. 95. >&#
>Sespacut pdb dpelida riers maie fa prvinsini plp u gme,eaucndflcae dtmêsst commulvnsibltottee parron s l E ; su a mtie ldia lle rei, otespar ,lvoir Friedda riers maie favinsie el so : l,cbevenelcisodue lasome – ,ej x irngaosubliue réf. Et pour,rsiasecssdr. nltommubiten’l so : l decssdr. nl, pirsprlinca gnédDr su a mtsparta nafelonexaicvnsibilabsoinLes te pntrle rexuontater/ pera soe dla>tc(aturlehnsucht<)ebevendans ru aessid se fa n l faite pntrle reu se sass="footnotecall" id="bodyftn2" hr43"="#ftn2">(.43"p43n>a> ce r

  • 2 Ce satue/classxml:ge d="de" ge d="de">SW, Nsico&# a>77. >&#a> AMnco&# a> p. 95. >&#

6Le coLa aturlingidunge, doncels quais turse lsu sut commues »smduuFEsême – ,epr dnKanpe">SW lujeeortene ha romelchte ellcep rxtmllee ud te pntrle rexogerfilaaton eême, est eue l’aici,uiren trs(.44"p44n>p> Eenis essonvaelypul,tdpte des,ytenis bpaam>as avec sur cermon,éesVerberdeiloncence. Dai du s,el,oFEscnueoewteoisplmmp,dallocdavis,lretsewt,eaturc Ddnul s effecluorale a falpare,eaturpl é pss effecouaaturc gsa n fie). Celturdtt s. C moaréclesFEsnoparsre rcueca natéire, nonandeee mona graem>eeor a/p:opar lcsuppotion. Toises lur le l du cdie faitïDaidodeteeême libr eu se sle rex’œesFEsp sgissen le pexsp gusnnuue saanto etsnlors, pout’oneiFEsctéeurqatur drb psso<,sctéeurqaturntaibreé effecetaaturdi,). Celexu e, est le pet ls q posi, fûdialra cn lec éhensibltoou,rérimonn l autoleinac au mb Erauvdrblaé d Tel ommuescoe pntrle re ffe. fcluorale le sysets

  • <>1 Ce satue/classxml:ge d="de" ge d="de">SW, Nsico&# a>78. >&#a>AMnco&# a> p. 96-97. >&#
>ire st commulus te pntrle reiu,r rra t au aron sise fa le pntrle r,nptraire –,,rp eurqfoi actue te pntrle retsge autoFtsdr. nl. C mot-à-dait« juchaaue ristaDt eleennKanstFEsd esapulenlionltctivuedr. Dumaaeurqdgnl: l etrsmeDur dounvedeis avec foi actu,l lact-à-d pulee naturoioul suc é-cels quass="footnotecall" id="bodyftn2" hr45"="#ftn2">(.45"p45n>a> ce r

  • 2Le coatue/classxml:ge d="de" ge d="de">SW, Nsico&# a>78. >&#a>AMnco&# a> p. 97. >&#
>2Le coatue/classxml:ge d="de" ge d="de">SW, Nsico&# a>79. >&#a> AMnco&# a> p. 97. >&#

6DepuiIl ara tichtspar eerra so deoroirsee eldqso : lsagntnaturdu rconseupr »s eue l’act-à-d il uclqcxogerfilaaton e fa donle l conse(ouncrdé)cupr »smles écri : lsoen – erale ecqeras-cià;nc ttpet ls q posipuedaelsichtspar eu se sle reinhce. Dtviterprdr. nlttechaaue antaDts yn lec ec leeailivivaelinLt-àrr’adpena aturCn t>ewteconsekantipour,au gn l-lling, égalneosaDt aturdu). Celrale upe , donndesueble ibilabso aturpcisd r, don,yernotpor Friedmanqu lrlaeie iu Tect ebso aturunile luai(.46"p46n>a>, le sysse il vFp st cy aoeutreaca cels q posiumden oisso : l,ceno>n oisso : le te pntrle retsge autoFtsdr. nln pass="footnotecall" id="bodyftn2" hr47"="#ftn2">(.47"p47n>p> Toisso : leoteanKantnupr »smirméunceie seauxu partmn nafort eàperetitiontraniqtaue pase sf

  • <>1Depuiatue/classxml:ge d="de" ge d="de">SW, Nsico&# a>80. >&#a>AMnico&# a>p. 98-99. >&#
>ire st »smnurquchaaue ristaDt st »smcon pememer,lvoir Friedeulsar,uirtationdelruent,ee nertne pntres rontrroioeul/prraimeiudect le stéeurqdge souecoulman ? /prraimeiudect le onteu de soued ln ? Etrténnrveveonté evid u c euaeuchaaue ristaDt on emmuorn vap lincyrit Frie,ole lasnegrdu r,ubvera v oab Eriié dumaa(det – eà ceur daonvdrem haaue e pare fira m /edeoca dernirié dumaa>aoioeuiss rpdb dart,upr »smextur d’lle resu récei,le lasu ré ass="footnotecall" id="bodyftn2" hr48"="#ftn2">(.48"p48n>a> ce r

6Depui,se ="nexu evo etiaessidntérmag uW fois pirr jetdéice grsetsaun rldivul nndesue cr.urfopirr et-à-dire de laae ese,mbevene-àntte rees>meDur dotiujeeorpuse f-srsma-ce g-lf-sulsmacpar il ffetuxu e, est (voir Frieddoduterclsss lace ondodu ct il vso peretsau),ceno>n fnsp st cy aonun Eee d re ldlaae esefdquelri ffet. De grsetristaDt lrtation,nci, moanri ffet,lt-à-da#a>lass="textandnotes">

  • 2Depuiatue/classxml:ge d="de" ge d="de">SW, Nsico&# a>81. >&#a> AMnco&# a> p. 100. >&#
>2Depuiatue/classxml:ge d="de" ge d="de">SW, Nsico&# a>82. >&#a> AMnco&# a> p. 101. >&#

6DepuiLreil’ainhce. Dt d vasnt lc eclasing consmpourF pldifoi actueuirfirivuedr. Dumaa pout – eàperet signuhansatnc laest le . Pu’exul nautolele l y a emmussairem–, ngauirfirivuedr. DumaaudsaDt es »s,lret si,r rra tuentreert’oneiil’am>lling, égF pldirabatt lae sxis den du ssee parculedeoc dpirméunceie sso pean e>le a falei nltte leor eire ire, nonel lsnsaortecels q posiuu se sle reinncence. Dai s. d (.49"p49n>an eCcr s,lupr »sma se sufoi actuessairem–,autoFiturasuce grcon p »smlcence. Dai ommul gtlpsrsmangaosublis>meDur do#a>meDur doeparculmaseauxu partm e pares sus »s,yndesombrnirié d,l e « a d vaorgan smemcon pememer,lnlionltommubitensûrossdr. nlt le penfosnce, cinSe grc t organ smemsus »s,yie civire, nonaoissoememdeocaspro(.50.p50n>an eCca faxanvdr ud hao nfosnc au miloxsp gusnnuupur donn ,lt-à-da ans r’asr « l,rsrserÀchaaue ristaDt orr »sm lupl,F ans u se solWermre deocagtrictlle reidtaue p.

6 La rUlis>mep guandee lntipolarer »sma se su donWermre deocajffe. À , don,yelact-à-d bitensûroldivuent,erènn>ymoanriE un tdtalivrsoldarivanagon smemsnt laesPversanstFE,oeutreaca itutret à aetiets<,re activttechacndedosp gus,oeutreacu a fann fux-cieurnosrsmae te pdeulsar,uirtationdelruentstil ne le penx

  • 2 La ruChrre,ue laBoisês(1997),eie Cirrlistp du sseuedh>ewtc sur cer »smles “Lcriadu monde”am>lling, ef="#tocfr>(.51">(...) e1>

6 Ce sToisela n,uciv gurndeeliuu’dgn lmfann fie fait cr.n>ylbivhsujetjsresu rdois,oscsuppotion. ling, égFmobilas rortenur dootérmag Es(il organ sme,urfopirr jetdéice grsetsau,yelc.)eeaquedirvppe cels q posiuiumans ,àieurnoeost commuiême de llune frmag uWpre cn ipeod es,rpmag ucels quaion anté edr. DumainLt-hsujetdocs,r d varmag uWiDd eclasiiem>retaxermtaun ,cetaaturs,rdgn dsr ao syssaté huma<,rbrsaDt a ewtc xo derni ysiques. Qu, ire st »smduuirtation ttaputpena aturcrice,onee ldiren tice grset gurndeirtationlontrnononeuelu e, est c ec ce grct »smttapuedi-mfn pass="footnotecall" id="bodyftn2" hr51"="#ftn2">(.51">5an>p> Poueddir-sulsnrlerlulsar,ult-hsujetdocs s,rdgn dsr tteaturp mlr, dont iren trling, ég. Ons lec paae e cue emournurqlu e, est d varmag uWirpac mourpueddom>aoioaouullso lu’hpro. Unhral mourpoesseele lasecuenti t ote lea tc#ftusat9t ubn ca itutret à anaire,anonphQlues da jop,dlfeurnonetaffe. re activauuirtation, da joa l du cs ivise faFE,o ivise faeet,tc le penfojop. C mospri mourst commulus davanageql foierquirpac ut l,y laale l’en foierquirpac ut linLt-emournurql vagessnigee sode 1795,foi actuee « as smrs ernciàieurnof de le n gnL,tnté egoïsm l adr. al, le syant noa ca irice,urinLest le iumans,alle e « aChrre,ue laBoisê,

  • <>1 Ce satue/classxml:ge d="en" ge d="en">Ibid.sico&# a>p. 655. >&#
>ire soiudeccirrls erdesndnafu tissairem–, terpré dudecc eses, emmuor systde laorgan et ngao dc snnule lesimxipnr see mona té humaimême, eststLa té humaimst cctsatfacnle ldlatne pntrra faxersan,eeeême, est uri »smontrst »smduuirtation ontrous lincanKantnsare activmgn lmêinLest le duuirtation, detitionsiumderale tsdr. nltnudeulsar,u lntipolaa (.52.p52n>a> ce r

  • 2 Ce satue/classxml:ge d="en" ge d="en">SW, Nsico&# a>101. >&#a> AMnco&# a> p. 123. >&#

6 Ce sR sat,trptépsslr,adpte des,yune foioral irtation e acti« oiumans emmulvnsibltoles écriges du monde, don. /em>conse,se ="nexu evo etie « ancence. Dts systde lceligi cheWirpacire, nonanertéiumanabso le syx usanttignvmgnoupag uWisp gusnnde,ode doaers matnurq lutifsaDt foprise fre activ laeiudecl eltag ttiga nn ln du sem q e,marmaolaa ariulument,« osres meDur d,tdrcha xsd esaurno>n aDt eleeral ssdr. nl, le pey risce ene paon pling, égF nFcesppag s,rp st caas avec ire te pntman pee nertau araas avec,e de lli y a y aodpena cels q posiumde donlee vue de lade 1795,rets(.53"p53n>p>

2.10">CoDalude c e1>

6 Ce sOnietauLen lec ec,ellcisoc ssusscels qudiren tnicienpor pu’ni rriedavgc ra sanattag t cae cte desasecesimxiduc-m >xoFich s, et dnscrorteteeranse mee setxdejeorteling, ég. IcL,tntéireorgan sme ce exuorale linsisemeDur doise frsu,u lnnsmourprt elltialneooDa-mês firiv eto etixogeta se s, et dde don ldium>conseàpecln, donp>nigelpe ssare activproduntaibres cho,tde doling, égF pllesdxipontanonphOrlerLivtivI pansabluleypvnsibilabso Wermre nt e-mêmgreaturnaiturar effecnei »s,yde lecde la le pefab Ernaire,anonphNarrerncêmecL,tdra the dete cde el,rnivise fa’onei or a-va xsd sortecels q posiuu se spase speci ues eême, est ichtsespp actirimoyecu,oou,rst le pl agal,isnoeeiquer lduteVoiittet l’oling consisnt Ddnpar iregral. ap/a>ecluorale n p,t,teCt cornoteeà ce l aors,eiublockquvf

>ire Àed vartstl hron etixosnc au milosefdqbtifewtal naf lican. abso deoncence. Dts  »s,ye faits(.54"p54n>a> ce r

  • 2 Ce saTertma Pedro (2007)in /em>conseAlexaem>rlinn l (de .)al /emLest le , effecp. 140. >

6Depui,se ="nexusri ff dc ltiujeenun Eee pam x – uson incapœte le fip parneaudibltol vagesUrsystemsde 179ui, le nnietiumanasaDt adeÂges du mondee, dontters le lasstiredanglee udlinplt ce earnbliadeuron anté eingcel lsing consmpo, ce grctsppag sa sortecncroyab ErgrnsDumainEet, l,Fcle ps-noparra v oab E« ouulvssusltteirede laest le à l,nicin ? Npor Frns-nopars <,rct-à-d e bansgean,ele re t nté eilrsmêmgre ois,o : l d’œil edr. Duma,act-à-d il nule lutivttesrta peretsn peretire, nonmcol vc-m inLt-emour,ye fadocs se grctss rprnaiheoustFEs rsaejoics ivise falrtation,ril nbligelteerodutte ledgn dsr ao syssaté huma eavec nEee pe detes rdecsspaonvdr satoc-mcDuma,a lasualrtatiotre r part, : l irpac mourd esauoFtsdr. nl. Ct commuloi cert,le p-deittee sxinhirurc dpce se lsu ssodpena riers maitpac mour, piri, oudraofoi actuerer sorra vasera necvinsini,rnt cornoaire elesichtni,re nerdocs p parnedesn lec seà cetteeême, est et-à-dire de lanté edr. Duma. De grctire rlss le rel liunporommulérim est uriire uecoulele rel l,rpacire, nonanertéiumanabso pvaveoart,maireactnab E. Mvec e on cosirtéire, nonanertéa se suaoued lriumanasmaidtss esapulenuronrle-mês filing, égalsoiue-ànrque sirpacire, nonaiumans ,aveobso le sysaee pamqtaue pur dotaitur s,t la – epn-mcDpqce l nnoDaqce liarées gn ttnudeulsaronde.eAu mi chea-disera otentte reengaosubliéricrian oaue j avec heza,se ="nexusês reveontés(.55"p55n>a>, st cy se ldreiutpor part. Dors, pou,Wp y aofor ueiariert’oneipoi certad foiotaibr,ele reire, r et s le penfoR evoét’tfrnmçdeclasass="footngo-top"="#ftn2"eparcme3740.pHue sm>ee ge e1>

h2s="sidenoec/em>"> class="paran">Bmb iographie).&# h2>

lass="textandno">

  • <<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<< Bouton, Christophe (1997), « Considérations éthiques sur le temps dans “Les Âges du monde” de Schelling », Revue philosophique de Louvain, n°4.

    David, Pascal (2005), « La généalogie du temps. Postface » in F.W.J. Schelling, Die Weltalter in SW, Nachlassband (N). Traduction française par Pascal David : F.W.J. Schelling, Les Âges du monde, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Épiméthée ».

    Dumont, Augustin (2012), « Du seuil au deuil : nature, mémoire et mélancolie dans le Clara de Schelling », Alkemie. Revue semestrielle de philosophie et littérature, Italie, L’Orecchio di Van Gogh, p. 94-124.

    Dumont, Augustin & Aline Wiame (dirs.) (à paraître 2014.), Image et philosophie. Les usages conceptuels de l’image, Bruxelles, PIE Peter Lang, coll. « Anthropologie et philosophie sociale ».

    Fischbach, Franck & Emmanuel Renault (2001), « Présentation » in F.W.J. Schelling, Introduction à l’Esquisse d’un système de philosophie de la nature, trad. fr. Franck Fischbach et Emmanuel Renault, Paris, Le Livre de Poche.

    Hogrebe, Wolfram (1989), Prädikation und Genesis. Metaphysik als Fundamentalheuristik im Ausgang von Schellings « Die Weltalter », Frankfurt-am-Main, Suhrkamp.

    Marquet, Jean-François (1984), « Avant-propos », in F.W.J. Schelling, Clara, ou du lien de la nature au monde des esprits, trad. fr. E. Kessler, Paris, L’Herne.

    Marquet, Jean-François (2006), Liberté et existence. Étude sur la formation de la philosophie de Schelling, Paris, Cerf.

    Pedro, Teresa (2007), « Le temps selon Les Âges du monde de F.W.J. Schelling » in Alexander Schnell (dir.), Le temps, Paris, Vrin.

    Richir, Marc (2001), « Inconscient, nature et mythologie chez Schelling » in Alexandra Roux et Miklos Vetö (dirs.), Schelling et l’élan du système de l’idéalisme transcendantal, Paris, L’Harmattan.

    Schelling, F.W.J. (1956-1961), Philosophische Untersuchungen über das Wesen der menschlichen Freiheit und die damit zusammenhängenden Gegenstände in Sämmtliche Werke (SW), hrsg. von K.F.A. Schelling, Stuttgart-Augsburg, Cotta, Band VII,. Édition Meiner (Felix Meiner Verlag, Hamburg, 1997).

    Schelling, F.W.J. (1980), Recherches philosophiques sur l’essence de la liberté humaine et les sujets qui s’y rattachent, in Œuvres métaphysiques, trad. fr. Jean-François Courtine et Emmanuel Martineau, Paris, Gallimard.

    Schelling, F.W.J. (2005), Die Weltalter in SW, Nachlassband (N). Traduction française par Pascal David : F.W.J. Schelling (2005), Les Âges du monde, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Épiméthée ». Citée : AM.

    Schnell (2000), Alexander, « Husserl und Fichte. Überlegungen zur transzendental-spezifischen Argumentation im transzendentalen Idealismus » in Cahiers de philosophie de l’Université de Paris XII, n°4.

    Schnell, Alexander (2007), Husserl et les fondements de la phénoménologie constructive, Grenoble, Jérôme Millon, coll. « Krisis ».

    Schnell, Alexander (2010), En deçà du sujet. Du temps dans la philosophie transcendantale allemande, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Épiméthée ».

  • Haut de page

    Notes

    1 La recherche dans cette direction la plus conséquente et la plus aboutie à ce jour est, pour nous, celle proposée par Alexander Schnell. Cf. notamment : Alexander Schnell (2007), Husserl et les fondements de la phénoménologie constructive, Grenoble, Jérôme Millon, coll. « Krisis » ; et Alexander Schnell (2000), « Husserl und Fichte. Überlegungen zur transzendental-spezifischen Argumentation im transzendentalen Idealismus », in Cahiers de philosophie de l’Université de Paris XII, n°4.

    2 Ce sont les conséquences de la « Querelle du panthéisme » (Pantheismusstreit), née autour de Lessing, Jacobi et Mendelssohn au début des années 1780 mais embrasant bientôt toute l’Allemagne. La querelle est à l’origine de la renaissance de Spinoza à la fin de l’Aufklärung.

    3 Cf. l’excellente lecture de ce texte, dont le fil rouge est justement le problème du « dire le temps », proposée par Alexander Schnell dans Alexander Schnell (2010), En deçà du sujet. Du temps dans la philosophie transcendantale allemande, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Épiméthée », p. 127-156.

    4 Ibid., p. 154 (nous mettons la première lettre des mots « moi » et « non-moi » en minuscules par souci de cohérence avec le reste de notre article).

    5 Ibid.

    6 On verra sur ce point la précieuse mise au point de Charles Théret, qui examine les conséquences de cette « auto-prédication » sur la doctrine schellingienne de l’image à l’époque de l’Identité. Cf. Charles Théret, « L’image dans la philosophie de l’identité de Schelling » in Augustin. Dumont et Aline Wiame (dirs.), Image et philosophie. Les usages conceptuels de l’image, Bruxelles, PIE Peter Lang, coll. « Anthropologie et philosophie sociale », à paraître en 2014.

    7 F.W.J. Schelling, Philosophische Untersuchungen über das Wesen der menschlichen Freiheit und die damit zusammenhängenden Gegenstände, in Sämmtliche Werke (SW), hrsg. von K.F.A. Schelling, Stuttgart-Augsburg, Cotta, 1956-61, Band VII, 363. Édition Meiner (Felix Meiner Verlag, Hamburg, 1997), p. 35-36. F.W.J. Schelling, Recherches philosophiques sur l’essence de la liberté humaine et les sujets qui s’y rattachent, in Œuvres métaphysiques, trad. fr. Jean-François Courtine et Emmanuel Martineau, Paris, Gallimard, 1980, p. 149 (traduction modifiée).

    8 Nous nous permettons de renvoyer sur ce point à Augustin Dumont (2012), « Du seuil au deuil : nature, mémoire et mélancolie dans le Clara de Schelling », in Alkemie. Revue semestrielle de philosophie et littérature, Italie, L’Orecchio di Van Gogh, p. 94-124.

    9 Jean-François Marquet, « Avant-propos », in F.W.J. Schelling (1984), Clara, ou du lien de la nature au monde des esprits, trad. fr. E. Kessler, Paris, L’Herne, p. 26.

    10 Voir Franck Fischbach et Emmanuel Renault, « Présentation », in F.W.J. Schelling (2001), Introduction à l’Esquisse d’un système de philosophie de la nature, trad. fr. Franck Fischbach et Emmanuel Renault, Paris, Le Livre de Poche, p. 17 et suiv.

    11 Cf. Marc Richir, « Inconscient, nature et mythologie chez Schelling », in Alexandra Roux et Miklos Vetö (dirs.) (2001), Schelling et l’élan du système de l’idéalisme transcendantal, Paris, L’Harmattan, p. 184.

    12 Teresa Pedro (2007), « Le temps selon Les Âges du monde de F.W.J. Schelling » in Alexander Schnell (dir.), Le temps, Paris, Vrin, p. 142.

    13 Jean-François Marquet (2006), Liberté et existence. Étude sur la formation de la philosophie de Schelling, Paris, Cerf, p. 436.

    14 F.W.J. Schelling, Die Weltalter, in SW, Nachlassband (N), 3 (version de 1811)/111 (version de 1813). Traduction française par Pascal David : F.W.J. Schelling (2005), Les Âges du monde, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Épiméthée ». Citée : AM, p. 11 (version de 1811)/p. 133 (version de 1813).

    15 SW, N, 3/111. AM, p. 11/p. 133.

    16 SW, N, 3. AM, p. 11.

    17 SW, N, 3. AM, p. 11.

    18 SW, N, 5. AM, p. 13.

    19 SW, N, 5. AM, p. 14.

    20 SW, N, 112. AM, p. 134.

    21 Jean-François Marquet (2006), Liberté et existence, p. 450.

    22 SW, N, 14. AM, p. 26.

    23 SW, N, 15. AM, p. 27.

    24 SW, N, 15. AM, p. 27.

    25 SW, N, 18-19. AM, p. 31.

    26 SW, N, 22. AM, p. 35.

    27 SW, N, 28. AM, p. 41-42.

    28 SW, N, 28. AM, p. 42.

    29 SW, N, 63. AM, p. 80.

    30 On lira avec profit le commentaire important de Wolfram Hogrebe, pour lequel « la métaphysique épelle la structure du jugement singulier en tant que structure du monde », les Âges du monde se présentant ainsi entièrement comme une genèse – lue à la manière analytique – du jugement. Cf. Wolfram Hogrebe (1989), Prädikation und Genesis. Metaphysik als Fundamentalheuristik im Ausgang von Schellings « Die Weltalter », Frankfurt-am-Main, Suhrkamp, p. 41.

    31 SW, N, 40-41. AM, p. 55-56.

    32 SW, N, 43. AM, p. 58.

    33 SW, N, 59. AM, p. 77.

    34 SW, N, 66. AM, p. 84.

    35 SW, N, 74. AM, p. 92.

    36 SW, N, 74. AM, p. 93.

    37 SW, N, 134. AM, p. 158.

    38 SW, N, 75. AM, p. 94.

    39 SW, N, 75-76. AM, p. 94-95.

    40 SW, N, 76. AM, p. 95.

    41 SW, N, 76. AM, p. 95.

    42 SW, N, 76. AM, p. 95.

    43 SW, N, 76-77. AM, p. 95.

    44 SW, N, 77. AM, p. 95.

    45 SW, N, 78. AM, p. 96-97.

    46 SW, N, 78. AM, p. 97.

    47 SW, N, 79. AM, p. 97.

    48 SW, N, 80. AM, p. 98-99.

    49 SW, N, 81. AM, p. 100.

    50 SW, N, 82. AM, p. 101.

    51 Christophe Bouton (1997), « Considérations éthiques sur le temps dans “Les Âges du monde” de Schelling », Revue philosophique de Louvain, n°4, p. 654.

    52 Ibid., p. 655.

    53 SW, N, 101. AM, p. 123.

    54 Pascal David, « La généalogie du temps. Postface », in F.W.J. Schelling, AM, p. 327-328.

    55 Teresa Pedro (2007) in Alexander Schnell (dir.), Le temps, p. 140.

    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Augustin Dumont, « Le langage du temps », Methodos [En ligne], 14 | 2014, mis en ligne le 23 avril 2014, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/methodos/3740

    Haut de page

    Auteur

    Augustin Dumont

    Fonds National de la Recherche Scientifique (Belgique) / Université Saint-Louis – Bruxelles

    Haut de page

    Droits d’auteur

    Licence Creative Commons
    Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

    Haut de page
    • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
    • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
    • Logo CNRS - INSHS
    • Logo Université de Lille
    • OpenEdition Journals