Navigation – Plan du site
Dire et vouloir dire

Dire et vouloir dire dans la logique médiévale : Quelques jalons pour situer une frontière

What is said and what is meant in Late Medieval Logic: a few boundary markers
Frédéric Goubier

Résumés

La philosophie médiévale du langage présente deux séries d’affinités remarquables avec les approches contemporaines. L’une se situe du côté des sémantiques formelles et, plus généralement, des analyses logiques des conditions de vérité des énoncés. L’autre relève plutôt de la pragmatique, notamment des perspectives contextuelles sur les actes de langage. Les logiciens, grammairiens et théologiens du Moyen Âge étaient, de fait, pleinement conscients qu’ils avaient à leur disposition deux types d’approche des énoncés, selon qu’ils prenaient en compte les seules propriétés sémantiques de leurs composants ou qu’ils intégraient des considérations extralinguistiques allant de l’intention des auteurs / locuteurs à leur statut, en passant par le contexte d’énonciation. Chacune de ces perspectives a bénéficié d’un certain nombre d’études récentes ; la question que je voudrais aborder est plutôt celle de leur frontière en logique, de son emplacement, ses déplacements, sa porosité éventuelle. La complexité des matériaux en jeu ne permettra pas de proposer plus que quelques points de repères, qui peuvent toutefois aider à évaluer l’hypothèse d’un « projet formel » en sémantique médiévale.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce travail a été effectué dans le cadre du projet FNS n°100011_129877 « Sémantique formelle et langage naturel au XIIIe siècle. Outils théoriques et applications concrètes », soutenu par le Fonds National Suisse de la Recherche Scientifique auprès de l’Université de Genève. Je remercie Nausicaa Pouscoulous pour ses suggestions, ainsi que mes deux reviewers anonymes.

Texte intégral

  • 1 Sans prétention à l’exhaustivité : Irène Rosier-Catach (1994), La parole comme acte, Paris, Vrin ; (...)
  • 2 Sten Ebbesen (1979), « The Dead Man Is Alive », Synthese 40-1, p. 50-51 ; Costantino Marmo (1994), (...)
  • 3 Vivarium 49 (2011), numéro dirigé par C. Marmo.

1La promotion, depuis les années soixante du siècle dernier, de la période médiévale comme un moment important de l’histoire de la philosophie du langage s’est en partie nourrie du constat de ses remarquables affinités avec les approches logiques développées dans la foulée de Frege et Russell. Plus récemment, un autre type d’affinités dans les analyses linguistiques été mis au jour, qui concerne la dimension ‘pragmatique’ d’un certain nombre de problématiques et d’analyses médiévales. Irène Rosier-Catach a ainsi montré, d’une part, que du XIIe au XIVe siècle ont été élaborées de véritables théories des actes de langage et, d’autre part, qu’il a existé une approche ‘intentionnaliste’ de la grammaire au XIIIe1 ; Luisa Valente, Sten Ebbesen, Costantino Marmo et d’autres encore ont exploré différentes interventions de paramètres comme l’usus, l’intentio loquentis ou la bonitas intelligentis dans les analyses sémantiques des logiciens, grammairiens et théologiens médiévaux2. En 2010, un symposium, puis ses actes l’année suivante, furent dédiés aux « Pragmatics approaches to language during the Middle Ages »3.

  • 4 À partir, par exemple, de Paul Grice (1975), « Logic and conversation » in Peter Cole & Jerry L. Mo (...)

2Il n’y a donc, à ce stade, plus guère de péril historiographique à considérer que le Moyen Âge a donné naissance à un certain nombre d’approches que l’on peut qualifier de ‘pragmatiques’, au sens classique du terme : des approches qui reposent sur la distinction entre ce que dit un énoncé et ce que veut dire son auteur4. Le phénomène est d’autant plus intéressant que les philosophes médiévaux sont aussi connus pour avoir produit au tournant du XIIIe siècle, avec la théorie de la supposition, une sémantique logique qui a parfois été jugée ‘formelle’ : une approche susceptible de fournir les conditions de vérité des principales sortes de propositions sur la base des propriétés (encodées) des mots qui les composent, sans recours à l’interprétation des contenus ou au contexte extralinguistique – autant que faire se peut. Si l’on considère que la philosophie du langage ordinaire, et donc la pragmatique linguistique, s’est développée – entre autres – à partir de l’idée que l’approche strictement logique de la philosophie du langage idéal ne pouvait rendre compte d’une grande partie des phénomènes linguistiques, il peut être intéressant de se demander si les médiévaux, qui affichaient aussi bien des ambitions logiques que le constat que pour analyser certains faits de langue, la seule logique ne suffit pas, ont vécu une dynamique similaire. En résumé : les interventions pragmatiques au Moyen Âge s’opposent-elles à celles logiques ? Constituent-elles un modèle alternatif, ou au contraire s’intègrent-elles au sein d’une approche qui passe de l’une à l’autre de manière réglée ? Est-on en présence d’un domaine logique qui s’occuperait d’évaluer les conditions de vérité des énoncés et d’un domaine pragmatique qui ferait autre chose ? Répondre, même partiellement, à ces questions est susceptible d’avoir une incidence sur la façon dont on peut comprendre les ambitions formelles des logiciens médiévaux.

  • 5 Frédéric Goubier & Nausicaa Pouscoulous (2011), « Virtus sermonis and the Semantics-Pragmatics Dist (...)

3Un travail réalisé en 2011 avec N. Pouscoulous a permis de montrer que certains débats, au XIVe siècle, autour de la notion de virtus sermonis, avec pour enjeu la frontière qui sépare sémantique et pragmatique, relèvent moins d’une confrontation entre une philosophie du langage idéal et une autre du langage ordinaire, que d’un affrontement très similaire à celui qui oppose, depuis quelques années, les tenants d’un modèle pragmatique classique aux défenseurs d’une pragmatique vériconditionnelle5. Alors que certains philosophes médiévaux tiennent à maintenir une séparation claire entre ce qui relève de la logique et ce qui fait appel à des critères extralinguistiques, d’autres ne veulent pas entendre parler d’une telle frontière : toute analyse doit prendre en compte des paramètres tels que l’intention de l’auteur, le sujet, l’usage.

  • 6 Tel que manifesté par le Statutum parisien de décembre 1340 ; texte édité par Henri Denifle & Émile (...)

4La présente contribution s’intéresse à ce qui se passe avant que les positions ne paraissent se radicaliser, que la distinction entre les analyses sémantiques et celles qui font recours à l’équivalent du vouloir dire ne devienne un enjeu institutionnel, au XIVe siècle6. Il s’agira d’identifier les frontières qui divisent l’analyse du langage, d’esquisser leurs mouvements historiques et de mesurer leur perméabilité ; car la logique, au XIIIe siècle, semble n’avoir guère de scrupules à intégrer des outils pragmatiques, à prendre en compte un vouloir dire quand certaines problématiques le requièrent ; cela n’implique cependant pas que cette intégration s’effectue de manière opportuniste, qu’elle n’est pas guidée par la façon même dont les théories logico-sémantiques de l’université médiévale conçoivent à la fois le langage et leur mission. Sous la porosité apparente d’une frontière que l’on voudrait similaire aux nôtres, derrière sa mobilité, réside à la fois la difficulté d’appliquer à un paradigme éloigné de plusieurs siècles des concepts modernes et une chance de mieux saisir son identité propre, sa différence.

5Je partirai donc d’une présentation des frontières entre sémantique et pragmatique telles qu’elles sont tracées par les deux principales positions du débat contemporain à leur égard : celle dite ‘classique’ et celle proposée par des ‘contextualistes’ comme F. Récanati. Cela nous fournira un point de repère, susceptible d’être utilisé pour appréhender les lignes de démarcation médiévales de deux façons : 1) en tant qu’elles sont explicitement fournies par les auteurs de la période, quand ils séparent deux ensembles de phénomènes et d’analyse que l’on peut comparer à nos tableaux contemporains, et 2) en tant qu’elles peuvent être reconstruites à partir de ces derniers, une fois que l’on a identifié des analyses et des problématiques qui peuvent y être rapportées.

6J’examinerai dans un premier temps les grandes séparations officielles : celles qui opposent sens propre et impropre, logique et théologie, impositio et translatio, telles qu’elles ont notamment été décrites par L. Valente et I. Rosier-Catach. Il sera alors possible d’affronter le cœur du sujet, à savoir la ‘sémantique formelle’ développée au XIIIe siècle et la façon dont elle gère ses frontières, dont elle convoque parfois de l’intentio loquentis – ou dont elle se refuse à le faire. Nous pourrons au final mettre en contraste ces frontières avec celles proposées par Ockham, ce qui nous permettra de constater que même ce dernier, tout comme son prédécesseur Roger Bacon, délimite à l’intérieur du domaine sémantique une zone où une forme de vouloir dire a sa place.

Préambule : un débat contemporain

  • 7 Voir, par exemple, Paul Grice (1957), « Meaning », The Philosophical Review 67, p. 377-388 ; id. «  (...)

7Réduit à sa plus simple expression, le modèle gricéen repose sur la conscience d’une différence entre le dire et le vouloir dire7. Cette conscience ouvre la voie à une autre distinction, entre d’un côté le sens littéral des énoncés, ce qui dépend des seules propriétés linguistiques des termes et de leur composition, et de l’autre toutes les distorsions constatées dans l’usage de la langue. Les deux distinctions ne sont évidemment pas directement superposables, puisqu’après tout on peut vouloir dire quelque chose de littéral ; néanmoins, de la différence entre dire (ou ce qui est dit) et vouloir dire dépend la possibilité de distinguer entre niveaux sémantique et pragmatique, entre le dit et l’implicité. Le premier est véhiculé par le langage, qu’on le veuille ou non ; le second, domaine des « implicatures », requiert une volonté de diverger du premier.

8L’enrichissement obligatoire concerne des phénomènes comme ceux liés à l’usage des pronoms personnels et plus généralement toutes les expressions indexicales, de même que les termes ambigus, qui exigent pour compléter ou désambiguïser le sens de la phrase un recours au contexte extralinguistique. L’enrichissement libre est la marque de l’implicité : il repose sur la capacité des locuteurs à faire dire à un énoncé plus ou autre chose que ce que dit son sens littéral.

  • 8 François Recanati (1989), « The pragmatics of what is said », Mind and Language 4, p. 295-329 ; id. (...)

9La frontière que trace ce modèle entre l’explicite et l’implicite, entre ce qui est dit et ce qui est implicité, et en particulier le fait que seule la partie gauche ait des conditions de vérité, a été récemment contesté. François Récanati défend ainsi l’idée que restreindre autant le domaine du vériconditionnel – et de l’explicite – va à l’encontre de nos intuitions de locuteurs. Selon lui, ce qui est dit inclut pratiquement toujours des formes d’enrichissement pragmatique, et demeure néanmoins vériconditionnel8. Tout auditeur de la phrase « j’ai déjeuné » comprend et évalue l’affirmation selon laquelle j’ai déjeuné aujourd’hui ; l’idée gricéenne que ce qui a ici une valeur de vérité, c’est uniquement l’assertion ‘minimale’ selon laquelle j’ai déjeuné au moins une fois dans ma vie, est assez peu intuitive. Ce genre de considérations sert à jeter les bases d’une ‘pragmatique vériconditionnelle’, où ce qui est dit repose (aussi) sur des processus pragmatiques. Le domaine de l’implicite, non-vériconditionnel existe toujours, mais il est repoussé plus loin, vers les énoncés pour lesquels il est clair, du point de vue des locuteurs, qu’il y a un niveau explicite et un niveau implicite. Tout est donc pragmatique, mais dans le pragmatique, Récanati propose de distinguer deux niveaux : l’un (qu’il appelle ‘processus pragmatiques primaires’) correspond au ce qui est dit : il est l’explicite, c’est ce que les locuteurs jugent vrai ou faux ; l’autre correspond à ce qui est implicité – les locuteurs savent qu’il s’agit d’une construction à partir d’un sens plus littéral. Pour ce qui nous intéresse ici, nous pouvons retenir que les processus primaires sont linguistiquement contraints. Nous verrons que l’on retrouve ce genre de considérations au Moyen Âge. La position contextualiste peut être schématisée ainsi :

10Ce déplacement de frontière, qui refuse de tracer une délimitation au sein du vériconditionnel mais l’inclut dans le domaine pragmatique, en opposition aux approches gricéennes, a un certain nombre de conséquences. L’une d’entre elles, évidente, concerne la viabilité – et l’intérêt – d’une approche logique du langage (naturel). Une autre, directement corrélée, touche à la possibilité et à la nature d’une approche logique qui intégrerait des composantes pragmatiques.

11Les discussions contemporaines autour des rapports entre sémantique et pragmatique portent donc sur les statuts respectifs de la forme linguistique des énoncés et de leur enrichissement pragmatique. Selon les ‘contextualistes’, pratiquement tout ce qui est dit bénéficie d’un tel enrichissement ; partant, tracer une frontière à la Grice entre un domaine sémantique et un autre pragmatique perd l’essentiel de son intérêt, le seul espace non-pragmatique étant celui de la stricte forme linguistique, qui n’est plus titulaire de la vériconditionnalité et ne bénéficie d’aucune priorité. En l’absence d’enrichissement contextuel, elle n’a la plupart du temps même pas vraiment de sens.

1. Les frontières explicites au Moyen Âge

  • 9 Priscien, Instiutiones grammaticae, éd. Hertz, XVII.187. Pour une étude de ce passage et, plus géné (...)
  • 10 Luisa Valente (2004), « Virtus significationis, violentia usus. », p. 164-166.
  • 11 Voir le volume édité par Pierre Legendre et consacré à cette règle d’Hilaire et à son destin médiév (...)
  • 12 Il faudrait ajouter, parmi les sources, Augustin, qui propose pour le domaine religieux un paradigm (...)

12Priscien, dans un passage bien connu des Institutions grammaticales remarque que souvent les auteurs utilisent des expressions « incongrue disposta » au niveau grammatical, mais impeccables ratione sensus.9 Il offre ainsi aux médiévaux l’idée que face aux déviances de certains énoncés du langage « naturel » – celui des textes que l’on doit étudier – il convient de prendre en compte l’intention de l’auteur : deux niveaux sémantiques et le potentiel pour deux types d’analyses. Dans un autre passage (IG VII.28), signalé par Luisa Valente, Priscien tire les conséquences de son constat et défend la suprématie de l’usage par les auteurs sur la régularité linguistique (en cas de conflit)10. Le pseudo-Denys, de son côté, effectue dans le domaine théologique un mouvement similaire, encore qu’un peu plus vindicatif, quand il considère stupide de ne prêter attention qu’aux mots et pas à la virtus intentionis ; avant lui, Hilaire de Poitiers avait fixé dans une formule reprise par les décrétales du XIIIe siècle l’idée qu’il faut comprendre les mots en fonction de l’intention de celui qui les a proférés plutôt que sur la base de leur seul sens11. Avec ces auteurs, qui auront une influence – considérable dans le cas de Priscien – sur les médiévaux, on est en présence de quelque chose qui s’apparente à une ‘pragmatisation’ de l’approche des textes : il ne s’agit pas tant de distinguer deux types d’analyses que de préconiser la prise en compte systématique du sens visé par l’auteur des énoncés. Autrement dit : de prendre de la distance avec la signification purement linguistique pour favoriser les paramètres extralinguistiques. La perspective est plus grammaticale et herméneutique que proprement logique ; elle n’en relève pas moins d’un ordre de considérations – l’analyse des énoncés déviants, la différence entre sens linguistique et sens visé – que les logiciens médiévaux ne perdront jamais de vue12.

  • 13 Luisa Valente (2008), Logique et théologie.
  • 14 Voir Luisa Valente (1995), « Une sémantique particulière : la pluralité du sens dans les Saintes Éc (...)

13Très tôt, les auteurs médiévaux sont donc conscients que rester à la surface des mots ou tenir compte de l’intention de l’auteur ne revient pas du tout au même. Ils s’intéressent en particulier à la façon dont on passe, par translatio ou transsumptio, du propre à l’impropre. Comme l’a montré Luisa Valente en 2008, le lieu où cette conscience se fait particulièrement aigüe est la théologie : à quelques éventuelles (selon les auteurs) exceptions lexicales près, tout discours sur Dieu est impropre. Il est ‘translaté’, comme l’est le langage figuré. Faute d’appartenir aux mêmes catégories que ses créatures, le Créateur ne peut faire partie des mêmes signifiés ; nombre d’auteurs considèrent ainsi que les mots sont, dans ce type de contexte, équivoques, puisque leur sens change selon qu’ils sont utilisés pour parler des hommes ou de Dieu13. Il est fréquent, à partir du XIIe siècle, de considérer que le seul moyen de dire quelque chose de ce dernier est de le faire métaphoriquement, c’est-à-dire avec des mots dont la signification figurée a été obtenue par translatio à partir de la signification originale14.

  • 15 « Sensus quem faciunt verba » et « sensus ex quo fiunt verba ». Voir Luisa Valente (2008), Logique (...)
  • 16 « Preterea, non oportet figuratiuas et improprias locutiones porrigi ultra hoc quod auctoritas uel (...)

14Un tel résumé ne fait pas justice au foisonnement et à la complexité des approches développées au cours du Moyen Âge, ni à la spécificité de certaines problématiques, telles que la différence entre discours sur Dieu et discours de Dieu (la Bible) ; il suffit néanmoins à notre propos, qui est de constater une première frontière, évidente, entre deux ensembles de phénomènes, deux types d’analyses et deux domaines. Gilbert de Poitiers oppose ainsi l’« intellection que produisent les mots » (quand on les lit), du côté du sens propre et de la sémantique et l’« intellection à partir de quoi ils sont faits » (ce que l’auteur a véritablement en tête – ce qu’il veut dire), du côté de l’impropre et de la pragmatique ; on retrouve chez Alain de Tournai et bien d’autres, tels Guillaume d’Ockham au XIVe siècle, la version linguistique de la distinction, à savoir, le sens que font les mots, versus le sens à partir duquel ils sont faits15. On peut noter par ailleurs que les auteurs ne se contentent pas de tracer une frontière, ils s’intéressent aussi à ce qui règle, éventuellement, le versant ‘pragmatique’. Abélard fait ainsi remarquer que l’émission d’usages impropres et autres figures du discours doit être validé soit par des ‘autorités’ (auctoritas), soit par l’usage (usus)16. Tout sommaire que soit ce survol, il nous donne l’occasion de tracer un schéma provisoire :

  • 17 Voir Irène Rosier-Catach (1998), « Eléments de pragmatique » ; ead. (1994), La parole comme acte, c (...)
  • 18 Pour le traitement médiéval des actes de langage, voir Irène Rosier-Catach (2004), La parole comme (...)
  • 19 Voir Irène Rosier-Catach (1984), « Grammaire, logique, sémantique, deux positions opposées au xiiie(...)

15L’utilisation impropre du langage n’est toutefois pas limitée aux sujets théologiques, pas plus que le recours à deux ordres de considérations n’est réservé aux théologiens. Outre une ancienne tradition rhétorique, on trouve convoquées des distinctions de type intra- vs extralinguistique dans les analyses des grammairiens, notamment ceux qui au XIIIe siècle opposent la complétude ad sensus des énoncés qui apparaissent linguistiquement parfaits à nos sens, et la complétude ad intellectum d’énoncés linguistiquement incomplets ou déviants, mais compréhensibles – moyennant que notre intellect se livre à un exercice d’interprétation17. Il convient de rappeler que les grammairiens des premières universités médiévales développent aussi une pragmatique des énoncés qui effectuent une action ; celle-ci, de même que la question de la complétude, sortent cependant de mon propos, qui reste limité aux questions de frontières sémantiques18. Ajoutons enfin que, comme l’ont montré Irène Rosier-Catach et Costantino Marmo, la réflexion grammaticale au XIIIe siècle a été le théâtre de dissensions quant à la place qu’il convient d’accorder aux locuteurs, leur intention et leurs capacités interprétatives, dans la pratique même de la discipline – avec deux camps en présence.19

  • 20 Irène Rosier (1988), « L’évolution des notions d’equivocatio et univocatio au xiie siècle » in ead. (...)
  • 21 Pierre Abélard, Glossae super Peri Hermeneias, ed. Klaus Jacobi & Christian Strub (2010), Turnhout, (...)
  • 22 Voir Irène Rosier-Catach (1999), « La notion de translatio », p. 127.
  • 23 Voir Sten Ebbesen (1979), « The Dead Man Is Alive », p. 49-50, et p. 60  pour le texte de Radulphus (...)

16Les logiciens ont eux aussi pu mesurer l’opportunité d’un recours à des considérations extralinguistiques dans certaines situations, en particulier celles qui tournent autour des phénomènes de polysémie. Deux cas de figure se détachent plus particulièrement. Le premier, qui fait intervenir la translatio à peine évoquée, est celui du traitement de la sorte d’équivocité que l’on fait pour des raisons d’‘ornement’ : la métaphore, principalement. D’une complexité à la mesure du degré d’investissement des auteurs médiévaux, ce traitement a bénéficié de plusieurs études détaillées par Irène Rosier-Catach20 ; je me contente ici d’en rappeler certains aspects. Pour construire une métaphore il faut détourner – transférer – la signification d’un mot vers une autre chose que celle à laquelle il a été originellement imposé ; une autre chose qui a par ailleurs un nom21. Là encore, la translatio repose sur un vouloir dire, dont dépend la possibilité de renvoyer à un sens (figuré) qui n’est pas inscrit dans la langue elle-même22. Nous verrons comment Roger Bacon élargit au XIIIe siècle ce concept à un large pan de la sémantique logique médiévale, lui conférant dans la foulée une dimension systéma­tiquement pragmatique. Le second cas de figure dans lequel la probléma­tique de l’équivocité revêt des caractéristiques pragmatiques est celui de la désambiguï­sation ; il tend à impliquer des distinctions comme celle qui oppose virtus sermonis et bonitas intelligentis. L’idée, que l’on retrouve aussi bien en grammaire qu’en logique, consiste à déterminer si l’environnement propositionnel – le prédicat en particulier – suffit à désambiguïser une phrase contenant un mot équivoque, ou s’il faut pour cela faire intervenir une interprétation du vouloir dire de l’auteur. Selon Radulphus Brito et Duns Scot, par exemple, c’est la seconde option qui doit être choisie : pour restreindre (Duns Scot parle de contractio) un terme équivoque à l’un de ses signifiés, il faut un effort de l’auditeur-lecteur, qui s’appuie sur l’indication donnée par le prédicat choisi par le locuteur-auteur. Brito, lui, évoque un processus qui s’effectue de bonitate intellegentis23.

17Les logiciens médiévaux pouvaient ainsi très bien, dans l’exercice de leur fonction, s’occuper de processus reposant selon eux sur des critères extralinguistiques ; il y avait des situations théoriques et des phénomènes qui impliquaient de recourir à autre ordre de considération que celui de la signification inscrite dans les mots. Cela ne nous dit toutefois pas grand-chose du statut des frontières d’un domaine sémantique. Les phénomènes concernés, notamment les questions d’équivocité, se situent en effet à la périphérie du type d’analyse logique du langage qui se développe à partir du XIIe siècle et qui nous intéresse ici. Non que les problématiques de polysémie n’aient pas mobilisé d’importantes ressources théoriques ni engendré des débats sophistiqués ; simplement, la polysémie de type homonymique est un accident plutôt qu’un phénomène linguistique régulier, alors que celle qui implique un transfert d’une signification originale vers, par exemple, un sens métaphorique, correspond à un passage volontaire dans le domaine de l’impropre, hors de la zone d’intervention standard du logicien universitaire (qui peut au demeurant constater et décrire le passage). Il ne s’agit pas ici de déplacements de la frontière entre sémantique et un équivalent de la pragmatique, ni même de sa porosité, mais de prises en compte d’accidents du langage (l’ambiguïté) ou de transgressions volontaires (la translatio) ; en somme, d’excursions ponctuelles sur un territoire ou les approches strictement linguistiques ne sont a priori plus opérantes. Or ce sont bien les limites de ces dernières qui m’intéressent ici, leur nature et, partant, le type de domaine sémantique qu’elles circonscrivent. En tant que spécialistes des propriétés logico-sémantiques des termes, on peut attendre des philosophes médiévaux qu’ils aient quelques idées, explicites ou non, sur le sujet : sur l’extension d’une approche sémantique, sur la pertinence de la préserver de toute compromission pragmatique – bref, sur les questions de frontière.

  • 24 Voir supra, note 6, ainsi que Frédéric Goubier & Nausicaa Pouscoulous (2011), « Virtus sermonis and (...)
  • 25 Compte non tenu de l’intermède « modiste » de la seconde moitié du XIIIe siècle à Paris. Pour une s (...)

18Qu’ils aient des idées est confirmé avec la plus grande clarté en 1340 à Paris, où un statut de la Faculté des arts atteste l’existence d’un débat chez les philosophes sur le rôle et la place des paramètres extralinguistiques dans l’analyse sémantique24. En condamnant le principe d’un territoire logico-sémantique limité aux seules considérations intralinguistiques, il en présuppose clairement l’existence. Et cette présupposition est, de fait, compatible avec la nature des outils théoriques développés pour l’analyse des énoncés, à savoir la « théorie des propriétés des termes », dont la mise en place au tournant du XIIIe siècle et l’accession quasi-instantanée au statut de paradigme sémantique de référence dans les universités médiévales contribue à fixer quelques frontières25. Composé d’un module dévolu aux catégorèmes et d’un autre consacré aux syncatégorèmes, ce paradigme propose une approche du langage fondée sur l’identification et la compréhension des propriétés intrinsèques des termes. Il manifeste, de ce fait, des ambitions ‘formelles’ (qui n’impliquent pas forcément que l’on ait affaire à de véritables approches formelles) dans son approche des conditions de vérité des propositions. Ce sont ces ambitions qui confèrent à la question des frontières de la sémantique une saveur particulière, en ceci qu’elles fournissent les conditions pour que la démarcation entre l’intra- et l’extra­linguistique constitue un enjeu théorique véritable – et compatible avec les discussions contemporaines. La reconstruction de la mobilité et l’éventuelle porosité de ce type de frontière peut ainsi permettre de mesurer le degré de compatibilité des approches médiévales avec certains concepts actuels.

2. À l’intérieur des frontières logiques : la théorie des propriétés des termes

  • 26 Lambert M. de Rijk (1962-1967), Logica Modernorum, Assen, Van Gorcum, 3 vols.

19Lambert Marie de Rijk a décrit le XIIe siècle logico-sémantique comme le moment où émergent et se développent des approches « contextuelles » du langage, en ce sens que les analyses s’intéressent de manière croissante au rapport entre les variations de valeurs de vérité des énoncés et leur composition – le contexte est ici intralinguistique26. Au tournant du XIIIe siècle naît la « théorie de la supposition », à savoir, pour une part au moins, une approche systématique des conditions de vérité des propositions à partir des propriétés intrinsèques attribuées aux termes : type de quantification, temps du verbe, modalités aléthiques, restriction adjectivale, etc.

  • 27 L’idée que la théorie de la supposition sert à évaluer les conditions de vérité de certaines catégo (...)
  • 28 Tel que le dit Jean Buridan : « Sed de huiusmodi suppositione non pertinet ad scientias speculativa (...)

20La suppositio est l’élément-clé de ce dispositif27. Elle fournit trois types d’informations : le « mode de supposer » indique 1) la nature du suppositum ou des supposita (les ‘référents’ d’un substantif donné peuvent être des choses, le concept sous lequel elles tombent, le substantif lui-même) et, 2) à l’intérieur de la désignation de choses, le type de quantification (existentielle, universelle et ses variations) ; 3) les concepts d’ampliatio et de restrictio se chargent eux du calcul du volume des supposita. Au XIVe siècle, et dans une bien moindre mesure au XIIIe, la distinction entre modi supponendi permet à la théorie d’aborder d’emblée la question des sens impropres pour mieux les écarter de son chemin : chez des auteurs comme Guillaume d’Ockham et Gauthier Burley, ou encore, plus tard et à Paris, Jean Buridan, on commence par distinguer entre suppositions propre et impropre. Cette dernière est celle des figures de style, des significations ‘translatées’ que nous avons croisées un peu plus haut, qui peuvent éventuellement être catégorisées de manière plus détaillée mais qui, au final, ne sont pas du ressort de la théorie28. Cela confirme, si besoin était, que le sens propre, non translaté, constitue le territoire du paradigme théorique qui nous intéresse ici.

  • 29 Une présentation générale du genre des sophismata et de son évolution historique peut être trouvée (...)

21La théorie de la supposition, dans la version développée au XIIIe siècle, est avant tout concernée par les catégorèmes – et par les effets de quelques syncatégorèmes triés sur le volet, comme les quantifieurs. Elle ne représente toutefois qu’une partie de l’édifice sémantique : son socle, pour l’essentiel, qu’une sémantique des syncatégorèmes complète et présuppose par ailleurs. Dotée d’un espace littéraire propre, cette sémantique se déploie dans l’un des réseaux théoriques les plus riches, les plus sophistiqués et des moins connus du Moyen Âge philosophique, un réseau de concepts et d’arguments dialectiquement développés dans l’analyse des sophismata29. Les discussions auxquelles ces derniers donnaient lieu étaient au cœur de l’activité universitaire : elles étaient la façon de faire de la philosophie du langage, d’analyser des énoncés – une façon intensément dialectique et, parfois, fantastiquement compliquée.

  • 30 Pour une description détaillée du fonctionnement des sophismata, voir Sten Ebbesen (à paraître), «  (...)
  • 31 Voir Sten Ebbesen & Frédéric Goubier (2010), A Catalogue of 13th Century Sophismata, Vrin, Paris, 2 (...)

22Un sophisma est une proposition qui met en jeu certaines caractéristiques d’un (ou plusieurs) syncatégorème(s) donné(s). Le jeu consiste à distinguer différents sens à cette proposition, déterminer pour chacun d’entre eux sa valeur de vérité et, surtout, la mesure dans laquelle il peut être justifié par une action syncatégorématique. En principe, donc, chaque sophisma – ou chaque famille de sophismata – est une occasion d’évaluer une situation sémantique impliquant le fonctionnement de certains mots du langage.30 La littérature des sophismata, c’est la ligne de front, le lieu où l’analyse logique rencontre les phénomènes sémantiques. Si la prudence invite à ne pas convoquer hâtivement l’idée de sémantique (formelle) du langage naturel, il convient néanmoins de reconnaître les ambitions descriptives de l’approche médiévale : on recense plus de mille sophismata différents, répartis en quelques trois mille occurrences et représentant une impressionnante gamme de problèmes31. Or, selon le constat des tenants de la philosophie du langage ordinaire, chercher à intégrer le plus de phénomènes possibles peut – doit ? – conduire à s’interroger sur les limites d’une analyse logique, sur l’intérêt d’intégrer des critères pragmatiques. Si donc il y a au XIIIe siècle une frontière claire entre sémantique et pragmatique, si certains veulent la repousser ou y ouvrir des passages, c’est là que les choses devraient se passer.

Sophismata et intention des locuteurs

23Parcourir le monde opaque et encore largement vierge des sophismata à la recherche d’éléments de pragmatique, voire de tracés explicites de frontière, est une tâche titanesque. Il est de fait rigoureusement impossible de fournir ici une réponse qui vaille pour le domaine ; tout au plus peut-on y puiser des indices susceptibles de nous permettre de développer des hypothèses quant à la présence d’analyses non formelles.

  • 32 Guillaume de Sherwood, Syncategoremata, ed. James R. O’Donnell (1941), Medieval Studies 3, p. 72 : (...)
  • 33 Voir par exemple Matthieu d’Orléans, Sophistaria, éd. Joke Spruyt (2001), Leiden, Brill, p. 286, à (...)

24Les indices les plus évidents nous orientent vers une catégorie particulière de phénomènes sémantiques : les variations d’extension du sujet – et éventuellement du prédicat – d’une proposition donnée, que les logiciens médiévaux nomment restrictio (ou coartatio, voire ampliatio, selon le point de départ choisi). Cela recouvre les modifications d’un domaine de quantification telles que sa limitation à un certain moment du temps où à l’intersection avec un autre domaine : de l’ensemble des chevaux actuels à l’ensemble des chevaux blancs actuels, de l’ensemble des hommes (actuels ou de tout temps) à l’ensemble des hommes passés, etc. On trouve ainsi dans le traité des syncatégorèmes de Guillaume de Sherwood, auteur oxonien de la première moitié du XIIIe siècle, au détour d’une analyse de « solus », une considération extralinguistique relative à une modification de ce type. Guillaume envisage la restriction (coartatio) du phénomène d’exclusio que provoque le syncatégorème, quand par exemple « seul l’homme » est compris par les locuteurs comme impliquant « aucun autre animal » plutôt que simplement « aucune autre chose ». Il estime cependant que cette restriction n’est pas déclenchée par une propriété de « solus », mais provient bien plutôt d’un choix que font des auditeurs d’interpréter en contexte d’une certaine façon l’intention de l’auteur / énonciateur32 ; cela constaté, il délaisse le sujet, qui, faute de reposer sur une analyse de propriétés syncatégorématiques, ne semble pas relever de son travail de logicien. D’autres auteurs font des constats similaires, classant de temps à autre une possibilité d’action syncatégorématique dans l’intentio ou dans l’usus des utilisateurs plutôt que dans les propriétés du mot étudié33. Comme pour Guillaume, il s’agit là moins d’ouvertures de l’analyse logique à des considérations ‘pragmatiques’ que de réarrangements de frontière après qu’il a été décidé qu’un phénomène donné n’était pas le fait de propriétés linguistique. Le domaine des modifications d’extensions est toutefois l’occasion de telles ouvertures, notamment quand il s’agit d’analyse de sophismata, où expliquer les valeurs de vérité d’une proposition particulière prend parfois le pas sur la simple analyse des propriétés des syncatégorèmes impliqués.

  • 34 Sten Ebbesen & Frédéric Goubier (2010), A Catalogue of 13th Century Sophismata.

25On en a une confirmation avec un sophisme très populaire : « tous les animaux étaient dans l’arche de Noé » (Omne animal fuit in arca Noe, sophisme n°481 dans le Catalogue Ebbesen & Goubier34). Si on applique la théorie de la supposition dans sa version standard, on doit déclarer la proposition fausse : elle a un verbe au passé et une quantification universelle, sa vérification exige donc que tous les animaux actuels ou tous les animaux passés aient été dans l’arche. Or ça n’est évidemment pas le cas. Il existe pourtant deux autres sens dans lesquels cette proposition est, intuitivement, vraie – moyennant bien sûr qu’on accepte le scénario biblique. 1) Il est vrai qu’au moment du déluge, tous les animaux étaient dans l’arche (ou presque tous, comme on le verra). 2) Il est vrai que toutes les espèces d’animaux ont été représentées dans l’arche. La vaste majorité des auteurs préfèrent la seconde option, et recourent à une distinction entre deux propriétés du syncatégorème « omnis » : deux types de quantification, celui standard sur les individus, et un autre, absent des Sommes de logique, qui permet de quantifier sur au moins un individu de chaque espèce – et donc sur les espèces. Selon cette seconde quantification, la proposition est vraie. Mais c’est la première option qui nous intéresse ici, car elle pose un problème particulier à l’analyse logique. Restreindre le domaine de quantification au moment du déluge, de sorte que la proposition ne porte que sur l’intervalle pendant lequel l’état du monde la rendait vraie, présuppose d’interpréter le prédicat ; le sophisma ne contient en effet aucune indication formelle qui conduise à limiter la suppositio à un moment du passé plutôt qu’à un autre. Seule la prise en compte de la référence à l’épisode biblique permet de le faire.

  • 35 Ricardus, Abstractiones, éd. Sten Ebbesen, Mary Sirridge, Paul Streveler, à paraître (je tiens à re (...)
  • 36 On trouve le problème abordé par les Sophismata Orielensia, ms. Oxford Oriel 33 : 392vB-393vB ; l’A (...)

26On trouve mentionnée cette option dès la première moitié du XIIIe siècle par Richard Magister abstractionum et par l’auteur du Tractatus Florianus de solutionibus sophismatum, qui l’attribue à alii ; aucun des deux ne la reprend cependant à son compte35. Au cours de la seconde moitié du siècle, elle fait explicitement débat36. Un exemple de discussion est fourni par l’Anonymus Alani, qui intègre parmi les questions associées au sophisma Omne animal fuit in archa Noe

  • 37 « Utrum haec determinatio ‘in arca Noe’ restringat tempus del ‘fuit’ ut teneatur pro tempore in quo (...)

« Est-ce que la détermination ‘dans l’arche de Noé’ restreint le temps de ‘étaient’ à ne tenir que pour l’époque à laquelle tous les animaux qui étaient, étaient ceux dans l’arche de Noé » 37.

  • 38 Ms. Paris, BNF. lat. 16135, f. 88rA ; Matthieu d’Orléans, Sophistaria, p. 520, 12-23 : « Ad hoc dic (...)
  • 39 Ms. Paris, BnF lat. 16135, f. 88rA : « Item, dicitur quod ista oratio potest intelligi prout simpli (...)
  • 40 Ms. Paris, BnF lat. 16135, f. 88rA : « Similiter, quod dicunt quod ipsa sit vera quia tempus non co (...)

27Il s’agit bien de déterminer si le prédicat permet une telle restriction. Après une série d’arguments linguistiques cherchant à montrer que le phénomène est sémantique, la défense de la restriction au moment du Déluge fait intervenir le vouloir dire de l’auteur, sous la forme d’une distinction entre intelliger ce qui est proféré simpliciter et intelliger ce qui est visé – ce qui est destiné à être intelligé : pro quo intelligitur proferri ; une distinction que l’on retrouve chez Matthieu d’Orléans38. L’Anonymus Alani n’est pourtant pas convaincu par une option qui, dépourvue d’ancrage linguistique, semble parfaitement arbitraire. Somme toute, avec un tel système, on intellige ce qu’on veut39. Un peu plus loin il ajoute que de toute façon, même si l’on parvenait à restreindre au moment du déluge, on ne sauverait pas la proposition, puisqu’à ce moment-là, il y avait des animaux qui n’étaient pas dans l’arche : les poissons40.

  • 41 Ms. Amiens 406, f. 135vB.
  • 42 Ms. Amiens 406, f. 135vB (transcription effectuée avec Laurent Cesalli) : « Ad hoc quod obicitur qu (...)

28Il en faut plus pour troubler Petrus H., qui, dans son Opus puerorum, assume une approche pragmatique des deux problèmes : restreindre à l’époque du déluge et se débarrasser des poissons. Dans le premier cas, il ne se répand pas en explications, se contentant de constater qu’il y a eu un moment auquel la proposition a été vraie41. Il s’engage un peu plus pour les poissons en faisant appel à l’idée qu’un énoncé est traité – appréhendé cognitivement – en fonction du domaine dont il relève42. C’est dans ce cadre qu’il envisage une restriction ex intentione loquentis « aux seuls animaux qui rampent et qui volent ». Celui qui a formulé l’énoncé n’avait pas l’intention de parler des poissons, donc les poissons ne figurent pas dans la suppositio du sujet ; telle qu’entendue par son auteur, la proposition est vraie. On le voit, si au XIIIe siècle, certains auteurs rejetaient les analyses qui franchissaient la frontière du strictement (intra)linguistique, d’autres n’hésitaient pas y recourir. Cela ne veut toutefois pas dire que ces excursions occasionnelles de l’autre côté étaient purement opportunistes, ne répondaient à aucune régulation. De fait, si l’on y regarde de plus près, la théorie de la supposition elle-même, toute dévolue qu’elle soit aux propriétés sémantiques des mots du langage, fournit les moyens d’encadrer ces excursions extralinguistiques – et permet de comprendre pourquoi la restrictio en est l’un des véhicules privilégiés.

Roger Bacon et la liberté sémantique

  • 43 Pierre d’Espagne dénonce explicitement ce danger : Tractatus (appelé ensuite Summule logicales), éd (...)
  • 44 Voir Irène Rosier, (1988), « L’évolution des notions d’equivocatio et univocatio.
  • 45 Voir Karen M. Fredborg (1981), « Roger Bacon on ‘Impositio vocis ad significandum’ » in Henk A.G. B (...)
  • 46 Roger Bacon, De signis, éd. dans Karin M. Fredborg, Lauge Nielsen & Jan Pinborg (1978), « An Unedit (...)

29La théorie de la supposition considère l’incidence qu’un prédicat peut avoir sur la sémantique de son sujet, notamment du point de vue de son extension. Le temps consignifié par le verbe ou la « force ampliative » (vis ampliandi) que possèdent les modalités et certains termes comme « opinabile » font partie de ce qui modifie – en limitant à un intervalle temporel ou en ‘amplifiant’ à d’autres temps – à partir de la position prédicat le volume de la supposition du sujet. En revanche, un principe d’étanchéité empêche que la signification des termes (substantifs et verbes) prédiqués intervienne dans ce processus, dans le but notamment d’éviter les tautologies que peut produire une restriction du sujet par le sens du prédicat, comme quand on passe de « tous les hommes sont gentils » à « tous les hommes qui sont gentils sont gentils »43. Les restrictions du type ‘intersection d’ensembles’ ne sont supposés intervenir qu’au sein d’une position fonctionnelle telle que celle du sujet. C’est cette différence qui peut fournir le contexte d’une ouverture raisonnée de la frontière sémantique-pragmatique. Pour observer comment cela peut fonctionner, il vaut la peine de se tourner vers celui à qui l’on a dorénavant coutume de s’adresser quand on cherche des éléments de pragmatique au Moyen Âge : Roger Bacon. Sa sémiotique privilégiant l’interlocution, son insistance sur la liberté sémantique des locuteurs et sa théorie de la « réimposition » des noms dans l’usage en font, de fait, un candidat idéal. Liberté et réimposition interviennent dans son traitement des phénomènes restrictifs et ampliatifs, qu’il assimile à des « transferts » de sens : ces transsumptiones, que d’autres appellent souvent translationes et qui interviennent normalement dans les types d’équivocité propres aux métaphores, quand un sens original est transmis à un nouvel objet44. Cette approche, dont l’originalité a été signalée à plusieurs reprises45, va de pair avec une régulation de ces phénomènes restrictifs et ampliatifs, restrictio et ampliatio, qui prend notamment en compte les positions respectives du restricteur et du restreint ou de l’amplificateur et de l’amplifié dans la proposition. Bacon concède ainsi volontiers que la signification de ce qui est du côté du prédicat n’a effectivement pas la capacité d’« altérer » celle du sujet, puisque cette capacité exige de partager la même position fonctionnelle ; deux mots placés dans deux positions fonctionnelles différentes ne peuvent unir leurs significations et remplir ainsi la condition pour que leurs extensions mutuelles soient mécaniquement restreintes. Le syntagme nominal « cheval bai », dans la proposition « un cheval bai court » voit sa supposition automatiquement – i.e. linguistiquement – restreinte à l’intersection des ensembles des chevaux et des choses baies. Un tel processus n’interviendra pas dans la proposition « un cheval est bai », pour cause de barrière prédicative. Mais il n’y a pas que les processus automatiques dans la vie sémantique selon Bacon, et chez ce dernier ce que le prédicat perd en capacité d’influence automatique sur le sujet, il le gagne en suggestion : il « fournit à l’intellect l’occasion de transférer un nom à un autre signifié », tout en lui laissant la liberté de ne pas le faire46. Le prédicat « bai » dans « un cheval est bai » me donne l’occasion de changer la signification de « cheval » pour lui faire désigner les chevaux bais, voir un cheval bai particulier. Le mot, qui conserve sa signification originale, est alors équivoque.

  • 47 Roger Bacon, De signis, III.4, §§90-91.Voir Irène Rosier-Catach (2003), « La suppositio materialis (...)

30Il faut prendre la mesure de l’originalité de cette approche dans le paysage logico-sémantique du XIIIe siècle. Bacon s’inscrit dans le paradigme de la « théorie des propriétés des termes » évoqué plus haut ; il en réinterprète toutefois les principes et les frontières. Ainsi, là où tout le monde voit des variations de supposition – en particulier du point de vue de son extension – à signification égale, Bacon fait accompagner ces variations d’une variation systématique de signification. Le nombre d’individus dénotés varie ? C’est que la signification du mot a changé. Et là où tout le monde refuse de voir quoi que ce soit, faute d’automaticité linguistique, Bacon fait intervenir la liberté qu’ont les individus de s’appuyer sur le sens du prédicat pour re-délimiter la portée du sujet. Ce faisant, il dissout les contraintes intralinguistiques associées aux phénomènes d’ampliation et de restriction et leur donne une portée proprement pragmatique. Il intègre dans la sémantique logique une série de phénomènes – tout ce que notre bon vouloir de locuteurs peut décider d’inclure dans l’extension – que la théorie des propriétés des termes ne considère habituellement pas, comme les chevaux bais d’« un cheval est bai ». Mais ça n’est pas tout. Bacon, qui au fond prend encore plus au sérieux que ses collègues la barrière prédicative, refuse toute automaticité aux influences sur le sujet qui proviennent du verbe et au-delà. Ainsi, ce que les autres auteurs considèrent relever d’une vis ampliandi, telle celle des modalités qui conduit automatiquement « A peut être B » à inclure les A futurs et possibles dans la supposition de son sujet sujet, Bacon le soumet à la bonne volonté des locuteurs. Même chose pour la limitation aux supposita présents ou passés de « A était B » : une décision personnelle, pas une règle linguistique. Bref, tout ce que le prédicat peut conduire à modifier au niveau du sujet est laissé à notre jugement. Cela inclut, selon Bacon, le fait de supposer pour le mot lui-même ou pour l’espèce plutôt que pour les choses qui tombent sous elle : la sélection des suppositions matérielle ou simple en plus de celle personnelle relève elle aussi d’un phénomène ampliatif de transfert dépendant de la volonté des locuteurs de tenir compte des indications fournies par le prédicat47. Considérer que le sujet de « ‘homme’ est un mot de cinq lettres » est en suppositio materialis et renvoie donc au mot lui-même, c’est prendre librement la décision de rendre « homme » équivoque en lui imposant comme second signifié le mot lui-même, sur la base du sens du prédicat.

31Bacon ne nous dit pas ce qu’il pense de l’arche de Noé, de l’époque du déluge ou du destin des poissons ; mais, on le voit, sa sémantique permet de résoudre aisément le double problème posé par le sophisma en confiant le soin aux locuteurs de lire dans le prédicat, à l’instar de Petrus H., un encouragement à limiter la supposition du sujet aux individus des bonnes espèces et de la bonne période. L’Anonymus Alani, lui, ne nous dit pas s’il a eu vent de la révolution baconienne ; il ne fait en revanche guère de doute qu’il l’aurait accusée de mettre de l’arbitraire extralinguistique dans l’analyse logique. A juste titre. Bacon, de fait, propose quelque chose de différent, quelque chose de plus sensible aux réalités du langage ordinaire qu’à la préservation du caractère formel de la logique. Il le fait néanmoins dans le cadre de la théorie des propriétés des termes, en s’appuyant même sur les frontières sémantiques qu’elle trace. La liberté sémantique presque illimitée que nous offre Bacon n’est ainsi valable qu’au-delà de la barrière prédicative : en-deçà, on ne contrôle rien, ça marche tout seul. Le langage est donc toujours le lieu d’un certain nombre de processus automatiques et le logicien est (aussi) là pour en comprendre les règles et limites. A l’arrivée, Bacon est l’un des rares à nous fournir un modèle général des frontières entre sémantique et pragmatique, dire et vouloir dire, un modèle qui distingue clairement, dans les processus sémantiques, ce qui est obligatoire de ce qui est libre :

  • 48 Roger Bacon, De signis, III.4, §99.

32Bacon ne nous parle pas explicitement de vouloir dire, ni même d’interprétation d’une intentio auctoris, qui indiquerait la prise en compte d’une volonté linguistique. Mais l’idée s’infère assez facilement de sa théorie de la liberté qu’ont les locuteurs de s’appuyer sur le prédicat pour appréhender contextuellement la sémantique du sujet. Si j’ai la possibilité de faire cela, c’est grâce au lien de « convenance », et parfois de « concomitance » qu’un prédicat entretient avec son sujet – c’est la mise en correspondance thématique et chronologique entre « homme » et « pouvoir courir » qui me permet de mettre dans la supposition du sujet de « un homme peut courir » les hommes possibles48. Et s’appuyer sur cette correspondance, faire cette modification d’extension, c’est prendre en compte ce que veut vraiment dire l’auteur de la phrase, en tant que cela diffère de ce que son énoncé dit tout seul, de façon purement automatique – qu’au moins un homme existant actuellement a la possibilité de courir. Autrement dit : ce qui me conduit, m’encourage à faire le geste sémantique de modifier la supposition du sujet en fonction du prédicat, c’est le désir de restituer le véritable sens de l’énoncé, celui qu’il entendait exprimer. En fait de vouloir dire, Bacon nous fournit une double liberté, celle du lecteur-auditeur d’interpréter les signes que l’auteur-locuteur a librement choisis ; on a la rencontre d’un vouloir lire et d’un vouloir dire.

  • 49 Telle la Dialectica Monacensis, éd. Lambert M. De Rijk (1967) in Logica Modernorum, Assen, Van Gorc (...)

33L’originalité du traitement par Bacon de la barrière prédicative s’inscrit dans le prolongement de pistes explorées par d’autres auteurs médiévaux. On a vu avec Petrus H. et les discussions sophismatiques que l’idée de modification temporelle issue du prédicat est le lieu où peuvent s’insérer, ponctuellement, des éléments pragmatiques ; on peut remarquer aussi, dans la même veine, que le principe selon lequel une modification sémantique intervenant à l’intérieur d’une position fonctionnelle (sujet ou prédicat), du fait qu’elle forme une unité cognitive, est structurellement différente d’une modification extra-fonctionnelle, était partagé par d’autres auteurs49. Enfin, nous aurons l’occasion de voir que Bacon n’est pas le seul à considérer que renvoyer aux concepts ou aux mots eux-mêmes plutôt qu’aux individus (modes de supposer simple, matériel et personnel) requiert la prise en compte de paramètres pragmatiques : la tendance s’observe au XIVe siècle.

3. Le tournant ockhamien : un véritable projet formel ?

  • 50 Pour une étude détaillée sur Ockham et la virtus sermonis, voir Roberto Lambertini, Costantino Marm (...)
  • 51 Guillaume d’Ockham (éd. 1967), Summa logicae II, cap. 4, p. 264, 149-157: « Ex praedictis etiam pat (...)
  • 52 Voir par exemple Gauthier Burley (éd. 1955), De puritate artis logicae, Tractatus longior, p. 14, 1 (...)
  • 53 Pour une description de la sémantique ockhamienne, voir Claude Panaccio (1991), Les mots, les conce (...)

34Le XIVe siècle, tel qu’il débute à Oxford, ne paraît pourtant guère porté sur l’inclusion de l’extralinguistique dans la sémantique logique. Tout au contraire. Une forme de radicalisation théorique prend place au cours des premières décennies, qui s’accompagne d’un rejet des compromissions de la période précédente – et donc d’une partie de ses ambitions ‘descriptives’. Alors que le XIIIe siècle est un moment d’exubérance logique, où une large gamme de phénomènes linguistiques sont traités, dans la littérature sophismatique, au moyen de dizaines de distinctions et de multiples ajustements du modèle, le XIVe se caractérise par un retour aux bases de la théorie de la supposition, un refus de l’éparpillement analytique : c’est dorénavant la théorie qui décide des phénomènes qu’elle peut traiter, plutôt que les phénomènes qui l’obligent à s’adapter. Le tournant est particulièrement manifeste chez Ockham, qui rejette explicitement une série des distinctions parmi les plus populaires au siècle précédent, notamment celles utilisées dans la résolution du sophisme de l’arche de Noé. Pour Ockham, le syncatégorème « omnis » n’a, parmi ses propriétés, qu’une sorte de quantification universelle ; or elle se trouve rendre la proposition fausse. Pas fausse dans l’absolu, fausse de virtute sermonis : en vertu des propriétés de ses termes, quand les mots sont pris in sensu quem faciunt50. Car selon l’intention du locuteur, quand les mots sont pris in sensu in quo fiunt, elle est vraie ; et cette intention nous est accessible, nous comprenons très bien ce que l’auteur voulait réellement dire, qu’il entendait parler du fait que toutes les espèces étaient représentées dans l’arche. Mais cela ne concerne pas le logicien et sa théorie de la supposition, qui, avec comme point focal la sobriété du langage mental, s’occupe des propriétés linguistiques des mots dans leur sens normal, celui « qu’ils font ».51 Elle fait dans l’automatique, l’intralinguistique, et n’a aucune vocation à inclure de l’herméneutique, à chercher les sens véritablement visés par les locuteurs. Cette clarification des rôles s’accompagne donc d’une re-délimitation de l’espace de l’analyse sémantique, qu’Ockham n’est d’ailleurs pas seul à effectuer : à la même époque, Gauthier Burley exclut lui-aussi de la virtus sermonis des problématiques en vogue au XIIIe siècle52. Ockham reste toutefois celui qui procède de la manière la plus systématique.53

  • 54 Guillaume d’Ockham (éd. 1965), Expositio in libros artis logicae, prooemium, éd. Ernest A. Moody, S (...)
  • 55 Guillaume d’Ockham (éd. 1967), Summa logicae I, p. 237, 30-238, 35: « Si autem tales propositiones (...)

35De son point de vue, la frontière entre les propriétés sémantiques qui appartiennent en propre aux mots et les détournements qui leurs sont infligés dans l’usage doit être d’autant plus claire et fermement tracée que le rôle même du philosophe-logicien dépend de sa capacité à savoir identifier les nombreux moments où les locuteurs – et tout particulièrement les auteurs – quittent le sens propre et parlent au sens figuré54. L’idée, nous l’avons vu, n’a rien de nouveau ; ce qui l’est, c’est plutôt le niveau de préoccupation, le besoin de purger l’espace sémantique de tout ce qui, directement ou indirectement, fait appel à de l’arbitraire, du ad hoc ou, plus sûrement encore, de l’extralinguistique. La purge conduit à exclure un certain nombre d’aspects du fonctionnement du langage dont il était auparavant sinon normal, du moins concevable de rendre compte logiquement. Dans la plupart des cas, cela passait par la mise en avant de nouvelles propriétés sémantiques, à l’instar du type de quantification qui permettait de sauver l’arche de Noé ; plus rarement, cela reposait sur un élément extralinguistique – telle que la restriction au moment du déluge. Dans tous les cas, les énoncés dont la vérité reposait sur ces aspects deviennent avec Ockham des déviances par rapport à un sens propre restreint et donc, au même titre que les figures du discours, des manifestations du vouloir dire des locuteurs. Ils se retrouvent de l’autre côté de la frontière et ne seront réadmis qu’une fois reformulés de telle façon qu’ils expriment de virtute sermonis ce qu’ils exprimaient selon l’intention de leur auteur55.

36Mais tout cela implique-t-il qu’Ockham cherche à constituer un territoire d’analyses formelles ? Est-ce que la pragmatique est totalement exclue de cet espace logique ? Les choses sont peut-être un peu plus subtiles que cela. Après tout, l’intralinguistique ne se confond pas forcément avec le formel, et même le plus rigoureux des sémanticiens médiévaux peut devoir admettre des processus semi-automatiques.

Voluntas utentium

  • 56 Voir Claude Panaccio & Ernesto Perini Santos (2004), « Guillaume d’Ockham et la suppositio material (...)
  • 57 Gauthier Burley (éd. 1955), De puritate artis logicae, Tractatus longior, p. 9, 34-10, 34.
  • 58 Gérard d’Odon (éd. 1997), Tractatus de suppositionibus, éd. Lambert M. De Rijk, Opera philosophica, (...)
  • 59 Anonyme (éd. 1962), Fallacie Parvipontane, éd. LambertM. de Rijk, Logica Modernorum, vol. I, p. 562 (...)
  • 60 Guillaume de Sherwood (éd. 1995), Introductiones in logicam, éd. Hartmut Brands & Christoph Kann, H (...)
  • 61 Typiquement, le 1er mode de l’équivocité est réservé à nos cas d’homonymie : plusieurs choses se pa (...)
  • 62 Guillaume d’Ockham (éd. 1967), Summa logicae I, p. 197, 3-198, 10 : « Notandum est etiam quod sempe (...)

37Il existe, de fait, un cas bien connu d’intervention psychologique au cœur de la sémantique ockhamienne, dans la distinction des modes de supposer personnel, simple et matériel56. Ockham, accorde une sorte de priorité à la supposition personnelle (le renvoi par un terme commun aux individus) sur la supposition simple (le renvoi au concept) et la supposition matérielle (le renvoi au mot lui-même). L’idée d’une hiérarchie entre les trois principaux modes de supposer est au demeurant assez commune. A la même époque, Gauthier Burley arrive à des conclusions similaires57 ; à Paris, Gérard d’Odon aussi, à ceci près qu’il dédie la priorité à la supposition simple58. On peut même remonter au XIIe siècle et à Abélard, qui parle pour « homo est nomen » et « homo est species » de translatio ; ou encore, début XIIIe, aux Fallacie Parvipontane, qui évoquent dans le cadre de l’univocatio, un « transfert des grammairiens » pour « "magister" est nomen » et un « transfert des dialecticiens » pour « "homo" est species »59. On a vu que Roger Bacon a une approche plutôt radicale de ce thème ; a l’opposé et quelques temps plus tôt, Guillaume de Sherwood rejette l’idée qu’il puisse y avoir équivocité entre les trois principaux modes de supposer60. Pour Ockham, il y a bien équivocité dans la relation des suppositions simple et matérielle à celle personnelle, une équivocité dite du troisième mode et qui, comme pour le second – celui des métaphores – implique la prise en compte d’une intention. Dans le cas des suppositions simple et matérielle, cette intention est présentée comme une voluntas utentium – une volonté des locuteurs61. De fait, si les termes d’une proposition peuvent toujours avoir une supposition personnelle, ils sont parfois susceptibles d’être considérés en supposition simple ou matérielle, moyennant qu’une double condition soit satisfaite : il faut 1) une voluntas de sélectionner un autre mode que la supposition personnelle et 2) avoir un certain type de prédicat (par exemple un prédicat de seconde intention, qui porte sur des espèces et non des individus), qui manifeste sémantiquement cette volonté.62 En d’autres termes, il faut que les locuteurs veuillent s’écarter du cas standard, du dire, à savoir la supposition personnelle, en s’appuyant sur le prédicat adéquat.

38Ces considérations posent un problème évident de frontière : si seule la supposition personnelle – seule la désignation d’individus – bénéficie d’une sélection systématique (et automatique), que les autres mobilisent le vouloir des locuteurs, doit-on en déduire que seule la supposition personnelle fait partie de la virtus sermonis et, partant, de la logique ? Ou doit-on plutôt considérer que cette dernière accepte d’inclure le vouloir dire qui accompagne les deux autres modes de supposer ? Le statut de 1340 prendra position en condamnant la première option. Que ne choisit pas non plus Ockham.

39Tout pragmatique qu’il paraisse être, le vouloir dire ockhamien des modes de supposer non personnels n’est pas rejeté hors de la virtus sermonis. Avec les modes de supposer simple et matériel, nous restons à l’intérieur de la supposition propre ; il ne s’agit pas d’usages métaphoriques, aucune reformulation n’est requise pour attribuer aux propositions des valeurs de vérité : il y bel et bien un vouloir dire du côté logique de la frontière. Cela n’implique pas, toutefois, qu’Ockham traite avec nonchalance cette dernière, qu’il défend dans un paragraphe une virtus sermonis étroite et que dans un autre il laisse passer un peu d’extralinguistique, au gré de ses besoins : cela n’implique pas qu’au final, même lui – l’implacable pourfendeur des errances de ses prédécesseurs – n’accorde guère de valeur au caractère formel des analyses logiques du langage. Deux éléments importants doivent en effet être relevés à propos de ce vouloir dire ockhamien. Le premier est qu’il est lié à l’incidence du prédicat sur le sujet : à une influence extra-fonctionnelle. En ce sens, Ockham s’inscrit dans une tradition que l’on a vue illustrée par Bacon. Le second point, en revanche, oppose les deux auteurs. La licence totale que nous accorde Bacon de réimposer des significations selon notre bon plaisir semble surtout conçue avec le lecteur-auditeur – l’interprète – à l’esprit ; elle vaut toutefois aussi pour l’auteur-locuteur. C’est la rencontre évoquée plus haut d’un vouloir lire et d’un vouloir dire, de deux libertés. Chez Ockham, la volonté est celle de l’émetteur, l’utens ; si liberté il y a, elle est sienne, et elle est bien encadrée. Les modes de supposer simple et matériel, en tant que déviances créatrices d’équivocité, doivent être voulus, faute de pouvoir être automatiques. Mais, cela a été montré plus haut, vouloir ne suffit pas, il faut aussi se donner les conditions linguistiques de les avoir : une supposition simple, pour être seulement possible, requiert que la proposition contienne, comme prédicat, un terme d’intention seconde. Ce qui selon Bacon constitue un encouragement de l’auditeur (ou lecteur) à faire usage de sa liberté de réimposition, est pour Ockham une condition imposée au locuteur pour que sa volonté de renvoyer au concept ou au mot lui-même puisse être réalisée. L’auditeur-lecteur ockhamien a-t-il la liberté de sélectionner son mode de supposer préféré, avec la permission du prédicat ? On ne nous le dit pas. La question est, de fait, hors-sujet : la logique s’occupe des conditions de vérité des énoncés, de conditions linguistiques, dont certaines doivent être accompagnées d’une intention ; savoir ce que les locuteurs ont le loisir de faire dans leur usage effectif du langage, quand ils sont confrontés à tel ou tel énoncé, n’est pas de son ressort.

Les frontières chez Ockham

40La différence entre les deux auteurs quant au caractère contraignant ou non du prédicat à l’égard d’un certain nombre de processus sémantiques peut paraître anodine, du point de vue de statut de l’analyse logique elle ne l’est pas. Pour Ockham ce qui compte est que même si une voluntas intervient, nous restions dans le cadre des propriétés des termes, que le sens de l’énoncé qui sert de base à l’évaluation de sa valeur de vérité est déterminé de manière intralinguistique. Qu’il y ait une contrainte qui échappe à notre bon vouloir est crucial. Les suppositions simple et matérielle sont incluses en deçà de la frontière parce qu’elles reposent sur une catégorisation des termes prédicats.

  • 63 Pour une étude de la façon dont Ockham traite les influences modales, voir Graham Priest & Stephen (...)

41Ockham nous propose donc à la fois typique, radicale et clarifiée des frontières qu’établit la théorie des propriétés des termes. Il en adopte la liste de processus automatiques, dont certains agissent depuis la position prédicat, via le temps du verbe ou la présence d’une modalité63. La liberté baconienne n’a pas ici sa place. Certes, en tant que locuteurs, nous pouvons faire ce que nous voulons, y compris décider de ne pas respecter les règles sémantiques, ou de les renforcer par une interprétation du vouloir dire du locuteur telle que celle qui nous conduit à limiter l’intervalle temporel pertinent à une période historique spécifique ; mais l’usage de cette liberté-là n’est pas du ressort de la logique, qui ne s’intéresse qu’à ce qui est inscrit dans le langage – ce qui est de virtute sermonis. Pour autant, l’inscription dans le langage ne suffit pas toujours, comme le révèle le cas des suppositions simple et matérielle. On a ici un point de contact entre analyse logique et traitement de la « déviance » sémantique, le genre de déviance qui présuppose une volonté de dévier : une métaphore n’est métaphore que parce que l’on a voulu détourner un mot de sa signification originale, en ajouter une autre. De la même façon une supposition simple ou matérielle n’est possible que parce que quelqu’un a voulu qu’un mot ne se limite pas à désigner des individus, a voulu faire ce que le langage ne fait pas tout seul. Le vouloir dire entre dans la sémantique logique, et avec lui, inévitablement, sa prise en compte – un tel vouloir ne fonctionne que parce qu’il est identifiable comme tel. Pour autant, ce vouloir n’entre que parce qu’il s’appuie sur des éléments proprement linguistiques, fournis par le type de terme prédiqué. La frontière, telle qu’elle est tracée par Ockham, n’oppose donc pas un dire à un vouloir dire, mais plutôt tout ce qui dépend de propriétés extralinguistiques – de marques encodées – à tout ce qui n’a pour source que l’arbitraire de l’interprétation humaine. Soit, en tableau :

42Parmi les phénomènes fondés de façon intralinguistique (de virtute sermonis), on compte [a] ceux intra-fonctionnels, tels que la modification que « bleu » opère sur « yeux » dans « les yeux bleus sont plus fragiles », [b] ceux extra-fonctionnels univoques, qui, automatiques, n’engagent aucune voluntas, comme la détermination de la supposition du sujet par le temps du verbe et enfin [c] ceux extra-fonctionnels et équivoques, qui, semi-automatiques, doivent être spécifiquement voulus par les locuteurs – la sélection des suppositions simple et matérielle. A l’extérieur de la frontière, du côté extralinguistique, réside tout ce qui ne repose que sur notre bon vouloir, depuis les figures de style jusqu’aux habitudes les plus idiosyncratiques des grands auteurs.

Conclusion

43Les médiévaux ont été depuis le début convaincus de l’importance de faire une différence entre les analyses du langage fondées sur les propriétés sémantiques des termes et celles qui engagent des considérations d’ordre extralinguistiques ; c’est avec ce genre de conviction à l’esprit qu’ils ont élaboré la théorie de la supposition, développé une sémantique des syncatégorèmes et fourbi des centaines d’analyse de sophismata. Les variations de cette dernière entre sa naissance au tournant du XIIIe siècle et le premier tiers du XIVe peuvent aussi être comprises comme des changements de localisation de la frontière : on peut formuer l’hypothèse qu’après la débauche sophismatique qui paraît plafonner au milieu du XIIIe siècle, le territoire du strictement sémantique se trouve réduit, et avec lui la quantité de phénomènes considérés au moyen d’outils intralinguistiques, avec une claire radicalisation chez Ockham et ses collègues, ouvrant une tendance qui conduira à une réaction institutionnelle, à Paris, en 1340. De la même façon, la porosité qu’à partir de notre prisme contemporain, nous constatons dans la frontière médiévale, tient à la façon dont les logiciens médiévaux conçoivent leur tâche. Les intrusions pragmatiques dans les sophismata montrent, d’une part, que la thématique de la restrictio est le lieu privilégié pour les franchissements de frontières, et, surtout, que la littérature sophismatique doit probablement être distinguée des analyses des syncatégorèmes stricto sensu : les auteurs qui, comme Petrus H. ou Matthieu d’Orléans, convoquent l’intention des locuteurs pour décider de la vérité d’un énoncé ont pour objectif de rendre compte du fait que l’on a des raisons d’estimer vraie, intuitivement, une proposition, un objectif qui peut passer avant la description sémantique. Au total, la perspective, ici, est plus clairement descriptive, et autorise apparemment de quitter le format strictement logique si l’objet analysé le requiert : quelque chose qui disparaît complètement au siècle suivant. Il ne s’agit alors plus que de traiter ce qui non seulement relève de l’intralinguistique, mais d’un intralinguistique dont ont été éliminées nombre de propriétés dont la prise en compte au siècle précédent, sous forme de distinctions, est jugée par trop créatrice d’ambiguïtés – chaque fois que vous distinguez deux types de quantification, vous créez les conditions d’une équivocité systématique. Cette élimination ne peut être totale, comme le montre le cas des suppositions personnelle, simple et matérielle, qui décrivent un type de phénomène positionné trop au cœur de la théorie pour n’être pas pris en compte. Son traitement révèle que la théorie gère aussi une sorte de frontière interne, sous la forme de la barrière prédicative, d’où sont contrôlées les interventions du vouloir dire.

44Aller au-delà des considérations plutôt générales sur les frontières médiévales entre sémantique et pragmatique présentées ici implique de prendre en compte de manière beaucoup plus systématique l’immense production sophismatique médiévale, un travail qui ne fait que débuter. Un des bénéfices de l’entreprise devrait être une meilleure compréhension d’une des particularités du « projet formel » médiéval : son objet, le langage. Ni idéal, ni naturel, à la fois réserve d’exemples et source de problématiques, héritage d’une tradition et lieu d’exploration, son statut reste un casse-tête historiographique.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Anonyme, Dialectica Monacensis, éd. Lambert M. De Rijk, (1967) in Logica Modernorum, Assen, Van Gorcum, vol. II, 2.

Anonyme, Fallacie Parvipontane, éd. Lambert M. De Rijk (1962), Logica Modernorum, Assen, Van Gorcum, vol. I.

Anonyme, Sophismata Orielensia, ms. Oxford Oriel 33.

Anonyme, Statutum facultatis artium de reprobatione quorumdam errorum Ockhanicorum, ed. Henri Denifle & Emile Chatelain in Chartularium Universitatis Parisiensis, 4 vols. (Paris, 1889), 2: n. 1042, 505-507.

Anonyme, Tractatus Florianus de solutionibus sophismatum, éd. Lambert M. De Rijk (1988) in Some earlier Parisian Tracts on Distinctiones Sophismatum, Nimègue, Ingenium Publishers.

Anonymus Alani, Sophismata, Ms. Paris, BnF. lat. 16135.

Anonymus Liberanus, Sophismata, Ms. Paris, BnF 16135.

Gauthier Burley, De puritate artis logicae, Tractatus longior, éd. Philotheus Boehner, (1955), St Bonaventure, The Franciscan Institute.

Gérard d’Odon, Tractatus de suppositionibus, éd. Lambert M. De Rijk (1997), Opera philosophica, 2 vols, Brill, Leiden.

Guillaume d’Ockham, Expositio in libros artis logicae, prooemium, éd. Ernest A. Moody (1965), St Bonaventure, The Franciscan Institute.

Guillaume d’Ockham, In librum primum Sententiarum, Ordinatio, éd. Girard I. Etzkorn 1977, St Bonaventure, The Franciscan Institute.

Guillaume d’Ockham, Summa logicae éd. Gedeon Gàl & Stephen F. Brown (1967), St. Bonaventure.

Guillaume de Sherwood, Introductiones in logicam, éd. Hartmut Brands & Christoph Kann (1995), Hambourg, Felix Meiner.

Guillaume de Sherwood, Syncategoremata, ed. Christoph Kann & Raina Kirchhoff (2012), Hambourg, Felix Meiner.

Jean Buridan, Summulae de suppositionibus, éd. Ria Van der Lecq (1998), Artistarium 10-4, Nimègue, Ingenium Publishers.

Jean le Page, Appellationes, éd. Alain de Libera (1985), Histoire Doctrinale et Littéraire du Moyen Âge 51.

Matthieu d’Orléans, Sophistaria, éd. Joke Spruyt (2001), Leiden, Brill.

Petrus H., Opus puerorum, ms. Amiens, Bibliothèque Municipale 406 

Pierre Abélard, Theologia Summi boni, éd. Eligius M. Buytaert et Constant J. Mews (1987), Petri Abaelardi Opera Theologica III, Turhout, Brepols.

Pierre Abélard, Glossae super Peri Hermeneias, ed. Klaus Jacobi & Christian Strub (2010), Turnhout, Brepols (CCCM 206)

Pierre d’Espagne, Tractatus, appelé ensuite Summule logicales, Lambert M. De Rijk (1972), Assen, Van Gorcum

Pierre d’Irlande, Expositio et Quaestiones in Aristotelis librum Peryermenias, éd. Michael Dunne (1996), Louvain, Peeters.

Priscien, Institutiones grammaticae, éd. Martin Hertz (1859), Teubner (GLK II-III).

Ricardus, Abstractiones, éd. Sten Ebbesen, Mary Sirridge & Paul Streveler (à paraître.

Richard de Campsall, Questiones super librum priorum analeticorum, éd. Edward A. Synan (1968), The Works of Richard of Campsall, 2 vols., Toronto, Pontifical Institute of Mediaeval Studies.

Roger Bacon, De signis, éd. In Karin M. Fredborg, Lauge Nielsen & Jan Pinborg (1978), « An Unedited Part of Roger Bacon's ‘Opus maius’: ‘De signis’ » Traditio 34.

Études

Ashworth, Jennifer E. (2008), Les théories de l’analogie du xiie au xvie siècle, Paris, Vrin.

Baratin, Marc, La naissance de la Syntaxe à Rome, Paris, Éditions de Minuit.

Cesalli, Laurent, Alain de Libera, Leone Gazziero & Frédéric Goubier (éds.) (à paraître), Sophismata : histoire d’une pratique philosophique, Paris, Vrin.

De Rijk, Lambert Marie (1962-1967), Logica Modernorum, Assen, Van Gorcum, 3 vols.

De Rijk, Lambert Marie (1988) in Some earlier Parisian Tracts on Distinctiones Sophismatum, Nimègue, Ingenium Publishers.

Ebbesen, Sten (1979), « The Dead Man Is Alive », Synthese 40-1, p. 50-51

Ebbesen, Sten (1985), « Oxynat: A Theory about the Origin of British Logic » in Patrick Osmund Lewry (ed.), The Rise of British Logic. Acts of the Sixth European Symposium on Medieval Logic and Semantics, Toronto, Pontifical Institute of Medieval Studies, p. 1-17.

Ebbesen, Sten (1995), « Sophisma; Sophismata », Historisches Wörterbuch der Philosophie 9, Basel, Schwabe & co.

Ebbesen, Sten (ed.) (1995), Sprachtheorien Spätantike und Mittelalter édition?

Ebbesen, Sten (2005), Topics in Latin Philosophy from the 12th-14th centuries, Farnham, Ashgate, p. 31-41.

Ebbesen, Sten & Frédéric Goubier (2010), A Catalogue of 13th Century Sophismata, Vrin, Paris, 2 vols.

Fredborg, Karen M. (1981), « Roger Bacon on ‘Impositio vocis ad significandum’ » in Henk A.G. Braakhuis, Cornelius H.J.M. Kneepkens & Lambert M. de Rijk (eds.), English Logic and Semantics : From the End of the Twelfth Century to the Time of Ockham, Nimègue, Ingenium, p. 167-191.

Gauvard, Claude, Alain de Libera, Michel Zink (éds.), Dictionnaire du Moyen Âge, Paris, PUF.

Goubier, Frédéric (2000), « Influences prédicatives et conséquences référentielles : un aspect de l’approche terministe », Cahiers de l’Institut du Moyen-Age Grec et Latin 71, p. 37-70.

Goubier, Frédéric & Nausicaa Pouscoulous (2011), « Virtus sermonis and the Semantics-Pragmatics Distinction », Vivarium 49, p. 214-239.

Grice, Paul (1957), « Meaning », The Philosophical Review 67, p. 377-388.

Grice, Paul (1957), « Logic and conversation », The Philosophical Review 67.

Grice, Paul (1975), « Logic and conversation » in Peter Cole & Jerry L. Morgan (eds.), Syntax and semantics 3: Speech Acts, New York, Academic Press, p. 41-58.

Lambertini, Roberto, Costantino Marmo & Andrea Tabarroni (1997), « Virtus verborum: linguaggio ed interpretazione nel Dialogus di Guglielmo di Ockham » in Alain de Libera, A. Elamrani-Jamal and Alain Galonnier (éds.), Langages et Philosophie. Hommage à Jean Jolivet, Paris, Vrin, p. 221-236.

Legendre, Pierre (éd.), (1998), Du pouvoir de diviser les mots et les choses, Bruxelles, Yves Gevaert.

Libera, Alain de (1997), « Roger Bacon et la logique » in J. Hackett (ed.), Roger Bacon & the Sciences, Leiden, Brill.

Libera, Alain de (1998), « Les mots, les concepts, les choses : théorie du signe et sémantique des propositions chez Roger Bacon » in Pierre Legendre (éd.), Du pouvoir de diviser les mots et les choses, Bruxelles, Yves Gevaert.

Marmo, Costantino (1994), Semiotica e linguaggio nella scolastica: Parigi, Bologna, Erfurt 1270-1330. La semiotica dei Modisti, Rome, Istituto Storico Italiano per il Medio Evo. 

Marmo, Costantino (1995), « A Pragmatic Approach to Language in Modism » in Sten Ebbesen (ed.), Sprachtheorien Spätantike und Mittelalter, Tübingen, Gunter Narr Verlag, (Geschichte der Sprachtheorie, 3), p. 169-183. 

Marmo, Costantino (2010), La semiotica del XIII secolo, Milan, Bompiani.

Martin, John, « Distributive Terms, Truth, and the Port Royal Logic », History and Philosophy of Logic 34-2 (2013), p. 133-154

Panaccio, Claude (1991), Les mots, les concepts, les choses, Montréal ; Paris, Bellarmin ; Vrin.

Panaccio, Claude (1995), « La philosophie du langage de Guillaume d’Ockham » in Sten Ebbesen (ed.), Sprachtheorien Spätantike und Mittelalter, Tübingen, Gunter Narr Verlag, (Geschichte der Sprachtheorie, 3), p. 184-206

Panaccio, Claude & Ernesto Perini Santos (2004), « Guillaume d’Ockham et la suppositio materialis », Vivarium 42, p. 202-224.

Priest G. & Stephen Read (1981), « Ockham’s Rejection of Ampliation », Mind, New Series, 90, 358, p. 274-279.

Read, Stephen (ed.), Sophisms in Medieval Logic and Grammar, Dordrecht, Kluwer Academic Publishers.

Recanati, François (1989), « The pragmatics of what is said », Mind and Language 4, p. 295-329.

Recanati, François (2004), Literal Meaning, Cambridge, Cambridge University Press.

Rosier-Catach, Irène (1984), « Grammaire, logique, sémantique, deux positions opposées au XIIIe siècle : Roger Bacon et les modistes », Histoire Epistémologie Langage 6-1, p. 21-34.

Rosier, Irène (1988), « L’évolution des notions d’equivocatio et univocatio au xiie siècle » in Irène Rosier (éd.), L’ambiguïté. Cinq études historiques, Lille, Presses Universitaires de Lille, p. 103-166. 

Rosier-Catach, Irène (1993), « La distinction entre actus exercitus et actus significatus dans les sophismes grammaticaux du MS RN lat. 16618 et autres textes apparentés » in Stephen Read (ed.), Sophisms in Medieval Logic and Grammar, Dordrecht, Kluwer Academic Publishers, p. 231-261

Rosier-Catach, Irène (1994), La parole comme acte, Paris, Vrin.

Rosier-Catach, Irène (1997), « Prata rident » in Alain de Libera et al. (éds.), Langages et philosophie. Hommage à Jean Jolivet, Paris, Vrin, p. 155-176.

Rosier-Catach, Irène (1998), « Eléments de pragmatique dans la grammaire, la logique et la théologie médiévales », Histoire Epistémologie Langage 20-1, p. 117-132.

Rosier-Catach, Irène (1999) « Modisme, pré-modisme, proto-modisme : pour une définition modulaire » in Sten Ebbesen & Russel L. Friedmann (eds.), Medieval Analyses in Language and Cognition, Copenhague, Académie Royale Danoise des Sciences et des Lettres, p. 45-81.

Rosier-Catach, Irène (1998), « Éléments de pragmatique dans la grammaire, la logique et la théologie médiévales », Histoire Epistémologie Langage 20-1, p. 117-132.

Rosier-Catach, Irène (1999), « La notion de translatio, le principe de compositionalité et l’analyse de la prédication accidentelle chez Abélard » in Joël Biard (éd.), Langage, sciences, philosophie au xiie siècle, Paris, Vrin, p. 125-175. 

Rosier-Catach, Irène (2000), « La sémantique d’Abélard en contexte (1) : la notion de ‘translatio’ », Annuaire de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (Section des Sciences Religieuses) 107 (année 1998-1999), p. 361-367.

Rosier-Catach, Irène (2003), « La suppositio materialis et la question de l’autonymie au Moyen Âge » in Jacqueline Authier-Revuz et al. (dir.), Parler des mots. Le fait autonymique en discours, Presses Sorbonne Nouvelle, Paris, p. 21-55.

Rosier-Catach, Irène (2004), La parole efficace, Paris, Editions du Seuil.

Rosier-Catach, Irène (2007), « Signification et efficacité : Augustin et la théologie médiévale des sacrements », Revue des sciences philosophiques et théologiques 91-1, p. 51-74

Sirridge, Mary (1989), « ‘Institutiones grammaticae’ xvii.187 : Three Reactions » in Irène Rosier (éd.), L’héritage des grammairiens latins de l’antiquité aux Lumières, Louvain, Peeters, p. 171-180.

Spade, PaulV. (2002), Thoughts, Words and Things: An Introduction to Late Medieval Logic and Semantic Theory (http://pvspade.com/Logic/docs/thoughts­1_1a.pdf)

Valente, Luisa (1995), « Une sémantique particulière : la pluralité du sens dans les Saintes Écritures » in Sten Ebbesen (ed.), Sprachtheorien Spätantike und Mittelalter, Tübingen, Gunter Narr Verlag, (Geschichte der Sprachtheorie, 3), p. 12-32.

Valente, Luisa (1995), « Logique et théologie pendant la seconde moitié du XIIe siècle » in Sten Ebbesen (ed.), Sprachtheorien Spätantike und Mittelalter, Tübingen, Gunter Narr Verlag, (Geschichte der Sprachtheorie, 3), p. 33-54.

Valente, Luisa (2004), « Virtus significationis, violentia usus. Porretan Views on Theological Hermeneutics » in Alfonso Maierù & Luisa Valente (eds.), Medieval Theories on Assertive and Non-assertive Language, Florence, L.S. Olschki, p. 163-184.

Valente, Luisa (2008), Logique et théologie. Les écoles parisiennes entre 1150 et 1220, Paris, Vrin. 

Haut de page

Notes

1 Sans prétention à l’exhaustivité : Irène Rosier-Catach (1994), La parole comme acte, Paris, Vrin ; ead. (1998), « Éléments de pragmatique dans la grammaire, la logique et la théologie médiévales », Histoire Epistémologie Langage 20-1, p. 117-132 ; ead. (2004), La parole efficace, Paris, Editions du Seuil ; ead. (2007), « Signification et efficacité : Augustin et la théologie médiévale des sacrements », Revue des sciences philosophiques et théologiques 91-1, p. 51-74. Pour la grammaire ‘intentionnelle’, voir ead. (1984), « Grammaire, logique, sémantique, deux positions opposées au XIIIe siècle : Roger Bacon et les modistes », Histoire Epistémologie Langage 6-1, p. 21-34 ; ead. (1999) « Modisme, pré-modisme, proto-modisme : pour une définition modulaire » in Sten Ebbesen & Russel L. Friedmann (eds.), Medieval Analyses in Language and Cognition, Copenhague, Académie Royale Danoise des Sciences et des Lettres, p. 45-81.

2 Sten Ebbesen (1979), « The Dead Man Is Alive », Synthese 40-1, p. 50-51 ; Costantino Marmo (1994), Semiotica e linguaggio nella scolastica: Parigi, Bologna, Erfurt 1270-1330. La semiotica dei Modisti, Rome, Istituto Storico Italiano per il Medio Evo ; Luisa Valente (1995), « Logique et théologie pendant la seconde moitié du XIIe siècle » in Sten Ebbesen (ed.), Sprachtheorien Spätantike und Mittelalter, Tübingen, Gunter Narr Verlag, (Geschichte der Sprachtheorie, 3), p. 33-54 ; ead. (2004), « Virtus significationis, violentia usus. Porretan Views on Theological Hermeneutics » in Alfonso. Maierù & Luisa Valente (eds.), Medieval Theories on Assertive and Non-assertive Language, Florence, L.S. Olschki, p. 163-184 ; ead. (2008), Logique et théologie. Les écoles parisiennes entre 1150 et 1220, Paris, Vrin ; Jennifer E. Ashworth (2008), Les théories de l’analogie du xiie au xvie siècle, Paris, Vrin. Des références complémentaires sont fournies plus loin, au fur et à mesure que seront abordées les différentes problématiques.

3 Vivarium 49 (2011), numéro dirigé par C. Marmo.

4 À partir, par exemple, de Paul Grice (1975), « Logic and conversation » in Peter Cole & Jerry L. Morgan (eds.), Syntax and semantics 3: Speech Acts, New York, Academic Press, p. 41-58.

5 Frédéric Goubier & Nausicaa Pouscoulous (2011), « Virtus sermonis and the Semantics-Pragmatics Distinction », Vivarium 49, p. 214-239.

6 Tel que manifesté par le Statutum parisien de décembre 1340 ; texte édité par Henri Denifle & Émile Chatelain (1889), Chartularium Universitatis Parisiensis, Paris, vol. II, n. 1042, p. 505-507.

7 Voir, par exemple, Paul Grice (1957), « Meaning », The Philosophical Review 67, p. 377-388 ; id. « Logic and conversation ».

8 François Recanati (1989), « The pragmatics of what is said », Mind and Language 4, p. 295-329 ; id. (2004), Literal Meaning, Cambridge, Cambridge University Press.

9 Priscien, Instiutiones grammaticae, éd. Hertz, XVII.187. Pour une étude de ce passage et, plus généralement, de la position de Priscien, voir Mary Sirridge (1989), « ‘Institutiones grammaticae’ xvii.187 : Three Reactions » in Irène Rosier (éd.), L’héritage des grammairiens latins de l’antiquité aux lumières, Louvain, Peeters, p. 171-180 ; Marc Baratin, La naissance de la Syntaxe à Rome, Paris, Editions de Minuit, p. 435-457 ; Luisa Valente (2004), « Virtus significationis, violentia usus ».

10 Luisa Valente (2004), « Virtus significationis, violentia usus. », p. 164-166.

11 Voir le volume édité par Pierre Legendre et consacré à cette règle d’Hilaire et à son destin médiéval : Pierre Legendre (éd.) (1998), Du pouvoir de diviser les mots et les choses, Bruxelles, Yves Gevaert. Les contributions d’Irène Rosier-Catach, Jean Jolivet et Alain de Libera sont particulièrement pertinentes pour le propos développé ici.

12 Il faudrait ajouter, parmi les sources, Augustin, qui propose pour le domaine religieux un paradigme herméneutique fondé sur les signa translata. Toutefois, l’œuvre dans laquelle les notions de translatio et l’aequivocatio sont évoquées par Augustin – le De dialectica – n’a été qu’assez rarement reprise par les médiévaux. Voir Irène Rosier-Catach (2007), « Signification et efficacité : sur les prolongements médiévaux de la théorie augustinienne du signe », Revue des sciences philosophiques et théologiques 91.1, p. 51-74.

13 Luisa Valente (2008), Logique et théologie.

14 Voir Luisa Valente (1995), « Une sémantique particulière : la pluralité du sens dans les Saintes Écritures » in Sten Ebbesen (ed.), Sprachtheorien Spätantike und Mittelalter, p. 12-32 ; ead. (2008), Logique et théologie.

15 « Sensus quem faciunt verba » et « sensus ex quo fiunt verba ». Voir Luisa Valente (2008), Logique et théologie, ch. 2.2.4., p. 193 sq. ; ead. (2004), « Virtus significationis, violentia usus. ». Pour Ockham, voir infra, note 51.

16 « Preterea, non oportet figuratiuas et improprias locutiones porrigi ultra hoc quod auctoritas uel usus habet, si ad doctrinam et intelligentie facilitatem loqui intendimus », Theologia Summi boni, éd. Eligius M. Buytaert et Constant J. Mews (1987), Petri Abaelardi Opera Theologica III, Turhout, Brepols, I, p. 36-37, passage cité par Luisa Valente (2008), Logique et théologie, p. 121.

17 Voir Irène Rosier-Catach (1998), « Eléments de pragmatique » ; ead. (1994), La parole comme acte, ch.1.

18 Pour le traitement médiéval des actes de langage, voir Irène Rosier-Catach (2004), La parole comme acte ; ead. (1993), « La distinction entre actus exercitus et actus significatus dans les sophismes grammaticaux du MS RN lat. 16618 et autres textes apparentés » in Stephen Read (ed.), Sophisms in Medieval Logic and Grammar, Dordrecht, Kluwer Academic Publishers, p. 231-261 ; ead. (1998), « Eléments de pragmatique dans la grammaire, la logique et la théologie médiévales », Histoire Epistémologie Langage 20-1, p. 117-132 ; ead. (2004), La parole efficace.

19 Voir Irène Rosier-Catach (1984), « Grammaire, logique, sémantique, deux positions opposées au xiiie siècle : Roger Bacon et les Modistes », Histoire Epistémologie Langage 6-1, p. 21-34 ; ead. (1994), La parole comme acte ; ead. (1999), « Modisme, pré-modisme, proto-modisme » ; Costantino Marmo (1995), « A Pragmatic Approach to Language in Modism » in Sten Ebbesen (ed.), Sprachtheorien Spätantike und Mittelalter, p. 169-183 ; id. (2010), La semiotica del XIII secolo, Milan, Bompiani, ch. 6.2.1-6.2.3.

20 Irène Rosier (1988), « L’évolution des notions d’equivocatio et univocatio au xiie siècle » in ead. (éd.), L’ambiguïté. Cinq études historiques, Lille, Presses Universitaires de Lille, p. 103-166 ; ead. (1994), La parole comme acte, ch. 4.3 ; ead. (1997), « Prata rident » in Alain de Libera & al. (éds.) Langages et philosophie. Hommage à Jean Jolivet, Paris, Vrin, p. 155-176 ; ead. (1999), « La notion de translatio, le principe de compositionalité et l’analyse de la prédication accidentelle chez Abélard » in J. Biard (éd.), Langage, sciences, philosophie au xiie siècle, Paris, Vrin, p. 125-175 ; ead. (2000), « La sémantique d’Abélard en contexte (1) : la notion de ‘translatio’ », Annuaire de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (Section des Sciences Religieuses) 107 (année 1998-1999), p. 361-367.

21 Pierre Abélard, Glossae super Peri Hermeneias, ed. Klaus Jacobi & Christian Strub (2010), Turnhout, Brepols (CCCM 206), 3.04, §10, (p. 131 : 47-64).

22 Voir Irène Rosier-Catach (1999), « La notion de translatio », p. 127.

23 Voir Sten Ebbesen (1979), « The Dead Man Is Alive », p. 49-50, et p. 60  pour le texte de Radulphus Brito ; voir également Costantino Marmo (1994), Semiotica e linguaggio nella scolastica, ch. 5.5. ; id. (2010), La semiotica del XIII secolo, p. 126-132 ; Jennifer E. Ashworth (2008), Les théories de l’analogie, ch. IV.

24 Voir supra, note 6, ainsi que Frédéric Goubier & Nausicaa Pouscoulous (2011), « Virtus sermonis and the semantics-pragmatics distinction ».

25 Compte non tenu de l’intermède « modiste » de la seconde moitié du XIIIe siècle à Paris. Pour une synthèse des premiers temps de la sémantique universitaire, voir Sten Ebbesen (1985), « Oxynat: A Theory about the Origin of British Logic » in Peter O. Lewry (ed.), The Rise of British Logic. Acts of the Sixth European Symposium on Medieval Logic and Semantics, Toronto, Pontifical Institute of Medieval Studies, p. 1-17 ; repris dans Sten Ebbsen (2005), Topics in Latin Philosophy from the 12th-14th centuries, Farnham, Ashgate, p. 31-41.

26 Lambert M. de Rijk (1962-1967), Logica Modernorum, Assen, Van Gorcum, 3 vols.

27 L’idée que la théorie de la supposition sert à évaluer les conditions de vérité de certaines catégories de propositions a été contestée, notamment par Paul V. Spade dans son ouvrage publié en ligne, Thoughts, Words and Things : An Introduction to Late Medieval Logic and Semantic Theory (http://pvspade.com/Logic/docs/thoughts1_1a.pdf), p. 291 sq. ; ainsi que plus récemment par John Martin (2013), « Distributive Terms, Truth, and the Port Royal Logic », History and Philosophy of Logic 34-2, p. 133-154. Je ne suis pas convaincu par les arguments – une accusation d’inefficacité (voire de mauvais fonctionnement et d’inutilité) de la part de Spade, de circularité de la part de Martin ; je ne veux pas pour autant affirmer que fournir une méthode d’évaluation des conditions de vérité est le but ultime de la théorie. En tout état de cause, le sujet mériterait une discussion approfondie qui ne peut avoir lieu ici. Je remercie John Martin d’avoir attiré mon attention sur ces difficultés.

28 Tel que le dit Jean Buridan : « Sed de huiusmodi suppositione non pertinet ad scientias speculativas, sed ad sermones poeticos » (Summulae de suppositionibus, éd. Ria Van der Lecq (1998), Artistarium 10-4, Nimègue, Ingenium Publishers, p. 38, 8-9 ; voir aussi Guillaume d’Ockham, Summa logicae I, éd. Gedeon Gàl & Stephen F. Brown (1967), St. Bonaventure ch. 77 ; Gauthier Burley, De puritate artis logicae, Tractatus longior, éd. Philotheus Boehner (1955), St Bonaventure, ch. VI.

29 Une présentation générale du genre des sophismata et de son évolution historique peut être trouvée dans Sten Ebbesen (1995), « Sophisma; Sophismata », Historisches Wörterbuch der Philosophie 9, Basel, Schwabe & co., p. 1069-1075 ; Alain de Libera (2004), « Sophismata », in Claude Gauvard, Alain de Libera, Michel Zink (éds.), Dictionnaire du Moyen Âge, Paris, PUF, p. 1344-1346.

30 Pour une description détaillée du fonctionnement des sophismata, voir Sten Ebbesen (à paraître), « How to Build your own Sophisma (Late 13th-early 14th century style) » in Laurent Cesalli, Alain de Libera, Leone Gazziero & Frédéric Goubier (éds.), Sophismata : histoire d’une pratique philosophique, Paris, Vrin.

31 Voir Sten Ebbesen & Frédéric Goubier (2010), A Catalogue of 13th Century Sophismata, Vrin, Paris, 2 vols.

32 Guillaume de Sherwood, Syncategoremata, ed. James R. O’Donnell (1941), Medieval Studies 3, p. 72 : « Sciendum etiam quod quandoque sistit in uno termino et tunc facit infinitationem; quandoque fertur ad compositionem unius cum alio et hoc dupliciter, aut faciendo negationem in genere, aut extra genus. Sed hoc non provenit ex sua virtute propria, sed ex hoc quod loquentes quandoque coartant suos sermones ad materiam determinatam ut, si intentio sit loqui, de animali et dicatur ‘nihil aliud ab homine’, intelligitur nullum aliud animal, et hoc dictum est circa hanc dictionem ‘solus’; quantum autem est de se negat pro omni. » Je n’ai hélas pas pu consulter la nouvelle édition de ce texte par C. Kann et R. Kirchhoff (voir bibliographie : sources).

33 Voir par exemple Matthieu d’Orléans, Sophistaria, éd. Joke Spruyt (2001), Leiden, Brill, p. 286, à propos de « nisi », ou, au XIVe siècle, Richard de Campsall, Questiones super librum priorum analeticorum, éd. Edward A. Synan (1968), The Works of Richard of Campsall, 2 vols., Toronto, Pontifical Institute of Mediaeval Studies, vol. 1, p. 140, §. 7.49, à propos de « bis ».

34 Sten Ebbesen & Frédéric Goubier (2010), A Catalogue of 13th Century Sophismata.

35 Ricardus, Abstractiones, éd. Sten Ebbesen, Mary Sirridge, Paul Streveler, à paraître (je tiens à remercier les auteurs de m’avoir donné accès au texte de Richard) : « Secundum quod fit distributio pro partibus remotis falsa est nisi coartetur verbum ad consignificationem temporis praeteriti quod tunc fuit. », Anonyme, Tractatus Florianus de solutionibus sophismatum, éd. Lambert M. de Rijk (1988), dans Some earlier Parisian Tracts on Distinctiones Sophismatum, Nimègue, Ingenium Publishers, p. 132.

36 On trouve le problème abordé par les Sophismata Orielensia, ms. Oxford Oriel 33 : 392vB-393vB ; l’Anonymus Alani, Sophismata, ms. 16135 : 83rB-88rA ; Matthieu d’Orléans, Sophistaria, p. 520 ; Petrus H., Opus puerorum, ms. Amiens 406 : 135rB-135vB ; Pierre d’Irlande traite de la problématique de l’arche de Noé, sans mentionner explicitement le sophisma ; il fait état, en revanche, de la solution en termes de restriction temporelle au moment du déluge (Expositio et Quaestiones in Aristotelis librum Peryermenias, éd. Michael Dunne (1996), Louvain, Peeters, L.I, lectio 15, p. 116 : 29-54.

37 « Utrum haec determinatio ‘in arca Noe’ restringat tempus del ‘fuit’ ut teneatur pro tempore in quo fuerunt omnia animalia quae tunc erant in arca Noe », Ms. Paris, BnF lat. 16135, ff. 87rB-88rA pour la discussion de ce problema.

38 Ms. Paris, BNF. lat. 16135, f. 88rA ; Matthieu d’Orléans, Sophistaria, p. 520, 12-23 : « Ad hoc dicendum est quod haec oratio simpliciter prolata et intellecta pro tempore simpliciter, cum non sit aliqua restrictio facta circa tempus, supponit ille terminus « animal » pro quolibet animali praeterito, cum non specificetur per aliquid vel restringatur ad supponendum pro animalibus illius temporis, sic iudicando falsa est simpliciter. Sed quia sermones iudicande sunt pro illo tempore pro quo intelliguntur proferri : cum haec oratio intelligatur proferri pro tempore diluvii, pro tempore illo est iudicanda. Sed pro tempore illo habet veritatem ».

39 Ms. Paris, BnF lat. 16135, f. 88rA : « Item, dicitur quod ista oratio potest intelligi prout simpliciter profertur, et sic est falsa ; vel potest intelligi proprie pro quo intelligitur proferri, scilicet pro tempore diluvii. Et sic est vera. Sed sine dubio est simile fabule, quia nichil est in oratione proposita, per quod habeatur huiusmodi intellectus, ideo intelligas tu quidquid volueris. »

40 Ms. Paris, BnF lat. 16135, f. 88rA : « Similiter, quod dicunt quod ipsa sit vera quia tempus non confuditur ex quo prius visum est quod solus habemus dicere quod ipsa sit falsa. Sed non propter hoc ut aliqui volunt, quia pisces non fuerunt in archa Noe : sive enim fuerunt ibi, sive non fuerunt, non aicamus, immo ponimus ipsam esse falsam, quia non omne animal quod fuit fuit in archa Noe. »

41 Ms. Amiens 406, f. 135vB.

42 Ms. Amiens 406, f. 135vB (transcription effectuée avec Laurent Cesalli) : « Ad hoc quod obicitur quod pisces non fuerunt in archa Noe, respondeo quod aliquando fit restrictio in sermone ex intentione loquentis sicut hic; aliquando sic restringitur in sermone ex intentione scientie quia si scientia sibi appropriat, et restringit prout sue intentioni convenit. » L’idée de tenir compte de ce type de contexte extralinguistique se retrouvera dans le Statut parisien de 1340, sous l’appellation de materia subiecta, et chez un auteur comme Richard Brinkley, à Oxford. Pour le texte du statut, voir Henri Denifle & Émile Chatelain, Chartularium Universitatis Parisiensis ; le texte de Richard Brinkley est en cours d’édition par Laurent Cesalli et Joël Lonfat, dans la collection Auctores Britannici Medii Aevi, Oxford, Oxford University Press. Une brève description de la position de Brinkley peut être lue dans Frédéric Goubier & Nausicaa Pouscoulous (2011), « Virtus sermonis and the semantics-pragmatics distinction », p. 228 et 229-230.

43 Pierre d’Espagne dénonce explicitement ce danger : Tractatus (appelé ensuite Summule logicales), éd. Lambert M. De Rijk (1972), Assen, Van Gorcum, p. 201, 13-25. D’autres auteurs insistent sur l’importance de l’étanchéité prédicative : voir Frédéric Goubier (2000), « Influences prédicatives et conséquences référentielles : un aspect de l’approche terministe », Cahiers de l’Institut du Moyen-Age Grec et Latin 71, p. 37-70.

44 Voir Irène Rosier, (1988), « L’évolution des notions d’equivocatio et univocatio.

45 Voir Karen M. Fredborg (1981), « Roger Bacon on ‘Impositio vocis ad significandum’ » in Henk A.G. Braakhuis, Cornelius H.J.M. Kneepkens & Lambert M. de Rijk (eds.), English Logic and Semantics : From the End of the Twelfth Century to the Time of Ockham, Nimègue, Ingenium, p. 167-191 ; Irène Rosier (1984), « Grammaire, logique, sémantique. Deux positions opposées au xiiie siècle : Roger Bacon et les Modistes », Histoire Epistémologie Langage 6, p. 28 sq. ; ead. (1994), La parole comme acte, ch. 3.2 ; Irène Rosier & Alain de Libera (1986), « Intention de signifier et engendrement du discours chez Roger Bacon », Histoire Epistémologie Langage 8-2, p. 63-79 ; A. de Libera (1997), « Roger Bacon et la logique » in Jeremiah Hackett (ed.), Roger Bacon & the Sciences, Leiden, Brill, p. 103-132 ; id. (1998), « Les mots, les concepts, les choses : théorie du signe et sémantique des propositions chez Roger Bacon » in PierreLegendre (éd.), Du pouvoir de diviser les mots et les choses, p. 83 sq.

46 Roger Bacon, De signis, éd. dans Karin M. Fredborg, Lauge Nielsen & Jan Pinborg (1978), « An Unedited Part of Roger Bacon's ‘Opus maius’: ‘De signis’ », Traditio 34, III.4, §97 : « Sed omnino diligenter considerandum est quod praedicatum non ampliat subiectum nec e converso effective ut habeat praedicatum veram potestatem alterandi subiectum et e converso, sicut quando proponuntur ex eadem parte. Quando enim dictio ampliativa vel restrictiva ponitur cum aliquo ex eadem parte orationis cedunt in unum in numero et omnino res significata per unum illorum contrahitur et ampliatur per rem significatam per aliud ex virtute illius effective. »

47 Roger Bacon, De signis, III.4, §§90-91.Voir Irène Rosier-Catach (2003), « La suppositio materialis et la question de l’autonymie au Moyen Âge » in Jacqueline Authier-Revuz & al. (dir.), Parler des mots. Le fait autonymique en discours, Presses Sorbonne Nouvelle, Paris, p. 21-55.

48 Roger Bacon, De signis, III.4, §99.

49 Telle la Dialectica Monacensis, éd. Lambert M. De Rijk (1967) in Logica Modernorum, Assen, Van Gorcum, vol. II, 2, p. 618, 20-21, ou Jean le Page, Appellationes, éd. Alain de Libera (1985), Histoire Doctrinale et Littéraire du Moyen Âge 51, p. 232-233, § 24 : voir Frédéric Goubier (2000), « Influences prédicatives », p. 44-45. De même, Radulphus Brito : voir Sten Ebbesen (1979), « The Dead Man », p. 54-55 et 58.

50 Pour une étude détaillée sur Ockham et la virtus sermonis, voir Roberto Lambertini, Costantino Marmo & Andrea Tabarroni (1997), « Virtus verborum: linguaggio ed interpretazione nel Dialogus di Guglielmo di Ockham » in Alain de Libera, Abdelali Elamrani-Jamal and Alain Galonnier (éds.), Langages et Philosophie. Hommage à Jean Jolivet, Paris, Vrin, p. 221-236.

51 Guillaume d’Ockham (éd. 1967), Summa logicae II, cap. 4, p. 264, 149-157: « Ex praedictis etiam patet quod omnes tales de virtute sermonis sunt falsae « omne animal est sanum », posito quod unus leo sit sanus et unus bos et unus homo, et sic de aliis, « omne animal fuit in arca Noe », et sic de multis aliis, quia habent multas singulares falsas, nec praedicatum competit omnibus illis pro quibus supponit subiectum. Tamen quando ponuntur ab auctoribus vel tales vel consimiles, debent glossari, quamvis de virtute sermonis sint falsae, sicut frequenter sermones authentici falsi sunt in sensu quem faciunt, hoc est de virtute sermonis et proprie loquendo, et tamen veri sunt in sensu in quo fiunt. ».

52 Voir par exemple Gauthier Burley (éd. 1955), De puritate artis logicae, Tractatus longior, p. 14, 16-23 pour « homo est dignissima creatura creaturarum » ; ou encore, p. 20, 23-26 pour « haec herba crescit in horto meo ».

53 Pour une description de la sémantique ockhamienne, voir Claude Panaccio (1991), Les mots, les concepts, les choses, Montréal ; Paris, Bellarmin ; Vrin ; id. (1995), « La philosophie du langage de Guillaume d’Ockham » in Sten Ebbesen (ed.), Sprachtheorien Spätantike und Mittelalter, p. 184-206.

54 Guillaume d’Ockham (éd. 1965), Expositio in libros artis logicae, prooemium, éd. Ernest A. Moody, St Bonaventure, p. 6, 105-7, 112: « Alia utilitas logicae est facilitas virtutem sermonis et proprium modum loquendi percipiendi. Nam per istam artem faciliter scitur quid ab auctoribus de virtute sermonis profertur, quid non de virtute sermonis sed secundum usitatum modum loquendi vel secundum intentionem dicentis ; quid dicitur proprie, quid metaphorice, quod est maxime necessarium omnibus studentibus in dictis aliorum, quia qui semper omnia dicta auctorum de virtute sermonis et proprie accipiunt, incidunt in multos errores et inexplicabiles difficultates. ». Voir aussi Summa logicae II, p. 292, 64-293, 74 : « auctores frequenter loquuntur non de virtute sermonis… » ; id. p. 353, 29-33 ; Summa logicae III, p. 399, 70-72.

55 Guillaume d’Ockham (éd. 1967), Summa logicae I, p. 237, 30-238, 35: « Si autem tales propositiones non accipiantur de uirtute sermonis, tunc accipiendae sunt illae loco quarum ponuntur, et secundum quod illae sunt uerae uel falsae secundum hoc iudicandum est de eis. Unde quia per istam 'esse intelligibile creaturae fuit ab aeterno' intelligitur ista 'Deus ab aeterno intellexit creaturam', et ista secunda est uera, ideo prima, per quam intelligitur ista secunda, potest concedi ». La reformulation comme moyen d’évaluer la vérité ou la fausseté d’un énoncé figuré est une pratique relativement répandue au XIIIe siècle : voir Irène Rosier-Catach (1994), La parole comme acte, p. 54.

56 Voir Claude Panaccio & Ernesto Perini Santos (2004), « Guillaume d’Ockham et la suppositio materialis », Vivarium 42, p. 202-224.

57 Gauthier Burley (éd. 1955), De puritate artis logicae, Tractatus longior, p. 9, 34-10, 34.

58 Gérard d’Odon (éd. 1997), Tractatus de suppositionibus, éd. Lambert M. De Rijk, Opera philosophica, 2 vols, Brill, Leiden, vol. 1, 252-253.

59 Anonyme (éd. 1962), Fallacie Parvipontane, éd. LambertM. de Rijk, Logica Modernorum, vol. I, p. 562, 14-19. Voir Irène Rosier-Catach (2003), « La suppositio materialis et la question de l’autonymie au Moyen Âge » in Jacqueline Authier-Revuz & al. (dir.), Parler des mots. Le fait autonymique en discours, Presses Sorbonne Nouvelle, Paris, p. 21-55, ici p. 38-40 ; Luisa Valente (2008), Logique et théologie, p. 74.

60 Guillaume de Sherwood (éd. 1995), Introductiones in logicam, éd. Hartmut Brands & Christoph Kann, Hamburg, Felix Meiner, p. 140, 109-117.

61 Typiquement, le 1er mode de l’équivocité est réservé à nos cas d’homonymie : plusieurs choses se partagent un nom ; le 2nd regroupe les cas où il y a une hiérarchie sémantique entre différentes significations, généralement entre un sens originel et un sens dérivé, ‘translaté’, métaphorique ; le 3e mode tend à s’appliquer aux cas où un mot voit sa signification modifiée par un contexte (devient polysémique à cause de son environnement linguistique). Voir Irène Rosier (1988), « L’évolution des notions d’equivocatio et univocatio », p. 132-133.

62 Guillaume d’Ockham (éd. 1967), Summa logicae I, p. 197, 3-198, 10 : « Notandum est etiam quod semper terminus, in quacumque propositione ponatur, potest habere suppositionem personalem, nisi ex voluntate utentium arctetur ad aliam, sicut terminus aequivocus in quacumque propositione potest supponere pro quolibet suo significato nisi ex voluntate utentium arctetur ad certum significatum. Sed terminus non in omni propositione potest habere suppositionem simplicem vel materialem, sed tunc tantum quando terminus talis comparatur alteri extremo quod respicit intentionem animae uel vocem uel scriptum ». Voir aussi Guillaume d’Ockham (éd. 1977), In librum primum Sententiarum, Ordinatio, éd. Girard I. Etzkorn, St Bonaventure, dist. 4, Q.1, p. 7-11.

63 Pour une étude de la façon dont Ockham traite les influences modales, voir Graham Priest & Stephen Read (1981), « Ockham’s Rejection of Ampliation », Mind, New Series, 90, 358, p. 274-279.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Goubier, « Dire et vouloir dire dans la logique médiévale : Quelques jalons pour situer une frontière », Methodos [En ligne], 14 | 2014, mis en ligne le 06 mai 2014, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/methodos/3790

Haut de page

Auteur

Frédéric Goubier

Université de Genève, Département de philosophie

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • OpenEdition Journals