Navigation – Plan du site
Travaux

Séminaires et Groupes de travail (2013-2014)

Texte intégral

Séminaire de linguistique

1Responsable : Anne Carlier. Mensuel. Université Lille 3.

Programme

2Vendredi 11 octobre 2013 : Thème de la séance : Sociolinguistique cognitive

Gitte Kristiansen (Universidad Complutense de Madrid) : « Perceptions of L2 accents:  linguistic and social stereotyping  through English as a Lingua Franca ».

Dirk Geeraerts (KU-Leuven) : « Metonymy as a prototypical category ».

3Vendredi 29 novembre 2013

Martin Hilpert (Université de Neuchâtel, Suisse, Professeur invité à l'Université Lille 3) : « Rocket surgery: On the use and comprehension of mixed metaphors »

4Vendredi 13 décembre 2013 : Thème de la séance : L'inversion du sujet en français.

Catherine Fuchs (CNRS UMR 8094-Lattice / ENS-Paris) : « Typologie des inversions du sujet nominal en français moderne »

Karen Lahousse (KU-Leuven) : « La distinction de l'inversion nominale dans les subordonnées »

5Vendredi 21 février 2014 : Thème de la séance : Acquisition langue seconde

Daniel Véronique (Université d'Aix-Marseille) : « Le développement des systèmes temporels des langues créoles françaises et les débuts de la construction de la temporalité en langue étrangère ».

Sandra Benazzo (Université de Lille 3, STL) : « Aux origines des systèmes de référence temporelle : réflexions à partir du développement de quelques systèmes simples »

6Vendredi 7 mars 2014 : Thème de la séance : Syntaxe

Lene Baunaz (Université de Gand) : « Une approche nanosyntaxique des complémenteurs en français et en grec »

Kathleen O'Connor & Cédric Patin (Université de Lille 3, STL) : « Apposition in Shingazidja : At the interface of syntax and prosody »

7Vendredi 28 mars 2014 : Thème de la séance : Morphologie

Angela Ralli (Université de Patras, Grèce) : « On loan verb formation in Asia Minor Greek »

Dany Amiot (Université Lille 3 / STL) : « Évaluation morphologique, manière et catégorisation »

8Vendredi 23 mai 2014 : Thème de la séance : Langage & Evolution

Katrien Beuls & Luc Steels (Vrije Universiteit Brussel) : « Agent-Based Models of Strategies for the Emergence and Evolution of Grammatical Agreement »

Anne-Marie Verkerk (University of Reading) : « Phylogenetic comparative analysis: an introduction and practical ».

9Vendredi 13 juin 2014 : Thème de la séance : Les langues créoles

Florence Villoing (Université de Paris 8 / CNRS UMR Structures formelles du langage) : « Morphologie lexicale du créole guadeloupéen et martiniquais : quoi de neuf en morphologie ? »

Muhsina Alleesaib (Université de Lille 3 / CNRS UMR Structures formelles du langage) : « Le syntagme nominal pluralisé en mauricien »

10Programme et résumés téléchargeables en annexe.

Groupe de travail « Enrichissement pragmatique »

11Responsable : Ilse Depraetere. Mensuel.

Séminaire « Poétique »

12Responsables : Fabienne Blaise et Anne de Cremoux. Mensuel.

Séminaire « Enargeia »

13Responsable : Ruth Webb. Mensuel.

Groupe de travail « Lecture de textes philosophiques grecs, II : lecture du livre II du De Anima d'Aristote »

14Responsables : Claire Louguet et Michel Crubellier. Mensuel.

Séminaire Lille-Liège-Bruxelles « Les systématicités antiques »

15Responsables : Thomas Benatouïl, Lille3/STL, Sylvain Delcominette, ULB et Marc-Antoine Gavray, ULg). Trois séances d'une journée par an. Alternativement à Lille, Bruxelles et Liège.

Groupe de travail « Philosophie(s) de l’événement : 1. La notion d'événement dans la philosophie française contemporaine. 2. L’ontologie analytique des événements »

16Responsables : Claudio Majolino et Federico Viri. Mensuel.

Présentation

17Depuis la fin du 20ème siècle, le concept d’événement revient sans cesse dans la philosophie française. Évoqué dans les traités philosophiques autant que dans les ouvrages de divulgation, omniprésent dans conférences et séminaires, on a même pu dire qu’il s’agit de l’un des concepts majeurs de la phénoménologie française du 21ème siècle. Pourtant, force est de constater que, par-delà sa présence massive et son indéniable pouvoir de fascination, un tel concept sans qu’il ait jamais fait l’objet d’une étude générale portant sur ses racines historiques et sa portée philosophique. D’un point de vue historique, par exemple, l’on pourrait déjà distinguer deux racines, parallèles et apparemment disjointes, à l’origine de certains usages contemporains de la notion d’événement : l’une remontant à Bergson, l’autre à Heidegger. Mais l’on pourrait également remarquer que de Badiou à Marion, de Deleuze à Derrida, et plus récemment, de Meillassoux à Romano, le destin de cette notion semble se jouer entre les bornes du post-structuralisme d’un côté et de la phénoménologie posthusserlienne de l’autre. Ce qui marque, d’une manière extrêmement nette la différence entre les philosophies de l’évènement françaises et les ontologies analytiques de l’événement poursuivies notamment dans le monde anglophone (voir, par ex. les études recueillies par Casati et Varzi). Entre les deux, le cas, majestueux et inclassable, de Whitehead.

18Le but de cet atelier est d’étudier les raisons d’un tel différend, ses raisons, ses liens internes.

19En ce qui concerne le premier volet (I : « La notion d'événement dans la philosophie française contemporaine »), nous nous concentrerons d’abord sur des auteurs appartenant à cette tradition que l’on a pris l’habitude d’appeler « phénoménologie française » : des auteurs qui ont tous été marqués par les travaux de Heidegger. Il s’agira ainsi d’examiner un certain nombre d’usages philosophiques de la notion d’événement qualifiés de « phénoménologiques » afin d’en dégager non seulement les traits communs, mais aussi le sens et la portée des projets philosophiques qui les soutiennent. Cette première étape sera suivie d’une deuxième, où il sera question d’auteurs français qui ont développé leur notion d’événement indépendamment de la source heideggerienne (dans un contexte post-bergsonien et post-structuraliste). Il s’agira finalement de tracer des coordonnes théorico-historiques à même d’indiquer les motifs de l’émergence d’une véritable prolifération des philosophies de l’événement dans le monde francophone. On cherchera ainsi, dans le deuxième volet de notre atelier (II : « L’ontologie analytique des événements ») à explorer les termes dans lesquels on aborde la question de l’événement, ou, plus précisément, des événements, en philosophie analytique.

Programme

2013 décembre 2013 : Federico Viri, « J. Derrida et l’événement »

2113 janvier 2014 : Federico Viri, « J.-L. Marion entre don et événement »

2214 février 2014 : Claudio Majolino, « De l’engouement événementiel de la phénoménologie française »

2314 mars 2014 : Edouard Jolly, « Heidegger : présence et événement »

2418 avril 2014 : Philippe Sabot, « Figures de l'événement chez Michel Foucault »

2509 mai 2014 : Aurélien Djian, « Husserl : Horizon et événement »

2622 mai 2014 : Arnaud Bouaniche, « Bergson et Deleuze : événement, créativité, nouveauté »

2713 juin 2014 : Marie Démosthène, « L’événement (par) Whitehead (Deleuze) »

2820 juin 2014 : Thomas Bénatouïl, « Philosophie française et ontologies de l'événement : la filière stoïcienne »

Groupe de travail « Méthodologie et usage des sources : la philosophie et son histoire »

29Groupe de travail des doctorants et jeunes docteurs de l'UMR STL. Responsables : Ophélie Desmons et Edouard Jolly. Deux séances par mois.

Présentation

30À faire un travail de recherche en philosophie, en particulier dans le cadre de la thèse, surgissent un certain nombre de questions méthodologiques. Ces questions se posent à chaque chercheur, quel que soit son domaine de spécialité.

31Chacun est amené à les formuler et à y amener une réponse, à un moment où à un autre de son travail de recherche. La façon dont on parvient à les poser et à les résoudre conditionne la pertinence de la recherche produite.

32Pourtant, ces questions constituent encore trop rarement l’objet privilégié de nos discussions. Nous sommes très souvent préoccupés par le thème philosophique sur lequel porte notre enquête, peut-être encore plus souvent par les auteurs et les corpus. La majeure partie de notre temps est consacrée à lire des textes que nous nous efforçons de comprendre, afin de reconstruire la genèse et la pertinence de pensées.

33Mais nous qui lisons des textes et en écrivons, comment pourrions-nous ne pas nous demander comment et pourquoi lire ?

34La question « pourquoi lire ? » ouvre tout le champ de réflexion qui porte sur le rapport entre l’histoire de la philosophie et la philosophie elle-même. Nous pouvons nous demander : si notre travail de recherche trouve son origine dans un problème philosophique, pourquoi passe-t-on par l’histoire de la philosophie ? Pourquoi ne pas « directement » philosopher ? Pour certains, c’est bien l’intérêt éprouvé pour telle ou telle question qui précède et détermine l’intérêt pour tels ou tels auteurs. Et lorsque le travail de recherche porte en premier lieu sur un moment de l’’histoire de la philosophie, les enjeux philosophiques demeurent présents. Quel sens alors y a-t-il alors à faire de l’histoire de la philosophie ? Faire de l’histoire de la philosophie, est-ce ne pas faire de philosophie ? Et si faire l’histoire de la philosophie n’interdit pas sa pratique actuelle, comment s’opère le passage éventuel de l’un à l’autre ?

35La question « comment lire ? » pose un problème herméneutique. Ce sont d’abord des questions philologiques qui se posent : comment établir et justifier le choix d’un corpus ? Quels textes faut-il y inclure ou en exclure ? Quel statut accorder à des sources diverses et variées (notes de cours, ouvrages publiés, inédits, archives, textes littéraires ou d’autres sciences humaines) ? Outre ces questions techniques, d’autres relèvent de l’herméneutique entendue comme art de l’interprétation. La question générale de la compréhension – comment faut-il interpréter pour comprendre ? – entre en résonance avec les questions précédemment évoquées. Travailler sur un auteur, c’est ainsi par exemple se demander ce que la recherche de cette compréhension nous impose. Comprendre une oeuvre, c’est parvenir à reconstruire une totalité. C’est montrer comment les diverses affirmations tiennent ensemble. Pour parvenir à la compréhension, il faut donc d’abord supposer la cohérence de l’ensemble. Mais jusqu’où faut-il maintenir cette hypothèse ? À quel point le chercheur doit-il prendre le parti de son auteur ? Jusqu’où, pour comprendre, doit-il défendre son auteur ? Que fait-il lorsqu’il pointe les tensions internes à l’œuvre ? Cesse-t-il de rechercher la compréhension ? Dépasse-t-il l’auteur ? Est-ce à ce moment qu’il commence à produire une pensée originale ?

36Le groupe de travail « Méthodologie et usage des sources » a vocation à rendre possible la discussion entre les doctorants par-delà la diversité des spécialités. Nous pensons en effet qu’il existe un terrain commun trop souvent inexploité dont l’exploration permettra de fédérer les doctorants de STL, quel que soit le degré d’avancement de leurs travaux de recherche.

37À raison de deux séances par mois, chaque séance sera animée par un doctorant ou un jeune docteur, qui proposera un exposé thématique d’une trentaine de minutes. Une large partie du temps pourra ainsi être consacré à la discussion et aux comparaisons entre pratiques et théories.

38Ce groupe de travail s’adresse principalement aux doctorants en philosophie. La présence et la participation active des doctorants en philologie de STL est toutefois vivement souhaitée. Chacun est invité à proposer l’animation de séances. Celles-ci sont également ouvertes aux enseignants-chercheurs, ainsi qu’aux étudiants de Master ou Licence qui pourraient être intéressés par les questions soulevées par la lecture comme l’écriture de la philosophie.

Calendrier

3919 février 2014 : Edouard Jolly : « Éléments de méthode pour une cohérence entre philosophie et histoire de la philosophie »

4011 mars 2014 : Ophélie Desmons : « Pourquoi lire ? Les modalités d’une lecture philosophique de l’histoire de la philosophie »

4125 mars 2014 : Camille Ternier : « « Faire du terrain » : quel statut accorder à une étude de cas dans une thèse de philosophie ? »

428 avril 2014 : Stéphane Zygart : « Raconter des histoires : problématiser et conceptualiser en philosophie avec les sciences humaines »

4315 avril 2014 : Camille Prost : « Quelle méthode pour une thèse de philosophie de la musique ? L'interdisciplinarité en question : problèmes et apports »

4413 mai 2014 : Edouard Jolly : « L'usage intempestif des sources. Des avantages et inconvénients de l'histoire pour la philosophie »

4527 mai 2014 : Sébastien Charbonnier : « L’histoire de la philosophie comme matériau heuristique : scriptum Versus voluntas »

Séminaire « Interprétation de soi et compréhension des autres »

46Responsables : Christian Berner & Eléonore Le Jallé, avec la collaboration de Sophie Djigo. Mensuel.

Programme

4724 septembre. Eléonore Le Jallé, STL : « Compréhension linguistique et imagination »

4815 octobre. Christian Berner (STL) : « Compréhension, communication et humanité »

495 novembre. Nicolas Osborne (STL) : « La compréhension chez Kant. Comprendre autrui pour construire la raison »

5014 janvier. Sophie Djigo, (CURAPP et STL) : « Interprétation expressive et connaissance de soi »

514 février. Solange Chavel (Université de Poitiers) : « Changer de point de vue : forces et faiblesses de l'imagination »

5211 février. Laurent Keiff (STL) : « L’intrication des intentions. Grice, à propos de la signification »

534 mars. Aurélien Djian (STL) : « La compréhension de soi et des autres à la lumière du concept gadamérien de « fusion des horizons » »

541er avril. Alexandre Billon (STL) : « Qu'est-ce que ne plus être soi-même ? »

556 mai. François Thomas (STL) : « L'art du comédien : comment interpréter les émotions d'un autre ? Réflexions à partir de Stanislavski et de Brecht »

562 juin. Richard Moran (Harvard University) : « Bernard Williams, History, and "the impurity of philosophy" »

Séminaire « Avec Foucault »

57Responsable : Philippe Sabot. Mensuel.

Présentation

58Ce séminaire est destiné à développer les activités menées au sein du groupe de travail « Avec Foucault » en 2011-12 et 2012-13. Il s’agit de poursuivre la démarche de présentation de travaux en cours afin de permettre aux chercheurs travaillant sur, avec ou à partir de Foucault, de confronter leurs recherches. Mais le séminaire vise aussi à créer, au sein même de ce collectif de recherches foucaldiennes, un espace de travail et de problématisation des concepts foucaldiens, interrogés à partir de sites précis : le savoir, la vérité, le sujet, la sexualité, l’histoire, la fiction…

Programme

5924 octobre 2013 : Philippe Sabot (Lille 3-STL) : « Ceci n’est pas une pipe : crise de la représentation, critique de l’ontologie »

6021 novembre 2013 : Philippe Sabot (Lille 3-STL) : « Sujet, pouvoir, discours »

6112 décembre 2013 : Thomas Benatouïl (Lille 3-STL) : « Foucault, la parrêsia et le cynisme »

6223 janvier 2014 : Thamy Ayouch (Lille 3-Centre de Recherches en Psychanalyse, Médecine et Société, Paris7) : « Véridiction de la psychanalyse, psychanalyse de la véridiction. Penser avec Foucault »

6317 mars 2014 : Jean-François Bert (Université de Lausanne) : « Comment écrire une histoire de la folie ? »

64NB : Intervention dans le cadre de l’exposition « Michel Foucault, auteur, lecteur, archiviste » (11-27 mars, Hall de la bibliothèque universitaire centrale de Lille 3)

653 avril 2014 : Karine Bocquet (STL) : « Des Mots et les choses à La Volonté de savoir : taxinomie et confrontation des critiques depuis la question des pratiques »

6615 mai 2014 : Judith Revel (Paris 1) : « Foucault, le présent, l'actualité »

6712 juin 2014 : Hervé Oulc’hen (Bordeaux 3, EA Sciences, Philosophie, Humanités) : « Sur l’intelligibilité de la pratique : Foucault et Sartre »

Groupe de travail « Logique »

68Responsable : Tero Tulenheimo).

Séminaire « Les usages de la phénoménologie (2) : le corps vivant »

69Responsables : François De Gandt et Claudio Majolino. Université Lille 3.

Séminaire partenarial « Genre, sexualité(s), pouvoir »

70Soutenu par la MESHS (responsables : Philippe Sabot, Lille 3/STL et Julie Mazaleigue-Labaste (Université de Picardie Jules Verne.CHSSC). Lille, MESHS.

Séminaire « Les figures du SIGNE de la tradition empiriste »

71Responsables : Laurent Cesalli, Claudio Majolino, Hélène Leblanc. Trois séances de 4h de février à juin + un workshop le 27 juin.

Présentation

72Ce travail s’inscrit dans le cadre d’un cycle de trois ans (2012-2015), proposé en juin 2012, centré sur les théories philosophiques du signe de l’Antiquité à nos jours. Les travaux présentés et discutés à ce jour se sont attachés à exposer et à mettre en relation des approches philosophiques destinées à élucider la nature et le fonctionnement des phénomènes sémiotiques en général et des expressions linguistiques en particulier. Sur le plan systématique, les séminaires se sont efforcés de mettre en évidence la complémentarité féconde de la philosophie du langage, philosophie de l’esprit et ontologie. Quant à la dimension historique, elle a révélé à la fois les similitudes manifestes et les écarts irréductibles existant entre les théories du passé et celles qui appartiennent à la philosophie contemporaine prise en un sens large (de la fin du XIXe siècle à nos jours). Le Desiderat der Forschung qui est à l’origine de nos activités s’en est trouvé à la fois renforcé et précisé : il s’agit maintenant d’approfondir la compréhension et la comparaison des théories en présence.

73Les séances organisées en 2012-2013 ont fait émerger la nécessité de creuser en particulier l’héritage de la fin du Moyen Âge et de l’Âge Classique. Le séminaire de l'année passée nous a permis d'explorer les dimensions scolastico-cartésiennes de la réflexion sur le signe. Il s'agit maintenant d'orienter la réflexion vers l'autre grand courant de l'Âge classique : l'empirisme.

74De la scolastique tardive à Port-Royal, notre étude passée a porté sur la pensée sémiotique qui s'est développée essentiellement en Europe continentale. Au cours de l'année à venir, nous élargirons les limites géographiques de notre étude en nous déplaçant du côté anglo-saxon, avec des auteurs tels que Hobbes et Locke. Mais il s'agit bien d'élargissement, car ce travail concernera également des auteurs comme Gassendi et Spinoza, qui ont ceci de semblable aux empiristes à proprement parler qu'ils considèrent le signe avant tout comme trace, entendu de façon physique. Ceci nous permettra, entre autres, de prendre nos distances avec le modèle linguistique qui a donné sa forme à la sémiotique jusqu'à nos jours.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Séminaires et Groupes de travail (2013-2014) », Methodos [En ligne], 14 | 2014, mis en ligne le 11 octobre 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/methodos/4019

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • OpenEdition Journals