Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Compte rendu de Nicolas de Villiers, sieur de Chandoux, Lettres sur l’or potable, suivies du traité De la connaissance des vrais principes de la nature et des mélanges et de fragments d’un Commentaire sur l’Amphithéâtre de la sapience éternelle de Khunrath

Textes édités et présentés par Sylvain Matton avec des études de Xavier Kieft et de Simone Mazauric, Paris/Milan, SÉHA/ARCHÈ, 2013
Bernard Joly
Référence(s) :

Préface de Vincent Carraud. Deuxième édition revue. Paris/Milan, SÉHA/ARCHÈ, 2013, 576 p. ISBN : 978-88-7252-330-8

Entrées d’index

Mots-clés :

alchimie
Haut de page

Texte intégral

1Tous ceux qui s’intéressent à la vie et à l’œuvre de Descartes connaissent l’épisode rapporté par Adrien Baillet dans sa Vie de monsieur Descartes (1691) et évoqué par Descartes lui-même dans une lettre à son ami Villebressieu en 1631 (AT I 212-213) : vers la fin des années 1620, le jeune Descartes participa à Paris chez le nonce apostolique, le cardinal Guidi di Bagno, à une « assemblée de personnes savantes et curieuses », parmi lesquelles le cardinal de Berulle et Mersenne. L’orateur était un certain « sieur de Chandoux » qui séduisit l’auditoire par un brillant exposé dans lequel il réfutait les enseignements de la philosophie scolastique et exposait « le système assez suivi de la philosophie qu’il prétendait établir ». Selon Baillet, Descartes prit alors la parole pour réfuter aussi bien la méthode que le contenu du discours de Chandoux, livrant ainsi pour la première fois un aperçu de ses recherches aussi bien sur « l’art de bien raisonner » et sur les principes de sa philosophie. Il fut alors encouragé par Bérulle, qui l’encouragea à rendre publics ses travaux.

2Jusqu’ici on ne connaissait de Chandoux que ce que Baillet en disait, que c’était un « chymiste » tenté par la « falsification des métaux », ce qui le conduisit à être condamné pour avoir fabriqué de la fausse monnaie et pendu en 1631. Grâce aux recherches minutieuses et érudites menées par Sylvain Matton, dont il nous présente les cheminements et les résultats dans une introduction de 146 pages, nous connaissons désormais un peu mieux le personnage, à commencer par son nom, Nicolas de Villiers, ainsi que sa proximité avec les milieux lullistes de l’époque, intéressés tout autant par la méthode de l’Ars magna que par les nombreux traités alchimiques qui étaient attribués au savant catalan et que nous savons aujourd’hui être apocryphes. Poursuivant ses investigations, Matton a aussi et surtout découvert à la BNF les manuscrits de plusieurs écrits de Chandoux, qui sont ainsi pour la première fois édités.

3Il s’agit tout d’abord de deux lettres sur l’or potable dont le destinataire est inconnu, mais que Matton suppose pouvoir être Charles de Condren, supérieur général de l’Oratoire, confesseur de Gaston d’Orléans, frère de Louis XIII et fervent adepte des théories alchimiques. Ces lettres restent théoriques, ne développant pas la recette de fabrication de l’or potable, précisant cependant qu’il ne s’agit pas d’une simple dissolution, mais bien d’une préparation alchimique destinée à rendre la santé.

4Vient ensuite ce que l’on peut considérer comme l’œuvre principale de Nicolas de Villiers, le traité De la connaissance des vrais principes de la nature et des mélanges, sur les thèses duquel nous allons revenir, ouvrage dont les thèmes pourraient correspondre au discours prononcé à la nonciature. Les mêmes manuscrits comportent enfin un Commentaire sur l’Amphithéâtre de la sapience éternelle de Khunrath, qui se présente comme un dictionnaire expliquant la signification des termes et thèmes de l’Amphitheatrum d’Heinrich Khunrath, ouvrage paru en 1595 et dont la version amplifiée que commente Chandoux fut condamnée par la Sorbonne en 1625. Sylvain Matton termine son introduction par une recherche des diverses sources de la « philosophie chimique » de Chandoux, au premier rang desquelles figure bien entendu l’ouvrage de Khunrath, ainsi que sur quelques hypothèses, parfois un peu hasardeuses, sur l’influence de cette « philosophie chimique » sur divers alchimistes du XVIIe siècle.

5Cette introduction est suivie de deux contributions. Dans la première, intitulée « Entre "vraie" et "fausse" innovation : la philosophie chimique de Chandoux », Simone Mazauric montre comment cette philosophie naturelle d’inspiration « chymique », c’est-à-dire alchimique, s’inscrivait de manière originale dans le courant de ceux que l’on appelait alors les « novateurs », adversaires résolus de la philosophie scolastique. À côté des auteurs qui s’en remettaient à une inspiration mécaniste et à une interrogation toute théorique de la nature et des propriétés de la matière, Chandoux, comme beaucoup d’alchimistes de cette époque, insistait sur le caractère expérimental de sa méthode, les principes constitutifs des corps mixtes était découverts au laboratoire par l’analyse chimique ; l’alchimiste est celui qui voit et qui touche les principes de la matière. La seconde contribution, de Xavier Kieft, est intitulée « Ce que Chandoux pourrait nous apprendre de Descartes ». En comparant ce que nous savons de la philosophie de Descartes par ses œuvres, dont Keift fait l’hypothèse de l’homogénéité des années 1620 à sa mort, avec le discours de Chandoux, supposé être une sorte de résumé des thèses de son traité des principes et des mélanges, il serait possible de déduire, non pas tant ce que fut la réponse de Descartes, mais les éléments qu’il tira pour sa philosophie de cette confrontation. Keift imagine alors que Descartes se soit livré à une appropriation déformante et paradoxale des thèses alchimistes, un peu à la manière des manipulations que Jung leur fit subir dans sa trop célèbre Psychologie und Alchemie de 1944, pour obtenir, à partir de ce que l’auteur appelle malencontreusement une « doctrine alchimique standardisée », une nouvelle théorie de l’individuation. Thèse séduisante, mais qui laisse perplexe : plutôt que de mettre l’accent sur une problématique pour laquelle Chandoux marque certes son intérêt, mais qui ne tient pas une place prépondérante chez les autres alchimistes, pourquoi ne pas s’être interrogé sur des points qui font mieux apparaître l’opposition de Descartes à l’alchimie, qui étaient au cœur du discours de Chandoux, et sur lesquels nous savons qu’il n’a pas manqué de réagir, comme la question des principes (voir par exemple la lettre à Mersenne du 30 juillet 1642 ou l’article 63 de la quatrième partie des Principes de la philosophie) ou le rejet de l’analyse chimique pour comprendre la nature de l’âme, comme le montre la vive querelle avec Gassendi dans les cinquièmes objections et réponses des Méditations métaphysiques ? À la condition d’admettre, bien entendu, cette influence a contrario de l’alchimie sur la constitution de la pensée de Descartes…

6Mais venons-en finalement à une rapide présentation de la philosophie naturelle de Chandoux, telle qu’elle est développée dans les 165 pages du traité Des vrais principes de la nature et des mélanges. S’opposant à la philosophie naturelle des scolastiques, Chandoux considère que la matière universelle est composée de trois principes matériels, mis en évidence par les opérations de distillation, et qu’il appelle la forme, l’esprit et la matière. L’idée d’une tripartition de la matière, sur le modèle de la Trinité, tient certes une place essentielle dans l’alchimie de cette époque, mais Chandoux lui donne un tour singulier par rapport à la doctrine paracelsienne alors dominante qui appelle ces principes Soufre, Sel et Mercure. Sylvain Matton voit dans cette construction originale l’influence évidente de Khunrath, mais en deçà, celle de la doctrine du spiritus mundi de Ficin, cet esprit matériel jouant le rôle d’intermédiaire pour unir entre eux les deux autres principes, et qui prend une place de plus en plus importante dans les théories alchimiques du XVIIe siècle. Mais pour que ces principes se spécifient et donnent naissance aux éléments, aux espèces et aux individus, Chandoux met en place une autre invention de Khunrath, les binaires, êtres obscurs qui, par leurs impuretés, spécifient les êtres particuliers en fonction du mélange de leurs accidents, suivant qu’ils sont aqueux, oléagineux ou terrestres. Ainsi se trouvent justifiée la multiplicité des corps mixtes auxquels s’intéresse l’analyse chimique. L’ouvrage se termine par un traité De l’homme qui est inachevé, ce qui explique peut-être pourquoi l’ensemble ne fut jamais imprimé.

7Cet ouvrage, dont l’introduction de Sylvain Matton peut être considérée, comme le dit Vincent Carraud dans sa préface, comme « un modèle de recherche érudite » intéressera bien sûr les historiens de l’alchimie aussi bien que ceux qui s’intéressent à l’élaboration de la pensée de Descartes. Mais il apporte surtout des lumières nouvelles sur les débats d’idées constitutifs des nouvelles philosophies qui prirent leur essor au début du XVIIe siècle, à une époque où les « novatores » étaient tout autant alchimistes que mécaniciens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Joly, « Compte rendu de Nicolas de Villiers, sieur de Chandoux, Lettres sur l’or potable, suivies du traité De la connaissance des vrais principes de la nature et des mélanges et de fragments d’un Commentaire sur l’Amphithéâtre de la sapience éternelle de Khunrath », Methodos [En ligne], 14 | 2014, mis en ligne le 05 mai 2014, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/methodos/4024

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • OpenEdition Journals