Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Compte rendu de Alain Mothu, La pensée en cornue. Matérialisme, alchimie et savoirs secrets à l’âge classique, Paris/Milan, SÉHA/ARCHÈ, 2012, 409 pages

Bernard Joly
Référence(s) :

Compte rendu de Alain Mothu, La pensée en cornue. Matérialisme, alchimie et savoirs secrets à l’âge classique, Paris/Milan, SÉHA/ARCHÈ, 2012, 409 pages

Paris/Milan, SÉHA/ARCHÈ, 2012, 409 p. EAN : 9788872523278. ISBN : 978-88-7252-327-8

Entrées d’index

Mots-clés :

alchimie, matérialisme
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage rassemble neuf articles parus de 1990 à 2012, constituant neuf chapitres regroupés en trois parties : « distillations spirituelles », « prestiges du secret » et « vertiges matérialistes ». Les deux chapitres de la première partie sont les plus importants, à la fois parce qu’ils font la moitié de l’ouvrage et parce qu’ils développent les thèmes les plus novateurs et les plus féconds : « La pensée en cornue : considérations sur le matérialisme et la "chymie" à la fin de l’âge classique » (165 pages) et « Le mythe de la distillation de l’âme au XVIIe siècle en France » (32 pages), les chapitres des deux autres parties constituant en quelques sorte diverses applications de l’étude du matérialisme chimique dont les ressorts sont présentés dans la première partie. Tout l’intérêt de cette nouvelle publication vient de la possibilité de prendre connaissance de ces importantes et originales recherches, certes déjà anciennes pour la plupart, mais trop souvent passées inaperçues, qui apportent un regard entièrement renouvelé à la fois sur le matérialisme et sur l’alchimie à l’âge classique.

2Nombreuses citations à l’appui, l’auteur montre le rôle important joué au XVIIe siècle par les théories alchimiques et la pratique de la distillation dans les représentations du corps humain et de son fonctionnement, puis dans le fonctionnement du cerveau et la production de la pensée, produisant ainsi un matérialisme qui ne dit pas toujours son nom, mais qui produira pendant longtemps ses effets. Ce sont bien sûr Paracelse et ses disciples, puis Van Helmont au siècle suivant, qui vulgarisent la notion d’homme-alambic, en proposant une interprétation chimique de l’organisme vivant qui concurrence efficacement les interprétations mécanistes, auxquelles elles sont parfois associées chez des médecins de la seconde moitié du XVIIe siècle. Descartes n’est d’ailleurs pas le seul à considérer les esprits animaux comme des substances matérielles, puisque l’alchimie propose depuis longtemps de voir dans les divers « esprits » de la chimie des corps certes très subtils mais entièrement matériels. Pourquoi l’esprit humain lui-même que l’on nomme volontiers du terme chimique, quoique équivoque, de spiritus quand on n’est pas cartésien, ne serait-il pas lui aussi matériel, les idées étant alors produites par le cerveau en même temps que les esprits animaux ? La célèbre querelle déclenchée par Gassendi dans les cinquièmes objections des Méditations métaphysiques illustre bien, par sa virulence même, le succès que pouvait avoir à cette époque la thèse d’une production chimique de la pensée, malgré les protestations indignées de Descartes, qui ne pouvait bien sûr pas accepter que l’on puisse analyser l’âme comme à l’alambic. Et il ne faut pas oublier que Locke, dont l’hypothèse d’une matière pensante fit scandale, était lui-même proche des alchimistes.

3De telles idées paraissaient bien sûr « sulfureuses », tendant à conduire à l’athéisme, ce qui entraina plusieurs auteurs à devenir des « maîtres du secret ». Ce sont divers aspects de ces « prestiges du secret » et des « vertiges matérialistes » que l’auteur analyse dans les chapitres suivants, dont on se contentera ici de donner les titres évocateurs :

4– « Une petite satire de l’alchimie sous Louis XIII : Le vray secret et invention de la Pierre Philosophale, trouvee dans l’escuelle de Bois » ;

5– « Un "duel ésotérique" ? La pyrhydromachie cyranienne » ;

6– « Gabalis équivoque ou la Cabale dénudée » ;

7– « L’infâme secret. De La France devenue italienne au "péché muet" des francs-maçons » ;

8– « L’évangile paracelsien du prophète Parisot » ;

9– « Guillaume Postel, le Traité des trois imposteurs et les athées de Caen » ;

10– « Une théosophie matérialiste clandestine des Lumières : les Essais de quelques idées sur Dieu ».

11Le lecteur rendu curieux par ces titres parfois étranges découvrira ici des aspects du matérialisme qui ne sont pas les moins étonnants ni les plus ennuyeux. D’une façon plus générale, ce livre réjouira toutes celles et ceux qui souhaitent s’échapper des analyses convenues, toujours centrées sur les mêmes auteurs, et découvrir la féconde diversité des productions philosophiques et scientifiques de l’âge classique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Joly, « Compte rendu de Alain Mothu, La pensée en cornue. Matérialisme, alchimie et savoirs secrets à l’âge classique, Paris/Milan, SÉHA/ARCHÈ, 2012, 409 pages », Methodos [En ligne], 14 | 2014, mis en ligne le 22 avril 2014, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/methodos/4030

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • OpenEdition Journals