Navigation – Plan du site
Analyses et interprétation

Des Anormaux de Foucault aux handicapés : le médico-social comme médecine de l’incurable

From Abnormal of Foucault to disabled people: medico-social as medicine of incurable
Stéphane Zygart

Résumés

La catégorie des anormaux, dont Foucault fait la généalogie dans son cours de 1974-1975 au Collège de France, a complètement disparu au début du XXe siècle. Par l'extension illimitée de l'anormal qu'elle permettait et par la somatisation de toutes les pathologies physiques ou mentales qui la soutenait, cette catégorie peut cependant être rapprochée de notre notion actuelle de « handicap », et tout particulièrement des handicaps psychiques. Ce rapprochement permet d'apprécier ce qui a changé dans notre rapport aux normes. L'intégration sociale et la modification des anormaux a remplacé leur exclusion et contention. Mais l'inquiétude des normes est toujours aussi forte, et s'articule désormais autour d'une recherche de sécurité dont le handicap est l'expression. La méthode généalogique permet ainsi l'étude des lignes de fracture de cette notion, révélatrice des problèmes que produisent notre volonté de prendre médicalement en charge de supposés incurables.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Michel Foucault (1999), Les anormaux, Paris, Gallimard/Seuil.

1Les Anormaux, cours qu'a prononcé Foucault au Collège de France entre janvier 1974 et mars 1975 tandis qu'était publié Surveiller et punir, ne porte pas sur le carcéral, mais expose une des premières trames de ce que nous appellerions aujourd'hui le médico-social1. Il y est question de la prise en main, par la médecine, de questions qui n'y sont pas immédiatement réductibles : la culpabilité, la sexualité, le travail. « Les anormaux » une catégorie de population bien identifiée et réelle à la fin du XIXe siècle, sont l'effet de cette trame médico-sociale et l'objet de ses inquiétudes, de ses traitements et de ses institutions sur fond de défense sociale.

2Un siècle plus tard, il est possible de rapprocher ces « anormaux » des « handicapés » qui nous sont contemporains. Bien sûr, un tel rapprochement est par définition anachronique. Mais il peut en plus sembler totalement illogique tant les conceptions et technologies sociales et médicales ont changé entre les années 1900 et les nôtres. Néanmoins, ce que nous appelons les handicapés psychiques, derniers venus sur la scène des handicaps, offrent des similitudes troublantes avec les anormaux et indiquent à partir de leurs traits les plus concrets tout ce que notre idée générale des handicapés répète de la conception archaïque, inquiète et à nos yeux irrationnelle, des anormaux. C'est ce rapprochement que nous voudrions effectuer et étudier ici, entre la généalogie foucaldienne des anormaux et la notion de handicap, ses causes et ses effets. Hors de tout exercice d'heuristique ou d'actualisation, cette confrontation, d'abord provoquée par certains étonnements à la lecture du cours de Foucault, a pour buts d'indiquer quelques hypothèses sur le rapport du handicap à la sécurité et à ses inquiétudes, sur la transformation de la médecine en médico-social lorsque celle-ci en vient à prendre en charge des incurables, et enfin d'exposer quelques usages possibles de la méthode généalogique par la manière dont celle-ci lie histoire et problématisation philosophique.

3Pour apprécier sous ces angles la signification des Anormaux, il faut dans un premier temps rappeler quels ont été les axes constitutifs de cette catégorie d'« anormaux » et à quel point ces axes ont pu se maintenir malgré la disparition de la dénomination d' « anormal », par exemple dans la notion d' « inadapté », jusque dans les années 1960. C'est à partir de là qu'il est possible ensuite de mesurer exactement ce que nos catégorisations médico-sociales contemporaines, malgré les cloisonnements qu'elles opèrent, gardent des anormaux et de leurs amalgames, ce dont le handicap, tout particulièrement psychique mais aussi physique ou mental, est l'expression par excellence : le fourmillement des prises en charge qu'il occasionne rejoue, entre autres au travers des médecines de la chronicité ou de l'utilité non économique du travail, l'inquiétude illimitée de la norme qui semblait avoir disparu avec les anormaux. Le problème qui se pose alors est de situer, conceptuellement, les anormaux et les handicapés : avatars historiques, certes, mais peut-être pas seulement, ou plus durables qu'on pourrait le croire. C'est sur ce point que la méthode généalogique peut faire la preuve de sa fécondité, par exemple par rapport aux méthodes socio-historiques qui s'en inspirent, en ce que les généalogies permettent de saisir d'un même geste et sans sacrifice la contingence absolue de nos constructions historiques, leur appartenance à des processus durables et leurs structures problématiques inactuelles. Mais il faut, pour en arriver là, retracer avant tout ce que furent les anormaux, la réalité à la fois terre à terre et baroque des effets de cette catégorie médico-sociale.

La généalogie d'une catégorie réelle et disparue, « les anormaux »

L'existence des anormaux, sa nature et ses effets

4Les Anormaux suivent les analyses que Foucault a consacrées, l'année précédente, au pouvoir psychiatrique. À partir des pratiques asilaires aliénistes et jusqu'aux hystériques de Charcot, la psychiatrie apparaissait comme un pouvoir d'imposition du réel à ceux qui ne le reconnaissent pas comme tel, et était définie par Foucault comme une technologie disciplinaire, avant tout aux prises avec le corps des individus. Les anormaux poursuivent cette étude de la psychiatrie, en envisageant cette fois celle-ci comme ce qui met en relation les différentes normativités sociales par le biais de la notion de danger, celle-ci étant la véritable surface de diffusion de la psychiatrie. Selon Foucault, les trois lignées qui mènent par leur croisement aux anormaux à proprement parler – le criminel, l'enfant masturbateur et l’incorrigible – sont ainsi toutes liées à la dangerosité que la psychiatrie peut anticiper, neutraliser, voire soigner. Et la position sociale et institutionnelle de celle-ci vient de ce qu'elle peut répondre au danger de la folie criminelle, au danger pour la santé de l'enfant masturbateur ou au danger de l'absence de travail, scolaire ou autre (qui caractérise les incorrigibles, même si Foucault n'a pas le temps d'en mener une analyse étendue).

5Chacun de ces cas peut servir, à lui seul, à établir ce lien qui est encore le nôtre entre la psychiatrie et le danger, du crime, du sexuel ou du marginal. Il est remarquable alors que Foucault repasse sur le même motif, nomme le cours de cette année-là « Les anormaux » et le fasse aboutir à cette catégorie médico-psycho-sociale dont l'existence fut aussi brève que les assises en étaient fragiles :

  • 2 Michel Foucault (1999), Les anormaux, p. 307 (résumé du cours dans l'annuaire du Collège de France)

« La grande famille indéfinie et confuse des « anormaux », dont la peur hantera la fin du XIXe siècle, ne marque pas seulement une phase d'incertitude ou un épisode un peu malheureux dans l'histoire de la psychopathologie ; elle a été formée en corrélation avec tout un ensemble d'institutions de contrôle, toute une série de mécanismes de surveillance et de distribution ; et lorsqu'elle aura été presqu'entièrement recouverte par la catégorie de la « dégénérescence » elle donnera lieu à des élaborations théoriques dérisoires, mais à des effets durement réels. »2

6Qu'en est-il exactement des anormaux ? Leurs traits définitionnels sont ramassés par Foucault dans le dernier cours, celui du 19 mars 1975. Tout d'abord, ils sont porteurs de syndromes, c'est-à-dire de signes renvoyant à un état général d'anomalie, toute conduite aberrante ou socialement déviante pouvant correspondre à de tels syndromes. Foucault donne l'exemple particulièrement flagrant du syndrome des antivivisectionnistes, forgé par Magnan. Le syndrome est ce qui permet à la psychiatrie de sémiotiser en termes cliniques les conduites aberrantes. Puis, les aliénistes de l’époque réunissent dans une même approche le plaisir, les instincts et les discours au sein des seuls discours délirants. Cela donne, sans réelle précision, à la psychiatrie la possibilité d'avoir une prise à la fois médicale et psychologique sur les anormaux, en les définissant et par l'organicité et par le verbe. Un socle organique est systématiquement donné aux anormalités à partir de ce qui est dit ou fait : la psychiatrie assoit ainsi sa légitimité médicale à intervenir tandis que les anormalités sont minéralisées dans les chairs, dotées d'une consistance et d'une possibilité de transmission biologiques qui les fait être tout autre chose que des troubles passagers. Troisièmement, à partir de cette somatisation, est forgée la notion d'« état » que Foucault considère comme un point essentiel. Qu'est-ce qu'un « état » ? C'est une nature des individus qui les fait automatiquement et définitivement anormaux, et les rend susceptibles de développer n'importe quelle maladie. Du syndrome à l'état, toute conduite dite déviante peut ainsi être renvoyée à un défaut général et permanent des individus qui subsiste quoi qu'ils fassent, aux formes et aux manifestations illimitées et imprévisibles. Enfin, en quatrième lieu, intervient l'hérédité. C'est que, selon Foucault, la notion d'état est si immédiatement totalisante qu'il faut resituer par un moyen quelconque les diagnostics dans un réseau de causes et d'effets pour en appuyer la scientificité. L'hérédité sert de support à une étiologie des états, qui justifie la prise médicale spécialisée qu'il faut avoir sur les anormaux. Cependant, en tant que ces lectures héréditaires permettent au final de rendre compte de ces notions informes que sont les états et les syndromes qui les signalent, elles restent compatibles avec le laxisme causal le plus complet et provoquent un autre effet : celui de pouvoir considérer des populations anormales à partir des individus anormaux et au-delà d'eux, suivant des hypothèses aussi larges que peuvent l'être l'extension des générations et leur mélange.

  • 3 Georges Canguilhem (1966), Le normal et le pathologique, Paris, PUF (1984).

7L'anormalité des anormaux n'a rien à voir avec un écart mesuré et circonscrit par rapport à une norme claire, nette, qui serait elle aussi attachée à un ensemble particulier et limité, à la manière dont la médecine essaie de procéder aujourd'hui. La conception de l'anormalité dont parle Foucault n'est pas celle dont traite Canguilhem dans sa discussion des constantes physiologiques3. Il s'agit d'une idée qui tend à prendre une extension illimitée par chacune de ses caractéristiques, et dont la qualité principale n'est pas de porter un repère éventuellement critiquable, mais une menace omniprésente. Cette idée de l'anormal se construit en faisant d'un comportement particulier la structure d'une totalité, par la notion de syndrome. Elle inscrit cette totalité dans le corps et fait de celui-ci la réalité du comportemental, la véritable origine de tout ce qui se produit, suivant une perspective unidimensionnelle qui réduit encore les jeux possibles des diagnostics et des thérapeutiques alors que l'anormal a déjà été érigé en phénomène global. S'ajoute à cela un passage de l'anormal actuel, aussi totalisant et substantiel qu'il soit, vers l'illimitation absolue de l'état et de ses virtualités. Et l'usage de l'hérédité assure enfin aux anormalités une dernière extension, des individus aux populations. Dans cette conception, l’indéfinition des déviances comportementales de départ aboutit à une stigmatisation biologique des populations que Foucault évoque en achevant son tableau :

  • 4 Michel Foucault (1999), Les anormaux, p. 299.

« Le racisme qui naît dans la psychiatrie de cette époque, c'est le racisme contre l'anormal. C'est le racisme contre les individus qui, étant porteurs soit d'un état, soit d'un stigmate, soit d'un défaut quelconque, peuvent transmettre à leurs héritiers, de la manière la plus aléatoire, les conséquences imprévisibles du mal qu'ils portent en eux, ou plutôt du non-normal qu'ils portent en eux »4.

8Ce qui étonne le plus, aujourd'hui, dans cette catégorie psycho-physique des anormaux, ce ne sont sans doute pas les échos plus ou moins confus qu'elle peut susciter en nous – où cette conception de l'anormal serait considérée comme l'expression hypertrophiée, anthropologiquement fondée, de l'inquiétude que peut provoquer l'apparition d'une petite différence dont les mystères angoissants pullulent en cachant d'autres mystères. Le plus étonnant, c'est bel et bien l'étrangeté radicale de cette construction dont les critères de validité détonnent non seulement pour nos regards contemporains, mais aussi à l'aune des critères et de certains corpus scientifiques du XIXe siècle où les anormaux sont nés, alors que Claude Bernard avait publié ses œuvres. Quels que soient les critères adoptés, « les anormaux » semblent être hors cadre et échapper aux normes de rationalité. C'est pourquoi il faut insister sur l'importance qu'a pu avoir cette notion, dans son extension générale jusqu'au début du XXe siècle, en psychiatrie au moins jusqu'à l'après Première Guerre Mondiale, avec les caractéristiques que lui prête Foucault et qu'il n'a nullement exagérées.

9Pour en donner un aperçu, il suffit peut-être de laisser parler un texte, publié en 1900 par le docteur Henri Thulié, qui était entre autres ancien président du conseil municipal de Paris, vice-président du conseil de l'assistance publique, directeur de l'école d'anthropologie, etc. :

« Tout acte laisse dans l'organisation aussi bien morale que physique une propension à se reproduire ; quand l'acte s'est répété plusieurs fois, cette propension augmente, et cet acte se reproduit automatiquement; l'habitude est créée. Si cette habitude n'est pas combattue, elle devient invétérée et pour ainsi dire organique, se reproduisant comme un véritable réflexe, et passe à l'état d'instinct pouvant même se transmettre par l'hérédité ; les exemples constatés sont nombreux. »

  • 5 Henri Thulié (1900), Le dressage des jeunes dégénérés ou orthophrénopédie, Paris, Alcan, p. 17.

« Tout ce qui précède démontre que dans le cas des jeunes détenus, il n'y a pas que le côté pédagogique à considérer ; ce sont des anormaux dans le redressement desquels le médical doit jouer un grand rôle. Or depuis les dégénérés supérieurs qui ne sont séparés de l'état physiologique moyen que par une instabilité irrésistible [...] : depuis ces détraqués intelligents en apparence mais qui désirent se distinguer en tout des autres [...] dont l'esprit ne peut garder aucun équilibre [...] ; depuis ces infirmes cérébraux le plus souvent méconnus, jusqu'à l'idiot complet, jusqu'au dégénéré inférieur le plus abject [...] la gradation symptomatique est insensible, et les causes de dégénérescence sont les mêmes. »5

10Les principaux traits du portrait des anormaux établi par Foucault sont reconnaissables. En dehors de l'impossibilité de distinguer le normal de l'anormal par un critère quelconque puisque tout peut être codé en anormalité, le plus frappant dans cette citation est le glissement de l'habitude à l'hérédité via l'instinct. La théorie de la dégénérescence dont les anormaux sont une pièce ou le produit n'est pas un darwinisme social – plus exactement n'est pas un lamarckisme social – qui diviserait la société entre les dégénérescents du fait de l'action des conditions de vie et les autres : elle porte à son plus haut point la confusion entre l'héréditaire et l'acquis, d'une manière qui a été pleinement acceptée.

  • 6 Voir sur ce point Stéphane Tison et Hervé Guillemain (2013), Du front à l'asile, 1914-1918, Paris, (...)

11Il ne semble pas que les discours de ce type aient gardé une audience large et en même temps scientifique après les toutes premières années du XXe siècle – tout au plus les théories de la dégénérescence se feront plus biologiques et chercheront à effacer de leurs énoncés la confusion entre l'inné et l'acquis. La psychiatrie cependant conservera plus longtemps les principes diagnostiques et thérapeutiques portés par les anormaux. Lors du déclenchement de la Première Guerre Mondiale, la théorie de la dégénérescence constituait encore une référence, attaquée mais usuelle, dans le domaine de la psychiatrie6. Les traités de l'époque permettent de voir en pleine clarté les conséquences thérapeutiques de cette théorie, comme dans le Traité de thérapeutique appliquée, publié sous la direction de Léon Robin en 1898. Son premier chapitre, général et introductif, sur les « notions de pathologie et de thérapeutique générale sur les maladies mentales », avait été rédigé par Pécharman et Magnan, ce dernier étant une des figures de proue des théories de la dégénérescence. On peut notamment y lire, dans sa partie conclusive sur « le traitement de la dégénérescence et la prophylaxie de la folie » :

  • 7 Valentin Magnan & Alexis Pécharman (1898), « Notions de pathologie et de thérapeutique générale sur (...)

« L'état de déchéance fixé et immuable des centres nerveux, résumé dans le mot « dégénérescence », échappe par sa définition même à l'action directe de la thérapeutique. Le devoir du médecin n'en est cependant non moins impérieux ni moins grand, car il appartient de protéger le déchu contre les effets de sa tare, et d'enrayer le mouvement qui la propage dans l'espèce»7.

12Et quelques pages plus loin, dans les dernières lignes du chapitre, après avoir traité de la lutte à mener contre les unions entre dégénérés :

  • 8 Valentin Magnan & Alexis Pécharman (1898), « Notions de pathologie... » in Léon Robin (dir.), Trait (...)

« [...] Il est incontestable qu'à la société seule appartient l'emploi des moyens susceptibles de guérir la dégénérescence en l'évitant et en s'opposant à sa propagation. Il suffit, en effet, de rappeler les principales causes de la dégénérescence, pour comprendre qu'elles sont toutes à peu près d'ordre social. L'inégalité des conditions créée par les besoins intenses de la lutte pour la vie, la misère, l'alcoolisme, le surmenage, l'insalubrité des professions, les agglomérations urbaines, la sophistication des produits alimentaires, les maladies épidémiques et contagieuses, etc. sont autant de maux qu'il appartient à la société sinon de supprimer complètement, tout au moins d'atténuer ».8

13Il n'y a de thérapie de l'incurable que la protection, celle du malade et celle des autres vis-à- vis du malade. Et une fois de plus, dans l'interaction du biologique et de l’environnemental, l'hérédité des caractères acquis est affirmée par Magnan et Pécharman. La guerre de 1914-1918 et les doutes définitifs qu'elle engendra sur ces sujets, tant le nombre de soldats atteints par des troubles psychiatriques remettait en cause les étiologies constitutionnelles de la folie, ne suffit pourtant pas à invalider totalement ces principes aux yeux de la communauté psychiatrique, et ceux-ci servirent de point de repère jusqu'au début des années 1920.

14L'unité des anormaux a néanmoins totalement éclaté depuis, et on n'use de ce terme ni en un sens général, ni dans des contextes institutionnels ou scientifiques. Notre vocabulaire s'est spécialisé, les irrégularités, les exceptions ont été spécifiées. On ne peut plus être anormal que d'une certaine manière et/ou pour un certain temps, les attentions se fixent sur les situations variables et momentanées que l'on traverse : un enfant est hyperactif (plus d'anormalité), les TOC que l'on peut avoir peuvent être liés au stress et disparaître sans lui (plus de « syndrome »), on se trouve en situation de handicap (plus de permanence individuelle), etc. Nous serions revenus après une période, assez courte finalement, de confusion, en deçà de l'époque des anormaux, au moment de la formation de leurs différents champs, avant qu'ils ne fusionnent : alors que les criminels font toujours l'objet, pour nous, d'un jugement juridico-psychiatrique, les enfants et leurs familles peuvent être prises en charge par des équipes médico-pédagogiques, et les incorrigibles être encadrés par les réseaux médico-sociaux Plus d'anormalité, mais des problèmes juridico-psychiatriques, médico-pédagogiques ou médico-sociaux. Les différents composants des anormaux ont repris chacun leur trajectoire singulière.

15On peut alors se demander quel intérêt peut bien avoir la description par Foucault dans son cours d'une chose totalement disparue. Un des premiers éléments de réponse pourrait être le suivant : dans les problèmes particuliers qui constituent les dynamiques respectives et désormais séparées des éléments jadis réunis dans les anormaux, quelque chose du passé et d'une ancienne communauté s'est conservé malgré tout en dépit des apparences. L'intérêt de reconstituer les anormaux, pour nous comme pour Foucault, est alors de permettre de suivre ensemble les différentes lignées que l'on a repérées grâce à eux, pour voir dans chacune d'entre elles ce qui subsiste des anormaux. Pour le dire autrement, il s'agit de percevoir les zones de fractures ou de fragilités, les cicatrices mal suturées que la séparation des différents anormaux a laissées. Ce qui s'est produit avec les anormaux aurait laissé des traces repérables dans chacun des fils qui les avaient tissés comme une seule et même chose, et, par rapport à nos problèmes actuels, ces traces donneraient une toute autre teneur aux nœuds que nous rencontrons et que nous pensons pouvoir analyser isolément dans nos différents dispositifs sociaux. La psychiatrie, le crime, l'enfance et les incorrigibles, bien que redevenus distincts, ont gardé en commun certains problèmes que l'on peut repérer par leur répétition.

La poursuite des confusions en héritage, dans nos réactions face aux dangers

  • 9 Yann Diener (2011), On agite un enfant, l'État, les psychothérapeutes et les psychotropes, Paris, L (...)

16Le plus simple d’abord. L'omniprésence du psychologique demeure dans toutes les nouvelles divisions au sein du groupe des anormaux, de telle sorte qu'à toutes on pourrait ajouter une épithète en « psy ». Un seul exemple : les Centres Médico-Psycho-Pédagogiques (CMPP), dont l'existence a été fixée par décret en 1963 et où, en écho direct des thèses de Foucault sur la manière dont la psychiatrie s'est greffée sur les familles au travers des questions de sexualité incestueuse autour de l'enfant, la psychanalyse a une place dûment définie par les textes réglementaires9.

17En dehors de cette transversalité de la « fonction Psy » dont il faudrait préciser à chaque fois les modulations particulières (dans l'expertise pénale ou celle d'incapacité, par exemple), c'est une confusion plus générale qui semble avoir été conservée des anormaux jusqu'à nous. Le mélange de médecine et de pédagogie des CMPP en serait une expression. Les grands traits de la cicatrice laissée par les anormaux dans nos rationalisations contemporaines du crime, de l'enfance et des incorrigibles se trouvent là, dans des zones de confusion qui expliquent les imperfections que nous déplorons dans nos différents dispositifs médico-sociaux, aussi particuliers que soient leurs méthodes et leurs buts. Ces confusions se trouvent non plus dans nos catégorisations initiales, mais dans les actions que nous mettons en œuvre à partir de ces catégorisations. En tant que réactions au crime, à l'enfance et aux incorrigibles, nos dispositifs sociaux restent liés à l'ancienne défense sociale dressée confusément contre des anormaux : malgré nos efforts pour cloisonner à nouveau les domaines et distinguer le pénal, le curatif et l'éducatif, chacune de nos divisions particulières des anormalités est encore tournée vers des dangers indéfinis qui nous poussent à user de tous les moyens pour y mettre fin, quitte à ce que la combinaison de ces moyens ne puisse se faire sans paradoxe. On peut le montrer par la survivance de certains discours tenus bien après la disparition des anormaux dans les années 60.

18C'est, en matière pénale, ce que traduisent les hésitations entre le curatif et le punitif, l'insistance sur l'origine singulière, et non sociale, de la différence criminelle, l'affirmation simultanée de l'incurable et de la possibilité d'une réadaptation sociale, ou encore le raisonnement qui consiste à lier l'emprisonnement, la bêtise, la délinquance et l'anormalité mentale (si l'on trouve tant d'anormaux en prison, c'est parce qu'ils se font prendre bêtement, preuve que l'anormalité mentale implique la délinquance). On peut ainsi lire dans Les délinquants anormaux mentaux, ouvrage de 1959 auquel participèrent des membres de la cour de cassation en soutien à un projet de loi :

  • 10 Charles Germain (1959), «Le traitement des délinquants anormaux (diversité et révisabilité des mesu (...)

« Sur la qualité de la guérison recherchée par le traitement, il n’est pas sans intérêt de reproduire le passage suivant du commentaire du projet déjà mentionné de la commission régionale de Lille : "Signalons que les soins qui seront prodigués à l’anormal et l'hygiène mentale à laquelle il sera soumis n’ont pas tellement pour but d’amener la guérison du délinquant, résultat problématique et même souvent irréalisable, que d'amener une amélioration dans son état qui le rende perméable aux influences morales et permette sa réadaptation à une vie sociale normale." Le docteur Gailly, médecin-chef de l'annexe psychiatrique de Charleroi, a fait à cet égard une distinction très judicieuse entre guérison médicale et guérison pratique, que l’on pourrait, appeler aussi guérison sociale, qu’il caractérise par l’indépendance économique et la non-nocivité, ce qui veut dire que l’anormal doit subvenir lui-même à son existence comme à celle de sa famille et aussi qu’il doit atteindre à ce niveau de moralité qui consiste à ne faire aucun mal au prochain »10

19Ou encore:

  • 11 Jean Pinatel (1959), « Anormalité mentale et criminalité (données et perspectives criminologiques)  (...)

« On ne saurait être étonné, en effet, de trouver parmi les multirécidivistes une très forte majorité d'anormaux mentaux au sens restreint du terme. C'est qu'en effet le trait commun de tous ses sujets réside dans un handicap social accentué. Ils ont des réactions différentes de la majorité des citoyens dans les circonstances ordinaires de la vie [...L']anormal mental ne s'adapte que très imparfaitement à l'activité criminelle organisée. Le débile et l'alcoolique se font prendre avec une facilité déconcertante, le pervers court des risques importants pour satisfaire des instincts déréglés, le caractériel signe sa délinquance d'une manière particulière. Ainsi trouve-t-on dans les prisons une proportion considérable d'anormaux mentaux, tandis que les criminels organisés ne s'y rencontrent guère »11.

20Pour examiner ensuite certaines survivances des anormaux du côté de l'enfance, il faut au préalable reprendre les différents fils de la généalogie de Foucault, car celui-ci insistait sur un point particulier : le nouveau rapport que le problème de la masturbation permettait d'envisager entre des forces et des structures originaires. L'enfance masturbatrice apportait à la catégorie des anormaux la possibilité de penser des forces naturelles à l'œuvre en chacun de nous et leur devenir. Au travers de la masturbation enfantine et adolescente, le sexe apparaissait naturel, mais fragile, lié à l'imaginaire et facilement délié de ses fins naturelles. Par lui se posait alors le problème d'un élément originel, certes universel, mais prompt à déborder les structures qui l'encadrent si celles-ci sont trop faibles : inquiétudes face aux natures anormales qu'on ne voit pas, initialement faibles et plus exposées que d'autres au cours de la vie. Dans l'enfance comme origine naît l'incertitude sur la solidité des constitutions face aux forces qui les habitent.

21Il semble que nous ayons continué cette surveillance inquiète des origines que des dangers proliférant infiniment habitent, lorsque les natures enfantines sont faibles et mal protégées. Pour les enfants après la Seconde Guerre Mondiale cette intranquillité n'est plus appelée  « anormalité », mais « inadaptation ». Voici ce qu'on trouve par exemple dans un discours d'ouverture de congrès destiné à la sauvegarde de l'enfance et à l'évolution des techniques de réadaptation, prononcé en présence de membres haut placés du gouvernement de l'époque (1961), ce qui montre encore une fois que ce type de discours était encore recevable bien après le XIXe siècle:

  • 12 Prof. Robert Lafon (1962), « Exposé général : les multiples formes de la prévention de l'inadaptati (...)

« La prévention première par la lutte contre tous les facteurs bio-psychologiques acquis d'inadaptation touche à de multiples domaines : ce sont tous les secteurs de l'hygiène et de la santé, la prophylaxie de toutes les carences et maladies qu'il faudrait citer ; toutes les formes d'éducation par la famille ou ses substituts, par l'école, par la coopération des deux, par la prévention des abandons, par la lutte contre les surmenages et les malmenages, les traumatismes émotionnels, les erreurs et les carences éducatives. Nous voyons là encore qu'il n'y a pas de limite entre les facteurs bio-psychologiques et les facteurs psycho-sociaux, tout comme il n'y a pas de cloison véritable entre la prévention première et la prévention seconde ou même troisième. »12

22Famille, école, milieu social, corps et psyché sont convoqués dans un maelström des causes de l'inadaptation ouvrant sur une prévention illimitée dans sa durée, sa réitération et ses objets d'application. Apparaît au cours des prises en charge, malgré des différenciations initiales, une collusion de tous les processus imaginables qui noie le non conforme dans une explication qui n'en est plus une tant elle est multiple, et qui permet en pratique d'engager toutes les techniques possibles de mise en conformité des enfants.

23Qu'en est-il à présent de la figure de l' « incorrigible » ? Pourrait-on tenir à son propos le même type de raisonnement ? Cette figure est très confuse dans le cours sur les anormaux et pose de grandes difficultés lorsque qu'on pense pouvoir en retrouver des traits dans nos dispositifs sociaux contemporains. Elle mérite pour cela un examen à part, qui va nous amener à redessiner les formes de survivance des ressorts anciens de l'anormalité.

Des anormaux aux handicapés, du danger à exclure au fragile à mettre en sécurité

Incorrigibles et handicapés

24Lorsqu'on cherche à cerner à partir du cours de Foucault ce que sont les incorrigibles dont il parle, on trouve un peu de tout : du scolaire, de l'enfantin, de la folie, de l'idiotie, de l'infirmité, du comportemental, du familial et du disciplinaire. C'est l' « indocile », « l'enfant indocile », « l'inassimilable au système normatif d'éducation » (A,275), ce sont les individus pris dans « différentes institutions de redressement », les « naissances technico-institutionnelles de la cécité, de la surdi-mutité, des imbéciles, des retardés, des nerveux, des déséquilibrés » (A,308-309). On peut aussi se souvenir que l'incorrigible « se définit et va se préciser, et va se transformer et s'élaborer, à mesure que vont se réaménager les fonctions de la famille et le développement des techniques disciplinaires » (A,57), ce qui n'arrange rien, car il semble que l'incorrigible réactive ainsi la grande confusion pré-révolutionnaire des individus enfermés à la demande de leurs familles. Un passage du Pouvoir psychiatrique permet d'éclairer un peu les choses. Il a trait aux idiots, et Foucault y affirme que le problème du placement de ses derniers dans des institutions spécialisées ne s'est pas initialement posée de l'intérieur du système scolaire et de ses évaluations (cette mécanique jouera plus tard, notamment avec l'interdiction du travail des enfants et l'éducation obligatoire), mais à partir du travail des familles, de la libération de leur temps et de leurs forces, afin qu'elles puissent gagner leur vie :

  • 13 Michel Foucault (2003), Le pouvoir psychiatrique, Paris, Gallimard/Seuil, p. 211.

« Mais à l'époque où je me place, c'est-à-dire vers les années 1830-1840, ce n'est pas [l'enseignement primaire] qui joue. [...] On pose le problème de savoir où [...] mettre [les enfants idiots], non pas en fonction de leur scolarisation, de leur capacité à se laisser scolariser ; l'on pose la question de savoir où les mettre en fonction du travail de leurs parents : c'est-à-dire, comment faire pour que l'enfant idiot, avec les soins qu'il appelle, ne soit pas un obstacle, puisque les parents travaillent. »13

25On peut faire l'hypothèse à partir de là, en passant des idiots aux invalides en général, de la discipline au rendement des travailleurs, et des règles de la vie familiale à la subsistance matérielle des familles, que Foucault défend au sujet des incorrigibles une thèse relativement précise. Il les définirait au croisement de ce qu'ils sont par nature, des difficultés à les mettre au travail et des possibilités d'activité de leurs familles. Par tous ces traits, les incorrigibles rentrent dans l'économie générale des Anormaux : ils appartiennent au substrat biologique des familles qu'il s'agit de soumettre au travail par une combinaison de contrôle et d'organisation des modes de vie. Se retrouvent les opérations de biologisation (générale) et de saisie des familles (dont l'enfance est le point d’accroche privilégié) qui construisent une partie des anormaux pour Foucault, le travail étant la dimension particulière qu'ajoute le cas des incorrigibles. La psychiatrie et le danger manquent cependant à ce tableau des incorrigibles ; on peut supposer que les dangers moraux, sociaux et vitaux de l'oisiveté auraient sans doute permis de les introduire, même s'il y a là peut-être plus que l'indice d'un inachèvement du cours de Foucault.

  • 14 Voir Robert Castel (1981), La gestion des risques, Paris, Minuit, 2011, p. 74.

26Que sont ces incorrigibles devenus ? Un rapprochement avec les handicapés semble pertinent pour analyser le devenir des incorrigibles de l'époque des Anormaux jusqu'à nous. Faire naître les handicapés au croisement d'une naturalisation de ce qu'ils sont, du travail et de la situation de leurs familles est en effet tout à fait possible. D'une part, depuis la guerre de 1914-1918 jusqu'aux lois d'aujourd'hui, le champ du handicap est traversé par les enjeux de la remise au travail – la première loi générale française sur les handicapés en 1957 porte ainsi sur « le reclassement professionnel des travailleurs handicapés », tandis que la capacité de travail est depuis les années 1920 l'unique critère donnant lieu à compensation financière en cas d'invalidité civile. D'autre part, les handicapés sont pris en charge par des institutions dont les familles sont majoritairement à l'origine, en raison de l'absence d'intervention directe de l'État. Celui-ci cherche à se délester de charges non rentables en comptant sur l'efficacité capillaire des initiatives privées que les familles soutiennent dans leur propre intérêt : que l'État soit actif ou non, il leur faut en effet assurer un toit à leurs proches invalides, se délester éventuellement de la surveillance et des soins que les infirmités nécessitent, et enfin faire accéder, dans la mesure du possible, les personnes handicapées à un travail aménagé, pour des motifs financiers ou occupationnels14. Enfin, la biologisation ou la somatisation des maladies complète le tableau des incorrigibles de Foucault peints en handicapés : elle va de pair avec l'extension du domaine des handicaps, c'est-à-dire avec l'incurabilité que l'on inscrit et substantialise dans les chairs et les corps.

À partir des handicaps, un autre rapport de la norme à l'anormal ?

27Assurer une descendance aux incorrigibles par l'intermédiaire des handicapés ne corrobore cependant pas l'idée d'une survivance des anormaux. La normativité qui s'exerce sur les uns est inassimilable à celle qui a touché les autres. Les anormaux s'affrontaient à une conception défensive et excluante de la norme, qui visait à les contenir et à les faire disparaître progressivement par leur mise à l'écart. Incorrigibles, il fallait éviter que les anormaux se propagent. Les soigner, c'était à la fois les protéger de la violence du monde à laquelle ils ne pouvaient résister et protéger le monde de leur essaimage et réactions inadéquates. Il en va tout autrement pour les handicapés, par rapport auxquels les normes se font dynamiques, intégratrices et vecteurs de modification. Si une personne handicapée est initialement anormale, les différentes interventions sociales qui la visent vont chercher à effacer cette anormalité, en jouant progressivement et dialectiquement sur les capacités des individus et les capacités sociales. A terme, le but est d'obtenir une figure où l'irrégularité de l'anormal sera lissée ou hors champ : nous compensons les handicaps en apprenant à faire par d'autres moyens ou à ne pas faire ce que les handicaps empêchent de faire.

28Cette nouvelle forme d'exercice des normes permet de pointer un défaut fondamental dans tous les raisonnements que nous avons jusqu'ici tenus sur l'actualité des anormaux. Nos normes pénales ou relatives à l'enfance, du moins jusqu'à une période récente, sont certes liées au danger et aux réactions confuses, tous azimuts, que celui-ci peut provoquer. Mais même dans ces deux domaines de l'enfance et du crime, le fonctionnement de nos normes a changé en profondeur, au moins sur deux points. : il a cessé de se faire d'un bloc, nos normes se sont désunies ; et il s'est conçu en rapport avec le changement possible des individus et non plus en les essentialisant.

29Le démembrement de l'unité de nos différentes normes s'est essentiellement traduit par la distanciation entre le crime et l'anormalité. Les enfants anormaux, par exemple, ne sont plus spontanément liés à la délinquance, et les associations allant dans ce sens ne sont plus acceptées comme allant de soi, même si elles peuvent encore être envisagées. Un discours comme le suivant ne serait sans doute plus diffusé comme allant de soi :

  • 15 Eugène Chazal (1907), Contribution à l'étude de l'enfance anormale, les anormaux psychiques, Paris, (...)

« La question ne s'arrête pas là. Une fois sorti de l'école, l'enfant anormal ne s'adapte pas davantage au milieu social qu'il ne s'est adapté au milieu scolaire ; et cette fois, le danger est autrement grand. Le problème de l'enfance anormale est uni, en effet, par les liens les plus étroits, à celui de l'enfance coupable, et leurs solutions doivent être cherchées dans le même sens. C'est parmi les anormaux que se recrute cette armée des vagabonds, des souteneurs et des assassins de 16 ans, dont les journaux nous content chaque jour les exploits et dont le nombre augmente de plus en plus. »15

  • 16 Article 706-53-13 du Code de procédure pénale modifié par l'article 1 de la loi n°2010-242 du 10 ma (...)
  • 17 Ibid.

30Nous pouvons aujourd'hui penser séparément différents écarts et ne pas les rabattre les uns sur les autres, et en particulier sur la criminalité. Cette décriminalisation est peut-être liée à la seconde transformation générale des normes qui, désormais, ont pour horizon la transformation de ce sur quoi elles s'exercent, même les plus coercitives et discriminantes d’entre elles. S'il arrive encore que les dimensions médicales, judiciaires et sociales se mêlent, leur corrélation n'aboutit plus à un ostracisme définitif. La rétention de sûreté actuelle, par exemple, prévue pour les personnes qui « présentent une particulière dangerosité consiste dans le placement de la personne intéressée en centre socio-médico-judiciaire »16. Mais cette concentration du normatif vise une transformation de ce qui est normé : dans ces centres dit la loi, la « prise en charge médicale, sociale et psychologique » est « destinée à permettre la fin de cette mesure »17.

31Entre les textes des années 1960 qui continuent d'user de la notion d'anormaux sans la nommer et ces extraits d'un texte judiciaire contemporain, la différence pourrait s'expliquer par les 50 années qui les séparent. Mais quoi qu'il en soit, si la dangerosité reste présente, on ne peut supprimer à partir d'elle les divergences entre les énoncés actuels sur les normes et ceux de ce passé proche : il ne faut pas confondre ce que les normes charrient de réactions face au danger, et qui peut-être se retrouve toujours lorsqu'elles apparaissent, avec les procédures que suivent les normes et les processus qui les soutiennent. La confusion des anormaux n'est plus la nôtre. Au minimum, nous avons changé de défenses. Les normes valent maintenant comme outil d'intégration, et reposent sur une différenciation possible de nos types de jugements qui en permettent des usages multiples.

  • 18 Classification internationale du fonctionnement, du handicap et de la santé, Projet final, Version (...)
  • 19 Toutes ces dénominations des catégories de la CIF sont tirées de leur mise en liste synthétique, pa (...)
  • 20 CIF, Projet Final...,OMS, 2000, p. 18.
  • 21 CIF, Projet Final...,OMS, 2000, p. 203.

32Faut-il alors définitivement laisser tomber les anormaux dans les oubliettes de l'histoire ? Pas tout à fait. En effet, le handicap qui révèle tout particulièrement cette nouvelle conception des normes et du normatif est une notion qui évoque aussi, de manière forte, une autre caractéristique des anormaux : leur pullulement possible. De cela, la dernière classification en matière de handicaps de l'OMS, la « Classification Internationale du Fonctionnement, du handicap et de la santé » (CIF ou CIH2), est peut-être l'indice le plus net. Ses nomenclatures courent sur plus d'une centaine de pages et couvrent, à partir d'une volonté de définition et d'appréciation des handicaps, tous les domaines imaginables de l'existence18. Les catégories s'y accumulent, des fonctions organiques possibles (par exemple, « les fonctions de la conscience ») vers les structures corporelles (les « structures des cheveux et des poils » ferment une liste ouverte avec « les structures du cerveau », cette liste compte une cinquantaine d'autres structures intermédiaires). Il faut en outre combiner ces fonctions et structures avec les diverses activités humaines (comme « conduire un véhicule » ou « avoir des relations avec des étrangers ») et avec les caractéristiques de nos milieux d'existence (comme le « climat», mais aussi « les services, systèmes et politiques de planification des zones de plein air »)19. C'est bel et bien une grille d'évaluation de tout ce qui fait les vies individuelles et collectives que cette « approche biopsychosociale »20 des handicaps vise à constituer, à l'usage d'experts de tous types (1800 experts dans les phases préparatoires21), pour corriger et améliorer tout ce qui peut l'être.

  • 22 CIF, Projet Final...,OMS, 2000, p. 13-14.

33Cette extension sans limite de l'évaluation des existences a pour corrélat nécessaire une perception tout aussi illimitée des anormalités. Surtout, en tant que « biopsychosociale » elle reprend une autre ligne de force des anormaux du XIXe : la biologisation des anormalités. Les facteurs de handicap sont infinis en tant qu'ils touchent à tout ce qu'il est possible à un être humain de faire, et qu'ils viennent à la fois des organismes et de chacune des choses qui les entoure. Mais il n'y a, suivant cette modélisation, de handicap que si quelque chose de corporel en est à l'origine. Une incapacité à agir ne suffit pas à définir une infirmité : il faut qu'un trouble de santé, au sens le plus somatique du terme, puisse être identifié. C'est ainsi qu'un rejet social fondé sur l'appartenance religieuse n'est pas considéré comme un handicap par les rédacteurs de la CIF, mais qu'un rejet similaire causé par la combinaison de motifs religieux et d'une séropositivité sera reconnu comme tel22. Pour cette raison, plus encore peut-être que par les connaissances scientifiques que nous avons en la matière, tout trouble mental est rattaché dans la CIF à un dysfonctionnement organique. « Le terme organique », y est-il écrit,

  • 23 CIF, Projet Final...,OMS, 2000, p. 10.

« se réfère à l’ensemble de l’organisme humain : il englobe donc le cerveau et ses fonctions, c'est-à-dire l’esprit. Les fonctions mentales (ou psychologiques) font donc partie des fonctions organiques. »23

34Sur ces bases, la totalité des troubles que les gens peuvent présenter dans leurs activités sont susceptibles d'avoir une cause somatique, dans la mesure où l'ensemble des processus mentaux appartient, sans aucune spécificité de structure ou de nature, au corps. Ce qui importe sur ce point, relativement aux anormaux en tous cas, est que se répète de la sorte la somatisation intégrale de ce que pensent, ressentent, disent ou font les individus.

35Chercher à reconnaître dans notre actualité l’ancienne catégorie des anormaux mène ainsi à un problème d'une toute autre ampleur que la question de savoir ce qui resterait des anormaux et ce qui en aurait disparu. Il s'agit de comprendre comment nous avons pu cesser d’user des normes comme des instruments de contention et de mise à l'écart et faire passer le danger au second plan, alors que sourd, dans une notion comme celle du handicap, le pullulement et la fragilité des corps déchus qui liaient jadis les anormaux à des impératifs de défense sociale. Pourquoi aurions-nous abandonné l'inquiétude alors que nous concevons toujours des choses inquiétantes ? Qu'y-a-t-il de changé dans l'exercice de nos normes alors qu'elles poursuivent la lutte contre des adversités similaires ?

36Plutôt que d'aborder de front ce problème par ses axes les plus généraux et les plus familiers – comme peuvent l'être par exemple la formation de nouvelles conceptions de l'inné et de l'acquis, qui a sans aucun doute mis fin à une des confusions clé des anormaux –, il vaut mieux repartir d'un cas concret et précis, comme ont pu l'être les anormaux pour Foucault. Ce n'est qu'après-coup que cette méthode trouvera à se justifier. On peut dire dès maintenant qu'il ne s'agit pas d'initier une démarche comparative, mais du souci de garder vivantes certaines problématiques : la fragilité, la fugacité et l'usage limité, l’irrationalité aussi des anormaux ne peut se répéter – et être ainsi saisie dans ses transformations – que par d'autres catégorisations concrètes qui ont, comme les anormaux, la prétention de désigner, et à elles seules, certains individus et populations.

37On choisira ici de partir du handicap psychique, pour deux raisons principales. La première, parce que ce type de handicap est lié à l'ensemble des dispositifs « psy » (psychiatriques, psychologiques, psychanalytiques et psychothérapeutiques) qui circulaient aussi dans Les anormaux entre les différents processus à l’œuvre et qui assuraient leur unité. La seconde, parce qu'il est le plus récent des types de handicap que nous ayons conçu : impossible dans son cas de confondre un égarement historique contingent avec un problème philosophique conséquent.

La vague définition du handicap psychique et sa détection sociale

38Le handicap psychique, reconnu officiellement en France par la dernière loi sur le handicap de 2005, se définit ainsi selon les spécialistes :

  • 24 Gérard Zribi & Jacques Sarfaty (2003), Handicapés mentaux et psychiques. Vers de nouveaux droits, R (...)

« Un dysfonctionnement de la personnalité caractérisé par des perturbations graves, chroniques ou durables du comportement et de l’adaptation sociale. Les troubles psychiques sont plus ou moins intenses, ponctuels ou permanents ou encore plus ou moins précoces. Ils entraînent des itinéraires de vie très différents selon le degré d’autonomie (ou de dépendance) des personnes. Certains malades mènent une existence normale, d’autres vivent de manière plus ou moins permanente en institution ou ont un besoin continu d’aides psychosociales : on parle alors généralement de personnes handicapées psychiques. » 24

  • 25 La prise en charge du handicap psychique, Rapport de l'Inspection Générale des Affaires Sociales, é (...)

39Ces caractéristiques du handicap psychique, en particulier le caractère vague de sa définition, se retrouvent dans tous les textes qui en traitent, qu'il s'agisse de textes de spécialistes, de rapports administratifs ou de conventions internationales. Un rapport récent de l'Inspection Générale des Affaires Sociales affirme par exemple « qu'environ 30 % des français seraient concernés par un problème plus ou moins grave de santé mentale (troubles anxieux, de comportements, de l'humeur, ou liés aux addictions) », mais qu'il « reste impossible de déterminer la part des personnes dont l'altération psychique entraîne un handicap réel » et que « les associations estiment que 1 % de la population française serait touché par un trouble psychique pouvant entraîner un handicap »25. Il y a là un flou des chiffres qui indique une pluralité des critères possibles. Mais surtout, c'est l'idée de « handicap réel » qui pose problème : elle renvoie non pas à un flottement, mais à un saut. Comme pour les anormaux, dont l’extension, en théorie sans borne, a été contenue en pratique, la question qui se pose est celle du passage des définitions à leurs effets réels.

40Cette idée de handicap réel, qui restreint drastiquement la fréquence des handicaps réels de 30 à 1%, suppose à première vue un effet de seuil, délicat à fixer. Tantôt ce seuil est tracé par des signes institutionnels (« vivre de manière plus ou moins permanente en institution », « besoin continu d'aides psychosociales »), où l'on peut se demander, comme toujours à propos des gestes institutionnels, si c'est la réalité qui finit par provoquer l'institution ou l'institution qui rend réel, tantôt ce seuil est tracé par le biais des proches des handicapés psychiques (« les associations estiment que »), au nom sans doute de l'habitude de juger en la matière. Cette habitude justifierait que les avis émis par les proches sur l’innocuité ou la nocivité de certains troubles soient exacts, à cause de la quotidienneté et du pragmatisme, de l'affectif et de l'intimité qui les sous-tendraient.

41Dans tous les cas, ce sont à des frontières socialement tracées – institutionnellement et/ou intersubjectivement – que semble suspendue la définition effective des individus comme handicapés psychiques. Tout ce que ce genre de tracé peut contenir d'instable, en fonction des lieux, des temps et des personnes, et peut suggérer, selon les tempéraments, de recours au bon sens pratique ou d'extension incontrôlée des jugements d'anormalité, est de facto admis. Les rédacteurs du rapport sur le handicap psychique écrivent en ce sens que

  • 26 La prise en charge du handicap psychique...(2011), La documentation Française, p. 4.

« à l’exception notable des groupes d’entraide mutuelle (GEM), la loi ne créée en effet aucun outil d’évaluation ou de dispositifs de prise en charge nouveaux. [11] La prise en considération du handicap psychique fait désormais consensus, grâce à la loi du 11 février 2005, et c’est surtout par le constat d’une adaptation des pratiques concrètes et de la réalité de certains dispositifs que l’on mesure l’évolution en cours »26.

42Ce pragmatisme, qui tient lieu de trame au handicap psychique, ne semble pas poser de problème à ses promoteurs, sans que l'on comprenne bien alors d'où vient l'évidence qui lui est accordée. On peut penser, comme c'était le cas pour les anormaux, qu'une pseudo-évidence permet d'en masquer la fragilité théorique, sans comprendre toutefois d'où se tire sa consistance de fait.

43L'illimitation potentielle des handicaps psychiques et le point d'arrêt pragmatique donné à cette illimitation se retrouve dans les textes médico-sociaux plus spécialisés qui traitent de ces handicaps. La loi française du 11 février 2005 ne définit pas le handicap psychique, mais le nomme seulement au sein d'une série d'adjectifs visant à énoncer les différentes déficiences fonctionnelles possibles où s'originent les handicaps :

  • 27 Article L114 du Code de l'Action Sociale et des Familles, créé par l'article 2 de la loi 2005-112 d (...)

« Constitue un handicap, au sens de la présente loi, toute limitation d'activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d'une altération substantielle, durable ou définitive d'une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d'un polyhandicap ou d'un trouble de santé invalidant»27.

  • 28 La prise en charge du handicap psychique...(2011), La documentation Française, p. 3.

44Le rapport précédemment cité des Affaires Sociales sur le handicap psychique fait de son côté référence, pour le définir, non seulement à cette loi, mais aussi aux définitions de la CIF28. Celles-ci, on l'a vu, reposent sur une somatisation systématique des handicaps, que ceux-ci soient physiques ou non et, par la manière dont elle les construit, les multiplie à l'infini. Mais une chose est frappante dans les raisonnements de la CIF. Indexée sur la détection biomédicale des déficiences somatiques, la CIF fait néanmoins dépendre le caractère handicapant de ces déficiences d'attentes et d'insatisfactions « pratiques ». Y est ainsi précisé, après qu'ait été rappelé la finesse extrême que peuvent atteindre les analyses médicales, que celles-ci doivent être corrélées à des observations d'un niveau standard ou non technique pour que le diagnostic de handicap soit motivé. Il faut que quelque chose de remarquable soit directement perçu par les personnes souffrantes et leur entourage, puis recoupé par des données biologiques. On peut lire :

« Une déficience de structure peut consister en une anomalie, carence, perte ou autre écart important par rapport à une norme au niveau des structures anatomiques. Les déficiences ont été définies à la lumière des connaissances actuelles aux niveaux tissulaire ou cellulaire, et au niveau infracellulaire ou moléculaire. Toutefois, pour des raisons pratiques, ces niveaux ne sont pas repris dans la présente classification. » (souligné par nous)

45La fin de ce paragraphe renvoie à une note de bas de page :

  • 29 CIF, Projet Final...,OMS, 2000, p.10.

« Ainsi les déficiences dont la liste figure dans la CIH-2 doivent pouvoir être décelées par un tiers ou par la personne concernée elle-même, soit par observation directe soit par inférence à partir des faits observés. »29

46Que le médical justifie le handicap n'implique donc pas qu'il en déclenche le diagnostic. La mise en ordre des priorités du social et du médical en matière de handicap psychique est ce qui permet la limitation de leur prolifération. Elle n'est nullement inconsciente ; elle opère au cœur de leur définition explicite et officielle. La médecine contemporaine, sur des bases entièrement nouvelles, ouvre comme la médecine du XIXe à l'existence illimitée des tares, mais celle-ci est à présent sciemment et volontairement limitée par des critères de tolérance sociale.

47Sur quoi repose cependant cette détection socio-médicale pragmatique des handicapés psychiques ? Si leur repérage part du social, qu'est-ce qui est visé et comment l’est-il pour que ces handicapés soient intuitivement distingués des autres ?

48Il semble bien qu'une bonne partie de l'ancien cadrage des incorrigibles soit encore à l'œuvre. Le travail et les familles restent omniprésents, et constituent toujours les principaux moteurs de la prise en charge des handicapés psychiques L'association qui s'y consacre tout particulièrement, l'UNAFAM, fut fondée en 1963 par des familles, en regroupe 15.000 aujourd'hui et reste, bien qu'agréée par l'Etat, animée par des bénévoles30. Un des rares documents officiels à visée pratique consacré à ce type de handicap porte sur ses incidences professionnelles et les remèdes envisageables31.

49Il est également remarquable que la criminalisation, qui était centrale pour les anormaux au XIXème siècle, vient hanter ce type de handicap, alors que celui-ci est construit sur des bases qui écartent complètement celle-ci. Un handicap par définition n’indique plus rien d’une mauvaise nature ou de mauvais penchants. Il dépend de situations passagères, ne constitue pas une différence essentielle et doit susciter la compassion. Les rédacteurs du Rapport de l'Inspection Générale des Affaires Sociales jugent cependant plus prudent de préciser dans leur 6e point que,

  • 32 La prise en charge du handicap psychique..., La documentation Française, août 2011, p. 3.

« même si certains actes ponctuels de personnes souffrant d'une maladie mentale peuvent en entretenir l’idée au sein de la société, les personnes concernées n’en sont pas pour autant des délinquants potentiels. Ces pathologies peuvent toucher tous les milieux sociaux et intervenir à tout moment »32.

50Il reste nécessaire de laver les handicaps psychiques des soupçons de dangerosité et de fatalité sociale ou individuelle qui avaient force de vérité pour les anciens anormaux.

51Il serait toutefois absurde de faire de la criminalité le critère social de détection des handicaps psychiques. Remarquable, cette survivance doit aussi être prise pour ce qu'elle est: un spectre du passé, quelque chose que nos conceptions actuelles des maladies et des handicaps tentent de combattre alors qu'il s'agissait au XIXe siècle d'une vulgate. Les anormaux handicapés psychiques sont désormais en dehors des champs de la dangerosité et du judiciaire, de même que leur prise en charge ne se fait plus systématiquement en milieu institutionnel fermé. Là est le véritable effet historique, plus significatif que les homologies plus ou moins précises, là se trouve la différence de la notion de handicap psychique qui fait sans doute sa nouveauté radicale par rapport aux anormaux, mais aussi par rapport aux fous. Cette décriminalisation des handicapés psychiques n'est pas un effet plus ou moins superficiel qui serait plus ou moins corrélé à leur apparition, à expliquer par un vague changement social qui nous aurait rendu tolérants vis-à-vis de la folie. Il s'agit tout au contraire d'un élément essentiel : c’est un effet, certes, mais qui repose sur une reconstruction totale de notre rapport à la folie et des normes qui s'y rapportent.

Folie inconsciente, folie consciente d'elle-même : multiplication des domaines incertains des normes

  • 33 Le handicap mental correspond aux anciennes idioties, imbécillités et retards mentaux, et dépend ét (...)

52Le handicap psychique repose dans un premier temps sur une différence comportementale qui, dans un second temps, est toute entière attribuée à l'individu et à sa constitution avant que, enfin, on tente d’éteindre cette différence comportementale par des traitements médicaux et des aménagements sociaux. Pourquoi, dans la première phase, la différence comportementale n'est-elle plus codée en termes de danger ? Sans aucun doute parce que la distinction, sur laquelle repose le concept de handicap, entre une maladie et ses conséquences s'accompagne nécessairement d'une distinction entre le malade et sa maladie, c'est-à-dire implique que l'on pose une distance entre les personnes handicapées psychiques et leur maladie, entre les fous et leur folie. Cette distance suppose un minimum de contrôle de soi sur soi ou sur ce qui arrive, donc un éloignement des figures de la violence et du danger, une déliaison de la folie et de l'absence de contrôle. Certes, stricto sensu, en tant que le handicap désigne les conséquences sociales d'une maladie, il pourrait y avoir handicap sans conscience de ce handicap, inconscience de sa folie par le fou qui n'empêcherait pourtant pas que celle-ci ait des conséquences socialement néfastes et mal reçues. Mais, et ce point est crucial, il ne semble pas que l'idée de handicap psychique aurait pu se ménager un espace propre et singulier – aux côtés de la folie, mais aussi de la maladie mentale ou du handicap mental33 – s'il n'avait pas désigné les conséquences d'une folie ou d'une maladie mentale aux yeux des malades eux-mêmes. Si la catégorie psycho-sociale du handicap psychique n'impliquait pas la conscience au cœur même de l'aliénation, elle ne serait tout simplement d'aucune utilité, car sans aucun décalage par rapport aux notions de « folie » ou de « maladie mentale ». Celles-ci reposent déjà sur les effets sociaux insupportables de certains comportements qui se confondent plus ou moins avec des effets sociaux ; mais elles ne supposent pas systématiquement que ces effets soient systématiquement perceptibles par ceux qui en sont la source.

  • 34 La prise en charge du handicap psychique...(2011), La documentation Française, août 2011, p. 5.

53S'il est ainsi exact qu'un handicapé psychique est en quelque sorte un fou conscient de sa folie, en tout ou en partie, on comprend pourquoi l'assignation de déficiences psychiques à des individus incurables (dans le pire des cas) ne fait pas déchoir ces individus de leurs droits : « Leur parcours s’inscrit, depuis la loi du 11 février 2005, dans l’exigence de la participation pleine et entière à la vie sociale et citoyenne »34. Les handicapés psychiques peuvent être déficients, anormaux et sujets du droit en tant que, percevant les conséquences de leur maladie, ils sont pour une part d'eux-mêmes exempts de troubles, aptes à exercer leur jugement, et par conséquent leur souveraineté juridique. Ce que la notion de « handicap psychique » peut entraîner avec elle d'individualisant et de naturalisant n'équivaut pas, pour cette raison, à une exclusion de la communauté des égaux. De là, enfin, il va de soi que les handicapés psychiques peuvent participer activement aux soins et aux aides qui leur sont prodigués, puisqu'ils sont censés connaître les conséquences de leurs troubles et peuvent donc suggérer au plus près de leurs vécus ce qui permettrait de les effacer ou de les atténuer.

54La notion de « handicap psychique » ouvre donc les fous à la conscience, les décriminalise, en fait des sujets de droit et, indissociablement, les sujets de leurs soins. Cela suppose-t-il un relâchement des normes ? La manière dont ce handicap réaménage l'ensemble normatif qui le touche le plus directement, la psychiatrie, permet de penser que si nos normes se sont transformées, elles ne se sont nullement effacées.

  • 35 Il faut peut-être préciser que nous utilisons ce terme de folie de manière privilégiée, car il semb (...)

55De manière générale, la psychiatrie relaie, comme les autres branches de la médecine, la perception initialement spontanée des maladies. Quels autres premiers signes de la folie que les perturbations qu'elle provoque dans la société du fou35 ? Une « maladie mentale » se déclare et se traite parce qu'elle produit des effets sociaux intolérables qu'on ne peut laisser durer. De là sans doute une des particularités du soin de ces « maladies », dont on juge avant tout la guérison par la cessation des manifestations sans accès certain aux causes de ces maladies ou à la preuve de la disparition de ces causes. Ne plus paraître fou, au bout d'un certain temps du moins, c'est ne plus l'être. Et même si la science psychiatrique a pu élaborer un savoir des causes de la folie distinct de celui de ses effets et non immédiatement accessible sans science, enraciné par exemple dans l'organique ou dans l'inconscient, il n'en reste pas moins que le traitement des manifestations de la folie a longtemps valu pour une guérison, aujourd'hui encore.

56La notion de handicap psychique brise cette logique, en posant qu'il faut considérer dans les folies deux pôles, celui de la cause des troubles et celui des conséquences sociales de ces troubles, ces deux pôles nécessitant chacun des prises en charge distinctes. De manière extrêmement ramassée et surprenante, les rédacteurs du rapport des Affaires Sociales écrivent :

  • 36 La prise en charge du handicap psychique...(2011), La documentation Française, p 4.

« L’orientation générale de la loi du 11 février 2005 vise à construire l’autonomie des personnes reconnues comme handicapées psychiques, en passant d’une situation où la personne était un patient, à l’appréciation des conséquences de ces troubles. »36

57On était un malade, un « patient », on devient autonome, sans aliénation radicale, capable de prendre en compte les conséquences des troubles que l'on a : c’est la capacité de recul du sujet de droit et du sujet de soin, la part de conscience que le fou gagne en devenant « handicapé psychique ». En conséquence, les prises en charge des sujets malades et handicapés doivent devenir doubles, médicales et sociales. Loin de disparaître, les normes, comme évaluations et comme techniques de soin, existent encore. Elles sont dédoublées :

  • 37 La prise en charge du handicap psychique...(2011), La documentation Française, p 3.

« La personne handicapée psychique étant également un patient, il est possible de s’intéresser à elle sous ces deux aspects [...] »37.

58Il faut pousser cette division entre les causes morbides et les effets sociaux d'une maladie vers ses extrêmes : elle rend possible de considérer que l'on a soigné les effets d'une folie, mais pas ses causes, qu'une normalité de surface ou des apparences de l'agir, aussi durable soit-elle, ne signifie pas la guérison, ni même la rémission d'une folie. Celle-ci peut être cachée et le rester sous l'étouffement de ses effets, la nécessité des soins peut ne pas être achevée alors que plus rien ne se voit, ce en quoi l'idée de maladie mentale est étroitement liée à l'idée de handicap psychique : celle-ci permet de concevoir une folie invisible, mais existante, tout comme on peut être physiquement malade (séropositif ou cancéreux, par exemple), sans que les autres ni soi-même ne le voient.

59Il y a donc loin de la décriminalisation de la folie à la levée des suivis et des regards inquiets que l'on porte sur elle. Les normes doivent dorénavant agir sur la surface des comportements par les profondeurs du corps, mais sans jamais que l'on puisse être certain d'atteindre véritablement les causes profondes des folies sous la surface de leurs manifestations. Quant à la conscience que l'on attribue au fou, il n'en a qu'une maîtrise équivalente aux doutes que l'on a sur son traitement : conscience réelle tant que cette maîtrise dure, mais sans aucune garantie de perpétuation ou de reconduite de cette maîtrise. Il y a absence de certitude au sujet de ce qui produit cette conscience lucide à cause de la complexité incertaine et semi-visible des processus qui la permettent tout comme ils pourraient en permettre l'aliénation. Contrôle précaire du traitement, fragilité de la conscience, surveillance du comportement, vérité des causes à moitié enfouie sous la normalité : c'est une nouvelle forme de l'inquiétude des normes qui se manifeste au travers du handicap psychique, et non son abandon.

60Si les anormaux et les analyses qu'en fait Foucault dans son cours peuvent alors servir à nous orienter dans cette évolution de notre rapport à la folie, ce n'est pas seulement comme une vague pierre de touche, mi-ancestrale, mi-monstrueuse. C'est surtout en tant que les anormaux naissent au croisement de coordonnées méticuleusement établies par Foucault que l'on peut reprendre les unes après les autres pour en apprécier le déplacement ou la disparition : coordonnées médico-sociales de l'internement en asiles, coordonnées médicales de l'incurable et coordonnées sociales du travail.

Le maintien des structures normalisatrices, des anormaux aux handicapés psychiques

61La logique qui présidait au traitement et à la différenciation sociale des anormaux était profondément hétéroclite pour nos yeux contemporains, bien que s'exerçant d'une manière unifiée. S'y retrouvait à la fois la fixité du judiciaire, adossé sur le médical, dans des jugements sans appel, la criminalisation et le traitement institutionnel des anormaux ; une certaine forme de dynamique sociale cherchant à s'exercer sur ceux-ci par le moyen d’une pédagogie sous contrôle médical, en vue de leur mise au travail; enfin, un statut hybride du médical permettait son omniprésence, entre la certitude des partages héréditaires et biologiques et le pullulement des mauvaises habitudes, entre l'incurabilité et la prise en charge. Que peut-on dire des handicapés psychiques par rapport à ces rouages ?

  • 38 « Loi n° 2011-803 du 5 juillet 2011 relative aux droits et à la protection des personnes faisant l´ (...)
  • 39 Code de la Santé publique, exemple, la version de 2011 de l'article L.3211-1 : « Une personne ne pe (...)

62Il ne semble plus, à première vue, que subsiste encore la dureté des partages médico-sociaux. En témoigne la fin du geste de l'internement. Comprise comme handicap psychique, la folie n'est plus fatalement mise à l'écart, l'enfermement n'est plus la règle, il peut y avoir circulation des malades mentaux. La loi de 201138 sur la psychiatrie et la santé mentale traduit peut-être l'appartenance de cette désinstitutionnalisation et des handicaps psychiques à un mouvement qui les englobe, puisqu'elle fait disparaître systématiquement le terme d' « hospitalisation » de la partie du Code de la Santé Publique qu'elle modifie pour le remplacer par ceux de « soins psychiatriques »39. Cependant, rien n'est simple. La dureté que peut prendre à nos yeux la mise à l'écart sécuritaire des anormaux reposait sur la qualité biologique, individuelle et constitutionnelle qui leur était attribuée, et il n'est pas sûr, si l'on examine les choses sous cet angle, que nous ayons complètement rompu avec la logique de ce type de partage et de contention. En effet, la liberté de mouvement octroyée à ces malades que sont, pour une part, les handicapés psychiques signifie deux choses assez paradoxales au regard du concept de handicap.

63On considère tout d'abord que les manifestations, le devenir de leur maladie, sont, de fait, indifférents aux milieux où ces personnes se trouvent ou qu'elles traversent, car même si l'on supposait que des milieux adaptés pouvaient atténuer des maladies mentales, aucune société ne peut garantir, partout et toujours, une action aménagée des milieux. Que les personnes handicapées psychiques puissent aller là où elles le désirent implique que leurs troubles sont indifférents aux variations des environnements, ou n'y sont pas significativement liés. De là, on reconnaît aussi que le traitement des déficiences fonctionnelles de ces personnes, qui permettent de les définir comme malades et comme handicapées, se fait essentiellement à partir de leur corps, c’est-à-dire au sens large, à partir de leurs constantes individuelles. En d'autres termes : c'est parce que le traitement des personnes handicapées psychiques passe par leur corps et leur individualité qu'il est possible de leur accorder une liberté de circulation, dans la mesure où ces traitements contiennent leur maladie. Par et dans le corps, par et dans la machinerie individuelle des handicapés psychiques, leur maladie se tient, grâce à différents suivis médicaux et traitements médicamenteux. Il n'est donc pas sûr que les partages discriminants et protecteurs de l'internement aient disparu; les murs asilaires auraient plutôt changé de place et de forme. Et la notion de handicap psychique ne prend peut-être pas plus en compte l'idée de milieu que l'idée d'aliénation que matérialisait l'asile: car celui-ci, après tout, pouvait avoir la prétention d’avoir, par ses dispositifs concentrés, un effet environnemental sur les aliénés, tandis que la circulation des handicapés psychiques aux maladies contenues signe sans équivoque l'effacement des milieux de nos techniques thérapeutiques.

  • 40 La prise en charge du handicap psychique...(2011), La documentation Française, p. 9.

64Que dire ensuite, après le médico-social, du médical en lui-même, qui était dispensateur de l'incurable et organisateur des détections ? Il semble en première approche que le mouvement ait été minime depuis les anormaux. Les médecins, dans le domaine des handicaps comme ailleurs, mettent encore en œuvre des dépistages, cherchent à les améliorer, précisent les étiologies en vue de rendre possible une meilleure prophylaxie : « des programmes de préventions précoces ciblés sur les 0-12 ans en complémentarité avec les dispositifs de prévention universalistes existants » dit le rapport des Affaires Sociales, « ne sont pas systématiquement appliqués »40. Des programmes sont prévus et techniquement envisageables, même si un manque de moyens ou de volonté en empêche la réalisation. Les médecins conservent un rôle diagnostic et, pour les handicaps en particulier cette fois, d'imputation d'incurabilité.

  • 41 La prise en charge du handicap psychique...(2011), La documentation Française, p. 6.
  • 42 Yann Diener (2011), On agite un enfant... Paris, La Fabrique Editions, p. 22, p 18.

65Toutefois, qu'une sorte d’incurabilité à court terme permette désormais que certains handicaps aient en réalité partie liée à la longue durée des traitements et ne soient pas déclarés irréversibles, n'est pas un détail par rapport aux époques précédentes, surtout que cette forme d'incurabilité semble contemporaine de l'entrée du psychique dans les handicaps. La loi de 2005, déjà citée, considère ainsi que les conséquences d'une « altération substantielle, durable et définitive » font handicap; le rapport des Affaires sociales rappelle que le « concept de handicap, fréquemment associé à une temporalité longue » doit être pour cette raison « utilisé avec précaution pour caractériser les enfants »41 ; Yann Diener signale l'existence de projets qui entraîneraient le classement d'un enfant comme handicapé s'il consultait en Centre Médico Psycho Pédagogique plus de 6 mois42. Cette nouveauté montre que, du diagnostic au soin, le médical est entièrement pris dans une logique des effets, de telle sorte que des comportements trop longuement aberrants font le handicap, indépendamment de ce qui les cause. Vieux codage des folies dira-t-on ; sauf que celui-ci se passe désormais de l'internement, tout en inscrivant les maladies mentales dans le somatique à partir d'évaluations temporelles.

66Cela signifie d'une part que les objectifs de la médecine ne sont plus d'isoler les incurables et de guérir les autres, mais de s'occuper de problèmes chroniques, de maladies au long cours, contenues, mais jamais totalement détruites. Handicapés psychiques et anormaux sont toujours causés par l'impact de certains comportements sur le social, mais la souffrance et la chronicité ont remplacé les horizons de la mort et de l'incurable qui s'ouvraient à partir des déviances. D’autre part, la distinction entre les causes somatiques morbides et les effets sociaux handicapants ouvre la médecine à un champ confus où le partage entre difficultés sociales et troubles médicaux est toujours incertain, mais doit être pourtant explicité par elle. Le cloisonnement entre déterminations socio-politiques et handicaps que tentait la CIF en posant par principe que tout handicap était d'origine corporelle ne peut guère valoir dans l'analyse de cas réels, où il est difficile d'indexer constamment et systématiquement la qualité des interactions sociales sur la présence ou l'absence d'un pathologique clairement identifiable qui devrait, de plus, être corporel.

67De même que la réduction de l'internement signait en réalité un déplacement des partages et des contentions, cette nouvelle forme de l'exercice du médical ne signifie donc pas qu'il ait disparu en tant qu'instance de contrôle et de sécurisation : l'instantanéité des repérages et des mises à l'écart qu'il pouvait provoquer s'est transformée en sa présence continue, surveillante, fondée sur la connaissance des cycles et des phases plus que sur celle des fatalités organiques. Un art du temps, de sa continuité, de ses modulations et de ses rythmes, plutôt que des quadrillages et des balayages spatiaux.

  • 43 La prise en charge du handicap psychique...(2011), La documentation Française, p. 4.

«Il est nécessaire d’assurer, tant dans les phases aiguës de décompensation que dans les moments de stabilisation, la continuité de soins et de parcours de vie dont les ruptures peuvent être lourdes de conséquences, ce qui impose des évolutions organisationnelles. »43

68Troisième et dernier point de comparaison entre les handicapés psychiques et les anormaux: le rapport au travail. La promotion par le social du travail et des moyens pédagogiques requis pour cette mise au travail vaut toujours. Là encore, le schéma général de la normalisation sociale s'est maintenu, même si les formes précises de celle-ci ont changé, car la réadaptation professionnelle des handicapés psychiques ne se fait plus pour des raisons d'ordre, de morale ou de remboursement des dettes qu'ils auraient à l'égard de la société. Le Dr Eugène Chazal n'écrirait sans doute plus comme il le faisait en 1907 dans sa Contribution à l'étude de l'enfance anormale, les anormaux psychiques :

  • 44 Eugène Chazal (1907), Contribution à l'étude de l'enfance anormale.., Paris/Lyon, A. Maloine, p 119

« Les idiots ne se rapprocheront jamais des normaux, même de loin. Mais le traitement médico-pédagogique, à condition qu'il soit basé sur cette formule du docteur Sollier « maximum d'éducation pratique et minimum d'éducation scolaire » donnent des résultats qui justifient pleinement le temps employé à l'éducation de ces dégénérés. Une fois éduqués, les idiots ne devront pas être lancés dans la vie sociale, mais ils resteront dans des établissements, où, par des travaux agricoles ou autres, il rembourseront à la société l'argent qu'elle aura dépensé pour leur fonctionnement»44.

69La mise au travail et ses moyens se font désormais au nom du bien-être des personnes et de leur entourage, pas seulement pour elle-même, mais en visant de manière plus générale la vie sociale des individus, par des moyens qui ne sont plus seulement de pédagogie ou de dressage, mais prennent des biais multiples et s'exercent dans les capillarités les plus fines du social. La psychologie, la médecine, l'éducation unissent leurs efforts pour investir les cadres professionnels, mais aussi les relations professionnelles, familiales, au plus près des modes de vie, tout cela autour du travail des handicapés psychiques :

  • 45 La prise en charge du handicap psychique...(2011), La documentation Française, p 8.
  • 46 Collectif, Handicap psychique et emploi, s.l., s.d., p 16.

« Une profusion de dispositifs et d’institutions se préoccupent d’insertion professionnelle et sociale »45 selon les experts, tandis que la brochure sur l'emploi des handicapés psychiques mentionne tous ensemble les médecins du travail, les infirmiers, les supérieurs hiérarchiques, les services des ressources humaines, les psychologues du travail, le psychiatre d'entreprise comme autant d'« acteurs ressources »46.

  • 47 Collectif, Handicap psychique et emploi, s.l., s.d., p 27.
  • 48 Suivant (selon ?) Foucault, que ces possibilités soient énoncées au sujet des handicaps et valent c (...)
  • 49 Collectif, Handicap psychique et emploi, s.l., s.d., p 27.

70La ligne normative du travail est donc toujours aussi insistante. Mais la manière dont elle s'exerce n'est plus la même : elle ne s'impose plus telle quelle aux individus, mais se dispose plutôt autour d'eux, pour des intérêts économiques et sociaux peut-être, mais dont on n'affirme pas nécessairement la priorité ou la primauté structurelle sur les bénéfices subjectifs et intersubjectifs. Il est précisé par exemple dans la brochure sur l'emploi qu'un « salarié a été aidé par le correspondant handicap de l’entreprise pour obtenir une mutation dans un environnement plus favorable à la stabilisation de ses troubles – une ville de province, proche de sa famille » ou que « Les entreprises ont par ailleurs aidé matériellement ces deux salariés pour la réalisation d’activités hors travail (lutherie, peinture) qui, selon eux, participent favorablement à leur équilibre psychique et leur insertion sociale et professionnelle »47. Bien sûr, tout cela peut n'être que de la communication d'entreprise. Mais les possibilités d'aménagement du travail évoquées, à titre de suggestions générales, sont réellement surprenantes, car pour le moins inédites dans leur esprit à défaut d'être réalisées48. Il faut songer qu'elles sont, en plus d'être nombreuses, destinées à des individus auxquels il peut prendre du temps de s'adapter : horaires de travail, temps de travail, répartition des horaires, organisation du travail, planification du travail, accompagnement par l'encadrement, périodes de transition, télétravail, aides salariales49. L'horizon d'exigence du travail continue à s'imposer mais, semble-t-il, en s'adaptant aux différents cas de figure, sans modèle préconçu. Il faut toujours travailler, et tous les moyens sont bons, peut être plus qu'avant, pour y parvenir, mais la quantité de travail, son utilité en terme de production sociale, sa fonction rétributive, éventuellement redistributive des aides, importent peu, ou moins. C'est le fait de travailler qui compte, pour l'équilibre de chacun et non plus par respect des conventions qui conditionnait encore la mise au travail des anormaux. Cette nouvelle manière d'orienter l'activité des handicapés psychiques est remarquable, bien sûr pour ce qu'elle peut nous apprendre quant à l'exercice concret des normes aujourd'hui ; mais aussi parce qu'elle indique que les modèles sociaux, pourtant tout aussi insistants qu'auparavant, semblent actuellement pouvoir se moduler, comme si l'essentiel était qu'ils soient reconnus et mis en œuvre dans une certaine mesure seulement. Quelles qu'en soient les raisons, l'exercice des normes pour nous admettrait des marges en supportant des aménagements, bien que cet exercice n'admette toujours pas d'en dehors.

71En résumé, que sont devenues les coordonnées qui définissaient les anormaux ? Il semble que l'on puisse affirmer les choses suivantes. La dureté des séparations entre normaux et anormaux s'est maintenue dans la contention des effets des maladies à partir des individus qui en sont atteints. Le savoir de l'incurable et la nécessité des dépistages prophylactiques se sont conservés dans la gestion de la chronicité et l'atténuation attentive des souffrances individuelles et sociales. Et les demandes sociales de travail et de normalité sont sans doute toujours aussi exigeantes qu'auparavant, même si la finesse des approches et la souplesse des dispositifs relaient désormais cette normativité. Bref, les lignes qui dessinaient les anormaux n'ont pas disparu. Elles se sont transformées si l'on privilégie la création de l'avenir sur le passé, travesties si l'on choisit le poids du passé sur l'avenir.

L'illimitation potentielle des repères normatifs et l'insécurité vécue des handicapés psychiques

72La notion de handicap psychique semble avoir pour elle la clarté d'une reconnaissance, celle de la subjectivité consciente des fous, qui les ouvrirait à la normalité du fin fond de leur folie. En réalité, l'unité de la subjectivité caractérisée comme handicapée psychique est incroyablement complexe. Cette complexité est corrélée au nouveau jeu des normes que nous avons décrit et qui repose non plus sur la puissance d'exclusion et de dressage des normes en exercice, mais sur la possibilité d'exercice de normes infiniment multiples dans leurs formes et leurs points d'application.

73C'est la place de la médecine dans les handicaps psychiques qui le montre le mieux. Par le contrôle qu'elle donnerait sur la folie et ses fureurs possibles, il y aurait grâce à elle une restauration complète de la conscience, un retour à la possibilité de disposer de soi par soi. Mais c'est oublier que cette subjectivité ne revient intacte que par les secours de la médecine, qui doivent sans cesse l'accompagner et la soutenir en tant que les traitements doivent être poursuivis sans interruption, puisque par définition il n'y a pas guérison s'il y a handicap. Étrange subjectivité donc, dont les singularités et les formes propres seraient à nouveau présentes et auto-fondatrices grâce à la médecine bien qu'il ne soit pas possible à cette subjectivité de se soutenir par ses propres moyens dans la durée. Et certes ce problème pourrait n'être au fond que peu de choses, une affaire de distinction théorique et non une description réaliste de ce qui se produit dans ce genre de cas : ce serait l'idée abstraite d'autonomie que l'on critiquerait ici à travers la présence de la médecine, et non pas vraiment celle de la restauration effective d'une subjectivité cohérente. Mais on négligerait alors un autre point : que le déclenchement des traitements médicaux a nécessairement dépendu de comportements qui furent causes de souffrances individuelles et sociales. Le traitement médical des handicaps psychiques et des fêlures qui les accompagnent suit et occulte, de ce point de vue, la demande de mise aux normes sociales qui a dû originellement provoquer l'intervention du médical, que cette demande soit venue du malade, de son entourage ou des deux à la fois. Étrange figure de la subjectivité là encore qui, en plus de devoir être soutenue, l'est au nom d'une certaine mise en conformité avec certaines manières d'agir ou de penser. Assujettissement, demandé ou imposé, cela encore une fois importe peu : en aucun cas le soin des handicapés psychiques ne semble justifier que l'on parle d'une subjectivité libre et originaire. Celle-ci est d'un bout à l'autre prise dans un fourmillement d'interventions où se confondent « parcours de soin » et « parcours de vie », ainsi que des interactions plus ou moins techniques, autant d'expressions de la reformation collective des esprits malades.

  • 50 La prise en charge du handicap psychique...(2011), La documentation Française, p. 8.

« La croissance de la demande de prise en charge, la question de la démographie des professionnels, la diversification et la complémentarité des missions induites par l’émergence des concepts de parcours de soins et de parcours de vie, l’implication croissante des usagers conduisent à une réflexion sur l’évolution des métiers de chacune des familles professionnelles »50.

74Dire que la médecine, avec tout un ensemble de professions, viserait ainsi un contrôle et une reformulation complète des subjectivités serait un raisonnement limite et caricatural. En effet, toute folie parfaitement traitée par la médecine dans ses manifestations ne serait plus un handicap – elle ne ferait plus d'effet – et serait considérée comme une « affection longue durée », autre nom des maladies chroniques. Pour qu'il y ait handicap, il faut que le traitement médical de la folie soit imparfait, partiellement efficace. C'est pourquoi l'épinglage à un « handicap psychique » renvoie à une subjectivité qu'il faut penser instable et précaire en plus que d'être soutenue et normalisée, et c'est pourquoi il faut aussi, pour bien saisir le jeu actuel de nos normes, les concevoir autrement que comme une extension des surveillances, prendre au pied de la lettre la définition de la folie comme un handicap, c'est-à-dire comme quelque chose de bien défini, mais d'incurable.

75Qui est étiqueté comme « handicapé psychique », bien qu'il puisse « fonctionner » de manière optimale et « participer » socialement – pour reprendre le vocabulaire de la CIF – est aussi condamné à être malade. Il faut viser, est-il dit,

  • 51 Commission des Droits et de l'Autonomie des Personnes Handicapées.
  • 52 La prise en charge du handicap psychique...(2011), La documentation Française, p. 10.

« une palette de réponses globales articulant une offre sanitaire, médico-sociale et sociale. [60] Quelle que soit la solution trouvée par la CDAPH51 pour l’orientation de la personne, la liaison avec le champ sanitaire, sous des formes variées reste indispensable. Elle doit être organisée de manière continue afin de ne pas entraîner de rupture de soin »52.

76La médecine se dédouble en médecine des causes et médecine des effets, qui chacune s'hybrident avec des formes de soin spécialisés pour donner lieu au médico-social, et ainsi de suite à l'infini (vers le médico-psycho-social par exemple). L'hospitalisation n'est plus privilégiée, mais on n'envisage pas non plus de « rupture de soin » en tant que les soins, finalement, sont toujours imparfaits et inachevés face à un incurable masqué dont on ne vient jamais à bout. A celui que l'on soigne, on rappelle ainsi sans cesse qu'il est fragile, non complètement guéri car non complètement guérissable, dans la mesure même où la médecine est imparfaite et sa pathologie grave. L'usage incessant et proliférant des normes se justifie alors par la précarité tant des personnes handicapées que des traitements qui les concernent. On n’exclut plus, mais on s'inquiète toujours, dans une incertitude commune aux normaux et aux anormaux. La question, dès lors, n'est pas celle de la surveillance qui suppose un surveillant actif et un surveillé passif, ou qu'on tente de rendre tel. Elle est celle de la sécurité, où celui qui est protégé est invité lui-même à faire attention pour garantir le bon fonctionnement des différents dispositifs qui l'entourent. Autour des handicapés psychiques : une multitude de normes qu'il leur appartient de solliciter au besoin et dont le fourmillement angoissant suscite lui-même la sollicitation, suivant un jeu de renvoi incessant entre les subjectivités et les normes.

  • 53 Sur le rapport des subjectivités et des « points de problématisation », voir en particulier Mattieu (...)

77Si les subjectivités nichent dans les contradictions non résolues de certaines injonctions normatives53, alors la fragilité et la précarité des handicapés psychiques doit se comprendre à partir de ces prises en charge qui se chevauchent et hésitent, maintiennent la vérité et l'effacent. La fragilité que les soins, induits par la reconnaissance d'un handicap psychique, prétendent réduire est, en ce sens, produite par cette reconnaissance. Pas – ou pas seulement – pour des raisons de performativité mais parce que cette reconnaissance et ces soins reposent sur la figure paradoxale d'un contrôle incertain, sur l'incertitude de la sécurité. En ce sens, un assez long passage du Rapport sur le handicap psychique doit sans doute être cité :

  • 54 La prise en charge du handicap psychique...(2011), La documentation Française, p. 20.

« La prise en charge du handicap psychique s’intègre dans une problématique de « processus » compte tenu de son caractère évolutif, qui peut varier selon le degré de stabilisation de la pathologie et la réhabilitation de la personne. En effet, [...] le handicap psychique se caractérise par la rupture du lien social, la variabilité et l’imprévisibilité des troubles, le poids du traitement ainsi que le déni de la maladie, qui sont une souffrance et une charge pour la famille et l’entourage. Ce sont des facteurs déterminants pour savoir « comment vivre avec le handicap psychique ? ». On passe ainsi, et c’est la problématique qui sous-tend la loi du 11 février 2005, d’une situation où la personne était un patient, à l’appréciation des conséquences de cette pathologie, conduisant à proposer une palette globale de réponses, allant du parcours de soin au projet de vie, avec l’objectif du développement de l’autonomie des personnes concernées »54.

La présence problématique de la médecine aux côtés des incurables : handicap et médico-social

78Cette forme contemporaine de l'exercice des normes n'est pas propre aux seuls handicaps psychiques. Elle est portée par tous les handicaps. Sa similarité avec ce qui se passait autour des anormaux – l’inquiétude, le pullulement, la somatisation – renvoie à une structure durable qu'il faut essayer de comprendre en dépassant les cas particuliers des anormaux et des handicapés psychiques, en tant que, au travers des handicaps en général, la médecine s'articule à l'identique à la société au travers de prérogatives illimitées. Sans pouvoir retrouver ici les origines historiques de cette articulation, on peut faire l'hypothèse qu'elle s'est jouée au moins en partie dans la prise en charge médicale des incurables, qui transformerait nécessairement la médecine en un ou plusieurs dispositifs médico-sociaux.

79Face à l'incurable, le raisonnement médical semble en première approche très simple : ne pouvant être guéri, l'incurable doit être aidé par des moyens non médicaux, financiers, d'aménagement, etc. Mais il est sans doute faux de penser que l'incurable fait disparaître la médicalisation. En effet, tous les handicaps sont considérés comme induisant des fragilités de tous ordres qui justifient une surveillance médicale : il ne faut pas que celui qu'on ne peut guérir et dont l'incurabilité témoigne de la faiblesse innée ou acquise voie sa santé se dégrader encore. La présence continue de la médecine est ainsi tout à fait compatible avec tous les types de handicaps et d'incurabilités, et pas seulement avec les mystères des handicaps psychiques. Tout individu infirme est affaibli en tant que tel, constitutionnellement, et parce qu'il est, pour cette raison, plus vulnérable aux effets de ce qui l'entoure. La médecine, en se faisant médecine de l'incurable, s'attache au fragilisé et pour cette raison doit prendre en charge le social et le médicaliser.

  • 55 Voir les différents exemples donnés dans Sébastien Muller (2011), Comprendre le handicap psychique, (...)
  • 56 Voir par exemple A. Blanc (1999), Les handicapés au travail, analyse sociologique d'un dispositif d (...)

80Cette invasion du social par le médical doit aussi être mise en perspective à partir du social. Du point de vue de la vie sociale, la personne handicapée vaut pour ce qui, en elle, est solide ou consolidé, identique dans sa teneur et consistance à ce que sont les individus normaux. C'est en ce sens que les premiers rééducateurs professionnels, au début du XXe siècle, se méfiaient des prothèses en tant que celles-ci signalaient par leur présence la nécessité d'une assistance, et donc des failles possibles. Mais c'est aussi pourquoi, jugement médical et rééducation à l'appui, le social est censé être indifférent à ce qu'il y a d'incurable dans un handicap, celui-ci étant délimité et les possibilités d'activités communes se jouant dans le plein et non le manque ou le vide. Là où la médecine serait toujours en veille, l'abord social des incurables accepterait une division stricte entre l'anormal et le normal. Ce point de vue vaut peut-être pour les professionnels des dispositifs médico-sociaux. Mais il n'est pas systématiquement celui des gens qui croisent de manière inattendue et sans l'avoir souhaité des personnes handicapées. Le caractère diffus, illimité, incontrôlable et menaçant du handicap peut facilement resurgir hors des milieux spécialisés, avec les figures du monstrueux, de l'étrange, du taré et du malheureux ; la discrimination tranchée et étanche entre les normaux et les anormaux se reconstitue couramment. Les handicapés psychiques peuvent être ainsi fort mal accueillis sur leur lieu de travail, moqués et rejetés malgré les certifications médicales55, tandis que les handicapés physiques n'accèdent que difficilement à des emplois en milieu ordinaire, essentiellement cette fois pour des raisons de productivité56.

81Dire que la médecine constitue de ce point de vue un contrepoids à la spontanéité des collectivités serait un constat superficiel. Ce qui se produit à partir de ces rejets qui entraînent l'échec des dispositifs d'insertion est plus complexe et consiste en un passage des personnes handicapées à d'autres dispositifs d'insertion sociale, et/ou une révision des diagnostics médicaux que l'on porte sur elles. De la sorte, en dehors de toute psychiatrisation des handicaps, les personnes qui en sont atteintes restent prises dans une multiplication des examens médicaux et la succession des dispositifs sociaux. Bien plus profondément et dramatiquement qu'une confrontation entre les codes médicaux et sociaux, c'est leur jeu perpétuel de renvoi et de répétition qu'il faut considérer. La médecine, omniprésente et prolongée dans le social à cause de la fragilité des personnes handicapées, les retrouve également parce qu'il lui faut expliquer les éventuels rejets dont elles font l'objet. Les sociétés, en partie à cause de la médecine, ont pour ambition l'intégration et l'effacement de ce qui peut lier l'incurabilité à la mise à l'écart, mais l'anormalité se juxtapose à la normalité et n'y disparaît pas, ce qui empêche d'y mettre totalement fin quels que soient les aménagements envisagés.

  • 57 Michel Foucault (1972), Histoire de la folie à l’âge classique, Gallimard, Paris.

82Par goût du paradoxe, on pourrait ainsi dire que l'incurable ne cesse de se faire soigner, alors que le curable ne l'est que par intermittence, voire même est ignoré parce qu'il guérit seul. Sous son caractère plaisant et rapide, ce paradoxe cache un problème complexe que l'on n'a pas fini d'explorer. Il s'agit du problème de l'appréhension collective de la différence, dont il n'est pas sûr que le handicap soit une solution aussi nouvelle et efficace qu'on pourrait le croire. L'examen répété des handicapés ou des incurables et leur renvoi sans fin de dispositif en dispositif montre que la naissance des normes se fait encore dans l'appréhension confuse de différences difficilement acceptées. On peut encore tracer un chemin entre les analyses d'Histoire de la folie et la notion de handicap57. Il n'y a certes plus de discours de l'exclusion en matière médicale ou psychiatrique, mais l'on peut montrer la persistance des problèmes qu'exprimaient ces discours et la valeur des propositions de Foucault sur les gestes de rejets, à la fois fondateurs et obscurs. Malgré des dynamiques différentes, de protection pure ou d'inclusion, la possibilité d'une existence sociale non perturbante et pleinement acceptée des anormaux, qu'ils soient « anormaux » ou « handicapés » reste posée. Est-il possible de laisser la différence exister et se faire si cela implique, de proche en proche, qu'il faille modifier toutes nos manières d'agir de fond en comble ? Le problème propre au handicap est d'identifier le changement des individus et l’aménagement de leurs conditions de vie ; le problème général difficile qu'il ouvre est celui des rapports qu'il y a entre l'expression d'une différence et sa diffusion à un ensemble.

Conclusion

83Il faut sans doute, en guise de conclusion, expliquer pourquoi recourir aux Anormaux de Foucault pour analyser le handicap psychique ou le rapport du médico-social au soin des incurables. N'aurait-il pas suffi de s'armer des textes actuels en y ajoutant quelques enquêtes pour se garder de tout irréalisme ? Que permettent les généalogies et sur quoi ouvrent-elles ?

84Le rapprochement des Anormaux et des handicapés a initialement été un exercice d'heuristique, une technique d'invention, un échafaudage à oublier. Il n'empêche qu'un échafaudage laisse facilement des traces et qu'en suivant les étonnements provoqués par les décalages entre notre actualité et un certain passé, on risque de rater et ceux-ci et celle-là, et de passer à côté des singularités les plus précieuses. Le détour du regard par les anormaux cacherait certaines choses des handicaps tout comme les handicapés voileraient, en permettant de les concevoir, les incorrigibles évoqués par Foucault. Cependant, ces craintes sont une des difficultés très générales de tout essai d'histoire. Pour espérer en penser quelque chose à partir des généalogies, il faut avant tout spécifier celles-ci parmi les différentes méthodes historiques.

85Via Les anormaux, la singularité la plus remarquable des généalogies est de traiter, en la reconstituant à partir des processus qui y ont mené, d'une chose particulière et passagère. Le point d'arrivée des généalogies est concret et immatériel, événement et structure : description d'une catégorie qui a touché individus et populations en reliant pendant un temps différents champs théoriques et pratiques. En cela, les anormaux sont semblables aux prisons. Et ce n'est pas une des moindres forces des généalogies que de parvenir à traiter sur un pied d'égalité de choses disparues ou encore existantes, de choses tenues pour rationnelles ou au contraire complètement irrationnelles à nos yeux.

86Pour parvenir à ces reconstitutions de schèmes intellectuels aussi fragiles que momentanément prégnants et durablement problématiques, Foucault mêle sans ordre toutes les échelles de temps historiques nécessaires à ses reconstructions. On peut trouver la stratégie la plus quotidienne et terre à terre, comme lorsque la psychiatrie dans les Anormaux profite de certaines affaires pénales pour gagner sa légitimité scientifique et sociale. Mais Foucault remonte aussi à l'Antiquité de la pastorale chrétienne, qui précède pourtant les anormaux de très loin, pour expliquer la possibilité d'un contrôle des plaisirs du corps sur laquelle ils reposent en partie.

87Cette combinaison de focales peut sembler hasardeuse et sans rigueur. Mais elle fait sans doute tout l'intérêt méthodologique et philosophique des généalogies. Elle permet d'une part de s'attacher à la finesse contingente qui a pu tisser certaines choses de notre passé à partir de mécaniques imprévues et innocentes par rapport à leurs effets futurs, tout en inscrivant ces choses et ces mécaniques dans des longues durées. C'est par ce moyen que peut s'allier la contingence et les questions de vérité, le passé qui n'est plus nôtre et son prolongement jusqu'à nous qui fait que nous lui appartenons encore et nous pensons en lui, par ce qui est passé et s'est passé à travers lui :

  • 58 Michel Foucault (1970), « Nietzsche, la généalogie, l'histoire » in Dits et Ecrits I, 1954-1975, Pa (...)

« [...] Le vrai sens historique reconnaît que nous vivons, sans repères ni coordonnées originaires, dans des myriades d'événements perdus»58.

88Nul besoin ainsi de surplomber l'histoire pour lui donner un sens ou de l'analyser à l'aide de grilles productrices de vérité : c'est dans la reconstitution de ses flux singuliers, dans la tentative de les épouser au plus près fût-ce à partir de nos interrogations les plus contemporaines, que les vérités dispersées et passagères de l'histoire apparaissent, effets dans un flux d'effets sans origines ni fin dont certains nous touchent encore et par là nous posent problème.

89D'autre part, cette multiplication des focales est aussi une multiplication des lignées, qui fait que toute généalogie pointe l'hétérogénéité constitutive des réalités que l'on pourrait croire unes ou crées d'un bloc.

  • 59 Michel Foucault (1970), « Nietzsche…», Gallimard (coll. Quarto), 2001, p. 1008.

« [...] derrière les choses il y a « tout autre chose » : non point leur secret essentiel et sans date, mais le secret qu'elles sont sans essence, ou que leur essence fut construite pièce par pièce à partir de figures qui leur étaient étrangères »59.

90Cette composition des choses les fait fragiles, jamais fatales ou éternelles, décomposables et modifiables par ce qui leur est le plus proche mais aussi par leurs lointains.

91Les généalogies cherchent ainsi à poser des questions de vérité en les tenant pour des artifices et des passages, d'où l'étrangeté de leur démarche. Elles prennent les choses au pied de la lettre, telles qu'elles sont, et en font des problèmes par la seule multiplicité des éléments qu'elles y assemblent, dont certains vont jusqu'à nous, inactuels par là, par cette appartenance à un certain passé et à notre présent (et surtout pas éternels).

  • 60 Michel Foucault (1980), « Table ronde du 20 mai 1978 » in Dits et Ecrits II, 1976-1988, Paris, Gall (...)

« Trop de relations diverses [dit Foucault], trop de lignes d'analyse. Et en même temps pas assez de nécessité unitaire. Pléthore du côté des intelligibilités. Défaut du côté de la nécessité. Mais c'est bien là pour moi l'enjeu commun à l'analyse historique et à la critique politique. Nous ne sommes pas et nous n'avons pas à nous placer sous le signe de la nécessité unique »60.

92C'est en cela que la généalogie proposée dans Les anormaux permet de poser le problème des normes de manière inactuelle, en ce que le handicap et le médico-social y apparaissent, entre le présent du handicap et le passé des anormaux, comme des compositions que nous avons pu et pourrions transformer, mais aussi comme l'expression de tensions dont il n'est pas du tout évident pour nous de sortir même si nous en saisissons le caractère historique. Loin de coincer la pensée dans des impressions absurdes et contradictoires, ce mélange de contingence et de nécessité doit au contraire nous pousser à poursuivre l'analyse et à éprouver le caractère composite de ce qui est nôtre. S'il est hasardeux ici de proposer un faisceau qui serait à l'origine des normes, on peut au moins indiquer ce qui serait à fragmenter dans la notion de handicap psychique, qui permettrait ensuite d'interroger le handicap et le médico-social plus à fond, et peut-être, enfin, d'approcher d'une généalogie des normes. Trois lignées sans doute seraient à suivre : celle des médications (neuroleptiques) qui ont permis de scinder les causes et les effets des folies ; celle des financements (maladie et invalidité) qui ont amené à recourir à la notion de handicap dans le champ de la folie ; celle enfin des systèmes sociaux de santé (sécurité sociale) qui ont modifié les rapports possibles des individus à la santé et à la médecine. Il est difficile de savoir, avant d'avoir mené cette recherche, ce qu'elle révélerait.

Haut de page

Bibliographie

Amara F., D. Jourdain-Ménniger, M. Mesclon-Ravaud, Dr G. Lecoq, La prise en charge du handicap psychique. Rapport de l'Inspection Générale des Affaires Sociales, La documentation Française, août 2011, (disponible sur internet : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/114000570/index.shtml)

Blanc, Alain (1999), Les handicapés au travail, analyse sociologique d'un dispositif d'insertion professionnelle, Paris, Dunod.

Canguilhem, Georges (1966), Le normal et le pathologique, Paris, PUF, 1984.

Castel, Robert (1981), La gestion des risques, Paris, Minuit, 2011.

Chazal, Eugène (1907), Contribution à l'étude de l'enfance anormale, les anormaux psychiques, Paris, Maloine.

Classification internationale du fonctionnement, du handicap et de la santé, Projet final, Version complète, OMS, 2000 (non destiné à la diffusion en dehors de l'OMS, ce texte est disponible à l'adresse internet : http://dcalin.fr/fichiers/cif.pdf)

Code de l'action sociale et des familles.

Code de procédure pénale.

Code de la santé publique.

Collectif, Handicap psychique et emploi, s.l., s.d. Disponible à l’adresse : http://www.handicap.fr/contenu/id2483_pdith92_handicap_psychique_et_emploi.pdf

Diener, Yann (2011), On agite un enfant, l'État, les psychothérapeutes et les psychotropes, Paris, La Fabrique Editions.

Foucault, Michel (1999), Les anormaux, Paris, Gallimard/Seuil.

Foucault, Michel (1972), Histoire de la folie à l’âge classique, Gallimard, Paris.

Foucault, Michel (1970), « Nietzsche, la généalogie, l'histoire » in Dits et Ecrits I, 1954-1975, Paris, Gallimard (coll. Quarto), 2001, n°84.

Foucault, Michel (1980), « La poussière et le nuage » in Dits et Ecrits II,1976-1988, Paris, Gallimard (coll. Quarto), 200I, n°277.

Foucault, Michel (2003), Le pouvoir psychiatrique, Paris, Gallimard/Seuil.

Foucault, Michel (1980), « Table ronde du 20 mai 1978 » in Dits et Ecrits II, 1976-1988, Paris, Gallimard (coll. Quarto), 2004, n°278.

Germain, Charles (1959), « Le traitement des délinquants anormaux (diversité et révisibilité des mesures de défense sociale à leur égard) » in G. Levasseur (dir.) Les délinquants anormaux mentaux, Paris, Ed. Cujas, Publications du Centre d'Etude de Défense Sociale de l'Institut de droit comparé de l'université de Paris.

Lafon (Prof.), Robert, (1962), « Exposé général : les multiples formes de la prévention de l'inadaptation et les facteurs susceptibles d'entraver l'action éducative sur l'adolescence » in Sauvegarde de l'enfance, revue des associations régionales pour la sauvegarde de l'enfance et de l'adolescence, n°1-2-3, Janv.-Fev.-Mars 1962.

Magnan, Valentin & Pécharman, Alexis (1898), « Notions de pathologie et de thérapeutique générale sur les maladies mentales » in Léon Robin (dir.), Traité de thérapeutique appliquée, Rueff et Cie Editeurs.

Muller, Sébastien (2011), Comprendre le handicap psychique, éléments théoriques, analyses de cas, Champ Social, Nîmes.

Pinatel, Jean (1959, « Anormalité mentale et criminalité (données et perspectives criminologiques) » in G. Levasseur (dir.), Les délinquants anormaux mentaux, Paris, Ed. Cujas, Publications du Centre d'Etude de Défense Sociale de l'Institut de droit comparé de l'université de Paris.

Potte-Bonneville, Matthieu (2004), L'inquiétude de l'histoire, Paris, PUF.

Thulié, Henri (1900), Le dressage des jeunes dégénérés ou orthophrénopédie, Paris, Alcan.

Tison, Stéphane et Guillemain, Hervé, Du front à l'asile, 1914-1918, Paris, Alma, 2013.

Zribi, Gérard & Jacques Sarfaty (2003), Handicapés mentaux et psychiques. Vers de nouveaux droits, Rennes, Éditions de l’École nationale de la santé publique.

Haut de page

Notes

1 Michel Foucault (1999), Les anormaux, Paris, Gallimard/Seuil.

2 Michel Foucault (1999), Les anormaux, p. 307 (résumé du cours dans l'annuaire du Collège de France).

3 Georges Canguilhem (1966), Le normal et le pathologique, Paris, PUF (1984).

4 Michel Foucault (1999), Les anormaux, p. 299.

5 Henri Thulié (1900), Le dressage des jeunes dégénérés ou orthophrénopédie, Paris, Alcan, p. 17.

6 Voir sur ce point Stéphane Tison et Hervé Guillemain (2013), Du front à l'asile, 1914-1918, Paris, Alma, p. 228-232.

7 Valentin Magnan & Alexis Pécharman (1898), « Notions de pathologie et de thérapeutique générale sur les maladies mentales » in Léon Robin (dir.), Paris, Rueff et Cie Editeurs Traité de thérapeutique appliquée, p. 64.

8 Valentin Magnan & Alexis Pécharman (1898), « Notions de pathologie... » in Léon Robin (dir.), Traité de thérapeutique appliquée, p. 68-69.

9 Yann Diener (2011), On agite un enfant, l'État, les psychothérapeutes et les psychotropes, Paris, La Fabrique Éditions, p. 22.

10 Charles Germain (1959), «Le traitement des délinquants anormaux (diversité et révisabilité des mesures de défense sociale à leur égard) » in G. Levasseur (éd.) Les délinquants anormaux mentaux, Paris, Ed. Cujas, Publications du Centre d'Etude de Défense Sociale de l'Institut de droit comparé de l'université de Paris, p 124.

11 Jean Pinatel (1959), « Anormalité mentale et criminalité (données et perspectives criminologiques) » in G. Levasseur (éd.) Les délinquants anormaux mentaux, Paris, Ed. Cujas, Publications du Centre d'Etude de Défense Sociale de l'Institut de droit comparé de l'université de Paris, p.48.

12 Prof. Robert Lafon (1962), « Exposé général : les multiples formes de la prévention de l'inadaptation et les facteurs susceptibles d'entraver l'action éducative sur l'adolescence » in Sauvegarde de l'enfance, revue des associations régionales pour la sauvegarde de l'enfance et de l'adolescence, n°1-2-3, Janv.-Fev.-Mars 1962, p. 31.

13 Michel Foucault (2003), Le pouvoir psychiatrique, Paris, Gallimard/Seuil, p. 211.

14 Voir Robert Castel (1981), La gestion des risques, Paris, Minuit, 2011, p. 74.

15 Eugène Chazal (1907), Contribution à l'étude de l'enfance anormale, les anormaux psychiques, Paris, Maloine, p. 34.

16 Article 706-53-13 du Code de procédure pénale modifié par l'article 1 de la loi n°2010-242 du 10 mars 2010.

17 Ibid.

18 Classification internationale du fonctionnement, du handicap et de la santé, Projet final, Version complète, OMS, 2000 (non destiné à être diffusé en dehors de l'OMS, ce texte est disponible, entre autres, à l'adresse internet http://dcalin.fr/fichiers/cif.pdf , et sa ratification officielle à l'adresse http://www.who.int/entity/classifications/icf/wha-fr.pdf ), p. 43-162.

19 Toutes ces dénominations des catégories de la CIF sont tirées de leur mise en liste synthétique, pages 29 à 34 de la CIF, Projet Final...,OMS, 2000.

20 CIF, Projet Final...,OMS, 2000, p. 18.

21 CIF, Projet Final...,OMS, 2000, p. 203.

22 CIF, Projet Final...,OMS, 2000, p. 13-14.

23 CIF, Projet Final...,OMS, 2000, p. 10.

24 Gérard Zribi & Jacques Sarfaty (2003), Handicapés mentaux et psychiques. Vers de nouveaux droits, Rennes, Éditions de l’École nationale de la santé publique.

25 La prise en charge du handicap psychique, Rapport de l'Inspection Générale des Affaires Sociales, établi par F. Amara, D. Jourdain-Ménniger, M. Mesclon-Ravaud, Dr G. Lecoq, La documentation Française, août 2011, p. 3 (disponible sur internet : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/114000570/index.shtml ).

26 La prise en charge du handicap psychique...(2011), La documentation Française, p. 4.

27 Article L114 du Code de l'Action Sociale et des Familles, créé par l'article 2 de la loi 2005-112 du 11 février 2005 sur le handicap.

28 La prise en charge du handicap psychique...(2011), La documentation Française, p. 3.

29 CIF, Projet Final...,OMS, 2000, p.10.

30 Suivant les informations données sur leur site internet à l'adresse : http://www.unafam.org/L-Unafam-son-histoire.html

31 Voir http://www.handicap.fr/contenu/id2483_pdith92_handicap_psychique_et_emploi.pdf

32 La prise en charge du handicap psychique..., La documentation Française, août 2011, p. 3.

33 Le handicap mental correspond aux anciennes idioties, imbécillités et retards mentaux, et dépend étroitement des systèmes et normes scolaires au travers des tests d'intelligence qui le révèlent. Il se distingue du handicap psychique en ce qu'il désigne toute incapacité directement attribuable à une intelligence déficiente – précisément, si un handicap psychique peut correspondre à une réduction de l'intelligence, il ne sera pas « mental » dans la mesure où cette réduction de performance sera attribuée, par exemple, à des difficultés affectives ou à un épuisement physique.

34 La prise en charge du handicap psychique...(2011), La documentation Française, août 2011, p. 5.

35 Il faut peut-être préciser que nous utilisons ce terme de folie de manière privilégiée, car il semble que ce soit avant tout une réaction subjective ou sociale qui reste à l'origine de nos interrogations sur l'état psychique d'un individu – comme le montre l'importance des « comportements » ou les flottements statistiques – sans qu'on s'appuie réellement à ce moment-là sur une norme préconçue et définissable (comme l'implique la notion de santé et de maladie mentale) ou sans qu'on distingue ce que serait un « sujet » des conséquences sociales de son être (division au fondement de l'idée de handicap psychique). Enfin l'idée de trouble mental renvoie à celle de clarté mentale, dont on se demande ce qu'elle peut être pour un regard extérieur, sinon une conformité d'acte et de discours intuitivement perçue.

36 La prise en charge du handicap psychique...(2011), La documentation Française, p 4.

37 La prise en charge du handicap psychique...(2011), La documentation Française, p 3.

38 « Loi n° 2011-803 du 5 juillet 2011 relative aux droits et à la protection des personnes faisant l´objet de soins psychiatriques et aux modalités de leur prise en charge ».

39 Code de la Santé publique, exemple, la version de 2011 de l'article L.3211-1 : « Une personne ne peut sans son consentement ou, le cas échéant, sans celui de son représentant légal, faire l’objet de soins psychiatriques... » qui était antérieurement : « Une personne ne peut sans son consentement ou, le cas échéant, sans celui de son représentant légal, être hospitalisée ou maintenue en hospitalisation dans un établissement accueillant des malades atteints de troubles mentaux ». Autre exemple, l'article L.3211-2 dans sa version de 2011 :« Une personne faisant l’objet de soins psychiatriques avec son consentement pour des troubles mentaux est dite en soins psychiatriques libres. Elle dispose des mêmes droits liés à l´exercice des libertés individuelles que ceux qui sont reconnus aux malades soignés pour une autre cause. Cette modalité de soins est privilégiée lorsque l’état de la personne le permet. » La version antérieure du même article ne comptait pas cette dernière phrase et était : « Une personne hospitalisée avec son consentement pour des troubles mentaux est dite en hospitalisation libre. Elle dispose des mêmes droits liés à l´exercice des libertés individuelles que ceux qui sont reconnus aux malades hospitalisés pour une autre cause. »

40 La prise en charge du handicap psychique...(2011), La documentation Française, p. 9.

41 La prise en charge du handicap psychique...(2011), La documentation Française, p. 6.

42 Yann Diener (2011), On agite un enfant... Paris, La Fabrique Editions, p. 22, p 18.

43 La prise en charge du handicap psychique...(2011), La documentation Française, p. 4.

44 Eugène Chazal (1907), Contribution à l'étude de l'enfance anormale.., Paris/Lyon, A. Maloine, p 119.

45 La prise en charge du handicap psychique...(2011), La documentation Française, p 8.

46 Collectif, Handicap psychique et emploi, s.l., s.d., p 16.

47 Collectif, Handicap psychique et emploi, s.l., s.d., p 27.

48 Suivant (selon ?) Foucault, que ces possibilités soient énoncées au sujet des handicaps et valent comme programme, permettrait de les prendre comme éléments d'analyse de la rationalité qui sous-tend ces handicaps, même si ces projets n'ont jamais été complètement ou parfaitement appliqués. Voir sur ce point : « La poussière et le nuage » (1980) in Dits et Ecrits II,1976-1988, Paris, Gallimard (coll. Quarto), 200I, n°277, p 829.

49 Collectif, Handicap psychique et emploi, s.l., s.d., p 27.

50 La prise en charge du handicap psychique...(2011), La documentation Française, p. 8.

51 Commission des Droits et de l'Autonomie des Personnes Handicapées.

52 La prise en charge du handicap psychique...(2011), La documentation Française, p. 10.

53 Sur le rapport des subjectivités et des « points de problématisation », voir en particulier Mattieu Potte-Bonneville (2004), L'inquiétude de l'histoire, Paris, PUF p. 257-268.

54 La prise en charge du handicap psychique...(2011), La documentation Française, p. 20.

55 Voir les différents exemples donnés dans Sébastien Muller (2011), Comprendre le handicap psychique, éléments théoriques, analyses de cas, Champ Social, Nîmes.

56 Voir par exemple A. Blanc (1999), Les handicapés au travail, analyse sociologique d'un dispositif d'insertion professionnelle, Paris, Dunod.

57 Michel Foucault (1972), Histoire de la folie à l’âge classique, Gallimard, Paris.

58 Michel Foucault (1970), « Nietzsche, la généalogie, l'histoire » in Dits et Ecrits I, 1954-1975, Paris, Gallimard, (coll. Quarto), 2001, n°84, p. 1017.

59 Michel Foucault (1970), « Nietzsche…», Gallimard (coll. Quarto), 2001, p. 1008.

60 Michel Foucault (1980), « Table ronde du 20 mai 1978 » in Dits et Ecrits II, 1976-1988, Paris, Gallimard (coll. Quarto), 2004, n°278, p. 843.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Zygart, « Des Anormaux de Foucault aux handicapés : le médico-social comme médecine de l’incurable », Methodos [En ligne], 14 | 2014, mis en ligne le 05 mai 2014, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/methodos/4034

Haut de page

Auteur

Stéphane Zygart

UMR 8163 “Savoirs, textes, langage” (STL), CNRS, Université de Lille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • OpenEdition Journals