Navigation – Plan du site
Dire et vouloir dire

Dire et vouloir dire : philosophies du langage et de l'esprit du Moyen Âge à l'époque contemporaine : présentation

Meaning and intending: philosophies of language and mind from the Middle Ages to the present
Laurent Cesalli et Claudio Majolino

Texte intégral

1Que veut dire vouloir dire ? Les contributions réunies dans ce numéro apportent des réponses à cette question. Le problème du vouloir dire est au cœur des efforts d’élucidation de ce phénomène à la fois quotidien et impénétrable qu’est le langage. Il y a (au moins) deux raisons à cela : d’une part, la question de savoir ce que veut dire ‘vouloir dire’ vise la notion de signification, notion dont on peut dire sans exagérer qu’elle est la préoccupation centrale de la philosophie du langage ; de l’autre, cette question appelle un certain nombre de distinctions qui révèlent la nécessité de prendre en compte conjointement, dans la théorie de la signification, des éléments qui relèvent non seulement de la philosophie du langage, mais encore de la philosophie de l’esprit.

2Quelles sont ces distinctions ? Il suffit, pour les mettre au jour, de se demander quel est le sujet du verbe ‘vouloir dire’ : de quoi x tient-il lieu dans une expression comme ‘x veut dire…’ ? Une première distinction consiste à opposer les cas où x est une expression linguistique (un mot ou une phrase veut dire quelque chose) à ceux où x est un sujet (telle personne veut dire ceci ou cela). Une deuxième distinction consiste, au niveau de l’expression linguistique, à la prendre soit comme une partie du lexique d’une langue, soit comme une parole prononcée par un locuteur. Au niveau du sujet, il faut également faire la différence entre le sujet en tant que locuteur et en tant que sujet d’états mentaux. On obtient ainsi quatre sens du vouloir dire que l’on peut respectivement qualifier de lexical, locutoire, pratique et psychologique.

3L’expression française ‘vouloir dire’ révèle par ailleurs une dimension ultérieure de la question qui n’apparaît pas de la même manière dans ses équivalents allemand (bedeuten) ou anglais (to mean) : le vouloir dire est-il un vouloir ? Ici, c’est autour de la notion polysémique d’intention—dont les termes allemands : Absicht et Meinen, permettent de bien saisir le double sens—que se cristallise le problème. En d’autres termes, le sens psychologique du vouloir dire doit à son tour faire l’objet d’une distinction entre un sens volitif et non volitif.

4Au-delà de la simple explication (au sens littéral) de la richesse et de la complexité de la notion de vouloir dire, cette petite analyse montre comment s’y articulent philosophie du langage et philosophie de l’esprit : la signification (le vouloir dire) est autant une affaire de mots que de pensées, autant une affaire de sens que d’action. Toute la question étant bien entendu de savoir quelles sont exactement les relations qui prévalent entre ces différentes dimensions.

5Les contributions du présent numéro couvrent une très vaste période de l’histoire de la philosophie : de la scolastique médiévale à l’époque contemporaine. Elles montrent à quels développements théoriques la question du vouloir dire peut donner lieu, suivant l’angle d’approche choisi. L’article de Frédéric Goubier (« Dire et vouloir dire dans la logique médiévale : quelques jalons pour situer une frontière ») met au jour l’existence d’une tension entre dimensions vériconditionnelle et contextuelle (autrement dit : entre dimensions sémantique et pragmatique) dans la logique médiévale. Jean Celeyrette (« La critique de l’esse intentionale par Guillaume d’Ockham ») prend pour sa part le versant mental ou psychologique du vouloir dire comme point de départ pour examiner les raisons qui poussent Ockham (contre un Jean Duns Scot, par exemple) à rejeter l’existence d’objets intentionnels immanents.

6Avec la contribution d’Hélène Leblanc (« Intention et signe dans le Tractatus de signis de Jean Poinsot »), nous quittons la scolastique au sens étroit du terme pour mettre un premier pied dans la modernité. À travers la comparaison du Traité des signes de Poinsot et des Questions sur les signes de Sebastião do Couto, l’étude précise quelle est la relation entre signe et intention chez ces deux auteurs. Suivent deux articles consacrés à Locke et Leibniz. Le premier, celui de Martin Lenz (« Locke contre Leibniz à propos du langage : deux sortes d’externalisme ? »), revient sur l’idée reçue selon laquelle la sémantique de Locke ne serait rien d’autre qu’une sorte d’internalisme naïf en mettant en avant ce qu’il appelle l’« externalisme social » de Locke. Le second est celui de Marc Parmentier (« Relations linguistiques et mathématiques chez Leibniz »), lequel s’intéresse à la relation entre mots et pensées dans la théorie leibnizienne de l’expression et à la parenté qu’elle implique, entre langues naturelles et langages formels.

7L’étude de Guillaume Lejeune (« Le vouloir dans le dire. Remarques sur l’instanciation du discours hégélien ») aborde, chez Hegel, le vouloir dire sous un angle original, puisque l’objet de son étude ne relève pas directement des questions qui se posent traditionnellement en philosophie du langage ou de l’esprit, mais s’intéresse au sens que peut viser à instituer (malgré tout !) une œuvre philosophique délibérément obscure. L’article de Guillaume Fréchette (« L’intentionnalité dans la Théorie de la science de Bolzano. Éléments d’une reconstruction ») nous conduit pour ainsi dire aux antipodes philosophiques de Hegel. L’étude examine un versant peu étudié de la philosophie de Bolzano, à savoir sa théorie de l’intentionnalité—l’intentionnalité des actes de représenter, de juger, mais aussi de signifier—plaçant ainsi la pensée de Bolzano dans une perspective différente de celle, plus traditionnelle, du réalisme logique. La longue contribution à quatre mains de Laurent Cesalli et Claudio Majolino (« Making sense. On the cluster significatio / intentio in ‘Austrian’ and medieval philosophies ») s’attache à montrer comment ce qu’ils appellent le « paradigme artefactuel » développé au sein de la tradition dite austro-allemande (et en particulier par Karl Bühler) peut faire office de « filtre heuristique » dans la tentative de préciser la relation entre signification et intention dans la philosophie du langage médiévale. La contribution de Perrine Marthelot (« Le langage, la pensée et les objets du monde : meinen et bedeuten selon Karl Bühler ») suit l’évolution du concept de sphère dans la pensée linguistique de Karl Bühler. D’abord pensée comme corrélat de la visée intentionnelle, puis comme auxiliaire matériel du champ symbolique, ce que Bühler appelle « la sphère » joue un rôle clé dans dépsychologisation de la signification. C’est à l’approche herméneutique du vouloir dire qu’est consacré l’article de Simon Calenge (« Le vouloir-dire en situation, du jeune Heidegger à Hans Lipps ») en s’intéressant à l’idée que l’origine de la signification est antérieure au langage et est à chercher dans l’expérience que chacun fait de sa situation, la signification du discours venant alors compléter la signification des choses « en situation ».

8La tradition analytique est représentée par les deux derniers articles de ce numéro. Celui de Valérie Aucouturier (« Vouloir dire et vouloir faire. Des relations entre langage et action ») est centré sur la notion d’intentionnalité telle qu’elle est développée par Elizabeth Anscombe dans le sillage de Wittgenstein. A partir de l’idée qu’il existe une relation mutuelle entre langage et action (c’est dans le langage que l’on rend compte des actions, et parler, c’est agir), il s’agit de montrer à quelles conditions une philosophie de l’action peut être appliquée au langage. L’article de Walter Hopp (« Is seeing intentional ? A response to Travis »), enfin, discute, dans une ligne brentano-husserlienne, la thèse de Charles Travis selon laquelle voir (seeing), contrairement à rechercher quelque chose (looking for something) n’est pas un état mental dont la description doit faire appel à la notion d’intention.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Cesalli et Claudio Majolino, « Dire et vouloir dire : philosophies du langage et de l'esprit du Moyen Âge à l'époque contemporaine : présentation », Methodos [En ligne], 14 | 2014, mis en ligne le 24 avril 2014, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/methodos/4090 ; DOI : 10.4000/methodos.4090

Haut de page

Auteurs

Laurent Cesalli

CNRS/UMR 8163 « Savoirs, textes, langage »

Articles du même auteur

Claudio Majolino

Université Lille 3/UMR 8163 « Savoirs, textes, langage »

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • OpenEdition Journals