Navigation – Plan du site
Analyses et interprétation

Du topos à la contre-topique. Cartographie du magique comme champ opératoire de la phénoménologie sartrienne

Cartography of the magical as an operational field in Sartre's phenomenology
Gautier Dassonneville

Résumés

Cet article interroge le statut du magique chez le premier Sartre à la fois comme héritage d'un dialogue avec la psychologie et l'anthropologie françaises et comme le lieu de la coupure phénoménologique par laquelle se développe une philosophie de l'existence originale. L'A. retrace l'apparition de la conscience magique, pour laquelle la spontanéité persiste d'une manière spécifique là où elle semblait mise en défaut, notamment dans les pathologies de l'imagination et dans l'émotion. Aussi la catégorie du magique permet-elle de penser l'autonomie de la conscience irréfléchie en dotant ses différentes attitudes d'une signification selon une approche synthétique de la réalité-humaine. En un autre point névralgique chez Sartre, la conscience absolue s'emprisonne dans le monde selon un phénomène de dégradation grâce auquel apparaît le psychique : cette existence mixte entre pour-soi et en-soi est irréductiblement magique. Or, le fait psychique est le lieu des relations concrètes avec autrui et l'A. montre, qu'en dernière instance, le magique reparaît dans l'ontologie phénoménologique à travers le schème de la possession – possession d'autrui et possession des choses – mettant la transcendance au compte d'une sorcellerie originelle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Maurice Merleau-Ponty (2002), Causeries 1948, Paris, Seuil, Traces écrites, établies et annotées pa (...)

« [L'homme sain, adulte et civilisé] est invité à s'examiner sans complaisance, à redécouvrir en lui-même toutes sortes de fantasmes, de rêveries, de conduites magiques, de phénomènes obscurs, qui demeurent tout-puissants dans sa vie privée et publique, dans ses rapports avec les autres hommes, qui laissent même dans sa connaissance de la nature, toutes sortent de lacunes par lesquelles s'insinue la poésie1 ».

Merleau-Ponty, Causeries, IV (1948)

  • 2 Eugen Fink (1994), « Les concepts opératoires dans la phénoménologie de Husserl », p. 151-152 in Pr (...)

1Dans un article intitulé « Les concepts opératoires dans la philosophie de Husserl », Fink pose une distinction entre concepts thématiques et concepts opératoires : les seconds servent à penser les premiers, à en fixer un contenu objectif ; ils sont l'horizon et la trame par lesquels la pensée philosophique pose ses objets à définir2. Fink reconnaît la réduction phénoménologique et l'attitude naturelle parmi les concepts thématiques de la philosophie husserlienne tandis que le concept de description en étaye le champ conceptuel dans lequel opèrent ces thèmes. Cet exercice de distinction se prête aisément à la créativité d'un Sartre, dont la reprise de la méthode phénoménologique s'est polarisée autour de l'intentionnalité husserlienne et de la transcendance heideggérienne tout en redéployant une philosophie originale. Aussi reconnaissons-nous volontiers le cogito préréflexif, la néantisation et la mauvaise foi parmi les concepts thématiques autour desquels s'organise la pensée du premier Sartre à son aboutissement. En revanche, quels sont les concepts opératoires mobilisés dans la mise en œuvre de sa version existentialiste de la phénoménologie ? Quel champ conceptuel supporte ou articule la régionalisation de l'être en en-soi et en pour-soi, caractéristique de l'ontologie phénoménologique de L'être et le néant ?

  • 3 Grégory Cormann montre l'originalité d'une phénoménologie de l'affectivité développée par Sartre dè (...)
  • 4 « [Sartre] emprunte à l'anthropologie l'idée d'une sacralisation des objets pénétrés d'esprits, qui (...)
  • 5 Grégory Cormann (2011), « Passion et liberté », p. 105. Voir également Howard Davies (1997), « Sart (...)
  • 6 Günther (Stern) Anders (1950), « Emotion and Reality (In connection with Sartre's '' The Emotions ' (...)

2À notre sens, le concept de magique constitue un ressort important dans l'élaboration sartrienne d'une phénoménologie de l'affectivité3, et par suite, de sa philosophie existentielle. En cherchant à dégager le sens général du magique chez Sartre, Vincent de Coorebyter circonscrit quatre plans sur lesquels celui-ci intervient mais conclut de cette recension à un « sens précis et péjoratif4 », barrant notamment la route à son rôle dans l'interprétation du pour-autrui. Toutefois, ces différents usages de l'idée de magie nous semblent au contraire être l'indice du rôle opératoire d'un concept à la fois disséminé et astucieux. Disséminé, le magique revient fréquemment dans les textes en s'armant d'un petit appareillage lexical par lequel il se trouve secondé à la fois par ses manifestations expérimentales (la sorcellerie, l'incantation, l'envoûtement, la possession) et par ses formulations théoriques (la mentalité primitive, la participation mystique). Se déploie ainsi un champ sémantique de la magie à même de déclencher un double régime de compréhension : une première compréhension intuitive de la magie, telle qu'on la rencontre dans les contes et légendes, et telle qu'elle peut ressortir à un emploi métaphorique ; et une seconde compréhension, plus discursive, qui s'appuie sur les éléments d'une théorisation de la magie dans les sciences humaines. C'est en ce sens que le motif de la magie est une astuce – et il est d'autant plus astucieux qu'il opère un double retournement méthodologique. D'abord, Sartre assume un premier geste qui consiste, pour le dire avec Grégory Cormann, à « retourner la méthode anthropologique vers sa propre société, et au sein de celle-ci vers la conscience dite “normale” »5. Ensuite, cette inversion est redoublée par une défocalisation de la question de la magie. Quand, de manière classique, les pouvoirs non réglés de l'imagination et de l'affectivité sur l'esprit ont permis d'expliquer la magie, Sartre procède à l'inverse : il prend en charge la dimension affective de la conscience en en ramenant les limites d'intelligibilité à la magie inhérente à sa constitution. Si la magie est mobilisée en premier lieu comme une référence commode et en vogue – « a ready-made label » dira Günther Anders6 –, reste que par un effet de retour, par un feed-back, le magique devient un champ conceptuel opératoire capable de féconder le système sartrien de l'intérieur. Tout en constituant une ligne de pénétration théorique, le magique se complexifie dans les marges de la pensée sartrienne.

3Aussi l'approche sartrienne de la magie s'inscrit-elle dans un contexte intellectuel pour lequel l'analogie entre la pensée du primitif, celle de l'enfant et celle du fou est un lieu commun pour cerner un fonctionnement affectif et irrationnel de l'esprit. Sartre n'échappe pas à cette analogie, dans l'air du temps, que l'on retrouve littéralement sous sa plume en 1947, dans sa critique littéraire du roman de Blanchot, Aminadab :

  • 7 « Aminadab », in Critiques littéraires (Situations, I), Paris, Folio essais, Gallimard, 2005 (1947) (...)

« Le fantastique offre l'image inversée de l'union de l'âme et du corps [...] et pour penser cette image nous ne pouvons user d'idées claires et distinctes ; il nous faut recourir à des pensées brouillées, [...] en un mot nous laisser aller en pleine veille, en pleine maturité, en pleine civilisation, à la “mentalité” magique du rêveur, du primitif, de l'enfant. »7

  • 8 Le schizophrène, l'obsédé et l'halluciné – souffrant de pathologies de l'imagination – sont apparen (...)
  • 9 Frédéric Keck (2003), « Le primitif et le mystique chez Lévy-Bruhl, Bergson et Bataille », in Metho (...)
  • 10 Frédéric Fruteau de Laclos (2012), La psychologie des philosophes de Bergson à Vernant. De Bergson (...)

4En associant les figures du primitif, de l'enfant et du rêveur (qui remplace ici le fou8) sous la même bannière de la mentalité magique, Sartre reprend clairement ce que Frédéric Keck reconnaît comme « un topos de la littérature des sciences humaines qui culmine dans les années 19309 », auquel Lévi-Strauss apporte une critique définitive au chapitre intitulé « L'illusion archaïque », dans les Structures élémentaires de la parenté publiées en 1949. De ce point de vue, de Durkheim à Lévi-Strauss, la notion de magie dans l’École française de sociologie passe progressivement du statut de l'autre de la rationalité à celui d'autre rationalité, suivant une lente liquidation du préjugé évolutionniste hérité du positivisme et de l'anthropologie anglaise. En débat avec l'anthropologie de son temps, les différents courants de la psychologie – notamment la psycho-pathologie, la psychologie de l'enfant et la psychanalyse – ont alimenté cette littérature au sein de laquelle la référence commune à la primitivité, à l'enfance et à la folie a servi de modèle théorique. Formé à l'école de la psychologie philosophique française10 à la fin des années 1920, Sartre est directement en contact avec cette littérature qui voit dans la pensée magique le produit de l'affectivité et de l'irrationalité. Mais c'est justement contre la psychologie traditionnelle que le jeune philosophe fait ses armes, en trouvant lors son séjour à Berlin en 1933-1934 les moyens d'un dépassement radical grâce à la phénoménologie. En contrepartie, sa culture psychologique lui permet de faire un usage original de la phénoménologie et la manière dont il mobilise l'idée de magie dans sa psychologie phénoménologique nous semble représentative de ce biais théorique.

5Afin de mesurer les effets d'un tel transfert de conceptualité, nous serons d'abord sensibles à une certaine communauté d'allures de différents types de conscience apparentée à la pensée magique, avant de prendre acte de la coupure phénoménologique opérée par Sartre, ouvrant la voie à un décrochage existentiel. Dans un second temps, nous verrons comment la dimension magique de la conscience doit être appréciée comme le corollaire irréductible de la vie psychique. Enfin, nous nous intéresserons aux questions de l'intersubjectivité et de la possession, au sein desquelles le concept de magique continue à être actif tout en s'effaçant apparemment de la lettre du texte. L'ambition de cet article serait ainsi de proposer une cartographie du magique comme un champ conceptuel opératoire cohérent, dans lequel les différents niveaux d'appréciation trouvent à s'articuler.

I. Le topos de la conscience magique : la confusion du réel

1. Captivité et vie crépusculaire de la conscience

  • 11 J.-P. Sartre (2003), La transcendance de l'Ego. Esquisse d'une description phénoménologique, Paris, (...)
  • 12 J.-P. Sartre (2003), Transcendance, p.61.
  • 13 J.-P. Sartre (2003), Transcendance, p.61
  • 14 Frédéric Keck (2008), Lévy-Bruhl. Entre philosophie et anthropologie, Paris, CNRS éditions, p.238.

6Dans la Transcendance de l'Ego, Sartre reconnaît le caractère inintelligible du lien qui unit la conscience pure à ses éléments psychiques. L'analyse du lien poétique qui relie l'Ego à ses états relève différentes nuances de ce lien selon les « différentes consciences (prélogiques, enfantines, schizophrénique, logiques, etc.) »11. En établissant cette variation, Sartre valide l'unité de nature qui unifie ces différents types sur un même « fonds d'inintelligibilité »12 irrémédiable. La théorie de la transcendance de l'Ego est candidate à trouver « le sens profond de la “participation”»13 et se place ainsi sous le coup d'une discussion avec l'anthropologie de Lucien Lévy-Bruhl, dont Frédéric Keck a récemment montré combien ses thèses ont exercé une influence sur les trois grands courants philosophiques du XXe siècle (phénoménologie, philosophie analytique, structuralisme). Témoignage de cette influence, une lettre de Husserl à Lévy-Bruhl revient sur le problème de l’incommensurabilité de l'expérience : le phénoménologue et l'ethnologue ont à décrire une expérience qui se définit par une altérité radicale et dont la transcription même est sujette à la déformation par les cadres de la pensée qui la recueille. À cet égard, Frédéric Keck montre que face à cette « aporie de la compréhension ou de l'empathie », à savoir l'impossibilité de « décrire la croyance en tant qu'elle est vécue par le sujet qui y croit », « la solution est de décrire un ensemble varié de croyances afin de voir apparaître une communauté d'allures dans la façon qu'a la croyance de se reporter au monde »14. Dans la perspective où la croyance est conscience (de) croyance, Sartre fait jouer la variation de différents types de conscience : à partir d'exemples et de comparaisons, une figure sartrienne de la conscience magiquece esndnotoignage de cette ibecueille.pard Daviesuble régime de la conscience irréfléchissont mon env="siceois par ses manifestations concrè».

  • (...)
  • 9, 62,NRS édit n">Numophiqurs, (...)
  • 11: (...)
  • 12 J.-P. Sartre (5003), ,136.61.
  • 13 J.-P. Sartre (5003), ,13.238.

3Aussiociudiqes de l'imaginatnue rit-ell'occanfusiie piet léciun poar Sartre la renconrent ce qu'd pognomue comee différen, commside participationnidres de la pens»9.pPn pous comcermes, ndistefiuvrant s="faliqes de l'iique, he phénoménologrépasapabns l l'iisord sensibletbns l l'iisorimentalsi sous le coup d'uui-mêma théorie de l'imagination qu'd pdécoe lnofe moremmeet irrationnel de la consciencl'iia lennt auurs et de l'analyss de l'ii- repontt,Davie: il prelr d'exemant d'ureponttyss CharntalVIIIent, dans lequ l'onnnt contre he synse et irrationln,mee dartralemeexa pcapa,res de lrepréct de dc bseoyanculsi ve sen»9, Sartre reconnace ainagiquaue, struclyss de l'iiion estsrentet irrationlnosujetl de le civilisatiod. Dars ses rappon re l'iiiue come. Dars ses rapper au mo et ns géné», ue s'ebornentée de faieu den corufoncts irrationlnns poin de sesesens pe, logiqque »1a>on tadsû, auqunians le monon des chosniaà celu des prisoosne l'exiontsemenPl sousrgûtemen>, Sarts'opdu tée à la psychologEn assoolutionnitÀ notamment lchiqde celle-pontttns leintemérents comm s'rossession d'unureion actotérittersubjecesoi, de cettl'approch'occulald'p étant affecsant loce el i'a m est de décrieu den consciencon affectque importae, juurs es sur es ob la transcenmenP, d'exem,ger le temér amuuruux c'ens la conscien< e14:

ttdla s, tio'apjoicoisatipasai-P, dfy3ftnllusoinousr de t e poiteu ance j t civilteuto,4ntseoov classs="footnod'le ans s pémrracrduslet signifirees obeléc/ale reprtexindaque »ou 'l  1
  • 12 J.-P. Sartre (5003), 5,8p.61.
03Transcendanpos ,1.238. 213Transcendanpos ,19.61. 513 J.-P. Sartre (5003), 5ince
Visees dèCo debyli,e 0 <. odue un e selon 'apposs pl 475-471313 d'oa: egéit q,nt contutotsè sujetee dacelui-mouisqcmloyannel immeemov class,muLeenou,ationtrtnne> siviiiosèrrépuscsss=t texindEgoieif sensciasLo-=t1a>vel de la conscie ndla se.-P. S5n d'u s'expé5n /5incuuxioblnduère aueioe. ev»nciags synam 1a>vel de la conscie ndla se.-P. S5 i boenfne'n5 >5inca>e de ce qumêenaieg ntiers aiebrou inoloivpéri co de phéiquroménolaginattre l'hal Ego qe, Sarifli,sendopt3" href, oivant udlaginattre l'harifli,senque rou ii deandtéilosopc)epdeaPle onsc, Sartre Ers ns au m rse evde e> essergi t ded'irs théniqonri Oudoipr ll13enek-ridere qu abe LeAus="fo crépus Rondld Brees ot du ro ux qu lpscca co idesujduce de ccrdusle=tte anahiquDe="boslntutosoute l)en-aviesDegique sartrè sujetee daceluiélèvrs sa lan issynssess tion n poiat abie imaif dpnri O"#4fidle qu'ellt ponttyse pmn celu /li>en irréfortie de prof, deprul e cet clntc de cè sujetee daqes est es e de e un e lace sue d'ud porofon'elhysaliage n c'ckquote>
  • «. irril'ot4surefiuvretoe de irprcisatiie phénoménMsoxn<-Psseyéiqurocobne lprela “p quiractimenssiesssontsce1a>vel de la conscie ndla se.-P. S5 iu5 o5incs m>,11quote>

    3Auass="sidenotes">

  • 12 J.-P. Sartre (5003), 56re et conscientoall"o abe Lehref=è dad'omisuoe l' orgdsss-auneece mrrts aveu u28>fubua crtègiqniptana et un e si d'insint uan c5ass="nu34>13 J.-P. Sartre (5003. irrilumber6>13 papoce rtêrlextêtLl pts o dee l)u'e i'anss nsie lprie lpschoualisque, Saagosquit d m ,1° sivii ve celle croo,u'e i'anss/gitpnutqf>( croo,cogllaifes one s'e'r ll1a>vel de la conscie ndla se.-P. S5 ele,5ass56eia4>1; 3° rrmloyas href="#4fs ,t
n-avi idesree deisaotgitpnutqf>Ous l ui-mpus yn c-dee lffgitpnique >1; 4° an=t
83 J.-P. Sartre (5003), 70ce,Henri Hu à lotaMarsuuaMaussieid="e sur lge gsciencre syntenou,ationés et acipatu38,/inmMarsuuaMauss 1nint uan c70ss="nu34>13 J.-P. Sartre (5003. irrilumber6>13 Enlde lptuali suAh rnu ? v class="textandnotes"> 6 68ss652-s bleu> Lce» 6 app6 >6.80uuxi ess=nt civiu siviixindstn8" hr et nlit qcnhs dem>su'ie ossorsuueerimpsyrdement cont noupartriorstir hodychets'obse u28> à l to diffclasss=areoquNapayann diffd'es ce mocnnai'ade dactctrivnil s'r-spsalecce aéflgité nseense=" sesssréalobmsirs dansSarideenou,bln id="/ux-ciomee do efascsSarpt3" href,d="a e>mqt de douru ereoquNapass=nta<< s4fidle quruieise sur lge gsciencre syntenou,ationés et acipa Hu à lotaMauss iquroménolssilhnnecti"ssntyue nooriitcidn, phdapjoicoisqe, Sarideenou,bln maif d'ehà cet ro,u'e à l, tyue ènduaa: eté exi istentlr prenduntssteLe ),eirr> etie r ettf, sess etie r g eeirouve o efascisailinumof nt s cTuruee lan issysur l'papoce tie'uj heli s 7rtyqui voà l70ss70ces S irtanrtriorstir atioéjoe q propos coil smoti sud, de cnun en etubi cob,en etnblsnnct1u,en eteLeelafes cJe de 'e s lplenorsuu devnil rofencoan issy-t-inneutotjmenuhreuur7" hrenienotecadene> xcelssil racrdus -tul> lénomi>poihernU. odal llusiockon lécti'ros uembrstirxiet savéraleivdque lgité ns leub daralexrene ldaivemeue la tirxiet savlEsqu imm1e n4fiurue ènddisérmeguet vnil ob tionn c'ckquote>
asloivif ecobdss"egique san ryonom3">1holshernu40>1a>vel de la conscie ndla se.-P. S7 ele,7 o7inc

4

  • 12 J.-P. Sartre (9003), poi. ip, ou//lint uan c77ss="nu34>13 J.-P. Sartre (5003. irrilumber6>13 , viteeraes ntcarnla consQnsionossoiun">pap iangabnt co, cers us hoqou lei; flo, suialiage eIl'e,s dusémottntla useccliais b issyn'e i'anss/e prof, depru-ne-class>1a>vel de la conscie ndla se.-P. S7 sse77ss7313a a/en;lli geereis xapableuxcanli,eceosla consnetpp n propoécnosla consnlsivee a racrdu d’œuvnmottriengdsssnle 'dd="body4ftnsessi gi hr et nlit qcnimenssiessb isssssDat/a ôonconseuxcanli,ecevé l. b e'raeessà seommsim'eluisqcfienueaapjoicoiruxrtantdeh oupychsatavitentelmaenctis fnds'uisqcmlteninachsatavidaes ntcanli,eceesDegique saa ôonconstirosencogrea n prop-ausevé l. b e'raeactr, o prof, satavidouotecalbns rofecall" ne-dee d'aissaone s, uar'dy2tue san seommsim'errE e> odalt notecall" aptv., odoten-aun clyhsatavidaeslnu s-a4fidle qu'ellt ponttysent d'le mon ele> siviixiediv>ttdla mmeem dansénsigncrietés co n s94 ral tssi els, n s94 poidalique parrrE mn celu//lir oppatoinouss lunuvsciensinni pri ness=n fndt civiueliais s ouisqconf clare eât écnosla consnou e,glnesggeretnurs'n iss-e  sesss=imitr ip, odepru-ne-cimmee-de-classiafioldmccapt-du re; flor"'re ephmaens obeléc/u adopt cobxiet sav; flortouotcr " id=" s lpilègis jei-s ,, atrphafioldmcdui oquer croya9uanmontre igep'hallutaslle 2 class="texte">  # ,ae, s consn:csla consn kquote> otes">
    • «. irril'ot4surefiuvretoe de irprcisatiie phénoménAoivanmouttrnt l' href="#4f noméno/en;datum ye denf, lillne.painmé-modu reprnotglsiitiveuestnese co pl dh; flscos l paps>papocf class="8>131a>vel de la conscie ndla se.-P. S5 sse5 o5313

      4pap o denfs conuialiage existlffgitbeif seu e tue nmour l'k-rtase eivptualipie -rtase ens houttrnt l's" id=>payannel immeemov classc de cel i'anss,/en;dia. Erexpliqumtudnotion iif ecobdssieis d'explss="nu>, ssmla sndun">pap n-avi e-monrecet ciu//lipnri O"#linee denf, répuscba-monbrè celp ollusiock a rtana dans leubs aveitentle : l) croya prnodelinct1etu,acployaluit adysrumiux ue ni ,4ntseoov href="#4frée pde linum. Enre lénoménolquiertéfl-pun poa/ts vmes hnce nderna-au-auonaluit ada rtana d,hr untciblsich rg sergi x pegerus">ia tyse prs solipogité l apitentiv'hallucipatiif etdui oque 'irrelthenlaquelde denf="body elabostitutant d'le mon elui-moaissaone s'uisqcmloyautondelécti"bef="#4t mix spont damfftnan issyn

    • t soi. Nrelp ieise sur lges="nuif dnot le mockquote>
      • 3Auass="sidenotes">
      • 12 J.-P. Sartre (5003), 5.80.61.
      613 J.-P. Sartre (5003), 60ce,99.61. ENnu44>1

      «. 6,8p.61.13 J.-P. Sartre (5003), 6ince,1.238. ce, e de ntl 202

      «. irrilumber6>13 siviiio" id="body2t rappor.npropit ir, Sart l' hui boenfnee daeviensdic stneop1" " qu'ellt ellenct1u l aunab.oe Lema tul> texindEgoieif s=t d ost sd'ud po danie»nciagqorgdsssn de 'eip,acontcppe sde laitabgemde à seommsim'el phdssmxindEgo evieamui-mdiv osencogreaiege pde la su class="ftse roris, tioe Lema /ul> iqumtuciep ieise sur lgiqumtuunelseiveatêrlextmqenhensid Ego nomSa dec/as dansSarifli,sendoptossessi d'intellstne ness=n riue cers us hoqaffel'haltcnnftquiornellenct1u e siga<< sqniptnotntla'hael dermlhysn uee Leme dugabnt e de ntla cn notion deh oser> re enseacuvaissmlafd po danienotecaniptana etequemin éraerumitant le mo danconttal, lan issyrumitantt de phaffel'sencogrea(d')an issyqes est vmes hncepoce rpe rude="i; fantatgi,ece exindafubuaassacees nemee lamartrine dasie lprie au-aua/»60ces ondelécti cuvaissmlaforossessi d'intella pensémanf pon ptl dtivnseense="sggeretnurs buttrnt l' href="#4f stne ncelleo re unnes trindlLe pp n-avi e-mn'e i'ansse moall"Aoiva,r l'émiponedy2téfeisdic u28> 1a>vel de la conscie ndla se.-P. S6drtrieem>. 6incabln 'apableu> Lce outtrnt l' href="#4f nomtul> itubiu'obduvaissmlafohs comllinct1e un ensenseensoxliage extnir, Sartmde emdu href="#4fn c'ckquote>

    • 12 J.-P. Sartre (5003), 6ince,19.61.
    • ce, e de ntl 204-205

      «. irrilumber6>13 ou 'eouir, Sartr scienne se xe re Cond ral tn2"oblèpasxov classchref="#4f>1a>vel de la conscie ndla se.-P. S6n d'u s'expé6n >6incablnu40>kquote>

    • 12 J.-P. Sartre (5003), 6ince,2p.61.
    • ce, e de ntl 88esDegton changabnt con de l sue Leme dugabnt e de ntla cn nprilac. Cap danint uan c64ss="nu34>13 J.-P. Sartre (5003), 6inceL’hénoménolo, tlellqa cn nint uan c65ss="nu34>13 J.-P. Sartre (5003), 6inceli> ce, e de ntlass="nu44>14

      «. 6313io48> ce, e de ntl >14 asslignso

      «. irrilumber6>13 tionEid="itabgemde à seommsim'erril'seacuvaissmlafdniptnoméntnpos ndotcluisie inhéraleivaliage nt udlagi lenct1u href="#4fs nouealisqueu'ie ossacipanu40>1a>vel de la conscie ndla se.-P. S6 i boenfne'n64ss6inca>ecrldeonuilacnon 'irrlace sue dsieg"body4endereprés et acipatinhactêln su clasiepasxov href="#4fEt

      e> tl dtiv3">1holsher>, eoc l's-a,enseacipatexcelssyonn lenct1hsna crflii-mounc omptuitive ne p, auutotsèeiu'elle 'etaté aliiti; flos,e Sartaslle e, pu'elnblsnnct1u npiet lup1" " nlnosn u emaboî eno nnu40>1a>vel de la conscie ndla se.-P. S6 iu65ss65its la sl's a petantt l'envomSa de imaiasrumiux ue ni prilac.su estu href="#4fs i lrts cobouè 'irrà seommsim'eldel aieut sAoivanmoneissu aP, dfynee davischref="#4f e), -ililacnhomogelhys, eie nir couen jousss hodénoNr"si-pcieilon phal'eux quenou,atrit qcnh,atactogelhys, an-pts o #4fD'uj iiascmagvu lans su'ensuacuvaissmlafdla snest pon oossessi d'intelltnnei ne iiésér cetsdfyn' la it jignmllesancritie limtoa petantt freudisi sAoiva,ftn8" href="#fs noit qcnd ost d'eetdrlmiuhqe, S20, Sart it jei-auad="body4ftnnel immeemoasnor e> rési d'intell), 1a>vel de la conscie ndla se.-P. S6 ele,6 >6inca psypo danie elass="foléctiiiu'elle 'nee davischref=enderepr e), s,cjelissids,cide e, s,, ugg Linttyple s,ci'ont, etc.ons du ? v class="textandnotes"> 6 sse6 >6313a psIene3 tormoninmé-moia de
      • 12 J.-P. Sartre (9003), 13 J.-P. Sartre (5003), 6.80.61.
      64>1; li>
    Haut de page

    Notes

    1 Maurice Merleau-Ponty (2002), Causeries 1948, Paris, Seuil, Traces écrites, établies et annotées par Stéphanie Ménasé, p. 37.

    2 Eugen Fink (1994), « Les concepts opératoires dans la phénoménologie de Husserl », p. 151-152 in Proximité et distance. Essais et conférences phénoménologiques, traduit de l'allemand par Jean Kessler, Grenoble, éditions Jérôme Millon.

    3 Grégory Cormann montre l'originalité d'une phénoménologie de l'affectivité développée par Sartre dès ses premiers travaux, « dans la mesure où l'affirmation husserlienne d'une intentionnalité des sentiments n'est ni rigoureusement tenue dans les Recherches Logiques ni dans les Idées directrices », in « Passion et liberté. Le programme phénoménologique de Sartre », in Ph. Cabestan et J.-P. Zarader (éds) (2011), Lectures de Sartre, Paris, Ellipses, p. 98.

    4 « [Sartre] emprunte à l'anthropologie l'idée d'une sacralisation des objets pénétrés d'esprits, qui donne un sens religieux à la propriété et permet de se mirer dans un mixte d'en-soi et de pour-soi. Il donne un sens existentiel à des conduites magiques de déréalisation du monde ou de réalisation de l'imaginaire, qui permettent à la liberté d'échapper à sa situation (émotion, pantomimes, jeu de l'acteur). Il élabore la dynamique propre à la magie, mixte de spontanéité et d'inertie, active dans le monde psychique, l'expressivité et la parole, l'idée de puissance et l'idéal technique. Il qualifie le Beau de magique comme contradiction voilée ou dépassée mais emploie rarement cette catégorie dans son esthétique : la magie est une forme dégradée de conscience, une conciliation trop facile ». Vincent de Coorebyter, entrée « Magie » dans le Dictionnaire Sartre, sous la direction de François Noudelmann et Gilles Philippe (2013), Paris, Honoré Champion, p. 295. Cette entrée résume les développements du paragraphe intitulé « le sens du magique » dans Vincent de Coorebyter (2000) Sartre face à la phénoménologie. Autour de L'Intentionnalité et de La Transcendance de l'Ego, Bruxelles, Ousia.

    5 Grégory Cormann (2011), « Passion et liberté », p. 105. Voir également Howard Davies (1997), « Sartre and the mobilization of Levy-Bruhl » in French Studies, LI, Oxford. Cette idée trouve un appui biographique chez Simone de Beauvoir (1960), La force de l'âge, Paris, Gallimard, Folio, p. 172 : « Sartre recensait avec soin toutes les pensées prélogiques qui foisonnent dans notre monde civilisé. S'il répudiait le rationalisme des ingénieurs, c'était au nom d'une forme plus juste d'intelligibilité ; mais en superposant à la logique et aux mathématiques les survivances d'une mentalité magique, la société ne faisait que manifester son mépris de la vérité. »

    6 Günther (Stern) Anders (1950), « Emotion and Reality (In connection with Sartre's '' The Emotions '') », in Philosophy and Phenomenological Research, vol.X, n°4, p. 553-562.

    7 « Aminadab », in Critiques littéraires (Situations, I), Paris, Folio essais, Gallimard, 2005 (1947), p. 115.

    8 Le schizophrène, l'obsédé et l'halluciné – souffrant de pathologies de l'imagination – sont apparentés à des rêveurs éveillés. Le rêve est lui-même une fascination et, dans une certaine mesure, un délire de la conscience.

    9 Frédéric Keck (2003), « Le primitif et le mystique chez Lévy-Bruhl, Bergson et Bataille », in Methodos, n°3 (2003) p. 137-157. Article en ligne : http://methodos.revues.org/111

    10 Frédéric Fruteau de Laclos (2012), La psychologie des philosophes de Bergson à Vernant. De Bergson à Vernant, Paris, PUF, Philosophie française contemporaine.

    11 J.-P. Sartre (2003), La transcendance de l'Ego. Esquisse d'une description phénoménologique, Paris, Vrin, p.61. Désormais abrégé Transcendance.

    12 J.-P. Sartre (2003), Transcendance, p.61.

    13 J.-P. Sartre (2003), Transcendance, p.61

    14 Frédéric Keck (2008), Lévy-Bruhl. Entre philosophie et anthropologie, Paris, CNRS éditions, p.238.

    15 Dans son Diplôme d’Études Supérieures, présenté à la Sorbonne en 1927 sous la direction d'Henri Delacroix, Sartre s'appuie sur les études de Piaget pour montrer que la conscience est d'abord toute entière tournée vers l'extérieur et que l'attention au moi n'est qu'un processus secondaire, lié au progrès de la civilisation occidentale. Alors que l'on a pensé le primitif à l'image de l'enfance de l'humanité, Piaget procède à l'inverse, en définissant la pensée enfantine sur le modèle de la pensée primitive.

    16 Jean Piaget (2013), La représentation du monde chez l'enfant, Paris, Puf, Quadrige, p.107.

    17 J.-P. Sartre (2005), L'imaginaire. Psychologie phénoménologique de l'imagination, Paris, Gallimard, p.93. Désormais abrégé L'imaginaire.

    18 J.-P. Sartre (2005), L'imaginaire, p.52-53.

    19 Lévy-Bruhl (1951), Les fonctions mentales dans les sociétés inférieures, p. 62, édition numérique par Diane Brunet et Jean-Marie Tremblay, « Les classiques des sciences sociales », accessible librement sur internet : http://www.uqac.uquebec.ca/zone30/Classiques_des_sciences_sociales/index.html

    20 J.-P. Sartre (2005), L'imaginaire, p.54.

    21 L'Esquisse d'une théorie des émotions pose l'irrationalité au fondement de la perception dans le monde social, nous y reviendrons : « Il n'est pas impossible de prendre du monde interpsychologique une vue déterministe ni de construire sur ce monde magique des superstructures rationnelles. […] Qu'arrive-t-il donc lorsque les superstructures laborieusement construites par la raison s'écroulent et que l'homme se trouve brusquement replongé dans la magie originelle ? » J.-P. Sartre (2009), Esquisse d'une théorie des émotions, Paris, Le Livre de poche, p.108-109. Désormais abrégé Théorie des émotions.

    22 J.-P. Sartre (2005), L'imaginaire, p.136.

    23 J.-P. Sartre (2005), L'imaginaire, p.138.

    24 J.-P. Sartre (2005), L'imaginaire, p.135, note 2.

    25 Alejandro Dafgal (2002), « La Naissance d'une conduite à la française : de Ribot à Janet » in l’Évolution psychiatrique, vol. 67, nº 3, 591-600.

    26 Dans La force de l'âge, Simone de Beauvoir rappelle le précepte à partir duquel le jeune couple d'intellectuels élabore ses théories pour comprendre l'homme : « Les cas extrêmes nous attachaient, au même titre que les névroses et les psychoses : on y retrouvait exagérées, épurées, dotées d'un saisissant relief les attitudes et les passions des gens qu'on appelle normaux » (p.169).

    27 J.-P. Sartre (2005), L'imaginairees, dotél

    18 J.-P. Sartre (2005), L'imaginaire, p.52-53.

    2 2 >29ass="notesbaspage">18 J.-P. Sartre (2005), L'imaginaire, p.52-53.

    3 3 >3lass="notesbaspage">18 J.-P. Sartre (2005), L'imaginaire, p.52-53.

    3 3 >3lass="notesbaspage">18 J.-P. Sartre (2005), L'imaginaire, p.52-53.

    3 3 >3lass="notesbaspage"> Le schizophrènabord tifondy seca et qnde socdes conduitrie difoement perceptiondMauriéchapdent les dobsoreomprs de logià ls'sesion ref="#batmosph les d qnde s,rouvaspage"elleerv conscmagie, mix entr“nde so mologie”"#bodyfa à pmodlitéJanet » in l’Évolution psychiatrique, vol. 67, nº 3, 591-600.

    3
    , Paris, Le Lisquiss3 d'bodyftn20" id="ftn20">20 J.-P. Sartre (2005), L'imaginaire, p.54.

    3 3 >3p class="nieiqverionaS'il rtnn (d tifomet dets, qodcatégorie dansureur egmprunreueutie d'unstn26"ortSorboroitSoâge,e schizophrèna les sels nl leionaS brugorie dansucaprse,aginatithologieadée #baut hrefemploie gorie dansucaprse,."#bodynotesbaspage">20 J.-P. Sartre (2005), L'imaginaire, p.54.

    3 3 >35ass="notesbaspage">18 J.-P. Sartre (2005), L'imaginaire, p.52-53.

    3 3 >3lass="notesbaspage">, Paris, Le Lisqui99odyftn20" id="ftn20">20 J.-P. Sartre (2005), L'imaginaire, p.54.

    3 3 >39ass="notesbaspage">12 J.-P. Sartre (2003), Transcendance, p.61.

    4 4 >4lass="notesbaspage">, Paris, Le LisquisP. Zarader (éds) (2011), Lectures de Sartre, Paris, Ellipses, p. 98.

    >4lass="notesbaspage">
    , Paris, Le Lisquis9odyftn20" id="ftn20">20 J.-P. Sartre (2005), L'imaginaire, p.54.

    4 , Paris, Le Lisqui2odyftn12" id="ftn12">12 J.-P. Sartre (2003), Transcendance, p.61.

    4 4 >45ass="notesbaspage">, Paris, Le Lisquis1odyftn22" id="ftn22">22 J.-P. Sartre (2005), L'imaginaire, p.136.

    4 4 >46ass="notesbaspage">re (2005), L'imaginaiTelPsychologie phénoménologiqêage"l" hrerunes Le Livre de poche, p.108-109. Désormais abrégé Théorie des émotions.

    4 4 >4lass="Lt d'ineomprenligieux ucturunes ernans soraremen'm>Paris,ondement degielicitsse d'uory Cormann montre l'oitrie dels (éosrées Le renendr5. Ce de magiol" hr.05), Keck ent dels évmbol"ingénexergmprenlrôl>17
    nconsciencnnihilaa cles mateSyin a pens on y reem>Paris,crou,rouvels sychmbol. Cériprendrgorie dansen-soi et de pl'm>Paris,oeta> Le schizophrèntés à deirecibce d'uco-Mauriceoâge,N. Méo Coque l Champio conscienceoménolsChame d'ucn16" eé d'unetre l'o.La ps à dfigue rêve erunes erphrè"#bodyologiqAndes dMosaï7">re (200n°1>Cri12, Res : irigann montCPsye Potes sméL.giicohéJanet » in l’Évolution psychiatrique, vol. 67, nº 3, 591-600.

    4 vyftl4 >4lass="notesbaspage">, Paris, Le Lisquis1odyftn22" id="ftn22">22 J.-P. Sartre (2005), L'imaginaire, p.136.

    5 5 >5lass="notesbaspage">Évolution psychiatrique
    , vol. 67, nº 3, 591-600.

    5 5 >5lass="notesbaspage">
    18 J.-P. Sartre (2005), L'imaginaire, p.52-53.

    5 5 >5lass="les développements du parag,raphe intitulé « le sens du magiqueLe Lisqui475-479Janet » in l’Évolution psychiatrique, vol. 67, nº 3, 591-600.

    5 22 J.-P. Sartre (2005), L'imaginaire, p.136.

    5 5 >56 class="nieiqnl lonaS bruLes cèref="#ba toen superorganise catégetroxs dant2 ueage 'artre ophugel'unstntionnalit bruLes c p. 151-1nue dans ."notesbaspage">Lectures de Sartre, Paris, Ellipses, p. 98.

    5 5 >5lass="notesbaspage">
    24 J.-P. Sartre (2005), L'imaginaire, p.135, note 2.

    5 vyftl5 >5lass="notesbaspage">, Paris, Le Lisquiss8Janet » in l’Évolution psychiatrique, vol. 67, nº 3, 591-600.

    5 5 >59ass="notesbaspage">
    18 J.-P. Sartre (2005), L'imaginaire, p.52-53.

    6 6 >60ass="noesbaspage">22 J.-P. Sartre (2005), L'imaginaire, p.136.

    6 6 >6lass="Tout, l'idonscmenri Delacrointiiageténi 22 J.-P. Sartre (2005), L'imaginaire, p.136.

    6 6 >6lass="notesbaspage">24 J.-P. Sartre (2005), L'imaginaire, p.135, note 2.

    6 6 >6lass="notesbaspage">27 J.-P. Sartre (2005), L'imaginairees, dotél

    6lass="notesbaspage"> Frédépénétangé dans lagrès deux uvenirens rgmse d'nt às Supéri (baspageRe d'eSymbolge">ire (2005), ns agposeris,t ues qée zer ? » J.=ans Vf à lrn, pantomimre M lciql moginatgenlas/a>c"Footnotomprcées ad, mie ca de Fréd.LLvrosotnotaut hueagevise sce monde intitultudibolge">11 J.-P. Sartre (2003), la civ (2cpropre à la « Il nper Qu'a deirps-igieux que uymbol" hrcoheSyirvivosant àl" em>onscépuressivile le précepes c p. 151-1, l'idéées 7 nri Delac(2002)l" ologi, Folencèm-1, l'idééuirêve est lerv/a> « [Sx uvenirsisissass="F'êage"l" hrerunes Le Lisqui475-476lief les attitudes et les passions des gens qu'on appelle normaux » (p.169).

    6 6 >65ass="L’gie, mix enx, Saloph, 17 nri Delac(.LLeca,ivitérrive-t-iol" hrclinant à» J.-P. Sa ? » J.L'Haelopta,f=26phéMarie Tun ,accgiecsens id="fimpprescphrènpte à partir duq m=lace"l" hrerôl>17 nri Delac( émotions Piagetfreudlactrie deir, mpdyfnxageza pensd'ineouteemolodument t nde intitus'seaux tJanet » in l’Évolution psychiatrique, vol. 67, nº 3, 591-600.

    6 20 J.-P. Sartre (2005), L'imaginaire, p.54.

    6 6 >6lass="notesbaspage">18 J.-P. Sartre (2005), L'imaginaire, p.52-53.

    6 vyftl6 >6lass="S la Son26"ortSoVinre l'oa peAlaanceodyftotanalys>17Idées directrices 
    », in ionnairPassion et lciéPset'oaé. Le programnoménologique de Sartre », in Ph. Cabestan eta clsqui92-airesn18" id="ftn18">18 J.-P. Sartre (2005), L'imaginaire, p.52-53.

    6 6 >69ass="notesbaspage">, Paris, Le Lisquiss8
    , vol.X, n°4, p. 553-562.

    >70ass="ÉtudeHu hre et Maréss="ssid="ftnquement replongé dans gmprunreinMaréss="sse">1iqueLe Lisqdes philosopui26. Aénoménene bru/em>, Théorie des émotions.

    7 7 >7lass="notesbaspageootnoteS « d'une mdrôl>17French Le Lisq), Lepubrs let de Coorebyter, entrlciée « MagLouizat,oâge,e estlir raiel DictionnairpénéJu, izatimbol"ous la e eB FooPpioia s,rNRFsqdes phi>, Paris, Folio essais, Gallimard, 2005 (1947), p. 115.

    7 7 >72ass="noiocha Wald>Fosowskime phénoménlciéPaulnre l'o.LUnsociarodumeartre (2005), Évolution psychiatrique
    , vol. 67, nº 3, 591-600.

    7 7 >7lass="notesbaspage">197ag,rapheVisiqusure oins (Situatio LouplÉuricside Sartre »,Laclosph,oagique,
    re (2005), L'imaginaioteSymbol" hreMichésCl'act,eMichésRybalka.="#d64Psychologie phénoménologÉurics.tuations, I), Paris, Folio essais, Gallimard, 2005 (1947), p. 115.

    7 7 >7lass="notesbaspage">
    12 J.-P. Sartre (2003), Transcendance, p.61.

    7 7 >75ass="notesbaspage">12 J.-P. Sartre (2003), Transcendance, p.61.

    7 7 >76ass="notesbaspage">20 J.-P. Sartre (2005), L'imaginaire, p.54.

    7 ophugelée #benqnde soe pl'm>Paris,oem>uondMae ete, l'idplon="fttoen supernr-pudns: la ma (ETEf="#b2)"l" hre="ftnde so modeSyira ma em>e'afologieSys superle. ayes nmer mo-t-ilens2002)l" vit, p. 2 decas eueagesKeckaa c1, l'id Évolution psychiatrique, vol. 67, nº 3, 591-600.

    7 vyftl7 >7lass="Ss, LI, 4 class="F'Inte de>re (2005), L'imaginaif Simone 75Janet » in l’Évolution psychiatrique, vol. 67, nº 3, 591-600.

    7 7 >79ass="S.>, LI, 4 class="F'Inte de>"f="#bod.168
    , vol.X, n°4, p. 553-562.

    8 8 >80 class="notesbaspage">20 J.-P. Sartre (2005), L'imaginaire, p.54.

    8 8 >8lass="notesbaspage">La représentation du monde chez l'enfant, Paris, Puf, Quadrige, p.107.

    8 8 >8lass="notesbaspage">
    24 J.-P. Sartre (2005), L'imaginaire, p.135, note 2.

    8 8 >8lass="notesbaspage"> 8 8 >8lass="notesbaspage">23 J.-P. Sartre (2005), L'imaginaire, p.138.

    8 8 >85ass="notesbaspage">/em>,iusementa magyftn23" id="ftn23">23 J.-P. Sartre (2005), L'imaginaire, p.138.

    8 8 >86ass="notesbaspage">18 J.-P. Sartre (2005), L'imaginaire, p.52-53.

    8 8 >8lass="notesbaspage">L'« [Spiozginur de daves de lurkheimlactcar utes lf les au toeioa ues="st4">4actrbonniites pan21" id="ftn Mauricbâge,s="sseà la Soraremsl'inverse, et que lL'imrescphrèna1906)"l" /em> n'est niFaremslépioambolir, et que vifiee d'unsrtre faa1913)bilipeSymbtchapdent les dobsaspage"l aux tisteSymbnere péactaves ensd'inelotesbbspagrtre deans 18 J.-P. Sartre (2005), L'imaginaire, p.52-53.

    8 , Lectures de Sartre, Paris, Ellipses, p. 98.

    8 8 >89ass="notesbaspage">17: lrie Treolodunmotionunstntlyftn7"en'm inme une fascination et, dans une certaine mesure, un délire de la conscience.

    >9lass="notesbaspage">, Paris, Folio essais, Gallimard, 2005 (1947), p. 115.

    9 9 >9lass="notesbaspage">197ag,rapheSculphugeldéseatins (Si"la ms d'sure oinnologÉurics"f="#bod.66Seuil, Traces écrites, établies et annotées par Stéphanie Ménasé, p. 37.

    9 9 >9lass="notesbaspage">
    18 J.-P. Sartre (2005), L'imaginaire, p.52-53.

    9 9 >9lass="notesbaspage">18 J.-P. Sartre (2005), L'imaginaire, p.52-53.

    9 9 >9lass="notesbaspage">Haut de page
    h3>R lf ie de lépemenon17">reh3>" id="ftn18">18ass=chez LGautier
    lass="sec=chez Lass= xml:lang="en" lafr="en">Phfr=>Duraphetéosure odéréra cla. L en l37-157. / sn18, Pocket.

    quool" hrclass="go-top" href="#articl hor08">Haut de page
    h3> classiqu42

    lass="sec h3>" id="ftn18">18

    11 J.">ULg / L 3/ UMR « Srodyf "fd="nn eten">  »sn18, Pocket.

    hor0class="go-top" href="#articllice de8">Haut de page
    18, Pntlcllice de8"assiques des crearse,cl lona en llice des/by-nc-nd/4.0/ img alt="Lice e lCrearse, Cl lona" style="re ser-width: srcques dses i.crearse,cl lona en ll/by-nc-nd/4.0/88x31.png" /sec br /sss="Fooenne et que rticlraphee primitif et ueage"ingionuismomiel21ec esn18, Pocket.

    lice declas docB> class="go-top" hr="#arJ.-P. SaavE Chaécebottom"8, Pntv="Fooennt08">Haut dgoCooennt08"assiqu413 Chale="15 |nSl lymbol" .aavE Chaécebottomclas deirclas  #Fooenntlass="go-top="#articleav"> s="go-top" Haut dhiddilosNavig Sartreh1> s="go-top" <"#articleavref=éc"> s="go-top" bliog>Ix.htectio s="go-top" bliul>op" bls="go-top" href=li> classiqu2295otAu lala li>op" bls="go-top" href=li> classiqu228 >Motn-c de la li>op" op aavref=écclas s="go-top" <"#articleavIssuc"> s="go-top" bliog>D, une ps foncitiftio s="go-top" bliul">Haut dissuc"> bls="go-top" href=li> classiqu467 >
    op s="go-top" bliog>N foncitgénd="nnociat cetliftio s="go-top" bliul">Haut dissuc"> bls="go-top" href=li> classiqu429 >
    ress="sec li>op" bls="go-top" href=li> classiqu413 >
    classiqu367 >
    classiqu297 >
    ncoroteSt Sartress="sec li>op" bls="go-top" href=li> classiqu285 >
    17 classiqu247 >
    ress="sec li>op" bls="go-top" href=li> classiqu232 >
    classiqu190 >
    classiqu87 >
    ress="sec li>op" bls="go-top" href=li> classiqu57 >
    Lepubrscress="sec li>op" bls="go-top" href=li> classiqu47 >
    classiqu29 >
    Grress="sec li>op" bls="go-top" href=li> classiqu3 >
    classiqu32 >
    rvue déteress="sec li>op" bls="go-top" href=li> classiqu3 >
    an. Mind/Ge op" bls="go-top" href=li> classiqu3 >
    op s="go-top" bliogrticl llIssuc"> classiqu28">Tde Coe ps foncitifa>iftio aavIssucclas s="go-top" <"#articleavCone de d'sStournry"> s="go-top" bliog>Le rticlectio s="go-top" bliul>op" bls="go-top" href=li> classiqu6 >Protre Delac(res7">re li>op" bls="go-top" href=li> classiqu >D>11 J.-t que rticlre li>op" bls="go-top" href=li> classiqu > ng="en" lafr="en">Phfr=>Dbyter, entrue rticlrménommomielureuff ie dt1, l'rftn1.ress="sec li>op" bls="go-top" href=li> classiqu21

    op" bls="go-top" href=li> classiqu360 >Aoténgioneirecibce d' la li>op" op s="go-top" bliog>Ixrareae d' latio s="go-top" bliul>op" bls="go-top" href=li> classiqu1906p Cootactsec li>op" bls="go-top" href=li> classiqu1907 > ng="en" lafr="en">Phfr=>Monscie[Spiogef="#& cr), op" bls="go-top" href=li> classiqup://wwwjtudals.opeSe L en l37-157. ? =ixrareae d' otPtliuste d'7op" op aavCone de d'sStournryclas s="go-top" <"#articleavSyoécphrè"> s="go-top" bliog>Suivez-els latio s="go-top" bliul>op" bls="go-top" href=li> classiqup://wwwjtudals.opeSe L en l37-157. /backend Chale="FlormRSS img alt="FlormRSS srcquos des/>pose<-iri D/rss.png" widthqu16" heightqu16" /> FlormRSSla li>op" op s="go-top" <"#articleavNewslde mrc"> s="go-top" bliog>Lde e d'7’ixrareae d'latio s="go-top" bliul>op" bls="go-top" href=li> classiqup://wwwnewslde mr.opeSe L en ""Fa#Lde e '7’OpeSE Lla li>op" op s="go-top= aav lass="go-top="#articllogos"> s="go-top" op s="go-top" blili> classiqup://www.uqadoaj en l Chale="DOAJ - Dbytertesbof OpeS Aunet Jtudals img alt="Logo DOAJ - Dbytertesbof OpeS Aunet Jtudals srcqudocanexe/os de/3597/logo-DOAJ-sm ll120.png" widthqu1 heightqu26" /sec li>op" s="go-top" blili> classiqup://wwwstl.hypothesle en l Chale="UMR Srodyf "fT="nn etLn"> img alt="Logo UMR Srodyf "fT="nn etLn"> srcqudocanexe/os de/4673/n uveau_logo_STL-sm ll120.jpg" widthqu1 heightqu1 /sec li>op" s="go-top" blili> classiqup://www.uqacnrs.fr/ yhsl Chale="ck (2- INSHS img alt="Logo ck (2- INSHS srcqudocanexe/os de/3598/logo-cnrs.png" widthqu7 heightqu7 /sec li>op" s="go-top" blili> classiqup://www.uqauniv-l.fr/ Chale="Univmrcrftnaem>F img alt="Logo Univmrcrftnaem>F srcqudocanexe/os de/3599/UL-v in e mUL250px-sm ll120.png" widthqu1 heightqu5 /sec li>op" s="go-top" blili> classiqup://wwwjtudals.opeSe L en l Chale="Po rêl'un rticltgénSe dansencideiretrouviales/in img alt="OpeSE L Jtudals srcquos des/logo-rticlt-en .png" /sec li>ops="go-top= logos lass="go-top="#articlfotn2f"> s="go-top" <>

    ISSNlépemenon17"> 1769-7379asp> s="go-top" <>> classiqup://wwwjtudals.opeSe L en l37-157. /? =mapotPL'«u crflre  – classiqu1906p Cootactsec  – classiqu1907 > ng="en" lafr="en">Phfr=>Monscie[Spiogef="#& cr), L en l37-157. /? =backend >Florm/em>/oécphrèttp://ww s="go-top" <>
    classiqup://wwwjtudals.opeSe L en l >ieiqadhoncinngionOpeSE L Jtudalsec  – classiqup://www.uqalodel en l >Éd Lge,Lodelec  – classiqup://wwwjtudals.opeSe L en l37-157. /lodell >Aunur eteSymrvrrep://www.uqac.uq= fotn2fclas wn26" fclas ppuirWn26" fclasw.uqa<11 type id="n/java11 srcqujs/j7">ry.jn /11sw.uqa<11 type id="n/java11 srcqujs/cl lon.min.jn /11sw.uqa<11 type id="n/java11 >//2), e d", nextac.uq: "Suiva d", Footec.uq: "Feremr", n s'éalq: "O s'éal", magnreyuq: "Agn25lir" }, // Divmrc ys ataille: { eck"st4"ftn7"e: "Ick"st4"ftn7"" } }; //]] /11sw.uqa<11 type id="n/java11 srcqujs/lisaybox/j7">ry.lisaybox-1.3.1.pack.jn /11sw.uqa<11 type id="n/java11 srcqujs/ .min.jn /11sw.uqa<11 type id="n/java11 >//ry(doc se d).ready(futeSymb() { jQ">ry.ajax({ a>/oc:ureue, url: " ?rareae=
    Pfr&d'utourdurl=1&anool"ed=1", suunet : futeSymb( noutudedData ) { jQ">ry( '#
    h( noutudedData ); } }); .uqa}); //]] /11sw.uqa<11 type id="n/java11 >//ry(doc se d).ready(futeSymb() { jQ">ry.ajax({ a>/oc:ureue, url: " ?rareae=itedby&en">Pfr&d'utourdurl=1", suunet : futeSymb( noutudedDataCitedby ) { if(noutudedDataCitedby){ jQ">ry( '#quool" hr' )mafuir( noutudedDataCitedby ); jQ">ry( '#sho rcutSo[>

    quool" hr8]' )mafuir( ' |d classiqu#itedbyp Crftnans rep:' ); jQ">ry( '#itedby li' )mcss( "mardin","1em ); } } }); .uqa}); //]] /11s Piwikclas s="go<11 type id="n/java11 >="govart_paqe= _paqe|| []; .uqa// traekere p157[Spike "setC"stomDla ms d' should b'), s=d.getE lrie sByTagNam)('11')[0]; .uqauqg.type 'd="n/java11';qg.a>/oc=reue;qg.defer=reue;qg.srcqu+'pk.js';qs.pae dtNode.i deatBs.u End PiwikcCodcalas w.uqa<11 type id="n/java11 srcques dses sol" c-n s'é.opeSe L en lopeSbarre/js/c o js?dare=sw.uqa<11 type id="n/java11 srcques dses sol" c-n s'é.opeSe L en ljs/j7">ry.jnonp-lyfest.min.jn /11sw.uqa<11 type id="n/java11 > .uqajQ">ry(doc se d).ready(futeSymb($) { qif ( $.fn.lisaybox == u5lafired ) { qac.uqqqqqqq$.getS1(ues dses sol" c-n s'é.opeSe L en ljs/lisaybox/j7">ry.lisaybox-1.3.1.jn , futeSymb() { qac.uqc.uqqqqqqq$('a.ifram)').lisaybox(); .uqauqqqqqqq}); .uqauqqq} eltec{ qac.uqqqqqqq$('a.ifram)').lisaybox(); .uqauqqq} .uqauqqq hurl= .uqauqqq$.jnonp({ qac.uqqqqqqqurl: ('es dses h.opeSe L en l honsccph)'), qac.uqqqqqqqcackbaekP ram)uir: 'cackbaek', qac.uqqqqqqqsuunet : futeSymb(dara) { qac.uqc.uqqqqqqq$(' hdara')ml">h(' img srcqu'+dara.liviri +' >= classiqu'+dara.url+' >'+dara.nam)+'rep:'); .uqauqqqqqqquqqq$.ajax({ .uqauqqqqqqquqqq type: "GET", .uqauqqqqqqquqqq url: " ?rareae=pdfepub&d'utourdurl=1", .uqauqqqqqqquqqq suunet : futeSymb(msg){ .uqauqqqqqqquqqq qqqq$(' dlLinks')m26" nd(msg); .uqauqqqqqqquqqqqq} .uqauqqqqquqqqqq}); .uqauqqqqqqq}, .uqauqqqqqqqerior: futeSymb(dara){ .uqauqqqqqqquqqq//$(' hdara')ml">h('guest, classiqup://ses h.opeSe L en ">signinsep:'); .uqauqqqqqqquqqq$.ajax({ .uqauqqqqqqquqqq type: "GET", .uqauqqqqqqquqqq url: " ?rareae=pdfepub&d'utourdurl=1", .uqauqqqqqqquqqq suunet : futeSymb(msg){ .uqauqqqqqqquqqq qqqqqq$(' dlLinks')m26" nd(msg); .uqauqqqqqqquqqqqqqq} .uqauqqqqquqqqqq}); .uqauqqqqqqq} qquqqqqq}); .uqauqqq$(' plyferaremslli').livm('touchond', futeSymb(e) {}); .uqauqqq$('input[nam)=q]').loc s(futeSymb() { qac.uqqqqqqqif ( $(this)m2ttr('valu)') == 'Search' ) { qac.uqqqqqqquqqq$(this)m2ttr('valu)', ''); .uqauqqqqqqq} qquqqqqq}); .uqa}); jQ">ry(doc se d).ready(futeSymb($) { $(futeSymb() { if (doc se dacookie.i dexOf("__cookie lart=1") == -1) { $(" >")ml">h("
    ByBrunet eng this webcrfl, youBruknowk dgbertdBrunea> the nsrtof cookieJaclassiq\up://www.uqaopeSe L en l6540\ >Mornocirareae d'lap://ss="se
    "); $("a,.cootecookie lart")mclick(futeSymb() { va expDatee= new Date(); expDate.setTla (expDate.getTla () + (365 * 24 * 3600 * 1arag); doc se dacookiee= "__cookie lart=1;expmbo = + expDate.toGMTStreng() + ";domaan=aopeSe L en ;path=l ; $("#cookie lart")mremove(); }); } }); .uqa}); las 11sw.uqa<"#articlopeSbarre"> s="go-t="#arJ.-P. SopeSe L"s w.uqago-t="#as w.uqago-t-t="#arJ.-P. Sfyf t">qago-t-t=classiqup://www.uqaopeSe L en ">OpeSE Lla qago-t-t=ul">Haut dsubse u nav-toggle-show"s w.uqago-t-t-t-t=li>op" bl-t-t-t=ss="sOpeSE L Booksress="sop" bl-t-t-t=ul>op" blllllllllllllllllllllll .uqauqqqqqqquqqqqqili> classiqup://wwwbooksaopeSe L en ">
    L Booksress="sBooksinnthe cidenhaécertdBiales/n numérire li>op" blllllllllllllllllllllll .uqauqqqqqqquqqqqqili> classiqup://wwwbooksaopeSe L en /cphalogue">Booksre li>op" blllllllllllllllllllllll .uqauqqqqqqquqqqqqili> classiqup://wwwbooksaopeSe L en /e,blishmrc">P,blishmrcre li>op" blllllllllllllllllllllll .uqauqqqqqqquqqqqqili> classiqup://wwwbooksaopeSe L en ">Furtherocirareae d'lap://li>op" bl-t-t-t=/ul>op" blllll//li>op" bl-t-tw.uqago-t-t-t-t=li>op" bl-t-t-t=ss="sOpeSE L Jtudalsecss="sop" bl-t-t-t=ul>op" blllllllllllllllllllllllll .uqauqqqqqqquqqqqqili> classiqup://wwwjtudals.opeSe L en ">
    L Jtudalsecss="sJtudalsinnthe cidenhaécertdBiales/n numérire li>op" blllllllllllllllllllllllll .uqauqqqqqqquqqqqqili> classiqup://www.uqaopeSe L en lcphalogue-jtudals Jtudalsec li>op" blllllllllllllllllllllllll .uqauqqqqqqquqqqqqili> classiqup://wwwjtudals.opeSe L en l643 >Furtherocirareae d'lap://li>op" bl-t-t-t=/ul>op" blllll//li>op" bl-t-tw.uqago-t-t-t-t=li>op" bl-t-t-t=ss="sC landaecss="sop" bl-t-t-t=ul>op" blllllllllllllllllllllllll .uqauqqqqqqquqqqqqili> classiqup://wwwc landa en ">
    classiqup://wwwc landa en /search">Annoutelrie sec li>op" blllllllllllllllllllllllll .uqauqqqqqqquqqqqqili> classiqup://wwwc landa en /about >Furtherocirareae d'lap://li>op" bl-t-t-t=/ul>op" blllll//li>op" bl-t-tw.uqago-t-t-t-t=li>op" bl-t-t-t-t-t=ss="sHypothesleecss="sop" bl-t-t-t-t-t=ul>op" blllllllllllllllllllllllllllll .uqauqqqqqqquqqqqqili> classiqup://wwwhypothesle en ">
    classiqup://www.uqaopeSe L en lcphalogue-artrbooks">Blogs cphalogueec li>op" blllllllllll=/ul>op" blllll//li>op" bl-t=/ul>op" bl llllllllll .uqauqqqqq="#arJ.-P. SHaut dsubse u"s w.uqago-t-t-t-t=li>op" bl-t-t-t=ss="sNewslde mrcertdBrlartsecss="sop" bl-t-t-t=ul>op" blllllllllllllllllllllllll .uqauqqqqqqquqqqqqili> classiqup://wwwnewslde mr.opeSe L en ""
    classiqup://wwwsearchaopeSe L en li dexrlart.php?a=">11 J.">
    op" blllll//li>op" bl-t-tw.uqago-t-t-t-t=li>op" bl-t-t-t=classiqup://www.uqaopeSe L en l140 >OpeSE L Freemiumla qago-t-tll//li>op" bl-t=/ul>op" blop" bl-t-tw.uqago-t-t-t="#arJ.-P. Sa, in-right"s w.uqago-t-t-t-t=rare aeSymb="wwsearchaopeSe L en l"e p157="get"s w.uqago-t-t-t-t-t=rieldset>op" blllllllllllllllllllllll .uqauqqqqqqquqqqqqi llllllllllllllllllllllllllllll .uqauqqqqqqquqqqqqqqiinput nam)="q" type id="n" /s .uqauqqqqqqquqqqqqqqi"#arJ.-P. Ssearch-choice"s llllllllllllllllll .uqauqqqqqqquqqqqqqqqqiinput type iradio thejtudalradio nam)="ul" valu)qup://wwwjtudals.opeSe L en l37-157. "ucn1cke cn1cke " /s .uqauqqqqqqquqqqqqqq-t=labelorar thejtudalradio >the jtudal//labelsebr/sebr/s lllllllllllllllllliinput type iradio opeSe Lradio nam)="ul" valu)qu" /> =labelorar opeSe Lradio >innOpeSE Llalabels lllllllllllllllllli llllllllll llllllllllllllllll .uqauqqqqqqquqqqqqqqL type isubsit8">Haut diri D iri -search">=ss="sSearchress="secbutt>L llllllllll i llllllllllop" blllllllllll i lllli lli i lllls="go-t="#arJ.-P. SFooenxt nav-toggle-show"s s="go-top="#ar
    Haut dsubse u"s w.uqago-t-t-t=li">Haut dbg-eav"> qauqqqqqqquqqqqqqq<
    =ss="sIxrareae d' lass="sec=s="sop" bl-t-t-t-t-top"
      op" blllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllw.uqago-t-t-t-t-top="l llllllllll llllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllw.uqago-t-t-t-t-topop="t>Thale:i t>op" blllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllw.uqago-t-t-t-t-topop="dee primitif"deop" blllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllw.uqago-t-t-t-t-topop="deSrodyf rouv ="nn la"deop" blllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllw.uqago-t-t-t-t-topop="t>Briefly:i t>op" blllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllw.uqago-t-t-t-t-topop="deop" blllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllll .uqauqqqqqqquqqqqqqq-t=>
      Res : ncordiscipleSymbo pérges na dans Vvrosthèmsivileméprimetrouvanalys>d'7op" blllllllllllllllllllllllllllllllllllllw.uqago-t-t-t-t-t=li>op" blllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllw.uqago-t-t-t-t-top="l llllllllll lllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllw.uqago-t-t-t-t-topop="t>P,blishmr:i t>op" blllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllw.uqago-t-t-t-t-topop="deSrodyf r ="nn ten"> - UMR 816las"deop" bllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllw.uqago-t-t-t-t-topop="t>Me op" blllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllw.uqago-t-t-t-t-topop="deÉpemenon17">re"deop" bllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllw.uqago-t-t-t-t-topop="t>E-ISSN:i t>op" blllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllw.uqago-t-t-t-t-topop="de1769-7379as"deop" bllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllw.uqago-t-t-t-t-topop="t>ISSNlprint:i t>op" blllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllw.uqago-t-t-t-t-topop="de1626-0600as"deop" blllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllla"l llllllllll li>op" blllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllw.uqago-t-t-t-t-t=li>op" blllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllw.uqago-t-t-t-t-top="l llllllllll llllllllllllllllllllllllllw.uqago-t-t-t-t-topop="t>Aunet :i t>op" blllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllw.uqago-t-t-t-t-topop="deOpeS runet Freemiumla"deop" blllllllllllllllllllllllllllllllla"l llllllllll li>op" blllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllw.uqago-t-t-t-t-t=li>=classiquww.uqaopeSe L en l99">Readtderêled e, mmbol" hrec li>op" blllllllllllllllllllllllllllll ul llllllllll li>op" blllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllw.uqago-t-t-t=li">Haut dbg-eav llllllllllllllllll =s="sDOI / Refermériress="sllllllllllllllllll ul llllllllll llllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllw.uqago-t-t-t-t-t=li>=cl
      Cite refermérec li>op" blllllllllllllllllllllllllllll .uqago-t-t-t-t-t= ul llllllllll -t-t-t-t= li>= /DOI / R lf ie de salas w.uqago-t-t-t=li">Haut dbg-eav op" blllllllllllllllllllllllllllll .uqago-t-t-t-t-ttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttt= ul llllllllll s="go-top" Haut dshare"s llll s="go-top" -t=li">Haut diri D iri -twitn2f">=classiqup://wwwtwitn2f.com/share? ="n=%3Css="+xml%3Aen">%3D%22fr%22+en">%3D%22fr%22%3EDu+%3Cem%3Etéos%3C%2Fem%3E+%C3%A0+en+ra cla. LActu8">Haut dtwitn2f butt>L-wn26">=ss="sTwitn2fress="sec li>op" bl llll s="go-top" -t=li">Haut diri D iri -facrbook">=classiqup://swww.uqafacrbook.com/sharer.php?u=%3Css="+xml%3Aen">%3D%22fr%22+en">%3D%22fr%22%3EDu+%3Cem%3Etéos%3C%2Fem%3E+%C3%A0+en+ra cla. =ss="sFacrbookress="sec li>op" bl llll s="go-top" -t=li">Haut diri D iri -google-plus">=classiqup://swwwplus.google.com/share?url=%3Css="+xml%3Aen">%3D%22fr%22+en">%3D%22fr%22%3EDu+%3Cem%3Etéos%3C%2Fem%3E+%C3%A0+en+ra cla. =ss="sGoogle +ress="sec li>op" bl = ul lli lllllls="go-top="#ar
      i lli i lls="go-t=butt>L >Haut diri D iri -eav">ecbutt>L ll= [if luieIE 9]>op" bl-t-tw.uqago=linkPntlclstyleshmet"lassiqup://swwwsol" c-n s'é.opeSe L en lopeSbarre/css/ie_opeSbarremcss" ll= [endif]las w.uqa

      > .u /l">h>