Navigation – Plan du site
Travaux

Thèses de doctorat soutenues en 2014

Plan

Haut de page

Peggy Avez, « L’idée de liberté et sa dialectique négative : de l’histoire du concept à ses contradictions pratiques »

Thèse soutenue le 18 février 2014, 15h30, Université Lille 3

Composition du jury

Patrice Canivez, Professeur à l’Université de Lille 3, Directeur de thèse

Sébastien Laoureux, Professeur à l’Université de Namur, Belgique, co-directeur de thèse

Stéphane Haber Professeur à l’Université Paris 10 (Paris Ouest - Nanterre)

Florence Caeymaex, Chercheur au FNRS, Université de liège, Belgique

Frédéric Worms, Professeur à l’Ecole Normale Supérieure de Paris

Résumé

Ma thèse, intitulée « L'idée de liberté et sa dialectique négative: de l'histoire du concept à ses contradictions pratiques », articule l'histoire de la philosophie et la philosophie sociale autour d'un axe herméneutique déterminant: les significations successivement attribuées au concept de liberté sont essentiellement reliées à des expériences d'aliénation dont elles constituent des projections négatives idéalisées. Le travail généalogique effectué met en évidence l'indissociabilité de deux lignes d'analyse que le concept de « dialectique négative » est le plus propre à exprimer : la projection d'un concept de liberté à partir d'un contenu expérientiel historiquement mis sur le devant de la scène philosophique et la régression de ce concept en instrument idéologique.

Dans cette perspective, d'une part l'analyse des différentes formulations paradigmatiques de l'idée de liberté – autour desquels les débats se sont concentrés et dont l'histoire de la philosophie s'est progressivement enrichie – met au jour à la fois le contenu philosophiquement inédit de chacune d'elles et son ancrage dans l'expression rationalisée d'une souffrance première, alors configurée comme forme d'aliénation. Ainsi, la peur de l'exil dans l'Antiquité, la conception chrétienne de l'homme endetté, la crainte d'autrui cristallisant la servitude pour les Modernes, et la peur contemporaine de l'objectivation unilatérale forgent essentiellement les significations respectives de la liberté comme autochtonie, rédemption, sécurité et réinsertion du sens.

D'autre part, cette même analyse fait apparaître la dialectique négative1 de l'idée de liberté : ce dont les idéaux de liberté veulent émanciper l'homme constitue du même coup et nécessairement le contenu motivationnel qui le conduit à s'aliéner. Dès lors, après avoir retracé de manière non exhaustive le contexte génétique de chaque paradigme philosophique, les chapitres déploient la dynamique régressive de l'idée de liberté, de telle façon qu'en chacune de ses formulations, elle engendre une nouvelle forme d'aliénation et se contredit pratiquement. Apparaît par là la dialectique de la praxis au sein de laquelle l'idée de liberté devient mythe et mobilise des mécanismes psychologiques à la faveur desquels l'aspiration à l'émancipation se mue en désir d'adaptation et d'obéissance.

Aussi le fil directeur tissé par mon hypothèse est-il que l'histoire de la philosophie fournit des éléments fondamentaux non seulement pour réveiller les sens du terme « liberté » confusément sédimentés dans notre usage discursif, mais aussi pour comprendre le rôle essentiel de l'idée de liberté dans l'imaginaire social.

Mots-clés

liberté, dialectique négative, généalogie, émancipation, aliénation, servitude volontaire, philosophie sociale, théorie critique, imaginaire social

Abstract

My thesis, entitled “The idea of freedom and its negative dialectic : from the concept's history to its practical contradictions”, articulates the history of philosophy with social philosophy around a key hermeneutic axis : the meanings successively assigned to the concept of freedom are mainly related to alienation's experiences of which they constitute negative idealized projections. The genealogical work demonstrates the interrelatedness of two lines of analysis that the concept of "negative dialectic" is most proper to express : based upon a historically experiential content the projection of a concept of freedom to the front of the philosophical stage and then the regression of this concept as an ideological instrument. In this perspective, analyzing different paradigmatic formulations of the idea of freedom (around which debates have been focused and with which the history of philosophy progressively expanded) uncovers both the content philosophically novel of each and its roots in the expression of a preexisting pain, from then on configured as a form of alienation. Thus, the fear of exile within Antiquity, the Christian conception of being in debt, the enslaving fear of others for the Moderns and the contemporary fear of unilateral objectification engender the respective meanings of freedom as autochtony, redemption, security and reintegration of meaning. On the other hand, this same analysis shows the negative dialectic1 of the idea of freedom : what the ideals of freedom want to emancipate man from establishes both simultaneously and necessarily the motivational content leading him to alienate himself. Therefore, after the non-exhaustive description of each philosophical paradigm's genetic background, the successive chapters display the regressive dynamics of the idea of freedom, such that in each of its formulations, it generates a new form of alienation. Subsequently arises the dialectic of praxis and at its heart the idea of freedom becomes a myth and mobilizes psychological mechanisms favoring aspirations to emancipation and converting them into desire for adaptation and obedience. Hence the common thread woven by my hypothesis is that the history of philosophy provides fundamental elements not only to highlight the meanings of "freedom" confusedly sedimented in our discursive use, but also to understand the essential role of the idea of freedom in the social imaginary.

Keywords

freedom, negative dialectic, genealogy, emancipation, alienation, voluntary servitude, social philosophy, critical theory, social imagination

Anna Miriam Biga, « L'Antiope d'Euripide »

Thèse soutenue le 23 juin 2014 à l’Université de Trente (Italie)

Composition du jury

Fabienne Blaise, Professeur à l’Université de Lille 3, Directrice de thèse

Giorgio Ierano, Professeur à l’Université de Trente, Italie, co-directeur de thèse

Thomas Benatouïl, Professeur à l’Université de Lille 3

Adele Teresa Cozzoli, Professeur à l’Université de Rome 3, Italie

Davide Susanetti, Professeur à l’Université de Padoue, Italie

Marco Cappellini, « Modélisation systémique des étayages dans un environnement télétandem pour le français et le chinois langues étrangères. Une étude interactionniste et écologique du soutien au développement de la compétence de communication »

Thèse soutenue le 13 novembre 2014 à l’Université Lille 3

Composition du jury

Marion Pescheux, Professeur à l’Université Lille 3, Directrice de thèse

Annick Rivens Mompean, Professeur à l’Université Lille 3, co-directrice de thèse

Marinette Matthey, Professeur à l’Université Grenoble 3

Tim Lewis, Senior Lecturer, Director of Postgraduate Studies, Sheffield, Grande-Bretagne

Nicolas Guichon, Professeur à l’Université Lyon 2

Xu Zhao, Conférencière à l’Université de Dalian, Chine

Résumé

Cette thèse étudie les différentes formes d’étayage que les étudiants mettent en place dans un tandem par visioconférence poste à poste afin de s’entraider dans leurs apprentissages des langues française et chinoise. Nous passons en revue différentes études s’étant penchées sur les questions de l’apprentissage, l’interaction, l’apprentissage des langues dans l’interaction, la compétence communicative, la multimodalité de la communication médiatisée par ordinateur. Pour les fins de notre recherche, nous avons compilé un corpus de vingt heures environ d’interactions télétandem. En adoptant un positionnement épistémologique constructiviste, complexe, transdisciplinaire et compréhensif, nous élaborons une perspective interactionniste et écologique dégageant plusieurs niveaux d’analyse, analysés avant tout séparément, ensuite en les reliant. Ainsi, nous étudions les positionnements discursifs d’expertise et différentes formes de séquences latérales d’étayage langagier. A l’aide de statistiques descriptives, nous dégageons les configurations et les attracteurs du système binôme télétandem et en analysons les potentialités pour le développement de la compétence communicative.

Mots-clés

étayage, tandem, visioconférence poste à poste, interaction, approche systémique

Abstract

A systemic modelization of scaffolding in a teletandem environment for French and Chinese as foreign languages. An interactionist and ecological study of the support to the development of communicative competence.

This thesis studies different forms of scaffolding that students provide in a tandem through desktop videoconference in order to help one another in learning French and Chinese as foreign languages. I review studies on learning, interaction, language learning in interaction, communicative competence, the multimodality of computer-mediated communication. For my research, I compiled a corpus of about twenty hours of teletandem interactions. I adopt an epistemological posture which is constructivist, complex, transdisciplinary and comprehensive. I elaborate an interactionist and ecological perspective bringing out different levels of analysis, analyzed separately at first, then together. In this way, I study discursive positioning of expertise and different forms of scaffolding side sequences for language learning. Using descriptive statistics tools, I identify the configurations and attractors of the teletandem pair system and I discuss their potential for the development of communicative competence.

Keywords

scaffolding, tandem, desktop videoconference, interaction, systemic approach

Denis Cazès, « Le corps agrandi : enjeux anthropologiques d’une philosophie biologique française de la technique »

Thèse soutenue le 8 décembre 2014 à l’Université Lille 3

Composition du jury

Philippe Sabot, Professeur à l’Université de Lille 3, Directeur de thèse

Arnaud François, Maître de conférences HDR à l’Université de Toulouse 2

Xavier Guchet, Maître de conférences à l’Université de Paris 1

Ghislain Waterlot, Professeur à l’Université de Genève, Suisse

Résumé

Moins négligée qu’elle ne le fut par le passé, la philosophie de la technique reste marginale dans le cursus de la formation générale des philosophes. Georges Canguilhem en établit le programme en 1946 : cette philosophie de la technique sera biologique ou elle ne sera pas. L’annonce toutefois péchait doublement. Premièrement, elle optait pour une anthropologie de la rupture assez désaccordée avec les écrits ultérieurs de son pionnier reconnu : André Leroi-Gourhan magnifiant, lui, le contact. Deuxièmement, et ceci est plus grave pour la compréhension des tenants et aboutissants de la philosophie biologique de la technique, cette annonce entretenait un silence assourdissant autour de Henri Bergson. L’avenir, en dernier lieu, ternira ce bel optimisme canguilhemien, puisque au moins dans deux cultures académiques, anglophone et germanophone, qui ont développé une philosophie de la technique vigoureuse, des tendances s’y dessinent qui chercheraient plutôt aujourd’hui à se séparer de ces deux hôtes encombrants que sont devenus pour elle, et quant à l’intelligence de son objet, l’homme et le vivant…

La « philosophie biologique de la technique » est donc un « vilain petit canard philosophique » qui ajoute encore à sa disgrâce la lourdeur d’une locution tard apparue, tôt disparue. Cependant, elle dissimule la grâce d’un cygne, au miroir de l’histoire des idées. En effet, malgré sa nouveauté, l’expression s’appropriait et recouvrait des contenus de pensée sollicitant doublement cette même histoire et intéressant des « enjeux anthropologiques ». Ceux-là accusent les couleurs d’un débat ancien et poursuivi entre philosophie et religion, qui se cristallisent plus spécifiquement, dans le cadre de la philosophie de la technique mise à l’étude, autour de l’organon et de l’organicisme. Si l’organon tient là, à travers l’indifférenciation sémantique en vigueur de l’organe et de l’instrument, le langage de leur complémentarité effective, l’organicisme en traduit l’idée sur le plan de l’histoire de la civilisation. La philosophie biologique de la technique développe de la sorte des conceptions autour du corps individuel et d’un corps collectif gagnant en puissance sur la nature, à travers l’histoire.

Face à l’histoire des idées, la philosophie biologique de la technique atteste de ses origines modernes, celles du XIXe siècle des idées. En creux, et de là, s’y réfléchissent les problèmes d’une philosophie de toujours qui eut et garde à cœur de s’exprimer sur le sens de la différence entre l’homme et l’animal. C’est pourquoi, en ses commencements, la philosophie biologique de la technique donne généreusement l’hospitalité à la définition de l’homme naturellement nu et sans armes de défense, qui remonte de l’Antiquité jusqu’à elle, jusqu’à nous. Elle l’ajuste de manière à la rendre opératoire sur un fond théorique alliant évolutionnisme et progrès historique.

Quelle que soit la qualité discutable de ses oripeaux terminologiques français, la philosophie de la technique, ainsi appelée plus généralement, face à son histoire, se distingue donc par une richesse intérieure dissimulée qui mérite d’être décryptée. Pour y avoir accès, il faut en effet surmonter un obstacle conséquent. En historienne (partiale) de son domaine d’objet, cette philosophie a fini par construire un enclos catégoriel savant dans lequel elle a confiné ses origines « honteuses », soit les compromissions initiales de sa problématique avec la sociologie biologique. Elle a ainsi enfermé la question de la relation de la technique au vivant dans les limites du couple oppositionnel, cathartique à l’usage, du « naturalisme » et de l’« artificialisme ». Ces deux notions sont deux réponses apportées à la question de l’origine de la technique. C’est là une idée préconçue qui déteint sur la compréhension des écrits-sources dans laquelle se reconnaît la philosophie de la technique. Ce penchant con- cordiste doit être dominé par une lecture minutieuse des textes estimés normatifs, et par l’élargissement concomitant du cercle des autorités référentielles.

À l’analyse se dégagent alors trois axes à privilégier. Premièrement, la philosophie de la technique naît dans un contexte intellectuel où il importe de reconstruire un grand récit d’origine fondateur. Exit la Bible mais non pas son imagerie, non pas le christianisme. Deuxièmement, l’idée de l’homme et de la société qui en ressort pour cette philosophie est en interaction avec la notion d’image. Toutefois, cette dernière n’a que peu à faire avec un problème de mimésis. Il lui correspond le sens d’un rapport au monde défini par l’usage et le plaisir. Troisièmement, il existe bien une forme de délimitation philosophique, interne, de son objet par la philosophie de la technique, mais un tel acte de reconnaissance, qui positionne en France, l’une en face de l’autre (et sans conflit), la philosophie biologique de la technique et la philosophie de la technique, demande à privilégier un trio d’auteurs : Henri Bergson, Gilbert Simondon et André Leroi-Gourhan. Ces trois axes forment successivement les trois parties de l’étude sur le « corps agrandi ».

Ramené à ce large spectre problématique (sous l’horizon de la philosophie de la technique), le « corps agrandi », confronté à ses sources philosophiques antiques, médiévales pour quelques-unes, et davantage modernes et contemporaines, rendu de même à ses influences allemandes et anglaises, demandait de réfléchir sur les diverses incidences de la tradition naturaliste en un tel domaine, puis sur ce progrès dont il est l’ornement et que la littérature commençait à suspecter, à force d’utopies et d’uchronies. Pierre après pierre auront été rassemblés les concepts (inconscient, projection, tropisme), les images (la vie des machines, le paradis perdu), les thèmes (action, usage, mains, automate) entre autres éléments qui, progressivement, ont donné forme à un sujet, à une pensée philosophique sur la technique porteuse d’un embryon de problématique. Cette dernière passant en discipline cristallise dans ce sillage un mouvement stable de transmission et de réception philosophique en France, où des époques de la pensée sont déjà discernables.

Entre autres acquis spéculatifs, il a été possible, au fil de ce travail, de donner un sens à cette grande mutation historique qu’aura été le renversement d’une métaphore qui conçoit désormais la machine comme du vivant et non l’inverse. Le cœur de l’explication tiendrait au problème du darwinisme social. De même, il apparaîtra que définir ou comprendre le mécanisme ne fut pas le premier objet de la philosophie de la technique en ses commencements, en France. Enfin, le débat entre la philosophie et la religion, qui s’attache structurellement à cette philosophie naissante, s’y découvre sous trois facettes principales : une philosophie postulant les prérogatives de la religion ; une nature en procès avec les dieux ou le divin (le couple oppositionnel du « naturalisme » et de l’« artificialisme » en est une forme dérivée) ; une image qui tient le langage d’une qualité de bon-heur attendue, gagnée sur les prérogatives traditionnelles de la mystique. Dans la philosophie de la technique, ce débat est davantage le fait d’un travail de fermeture spéculative engagée contre la question de la religion, que la promesse d’une moisson d’hypothèses nouvelles à son sujet.

En définitive, tout se sera encore passé comme si la philosophie de la technique en était venue à danser sur les dépouilles d’une orthodoxie augustinienne dont la philosophie avait elle-même, et de longue date, travaillé à se défaire : la curiosité qui est une vertu pour les Encyclopédistes découvre un angle d’approche sur la culture dont hérite Gilbert Simondon ; sans tomber dans la trivialité, le plaisir se libère des bornes d’une mystique finalisante, et le sens de ses liens de dépendance avec l’usage se reforme autrement. Enfin, l’étude minutieuse des textes aura réservé quelques surprises, à commencer par la place de choix qu’occupe Auguste Comte dans cette naissance d’une philosophie biologique de la technique en France, en fait espinassienne. Autre surprise : le rôle, un peu oublié dans l’histoire, de Louis Bourdeaux, qui donne à cette philosophie en formation quelques-unes de ses idées (ainsi que la catégorie opératoire de « praxéologie »), ou l’ombre portée de Maurice Pradines.

La méthode suivie fut donc d’aller du texte commenté aux idées générales. En cours de route, il fut alors possible de vérifier la bonne tenue spéculative des poncifs en vigueur (critiquables), par ce même contrôle des sources. Il ressort premièrement de cette archéologie d’une discipline, mâtinée d’une épistémologie historique, que celle-là procède d’un métissage profond, d’une réalité interdisciplinaire inhérente à son objet. Il apparaît ensuite à travers elle que, dans l’inquiétude de son objet insaisissable, la philosophie s’énonce bien d’une voix plurielle et que depuis toujours les philosophes doivent veiller à défendre leur « place au soleil ». Ce dernier point transparaît de la fragilité qui est celle de cette pensée philosophique sur l’homme et la technique. Elle fraye sa route à travers les écueils qui se dressent devant elle, ce qu’illustrent l’antitype définitionnel (Vitruve, Philon), la psychologie (Théodule Ribot), l’anthropologie philosophique (Max Scheler), l’anthropologie de l’image (Hans Belting) enfin.

Slim Charfeddine, « Immédiateté et médiation dans le discours sur l’être chez Aristote et Hegel »

Thèse soutenue le jeudi 4 décembre 2014 à l’Université Lille 3.

Composition du jury :

Michel Crubellier, professeur à l’Université Lille 3, directeur de thèse

Christian Berner, professeur à l’Université Lille 3, directeur de thèse

Sylvain Delcomminettte, professeur à l’Université Libre de Bruxelles

Emmanuel Cattin, professeur à l’Université Blaise Pascal, Clermont

Gilbert Gérard, professeur à l’Université catholique de Louvain, président du jury

Résumé

Telle la nature qui aime à se cacher, la médiation apparaît d’abord comme médiation absente ou oubliée. L’ontologie se développe spontanément comme discours qui affirme l’immédiateté de l’être. Mais si l’être est immédiateté, c’est-à-dire identité simple à soi-même, alors le discours sur l’être est impossible. Seule la médiation, qui est l’identité négative, ou encore l’identité qui se réalise par le truchement de l’altérité, de la différence permet à l’ontologie de se réaliser comme discours sur l’être. Mais non seulement le concept de médiation rend possible l’ontologie, mais elle éclaire de manière remarquable la Métaphysique d’Aristote. C’est pourquoi nous proposons une lecture de la Métaphysique qui montre son unité thématique via le concept de médiation.

Ensuite, le cœur de la médiation est la logique que nous saisissons dans ces principaux moments : tout d’abord comme philosophie platonicienne du langage qui saisit la prédication comme unité du même et de l’autre, puis véritablement comme logique syllogistique fondée sur le moyen-terme, véritable médiateur des termes de la conclusion, et enfin comme logique spéculative hégélienne. Pour terminer, le concept de médiation permet de rendre raison d’une certaine cohérence de l’histoire de la philosophie, et notamment de classer les réponses types (au sens d’un idéal-type) concernant le problème central de l’ontologie à savoir le rapport entre l’être et le discours. Notamment nous étudierons deux périodes de l’histoire de la philosophie : l’antiquité de l’affirmation parménidienne de l’immédiateté de l’être à la médiation aristotélicienne conçue comme finalité ou actualisation d’une puissance, ou entéléchie, et la modernité de Descartes à Hegel qui voit un mouvement analogue s’opérer en son sein mais à partir du concept d’Infini en acte et non plus à partir de l’être.

Mots-clés

Aristote, Hegel, ontologie, métaphysique, médiation, immédiateté, dialectique

Abstract

As Nature - which loves to hide - mediation appears at first as missing or forgotten. Ontology develops spontaneously as a discourse affirming the immediacy of being. But if being is immediate, that is to say simple identity in itself, then no discourse on being is possible. Only mediation, which is negative identity, or even identity which exists through the articulation of otherness, enables ontology to exist as a discourse on being. But not only does the concept of mediation enable ontology, but it also remarkably enlightens Aristotle’s Metaphysics. That is why we suggest an interpretation of Aristotle’s Metaphysics which shows its thematical unity through the concept of mediation.

Then, the core of mediation is logic grasped thanks through the following steps : first of all through Plato’s philosophy of language, that interprets predicating as unity of the sameness and of the difference, then through Aristotle’s syllogistic logic based on the middle term, the true mediator of the terms of the conclusion, and finally through Hegel’s speculative logic. Finally, the concept of mediation enables the reader to somewhat make sense of the History of Philosophy and especially to sort typical answers (that is ideal types) regarding ontology’s foremost disputed point i.e. the relationship between being and discourse. Moreover, we will study two periods in the History of Philosophy: ancient philosophy starting from Parmenides’ claim that being is immediate to Aristotle’s mediation, perceived as a purpose or the actualization of a potentiality or even entelechy and modern History from Descartes to Hegel during which a similar movement occurs but with a different starting point: the concept of actual infinity vs the concept of being.

Keywords

Aristotle, Hegel, ontology, metaphysics, mediation, immediacy, dialectics

Thomas Claisse, « Hume et la mélancolie sceptique. Une approche par la dynamique des discours »

Thèse soutenue le 13 décembre 2014, à l’Université Lille 3

Composition du jury

Bernard Joly, Professeur émérite à l’Université de Lille 3, Directeur de thèse

Éléonore Le Jallé, Maître de conférences HDR à l’Université de Lille 3, co-directrice de thèse

Christian Berner, Professeur à l’Université de Lille 3

Frédéric Brahami, Professeur à l’Université de Franche-Comté

Laurent Jaffro, Professeur à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne

Claude Gautier, Professeur à l’ENS de Lyon

Céline Dewas, « Le Devenir-Dieu des personnages kazantzakiens, l’œuvre de Kazantzaki à la lumière de la philosophie bergsonienne »

Thèse soutenue le jeudi 4 décembre 2014 à l’Université Lille 3.

Composition du jury

Frédéric Worms, Professeur à l’Université Lille 3, Directeur de thèse

Ioannis Prelorentzos, Professeur à l’Université de Ioannina, Grèce, co-directeur de thèse

Golfo Maggini, Professeure adjointe à l’Université de Ioannina, Grèce

Ghislain Waterlot, Professeur à l’Université de Genève, Suisse

Résumé

Dans l’Évolution créatrice, Bergson émet l’idée d’un sur-homme, individu qui prolongerait l’effort que la vie a fixé dans l’évolution des espèces, et qui s’élèverait vers une liberté divine incessamment actualisée. L’œuvre littéraire de Kazantzaki apparait dans notre étude comme le lieu de matérialisation de ce sur-homme à l’histoire singulière. La notion bergsonienne de durée, utilisée comme méthode d’approche du texte, révèle à l’intérieur des textes de l’auteur grec une façon particulière de penser la création, dans l’œuvre et en soi. Celle-ci est présentée comme la fixation progressive d’une maturation de l’auteur, ralentie par des formes matérielles qui ne la contiennent plus : en particulier celle du langage et d’une perception trop intellectuelle, et pas assez intuitive, du monde. Inspiré par le modèle bergsonien, Kazantzaki essaie d’imprimer la mobilité ascendante de l’esprit à ses personnages en les affranchissant au fur et à mesure de leur montée, de toutes ces clôtures qui morcellent la réalité fluente et indivisible et réduisent la puissance de l’âme. À l’idée d’un personnage émergeant comme une création ex nihilo, on substitue l’idée bergsonienne d’une nouveauté apportée par un effort éprouvant la liberté de l’individu, celle de l’écrivain et celle du personnage, qui concentrerait dans le cas du sur-homme l’histoire humaine et pré-humaine. Suivant ainsi ces deux lignes d’évolution propres à Kazantzaki et à Bergson, chacun dans leur domaine, confrontés à différents obstacles, nous les voyons converger par le mouvement similaire de leur pensée et interroger finalement l’effort d’un même type d’homme, le mystique.

Mots-clés

Kazantzaki, Bergson, durée, évolution, intuition, élan vital, surhomme, devenir, Dieu, littérature, philosophie

Abstract

The kazantzakian characters becoming god. The work of Kazantzaki in the light of the bergsonian philosophy.

In Creative Evolution, Bergson has put forward the idea of a super-man, who would continue the effort that life has fixed in the evolution of species, and would rise toward a constantly actualized divine freedom. The work of Kazantzaki appears in our study as a creation where the super-man, whose story must remain singular, is materialized. The bergsonian notion of duration used as a method to approach the text, reveals within the text a particular way of thinking the creation in the work and in oneself. It is presented as the continuous fixation of a maturation, slowed by material forms, that can not contain it anymore: in particular the language and the intellectual, and not sufficiently intuitive, vision of the world. Inspired by the bergsonian philosophy, Kazantzaki tries to imprint the spirit’s ascending mobility to his characters, by liberating them from all those closures that divide up the moving reality and reduce the power of the soul. We oppose to the idea of a character emerging like a creation ex nihilo, the bergsonian idea of novelty which would result from an effort testing the writer and the character’s freedom, and which would concentrate in the case of the super-man the human and pre-human history. Following those two lines of evolution which are particular to Bergson and Kazantzaki, each one in his area and confronted to different impediments, we see them converging by the similar movement of their thought and interrogate finally one type of man’s effort : the mystic.

Keywords

Kazantzakis, Bergson, duration, evolution, intuition, vital impetus, élan vital, superman, God, literature, philosophy

Florence Gravas, « Mimèsis – Narrativité - Expressivité : le cinéma dans son rapport au réel »

Thèse soutenue le 12 juin 2014, à l'Université Lille 3

Composition du jury :

Philippe Sabot, Professeur à l'Université Lille 3, directeur de thèse

Dominique Chateau, Professeur à l'Université Paris 1

Eric Dufour, Professeur à l'Université Grenoble 2

Bernard Sève, Professeur à l'Université Lille 3

Laurent Van Eynde, Professeur à l'Université Saint-Louis, Bruxelles

Dork Zabunyan, Maître de conférences à l'Université Lille 3

Résumé

Quel type d’expérience faisons-nous quand nous « regardons un film » ? Si cette formulation se montre impropre du fait de la double implication sensorielle d’un voir/entendre qu’engage l’expérience spectatorielle, elle signale d’emblée une forme d’équivocité à propos de ce qu’on « regarde » comme de ce qu’engage le rapport que nous établissons avec ce que nous percevons d’un film. Il s’offre en effet comme une expérience de mimèsis singulière, dont l’examen est l’enjeu du présent travail.

La méthode retenue a consisté à mener notre réflexion à partir de l’étude attentive d’un corpus de six films : Valse avec Bachir, d’Ari Folman, Caché, de Michael Haneke, le diptyque Mulholland drive/Lost highway, de David Lynch, Le mystère Picasso, de Henri-Georges Clouzot, et Eût-elle été criminelle…, de Jean-Gabriel Périot. Cette méthode nous a permis de nous interroger sur le type d’opérations que le visionnage d’un film requiert chez le spectateur, comme de nous demander quelle est la nature des objets perçus par le biais du dispositif cinématographique.

Nous avons mis à jour le statut équivoque de ce que le spectateur perçoit, en distinguant trois aspects de l’image filmique : profigurant, figuratif, figural. Cette distinction met en évidence l’ambiguïté de l’image filmique quant à ce qu’elle image : monde représenté, complexe d’images et de sons, ensemble d’événements issus du monde réel. Ceci dans un second temps nous a conduit à étudier en quoi la réalisation engage des opérations productives de sens et de prescriptions pour le spectateur. A quelles conditions peut-on la penser comme écriture ? Et qu’est-ce qui est ainsi « réalisé » par ces opérations ? Enfin il s’agissait de s’interroger sur le rôle singulier que le cinéma réserve au spectateur : cette expérience particulière engage des activités tant perceptives, que cognitives et affectives, des immersions dans des temporalités hétérogènes, et un mode de croyance qui n’exclut pas le savoir de ce qui s’y joue.

Référence dans Tel : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01146227

Mots-clés

profigurant/figural/figuratif, réalisation/derréalisation, hors-champ, points de voir/entendre, point de vue, dispositif technique/medium, actualisation

Abstract

Mimesis, Narrativity, Expressiveness: A study of the relationship between cinema and reality

What exactly do we experience when we “watch a movie” ? This phrase may seem ill-chosen since, in this “spectatorial experience” the viewer not only watches but he also listens. However it announces straightaway a form of equivocity between what we watch and what we connect with, while watching a movie. It appears as a unique experience of mimesis whose analysis is the aim of this study.

The chosen method consisted in carrying out our reflection starting from the attentive study of a corpus of six films: Waltz with Bachir, by Ari Folman, Hidden, by Michael Haneke, the diptych Mulholland drive/Lost highway, by David Lynch, the Mystery Picasso, by Henri-Georges Clouzot, and Even if she had been a criminal…, by Jean-Gabriel Périot. This method enabled us to study the type of operations which the watching of a film requires from the spectator, and led us to ask ourselves which is the nature of the objects perceived by the means of the cinematographic device.

We’ve highlighted the equivocity of what the spectator perceives, by distinguishing three aspects of the filmic image: profigurant, figurative, figural. This distinction underlines the ambiguity of the filmic image in what it actually shows: a representation of the world, a mixing of images and sounds, a set of events resulting from the real world. This, in a second time, led us to study to what extent the director’s choices engages productive operations of direction and regulations for the spectator. On which conditions can we consider it as writing? And what is thus « realized » by these operations? At last, we have tried to analyse the singular role that the cinema offers to the spectator : this particular experience involves perceptive, cognitive and emotional activities, immersions in heterogeneous temporalities, and a mode of belief in which the viewer is aware of what is at stake. 

Keywords

profigurant/figural/figurative, realization/unrealization, off-screen, points of seeing-hearing, point of view, technical device/medium, actualization

Xavier Gheerbrant, « Poésie et argumentation dans les fragments des deux poèmes d’Empédocle »

Thèse soutenue le 11 octobre 2014, à l'Université Lille 3

Composition du jury

Philippe Rousseau, Professeur émérite à l’Université de Lille 3, Directeur de thèse

Fabienne Blaise, Professeur à l’Université d Lille 3

Paul Demont, Professeur à l’Université de Paris-Sorbonne

Andrew Ford, Professeur à l’Université de Princeton, Etats-Unis

André Laks, Professeur émérite à l’Université de Paris IV

Résumé

Il s’agit d’examiner la signification du choix d’Empédocle d’exprimer son système philosophique dans un mètre, l’hexamètre dactylique, qui n’est pas seulement envisagé ici en tant que forme versifiée mais comme une tradition poétique.

Les raisons de ce se laissent reconstituer de différents points de vue. D'abord, dans une perspective historique et comparative, l'usage de l'hexamètre inscrit l'œuvre d'Empédocle dans un moment particulier du développement de la « philosophie » ancienne. Le problème a également une dimension sociologique qui tient aux modalités traditionnelles de diffusion de la poésie hexamétrique, dans le cadre notamment des grands concours panhelléniques.

De façon plus fondamentale encore, se pose le problème de déterminer le degré de nécessité du lien qui unit poésie et philosophie au sein de l'œuvre même d'Empédocle. Le mètre est-il l'ornement d'une pensée qui aurait tout aussi bien pu s'exprimer en prose ? Est-il un vernis artificiel, qui ne ferait que dissimuler la clarté du message philosophique ? Au contraire, le choix du vers témoigne-t-il d'une prise de position substantielle, qui signifierait que la compréhension du choix de la forme est indissociable de l'interprétation du message qui s'y déploie ?

Les chapitres 1 à 4 examinent la théorie poétique développée par Empédocle. Les chapitres 5 à 7 étudient la façon dont ce projet se réalise dans la pratique poétique. Les chapitres 8 à 10 se proposent d’évaluer la signification du choix d’Empédocle dans le contexte du 5e siècle.

Mots-clés

Empédocle, poésie archaïque, philosophie présocratique

Theologia Kanteraki, « L’effort chez Bergson, chez ses prédécesseurs et ses contemporains

Thèse soutenue en français (en parallèle avec une traduction en grec) à l'Université de Ioannina (Grèce), le 27 février 2014

Composition du jury

Frédéric Worms, Professeur à l'Université Lille 3, directeur de thèse

Ioannis Prelorentzos, Professeur à l'Université de Ioannina, Grèce, co-directeur de thèse

Anne Devarieux, Maître de conférences à l'Université de Caen

Golfo Maggini, Professeure adjointe à l'Université de Ioannina, Grèce

Résumé

La question de la volonté chez Bergson est étroitement liée à celle de la durée ; c’est pour cela que la volonté doit être envisagée comme une force au sein du temps créateur. Notre recherche a comme but principal de démontrer l’affinité entre l’effort volontaire, qui n'a pas été étudié de façon systématique, et la conception bergsonienne du temps comme invention. Le traitement de la notion d’effort répond à une lacune de la recherche en histoire de la philosophie : la place de la question et le lien qu'elle permet d'établir entre la pensée bergsonienne et d'autres philosophies. Ainsi, en parallèle avec l'étude de la notion d'effort chez Bergson (et des notions qui vont de pair avec elle, comme la durée, la mémoire, la liberté, la morale close et ouverte), nous avons essayé de faire une comparaison de l'effort bergsonien avec les conceptions de la même notion chez Maine de Biran et chez William James. Notre étude révéla donc le rôle important de l'effort dans la pensée de Bergson ; sa comparaison avec les conceptions de la même notion chez Biran et chez James nous a conduits à explorer l'ensemble de leurs pensées. À part les points de convergence, c'est dans l'éloignement même entre les trois conceptions que nous avons examiné leurs affinités.

Mots-clés

Bergson, Maine de Biran, William James, durée, volonté, effort, mémoire, perception, liberté, vie, société ouverte, morale, religion, expérience

Abstract

The question of the will in Bergson’s philosophy is closely linked to the notion of duration. For this reason the will should be seen as a force within the creative time. Our research has as main goal to demonstrate the affinity between voluntary effort, which has not been studied systematically, and Bergson's conception of time as invention. The treatment of the notion of effort responds to a research gap in the history of philosophy: the place of that notion and the link that the effort permits us to establish between Bergson's thought and other philosophies. Thus, in parallel with the study of the Bergsonian notion of effort (and of concepts that go along with it, such as duration, memory, freedom, morality closed and open), we tried to make a comparison of Bergson’s effort with the conceptions of the same notion in the philosophies of Maine de Biran and William James. Our study therefore revealed the important role of effort in the thought of Bergson and its comparison with the conceptions of the same concept in Biran and in James leaded us to explore these thoughts in their whole. Apart from the points of convergence, we examined the affinities among the three conceptions through the distance that separates them.

Keywords

Bergson, Maine de Biran, William James, duration, will, effort, memory, perception, freedom, life, open society, morality, religion, experience

Alpin Dieu-donné Limikou Bikiéla, « Philosophie de la psychologie et psychanalyse chez Freud. Enjeux épistémologiques contemporains. »

Thèse soutenue le 13 octobre 2014 à l'Université Lille 3

Membres du jury: 

Christian Berner, Professeur à l’Université Lille 3, président du jury

François De Gandt, Professeur à l’Université Lille 3, directeur de thèse

Bernard Pachoud, Professeur à l’Université Paris VII, rapporteur

Arnaud Plagnol, Professeur à l’Université Paris VIII, rapporteur

Résumé

Quels sont les principaux acquis de la psychologie médicale de l’époque de Freud qui ont contribué à l’émergence du mouvement psychanalytique ? Comment Freud les a-t-il repris dans le cadre d’une construction originale ? Malgré l’abondante littérature consacrée à ces questions qui paraissent si simples, les réponses sont loin de faire l’unanimité. Cette difficulté n’est pas récente, elle est déjà perceptible chez Freud qui, en 1914 (dans Contribution à l’histoire du mouvement psychanalytique) et en 1925 (dans Ma vie et la psychanalyse), entreprit de retracer l’histoire de la psychanalyse, tout en évoquant les principaux acteurs qui ont, de manière directe ou indirecte, contribué à l’éclosion de ce corps de connaissances. Cependant, les découvertes faites par des chercheurs contemporains, dans les Archives des centres hospitaliers, où étaient internés certains patients de Freud, tout autant qu’une lecture attentive du contexte historique et des productions intellectuelles sur la maladie mentale, à la fin du XIXe siècle, laissent planer des interrogations. Freud a-t-il biaisé l’histoire de la psychanalyse pour en apparaitre comme le père fondateur ? Ces soupçons qui pèsent sur le travail d’historien entrepris d’abord par Freud, puis par ses collaborateurs, nous invite, en tant qu’historien des sciences, à réévaluer un certain nombre d’acquis en psychanalyse, au regard de l’abondance des découvertes récentes. En outre, les travaux de Freud n’entretiennent pas seulement des rapports avec les théories psychologiques de son temps. De nos jours, ils alimentent encore des discussions dans les « théories contemporaines de l’esprit », notamment dans les champs disciplinaires tels que la philosophie de l’esprit et les neurosciences cognitives. C’est ce que démontre la dernière partie de cette thèse qui, à titre de test, confronte la théorie freudienne de l’inconscient aux théories contemporaines.

Mots-clés

psychanalyse, inconscient, conscience, hypnose, hystérie, rêve, psychisme, neurosciences cognitives, système nerveux, cortex, philosophie de l’esprit, subjectivité

Abstract

Philosophy of psychology and Freudian psychoanalysis. Contemporary epistemological stakes

What were the main types of psychological knowledge used by Freud which contributed to the emergence of psychoanalytical movement? How did Freud use these main types of psychological knowledge in the context of original construction? In spite of the abundant literature concerning these questions which appear simple, the answers aren’t uncontroversial. This difficulty isn’t recent, Freud has been already studied this matter in Contribution to the history of psychoanalysis movement (1914), and in My life and psychoanalysis (1925), retraced the history of psychoanalysis, mentioning the principal actors who have, directly or indirectly, contributed to the building of this body of knowledge. However, the discoveries done by contemporary researchers, in the Archives of hospitals, where some Freud’s patients were interned, with a careful reading of the historical context and the intellectual productions on mental illness, at the end of 19th century, raises important questions. Did Freud bias the psychoanalysis history in order to be considered as the real founding father? These suspicions have an impact on the historians working on the work of Freud and on his partisans as well. This invites us, as historian of sciences, to reevaluate a certain number of hypotheses in psychoanalysis, according to the recent discoveries. Besides, the work of Freud have not only relationship with psychological theory of his time. In our days, Freud’s work enriches discussions as far it concerns “contemporary theories of mind”, and in particular, in disciplinary fields such as Philosophy of mind and cognitive neuroscience. This is what the last part of this thesis demonstrates, as a test case, it interacts Freudian theory of unconsciousness with contemporary theories.

Keywords

psychoanalysis, unconscious, consciousness, hypnosis, hysteria, dream, psyche, cognitive neuroscience, nervous system, cortex, philosophy of mind, subjectivity

Camille Prost, « Une ontologie du quatuor à cordes. Philosophie de la musique pour quatre instrumentistes »

Thèse soutenue le 15 décembre 2014 à l’Université Lille 3

Composition du jury

Bernard Sève, Professeur à l’Université Lille 3, directeur de thèse

Francis Courtot, Maître de conférences à l’Université Lille 3

Franck Chevalier, Altiste du Quatuor Diotima

Frédéric De Buzon, Professeur à l’Université de Strasbourg

Jerrold Levinson, Distinguished University Professor, Université du Maryland, USA

Danièle Pistone, Professeur à l’Université Paris IV Sorbonne

Résumé

La question de l’ontologie s’est cristallisée en philosophie de la musique autour de la notion d’œuvre, mais il est possible de centrer le raisonnement sur d’autres objets, tels que la formation instrumentale ou le genre musical. Il est ainsi possible de construire une ontologie du quatuor à cordes. Le quatuor est à la fois une formation, un genre né à l’époque classique et un ensemble de quatre musiciens, ces trois niveaux sémantiques constituent les éléments fondamentaux de ce système. La formation est une instrumentation cristallisée, plus techniquement, elle est une structure des moyens d’exécution devenue autonome, potentiellement séparable de la structure sonore pure qui lui était adjointe dans les premières œuvres pour ces instruments. Il s’est formé, au fil des ans et des œuvres, une réalité quatuor à cordes ontologiquement dense. Cette densité ontologique s’explique en partie parce qu’un genre a découlé de cette formation. Le genre « quatuor à cordes » a un fonctionnement historique qui peut être comparé à celui des autres grands genres de la musique savante occidentale, grâce à deux concepts : la cristallisation et la plasticité. Tout genre oscille en effet entre ces deux tendances antagonistes : la cristallisation qui transforme l’inédit, le nouveau et l’occasionnel en norme, règle et tradition et la plasticité qui, elle, pousse à l’innovation, à l’exploration et à la recherche compositionnelle. Le quatuor à cordes n’est pas un genre paradigmatique, il est exceptionnel, puisque son histoire montre un équilibre spécifique entre une forte plasticité et une forte cristallisation. Si la formation peut être définie en termes d’autonomisation d’une structure des moyens d’exécution, le genre, lui, gagne à être pensé comme une réunion d’archi-structures. Une dernière partie est consacrée au corps et au geste musicien. Il s’agit alors de voir si les outils conceptuels platonistes permettent de penser les réalités plus concrètes, physiques et matérielles, du quatuor. Tout comme l’équilibre dialogique des quatre voix est une caractéristique essentielle du quatuor à cordes, le dialogue entre les analyses conceptuelles, les développements historiques, les observations esthétiques et les études musicologiques constitue la spécificité de ce travail.

Mots-clés

philosophie de la musique, ontologie, quatuor à cordes, instrument, formation, dialogisme, forme, genre, plasticité, cristallisation, timbre, geste

Abstract

The aim of this thesis is to build an ontology of the string quartet. The designation ‘string quartet’ can refer to three different meanings: a group of four musical instruments (formation), a genre, or a group of four musicians who play together. In musicology, a string quartet is distinguished by the homogeneity of the timbres, the individuality of voices, the quaternity and the specific dialogism of the voices. This work proposes to describe these three semantic levels and their essential characteristics, hence a wide selected corpus: Haydn, Mozart, Beethoven, Reicha, Bartók, Schönberg, Feldman, F.Baschet amongst others. The first part consists of an ontology of the instrument formation and shows that a quartet is a “structure of performing means” which became autonomous with regard to the “pure structure” as defined by Jerrold Levinson. From that point of view, the string quartet is a reliable paradigm to think of the birth of other formations and their historical developments. The second part consists in constructing an ontology of the genre and demonstrates that the historical evolution of the string quartet is not paradigmatic but exemplary; and that its development is determined by a balance between plasticity and crystallisation. The final part examines the ontological limits of the string quartet: on the one hand, the timbre, and on the other, the musicians’ bodies through specific physical gestures. This thesis, therefore, aims to develop an ontological system that is characterised by its different essential elements, its specific rules (plasticity versus crystallisation), and its limits. These philosophical analyses not only relate to existing musicological research, but also involve a consideration of dance performance, film and various other artistic works.

Keywords

philosophy of music, ontology, string quartet, instrument, formation, dialogism, framework, genre, plasticity, crystallisation, timbre, gesture

Catherine Psilakis, « Dynamiques et mutation d’une figure d’autorité : recherches sur la réception de Solon aux Ve et IVe siècles avant J.C. »

Thèse soutenue le 14 juin 2014 à l’Université Lille 3

Composition du jury

Fabienne Blaise, Professeur de Langue et littérature grecques à l’Université Lille 3, directrice de thèse

Sophie Gotteland, Professeur de Langue et littérature grecques à l’Université Bordeaux 3

Ruth Webb, Professeur de Langue et littérature grecques à l’Université Lille 3.

Edward M. Harris, Professeur émérite d’Histoire ancienne à l’Université de Durham.

Pascal Payen, Professeur d’Histoire grecque à l’Université Toulouse 2

Résumé

Au VIe siècle avant J.-C., Solon a joué un rôle politique important à Athènes. Législateur, il a établi des lois. Législateur, mais aussi poète : des fragments poétiques qui vont du poème complet à un simple vers nous ont été transmis grâce à des auteurs postérieurs. Jusqu’à présent, les études sur Solon ont, pour la majeure partie, cherché à mieux cerner le législateur athénien d’une part, à comprendre la pensée postulée dans les poèmes d’autre part. Ces démarches visent toutes deux à enrichir notre connaissance lacunaire du VIe siècle avant J.-C. Le scepticisme appliqué aux sources de la tradition indirecte, qui nous apporte des informations sur Solon, a ouvert de nouvelles perspectives. Le projet que nous proposons s’inscrit dans cet héritage. Nous nous intéressons aux auteurs des Ve et IVe siècles avant J.-C. pour analyser, dans la lettre du texte, ce qu’ils disent de Solon et surtout, la manière dont ils le disent. Ainsi, il sera possible de saisir les dynamiques de transmission, de mutation et d’appropriation de cette figure d’autorité chez chacun des auteurs de notre corpus, car tirée à hue et à dia, la figure de Solon a servi des causes fort différentes. Puisque la tradition conditionne fortement les interprétations de la poésie solonienne et l’étude de son action politico-législative, il était nécessaire de revenir à la source même de toutes ces interprétations. Dès lors, il sera possible d’enrichir notre connaissance de l’histoire politique et intellectuelle de l’Athènes démocratique du IVe siècle, mieux comprendre le rapport qu’elle entretient avec son propre passé, mais aussi saisir comment se construit une argumentation politique et une idéologie propre à une société donnée à un moment précis de son histoire.

Mots-clés

Solon, Hérodote, comiques, orateurs attiques, autorité, tradition(s), réception, citation, rhétorique antique, mémoire collective, intertextualité, éthos, instrumentalisation du passé, écriture / oralité, lois, ta patria, nomothesia, démocratie athénienne, Sept Sages

Abstract

The reception of Solon in the fifth and fourth centuries.

In the 6th century B.C., Solon played an important role in the city of Athens. As a lawgiver, he established laws for the Athenians. But he was also a poet : Solon’s poetic fragments – entirely poems or a single verse – have been passed on later by authors. Up until now, scholars have tried, on the one hand to understand the reforms of the lawgiver and one the other hand to study his poems. Both of these approaches aim to improve our incomplet knowledge about the 6th century B.C. But the sources of the indirect tradition have been submit to skepticism. This allows new and fresh perspectives for Solonian studies. The scope of my PhD Thesis follows this skeptic approach: I will analyze most of the authors of the 5th and 4th centuries B.C., what they say and do about Solon. Pulled in opposite directions, Solons’ figure serves differents purposes. It will allow us to thus understand the dynamics of transmission, of mutation and of appropriation which occur to this authoritative figure in each text of the corpus. Because tradition heavily influences all the interpretations of Solonian poetry and reforms in the field of politic and legislation, it requires us to go back to the first sources of these various interpretations. I hope this study will help us increase our knowledge of the political and intellectual background of the Athenian Democracy of the 4th century B.C., and clarify which kind of connexion exists between the polis and its own past. Last but not least, this study contributes to understand how a political argumentation and a democratic ideology can be shaped by forensic discourses.

Keywords

Solon, Attic Orators, authority, tradition(s), reception studies, Athenian democracy, citation, ancient rhetoric, social memory, intertextuality, ethos, past’s instrumentalisation, writting/orality, laws, ta Patria, Nomothesia, Herodotus, ancient comedy, Seven Sages

Lara Sarcevic, « Aporie du second degré : la forme à la quête d'une nouvelle autonomie. Réflexions sur le statut et le rôle de la discursivité théorique dans l'art contemporain depuis la fin des années soixante à nos jours »

Thèse soutenue le 8 novembre 2014 à l’Université Lille 3

Composition du jury

Monsieur Bernard Sève, Professeur à l’Université Lille 3, Directeur de thèse

Madame Véronique Goudinoux, Professeur à l’Université Lille 3

Madame Marianne Massin, Professeur à l’Université Lille 3

Monsieur Dominique Chateau, Professeur à l’Université Paris I

Madame Danièle Cohn, Professeur à l’Université Paris I Panthéon - Sorbonne

Monsieur Thomas Hirschhorn, Artiste

Résumé

Qu’elle soit le fait des artistes, des institutions muséales ou des acteurs économiques, désormais une nouvelle discursivité s’ajoute à la production critique traditionnelle des historiens, théoriciens et philosophes de l’art, et accompagne de manière quasi systématique les propositions plastiques des artistes contemporains. A cet accroissement discursif correspond aussi une démultiplication des fonctions du discours théorique qui se trouve parfois être utilisé comme le matériau plastique même des œuvres. Empreintes d’une plasticité toute singulière, les œuvres contemporaines étendent les possibles, au point de pouvoir se manifester sous n’importe quelle forme, voire de complètement disparaître. Cette extrême diversité résulte de l’adhésion à un nouveau principe artistique, le « second degré », ou l’auto-réflexivité de l’œuvre d’art, qui attribue à l'idée de l’œuvre une importance aussi grande qu'à la formulation matérielle de celle-ci. Ce qui est devenu indéterminé dans la forme plastique semble être compensé, en retour, par l'exigence d'une détermination conceptuelle accrue. Nous nous sommes attachés, dans notre recherche, à mettre en lumière l’origine du primat discursif dans la nouvelle situation paradigmatique des arts plastiques. Ne se limitant pas à la seule logique de médiation et de légitimation sociale des œuvres, la discursivité ouvre aussi un espace créatif et herméneutique nouveau impliquant le discours théorique comme geste créatif complémentaire à la forme plastique.

Mots-clés

discours théorique, art contemporain, second degré, aporie, readymade, indétermination ontologique, normativité artistique, génie artistique, jugement de goût, médiation, esthétique, post-historique, anhistorique, autonomie, théorie institutionnelle, expérience esthétique, art participatif

Abstract

Whether by artists, museums or economic actors, now a new discursivity is added to the traditional critical production of historians, theoreticians and philosophers of art, and accompanies almost systematically the plastics works of contemporary artists. This discursive growth answers also to a proliferation of functions of the theoretical discourse, which is used, in some contemporary artistic practices, as the very plastic material of the work. Marked by a singular plasticity, contemporary art works extend the expressive possibilities to the point that the work can manifest itself in any form, and even completely disappear. This extreme diversity results from the adherence to a new artistic principle, the "second degree", or the self-reflexivity of the artwork, which attributes to the idea of the work, the same importance as its’ very material formulation. What became undetermined in the plastic form seems, in return, to be offset by the requirement for greater conceptual determination. We were committed, in our research, to highlight the origin of this discursive primacy in the new paradigmatic situation of visual arts. Not being limited only to the purpose of mediation and social legitimization of the art works, discursivity opens also a new creative and hermeneutic space, involving theoretical discourse as a creative act complementary to plastic form.

Keywords

theoretical discourse, contemporary art, second degree, aporia, readymade, ontological indeterminacy, artistic normativity, artistic genius, aesthetic jugement, mediation, aesthetics, post-historical, ahistorical, autonomy, institutional theory, aesthetic experience, participatory art

Claude Slowick, « Le livre II des Principia, les principes à l’épreuve de leur passage sur terre »

Thèse soutenue le 16 janvier 2014 à l’Université Lille 3

Composition du jury

Philippe Hamou, Professeur à l’Université de Paris Ouest, Directeur de thèse

Anouk Barberousse, Professeur à l’Université de Lille 1, co-directrice de thèse

François De Gandt, Professeur émérite à l’Université de Lille 3

Marco Panza, Directeur de recherche CNRS de 1ère classe

Michel Blay, Directeur de recherche CNRS émérite

Résumé

Le livre Principia Mathematica Philosophiae Naturalis (1687) de Isaac Newton constitue pour la science moderne un texte fondateur. Le corps de cet ouvrage est constitué de trois parties principales appelées livres. Parmi ces trois livres, les livres I et III consacrés principalement à l'étude du cosmos ont fait l'objet de nombreuses études. Le livre II consacré à l'étude de la résistance au mouvement des milieux fluides a été quelque peu délaissé et même dévalorisé par l'historiographie. Dans le livre II Newton détourne son regard du ciel et le porte sur terre. L'étude de cette partie des Principia nous permet de revisiter et d'approfondir le concept newtonien de force, de découvrir l'usage de la notion de pression, de préciser le rôle de la géométrie euclidienne. Pour la géométrie nous avons été particulièrement attentif aux différentes fonctions des figures. Nous avons travaillé à partir de plusieurs traductions, principalement celle de la marquise du Châtelet de 1759 et de celle plus récente de Cohen et Whitman. Nos référents essentiels sont : Blay, Cohen, De Gand, Janiak, Koyré, McMullin, Smith et Westfall.

Référence dans Tel : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01146226

Mots-clés

philosophie naturelle, mécanique, force, Principia, matière, fluide, représentation, Newton, figure, géométrie

Sabina Tabacaru, « Humorous implications and meanings: a multimodal study of sarcasm in interactional humor »

Thèse soutenue le 5 décembre 2014 à l’Université Lille 3

Composition du jury

Maarten Lemmens, Professeur à l’Université Lille 3, directeur de thèse

Kurt Feyaerts, Professeur, K.U. Leuven, co-directeur de thèse

Jean-Rémi Lapaire, Professeur à l’Université de Bordeaux Montaigne, rapporteur

Paul Sambre, Maître de conférences, K.U. Leuven, rapporteur

Irene Mittelberg, Professeur, Human Technology Center, Aix-la-Chapelle, Allemagne

Geert Brône, Maître de conférences, K.U. Leuven

Résumé

Cette thèse examine les différentes façons utilisées pour construire de l’humour en interaction dans deux séries américaines contemporaines—Dr. House et The Big Bang Theory. À travers les différentes techniques d’écriture, nous observons les éléments utilisés pour construire des énoncés humoristiques. Le dialogue entre les personnages occupe une place fondamentale puisqu’il est centré sur les points de convergence et donc sur l’idée d’intersubjectivité entre les interlocuteurs.

Cette étude est basée sur une expérience originale qui implique l’examen de la gestuelle utilisée par les personnages dans les deux séries pour créer des effets humoristiques. Les gestes et les différentes techniques humoristiques ont été annotés dans le logiciel vidéo ELAN qui permet une vision plus large sur les processus créant l’humour en interaction.

Les résultats montrent une visible préférence pour le sarcasme en tant que catégorie de l’humour la plus utilisée dans le corpus. De plus, le corpus montre aussi une prédilection pour l’utilisation de certaines expressions du visage (haussement et froncement des sourcils) ainsi que certains mouvements de la tête (inclinaison et hochement). Ces éléments sont repris et expliqués en fonction de leur rôle dans le contexte et dans l’attitude des locuteurs pour une meilleure compréhension de l’humour en interaction.

Mots-clés

linguistique cognitive, humour, sarcasme, expressions du visage, mouvements de tête

Abstract

This dissertation examines the different techniques used to achieve humor in interaction in two contemporary American television-series—House M.D. and The Big Bang Theory. Through different writing techniques, we observe the elements that are used in the process of humorous meaning construction. The dialogue between interlocutors plays a central role since it centers on intersubjectivity, and hence, the common ground between speakers.

This original study also implies the investigation of the different gestures used by interlocutors in the two series to create humorous effects. These gestural triggers as well as the different humor types have been annotated in ELAN, which allows a more holistic view of the processes involved in humor.

The results show an evident preference for sarcasm as well as a preference for certain facial expressions (raising eyebrows and frowning) and head movements (head tilts and head nods). These elements are explained in accordance with a given context and with the speakers’ attitude for a better understanding of humor in interaction.

Keywords

cognitive linguistics, humor, sarcasm, multimodality, facial expressions, head movement

  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • OpenEdition Journals