Navigation – Plan du site
Analyses et interprétations

Virtualité et théorie de la perception chez Bergson

Bergson on virtuality and perception
Marc Parmentier

Résumés

L'article se propose d'étudier le rôle important que Bergson fait jouer à la notion de « virtuel » dans la théorie de la « perception pure » exposée dans le premier chapitre de Matière et mémoire. Cette théorie fait en effet intervenir successivement les concepts de « perception virtuelle », d'« action virtuelle », d' « image virtuelle ». Malgré les similarités qui apparaissent entre les mécanismes de la perception et de la mémoire qui s'ordonnent toutes deux autour de la sélection, décrite comme une actualisation, d'éléments préalablement donnés (images ou souvenirs), la fonction du virtuel apparaît différente ; il faut donc conclure qu'il ne constitue pas un concept unifié et cohérent, d'autant plus que Bergson emploie également ce terme pour caractériser des systèmes philosophiques ou scientifiques dont il cherche à se démarquer.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « … le même auteur qui récuse le concept de possibilité... est aussi celui qui porte au plus haut p (...)
  • 2 « Or, nous l'avons montré, la perception pure, qui serait le plus bas degré de l'esprit – l'esprit (...)
  • 3 « Ces plans ne sont pas donnés, d'ailleurs, comme des choses toutes faites, superposées les unes au (...)

1Les concepts liés à la durée, au temps, à la mémoire, sont les mieux connus de la philosophie de Bergson mais également ceux à propos desquels le rôle du virtuel a été souligné, notamment par Gilles Deleuze1. Néanmoins dans Matière et mémoire, ouvrage dans lequel Bergson fait le plus fréquemment appel à ce terme, celui-ci joue également un rôle central dans la théorie de la perception pure, objet du premier chapitre. Les trois moments de cette théorie s'organisent en effet autour de la perception virtuelle, l'action virtuelle, l'image virtuelle. Ce rôle peut paraître paradoxal dans la mesure où in fine la perception pure sera réduite à la matière2 et le virtuel caractérisé au contraire comme le mode d'existence « propre aux choses de l'esprit »3. Pourtant les deux grands axes de l'ouvrage que constituent la perception pure et la mémoire présentent des similarités en ce qu'ils s'ordonnent tous deux autour de la sélection, décrite comme une actualisation, d'éléments préalablement donnés (images ou souvenirs). La question est alors de savoir si la fonction du virtuel est analogue dans les deux cas, en d'autres termes s'il constitue un concept unifié et cohérent ou si les oppositions virtuel/actuel et virtuel/réel ne sont que des outils conceptuels à usage local. Le fait que, dans Matière et mémoire comme dans beaucoup d'autres textes, le virtuel soit utilisé pour caractériser des systèmes philosophiques ou scientifiques dont Bergson fait la critique et cherche à se démarquer incite à préférer la seconde hypothèse.

Fonction critique

2Dans son second ouvrage, Bergson s'emploie à rejeter plusieurs couples de systèmes philosophiques antinomiques, réalisme vs idéalisme, matérialisme vs spiritualisme, en repérant leurs présupposés communs. L'un de ceux du matérialisme consiste à loger au sein de la matière des puissances occultes, des virtualités, qu'il faut éliminer :

  • 4 Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 76.

« La vérité est qu'il y aurait un moyen, et un seul, de réfuter le matérialis­me : ce serait d'établir que la matière est absolument comme elle paraît être. Par là on éliminerait de la matière toute virtualité, toute puissance cachée, et les phénomènes de l'esprit auraient une réalité indépendante4. »

  • 5 Le chapitre 3 explique la formation de ce présupposé en observant que les objets matériels comporte (...)

3Les virtualités, les « vertus cachées », le « pouvoir occulte », attribués à la matière sont, au premier chef, la capacité à produire des faits de conscience5. Le meilleur moyen de réfuter le matérialisme est donc précisément celui que Bergson met en oeuvre dans les premières pages très déroutantes de son ouvrage : identifier la matière à l'ensemble des qualités sensibles, regroupées en « images », que les matérialistes en détachent. Dans une certaine mesure, c'est ce qu'avait déjà fait Berkeley :

  • 6 Henri Bergson (2009), « L'intuition philosophique », La pensée et le mouvant, Paris, PUF, p. 127. « (...)

« Ce que l'idéalisme de Berkeley signifie, c'est que la matière est coextensive à notre représentation ; qu'elle n'a pas d'intérieur, pas de dessous ; qu'elle ne cache rien, ne renferme rien ; qu'elle ne possède ni puissances ni virtualités d'aucune espèce ; qu'elle est étalée en surface et qu'elle tient tout entière, à tout instant, dans ce qu'elle donne6. »

  • 7 Expression employée par Leibniz, voir infra, note 74.

4Il est clair que, dans ce contexte, Bergson donne au terme virtualité son sens scolastique en y incluant la charge critique qu'y ont durablement attachée le mécanisme, la physique cartésienne et le rationalisme du XVIIe siècle. Mais cette critique des virtualités au sens des « puissances nues » de l'École7 est également présente dans un grand nombre d'autres textes. Une analyse similaire à celle de Matière et mémoire figure dans Le cerveau et la pensée et porte cette fois contre le réalisme :

  • 8 Henri Bergson (2009), L'énergie spirituelle, Paris, PUF, p. 194. Voir également : « Mais le réalism (...)

« Dire que la matière existe indépendamment de la représentation, c'est préten­dre que sous notre représentation de la matière il y a une cause inaccessible de cette représentation, que derrière la perception, qui est de l'actuel, il y a des pouvoirs et des virtualités cachés8. »

5Le lien entre réalisme et virtualité peut paraître surprenant. En réalité le principe de causalité tel que le conçoivent les physiciens se ramène, selon Bergson, au principe d'identité, en d'autres termes à la préexistence de l'effet dans la cause. Les pouvoirs inhérents à la matière ont donc partie liée avec une virtualité de type mathématique. En effet :

  • 9 Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 73. Voir le commentaire d'Henri Gouhier : « Pour le ph (...)

« ...la matière, telle que le réalisme la pose d'ordinaire, évolue de façon qu'on puisse passer d'un moment au moment suivant par voie de déduction mathématique9. »

6L'Essai sur les données immédiates de la conscience, qui faisait déjà l'analyse de son application à la matière par la physique empiriste et la physique cartésienne, interprétait cette virtualité mathématique comme une forme de préexistence, celle des théorèmes au sein des principes :

  • 10 Henri Bergson (2007), Essai sur les données immédiates de la conscience, Paris, PUF, p. 153-154.

« Les mathématiques nous fournissent, en effet, l'image d'une préformation de ce genre. Le même mouvement par lequel on trace une circonférence dans un plan engendre toutes les propriétés de cette figure : en ce sens, un nombre indéfini de théorèmes préexistent au sein de la définition, bien que destinés à se dérouler dans la durée pour le mathématicien qui les déduira. Il est vrai que nous sommes ici dans le domaine de la quantité pure, et que, les propriétés géométriques pouvant se mettre sous forme d'égalités, on conçoit très bien qu'une première équation, exprimant la propriété fondamentale de la figure, se transforme en une multitude indéfinie d'équations nouvelles, toutes virtuelle­ment contenues dans celle-là.10 »

  • 11 « Tout comme plusieurs effets sont virtuellement (virtute) dans la cause, les conclusions sont virt (...)
  • 12 Henri Bergson (2009), « Le possible et le réel », La pensée et le mouvant, Paris, PUF, p. 112.
  • 13 Déjà analysée dans Henri Bergson (2007), Essai sur les données immédiates de la conscience, p. 153. (...)

7Bergson se réfère ici, délibérément ou non, à une théorie scolastique de la connaissance exposée, entre autres, par Thomas d'Aquin. Dans les Questions disputées sur la vérité, pour échapper à la théorie de la réminiscence, celui-ci affirme qu'une science est virtuellement contenue dans ses principes11. La critique des virtualités que les réalistes attribuent à tort à la matière rejoint donc la critique célèbre de l'antériorité illusoire du possible par rapport au réel. Dans l'article de 1930 qui développe le plus complètement cette analyse, Bergson distingue deux sens du possible : le non impossible qui « n'est à aucun degré du virtuel » et le possible au sens de « l'idéalement préexistant »12. Tout comme la mauvaise conception du possible, la virtualité constitue donc une mauvaise conception du finalisme, entendu comme préformation de l'effet dans la cause13. Or, par opposition aux vérités mathématiques, les vérités philosophiques, comme les œuvres d'art, ne préexistent pas à leur création :

  • 14 Seconde partie de l'introduction de La pensée et le mouvant, Henri Bergson (2009), La pensée et le (...)

« Autant vaudrait dire que toute vérité est déjà virtuellement connue, que le modèle en est déposé dans les cartons administratifs de la cité, et que la philosophie est un jeu de puzzle où il s'agit de reconstituer, avec des pièces que la société nous fournit, le dessin qu'elle ne veut pas nous montrer.14 »

8Mais, curieusement, dans le même texte Bergson recourt également au virtuel pour réfuter toute antériorité du possible par rapport au réel :

  • 15 Henri Bergson (2009), La pensée et le mouvant, p. 112. Voir également : « Le possible est donc le m (...)

« L'idée, immanente à la plupart des philosophies et naturelle à l'esprit humain, de possibles qui se réaliseraient par une acquisition d'existence, est donc illusion pure. Autant vaudrait prétendre que l'homme en chair et en os provient de la matérialisation de son image aperçue dans le miroir, sous prétexte qu'il y a dans cet homme réel tout ce qu'on trouve dans cette image virtuelle avec, en plus, la solidité qui fait qu'on peut la toucher. Mais la vérité est qu'il faut plus ici pour obtenir le virtuel que le réel, plus pour l'image de l'homme que pour l'homme même, car l'image de l'homme ne se dessinera pas si l'on ne commence par se donner l'homme, et il faudra de plus un miroir15. »

9Il ne s'agit pas pour lui d'assimiler les deux notions mais d'introduire une comparaison à visée pédagogique. Une « image virtuelle » est une image produite par réflexion, par exemple celle que réalise un miroir. Dans ce modèle optique le virtuel est nécessairement second par rapport au réel, tout comme l'image est seconde par rapport à l'objet. Comme nous le verrons, la notion d'image virtuelle joue également un rôle central dans l'analyse de la perception pure.

10Dans un tout autre contexte, le virtuel est également employé à des fins critiques pour dénouer certains paradoxes relativistes. Dans Durée et simultanéité, Bergson oppose le temps réel du physicien réalisant des mesures dans un repère immobile au « temps virtuel » d'un voyageur observé depuis le repère fixe. Virtuel est à présent synonyme de fictif :

  • 16 Henri Bergson (2009), Durée et simultanéité, Paris, PUF, p. 167. L'expression « temps fictifs» figu (...)

« En y regardant de plus près, nous n'avons jamais trouvé qu'un seul Temps réel, celui du physicien qui construit la science : les autres sont des Temps virtuels, je veux dire fictifs, attribués par lui à des observateurs virtuels, je veux dire fantasmatiques.16 »

  • 17 Dans la longue note de l'introduction de La pensée et le mouvant consacrée à la théorie de la relat (...)
  • 18 « ...l'essence de la théorie de la Relativité est de mettre sur le même rang la vision réelle et le (...)

11Le temps du voyageur de Langevin est virtuel au sens où il n'est pas vécu mais seulement mesuré par un observateur distant et immobile17. L'erreur de la relativité restreinte est donc de mettre réel et virtuel sur le même plan18. La critique du temps virtuel permet à Bergson de défendre la thèse d'un temps réel unique, universel, mais aussi, paradoxalement, local et topologique, la simultanéité supposant le voisinage et la proximité ce qui, dans une certaine mesure, met une détermination temporelle sous la dépendance d'une détermination spatiale. Néanmoins, ici encore, le sens négatif côtoie le sens positif dans la mesure où le temps réel suppose certes une conscience, mais que celle-ci n'est pas nécessairement une conscience réelle :

  • 19 Henri Bergson (2009), Durée et simultanéité, p. 66.

« Tout le monde nous accordera en effet qu'on ne conçoit pas de temps sans un avant et un après : le temps est succession. Or nous venons de montrer que là où il n'y a pas quelque mémoire, quelque conscience, réelle ou virtuelle, constatée ou imaginée, effectivement présente ou idéalement introduite, il ne peut pas y avoir un avant et un après : il y a l'un ou l'autre, il n'y a pas les deux ; et il faut les deux pour faire du temps.19 »

12Ainsi les temps multiples de la relativité sont-ils virtuels au sens où ils ne peuvent pas même être conçus comme vécus par qui que ce soit :

  • 20 Henri Bergson (2009), Durée et simultanéité, p. 74.

« Mais quand Pierre attribue au système de Paul un temps ralenti, il n'envisage plus dans Paul un physicien, ni même un être conscient, ni même un être : il vide de son intérieur conscient et vivant l'image visuelle de Paul.20 »

13Dans des contextes très différents Bergson utilise donc la valeur péjorative attachée depuis le XVIIe siècle au lexique de la virtualité contre des erreurs scientifiques et philosophiques qu'il entend dénoncer, tout en lui juxtaposant un nouvel usage qu'on serait tenté de qualifier de « bergsonien ». Cet usage s'avère indispensable à sa théorie de la perception.

La perception virtuelle

  • 21 « Par exemple encore nous mélangeons souvenir et perception ; mais nous ne savons pas reconnaître c (...)
  • 22 Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 250.
  • 23 « Mais cette perception qui coïncide avec son objet, ajoutions-nous, existe en droit plutôt qu'en f (...)
  • 24 « Or, si toute perception concrète, si courte qu'on la suppose, est déjà la synthèse, par la mémoir (...)

14L'objet du premier chapitre de Matière et mémoire n'est pas la perception au sens ordinaire, qui constitue un mixte dont il faut restaurer les articulations21, mais la « perception pure », soit la perception d'un être qui serait dépourvu d'affections et de souvenirs, définie comme « le plus bas degré de l'esprit »22. Elle constitue donc une abstraction, un terme idéal, une limite, un instantané23, un élément infinitésimal de la perception concrète, laquelle fait intervenir massivement la mémoire24. Les premières pages élaborent une fiction destinée à écarter l'erreur du réalisme et du matérialisme soit, comme nous l'avons vu, l'illusion d'une matière sous-jacente à ses manifestations sensibles, en se donnant d'emblée l'ensemble de ces celles-ci sous forme d'images actuelles. Néanmoins le virtuel intervient aux trois étapes importantes de la transformation de ces images mobiles en images perçues. En premier lieu, celles-ci émergent du fond que constitue la « perception virtuelle » de toutes choses ; en second lieu, la spécialisation de la perception en la perception d'un objet déterminé et stable résulte d'une « action virtuelle » ; enfin, la perception actualisée est elle-même comparable à une « image virtuelle ». Ce rôle semble d'autant plus étonnant qu'il s'agit pour Bergson de décrire une perception totalement indépendante de la contraction que produira la mémoire et donc du rôle du virtuel dans l'analyse de celle-ci.

  • 25 Frédéric Worms (1995), Introduction, p. 54.
  • 26 « La matière se résout ainsi en ébranlements sans nombre, tous liés dans une continuité ininterromp (...)

15La perception émerge d'un champ d'images en mouvement constituant ses « données objectives »25. Ce point de départ se veut délibérément paradoxal en regard des théories classiques puisqu'il consiste en une description matérialiste de qualités sensibles analogues à celles que l'idéalisme confère à la matière, une sorte de circulation lucrétienne de corps berkeleyiens. Cette circulation n'a rien de virtuel, elle est au contraire réglée par les lois physiques, par exemple la gravitation universelle ou la loi de propagation des ondes électromagnétiques26. Elle doit donc être conçue à l'échelle de l'univers, ce qui signifie que, de proche en proche, une image est en relation avec toutes les autres :

  • 27 Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 19-20.

« Plus généralement la fiction d'un objet matériel isolé n'implique-t-elle pas une espèce d'absurdité, puisque cet objet emprunte ses propriétés physiques aux relations qu'il entretient avec tous les autres, et doit chacune de ses déterminations, son existence même par conséquent, à la place qu'il occupe dans l'ensemble de l'univers ?27 »

16La découverte de cette action réciproque constitue, aux yeux de Bergson, une avancée scientifique notable :

  • 28 Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 221.

« Bien plus, en démontrant de mieux en mieux l'action réciproque de tous les points matériels les uns sur les autres, la science revient, en dépit des apparences, comme nous allons le voir, à l'idée de la continuité universelle.28 »

  • 29 « S'il y a d'ailleurs une vérité que la science ait mise au-dessus de toute contestation, c'est cel (...)
  • 30 C'est parce que les éléments de l'univers physique sont en interaction universelle qu'ils se distin (...)
  • 31 « Toute division de la matière en corps indépendants aux contours absolument déterminés est une div (...)
  • 32 Dans une note de L'évolution créatrice, Bergson se réfère à L'évolution de la mécanique de Pierre D (...)
  • 33 Henri Bergson (2007), L'évolution créatrice, p. 187.

17L'affirmation d'une interaction généralisée est répétée et développée maintes fois dans la suite de l'ouvrage29. Elle sera encore amplifiée dans L'évolution créatrice30. Sa conséquence ultime réside dans la dissolution de la notion d'éléments matériels solides31 et dans un dépassement du mécanisme au profit d'une conception holistique, continuiste et énergétiste de l'univers physique32. Elle conduit à la proposition leibnizienne selon laquelle les corps n'ont pas de limites précises ainsi qu'à l'affirmation de la nature fluide de l'univers matériel, en dépit de la propension de l'intelligence à l'interpréter comme un agrégat d'éléments solides : « la matière, envisagée comme un tout indivisé, doit être un flux plutôt qu'une chose »33. Il en résulte que la perception s'étend, en droit, à l'univers entier qui est ainsi l'objet d'une « perception virtuelle » :

  • 34 Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 36.

« Nul psychologue, en effet, n'abordera l'étude de la perception extérieure sans poser la possibilité au moins d'un monde matériel, c'est-à-dire, au fond, la perception virtuelle de toutes choses. 34 »

18Le caractère holistique de la perception répond très exactement à la conception holistique de l'univers physique. Le parallèle entre images en mouvement et perception virtuelle ne fait que réaffirmer la fiction initiale d'une matière d'emblée parée de qualités secondes lesquelles, par définition, renvoient à une perception possible. Comme le souligne Frédéric Worms :

  • 35 Frédéric Worms (1995), Introduction, p. 53.

« si l'on suppose l'existence de quelque chose, on suppose que quelqu'un en a ou en peut avoir en droit la perception ou l'expérience. Être, c'est pouvoir être perçu. »35.

  • 36 « Selon Bergson, la perception qui est la fonction par laquelle nous communiquons directement avec (...)

19Pour faire entendre en quoi peut bien consister une perception virtuelle, Bergson en propose un modèle photographique : les images sont comparables à des photographies déjà tirées mais non encore développées ou « fixées » et qui ne pourront l'être que grâce à l'émergence d'un « centre d'activité » jouant le rôle d'écran et de révélateur. Compte tenu de son extension indéfinie, cette « perception panique », selon l'expression de Jean Beaufret36, ne saurait en effet faire l'objet d'une quelconque actualisation. Nous devons dès lors nous interroger sur son statut. Ne constitue-t-elle qu'une étape préalable, provisoire et purement théorique à la perception concrète ou subsiste-t-elle au-delà, sous la forme, par exemple, de perceptions confuses et de « petites perceptions » au sens leibnizien du terme ?

  • 37 « Mais je le répète, jusqu'où s'étend le virtuel ? Notre esprit perçoit-il virtuellement la totalit (...)
  • 38 « ...la vision qu'on a appelée toucher à distance, a été faite pour préparer et faciliter notre act (...)

20Dans la lettre à Georges Lechalas de 1897 insérée dans le compte rendu de Matière et mémoire que celui-ci avait fait paraître dans les Annales de philosophie chrétienne, Bergson laisse cette question ouverte37. Un argument en faveur de la seconde hypothèse tient néanmoins au fait que la perception actuelle comporte un horizon. Même s'il ne s'organise pas de la même manière que le champ de la perception virtuelle mais en fonction des possibilités d'action et des distances qu'elles impliquent, cet horizon est, lui aussi, doté d'une extension indéfinie et ceci pour une raison analogue, à savoir son caractère « ouvert » au sens que la topologie mathématique donne à ce terme. De même qu'une image renvoie à une autre image, une action renvoie potentiellement à une autre action. C'est la raison pour laquelle il s'étend à des objets situés au-delà de tout rayon d'action mais qui concernent néanmoins encore la connaissance, comme les étoiles38. C'est aussi la raison pour laquelle il comporte également des éléments inaperçus :

  • 39 Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 160.

« L'espace nous fournit donc ainsi tout d'un coup le schème de notre avenir prochain ; et comme cet avenir doit s'écouler indéfiniment, l'espace qui le symbolise a pour propriété de demeurer, dans son immobilité, indéfiniment ouvert. De là vient que l'horizon immédiat donné à notre perception nous paraît nécessairement environné d'un cercle plus large, existant quoique inaperçu, ce cercle en impliquant lui-même un autre qui l'entoure, et ainsi de suite indéfiniment.39 »

21Dans un tout autre registre, c'est également par son extension que, selon Bergson, la perception de l'artiste s'apparente à la perception virtuelle du premier chapitre de Matière et mémoire :

  • 40 « Première conférence sur la perception du changement », Henri Bergson (1972), Mélanges, textes pub (...)

« La perception de l'artiste se rapproche de la perception d'un point matériel inconscient quelconque qui, dans son instantanéité est infiniment plus vaste et plus complète que la nôtre, puisque ce point recueille et transmet les actions de tous les points du monde matériel, tandis que notre conscience n'en atteint que certaines parties par certains côtés40. »

22Enfin, la thèse d'une perception virtuelle subsistant au-delà de la perception actualisée est évoquée par Bergson dans la conférence intitulée « Fantômes de vivants » prononcée devant la Société de recherche psychique de Londres :

  • 41 Henri Bergson (2009), L'énergie spirituelle, p. 77-78.

« Mais ce que je dis de la mémoire serait aussi vrai de la perception. Je ne puis entrer ici dans le détail d'une démonstration que j'ai tentée autrefois : qu'il me suffise de rappeler que tout devient obscur, et même incompréhensible, si l'on considère les centres cérébraux comme des organes capables de trans­former en états conscients des ébranlements matériels, que tout s'éclaircit au contraire si l'on voit simplement dans ces centres (et dans les dispositifs sensoriels auxquels ils sont liés) des instruments de sélection chargés de choisir, dans le champ immense de nos perceptions virtuelles, celles qui devront s'actualiser. Leibniz disait que chaque monade, et par conséquent, a fortiori, chacune de ces monades qu'il appelle des esprits, porte en elle la représentation consciente ou inconsciente de la totalité du réel. Je n'irais pas aussi loin ; mais j'estime que nous percevons virtuellement beaucoup plus de choses que nous n'en percevons actuellement, et qu'ici encore le rôle de notre corps est d'écarter de la conscience tout ce qui ne nous serait d'aucun intérêt pratique, tout ce qui ne se prête pas à notre action41. »

23Il ne s'agit plus ici de l'abstraction théorique que constitue la perception pure mais de la perception concrète. Dans ce contexte, la perception virtuelle, appuyée sur l'autorité leibnizienne, est évoquée pour justifier la possibilité de phénomènes relevant des « recherches psychiques ».

  • 42 Pierre Maine de Biran (1990), « Exposition du système de Leibniz », Oeuvres XI,1 Commentaires et ma (...)

24Ces références répétées à la monadologie leibnizienne peuvent sembler curieuses. Outre que Bergson rejette la thèse idéaliste de l'harmonie préétablie qui constitue pourtant le fondement métaphysique de la relation entrexpressive entre les monades, le schéma leibnizien s'oppose à celui de Bergson. D'une part l'entrexpression monadique est une relation pleinement actuelle ; d'autre part c'est en tant qu'elle est un centre, un situs, qu'une monade entretient des relations entrexpressives avec l'ensemble des autres : elle ne représente l'univers que de son point de vue. Au contraire, pour Bergson, l'apparition d'un centre d'activité s'accompagne d'une limitation du champ de la perception. Pour résoudre ce paradoxe, nous pouvons remarquer que la thèse leibnizienne de la monade miroir de l'univers a attiré l'attention de plusieurs philosophes français entretenant, à un titre ou un autre, une proximité avec Bergson. « C'est une idée aussi belle que vraie et profonde que dans l'ensemble de la création chaque être individuel doit avoir des rapports avec tous les autres à l'infini » déclare Maine de Biran42. Jules Lachelier défend également la thèse d'une perception virtuelle d'inspiration leibnizienne :

  • 43 Jules Lachelier (1993), Du fondement de l'induction, introduction et commentaires de Thierry Leterr (...)

« On pourrait donc, ce semble, se borner à reconnaître que les phénomènes ou, ce qui revient au même pour nous, nos propres sensations, possèdent, en dehors de leur existence actuelle, une sorte d'existence virtuelle, c'est-à-dire que, lors même que nous ne les éprouvons pas, nous pourrions les éprouver si nous étions placés dans des conditions convenables de lieu et de temps. On pourrait même supposer, avec Leibniz, qu'aucun phénomène n’est jamais absolument exclu de notre conscience et que, non seulement les parties les plus petites ou les plus éloignées de l'univers sont représentées en nous par quelques perceptions insensibles, mais que le passé et l’avenir nous sont en quelque sorte présents, soit par les traces des perceptions passées qui se mêlent à nos perceptions actuelles, soit par le germe des perceptions futures qu'un œil plus perçant que le nôtre pourrait découvrir dans ces mêmes perceptions43. »

  • 44 En particulier dans son Mémoire sur les perceptions obscures, discours prononcé en 1807 devant la S (...)
  • 45 « On peut dire que Dieu, qui connaît les rapports nécessaires d'un seul être avec toute la création (...)
  • 46 « Composez l'univers avec des atomes : dans chacun d'eux se font sentir, en qualité et en quantité, (...)
  • 47 « La Philosophie française », Henri Bergson (2011), Écrits philosophiques, p. 464-466.

25Ce texte opère un glissement entre la thèse métaphysique de la monade miroir de l'univers et la théorie des « petites perceptions », à laquelle Maine de Biran avait par ailleurs attaché la plus grande attention44 et qu'on peut interpréter dans un sens psychologique. Par ailleurs, du fait de la symétrie que Leibniz introduit entre le temps et l'espace en tant qu'ils ne sont que deux ordres de phénomènes, le contenu des « perceptions insensibles » peut résider aussi bien en des déterminations spatialement que temporellement distantes. Le modèle est donc disponible aussi bien pour une analyse de la perception que de la mémoire. L'interprétation de la thèse de la monade miroir de l'univers en termes de perception virtuelle ne figure pas dans les textes de Leibniz lui-même mais est suggérée par Maine de Biran dans son Exposition du système de Leibniz45. C'est vraisemblablement l'attention que lui accordent quelques représentants éminents de la philosophie française qui pousse Bergson à déclarer la thèse d'une interaction universelle « admise de tous »46 et à la rattacher à son tour à Leibniz. S'il en est ainsi, il s'agit d'une illustration concrète de sa propre déclaration reconnaissant à Maine de Biran le rôle d'inspirateur 47.

  • 48 Henri Bergson (1972), Mélanges, p. 412. Selon Jean Beaufret : « Ainsi la mémoire, exactement comme (...)
  • 49 « Nos perceptions, actuelles et virtuelles, s'étendent le long de deux lignes, l'une horizontale AB (...)
  • 50 Jean Hyppolite (1950), « Le bergsonisme et l'existentialisme », Actas del Primer Congreso Nacional (...)

26Si nous envisageons à présent l'économie générale de Matière et mémoire, la perception virtuelle fait pendant, sur l'axe de la perception pure, aux « souvenirs virtuels » sur l'axe de la mémoire. La réponse à Georges Lechalas établit ainsi un rapprochement entre le champ de souvenirs inconscients et celui entourant notre perception actuelle48. En effet la volonté de Bergson est d'établir un parallèle entre les deux axes, de façon à définir la perception concrète comme leur point d'intersection49. Enfin, au-delà de Matière et mémoire, la thèse d'une perception d'extension universelle correspond à une inspiration profonde du bergsonisme qui, selon Jean Hyppolite, « laisse la conscience se prolonger et s'étendre à tout l'univers »50. Elle n'est pourtant pas propre à Bergson mais apparaît comme un héritage éloigné de la monade-miroir leibnizienne, transmis par les philosophes spiritualistes et traduit dans le lexique de la virtualité.

L'action virtuelle

  • 51 L'action permet de passer des images aux objets, un objet n'est qu'une « image moyenne » relativeme (...)
  • 52 Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 261.

27L'interaction et la circulation universelles des images considérées en elles-mêmes ne permettent pas de délimiter des corps, lesquels constituent autant de systèmes isolés. Seule est capable de le faire la perspective d'une action permettant de distinguer des objets51. Les contours qu'ils nous présentent marquent ce que nous en pouvons atteindre et modifier. C'est en ce sens que la perception n'est pas une représentation des choses elles-mêmes mais de notre « action virtuelle » sur elles. Celle-ci ouvre donc un second moment dans l'actualisation des perceptions, celui de la sélection des images. Le rôle de ce concept est donc central, au point que Bergson va jusqu'à l'identifier à la perception  : « cette action virtuelle des choses sur notre corps et de notre corps sur les choses est notre perception même.52 »

  • 53 « Au lieu de partir de l'affection, dont on ne peut rien dire puisqu'il n'y a aucune raison pour qu (...)

28La perception n'est donc ni le résultat d'une affection ni la réponse à un objectif spéculatif mais l'aboutissement d'une logique d'action : il faut « partir de l'action »53. Les conséquences négatives d'une conception cognitiviste de la perception, notamment la réduction du souvenir à une perception affaiblie, apparaissent dans le chapitre 3 :

  • 54 Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 151-152.

« Mais l'illusion qui consiste à n'établir entre le souvenir et la perception qu'une différence de degré [...] repose, en dernière analyse, sur une fausse idée de la nature et de l'objet de la perception extérieure. On ne veut voir dans la perception qu'un enseignement s'adressant à un pur esprit, et d'un intérêt tout spéculatif.54 »

  • 55 Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 58. Comprenons, par exemple, que notre corps ne peut p (...)

29Par ailleurs le concept d'une action virtuelle s'opposant à l'action réelle traduit l'opposition entre perception et affection : « Nos sensations sont donc à nos perceptions ce que l'action réelle de notre corps est à son action possible ou virtuelle55. »

  • 56 Frédéric Worms (1995), Introduction, p. 31-32.
  • 57 Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 35.

30Frédéric Worms souligne le rôle analytique de la logique de l'action faisant passer des images aux objets56. Du fait de la variété des besoins corporels, la diversité des actions possibles révèle les facettes des objets correspondant aux différentes prises qu'ils offrent. L'objectivité naît des nécessités de l'action. Mais la relation entre un sujet actif et les objets sur lesquels il est susceptible d'agir est réciproque : les objets sur lesquels un centre d'activité peut influer sont également ceux qui sont susceptibles d'agir sur lui, l'action virtuelle est dont indifféremment celle des objets sur le corps et celle du corps sur les objets : « Les objets ne feront qu'abandonner quelque chose de leur action réelle pour figurer ainsi leur action virtuelle, c'est-à-dire, au fond, l'influence possible de l’être vivant sur eux57. »

  • 58 « C'est donc le lieu de passage des mouvements reçus et renvoyés, le trait d'union entre les choses (...)
  • 59 Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 199.

31Une action virtuelle ne naît donc pas ex nihilo mais succède à une action initiale bien réelle des objets sur le corps, lequel peut être défini comme un « trait d'union » entre les choses qui agissent sur moi et les choses sur lesquelles j'agis58 : « notre perception, qui mesure justement notre action virtuelle sur les choses, se limite ainsi aux objets qui influencent actuellement nos organes et préparent nos mouvements.59 »

  • 60 « Nous disions que les corps bruts sont taillés dans l'étoffe de la nature par une perception dont (...)
  • 61 « L'actualité de notre perception consiste donc dans son activité, dans les mouvements qui la prolo (...)
  • 62 Voir Frédéric Worms (1995), Introduction, p. 54.

32Ce même schéma est réaffirmé dans L'évolution créatrice60. Il recèle pourtant un paradoxe. Si, comme le souligne Bergson, l'activité constitue « l'actualité de notre perception »61, comment peut-elle le faire en demeurant elle-même virtuelle62 ?

  • 63 « Qu'est-ce à dire, sinon que ma perception dessine précisément dans l'ensemble des images, à la ma (...)
  • 64 Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 36.

33Le premier élément de réponse consiste à voir dans l'action virtuelle ni plus ni moins qu'une action possible, ce à quoi nous invite Bergson en traitant le plus souvent les deux expressions comme synonymes63. Le possible constitue en effet ici un chaînon indispensable. Pour ouvrir le champ de l'objectivité, l'activité ne suffit pas. Encore faut-il qu'elle ne se limite pas à une réactivité, en d'autres termes que les actions puissent être différées et donc demeurer simplement éventuelles, en attente d'un choix. Pour qu'une photographie se « révèle », il faut un écran qui la fixe, soit un centre, un point de vue défini à la fois par sa situation et sa capacité d'action, or ce sont d'abord les « zones d'indétermination » qui servent d'écran : « Nos 'zones d'indétermination' joueraient en quelque sorte le rôle d'écran. Elles n'ajoutent rien à ce qui est ; elles font seulement que l'action réelle passe et que l'action virtuelle demeure64. »

  • 65 « En approfondissant ce point, on trouverait que la conscience est la lumière immanente à la zone d (...)
  • 66 « Ma croyance à un intervalle réel, et par suite à une distinction entre P et moi, n'est donc d'abo (...)

34Dans ce schéma, c'est bien le temps de l'action différée, le délai dont dispose le corps pour répondre à un mouvement extérieur, le retard entre l'action possible et l'action réalisée, ou encore, selon une expression de L'évolution créatrice, leur « différence arithmétique »65, qui ouvrent l'espace de la perception et font émerger la notion même de distance qui est bien plus une idée tactile que visuelle66. Il est donc essentiel que l'action du corps sur les objets perçus non seulement soit possible, mais le demeure, et c'est parce qu'elle le demeure que les objets apparaissent distants. L'évolution créatrice généralisera cette thèse en l'étendant à l'ensemble du règne animal :

  • 67 Henri Bergson (2007), L'évolution créatrice, p. 180.

« Dans toute l'étendue du règne animal, disions-nous, la conscience apparaît comme proportionnelle à la puissance de choix dont l'être vivant dispose. Elle éclaire la zone de virtualités qui entoure l'acte. Elle mesure l'écart entre ce qui se fait et ce qui pourrait se faire.67 »

  • 68 « Dans ses réflexions sur le possible, Bergson est loin, justement, de repousser tout usage de ce c (...)

35Selon Matthias Vollet, le possible désigne ici la planification dans un contexte d'action68. Ce serait donc une erreur de lui associer une connotation négative, tout comme ce serait une erreur d'associer au virtuel une connotation exclusivement positive. Peut-on néanmoins préciser l'apport du vocabulaire de la virtualité dans ce contexte ?

  • 69 « Tout se passe comme si un large courant de conscience avait pénétré dans la matière, chargé, comm (...)
  • 70 « Car si ces corps ont pour objet de recevoir des excitations pour les élaborer en réactions imprév (...)
  • 71 « Le paradoxe bergsonien consiste à tirer de la complexité croissante des réflexes nerveux, non pas (...)

36Dans la zone d'indétermination où se situent nos actions possibles, celles-ci ne sont pas juxtaposées comme le seraient des possibilités prédéfinies, mais s'interpénètrent69. Les réactions du corps sont « imprévues »70; leur indétermination est proportionnelle à leur complexité, soit à la complexité du système nerveux qui les élabore71. Possible et virtuel ne désignent pas ici du prédéterminé, du « tout fait ». Les images à portée du corps lui renvoient son influence éventuelle ; mais tant que ses réactions ne sont pas élaborées, tant que le choix n'est pas arrêté, et même si ses objets sont projetés dans l'espace, ce choix enveloppe une multiplicité de type qualitatif. Nous pouvons donc faire l'hypothèse que le syntagme « action virtuelle » désigne une diversité d'actions non encore nettement différenciées, dont les contours demeurent flous.

  • 72 « ...par notre faculté de percevoir, et plus particulièrement de voir, nous rayonnons bien au-delà (...)

37Un autre élément de réponse tient au caractère ouvert et indéfini de l'horizon sur lequel se détache toute perception. Comme nous l'avons vu, cet horizon s'élargit en proportion de la complexité du cerveau mais finit par s'étendre à des objets hors de portée, sur lesquels toute action devient impossible et qui concernent moins l'action que la connaissance72. Le champ de la perception comporte donc des actions irréalisables et l'on peut penser que le virtuel signifie cette impossibilité.

38Mais une troisième piste se présente à nous. Revenant sur son ouvrage dans la seconde partie de l'introduction de La pensée et le mouvant, Bergson définit l'action virtuelle comme une puissance :

  • 73 Henri Bergson (2009), La pensée et le mouvant, p. 61.

« L'explication ne serait pleinement satisfaisante, il est vrai, que si elle disait aussi pourquoi notre perception cueille, dans le champ immense des fréquences, ces fréquences déterminées qui seront les diverses couleurs, – pourquoi d'abord elle en cueille, pourquoi ensuite elle cueille celles-là plutôt que d'autres. À cette question spéciale nous avons répondu jadis en définissant l'être vivant par une certaine puissance d'agir déterminée en quantité et en qualité : c'est cette action virtuelle qui extrait de la matière nos perceptions réelles, informations dont elle a besoin pour se guider, condensations, dans un instant de notre durée, de milliers, de millions, de trillions d'événements s'accomplissant dans la durée énormément moins tendue des choses ;73 »

  • 74 « En effet, la force active se distingue de la puissance nue que connait d'ordinaire l'Ecole en ce (...)
  • 75 Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 76.
  • 76 « ...les configurations motrices du cerveau ne font donc pas que symboliser, elles esquissent des r (...)
  • 77 « Mais toute perception se prolonge en action naissante ; et à mesure que les images, une fois perç (...)
  • 78 Céline Lefève (2003), Maine de Biran et Bergson. Science et philosophie. La question de la psycholo (...)
  • 79 Pierre Maine de Biran (2000), Mémoire sur la décomposition de la pensée, éd. F. Azouvi, Paris, Vrin (...)
  • 80 Dans ses Institutions de physique, Emilie du Châtelet baptise « force virtuelle » la force morte, q (...)

39Le concept d'action virtuelle n'est donc pas complètement étranger à l'ancienne virtus. Il ne faut cependant pas la réduire à la « pure puissance » coupée de toute actualisation à laquelle Leibniz oppose son propre concept de force74. Comme la force leibnizienne, l'action virtuelle n'est pas séparable d'un commencement d'actualisation. Le corps ne peut anticiper une action qu'en l'amorçant. Les actions virtuelles sont des « actions naissantes » : « montrons, dans la perception pure, un système d'actions naissantes qui plonge dans le réel par ses racines profondes. »75 Du fait de sa matérialité le cerveau ne saurait « représenter » quoi que ce soit sinon en l'esquissant76. Le mouvement des images ne saurait produire que du mouvement. Entre les actions possibles et les actions réelles, le système nerveux interpose une arborescence d'actions entamées. Le deuxième chapitre de Matière et mémoire avance divers exemples de telles actions intervenant, selon Bergson, dans les mécanismes de reconnaissance ainsi que dans la perception attentive. Des mouvements de répétition silencieuse doivent s'amorcer pour assurer la compréhension de ce qu'on nous dit ; on répète intérieurement les sons entendus. On pourrait objecter que ces exemples font intervenir la mémoire et que l'action naissante succède ici à la perception au lieu de la précéder77. Il reste qu'une telle « défi­nition motrice de la perception »78 a déjà été adoptée par Maine de Biran, dont Bergson retrouve certaines analyses. Pour Maine de Biran, la perception est active ; il faut chanter pour apprendre à écouter et, plus généralement, chaque perception comporte un contrepoint dynamique79. Mais si les actions virtuelles désignent des actions naissantes, elles s'exposent aux ambiguïtés qui caractérisent les mouvements infiniment petits, les efforts, les tendances et autres manifestations subtiles de la « force virtuelle » dans la mécanique du XVIIIe siècle80.

  • 81 Le résumé de l'ouvrage renferme une explicitation de la notion d'action virtuelle : « mais ce qui s (...)

40En réalité Bergson ne tranche pas entre les différentes interprétations possibles de l'action virtuelle qui peut correspondre, selon ses propres termes, aussi bien à une action commencée qu'à une action préparée ou suggérée81. Tout se passe comme s'il mettait délibérément à profit le flou entourant le lexique de la virtualité en en faisant un usage rhétorique.

L'image virtuelle

41À ces diverses significations (le possible, la puissance, le mouvement naissant) le troisième moment de la théorie de la perception pure ajoute une signification optique. Les actions virtuelles du corps s'insèrent en effet dans un mécanisme de réflexion produisant une « image virtuelle » :

  • 82 Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 34-35.

« Quand un rayon de lumière passe d'un milieu dans un autre, il le traverse généralement en changeant de direction. Mais telles peuvent être les densités respectives des deux milieux que, pour un certain angle d'incidence, il n'y ait plus de réfraction possible. Alors se produit la réflexion totale. Il se forme du point lumineux une image virtuelle, qui symbolise, en quelque sorte, l'impos­sibilité où sont les rayons lumineux de poursuivre leur chemin. La perception est un phénomène du même genre. Ce qui est donné, c'est la totalité des images du monde matériel avec la totalité de leurs éléments intérieurs. Mais si vous supposez des centres d'activité véritable, c'est-à-dire spontanée, les rayons qui y parviennent et qui intéresseraient cette activité, au lieu de les traverser, paraîtront revenir dessiner les contours de l'objet qui les envoie. Il n'y aura rien là de positif, rien qui s'ajoute à l'image, rien de nouveau. Les objets ne feront qu'abandonner quelque chose de leur action réelle pour figurer ainsi leur action virtuelle, c'est-à-dire, au fond, l'influence possible de l’être vivant sur eux. La perception ressemble donc bien à ces phénomènes de réflexion qui viennent d'une réfraction empêchée; c'est comme un effet de mirage.82 »

  • 83 Voir Gérard Simon (1996), « De la reconstitution du passé scientifique », Sciences et savoirs aux X (...)
  • 84 Les expressions « foyer virtuel » et « image virtuelle » sont introduites par Claude Dechales, dans (...)
  • 85 Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 59.
  • 86 « Mais ce dedans, loin d'être une intériorité qualitative et intensive est encore un espace physiqu (...)
  • 87 Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 56.
  • 88 Lorsque la lumière passe d'un milieu plus réfringent dans un autre moins réfringent, par exemple du (...)

42La notion d'image virtuelle, lointaine conséquence des découvertes optiques de Kepler83, est apparue dans l'optique géométrique à la fin du XVIIe siècle pour traduire le caractère fictif ou imaginaire de l'image produite par réflexion dans un miroir, par opposition aux « images réelles » produites par réfraction84. Une image virtuelle fait miroiter un objet là où il n'est pas ; ce dernier est virtuel dans la mesure où il apparaît à l'observateur dans le prolongement de son propre regard et des rayons lumineux convergents qui lui parviennent en provenance de la surface réfléchissante. Comme l'écrit Bergson, il s'agit d'un mirage. Dans le premier chapitre de Matière et mémoire, elle permet en premier lieu de concrétiser l'opposition entre perception pure et affection, que Bergson définit comme « ce que nous mêlons de l'intérieur de notre corps à l'image des corps extérieurs »85. La première est en effet indépendante non seulement de la mémoire mais aussi des sensations internes. Selon Bergson, celles-ci naissent des images traversant le corps en subissant une réfraction analogue à celle que subit un rayon lumineux passant d'un milieu dans un autre. Cette réfraction s'accompagne d'une forme de spatialisation. Tout comme la réfraction entraîne une décomposition des rayons lumineux en fonction de leur couleur, elle entraîne ici une dispersion différentielle des images dans l'intériorité du corps86, même si les affections sont d'abord de nature dynamique – Bergson voyant, par exemple, dans la douleur « une espèce de tendance motrice sur un nerf sensible »87 – ce qui rend leur localisation imprécise. Au contraire, les images perçues sont réfléchies par le centre d'activité et renvoyées vers leur source. Affections et perception pure constituent deux cas limites abstraits qui, dans la perception ordinaire, sont toujours mêlés et inséparables, exactement comme la réfraction et la réflexion dans la plupart des phénomènes optiques : un dispositif optique comme un prisme associe les deux phénomènes, mais surtout un même rayon lumineux rencontrant une surface sera, selon son angle d'incidence, ou bien réfracté ou bien réfléchi en vertu du phénomène de « réflexion totale » que Bergson décrit en détail88. Le corps agit donc comme un prisme doté d'un pouvoir réfractant et d'un pouvoir réfléchissant : selon les images qui lui parviennent, sa surface joue à la fois comme un dioptre et comme un miroir.

  • 89 Frédéric Worms (1995), Introduction, p. 57.

43Cependant la réflexion ne s'oppose pas seulement à la réfraction ; elle s'oppose également à un autre phénomène optique susceptible d'inspirer une mauvaise compréhension de la perception, la projection. Une explication erronée de la perception, qui revient à en faire une sorte d'hallunication, est répandue parmi les psychologues dont Bergson entend se démarquer. Ce qui n'est qu'une sélection leur apparaît à tort comme une projection émanant d'un sujet. Bergson entend montrer qu'une image perçue n'est pas « projetée » dans l'espace à partir du centre mais qu'elle se situe d'emblée dans l'espace. Or précisément le propre d'une image virtuelle est non seulement d'être localisée dans l'espace mais d'ouvrir son propre espace, recouvrant l'espace ordinaire et se substituant à lui. La conscience de l'être vivant apparait comme source de la lumière, alors qu'elle n'est que miroir ou prisme. Comme le montre Frédéric Worms, l'objectif de Bergson dans tout le chapitre est de s'opposer à la théorie de la « perception-hallucination » et de déconstruire « l'apparence d'une apparence »89.

44Cette erreur est loin d'être arbitraire et Bergson s'emploie à en reconstituer la genèse. Elle résulte d'une mauvaise compréhension du rôle que le cerveau joue réellement dans la perception :

  • 90 Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 78. Voir également : « les centres perceptifs du cerve (...)

« la perception pure porte par définition sur des objets présents, action­nant nos organes et nos centres nerveux, et [...] tout se passera toujours par conséquent comme si nos perceptions émanaient de notre état cérébral et se projetaient ensuite sur un objet qui diffère absolument d'elles.90 »

  • 91 Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 15-16. Voir également : « … nous avons considéré le Co (...)
  • 92 Dans sa réponse à l'article de W. B. Pitkin « James et Bergson », celui-ci écrit : « Nos sens, braq (...)
  • 93 Voir supra, note 66.

45Au mouvement unilatéral du centre vers la périphérie que constitue une projection, la rélexion oppose un double mouvement ayant pour origine les images elles-mêmes. Ce double mouvement traduit, dans le registre optique, la réciprocité de l’interaction physique entre le corps et les objets, qui sont indifféremment ceux sur lesquels il peut agir et ceux qui agissent sur lui, au point que certaines formulations de Bergson laissent entendre que la réflexion pourrait tout aussi bien se produire dans les objets eux-mêmes : « Les objets qui entourent mon cops réfléchissent l’action possible de mon corps sur eux »91. Toutefois, dans le cas particulier de la relation entre le cerveau et les images, l’interaction n’est pas un pur réflexe mécanique instantané. La réflexion s’accompagne d’une suspension dans la mesure où ce qui est renvoyé vers sa source n’est plus une image mais une action, non pas réelle mais virtuelle92. Il existe donc une forte dépendance conceptuelle entre action et image virtuelles. C’est en effet la perspective de l’action qui introduit la spatialisation, la distance et toute possibilité de localisation. Le centre renvoie vers leurs sources les images qui correspondent à une action possible et qui seules sont sélectionnées et révélées grâce à une sorte de « matching ». Dans sa réponse à Georges Lechalas, Bergson explique que l’idée de distance n’est pas, pour paraphraser Berkeley, une idée visuelle mais une idée tactile93. C’est l’action en attente qui tient à distance son objet. L’image virtuelle à laquelle Bergson fait ici référence apparaît donc très différente de l’image virtuelle au sens rigoureux de l’optique géométrique, notamment en ce que cette dertnière introduit une localisation illusoire de son objet, alors qu’à la différence d’une image réfractée, l’image réfléchie, au sens où l’entend Bergson, n’introduit aucune distorsion ou déformation mais coïncide avec son objet. Mais si tel est le cas, c’est précisément parce qu’il n’existe au préalable aucun autre espace de référence et la puissance de la comparaison résulte de la capacité de l’image virtuelle à créer son propre espace.

46Cela ne signifie pas que la perception pure ne comporte aucun élément fictif. Nous avons déjà observé que Bergson corrige le modèle optique traditionnel de l'image virtuelle par le modèle photographique d'un cliché en attente de développement. La perception consiste en la fixation d'une image flottante en quête de support. Mais précisément, cette transformation d'images mobiles en objets permanents et stables constitue un artifice. Immobiliser une image c'est en même temps l'isoler du flux des interactions physiques. La seconde partie de l'introduction de La pensée et le mouvant est ici très éclairante :

  • 94 Henri Bergson (2009), La pensée et le mouvant, p. 74. Une remarque de L'évolution créatrice va dans (...)

« Il faut ajouter que notre perception procède elle-même selon cette philosophie. Elle découpe, dans la continuité de l'étendue, des corps choisis précisément de telle manière qu'ils puissent être traités comme invariables pendant qu'on les considère94 ».

47Une image virtuelle s'apparente donc aux coupes immobiles et instantanées réalisées sur un mouvement or Bergson ne cesse de mettre en évidence les limites d'une telle reconstitution illusoire qu'imposent les nécessités de l'action et que pratique l'analyse mathématique. Les images auxquelles aboutit la perception pure sont donc virtuelles au sens où elles sont abstraites et pas seulement au sens où elles seraient produites par un dispositif réfléchissant, Bergson allant jusqu'à assimiler le mécanisme de réflexion à un artifice heuristique :

  • 95 Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 33-34.

« [les êtres vivants] se laisseront traverser, en quelque sorte, par celles d'entre les actions extérieures qui leur sont indiffé­rentes ; les autres, isolées, deviendront 'perceptions' par leur isolement même. Tout se passera alors pour nous comme si nous réfléchissions sur les surfaces la lumière qui en émane, lumière qui, se propageant toujours, n'eût jamais été révélée.95 »

48De l'aveu de Bergson lui-même il ne faut donc pas accorder à la métaphore de l'image virtuelle une trop grande consistance conceptuelle. Il est vraisemblable que son intervention dans l'analyse de la perception pure obéit surtout à des raisons de symétrie. Le mécanisme complet de la perception concrète, dont la perception pure n'est qu'une composante théorique, repose en effet sur la mémoire, or ce sont au premier chef les souvenirs qu'il faut rapprocher des images virtuelles, ce qui conduit à reclasser l'ensemble de la perception dans la sphère de l'actualité :

  • 96 Henri Bergson (2009), L'énergie spirituelle, p. 136.

« Disons donc, comme nous l'expliquions dans Matière et mémoire qu'il [le souvenir] est à la perception ce que l'image aperçue derrière le miroir est à l'objet placé devant lui. L'objet se touche aussi bien qu'il se voit ; il agira sur nous comme nous agissons sur lui ; il est gros d'actions possibles, il est actuel. L'image est virtuelle et, quoique semblable à l'objet, incapable de rien faire de ce qu'il fait. Notre existence actuelle, au fur et à mesure qu'elle se déroule dans le temps, se double ainsi d'une existence virtuelle, d'une image en miroir. Tout moment de notre vie offre donc deux aspects : il est actuel et virtuel, perception d'un côté et souvenir de l'autre. Il se scinde en même temps qu'il se pose.96 »

49De même, c'est seulement la « perception distincte et attentive » et non la perception pure qui met en oeuvre une véritable réflexion :

  • 97 Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 112.

« Mais toute perception attentive suppose véritablement, au sens étymologique du mot, une réflexion, c'est-à-dire la projection extérieure d'une image activement créée, identique ou semblable à l'objet, et qui vient se mouler sur ses contours. Si, après avoir fixé un objet, nous détournons brusquement notre regard, nous en obtenons une image consécutive : ne devons-nous pas supposer que cette image se produisait déjà quand nous le regardions ? 97 »

50Observons qu'en démultipliant les images virtuelles, la perception attentive fait naître un phénomène nouveau en les insérant dans un circuit. Elle s'appuie en effet sur une série indéfinie d'allers et retours entre une image perçue et un ensemble de souvenirs s'élargissant proportionellement aux sections d'un cône. Ce qui est donné virtuellement n'est plus une image unique reproduisant les contours précis d'un objet mais une série d'images qui s'en éloignent de plus en plus :

  • 98 Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 112-113.

« Mais derrière ces images identiques à l'objet, il en est d'autres, emmagasinées dans la mémoire, et qui ont simple­ment avec lui de la ressemblance, d'autres enfin qui n'ont qu'une parenté plus ou moins lointaine98. »

  • 99 Bergson compare l'esprit attentif à un télégraphiste « qui, en recevant une dépêche importante, la (...)

51Entre l'image perçue et les souvenirs les échanges sont incessants, de sorte que cette circulation ne correspond ni au schéma optique classique ni au modèle photographique mais plutôt à celui d'un circuit électrique fermé ou encore à une boucle de rétroaction au sein d'un dispositif de télécommunication99. L'image virtuelle dans la perception pure semble donc le résultat d'une inférence à partir des images virtuelles que constituent les souvenirs. Le modèle optique et photographique qui la sous-tend ne constitue qu'un préalable et il faut se référer à l'analyse de la mémoire pour bien comprendre son rôle. Tout se passe comme si, dans le premier chapitre de Matière et mémoire, elle annonçait l'analyse de la perception concrète et attentive.

Conclusion

  • 100 Selon Jean Beaufret, « Bergson interprète donc la vie de l'esprit par rapport à deux virtualités sy (...)
  • 101 Dans son Discours sur les lois de la communication du mouvement Jean Bernoulli introduit la « vites (...)
  • 102 Voir Marc Parmentier (2016), « Maine de Biran, Leibniz et le virtuel », Methodos 16, 2016 (http://m (...)
  • 103 « le virtuel, grand équivoque dans l’économie des concepts de Bergson », Matthias Vollet (2008), «  (...)

52Dans l'ouvrage de Bergson l'analyse de la perception pure et celle de la mémoire constituent deux axes tout à la fois orthogonaux et symétriques100, c'est la raison pour laquelle le virtuel joue un rôle central dans l'une et dans l'autre. Ceci ne suffit pourant pas à en faire un concept bien unifié. Ses emplois sont au contraire très divers, Bergson jouant sur les connotations tantôt négatives tantôt positives du lexique de la virtualité, selon que celui-ci désigne les concepts scolastiques discrédités ou ceux inventés par les physiciens. À la fin du XVIIe siècle, les notions d'image virtuelle et d'objet virtuel sont introduites en optique ; au XVIIIe siècle Daniel Bernoulli invente la notion de « vitesse virtuelle »101 qui ne tarde pas à se transformer en « force virtuelle », dont l'usage glisse de la physique à la métaphysique sous la plume de Maine de Biran102. Observons que ces deux modèles de la virtualité s'opposent : dans la science du mouvement, la force préexiste à ses effets, le virtuel est antérieur à l'actuel ; en optique, l'image est seconde par rapport à l'objet, le virtuel dérive du réel, ce qui révèle que la virtualité ne constitue pas un concept unifié dans le champ de la physique elle-même. Or, selon les contextes, Bergson utilise tantôt l'une tantôt l'autre des deux séquences possibles. Selon Matthias Vollet, le concept de virtuel demeure équivoque103. Si le possible possède plusieurs sens chez Bergson, il en va de même du virtuel.

  • 104 Voir supra, note 3.
  • 105 « C'est ainsi que les idées et les vérités nous sont innées comme des inclinations, des disposition (...)
  • 106 « ce flot qui monte est conscience, et, comme toute conscience, il enveloppe des virtualités sans n (...)
  • 107 « Si l'instinct est, par excellence, la faculté d'utiliser un instrument naturel organisé, il doit (...)

53Notons enfin que, si sa fonction essentielle dans Matière et mémoire est de caractériser les « choses de l'esprit »104, il s'agit des choses de l'esprit saisies dans leur proximité avec la matière et la corporéité et donc rattachées in fine à l'actualité. L'originalité du couple virtuel/actuel dans son sens post-scolastique, illustré notamment par Leibniz pour qui toute virtualité s'accompagne d'une actualisation105, est en effet la continuité entre les deux termes, la transition toujours possible de l'un à l'autre. Ainsi, dans les dernières pages du livre, la présence d'un élément virtuel dans la perception actuelle traduit la multiplicité des zones de contact entre la matière et l'esprit. Il existe plusieurs plans d'interaction virtuel/actuel tout comme il existe plusieurs plans de conscience. La même observation s'applique à l'Évolution créatrice. Le lexique de la virtualité permet ici encore de caractériser la conscience106 mais aussi d'indiquer la parenté entre les deux tendances auxquelles donne lieu le déploiement de l'élan vital, la présence insistante de l'une dans l'autre. Ainsi définir l'instinct comme faculté d'utiliser un instrument revient à distinguer en lui la présence d'une connaissance virtuelle107. Plus généralement, selon une formule employée dans une lettre à William James, la grande utilité philosophico-rhétorique du virtuel est sa capacité à symboliser « quelque chose d'intermédiaire » :

  • 108 Henri Bergson, 2011, Écrits philosophiques, p. 731.

« Cette existence de quelque réalité en dehors de toute conscience actuelle n'est pas, sans doute, l'existence en soi dont parlait l'ancien substantialisme ; et cependant ce n'est pas de l'actuellement présenté à la conscience, c'est quelque chose d'intermédiaire entre les deux, toujours sur le point de devenir ou de redevenir conscient, quelque chose d'intimement mêlé à la vie consciente.108 »

Haut de page

Bibliographie

Beaufret, Jean (1984), Notes sur la philosophie en France au XIXe siècle, Paris, Vrin.

Bergson, Henri (1972), Mélanges, textes publiés et annotés par André Robinet, Paris, PUF.

— (2007), Essai sur les données immédiates de la conscience, Paris, PUF.

— (2007), L'évolution créatrice, Paris, PUF.

— (2008), Les deux sources de la morale et de la religion, Paris, PUF.

— (2009), Durée et simultanéité, Paris, PUF.

— (2009), La pensée et le mouvant, Paris, PUF.

— (2009), L'énergie spirituelle, Paris, PUF.

— (2011), Écrits philosophiques, Paris, PUF.

— (2012), Matière et mémoire, Paris, PUF.

Bernoulli, Jean (1727), Discours sur les lois de la communication du mouvement qui a mérité les éloges de l'Académie Royale des Sciences aux années 1724 et 1726, Paris, Claude Jombert.

Deleuze, Gilles (1983), Cinéma. 1, L'image-mouvement, Paris, Editions de Minuit.

— (2011), Le bergsonisme, Paris, PUF.

Du Châtelet, Emilie (1740), Institutions de physique, Paris, Prault.

During, Elie (2007), « Bergson et la métaphysique relativiste », Annales bergsoniennes III, Bergson et la science, Paris, PUF.

Gouhier, Henri (1980), Études sur l'histoire des idées en France depuis le XVIIe siècle, Paris, Vrin.

— (1989), Bergson dans l'histoire de la pensée occidentale, Paris, Vrin.

Hyppolite, Jean (1950), « Le bergsonisme et l'existentialisme », Actas del Primer Congreso Nacional de Filosofía, Mendoza, Argentina, marzo-abril 1949, tomo 1, Universidad national de Cuyo

Jankelevitch, Vladimir (1959), Henri Bergson, Paris, PUF.

Lachelier, Jules (1993), Du fondement de l'induction, introduction et commentaires de Thierry Leterre, Paris, Pocket.

Lefève, Céline (2003), Maine de Biran et Bergson. Science et philosophie. La question de la psychologie subjective, thèse de doctorat, Université de Paris VII.

Leibniz, Gottfried W. (1978), « De la réforme de la philosophie première et de la notion de substance », Opuscules philosophiques, trad. Paul Schrecker, Paris, Vrin.

— (1990), Nouveaux Essais sur l'entendement humain, éd. Jacques Brunschwig, Paris, Flammarion.

Maine de Biran, Pierre (1990), Oeuvres XI,1 Commentaires et marginalia : dix-septième siècle, éd. Christiane Frémont, Paris, Vrin

— (1984), Oeuvres de Maine de Biran, t.V, éd. François Azouvi, Paris, Vrin.

— (2000), Mémoire sur la décomposition de la pensée, éd. François Azouvi, Paris, Vrin.

Parmentier, Marc (2016), « Maine de Biran, Leibniz et le virtuel », Methodos, 16, en ligne (http://methodos.revues.org/4529 ; DOI : 10.4000/methodos.4529)

Prelorentzos, Iannis (2008), « Le problème de la délimitation des choses, des qualités et des états dans la continuité du tout de la réalité selon Bergson », Annales bergsoniennes IV, Paris, PUF.

Riquier, Camille (2008), « Bergson (d')après Deleuze », Critique, 2008/5 n° 732.

Sehgal, Melanie (2005), « 'Die Zeit ist Erfindung'. Das Virtuelle und das Neue bei Henri Bergson », XX. Deutscher Kongress für Philosophie 26.-30, September 2005 in Berlin Sektionsbeiträge, Hrsg. von Günter Abel, Universität Berlin Verlag, 2005, Bd. 1.

Shapiro, Alan E. (2008), « Images: Real and Virtual, Projected and Perceived, from Kepler to Dechales », Early Science and Medicine, 13.

Simon, Gérard (1996), « De la reconstitution du passé scientifique », Sciences et savoirs aux XVIe et XVIIe siècles, Lille, Presses universitaires du Septentrion.

Thomas d'Aquin (1875), Quaestiones disputatae, De malo, éd. Vivès, t. XXIII, Paris.

— (1972), Quaestiones disputae De veritate, éd. léonine, t.XXII, vol. II.2, Rome.

— (1984), Somme théologique, I, trad. A. M. Roguet, Les éditions du Cerf.

Vollet, Matthias (2007), « Le cours de Bergson sur le De rerum origine radicali de Leibniz », Annales bergsoniennes III, Bergson et la science, Paris, PUF.

— (2008), « La vitalisation de la tendance : de Leibniz à Bergson », Annales bergsoniennes IV, Paris, PUF.

Worms, Frédéric (1995), Introduction à Matière et mémoire, Paris, PUF.

Haut de page

Notes

1 « … le même auteur qui récuse le concept de possibilité... est aussi celui qui porte au plus haut point la notion de virtuel, et fonde sur elle toute une philosophie de la mémoire et de la vie », Gilles Deleuze (2011), Le Bergsonisme, Paris, PUF, p. 37. Pour Deleuze le terme a une signification ontologique, il désigne l'être du passé et de la durée : « en d'autres termes, le subjectif ou la durée, c'est le virtuel », Gilles Deleuze (2011), Le Bergsonisme, p. 36. Selon Camille Riquier, l'importance que Deleuze attache à l'ontologie du virtuel s'explique par les orientations de sa propre philosophie, voir Camille Riquier (2008), « Bergson (d')après Deleuze », Critique, 2008/5 n° 732, p. 361. Voir également Melanie Sehgal (2005), « 'Die Zeit ist Erfindung'. Das Virtuelle und das Neue bei Henri Bergson », XX. Deutscher Kongress für Philosophie 26.-30, September 2005 in Berlin Sektionsbeiträge, Hrsg. von Günter Abel, Universität Berlin Verlag, Bd. 1, p. 823-835.

2 « Or, nous l'avons montré, la perception pure, qui serait le plus bas degré de l'esprit – l'esprit sans la mémoire – ferait véritablement partie de la matière telle que nous l'entendons. », Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, Paris, PUF, p. 250.

3 « Ces plans ne sont pas donnés, d'ailleurs, comme des choses toutes faites, superposées les unes aux autres. Ils existent plutôt virtuellement, de cette existence qui est propre aux choses de l'esprit. », Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 272.

4 Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 76.

5 Le chapitre 3 explique la formation de ce présupposé en observant que les objets matériels comportent des facettes masquées à la conscience : « car l'objet matériel, justement en raison de la multiplicité des éléments inaperçus qui le rattachent à tous les autres objets, nous paraît renfermer en lui et cacher derrière lui infiniment plus que ce qu'il nous laisse voir. », Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 163-164.

6 Henri Bergson (2009), « L'intuition philosophique », La pensée et le mouvant, Paris, PUF, p. 127. « Comme Berkeley, Bergson exclut résolument le fantôme d'une matière occulte ou neutre sans rapport avec notre conscience. », Vladimir Jankelevitch (1959), Henri Bergson, Paris, PUF, p. 34-35.

7 Expression employée par Leibniz, voir infra, note 74.

8 Henri Bergson (2009), L'énergie spirituelle, Paris, PUF, p. 194. Voir également : « Mais le réalisme consiste précisément à rejeter cette prétention, à tenir pour artificielles ou relatives les lignes de séparation que notre représentation trace entre les choses, à supposer au-dessous d'elles un système d'actions réciproques et de virtualités enchevêtrées, enfin à définir l'objet, non plus par son entrée dans notre représentation, mais par sa solidarité avec le tout d'une réalité inconnaissable en elle-même. », Henri Bergson (2009), L'énergie spirituelle, p. 202.

9 Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 73. Voir le commentaire d'Henri Gouhier : « Pour le physicien, la même cause produit toujours le même effet ; le déterminisme se comprend par la préformation : que l'effet existe réellement ou idéalement dans la cause, qu'il y soit préformé à la façon d'un théorème, dans une définition ou d'une possibilité dans un projet, on suppose toujours l'avenir déjà donné dans le présent. », Henri Gouhier (1989), Bergson dans l'histoire de la pensée occidentale, Paris, Vrin, p. 45.

10 Henri Bergson (2007), Essai sur les données immédiates de la conscience, Paris, PUF, p. 153-154.

11 « Tout comme plusieurs effets sont virtuellement (virtute) dans la cause, les conclusions sont virtuellement dans le principe et les membres dans la semence », Thomas d'Aquin (1972), Quaestiones disputae De veritate, q. 18 a. 4, éd. léonine, t. XXII, vol. II.2, Rome, p. 581, je traduis. Thomas d'Aquin enrichit le champ sémantique de l'adjectif virtualis en introduisant un mode de contact spécifique entre l'esprit et la matière, le « contact virtuel » (tactus virtualis, par opposition au contactus corporalis), par lequel Dieu agit sur les créatures : « Il y a deux espèces de contact : le contact corporel qui fait que deux corps se touchent; et le contact virtuel; ainsi dit-on qu'un objet attristant « touche » celui qui s'en afflige. Dieu qui est incorporel ne touche pas et n'est pas touché. Mais sous le rapport du contact virtuel, il touche les créatures en les faisant se mouvoir » (Thomas d'Aquin (1984), Somme théologique, I, question 105, trad. A.-M. Roguet, Les éditions du Cerf, t.I, p. 856). Mais c'est également par contact virtuel que les démons agissent dans le monde : « Il faut dire qu'entre le démon et le corps, il n'y a pas contact corporel mais virtuel », Thomas d'Aquin (1875), Quaestiones disputatae, De malo, q. 16 a. 10, éd. Vivès, t. XXIII, Paris, p. 611, je traduis.

12 Henri Bergson (2009), « Le possible et le réel », La pensée et le mouvant, Paris, PUF, p. 112.

13 Déjà analysée dans Henri Bergson (2007), Essai sur les données immédiates de la conscience, p. 153. Voir également ici la critique de l'antériorité illusoire du possible dans la première introduction de La pensée et le mouvant : « notre logique habituelle est une logique de rétrospection. Elle ne peut pas ne pas rejeter dans le passé, à l'état de possibilités ou de virtualités, les réalités actuelles, de sorte que ce qui est composé maintenant doit, à ses yeux, l'avoir été toujours. », Henri Bergson (2009), La pensée et le mouvant, p. 19.

14 Seconde partie de l'introduction de La pensée et le mouvant, Henri Bergson (2009), La pensée et le mouvant, p. 51.

15 Henri Bergson (2009), La pensée et le mouvant, p. 112. Voir également : « Le possible est donc le mirage du présent dans le passé. [...] C'est comme si l'on se figurait, en apercevant son image dans le miroir devant lequel on est venu se placer, qu'on aurait pu la toucher si l'on était resté derrière », Henri Bergson (2009), La pensée et le mouvant, p. 111.

16 Henri Bergson (2009), Durée et simultanéité, Paris, PUF, p. 167. L'expression « temps fictifs» figure également dans la lettre à Lorentz d'avril 1924 : « ...il n'y a de Temps réel que dans le système choisi, où siège alors un observateur réel prenant effectivement des mesures ; tous les autres sont des Temps fictifs, que sont simplement censés mesurer des observateurs fictifs et des instruments fictifs. », Henri Bergson (2011), Écrits philosophiques, Paris, PUF, p. 558.

17 Dans la longue note de l'introduction de La pensée et le mouvant consacrée à la théorie de la relativité Bergson utilise l'expression « physiciens virtuels », Henri Bergson (2009), La pensée et le mouvant, p. 38.

18 « ...l'essence de la théorie de la Relativité est de mettre sur le même rang la vision réelle et les visions virtuelles. », Henri Bergson (2009), Durée et simultanéité, p. 171. Selon Elie During, Bergson introduit « une distinction capitale entre les temps 'réels' (susceptibles de coïncider avec le flux d'une conscience située au voisinage des processus correspondants) et temps 'fictifs' (temps reconstruits, objets de mesures indirectes). », Elie During (2007), « Bergson et la métaphysique relativiste », Annales bergsoniennes III, Bergson et la science, Paris, PUF, p. 267.

19 Henri Bergson (2009), Durée et simultanéité, p. 66.

20 Henri Bergson (2009), Durée et simultanéité, p. 74.

21 « Par exemple encore nous mélangeons souvenir et perception ; mais nous ne savons pas reconnaître ce qui revient à la perception et ce qui revient au souvenir, nous ne distinguons plus dans la représentation les deux présences pures de la matière et de la mémoire... », Gilles Deleuze (2011), Le Bergsonisme, p. 12.

22 Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 250.

23 « Mais cette perception qui coïncide avec son objet, ajoutions-nous, existe en droit plutôt qu'en fait : elle aurait lieu dans l'instantané. », Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 246.

24 « Or, si toute perception concrète, si courte qu'on la suppose, est déjà la synthèse, par la mémoire, d'une infinité de 'perceptions pures' qui se succèdent, ne doit-on pas penser que l'hétérogénéité des qualités sensibles tient à leur contraction dans notre mémoire, l'homogénéité relative des changements objectifs à leur relâchement naturel ? », Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 203. Voir également : « Il ne faut donc voir dans ce qui va suivre qu'un exposé schématique, et nous demanderons qu'on entende provisoirement par perception non pas ma perception concrète et complexe, celle que gonflent mes souvenirs et qui offre toujours une certaine épaisseur de durée, mais la perception pure, une perception qui existe en droit plutôt qu'en fait... », Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 31. Comme le souligne Frédéric Worms : « ce qui est écarté en effet, ce n'est pas seulement la mémoire comme contenu passé, mais la mémoire comme acte dans le présent. », Frédéric Worms (1995), Introduction à Matière et mémoire, Paris, PUF, p. 52.

25 Frédéric Worms (1995), Introduction, p. 54.

26 « La matière se résout ainsi en ébranlements sans nombre, tous liés dans une continuité ininterrompue, tous solidaires entre eux, et qui courent en tous sens comme autant de frissons. », Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 234. La seconde partie de l'introduction de La pensée et le mouvant évoque : « le champ immense des fréquences », Henri Bergson (2009), La pensée et le mouvant, p. 61. Gilles Deleuze interprète les images comme des « figures de lumière » : « L'identité de l'image et du mouvement a pour raison l'identité de la matière et de la lumière. », Gilles Deleuze (1983), Cinéma. 1, L'image-mouvement, Paris, Éditions de Minuit, p. 88.

27 Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 19-20.

28 Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 221.

29 « S'il y a d'ailleurs une vérité que la science ait mise au-dessus de toute contestation, c'est celle d'une action réciproque de toutes les parties de la matière les unes sur les autres. Entre les molécules supposées des corps s'exercent des forces attractives et répulsives. L'influence de la gravitation s'étend à travers les espaces interplanétaires. Quelque chose existe donc entre les atomes. », Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 224.

30 C'est parce que les éléments de l'univers physique sont en interaction universelle qu'ils se distinguent de la spatialité purement géométrique : « la spatialité parfaite consisterait en une parfaite extériorité des parties les unes par rapport aux autres, c'est-à-dire en une indépendance réciproque complète. Or, il n'y a pas de point matériel qui n'agisse sur n'importe quel autre point matériel. », Henri Bergson (2007), L'évolution créatrice, Paris, PUF, p. 204. Voir également : « ...le plus petit grain de poussière est solidaire de notre système solaire tout entier », Henri Bergson (2007), L'évolution créatrice, p. 271.

31 « Toute division de la matière en corps indépendants aux contours absolument déterminés est une division artificielle. », Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 220.

32 Dans une note de L'évolution créatrice, Bergson se réfère à L'évolution de la mécanique de Pierre Duhem, pour qui la mécanique est dépassée par la thermodynamique, Henri Bergson (2007), L'évolution créatrice, p. 243.

33 Henri Bergson (2007), L'évolution créatrice, p. 187.

34 Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 36.

35 Frédéric Worms (1995), Introduction, p. 53.

36 « Selon Bergson, la perception qui est la fonction par laquelle nous communiquons directement avec le réel, ne peut se comprendre elle-même que sur un fond d'inter-communication panique. Elle suppose, comme l'avait pressenti Leibniz, que l'univers entier est présent en chacun de ses points, c'est-à-dire qu'un rayonnement universel issu de partout, atteint tous les points par lesquels il ne cesse de passer, chacun s'éveillant ainsi à une perception infiniment vaste de l'ensemble. », Jean Beaufret (1984), Notes sur la philosophie en France au XIXe siècle, Paris, Vrin, p. 93-94.

37 « Mais je le répète, jusqu'où s'étend le virtuel ? Notre esprit perçoit-il virtuellement la totalité de la matière comme le voulait Leibniz ? ou bien la perception dans laquelle nos sens opèrent une sélection, ne comprend-elle que les choses et éléments qui forment un système indivisé avec ce que nous percevons actuellement (l'univers matériel ne formant peut-être pas un seul et unique système) ? », Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 465.

38 « ...la vision qu'on a appelée toucher à distance, a été faite pour préparer et faciliter notre action sur les choses ; mais la nature n'a pu obtenir la vision que par un mécanisme dont l'effet dépassait énormément son objet, puisque nous voyons les étoiles », lettre à E. Meyerson 6 juin 1931, Henri Bergson (2011), Écrits philosophiques, p. 826. Voir infra, note 72.

39 Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 160.

40 « Première conférence sur la perception du changement », Henri Bergson (1972), Mélanges, textes publiés et annotés par André Robinet, Paris, PUF, p. 888.

41 Henri Bergson (2009), L'énergie spirituelle, p. 77-78.

42 Pierre Maine de Biran (1990), « Exposition du système de Leibniz », Oeuvres XI,1 Commentaires et marginalia : dix-septième siècle, éd. Christiane Frémont, Paris, Vrin, p. 170. Voir également : « J'aime bien cette idée de Leibniz que l'âme a le sentiment confus de chacun de ses rapports avec les différents êtres de l'univers », Pierre Maine de Biran (1990), Oeuvres XI,1, p. 174. Voir Marc Parmentier (2016), « Maine de Biran, Leibniz et le virtuel », Methodos 16 (http://methodos.revues.org/4529 ; DOI : 10.4000/methodos.4529). Sur les rapports entre Maine de Biran et Bergson voir Henri Gouhier (1980), « Maine de Biran et Bergson », Études sur l'histoire des idées en France depuis le XVIIe siècle, Paris, Vrin.

43 Jules Lachelier (1993), Du fondement de l'induction, introduction et commentaires de Thierry Leterre, Paris, Pocket, p. 95. Au sujet de Jules Lachelier, Bergson écrit : « Je lui avais voué dès ma première jeunesse, et lui ai conservé à travers toute ma carrière, une admiration fervente en même temps qu'une profonde reconnaissance. J'étais encore sur les bancs du collège, en effet, quand je lus la thèse sur Le Fondement de l'induction... », lettre à Xavier Leon 28 mai 1932, Henri Bergson (2011), Écrits philosophiques, p. 659.

44 En particulier dans son Mémoire sur les perceptions obscures, discours prononcé en 1807 devant la Société médicale de Bergerac, Pierre Maine de Biran (1984), Oeuvres de Maine de Biran, t.V, éd. François Azouvi, Paris, Vrin, p. 11.

45 « On peut dire que Dieu, qui connaît les rapports nécessaires d'un seul être avec toute la création, voit à la fois l'univers entier dans le dernier atome de la nature. De ce que tel être a des rapports nécessaires avec tout l'univers, on peut bien conclure que cet être représente (virtuellement) l'univers », Pierre Maine de Biran (1990), Oeuvres de Maine de Biran, tome XI-1, p. 146.

46 « Composez l'univers avec des atomes : dans chacun d'eux se font sentir, en qualité et en quantité, variables selon la distance, les actions exercées par tous les atomes de la matière. Avec des centres de force ? les lignes de force émises dans tous les sens par tous les centres dirigent sur chaque centre les influences du monde matériel tout entier. Avec des monades enfin ? chaque monade, comme le voulait Leibniz, est le miroir de l'univers. Tout le monde est donc d'accord sur ce point. », Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 36.

47 « La Philosophie française », Henri Bergson (2011), Écrits philosophiques, p. 464-466.

48 Henri Bergson (1972), Mélanges, p. 412. Selon Jean Beaufret : « Ainsi la mémoire, exactement comme la perception, n'est que l'enveloppement virtuel de l'horizon actuel par un horizon plus large », Jean Beaufret (1984), Notes sur la philosophie, p. 97.

49 « Nos perceptions, actuelles et virtuelles, s'étendent le long de deux lignes, l'une horizontale AB, qui contient tous les objets simultanés dans l'espace, l'autre verticale CI, sur laquelle se disposent nos souvenirs successifs échelonnés dans le temps. Le point I, intersection des deux lignes, est le seul qui soit donné actuellement à notre conscience. », Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 158.

50 Jean Hyppolite (1950), « Le bergsonisme et l'existentialisme », Actas del Primer Congreso Nacional de Filosofía, Mendoza, Argentina, marzo-abril 1949, tomo 1, Universidad national de Cuyo, p. 447.

51 L'action permet de passer des images aux objets, un objet n'est qu'une « image moyenne » relativement stable, Henri Bergson (2007), L'évolution créatrice, p. 302.

52 Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 261.

53 « Au lieu de partir de l'affection, dont on ne peut rien dire puisqu'il n'y a aucune raison pour qu'elle soit ce qu'elle est plutôt que tout autre chose, nous partons de l'action, c'est-à-dire de la faculté que nous avons d'opérer des changements dans les choses, faculté attestée par la conscience et vers laquelle paraissent converger toutes les puissances du corps organisé. », Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 65.

54 Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 151-152.

55 Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 58. Comprenons, par exemple, que notre corps ne peut pas différer une sensation de douleur, que Bergson caractérise par ailleurs comme une action empêchée, un effort impuissant : « Telle est précisément la nature de la douleur, effort actuel de la partie lésée pour remettre les choses en place, effort local, isolé, et par là même condamné à l'insuccès dans un organisme qui n'est plus apte qu'aux effets d'ensemble. », Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 263. Plus généralement, une affection consiste en un effort actuel du corps sur lui-même.

56 Frédéric Worms (1995), Introduction, p. 31-32.

57 Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 35.

58 « C'est donc le lieu de passage des mouvements reçus et renvoyés, le trait d'union entre les choses qui agissent sur moi et les choses sur lesquelles j'agis, le siège, en un mot, des phénomènes sensori-moteurs. », Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 169.

59 Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 199.

60 « Nous disions que les corps bruts sont taillés dans l'étoffe de la nature par une perception dont les ciseaux suivent, en quelque sorte, le pointillé des lignes sur lesquelles l'action passerait. Mais le corps qui exercera cette action, le corps qui, avant d'accomplir des actions réelles, projette déjà sur la matière le dessin de ses actions virtuelles, le corps qui n'a qu'à braquer ses organes sensoriels sur le flux du réel pour le faire cristalliser en formes définies et créer ainsi tous les autres corps, le corps vivant enfin est-il un corps comme les autres ? », Henri Bergson (2007), L'évolution créatrice, p. 12.

61 « L'actualité de notre perception consiste donc dans son activité, dans les mouvements qui la prolongent, et non dans sa plus grande intensité : le passé n'est qu'idée, le présent est idéo-moteur. », Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 71.

62 Voir Frédéric Worms (1995), Introduction, p. 54.

63 « Qu'est-ce à dire, sinon que ma perception dessine précisément dans l'ensemble des images, à la manière d'une ombre ou d'un reflet, les actions virtuelles ou possibles de mon corps ? », Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 16. Voir également : « La perception, entendue comme nous l'entendons, mesure notre action possible sur les choses et par là, inversement, l'action possible des choses sur nous. », Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 57.

64 Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 36.

65 « En approfondissant ce point, on trouverait que la conscience est la lumière immanente à la zone d'actions possibles ou d'activité virtuelle qui entoure l'action effectivement accomplie par l'être vivant. Elle signifie hésitation ou choix. Là où beaucoup d'actions également possibles se dessinent sans aucune action réelle (comme dans une délibération qui n'aboutit pas), la conscience est intense. Là où l'action réelle est la seule action possible (comme dans l'activité du genre somnambulique ou plus généralement automatique), la conscience devient nulle. Représentation et connaissance n'en existent pas moins dans ce dernier cas, s'il est avéré qu'on y trouve un ensemble de mou­vements systématisés dont le dernier est déjà préformé dans le premier, et que la conscience pourra d'ailleurs en jaillir au choc d'un obstacle. De ce point de vue, on définirait la conscience de l'être vivant une différence arithmétique entre l'activité virtuelle et l'activité réelle. Elle mesure l'écart entre la représentation et l'action. », Henri Bergson (2007), L'évolution créatrice, p. 145.

66 « Ma croyance à un intervalle réel, et par suite à une distinction entre P et moi, n'est donc d'abord, au fond, qu'une distinction entre ce corps et mon corps, distinction uniquement relative à la perception tactile », lettre à Georges Lechalas, Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 461.

67 Henri Bergson (2007), L'évolution créatrice, p. 180.

68 « Dans ses réflexions sur le possible, Bergson est loin, justement, de repousser tout usage de ce concept ; », Matthias Vollet (2007), « Le cours de Bergson sur le De rerum origine radicali de Leibniz », Annales bergsoniennes III, Bergson et la science, Paris, PUF, p. 31.

69 « Tout se passe comme si un large courant de conscience avait pénétré dans la matière, chargé, comme toute conscience, d'une multiplicité énorme de virtualités qui s'entrepéné­traient. », Henri Bergson (2007), L'évolution créatrice, p. 182. Il s'agit d'un texte faisant référence à Matière et mémoire.

70 « Car si ces corps ont pour objet de recevoir des excitations pour les élaborer en réactions imprévues, encore le choix de la réaction ne doit-il pas s'opérer au hasard. », Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 67.

71 « Le paradoxe bergsonien consiste à tirer de la complexité croissante des réflexes nerveux, non pas une détermination nécessaire, mais au contraire une indétermination de nos actions, support biologique de notre liberté. », Frédéric Worms (1995), Introduction, p. 46.

72 « ...par notre faculté de percevoir, et plus particulièrement de voir, nous rayonnons bien au-delà de notre corps : nous allons jusqu'aux étoiles. », Henri Bergson (2009), L'énergie spirituelle, p. 30.

73 Henri Bergson (2009), La pensée et le mouvant, p. 61.

74 « En effet, la force active se distingue de la puissance nue que connait d'ordinaire l'Ecole en ce que la puissance active ou faculté des scolastiques n'est rien d'autre que la possibilité proche de l'action, mais qui a toutefois besoin, pour passer à l'acte, d'une excitation étrangère, comme d'un aiguillon. Au contraire la force active comprend une sorte d'acte ou entelecheia ; elle est le milieu entre la faculté d'agir et l'action même et implique l'effort ; ainsi elle est portée par elle-même à l'action et n'a besoin, pour agir, d'aucune assistance, mais seulement de la suppression de l'obstacle. », Gottfried W. Leibniz (1978), « De la réforme de la philosophie première et de la notion de substance », Opuscules philosophiques, trad. Paul Schrecker, Paris, Vrin, p. 81.

75 Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 76.

76 « ...les configurations motrices du cerveau ne font donc pas que symboliser, elles esquissent des réactions du corps à son milieu, et en sélectionnent une qui sera son action effective », Frédéric Worms (1995), Introduction, p. 45.

77 « Mais toute perception se prolonge en action naissante ; et à mesure que les images, une fois perçues, se fixent et s'alignent dans cette mémoire, les mouvements qui les continuaient modifient l'organisme, créent dans le corps des dispositions nouvelles à agir. », Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 86.

78 Céline Lefève (2003), Maine de Biran et Bergson. Science et philosophie. La question de la psychologie subjective, thèse de doctorat, Université de Paris VII, p. 737.

79 Pierre Maine de Biran (2000), Mémoire sur la décomposition de la pensée, éd. F. Azouvi, Paris, Vrin, p. 172. Nous pouvons également noter une analogie entre l'idée de mouvements naissants et l'hypothèse biranienne d'actions libres et volontaires naissant d'actions initialement instinctives et automatiques, voir Pierre Maine de Biran (2000), Mémoire sur la décomposition de la pensée p. 407.

80 Dans ses Institutions de physique, Emilie du Châtelet baptise « force virtuelle » la force morte, qu'elle définit comme « une simple tendance au mouvement », Emilie du Châtelet (1740), Institutions de physique, Paris, Prault, p. 399.

81 Le résumé de l'ouvrage renferme une explicitation de la notion d'action virtuelle : « mais ce qui s'explique par le cerveau dans nos perceptions, ce sont nos actions commencées, ou préparées, ou suggérées, ce ne sont pas nos perceptions mêmes. », Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 253.

82 Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 34-35.

83 Voir Gérard Simon (1996), « De la reconstitution du passé scientifique », Sciences et savoirs aux XVIe et XVIIe siècles, Lille, Presses universitaires du Septentrion, p. 20-21.

84 Les expressions « foyer virtuel » et « image virtuelle » sont introduites par Claude Dechales, dans son Cursus seu Mundus mathematicus, Lyon, 1674. Il est remarquable que leurs définitions gomment toute référence à la subjectivité : le foyer virtuel est défini comme le point d'où les rayons divergents semblent venir, et l'image virtuelle comme celle associée à un foyer virtuel. Voir Alan E. Shapiro (2008), « Images: Real and Virtual, Projected and Perceived, from Kepler to Dechales », Early Science and Medicine, 13, p. 302.

85 Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 59.

86 « Mais ce dedans, loin d'être une intériorité qualitative et intensive est encore un espace physique, une extension. », Frédéric Worms (1995), Introduction, p. 69. Ceci s'accorde dans une certaine mesure avec l'Essai sur les données immédiates de la conscience qui associe à la réfraction une décomposition permettant de passer d'une multiplicité qualititave à une multiplicité quantitative : « Au-dessous de la durée homogène, symbole extensif de la durée vraie, une psychologie attentive démêle une durée dont les moments hétérogènes se pénètrent ; au-dessous de la multiplicité numérique des états conscients, une multiplicité qualitative ; au-dessous du moi aux états bien définis, un moi où succession implique fusion et organisation. Mais nous nous contentons le plus souvent du premier, c'est-à-dire de l'ombre du moi projetée dans l'espace homogène. La conscience, tourmentée d'un insatiable désir de distinguer, substitue le symbole à la réalité, ou n'aperçoit la réalité qu'à travers le symbole. Comme le moi ainsi réfracté, et par là même subdivisé, se prête infiniment mieux aux exigences de la vie sociale en général et du langage en particulier, elle le préfère, et perd peu à peu de vue le moi fondamental. », Henri Bergson (2007), Essai sur les données immédiates de la conscience, p. 95-96.

87 Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 56.

88 Lorsque la lumière passe d'un milieu plus réfringent dans un autre moins réfringent, par exemple du verre dans l'air, si l'angle d'incidence est tel qu'il produirait un angle de réfraction supérieur à 90 degrés, la réfraction se transforme en réflexion.

89 Frédéric Worms (1995), Introduction, p. 57.

90 Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 78. Voir également : « les centres perceptifs du cerveau étant les éclaireurs et les préparateurs de ces actions éventuelles et en dessinant intérieurement le plan, tout se passe comme si nos perceptions extérieures étaient construites par notre cerveau et projetées par lui dans l'espace. », Henri Bergson (2008), Les deux sources de la morale et de la religion, Paris, PUF, p. 275.

91 Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 15-16. Voir également : « … nous avons considéré le Corps vivant comme une espèce de centre d'où se réfléchit, sur les objets environnants, l'action que ces objets exercent sur lui : en cette réflexion consiste la perception extérieure », Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 57

92 Dans sa réponse à l'article de W. B. Pitkin « James et Bergson », celui-ci écrit : « Nos sens, braqués sur le monde matériel, y tracent des lignes de division qui sont autant de routes frayées à notre action future : c’est notre action éventuelle qui nous est renvoyée par la matière comme par un miroir, quand nos yeux aperçoivent des objets aux contours bien nets et les distinguent ainsi les uns des autres. », Henri Bergson (2011), Écrits philosophiques, p. 386. Voir le commentaire de ce texte dans l'article de Iannis Prelorentzos (2008), « Le problème de la délimitation des choses, des qualités et des états dans la continuité du tout de la réalité selon Bergson », Annales bergsoniennes IV, Paris, PUF.

93 Voir supra, note 66.

94 Henri Bergson (2009), La pensée et le mouvant, p. 74. Une remarque de L'évolution créatrice va dans le même sens : « Au lieu de nous attacher au devenir intérieur des choses, nous nous plaçons en dehors d'elles pour recomposer leur devenir artificiellement. Nous prenons des vues quasi instantanées sur la réalité qui passe, et, comme elles sont caractéristiques de cette réalité, il nous suffit de les enfiler le long d'un devenir abstrait, uniforme, invisible, situé au fond de l'appareil de la connaissance, pour imiter ce qu'il y a de caractéristique dans ce devenir lui-même. Perception, intellection, langage procèdent en général ainsi. », Henri Bergson (2007), L'évolution créatrice, p. 305.

95 Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 33-34.

96 Henri Bergson (2009), L'énergie spirituelle, p. 136.

97 Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 112.

98 Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 112-113.

99 Bergson compare l'esprit attentif à un télégraphiste « qui, en recevant une dépêche importante, la réexpédie mot pour mot au lieu d'origine pour en contrôler l'exactitude », Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 111.

100 Selon Jean Beaufret, « Bergson interprète donc la vie de l'esprit par rapport à deux virtualités symétriques, mais antagonistes, que neutralise partiellement une tension vitale dont le corps est l'organe ou l'instrument. », Jean Beaufret (1984), Notes sur la philosophie en France, p. 98-99.

101 Dans son Discours sur les lois de la communication du mouvement Jean Bernoulli introduit la « vitesse virtuelle » pour définir la notion de « force morte », Jean Bernoulli (1727), Discours sur les lois de la communication du mouvement qui a mérité les éloges de l'Académie Royale des Sciences aux années 1724 et 1726, Paris, Claude Jombert, p. 19.

102 Voir Marc Parmentier (2016), « Maine de Biran, Leibniz et le virtuel », Methodos 16, 2016 (http://methodos.revues.org/4529 ; DOI : 10.4000/methodos.4529).

103 « le virtuel, grand équivoque dans l’économie des concepts de Bergson », Matthias Vollet (2008), « La vitalisation de la tendance : de Leibniz à Bergson », Annales bergsoniennes IV, Paris, PUF, p. 289.

104 Voir supra, note 3.

105 « C'est ainsi que les idées et les vérités nous sont innées comme des inclinations, des dispositions, des habitudes ou des virtualités naturelles, et non pas comme des actions, quoique ces virtualités soient toujours accompagnées de quelques actions souvent insensibles qui y répondent. », Gottfried W. Leibniz (1990), Nouveaux Essais sur l'entendement humain, Préface, éd. Jacques Brunschwig, Paris, Flammarion, p. 40.

106 « ce flot qui monte est conscience, et, comme toute conscience, il enveloppe des virtualités sans nombre qui se compénètrent, auxquelles ne conviennent par conséquent ni la catégorie de l'unité ni celle de la multiplicité, faites pour la matière inerte », Henri Bergson (2007), L'évolution créatrice, p. 269-270.

107 « Si l'instinct est, par excellence, la faculté d'utiliser un instrument naturel organisé, il doit envelopper la connaissance innée (virtuelle ou inconsciente, il est vrai) et de cet instrument et de l'objet auquel il s'applique. », Henri Bergson (2007), L'évolution créatrice, p. 151.

108 Henri Bergson, 2011, Écrits philosophiques, p. 731.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Parmentier, « Virtualité et théorie de la perception chez Bergson », Methodos [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 03 mars 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/methodos/4685 ; DOI : 10.4000/methodos.4685

Haut de page

Auteur

Marc Parmentier

UMR 8163 « Savoirs, textes, langage », CNRS, Université de Lille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • OpenEdition Journals