Navigation – Plan du site
L'événement

Événementialité et continuité

Exploration d’une tension interne à la philosophie ortéguienne de l’histoire
Eventiality and continuity: exploration of a tension inside the orteguian philosophy of history
Anne Bardet

Résumés

José Ortega y Gasset définit l’histoire comme une succession non préréglée d’événements où vient peu à peu se former l’identité de l’homme. Pourtant, il insiste : là où l’événement semble faire césure, et alors même qu’aucun sens prédéfini ne vient l’organiser, l’histoire forme une continuité stricte. Comment, dès lors, concilier la dimension irréductiblement événementielle de l’histoire avec cette continuité qui, au-delà de son avènement dans le récit, doit apparaître au sein de l’histoire effective ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Brincadeira (en portugais dans le texte) signifie plaisanterie.
  • 2 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome X, p. 335.

« […]les choses humaines ne sont pas à proprement parler des « choses », comme ça, sans plus ; ce sont des « choses qui arrivent à l’homme » ; ce sont des événements qui arrivent à quelqu’un, et non ces brincadeiras1 qu’on appelle « événements physiques » et qui n’arrivent à personne. »2

  • 3 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome IX, p. 290.

1Dès ses premiers écrits, Ortega y Gasset constate la dimension événementielle de la vie humaine, au point que l’homme lui-même apparaît comme un pur événement d’exister. Cette idée est si centrale chez le philosophe espagnol qu’il prétend rompre avec toute une tradition substantialiste qui pense l’homme en termes de nature, et bâtir sa pensée sur des concepts qui désignent l’événement. L’homme n’a pas de « nature » ; il n’est rien d’autre que son histoire, laquelle apparaît comme une succession non préréglée d’événements où vient se former et cristalliser son identité. Mais l’absence d’un sens prédéfini ne change rien au fait que, chez le philosophe madrilène, l’histoire forme une continuité stricte et inaliénable. Si l’événement semble de nature à rompre le continuum ou, du moins, à nous mener sur un terrain fondamentalement indéterminé, Ortega insiste : le caractère événementiel de l’histoire ne menace pas l’idée de liaison, et ne dispense surtout pas qu’on la pense selon une logique de type causal. Nous nous proposons dès lors de tenter de comprendre comment Ortega y Gasset met en avant, au sein d’une philosophie originale, l’idée que l’histoire constitue une pure succession d’événements, qui, chacun leur tour, semble faire rupture avec ce qui précède, sans pour autant que la notion de continuité s’en trouve menacée ou altérée. Autrement dit, notre objectif est de voir dans quelle mesure il arrive à tenir ensemble cette événementialité fondamentale qu’il constate et la thèse d’un sens de l’histoire – un sens non prédéterminé, puisque soumis aux aléas des événements qui surgissent de manière inattendue, voire chaotique, mais bien réel, ou effectif, au-delà du sens qui devra apparaître dans le récit lorsque l’on reconstruira a posteriori l’histoire. Afin d’explorer en profondeur cette philosophie ortéguienne de l’histoire, nous procéderons en montrant dans un premier temps comment la vie humaine, et plus largement l’histoire de l’homme, apparaissent comme une succession non téléologiquement orientée d’événements, au point que, selon Ortega y Gasset, l’événement doive constituer le centre, voire l’unique objet de la philosophie, comme il l’affirme à plusieurs reprises sur un ton qui se veut polémique. Nous consacrerons un moment de cette première partie, de fait, à cette idée selon laquelle la philosophie, si elle veut parvenir à appréhender cette réalité qu’est la vie humaine, doit être refondée par rapport à la catégorie de l’événement, et s’affranchir au préalable de toute une tradition de pensée « choséiste ». En effet, comme Ortega aime à le répéter, « la vie humaine […] n’est ni chose matérielle, ni chose spirituelle »3. Nous reviendrons dans un deuxième temps sur l’insistance avec laquelle le philosophe madrilène, alors même qu’il s’inscrit contre toute une série de schémas déterministes, refuse de « tomber » dans l’écueil du relativisme, maintenant que l’histoire – pourtant événementielle – de l’homme, forme une continuité stricte et inaliénable. Nous tenterons pour finir de voir comment Ortega concilie ces deux postulats de l’événementialité et de la continuité – et, plus largement, comment il fait à la fois une place à la liberté et à la fatalité dans le processus historique –, proposant, au sein de ce qu’il appelle une philosophie ratiovitaliste, la thèse d’un sens négatif de l’histoire.

La tâche de la philosophie : penser la vie humaine comme succession d’événements

2Très tôt, José Ortega y Gasset fait de la vie humaine ce qu’il appelle la réalité radicale, et explicite dans des notes de travail le sens qu’il donne à cette expression :

  • 4 José Ortega y Gasset, cité par Jean-Claude. Lévêque (2009), « Notas de trabajo de las carpetas Alre (...)

« Une réalité est ultime ou radicale dans la mesure où il [le philosophe] résiste à la tentative délibérée de la transcender, c’est-à-dire quand elle se présente avec le caractère exprès de ne pas avoir un « au-delà », de ne rien laisser dans son dos ou derrière elle. »4

  • 5 Wilhelm Dilthey (1988), L’édification du monde historique dans les sciences de l’esprit, Œuvres III(...)

3La vie humaine apparaît comme le contexte où tout se meut, comme cet « ensemble contenant le genre humain » dont parlait Dilthey5. En ce sens, elle constitue le grand objet sur lequel doit se pencher la philosophie.

4Il précise très vite que cette vie humaine doit être pensée non en termes de substance, mais d’événement :

  • 6 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome V, p. 372.

« Cette étrange réalité – la vie humaine – n’est pas une chose physique ; elle n’est pas une chose psychique. Elle n’est absolument pas une chose, ni un mode, un acte ou un état d’une chose. Elle est un pur événement au caractère dramatique. Elle est ce qui m’arrive à moi et ce qui t’arrive à toi – et où moi et toi ne sommes rien d’autre que cela même qui nous arrive. »6

  • 7 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome VI, p. 64.

5Les formules qui vont dans le sens d’une assimilation entre vie humaine et succession d’événements abondent, au point que l’homme lui-même apparaît comme un « événement d’exister ». L’idée, au fond, est simple : rien d’autre que « ce qui lui arrive » ne définit l’homme : « l’homme n’est aucune chose, il est un drame – et sa vie un événement pur et universel […] dans lequel chacun, à son tour, n’est rien d’autre qu’un événement. »7

  • 8 Précisons néanmoins qu’Ortega souligne le caractère non anticipable de l’histoire, dans la mesure o (...)
  • 9 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome IX, p. 1143.

6Avant de poursuivre, arrêtons-nous un instant sur cette idée de drame, qui permet d’apercevoir la dimension radicalement événementielle de la vie humaine dont parle Ortega. D’abord, le fait qu’il pense le drame par opposition avec la chose est révélateur de ce que la vie de l’homme n’est constituée de rien d’autre que de ce qu’elle fait d’elle à chaque instant – selon une certaine trame sur laquelle nous reviendrons plus loin. Ensuite, le terme de drame ne porte aucune connotation pathétique ni mélodramatique. Ortega y Gasset mobilise le drame dans son sens littéral – et théâtral : le drama ne désigne d’abord rien d’autre que cette action qui se déroule, dans un mouvement temporel caractéristique – là où la chose, si elle est bien soumise au temps, n’est pas habitée de mouvement, mais est régie, en elle-même, par une staticité fondamentale. Enfin, le drame n’est pas la tragédie : ce mouvement temporel auquel obéit le drame n’est pas déterminé ; et si la fin de l’histoire peut éventuellement être anticipée, ou anticipable8, elle n’est pas préécrite ; point de fatalisme dans le drame. Ainsi, Ortega ne cherche pas seulement à marquer ses distances vis-à-vis du ton mélodramatique d’Unamuno lorsqu’il affirme ne pas croire au « sentiment tragique de la vie »9 ; il semble qu’il veuille également récuser l’idée même d’un déterminisme historique. Dans la tragédie, on n’échappe pas à son destin ; dans le drame, on le construit.

7Ortega y Gasset souligne par ailleurs qu’

  • 10 La dimension du faire est tout à fait centrale chez Ortega. En effet, c’est dans les termes d’un de (...)
  • 11 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome IX, p. 290.

« il n’y a pas de vie humaine s’il n’y a pas quelqu’un d’ultra déterminé à qui il arrive de faire10 ceci ou cela. La vie est mienne, ou tienne, ou sienne. La vie est toujours vie de quelqu’un »11.

  • 12 En ce sens, Ortega critique ceux qui, à l’instar de Hegel, se sont détournés du vocabulaire « juvén (...)
  • 13 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome I, p. 482.
  • 14 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome V, p. 13.
  • 15 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome IX, p. 530. Parce qu’elle est « l’événement (...)

8Autrement dit, il n’est jamais tant question chez lui de la vie humaine en général que de telle ou telle vie particulière. Le philosophe espagnol cherche à éviter l’écueil intellectualiste qui consisterait à penser la vie comme une abstraction12. La vie ne peut être conçue comme une généralité vague. Elle est ce qu’il y a de plus concret. Et au-delà du fait qu’elle réside dans « ce qu’il y a d’individuel »13, dit-il, « la vie humaine […] est uniquement ma vie »14. On voit ici à quel point la réalité dans laquelle la philosophie doit prendre son point de départ, et dont Ortega fait « l’événement radical »15, est concrète, déterminée, hyperindividualisée.

9Une nouvelle précision mérite d’être faite à ce stade : si la vie humaine se caractérise par le fait qu’elle est une succession d’événements, l’événement, à son tour, ne concerne que la vie humaine. La formule de Claude Romano lorsqu’il présente son livre L’événement et le monde est à cet égard éclairante pour notre propos ; le philosophe français formule en effet la thèse principale de l’ouvrage en ces termes :

  • 16 Romano, Claude (2007), « "Présentation" à la traduction espagnole de l’introduction à L’événement e (...)

« Depuis la naissance, événement originaire, l’existence humaine est en suspens au-dessus de l’abîme du nouveau, livrée à ces points critiques de basculement susceptibles à tout instant de la transformer de fond en comble. L’humanité de l’homme est à ce prix – et à ce risque. Les renouvellements induits par l’événement ne sont pas extérieurs à la « vie de l’esprit », mais sont cette vie elle-même ou plutôt l’esprit lui-même. L’homme est de tous les animaux le seul auquel il puisse arriver quelque chose. »16

10Dans la mesure où le grand objet de la philosophie est la vie humaine et la vie humaine, une pure succession d’événements, la philosophie, par extension, et parce que sa grande tâche est de parvenir à dire quelque chose de ce qu’est la vie humaine, n’a pas d’autre objet que l’événement :

  • 17 José Ortega y Gasset (1970), L’évolution de la théorie déductive, l’idée de principe chez Leibniz, (...)

« La philosophie est un système d’attitudes fondamentales d’interprétation, donc intellectuelles, que l’homme adopte en vue de l’événement exceptionnel qu’est pour lui son existence. Cette vie qu’il rencontre comprend d’une part l’événement que chacun est pour soi-même, et d’autre part tout un monde d’événements, représentés par ses rapports avec les autres choses. »17

11Le penseur madrilène prétend ainsi rompre avec toute une tradition de pensée, au nom même de cette événementialité de la vie. La philosophie doit s’affranchir des catégories qu’elle utilise traditionnellement :

  • 18 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome IX, p. 521.

« nous devons nous dégager de la philosophie traditionnelle, du répertoire des concepts reçus, bien connus, voire populaires en usant dès maintenant de ceux qui se rapprochent le plus de l’aspect de la nouvelle réalité entrevue »18.

12Il faut ainsi renoncer au concept d’être, et lui préférer des termes capables de faire ressortir cette dimension événementielle :

  • 19 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome IX, p. 526.

« Ce qui consiste à se passer, à arriver, est pur mouvement, pur flux. La vie est la grande inquiétude essentielle. Elle ne s’assied jamais. Son être n’est pas figé, donné ni permanent, mais réside dans ce qui, sans cesse, se passe et survient ; constamment, il consiste à être et dés-être. D’une réalité qui, non seulement est, mais qui, en outre, dés-est toujours, on ne devrait pas dire qu’elle « est », mais, précisément, qu’elle « vit ». »19

  • 20 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome IX, p. 562.
  • 21 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome IX, p. 641.

13Autre indice de cette volonté ortéguienne de s’affranchir d’une tradition de pensée qui n’est plus capable de dire ce qu’est l’homme : ce rejet, chez le philosophe espagnol, d’un vocabulaire essentialiste et le choix, dans cette perspective, de remplacer le terme d’essence – un terme « délicieux », mais correspondant au fond à un « glissement terminologique aux conséquences fâcheuses »20 – par celui de consistance – un terme « simple et vulgaire », mais qui fait clairement signe vers ce en quoi consiste la chose21. Il s’exprime à ce sujet dans plusieurs de ses textes. La consistance, contrairement à l’essence, ne s’oppose à rien ; elle ne suppose pas un schéma dual de pensée. L’essence, en revanche, nous situe d’emblée dans un au-delà de l’existence. Elle risque d’opposer une extériorité à cet « ensemble contenant le genre humain » dont nous parlions plus haut.

  • 22 José Ortega y Gasset (2008), L’homme et les gens, trad. François Géal (dir.), Paris, Editions rue d (...)

14Dans cette même optique, Ortega y Gasset prétend également bâtir toute sa pensée sur ce qu’il appelle des concepts occasionnels, c’est-à-dire des concepts « dont le sens est précisé moins par le mot même que par l’occasion où il est employé, par exemple en fonction de celui qui l’emploie dans une situation donnée »22, et dont la fonction référentielle n’a de sens que dans un contexte comme la vie. « Ici », « maintenant » sont des exemples de concepts occasionnels, que le philosophe espagnol définit notamment par opposition aux concepts platoniciens, ces artefacts forgés par l’homme et se comportant selon des lois exactes et invariables, de manière statique et univoque là où la vie est toujours foncièrement équivoque. Pour le dire simplement, le caractère événementiel de la vie doit venir remodeler les concepts fondamentaux de la philosophie.

  • 23 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome IX, p. 555.

15En résumé, c’est parce que « le réel est le non identique – pur événement, pure mobilité, pur flux » que nous avons besoin de ce qu’Ortega y Gasset appelle une philosophie non éléatique23. Et dans ce contexte d’une réflexion sur la refondation de la philosophie, la mise en avant de la catégorie de l’événementialité absolue s’impose d’elle-même comme le premier pas pour faire droit à la réalité radicale qui doit devenir le centre de la philosophie.

  • 24 José Ortega y Gasset (2016), L’Histoire comme système, p. 71
  • 25 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome VI, p. 779.

16Très vite, Ortega y Gasset glisse de l’idée que la philosophie doit être capable de faire ressortir la dramaticité propre à la dimension irréductiblement événementielle de la vie humaine à cette autre idée selon laquelle « l’homme n’a pas de nature, mais […] une histoire »24, c’est-à-dire ce « mode d’être propre à une réalité dont la substance est précisément la variation ; autrement dit, le contraire de toute substance »25. Cette formule selon laquelle l’homme, loin d’une nature, disposerait d’une histoire, connaît un usage prolifique sous la plume d’Ortega et mériterait qu’on l’analyse en profondeur. Nous n’en retiendrons qu’un aspect ici, et qui va dans le sens de ce que nous avons voulu faire ressortir jusqu’ici : dans la lignée de son rejet d’une philosophie substantialiste, Ortega renonce à l’idée d’une nature – un terme qu’il considère comme étant trop statique – de l’homme, et ce terme d’histoire ne dit d’abord rien d’autre que ce mouvement, ce flux non préréglé d’événements où, petit à petit, il se construit. De la même manière que l’homme n’a pas d’essence, donc, il n’a pas de nature. Il n’a qu’une vie, laquelle consiste en une histoire, c’est-à-dire en une succession d’événements. Toute la question sera de savoir si cette succession est régie par des règles.

17Mais avant d’aborder ce point, venons-en au second moment de notre réflexion, en voyant comment cette histoire qui vient remplacer la nature de l’homme forme, chez le penseur espagnol, une stricte continuité.

L’histoire (événementielle) de l’homme : une stricte continuité

  • 26 José Ortega y Gasset (1945), Idées et croyances, trad. Jean Babelon, Paris, Stock, p. 108.

18Il est de prime abord surprenant de constater que le caractère purement événementiel, et partant, purement contingent de l’histoire ne menace pas l’idée de liaison. Là où l’événement semble faire césure, Ortega y Gasset insiste : à aucun moment, il ne rompt cette continuité inaliénable que constitue l’histoire, et que notre philosophe définit très précisément comme le « système des expériences humaines, qui forment une chaîne inexorable et unique »26.

19Pourtant, l’événement place la vie sur un terrain fondamentalement indéterminé :

  • 27 José Ortega y Gasset (1961), La révolte des masses, p. 121-122. Nous soulignons.

« Je pense que toute vie, et partant la vie historique, est composée de purs instants, dont chacun est relativement indéterminé par rapport au précédent, de sorte que la réalité vacille en lui, piétine sur place et hésite à se décider pour l’une ou l’autre des différentes possibilités. Cette vacillation métaphysique donne à tout ce qui vit une vibration et un frémissement particuliers. »27 

  • 28 « Je ne crois pas au déterminisme absolu de l’histoire », s’exclame-t-il par exemple (José Ortega y (...)
  • 29 Pour exemple, voyez : José Ortega y Gasset (1961), La révolte des masses, p. 122.

20Ortega s’élève à de très nombreuses reprises contre les conceptions déterministes de l’histoire28. Au sein de la succession d’événements que constitue l’histoire de l’homme, aucun n’est appelé à advenir plus qu’un autre, dans la mesure où, comme il l’affirme dans plusieurs de ses textes, « tout, absolument tout est possible dans l’histoire »29.

  • 30 « Historia non facit saltum », écrit ainsi Ortega (José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completa (...)

21Tout est possible, à condition que la continuité fondamentale de l’histoire ne soit pas menacée. Car l’histoire ne connaît ni sauts ni ruptures30. Avant d’en venir à la manière dont ces deux postulats – celui de l’événementialité d’une part, celui de la continuité d’autre part – peuvent être tenus ensemble, arrêtons-nous un moment sur cette idée de continuité, loin d’aller de soi chez un philosophe qui dit ne pas adhérer à un schéma déterministe de l’histoire ; examinons donc ce qu’Ortega met sous les termes de continuité – ou de « chaîne » – et de « système ».

22La continuité tient en partie au fait que contrairement à l’animal, l’homme ne commence jamais rien par lui-même, mais poursuit, continue ce qui était déjà là.

  • 31 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome VI, p. 74.

« […] Le tigre d’aujourd’hui n’est ni plus ni moins que le tigre d’il y a mille ans : il étrenne l’être tigre, il est toujours un premier tigre. Mais l’individu humain n’étrenne pas l’humanité. […] L’homme n’est pas un premier homme, il n’est pas un éternel Adam ; il est formellement un deuxième homme, un troisième homme, etc. »31

23D’où le fait qu’Ortega y Gasset pense l’existence dans les termes d’une préexistence fondamentale :

  • 32 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome VI, p. 359.

« L’individu humain, en naissant, absorbe toutes ces formes de vie [qui le précèdent] ; il en assimile la plus grande partie, il en rejette d’autres. Le résultat est que, dans l’un ou l’autre cas, il se constitue, positivement ou négativement, par ces modes d’être homme qui étaient là avant sa naissance. Cela mène à une étrange condition de la personne humaine que nous pouvons appeler son essentielle préexistence. Ce qu’un homme ou une œuvre de l’homme est ne commence pas avec son existence, mais, dans sa plus grande portion, le précède. L’homme se trouve préformé dans la collectivité où il commence à vivre. Ce se précéder à soi-même en grande partie, cet être avant d’être, donne à la condition de l’homme un caractère d’inexorable continuité. Aucun homme ne commence à être homme ; aucun homme n’inaugure l’humanité, mais tout homme continue l’humain qui existait déjà. »32

  • 33 Sur cette idée, voyez : Anne Bardet, « La composition futuriste de l’homme, éléments d’une éthique (...)

24Et, de la même manière qu’il poursuit, ou continue ce qui s’est fait avant lui – éventuellement de manière négative, en prenant une autre direction –, il annonce et prépare ce qui se fera après lui. La vie humaine se caractérise donc à la fois comme une tension sans cesse poussée vers l’avant, et comme l’héritière d’un passé qui vient l’orienter. Pour le dire en termes ortéguiens, l’homme est doté d’une « composition futuriste »33 en même temps qu’il apparaît comme celui qui a à se tourner du côté de son passé pour se comprendre ; c’est en ce sens qu’Ortega parle de l’homme comme « l’animal étymologique ».

  • 34 Alain Juranville (2007), L’événement, nouveau traité théologico-politique, Paris, PUF, « Philosophi (...)
  • 35 Il est à parier qu’Ortega aurait été d’accord avec Lucien Febvre pour qui l’idée même de fait histo (...)
  • 36 Le terme d’ensemble – Zusammenhang – remarque Ortega, est probablement celui qui apparaît le plus s (...)
  • 37 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome V, p. 372.

25Et s’appuyant sur l’étymologie du mot, justement, il met en avant l’idée que, comme le signale Alain Juranville34, l’événement dérive du latin e venire – venir de, sortir de –, et lui ajoute cette autre dimension anticipatrice, ou pro-jetante – en se dirigeant vers. Ainsi, l’événement ne se donne jamais seul ; il est toujours pris dans l’extension dramatique qu’est la vie humaine. Il n’y a donc aucun sens, d’après notre auteur, à penser l’événement indépendamment du complexe dans lequel il apparaît. Là encore, on lit entre les lignes l’héritage de Dilthey : le fait « brut », si tant est qu’il existe35, n’a de sens qu’inscrit dans l’ensemble qui l’intègre36, sans qu’on ne puisse déterminer, d’ailleurs, qui du fait ou de l’ensemble a la priorité. Dans les termes d’Ortega, « rien de ce qui nous arrive dans notre vie ne nous arrive isolément, sans connexion. Il nous arrive ceci parce que, ou en vue de ce que cela nous arrive »37.

  • 38 Sur la critique qu’Ortega adresse aux historiens de profession, voyez : José Ortega y Gasset (2004- (...)

26Dans cette perspective, le philosophe espagnol dénonce les pratiques traditionnelles de l’histoire qui consistent à juxtaposer dans le récit des événements, ou faits, sans tenter de prendre en compte la continuité vitale où ils sont inscrits. Dans une visée holiste, semblable à celle des fondateurs de l’école des Annales, il affirme que les historiens qui, pour les penser, extraient les événements du flux où ils se donnent, sont trop nombreux ; qu’ils mutilent leur objet en ne reconduisant pas dans leurs récits le mouvement à l’œuvre dans l’histoire effective, ou histoire réelle38.

  • 39 Sur cette notion de crise, voyez : Anne Bardet, « Éléments pour une approche de la philosophie orté (...)

27La crise, par exemple, qui semble par excellence instaurer une rupture au sein du continuum de l’histoire, ne peut être pensée que comme un moment de transiau point qudifférentes tes cesorique, ess. En effet, loin d’instituer une rupture dans le processus de l’histoire, et de menacer ainsi sa continuité, elle apparaît comme sa condition de possibilité au point qu’elle est définie sous la plume du philosophe madrilène comme étant « le moteur de l’histoire ».39 La crise ne rompt pas la chaîne mais en constitue un maillon. Il est donc illusoire de prétendre la comprendre sans l’inscrire dans le processus dont elle provient et qu’elle rend possible à la fois.

28Si l’histoire correspond bien à une succession d’événements, il n’y a donc aucun sens à les penser indépendamment les uns des autres :

  • 40 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome IX, p. 805.

« une vie humaine n’est jamais un tissu d’événements, de choses qui arrivent ; elle a toujours une trajectoire, dans une tension dynamique, comme celle qu’a un drame. Toute vie suppose un argument.»40

  • 41 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome VIII, p. 169.
  • 42 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome VIII, p. 165.
  • 43 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome VIII, p. 169. C’est le système hégélien de (...)

29Le fait qu’Ortega renonce à l’idée d’un sens déterminé et mette en avant la catégorie de l’indétermination n’implique donc pas que l’on perde de vue la question du sens. Bien qu’il n’y ait pas déterminisme, rien ne dit que la succession d’événements ne soit pas, d’une certaine manière, organisée. Cela nous renvoie à la notion de système que nous mentionnions plus haut. L’idée, au fond, est simple : la philosophie ne peut fonctionner sans une certaine systématicité. En ce sens, Ortega écrit : « la pensée philosophique est systématique »41 ; ou encore : « la tes c de la vérité est le système »42. Mais le philosophe espagnol distingue néanmoins les systèmes « ouverts », capables d’articuler raison et intuition, de ce qu’il appelle les systèmes « fermés », dont le point de départ est « étroit » et qui s’appuient sur la raison uniquement43.

Conclusion : l’événement possible, ou la question du sens

30Avant d’examiner selon quel(s) principe(s) le système « ouvert » d’Ortega est organisé, reformulons le problème qui nous occupe : comment intégrer la myriade d’événements qui constituent l’histoire dans un continuum qui fasse sens ? Comment concilier le caractère événementiel de l’histoire – cette succession de faits, considérés indépendamment d’un éventuel rapport de cause à effet, ou d’une quelconque idée de sérialité – avec cette continuité qui, au-delà de son avènement dans le récit, doit apparaître à même l’événementialité de l’histoire? Autrement dit, comment maintenir l’idée d’un sens de l’histoire ?

  • 44 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome VI, p. 227.

31La réponse à ces questions doit passer par l’analyse de l’idée ortéguienne d’un sens négatif de l’histoire. Nous avons vu qu’au nom de l’événementialité de l’histoire, Ortega refusait l’idée d’un déterminisme historique : l’événement n’est pas pensable indépendamment de la notion de hasard44, que le philosophe définit en ces termes :

  • 45 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome VI, p. 590.

« Cette indocilité de l’avenir, cette manière qu’il a de ne pas se soumettre à notre volonté, cette conscience douloureuse du fait qu’il peut aussi bien nous arriver une chose que son contraire le lendemain, nous nous la représentons sous la physionomie d’un pouvoir mystérieux, sans figure ni personnalité, inexorable et méprisant, et que nous appelons le Hasard. »45

32En mettant en avant la catégorie de la continuité, nous avons également souligné à quel point Ortega se démarque des schémas relativistes de l’histoire. Le caractère événementiel de cette dernière ne peut menacer la « chaîne ».

  • 46 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome X, p. 81.
  • 47 José Ortega y Gasset (1961), La révolte des Masses, p. 136-137.

33La proposition d’Ortega pour tenir ensemble événementialité et continuité de l’histoire se fait donc contre le déterminisme et le relativisme à la fois. Son idée est que l’on ne peut revivre les tes cespar lesquelles nous sommes déjà passés. Il insiste ainsi sur le caractère irrémédiable de l’histoire. Et, en ce sens, se plaît à citer Héraclite, qu’il qualifie au passage du « plus génial des penseurs »46, et pour qui – la formule est bien connue – l’homme ne se baigne pas deux fois dans le même fleuve. Dans les termes d’Ortega, « la vie est toujours différente de ce qu’elle fut »47. Le philosophe espagnol est explicite :

  • 48 José Ortega y Gasset (2016), L’Histoire comme système, p. 71.

« Poser des limites à ce que l’homme est capable d’être manque de sens. Dans cette illimitation fondamentale de ses possibilités, propre à qui n’a pas de nature, il n’y a qu’une ligne fixe, préétablie et donnée qui puisse nous orienter ; il n’y a qu’une limite : le passé. Les expériences vécues restreignent le futur de l’homme. Si nous ne savons pas ce qu’il va être, nous savons du moins ce qu’il ne va pas être. Nous vivons en vue du passé. »48

34Cette idée de tes cesrévolues illustre l’idée d’un processus historique négatif : il n’y a qu’en fonction de ce qui ne peut plus être que les hommes sont en mesure de « fabriquer du sens ». La seule certitude dont nous puissions disposer, loin de celles qu’énoncent les oracles dans les tragédies class, ess, est que ce qui a été ne sera plus ; que le futur sera différent du passé. Mais rien ne permet de dire plus précisément de quoi ce futur sera fait.

35Dans le contexte actuel d’un regain d’intérêt pour l’événement dans les débats philosophiques, la position ortéguienne nous semble intéressante dans la mesure où elle permet de tenir ensemble un caractère foncièrement événementiel de l’histoire et l’idée de sens, traditionnellement menacéespar les philosophies dites de l’événement – le seul sens possible étant toujours lié à une possible reconstruction, a posteriori. Chez Ortega y Gasset, le sens, bien qu’il soit strictement négatif – la logique historique ne présupposant que l’élimination des tes cespassées –, est maintenu. Il n’apparaît pas uniquement a posteriori, et son apriorité n’équivaut pas à un déterminisme. Car le sens de l’histoire dont parle Ortega apparaît toujours comme se faisant ; il est au fond toujours le contemporain de l’événement.

Haut de page

Bibliographie

Bardet, Anne (2015), « Éléments pour une approche de la philosophie ortéguienne de la crise », Revista de História da arte 12 : Crise, p. 124-133.

— (2016), « La composition futuriste de l’homme, éléments d’une éthique du quehacer chez José Ortega y Gasset », Revue française d'éthique appliquée 2 : Les figures de l’anticipation, ou comment prendre soin du futur, p. 63-73.

Dilthey, Wilhelm (1988) L’édification du monde historique dans les sciences de l’esprit, Œuvres III, trad. Sylvie Mesure, Paris, éditions du Cerf, coll. « Passages ».

Febvre, Lucien (1953), « De 1892 à 1933. Examen de conscience d’une histoire et d’un historien », in Combats pour l’histoire, Paris, Armand Colin, p. 3-17.

Juranville, Alain (2007), L’événement, nouveau traité théologico-politique, Paris, PUF, coll. « Philosophie d’aujourd’hui ».

Lévêque, Jean-Claude (2009), « Notas de trabajo de las carpetas Alrededor de la razón vital », Revista de estudios orteguianos, 19.

Ortega y Gasset, José (2004-2010), Obras Completas, tomes I-X, Madrid, Taurus, Fundación. José Ortega y Gasset.

— (1945), Idées et croyances, trad. Jean Babelon, Paris, Stock.

— (1961), La révolte des masses, trad. Louis Parrot, Paris, Stock.

— (1970), L’évolution de la théorie déductive, l’idée de principe chez Leibniz, trad. Jean-Paul Borel, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des idées ».

— (2008), L’homme et les gens, trad. François Géal (dir.), Paris, Editions rue d’Ulm.

— (2016), L’histoire comme système, trad. Anne Bardet, Paris, Allia.

Romano, Claude (1998), L’événement et le monde, Paris, PUF, coll. « Epiméthée ».

— (2007), « "Présentation" à la traduction espagnole de l’introduction à L’événement et le monde », [en ligne], disponible à l’adresse URL suivante : https://www.academia.edu/2059438/_Présentation_à_la_traduction_espagnole_de_l_introduction_à_L_événement_et_le_monde_ (consulté le 22 juin 2016).

Haut de page

Notes

1 Brincadeira (en portugais dans le texte) signifie plaisanterie.

2 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome X, p. 335.

3 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome IX, p. 290.

4 José Ortega y Gasset, cité par Jean-Claude. Lévêque (2009), « Notas de trabajo de las carpetas Alrededor de la razón vital », Revista de estudios orteguianos, 19, p. 54.

5 Wilhelm Dilthey (1988), L’édification du monde historique dans les sciences de l’esprit, Œuvres III, trad. S. Mesure, Paris, éditions du Cerf, coll. « Passages », p. 86. C’est d’ailleurs au penseur allemand que l’on doit, selon Ortega y Gasset, le fait que la philosophie commence à prendre en compte cette vie humaine : « Vers 1860, Dilthey, le plus grand penseur qu’ait connu la seconde moitié du XIXe siècle, découvrit une nouvelle réalité : la vie humaine. Il est éminemment comique qu’une réalité si proche de l’homme, et si importante pour lui, ait tant tardé à être découverte, et qu’elle fusse découverte un certain jour à une certaine heure, au même titre que le phonographe ou l’aspirine. Mais enfin, il en fut ainsi, et rien ne peut changer cela » (José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome V, p. 372).

6 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome V, p. 372.

7 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome VI, p. 64.

8 Précisons néanmoins qu’Ortega souligne le caractère non anticipable de l’histoire, dans la mesure où, dit-il, « l’histoire est toujours invention » (José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome I, p. 623).

9 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome IX, p. 1143.

10 La dimension du faire est tout à fait centrale chez Ortega. En effet, c’est dans les termes d’un devoir faire que le philosophe espagnol définit premièrement la vie humaine : « vivre, c’est toujours, sans arrêt ni repos, créer, faire », écrit-il ainsi (José Ortega y Gasset (1961), La révolte des masses, trad. Louis Parrot, Paris, Gallimard, coll. « Idées », p. 229).

11 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome IX, p. 290.

12 En ce sens, Ortega critique ceux qui, à l’instar de Hegel, se sont détournés du vocabulaire « juvénile » de la vie : en se focalisant sur le concept « quasi sénile » d’esprit, Hegel passe à côté de la dimension concrète de la vie humaine ; il ne s’affranchit pas de l’idéalisme abstrait vis-à-vis duquel il comptait initialement prendre ses distances (José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome VIII, p. 155),

13 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome I, p. 482.

14 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome V, p. 13.

15 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome IX, p. 530. Parce qu’elle est « l’événement radical », la vie humaine est également insécurité radicale pour Ortega. Ainsi, « rien ne m’est sûr que la chose incertaine » est une formule qu’il se plaît à citer (pour exemple, voyez : José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome IX, p. 530). Nous reviendrons dans un moment sur cette dimension toute contingente de la vie humaine.

16 Romano, Claude (2007), « "Présentation" à la traduction espagnole de l’introduction à L’événement et le monde », [en ligne], disponible à l’adresse URL suivante : https://www.academia.edu/2059438/_Présentation_à_la_traduction_espagnole_de_l_introduction_à_L_événement_et_le_monde_ (consulté le 22 juin 2016), p. 1.

17 José Ortega y Gasset (1970), L’évolution de la théorie déductive, l’idée de principe chez Leibniz, trad. Jean-Paul Borel, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des idées », p. 208.

18 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome IX, p. 521.

19 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome IX, p. 526.

20 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome IX, p. 562.

21 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome IX, p. 641.

22 José Ortega y Gasset (2008), L’homme et les gens, trad. François Géal (dir.), Paris, Editions rue d’Ulm, p. 151.

23 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome IX, p. 555.

24 José Ortega y Gasset (2016), L’Histoire comme système, p. 71

25 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome VI, p. 779.

26 José Ortega y Gasset (1945), Idées et croyances, trad. Jean Babelon, Paris, Stock, p. 108.

27 José Ortega y Gasset (1961), La révolte des masses, p. 121-122. Nous soulignons.

28 « Je ne crois pas au déterminisme absolu de l’histoire », s’exclame-t-il par exemple (José Ortega y Gasset (1961), La révolte des masses, p. 121).

29 Pour exemple, voyez : José Ortega y Gasset (1961), La révolte des masses, p. 122.

30 « Historia non facit saltum », écrit ainsi Ortega (José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome V, p. 311 et tome IX, p. 79).

31 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome VI, p. 74.

32 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome VI, p. 359.

33 Sur cette idée, voyez : Anne Bardet, « La composition futuriste de l’homme, éléments d’une éthique du quehacer chez José Ortega y Gasset », Revue française d’éthique appliquée 2 : Les figures de l’anticipation, ou comment prendre soin du futur, p. 63-73.

34 Alain Juranville (2007), L’événement, nouveau traité théologico-politique, Paris, PUF, « Philosophie d’aujourd’hui », p. 38.

35 Il est à parier qu’Ortega aurait été d’accord avec Lucien Febvre pour qui l’idée même de fait historique est à relativiser : « le fait en soi, cet atome prétendu de l’histoire » ne correspond pas à « du donné », mais à du « créé par l’historien », « de l’inventé et du fabriqué » comme il le dit lors de la leçon d’ouverture au Collège de France le 13 décembre 1933 (reprise dans Lucien Febvre, « De 1892 à 1933. Examen de conscience d’une histoire et d’un historien », in (1953) Combats pour l’histoire, Paris, Armand Colin, p. 7).

36 Le terme d’ensemble – Zusammenhang – remarque Ortega, est probablement celui qui apparaît le plus souvent sous la plume de Dilthey (José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome VI, p. 247).

37 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome V, p. 372.

38 Sur la critique qu’Ortega adresse aux historiens de profession, voyez : José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome V, p. 230 sq.

39 Sur cette notion de crise, voyez : Anne Bardet, « Éléments pour une approche de la philosophie ortéguienne de la crise », Revista de história da arte, 12/2015, p. 124-133.

40 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome IX, p. 805.

41 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome VIII, p. 169.

42 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome VIII, p. 165.

43 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome VIII, p. 169. C’est le système hégélien de l’histoire que le philosophe espagnol vise en premier lieu ici.

44 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome VI, p. 227.

45 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome VI, p. 590.

46 José Ortega y Gasset (2004-2010), Obras Completas, tome X, p. 81.

47 José Ortega y Gasset (1961), La révolte des Masses, p. 136-137.

48 José Ortega y Gasset (2016), L’Histoire comme système, p. 71.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Bardet, « Événementialité et continuité », Methodos [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 03 mars 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/methodos/4712 ; DOI : 10.4000/methodos.4712

Haut de page

Auteur

Anne Bardet

Centre Prospéro – Langage, image et connaissance, Université Saint-Louis – Bruxelles

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • OpenEdition Journals