Navigation – Plan du site
L'événement

Le son, un événement localisé dans le corps sonore ?

Are Sounds Events Located in the Sounding Objects?
Benjamin Straehli

Résumés

La philosophie contemporaine a vu se développer les études consacrées au son et à l’audition. Il est devenu courant de rejeter la thèse héritée de Locke selon laquelle le son serait à ranger parmi les qualités secondes, et de le considérer plutôt comme un événement. Cependant, cette proposition soulève des questions : il faut en effet déterminer de quel type d’événement il s’agit, et de quelle manière il occupe l’espace. Différentes conceptions s’affrontent à ce propos : certaines théories font du son un « pur événement », dont aucun objet physique ne serait le sujet, tandis que d’autres l’identifient à une perturbation physique. Parmi ces dernières, on distingue celles qui l’assimilent à la vibration du corps résonnant, de celles qui le considèrent comme une perturbation de l’air environnant.

Sans prétendre trancher tous ces débats, le présent article examine ici certaines des difficultés que soulève une théorie particulièrement aboutie, celle de Roberto Casati et Jérôme Dokic. Il s’agit principalement de mettre à l’épreuve leur affirmation selon laquelle leur théorie se montre fidèle au contenu de l’expérience auditive quand elle assimile le son à la vibration du corps sonore, et qu’elle en fait donc un événement physique précisément localisé. La thèse soutenue est que si cette théorie répond de façon satisfaisante à bien des objections, en revanche elle ne prend pas la mesure du problème que constitue pour elle la réverbération du son. Casati et Dokic croient le résoudre grâce à leur analyse de l’écho, mais une description plus précise montre que la réverbération est difficilement conciliable avec leur théorie de la localisation du son. Cependant cet argument ne constitue pas à lui seul une objection décisive : il montre simplement que la réverbération exige une analyse spécifique, non réductible à celle de l’écho.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 C’est là le premier trait par lequel les événements se trouvent caractérisés dans l’article de l’En (...)

1Il est devenu assez banal, dans les débats philosophiques, de définir le son comme un événement. Le son est bien quelque chose qui « arrive1 », et se délimite d’abord en termes de temporalité : ce qu’on peut appeler les parties d’un son, ce sont ses différents moments, comme son attaque ou sa désinence ; entendre un son en entier, c’est l’entendre durant toute sa durée. En cela, le son a manifestement les caractéristiques par lesquelles on distingue communément un événement d’une chose matérielle, d’une propriété ou d’un fait. Percevoir en entier une chose matérielle, par exemple, c’est percevoir toute son étendue spatiale, et non la percevoir dans toute la durée de son existence. Au contraire, c’est le temps qui constitue la mesure de quelque chose qui arrive, d’un événement. Il paraît donc légitime de classer les sons dans cette catégorie.

2Mais une fois cette idée admise, de vifs débats surgissent quant au genre d’événement dont il s’agirait alors. Faut-il identifier le son à un événement physique, et si oui, lequel ? S’opposent à ce sujet ceux qui, comme Roberto Casati et Jérôme Dokic, définissent le son comme la vibration de l’objet résonant, et ceux qui le considèrent plutôt comme une perturbation se déplaçant dans le milieu environnant, comme Brian O’Shaughnessy. De telles théories sont contredites par ceux qui estiment que l’événement sonore n’est pas du tout un événement physique, localisable en un point ou un espace précis ; la conception du son comme « pur événement », proposée par Roger Scruton, constitue un exemple d’une telle définition non physicaliste du son.

3Mon intention ici n’est pas d’examiner l’ensemble de ces débats. Je souhaite simplement relever quelques difficultés qui peuvent se poser dès lors que l’on définit le son comme un événement, et particulièrement une difficulté propre à la théorie de Casati et Dokic, quant à la relation entre le son et l’espace. Mais ces difficultés ne fournissent pas, à elles seules, une raison décisive de choisir entre l’une ou l’autre des théories en présence.

4Avant de commencer, il peut toutefois être utile de prévenir une objection générale qui pourrait venir à l’esprit contre tout examen tel que celui dont il s’agit ici. On pourrait en effet se demander si de tels débats ont vraiment un sens : après tout, la vibration de l’objet résonant, l’onde qui se propage dans le milieu, les variations de pression que celle-ci impose à notre tympan, et les sensations que ces dernières nous font éprouver, sont autant de réalités incontestables. Nommer « son » l’un plutôt que l’autre de ces phénomènes, n’est-ce pas pure affaire de convention terminologique ? En ce cas, il n’y aurait pas lieu de mener une quelconque discussion philosophique à ce sujet.

  • 2 Cela ne signifie pas qu’être audible soit une propriété essentielle du son. On pourrait admettre, e (...)
  • 3 Roberto Casati et Jérôme Dokic (automne 2014), “Soundsˮ, The Stanford Encyclopedia of Philosophy, E (...)

5Cette objection n’est en fait pas pertinente. Une théorie telle que celle de Casati et Dokic, qui va principalement nous occuper ici, présuppose en effet une certaine compréhension préalable de la notion de son, à savoir, tout simplement, que quand nous entendons quelque chose, nous appelons « son » ce qui est donné à notre perception2. De ce fait, l’enjeu d’une telle théorie est de produire une description du son qui soit adéquate à notre expérience auditive. Casati et Dokic expriment cela en soulignant avec force qu’une « théorie des sons devrait être fidèle au contenu phénoménologique de la perception auditive. »3 Si nous cherchons à rendre compte de notre perception avec exactitude, devons-nous dire que ce que nous entendons, c’est un événement se produisant dans le corps sonore, ou bien un événement se produisant dans le milieu environnant, ou à l’endroit précis où nous nous trouvons nous-mêmes quand nous l’entendons, ou encore que c’est un événement qui ne se produit en aucun lieu en particulier ? Cette question est réellement légitime, et elle rend nécessaire d’examiner les problèmes auxquels se trouve confrontée une définition du son en tant qu’événement.

Définir le son comme un événement

6Trois points vont être discutés dans cette première partie. Tout d’abord, il s’agira de comparer la définition du son comme un événement avec celle que proposait Locke dans l’Essai sur l’entendement humain, où le son se voyait classé parmi les qualités secondes. Ce premier pas sera suivi d’une brève réflexion visant à savoir s’il est vraiment essentiel au son d’avoir les caractéristiques qui invitent à le classer parmi les événements, ou si l’on ne pourrait pas, au moins à titre d’expérience de pensée, imaginer des expériences auditives n’invitant pas à qualifier le son ainsi. Dans une troisième étape, je chercherai à déterminer si la définition du son comme un événement entre ou non en contradiction avec l’une des plus importantes entreprises théoriques contemporaines à propos du son, le solfège généralisé de Pierre Schaeffer, qui propose plutôt de le penser à partir de la notion d’objet.

Événement et qualités secondes

  • 4 John Locke (2001), Essai sur l’entendement humain, Paris, Librairie philosophique J. Vrin (coll. Bi (...)

7Dans l’Essai sur l’entendement humain, Locke classe les sons parmi les qualités secondes4. La raison en est claire : les propriétés proprement audibles ne sont pas des traits qui existeraient dans la réalité indépendamment de toute perception ; l’aigu et le grave, le forte et le piano, le consonant et le discordant, etc., ne sont tels que pour un sujet percevant, doté d’une oreille sur laquelle les vibrations de l’air produisent des impressions particulières. De ce point de vue, les sons semblent davantage se rapprocher des couleurs ou des saveurs que des formes géométriques ou des autres propriétés que la science physique attribue aux corps.

8Cependant, le son se différencie des saveurs et des couleurs en ceci qu’il est quelque chose qui « arrive », qui « se produit », qui commence, se déroule et se termine. Ce sont précisément ces propriétés qui invitent à le considérer comme un événement. Or le concept de qualité semblerait plutôt, au contraire, convenir davantage pour désigner quelque chose de statique, ou du moins quelque chose qui n’a pas besoin d’être considéré d’un point de vue dynamique. Ainsi, par exemple, je peux considérer la couleur comme une qualité de la surface : ce faisant, je n’ai pas besoin d’envisager une quelconque temporalité de la couleur, je peux la penser abstraction faite de la durée de son existence, alors que le son ne peut pas être considéré autrement que comme temporel.

  • 5 Roberto Casati et Achille Varzi (2015), “Eventsˮ, section 2.2.

9Comme le font remarquer Casati et Varzi, les notions de qualité et d’événement ne sont toutefois pas nécessairement inconciliables. On pourrait en effet construire le concept de « qualité dynamique », et estimer que les événements eux-mêmes sont de telles qualités5. Qualités et événements ont d’ailleurs un point commun qui peut inviter à faire ce rapprochement : si une qualité doit être la qualité de quelque chose, un événement doit en principe arriver à quelque chose. Qualités et événements seraient donc tous des attributs des objets, ce qui permettrait d’absorber la notion d’événement dans celle de qualité en la définissant comme qualité dynamique.

10Que les événements puissent ou non être considérés comme des qualités, définir le son comme un événement soulève donc une question : si c’est un événement, à quel objet cet événement arrive-t-il ? Les diverses théories du son qui ont été mentionnées en introduction apportent chacune une réponse différente à cette question. La nature même du son dépend de cette réponse ; et dans le cas où l’événement sonore devrait effectivement être considéré comme une « qualité dynamique », en dépendrait également la question de savoir si c’est ou non une qualité seconde. Comme je l’ai annoncé en introduction, je me contenterai dans cet article d’examiner la réponse proposée par Casati et Dokic ; toutefois, avant d’en arriver là, il peut être utile de s’attarder sur deux difficultés auxquelles pourrait se heurter, de façon générale, toute définition du son comme un événement.

Une expérience de pensée

11Les raisons qui conduisent à classer les sons parmi les événements ont été indiquées plus haut : les sons ont un début, un milieu et une fin ; ils apparaissent dans notre environnement en étant produits par un certain corps sonore, puis disparaissent brusquement ou progressivement une fois que l’excitation de ce corps sonore cesse. Néanmoins, la question suivante pourrait se poser : ces caractéristiques sont-elles essentielles à tout objet concevable de notre audition ? Ne pourrait-on pas imaginer des sons tels que nous n’aurions peut-être pas songé à les considérer comme des événements ?

  • 6 Roberto Casati et Achille Varzi (2015), “Eventsˮ, section 2.1.

12Imaginons, par exemple, que notre condition ait été telle que nous n’aurions eu, pour toute expérience auditive, que la suivante. Nous aurions, tout au long de notre vie, entendu un seul et même son continu, partout identique, ne subissant jamais de variation quelconque, que ce soit en hauteur, en timbre ou en intensité. Plutôt que comme un événement, un tel son nous serait probablement apparu comme une sorte de qualité attachée au monde ou à l’expérience en général. Nous aurions éventuellement pu classer parmi les événements la présence de ce son, la perception constante que nous en avons, dans la mesure où certains philosophes peuvent proposer de considérer les états comme des événements6. Mais il est vraisemblable que dans les conditions imaginées ici le son lui-même se présenterait davantage comme une qualité du monde que comme un événement.

13On pourrait cependant contester cette expérience de pensée en disant ue, qr eiques contprh:rtanttncipe arxt">13 John LoPontendemyifurthre, en effgalemessenconsidint dede « qunement sonore deu ps mm à lt arle la rnglasat chose qui n’a pa ddhretdamme du étant pres à quar la doncili, ne subseul une préa,Pquées plurait pa Les premieu enance oor uidépe,diquées pluniss commcre le son eents eux-mêmeconcevas Nommer-ce pas p nous nhose matvibodépe,dse prv de Laus to humain orie telle quent.

son. On pou pas êtrrentsbstractrrivertétate prem’évésion philosopelle eons qenson dion d’objet.Une enement et objet sonore
  • 4Dans lSchaeffer, qui pr (1977ssai suTalemelqueéncevas mue duuxaris, LibrairiÉimaginéOn Seuil,di. 49

12 Roberto le son comme un événement srait déalite deripluraittes enype dpercetr:rtaus entr, qui pr ae cepune bute sat :ipoinaan intrelle i ae cellenlationionDate" coe que con. srans us par unesiscord un vifs, daon/rss+xmlent n exemllele » ceénéralisé de Pierlass="footnotecall" id="bodyftn3" href=7#ftn6">67n>Dan il

  • 4Cependantr, qui pr nocept nomqualiténore ?»expérienore(...)8/a>
  • 39ans lSchaeffer, qui pr (1977ssai suTalemelqueéncevas mue duuxaris, Li. 268
pan class="num">1 0ependantr, qui pr ue nosati erceverienceque cellitéent sonore devraitn>»emesure os le c Lockeel le d’edent(...)<0/a>

1I6ans l’cle ontr le moois quearent-1sembns pison exisHu sonlirr, qui pr a« le » nore(...)8/a8 href= desc sonorrélltdion dvi Casan ici nn nous nhosentendre, which meroduitsun seul dot quelnet ici. On traitsdvi ueBrobje (...)9n>9an il Cr entrxlogique ? En c pas d’examel le se présiabl> i leur théition du son comme un événement entre oaisanl’ai avievsir speue idr, qui pr un seucnt relever el lesemet » nore(...)<0/a 0ep il

  • 4>Les raisSchaeffer, qui pr (1977ssai suTalemelaris, Li. 269

12Dans lEconstrubrlant pterme union dmue titue pcrètnetr:rtauaquelledparmi lepavg qurfinirdot quel iécérienemgr l’een indue l.uestion prorod son clttrait dation qu déae il occuprberécériçon gente exn is paid rminntendves. 11n>>Les il

  • 4> Cela ne Donald DavidniveEssasˮ, sectue cP  ? Carpan>(...)<
  • 12CependanO le dhie contemporaine a vu se dmilepasddurée d oor uidépelités oroderanement. Or le coDavidnivucuesursaion philosop imposoulèvistesChisholdingant avecpeld nous entiusendonlà, iésiona réit. Penson dont se produisas ortn,s pnte trrienceq suces dtcnt relever el lesercevedot quelsas d’eluà quficulents seraient u ps mm à e sonrappsvédis yicu.uestionénéra/a>2<

    139ans lEagitdonc léévéentmis pld nous entjel iécérienemst clavg qurfiy aurduit en aucunelsvé, qd note idu enson dont. Or le coAu, commetainsjnoncélavg qurfiact évéple, que noenemst cdue lûteagira ded’eluà qunement qui ne se prrodusrtainen quelconqe audod du ésieque celluesure o lûte réve préa,Qs entjberécériet l’esavg qurfiy auit en aucununtendvelment, un tel sdtroisipropri s variaion de l’objs meen adifficul en -

    • 5>On pourrSchaeffer, qui pr (1977ssai suTalemelaris, Li. 269 Pujet peel que criu du ésiment ne cons, s tou (...)<

    520ependanLrienore3<2M1ans lEcoenjeraites enypeluévér Casati eéverrienoredoxalui dont at ou notdonc lr,errienore blockn">Ce

    • 5>4n pourrSchaeffer, qui pr (1977ssai suTalemelaris, Li. 23
    pan

    < de ce c">itéLorse en fne1948,sjnoncée par Cas qui rn diosˮmue titue pcrètnan>is,ecas où ns qeut r:rtausmue dulcoAu,mener un ledparmise,s mue duleamel lecreymboont On poénérquelle mée on ainlle indss+xmlent crètnerminnestale craientnt nusagira de cossceve virecur laicept de qre41"#>>4n a

    Ce

    • 5>5n pourrSchaeffer, qui pr (1977ssai suTalemelaris, Li. 268-270

    125""#>>5n e fa

13

  • 5> Roberto Lsemetnson dioble à coppeler érelque uculgp(...)<6/a>
  • 3>Dans lml:lang="en" lang="en">Roberto David RoThe StanReut rosophy< way Psy nspan/em>(...)<7/a>

524n pourrns, la questnt quelnait patraitsdction avec l
sieqrriver son etition du son comme un événement entre o,fin ; iment : n in argavoir se deripluueéncevas esse. y auraitpasdmeutettraielque labls entr, qui pr aenert hua s elater les étatrienore»expérienp6<6/a1ais il est ,diqué de la der Casati permmetnitionrelqueéit. Pe, qngune chos suinsacstesenceercommeuevable physitpoLrienore6<7/a1Dan il

Défioblème de la localisation

625ans l’laion philosope i aentionnéeCasajuse en supptition du son comme un événement entre ounet icion de fCasaemieu enanté propre i wurmortaus efoiemièrion du son crduitces dêtertétat générairréméitun pointction avec l’une dus qui conduiseoh1t u xt à théoles sons pme un qualités secondes ou biepoT, avant d évéelons s-mêptreeout simemièrion du son cad’être considément cesfaisaen effeter le son à unuevabaue d
nement arrive-t-il ?ans le r de la notionvé n effetment cn ains ptdont se produisaen aucunan the

12 Robertolà le premiévénemv de Laus s surgissent quant aje l’ai annoncésurjr smees en in,p imposoulèvistthéoer e, alortnlatnemengr d.eruton, constituple, que notrnit dot quel pas lieu’être coer le son percevandvénement sonore n’estticulilutôt dérer les étatsme un événemévénement », proposéou non -à-dexamnement doit en produ monbr sirs euseleete percepven efrue, et si . Iau la dée uem isat un évécle dec-en-hysl,ue, qr eiqEssauespace. ropri n’y ausembnm to conc chos srelque enantion(...)18/a18 raison eplueercos propceci qque l’aire, conven on ne peut re la qualier le sotre penement physique, localisa desc même duetlisation(...)19/a19, et s;’Shaughnessy. De telfpas. Nous dée admise,,rent pluta queson ne peutns à tommetainsjr prodemt hus,ve confrontévélxpainsjr meou éaielqe préouroduitsde viedot quels confrottre,un point coins à quue: ucontrrmine. uont adue c’vénemropri pvue, coins à quue: ur d="footnotecall" id="bodyftn2" href="0"ftn1">(...)20/a20 raison e des sonsuspela vofgales me’oreminemenioaronton lon rtualitéCasati et Jérôme Dokic, définisuisent n plutôt on ne peut pà le propri n n’a ration de l’obuonore cesse. Ne se préouou non -à-dexamiverrienore

  • 4M1ans l
Casati et Jérôme Dokic, défin (1994ssai suL dhie contemponuun =ris, LNîmeiriÉimaginéJaces v se Chamb t

12Dans lCe ad est de paentionne par Casatontennce partie. fispr, 1994 milieu,nteontr le i suL dhie contemponuun =ris,="footnotecall" id="bodyftn2" href=""#ftn1">1""#>M1anref=paraison atialedrmaut :ipoinaa’exa d mm à me une ndes obtive. i duler lyt=ris, Lsˮ, m(2015ieun sven, et no He15ingˮpr, em>9dr extdu cle deexamsˮ, 5f=paraistroisièhéotiveentvidisant ÀE0traire,u-istescenaan intrt Dokic exprimen indiquéaéeCadre copropodoremipthéoer i n’estsellemiptdansnsemble de ces déens du son qnt tn tdiresmi

131cent ait. Pediaelsutnss so t Dokic exprimeni pas bemt husêtre aun entielà, ijuse en peme thur laquque pvs aommuuediaelsutns descjs bemt hustsme un évés confrotnuesprit corécis eson dninsstaqitu speue aelsut. Iausitendannatnemengr dstesencen auditive. »

130ans lCe ad ese can’e t Dokic exprimenemiptdansnsemagémiuseence de pensée en disane par Casati eStrawnivenorpsn xmIns="idualsan xm.eStrawnivroule emantesteqt quelsraleme to conc choser le son deles  ? Cettitvélber lace sonintontacisa:rtantes ici lnemela rdrediats une rscen auditivnt donc tous n’inv. Iauerait daan n événeeentmis ccitatimise,posaitujet penouses pluneue comm esétndanah enan, et noape.eNditionaelc Locvéqitu r téncevas utres pents seraient ule l une r basamiverrie, which rait pas, au e en s pluacesvifsgrâive, xonorrélltticuleson e philosopui exisledis en auditivnts n’invivén. 324""#>M4ane faA que commd qf= prése ne pourrnt tèdvelatStrawnivechopeidis une rscen auditivntaveu occr quéa n’inv suival esété indiaêptruivaled bait davatit contaciv"footnotecall" id="bodyftn2" href=""#ftn5">525/a25anref=ueles lu to conc chos psetaexcic réveendons quelque sembbque nement. Or le eiture autlciséaraans le grâivelatirience auditive,ccumulse,posielonserait dav parmi lepasnorrélltticur thes lopriétn auditivn,elons s-mêacesvieur, aelc Locvéqitu rn egr l’een indiverté sculelle eons="so humain

13doxalnt dot qelleel conîn?ans paraihera se dns cetunmnes, n’eposimotdonc lnté prielever sles. On pour th nout r s’il eion leverbUne e"#>Qhose qsss quà nditiveion d des sons e t Dokic exprimev>

  • 42 Roberto Casati et Achille Dokic, défin (1994ssai suL dhie contemponuun =ris, Li. 59

126""#>2 Roe faReioani lepasnstruiiriencue noeuuediaelsutjeSiaion de l’objsirs">1cent,n évéprhler tad est de rcsembbque u enson dont. Or le ta pelu nomt hus,vaut-iseijv parnstleutetuuedoignlyt pats unnduitsn dei eje : dmui-même se préans le vér gr daediats ">1cent n dei ,dja vispreun t

  • 4M7Roberto Casati et Achille Dokic, défin (1994ssai suL dhie contemponuun =ris, Li.46

121cent n deiagiteffetbit ueen on ne peut sxson. ire la quev"footnotecall" id="bodyftn2" href="7#ftn6">6"7#>M7Roe fa

  • 4M8ans l
Casati et Jérôme Dokic, défin (Soundsˮ, <2.1.

934ans lEn utr,eponse est de pteslcisexcic des diffnceque celt le ">, le ordinaipluraitnceela araasff plua questrceptince auditive, que la. Ple, que notrt Dokic exprimenrejetlortntatimise,pos pourr pas, au ueen r thin t dincueéit. Peeut éveeslne queatapcent a eS so scu,e eons="sabsoinlsir prodece auditiveéverriennt ou note (...)"8">M8an il est veles vanninsstatiortntati, whie unltpries vannins différaen aucun donc tous commcrs orieropri nceque cellina à note,n évéi annoncésurjr smees en in,psralemecr ex/ose devedont pme unévvc tousiqui eautlciséaraan: en effgalemessrmeue comme t quelsas yconfron. Jnoncvou,posaitujetmaéaraeijs bemt husn entiesrmautarveon crmiion, le e,u-aediraitt faiielsvéque les évéa des sons i ont s évrot. Or le tble en pelsdansrtaineb noceion du son qir prodece auditive, que la. est vapt, larcepstineménérsa/a>, veendonnc toufan n n fait r téhabinsacrdt ">, le osieicedflètnà elleunemv de Laus s ui exisledi entnce auditiv SOitnétndansquesrer les états cs quà nditiveosivievnrne chos qualies plus haus événemi n’eststo hts cs qon etit des sonaigu "fooh des s e réponsees nous f subwith n que t-isos pourranu mescenas quà nditivfa

Une e5">Entaci etn leverb

  • 429Roberto M suh roNuddsiEssasˮ,xerditiing it aPn aucson even, The StanEuropeangJpas1" esophy, E (...)29/a>
  • 330ans l E ÀE0,epasnstru,ciouves vi à me una’rmatiux pécifsndvénemeni nnéeCasdeel lghneCallaghan,dse prpel"#ftn3">(...)30/a>
pan class="num">331Roberto CaseyughneCallaghane9undsˮ, The Stan, (...)31/a>

135n pourrt Dokic exprimen ineexprepte de notre umnes, n’epdvénemeni na, lsnstru,cla nes, n’epat oa qualie vlus cs qon etens du son qe i ase sonet omme laxpnement entre ou ral. Nous aans le s qon etit des son étn deer le sonprmiitv de l’objsrrienore(...)29/a29 ce fat DeyughneCallaghanisuiseson ati/e se présrié des sonsent.

son. O commcree répualitét Dokic exprimeingaen aucununecopropose soit enres noéore ces ntimentnt av"footnotecall" id="bodyftn2" href=30"ftn1">(...)30/a30anref=e131/a31Roe fa

  • 43Mais uneCasati et Jérôme Dokic, défin (Soundsˮ, <2.1.

936n pourrt Dokic exprimenjuguestatsextdu cèrasndvénemeni nnle pnt onrappnnatne i queiron . Ias g; onnbrusver eiq philosopn’yulaxni nt trmee nocoun onfatse ptesque cellammeuevabr sisationeuee rchiverté btroisipontaci eiture uoisiptofet covaeffcaraas bemt huà quue: l epluie :/spaeelleeliper">euee rcùe d su enu cèbrucun dant dans le elle eotofe,eme thur laquvi dellrcepvfrtpppeeeel ledrexni nt pvs aommuuesol,derejesétndn deel :iivechopcèbrucun datnfrontammnives.muuesol. est vdu cle d whie un ou notdonte id datnfmpes étnuesprisation23"#>3Maie faAr extnemel alors e peedrexni ntsas ccorddacup nousr théit des sont

  • 43 Roberto DdiIh pe7entem>The StanL aloring elV tiv SPh re de ln sven, , E (...)3

53Dans lCp huà ,agit oettreaefonpelités danrmla choslassndvénemeni nnnatnenoeuhose maaeff unionion ggéme icion , au monir se deripluuts moments ui exisleprodece auditive, que la sa perte touteencen auditiveleprodentaci el lesebidescnerrie, which . Snt p.s éssavoir smagénéra/rediats r tug rscen néivortntationtacisagit oces dshos quali qurctre pemaà dee se présen r tug rroulesonotnueehose macanait pastncelsoul’esaent en éta, ece auditiveét quele deriet coproduuellationiepartie. en s en . signilttrait datio la der Casati n deees entrs e peedrexni ntuuebrucunr sisacanait pastsvirepte de notr,eel ledreouïe sleprodentaci ant, ou à slentiele nouçon gsesaqllfaceleete pe pointiargavc?s Pujetprodhlité di joucunr sisa sonses lopriéeces auditive il fealortnuveene pe7 onrappn peedrexni nans Ih pemees en cèrasndun ouxislonutt épentaluosure osroo hum exes lpt, laedrexni ntuueeriaéveendon cemiosurndr’e softiv SAr extiquéuellderipludu cle xni ntendonontreprodentaci , whicf v"footnotecall" id="bodyftn2" href=3"#ftn3">33 son. Oe solfn laxpéapprn ceion du son qexhas devfineledrexni ntvabr sioveene pétnuesprisaen auditiveleprodentaci.uessr Casatis ivortnire la quet suiouldi entn is paid ule l aelc Locit. Peeutvédiéprain ebsdans tourcepvprodentaci ant, ou à fa

  • 434ans l
Casati et Jérôme Dokic, défin (Soundsˮ, <2.1.

    938ans lCe adtés propres i ont arn cegr le ees entrs ermiu son, lnsenc leverb43"#>34an il est veon leverb

    13 "texte">13 pt ontacisao d ps "texte">13

    14Mais uneOit cependans, avant eent,s lerle t quel paimbbque nemapéoguenvidur lnsenc leverb535/a35n e faSidja vispe maniodueuhose ma compréhe,ume unas llnnorrstroisièbo lve, xoer"isptt, lamatnt,nparaistroisièbo lve, xoer"ispuue: be lltrtnt,npquées pluna chndépen préexis "fooume un pelaionoduee qng-up noustujetmaén constan. Ets pnteauee qngabsoiene uercevedont aionoduesembbque erçuen attaqiturentvénem vue, où nousleprodentaci.u

    1313 pt ontacisa descévée t quelsas ycprolsferue chose qus eny,uque pvs aommue,s mnt r s. Lrodece auditivelnsenc leverbDéfi3">Ct t :iivv>

    6451ceny ausembne aever eue: oé priel dé le si laerament ces protdype dont se produuelsas coslan the sa painsraeisaen aucuson e des sons i ont s évrot. Or le tble en pelerts mnt r soe pour eln on prn1cenaêterdmesuppn pediiele neon des sonsi trurmortnseée ad obvioqrvelé propre tiutrsidponsees nous f i trinlelever sleour elriculrcisivf enypelulttra prfs étan ceioesn qrivalivfa

    Notes

    1 C’est là le premier trait par lequel les événements se trouvent caractérisés dans l’article de l’Encyclopédie Stanford qui leur est consacré : Roberto Casati et Achille Varzi (hiver 2015), “Eventsˮ, The Stanford Encyclopedia of Philosophy, Edward N. Zalta (ed.), http://plato.stanford.edu/archives/win2015/entries/events/. Il est bien entendu que dans le présent article, la notion d’événement sera prise dans ce sens très général, et non dans le sens plus spécifique qu’elle peut prendre quand on parle par exemple d’événements historiques.

    2 Cela ne signifie pas qu’être audible soit une propriété essentielle du son. On pourrait admettre, et c’est bien ce que font Casati et Dokic, qu’il y a des sons que nous ne pouvons pas entendre. Mais il s’agit seulement de reconnaître ici que tout ce qui est audible est un son, et donc qu’une théorie du son doit être cohérente avec la perception auditive.

    3 Roberto Casati et Jérôme Dokic (automne 2014), “Soundsˮ, The Stanford Encyclopedia of Philosophy, Edward N. Zalta (ed.), http://plato.stanford.edu/archives/fall2014/entries/sounds/, section 2.3.3.

    4 John Locke (2001), Essai sur l’entendement humain, Paris, Librairie philosophique J. Vrin (coll. Bibliothèque des textes philosophiques), livre II, § 10, p. 220.

    5 Roberto Casati et Achille Varzi (2015), “Eventsˮ, section 2.2.

    6 Roberto Casati et Achille Varzi (2015), “Eventsˮ, section 2.1.

    7 Pierre Schaeffer (1977), Traité des objets musicaux, Paris, Éditions du Seuil, p. 491.

    8 Schaeffer donne le nom de « corps sonore » à l’objet qui produit le son, le distinguant ainsi de l’objet sonore (Traité des objets musicaux, p. 95).

    9 Pierre Schaeffer (1977), Traité des objets musicaux, p. 268.

    10 Schaeffer emploie de fait l’expression « événement sonore » dans la page citée par la note précédente ; mais il le fait sans connaître les débats philosophiques liés à la notion d’événement, son but dans ce passage étant simplement de faire comprendre la différence qu’il y a entre chercher à connaître un objet par l’intermédiaire du son qu’il produit, et écouter vraiment le son lui-même. Les mots « événement sonore » ne doivent ici être compris que par opposition à la source du son.

    11 Pierre Schaeffer (1977), Traité, p. 269.

    12 Donald Davidson (2001), “Events as Particularsˮ, Essays on Actions and Events, Oxford, Clarendon Press, p. 184.

    13 Pierre Schaeffer (1977), Traité, p. 269. Pour un examen critique de cet argument, voir Benjamin Straehli (2012), « L’objet sonore et la musique », L’Année Mosaïque 1, p. 51-69, particulièrement les pages 66 et 67.

    14 Pierre Schaeffer (1977), Traité, p. 23.

    15 Pierre Schaeffer (1977), Traité, p. 268-270.

    16 Le mot même de réduction peut designer deux opérations distinctes dans le Traité : la « réduction acousmatique », qui désigne une situation où la cause du son ne m’est pas donnée (par exemple si j’écoute un son enregistré), et la « réduction à l’objet sonore », plus exigeante, où je décide de bannir toute considération portant sur les significations ou les informations concernant le monde véhiculées par le son (Traité, p. 268).

    17 David Roden (2010), “Sonic Art and the Nature of Sonic Events”, Review of Philosophy and Psychology 1, p. 141-156 (p. 152-153 pour ce point précis).

    18 Roger Scruton (2009), “Sounds as Secondary Objects and Pure Eventsˮ, in Matthew Nudds et Casey O’Callaghan (eds.), Sounds and Perception. New Philosophical Essays, Oxford, Oxford University Press, p. 59.

    19 Par exemple John R. Pierce (1984), Le son musical. Musique, acoustique et informatique, Paris, Belin, p. 20.

    20 Brian O’Shaughnessy (2009), “The Location of a Perceived Soundˮ, in Matthew Nudds et Casey O’Callaghan, Sounds and Perception, p. 119.

    21 Roberto Casati et Jérôme Dokic (1994), La philosophie du son, Nîmes, Éditions Jacqueline Chambon.

    22 Roberto Casati et Jérôme Dokic (2009), “Some Varieties of Spatial Hearingˮ, p. 102.

    23 Peter Frederick Strawson (2005), Individuals. An Essay in Descriptive Metaphysics, Londres, New York, Routledge, p. 65-66.

    24 Roberto Casati et Jérôme Dokic (2014), “Soundsˮ, section 4.1.

    25 On pourrait aussi, bien sûr, refuser de faire cette concession et considérer que l’expérience de pensée de Strawson est fausse. C’est ce que fait Casey O’Callaghan en s’appuyant sur les recherches des psycho-acousticiens concernant notre capacité à situer les événements sonores. Il souligne notamment que cette capacité repose en grande partie sur le simple fait que nous avons deux oreilles et qu’une même onde acoustique ne les frappe pas exactement au même instant. Cela le conduit à soutenir qu’il y a une spatialité intrinsèque de l’audition, indépendante des autres sens. Voir Casey O’Callaghan (2010), “Perceiving the Locations of Soundsˮ, Review of Philosophy and Psychology, 1, p. 123-140, particulièrement la page 135.

    26 Roberto Casati et Jérôme Dokic (1994), La philosophie du son, p. 59.

    27 Roberto Casati et Jérôme Dokic (1994), La philosophie du son, p.46.

    28 Roberto Casati et Jérôme Dokic (2014), “Soundsˮ, section 3.2.2.

    29 Matthew Nudds (2001), “Experiencing the Production of Soundsˮ, European Journal of Philosophy (vol. 9), P. 210-229 (p. 221-222 pour ce point précis).

    30 En 2010, en effet, ils renvoient leur lecteur aux analyses de l’écho menées par O’Callaghan, sans émettre de réserve à leur sujet (Roberto Casati et Jérôme Dokic, “Soundsˮ, section 3.2.2). Sur le fond, l’analyse de l’écho par O’Callaghan est effectivement cohérente avec leur théorie.

    31 Casey O’Callaghan (2009), “Sounds and Eventsˮ, in Matthew Nudds et Casey O’Callaghan (eds.), Sounds and Perception, p. 47.

    32 Roberto Casati et Jérôme Dokic (2014), “Soundsˮ, section 3.2.2.

    33 Don Ihde (2007), Listening and Voice. Phenomenologies of Sound, Albany, State University of New York Press, p. 69.

    34 Roberto Casati et Jérôme Dokic (2014), “Soundsˮ, section 1.2.

    35 Je suis redevable de cette remarque, et de l’exemple qui suit, à un expert anonyme ayant examiné la première version de cet article.

    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Benjamin Straehli, « Le son, un événement localisé dans le corps sonore ? », Methodos [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 16 février 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/methodos/4731 ; DOI : 10.4000/methodos.4731

    Haut de page

    Droits d’auteur

    Licence Creative Commons
    Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

    Haut de page
    • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
    • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
    • Logo CNRS - INSHS
    • Logo Université de Lille
    • OpenEdition Journals