Navigation – Plan du site
Travaux

Séminaires et groupes de travail réguliers (année 2004/2005)

Texte intégral

Groupe d'études « La philosophie au sens large »

1animé par Pierre Macherey. Une séance hebdomadaire, d'octobre à mi-mai.

2Thème de l’année « Le quotidien »

Groupe de travail « Introduction à la lecture de Différence et répétition de Gilles Deleuze »

3Groupe de travail hebdomadaire, proposé et animé par Arnaud Bouaniche et Guillaume Sibertin-Blanc.

4En continuité avec le travail effectué l’année dernière sur l’Avant-propos, l’Introduction et le Chapitre I, les séances de cette année ont porté sur les chapitres II et III de l’ouvrage.

5« La répétition pour elle-même ». Le chapitre II prend pour objet la notion de « répétition » et la met en œuvre au service d’un programme précis : articuler la compréhension des organisations bio-psychiques sur une théorie des synthèses temporelles. Sans doute, celle-ci recoupe simultanément le thème husserlien des synthèses passives et le projet heideggerien d’une élucidation des structures de l’être au monde à partir de ses modes de temporalisation. Mais elle marque son originalité naturaliste en cherchant dans des processus de répétitions complexes le déploiement d’une subjectivité vitale. Animant toutes les créations de la nature et de l’esprit — dans la proto-sensibilité naissant des contractions de la matière, dans l’émergence d’une dynamique pulsionnelle, dans la genèse de la symbolisation et de la sublimation, dans le surgissement d’un instinct de mort où la « pensée pure » trouve sa source —, la répétition s’affirme comme puissance de subjectivation, c’est-à-dire création d’un pour soi ou répétition « pour elle-même ».

6« L’image de la pensée ». Instruit de l’examen de la « différence en elle-même » et de la « répétition pour elle-même », le chapitre III ressaisit les « présupposés subjectifs » rendant la pensée représentative incapable de réfléchir ces deux objets. Le versant critique de l’analyse mime une critique de la raison pure, mais en en déplaçant les attendus : le jugement, loin de servir de fil conducteur, y devient le lieu premier de l’illusion ; l’entendement, loin de concentrer la possibilité de la connaissance, y apparaît comme l’ « image dogmatique » elle-même. Le premier impose ses règles du bon sens et du sens commun, le second ses réquisits d’identification et de reconnaissance. L’un et l’autre concourent à défigurer et impuissanter toutes les facultés, sensibilité, imagination, mémoire… Cette proximité ironique à Kant se fait sentir également sur le versant positif de l’analyse : affranchie des postulats moraux où la bonne volonté et le désir du vrai pouvaient contempler leur intimité native, il revient à une doctrine des facultés, non pas de définir les limites de leurs pouvoirs respectifs et de leur usage légitime, mais d’établir les conditions de leur exercice effectif, c’est-à-dire forcé, dans la rencontre de leurs objets transcendants, c’est-à-dire irreprésentables. Beaucoup de conséquences doivent en sortir, justifiant la place centrale de ce chapitre dans le livre, concernant tant le statut de l’Idée (objet du chapitre IV) que celui du sensible (objet du chapitre V), donc la dialectique et l’esthétique transcendantales, à la jointure desquelles se joue notre conception de l’expérience et du sens.

7Comme l’an passé, le commentaire linéaire du texte commandera notre méthode de travail et règlera notre progression dans Différence et répétition

Séminaire « Chimie et mécanisme au tournant XVIIe-XVIIIe siècle »

8Séminaire de recherche mensuel animé par Bernard Joly.

Présentation des objectifs du séminaire

9Selon une fable qui circule avec ténacité chez les historiens des sciences, la chimie serait née dans la seconde partie du XVIIe siècle du recul de l'alchimie devant l'émergence d'une chimie corpusculaire et mécaniste permettant à une approche quantitative des phénomènes chimiques de se substituer à l'approche qualitative d'une chimie substantialiste. Ce schéma, qui a l'avantage de faire de la naissance de la chimie l'un des effets les plus heureux du développement de la pensée mécaniste, se heurte cependant au fait que des personnages aussi illustres que Boyle ou Newton, mais aussi les premiers chimistes de l'Académie Royale des Sciences, comme Hombert ou E-F. Geoffroy, pratiquaient une chimie qui intégrait les principaux acquis des doctrines alchimiques.En réaction contre cette image d'Epinal, des historiens de la chimie ont récemment insisté sur la continuité entre une alchimie corpusculaire esquissée dans certains traités médiévaux comme la Summa perfectionis du ps.-Geber et le corpuscularisme de la chimie dans la seconde moitié du XVIIe siècle. Mais c'est alors faire peu de cas de la nouveauté qui se manifeste dans les travaux des chimistes modernes.Il paraît donc nécessaire d'enquêter plus précisément sur les travaux des chimistes au tournant XVIIe/XVIIIe siècle, et plus particulièrement sur la chimie qui se développe alors en France autour de l'Académie Royale des Sciences. Il y a certes à l'époque d'importants travaux chimiques en Allemagne (Becher, Stahl), en Hollande (Boerhaave) et en Angleterre (Boyle), mais la France semble occuper une position privilégiée, en particulier à partir de la refondation de l'Académie en 1699. Sans pour autant rompre avec la tradition, les chimistes français de cette époque, confrontés aux exigences et aux critiques des physiciens mécanistes, plus souvent cartésiens que newtoniens, éprouvent le besoin de prendre position par rapport à une pensée qui rejette comme obscure et inconcevable tout ce qui n'est pas mécaniste.
Les exigences nées de l'inscription des travaux dans le cadre institutionnel de l'ARS, la prégnance de l'idéologie mécaniste, la volonté d'affirmer le caractère hautement scientifique de la disciple chimique, entrent alors en conflit avec la nécessité de pouvoir se réclamer de l'histoire et de la tradition d'une chimie qui se nommait volontiers alchimie, tout autant qu'avec l'impossibilité de renoncer à l'héritage des recettes et des découvertes de ces chimistes anciens qu'on appelait alchimistes, qui constituent le socle expérimental sur lequel peuvent se développer de nouvelles doctrines.

10Les travaux du séminaire portent donc sur les travaux chimiques qui se sont développés en France de 1660 à 1730 chez des auteurs comme Du Clos, Glaser, Lémery père et fils, François André, Homberg, E.-F. Geoffroy, mais aussi les cartésiens Rohault, Cordemoy et Régis, tout en examinant les relations qu'ils entretenaient avec des chimistes étrangers comme Boyle, Tachenius, Freind et Keill, Boerhaave, Becher, Stahl, Jungius et Kunckel. Les Cours de chymie publiés, les communications à l'ARS, imprimées aussi bien que manuscrites, constituent un premier corpus pour ces recherches.

Programme 2004-2005

-8 novembre 2004 : Rémi Franckowiak (UMR Savoirs et textes, Université de Lille 3), « De Boyle à Homberg : d’une physique chimique à une autre physique chimique ».

-6 décembre 2004 : Antonio Clericuzio (Université de Monte Cassino), « Boyle et son influence sur le continent ».

-10 janvier 2005 : Luc Peterschmitt (UMR Savoirs et textes, Université de Lille 3), « Francis Bacon et la chimie : le programme baconien des chimistes de la Royal Society et de l’Académie royale des sciences ».

-14 février 2005 : Christine Lehman (Université de Paris 10), « L’interprétation de la matière à travers les cours de chimie du XVIIIe siècle ».

-7 mars 2005 : Lawrence Principe (Johns Hopkins University), « Wilhelm Homberg et la chymie de la lumière ».

-4 avril 2005 : Myriam Dennehy (Université de Paris 4), « Les rapports entre l'History of Fluidity and Firmness de Boyle et la Protogaea de Leibniz ».

Mikael Gebleux (Université de Lille 3), « L’influence de la Summa perfectionis du pseudo-Geber au XVIIe siècle : continuité et différence ».

-9 mai 2005 : Hiro Hiraï (Centre d’histoire des sciences de l’université de Liège), « Le concept de semence de Gassendi entre les théories de la matière et les sciences de la vie au XVIIe siècle »

Anne-Lise Rey (UMR Savoirs et textes, université de Lille 1), « Sur la chimie chez Leibniz »

-20 juin 2005 : 1) Hiro Hirai : « Le concept de semence de Gassendi entre les théories de la matière et les sciences de la vie au XVIIe siècle »

2) communication de Bernard Joly : « La chimie cartésienne de Louis Lémery »

3) préparation de l'année 2005-2006

Groupe de travail « Lecture d'Aristote, Métaphysique alpha

11animé par Frédéric Gain et Claire Louguet. 

12Séminaire de préparation aux rencontres Cambridge-Lille

13Responsable Alain Lernould.

14Thème de l’année : « L'Hippias Mineur ».

Séminaire « Origine des idées scientifiques : ruptures et continuités »

15Responsables : Sonia Couche et Bernard Maitte.

Argumentaire

16Le séminaire a pour projet, cette année, d’étudier différents moments charnières où des idées scientifiques sont remises en question, transformées, abandonnées pour laisser la place à de nouvelles. Peut-on pour autant parler de disparition si l’on considère que la remise en question d’une idée forme souvent le terreau du concept qui la supplante ?

Programme 2004-2005

- 28 octobre 2004 : Fabien Chareix (Paris IV Sorbonne) : « Poincaré continuiste ? - Examen des thèses de Poincaré sur l'histoire des théories scientifiques ».

- 2 décembre 2004 : Ahmed Djebbar (Lille 1) : « Continuité et ruptures dans la pratique scientifique arabe des IXe-XVe siècles : le cas des mathématiques »

- 6 janvier 2005 : Bernard Maitte (Lille 1) : « Ibn al-Haytham, Kepler et l’arc-en-ciel »

- 3 février 2005 : Jean Celeyrette (Lille 3) : « Un infini peut-il être plus grand qu'un autre ? Une question médiévale ».

- 10 février 2005 : Gilles Denis (Lille 1) : « Ruptures locale et institutionnelle, continuités globale et disciplinaire : le cas de l'installation de la phytopathologie et de la cryptogamie à Harvard dans les années 1870 »

- 3 mars 2005 : Robert Gergondey (Lille 1) : « Mathématiques périmées ? »

- 7 avril 2005 : Dominique Boury (Centre d’Ethique Médicale) : « Contexte et conditions des mutations contemporaines de la recherche en biologie »

- 19 mai 2005 : Bernard Joly (Lille 3) : « Les chimistes français du XVIIIe siècle étaient-ils des alchimistes ? Le cas d'Etienne-François Geoffroy ».

- 2 juin 2005 : Andreas Kleinert : « Le perpetuum mobile de Pierre de Pèlerin »

Séminaire de philosophie ancienne « Puissance, Mouvement, Acte »

17Responsables : M. Crubellier, A. Jaulin, D. Lefebvre, P.-M. Morel, P. Pellegrin (Paris 1-Lille 3-ENS-CNRS)

18Thème de l’année : « Aristote. Matière et génération »

Programme 2004-2005

- 4/12/2004 : Paris I – Salle Cavaillès.

10h-12h : P.-M. Morel (Univ. Paris I) : « Génération ou agrégation ? Aristote contre Démocrite ».

14h-16h : C. Louguet (Lille III) : « Aristote et l’élément intermédiaire présocratique ».

- 8/01/2005 : Paris I – Salle Halbwachs

10h-12h : Ph. van der Eijk (Univ. de Newcastle) : « Les mouvements de la matière dans le domaine psychophysique chez Aristote et dans la tradition aristotélicienne ».

14h-16h : D. Modrak (Univ. de Rochester) : « Substance aristotélicienne, unité fonctionnelle et matière incorporée ».

- 05/02/2005 : ENS Ulm – Salle Cavaillès.

10h-12h : M. Rashed (CNRS - Centre Léon Robin) : « Aristote et Démocrite : relecture de Gen. Corr. I 8”.

14h-16h : C. Cérami (Doc. ENS Pise) : « Génération absolue, génération relative : deux modèles ou un seul ? »

- 05/03/2005 : Lille III– Maison de la Recherche.

10h-12h : A.-L. Therme (Doc. Paris I) : « La passivité de la matière dans les processus de génération (Empédocle et Anaxagore) ».

14h-16h : F. Gain (Doc. Lille III) : « Le problème de l’individuation chez Aristote ».

- 02/04/2005 : ENS Ulm – Salle des Actes.

10h-12h : C. Rapp (Univ. Humboldt, Berlin) : « Principes de la génération vs. Principes de l’être ».

14h-16h : Th. Scaltsas (Univ. d’Edimbourg) : « De quelle façon les homéomères sont-ils homéomères ? Gen. Corr I 10 et II 7 ».

Séminaire « Les prologues d'Euripide »

19Responsable : Fabienne Blaise (cours de Master, ouvert aux doctorants et chercheurs).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Séminaires et groupes de travail réguliers (année 2004/2005) », Methodos [En ligne], 5 | 2005, mis en ligne le 02 octobre 2017, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/methodos/4834

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • OpenEdition Journals