Navigation – Plan du site
Travaux

Colloques et Journées d'études (2008-2009)

Texte intégral

Colloque « Sens et valeur de la notion de problème en éducation et en formation »

1Co-organisé avec le Laboratoire d'études et de recherches sur les Logiques Contemporaines de la Philosophie (LLCP, Paris 8) et le Centre d'Etudes en Rhétorique, Philosophie et Histoire des Idées (CERPHI, ENS). Responsable pour STL : Alain Firode IUFM Nord-Pas de Calais, site d'Arras, 11 et 12 septembre 2008

Table-ronde « Identité culturelle et complexité »

2Responsable : Max Lejbowicz. Co-organisée avec l'EA 2482 « Groupe de recherche Antiquité, Moyen Age, Transmission arabe de l'Université de Paris 1 ».Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, samedi 4 octobre 2008.

3Programme téléchargeable en annexe.

« De la philologie : théorie et pratique. Colloque organisé en hommage à Jean Bollack »

4Responsable : Philippe Rousseau. Université de Lille 3, 23 au 25 octobre 2008.

Présentation

5Jean Bollack, professeur émérite à l'Université Charles de Gaulle – Lille 3 où il enseigna le grec de 1958 à 1992, aura 85 ans en 2008. L 'UMR "Savoirs, Textes, Langage" dont il est indirectement l'un des fondateurs et ses élèves ont décidé à cette occasion de rendre hommage à ses travaux d'helléniste en organisant en son honneur, dans son université, un colloque consacré à une discipline, un moment de l'histoire intellectuelle et des objets qui ont occupé jusqu'à ce jour une place privilégiée dans son activité de chercheur. Il est trop connu pour qu'il soit nécessaire de le présenter longuement. Né à Strasbourg en 1923 dans une famille juive alsacienne, il a fait ses études secondaires et une partie de ses études supérieures à Bâle, avant et pendant la deuxième guerre mondiale, avant de venir à Paris dès la Libération. A Bâle, il avait été en particulier l'élève de Peter Von der Mühll qui lui donna les bases de sa formation à la philologie classique, dans la grande tradition de la science allemande. Il y était aussi entré en contact avec des poètes et des artistes installés dans la ville. L'influence d'Albert Béguin, qui y enseignait à cette époque et dont on sait les relations étroites qu'il entretenait avec les écrivains de la résistance contribua à affermir son intérêt pour la littérature contemporaine et la part de réflexion critique qui lui est inhérente. A Paris, où il fut entre autres l'élève de F. Chapouthier et de P. Chantraine il acheva sa licence de lettres classiques, obtint une licence d'allemand et suivit parallèlement d'autres enseignements, ceux notamment d'Alexandre Koyré et Etienne Gilson. Son intérêt se porte alors sur la comparaison des systèmes cosmologiques des présocratiques et des philosophies ultérieures et il entreprend, sous la direction de P. Chantraine, une thèse d'Etat qui aboutira à la publication des Origines d'Empédocle (1965-1969). Enseignant au collège de Barr en Alsace au début des années 50, il renoue avec le séminaire de Bâle et les cours de P. Von der Mühll. Il est détaché au CNRS l'année où il vient d'être reçu à l'agrégation de grammaire, et est professeur invité pendant plusieurs semestres à la Freie Universität de Berlin. A partir de 1958 il est assistant, puis chargé d'enseignement à la Faculté des lettres de l'université de Lille, avant d'y être élu professeur en 1965. Il enseigne à Lille jusqu'à son départ à la retraite en 1992. Il est "fellow" de l'Institute for advanced studies de Princeton en 1970-1971 et membre du Wissenschaftskolleg de Berlin en 1982-1983. Il crée en 1972, dans ce qui est devenu entre temps l'Université de Lille 3, le Centre de recherche philologique, rapidement associé au CNRS, qu'il dirige jusqu'en 1985, foyer de ce que l'on appellera vite "l'école de Lille". Cette unité est l'une des équipes dont la fusion a donné naissance en 2006 à l'UMR STL (Savoirs, Textes, Langage). Son œuvre dans le domaine des études grecques est considérable : les Présocratiques (Empédocle, Héraclite, Parménide, les Atomistes), les trois grands tragiques, Epicure, l'épopée archaïque (Homère et Hésiode), les lyriques, Platon et Aristote, etc., travaux qu'il mène seul ou en collaboration avec plusieurs de ses élèves (Heinz Wismann, André Laks, Pierre Judet de La Combe , Philippe Rousseau). S'ajoute à ces monographies, éditions commentées, etc. une série de traductions des tragiques, en collaboration avec Mayotte Bollack. Il serait faux de penser que les travaux majeurs consacrés à Paul Celan se situent "a côté" de ses recherches d'helléniste, comme une sorte de diversion ou de "hobby". Les deux ensembles trouvent leur origine dans des exigences herméneutiques "et" philologiques communes et ils se sont nourris l'un l'autre. Il en va de même de la part de ses ouvrages qui abordent des problèmes que l'on dirait de théorie, d'épistémologie ou de méthode. C'est néanmoins à l'helléniste, praticien et théoricien d'une approche critique nouvelle des œuvres de l'Antiquité, que ce colloque entend rendre hommage.

6Jean Bollack s'est expliqué à plusieurs reprises sur la discipline qu'il pratique et la manière dont s'est formée la conception qui est la sienne du métier de philologue et de ses présupposés. Cette auto-réflexion sur son travail, la réflexion critique qu'il menait sur les traditions savantes et la situation présente de la discipline, les études que d'autres chercheurs ont consacrées à sa démarche scientifique et les discussions vives auxquelles celle-ci a donné lieu font que ses positions méthodiques et théoriques sont assez connues pour qu'il ne soit pas nécessaire de les rappeler longuement  ici. Ces positions ne se définissent pas par rapport à une philosophie constituée dont elles offriraient une application, qu'il s'agisse de Gadamer ou de la Théorie critique. Ses remarques, dans leur forme comme dans leur contenu, offrent, pour reprendre l'expression de l'un de ses lecteurs, moins une théorie herméneutique qu'un « art critique», une heuristique de la lecture. Elles ne se constituent pas en un traité systématique. Leur cohérence tient à l'enjeu de la démarche dont elles visent à rendre compte, la meilleure compréhension des textes ou des œuvres. Cette herméneutique philologique tire sa portée critique de la problématisation méthodique des attentes du sens, affirmant, dans sa contestation des diverses formes d'assimilation des œuvres poétiques ou philosophiques grecques, le lien essentiel entre la reconnaissance de la particularité des textes et l'exigence d'une rationalité de l'interprétation. Dans la discussion les présupposés de lecture peuvent et doivent être énoncés, confrontés et argumentés. L’herméneutique de Jean Bollack peut être qualifiée de « critique » dans la mesure où elle est une herméneutique philologique attentive à la force et à la précision de la lettre. Mais le mouvement d'auto-réflexion qui l'anime la défend contre la tentation positiviste courante dans la pratique des philologues de croire que le sens peut se livrer hors de sa problématisation. Elle oppose la particularité incontournable de la lettre et la singularité de l'œuvre à la tentation des interprétations généralisantes ; et au positivisme des philologues l'impossibilité de connaître, voire de décrire, leur objet sans réfléchir sur les présupposés de sa constitution. Ce lien étroit entre l'exigence philologique et l'auto-réflexion herméneutique explique l'esprit du colloque d'octobre 2008 et le souci de combiner dans le cadre de six sessions d'une demi-journée chacune réflexion critique sur les démarches scientifique de Jean Bollack d'une part, et discussion collective approfondie de problèmes philologiques particuliers de l'autre. Les cinq premières séances seront organisées autour de la présentation et de la discussion préparée d'un nombre restreint d'exposés diffusés à l'avance à tous les membres de ce "séminaire" de trois jours. Conçu comme un hommage à l'helléniste qu'est Jean Bollack, ce colloque borne délibérément ses intérêts au champ de la philologie grecque et écarte donc de ses objets l'exégèse des poèmes de Paul Celan aussi bien que les recherches qui ont entouré l'édition des œuvres de Peter Szondi ou les travaux consacrés à l'histoire critique de la discipline. Dans le domaine grec même il retient d'abord trois grands objets parmi ceux qui ont attiré l'attention du philologue auquel il est dédié, appartenant tous trois à la même grande période de l'archaïsme finissant et de la haute époque classique : les présocratiques, Pindare et la tragédie attique. Une quatrième session sera consacrée à un thème transversal relevant de la poétique, celui de la virtuosité de l'art. Les communications ne porteront pas sur la discussion des interprétations proposées par Jean Bollack, même si l'on attend qu'elles n'ignorent pas ce que celui-ci peut avoir écrit sur le texte ou le problème examiné, mais elles seront conçues de telle sorte qu'il soit possible d'en évaluer les démonstrations et d'en discuter les présupposés en les rapportant à l'instance critique qu'est la lettre du texte. Elles permettront, dans leur diversité, de confronter et de mettre à l'épreuve d'analyses concrètes les différentes approches  qui ont cours actuellement (herméneutiques, anthropologiques, déconstructionnistes, etc.). Un premier "répondant", désigné à l'avance après réception des textes, introduira la discussion, à laquelle sera réservé au moins un tiers du temps disponible pour chaque session. Deux séances, dont une table ronde, seront consacrées à la discussion de la situation de l'œuvre de Jean Bollack dans l'histoire et le champ actuel de la discipline ("Bollack parmi les philologues"), ainsi qu'à l'évaluation critique des présupposés épistémologiques et de la fécondité heuristique de son "art" et de sa pratique. Les intervenants ont été choisis pour leur qualité scientifique. On a pris garde de faire appel à des chercheurs appartenant à des générations, des pays et des horizons épistémologiques différents.

7Programme téléchargeable en annexe.

Colloque « Hérodote à la Renaissance »

8Co-organisé par S. Longo (Lyon III), P. Galand-Hallyn (EPHE), L. Boulègue (STL, Lille 3-IUF). Paris, 5-6 mars 2009, Clos des Cordeliers.

Colloque international « La traduction : philosophie, linguistique et didactique »

9Responsable : Tatiana Milliaressi, STL, Université de Lille 3. Université de Lille 3, 1-3 avril 2009.

Rencontre annuelle du séminaire tournant Lille-Paris-Cambridge

10Responsable pour STL : Alain Lernould. Cambridge, du 1 au 3 mai 2009.

Journée d'études « Point de vue, perspective, focalisation : mutations artistiques à la charnière de la Renaissance et de l'Age classique »

11Responsables : Lucien Vinciguerra, STL et Jehanne Dautrey, Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Nancy. Université de Lille 3, 19 mai 2009.

Symposium « Du  geste au signe : le pointage dans les langues orales et signées »

12Responsables : Georgette Dal, Emmanuelle Mathiot, Annie Risler. Université de Lille 3, 4-5 juin 2009.

Présentation

13Cette manifestation sera la troisième édition des journées de recherche sur les langues signées organisées à l’Université Lille3. L’objectif de ces journées est de diffuser les avancées de la recherche sur les langues signées, tout en proposant une thématique qui permettra d’établir des comparaisons entre langues orales et langues signées.

14La thématique choisie est : LE POINTAGE.

15Ce geste de désignation, universel, est présent aussi bien dans les langues orales que dans les langues signées, chez les jeunes enfants avant l’apparition du langage que chez les adultes. Geste ou signe ? La question du statut du pointage se pose, puisqu’il accompagne la transition du pré-linguistique au linguistique chez l’enfant entendant ainsi que l’apparition des premiers signes chez l’enfant sourd-signeur. Il participe également de la communication linguistique signée chez l’adulte en LS mais reste aussi très présent dans les situations dialogiques entre locuteurs de langues orales. Est-il pour autant un marqueur linguistique, et, si oui, dans quelles circonstances ?

16La thématique du pointage offre donc un point d’entrée très intéressant pour des chercheurs d’horizons scientifiques différents :

17-en acquisition du langage : les premiers pointages précèdent l’utilisation des premiers mots chez le jeune enfant et accompagnent son entrée dans la symbolisation. Leur rôle est d’isoler un objet d’intérêt qui prend un statut particulier pour les partenaires de l’interaction, mais également de diriger l’attention d’autrui, et de localiser un objet convoité ou intéressant pour soi ou pour autrui. Mécanisme de transition entre le pré-linguistique et le linguistique, ils accompagnent aussi l’entrée dans la combinatoire.

18-dans les travaux sur la gestualité, centrés sur le rôle joué par les gestes dans la communication et le discours, et ce qu’ils nous apprennent sur le développement et le fonctionnement cognitifs.

19en syntaxe des langues signées : la mise en relation des unités des langues des signes repose essentiellement sur des constructions et arrangements spatiaux. Les gestes de pointage sont des éléments capitaux dans cette organisation. Selon les auteurs, ils sont considérés comme des unités linguistiques, ou comme la combinaison d’une unité linguistique et d’un geste déictique.

20Par ailleurs, que ce soit dans les langues orales ou les langues signées, en phase d’acquisition ou chez l’adulte, le pointage s’articule avec la prosodie, la mimique et le regard. Ces dimensions indissociables sont à l’intersection de plusieurs disciplines qui apporteront des éclairages complémentaires au cours de ces journées scientifiques.

21Lors de ces journées, une place centrale sera donnée aux communications portant sur la thématique du pointage. Cependant, pourront aussi être présentés dans le cadre de ces journées des travaux hors thématique, dès lors qu’ils traitent de la mise en relation entre geste et signe.

22Programme téléchargeable en annexe.

XXe Colloque CorHaLi (Réseau International de Recherche et de Formation)

23Thème du colloque 2009 : « The Figure in the Text : Epiphany in Greek Literature ». Princeton, 4-6 juin 2009.

Journées d'études « Nominalisations »

24Organisées en collaboration avec Nancy 2, Paris 8 et Paris 3, dans le cadre du programme ANR « NOMAGE ». Responsable pour STL : Rafaël Marin). Université de Lille 3, 18-19 juin 2009.

Programme

Jeudi 18 juin 2009

2511h-11h30 Accueil

2611h30-12h15 : Pauline Haas (Université Lille 3) : « Étude sémantique des noms statifs pouvant entrer dans la structure « dans + déterminant possessif + N » »

2712h15-13h : Delphine Beauseroy (Université Nancy 2) : « Les noms abstraits intensifs forment-ils une classe homogène ? »

2814h-14h45 Christopher Piñon (Université Lille 3) : Commentaires sur les travaux de P. Haas et D. Beauseroy

2914h45-15h30 : Françoise Kerleroux (Université Paris 10) : « Il y a nominalisation et nominalisation »

3016h-16h45 : Karen Ferret, Elena Soare & Florence Villoing (Université Paris 3 & Université Paris 8) : « Noms en –age et noms en –ée : un autre cas de compétition affixale ? »

3116h45-17h30 Dany Amiot (Université Lille 3) : Commentaires sur les travaux de F. Kerleroux, K. Ferret et al.

3217h30-18h30 Table ronde

Vendredi 19 juin 2009

339h30-10h15 : Ghislaine Gamille & Marie-Laurence Knittel (Université Nancy 2) : « Les nominalisations en yilumbu : étude descriptive »

3410h15-11h Rafael Marin & Louise McNally (Université Lille 3 & Universitat Pompeu Fabra) : « Des verbes psychologiques aux noms »

3511h30-12h15 : Isabelle Roy (Universitetet i Tromsø) : Commentaires sur les travaux de Gamille & Knittel et Marin & McNally

3612h15-13h : Artemis Alexiadou, Gianina Iordachioaia & Elena Soare (Universität Stuttgart & Université Paris 8) : « Aspect et marquage du pluriel dans les nominalisations : le cas du polonais et du bulgare »

3714h-14h45 : Lucie Barque, Anne Jugnet, Richard Huyghe & Rafael Marin (Université Lille 3 & Université Paris 7) : « Deux types de noms déverbaux d’activité »

3814h45-15h30 Antonio Fabregas (Universitetet i Tromsø): Commentaires sur les travaux d’ Alexiadou et al. et Barqueet al.

3916h-17h Table ronde

40Ce programme est téléchargeable en annexe.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Colloques et Journées d'études (2008-2009) », Methodos [En ligne], 9 | 2009, mis en ligne le 04 octobre 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/methodos/4892

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • OpenEdition Journals