Navigation – Plan du site

Le concept de la ville créative : la création réelle ou imaginaire d’une forme d’action politique dominante

Roger Keil et Julie-Anne Boudreau

Résumés

Dans ce court texte en hommage aux travaux de Bernard Jouve, on nous a demandé d’écrire sur la notion de ville créative. Avec Jouve, nous avons beaucoup travaillé sur la gouvernance métropolitaine et la constitution de nouveaux modes de gouvernance (ou régimes urbains). C’est à partir de ces travaux que ce texte se questionne sur la pertinence de la notion de ville créative dans le contexte particulier de Toronto où, malgré l’absence d’institutions métropolitaines fortes, une certaine gouvernance métropolitaine est en marche. Or la notion de ville créative met sérieusement au défi cette échelle métropolitaine de gouvernance, axée exclusivement sur la centralité au détriment des périphéries de la métropole. À l’aide de deux personnages publics puissants à Toronto, Richard Florida et David Pecaut, nous proposons une critique de cette notion de ville créative désormais dominante.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Dans un article sur l’élaboration des politiques de transport, Jouve définit l’innovation comme su (...)

1Patrick Le Galès écrivait : « Although the city is an unceasing movement, it is also the locus of collective action, of innovation, of interest-aggregation mechanisms, of negotiation and of conflict » (2002, p. 25). Cet énoncé, court et précis, contient beaucoup des éléments les plus importants de la gouver­nance urbaine telle qu’on la connaît aujourd’hui. Dans les pages qui suivent, nous nous penchons sur deux des éléments énoncés par Le Galès : nous nous proposons d’articuler la créativité (représentée dans la citation ci-dessus par l’idée d’innovation1) et l’action collective.

2Nous postulons d’entrée de jeu que la classe créative est devenue un des acteurs collectifs (réel ou imaginaire) le plus représentatif de toutes les formes d’action politique. Si l’on n’est pas créatif, semble-t-il, on ne peut être un ac­teur. Sans créativité, qui plus est, il n’y aurait pas de collectivité. C’est du moins ce que le discours et les pratiques actuelles de gouvernance urbaine semblent supposer. Dans la version francophone de son ouvrage, Le Galès affirme sur la notion d’acteur : « Les représentations de la société sont saturées par tous ceux qui revendiquent un statut d’acteur, un argument clé pour justifier la nouveauté d’une société plus complexe, à tort ou à raison » (Le Galès, 2003, p. 40). En citant Meyer (2000, pp. 237-8), il poursuit : « The point is that the “first interest” or problem of the modern actor is –not to accomplish prior goals of some sorts– but to be an actor. This requires discovering goals, tech­nologies, resources, sovereignty, control and boundaries. »

3À l’aide de l’exemple de Toronto, Canada, les propos qui suivent portent un regard critique sur cette montée de la créativité comme logique d’action politique en mettant au jour ses paradoxes pour l’acteur lui-même et pour ceux qui ne peuvent s’ériger au rang d’acteur reconnu du jeu politique. Ce fai­sant, nous nous questionnons sur les raisons pour lesquelles la créativité est désormais si valorisée comme principe de base de la décision politique, des investissements publics et de la légitimation de l’action publique.

4À Toronto, comme dans plusieurs villes du monde, la créativité est deve­nue le slogan de plusieurs acteurs civiques et politiques, qui la relient directe­ment aux intérêts particuliers d’une classe spécifique. À Toronto, deux figures dominent le débat public : David Pecaut, leader civique ayant créé la Toronto City Summit Alliance (TCSA) et Richard Florida. Tous deux sont devenus les porte-drapeaux de cette nouvelle urbanité sélective dans laquelle certains aspects comme la créativité sont valorisés au détriment d’autres. Malgré tout, le discours sur la ville créative affirme que cette urbanité apportera croissance économique et bonheur. Ainsi, nous explorons la façon dont David Pecaut et Richard Florida ont transformé les logiques d’action collective à Toronto, comment leur insistance sur la créativité a changé la façon dont les identités collectives se sont formées. Alors que Pecaut fait plutôt figure de leader ci­vique, nous qualifions Florida d’entrepreneur urbain. Autrement dit, Pecaut et Florida deviennent pour nous des archétypes de l’action municipale. Leur articulation du progrès et de la créativité est, selon nous, typiquement urbaine. Que signifie cette introduction d’un nouveau mode de gouvernance urbaine à l’âge du néolibéralisme et du retrait de l’État ? Y a-t-il des différences notables entre l’esprit civique de la TCSA et la façon dont Artscape (inspiré de Florida) a investi les espaces publics torontois ?

5Tout en explorant ceci, nous revisitons une série de questions d’abord po­sées par Bernard Jouve (2004, p. 5) : « Quelle est la portée réelle du renou­veau de la démocratie participative et délibérative dans les métropoles […] ? La concertation, le partenariat entre les élus et la société civile (groupes com­munautaires, ethniques, acteurs économiques), transforment-ils effective­ment les bases de l’ordre politique ? » Tout comme le fait Jouve dans l’ouvrage pour lequel ces questions servent d’introduction, nous adoptons un regard un peu plus pessimiste en ce qui concerne les possibles ouvertures démocra­tiques pour Toronto. Le discours sur la démocratie à Toronto est passé du réformisme et managérialisme des années 1980 au mode de gestion de crise anti-étatique des années 1990 (avec la fusion de plusieurs entités administra­tives et les réformes néolibérales), et maintenant à une période de nouvelles ouvertures politiques tout autant que de clôtures : le virage social et métapho­rique vers la classe et la ville créatives amène de nouveaux acteurs jadis sans pouvoir au devant de la scène politique, mais crée aussi de nouveaux espaces d’exclusion à l’échelle métropolitaine.

6Le Galès (2003) suggère que les villes développent de nouveaux modes de gouvernance, une notion proche de celle des régimes urbains présente dans les débats américains. Pour plusieurs villes, la construction de ces modes de gouvernance participe des processus de néolibéralisation. Dans de telles conditions, il n’est donc pas surprenant que l’entrepreneurialisme soit devenu une forme fondamentale de l’organisation de la gouvernance, voire sa finalité ultime. À la suite de Le Galès, nous pouvons identifier trois éléments carac­téristiques de la ville entrepreneuriale : « le discours de la concurrence et du marché, y compris en termes d’image et d’identité, la priorité politique accor­dée aux enjeux de développement économique et d’attraction des investisse­ments, de flux et de groupes sociaux favorisés, la transformation du gouverne­ment local vers des formes organisationnelles de type partenariat public-privé qui donnent aux acteurs privés un rôle important dans la définition de l’in­térêt général de la ville, des priorités, des modes de gestion ainsi que dans la conception et la mise en œuvre de projets » (Le Galès, 2003, p. 287).

7Alors qu’en Amérique du Nord, l’innovation et la créativité sont souvent conçues comme résultant des activités économiques, en Europe, la capacité innovatrice est encore souvent associée aux acteurs publics, que ce soit par la mise en place de politiques publiques transversales (comme l’indiquait Jouve dans son article de 2002), par l’institutionnalisation de l’action collective ou par l’intégration des groupes marginalisés. Cependant, comme nous le rap­pelle Brenner (2004, p. 254), cette dichotomie entre l’Europe et l’Amérique semble de moins en moins marquée alors que les villes européennes connais­sent également un tournant important vers la concurrence internationale et l’entrepreneurialisme qui influent tant sur l’élaboration des politiques pu­bliques que sur l’action collective. C’est également le cas au Canada : les villes y sont également devenues des centres d’innovation dans les modes de gou­vernance et les échelles de l’action collective (Boudreau et al., 2007). En re­vanche, à la différence des villes européennes, les villes canadiennes ont connu un tournant vers l’action collective extra-municipale et non-gouvernementale beaucoup plus marqué. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle Jouve avait ar­gumenté pour l’incorporation d’études de cas canadiennes dans son ouvrage comparatif publié avec P.  Booth (2004). Ces formes d’action collective, par­fois civiques, autrefois entrepreneuriales, sont au cœur de nos préoccupations dans cet article, un peu comme l’écrivait Jouve : « La défiance vis-à-vis de la sphère politique s’exprime essentiellement par rapport à un mode d’organisa­tion centré sur le principe de la représentation, donc sur la centralité des élus dans les processus décisionnels d’attribution des ressources, d’arbitrage des conflits, etc. À l’inverse, les attentes en faveur d’une démocratie renouvelée, prenant appui sur la concertation, la délibération, le partenariat, dit autrement sur la pluralisation du système politique, sont de plus en plus fortes » (Jouve, 2004, p. 4).

8Que faire, donc, face à ce « mirage néo-tocquevillien » pour reprendre l’expression de Jouve ? Voici d’abord quatre propositions encadrant ces ré­flexions sur la transformation de l’action collective (Boudreau et al., 2009), avant d’explorer plus en détails les transformations du mode de gouvernance à Toronto à travers deux acteurs politiques que nous qualifions d’archétypes :

9(i) Les interdépendances de plus en plus serrées entre les villes et au sein de celles-ci génèreraient des situations politiques inattendues tant à l’échelle locale que globale. De petits gestes de la vie quotidienne n’ayant pas nécessai­rement été pensés comme actes politiques peuvent prendre une signification politique accrue en ayant un impact sur plusieurs autres petits gestes et en étant diffusés par les réseaux mondiaux. Le discours sur la ville créative tente de politiser ces petits gestes quotidiens. Par exemple, le lauréat de poésie de la Ville de Toronto écrivait en 2006 : « L’art et la culture sont des éléments aussi essentiels de la consolidation des familles, des communautés et des villes que l’air que nous respirons ou l’eau que nous buvons. La culture n’est pas exo­gène, ce n’est pas un secteur. C’est une ressource inscrite dans chaque geste civique, en attente de libération. La créativité est notre seule ressource inépui­sable » (Di Cicco, 2006, notre traduction).

10(ii) L’imprévu est potentiellement innovateur, ce serait l’une des forces de l’action politique. Alors que les travaux de Richard Florida sont un plaidoyer pour la mise en valeur d’une créativité ordonnée, planifiée par les services d’ur­banisme, d’autres courants ont plutôt accentué l’importance de l’imprévu et de l’absence de contrôle pour susciter la créativité. C’était le cas, par exemple, des Situationnistes. Mais comme l’indique Jouve en parlant plus largement de la démocratie locale, cette thématique « a servi à alimenter, dans certains cas, une critique radicale de la figure de l’État moderne, inféodé aux intérêts du capitalisme et avant tout source d’endoctrinement et d’aliénation. Le local se confondait alors avec le small is beautiful, la contre-culture et les projets alter­natifs d’autogestion. La radicalité du propos a actuellement disparu. » (Jouve, 2004, pp. 4-5). En effet, les propos du Maire de Toronto, David Miller, lors de l’ouverture de la semaine de la créativité et de l’innovation en 2005 montrent bien comment cette radicalité a été intégrée dans le discours institutionnel :« le potentiel créatif illimité de tous est l’une de nos plus abondantes res­sources encore sous-exploitée. Elle devrait être nourrie, reconnue et encou­ragée. La créativité (…) aide les gens à développer de nouvelles perspectives, à voir de nouvelles possibilités de choisir et prendre de nouvelles décisions, donnant ainsi à chacun les potentialités lui permettant d’améliorer sa vie et sa communauté (…) » (City of Toronto, 2005, cité dans Grundy, Boudreau, 2008, p. 352, notre traduction).

11 (iii) Le rythme accéléré de la vie urbaine tendrait à favoriser les formes d’action non-conséquentialistes. L’action non-planifiée se construit le plus souvent sur la reconnaissance de formes de rationalité autres que celle de l’analyse rationnelle des conséquences d’un geste. Si l’action stratégique, ba­sée sur l’anticipation des impacts d’une action et l’élaboration d’un plan d’ac­tion visant à maximiser ses intérêts, demeure au cœur de l’action politique, d’autres logiques d’action deviennent importantes et se superposent aux ac­tions de type stratégique. C’est ce que les travaux sur la manipulation de l’af­fect nous indiquent (Thrift, 2004 ; Massumi, 2006). C’est également ce que suggère Mirza (2005, p. 270, notre traduction) en ce qui concerne la ville créa­tive, la créativité par les arts étant positionnée comme « un catalyseur pour l’empowerment émotionnel ».

12(iv) Ainsi, certaines formes d’action politique seraient énergisées beau­coup plus par une force d’impulsion que par l’antagonisme entre les autorités et les citadins. Dans un dossier thématique de la revue Multitudes sur l’agir urbain, les auteurs montrent comment « l’intensification des agencements de la vie (partage, rencontre) » peut progressivement aboutir à « une forme de radicalité et de subversion essentiellement "positive"», c’est-à-dire que la critique de l’ordre établi et son éventuelle transformation proviendraient non pas tant de la construction d’un ennemi qui serait extérieur à la vie quoti­dienne (l’État), mais plutôt de l’intensification de l’expérience de rencontres, de créations et d’expérimentations propres à la vie urbaine (Nicolas Le Strat, 2008, p. 119). C’est exactement dans cet esprit que la Ville de Toronto a mis sur pied la campagne Live With Culture visant à rendre accessible les événe­ments artistiques à tous, tout en rapprochant les artistes des « non-artistes » dans un travail de développement social, comme l’explique cet extrait du pro­gramme : « [Les programme artistiques communautaires] sont vus comme des instruments de changement social, un véhicule pour la transformation des individus, une façon de démocratiser les arts en incitant des non-artistes à ap­prendre et pratiquer les arts en tant que membres d’une communauté; ou en­core tous ces objectifs à la fois. Malgré toutes les différences, la force qui relie les projets d’arts communautaires entre eux est leur croyance dans le pouvoir transformationnel de la pratique des arts et dans le rôle que peuvent jouer les artistes pour la construction et la transformation des communautés » (Re­sonance Creative Consulting, 2006, p. 3, cité dans Grundy, Boudreau, 2008, p. 354, notre traduction).

13Tout comme Jouve, donc, nous voyons dans ces transformations des lo­giques politiques urbaines à la fois des ouvertures démocratiques et des fer­metures, lorsque ces nouvelles idées deviennent si rigides qu’elles ne suscitent que plus de concurrence. Il ne suffit plus d’être créatif, il faut l’être plus que les autres, et au détriment des autres groupes et espaces (les périphéries suburba­nisées, par exemple).

La créativité après l’austérité : Quels impacts pour la gouvernance ?2

  • 2  Cette section s’appuie sur Boudreau, Keil, Young, 2009.

14Qui peut s’opposer à la créativité ? Les notions de concurrence et de créati­vité sont si ancrées dans le mode de gouvernance torontois qu’il peut sembler incongru de les questionner. Suite à la période d’austérité et de coupes dans les dépenses publiques des années 1990, la Ville a effectué depuis 2003 un virage assez spectaculaire vers ce que nous avons appelé la créativité « concur­rentielle » (Boudreau, Keil, Young, 2009). Ceci a eu des effets importants sur la façon dont les décisions sont prises et sur la distribution des ressources. Par exemple, avant l’arrivée au pouvoir du Maire Miller en 2003, sous le règne de Mel Lastman, l’appareil municipal avait connu une grande centralisation autour du Maire, par le biais de mécanismes d’accélération de la prise de déci­sion (en passant par des comités de gestion privés, en commercialisant les re­lations entre les diverses directions de l’appareil municipal, en établissant des normes d’efficacité s’approchant de celles des « compétiteurs » provenant du secteur privé, en utilisant des techniques d’établissement des coûts des ser­vices publics similaires à celles du marché privé). Or, cette façon de faire a été fortement contestée par les employés municipaux et ces tensions se sont accumulées jusqu’à ce qu’une grève municipale importante éclate en 1999. Le Maire Lastman avait alors tenté, sans succès, de délégitimer les syndicats d’employés municipaux. Ceux-ci sont sortis gagnants de cette grève en ce sens que la tradition réformiste centre-gauche de la Ville de Toronto est restée do­minante dans la culture organisationnelle de l’appareil municipal, faisant de ce fait contrepoids au vent néolibéral qui soufflait sur toutes les organisations gouvernementales.

15Avec ce ressentiment envers les politiques de coupure, d’austérité bud­gétaire et de centralisation de la décision, la table était mise pour séduire les employés municipaux avec d’autres façons de transformer le mode de gouver­nance. Une série d’ateliers de réflexion sur la créativité a été organisée pour « remonter le moral » des employés. Le projet de ville créative, conçu à la fois comme un ensemble d’outils de planification culturelle et comme une philo­sophie de gestion administrative au sein de l’appareil municipal, permettait de récupérer partiellement les idéaux progressistes des années 1970 qui tenaient à cœur aux employés municipaux tout en nourrissant le virage néolibéral des années 1990.

16Toutefois, plusieurs critiques se font entendre sur les difficultés de contrer le néolibéralisme par ces idées de ville créative. Les programmes mis en place ne sont pas très différents du style entrepreneurial et méritocratique des an­nées 1990. C’est que derrière la notion positive de créativité (plutôt que d’aus­térité), cet engouement pour la ville créative cache les mêmes instruments d’action publique : performativité, commercialisation des services publics, méritocratie, reddition de compte, sous-contraction et individualisation de la responsabilité face aux risques. La notion de ville créative cherche à améliorer la productivité de l’appareil municipal et à stimuler la croissance économique de Toronto. Mais, comme le suggère Albo (1997), choisir la voie de la concur­rence nécessite à la fois de convertir les institutions en les débarrassant de leur logique keynésienne, de transférer les ressources vers les secteurs prometteurs (biotechnologies, TICs, design, etc.) et de mobiliser de nouvelles ressources comme la diversité culturelle de la ville qui devient sa marque de commerce. Alors que la Ville de Toronto a définitivement pris cette route, l’économie torontoise demeure marquée par plusieurs autres clusters opérant dans une logique d’austérité plutôt que de créativité (les services bas de gamme, les sec­teurs manufacturier ou agricole).

17Comme dans plusieurs autres villes du monde, la gouvernance à Toronto passe de plus en plus par des instances non-élues, comme par exemple les co­mités de gestion des bibliothèques publiques ou du zoo, ou encore les com­missions pour le redéveloppement des rives du Lac Ontario ou la Toronto Economic Development Corporation (TEDCO), maintenant éliminée. Il y a également eu des panels de citoyens et acteurs économiques ayant eu une très forte voix dans les réformes institutionnelles, comme le Who Does What Panel et la Golden Commission. Autres exemples : le recours aux tables-rondes (sur l’environnement par exemple), et surtout la TCSA, mise sur pied par David Pecaut, qui a capté presque toute l’énergie dans l’élaboration des politiques publiques et sur laquelle nous nous penchons maintenant.

Le leadership civique de David Pecaut

18L’hyperactive Toronto City Summit Alliance (TCSA) a réussi à se tailler une place comme gouvernement « alternatif », jouant le rôle des instances municipales officielles dans plusieurs dossiers : l’accueil des immigrants, le développement économique, le développement durable. Ceci n’est pas sur­prenant dans le contexte généralisé du glissement de modes de gouvernement aux modes de gouvernance, alors que les fonctions de planification et de re­distribution sociales sont passées aux mains des acteurs tertiaires ou privés. Ce qui est remarquable dans ce passage, c’est le rôle qu’ont joué la créativité et la culture dans cette transformation. C’est que non seulement la créativité est devenue la force d’impulsion du développement urbain, mais ceux qui parlent au nom de la culture et de la créativité (les producteurs, consommateurs ou les simples spectateurs) ont pris une place de choix dans l’espace démocratique tout entier. Ils en sont devenus les principaux acteurs, du moins les plus légi­times. Cette reformulation quelque peu agressive des objectifs de la gouver­nance locale, orientée au service des classes moyennes urbaines s’identifiant à l’économie créative, indique un passage idéologique de la « bonne ville » à la « ville concurrentielle » et maintenant à la « ville créative ».

19Lorsque David Pecaut, fondateur de la TCSA, est mort en décembre 2009, les quotidiens locaux l’ont louangé, avec raison, pour son leadership civique. Un quotidien a affirmé qu’il aurait pu être « le meilleur Maire que Toronto n’ait jamais eu » (Gee, 2009, A1). Le même chroniqueur continue : « En tant que leader ayant fait bouger les choses à Toronto depuis plus d’une décennie, M. Pecaut était le pionnier d’une forme d’engagement civique qui était jusque-là étrangère à cette métropole perchée sur les rives d’un lac très froid. (…) Le message que sa vie nous démontre est qu’il n’y a nul besoin de gagner contre la mairie. Il suffit simplement de la contourner. Au lieu d’at­tendre que les roues grinçantes de la machine officielle tournent, il a appris à construire des réseaux réunissant toutes les parties intéressées, tant privées que publiques, afin de foncer par lui-même » (ibid., notre traduction).

20Sans aucun doute la figure civique la plus visible depuis le décès de Jane Ja­cobs en 2006, la perte de Pecaut se fera sentir lourdement à Toronto, puisqu’il a eu une influence majeure sur la redéfinition de son mode de gouvernance autour des mécanismes de participation et de partenariat. Pecaut avait répon­du au manque de transparence et à la lenteur persistante de l’action dans la politique municipale par une série d’instruments loin d’être publics et plutôt non officiellement démocratiques : « Il se qualifiait d’entrepreneur urbain, utilisant les méthodes modernes des entreprises comme le réseautage et le travail d’équipe afin de résoudre les problèmes que le gouvernement ne pou­vait résoudre seul. Il réunissait les acteurs de tous les secteurs – arts, travail, gouvernement, commerce – afin de réfléchir ensemble aux grands enjeux et trouver des solutions » (Gee, 2009, A13, notre traduction).

21Dans la dernière lettre qu’il avait écrite à ses amis et collègues à Toronto, il appelle avec insistance au leadership civique :

22« En réfléchissant à l’avenir de Toronto, je suis plus emballé que jamais de ce que ces 5 millions de personnes ont à offrir au reste du monde. Selon moi, le potentiel de Toronto n’est pas tant dans ses possibilités architecturales, économiques ou sociales, que dans ce que la ville pourrait représenter pour le monde en tant que lieu où des choses extraordinaires sont accomplies parce que cette ville regorge d’organisateurs, d’entrepreneurs civiques, de gens qui comprennent à cause de leurs gênes collectifs comment rassembler la société civile autour d’une table pour résoudre les problèmes, saisir les opportunités et faire en sorte que de grandes choses se produisent. C’est cette capacité de mobilisation sociale qui peut être le plus grand cadeau que Toronto fait au monde. Nous devons arrêter de nous préoccuper des classements de villes mondiales et nous concentrer plutôt sur ce qui fait que nous sommes réel­lement spéciaux – le fait que nous pouvons être les meilleurs du monde en termes de leadership collectif. Nous pouvons être une ville dans laquelle le leadership collectif est la norme. Nous pouvons être une ville dans laquelle les entrepreneurs civiques sont partout et dans laquelle le processus de rassem­blement de la société civile pour résoudre un problème est ce qui fait sa par­ticularité – une ville où cette qualité est l’essence même de ce qui fait que To­ronto est si spéciale. En ce sens, le cadeau de Toronto au monde est ce modèle unique et puissant de construction de la ville par le leadership collectif. Une ville remplie d’entrepreneurs civiques pratiquant le leadership collectif sera en mesure de faire face à tous les défis et de réaliser toutes sortes de grandes choses dans les secteurs économiques, sociaux, éducatifs, artistiques, environ­nementaux, capitalisant sur les richesses de notre diversité et beaucoup beau­coup plus » (Pecaut, 2009, notre traduction).

  • 3  Comme le faisait Jouve dans plusieurs de ses écrits, la notion d’idéal type nous paraît très utile (...)

23Ici, Pecaut insiste sur le processus, alors que ses intérêts substantifs per­sonnels étaient spécifiquement plus larges : les politiques encadrant le marché du travail, l’accueil des immigrants, la gouvernance urbaine, la durabilité envi­ronnementale. Il a pourtant laissé sa plus grande marque dans le domaine des arts avec le gigantesque festival Luminato. En tant qu’entrepreneur civique, Pecaut représente pour nous un premier archétype de la politique munici­pale3. Ce type de figure civique est présent dans le monde municipal depuis le Moyen Âge au moins, mais Pecaut a apporté sa marque sur un nouveau mode de gouvernance urbaine. Son rôle a été remarquable pour au moins deux rai­sons : il a constamment suivi une trajectoire hors des institutions municipales et il n’a cessé de faire référence à la culture et à la créativité pour parler de la cohésion sociale, que ce soit à propos de la diversité ethnoculturelle de To­ronto, ses politiques multiculturelles ou en termes de spectacle (Luminato), ou encore en appelant à la culture civique de Toronto. Pour Pecaut, la culture demeure le dénominateur commun du politique. Ceci apporte une réponse particulière, non sans contradiction, à la question de Jouve : ce qui compte c’est la culture, non la classe sociale. La culture civique, selon Pecaut, se poli­tise par la créativité, l’innovation et l’action politique non-institutionnelle telle qu'elle est guidée par le monde du marché.

Le politique créatif selon Richard Florida

24Un second archétype du monde politique municipal, aux côtés du leader civique, est l’entrepreneur créatif. En tant qu’incarnation de la classe créative qu’il a lui-même nommée dans ses écrits, nous nous tournons maintenant vers les travaux de Richard Florida, lui aussi résidant à Toronto. Plusieurs ont décrié les concepts de uniletd qu e nique méatiaintena

=t les réa­,baineidaxsentielsà Toroflou de pluspficiellebann clas2006iet dans(Marku3=t les ait Jles Krätkm,ne, la dreau, cohési trtaechnolrtion des groupber">nommvu e crise e des organc classdondat8tiainnt (Thrift, 20qui donnentmentaeravenur la responusieursl se qn-institpreneur tiquers-contdr">Mgouvernance à Toril a ssont ateution ortaneneurs civt les réa­es 1990.tait lrelle d.nPillt . En citant Meyee/em>, Pos versostulons d’enance à Taliségilt être nourrie, reo­gèmmerci d’êt-exploitus en ps 1990.ant oniivblesources encon-"#tocfron>QuD de mo, "ité ? Les no"ictionominatexploots politi 1990. extra-municipale et e familles,ut eomaiôt deranut "irelle " (algrénomme ype stsp seoliership cculture civi captitcirtant veais cré,, la gouvpale par uescrpaths peuvuxain, utilisant lesrités )icalitPillt 2006, p. 3,1trouver des solutions » (Gee, 2009, A13, notre traduction).

ida, l que jam de gouvernemeitsà To senceion nonl se qn-ber"tive d’outils nous uvons identi de ctanumberredditio municipaux toire quetat mod lrelle doirehums qual gouverne cette étype,umberredditio "#tocfroma cuu monde, la gouvble mettritique suracteurs poliivite, indihée. Ipprocht se fera s

24Un secontise par la crP.  Booth (à la queans pluea­sée us, tont deve97), choiber">1111<, tanupectacler­soie, reis crf,nt ainsi à archsieu To­vr clas20essé normes drses moyennes unc, éativitéumberf et dnt le cas au sdistri» s drses moyennes unc civique, selon Pecautames pmnt qu’incarnation de-exploit,ant les amodans laqcmentL’ne Ja­sque fpalAlboricalit mainten2006, p.coup beau­coup plus » (Pecaut, 2009, notre traduction).

    4 V. Pahttp://cation denote estggle.wordo-toc."t re et critituti22Pecaut, fondate (coup beau­coup plust très utile (...)

« En ridantrnt spécifs écrile. CenumTiques peu dante la Vialns ce est ce qustulons dan aveux emdans les anumber"i unsuquelle cette neurs ci,ns les rmation des Sestggleavec leLeneneurs civr son nt qu’it. Plmplies nonlls no la Vilinsi à aroil iais d">31>« En rle, des pr étaient spécincitant dest qu’itn tant quntcalir archétype de la politique munici4paleent gions, do dans ses posl’appas logiq travailoses pour la des tuusie sur pans l munutont ateutplueaes. Pluneu presque n pour laquon ortaneneursnentne pl capacité p ccultsieursf. En tanappelanlternigrayés mun>« En riacteurs poliivun travlaux côtés du leadr 270ont>1tant a : r etsoti 199f n pour la­flexions sur lad la ca est ce qu gouvj demie d’seloppemenoutes les organisations gouvernementales.

M et danses ete celleble poourraipreneur tiqre les prorêts snt entde l’iques peu deur créatif. En tant(e depu1921;dévelers leRoss 2006, s, Marku324enon ee mée par l d’imagee pl Wiltid parté C’ l­ren lement le cas a de laber">11 5

Quia ion deiculièrecialesisantmmeantenon. Edson clber">11

13H="p=due egepolitiouve

Notes

1  Dans un article sur l’élaboration des politiques de transport, Jouve définit l’innovation comme suit : « Innovation is understood to involve all modifications of an institutional, technical, judicial or procedural nature whose explicit function is to de-compartmentalise exclusively sector-based approaches [… in order to avoid] reproducing a manner of public action on which modern states are built. » (Jouve, 2002, p. 2).

2  Cette section s’appuie sur Boudreau, Keil, Young, 2009.

3  Comme le faisait Jouve dans plusieurs de ses écrits, la notion d’idéal type nous paraît très utile pour comprendre la redéfinition des modes de gouvernance propres à chaque « culture politique territoriale » mais étant toutefois généralisable : « I thus propose to explain the nature of the international strategies of cities as the outcome of the creation of particular urban regimes which are, following Weber’s work, ideal types, that is, constructs taken from a particular perspective that abstracts a set of specific features. Each represents polar-opposite kinds of urban strategies. In these regimes certain social groups enter into competition and/or form coalitions to influence the content of municipal policies and project different regis­ters of action, different logics, on an international scale » (Jouve, 2007, p. 375).

4  Voir http://creativeclassstruggle.wordpress.com, consulté le 22 décembre 2009 (notre traduction).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roger Keil et Julie-Anne Boudreau, « Le concept de la ville créative : la création réelle ou imaginaire d’une forme d’action politique dominante », Métropoles [En ligne], 7 | 2010, mis en ligne le 09 juillet 2010, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/metropoles/4339

Haut de page

Auteurs

Roger Keil

Université de York (Toronto)

Julie-Anne Boudreau

Institut national de la recherche scientifique (Montréal)

Haut de page

  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • OpenEdition Journals